Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Tacite, Histoires

Texte intégral

Les Histoires (Historiae, le titre n’est probablement pas de Tacite lui-même), qui comportaient entre douze et quatorze livres, dont seuls nous sont parvenus les quatre premiers et le premier tiers du cinquième traitaient des années 69 à 96, soit de la période qui suivit la mort de Néron jusqu’à la fin du règne de Domitien, mais ce qui est conservé nous amène seulement jusqu’en 70 de notre ère.

1Rappelons quelques dates repères des événements de l’année 68‑69 pour recadrer les événements auxquels Vienne fut mêlée :

  • mi-mars 68 : révolte de Vindex en Gaule ; l’Empire est offert à Galba ;

  • avril : Galba proclamé empereur par ses troupes ;

  • mai 68 : défaite et mort de Vindex à Besançon ;

  • juin : Galba proclamé empereur par le Sénat ;

  • juin : suicide de Néron ;

  • janvier 69 : Vitellius acclamé empereur par les troupes de Germanie ;

  • 15 janvier : Galba assassiné par les prétoriens à Rome ; Othon proclamé empereur ;

  • février : Fabius Valens à Lyon et Vienne ;

  • avril : Vitellius à Lyon puis à Vienne ;

  • 14 avril : victoire des partisans de Vitellius contre les troupes d’Othon à Bédriac, en Italie ;

  • 15 avril : Othon se suicide ;

  • 19 avril : le Sénat confère à Vitellius tous les pouvoirs ;

  • 1er juillet : Vespasien proclamé empereur en Égypte ;

  • 24 octobre : Vitellius vaincu à Crémone par les troupes de Vespasien ;

  • 20‑21 décembre : prise de Rome par les troupes de Vespasien ; exécution de Vitellius.

23. Le parti de Vitellius

Accessere partibus Valerius Asiaticus, Belgicae prouinciae legatus, quem mox Vitellius generum adsciuit, et Iunius Blaesus, Lugdunensis Galliae rector, cum Italica legione et ala Tauriana Lugduni tendentibus.

Se rallièrent aux partisans [de Vitellius] Valérius Asiaticus, légat de la province de Belgique, dont Vitellius fit ensuite son gendre, ainsi que Junius Blaesus, gouverneur de la Gaule lyonnaise, avec la légion Italica et l’aile de cavalerie Tauriana, cantonnées à Lyon.
(Tacite, Histoires, 1, 59)

  • 108 Peut-être faut-il voir une allusion dans Suétone, Vespasien, 14, 1.
  • 109 Rémy et Kayser 2005, p. 32.

2Décimus (?) Valérius Asiaticus, fils du célèbre sénateur homonyme qui fut très influent à Rome sous Caligula puis Claude, fut l’un des premiers à se rallier à Vitellius, dont il devint le gendre108. On ignore tout de sa carrière sauf ce qu’en dit Tacite dans deux passages. Selon B. Rémy, « Asiaticus dut rejoindre rapidement le parti de Vespasien, puisque, à la fin de l’année 69, il fait partie du proche entourage du clan flavien et fait au Sénat un certain nombre de propositions pour récompenser les premiers fidèles de Vespasien. Il était alors consul désigné [IV, 4] »109. On perd ensuite sa trace, si bien qu’on suppose qu’il est prématurément décédé, peut-être même avant son entrée en charge.

3Quant à Junius Blaesus, que Tacite juge plein de noblesse (II, 59, 2), il n’est connu jusqu’à présent que par cet historien ; après le séjour de Vitellius à Lyon, il suivit l’empereur à Rome ; par la suite, il fut accusé, malgré sa fidélité, d’aspirer à l’Empire, et fut empoisonné sur l’ordre de Vitellius (III, 38‑39).

4La légion Italica et l’aile de cavalerie Tauriana, ne font pas partie de la garnison stationnée à Lyon en permanence, mais sont des troupes de passage : il s’agit d’un corps de cavalerie auxiliaire recruté en Gaule.

Références

Œuvre

Ph. Fabia, Les sources de Tacite dans les Histoires et les Annales, Paris, 1893 ; et surtout à Chilver 1979. Voir également, Grimal 1990, chap. VIII, p. 201‑225.

Éditions

Tacite, Histoires, tome I, livre I, éd. P. Wuilleumier, H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1987, p. 55. Trad. revue.

On pourra aussi consulter l’édition annotée du livre I des Histoires (texte latin seul) que donne P. Wuilleumier, collection Érasme, Paris, 1959.

Texte

Voir les notes de J. Hellegouarc’h (édition supra), p. 199‑200. Sur la chronologie, les personnages en cette « année des quatre empereurs » et le déroulement des événements, on se reportera à J. Le Gall et M. Le Glay, L’Empire, Peuples et civilisations 4, Paris, p. 347‑357. Sur D. Valérius Asiaticus, Pflaum 1978 ; Rémy et Kayser 2005, p. 31‑32, avec bibliographie ; PIR III/1. 1898, n26, p. 353 ; RE VII/A, 1948, s.v. « Valerius 107 », col. 2345‑2346 [D. Weynand]. Sur Junius Blaesus, RE X/l, 1918, s.v. « Iunius 40 », col. 966, avec tableau généalogique [M. Riba] ; PIR2 IV/3, 1966, no 737, p. 330. Sur les troupes mentionnées, Ph. Fabia, La garnison romaine de Lyon, Lyon, 1918, p. 36. Sur la légion Italica levée par Néron et envoyée contre Vindex en Gaule, RE XII, 1925, s.v. « Legio X (Italica) », col. 1407 [W. Kubitschek]. Sur l’aile de cavalerie, ibid., s.v. « Tauriana, Ala I Flauia Gallorum Tauriana », col. 1409 ; M. Christel et P. Le Roux, « L’aile Tauriana Torquata et les relations militaires de l’Hispania et de la Maurétanie Tingitane entre Claude et Domitien », AntAf 21, 1985, p. 15‑33 ; Th. Wiedermann, « Valerius Asiaticus and the regime of Vitellius », Philologus 143, 1999, p. 323‑335.

24. Vienne rançonnée

5Le livre I des Histoires commence au 1er janvier 69 ; Tacite y retrace les événements qui se déroulent à Rome après la mort de Néron, en particulier l’impopularité grandissante de Galba, sa mort et l’accession d’Othon à l’Empire. C’est dans ce contexte qu’on apprend à Rome la révolte de Vitellius, légat de Germanie inférieure, acclamé imperator le 2 janvier 69. Cependant, à Rome, le 15 janvier 69, les prétoriens assassinent Galba et proclament Othon empereur. Vitellius, qui se déclare alors le vengeur de Galba, se dirige lentement vers Rome, mais a envoyé en avant-garde deux armées : celle de Caecina emprunte la route des Alpes, celle de Fabius Valens, la vallée du Rhône. Leur avance est accompagnée de réquisitions et d’exactions. Dans son commentaire, G.E.F. Chilver (Chilver 1979), en s’appuyant sur une étude de F. Köster publiée en 1927, propose un tableau de l’avance de ces légions et situe l’arrivée à Lyon vers le 15 février, à Vienne le 17. Signalons que parmi les légions conduites par Valens figure la Cinquième Alauda dont M. Rambaud a supposé qu’elle fut à l’origine de la fondation de Lugdunum (35).

Quod Aedui formidine, Lugdunenses gaudio fecere. Sed legio Italica et ala Tauriana abductae, cohortem XVIII Lugduni, solitis sibi hibernis, relinqui placuit. Manlius Valens legatus Italicae legionis, quamquam bene de partibus meritus, nullo apud Vitellium honore fuit : secretis eum criminationibus infamauerat Fabius ignarum et, quo incautior deciperetur, palam laudatum.
Veterem inter Lugdunenses et Viennenses discordiam proximum bellum accenderat. Multae in uicem clades, crebrius infestiusque quam ut tantum propter Neronem Galbamque pugnaretur. Et Galba reditus Lugdunensium occasione irae in fiscum uerterat ; multus contra in Viennenses honor ; unde aemulatio et inuidia et uno amne discretis conexum odium. Igitur Lugdunenses exstimulare singulos militum et in euersionem Viennensium impellere, obsessam ab illis coloniam suam, adiutos Vindicis conatus, conscriptas nuper legiones in praesidium Galbae referendo. Et ubi causas odiorum praetenderant, magnitudinem praedae ostendebant, nec iam secreta exhortatio, sed publicae preces : irent ultores, exscinderent sedem Gallici belli ; cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et prosperarum aduersarumque rerum socios, si fortuna contra daret, iratis ne relinquerent.
His et pluribus in eundem modum perpulerant, ut ne legati quidem ac duces partium restingui posse iracundiam exercitus arbitrarentur, cum haud ignari discriminis sui Viennenses, uelamenta et infulas praeferentes, ubi agmen incesserat, arma, genua, uestigia prensando flexere militum animos ; addidit Valens trecenos singulis militibus sestertios. Tum uetustas dignitasque coloniae ualuit et uerba Fabii salutem incolumitatemque Viennensium commendantis aequis auribus accepta ; publice tamen armis multati, priuatis et promiscuis copiis iuuere militem. Sed fama constans fuit ipsum Valentem magna pecunia emptum. Is diu sordidus, repente diues mutationem fortunae male tegebat, accensis egestate longa cupidinibus immoderatus et inopi iuuenta senex prodigus. Lento deinde agmine per fines Allobrogum ac Vocontiorum ductus exercitus, ipsa itinerum spatia et statiuorum mutationes uenditante duce, foedis pactionibus aduersus possessores agrorum et magistratus ciuitatum, adeo minaciter ut Luco – municipium id Vocontiorum est – faces admouerit, donec pecunia mitigaretur. Quotiens pecuniae materia deesset, stupris et adulteriis exorabatur. Sic ad Alpes peruentum.

Ce que les Éduens avaient fait par peur, les Lyonnais le firent avec joie. Mais on leur retira la légion Italica et l’aile de cavalerie Tauriana ; on décida de laisser à Lyon la 18e cohorte, qui avait l’habitude d’y prendre ses quartiers d’hiver. Manlius Valens, légat de la légion Italica, malgré les grands services rendus au parti, ne trouva auprès de Vitellius aucune considération : Fabius Valens l’avait diffamé secrètement, l’accusant à son insu tout en le louant publiquement pour le tromper plus sûrement.
Depuis longtemps il y avait entre Lyonnais et Viennois une animosité, que la dernière guerre avait attisée. Ils s’étaient tour à tour causé bien des dommages, dans trop d’occasions et avec trop d’acharnement pour que la raison en incombât uniquement à un affrontement pour Néron ou pour Galba. Galba d’ailleurs, mettant à profit son ressentiment, avait confisqué au bénéfice du trésor les revenus des Lyonnais, tandis qu’il prodiguait aux Viennois les marques de sa considération ; de là, rivalités, jalousies, et haine pour lier ces deux villes que seul un fleuve séparait. Donc, les Lyonnais excitaient les soldats les uns après les autres et les poussaient à exterminer les Viennois, leur rappelant que ces gens-là avaient assiégé leur colonie, appuyé la tentative de Vindex, levé naguère des légions pour soutenir Galba. Et après avoir mis en avant ces motifs de haine, ils leur montraient l’importance du butin ; puis ils passaient de l’encouragement secret à des souhaits publiquement exprimés : qu’ils marchent en vengeurs, qu’ils détruisent le foyer de la guerre en Gaule : chez les Viennois, tout était étranger et ennemi ; eux, au contraire, étaient une colonie romaine et une partie de l’armée, des alliés dans les bons comme les mauvais jours : si la fortune se prononçait contre eux, qu’ils ne les abandonnent pas à la colère de leurs ennemis.
Ces propos et beaucoup d’autres semblables avaient à ce point frappé les esprits que ni les légats de légions, ni les chefs du parti ne pensaient pouvoir calmer l’irritation de l’armée, quand les Viennois, loin d’ignorer le danger qu’ils couraient, se portèrent à la rencontre de la colonne qui s’était mise en route, avec les bandelettes et bandeaux des suppliants à la main ; à force d’embrasser les armes, les genoux, les traces des pas des soldats, ils les fléchirent : Valens ajouta une gratification de trois cents sesterces par soldat ; alors seulement, l’antiquité et la dignité de la colonie furent prises en considération, et on accueillit favorablement les propos de Fabius qui demandait à ses troupes d’accorder la vie sauve aux Viennois ; toutefois, la cité dut livrer ses armes, et chacun pour sa part dut fournir aux soldats toutes sortes de provisions. Mais le bruit s’accrédita que Valens s’était laissé acheter à un bon prix. Longtemps miséreux, tout à coup enrichi, il déguisait mal son changement de fortune, excessif dans ses désirs qu’avait allumés un long dénuement, et, après une jeunesse indigente, vieillard prodigue. C’est en progressant lentement que l’armée traversa ensuite le pays des Allobroges et des Voconces, car son chef trafiquait la longueur des marches et modifiait la liste des gîtes d’étape, en concluant de honteux arrangements avec les propriétaires de domaines et avec les magistrats des cités, en usant de menaces, au point qu’à Luc (c’est un municipe des Voconces) il s’apprêta à mettre le feu, jusqu’à qu’on l’adoucît avec de l’argent. Si l’argent manquait, c’est par la prostitution et l’adultère qu’on le fléchissait. C’est ainsi qu’on parvint au pied des Alpes.
(Tacite, Histoires, I, 64‑66)

6Lyon avait refusé de participer à la révolte de Vindex et était restée fidèle à Néron (Histoires, LI, 5) ; est-ce en raison du don de 4 millions de sesterces que Néron venait de lui envoyer pour sa reconstruction après l’incendie dont la cité avait été victime (Annales, XVI, 13) ? Ainsi la cité accueille avec empressement les légions de Valens et Caecina en leur fournissant de leur plein gré armes et vivres, contrairement à bien d’autres cités ou peuples comme les Éduens. Le ralliement à Vitellius peut s’expliquer sans doute par une réaction contre Galba et ses mesures répressives à l’encontre de Lyon ; et Vitellius peut même à la limite apparaître comme le vengeur de Néron.

  • 110 Goudineau 1989, p. 25.

7Chr. Goudineau propose une interprétation des événements ; il rattache « l’antique haine » entre Lyonnais et Viennois à l’expulsion à laquelle Dion Cassius fait allusion dans son texte sur la fondation de Lyon (35) : « S’il s’était agi de négociants italiens, pourquoi d’aussi vivaces ressentiments ? Surtout l’insistance est mise sur le fait que Lyon est une colonia, pars exercitus ; c’est dire très clairement que, au contraire de Vienne, qui n’était qu’une colonie honoraire, peuplée de civils gaulois, Lyon fut fondée par des soldats. Autrement dit, une colonie militaire avait été décidée à Vienne pour des soldats ; les Allobroges chassèrent les colons, qui se réfugièrent au confluent ; c’est pour eux que Lépide et Plancus créèrent Lugdunum110. »

  • 111 ILN V.1, no 84‑85, p. 155‑161.
  • 112 ILN V.1, no 72‑73, p. 143‑146.
  • 113 Sur ce sujet, voir N. Laubry, « Decimus Sulpicius Censor et Quintus Gellius Capella, magistrats vie (...)

8Deux autres points de détails sont à souligner dans ce texte ; le plaidoyer des Lyonnais contre les Viennois insiste sur la richesse et l’opulence de leur rivale (magnitudinem praedae) ; outre la gratification exceptionnelle de 300 sesterces (soit plus du tiers de la solde annuelle du légionnaire à cette époque), qui a dû jouer un rôle non négligeable dans la clémence des légions et a dû vraisemblablement être supportée par les Viennois, ce qui décide Valens et ses troupes à épargner Vienne, c’est la uetustas dignitasque coloniae… Ces deux arguments méritent réflexion. Est-ce pure rhétorique pour faire contrepoids à l’argumentation des Lyonnais sur l’origine de leur colonie ? Cela signifie-t-il que Vienne fut une colonie installée antérieurement à Lugdunum ? Ou un indice qu’à cette époque Vienne détenait déjà le ius italicum (22, 95) ? Quant à la richesse des Viennois, on peut en juger par des témoignages épigraphiques : plusieurs inscriptions rappellent la générosité de deux quattuorvirs (en fonction avant 41 ap. J.‑C.) qui ont financé aqueduc et conduites d’eaux au bénéfice de la cité, et la fille de l’un d’eux lègue par testament la somme de 50 000 sesterces pour assurer « la pérennité de l’œuvre des deux quattuorvirs »111 ; dans une autre, des frères jumeaux sont remerciés pour leur générosité, eux qui ont élevé une statue en argent de Vienne divinisée d’une valeur de deux cent mille sesterces ; « il s’agit de la somme la plus importante qui ait été consacrée à la réalisation d’une statue dans le monde romain »112 ; on date l’inscription de la seconde moitié du Ier s., ou du début du IIe s. ap. J.‑C.113.

Références

Édition

Tacite, Histoires, tome I, livre I, éd. P. Wuilleumier, H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, 1987, Paris, p. 58‑60. Trad. revue.

Texte

Sur Fabius Valens, RE VI/2, 1909, s.v. « Fabius 151 », col. 1869‑1871 [R. Goldfinger] ; PIR2 III, 1943, n68, p. 111. Sur A. Caecina Alienus, IΙΙ/1, 1897, s.v. « Caecina 10 », col. 1238‑1240 [E. Groag] ; PIR2 II, 1936, n99, p. 17‑18. Gascou 1991b, p. 3473‑3474, où l’auteur discute des arguments des Lyonnais et du statut de Vienne. Sur la confiscation des revenus des Lyonnais par Galba, revenus dont nous ignorons la nature exacte, voir, bien que vieilli, l’article de Ph. Fabia, « La querelle des Lyonnais et des Viennois », Revue d’histoire de Lyon 1, 1902, p. 106‑118 et plus particulièrement 109‑111. Sur l’interprétation de cet épisode, Goudineau 1989, p. 25.

25. Othon et Vopiscus

Sic distractis exercitibus ac prouinciis, Vitellio quidem ad capessendam principatus fortunam bello opus erat, Otho ut in multa pace munia imperii obibat, quaedam ex dignitate rei publicae, pleraque contra decus ex praesenti usu properando. Consul cum Titiano fratre in kalendas Martias ipse ; proximos menses Verginio destinat ut aliquod exercitui Germanico delenimentum ; iungitur Verginio Pompeius Vopiscus praetexto ueteris amicitiae ; plerique Viennensium honori datum interpretabantur. Ceteri consulatus ex destinatione Neronis aut Galbae mansere, Caelio ac Flauio Sabinis in Iulias, Arrio Antonino et Mario Celso in Septembres, quorum honoribus ne Vitellius quidem uictor intercessit.

Les armées et les provinces se trouvant ainsi tiraillées dans des sens opposés, Vitellius avait besoin de la guerre pour se rendre maître de la puissance impériale, tandis qu’Othon en exerçait les charges du pouvoir, comme en temps de paix profonde, quelquefois en se conformant à la dignité de l’État, le plus souvent en dépit des convenances, par besoin de se hâter de jouir du présent. Il se nomme lui-même consul avec son frère Titianus jusqu’aux calendes de mars ; les mois suivants sont destinés à Verginius, pour séduire en quelque façon l’armée de Germanie ; à Verginius, il associe Pompéius Vopiscus, prétextant une ancienne amitié, mais beaucoup estimaient que c’était pour faire honneur aux Viennois. Les autres consulats furent maintenus, conformément aux désignations de Néron ou de Galba, et réservés à Coelius Sabinus et à Flavius Sabinus jusqu’aux calendes de juillet, à Arrius Antoninus et à Marius Celsus jusqu’à celles de septembre, et même la victoire de Vitellius ne les troubla pas dans la jouissance de ces honneurs.
(Tacite, Histoires, 1, 77)

  • 114 CIL VI, 2051 = ILS, 241 ; Rémy et Kayser 2005, p. 39‑40.
  • 115 Pflaum 1978, p. 330.

9Le personnage de Lucius Pompéius Vopiscus, attesté comme Viennois par Tacite, qui ne donne pas le praenomen, figure dans les Actes des Arvales comme consul avec Lucius Verginius Rufus consul pour la seconde fois114. La raison pour laquelle Vopiscus avait obtenu le consulat, rendre honneur aux Viennois, est plausible ; on sait, en particulier grâce aux témoignages épigraphiques, que les Viennois ont fourni un nombre appréciable de consuls : Décimus Valérius Asiaticus en 35 et 46, son fils en 69, Marcus Iulius Vestinus Atticus en 65 ; la famille des Bellici a vu quatre des siens accéder au consulat, en 68, 125, 143 et 148 ; enfin les Pompéi Vopisci avec Lucius Pompéius Vopiscus en 69 et d’autres encore après leur implantation en Italie et leur alliance avec les Catellii de Bolsena. Ce qui fait un total de huit consulats détenus par des familles viennoises, dont quatre dans la période 65‑69 ; si on consulte le tableau synthétique dressé par H.‑G. Pflaum115, on constate que Vienne est de loin la cité de Narbonnaise la plus représentée, puisque l’auteur recense 18 consulats exercés par des sénateurs ou notables issus de cette province. Faut-il de là supposer que les familles viennoises étaient particulièrement influentes à Rome depuis Décimus Valérius Asiaticus et en déduire qu’il existait une sorte de parti des Viennois ? La phrase de Tacite pourrait le laisser supposer. Cependant, on peut se demander s’il n’y a pas aussi un calcul politique d’Othon, en « nommant » un Viennois à cette magistrature : les Viennois viennent d’être maltraités par Fabius Valens et les légions de Vitellius. Étant donné la richesse de la ville, il n’est peut-être pas sans intérêt pour Othon de tenter de se l’attacher en honorant une de ses grandes familles.

Références

Édition

Tacite, Histoires, tome I, livre I, éd. P. Wuilleumier, H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1987, p. 69. Trad. revue.

Texte

Sur la valse des consuls qui se sont succédé en 69, Chilver 1979, p. 140‑141. Sur le personnage de Vopiscus, RE XXI/2, 1952, s.v. « Pompeius », col. 2290‑2291 [M. Lambertz]. Sur Vopiscus et les familles viennoises, Rémy et Kayser 2005, p. 25‑40, avec tableau récapitulatif p. 40.

26. L’or viennois de Valens

10Valens vient de faire sa jonction en Italie avec Caecina. Ce passage est un retour en arrière dans le récit de Tacite : l’historien rapporte la décision de Valens d’envoyer au secours de la Narbonnaise menacée par la flotte d’Othon (mars 69) la partie la plus valeureuse de ses troupes ; il s’agit de cohortes bataves qui s’étaient séparées de la quatorzième légion et avaient rejoint les troupes de Vitellius alors qu’elles traversaient le pays des Lingons. Cette décision fut le point de départ d’une sédition de l’armée qui ne comprenait pas qu’on la privât de ses meilleurs éléments, alors que le destin allait se jouer en Italie ; la bataille de Bédriac entre les troupes d’Othon et celles de Vitellius se déroule le 14 avril.

Haec ferociter iactando, postquam immissis lictoribus Valens coercere seditionem coeptabat, ipsum inuadunt, saxa iaciunt, fugientem sequuntur. Spolia Galliarum et Viennensium aurum, pretia laborum suorum, occultare clamitantes, direptis sarcinis tabernacula ducis ipsamque humum pilis et lanceis rimabantur ; nam Valens seruili ueste apud decurionem equitum tegebatur.

Les soldats manifestant ainsi avec véhémence, Valens avait envoyé ses licteurs pour tenter de réprimer la sédition ; ils s’en prennent à sa personne, lui lancent des pierres, le poursuivent dans sa fuite. L’accusant à grands cris de cacher le butin des Gaules et l’or des Viennois, prix de leurs épreuves, ils pillaient ses bagages, fouillaient la tente de leur général, allant jusqu’à sonder le sol avec leurs javelots et leurs lances ; quant à Valens, déguisé en esclave, il se cachait chez un décurion de cavalerie.
(Tacite, Histoires, II, 29)

  • 116 Dion Cassius, Histoire romaine, LXIV, 16.

11Dans la suite du texte, le préfet du camp désamorce habilement la révolte et lorsque Valens réapparaît, il est acclamé par les soldats qui ont eu le temps de regretter leur attitude. Sa clémence met un point final à la sédition. Tacite a fortement insisté lors de l’épisode viennois (24) sur la facilité avec laquelle Valens accepte de se laisser corrompre, et ce texte confirme que c’est de notoriété publique ; son avidité est soulignée également par Dion Cassius116.

Références

Édition

Tacite, Histoires, livres II et III, éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1989, p. 23‑24. Trad. de l’éditeur.

27. Craintes viennoises de Vitellius

12Après la victoire de ses troupes à Bédriac (14 avril 69), Vitellius traverse la Gaule et arrive à Lyon. Après un séjour dans cette ville, Vitellius gagne l’Italie. Une fois arrivé, préoccupé par le moral des légions vaincues, il décide de renvoyer la 14e légion en Bretagne, sous la surveillance des cohortes bataves qui l’avaient désertée pour se rallier à Vitellius. Des dissensions éclatent entre cette 14e légion, soutenue par les cohortes prétoriennes, et les Bataves. Le sort de Vienne est un des enjeux.

Quos Vitellius agmini suo iungi ut fidos, legionem Grais Alpibus traductam eo flexu itineris ire iubet quo Viennam uitarent ; namque et Viennenses timebantur. Nocte qua proficiscebatur legio, relictis passim ignibus pars Taurinae coloniae ambusta, quod damnum, ut pleraque belli mala, maioribus aliarum urbium cladibus obliteratum. Quartadecimani postquam Alpibus degressi sunt, seditiosissimus quisque signa Viennam ferebant ; consensu meliorum compressi et legio in Britanniam transuecta.

Vitellius, tenant ces derniers [les Bataves] pour une troupe sûre, les joint à sa propre colonne de marche ; quant à la légion, il donne l’ordre de la faire passer par les Alpes grées, en faisant un détour pour éviter Vienne, car on craignait aussi les Viennois. La nuit où partait la légion, des feux de bivouac étant restés allumés çà et là, une partie de la colonie de Turin fut brûlée, mais ce désastre, comme la plupart des maux de la guerre, fut effacé par les calamités plus graves que subirent d’autres villes. Quand la quatorzième légion eut descendu les Alpes, les soldats les plus séditieux portaient les enseignes en direction de Vienne, mais les meilleurs soldats, d’un commun accord, les arrêtèrent et la légion fut transférée en Bretagne.
(Tacite, Histoires, II, 66)

  • 117 Éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h (voir infra), II, 66, n. 6, p. 212 ; peut-être jusqu’à Genève (...)

13Il est plus que probable que l’exemple de Valens, qui avait rançonné Vienne lors de son passage en février 69 (24), a suscité des convoitises chez certains aux yeux de qui la cité doit passer pour une proie riche et facile, mais dont d’autres redoutent la réaction, car les Viennois ont pu tirer la leçon du passage de Valens. L’itinéraire proposé pour éviter Vienne consiste à faire un détour (eo flexu itineris) par la région de Chambéry, le mont du Chat en direction du nord-ouest117.

Références

Édition

Tacite, Histoires, livres II et III, éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1989, p. 49‑50. Trad. de l’éditeur.

Notes

108 Peut-être faut-il voir une allusion dans Suétone, Vespasien, 14, 1.

109 Rémy et Kayser 2005, p. 32.

110 Goudineau 1989, p. 25.

111 ILN V.1, no 84‑85, p. 155‑161.

112 ILN V.1, no 72‑73, p. 143‑146.

113 Sur ce sujet, voir N. Laubry, « Decimus Sulpicius Censor et Quintus Gellius Capella, magistrats viennois, donateurs d’un aqueduc », in Savay-Guerraz 2005, p. 67‑69.

114 CIL VI, 2051 = ILS, 241 ; Rémy et Kayser 2005, p. 39‑40.

115 Pflaum 1978, p. 330.

116 Dion Cassius, Histoire romaine, LXIV, 16.

117 Éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h (voir infra), II, 66, n. 6, p. 212 ; peut-être jusqu’à Genève (suggestion de Chilver 1979, p. 228).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search