Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Tacite, Annales

Texte intégral

La vie de l’historien latin Tacite (Publius Cornelius Tacitus, ca 55‑57 - 120‑125) est très mal connue. On ne sait s’il est né en Italie du Nord, en Gaule narbonnaise ou en Belgique (selon l’hypothèse de P. Grimal). Sa famille appartenait peut-être à l’ordre équestre, son père aurait été procurateur de Gaule belgique. Il épouse en 78 la fille de Cn. Iulius Agricola, originaire de Narbonnaise. Il est cependant assuré qu’il mena une carrière à la fois judiciaire et administrative : préteur en 88, consul en 97 sous Nerva, il fut ensuite proconsul d’Asie en 112‑113. La date exacte de sa mort n’est pas établie avec certitude.

1Après avoir publié en 98‑99, la Vie d’Agricola, puis La Germanie, et vers 105‑107 Le dialogue sur les orateurs, il rédige ses œuvres historiques majeures : les Histoires sont écrites entre 100 et 109, les Annales entre 110 et 120. Les Annales (le titre n’est pas de Tacite et n’apparaît qu’à la Renaissance ; Tacite l’appela Ab excessu diui Augusti) sont le récit, publié entre 115 et 117 et qui nous est parvenu incomplet, des événements qui vont de 14 (mort d’Auguste) à 68 (mort de Néron). Il comportait à l’origine entre seize et dix-huit livres. Le passage qui suit est extrait du livre XI qui couvre les années 47 et 48. C’est au début de l’année 47 que se situe le procès de Valérius Asiaticus.

21. Grandeur et décadence de Valérius Asiaticus

Nam Valerium Asiaticum, bis consulem, fuisse quondam adulterum eius credidit ; pariterque hortis inhians, quos ille, a Lucullo coeptos, insigni magnificentia extollebat, Suillium accusandis utrisque immittit. Adiungitur Sosibius, Britannici educator, qui, per speciem beneuolentiae, moneret Claudium cauere uim atque opes principibus infensas : Praecipuum auctorem Asiaticum interficiendi <C.> Caesaris non extimuisse in contione populi Romani fateri gloriamque facinoris ultro petere ; clarum ex eo in Vrbe, didita per prouincias fama, parare iter ad Germanicos exercitus, quando, genitus Viennae multisque et ualidis propinquitatibus subnixus, turbare gentiles nationes promptum haberet. At Claudius nihil ultra scrutatus, citis cum militibus, tamquam opprimendo bello, Crispinum, praetorii praefectum, misit, a quo repertus est apud Baias uinclisque inditis in Vrbem raptus.
Neque data senatus copia ; intra cubiculum auditur, Messalina coram et Suillio corruptionem militum, quos pecunia et stupro in omne flagitium obstrictos arguebat, exim adulterium Poppaeae, ac postremum mollitiam corporis obiectante. Ad quod, victo silentio, prorupit reus et « Interroga, inquit, Suilli, filios tuos : virum esse me fatebuntur. » Ingressusque defensionem, commoto maiorem in modum Claudio, Messalinae quoque lacrimas excivit. Quibus abluendis cubiculo egrediens, monet Vitellium ne elabi reum sineret ; ipsa ad perniciem Poppaeae festinat, subditis qui terrore carceris ad voluntariam mortem propellerent, adeo ignaro Caesare ut paucos post dies epulantem apud se maritum eius, Scipionem, percontaretur cur sine uxore discubuisset, atque ille functam fato responderet.
Sed consultanti super absolutione Asiatici flens Vitellius, commemorata vetustate amicitiae utque Antoniam, principis matrem, pariter obseruauissent, dein percursis Asiatici in rem publicam officiis recentique adversus Britanniam militia, quaeque alia conciliandae misericordiae videbantur, liberum mortis arbitrium ei permisit ; et secuta sunt Claudii uerba in eandem clementiam. Hortantibus dehinc quibusdam inediam et lenem exitum, remittere beneficium Asiaticus ait, et, usurpatis quibus insueuerat exercitationibus, lauto corpore, hilare epulatus, cum se honestius calliditate Tiberii uel impetu C. Caesaris periturum dixisset quam quod fraude muliebri et impudico Vitellii ore caderet, venas exolvit, viso tamen ante rogo iussoque transferri partem in aliam, ne opacitas arborum uapore ignis minueretur : tantum illi securitatis nouissimae fuit !

Car elle [Messaline] crut que Valérius Asiaticus, deux fois consul, avait été jadis l’amant de cette femme [Poppée, mère de la future épouse de Néron] ; et, comme elle convoitait également ses jardins, créés par Lucullus, mais qu’il embellissait avec une rare magnificence, elle lâche Suillius sur l’un et l’autre. À ce dernier on adjoint Sosibius, précepteur de Britannicus, qui, sous couvert de dévouement, avertirait Claude de se garder contre une influence et une richesse hostiles aux princes : Asiaticus n’avait pas craint de reconnaître dans une assemblée du peuple romain qu’il avait été le principal instigateur de l’assassinat de C. César et, qui plus est, d’en revendiquer la gloire ; cela l’avait rendu célèbre à Rome, et maintenant que sa renommée était répandue dans les provinces, il se préparait à partir pour les armées de Germanie ; c’est que, né à Vienne et bénéficiant de l’appui de nombreux et puissants parents, il avait les moyens de soulever les nations de sa race. Et Claude, sans examiner plus avant, envoya en toute hâte des soldats, comme pour étouffer une guerre, sous les ordres de Crispinus, préfet du prétoire ; ce dernier trouva Asiaticus à Baies, le fit charger de chaînes et le traîna à Rome.
Et on ne l’admit pas au Sénat ; c’est dans l’appartement de l’empereur qu’il est entendu, en présence de Messaline, cependant que Suillius l’accusait d’avoir corrompu des soldats, dont il aurait fait ses complices, par de l’argent et la débauche, en vue de toute sorte d’infamies ; il l’accusait aussi d’adultère avec Poppée, enfin d’avoir mœurs efféminées. À cette accusation, rompant son silence, l’inculpé éclata et s’écria : « Interroge tes fils, Suillius, ils reconnaîtront que je suis un homme. » Et il commença sa défense, suscitant une vive émotion chez Claude et tirant même des larmes à Messaline ; mais en sortant de l’appartement pour les essuyer, elle avertit Vitellius de ne pas laisser échapper l’accusé ; et elle-même se précipite pour travailler à la perte de Poppée, en envoyant des gens pour la pousser, par crainte de la prison, à se suicider ; cela à l’insu de César, au point que, quelques jours après, alors qu’il festoyait avec le mari de Poppée, Scipio, il lui demanda pourquoi il avait pris place sans son épouse, et l’autre répondit qu’elle avait accompli sa destinée.
Cependant, à Claude qui le consultait sur le pardon à accorder à Asiaticus, Vitellius, en pleurs, rappela l’ancienneté de leur amitié et le respect dont ils avaient entouré ensemble Antonia, la mère du prince, puis après avoir passé en revue les services rendus par Asiaticus à l’État, sa récente campagne en Bretagne, enfin tout ce qui semblait de nature à susciter la miséricorde, il conclut à ce qu’on lui laisse le libre choix de sa mort ; et Claude se prononça aussitôt pour la même clémence. Ensuite, comme certains conseillaient à Asiaticus de mourir doucement d’inanition, Asiaticus déclara qu’il était obligé de leur bienveillance ; puis, il se livra à ses exercices habituels, prit un bain, soupa dans la bonne humeur ; et, après avoir dit qu’il serait plus honorable pour lui de périr victime des roueries de Tibère ou de la fureur de C. César que de la fourberie d’une femme et des propos impudiques sortis de la bouche de Vitellius, il s’ouvrit les veines ; auparavant il était allé voir son bûcher et l’avait fait déplacer dans une autre partie du jardin, pour que la chaleur du feu n’altère pas l’ombrage des arbres ; si grande fut sa sérénité à sa toute dernière heure !
(Tacite, Annales, XI, 1‑3)

  • 93 ILN V.1, no 86, p. 161‑162.
  • 94 Dion Cassius, LX, 27 ; allusion dans Sénèque, Questions naturelles, II, 26, 6.

2Cet extrait est un condensé de la vie de Valérius Asiaticus, membre éminent d’une grande famille viennoise, qui jouissait de la citoyenneté romaine probablement depuis le Ier s. av. J.‑C., famille à qui on attribue aussi l’embellissement de Vienne93. On ignore la date précise de sa naissance. Consul en 35 et 4694, il était intimement lié avec Caligula ; son épouse Lollia Saturnina était la sœur de Lollia Paulina, que Caligula épousa en 38. Les relations entre Asiaticus et l’empereur furent ternies du jour où Caligula lui raconta, en public, ses amours adultères avec son épouse Lollia Saturnina ; c’est Sénèque qui rapporte l’anecdote :

C. Caesar, inter cetera uitia quibus abundabat contumeliosus […] Asiaticum Valerium in primis amicis habebat, ferocem uirum et uix aequo animo alienas contumelias laturum. Huic in conuicio, id est in contione, uoce clarissima qualis in concubitu esset uxor eius obiecit. Di boni ! hoc uirum audire ! Et usque eo licentiam peruenisse ut, non dico consulari, nen dico amico, sed tantum marito princeps et adulterium suum narret et fastidium !

  • 95 Sénèque, Dialogues, tome IV, éd. R. Waltz, CUF, Paris, 1965, De la constance du sage, XVIII, 2, p.  (...)

Caïus César, entre autres vices dont il était pétri, avait le goût de l’outrage. […]. Valérius Asiaticus figurait parmi ses amis de la première classe : c’était un homme impétueux qui n’était guère capable de voir insulter un étranger sans révolte ; Gaïus, en plein banquet, autant dire en assemblée publique, lui reprocha à voix haute et claire la façon dont sa femme se comportait au lit. Justes dieux ! un mari entendre ce langage ! À quel degré de dissolution était-on arrivé pour que l’empereur racontât, je ne dis pas au consulaire, je ne dis pas à l’ami, mais simplement à l’époux, comment il l’avait trompé, et le peu d’agrément qu’il y avait pris95 !

  • 96 ILN V.1, no 117, p. 189 (= CIL XII, 1929).

3C’est peut-être pourquoi on a attribué à Asiaticus un rôle primordial dans l’assassinat de Caligula ; les textes ne sont pas très clairs sur son rôle, ni chez Flavius Josèphe (17a-c), ni chez Dion Cassius (36a). Il est rapporté qu’il calma la garde prétorienne en proie au trouble qui suivit l’assassinat de Caligula, mais les propos tenus par Asiaticus expriment davantage son opinion qu’une réelle participation à la conjuration et au crime. C’est probablement à cet épisode que songe Suillius quand il calomnie Asiaticus ; en tout cas, ainsi que le souligne I. Cogitore, Asiaticus ne fut point inquiété par Claude, qui s’appliqua pourtant à punir les coupables de l’assassinat de Caligula. Flavius Josèphe laisse aussi entendre qu’il aurait songé à l’Empire après l’assassinat de Caligula (17c), mais qu’il en fut détourné par un conjuré. La puissance de Valérius Asiaticus est aussi évoquée par son accusateur dans le texte de Tacite ; sa popularité représente une menace de sédition éventuelle ; menace aggravée, selon H. Lavagne, par le fait qu’il dispose d’« une troupe de théâtre qui fait applaudir son nom au cours des représentations que son immense fortune lui permettait d’offrir aux Gaulois » ce qui constitue « un élément de poids qui a dû peser lourd dans la décision du Prince ». Une inscription fait connaître l’existence de cette troupe de comédiens, les scaenici asiaticiani96.

4Asiaticus accompagna Claude en 43 lorsque celui-ci entreprit d’achever la conquête de la Bretagne. En 46, consul pour la seconde fois, il choisit de démissionner de son plein gré, selon Dion Cassius (36b) à cause de sa richesse qui suscitait des convoitises ; et d’ailleurs, l’année suivante, en butte aux intrigues de la cour impériale, il sera condamné dans les circonstances que rappelle Tacite dans le texte ci-dessus. Tacite nous apprend au détour du texte qu’il possédait une villa à Baies, de somptueux jardins à Rome sur le Pincio ; et un papyrus récemment découvert révèle qu’il avait investi dans des biens en Égypte. Mais Dion Cassius (36b) insiste davantage encore sur la richesse d’Asiaticus, qui aurait été la cause essentielle de sa perte. Et le même Dion rapporte un peu plus loin (36c) que Claude était prêt à rendre sa liberté à Asiaticus, mais que l’intervention de Vitellius, le père du futur empereur, consul cette année-là pour la troisième fois, jeta de nouveau le soupçon sur Asiaticus, qui fut alors invité à choisir sa mort. Tacite en fait une mort d’esthète, soucieux du moindre détail ; on remarquera aussi l’attention que Valérius Asiaticus porte aux exercices gymniques, ce qui est à rapprocher du terme péjoratif employé par Claude dans son discours des Tables Claudiennes (22), illud palaestricum prodigium. Pour finir, il faut éviter de confondre le Valérius Asiaticus condamné par Claude, et son homonyme, dont on peut penser qu’il était son fils et qui fut en 68 un des premiers à se rallier à Vitellius (23), le fils de celui qui avait fait condamner son père…

Références

Auteur

Duval 1971, n137 ; Brill Online, s.v. « Tacitus 1 » [E. Flaig] ; Ph. Fabia et P. Wuilleumier, Tacite. L’homme et l’œuvre, Paris, 1943 : R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958, 2 vol. ; A. Michel, Tacite et le destin de l’Empire, Signes des temps 18, Paris, 1966 ; Grimal 1990.

Œuvre

Grimal 1990, chapitre X, p. 257‑310 ; O. Devillers, Tacite et les sources des Annales. Enquêtes sur la méthode historique, Bibliothèque d’études classiques 36, Louvain, 2003.

Édition

Tacite, Annales, tome III, livres XI-XII, éd. P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1976, p. 5‑8. Trad. revue.

Texte

Sur le personnage de Valérius Asiaticus, PIR III/l, 1898, no 25, p. 352‑353 ; RE VII/A2, 1948, s.v. « Valerius 106 », col. 2341‑2345 [D. Weynand] ; H. Lavagne, « Rome et les associations dionysiaques en Gaule (Vienne et Nîmes) », in L’association dionysiaque dans les sociétés anciennes, CEFR 89, Rome, 1986, p. 129‑148, et en particulier p. 130‑132 ; Gascou 1991b, p. 3473‑3474 souligne l’admiration de Tacite pour V. Asiaticus ; voir surtout I. Cogitore, « Valérius Asiaticus, le plus romain des Allobroges », in Jospin 2002, p. 68‑71, avec courte notice de bibliographie récente ; la même dans Rémy et Kayser 2005, p. 25‑31, avec anthologie des sources littéraires, épigraphiques et papyrologiques. Sur sa richesse, P.‑J. Sijpesteijn, « Another ousia of D. Valerius Asiaticus in Egypt », ZPE 79, 1989, p. 194‑196. Sur ce procès, A. De Vivo, « Oratoria da camera. Il processo intra cubiculum de Valerio Asiatico (Tac. Ann. XI, 1‑3) », in G. Abbamonte, L. Miletti et L. Spina (éd.), Discorsi alla prova. Atti del Quinto Colloquio italo-francese « Discorsi pronunciati, discorsi ascoltati : contesti di eloquenza tra Grecia, Roma ed Europa », Naples, 2009, p. 15‑25 ; V. Jolivet, « Les affaires de Monsieur Asiaticus », DHA 41/2, 2015, p. 71‑86. On pourra aussi lire pour le plaisir le roman de Chr. Goudineau consacré au personnage, Le procès de Valérius Asiaticus… avec une fin surprenante !

22. Les Viennois dans le discours impérial de la Table claudienne

5Un célèbre discours de Claude prononcé devant le Sénat romain en 48 a pour objet l’extension aux élites provinciales du ius honorum, c’est-à-dire la possibilité d’accéder aux plus hautes magistratures romaines. Il a été condensé dans la réécriture du discours par Tacite (Annales, XI, 23‑25).

6Le discours original fut gravé sur un support de bronze, qu’on a coutume d’appeler Table claudienne, qui fut découverte en 1529 et est exposée au Musée gallo-romain de Lyon. Nous reproduisons ici le texte et la traduction de Ph. Fabia :

Ornatissima ecce colonia ualentissimaque Viennensium quam
longo iam tempore senatores huic curiae confert ! Ex qua colo-
nia inter paucos equestris ordinis ornamentum, L. Vestinum, fa-
miliarissime diligo et hodieque in rebus meis detineo ; cuius libe-
ri fruantur, quaeso, primo sacerdotiorum gradu, postmodo cum
annis promoturi dignitatis suae incrementa. Vt dirum nomen la-
tronis taceam, et odi illud palaestricum prodigium, quod ante in do-
mum consulatum intulit, quam colonia sua solidum ciuitatis Roma-
nae beneficium consecuta est. Idem de fratre eius possum dicere,
miserabili quidem indignissimoque hoc casu, ut uobis utilis
senator esse non possit.

Voici la très honorable et très puissante colonie des Viennois ; comme il y a longtemps déjà qu’elle fournit des sénateurs à cette curie ! De cette colonie est Lucius Vestinus, qui honore, comme peu d’autres le font, l’ordre équestre ; je l’aime d’une affection très intime et le retiens employé aujourd’hui même au soin de mes affaires. Que ses enfants, je vous prie, jouissent du premier degré des sacerdoces, afin que plus tard, avec les années, ils poussent plus haut l’avancement de leur dignité. Je veux taire le nom sinistre du brigand, et je le hais, ce prodige de palestre, qui a introduit le consulat dans sa famille, avant que sa colonie n’eût acquis le bénéfice complet du droit de cité romaine. Autant puis-je en dire de son frère, qui est à plaindre certes et ne méritait nullement ce malheur, de ne pouvoir vous être utile comme sénateur.

7Dans le discours gravé, Claude cite en exemple un Viennois qui appartient à l’ordre équestre, Lucius Iulius Vestinus, apparemment particulièrement apprécié de l’empereur. On sait peu de chose sur ce personnage, si ce n’est qu’il fut préfet d’Égypte, du printemps 60 au 18 juillet 62, ainsi que l’attestent une douzaine de documents épigraphiques et papyrologiques. Il devint un grand personnage de Rome, proche de Vespasien qui lui confie le soin de reconstruire le Capitole, détruit lors des combats entre Vitelliens et Flaviens en décembre 69 :

Curam restituendi Capitolii in Lucium Vestinum confert, equestris ordinis uirum, sed auctoritate famaque inter proceres.

  • 97 Tacite, Histoires, IV, 53, éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 2003, p. 44.

La charge de reconstruire le Capitole est confiée par Vespasien à Lucius Vestinus, membre de l’ordre équestre, mais que son prestige et sa réputation mettaient au nombre des grands97.

  • 98 Tacite, Annales, XV, 48 ; Suétone, Néron, 45.
  • 99 Suétone, Néron, 35 ; Tacite, Annales, XV, 52 et 68‑69.

8Par ailleurs, on admet généralement qu’un des consuls de l’année 65, Marcus (Iulius) Vestinus Atticus est un de ses fils98 ; ainsi, la promesse que fait Claude de favoriser l’ascension sociale des enfants se serait réalisée et aurait trouvé son achèvement sous Néron ; parachèvement politique puisque le fils de Vestinus parvient au consulat ; mais aussi disgrâce personnelle, car il est exécuté sur ordre de cours de ce même consulat. En effet, Néron profite de la conjuration de Pison, en 65, pour assouvir la rancune personnelle qu’il nourrit à l’égard de Vestinus ; et peu après la disparition de Vestinus, 66, l’empereur épouse en troisièmes noces la femme de ce dernier, Statilia Messalina. Suétone aussi bien que Tacite99 insistent tous deux sur l’innocence de Vestinus, dont, selon Tacite, les conjurés se méfiaient ; Tacite esquisse à grands traits le portrait de ce personnage : un homme très influent, sans concession, autoritaire, à l’esprit mordant, intime de Néron depuis leur enfance ; il avait parfois blessé Néron, et c’en était bien assez pour incommoder l’empereur qui envoya une cohorte de gardes afin d’exécuter Vestinus pendant qu’il banquetait tranquillement chez lui, alors qu’aucun conjuré n’avait prononcé son nom lors des interrogatoires.

9Par opposition avec l’affection dont il entoure Vestinus, on remarque la virulence avec laquelle Claude parle de Valérius Asiaticus dont le nom n’est pas même prononcé ; il en parle presque comme d’un gladiateur (illud palaestricum prodigium), comme d’un Spartacus, personnage dont le nom est devenu une forme d’insulte ou d’invectives dans certains textes. Toutefois, le passage livre un renseignement intéressant sur Valérius Asiaticus : il fut consul avant même que Vienne ne fût devenue colonie romaine. La haine de Claude ne s’étend pas sur les autres membres de la famille, dont il reconnaît cependant qu’elle souffre injustement de la disgrâce de Valérius Asiaticus ; on ignore tout du frère de Valérius Asiaticus auquel Claude fait allusion. Si l’on se reporte au texte précédent (Annales, XI, 1), Claude avait été prévenu contre la parenté d’Asiaticus à qui on prêtait une grande influence en Gaule.

  • 100 É. Beaudouin, « Étude sur le Ius Italicum » publiée en trois livraisons dans la Nouvelle revue hist (...)
  • 101 Éd. Ph. Fabia (voir infra), p. 110‑119.
  • 102 Pelletier 1982, p. 73‑80.
  • 103 Pelletier 1982, p. 76‑78 ; modification dans Pelletier 2001, p. 16‑18.
  • 104 Gascou 1991a, p. 555‑558.
  • 105 Christol et Masson 1997.
  • 106 Chastagnol, in Christol et Masson 1997, p. 54 et 61 ; Gascou, ibid., p. 90‑101, 120‑122. Voir aussi (...)

10La mention du statut colonial de Vienne apparaît en filigrane dans le passage ante in domum consulatum intulit, quam colonia sua solidum ciuitatis Romanae beneficium consecuta est. Le sens du passage est discuté depuis longtemps et son interprétation incertaine. Dès 1881, É. Beaudouin, dans son « Étude sur le Ius Italicum » consacre trois pages au cas de Vienne100 ; pour l’auteur, ce passage du discours fait allusion à l’obtention du ius italicum (95), à une date situable entre le dernier consulat de Valérius Asiaticus en 46 et le discours de Claude en 48. Ph. Fabia étudie très longuement le passage dans son édition de l’inscription en le liant avec un autre passage de la Table (1. 41‑45) où il est question de l’octroi du ius honorum sous Auguste, et il conclut en proposant deux schémas possibles : « d’une part, Vienne colonie latine sous César, romaine sous Auguste et Tibère, mais avec cité restreinte, romain avec cité complète sous Gaius ou Claude ; d’autre part, Vienne colonie latine sous César, Auguste et Tibère, romaine, et d’emblée avec cité complète, sous Gaius plutôt que sous Claude »101. Plus récemment, A. Pelletier veut voir dans ce passage l’aboutissement de l’ascension de Vienne et considère qu’il s’agit de l’obtention du ius italicum, qui traduirait l’extrême faveur dont elle jouissait auprès du pouvoir impérial, sous Tibère ou Caligula102 ; les propositions qu’il avance sur l’évolution du statut colonial de Vienne103 sont controversées par J. Gascou, qui propose le schéma suivant, fondé aussi sur l’attestation dans l’administration municipale d’abord du quattuorvirat, puis du duumvirat : « Nous considérons donc pour notre part que Vienne, après la création avortée de César, fut à nouveau fondée comme colonie latine par Octave (qui n’aurait fait que remettre en vigueur la mesure décidée par son père adoptif), reçut ultérieurement une faveur dans le courant du règne d’Auguste, puis devint colonie romaine sous le règne de Caligula […] et le ius italicum. aurait été accordé à Vienne plus tard, en tout cas avant l’époque sévérienne104 » Dans deux articles publiés dans les Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine105, A. Chastagnol s’appuie sur ce passage pour proposer de dater l’accès au statut de cité de droit romain sur la période 35‑48, et J. Gascou rétrécit la fourchette chronologique entre 35 et 41106. Ainsi, le passage en question dans la Table claudienne fait l’objet de deux interprétations ; tantôt on y voit une allusion au ius italicum, tantôt l’obtention du statut colonial de droit romain.

11Suivant une manière d’écrire qui lui est chère, Tacite est très elliptique, si bien que le passage correspondant à ces lignes tient en une seule phrase :

Num paenitet Balbos ex Hispania nec minus insignes uiros e Gallia Narbonensi transiuisse ?

  • 107 Tacite, Annales, livres XI-XII, éd. P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1976, p. 26.

Regrette-t-on que d’Espagne les Balbi, de Gaule narbonnaise des hommes non moins distingués aient passé chez nous ? (XI, 24, 3)107.

12Ainsi toute mention de Vienne a disparu et l’historien ne met pas Vestinus en valeur, ni ne fait allusion à Valérius Asiaticus. Tacite supprime tout ce qui a pu lui paraître anecdotique pour s’intéresser à la portée politique générale de la décision impériale.

Références

Œuvre

Éd. Ph. Fabia (voir infra), p. 39‑43.

Édition

Ph. Fabia, La Table claudienne de Lyon, Lyon, 1929, p. 64‑65, col. II, l. 49‑59 ; traduction revue par Fr. Bérard dans Savay-Guerraz 2005, p. 41.

Texte

Duval 1971, no 113. Sur ce passage, A. Allmer et A. de Terrebasse, Inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, Paris, 1875, 1re partie, vol. 2, n115, p. 108‑136. Sur la Table, voir l’édition commentée de Ph. Fabia et l’article de J. Carcopino, « La Table claudienne de Lyon », JS, 1930, p. 69‑81 et 116‑128 ; Ph. Fabia, « À propos de la Table claudienne », REA 33, 1931, p. 117‑138 et 225‑260 (en particulier p. 245) ; plus récemment, P. Sage, « La Table claudienne et le style de l’empereur Claude. Essai de réhabilitation », REL 58, 1980, p. 274‑312 ; Cl. Briquel, « Claude érudit et empereur », CRAI, 1988, p. 217‑232. Sur Marcus Iulius Vestinus Atticus, Rémy et Kayser 2005, p. 32. Sur Lucius Iulius Vestinus, Rémy et Kayser 2005, p. 41‑46. Sur les élites viennoises locales, R. Lauxerois, « Lieux de mémoire dans la Vienne antique : destins de Viennois et fortune de la cité », in Jospin 2002, p. 72‑75. Sur le statut de Vienne, P. André, A. Desbat, R. Lauxerois et A. Le Bot-Helly, « Données nouvelles sur la Vienne augustéenne », in Chr. Goudineau et A. Rebourg (éd.), Les villes augustéennes de Gaule. Actes du colloque international d’Autun, 6, 7 et 8 juin 1985, Autun, 1991, p. 61‑67.

Notes

93 ILN V.1, no 86, p. 161‑162.

94 Dion Cassius, LX, 27 ; allusion dans Sénèque, Questions naturelles, II, 26, 6.

95 Sénèque, Dialogues, tome IV, éd. R. Waltz, CUF, Paris, 1965, De la constance du sage, XVIII, 2, p. 57‑58.

96 ILN V.1, no 117, p. 189 (= CIL XII, 1929).

97 Tacite, Histoires, IV, 53, éd. H. Le Bonniec et J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 2003, p. 44.

98 Tacite, Annales, XV, 48 ; Suétone, Néron, 45.

99 Suétone, Néron, 35 ; Tacite, Annales, XV, 52 et 68‑69.

100 É. Beaudouin, « Étude sur le Ius Italicum » publiée en trois livraisons dans la Nouvelle revue historique de droit fronçais et étranger, tome V, 1881, p. 145‑194 et 592‑642 et tome VI, p. 684‑721 ; sur le cas de vienne, tome VI, p. 687‑690.

101 Éd. Ph. Fabia (voir infra), p. 110‑119.

102 Pelletier 1982, p. 73‑80.

103 Pelletier 1982, p. 76‑78 ; modification dans Pelletier 2001, p. 16‑18.

104 Gascou 1991a, p. 555‑558.

105 Christol et Masson 1997.

106 Chastagnol, in Christol et Masson 1997, p. 54 et 61 ; Gascou, ibid., p. 90‑101, 120‑122. Voir aussi les textes 9, 27, 28, 35 et 95.

107 Tacite, Annales, livres XI-XII, éd. P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1976, p. 26.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search