Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Plutarque, Propos de table

Texte intégral

Plutarque (Πλούταρχος, ca 46‑120), est originaire de Chéronée en Béotie, prêtre de Delphes, il appartient à l’élite grecque cultivée ; citoyen romain, peut-être de rang équestre, il n’exerça aucune charge politique dans le gouvernement impérial. Grand voyageur, il entretenait un réseau d’amis sur l’ensemble du monde alors connu.

1Il ne saurait être question ici de détailler son œuvre, pour laquelle le catalogue de son fils Lamprias dénombre 227 titres, dont la moitié nous est parvenue. On a coutume de distinguer deux volets : les Vies parallèles et les autres œuvres, classées sous le titre générique de Moralia, qui illustrent la curiosité sans borne de ce polygraphe. Ses neuf livres des Propos de table (Συμποσιακά, Quaestiones conviviales), rédigés vers 107, traduisent à travers des conversations de banquet la diversité des questions traitées, où toutes les disciplines sont présentes.

20. Le pin et le vin

2L’œuvre en question a comme cadre un repas à Corinthe, lors des Jeux isthmiques et le sujet discuté est la consécration du pin à Poséidon et Dionysos.

Τῷ δὲ Διονύσῳ τὴν πίτυν ἀνιέρωσαν ὡς ἐφηδύνουσαν τὸν οἶνον· τὰ γὰρ πιτυώδη χωρία λέγουσιν ἡδύοινον τὴν ἄμπελον φέρειν. Καὶ τὴν θερμότητα τῆς γῆς Θεόφραστος αἰτιᾶται· καθόλου γὰρ ἐν ἀργιλώδεσι τόποις φύεσθαι τὴν πίτυν, εἶναι δὲ τὴν ἄργιλον θερμήν, διὸ καὶ συνεκπέττειν τὸν οἶνον, ὥσπερ καὶ τὸ ὕδωρ ἐλαφρότατον καὶ ἥδιστον ἡ ἄργιλος ἀναδίδωσιν, ἔτι δὲ καὶ καταμιγνυμένη πρὸς σῖτον ἐπίμετρον ποιεῖ δαψιλές, ἁδρύνουσα καὶ διογκοῦσα τῇ θερμότητι τὸν πυρόν. Οὐ μὴν ἀλλὰ καὶ τῆς πίτυος αὐτῆς εἰκὸς ἀπολαύειν τὴν ἄμπελον, ἐχούσης ἐπιτηδειότητα πολλὴν πρὸς σωτηρίαν οἴνου καὶ διαμονήν· τῇ τε γὰρ πίττῃ πάντες ἐξαλείφουσι τὰ ἀγγεῖα, καὶ τῆς ῥητίνης ὑπομιγνύουσι πολλοὶ τῷ οἴνῳ, καθάπερ Εὐβοεῖς τῶν Ἑλλαδικῶν καὶ τῶν Ἰταλικῶν οἱ περὶ τὸν Πάδον οἰκοῦντες, ἐκ δὲ τῆς περὶ Βίενναν Γαλατίας ὁ πισσίτης οἶνος κατακομίζεται, διαφερόντως τιμώμενος ὑπὸ Ῥωμαίων. Οὐ γὰρ μόνον εὐωδίαν τινὰ τὰ τοιαῦτα προσδίδωσιν, ἀλλὰ καὶ τὸν οἶνον [ἐμποιεῖ] παρίστησι ταχέως ἐξαιροῦντα τῇ θερμότητι τοῦ οἴνου τὸ νεαρὸν καὶ ὑδατῶδες.

C’est à Dionysos que le pin fut consacré, puisqu’il adoucit le vin : on dit en effet que la vigne des régions pinifères produit un vin plus doux. Théophraste en attribue la cause à la chaleur de la terre : le pin pousse en général sur des terrains argileux, or l’argile est chaude, et c’est pourquoi elle contribue à la bonne maturation du fruit, tout comme elle rend aussi l’eau particulièrement légère et agréable au goût, et que, encore, mélangée au blé, elle en augmente considérablement la masse en dilatant et en faisant gonfler les grains sous l’effet de la chaleur. Néanmoins, il est vraisemblable que le pin a par lui-même une action favorable sur la vigne, vu qu’il est particulièrement propre à garantir la conservation du vin ; tout le monde, en effet, enduit de poix les récipients qui le conservent, et en beaucoup d’endroits on ajoute de la résine au vin – c’est ce que font les Eubéens, en Grèce, et, en Italie, les habitants de la région du Pô –, tandis que de la région de Vienne en Gaule est importé le vin poissé, si apprécié des Romains. Ces substances ne confèrent pas seulement un certain bouquet au vin, elles le rendent aussi plus corsé, parce que leur chaleur fait rapidement disparaître ce qu’il peut garder d’instable et d’aqueux.
(Plutarque, Propos de table, V, 3, 676 A-B)

3Le terme employé par Plutarque, τὰ ἀγγεῖα, est un terme générique désignant un récipient destiné à contenir une denrée, ce qui ne permet pas de préciser la nature du contenant, jarre, amphore, ou tonneau.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, no 142 ; Brill Online, s.v. « Plutarchus 2 » [C.B.R. Pelling] ; J. Boulogne, Plutarque. Un aristocrate grec sous l’occupation romaine, Racines & modèles, Villeneuve-d’Ascq, 1994 ; J. Sirinelli, Plutarque de Chéronée. Un philosophe dans le siècle, Paris, 2000.

Œuvre

Voir les introductions et commentaires de l’éditeur Fr. Fuhrmann (cf. infra), tomes I et II ; S.‑T. Teodorsson, A commentary on Plutarch’s table talks. vol. II : books 4‑6, Studia Graeca et Latina Gothoburgensia 62, Göteborg, 1990 : texte supra commenté p. 167‑170.

Édition

Plutarque, Œuvres morales, tome IX, Propos de table, livres IV-VI, éd. Fr. Fuhrmann, CUF, Paris, 1978, p. 65‑66. Trad. revue.

Texte

Sur les contenants du vin, A. Desbat, « Le commerce des vins à Lugdunum », in Brun, Poux et Tchernia 2004, p. 254‑262.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search