Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Flavius Josèphe, Guerre des Juifs

Texte intégral

Appartenant à une grande famille sacerdotale de Galilée, Flavius Josèphe (Φλαούιος Ἰώσηπος, 37 - ca 95‑100) est un historien du peuple juif, polémiste et mémorialiste. En 66, quand la Judée se révolte, il accepte le commandement de la Galilée, mais son action suscite la méfiance ; et en juillet 67, après avoir résisté militairement à Vespasien, alors que ses compagnons se suicident collectivement, il finit par se rendre à celui-ci et lui prédit l’Empire. Les Juifs l’accusent de trahison. Deux ans plus tard, une fois Vespasien empereur, il est fait citoyen romain, devient ainsi Titus Flavius Josephus, et sera pensionné par les empereurs. Lors du siège de Jérusalem et de sa prise en 70, il assiste Titus, auquel il sert d’interprète.

1Il est l’auteur d’une Histoire de la guerre des Juifs contre les Romains en sept livres, composée autour de 75, entreprise probablement à la demande de Vespasien : une première version en araméen, une seconde en grec, la seule conservée. Dans le livre I, il remonte jusqu’au soulèvement des Macchabées en 167 av. J.‑C., et poursuit dans les livres suivants le récit de la résistance juive à Rome, entre 4 av. J.‑C. et la chute de Jérusalem en 70. Son grand œuvre est Les Antiquités juives (ou Histoire ancienne des Juifs), en vingt livres, publiés vers 93‑94. Il y traite de l’histoire de son peuple depuis les origines jusqu’à la veille de l’affrontement avec Rome en 66. L’ouvrage a une visée apologétique : montrer que ce peuple vaincu et décrié est aussi respectable que les autres, par ses grands hommes et sa haute antiquité, donc sa noblesse.

2Les deux extraits qui suivent sont les premiers à mentionner et à expliquer en détail pourquoi Archélaos a été exilé à Vienne ; l’événement sera repris dans la quasi-totalité des chroniques postérieures sous forme abrégée (voir index) ; le personnage d’Archélaos, malgré cet exil attesté clairement, ne laissera pourtant pas une grande trace dans la mémoire viennoise, contrairement à Pilate et Hérode Antipas.

15. Exil et rêve prémonitoire d’Archélaos

Παραλαβὼν δὲ τὴν ἐθναρχίαν Ἀρχέλαος καὶ κατὰ μνήμην τῶν πάλαι διαφορῶν οὐ μόνον Ἰουδαίοις ἀλλὰ καὶ Σαμαρεῦσι χρησάμενος ὠμῶς, πρεσβευσαμένων ἑκατέρων κατ’ αὐτοῦ πρὸς Καίσαρα ἔτει τῆς ἀρχῆς ἐνάτῳ, φυγαδεύεται μὲν αὐτὸς εἰς Βίενναν πόλιν τῆς Γαλλίας, ἡ οὐσία δ’ αὐτοῦ τοῖς Καίσαρος θησαυροῖς ἐγκατατάσσεται. Πρὶν κληθῆναι δ’ αὐτὸν ὑπὸ τοῦ Καίσαρος ὄναρ ἰδεῖν φασιν τοιόνδε· ἔδοξεν ὁρᾶν στάχυς ἐννέα πλήρεις καὶ μεγάλους ὑπὸ βοῶν καταβιβρωσκομένους. Μεταπεμψάμενος δὲ τοὺς μάντεις καὶ τῶν Χαλδαίων τινὰς ἐπυνθάνετο, τί σημαίνειν δοκοῖεν. Ἄλλων δ’ ἄλλως ἐξηγουμένων Σίμων τις Ἐσσαῖος τὸ γένος ἔφη τοὺς μὲν στάχυς ἐνιαυτοὺς νομίζειν, βόας δὲ μεταβολὴν πραγμάτων διὰ τὸ τὴν χώραν ἀροτριῶντας ἀλλάσσειν, ὥστε βασιλεύσειν μὲν αὐτὸν τὸν τῶν σταχύων ἀριθμόν, ἐν ποικίλαις δὲ πραγμάτων μεταβολαῖς γενόμενον τελευτήσειν. Ταῦτα ἀκούσας Ἀρχέλαος μετὰ πέντε ἡμέρας ἐπὶ τὴν δίκην μετεκλήθη.

Quand Archélaos eut pris possession de son ethnarchie, il n’oublia pas ses anciennes rancunes, mais traita avec férocité non seulement les Juifs mais aussi les Samaritains ; les uns et les autres envoyèrent des députés à César pour se plaindre de lui, dans la neuvième année de son règne, si bien que lui-même fut exilé à Vienne, une ville de Gaule, et que sa fortune fut confisquée au profit du trésor impérial. On dit qu’avant d’être mandé par César, il eut le songe que voici : il lui sembla voir neuf gros épis lourds de grains que broutaient des bœufs. Il fit venir les devins et des Chaldéens et leur demanda la signification, selon eux, de ce présage. Chacun l’expliquait à sa façon ; mais un certain Simon, un Essénien, dit que les épis représentaient des années et les bœufs un bouleversement politique, parce que les bœufs, en traçant le sillon, retournent la terre : il régnerait donc autant d’années qu’il y avait d’épis, et mourrait après divers changements dans la situation politique. Cinq jours après, Archélaos était cité au tribunal de César.
(Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 111)

3Nous avons modifié la ponctuation du texte de l’édition d’A. Pelletier, de manière à mettre en valeur la date de l’ambassade envoyée par les opposants à Archélaos. Pour le commentaire, nous renvoyons au texte 17.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 132 ; EU en ligne, s.v. « Flavius Josèphe » [M. Hadas-Lebel] ; Brill Online, s.v. « Iosephus 4 » [I. Wandrey] ; M. Hadas-Lebel, Flavius Josèphe, le Juif de Rome, Paris, 1989 ; id., Jérusalem contre Rome, Patrimoines – Judaïsme, Paris, 1990 ; D. Lamour, Flavius Josèphe, Figures du savoir 21, Paris, 2000.

Édition

Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, tome I, livre I, éd. A. Pelletier, CUF, Paris, 1975, p. 30. Trad. revue.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search