Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

La province naturaliste au miroir de Paris

Les jardins d’acclimatation

Texte intégral

  • 358 Bonneuil (Christophe) & Bourguet (Marie-Noëlle), « De l’inventaire du monde et de la mise en valeu (...)
  • 359 Ibid., p. 8.

1La question de l’acclimatation et de la transplantation des plantes exotiques relie la métropole à l’empire comme elle fait le pont entre l’histoire des savoirs et l’histoire coloniale. Ces deux historiographies ont longtemps, tout au moins en France, cheminé séparément, leur rencontre ne s’opérant que marginalement sur les thèmes de l’économie de plantation et de la collecte botanique358. En 1999 et 2000, les rapports entre sciences naturelles et formation impériale ont donné lieu à deux numéros spéciaux d’Osiris et de la Revue française d’Histoire d’Outre-Mer. Mais la plupart des travaux analysant « les liens historiquement noués entre maîtrise intellectuelle de la nature et domination coloniale du monde »359 ont négligé le moment révolutionnaire qui est celui du délitement du premier empire colonial français. En 1763, lors du Traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans, la France perd l’essentiel de ses possessions coloniales, ne conservant que des comptoirs, les Mascareignes, la Guyane et, surtout, quelques îles des Antilles. Les îles à sucre sont alors d’une importance capitale, notamment la plus riche d’entre elles, Saint-Domingue dont l’économie de plantation repose largement sur l’esclavage des Noirs. En 1804, Saint-Domingue déclare son indépendance après plus d’une décennie de troubles marquée par la révolte des esclaves, la violence de la guerre civile, la première abolition de l’esclavage et la tentative de reprise en main par Bonaparte. Pendant ce long moment révolutionnaire, les liens commerciaux entre les colonies et la métropole se sont distendus — les révoltes d’esclaves affaiblissent l’économie de plantation et les guerres sur mer perturbent le commerce colonial —, si bien que la question de l’acclimatation des plantes exotiques devient cruciale. Pour observer les effets de ce basculement vers une économie postcoloniale dans la gestion des ressources végétales, il faudra envisager successivement la formation d’une nouvelle machinerie dédiée à l’acclimatation des plantes, puis les tentatives de naturalisation des végétaux exotiques en métropole et, enfin, les essais de transplantation de plantes alimentaires dans les dernières colonies de l’empire.

LES STRUCTURES PROVINCIALES ET COLONIALES DE L’ACCLIMATATION

  • 360 Regourd (François), « La Société Royale d’Agriculture… », art. cit. Médéric Louis Élie Moreau de S (...)
  • 361 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, p. 57-58 ; Roche (Daniel), (...)
  • 362 Bonnefont (Jean-Claude), « Les Agronomes… », art. cit., pp. 51-67, notamment p. 54.
  • 363 Justin (Émile), Les Sociétés royales d’agriculture au xviiie siècle. 1757-1793, Saint-Lô : 15 rue (...)
  • 364 Sur vingt sociétés d’agriculture, seules sept sont localisées dans une ville académique.
  • 365 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, p. 62.
  • 366 Justin (Émile), Les Sociétés royales d’agriculture…, op. cit., partie II.
  • 367 Allain (Yves-Marie), « Des jardins pour la Marine… », art. cit., pp. 35-55 ; ici, pp. 40-41.
  • 368 Thouin (André), « Mémoire sur les avantages de la culture des arbres étrangers pour l’emploi de pl (...)

2L’acclimatation des plantes exotiques en métropole ou leur transplantation dans les colonies est un souci constant des autorités parisiennes et notamment de Thouin et de Moreau de Saint-Méry360. Ces améliorateurs parisiens sont liés par leurs appartenances à diverses institutions de la capitale et forment un petit réseau que l’on a étudié précédemment. La situation est plus complexe en province et dans les colonies. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les sociétés d’agriculture sont avec les académies les principaux centres de recherche agronomique en province. Les académies provinciales, comme Daniel Roche l’a montré, visent d’abord « l’utilité » et l’histoire naturelle importe principalement par ses applications en agronomie361. À Nancy, l’académie mène des recherches agricoles en lien avec la botanique et la chimie ; elle sert aussi de relais à la Société royale d’agriculture qui souhaite faire passer ses instructions aux paysans des différents terroirs lorrains362. À notre connaissance cependant, nulle trace de recherches sur l’acclimatation des plantes exotiques dans ces académies. Elles existent sans doute, mais de manière marginale. Hors des académies, on compte en 1789 19 sociétés d’agriculture en province. Les trois quarts sont fondées entre 1757 et 1763, les autres entre 1764 et 1789363. L’installation d’une société d’agriculture dans une ville ne dépend ni du nombre de ses habitants ni de la présence d’une académie364. La plupart de ces sociétés sont fondées dans le grand Ouest de la France, manifestation probable de l’influence du modèle agronomique anglais365. Mais elles ne se soucient guère plus de l’acclimatation des plantes étrangères que les académies. C’est tout du moins ce qui ressort de l’étude ancienne d’Émile Justin. Les sociétés d’agriculture d’Ancien Régime s’attachent surtout à l’augmentation des surfaces cultivées (par les défrichements, le dessèchement des marais et le partage des communaux), à l’amélioration des cultures (par la sélection des semences, l’utilisation des engrais, l’amélioration de l’outillage et le choix d’une agriculture de prairie) et à la politique économique (par le remembrement du parcellaire, la liberté du commerce des grains et le développement des infrastructures)366. En fait, il semble qu’à la fin de l’Ancien Régime, les essais d’acclimatation des plantes exotiques s’opèrent principalement en dehors des académies et des sociétés d’agriculture, notamment dans les jardins d’acclimatation, comme celui de la Marine à Rochefort ou dans les jardins coloniaux, comme ceux de Cayenne et de l’Île de France367. Dans ces expérimentations, les particuliers jouent également un rôle essentiel comme le remarque Thouin en 1794, tout en déplorant que les marchands mettent aux arbres étrangers « un prix trop considérable, pour qu’on songeât à en faire des plantations plus étendues »368.

Sociétés d’agriculture en 1789
Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 369 Ibid.
  • 370 Bourquin (Jules), « Le Jardin botanique et le cabinet d’histoire naturelle de l’École centrale… à (...)

3À partir de 1795, les jardins botaniques départementaux et les nouvelles sociétés d’agriculture jouent un rôle plus marqué dans la naturalisation des végétaux exotiques. Chaque année, on l’a vu, Thouin distribue plantes et graines d’espèces rares aux jardins des Écoles centrales avec, depuis 1794, le projet d’employer également ces jardins à l’acclimatation des végétaux exotiques369. La question agricole mobilise aussi les professeurs centraliens. En 1801, dans un rapport au ministre de l’Intérieur, le professeur Lémane fait un rêve pour le jardin du Mont-Terrible370 :

Une promenade couverte [en] berceau s’y trouvera ainsi qu’une petite butte sur laquelle, les quintidis et décadis (jours de fête à notre École centrale), flottera le drapeau tricolore pour témoigner notre reconnaissance aux défenseurs de la Patrie qui ont reconquis notre Liberté. Quatre modestes pilastres portant un petit toit de chaume s’élèveront au milieu de ce carré. Ce toit, orné de beaux Iris vivaces et décoré de cette inscription : Honneur à l’agriculture !, couvrira de ses ailes une petite charrue faite d’après le plan proposé par Duhamel, ce citoyen si éclairé et si zélé pour le bien public.

  • 371 Peter (Joseph), L’Enseignement secondaire dans le département du Nord…, op. cit., p. 141 ; Dupin ( (...)

4Lémane propose alors de consacrer une partie du jardin botanique à la culture des plantes alimentaires et fourragères. Son projet associe instruction publique, amélioration agricole et politique patriotique dans un temple érigé en l’honneur de l’agriculture, temple modeste mais digne, la mode spartiate faisant ici écho à l’humilité paysanne. Par ailleurs, d’autres professeurs comme Lestiboudois distribuent chaque année des graines du jardin départemental à des botanistes cultivateurs et certains, comme Jozeau, proposent des « cours pratique d’agriculture » au jardin botanique371. L’agronomie est bien présente dans les Écoles centrales et les jardins départementaux, mais rien n’indique que l’acclimatation des plantes étrangères y prenne une place comparable à celle qu’elle occupe au Muséum sous la direction de Thouin.

  • 372 D’après : AD 67, 63J/2 : « Liste des sociétés libres d’agriculture [et] d’économie rurale dont l’e (...)
  • 373 AD 67, 63J/2 : Propositions de questions pour le prix de la Société d’agriculture du Bas-Rhin. [St (...)
  • 374 AD 67, 63J/2 : Rapport de Marco d’après la lettre de Siegwald à la Société d’agriculture du Bas-Rh (...)
  • 375 AD 67, 63J/2 : Lettre à la Société d’agriculture du Bas-Rhin. Strasbourg, le 7 brumaire an XIV.

5Les sociétés d’agriculture réapparaissent rapidement sous la Révolution, généralement à l’initiative des administrations départementales372. Les principales créations datent des années 1797-1801 et vers 1802, la plupart d’entre elles sont déjà en place. En 1805, les sociétés d’agriculture recouvrent la plus grande partie du territoire national, à l’exception de la Bretagne, du Massif central, du midi méditerranéen et de la Belgique où les créations sont souvent plus tardives. L’essentiel est pourtant la relative absence de ces sociétés dans l’Ouest où elles étaient nombreuses à la veille de la Révolution, alors que le quart Nord-Est du pays est presque complètement couvert. Deux ensembles géographiques sont plus directement concernés par la question de la naturalisation ou de la transplantation des espèces exotiques, les départements du Midi et l’espace colonial. Or on repère peu de sociétés d’agriculture dans les départements du littoral méditerranéen jusqu’à l’Hérault et si une société est bien attestée à Saint-Domingue en 1804, ses travaux sont très méconnus. D’ailleurs, comme sous l’Ancien Régime, l’acclimatation des plantes n’est pas au centre des préoccupations des sociétés d’agriculture de province. Les thématiques anciennes sont reprises et partout, on critique les « routines » paysannes dont il faut débarrasser la pratique culturale. La question de l’acclimatation semble néanmoins davantage traitée que par le passé comme le montre le cas strasbourgeois. Vers 1800, sa société d’agriculture propose cinq questions pour le prix départemental. L’une touche aux succédanés qui pourraient remplacer les productions importées et une autre aux essais de « naturalisation des arbres exotiques »373. En 1802, la société reçoit des propositions de Siegwald, qui a longtemps vécu en Amérique septentrionale et suggère d’introduire dans le Bas-Rhin l’érable à sucre, l’indigo ou le sassafras374. En 1805, un certain Marco envoie à la société un paquet de graines de lin de Sibérie et lui demande d’en assurer la propagation375. Ces initiatives sont certes ponctuelles et les tentatives d’acclimatation demeurent toujours secondaires dans les travaux des sociétés d’agriculture. Elles ne sont cependant pas complètement dérisoires.

Sociétés d’agriculture en 1805
Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 376 Mémoires d’agriculture, vol. 11, 1808, pp. cviii-cxii.
  • 377 Ibid., pp. cx-cxi. L’article mentionne « le bois de soie de Constantinople (mimosa julibrizin, Scop (...)
  • 378 gigantea, Vent.) ; le cactier à cochenille (cactus coccinellifer) ». Ibid., pp. cxi-cxii.
  • 379 Mémoires d’agriculture, vol. 10, 1807, p. liv.
  • 380 Ibid.

6La plupart des essais de naturalisation s’opèrent en dehors des sociétés d’agriculture et des jardins botaniques des Écoles centrales, notamment dans les anciens jardins d’acclimatation, en métropole comme dans les colonies. En métropole, un article des Mémoires d’agriculture publié en 1808 indique qu’il n’existe qu’un seul jardin d’essai en France, celui de la Marine à Toulon dirigé par François Martin376. Durant sa longue carrière, il a su en tirer « un grand parti pour l’acclimatation de plusieurs plantes exotiques utiles » en réunissant « une collection assez étendue de végétaux exotiques des pays chauds ; il les a multipliés et répandus parmi les cultivateurs de son département en leur distribuant gratuitement des graines et [en] leur communiquant les instructions nécessaires pour assurer le succès de ces cultures »377. Avant 1807, il a envoyé des semences de cotonniers à une vingtaine de cultivateurs des environs de Toulon et, en 1808, il reçoit pour ses travaux de naturalisation une médaille d’or de la Société d’agriculture de la Seine378. Les expériences sur le coton ne sont certes pas nouvelles. Dès la fin de l’Ancien Régime, Pellicot sème en Corse des graines de cotonnier offertes par l’abbé Nolin, tandis qu’en 1791, la Société d’agriculture de Paris propose un « prix pour celui qui auroit planté en France au moins mille cotonniers »379. Pourtant, dans les premières années du nouveau siècle, les essais se multiplient dans les départements méridionaux : « depuis cette époque, M. Henri Gillot, à Tarascon, département des Bouches-du-Rhône, M. Paris Lasplaignes, dans le département du Gers, et M. Louis Dupoy, ci-devant colon de Saint-Domingue, dans le département des Landes, ont fait d’heureuses expériences, dont les unes ont été insérées, par les soins de la Commission d’agriculture dans la Feuille du cultivateur ; les autres dans les Mémoires de la Société d’agriculture du Gers ; et les dernières récemment publiées dans les papiers publics »380. Ces tentatives de naturalisation du coton dans le Midi mobilisent ensemble le gouvernement, la Société d’agriculture de la Seine, un jardin national dépendant de la Marine à Toulon, mais aussi des cultivateurs simples particuliers. Thouin rêvait d’une politique d’acclimatation qui reposerait davantage sur des institutions publiques et d’abord sur le réseau des nouveaux jardins botaniques. L’acclimatation est pourtant d’abord l’affaire « d’hommes instruits dans cette partie », l’implication des autorités relevant essentiellement d’une politique d’encouragement assez proche en définitive de celle de l’Ancien Régime finissant.

DE LA MÉTROPOLE AUX COLONIES

  • 381 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 106 e (...)
  • 382 Collini (Silvia) & Vannoni (Antonella), « La Société d’histoire naturelle e il viaggio di d’Entrec (...)
  • 383 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 2, p. 235, (...)
  • 384 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 188 ;(...)
  • 385 VIII de la République, Paris : Ballard, [An VIII], pp. 34-36 : « Sur l’arbre à pain ». Décade philo (...)
  • 386 Borie (Nicolas Yves), Statistique du département d’Ille-et-Vilaine, 1800, op. cit., pp. 30-31.
  • 387 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 182.

7Au moment du démantèlement de l’empire, les jardins coloniaux d’acclimatation tentent une reconversion partielle de leur production. Il est alors moins question de l’acclimatation des épices destinées à la métropole que de la transplantation de l’arbre à pain qui doit fournir aux colonies leur autonomie alimentaire. Cook et Anson avaient déjà signalé l’utilité de cette plante en cas d’insuffisance des ressources alimentaires locales. Dans les années révolutionnaires, la plante est avec le lin de Nouvelle Zélande, fibre solide utilisée notamment pour les cordages, l’espèce végétale dont l’acclimatation est la plus encouragée381. Dans son Instruction aux voyageurs de l’expédition de d’Entrecasteaux, Lamarck écrit ainsi qu’il « faudrait procurer à l’Europe, le phormium tenax ou le lin de la Nouvelle-Zélande [et] les principales espèces d’artocarpus parmi lesquelles se trouve l’arbre à pain »382. Il convient pourtant de distinguer soigneusement deux variétés de cette plante exotique donnant de gros fruits entrant dans la consommation alimentaire : la variété dite « sauvage », originaire des Moluques dans l’archipel indonésien, qui produit un fruit de qualité médiocre « parsemé de grosses pointes coniques » et la variété dite « cultivée » de Polynésie dont les fruits, d’aspect plus lisse, sont réputés bien meilleurs383. L’arbre à pain sauvage est introduit par Pierre Poivre à l’Île de France (Maurice) vers 1770 d’où il passe à Cayenne en 1788, avant d’être rapidement distribué dans les Antilles384. L’histoire de l’introduction de la variété polynésienne est liée aux expéditions scientifiques de Bligh et de d’Entrecasteaux, comme on l’a vu. À la fin du xviiie siècle, dans les empires britannique et français, on espère une acclimatation rapide de la plante. Labillardière remarque ainsi à propos des quelques arbres à pain laissés au jardinier Lahaye que, comme ils « croissent très-vite, cette quantité est plus que suffisante pour les répandre très-abondamment dans nos colonies, dans un espace de 6 à 8 ans »385. La variété devient rapidement célèbre dans la France du début du xixe siècle, si bien que le préfet d’Ille-et-Vilaine Borie présente le châtaignier comme « l’arbre à pain de ce département » dans un renversement de perspective où la plante exotique devient de point de référence pour l’espèce indigène386. Le « fameux arbre à pain », comme l’appelle Pujoulx, est bien alors le modèle de la plante « utile »387.

  • 388 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 188 ; (...)
  • 389 AN, F/17/1225-1226 : « État des plantes qui sont délivrées aux citoyens habitans de cette colonie, (...)
  • 390 AN, F/17/1225-1226 : Lettre de Thouin à un « citoyen commissaire ». Paris, le 21 fructidor an III. (...)
  • 391 Ibid.
  • 392 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, séance d (...)

8Les jardins de Cayenne sont un observatoire intéressant des mutations que connaissent les jardins coloniaux sous la Révolution autour de la question de l’arbre à pain. Vers 1793, le jardin botanique et la pépinière de la Gabrielle, tous deux dirigés par Joseph Martin, ancien « élève agriculteur » du Jardin des plantes et directeur des plantations nationales d’épiceries, sont au centre d’un petit réseau de correspondance dans l’espace caraïbe. Martin envoie des plantes dans les cantons guyanais et, secondairement, en Martinique et en Guadeloupe388. Parmi les plus de 32 000 plantes envoyées de la mi-1791 à la mi-1792 dans les colonies des Caraïbes, on remarque une nette domination des épiceries, et notamment des girofliers qui représentent 75 % des envois contre à peine plus de 2 % pour les arbres à pain de la variété sauvage389. En octobre 1794, Martin annonce encore à Thouin la récolte du girofle sur 147 arbres, joignant probablement à son envoi un échantillon prouvant que ces baies sont plus aromatiques et plus volumineuses que celles importées des Moluques par la Hollande390. Thouin précise d’ailleurs que « si cet établissement est protégé et son directeur encouragé, bientôt il nous délivrera du tribut que nous payons annuellement à la Hollande, non seulement pour la girofle qui se consomme en France mais pour le poivre, la canelle [sic] et la muscade. C’est une mine féconde qui est préférable à celles du Mexique et du Pérou »391. En mars 1797, Jussieu et Desfontaines font un rapport sur le travail de Martin à l’Institut national : depuis 1791, celui-ci a planté 14 000 girofliers à la Gabrielle avec l’intention de porter leur nombre à 100 000, de « multiplier beaucoup les poivriers, les canelliers [sic], les muscadiers, ainsi que l’arbre à pain, dont les nègres mangent volontiers le fruit cuit à l’eau, quoiqu’il soit d’une qualité bien inférieure à celui des Isles des Amis. La liberté des Noirs a suspendu l’exécution de ce projet »392. Ainsi, au moins jusqu’en 1797, la production des jardins coloniaux de Cayenne vise en priorité à répondre à la demande métropolitaine en épiceries, le projet initial de Martin reposant également sur l’esclavage des Noirs.

Arbre à pain d’Othaïti Planche extraite du volume 2 des planches du Dictionnaire des sciences naturelles de Turpin (1816)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 393 Touchet (Julien), Botanique & colonisation…, op. cit., pp. 179-204.
  • 394 Ibid., p. 303.
  • 395 Magasin encyclopédique, 5e année, vol. 2, 1799, pp. 241-242 : « Jardin national de Cayenne » ; Déc (...)
  • 396 Annales du Muséum, vol. 1, 1802, pp. 82-83 : Lettre de Martin à Thouin du 12 vendémiaire an IX.
  • 397 Ibid., p. 83.
  • 398 Magasin encyclopédique, 6e année, vol. 6, 1801, p. 100 : « Note sur les cultures de Cayenne. Par M (...)
  • 399 Ibid.
  • 400 Programme des prix proposés par la Société d’agriculture du département de la Seine, dans sa séanc (...)
  • 401 Magasin encyclopédique, 7e année, vol. 5 (1801), pp. 546-548 : « Acclimatation du C. Martin à Caye (...)
  • 402 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 106 e (...)

9Quelques années plus tard, l’ordre des priorités semble s’être modifié, peut-être à la faveur d’un nouveau jardin créé à Baduel, dans les environs de Cayenne393. En juin 1798, Martin, retournant à Cayenne d’où il avait été chassé deux ans plus tôt à la faveur d’un mouvement réactionnaire, transporte avec lui des arbres à pain du Jardin des plantes de Paris394. Un an plus tard, il envoie une lettre à Thouin, diffusée par extraits dans la presse395. Il y fait part de la réussite du marcottage sur l’individu d’arbre à pain arrivé de métropole, déplore l’état d’abandon de la plantation de girofliers pendant son absence et annonce qu’il travaille à sa remise en état. En 1800, dans une autre lettre à Thouin, il annonce avoir augmenté la culture des girofliers, canneliers, poivriers et muscadiers et débuté celle des vanilliers396. Il indique encore ses échecs avec les muscadiers et ses réussites avec les poivriers tout en remarquant que les « cultures en général ne pourront réussir dans la colonie que lorsqu’il y aura plus de population, et que l’industrie sera exercée par des hommes qui ont l’amour du travail », ce qui est une manière de déplorer la fin de l’esclavage397. En 1801, Martin informe la Société d’agriculture de la Seine des résultats de ses expériences sur les épiceries, mais aussi sur l’arbre à pain398. Il précise alors que les marcottes sur l’individu « arrivé d’Otaïti, promettent de donner incessamment le fruit précieux qui assurera à cette colonie une subsistance à l’abri de tous les évènemens, et dont les temps de guerre la mettent mieux à même d’apprécier l’importance »399. Martin prône alors le marcottage tandis que, selon Thouin, les semis demeurent la meilleure technique d’acclimatation des plantes400. Quelques mois plus tard, le jardinier de Cayenne annonce que les arbres à pain « prospèrent à merveille »401. La naturalisation de l’arbre à pain semble alors une voie possible pour l’autonomie alimentaire des colonies et le modèle paraît transposable dans le reste de l’empire. Toujours en 1801, Desfontaines observe ainsi à l’Institut national que la réussite de l’arbre à pain polynésien dans les colonies de Cayenne, d’Ile de France (Maurice) et de la Réunion laisse bien augurer d’un envoi de spécimens en Égypte402. On glisse alors du succès constaté de la transplantation des plantes au sein de la zone intertropicale à l’espoir d’une naturalisation réussie dans le bassin méditerranéen.

DES COLONIES À LA MÉTROPOLE

  • 403 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique… », art. cit.
  • 404 Mémoires d’agriculture, vol. 11, 1808, p. cix-cx.

10L’acclimatation des plantes exotiques dans les départements métropolitains a d’abord un motif économique. Comme la Révolution a entravé les liens commerciaux entre la métropole et les colonies, la naturalisation des plantes coloniales en France semble pouvoir répondre à la demande intérieure en produits exotiques largement entrés dans la consommation au cours du siècle. L’acclimatation des plantes de la zone intertropicale doit se réaliser dans le midi de la France et non à Paris au Jardin des plantes. De là, les plantes pourraient entamer une lente remontée vers le Nord du pays403. La théorie en est exprimée clairement dans un article des Mémoires d’agriculture404 :

Un des moyens les plus efficaces pour parvenir à acclimater ces végétaux, généralement originaires de pays plus chauds que le nôtre, c’est de les amener graduellement à ce point, en les cultivant d’abord avec des soins particuliers dans des climats dont la température s’éloigne le moins de celle de leur pays natal, en les faisant avancer ensuite de proche en proche, jusqu’à ce qu’ils aient atteint la limite qui leur est assignée par la nature et leur organisation. Ainsi, pour la France, c’est dans les Départemens méridionaux situés le long de la Méditerranée, qu’il faudroit commencer cette acclimatation, en réunissant dans des établissemens spécialement consacrés à cet objet, les diverses espèces de plantes dont la naturalisation présenteroit quelque avantage remarquable.

  • 405 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, p. 201 : « Plantes coloniales cultivées s (...)

11Comme beaucoup d’autres, Basset, originaire de Nimes, pense possible d’acclimater toutes les plantes exotiques dans le Sud de la France. En 1794, il prétend405 :

qu’il n’est point de plantes coloniales qui ne réussissent dans le territoire de Monaco, de Menthon [sic], des îles d’Hiêres [sic] et du département des Alpes-maritimes ; que la canne à sucre s’élèvera à huit pieds, et mûrira dans les expositions choisies des départements du Var, des Bouches-du-Rhône, de Vaucluse et du Gard ; que l’indigotier fleurira et mûrira ses graines dans huit de nos départemens méridionaux ; qu’on y récoltera le coton des îles de Cayenne, de Siam, de Malte et du Levant ; que le riz sec, qui se trouve à la Chine, à la Cochinchine, à la naissance des monts Apalaches [sic], ainsi que le riz aquatique, se récolteraient dans un plus grand nombre encore de départemens.

  • 406 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 403-405 : « Seconde lettre de Giroud, envoyé (...)
  • 407 Décade philosophique, vol. 9, mars à mai 1796, pp. 398-412 puis pp. 454-464 : « Voyage à la recher (...)
  • 408 Magasin encyclopédique, 6e année, vol. 6, 1801, pp. 382-384 : « Sur l’arbre à pain ».
  • 409 Bourguet (Marie-Noëlle),« Measurable Difference… », art. cit., p. 280.
  • 410 Mémoires d’agriculture, vol. 10, 1807, pp. liv-lv.
  • 411 Bret (Patrice), « Des ‘ Indes’en Méditerranée ? L’utopie tropicale d’un jardinier des Lumières et (...)

12Prenons encore l’exemple de l’arbre à pain. Giroud, annonçant l’envoi de plants et de graines de Saint-Domingue à l’Institut national, espère que « transplanté par vos soins [ceux des membres de l’Institut] dans les contrées les plus méridionales de la République, il pourra s’acclimater et donner des fruits qui grossiront la liste des substances destinées à nourrir les hommes de notre chère patrie »406. Labillardière croit « qu’avec des soins on viendrait à bout de naturaliser ce précieux végétal dans nos départemens du Midi »407. Un rédacteur du Magasin encyclopédique indique que « l’arbre à pain pourroit être cultivé, avec avantage, en AEgypte ; et peut-être seroit-il possible de l’acclimater en Corse et dans nos départemens méridionaux : il croît sous la même latitude que le mûrier à papier, qui résiste à la rigueur de nos hivers »408. On peut faire ici trois remarques. D’une part, tous ces espoirs d’acclimatation postulent une continuité climatique entre la zone intertropicale et l’espace méditerranéen, ce qui revient à privilégier le climat sur la nature des sols et à réduire la notion de climat à la seule question des températures. Cela n’est guère surprenant. Déjà à la fin des années 1780, l’éditeur des Affiches américaines à Port-au-Prince, Claude Mozard, pense que ses tables thermométriques sont une base suffisante pour assurer le succès de l’acclimatation des plantes de l’Île de France à Saint-Domingue409. D’autre part, le mûrier à papier sert ici de point de comparaison dans un raisonnement qui n’emprunte rien à la rhétorique du chiffre, mais ressemble terriblement à un syllogisme : le mûrier réussit très bien dans le Midi ; or l’arbre à pain vient de la même zone climatique ; il doit donc également réussir dans nos départements méridionaux. Enfin, les espaces où les essais méritent d’être tentés sont toujours les mêmes : les départements méridionaux, la Corse mais aussi l’Égypte et plus tard, les départements italiens qui ont « l’avantage d’une chaleur considérable et de plus longue durée »410. Il s’agit alors bien, selon la belle formule de Patrice Bret, de porter les Indes en Méditerranée411.

  • 412 Biographie universelle ancienne et moderne, Bruxelles : H. Ode, 1843-1847, entrée : « Volney ».
  • 413 Magasin encyclopédique, 7e année, vol. 5, 1801, pp. 545-546 : « Acclimatations en Corse de plantes (...)

13Des essais sont ainsi tentés dans la moitié méridionale de la France, principalement le long du littoral méditerranéen, mais aussi en Corse. En novembre 1789, à l’initiative de Constantin-François Chassebœuf, comte de Volney, l’île est déclarée « partie intégrante de l’Empire français » à l’Assemblée nationale et rapidement départementalisée. Dès 1792, Volney a le projet d’y naturaliser des plantes américaines sur ses terres de la Confina, à côté d’Ajaccio, rebaptisé pour l’occasion le domaine des « Petites-Indes »412. Les troubles liés à la révolte de Pascal Paoli l’obligent à quitter l’île et à vendre son domaine à l’encan dès l’année suivante. Cette première et brève tentative d’acclimatation, dans laquelle le Jardin des plantes semble ne pas être intervenu, se solde donc par un échec. La Corse, après un intermède anglais, retombe dans le giron français en 1796, dans la foulée de la campagne italienne de Bonaparte. Elle est alors dotée d’un régime d’exception. Vers 1800, le Muséum national d’Histoire naturelle y envoie sur la demande du gouvernement, une collection de végétaux, la plupart exotiques et « choisis parmi ceux qui [doivent] le mieux s’accoutumer au climat de cette île, et être en même temps le plus utiles aux arts et au commerce des habitans »413. Le jardinier Noisette est chargé d’accompagner les plantes, d’en diriger la culture et de rapporter à Thouin les résultats de ses expériences. Cette fois, le Jardin des plantes tente de contrôler tout le processus d’acclimatation, depuis l’envoi des graines jusqu’aux retours d’expérience, en déléguant un de ses élèves et en demandant la protection des administrateurs de l’île.

  • 414 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, pp. 330-332 : « Lettre de Papon aux auteu (...)
  • 415 AN, F/17/1225-1226 : « Rapport sur un envoi de plantes et de graines fait à Nice, Département des (...)
  • 416 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, art. cit., pp. 200-201 : « Plantes coloni (...)
  • 417 AN, F/10/497-498.

14D’autres essais sont tentés dans les départements du midi. Un certain Papon dans une lettre adressée à la Décade, vante les mérites des Alpes-Maritimes pour la naturalisation des plantes exotiques. Il avance trois arguments : l’argument climatique, en insistant sur l’heureuse variété du climat départemental entre le littoral et les montagnes ; l’argument historique, en rappelant les tentatives passées de naturalisation de la canne à sucre aux îles d’Hyères ; l’argument géographique de la localisation du département aux confins italiens, ce qui devrait produire une saine émulation dans la péninsule414. Dans ce même département, Bermond, à la demande du Muséum et de la Commission d’agriculture, réalise des essais sur des plantes exotiques pour la plupart originaires des colonies du premier empire français415. Ce sont toutes des « plantes économiques » dont l’acclimatation vise soit l’alimentation des hommes, soit le fourrage des bêtes, soit encore l’industrie textile. D’autres expériences sont menées par des professeurs de botanique comme Antoine Gouan, qui sème au jardin national de Montpellier l’indigo et le cotonnier et est bientôt imité par d’autres cultivateurs du département416. Certains parcours soulignent également le rôle d’anciens colons revenus en métropole, à l’image de Basset417. Réalisant à partir de 1782 des expériences à Saint-Domingue et voulant les répéter « sur un sol intermédiaire, entre les colonies et la partie méridionale de la France », il passe aux États-Unis et introduit le coton de Saint-Domingue dans les environs de Charleston, sur la côte orientale. De ces expériences en milieu « intermédiaire », il conclut à la possibilité d’acclimater en France les épiceries, les plantes médicinales, tinctoriales et alimentaires et propose au Bureau central d’agriculture en 1792-1793 d’introduire dans les départements méridionaux des cultures coloniales comme la canne à sucre, le café, le cacao, l’indigo et la cochenille.

  • 418 Magasin encyclopédique, 3e année, vol. 1, 1797, pp. 539-542 : « Pétition de la Canne à sucre et du (...)
  • 419 Par exemple, aucun des trois articles traitant des cultures coloniales dans le premier volume des (...)

15Un autre texte, étrange et difficile, publié en 1797 dans le Magasin encyclopédique, indique aussi le rôle des anciens colons dans l’acclimatation. La Pétition de la Canne à sucre et du Cafeyer du jardin botanique du département de la Gironde418 commence par une longue déploration des plantes coloniales abandonnées dans le jardin de Bordeaux malgré l’ancienne promesse royale de fonder en Corse « une colonie florissante » et se termine par la demande d’un passage « gratis sur les vaisseaux de la république » et d’un renvoi au pays natal « où la terre et l’air fournissent à tous nos besoins presque sans aucune culture ». La pétition glisse alors vers la défense des « colons réfugiés » auxquels la Révolution a fait subir le même mauvais sort : les plantes font la liste des marques de leur fidélité au nouveau régime républicain et espèrent une dernière fois « peupler le Golo et le Liamone [Corse], où nous ne porterions certainement pas l’esclavage, comme on nous accuse de l’avoir fait en Amérique ». Il faut sans doute lire dans ce curieux discours la requête de colons « rapatriés » espérant vivre des cultures exotiques naturalisées sur le territoire métropolitain. Cette pétition est aussi l’un des rares textes touchant à l’acclimatation des plantes coloniales qui fasse directement allusion à la question du mode de production esclavagiste. Il est en effet remarquable que la question politique de l’esclavage ne rencontre que très rarement la question économique de l’acclimatation de la canne à sucre, alors que la production sucrière repose toute entière sur le travail des esclaves419.

Caféier Coffea arabica, vélin de Claude Aubriet (portefeuille 37, folio 98) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 420 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794 : « Plantes coloniales… », art. cit.
  • 421 AN, F/10/497-498 : Lettre de Barthélemy à l’administration du département des Bouches-du-Rhône. Ai (...)
  • 422 AN, F/10/497-498 : divers documents de 1792 et 1793.
  • 423 Bourguet (Marie-Noëlle), « Measurable Difference… », art. cit., pp. 282-283.

16Le succès de ces essais est très difficile à apprécier, d’autant que la réussite technique n’implique pas nécessairement la réussite économique. Premier niveau : le succès technique de l’acclimatation des plantes exotiques. Dans la Décade philosophique, les expériences de Bermond dans les Alpes-Maritimes sont décrites comme un « succès » et surtout, ce succès, constaté par les « autorités constituées et les gens de l’art », est mesuré à l’aune de la croissance chiffrée des plantes depuis leur départ de Paris420. Autre réussite, celle de Gouan, dont on explique dans le même article qu’il a « fait faire des bas de sa dernière récolte » de coton à Montpellier. Dans les deux cas, il s’agit bien de provoquer l’émulation chez les cultivateurs en leur donnant à imiter des exemples de procédés qui ont réussi : mesure, au propre comme au figuré, du succès de l’acclimatation dans le premier cas ; présentation des produits obtenus dans les arts industriels dans le second. Il s’agit bien là d’une pédagogie par l’exemple. Second niveau : la réussite économique et les contingences politiques. Quand Barthélemy propose à l’administration des Bouches-du-Rhône d’introduire le café et de tenter l’acclimatation du cotonnier et de l’indigotier dans les îles vénitiennes, le ministre de l’Intérieur, auquel la demande a été transmise, lui refuse toute aide. Il avance trois arguments à l’appui de son refus : les risques d’échec sont trop grands comme il semble impossible de cultiver le café au-delà du vingtième degré de latitude ; si jamais ces essais devaient réussir, le café produit dans les îles vénitiennes serait plus cher que celui des Antilles ; enfin il paraît « impolitique » d’enlever aux colonies une partie de leurs richesses421. En 1798, soit quatre ans après l’abolition de l’esclavage, le gouvernement craint que la concurrence métropolitaine ne jette définitivement bas l’économie de plantation et menace la souveraineté française sur les colonies. De même, quand Basset, sous la Convention, propose d’introduire dans les départements méridionaux des cultures coloniales, les administrateurs du département du Gard font répondre au ministère de l’Intérieur, qui a pris soin de demander l’expertise de la Commission d’agriculture, que le climat n’est pas assez chaud et que les précédents essais du même genre se sont soldés par des échecs sans désespérer qu’ils puissent réussir à Nice ou en Corse422. Entre le soutien officiel apporté aux recherches de Bermond et le rejet des propositions de Basset, Marie-Noëlle Bourguet observe que la différence de réception tient à la place de la « rhétorique du nombre » dans les discours sur l’acclimatation : Bermond avance des chiffres, alors qu’on reproche justement à Basset son manque de précision dans la mesure des températures423. Et, dans les deux cas, il revient à la Commission d’agriculture de juger de la crédibilité des propositions d’acclimatation : l’institution gouvernementale s’érige alors en tribunal des énoncés agronomiques.

*

  • 424 Bonneuil (Christophe) & Bourguet (Marie-Noëlle), « De l’inventaire du monde et de la mise en valeu (...)
  • 425 Ibid., p. 14.
  • 426 Bret (Patrice), « Des ‘ Indes’en Méditerranée ?… », art. cit.
  • 427 Décade philosophique, vol. 8, décembre 1795 à février 1796, pp. 134-142 : « Des moyens propres à r (...)
  • 428 Brançon (Denis) & Viel (Claude), « Le Sucre de betterave et l’essor de l’industrie : des premiers (...)

17Les essais de naturalisation relèvent d’un projet de domestication du monde naturel sur fond de politique économique. Sous l’Ancien Régime, la politique mercantiliste vise à transplanter dans l’espace colonial français les plantes exotiques destinées au marché métropolitain de manière à se passer des importations étrangères. L’exemple du café illustre bien cette politique : importé de Java à Amsterdam en 1714, bientôt cultivé au Jardin des plantes puis réexporté à la Martinique vers 1720, il permet aux plantations esclavagistes des Antilles françaises d’assurer plus de la moitié de la production mondiale de café vers 1789, détrônant les plantations hollandaises de Java424. Sous la Révolution, en particulier à partir de 1793, alors que l’empire colonial se désagrège, les économies métropolitaines et coloniales cherchent à se désentrelacer, à devenir autonomes plus que complémentaires : dans les colonies, cela se traduit par des essais répétés de transplantation d’une plante qui doit renforcer la production vivrière locale, l’arbre à pain polynésien ; en métropole, cela débouche sur des tentatives de naturalisation de plantes étrangères, essentiellement dans les départements méridionaux malgré quelques tentatives d’acclimatation d’espèces de « Sibérie » dans la partie septentrionale du pays. La France emprunte alors le chemin qu’avait tenté, un demi-siècle plus tôt, la Suède dépourvue de colonies425. La logique en est finalement la même : l’absence ou la perte d’un empire colonial amène les économies mercantilistes à tenter d’acclimater sur leur sol les plantes étrangères. D’autres solutions sont d’ailleurs envisagées pour faire face à la perte de l’empire : le projet de colonisation de l’Égypte proposé par Nectoux en 1798426 ou le recours aux ersatz qui doivent notamment se substituer à la canne à sucre, « devenue de première nécessité, et que l’indépendance probable de toutes les colonies rendra peut-être de jour en jour plus rare »427. Pour remplacer la canne, naturalistes, agronomes et chimistes réalisent des essais sur l’érable à sucre d’Amérique septentrionale puis, en particulier avec Delessert et Chaptal, sur la betterave sucrière428. Sous la Révolution et l’Empire, la naturalisation de plantes étrangères et l’expérimentation de succédanés sont ainsi deux réponses possibles à un même problème économique.

Notes

358 Bonneuil (Christophe) & Bourguet (Marie-Noëlle), « De l’inventaire du monde et de la mise en valeur du globe… », art. cit., pp. 8-9.

359 Ibid., p. 8.

360 Regourd (François), « La Société Royale d’Agriculture… », art. cit. Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry. Antillais monté à Paris, il apparaît comme « l’un des relais essentiels entre les colonies et la Société royale d’agriculture de Paris » dont il a le titre de correspondant. Son implication est visible dans les Trimestres de la société de 1788/1789 puis les Mémoires d’agriculture de la Société d’agriculture de la Seine de 1800.

361 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, p. 57-58 ; Roche (Daniel), « Natural History in the Academies », art. cit., notamment, p. 130, p. 134, p. 140 et p. 142.

362 Bonnefont (Jean-Claude), « Les Agronomes… », art. cit., pp. 51-67, notamment p. 54.

363 Justin (Émile), Les Sociétés royales d’agriculture au xviiie siècle. 1757-1793, Saint-Lô : 15 rue de la Marne, 1935, p. 275. De 1757 à 1763 : Rennes, Tours, Paris, Limoges, Lyon, Orléans, Riom, Rouen, Soissons, Alençon, Bourges, Auch, La Rochelle, Montauban, Caen, Valenciennes. De 1764 à 1789 : Poitiers, Aix, Perpignan, Moulins.

364 Sur vingt sociétés d’agriculture, seules sept sont localisées dans une ville académique.

365 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, p. 62.

366 Justin (Émile), Les Sociétés royales d’agriculture…, op. cit., partie II.

367 Allain (Yves-Marie), « Des jardins pour la Marine… », art. cit., pp. 35-55 ; ici, pp. 40-41.

368 Thouin (André), « Mémoire sur les avantages de la culture des arbres étrangers pour l’emploi de plusieurs terrains de différentes natures, abandonnés comme stériles », Décade philosophique, vol. 2, juillet à août 1794, pp. 193-199.

369 Ibid.

370 Bourquin (Jules), « Le Jardin botanique et le cabinet d’histoire naturelle de l’École centrale… à Porrentruy », art. cit., p. 38.

371 Peter (Joseph), L’Enseignement secondaire dans le département du Nord…, op. cit., p. 141 ; Dupin (Étienne), Statistique du département des Deux-Sèvres, An IX, op. cit., p. 44.

372 D’après : AD 67, 63J/2 : « Liste des sociétés libres d’agriculture [et] d’économie rurale dont l’existence est connue des bureaux du ministère de l’Intérieur ». Sans lieu ni date [An IX] ; AD 67, TP 13 : Liste des Sociétés savantes des départements [brochure imprimée], Paris : Paul Dupont, 1862, 27 p.

373 AD 67, 63J/2 : Propositions de questions pour le prix de la Société d’agriculture du Bas-Rhin. [Strasbourg, vers 1800].

374 AD 67, 63J/2 : Rapport de Marco d’après la lettre de Siegwald à la Société d’agriculture du Bas-Rhin. Muttersholtz, le 27 nivôse an X.

375 AD 67, 63J/2 : Lettre à la Société d’agriculture du Bas-Rhin. Strasbourg, le 7 brumaire an XIV.

376 Mémoires d’agriculture, vol. 11, 1808, pp. cviii-cxii.

377 Ibid., pp. cx-cxi. L’article mentionne « le bois de soie de Constantinople (mimosa julibrizin, Scop.) ; le tongchu des Chinois (sterculia plataniforia, L.) ; le sophora du Japon (sophora japonica, Li.) ; l’aloès pitte (furcroea

378 gigantea, Vent.) ; le cactier à cochenille (cactus coccinellifer) ». Ibid., pp. cxi-cxii.

379 Mémoires d’agriculture, vol. 10, 1807, p. liv.

380 Ibid.

381 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 106 et pp. 188-189 et vol. 2 [1800-1804], p. 235, p. 260, p. 298, p. 481 et p. 638.

382 Collini (Silvia) & Vannoni (Antonella), « La Société d’histoire naturelle e il viaggio di d’Entrecasteaux… », art. cit., p. 279 ; voir aussi Kury (Lorelai), « Les Instructions de voyage… », art. cit., pp. 83-84.

383 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 2, p. 235, pour la citation ; Décade philosophique, vol. 9, mars à mai 1796, pp. 398-412 puis pp. 454-464 : « Voyage à la recherche de La Pey rouse » ; ici, p. 457 ; Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 194.

384 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 188 ; Programme des prix proposés par la Société d’agriculture du département de la Seine, dans sa séance publique du 20 messidor an

385 VIII de la République, Paris : Ballard, [An VIII], pp. 34-36 : « Sur l’arbre à pain ». Décade philosophique, vol. 9, mars à mai 1796, pp. 398-412 puis pp. 454-464 : « Voyage à la recherche de La Peyrouse ».

386 Borie (Nicolas Yves), Statistique du département d’Ille-et-Vilaine, 1800, op. cit., pp. 30-31.

387 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 182.

388 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 188 ; AN, F/17/1225 : « État des plantes qui sont délivrées aux citoyens habitans de cette colonie, et autres lieux depuis le 26 avril 1791 jusqu’au 19 may 1792 » par Martin. Cayenne, le 28 juillet 1793.

389 AN, F/17/1225-1226 : « État des plantes qui sont délivrées aux citoyens habitans de cette colonie, et autres lieux depuis le 26 avril 1791 jusqu’au 19 may 1792 ». Cayenne, le 28 juillet 1793.

390 AN, F/17/1225-1226 : Lettre de Thouin à un « citoyen commissaire ». Paris, le 21 fructidor an III. Cette lettre en cite une autre de Martin du 17 vendémiaire an III.

391 Ibid.

392 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, séance du 6 germinal an V, pp. 188-190 : « Rapport de Desfontaines et Jussieu sur le travail du Cen Martin sur les épiceries de la Guyane française » ; ici, p. 189.

393 Touchet (Julien), Botanique & colonisation…, op. cit., pp. 179-204.

394 Ibid., p. 303.

395 Magasin encyclopédique, 5e année, vol. 2, 1799, pp. 241-242 : « Jardin national de Cayenne » ; Décade philosophique, vol. 22, juin à août 1799, p. 54 ; Annales du Muséum, vol. 1, 1802, pp. 81-82 : Lettre de Martin à Thouin en date du 22 ventôse an VII.

396 Annales du Muséum, vol. 1, 1802, pp. 82-83 : Lettre de Martin à Thouin du 12 vendémiaire an IX.

397 Ibid., p. 83.

398 Magasin encyclopédique, 6e année, vol. 6, 1801, p. 100 : « Note sur les cultures de Cayenne. Par Martin ».

399 Ibid.

400 Programme des prix proposés par la Société d’agriculture du département de la Seine, dans sa séance publique du 20 messidor an VIII…, op. cit., [An VIII], p. 35.

401 Magasin encyclopédique, 7e année, vol. 5 (1801), pp. 546-548 : « Acclimatation du C. Martin à Cayenne ».

402 Institut de France, Académie des sciences. Procès-verbaux des séances…, op. cit., vol. 1, p. 106 et pp. 188-189 et vol. 2, p. 298.

403 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique… », art. cit.

404 Mémoires d’agriculture, vol. 11, 1808, p. cix-cx.

405 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, p. 201 : « Plantes coloniales cultivées sur le sol de la République, leur progrès ».

406 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 403-405 : « Seconde lettre de Giroud, envoyé par le gouvernement à Saint-Domingue adressée à l’Institut national ».

407 Décade philosophique, vol. 9, mars à mai 1796, pp. 398-412 puis pp. 454-464 : « Voyage à la recherche de La Peyrouse ».

408 Magasin encyclopédique, 6e année, vol. 6, 1801, pp. 382-384 : « Sur l’arbre à pain ».

409 Bourguet (Marie-Noëlle),« Measurable Difference… », art. cit., p. 280.

410 Mémoires d’agriculture, vol. 10, 1807, pp. liv-lv.

411 Bret (Patrice), « Des ‘ Indes’en Méditerranée ? L’utopie tropicale d’un jardinier des Lumières et la maîtrise agricole du territoire », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer, vol. 86, no 322-323, 1999, pp. 65-89.

412 Biographie universelle ancienne et moderne, Bruxelles : H. Ode, 1843-1847, entrée : « Volney ».

413 Magasin encyclopédique, 7e année, vol. 5, 1801, pp. 545-546 : « Acclimatations en Corse de plantes du Muséum »

414 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, pp. 330-332 : « Lettre de Papon aux auteurs de la Décade à propos de l’acclimatation des plantes exotiques ».

415 AN, F/17/1225-1226 : « Rapport sur un envoi de plantes et de graines fait à Nice, Département des Alpes-Maritimes ». Paris, le 2 messidor an II ; Décade philosophique, vol. 2, juillet à août 1794, pp. 340-344 : « Essai tenté pour la naturalisation de plusieurs végétaux ». Liste des plantes : herbe de cosse de Saint-Domingue, herbe de Guinée, laurier de Madère des Canaries, chou caraïbe violet, thé de Saint-Domingue, acacie de la gomme arabique du Sénégal, gouavier des Antilles, cirier d’Amérique, cèdre du Liban, bananier d’Amérique, canne à sucre et café.

416 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, art. cit., pp. 200-201 : « Plantes coloniales… ».

417 AN, F/10/497-498.

418 Magasin encyclopédique, 3e année, vol. 1, 1797, pp. 539-542 : « Pétition de la Canne à sucre et du Cafeyer du jardin botanique du département de la Gironde au ministre de l’Intérieur ».

419 Par exemple, aucun des trois articles traitant des cultures coloniales dans le premier volume des Mémoires d’agriculture (1800), ne mentionne — sauf de manière allusive — la question de l’esclavage.

420 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794 : « Plantes coloniales… », art. cit.

421 AN, F/10/497-498 : Lettre de Barthélemy à l’administration du département des Bouches-du-Rhône. Aix, le 20 prairial an VI ; Lettre du ministre de l’Intérieur à Barthélemy. Paris, le 29 messidor an VI.

422 AN, F/10/497-498 : divers documents de 1792 et 1793.

423 Bourguet (Marie-Noëlle), « Measurable Difference… », art. cit., pp. 282-283.

424 Bonneuil (Christophe) & Bourguet (Marie-Noëlle), « De l’inventaire du monde et de la mise en valeur du globe… », art. cit., p. 13.

425 Ibid., p. 14.

426 Bret (Patrice), « Des ‘ Indes’en Méditerranée ?… », art. cit.

427 Décade philosophique, vol. 8, décembre 1795 à février 1796, pp. 134-142 : « Des moyens propres à répandre l’instruction agriculturale, par Diannyère », ici, p. 139.

428 Brançon (Denis) & Viel (Claude), « Le Sucre de betterave et l’essor de l’industrie : des premiers travaux jusqu’à la fin de la guerre de 1914-1918 », Revue d’histoire de la pharmacie, 87e année, no 322, 1999, pp. 235-246.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Légende Sociétés d’agriculture en 1789 Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Sociétés d’agriculture en 1805 Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Arbre à pain d’Othaïti Planche extraite du volume 2 des planches du Dictionnaire des sciences naturelles de Turpin (1816)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Caféier Coffea arabica, vélin de Claude Aubriet (portefeuille 37, folio 98) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5424/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540