Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

La province naturaliste au miroir de Paris

Les Écoles centrales

La formation des collections

Texte intégral

  • 184 Loi du 3 brumaire an IV au titre II, art. 4. Voir aussi : loi du 7 ventôse an III, art. 5 ; décret (...)
  • 185 On connait quelques jardiniers mis sous l’autorité d’un professeur d’histoire naturelle directeur (...)
  • 186 AM Metz, 1R 5 : Déclaration d’urgence du Conseil des Anciens. Paris, le 25 messidor an IV.
  • 187 AM Metz, 1R 5 : divers documents ; 2R 74 : Extrait des registres de délibération de l’administrati (...)
  • 188 AM Metz, 2R 74 : Extrait des registres de délibération de l’administration centrale de la Moselle. (...)
  • 189 AM Metz, 2R 68 : Procès-verbal sur le jardin botanique de Metz par Viville, Bizot, Coudray et Flam (...)

1En 1795, les trois lois et décrets qui instaurent les Écoles centrales dans les départements prévoient auprès de chacune d’elles « une bibliothèque publique, un jardin et un cabinet d’histoire naturelle, un cabinet de chimie et de physique expérimentales »184. Les professeurs d’histoire naturelle deviennent de facto les directeurs des jardins botaniques et les conservateurs des cabinets d’histoire naturelle des Écoles centrales à l’image des professeurs administrateurs du Muséum. Ils sont souvent aidés dans leur tâche par des gardiens ou des jardiniers dont certains sont des élèves ou des correspondants de Thouin comme Paul-François Lasalle à Fontainebleau ou Antoine Richard à Versailles185. L’installation des collections a pu parfois poser problème, notamment celle des jardins botaniques. Une déclaration du Conseil des Anciens de juillet 1796 prévoit que les jardins des anciens collèges « serviront à former le jardin botanique qui doit être établi près [des Écoles centrales] en exécution de la Loi du 3 brumaire an IV » et qu’au cas où il n’y aurait pas de jardins, l’administration centrale du département désignera le local le plus convenable »186. Le cas messin est assez exemplaire des difficultés rencontrées. En novembre 1796, on demande le déplacement de l’École centrale afin de disposer d’un véritable jardin, mais deux ans plus tard le professeur se plaint encore d’être obligé de courir la campagne pour « quelques plantes indigènes espacées et sans ordre »187. En attendant la formation d’un jardin botanique, l’administration centrale accepte alors l’offre de Jacques Coutier [ou Goutiere] qui propose, moyennant finance, de « mettre à la disposition du Professeur de botanique et de ses élèves, un jardin dans lequel il a rassemblé une collection nombreuse et très précieuse de plantes exotiques »188. Enfin, en avril 1801, le jardin des Capucins, auparavant dépendant du ministère de la Guerre, est cédé à l’École centrale pour être converti en jardin botanique189. En Moselle, la traduction concrète de la décision législative a donc pris quatre années pendant lesquelles diverses solutions transitoires sont essayées. C’est ce passage d’un programme d’enseignement reposant sur la formation de collections à leur mise en place effective que l’on voudrait examiner ici, en comparant d’abord la situation des cabinets et jardins institutionnels de part et d’autre de la Révolution, puis en observant les modalités des collectes départementales rapprochées des expéditions lointaines et, enfin, en analysant les envois du Muséum parisien aux Écoles centrales.

1780/1800 : LES COLLECTIONS INSTITUTIONNELLES DE PROVINCE

  • 190 Fourcroy (Antoine), Rapport sur la résolution du 8 messidor de l’an IV …, op. cit., p. 11.
  • 191 Grégoire (Henri), « Rapport et projet de décret sur les moyens d’améliorer l’agriculture en France (...)
  • 192 AN, F/17/1223-1224 : Les Comités des Domaines et d’instruction publique…, 1794, op. cit.
  • 193 AN, F/17/1223-1224.
  • 194 Rochefort : Allain (Yves-Marie), « Des jardins pour la Marine… », art. cit., pp. 39-41 ; Douai : D (...)
  • 195 Dans l’ordre chronologique de leur création : Montpellier (1593) ; Strasbourg (v. 1619) ; Bordeaux (...)

2Au Conseil des Anciens, parlant en juillet 1796 de la loi instaurant quatre-vingt-dix Écoles centrales, Fourcroy s’inquiète : « Proposer d’établir tout-à-la fois quatre-vingt-dix jardins botaniques, quatre-vingt-dix collections d’histoire naturelle, autant de cabinets de physique et de laboratoires de chimie, n’est-ce pas une idée colossale, n’est-ce pas une conception gigantesque que toute la puissance d’un grand empire ne pourrait réaliser […] ? Oui, sans doute, il faudrait reléguer cette idée dans le pays des chimères si l’on voulait la prendre dans toute sa latitude »190. Mais comment passe-t-on des chimères et des discours programmatiques aux réalisations concrètes ? Il faut d’abord observer la situation des collections institutionnelles à la veille de la Révolution. Commençons par les jardins botaniques. En octobre 1793, l’abbé Grégoire en dénombre 22 hors de Paris et de ses environs : Amiens, Lille, Nancy, Strasbourg, Besançon, Dijon, Lyon, Grenoble, Clermont, Toulon, Montpellier, Perpignan, Toulouse, Bordeaux, La Rochelle, Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Orléans, Caen et Rouen191. Le recensement de Grégoire, régulièrement chargé de rapports sur les jardins botaniques, est assez sûr. Un an plus tard, le 18 fructidor an II, le Comité d’Instruction publique envoie aux districts une circulaire les enjoignant de répondre à seize questions sur les jardins botaniques192. Les archives renferment 107 réponses sur les 581 districts qui composent alors le territoire national193. On y trouve des rapports sur plusieurs jardins institutionnels fondés sous l’Ancien Régime, ceux d’Amiens, de Lyon, de Montpellier et de Bordeaux également mentionnés par Grégoire, mais aussi deux « petits jardins botaniques » existant à Laon avant 1791 et le jardin médicinal d’Avignon. On peut encore y ajouter ceux de Rochefort, de Douai et de Sorèze et, pour les départements annexés sous la Révolution, celui de Louvain194. Soit au total 25 jardins botaniques dans les frontières de 1789 et 27 dans celles de 1800. Les plus anciens datent de la fin du xvie et du xviie siècle, mais la plupart ont été créés au cours du xviiie siècle, principalement à partir des années 1730195.

Jardins botaniques vers 1793
Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 196 Roche (Daniel), « Natural History in the Academies », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & S (...)

3La répartition des jardins botaniques sur le territoire national est assez homogène, et fait étonnant, elle ne privilégie pas particulièrement les littoraux et les grandes villes portuaires. À l’exception d’Orléans et de Rouen, tous ces jardins sont localisés loin de la capitale. Parfois créés par des princes, des papes ou des intendants, ils sont rattachés à diverses institutions provinciales. Ils dépendent tantôt des académies (Amiens, Bordeaux, Clermont, Dijon, Montpellier, Rouen et Toulouse), tantôt des sociétés d’agriculture ou de botanique (Angers et Laon), des corporations de médecins et d’apothicaires (Nancy et Nantes), des facultés de médecine (Strasbourg, Montpellier et Douai, mais aussi Louvain et Avignon), des Écoles de chirurgie de la Marine (Rochefort, Brest et Toulon) ou d’une école vétérinaire (Lyon)196. Presque tous ces jardins visent « l’utile » : la plupart sont liés au domaine médical, de la pharmacie à l’art vétérinaire, tandis que d’autres, plus rares, se rattachent à la recherche agronomique, de l’acclimatation des plantes exotiques à l’amélioration des variétés. Le cas du jardin botanique d’Angers, créé à l’extrême fin de l’Ancien Régime, est, de fait, exceptionnel : dépendant de la Société des botanophiles, il est le seul dont la visée est explicitement savante.

Le Jardin des plantes de Montpellier Plan de 1596 publié dans l’ouvrage éponyme de Martins (1854) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 197 Pour un premier recensement, voir : Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », a (...)

4Sous la Révolution, c’est par la création des Écoles centrales que les jardins botaniques se multiplient en province197. En 1802, sur les 99 Écoles provinciales recensées, au moins 66 disposent d’un jardin botanique, soit les deux tiers, tandis qu’au moins 14 d’entre elles n’en ont jamais eu à leur disposition. Outre ces jardins centraliens, au moins une bonne demi-douzaine d’autres jardins institutionnels se maintiennent pendant la période révolutionnaire.

Jardins botaniques vers 1800
Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 198 Avignon : Moulet (Pierre), « Histoire et déboires du jardin botanique d’Avignon », in Fischer (Jea (...)
  • 199 Limoges : Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, Limoges : H. Ducourci (...)
  • 200 Coirault (Gaston), Les Écoles centrales dans le Centre-Ouest…, op. cit., p. 126 ; Tiffonet (Lucien (...)
  • 201 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, An IX, op. cit., p. 89.
  • 202 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 3, p. 242.
  • 203 Montpellier : Dulieu (Louis), « La Vie médicale et chirurgicale à Montpellier du 12 août 1792 au 1 (...)
  • 204 [Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de (...)
  • 205 Dieudonné (Christophe), Statistique du département du Nord, 1804, op. cit., vol. 1, p. 268.
  • 206 Verneilh-Puyraseau (Joseph de), Statistique générale de la France. Département de Mont-Blanc, op. (...)

5Dans les premières années du xixe siècle, le territoire national — à l’exception, paradoxale pour qui songe à l’importance de la question de l’acclimatation, du Sud-Est du pays —, est couvert de jardins botaniques. Quelques jardins d’Ancien Régime ont disparu comme celui d’Avignon, tandis que d’autres sont rattachés aux Écoles centrales comme à Nancy, Dijon ou Angers198. Mais la plupart des jardins botaniques départementaux sont des créations entièrement nouvelles, anciens potagers de collèges, d’évêchés ou de séminaires rapidement reconvertis et consacrés à la botanique. Néanmoins, vers 1800, quelques départements ne disposent pas d’un jardin départemental en raison de retards dans les décisions administratives comme à Limoges ou à Maastricht, de querelles entre les différentes autorités comme au Mans ou à Liège ou de la guerre civile, comme c’est très probablement le cas en Vendée199. En l’absence d’un tel jardin, les autorités et les enseignants recherchent parfois des accommodements comme à Limoges, où le professeur d’histoire naturelle Juge Saint-Martin propose de mettre un terrain de sa propriété à la disposition des élèves de l’École et des « amateurs de l’un et l’autre sexe qui ne demandent que des connaissances d’agrément »200. En dehors des jardins centraliens, plusieurs départements disposent d’autres collections institutionnelles de plantes vivantes. Dans le Tarn, le seul jardin botanique du département dépend du collège de Sorèze201. À Brest, Rochefort et Toulon, les jardins de la Marine semblent toujours en activité202. À Montpellier et Strasbourg, les jardins botaniques demeurent attachés à l’École de santé en vertu d’une loi de pluviôse an III, tout en étant parfois fréquentés par les centraliens203. À Nantes, le jardin du Collège de pharmacie, rendu aux apothicaires, est à nouveau mis à profit au début du nouveau siècle204. À Douai, le jardin, anciennement rattaché à la faculté de médecine, est dévolu à la nouvelle Société d’agriculture205. Plusieurs départements comme la Charente-Inférieure, l’Hérault, la Loire-Inférieure, le Finistère ou le Nord, disposent ainsi de deux jardins botaniques. Au total, on recense donc, a minima, 74 jardins botaniques vers 1800 contre 27 dix ans plus tôt. Leur nombre a presque triplé en une décennie. Mais c’est aussi l’usage de ces jardins qui a changé : ils ne visent plus, ou plus prioritairement, l’art du médecin ou du pharmacien, mais sont une des traductions concrètes du projet pédagogique révolutionnaire qui valorise le rapport moral des adolescents à la nature. La Révolution, comme l’écrit Verneilh-Puyraseau, ancien préfet du Mont-Blanc, semble ainsi avoir réalisé le rêve botanophile de Jean-Jacques206.

  • 207 Laissus (Yves), « Les Cabinets d’Histoire naturelle », art. cit., pp. 679-712. Le cabinet de l’Éco (...)
  • 208 AN, F/17/1240-B : « Notice sur les tableaux et monuments connus dans la ville de Clermont et aux e (...)
  • 209 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 272. Il ne (...)
  • 210 Ibid., vol. 1, pp. 328-334 et p. 398 ; AN, F/17/1093 : Lettre de Huertgen, ancien receveur et écono (...)

6Quant aux cabinets d’histoire naturelle, les sources sont plus lacunaires, et sans doute aussi moins fiables, que pour les jardins. Quelques spécimens assemblés sur de rares étagères peuvent suffire à faire « collection ». Yves Laissus, dans son recensement des cabinets naturalistes français des Lumières indique dix collections institutionnelles, toutes décrites dans la dernière édition de la Conchyliologie (1780)207. On peut y ajouter quatre collections académiques et celle du collège de Sorèze208. Au total, on repère donc 15 cabinets dans les dix années précédant la Révolution. Huit sont la propriété des anciennes académies ou sociétés savantes de province, celles de Clermont, Dijon, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, La Rochelle et Toulouse. Les sept autres relèvent d’institutions religieuses, l’abbaye des Antonins à Grenoble, celle de Senones dans les Vosges, l’abbaye bénédictine d’Ebersmünster près de Strasbourg, le collège des Oratoriens et le couvent des Capucins à Marseille, le collège bénédictin à Sorèze, et celui des chanoines réguliers à Saint-Jean-des-Vignes près de Soissons209. Dans les départements annexés sous la Révolution, trois cabinets sont recensés pour la fin de l’Ancien Régime, celui de l’Académie thérésienne à Bruxelles, la petite collection de la bibliothèque publique de Genève et celle du collège jésuite de Cologne210. Soit, au total, 18 collections institutionnelles dans les frontières de 1800.

Reconstitution du cabinet Lafaille au Muséum d’Histoire naturelle de la Rochelle Cliché Ismoon.

Cabinets d’histoire naturelle vers 1780/1789
Infographie Pierre-Yves Lacour.

7Le contraste est fort entre la moitié occidentale du pays où les cabinets sont rares et sa moitié orientale où ils sont beaucoup plus nombreux, notamment à Marseille et Grenoble. Surtout, la présence d’une collection institutionnelle à la fin de l’Ancien Régime est souvent liée à l’existence d’une académie. En comparant la situation provinciale et le cas parisien, on note deux différences. D’une part, il y a à peu près autant d’institutions religieuses disposant de collections naturalistes dans toutes les provinces que dans la seule ville de Paris intramuros, ce qui corrobore encore l’analyse du poids hégémonique de la capitale et de ses réseaux religieux. D’autre part, et cela semble à la fois plus net et plus important, les cabinets laïcs de province dépendent fréquemment d’académies à visée encyclopédique, alors qu’à Paris et dans ses environs, ils relèvent tous d’institutions spécialisées en histoire naturelle (Cabinet du Roi et hôtel des Monnaies) ou dans l’art de guérir (Collège de pharmacie et École vétérinaire à Alfort). La spécialisation apparaît cette fois encore comme un phénomène d’abord parisien.

Cabinets d’histoire naturelle vers 1800.
Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 211 Dans les Écoles centrales de Strasbourg, Metz, Lyon ou Roanne, les professeurs d’histoire naturell (...)
  • 212 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, An IX, op. cit., p. 89 ; Laboulais (Isabe (...)

8En 1802, sur les 99 Écoles centrales des départements provinciaux, au moins 50 disposent d’un cabinet d’histoire naturelle211. À ces 49 collections centraliennes, il faut en ajouter trois autres qui ne dépendent pas des Écoles centrales, celle, déjà ancienne, du collège de Sorèze, celle, entièrement nouvelle, de Pesey, dépendante de l’École des mines et consacrée à la seule minéralogie et celle du Muséum de Bordeaux inaugurée en 1801212. Au total, on dénombre donc a minima 52 cabinets contre 18 dans la décennie précédant la Révolution, soit une multiplication par presque trois.

  • 213 Camus (Armand-Gaston), Voyage…, op. cit., vol. 2, 1803, pp. 122-123 ; Van Hultem (Charles), Discou (...)
  • 214 André-Félix (Annette), « Les Institutions scientifiques », in Stengers (Jean) (sous la dir.), Brux (...)
  • 215 Bourquin (Jules), « Le Jardin botanique et le cabinet d’histoire naturelle de l’École centrale du (...)
  • 216 Deries (Madeleine), L’École centrale du département de la Manche. An IV - an XI, Paris : Auguste P (...)

9Aucune règle ne régit la formation des collections départementales. Prenons le cas des jardins botaniques. À Gand, le premier fonds est composé d’orangers et de vieux palmiers saisis dans les abbayes de Baudeloo et d’Eenaeme mais la collection s’enrichit rapidement des dons du Muséum et de ceux du gantois Lammens rapportant des graines du jardin botanique de Florence213. À Bruxelles, le noyau du jardin botanique est formé des plantes confisquées aux émigrés et au château de Laeken, avant d’être complété par des envois du Jardin des plantes et par les dons du professeur Van der Stegen de Putte214. Le jardin de Porrentruy reçoit en 1798 des plantes exotiques saisies dans le château du prince de Montbéliard à Étupes puis, l’année suivante, plus de deux cents espèces envoyées par le Muséum215. À Avranches, le jardin s’enrichit grâce aux collectes et aux correspondances de son directeur, le professeur Le Chevalier216. Il collecte des plantes lors d’un voyage à Caen, reçoit des graines du Muséum et de Vilmorin, mais aussi des plantes vivantes d’autres jardins botaniques de Bretagne et de Normandie comme celui de la Marine à Brest ou ceux des Écoles centrales d’Ille-et-Vilaine ou du Calvados. Il obtient aussi des espèces exotiques par l’entremise d’amateurs des environs et il reçoit des spécimens de la Martinique et surtout de Saint-Domingue grâce à un oncle, colon dans l’île. Ces exemples, et quelques autres, révèlent quelques traits communs à la formation des jardins botaniques des départements : le premier fonds est généralement constitué par des saisies de plantes vivantes chez les nobles émigrés et dans les abbayes ; il est ensuite enrichi grâce aux correspondances de son directeur, presque toujours avec le Muséum, et parfois, quand l’occasion s’en présente, avec d’autres institutions et des particuliers, amateurs, marchands ou colons.

  • 217 Gain (André), L’École centrale de la Meurthe…, op. cit., p. 30 et pp. 104-107.
  • 218 Joachim (Jules), « La Chaire d’histoire naturelle de l’École centrale du Haut-Rhin (1796-1803) », (...)
  • 219 Troux (Albert), L’École centrale du Doubs…, op. cit., p. 144.
  • 220 Hormis les cas de Nancy, Colmar et Besançon, le premier fonds provient également de saisies révolu (...)
  • 221 Hormis les cas de Nancy et Besançon, le département a également acheté des spécimens à Albi, Anger (...)
  • 222 Hormis les cas de Nancy et Colmar, les Écoles centrales ont aussi reçu des dons à Angers, Limoges, (...)

10Les modalités de constitution des cabinets d’histoire naturelle sont similaires. Celui de Nancy est formé de spécimens confisqués, achetés ou donnés217. La saisie de la collection de l’émigré Chaumont procure principalement des minéraux, deux centaines de coquilles communes, quelques pièces animales, une corne de cerf monstrueuse, une mâchoire de requin, deux « mandibules de loup marin », une écaille de tortue, un « arbre minéralogique en bois » etc. En juin 1797, les héritiers de la veuve Villiez [ou Villiers] offrent au département une partie de leur collection naturaliste « la peau d’un grand zèbre d’Afrique, montée sur un mannequin modelé en plâtre dans les proportions naturelles de l’animal », « une moitié de mâchoire inférieure d’une baleine », « une embarcation des Esquimaux avec tout l’attirail de guerre et de pêche » etc. Deux années plus tard, le département achète la collection du professeur Nicolas composée, pour la partie d’histoire naturelle, d’une soixantaine d’oiseaux, de quatre centaines d’échantillons minéralogiques, de métaux, d’un tibia d’éléphant, d’une corne de rhinocéros, d’une grande tortue de mer, d’un « poulain monté par un singe », d’une « éponge rameuse de deux pieds de hauteur sur son rocher », de « 120 pieds courants d’armoires vitrées » et, plus surprenant, de quatre bustes en plâtre, ceux de Voltaire, Rousseau, Diderot et Buffon. À Colmar, les spécimens du cabinet ont diverses origines218. Certains objets proviennent du dépôt départemental où ont été entreposées les collections confisquées, tandis que des plantes ont été collectées par le professeur Hammer pour former un herbier. Le cabinet réceptionne encore des minéraux donnés par Vallet, entrepreneur des mines de Sainte-Marie, une tête de Néron et des flèches arabes envoyées par des amateurs et des spécimens naturalistes offerts par le ministre de l’Intérieur à la fin de en 1801. À Besançon, le cabinet est également formé de spécimens confisqués et achetés219. Le noyau de la collection est constitué des débris de celles du chevalier de Sorans et du père Tiburce aux Capucins ainsi que de « quelques tatous, un pélican, un courlis rouge de Guyane, 2 000 coquillages et quelques fucus » provenant des émigrés Saint-Mauris et Rotalier. En l’an IX, le professeur Debesses fait aussi acheter une partie du riche cabinet du naturaliste Justin Girod-Chantrans. Au-delà de situations extrêmement diverses, on repère toujours les mêmes motifs dans la formation des cabinets centraliens : dans au moins une dizaine d’exemples le premier fonds est composé de spécimens confisqués220 ; dans plus d’une douzaine de cas, des collections particulières ont été achetées par le département au profit de l’École221 ; au moins une demi-douzaine de cabinets bénéficient de legs et de dons, sans doute beaucoup plus222 ; presque toujours, des spécimens sont recueillis sur le terrain ou envoyés par le Muséum national d’Histoire naturelle. Les cabinets d’histoire naturelle des Écoles centrales sont ainsi montés de bric et de broc, y compris au travers d’achats à des particuliers.

LES EXPÉDITIONS DÉPARTEMENTALES

  • 223 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur aux Professeurs et aux Bibl (...)
  • 224 Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., p. 35. Des herborisations (...)
  • 225 Ricordel (Pierre), « Le Collège de Rennes après le départ des Jésuites et l’École centrale d’Ille- (...)
  • 226 Cité in Paumès (Benjamin), Le Collège royal et les origines du lycée de Cahors, Cahors : Girma Bra (...)
  • 227 AN, F/17/1344/5 : Réponse de Ramond de Carbonnières aux questions du ministre de l’Intérieur en l’ (...)

11Le 8 octobre 1798, François de Neufchâteau indique dans sa circulaire aux professeurs des Écoles centrales que leur cabinet d’histoire naturelle « peut être monté à peu de frais : les matériaux sont sur place ; il ne s’agit, pour ainsi dire, que de vouloir les ramasser et de les mettre en ordre : tous les citoyens du pays peuvent y concourir »223. Ces collectes peuvent revêtir trois formes, souvent liées : les herborisations, les expéditions savantes et les voyages pédagogiques. Les herborisations sont annoncées dans les programmes annuels des cours ou sur des affiches imprimées à l’attention des habitants du département. Elles sont très répandues dans les Écoles centrales : un rapide recensement, qui ne se veut pas exhaustif, en fait apparaître dans au moins deux douzaines de départements224. La pratique semble généralisée. Elle paraît même se répéter trop souvent pour les jardiniers de Rennes qui se plaignent d’user « quantité de chaussures » à courir la campagne à la recherche des plantes du département225. Les herborisations se déroulent à la belle saison : la nature y est plus riante, les promenades plus faciles et la floraison découvre au regard les organes de la génération, étamines et pistils, dont le dénombrement permet la détermination des espèces. En général, elle ont lieu à proximité de l’École centrale, dans les campagnes qui environnent la cité, et ont deux objectifs principaux. Une visée pédagogique d’abord : Baron, professeur à Cahors, explique que ces sorties scolaires ont pour but « d’orner l’esprit de mes élèves et de former leur jeune cœur à la vertu » et il précise devoir ses « succès aux soins [qu’il a] eus de débarrasser cette agréable science des épines dont le pédantisme entoure toute espèce d’enseignement »226. Les courses ont aussi pour objet de compléter les collections départementales et de participer à la grande entreprise statistique. Dans sa réponse au ministre de l’Intérieur, Ramond de Carbonnières éclaire sa pratique pédagogique :227

L’histoire naturelle exige une pratique et des recherches qui remplissent l’intervalle des leçons. Il y a des promenades classiques, des herborisations mêmes lointaines, des courses dans les hautes montagnes […]. [Ces leçons] servent à l’application des théories. C’est encore cette partie de l’instruction qui nous éclaire sur les richesses du Département et nous met en état de réunir les innombrables productions d’une des contrées de la République les moins connues et les plus dignes de l’être.

12Recensement des espèces du département et collecte de spécimens pour le cabinet vont ici ensemble.

  • 228 Ramond de Carbonnières (Louis-François-Elisabeth), Voyage au Mont-Perdu et dans la partie adjacent (...)
  • 229 Julia (Dominique), « Un Voyage pédagogique sous la Révolution : les vacances des pensionnaires de (...)
  • 230 [Rever (François)], Voyage des Élèves du Pensionnat de l’École centrale de l’Eure dans la partie o (...)

13Hormis ces courses rapides, professeurs et élèves parcourent parfois leur département au cours de petites expéditions savantes. Trois cas sont particulièrement bien documentés : les voyages organisés par les professeurs d’histoire naturelle Gérardin dans les Vosges, Ramond de Carbonnières et Philippe Picot de Lapeyrouse dans les Pyrénées et ceux du bibliothécaire et chef du pensionnat François Rever dans l’Eure228. Cette pratique du voyage pédagogique n’est pas entièrement nouvelle, mais il faut attendre la Révolution et la formation des Écoles centrales pour voir se multiplier ce type d’excursions229. Elles sont ponctuées de rencontres. Dans l’Eure, les jeunes élèves sont arrêtés chemin faisant par des citoyens armés leur demandant leurs passeports, de crainte qu’il s’agisse de déserteurs signalés la veille. Rever précise230 :

Nous étions devenus un sujet d’inquiétude publique, l’uniforme du pensionnat […] semblait la preuve d’un enrôlement particulier ; nos instruments avaient paru des machines hostiles ; la descente précipitée que nous avions faite par le ravin […] était comme une irruption qui présageait une attaque réfléchie, et ces citoyens estimables s’étaient armés pour la défense commune.

  • 231 Cité in Kastener (Jean), « Les excursions scientifiques… », art. cit., p. 101.

14Dans les Vosges, Gérardin dit son inquiétude au préfet auquel il demande un ordre de mission tenant lieu de passeport231 :

L’assemblement d’un naturaliste chargé de havre-sac, de boîtes, de marteaux, de ciseaux, de filets etc., et qui d’ailleurs va errant ça et là dans les lieux les moins fréquentés sans suivre aucun chemin, son assemblement, dis-je, ainsi que sa déviation continuelle pouvant inquiéter ou ombrager les montagnards et par contre-coup, troubler nos recherches, j’ose vous prier, citoyen préfet, de vouloir bien m’accorder, par écrit, ce petit congé qui me sera, ainsi que pour mes élèves, un excellent passeport, et une lettre de recommandation au besoin.

  • 232 Voir Revel (Jacques), « Une France sauvage », in Certeau (Michel de), Julia (Dominique) & Revel (J (...)

15À en croire Rever et Gérardin, les communautés villageoises perçoivent les uniformes scolaires et les instruments scientifiques comme autant de signes hostiles, les irruptions précipitées et les déambulations naturalistes comme l’annonce de rapines ou du retour de l’agitation politique. Dans le bocage normand comme dans les montagnes vosgiennes, il faut des passeports pour ne pas être confondu avec les perturbateurs. Dans les représentations des hommes de science, la distance n’est pas si grande entre les campagnes françaises et le monde exotique. Missionnaires ou savants vont à la rencontre des Sauvages, ceux du dedans de la République, paysans encore mal dégrossis, comme ceux des mondes lointains232.

Petite expédition de centraliens
Planche extraite du Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure de François Rever (1801) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 233 Kastener (Jean), « Les excursions scientifiques… », art. cit., pp. 105-109.

16Mais il y a aussi des contacts moins suspicieux. En 1797, dans la relation de sa course solitaire dans les Vosges, Gérardin recense ses informateurs233 : à Plombières, il se renseigne sur une cristallisation auprès d’un adjoint de la commune, « officier de santé », lui faisant aussi promettre l’envoi d’échantillons ; au Val-d’Ajol, il rencontre un curé constitutionnel, « instruit dans la minéralogie », ainsi que le commissaire du Directoire, lesquels lui promettent l’envoi de minéraux et de métaux ; à Mouline, il rend visite au directeur de la manufacture de granit qui lui fait voir sa « collection complète d’échantillons polis des mêmes granits, de trois à quatre pouces carrés et dont il vend chacun 3 livres » ; à Gérardmer, le commissaire du Directoire s’engage à lui envoyer des échantillons de mines de fer ; à Bruyères, le président de l’administration municipale lui promet des spécimens ornithologiques, demandant à tous les agents du canton de recueillir des huîtres à perles dans la Vologne etc. Médecin, curé constitutionnel, manufacturier, administrateurs et commissaires, la liste de Gérardin fait apparaître le monde des notables et des « capacitaires » provinciaux, bien éloignés des rudes montagnards vosgiens.

  • 234 Ibid., p. 99 et p. 101.
  • 235 Julia (Dominique), « Un Voyage pédagogique sous la Révolution… », art. cit., pp. 67-68.
  • 236 Ibid., p. 82.
  • 237 [Rever (François)], Voyage des Élèves du Pensionnat…, An X, op. cit. ; Décade philosophique, vol.  (...)

17Quelle est la pratique de terrain lors de ces petites expéditions ? En 1797, puis en 1802, d’abord seul, puis accompagné d’élèves, Gérardin propose d’explorer la partie montagneuse des Vosges pour y récolter des plantes indigènes et y colliger des échantillons de minéraux afin d’enrichir le cabinet départemental et de répondre aux demandes des professeurs de l’École polytechnique234. Quant à Rever, dans son règlement du pensionnat, il énumère les activités de collecte : récolte d’informations historiques, découverte d’antiquités départementales, relevés météorologiques et, lors de l’expédition scientifique annuelle, collecte des « productions naturelles » qui seraient déposées au retour du voyage dans le « Museum de l’École »235. Avec leur bibliothécaire, la troupe d’adolescents entame ainsi à l’automne 1800 un voyage d’une vingtaine de jours dans un rayon d’une douzaine de kilomètres autour du camp établi à Conteville. Ils s’arment d’instruments de mesure (hygromètre, thermomètre, décamètres etc.) et d’appareils d’observation (microscope, télescope, lunettes etc.), de numéros des cartes de Cassini et de quelques livres élémentaires sur l’histoire du pays, l’histoire naturelle et les voyages. Il font du terrain du voyage une sorte de laboratoire de plein air et réalisent un « inventaire systématique » du pays : observations de phénomènes naturels, récolte d’échantillons des trois règnes, visite des ateliers industriels, description des modes de cultures, collecte d’antiquités et relevés épigraphiques. Comme l’indique Dominique Julia, cet inventaire d’un espace réduit à la taille d’un canton « se relie au genre des Topographies, développées à la fin du xviiie siècle, mais plus encore à celui des statistiques départementales, alors en plein essor »236. De ce voyage, Rever tire un récit dont la Décade philosophique fait en 1802 un compte-rendu élogieux : « chaque département ainsi parcouru et étudié par une jeunesse ardente aux découvertes, aurait bientôt un inventaire exact des richesses, et cette simple disposition de discipline scolastique produirait en peu d’années des matériaux pour une description plus fidèle et plus circonstanciée de la République entière que toutes celles qu’on a eues jusqu’ici […]. Puissions-nous voir chaque année de tous les départements de la République de semblables productions ! »237. Les courses et petites excursions naturalistes, une des innovations les plus remarquables de la pédagogie révolutionnaire, permettent ainsi le complément des collections départementales autant qu’elles s’inscrivent dans le projet statistique du Directoire et du Consulat.

LES ENVOIS DU MUSÉUM

  • 238 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 267-276.
  • 239 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., pp.  (...)

18Les distributions parisiennes de spécimens naturalistes sont une déclinaison du projet de diffusion des Lumières dans les départements. Ces envois reposent sur un double postulat intellectuel : les Lumières sont aussi matérielles et leur propagation repose non seulement sur des « textes », mais également sur des « choses » ; Paris, selon un modèle très hiérarchisé, est la ville-soleil dont les lumières doivent éclairer la province. À partir de l’an V, et peut-être déjà plus précocement, le Muséum envoie aux Écoles centrales les doubles de ses collections. Cependant, le projet d’une vaste distribution de spécimens aux institutions départementales date de 1794238. Le 1er décembre, alors qu’il propose l’agrandissement du Muséum, Thibaudeau écrit239 :

La nation a recueilli beaucoup de richesses en histoire naturelle dans les cabinets & jardins des émigrés & condamnés. Les commissaires envoyés dans la Belgique, […] ont aussi, dans cette partie, mis à profit les victoires des défenseurs de la patrie […]. Votre intention n’est pas plus sans doute de concentrer dans le Muséum d’Histoire naturelle que dans le Muséum des arts, tout ce que la nation possède ; il y en aura une partie destinée aux Muséums à former dans les départemens.

  • 240 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 26 pluviôse an III. En deux exemplaires : l’un au Co (...)
  • 241 AN, AJ/15/836 : Lettre de Thouin au Muséum d’Histoire naturelle. La Haye, le 30 germinal an III.

19Trois choses sont ici remarquables. D’une part, Thibaudeau relie les confiscations opérées et en cours aux distributions à venir. D’autre part, le texte date de décembre 1794, soit environ trois mois avant la fondation des Écoles centrales, mais au moment où les projets muséographiques se multiplient en province : il y est explicitement fait référence à des « Muséums à former » et non à de futurs établissements scolaires. Enfin, Thibaudeau se fait le défenseur de la province en demandant de ne pas concentrer à Paris « tout ce que la nation possède », mais d’en laisser pour les départements. Deux mois plus tard, en février 1795, alors que les Écoles centrales viennent à peine d’être formées, Thouin indique encore que le cabinet maastrichien de Roux et Hoffman renferme des objets « propres à la composition des Muséums qui doivent servir à l’Instruction publique dans les départements »240. Le mois suivant, il indique à propos des spécimens confisqués dans le cabinet stathoudérien241 :

Tous ces objets ne sont pas également intéressant pour le Muséum, mais ils serviront très bien pour les collections départementales et c’est la raison pour laquelle nous avons envoyé beaucoup de choses dont les galeries d’histoire naturelle sont pourvues. Ces objets distribués dans tous les départements sous des dénominations uniformes et d’une exactitude rigoureuse auront une grande valeur par les notions vraies qu’elles répandront toutes dans toutes les parties de la république.

  • 242 AN, F/17/1277 : « Indication des objets renfermés dans les caisses qui composent l’envoi expédié d (...)
  • 243 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93 et (...)

20La nécessité de compléter les futures collections départementales explique qu’à peine 101 coquilles sont laissées dans le cabinet du Stathouder car, mutilées ou trop communes, elles ne sont « pas de nature à être mêlées à l’instruction publique », alors que près de 4 000 autres, formant les doubles de la collection stathoudérienne, bien que « d’un nombre d’espèces limitées » — moins d’une soixantaine — sont « en quantité assez considérable pour approvisionner les collections départementales » et donc envoyées à Paris pour être redistribuées242. Pendant la période révolutionnaire, quantité de spécimens affluent ainsi au Muséum où ils s’entassent dans les magasins, notamment dans les greniers de la maison Léger, attendant que les professeurs y puisent pour envoyer leurs « surplus » dans les Écoles centrales243.

  • 244 Spekkens (Johanes Pieter), L’École centrale du département de la Meuse-Inférieure…, op. cit., p. 1 (...)
  • 245 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., 327-329 et pp. 341-351 ; Poulot (Dom (...)
  • 246 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 328.
  • 247 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 235-236 ; Magasin encyclopédique, 2e année, v (...)
  • 248 Marcours (F.), « L’École centrale du département de l’Ourthe… », art. cit., p. 363.
  • 249 Magasin encyclopédique, 5e année, vol. 5, 1799, pp. 111-112 ; Décade philosophique, vol. 24, mars (...)
  • 250 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 328 ; Isaac (Marie-Thérèse) & Sor (...)

21Les distributions naturalistes s’inscrivent dans un programme gouvernemental plus large qui touche également aux livres, aux instruments de physique ou aux œuvres d’art. Dans une même lettre, François de Neufchâteau invite ainsi les administrateurs du département de la Meuse-Inférieure à lui délivrer trois listes d’objets qui manquent à l’École : un catalogue des livres et deux recensements, l’un des spécimens d’histoire naturelle et l’autre des instruments de physique et de chimie244. Pour les livres, le Gouvernement fait tirer des dépôts parisiens des exemplaires qu’il envoie aux bibliothèques des Écoles centrales. Quant à la « distribution administrative » des objets de Beaux-Arts, étudiée par Dominique Poulot, elle offre une comparaison éclairante, moins d’ailleurs les envois de tableaux que ceux de gravures et de moulages245. Dès janvier 1795, le peintre Jean-Baptiste Pierre Lebrun propose, de faire graver les chefs-d’œuvre du Louvre et, en mai 1797, le projet accouche de la « Chalcographie nationale »246. Les Écoles centrales doivent recevoir gratuitement des épreuves et un catalogue leur est envoyé en février 1801. De même, en 1796, l’atelier des moulages du Louvre, dirigé par Getti, commence à réaliser le « moulage des plus beaux modèles antiques pour les distribuer dans toutes les écoles des départemens »247. Les professeurs de dessin des Écoles centrales achètent alors des exemplaires comme à Liège248. En 1799 et 1800, alors que cette politique semble s’intensifier, on peut lire dans la Décade philosophique et le Magasin encyclopédique cette même annonce : « Le Musée central des Arts est chargé par le ministre de l’Intérieur, du moulage des statues antiques arrivées d’Italie. Elle vendra les plâtres qu’elle en retirera aux Artistes et aux Écoles centrales des départemens, les prix seront fixés à un taux très-modique. Les Administrateurs du Musée sont aussi autorisés à vendre les plâtres existants, tels ceux du Germanicus, du groupe de Castor et Pollux, de l’Apollon etc. »249 Trois choses sont à remarquer. D’une part, le Louvre est autorisé à se dessaisir de ses moulages quand il obtient les originaux par le biais des confiscations : les statues valent mieux que leurs copies. D’autre part, l’atelier reproduit des « modèles canoniques » et les monographies des Écoles centrales mentionnent presque toujours les mêmes moulages : la Vénus de Médicis, l’Apollon du Belvédère, le Gladiateur combattant etc.250 Enfin, ces moulages sont proposés à un prix modique, c’est à dire au prix de la main d’œuvre. Qu’il s’agisse de livres, d’œuvres d’art ou de spécimens naturalistes, la répartition des objets entre les collections nationales et départementales obéit toujours à la même logique : pour les premières, les pièces uniques et les œuvres originales ; pour les secondes, les copies ou les doubles, sortis des dépôts encombrés ou réalisés à dessein.

  • 251 Cité in Trénard (Louis), Lyon. De l’Encyclopédisme au Préromantisme, Grenoble : Imprimerie Allier, (...)
  • 252 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur aux Conseils d’administrati (...)
  • 253 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, (...)
  • 254 AN, AJ/15/837 : Lettre du Conseil d’administration de l’École centrale de Haute-Garonne au ministr (...)
  • 255 AN, AJ/15/837 : Réponse de Hermann à la circulaire ministérielle du 25 germinal an VII. Sans lieu (...)
  • 256 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur... du 25 germinal an VII [1 (...)

22Les envois d’histoire naturelle aux Écoles centrales s’opèrent entre l’an V et l’an X, principalement à partir de l’an VII. En 1798, le représentant du peuple, Paul Cayre, écrit : « Toutes les écoles accourent pour compléter leurs cabinets d’histoire naturelle et leurs bibliothèques. Il n’y a pas de temps à perdre. Paris a pris dans les dépôts littéraires tout ce qu’il a pu. Les départements y prennent tous les jours »251. Commençons par la partie minéralogique des envois, exécutée par Daubenton, et qui seule fait l’objet d’une circulaire ministérielle. Le 14 avril 1799, François de Neufchâteau envoie aux Écoles centrales une lettre leur annonçant des envois de minéraux de la part du Muséum252. Il y joint le recensement des 90 espèces « qui se trouvent sur le sol de la République ». La liste, ordonnée selon le Tableau méthodique de Daubenton, offre quelques surprises : le no 12 mentionne simplement des « cailloux », le no 38 des « concrétions », et le no 42 une « pierre à détacher »253. Philippe Picot de Lapeyrouse et Hermann, les deux célèbres professeurs de province, ne s’y trompent pas : ils reprochent au recensement d’être tantôt incomplet, tantôt redondant et de donner trop d’importance aux différentes variétés colorées ; ils se moquent également de la nomenclature minéralogique qui ne suit pas celle des « minéralogistes modernes »254. Le vieux Daubenton, comme d’ailleurs Dezallier d’Argenville et Valmont de Bomare, sont peut-être « encore aujourd’hui les oracles de quelques personnes » selon la formule de Hermann, mais ils ne font pas partie des « modernes » qui classent les minéraux selon l’analyse chimique et les méthodes cristallographiques255. Dans sa lettre, François de Neufchâteau précise qu’afin que la distribution « se fasse avec choix et justice », il est nécessaire que les professeurs des Écoles centrales fassent parvenir au Muséum un « relevé des numéros de chacun des minéraux qui se trouvent dans [leur] département, et de ceux qu’[ils peuvent] aisément [se] procurer des départemens voisins […]. Par ce moyen, l’on épargnera les frais de transport d’objets dont les Écoles centrales sont déjà pourvues ; et l’on ménagera les doubles qui doivent compléter les collections nécessaires à l’enseignement »256.

  • 257 AN, AJ/15/837 : dossier 2.
  • 258 AN, AJ/15/837 : Lettre de Lemeignen aux professeurs du Muséum d’Histoire naturelle. Nantes, le 28 (...)
  • 259 AN, AJ/15/837 : Réponse de Hermann à la circulaire ministérielle du 25 germinal an VII. Sans lieu (...)
  • 260 Joachim (Jules), « La Chaire d’histoire naturelle de l’École centrale du Haut-Rhin… », art. cit., (...)

23La plupart des réponses à la circulaire ministérielle sont envoyées entre mai et juillet 1799257. Elles prennent souvent l’allure de suppliques : à Nantes, Lemeignen se plaint que l’École centrale « n’a pas à sa disposition le moindre objet d’histoire naturelle, en quelque branche que ce soit : ainsi je puis dire que nous avons absolument besoin de tout »258 ; dans le Bas-Rhin et en Haute-Garonne, où les cours sont très suivis, les professeurs demandent la faveur d’envois plus importants259. Dans la pratique, les professeurs inscrivent sur la liste de François de Neufchâteau de petits signes pour indiquer la présence d’un minéral et, parfois, ils reprennent et commentent le recensement en y ajoutant le nom des communes ou des départements d’extraction. À la réception de ces listes complétées, les professeurs administrateurs du Muséum envoient des spécimens accompagnés d’un double de leur inventaire : au bas du catalogue conservé à Colmar, on lit de la main de Valenciennes, aide-naturaliste pour la minéralogie, que l’exemplaire déposé à l’École centrale est « conforme à l’original qui est déposé aux archives du Muséum d’Histoire naturelle »260. Là encore, on observe une remarquable symétrie des pratiques entre les confiscations et les envois de spécimens naturalistes.

  • 261 AN, AJ/15/837 et 838.
  • 262 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93. L (...)
  • 263 AN, AJ/15/837 : « Tableau des envois de plantes en nature faits aux départements ou Écoles central (...)

24Les archives nationales renferment deux cartons remplis des listes d’envois du Muséum aux Écoles centrales des départements261. Chaque professeur du Muséum est chargé de distribuer les spécimens qui dépendent de sa chaire même s’il est parfois suppléé par un collègue ou un aide-naturaliste : Thouin s’occupe des sachets de graines et des plantes en pots, Faujas de la géologie, Daubenton des minéraux, Desfontaines de la botanique sèche, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire et Lacépède des animaux262. En quatre années, entre l’an VII et l’an X, Thouin fait ainsi distribuer environ 55 000 paquets de graines et 6 500 plantes vivantes — et sans doute davantage comme le recensement est incomplet pour l’an IX — aux jardins botaniques centraliens263.

Envois du Muséum aux jardins botaniques des Écoles centrales entre l’an VII et l’an X. Les données intègrent aussi les envois — très faibles — aux Écoles centrales parisiennes.

Vendémiaire à germinal an VII

Vendémiaire à prairial an VIII

Prairial an IX à complémentaire an X

Semences

nombre d’Écoles centrales

62

55

68

nombre de sachets

20 646

12 654

21 614

Plantes en pots

nombre d’Écoles centrales

17

12

24

nombre d’espèces

2 183

1 267

2 106

nombre d’individus

 ?

1 873

2 264

Envois du Muséum aux cabinets des Écoles centrales entre l’an V et l’an VIII.

Géologie

Minéralogie

Botanique

Zoologie

Total

Nombre d’espèces

1 033

11 471

7 999

14 651

35 154

Part du total des envois

3 %

33 %

23 %

42 %

100 %

  • 264 D’après confrontation entre : AN, AJ/15/837 : dossier « Forêts » et Sprunck (Alphonse), « L’École (...)

25Une procédure comparable est adoptée pour les spécimens secs. Entre l’an V et la fin de l’an IX, un peu plus de 35 000 objets de cabinet sont envoyés par le Muséum aux collections départementales. Ils sont renfermés dans quelques centaines de caisses : à Luxembourg, la petite collection d’environ 530 espèces de minéralogie, de botanique et de géologie est contenue dans trois caisses ; à Mons, un premier envoi d’environ 750 espèces de botanique et de zoologie est renfermé dans six caisses264. Par extrapolation, on obtient entre 200 et 300 caisses pour l’ensemble des objets destinés aux cabinets des Écoles centrales de province, alors que la confiscation du cabinet stathoudérien avait produit 190 caisses. Par règne, les objets destinés aux cabinets se répartissent ainsi : 33 % pour la minéralogie, à laquelle on peut ajouter les 3 % de la géologie, 42 % pour la zoologie et 23 % pour la botanique. Ainsi, les distributions provinciales sont importantes et relativement équilibrées entre les trois règnes de la nature, si bien que l’on pourrait parler d’un projet encyclopédique pour les cabinets centraliens.

  • 265 Pour les jardins, l’état de la distribution des semences de l’an VII annonce 62 Écoles centrales m (...)
  • 266 Candolle (Augustin Pyrame de), Mémoires et souvenirs…, op. cit., pp. 118-119. Ces collections fini (...)
  • 267 Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, op. cit., p. 37, n. 1.
  • 268 D’après AN, AJ/15/837 et 838 ; Trénard (Louis), Lyon…, op. cit., vol. 2, pp. 440-441 ; Tiffonet (L (...)

26La plupart des départements bénéficient des distributions du Muséum : pour les jardins, jusqu’à 68 Écoles reçoivent des semences entre la fin de l’an IX et l’an X ; pour les cabinets, 51 Écoles, hors Paris, réceptionnent des objets entre l’an V et l’an IX265. Si les départements annexés de la région rhénane et ceux du midi de la France sont les parents pauvres des distributions, une grande majorité des Écoles centrales en bénéficient. Dans l’ensemble des envois aux départements, plusieurs cas sont singuliers : l’École centrale du Bas-Rhin reçoit des spécimens alors qu’elle ne dispose pas en propre de cabinet d’histoire naturelle, mais fait usage de celui de Hermann ; de même, des collections sont envoyées à Genève par l’entremise de Candolle, alors que l’École centrale ne voit jamais le jour266. Le Muséum envoie également des collections à d’autres institutions des départements comme l’École du génie en Moselle, le jardin botanique de la Marine dans le Var ou celui de l’École de médecine à Strasbourg. En revanche, toutes les Écoles centrales ne sont pas pourvues. Ainsi, la carte des envois du Muséum ne recouvre pas exactement celle des jardins et des cabinets provinciaux dont l’existence est attestée. Cela s’explique peut-être par le refus du Muséum d’assurer les frais de transport, laissant aux départements la prise en charge du retrait et de l’acheminement des collections267. Les administrations centrales mobilisent alors leurs concitoyens montés à Paris ou de passage dans la capitale, principalement des notables et quelques grands personnages : des professeurs des Écoles centrales et des membres des jurys d’instruction départementaux, un graveur et un élève de l’École des mines, un inspecteur des forêts nationales et un marchand d’étoffe lyonnais, plusieurs négociants et des députés, mais aussi Faujas, né à Montélimar, pour la Drôme et Joseph Van Praet, conservateur à la Bibliothèque nationale originaire de Bruges, pour la Lys268.

Envois du Muséum aux Écoles centrales entre l’an V et l’an IX.
Infographie Pierre-Yves Lacour

Répartition des objets d’histoire naturelle entre les Écoles centrales de province.

Nombre d’espèces envoyées

1 à 500

501-1000

1001-1500

Total

Nombre d’Écoles destinataires

8

32

10

50

Pourcentage

16 %

64 %

20 %

100 %

  • 269 AN, AJ/15/837 : « État de la distribution de semences faite aux Écoles centrales des départements  (...)

27Mais ces envois sont-ils équitables ? En l’an VII, à propos de la distribution des semences, Thouin se montre sensible à la question de l’équité territoriale269 :

La différence qu’on remarque dans les nombres d’espèces délivrées à ces différentes écoles ne provient ni de faveurs ni de préventions envers les unes ou les autres mais tient uniquement aux localités. Il est plusieurs de ces établissements qui n’ont pour jardiniers que de simples vignerons, d’autres qui sont privés de fumier pour faire des couches et de serres propres à conserver les plantes délicates pendant l’hiver. Il a bien fallu appareiller chaque envoi aux facultés des divers jardins auxquels ils étaient destinés.

28Thouin, bon comptable, se montre aussi bon républicain et, dans ses distributions végétales, les petites inégalités que l’on repère sont justifiées par les « facultés » des jardins, leur personnel et le matériel disponible. La chose est moins claire pour les envois de spécimens secs aux cabinets départementaux. La répartition des 35 000 objets semble pourtant relativement égalitaire : environ les deux tiers des cabinets des Écoles centrales reçoivent entre 500 et 1 000 espèces des trois règnes. Quelques départements sont moins bien pourvus comme, par exemple, le Bas-Rhin qui ne reçoit qu’une petite collection, principalement de minéralogie, ce qui s’explique autant par la richesse de la collection particulière du professeur Hermann que par l’absence de cabinet départemental. Dix Écoles reçoivent entre 1 000 et 1 300 espèces différentes, celles de l’Aube, de l’Escaut, de Jemappes, du Maine-et-Loire, de l’Oise, de l’Ourthe, du Puy du Dôme, du Rhône, de la Sarthe et de la Vienne. Sur ces dix départements, trois sont belges et il est possible, au moins à titre d’hypothèse, d’y voir l’effet d’une politique de compensation après les confiscations révolutionnaires qui ont amené le transfert à Paris de nombreuses collections de Belgique.

  • 270 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93.
  • 271 Duris (Pascal),« L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., p. 30.
  • 272 Trénard (Louis), Lyon…, op. cit., vol. 2, pp. 440-441.
  • 273 Bois (Benjamin), La Vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou…, op. cit., p. 403, n. (...)

29L’analyse peut être poursuivie en distinguant les envois selon la classe des objets. Dans son Histoire et Description du Muséum, l’aide-naturaliste Deleuze indique que les professeurs du Muséum ont envoyé des « collections classiques » de doubles aux Écoles centrales270. D’après le tableau des envois, il semble que par « classique », il faut entendre des lots à peu près semblables et destinés à l’étude : ainsi, pour les minéraux, sur 43 envois, plus des quatre cinquièmes contiennent entre 240 et 320 espèces ; et, pour les invertébrés, sur 41 envois, plus de la moitié sont composés de 270 à 330 espèces. En revanche, les distributions de vertébrés, plus « rares » dans la mesure où le Muséum possède moins de doubles, sont plus inégalitaires : quatre Écoles reçoivent plus de 30 mammifères, celles du Maine-et-Loire, de l’Oise, du Puy du Dôme et du Calvados ; deux départements réceptionnent plus de 100 oiseaux, le Maine-et-Loire et l’Oise à nouveau. Les quelques Écoles centrales qui reçoivent le plus d’objets sont donc aussi celles qui reçoivent les spécimens les plus précieux. Souvent, ce sont également les premières servies. Ainsi, seuls les départements du Maine-et-Loire et de l’Oise reçoivent des collections dès l’an V. Trois cas s’expliquent facilement. L’École centrale de l’Oise est abondamment pourvue, ce qui tient sans doute moins à la proximité de Paris qu’aux bonnes relations de Debrun, élève des maîtres du Muséum et recommandé par Lacépède à la place de professeur271. Dans le Rhône, le député Paul Cayre, qui envisage de « faire de l’École centrale de Lyon l’École de l’Est de la République », et le minéralogiste Patrin, ancien député d’origine lyonnaise, multiplient les interventions auprès du Gouvernement et du Muséum pour obtenir des spécimens et notamment des fossiles de Vénétie272. Dans le Maine-et-Loire, les professeurs Merlet de la Boulaye et Renou ont également pu compter sur la « sollicitude généreuse » de La Révellière Lépeaux, d’origine angevine, passionné de botanique et l’un des cinq Directeurs : grâce à son appui, ils reçoivent de nombreux spécimens, en particulier douze plaques des empreintes de Vestena Nova recueillies par Bonaparte dans sa campagne d’Italie273. Ainsi, si le principe républicain d’une distribution égalitaire entre tous les départements français est globalement respecté, une protection politique haut placée et des relations étroites avec les professeurs du Muséum ont pu jouer en faveur de quelques Écoles centrales. La République s’accommode bien de quelques privilèges et faveurs.

Empreintes de Vestena Nova
Planche 1 extraite du « Mémoire sur quelques fossiles rares de Vestena Nova… » de Faujas de Saint-Fond dans les Annales du Muséum (1804).

*

  • 274 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 274.

30Entre 1795 et 1802, plusieurs dizaines de cabinets d’histoire naturelle et de jardins botaniques sont créés dans les Écoles centrales. Le phénomène est d’une ampleur inédite : le nombre des jardins et des cabinets institutionnels provinciaux est presque multiplié par trois en quelques années. Ainsi, en province, et à la différence du cas parisien, la période révolutionnaire voit la multiplication des collections naturalistes institutionnelles. Vers 1800, la chimère du législateur, dénoncée par Fourcroy à l’été 1796, semble alors en passe de se réaliser. Les collections départementales se sont enrichies dans l’intervalle au gré des opportunités locales et par l’envoi, massif, des surplus du Muséum parisien. Les excursions dans les campagnes participent de l’accroissement des collections centraliennes ainsi que du projet de statistique départementale tout en prenant parfois davantage l’allure d’expéditions scientifiques au petit pied que d’herborisations périurbaines. Les envois du Muséum aux Écoles centrales représentent environ 35 000 spécimens de cabinet et le double de sachets de graines et de plantes vivantes pour les jardins. Emma C. Spary écrivait qu’il est « probable que la Terreur, les problèmes liés à une bureaucratie centralisée et un chaos administratif généralisé aient entravé [les] envois optimistes de Paris » prévus de longue date274. Les envois effectués sous le Directoire sont pourtant considérables et la « bureaucratie centralisée », reliant directement le Muséum au ministère de l’Intérieur, s’est montrée très efficace avec ses procédures routinisées, fruits d’une longue expérience de gestion des objets naturels et décalquant les procédures à l’œuvre dans la pratique des confiscations. Pourtant ces créations révolutionnaires sont fragiles dans la durée. Après la suppression des Écoles centrales en 1802, de nombreuses collections disparaissent faute de soins, de finances ou de place.

Notes

184 Loi du 3 brumaire an IV au titre II, art. 4. Voir aussi : loi du 7 ventôse an III, art. 5 ; décret du 18 brumaire an III, titre II, art. 4. Les trois extraits de textes législatifs sont quasiment identiques pour ce qui est des collections naturalistes.

185 On connait quelques jardiniers mis sous l’autorité d’un professeur d’histoire naturelle directeur du jardin botanique départemental : Préseau (Angers), Dubuisson (Avranches), Magnenet, puis Gabet puis J.-B. Jacouet puis Richard (Besançon), Félix Knoch (Colmar), Weyhe (Cologne), Lasalle (Fontainebleau), Paillet (Lyon), Coutier (Metz), Legrand (Nancy), Smith (Roanne), Varin (Rouen), Ferrière (Toulouse) et Richard (Versailles).

186 AM Metz, 1R 5 : Déclaration d’urgence du Conseil des Anciens. Paris, le 25 messidor an IV.

187 AM Metz, 1R 5 : divers documents ; 2R 74 : Extrait des registres de délibération de l’administration centrale de la Moselle. Séance du 5 germinal an VII.

188 AM Metz, 2R 74 : Extrait des registres de délibération de l’administration centrale de la Moselle. Séance du 5 germinal an VII ; Notice de M. Coutié. Sans lieu ni date.

189 AM Metz, 2R 68 : Procès-verbal sur le jardin botanique de Metz par Viville, Bizot, Coudray et Flamette. Metz, le 18 germinal an IX ; Lettre du préfet de Moselle à l’École centrale. Metz, le 22 ventôse an IX ; AD 57, 1T 60 : Lettre du préfet de Moselle au ministre de l’Intérieur. Metz, le 28 prairial an IX.

190 Fourcroy (Antoine), Rapport sur la résolution du 8 messidor de l’an IV …, op. cit., p. 11.

191 Grégoire (Henri), « Rapport et projet de décret sur les moyens d’améliorer l’agriculture en France… », in Guillaume (James), Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique…, op. cit., vol 2, p. 466 et p. 474. Il ajoute deux autres jardins disparus : celui de Blois, supprimé en 1660 et celui de Hyères, aliéné au début de la Révolution.

192 AN, F/17/1223-1224 : Les Comités des Domaines et d’instruction publique…, 1794, op. cit.

193 AN, F/17/1223-1224.

194 Rochefort : Allain (Yves-Marie), « Des jardins pour la Marine… », art. cit., pp. 39-41 ; Douai : Dieudonné (Christophe), Statistique du département du Nord, 1804, op. cit., vol. 1, p. 268 ; Sorèze : Lemoine (Robert), « L’Enseignement scientifique dans les collèges bénédictins », art. cit., p. 121 ; Louvain et les jardins belges : Balis (Jan), « Le Premier jardin botanique de Bruxelles », Histoire des jardins botaniques de Bruxelles, Bruxelles : Crédit Communal de Belgique, [1970], p. 1. D’après Dieudonné, le jardin botanique de Valenciennes fondé en 1734 est détruit par les troupes autrichiennes en 1792.

195 Dans l’ordre chronologique de leur création : Montpellier (1593) ; Strasbourg (v. 1619) ; Bordeaux (1629) ; Blois (1636, disparu en 1660) ; Nantes (1688, puis 1719) ; Rochefort (1694) ; Brest (1694) ; Amiens (1696 puis 1756) ; Avignon (1711 puis 1743) ; Toulouse (1730) ; Caen (1736) ; Rouen (1736 ou 1753) ; Louvain (1739) ; Angers (1740 puis v. 1789) ; Nancy (1758) ; Perpignan (ap. 1759) ; Lyon (1763) ; Dijon (1773) ; Clermont (1781) ; Grenoble (v. 1781) ; Laon (1785) ; Toulon (1786) ; Poitiers (1787).

196 Roche (Daniel), « Natural History in the Academies », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & Spary (Emma C.) (sous la dir.), Cultures of Natural History, Cambridge : Cambridge University Press, 1996, p. 138 ; Amiens : AN, F/17/1223-1224 : Rapport des commissaires nommés par l’Administration du district de la Somme au Comité d’Instruction publique. Amiens, le 2 brumaire an III ; Rouen : Bouteiller (Jules), Le Jardin des plantes de Rouen, Rouen, Eugène Julien, 1856, pp. 14-15 ; Angers : Duris (Pascal), Linné et la France…, op. cit., p. 52 ; Laon : AN, F/17/1223-1224, Réponse du district de Laon aux Comités des Domaines et d’Instruction. Laon, le 27 vendémiaire an III ; Lyon : AN, F/17/1223-1224 : Lettre du professeur Hénon de l’École nationale vétérinaire de la Guillotière aux administrateurs du district de Vienne. Sans lieu, peu avant le 5 brumaire an III.

197 Pour un premier recensement, voir : Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., p. 42. Ce recensement est largement complété par des monographies.

198 Avignon : Moulet (Pierre), « Histoire et déboires du jardin botanique d’Avignon », in Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Jardin entre science et représentation, op. cit. pp. 59-60 ; Dijon : Bret (Patrice), « ‘ La Conservation et l’utilité journalière du jardin botanique’. L’apothicaire Jacques Tartelin (1748-1823) et le premier Jardin de Dijon », in Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Jardin entre science et représentation, op. cit. p. 100 ; Angers : Bois (Benjamin), La Vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution. 1789-1799, Paris : Félix Alcan, 1929, pp. 252-253 et pp. 372-373.

199 Limoges : Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, Limoges : H. Ducourcieux, 1893, pp. 34-36 ; Maastricht : Spekkens (Johanes Pieter), L’École centrale du département de la Meuse-Inférieure. Maastricht. 1798-1804, Maastricht : Van Aelst, 1951, pp. 136-137 ; Le Mans : Reinhard (Marcel), Le Département de la Sarthe…, op. cit., p. 533 ; Liège : Macours (F.), « L’École centrale du département de l’Ourthe… », art. cit., p. 363.

200 Coirault (Gaston), Les Écoles centrales dans le Centre-Ouest…, op. cit., p. 126 ; Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, op. cit., pp. 69-70.

201 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, An IX, op. cit., p. 89.

202 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 3, p. 242.

203 Montpellier : Dulieu (Louis), « La Vie médicale et chirurgicale à Montpellier du 12 août 1792 au 14 frimaire an III », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, vol. 8, n ° 2, 1955, p. 164 ; Strasbourg : Buck (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin…, op. cit., pp. 40-41 et pp. 44-45. Hermann, directeur du jardin et professeur à l’École centrale et à l’École de santé, permet aux élèves centraliens de recevoir des cours de botanique au jardin. À sa mort, l’arrangement devient caduc et on songe à former un jardin botanique près de l’École centrale. Celui-ci ne voit jamais le jour.

204 [Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure…, An XII, op. cit., p. 394.

205 Dieudonné (Christophe), Statistique du département du Nord, 1804, op. cit., vol. 1, p. 268.

206 Verneilh-Puyraseau (Joseph de), Statistique générale de la France. Département de Mont-Blanc, op. cit., 1807, p. 248.

207 Laissus (Yves), « Les Cabinets d’Histoire naturelle », art. cit., pp. 679-712. Le cabinet de l’École vétérinaire d’Alfort et de celui du monastère des Carmes à Charenton, tous deux se trouvant dans la périphérie immédiate de Paris, n’ont pas été retenus.

208 AN, F/17/1240-B : « Notice sur les tableaux et monuments connus dans la ville de Clermont et aux environs faite avant les destructions dirigées par Couthon ». Sans lieu ni date ; Lemoine (Robert), « L’Enseignement scientifique dans les collèges bénédictins », art. cit., p. 121 ; Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, p. 125 ; Roche (Daniel), « Natural History in the Academies », art. cit., p. 138. Daniel Roche recense les cabinets de la Société royale de Montpellier, de l’Académie de Toulouse et de celle de la Rochelle qui bénéficie en 1770 du legs de la collection Lafaille et il semble que l’on puisse y ajouter le petit cabinet de l’Académie de Clermont. Il est également possible qu’une petite collection ait existé à Brest après 1786 (Gallozzi (Arièle) & Roussel (Claude-Youenn) (sous la dir.), Jardins botaniques de la Marine en France, op. cit., pp. 163-166).

209 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 272. Il ne s’agit pas de la commune de Saint-Jean-des-Vignes dans le Rhône à proximité de Lyon comme l’indique Yves Laissus mais de l’abbaye homonyme à proximité de Soissons.

210 Ibid., vol. 1, pp. 328-334 et p. 398 ; AN, F/17/1093 : Lettre de Huertgen, ancien receveur et économe du Collège jésuite. Cologne, le 2 août 1808.

211 Dans les Écoles centrales de Strasbourg, Metz, Lyon ou Roanne, les professeurs d’histoire naturelle mettent à la disposition des élèves leur collection particulière. Pour une comparaison avec les cabinets de physique et de chimie, voir Balpe (Claudette), « Constitution d’un enseignement expérimental. La physique et la chimie dans les Écoles centrales », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, vol. 52, n ° 2, 1999, p. 274.

212 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, An IX, op. cit., p. 89 ; Laboulais (Isabelle), « Quand les agents des mines délimitent leur domaine de savoir… », art. cit., p. 156 ; Bulletin polymathique du Muséum d’instruction publique de Bordeaux, vol. 1, premier cahier, 15 frimaire an XI, pp. 1-9 : « Précis historique sur l’établissement et les travaux du Muséum de Bordeaux, depuis sa fondation » ; ici, p. 5.

213 Camus (Armand-Gaston), Voyage…, op. cit., vol. 2, 1803, pp. 122-123 ; Van Hultem (Charles), Discours sur l’état de l’agriculture et de la botanique dans les Pays-Bas… à l’époque du salon d’exposition de fleurs, le dimanche 29 juin 1817, Gand : D. J. Vanderhagen, 1837, p. 55.

214 André-Félix (Annette), « Les Institutions scientifiques », in Stengers (Jean) (sous la dir.), Bruxelles, croissance d’une capitale, Anvers : Fond Mercator, 1979, p. 361 ; Lemaire (Claudine), « Histoire du Palais d’Orange-Lorraine de 1750 à 1980 », Crédit communal de Belgique, vol. 35, n ° 136, 1981, pp. 97 ; Balis (Jan), « Le Premier jardin botanique de Bruxelles », art. cit., p. 1.

215 Bourquin (Jules), « Le Jardin botanique et le cabinet d’histoire naturelle de l’École centrale du département du Mont-Terrible à Porrentruy », Actes de la Société jurassienne d’émulation, n ° 25, 1920, pp. 30-31.

216 Deries (Madeleine), L’École centrale du département de la Manche. An IV - an XI, Paris : Auguste Picard, 1922, pp. 34-35.

217 Gain (André), L’École centrale de la Meurthe…, op. cit., p. 30 et pp. 104-107.

218 Joachim (Jules), « La Chaire d’histoire naturelle de l’École centrale du Haut-Rhin (1796-1803) », Bulletin de la société d’histoire naturelle de Colmar, vol. 21, 1927-1928, pp. 19-22.

219 Troux (Albert), L’École centrale du Doubs…, op. cit., p. 144.

220 Hormis les cas de Nancy, Colmar et Besançon, le premier fonds provient également de saisies révolutionnaires à Angers, Angoulême, Bruxelles, Épinal, Grenoble, Lyon et Troyes.

221 Hormis les cas de Nancy et Besançon, le département a également acheté des spécimens à Albi, Angers, Avranches, Beauvais, Fontainebleau, Liège, Lyon, Maastricht, Metz, Rouen et Saint-Brieuc.

222 Hormis les cas de Nancy et Colmar, les Écoles centrales ont aussi reçu des dons à Angers, Limoges, Maastricht et Roanne.

223 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur aux Professeurs et aux Bibliothécaires des Écoles centrales du 17 vendémiaire an VII [8 octobre 1798] », art.. cit., pp. 207-225 ; ici, p. 214.

224 Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., p. 35. Des herborisations sont mentionnées dans une quinzaine de départements : Côtes-du-Nord, Doubs, Eure, Gard, Haute-Garonne, Lot, Mayenne, Pasde-Calais, Bas-Rhin, Sarthe, Deux-Sèvres, Vaucluse, Hautes-Pyrénées, Vosges. On peut en ajouter au moins neuf autres : Dordogne, Dyle, Ille-et-Vilaine, Jemmapes, Loire, Maine-et-Loire, Nord, Haut-Rhin, Rhône.

225 Ricordel (Pierre), « Le Collège de Rennes après le départ des Jésuites et l’École centrale d’Ille-et-Vilaine. 1762-1803 », Annales de Bretagne, vol. 44, 1937, pp. 136-137.

226 Cité in Paumès (Benjamin), Le Collège royal et les origines du lycée de Cahors, Cahors : Girma Brassac, 1907, p. 195.

227 AN, F/17/1344/5 : Réponse de Ramond de Carbonnières aux questions du ministre de l’Intérieur en l’an VII. Sans lieu ni date.

228 Ramond de Carbonnières (Louis-François-Elisabeth), Voyage au Mont-Perdu et dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées, Paris : Belin, An IX [1801], 382 p.

229 Julia (Dominique), « Un Voyage pédagogique sous la Révolution : les vacances des pensionnaires de l’École centrale de l’Eure en l’an VIII », in Glénisson (Jean) & Le Men (Ségolène) (sous la dir.), Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux : Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 62.

230 [Rever (François)], Voyage des Élèves du Pensionnat de l’École centrale de l’Eure dans la partie occidentale du Département, pendant les vacances de l’an huit..., Évreux : J. J. L. Ancelle, An X, pp. 118-119.

231 Cité in Kastener (Jean), « Les excursions scientifiques… », art. cit., p. 101.

232 Voir Revel (Jacques), « Une France sauvage », in Certeau (Michel de), Julia (Dominique) & Revel (Jacques), Une politique de la langue. La Révolution française et les patois. L’enquête de Grégoire, Paris : Gallimard, 2002 [1975], pp. 141-163 (Folio).

233 Kastener (Jean), « Les excursions scientifiques… », art. cit., pp. 105-109.

234 Ibid., p. 99 et p. 101.

235 Julia (Dominique), « Un Voyage pédagogique sous la Révolution… », art. cit., pp. 67-68.

236 Ibid., p. 82.

237 [Rever (François)], Voyage des Élèves du Pensionnat…, An X, op. cit. ; Décade philosophique, vol. 33, mars à mai 1802, pp. 107-109.

238 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 267-276.

239 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., pp. 7-9.

240 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 26 pluviôse an III. En deux exemplaires : l’un au Comité de Salut public ; l’autre à la Commission temporaire des arts.

241 AN, AJ/15/836 : Lettre de Thouin au Muséum d’Histoire naturelle. La Haye, le 30 germinal an III.

242 AN, F/17/1277 : « Indication des objets renfermés dans les caisses qui composent l’envoi expédié de La Haye pour Paris, le 30 Germinal, an III Républicain ». Sans lieu ni date ; « Madrepores, coraux, coraline, litophites et polypes ». La Haye, le 30 germinal et floréal an III ; « Coquilles ». La Haye, le 30 germinal an III.

243 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93 et p. 99 ; Cap (Paul-Antoine), Le Muséum…, op. cit., p. 100.

244 Spekkens (Johanes Pieter), L’École centrale du département de la Meuse-Inférieure…, op. cit., p. 127

245 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., 327-329 et pp. 341-351 ; Poulot (Dominique), « La Fondation des musées de province », in Péronnet (Michel) (sous la dir.), Chaptal, Toulouse : Privat, 1988, pp. 160-176.

246 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 328.

247 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 235-236 ; Magasin encyclopédique, 2e année, vol. 2, 1796, p. 407 ; Rionnet (Florence), L’Atelier de moulage du Musée du Louvre. 1794-1928, Paris : Réunion des Musées nationaux, 1996, 407 p.

248 Marcours (F.), « L’École centrale du département de l’Ourthe… », art. cit., p. 363.

249 Magasin encyclopédique, 5e année, vol. 5, 1799, pp. 111-112 ; Décade philosophique, vol. 24, mars à mai 1800, pp. 56-57.

250 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 328 ; Isaac (Marie-Thérèse) & Sorgeloos (Claude), L’École centrale du département de Jemappes…, op. cit., p. 139.

251 Cité in Trénard (Louis), Lyon. De l’Encyclopédisme au Préromantisme, Grenoble : Imprimerie Allier, 1958, vol. 2, p. 441.

252 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur aux Conseils d’administration des Écoles centrales de la République du 25 germinal an VII [14 avril 1799] », Recueil des lettres circulaires…, op. cit., vol. 2, pp. 163-165.

253 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, Paris : Imprimerie de Du Pont, An IV, 57 p.

254 AN, AJ/15/837 : Lettre du Conseil d’administration de l’École centrale de Haute-Garonne au ministre de l’Intérieur. Toulouse, le 3 prairial an VII ; Réponse de Hermann à la circulaire ministérielle du 25 germinal an VII. Sans lieu ni date [Strasbourg, an VII].

255 AN, AJ/15/837 : Réponse de Hermann à la circulaire ministérielle du 25 germinal an VII. Sans lieu ni date [Strasbourg, an VII]. En 1801, la maladresse de François de Neufchâteau est rattrapée par Chaptal, qui fait envoyer dans chaque École centrale un exemplaire du très récent et très « moderne » Traité de minéralogie de Haüy et leur propose d’acheter les modèles cristallographiques du professeur parisien pour 50 centimes la pièce. Voir les Recueils des lettres, circulaires, instructions, arrêtés et discours publics émanés des Citoyens Quinette, Laplace, L. Bonaparte et Chaptal, Paris : An X, vol. 3, pp. 819-828 ; Wautelet (Michel), « Les Modèles cristallographiques », in Isaac (Marie-Thérèse) (sous la dir.), Sciences et Lumières à Mons. 1792-1802, Bruxelles : Académie Royale de Belgique, 2004, pp. 159-161.

256 François de Neufchâteau (Nicolas), « Lettre du ministre de l’Intérieur... du 25 germinal an VII [14 avril 1799] », Recueil des lettres circulaires …, op. cit., vol. 2, p. 165.

257 AN, AJ/15/837 : dossier 2.

258 AN, AJ/15/837 : Lettre de Lemeignen aux professeurs du Muséum d’Histoire naturelle. Nantes, le 28 messidor an VII.

259 AN, AJ/15/837 : Réponse de Hermann à la circulaire ministérielle du 25 germinal an VII. Sans lieu ni date [Strasbourg, An VII] ; « Relevé de la liste des minéraux envoyés par le ministre de l’Intérieur par la circulaire du 25 germinal an VII qui se trouvent dans le département de la Haute-Garonne ou autres départements voisins » par Picot de Lapeyrouse. Sans lieu ni date [Toulouse, An VII].

260 Joachim (Jules), « La Chaire d’histoire naturelle de l’École centrale du Haut-Rhin… », art. cit., p. 23.

261 AN, AJ/15/837 et 838.

262 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93. Les aides-naturalistes Dufresne (zoologie), Deleuze (botanique) et Valenciennes (minéralogie) suppléent parfois les professeurs.

263 AN, AJ/15/837 : « Tableau des envois de plantes en nature faits aux départements ou Écoles centrales de la République par le Muséum d’Histoire naturelle depuis le 1er Vendémiaire an VII jusques et y compris le 5 germinal, même année » par Thouin. Paris, le 3 germinal an VII ; « État de la distribution de semences faite aux Écoles centrales des départements » par Thouin. An VII. Paris, le 1er floréal an VII ; « Tableau de la distribution du Muséum national d’Histoire naturelle en productions végétales vivantes. Depuis le premier vendémiaire jusqu’au premier prairial an VIII de la République française ». Paris, le 1er prairial an VIII ; « Tableau des productions végétales distribuées par le Muséum d’Histoire naturelle, pendant les quatre derniers mois de l’an 9 et l’année dernière », Annales du Muséum, vol. 1, 1802, p. 332.

264 D’après confrontation entre : AN, AJ/15/837 : dossier « Forêts » et Sprunck (Alphonse), « L’École centrale du département des Forêts », Hemecht, no 16, 1964, pp. 25-26 ; AN, AJ/15/838 : dossier « Jemmapes » et Isaac (Marie-Thérèse) & Sorgeloos (Claude), L’École centrale du département de Jemappes…, op. cit., pp. 174-176.

265 Pour les jardins, l’état de la distribution des semences de l’an VII annonce 62 Écoles centrales mais n’en recense que 57 dont Paris et, plus surprenant, Malte et l’Égypte. Pour les cabinets, un cas, celui du Haut-Rhin n’est pas recensé dans les archives, peut-être parce que l’envoi est trop tardif.

266 Candolle (Augustin Pyrame de), Mémoires et souvenirs…, op. cit., pp. 118-119. Ces collections finissent volées, à l’exception d’un « malheureux zèbre empaillé qu’on avait trouvé trop gros pour l’emporter et qu’on avait laissé pour pâture aux vers dans un grenier ».

267 Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, op. cit., p. 37, n. 1.

268 D’après AN, AJ/15/837 et 838 ; Trénard (Louis), Lyon…, op. cit., vol. 2, pp. 440-441 ; Tiffonet (Lucien), Notice sur l’École centrale de la Haute-Vienne, op. cit., pp. 36-37 ; Durand (René), Le Département des Côtes-du-Nord…, op. cit., vol. 1, p. 530 et p. 588 ; Sprunck (Alphonse), « L’École centrale du département des Forêts », art. cit., pp. 25-26 ; Isaac (Marie-Thérèse) & Sorgeloos (Claude), L’École centrale du département de Jemappes…, op. cit., p. 175.

269 AN, AJ/15/837 : « État de la distribution de semences faite aux Écoles centrales des départements ». An VII. Paris, le 1er floréal an VII.

270 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 93.

271 Duris (Pascal),« L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., p. 30.

272 Trénard (Louis), Lyon…, op. cit., vol. 2, pp. 440-441.

273 Bois (Benjamin), La Vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou…, op. cit., p. 403, n. 7 ; Béraud (Toussaint-Charles), « Cabinet d’histoire naturelle d’Angers. Son origine et ses progrès. Première partie se terminant à l’année 1838 », Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts d’Angers, 2e série, vol. 1, 1850, pp. 172-173 ; Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., pp. 341-342.

274 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 274.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Jardins botaniques vers 1793Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Le Jardin des plantes de Montpellier Plan de 1596 publié dans l’ouvrage éponyme de Martins (1854) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Légende Jardins botaniques vers 1800Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Reconstitution du cabinet Lafaille au Muséum d’Histoire naturelle de la Rochelle Cliché Ismoon.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Cabinets d’histoire naturelle vers 1780/1789Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Cabinets d’histoire naturelle vers 1800.Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Petite expédition de centraliens Planche extraite du Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure de François Rever (1801) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Légende Envois du Muséum aux Écoles centrales entre l’an V et l’an IX.Infographie Pierre-Yves Lacour
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Empreintes de Vestena Nova Planche 1 extraite du « Mémoire sur quelques fossiles rares de Vestena Nova… » de Faujas de Saint-Fond dans les Annales du Muséum (1804).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5418/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540