Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

La province naturaliste au miroir de Paris

Les cabinets particuliers de province

Texte intégral

  • 38 Laissus (Yves), « Les Cabinets d’histoire naturelle », art. cit., pp. 659-712.
  • 39 Sur Cambry, voir Gemie (Sharif), « Une Lecture du Voyage dans le Finistère de Jacques Cambry (1794) (...)
  • 40 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., 3 vol.
  • 41 Cambry (Jacques), Description du département de l’Oise, Paris : P. Didot l’aîné, An XI [1803], 3 vo (...)
  • 42 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit.
  • 43 Sorgeloos (Claude), « Les Cabinets d’histoire naturelle et de physique dans les Pays-Bas autrichien (...)

1Au long du xviiie siècle, la province renferme environ 200 cabinets naturalistes, c’est-à-dire moins que la seule capitale38. Dans la dernière édition de la Conchyliologie, les successeurs de Dezallier d’Argenville recensent les collections européennes dans les dernières décennies de l’Ancien Régime comme on l’a vu. Il n’y a pas d’équivalent à cet inventaire exceptionnel dans les premières années du nouveau siècle, disons entre 1797 et 1806, soit entre la fin de l’épisode des confiscations et les débuts de l’Empire. Pour ces années, on propose de repérer les cabinets mentionnés dans les statistiques départementales, les récits de voyage ou bien les sources d’archives et d’en proposer l’inventaire. Deux récits de voyage et un article sur les cabinets belges ont notoirement contribué à ce recensement. Millin et Cambry rapportent l’existence de nombreuses collections provinciales. Jacques Cambry, républicain modéré né à Lorient, promoteur des études celtes et bientôt fondateur de l’Académie celtique en 1805 est aussi un collectionneur de coquilles et de médailles39. En 1794-1795, il effectue, en tant que commissaire des sciences et des arts, une mission en Bretagne dont il tire un Voyage dans le Finistère en l’an VII40. En 1800, il est nommé préfet de l’Oise et, trois ans plus tard, il tire de ses tournées une Description de ce département41. Dans ces deux livres, Cambry rapporte l’existence de cabinets qu’il décrit brièvement. Millin, dans son Voyage dans les départemens du midi de la France, donne le récit de ses pérégrinations entre 1804 et 180642. Partant de Paris, il prend la route du Sud-Est, longe la Méditerranée et les Pyrénées, puis remonte vers la capitale en contournant le Massif central. Au cours de ce tour de la France méridionale, Millin rencontre nombre de naturalistes et d’antiquaires, mais aussi des administrateurs et des négociants. Il s’intéresse principalement aux antiques et aux inscriptions épigraphiques, motif principal de son voyage, mais il décrit également les cabinets naturalistes, vestige de son ancienne passion pour la botanique. Pour le cas belge, on dispose d’un essai d’inventaire proposé par Claude Sorgeloos il y a une vingtaine d’années43. L’étude des cabinets particuliers de province se veut le pendant de l’analyse des collections parisiennes proposée précédemment. Celle-ci avait mis au jour plusieurs processus allant de la diminution du nombre de collections particulières à la forte spécialisation de leur contenu, en passant par la disparition des anciens propriétaires nobles et ecclésiastiques et par l’amorce d’une professionnalisation du milieu des collectionneurs. On voudrait alors observer si ces processus valent également pour la province naturaliste au travers d’une pesée globale des collections, mais aussi, par le biais de deux études de cas, l’une portant sur les cabinets de Nantes et l’autre sur le grand cabinet Hermann à Strasbourg.

1780/1804 : LES CABINETS PARTICULIERS PROVINCIAUX

  • 44 Lyon (5 cabinets), Strasbourg (6), Rouen (6), Genève (6), Bruxelles (7), Montpellier (8), Marseille (...)

2Partant de la Conchyliologie dans son édition de 1780 et de notre inventaire, on peut comparer les situations de part et d’autre de la Révolution, même s’il faut relativiser les termes de cette pesée, les modalités de constitution des recensements différant considérablement. La raréfaction des collections particulières provinciales semble très nette entre la fin de l’Ancien Régime et les premières années du xixe siècle, tout au moins dans la France dans ses frontières de 1790. Plus de 130 cabinets sont réputés existants vers 1780 contre plus de deux fois moins une vingtaine d’années plus tard. Pour les régions annexées entre 1790 et 1804, le nombre de collections se maintient autour d’une trentaine. Soit, au total, dans la France provinciale de 1804, une diminution du nombre de cabinets de l’ordre de 50 %, proche de celle observée dans la capitale. Malgré les incertitudes liées au biais méthodologique, l’étude de plusieurs grandes villes provinciales, notamment de Nantes et de Strasbourg, semble très nettement conforter cette tendance baissière. Là-encore, comme pour Paris, l’épisode des confiscations a joué le premier rôle, ce dont témoigne la disparition d’une cinquantaine de collections nobles et ecclésiastiques. La distribution spatiale de ces collections fait apparaître, sans surprise, la prépondérance des capitales régionales. Avant la Révolution, huit villes, six de province et deux des futurs départements annexés, sont réputées renfermer plus de cinq cabinets44. Parmi celles-ci, quelques métropoles régionales qui avoisinent ou dépassent les 100 000 habitants comme Rouen, Lyon, Marseille, mais aussi des cités de longue tradition médicale comme Strasbourg et Montpellier, sans oublier Versailles, où la plupart des propriétaires travaillent dans les bureaux de la monarchie. Vers 1800, seules Montpellier et Bruxelles renferment encore cinq cabinets.

  • 45 Il s’agit d’Amoreux, Draparnaud, Nicolas, Passinges, Philippe Picot de Lapeyrouse, Van der Stegen d (...)

3La qualité de plus de quatre cinquièmes de ces propriétaires est connue, que les sources avancent un titre nobiliaire ou un grade universitaire, une profession ou une passion singulière. De part et d’autre de la Révolution, on observe d’abord une mutation d’importance. Vers 1780, seul un tiers des cabinets appartiennent à des particuliers, que leur métier ou leur passion met en contact avec des naturalia mais, vingt années plus tard, la proportion des médecins, exploitants, ingénieurs des mines ou naturalistes est presque doublée. Pourtant, cette évolution, proche de celle observée à Paris, reste à nuancer. Si la proportion des propriétaires directement intéressés à l’histoire naturelle a augmenté, c’est d’abord parce que les collectionneurs nobles ou ecclésiastiques ont quasiment disparu de la province. Ils en représentaient presque 40 % avant la Révolution contre à peine 10 % vers 1800. L’analyse peut être prolongée par l’étude de deux sous-catégories, celle des gens de justice et des administrateurs d’un côté, celle des naturalistes de profession, de l’autre. La proportion de particuliers de la première catégorie est relativement stable mais, après 1800, les propriétaires appartiennent souvent aux nouvelles élites administratives comme les préfets (2 cas) ou les maires (4 cas). Le plus remarquable demeure la poussée des naturalistes de profession comme les conservateurs de collections ou les professeurs d’histoire naturelle. Ils représentent à peine 2 % des propriétaires vers 1780 contre 16 % vers 1800. Parmi ces derniers, presque tous sont professeurs d’histoire naturelle dans les Écoles centrales45. Dans l’ensemble, et à l’exception notoire des départements annexés, l’évolution provinciale semble ici faire écho à celle de la capitale.

Cabinets provinciaux vers 1780 et vers 1800. Les quelques collections du Comtat venaissin sont intégrées dans la catégorie « Province en 1790 ».

Cabinets provinciaux vers 1780 et vers 1800. Les quelques collections du Comtat venaissin sont intégrées dans la catégorie « Province en 1790 ».

Qualités des propriétaires de cabinets vers 1780 et vers 1800. Les propriétaires peuvent appartenir simultanément ou successivement à plusieurs catégories.

Qualités des propriétaires de cabinets vers 1780 et vers 1800. Les propriétaires peuvent appartenir simultanément ou successivement à plusieurs catégories.

4Les quatre cinquièmes des collections recensées sont également décrites dans les sources consultées. Pour comparer leur contenu de part et d’autre de la Révolution, le canevas typologique est basé sur des catégories dites « indigènes », ce qui permet de distribuer avec une grande sûreté la quasi-totalité des cabinets provinciaux. La lecture du tableau statistique est malaisée. Surtout, elle offre quelques surprises. Les cabinets associant les spécimens naturalistes à d’autres objets sont plus répandus vers 1800 que vers 1780, passant de 18 % à 35 %. Dans le détail, on observe simultanément une quasi-disparition des collections mélangeant œuvres d’art et objets de science et une nette progression des collections scientifiques réunissant des spécimens naturalistes et des instruments de physique ou de chimie. Les premières ont disparu avec les grands propriétaires nobles ; les secondes semblent particulièrement répandues dans l’espace belge. La proportion de « cabinets d’histoire naturelle », réunissant des objets d’au moins deux règnes, et de cabinets spécialisés en minéralogie, botanique ou zoologie tend à s’inverser : 30 % de collections généralistes vers 1780 contre 24 % vers 1800 ; 22 % de cabinets spécialisés vers 1780 contre 29 % vers 1800. On remarque aussi que les cabinets rassemblant des spécimens des trois règnes sont devenus rares au début du xixe siècle. Le processus de spécialisation est bien à l’œuvre en province, à une nuance près : la part des collections de coquilles, ou celles associant coquilles et minéraux, diminue fortement, passant de presque 30 % à moins de 15 %. Plus surprenant, les cabinets de curiosités, c’est-à-dire ici ceux qui mêlent naturalia et artificialia, sont plus nombreux au sortir de la Révolution qu’à la fin de l’Ancien Régime. Ce constat va à l’encontre de ce que l’on sait du cas parisien et de ce que l’on dit généralement du processus de spécialisation. Sauf qu’il ne s’agit plus exactement du même type de curiosités. Vers 1800, les artefacts exotiques ont, semble-t-il, presque disparu et sont remplacés par des antiques, notamment, mais pas seulement, dans le midi de la France, tandis que l’association de médailles et de minéraux tend à se substituer au mélange de coquilles et de minéraux.

Le contenu des cabinets vers 1780 et vers 1800

Le contenu des cabinets vers 1780 et vers 1800
  • 46 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 2, p. 146.
  • 47 Cambry (Jacques), Description du département de l’Oise, An XI, op. cit., vol. 2, pp. 289-291. La co (...)
  • 48 Voir Lamoureux (Justin), Mémoire pour servir à l’Histoire littéraire du département de la Meurthe. (...)
  • 49 Dorsch (Anton-Joseph), Statistique du département de la Roër, An XII, op. cit., p. 123.
  • 50 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 2, p. 141.

5L’analyse statistique ne rend pas assez compte de la diversité des collections et d’abord de leur taille. La collection du dramaturge Guillemard à Brest, réduite à quelques « fausses améthystes et diverses espèces de cristaux »46, a peu de choses à voir avec la « grande collection de fossiles » que Defrance rassemble à Bourg-la-Reine47, avec le beau cabinet de Villiez à Nancy48 ou avec celui du baron Hüpsch à Cologne qui « commence déjà à la porte de la maison et ne finit qu’au toit [et dont la] cuisine même est remplie d’antiquités et d’objets d’histoire naturelle »49. Par ailleurs, on connaît mal le classement des collections particulières de province vers 1800, même si on lit parfois que tel cabinet est « bien classé » ou que telle suite est « ordonnée avec intelligence ». Cambry fait un éloge singulier du cabinet brestois du peintre italien Sartory50 :

Son cabinet d’histoire naturelle et de curiosités étrangères, renfermé dans un très-petit espace, mais disposé avec l’intelligence d’un homme de goût, d’un artiste, frappe plus au premier coup-d’œil, arrête plus dans les détails, que les vastes amas de minéraux et de coquillages que des princes ou de riches particuliers entassent dans de vastes emplacemens.
Il n’a pas suivi d’ordre précis, les classes inventées par les naturalistes ; le goût seul présidoit aux rapprochemens qu’il a faits, aux faisceaux d’instrumens, d’ornemens, de plumages qu’il a si joliment grouppés [sic], au mélange heureux de couleurs produites par ses papillons de la Chine, ses insectes de Surinam, et ses coquilles de l’Asie.

  • 51 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit., t. 1, p. 199.
  • 52 Ibid., t. 4, vol. 1, pp. 315-316. La méthode est exposée in Draparnaud (Jacques Philippe Raymond), (...)

6C’est une apologie, assez rare vers 1800, d’un ordre sans norme, réglé seulement sur le goût solitaire de son propriétaire qui rapproche naturalia et artificialia et mélange des spécimens des différents continents pour produire une harmonie colorée. L’artiste se moque de l’enchaînement des êtres dans la Nature comme des classifications exposées dans les manuels des naturalistes. Son goût seul lui tient lieu de méthode. Hormis le cabinet Buron sur lequel on reviendra longuement, on ne connaît l’ordonnancement que de deux cabinets particuliers de province. À Semur, la petite collection minéralogique de Bruzard est « utile pour l’instruction et bien rangée selon la savante méthode de M. Haüy »51, tandis qu’à Montpellier, Bouchet-Doumenq possède une « belle collection de mollusques, classés d’après la méthode de Draparnaud »52. Il est tentant d’interpréter ensemble ces deux cas. Vers 1805, les échantillons de la collection minéralogique du premier sont classés selon la méthode adoptée au Muséum quelques années auparavant. À la même époque, la collection de « mollusques » du second est ordonnée selon la méthode exposée par le professeur de l’École centrale de l’Hérault vers 1800. Dans le premier cas, le modèle est parisien, ce qui s’explique facilement, Semur n’étant qu’a quelques dizaines de kilomètres de la capitale et dans son orbite culturelle. Dans le second, il est local — on dirait aussi bien indigène —, Bouchet-Doumenq adoptant la classification d’un autre montpelliérain. On croit lire ici la rivalité entre deux métropoles savantes. Au début du xixe siècle, Montpellier est sans doute la principale capitale naturaliste de province avec son université de médecine devenue École de santé, plus ancienne et prestigieuse qu’ailleurs, ses cabinets, plus nombreux que dans les autres villes, et ses maîtres naturalistes comme Gouan, Broussonet, Sauvages ou Draparnaud et, plus tard, Candolle.

NANTES ET SES CABINETS

  • 53 AD 44, L 620 : Extrait du registre des délibérations du jury d’instruction publique du département (...)
  • 54 Derostaing Derivas (Eugène-Pierre), « Notice sur le Musée d’histoire naturelle de la ville de Nante (...)
  • 55 François-René-André Dubuisson (1763-1836) : passionné très jeune par l’histoire naturelle, il s’ins (...)
  • 56 L’absence de mention de cabinets nantais chez les successeurs de Dezallier d’Argenville s’explique (...)
  • 57 AD 44, Q 584 : Extrait des registres de l’administration du département de Loire-Inférieure. Séance (...)

7Pendant la Révolution, Nantes n’a jamais disposé d’un cabinet d’histoire naturelle auprès de son École centrale et « il n’existe pas à l’école une seule pièce d’histoire naturelle qui n’appartienne privativement au professeur » Lemeignen53. En revanche, les collections particulières y sont nombreuses, la ville disposant, grâce à son port de mer, de facilités aussi bien pour la collecte de poissons rares que pour l’acquisition de spécimens coloniaux. La littérature sur les cabinets nantais à la charnière des deux siècles étant peu fiable, le dossier a été repris depuis le début54. À la veille de la Révolution, la ville renferme une demi-douzaine de propriétaires de cabinets d’histoire naturelle : Urbain-René-Thomas Le Bouvier-Desmortiers, Deloynes, Blanchard de la Musse, Dutertre, Goullin de Bourgneuf, la veuve Kérambart de la Pommeraye et François-René-André Dubuisson55. Même si aucune collection nantaise n’est signalée dans la dernière édition de la Conchyliologie (1780), la ville demeure l’une des principales capitales naturalistes de province dans les dernières années de l’Ancien Régime56. Parmi ces propriétaires, au moins trois appartiennent à des familles suspectes d’émigration : Le Bouvier-Desmortiers, qui a pris la roue de Charette, chef de la contre-Révolution royaliste en Vendée, mais aussi le fils de la veuve Kérambart et peut-être Deloynes57.

Les cabinets nantais (1789-1825). Les cabinets particuliers sont encadrés en pointillés, les cabinets institutionnels en lignes pleines Infographie Pierre-Yves Lacour.

Les cabinets nantais (1789-1825). Les cabinets particuliers sont encadrés en pointillés, les cabinets institutionnels en lignes pleines Infographie Pierre-Yves Lacour.
  • 58 AD 44, L 626 : Lettre de Choron aux administrateurs du département de Loire-Inférieure. Nantes, le (...)
  • 59 AD 44, L 626 : Lettre des commissaires Delalande, Huette et Dubuisson à l’administration municipale (...)

8Deux inventaires offrent une image assez précise du contenu des collections Le Bouvier-Desmortiers et Kérambart. En septembre 1793, Le Bouvier-Desmortiers étant suspecté d’émigration et ses biens déclarés propriété de la République, le nouveau locataire de l’appartement fait apposer des scellés sur la porte du cabinet58. En 1796, presque trois années plus tard, le département décide enfin de procéder à l’inventaire de la collection avec l’idée de la transférer à l’École centrale59. Les objets sont alors prisés par des commissaires, et notamment par Dubuisson pour la partie naturaliste.

Cabinet Le Bouvier-Desmortiers Répartition de la valeur des objets (1796).

9Le cabinet Le Bouvier-Desmortiers réunit divers objets de sciences. L’histoire naturelle, réduite à la seule minéralogie, représente environ un tiers de la valeur marchande de la collection scientifique, les deux tiers restants rassemblant les objets de physique, instruments d’optique ou de mesure, machines électriques ou verreries diverses. La partie minéralogique est enfermée dans une seule armoire à « douze tiroirs et deux battants vitrés ».

  • 60 AD 44, 170 T1 : Extrait du jugement du tribunal de première instance de Nantes : Mme Buron contre M (...)
  • 61 AM Nantes, 2R 568 : Inventaire du cabinet de Kérambart par Huet, Peccot, Dubuisson, Buron, Kérambar (...)

10La collection Kérambart est de nature très différente. Son histoire est assez confuse. Vers 1798, la collection de la veuve est achetée par Buron, qui la transfère dans son appartement rue Caylus60. Apparemment très endetté et incapable de payer son acquisition, les objets sont, provisoirement, réintégrés dans l’appartement Kérambart, place de la Liberté. C’est à ce moment qu’est dressé l’inventaire et, cette fois encore, le recensement des objets donne lieu à une prisée61.

Cabinet Kérambart Répartition de la valeur des objets (1798).

  • 62 Par exemple, Camus (Armand-Gaston), Voyage…, op. cit., 1803, vol. 1, pp. 72-73 et pp. 137-138.
  • 63 Dans l’inventaire de la collection Buron et dans sa description par Dubuisson se trouvent quelques (...)
  • 64 D’après AD 44, L 626 : divers documents et AM Nantes, 2R 567 : Extrait des procès verbaux du Consei (...)

11Les spécimens d’histoire naturelle composent presque 85 % de la valeur totale du cabinet, le reste rassemblant des « objets d’art », tableaux, gravures et figurines, mais aussi antiquités, chinoiseries et sauvageries. Au sein des naturalia, les spécimens zoologiques représentent environ les trois quarts de la valeur, les minéraux formant le gros quart restant. Dans le règne animal, deux classes se distinguent particulièrement, les oiseaux et les coquilles, surtout si on y intègre les autres productions marines, notamment les coraux. La collection renferme également de nombreuses pièces curieuses comme des « poissons-scie », « un groupe artificiel de coraux, madrépores et coquillages » ou une « grotte de coquilles ». Ces grottes font habituellement horreur aux naturalistes comme aux républicains. Ils sont des signes du mauvais goût des amateurs fortunés, généralement des nobles62. La place remarquable des artefacts, l’importance des oiseaux et des coquilles, quelques pièces réputées curieuses, tout cela fait de la collection Kérambart un cabinet naturaliste encore marqué par la culture de la curiosité, typique de l’amateur noble de la fin du xviiie siècle. À la charnière des deux siècles, les collections de Kérambart et de Le Bouvier-Desmortiers disparaissent, la première absorbée par le cabinet Buron63, la seconde intégrée au cabinet départemental créé en 180264.

  • 65 AM Nantes, 2R 567 : Inventaire de la collection Buron par Athenas, Dubuisson, Richard, Noüel. Nante (...)
  • 66 Plusieurs indices indiquent que ces deux collections n’en sont en fait qu’une seule. Dans l’inventa (...)
  • 67 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An (...)

12Le cabinet Buron est décrit dans l’inventaire dressé à la fin de l’année 1801 et dans le catalogue imprimé qu’en propose Dubuisson vers 180065. Malgré son titre ambigu, le catalogue décrit bien la collection dont Buron, ingénieur-arpenteur, est le propriétaire et dont Dubuisson n’est que le conservateur66. En l’an VII, l’Institut départemental, principale société savante du département, charge l’un de ses membres, Richard, de faire un rapport sur le cabinet. La description est jointe à la préface du catalogue de Dubuisson67 :

[La] collection des oiseaux comprend plus de 430 individus, presque tous étrangers à nos climats […].
La collection des minéraux ou des corps du règne inorganique, forme une série tellement complète, depuis la terre la plus commune, jusqu’aux mines les plus précieuses, qu’on peut dire que c’est un système entier de minéralogie.

La conchyliologie n’est ni moins précieuse, ni moins complète, puisqu’elle renferme près de 1600 articles ; et qu’on y trouve toutes les coquilles mises à si haut prix, moins à raison de leur importance, que par le caprice des amateurs.
Les insectes, quoiqu’au nombre de 5 ou 600, ne sont pas encore tous préparés ni méthodiquement classés ; nous ne nous y arrêterons pas […] ; nous ne dirons rien des poissons, que le talent particulier du citoyen Dubuisson, pour leur préparation, fait regretter de n’être pas plus nombreux, ni des reptiles et des quadrupèdes, parce que le volume de ces objets s’oppose à des collections nombreuses ; le cabinet en réunit cependant un certain nombre, ainsi que des fragments d’animaux et de monstruosités. A côté de ces produits de la nature, le citoyen Dubuisson a réuni quelques productions de l’industrie ; elles peuvent donner une idée des arts chez les peuples sauvages, et forment, pour ainsi dire, les élémens de l’histoire industrielle.

  • 68 Ibid., p. i.
  • 69 AM Nantes, 2R 567 : Inventaire de la collection Buron par Athenas, Dubuisson, Richard, Noüel. Nante (...)
  • 70 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An (...)
  • 71 Ibid., p. 125.

13Les trois collections ornithologique, minéralogique et conchyliologique sont également décrites comme remarquables par Dubuisson lui-même68. En 1801, l’inventaire Buron permet de détailler davantage l’importance relative des différentes parties de la collection69. Le cabinet Buron, à la différence de celui de la veuve Kérambart dont il est principalement issu, ne renferme que très peu « d’ouvrages de l’art », moins de 2 % de sa valeur totale. Le catalogue indique que ces artificialia sont presque exclusivement des Sauvageries. Sur les 40 numéros, les trois quarts sont composés d’armes ou de parures de Sauvages, les chinoiseries et les œuvres d’arts européennes ayant presque complètement disparu. Surtout, le sens de ces artefacts a changé avec la redéfinition de leurs usages : ces « quelques productions de l’industrie […] forment, pour ainsi dire, les élémens de l’histoire industrielle ». La partie naturaliste de la collection ne renferme pas de spécimens botaniques, mais se décompose à nouveau entre un tiers de minéraux et deux tiers d’animaux, dans un rapport à peu près semblable à celui de la collection Kérambart. On y trouve aussi des « monstruosités ou écarts de la nature » comme ce « chat double à huit pattes et cinq oreilles », cet autre « chat à deux têtes », ce « poulet à trois pattes » ou bien encore ce « cochon […] ayant un seul œil au milieu du front, ombragé par une espèce de trompe »70. Quelques monstres, mais plus guère de pièces curieuses, même si l’on trouve encore parmi les poissons le « marteau » et la « scie ». Les mises en scène curieuses sont pareillement rares, à l’exception d’un crocodile tenant un serpent dans sa gueule dans la classe des reptiles71. La comparaison — par l’approche statistique et l’analyse détaillée — des collections Kérambart et Buron semble ainsi symptomatique de la sortie de la culture de la curiosité autour de 1800.

Cabinet Buron/Dubuisson
Répartition de la valeur des objets (1801).

  • 72 Ibid., pp. 129-165. La collection ornithologique de Buron s’accroît lentement à partir du premier f (...)
  • 73 Blanlœil (Catherine), « La Fondation du Muséum d’Histoire naturelle », in Dhombres (Jean) (sous la (...)
  • 74 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An (...)
  • 75 Ibid., pp. 1-115.

14Dans sa description du cabinet Buron, Richard indique que parmi les 430 oiseaux, « presque tous [sont] étrangers à nos climats ». Pour environ la moitié d’entre eux, soit 212 spécimens, le catalogue imprimé précise leur origine géographique72. La plus grande partie de ces oiseaux proviennent des colonies européennes, principalement des littoraux et des îles d’Afrique, d’Asie et des Amériques : 120 spécimens sont issus de deux colonies françaises, soit 80 pour la Guyane et Cayenne et 40 pour Madagascar. Cette répartition géographique s’explique par la filiation entre les collections Buron et Kérambart et par la position centrale de Nantes dans le trafic colonial français au xviiie siècle : Kérambart, dont la veuve a hérité du cabinet, était capitaine de frégate à Nantes73 ; la ville avec ses ports satellites en aval du fleuve, est, après Bordeaux, le grand port commercial français, principalement tourné vers le trafic des esclaves et du sucre avec les îles des Caraïbes mais aussi avec la Guyane, la côte de Guinée, l’Île de France (aujourd’hui Maurice) et Canton. Le nombre de spécimens coloniaux est également important dans les autres parties du règne animal, en particulier parmi les reptiles et les mammifères74. Les provenances des spécimens zoologiques peuvent d’être comparées avec celles des échantillons minéralogiques75. À la différence des oiseaux, la plupart des minéraux proviennent d’Europe, plus particulièrement de la région nantaise, mais également des différents massifs montagneux français — notamment du Dauphiné —, ou bien encore de l’île d’Elbe. Cette collection minéralogique, probablement formée grâce aux courses départementales de Dubuisson et par l’entremise de ses réseaux de correspondance, répond à un double projet, celui du recensement des richesses minérales du territoire national et celui de la statistique du département.

Cabinet Buron/Dubuisson Provenances des oiseaux (vers 1800) | Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 76 Ibid., p. iii, p. 1 et p. 129 ; pour la citation, p. 239. Pour les méthodes, voir Brisson (Mathurin (...)
  • 77 D’après confrontation entre Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire nature (...)
  • 78 En l’an VIII Lamarck n’a pas encore publié son Système des animaux sans vertèbres, ni Lacépède ses (...)

15Le catalogue Dubuisson présente l’ordonnancement des spécimens du cabinet Buron en l’an VIII. La collection minéralogique est classée suivant le Tableau méthodique de Daubenton, les oiseaux suivant la méthode de Brisson et les poissons d’après la méthode de Lacépède « dont l’ouvrage intéressant n’est pas encore fini »76. En confrontant les listes du catalogue aux méthodes publiées avant 1800, il apparaît que les quadrupèdes sont également ordonnés selon Brisson, que les reptiles sont classés d’après l’Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpens de Lacépède et que, pour les coquilles, Dubuisson adopte la méthode conchyliologique de Dezallier d’Argenville77. Dans son souci de bien classer les spécimens, le jeune Dubuisson endosse l’habit sérieux du savant en prenant ses distances avec la nonchalance classificatrice des amateurs d’histoire naturelle et en faisant allégeance aux maîtres parisiens du Muséum. Le cabinet Buron n’est certes pas ordonné vers 1800 comme le Muséum le sera vers 1803 mais — et il ne faut pas s’y tromper — les méthodes vieillies de Dezallier d’Argenville, de Brisson et peut-être même de Daubenton ne sont que des pis-aller provisoires78.

Cabinet Buron/Dubuisson Provenances des minéraux (vers 1800) | Infographie Pierre-Yves Lacour.

  • 79 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An (...)

16En l’an VIII, le cabinet particulier est ouvert au public, ce qui nous invite, une fois encore, à nous méfier des expressions « cabinet public » et « cabinet privé ». Dubuisson en rappelle le motif79 :

Il n’y avait point à Nantes, un cabinet d’histoire naturelle qui fut ouvert au public, et dans lequel on put [sic] faciliter à la jeunesse l’étude d’une des principales parties de l’instruction […].
Je n’ai rien négligé pour répondre aux encouragemens que j’ai reçus de mes concitoyens, et des étrangers qui sont venus voir mon cabinet.
Un catalogue méthodique des objets qu’il contient, sera très-utile à ceux qui voudront le visiter, et connaître le nom et la nature des objets à laquelle ils appartiennent. Ce catalogue sera nécessaire à ceux qui suivront les cours que je me propose d’ouvrir, et qui sont demandés et attendus depuis longtems. Je n’ai pas cru devoir les commencer, avant que l’impression de mon catalogue fut achevée.
Les lettres et les chiffres, qui sont en marge de chaque article, sont ceux mêmes que portent les différentes pièces du cabinet, pour en faciliter la recherche et l’observation.

  • 80 BMN : exemplaire 13 344.

17Sans surprise dans une période hantée par les questions pédagogiques, Dubuisson indique que le principal motif de cette ouverture est de faciliter l’étude de la jeunesse. Il est fort possible que les élèves centraliens aient eu accès à la collection Buron d’autant qu’ils disposent de maigres ressources en histoire naturelle au sein de l’École centrale et qu’un exemplaire du catalogue imprimé a figuré dans la bibliothèque de l’École dont il porte le tampon80. Le catalogue imprimé qui paraît à l’occasion de l’ouverture publique du cabinet tient d’abord lieu de faire-valoir de la collection : Dubuisson mentionne les « concitoyens » et les « étrangers » qui l’ont visité, reprenant à bon compte la rhétorique des cicerones urbains destinés aux « habitants » et aux « étrangers ». Le conservateur voit surtout dans son « catalogue méthodique » un guide où les signes alphanumériques des listes imprimées renvoient à ceux portés par les étiquettes des objets : l’ouvrage est destiné à conduire les cheminements et les regards du visiteur. La collection particulière de Buron est ainsi publique à deux titres : son contenu est exposé aux lecteurs grâce à la publication de son catalogue imprimé ; le cabinet, dont l’accès est facilité, est largement ouvert aux visiteurs.

  • 81 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An (...)
  • 82 [Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de l (...)
  • 83 AM Nantes, 2R 566 : Rapport de la Commission sur le Muséum d’Histoire naturelle à la pétition de Du (...)

18Vers 1800, le cabinet Buron fait l’orgueil de son conservateur qui insiste sur les pièces encore non décrites81. La collection fait aussi la fierté de la ville, ou plutôt de son milieu éclairé qui se réunit dans l’Institut départemental. En l’an XII, dans son Annuaire statistique de Loire-Inférieure, Jean-Baptiste Huet de Coëtlizan, également secrétaire en chef de l’Institut nantais, reprend presque littéralement la description de Richard, extraite des registres de l’administration centrale, et renvoie son lecteur au catalogue de Dubuisson82. La bonne réputation de la collection circule ainsi des élites urbaines nantaises à l’administration départementale et sans doute au-delà, dans les milieux savants et gouvernementaux parisiens. Quelques mois plus tôt, en 1802-1803, par l’entremise de Fourcroy, conseiller d’État et directeur de l’Instruction publique, le cabinet Buron, alors destiné à l’École centrale, est acheté par le département pour 36 000 F.83. Comme l’École centrale est rapidement supprimée, le préfet décide en 1806 de céder le cabinet à la ville de Nantes dont il fait « l’ornement », à charge pour la municipalité de payer le dernier tiers et de maintenir Dubuisson comme conservateur. Le maire, Bertrand-Geslin, est finalement obligé d’accepter les termes de cette cession forcée et la collection Buron devient le Musée d’histoire naturelle de la ville.

STRASBOURG ET LA COLLECTION HERMANN

  • 84 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin (...)
  • 85 Hermann (Jean), Notes historiques et archéologiques sur Strasbourg avant et pendant la Révolution…,(...)
  • 86 Hermann (Jean), « Notes de Jean Hermann sur quelques cabinets parisiens de curiosités. 1762-1763 »,(...)
  • 87 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg [vers 1792] ; Lettre de Hermann à un inc (...)
  • 88 Lettre de Hermann à l’administration du département du Bas-Rhin. Citée in Rusque (Dorothée), Cabine (...)
  • 89 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg, le 20 septembre 1791 ; Lerebouillet (Au (...)
  • 90 BNUS, Ms 1760 : Lettre de Hermann à Amoreux. Strasbourg, le 12 septembre 1776.
  • 91 Ibid. ; BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à son frère. Strasbourg, le 1er mai 1778.
  • 92 D’après les annotations de Hermann sur les ouvrages conservés à la BSS : Catalogue des objets… du f (...)
  • 93 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg, le 20 septembre 1791 ; Lettre de Herman (...)

19Pendant toute la période révolutionnaire, Strasbourg dispose d’un cabinet particulier considérable, celui du naturaliste et professeur Jean Hermann, « cabinet qu’il croit n’être surpassé par aucun autre, à l’exception de celui de la grande capitale »84. Vers 1800, cette collection est la seule de la capitale alsacienne avec « le cabinet de curiosités de la nature et de l’art », infiniment plus modeste, du sellier Günzrott85. Hermann commence sa collection au début des années 1760 et l’enrichit jusqu’à sa mort en 1800. En une quarantaine d’années, le cabinet s’accroît régulièrement et selon des modalités variées. Par de courts voyages et des excursions d’abord : en 1762, il part à Paris après ses études et en revient chargé d’objets achetés lors de ventes à l’encan86 ; en 1791, il rapporte oiseaux, insectes et champignons d’une « petite tournée en Suisse »87 ; devenu professeur à l’École centrale, il organise avec ses élèves des herborisations aux environs de la ville « pour en recueillir des échantillons et des raretés, en enrichir son cabinet »88. Il obtient également des spécimens par ses nombreuses relations épistolaires au sein de la République naturaliste européenne : Georg Forster lui envoie des manchots des terres australes, Pallas lui offre un desman de Russie, des missionnaires lui font parvenir des oiseaux et des roussettes des Indes, d’où il reçoit également un « beau pangolin »89. Il troque ou achète selon l’état de sa fortune : « j’aime beaucoup à troquer à la vérité, ma fortune ne me permet pas de m’enrichir autrement »90. Il échange ainsi des plantes avec Amoreux, des minéraux avec Lapeyrouse comme, sans doute, avec une bonne part de ses correspondants91. Enfin, il acquiert des spécimens lors de ventes aux enchères, notamment par l’intermédiaire de son frère, membre du Conseil des Cinq-Cents et souvent à Paris, qu’il commissionne lors des ventes Aubert et Poissonnier en 1798 et 179992. Excursions, dons, trocs et achats, Hermann fait feu de tout bois pour enrichir sa collection, avant comme pendant l’épisode révolutionnaire. Malgré ses griefs répétés à l’encontre d’une Révolution qui a fait fuir les étrangers qui entretenaient le cabinet, la période, excepté peut-être les années 1792-1794, n’a ni empêché l’accroissement continu de la collection ni transformé les modalités d’acquisition des spécimens93.

  • 94 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.
  • 95 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, profe (...)

20Une description du cabinet de 1780, ainsi qu’un aperçu et une estimation de 1804 permettent une comparaison de part et d’autre du moment révolutionnaire. Dans une longue notice d’une vingtaine de lignes, la dernière édition de la Conchyliologie présente la collection qui « s’enrichit de jour en jour, embrasse toutes les parties qui sont l’objet de cette science […]. Préparations anatomiques, quadrupèdes & oiseaux empaillés, poissons (qu’il prépare d’une façon qui lui est propre), insectes, coquilles, plantes marines, herbier, minéraux & c. tout a sa place dans ce cabinet » et la description d’insister plus particulièrement sur la collection d’insectes et l’herbier de plus de 4 000 plantes94. Un quart de siècle plus tard, après la mort de son fondateur, les héritiers préparent la cession du cabinet à la municipalité strasbourgeoise. En septembre 1804, un « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann » prétend se substituer à l’inventaire détaillé qui manque : « Il n’existe pas de catalogue complet de ce cabinet ; le professeur s’est contenté de marquer dans son exemplaire de Linné les objets qu’il a eu occasion de se procurer, [attendant] quelques momens de repos pour en dresser le catalogue ; mais la mort l’a surpris avant qu’il ait pu y parvenir d’une manière satisfaisante »95. L’« Aperçu » décrit une collection importante : environ 200 préparations d’anatomie humaine, près de mille pièces d’anatomie comparée, 200 mammifères empaillés et d’autres encore en peaux, 800 oiseaux empaillés et 70 nids, 270 reptiles, 240 poissons, de nombreux insectes dans 25 cadres et 40 tiroirs, des vers et zoophytes, un herbier de 8 000 ou 9 000 plantes, une collection de parties végétales, ainsi qu’une importante collection de minéraux enfermée dans 150 tiroirs. Le cabinet « comprend toutes les parties de l’histoire naturelle, de sorte qu’il est difficile à dire quelle partie en soit [sic] la plus riche ou la prédominante ». En 1804 comme en 1780, le cabinet réunit donc les trois règnes de la nature ainsi qu’une belle collection anatomique.

Cabinet Hermann
Répartition de la valeur des objets sans les minéraux de Hammer (1804).

  • 96 AD 67, 1TP/SUP 9 : Procès-verbal de l’estimation du cabinet d’histoire naturelle de feu Hermann par (...)
  • 97 Voir aussi : AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen H (...)
  • 98 D’après Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Sur l’accroissement des collections… », 1809, art. cit.(...)
  • 99 AN, AJ/15/381 : Lettre de Faujas aux professeurs du Muséum, Strasbourg, le 24 floréal an VI ; repro (...)
  • 100 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.

21Quelques mois plus tard, des experts sont dépêchés au cabinet à la demande du conseil municipal pour en proposer une estimation financière. Le procès-verbal, rédigé par un certain Bogner père et deux professeurs de l’École spéciale de médecine, Masuyer et Macquart, permet une analyse plus fine du contenu de la collection96. Le cabinet est estimé à 44 000 F dont 6 000 pour les échantillons minéralogiques que Hammer, gendre de Hermann, propose également de céder. De la seule collection de Hermann, estimée 38 000 F, les minéraux représentent 31 %, les animaux 52 % et les plantes 17 %. La répartition plutôt équilibrée entre les trois règnes de la nature est assez exceptionnelle. Alors que dans la plupart des collections que Lamarck appelle « générales », les plantes ne représentent que la portion congrue, elles constituent ici un sixième de la valeur du cabinet, ce qui peut paraître peu, mais est en fait considérable. Le motif général de cette répartition, en particulier la place remarquable de la botanique et de l’anatomie, s’explique autant par les passions savantes du propriétaire que par ses positions institutionnelles. Hermann écrit d’abord sur les plantes dans les années 1760, avant d’être nommé professeur de pathologie en 1782, puis professeur de chimie, matière médicale et botanique ainsi que directeur du jardin en 1784. Dans la plupart des classes zoologiques, des espèces sont indiquées comme « fort rares » ou « encore non décrites » et quelques spécimens ornithologiques sont présentés comme « monstrueux et singuliers »97. Les oiseaux sont un bon marqueur de l’importance relative d’un cabinet : la classe est bien définie et depuis longtemps ; des oiseaux sont présents dans presque toutes les collections zoologiques ; ils sont toujours recensés individuellement. Au Muséum parisien, on en compte 463 en 1793, plus de 2 000 en 1803 et 3 411 en 180998. Comparé à cette collection que Pujoulx décrit en 1803 comme « la plus brillante d’Europe », le cabinet Hermann renferme, d’après le procès-verbal de son estimation, 903 spécimens empaillés, 30 squelettes et 300 parties. Au moins pour cette partie, la collection strasbourgeoise paraît considérable, plus riche que l’ancien Cabinet du Roi et seulement deux fois moins fournie que le Cabinet national à la même époque. L’ordonnancement du cabinet n’est pas connu mais la collection est habituellement décrite comme bien classée et bien étiquetée99. Linnéen convaincu, Hermann étiquette ses spécimens selon la nomenclature du naturaliste suédois, mais cela ne permet en aucun cas d’affirmer qu’il en adopte également la classification pour la partie botanique ou pour le règne animal100.

Cabinet Hermann « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann... » | Cliché Pierre-Yves Lacour.

  • 101 Reuss (Rodolphe), « Notice liminaire », in Hermann (Jean), Notes…, op. cit., pp. viii.
  • 102 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.
  • 103 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’Histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, profe (...)
  • 104 AN, F/17/1343-B : Présentation du cours d’histoire par Hermann. Cité in Buck (Janice), L’École cent (...)

22Dès la création de son cabinet, du moins dès qu’il commence à donner des cours d’histoire naturelle en 1764, Hermann se soucie de le rendre utile à l’instruction101. Déjà en 1780, les successeurs de Dezallier d’Argenville observent que « le possesseur se pique plutôt de pouvoir donner une idée nette des productions de la nature en tout genre, que d’en posséder les plus rares & les plus brillantes »102. Et l’« Aperçu » de 1804 précise encore que « l’instruction a provoqué, dirigé et guidé sa formation. Aussi n’y trouve-t-on pas seulement et exclusivement des pièces rares et précieuses, mais surtout des objets instructifs et des descriptions telles qu’elles deviennent le guide le plus assuré pour les élèves »103. Le cabinet n’est pas que la collection d’un savant, c’est aussi celle d’un professeur. Hermann rappelle l’importance du contact immédiat avec les objets naturels104 :

Au reste en histoire naturelle un livre quelconque et son explication ne suffisent pas. C’est la moindre partie de l’enseignement. Avec le livre le plus excellent — le professeur qui doit l’expliquer fût-il éloquent comme Buffon et comme Fourcroy — l’instruction en histoire naturelle sera toujours imparfaite et même mauvaise sans cabinet. Elle sera comme l’a été celle de la physique, aussi longtemps qu’elle n’a pas été accompagnée d’expériences. L’essentiel est de faire voir. IL FAUT VOIR ABSOLUMENT. Il faut que les élèves puissent voir beaucoup, qu’ils puissent voir et revoir SOUVENT, même sans les professeurs : et que l’occasion leur soit fournie d’observer, et de leur former et exercer l’esprit d’observation. Ceci est une chose sur laquelle je ne saurai trop insister […]. L’essentiel est toujours de connaître les objets ; d’apprendre à bien les distinguer, à ne pas confondre. Et pour cet effet, il faut beaucoup d’objets à la fois, qu’on puisse comparer, et abstraire les caractères généraux, tout en s’imprimant bien les caractères spécifiques. Le cabinet d’histoire naturelle doit être la première et la principale École de Logique. Car c’est par les sens que nous acquérons les premières idées. Et il y a si peu de personnes qui sachent bien voir. Le cabinet doit être l’école où la jeunesse doit l’apprendre.

  • 105 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Lettre du professeur d’histoire naturelle…, op. cit., p. 19.
  • 106 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin (...)
  • 107 Ibid.
  • 108 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin (...)

23Hermann reprend des thèmes chers aux naturalistes et partout répétés. D’abord il affirme le primat de l’observation dont le statut épistémologique en histoire naturelle est comparable à celui de l’expérimentation en physique : « il faut voir absolument […], voir beaucoup […], voir et revoir souvent » dit-il dans une reprise presque littérale de la formule de Buffon et malgré l’avertissement de Daubenton qui écrit aux professeurs des Écoles centrales qu’il vaut mieux « commencer par ne voir que peu de choses à la fois, et les revoir souvent »105. Ensuite il rappelle la supériorité des spécimens sur les livres où les espèces sont décrites par des mots ou représentées par des gravures : « un bon échantillon d’un animal bien conservé donne une idée infiniment plus juste et se grave mieux dans l’imagination que la plupart des figures, gâtées par l’ordinaire et méconnaissables dans les nombreuses copies répandues aujourd’hui »106. Enfin, il résume la méthode naturaliste en quelques verbes : observer, distinguer, comparer pour finalement « abstraire les caractères généraux tout en s’imprimant bien des caractères spécifiques ». Sous la Révolution, à défaut de collection départementale, Hermann ouvre alors son cabinet particulier de la place Thomas, son « école de logique » comme il l’appelle, aux élèves de l’École centrale de Strasbourg. Il y donne même des cours d’histoire naturelle « par permission spéciale de l’Administration centrale du département »107. Il met alors « chez lui, sous les yeux de ses élèves les objets de son cabinet, traités dans les leçons » en échange d’une indemnité de 600 F par an pour prix de l’entretien des locaux108.

Reconstitution du cabinet Hermann au Musée zoologique de Strasbourg | Cliché Ji-Elle.

  • 109 BNUS, Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 179 (...)
  • 110 BNUS, Ms 1027 : « Conditions de la démonstration du cabinet d’histoire naturelle du professeur Herm (...)
  • 111 BNUS, Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 179 (...)

24Le cabinet du naturaliste strasbourgeois est aussi réputé pour son ouverture au public plus large des curieux. Sous l’Ancien Régime, il fait, selon son propriétaire, tout à la fois « l’honneur de notre Commune, & la satisfaction des Étrangers que la seule curiosité attiroit chez moi »109. Son accès est alors gratuit. Vers la fin de la Terreur, Hermann songe à tirer « quelque chose de la seule propriété qui [lui] reste ». Il affiche et distribue alors un prospectus qui énonce en onze points les « Conditions de la démonstration du cabinet d’histoire naturelle »110 : les compagnies de visiteurs doivent lui « remettre la liste des personnes contenant leur nom, qualité & demeure » ; « comme il n’est question que de voir, & que les autres sens ne sauroient être contentés, tout le monde est prié de ne toucher à rien » ; les curieux sont également priés « de n’entrer qu’après s’être bien essuyé les pieds, & de ne déshonorer le parquet en aucune manière » ; les femmes sont invitées à ne pas se présenter en robe traînante ; les chiens sont interdits et on recommande aux enfants la « plus grande discrétion ». Enfin, en raison des « circonstances actuelles » il demande aux visiteurs une rétribution que « chaque compagnie, à sa discrétion, mettra dans une boîte, qu’elle trouvera à cet effet ». Le règlement, plus précis que celui du Muséum, vise à assurer la bonne conservation du cabinet : quelques consignes de comportement pour éviter la poussière, les bris d’objets et les menus désordres ; un peu d’argent pour assurer l’entretien et l’augmentation de la collection et, au passage, un cabinet un peu moins « public » que par le passé. Mais, peu avant sa mort en 1800, Hermann s’indigne qu’il « ne s’est pas présenté une seule personne aux conditions proposées ; mais il y en a eu beaucoup qui ont crû pouvoir continuer de satisfaire leur curiosité d’une manière trop onéreuse pour moi. Le Public ne faisant plus rien pour moi, je me crois dispensé de rien faire pour lui. Je dois mon tems à moi & aux miens. Aucune personne équitable & honnête ne m’en voudra du mal »111. Il menace alors de fermer les portes de son cabinet aux curieux.

  • 112 Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle… (...)
  • 113 Un second registre probablement tenu par Hammer, le successeur de Hermann, couvre la période 1801 à (...)
  • 114 Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle… (...)
  • 115 Ibid., pp. 166-169.

25Il n’en fait rien. Pour preuve, le registre des visiteurs que Dorothée Rusque a exhumé aux Archives municipales de Strasbourg112. La source est exceptionnelle, sans équivalent au xviiie siècle, à l’exception du cabinet Séguier à Nîmes. Hermann tient son registre à partir de 1762, date de la création du cabinet, à sa mort en 1800, se servant selon toute vraisemblance des listes qu’il demande aux compagnies de curieux113. En une petite quarantaine d’années, le cabinet reçoit la visite de plus de 3 500 visiteurs, entre 50 et 150 par an sauf années exceptionnelles, la décennie 1784-1794 marquant l’étiage. Pendant les années de la Révolution, on observe surtout un fort contraste entre l’an II et l’an III : 28 visiteurs pour la première, soit le chiffre le plus bas jamais atteint, mais cela tient peut-être au passage au calendrier révolutionnaire ; 216 pour la seconde, soit la valeur la plus haute des quatre décennies avec un fort contingent d’étudiants. Cet afflux soudain coïncide avec la nomination de Hermann comme professeur à l’École de santé et la nécessité dans laquelle il se trouve alors de faire cours chez lui114. Hermann indique la qualité — profession ou statut — d’environ 40 % des visiteurs de son cabinet. En partant des données et de la catégorisation élaborée par Dorothée Rusque, on peut proposer une comparaison entre les années 1764-1789 et 1790-1800115.

  • 116 Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., pp. 67-68. Les (...)
  • 117 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg [vers 1792]. Voir aussi : BNUS, Ms 1027  (...)

26Les visiteurs appartenant aux anciennes élites sociales et aux ordres privilégiés — clercs, aristocrates et membres de la grande bourgeoisie — deviennent plus rares à partir de 1791. En revanche, le nombre de visiteurs appartenant au « monde savant » — professeurs, docteurs, naturalistes, étudiants, collectionneurs — est stable, de même que le nombre moyen d’administrateurs, de militaires ou de femmes. Durant la petite quarantaine d’années de son existence, le cabinet reçoit la visite régulière de personnalités locales ou étrangères, des notables strasbourgeois, administrateurs de la ville ou professeurs de l’ancienne Université, mais aussi d’assez nombreux parisiens et des ressortissants d’une dizaine de pays européens ainsi qu’un aristocrate de Philadelphie116. Ces étrangers, souvent originaires d’Allemagne, appartiennent presque tous aux hautes élites sociales et pendant les premières années de la Révolution, Hermann se plaint à de nombreuses reprises dans sa correspondance, de la raréfaction de ces visiteurs qui « ont entretenu » le cabinet et l’ont mis « dans le cas d’acheter des livres »117.

Visiteurs du cabinet Hermann entre 1762 et 1800 d‘après la catégorisation et les données de Dorothée Rusque.

Visiteurs du cabinet Hermann entre 1762 et 1800 d‘après la catégorisation et les données de Dorothée Rusque.
  • 118 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, profe (...)
  • 119 Ibid. ; Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 59.
  • 120 Laumond (Jean-Charles-Joseph), Statistique du département du Bas-Rhin, An X, op. cit., p. 211.

27La renommée du cabinet se répand hors de la ville par l’entremise de visites prestigieuses. En 1804, l’« Aperçu » indique que la collection est « favorablement connue de plusieurs savants respectables de France. Le citoyen Millin, garde du cabinet national des antiques et naturaliste lui-même, l’a vu. Le sénateur François de Neufchâteau, le législateur Grégoire, l’ex-ministre Quinette, les citoyens Faujas de Saint-Fond et Dolomieu, ainsi que le célèbre Alberto Fortis, présentement à Paris, l’ont également visité et tous en ont jugé très favorablement. Nombre d’étrangers l’ont admiré »118. La réputation de la collection s’appuie ainsi sur l’autorité de grands personnages parisiens. À cette liste de savants du Muséum et d’hommes d’État on peut encore ajouter les noms de Lacépède, de Lavater ou de Volta et, peut-être, celui du « célèbre Fabricius qui cite [la collection d’insectes] comme une des plus remarquables »119. De fait, aux alentours de 1800, le cabinet Hermann est proposé comme un des hauts-lieux du voyage dans la capitale alsacienne, notamment dans la Statistique du préfet Laumond120. Or en 1804, cette bonne réputation qui circule dans les milieux savants et administratifs, strasbourgeois comme parisiens, sert de faire-valoir commercial quand il est question de céder la collection à la municipalité. L’« Aperçu » débute ainsi par les bons témoignages de visiteurs et s’achève sur la proposition de vente du cabinet à la ville.

*

28Au sortir de la Révolution, comme dans la capitale, les collections particulières de province sont moins nombreuses qu’un quart de siècle plus tôt. Et, comme à Paris, les anciens privilégiés ont disparu du recensement des propriétaires, tandis que les naturalistes de profession sont plus nombreux à posséder un cabinet. Le décalage le plus évident entre Paris et la province est à chercher du côté du contenu des collections. On y observe une spécialisation comparable avec la raréfaction des cabinets associant les trois règnes, mais avec une nuance importante : les cabinets de curiosités, pourtant réputés disparus, survivent et sont même plus nombreux que sous l’Ancien Régime. Mais la surprise passée, le propos doit à son tour être nuancé, les artificialia de 1800 étant davantage des antiquités, notamment gallo-romaines, que des exotica comme les sauvageries. L’alliance entre monuments d’histoire et spécimens naturalistes caractériserait alors la culture savante de la province post-révolutionnaire, en particulier dans la France méridionale, à moins que cette association ne soit d’abord à rechercher dans le regard de son principal observateur, Millin. Il n’est pas très sûr non plus que le Muséum parisien en impose tellement aux grands collectionneurs provinciaux. Les cabinets particuliers de Nantes ou de Strasbourg ne sont pas seulement tournés vers la capitale : celui de Buron regarde vers l’espace colonial et l’Atlantique ; les correspondants de Hermann appartiennent majoritairement au monde germanique. Sans déterminisme, mais sans surprise, ces cabinets sont à l’image des villes qui les accueillent et de leurs réseaux d’échange. Les résistances à l’hégémonie parisienne sont d’ailleurs parfois assez fortes, notamment à Montpellier, principale capitale provinciale de l’histoire naturelle, où certains cabinets adoptent les classifications des savants de la ville face à celles des professeurs du Muséum. C’est un peu comme si se rejouait alors la très ancienne rivalité entre les deux capitales de la médecine universitaire dans la France d’Ancien Régime.

Notes

38 Laissus (Yves), « Les Cabinets d’histoire naturelle », art. cit., pp. 659-712.

39 Sur Cambry, voir Gemie (Sharif), « Une Lecture du Voyage dans le Finistère de Jacques Cambry (1794) », in Bourguinat (Nicolas) & Venayre (Sylvain) (sous la dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites. 1790-1840, Paris : Nouveau Monde, 2007, pp. 41-51.

40 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., 3 vol.

41 Cambry (Jacques), Description du département de l’Oise, Paris : P. Didot l’aîné, An XI [1803], 3 vol.

42 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit.

43 Sorgeloos (Claude), « Les Cabinets d’histoire naturelle et de physique dans les Pays-Bas autrichiens et à Liège », in Isaac (Marie-Thérèse) & Sorgeloos (Claude) (sous la dir.), La Diffusion du savoir scientifique. xvie - xixe siècles, Bruxelles : Archives et bibliothèques de Belgique, 1996, pp. 125-230.

44 Lyon (5 cabinets), Strasbourg (6), Rouen (6), Genève (6), Bruxelles (7), Montpellier (8), Marseille (9), Versailles (9).

45 Il s’agit d’Amoreux, Draparnaud, Nicolas, Passinges, Philippe Picot de Lapeyrouse, Van der Stegen de Putte, Coppens, et surtout Hermann.

46 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 2, p. 146.

47 Cambry (Jacques), Description du département de l’Oise, An XI, op. cit., vol. 2, pp. 289-291. La collection de Defrance est réputée et Lamarck la cite régulièrement dans son Système des animaux sans vertèbres.

48 Voir Lamoureux (Justin), Mémoire pour servir à l’Histoire littéraire du département de la Meurthe. Ou tableau statistique du progrès des Sciences, des Lettres et des Arts dans ce Département, depuis 1789, jusqu’en l’An XI (1803), Nancy : J.-R. Vigneulle & Vincenot, An XI [1803], p. 50, n. 1. D’après une note manuscrite d’Hermann, un catalogue de vente est attribué à la collection Villiez : Catalogue d’un beau Muséum parmi lequel se trouvent les objets les plus rares tant en peinture qu’en histoire naturelle. À vendre à Mannheim, Mannheim, 1798, 200 p. [BNUS/BSS-H123929].

49 Dorsch (Anton-Joseph), Statistique du département de la Roër, An XII, op. cit., p. 123.

50 Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère…, An VII, op. cit., vol. 2, p. 141.

51 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit., t. 1, p. 199.

52 Ibid., t. 4, vol. 1, pp. 315-316. La méthode est exposée in Draparnaud (Jacques Philippe Raymond), Tableau des Mollusques terrestres et fluviatiles de la France, Montpellier ; Paris : Renaud & Bossange, An IX [1800/1801], 116 p.

53 AD 44, L 620 : Extrait du registre des délibérations du jury d’instruction publique du département de la Loire Inférieure. Séance du 12 messidor an VIII.

54 Derostaing Derivas (Eugène-Pierre), « Notice sur le Musée d’histoire naturelle de la ville de Nantes », art. cit. ; Marchand (Ernest), Muséum d’Histoire naturelle de Nantes. Guide du visiteur précédé d’un résumé historique, Nantes : Imprimerie Th. Baudri & G. Cottin, 1924, 43 p. ; Dhombres (Jean) (sous la dir.), Un Musée dans sa ville. Le Muséum d’Histoire naturelle. Sciences, industries et société à Nantes et dans sa région. xviiie siècle - xixe siècle, Nantes : Ouest Éditions, 1990, 495 p.

55 François-René-André Dubuisson (1763-1836) : passionné très jeune par l’histoire naturelle, il s’installe en 1788 comme marchand droguiste à Nantes. Brièvement inquiété sous la Terreur, il est rapidement chargé de la distribution des vivres. À partir de 1798 ou de 1803, il multiplie les courses minéralogiques dans le département et co-fonde l’Institut départemental en 1798. Proche de Buron, il est fait conservateur du Musée de Nantes lors de la cession de la collection au département puis à la municipalité. Il reste à ce poste jusqu’à sa mort et ouvre un cours d’histoire naturelle en 1816. Membre de plusieurs sociétés savantes, il est aussi en correspondance avec de nombreux savants parisiens, notamment Lacépède, Haüy, Thouin, Fourcroy, Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Alexandre Brongniart et Gillet-Laumont.

56 L’absence de mention de cabinets nantais chez les successeurs de Dezallier d’Argenville s’explique probablement par l’absence d’un correspondant local. En 1736, Gersaint observe qu’il n’y à guère « de Villes principales dans les Provinces où il ne se trouve quelque Cabinets de ce genre ; & sur-tout à Marseille, à Montpellier, à Nantes & à Roüen [sic], selon ce que j’ai entendu dire par les Curieux qui y ont été » (Gersaint (Edme-François), Catalogue raisonné de coquilles et autres curiosités naturelles…, Paris : Flahaut & Prault, 1736, p. 39).

57 AD 44, Q 584 : Extrait des registres de l’administration du département de Loire-Inférieure. Séance du 6 prairial an III. Le fils de la veuve Kérambart de la Pommeraye est désigné comme émigré ; Q 578 : Créances de Deloynes. 1792-an IV. Un certain Deloynes y figure comme émigré mais rien n’indique qu’il s’agisse du même.

58 AD 44, L 626 : Lettre de Choron aux administrateurs du département de Loire-Inférieure. Nantes, le 17 ventôse an IV.

59 AD 44, L 626 : Lettre des commissaires Delalande, Huette et Dubuisson à l’administration municipale du canton de Nantes. Nantes, le 3 prairial an IV ; Inventaire estimatif du cabinet Le Bouvier-Desmortiers par Le Bouvier-Desmortiers (tardif ?), Chevy, Darbefeuille, Dubuisson. Nantes, du 25 floréal au 5 prairial an IV.

60 AD 44, 170 T1 : Extrait du jugement du tribunal de première instance de Nantes : Mme Buron contre Martel Kérambart, Dubuisson, Buron époux, Carissan, Lecomte. Nantes, le 13 floréal an XII ; Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson..., Nantes : Malassis, an VIII [1799/1800], p. 1.

61 AM Nantes, 2R 568 : Inventaire du cabinet de Kérambart par Huet, Peccot, Dubuisson, Buron, Kérambart. Nantes, du 16 au 24 nivôse an VI.

62 Par exemple, Camus (Armand-Gaston), Voyage…, op. cit., 1803, vol. 1, pp. 72-73 et pp. 137-138.

63 Dans l’inventaire de la collection Buron et dans sa description par Dubuisson se trouvent quelques pièces qui proviennent sans aucun doute de la veuve Kérambart, notamment un poumon injecté de mouton présent dans les différents inventaires.

64 D’après AD 44, L 626 : divers documents et AM Nantes, 2R 567 : Extrait des procès verbaux du Conseil général du département de Loire-Inférieure. Séance du 1er prairial an X. En 1798, Le Bouvier-Desmortiers, rayé provisoirement de la liste des émigrés par l’arrêté du 3 fructidor an IV, obtient, avec l’appui des professeurs du Muséum, « la jouissance provisoire de son cabinet d’histoire naturelle ». En 1802, le cabinet est acheté 10 000 F. par le département afin de former un début de collection de physique et d’histoire naturelle pour l’École centrale. La collection n’y est jamais déplacée.

65 AM Nantes, 2R 567 : Inventaire de la collection Buron par Athenas, Dubuisson, Richard, Noüel. Nantes, du 27 brumaire au 17 frimaire an X ; Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit.

66 Plusieurs indices indiquent que ces deux collections n’en sont en fait qu’une seule. Dans l’inventaire manuscrit et dans le catalogue imprimé les mêmes objets sont décrits, notamment quelques « monstres ». En outre, lors de la vente du cabinet Buron, il est fait mention tant des « objets d’histoire naturelle et industrielle énoncés tant dans le Catalogue imprimé en l’an 8 chez la Vve Malapis [Malassis], que dans le supplément manuscrit qui demeurent joints à la présente avec le Procès-verbal » (AM Nantes, 2R 567 : Procès verbal de la négociation entre Buron et le préfet Letourneur. Nantes, le 18 ventôse an X). Le supplément est conservé en AM Nantes, 2R 568.

67 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit. pp. ii-iii.

68 Ibid., p. i.

69 AM Nantes, 2R 567 : Inventaire de la collection Buron par Athenas, Dubuisson, Richard, Noüel. Nantes, du 27 brumaire au 17 frimaire an X.

70 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit., pp. 123-124.

71 Ibid., p. 125.

72 Ibid., pp. 129-165. La collection ornithologique de Buron s’accroît lentement à partir du premier fonds de Kérambart : 373 spécimens sont mentionnés dans l’inventaire Kérambart, 398 numéros dans le catalogue imprimé rédigé par Dubuisson (pour 430 individus d’après le rapport de Richard joint au catalogue) et 415 dans l’inventaire manuscrit de la collection Buron.

73 Blanlœil (Catherine), « La Fondation du Muséum d’Histoire naturelle », in Dhombres (Jean) (sous la dir.), Un Musée dans sa ville…, op. cit., p. 202.

74 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit., pp. 115-121 et pp. 124-127. Sur 47 quadrupèdes et 22 reptiles, respectivement 13 et 3 sont d’origine lointaine provenant notamment de Guyane et de Madagascar.

75 Ibid., pp. 1-115.

76 Ibid., p. iii, p. 1 et p. 129 ; pour la citation, p. 239. Pour les méthodes, voir Brisson (Mathurin Jacques), Ornithologie, ou méthode contenant la division des oiseaux en ordres…, Paris : C.-J.-B. Bauche, 1760, 6 tomes en 7 vol. ; Lacépède (Bernard de), Histoire naturelle des poissons, Paris : Plassan, An VI - an XI [1797/1798-1802/1803], 12 vol.

77 D’après confrontation entre Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit., pp. 115-121, pp. 127-128 et pp. 165-239 ; Brisson (Mathurin Jacques), Le Règne animal divisé en IX classes, ou méthode contenant la division générale des animaux…, Paris : C.-J.-B. Bauche, 1756, 384 p. ; Lacépède (Bernard de), Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpens, Paris : Hôtel de Thou, 1788-1789, 2 vol. ; Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), Histoire naturelle éclaircie…, 1742, op. cit., partie 2.

78 En l’an VIII Lamarck n’a pas encore publié son Système des animaux sans vertèbres, ni Lacépède ses méthodes de classification des oiseaux et des quadrupèdes.

79 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit., p. i.

80 BMN : exemplaire 13 344.

81 Dubuisson (François-René-André), Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de F.R.A. Dubuisson…, An VIII, op. cit., p. 127 et p. 132.

82 [Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure…, An XII, op. cit., p. 394.

83 AM Nantes, 2R 566 : Rapport de la Commission sur le Muséum d’Histoire naturelle à la pétition de Dubuisson, par Saint-Aignan. Sans lieu ni date [après 1816] ; 2R 567 : divers documents. Le cabinet est acheté par le département le 9 mars 1802 mais l’acquisition n’est ordonnée par le ministre de l’Intérieur que le 11 avril 1803.

84 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin. Cours de l’an VIII…, Strasbourg, An VIII, plaquette imprimée.

85 Hermann (Jean), Notes historiques et archéologiques sur Strasbourg avant et pendant la Révolution…, Strasbourg : F. Statt, 1905, p. 58. Voir également Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle. De la curiosité à la classification, mémoire de maîtrise [Laboulais Isabelle, dir.], Strasbourg : Université Marc Bloch, 2002, p. 18.

86 Hermann (Jean), « Notes de Jean Hermann sur quelques cabinets parisiens de curiosités. 1762-1763 », art. cit., pp. 14-15.

87 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg [vers 1792] ; Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg, le 20 septembre 1791.

88 Lettre de Hermann à l’administration du département du Bas-Rhin. Citée in Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle…, op. cit., p. 156.

89 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg, le 20 septembre 1791 ; Lerebouillet (Auguste Dominique), « Notice sur le Musée d’histoire naturelle de Strasbourg », Revue d’Alsace, 2e série, vol. 3, 1837, no  mars/avril, p. 140.

90 BNUS, Ms 1760 : Lettre de Hermann à Amoreux. Strasbourg, le 12 septembre 1776.

91 Ibid. ; BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à son frère. Strasbourg, le 1er mai 1778.

92 D’après les annotations de Hermann sur les ouvrages conservés à la BSS : Catalogue des objets… du feu citoyen Aubert…, An VI, op. cit., [BSS, H123934] ; Catalogue d’objets précieux d’Histoire naturelle et des arts qui garnissoient la galerie du feu C. en Poissonnier, An VII, op. cit. [BSS, H123924 et H123926]. Et AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’Histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, professeur à Strasbourg » par [Hammer]. [Strasbourg, le 20 fructidor an XII].

93 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg, le 20 septembre 1791 ; Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg [vers 1792] ; Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 1795-1800] ; M. 12.643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin. Cours de l’an VIII…, Strasbourg, An VIII, plaquette imprimée.

94 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.

95 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, professeur à Strasbourg » par Hammer. [Strasbourg, le 20 fructidor an XII].

96 AD 67, 1TP/SUP 9 : Procès-verbal de l’estimation du cabinet d’histoire naturelle de feu Hermann par Macquart, Bogner et Masuyer. Strasbourg, le 10 nivôse an XIII. Voir aussi, AM Strasbourg, 5MW 300 : Extrait du registre des procès-verbaux de Strasbourg. Séance du 19 nivôse an XIII. Louis-Charles-Henri Macquart est un ancien professeur d’histoire naturelle à l’École centrale de Seine-et-Marne devenu professeur de matière médicale et de botanique à l’université de Strasbourg.

97 Voir aussi : AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, professeur à Strasbourg » par [Hammer]. [Strasbourg, le 20 fructidor an XII].

98 D’après Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Sur l’accroissement des collections… », 1809, art. cit. ; Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 10.

99 AN, AJ/15/381 : Lettre de Faujas aux professeurs du Muséum, Strasbourg, le 24 floréal an VI ; reproduite in BOYER (Ferdinand), « Un Voyage scientifique après Campo Formio : Trois lettres de Barthélemy Faujas de Saint-Fond à ses collègues du Muséum », Revue d’histoire des sciences, vol. 29, no 4, 1976, p. 329.

100 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.

101 Reuss (Rodolphe), « Notice liminaire », in Hermann (Jean), Notes…, op. cit., pp. viii.

102 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie…, 1780, op. cit., vol. 1, p. 282.

103 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’Histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, professeur à Strasbourg » par [Hammer]. [Strasbourg, le 20 fructidor an XII].

104 AN, F/17/1343-B : Présentation du cours d’histoire par Hermann. Cité in Buck (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin. Enquête sur l’exemple strasbourgeois. 1796-1803, mémoire de Master 2 [Laboulais Isabelle, dir], Strasbourg : Université Marc Bloch, 2008, pp. 146-147.

105 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Lettre du professeur d’histoire naturelle…, op. cit., p. 19.

106 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin. Cours de l’an VIII…, Strasbourg, An VIII, plaquette imprimée.

107 Ibid.

108 BNUS, M. 12643 : Jury d’Instruction publique du Bas-Rhin. École centrale du département du Bas-Rhin. Cours d’hiver. Dont l’ouverture se fera le 1er brumaire de l’an V…, Strasbourg, An V, plaquette imprimée ; AD 67, 1TP/SUP 4 : Lettre des membres du Jury d’Instruction publique au préfet du département. Strasbourg, le 3 germinal an IX.

109 BNUS, Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 1795-1800].

110 BNUS, Ms 1027 : « Conditions de la démonstration du cabinet d’histoire naturelle du professeur Hermann ». [Strasbourg, vers 1794].

111 BNUS, Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 1795-1800].

112 Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle…, op. cit., pp. 161-172. ; Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., pp. 18-20, pp. 58-62 et pp. 66-69.

113 Un second registre probablement tenu par Hammer, le successeur de Hermann, couvre la période 1801 à 1816.

114 Rusque (Dorothée), Cabinets d’Histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au xviiie siècle…, op. cit., p. 165.

115 Ibid., pp. 166-169.

116 Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., pp. 67-68. Les visiteurs viennent d’Allemagne, de Belgique, de Hollande, de Suède, de Pologne, de Russie, de Suisse, d’Italie, d’Angleterre et de l’Amérique du Nord.

117 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Hermann à un inconnu. Strasbourg [vers 1792]. Voir aussi : BNUS, Ms 1027 : « Avis à ceux qui demandent à voir mon cabinet » par Hermann. [Strasbourg, vers 1795-1800].

118 AD 67, 1TP/SUP 9 : « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann, professeur à Strasbourg » par [Hammer]. [Strasbourg, le 20 fructidor an XII]. Faujas a vu le cabinet en 1798.

119 Ibid. ; Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 59.

120 Laumond (Jean-Charles-Joseph), Statistique du département du Bas-Rhin, An X, op. cit., p. 211.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Cabinets provinciaux vers 1780 et vers 1800. Les quelques collections du Comtat venaissin sont intégrées dans la catégorie « Province en 1790 ».
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Qualités des propriétaires de cabinets vers 1780 et vers 1800. Les propriétaires peuvent appartenir simultanément ou successivement à plusieurs catégories.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Le contenu des cabinets vers 1780 et vers 1800
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Les cabinets nantais (1789-1825). Les cabinets particuliers sont encadrés en pointillés, les cabinets institutionnels en lignes pleines Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Cabinet Le Bouvier-Desmortiers Répartition de la valeur des objets (1796).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Cabinet Kérambart Répartition de la valeur des objets (1798).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Cabinet Buron/DubuissonRépartition de la valeur des objets (1801).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Cabinet Buron/Dubuisson Provenances des oiseaux (vers 1800) | Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Cabinet Buron/Dubuisson Provenances des minéraux (vers 1800) | Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Cabinet HermannRépartition de la valeur des objets sans les minéraux de Hammer (1804).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Cabinet Hermann « Apperçu [sic] du Cabinet d’histoire naturelle de feu le citoyen Hermann... » | Cliché Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Reconstitution du cabinet Hermann au Musée zoologique de Strasbourg | Cliché Ji-Elle.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Visiteurs du cabinet Hermann entre 1762 et 1800 d‘après la catégorisation et les données de Dorothée Rusque.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5412/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540