Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

La province naturaliste au miroir de Paris

La province naruraliste au miroir de Paris

Texte intégral

Jean Hermann réagit au Projet de décret sur l’Instruction publique présenté par Talleyrand fin septembre 1791 :
[Le projet] me semble respirer une espèce de despotisme accablant pour les provinces. Il paroît qu’il veut tout attirer et engouffrer dans Paris. Rien pour l’astronomie, les Antiquités, l’Histoire naturelle, l’agriculture, l’économie, la technologie, la vétérinaire pour les provinces. Point d’école de dessin, moins encore de dessinateur pour les objets d’histoire naturelle ! Tout cela n’est que pour la Capitale ! page 7. par. III il est dit que la jeunesse doit avoir quelque teinture de chymie & de botanique ; mais la zoologie n’est que pour l’Institut national ! p. 12 par. XI il est parlé d’un ouvrage élémentaire d’histoire naturelle ; & point de cabinet ! Ce sera une instruction bien mesquine, bien piteuse. Il faut voir, il faut comparer, il faut rassembler. Comment voulez-vous que le grand Cabinet de l’institut national s’enrichisse des productions de tout le royaume, s’il n’y a pas de dépôts dans les départemens où l’on puisse s’accoutumer à voir ce qui est ordinaire, & où l’on puisse déposer au commencement ce qui est moins commun, pour ensuite en faire part au centre de toutes les connaissances ? Combien de personnes y a-t-il qui ont occasion d’aller à Paris ? Combien de ceux qui y viennent voyent le Cabinet du Roi, & quand ils y viennent, ils sont accablés par la quantité d’objets. Le peuple veut du spectacle. On lui en a ôté beaucoup : il faut lui en rendre mais d’un genre plus utile, & qui soit propre à l’éclairer. Je voudrois que l’histoire naturelle fut l’objet d’une espèce de culte, qu’il y eut des prêtres qui démontrassent les merveilles de la toute puissance [sic] divine, comme il y en a qui nous entretiennent de l’effet de la grâce. Je voudrois que ce fût une partie de la récompense des électeurs que quand ils viennent dans les chefs lieux où ils s’ennuyent mortellement pendant les scrutins, on leur démontrât amplement le cabinet public. Combien cela ne serviroit-il pas à les éclairer, & à les engager à conserver & à envoyer au cabinet les pièces qu’ils déterrent ?
BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann à un destinataire inconnu. Strasbourg, [sans doute fin 1791].

  • 1 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, chap. 1 : « Fondations » ; (...)
  • 2 Ibid., vol. 1, p. 31.
  • 3 Ibid., vol. 1, pp. 22-24 et pp. 39-41 ; pour la citation, p. 22.
  • 4 Ibid., vol. 1, pp. 70-73.

1Parler de la province, c’est encore une manière de rappeler la présence parisienne. Comme l’écrit Daniel Roche, depuis le Grand Siècle, « la province se cherche au miroir de Paris »1. Les académiciens provinciaux sont, dès l’origine, déchirés entre « l’indépendance et la tutelle, l’appel de Paris et la vitalité des cités provinciales »2. Au cours du siècle, les tensions se multiplient. L’acceptation originelle de la suzeraineté parisienne « sous réserve d’une égalité fondamentale indispensable à la République des lettres » fait place, au midi du siècle, à l’essor des réticences à l’encontre du modèle parisien, alors que les cités savantes, à l’instar de Marseille, affirment leurs antiques traditions, mobilisent leurs grands personnages et réitèrent leurs appels à l’autonomie de la province savante3. À la fin du siècle, on voit apparaître plusieurs projets centralisateurs : en 1774, Condorcet propose de coordonner les activités des académies provinciales ; une dizaine d’années plus tard, la France littéraire en appelle à la « dictature » parisienne pour affermir le triomphe des Lumières4. Dans les réponses à l’enquête de Condorcet, on voit se déployer toute la méfiance provinciale et, dans le rejet d’une association avec l’Académie des sciences, perçue comme une sujétion, la réaffirmation de l’égalité fraternelle des académiciens et le sentiment de l’existence d’une province unifiée face à Paris. Entre fascination pour le modèle parisien et velléité d’autonomie, la province se voit toujours comme l’envers de la capitale. On voudrait ici prolonger la recherche de Daniel Roche en opérant un double déplacement : partir non plus des Lumières, mais de la Révolution ; non plus des sociétés savantes, mais des collections naturalistes.

Jean Hermann
Botaniste et médecin, professeur à l’université de Strasbourg. Portrait gravé par Christophe Guérin (non daté) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 5 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg [sans doute fin 1791]. Voir Talleyrand-Périgord (...)

2Dans les premières années de la Révolution, la province savante a peur. Entre 1790 et 1794, les désordres politiques, la guerre aux frontières et la suppression des académies y laissent le milieu culturel exsangue. Ainsi, dans plusieurs de ses lettres, le naturaliste et grand collectionneur strasbourgeois Jean Hermann exprime deux craintes profondément liées : celle du « vandalisme » révolutionnaire et celle du monopole culturel et scientifique de la capitale. À la fin de l’année 1791, il réagit au Projet de décret sur l’Instruction publique, présenté par Talleyrand fin septembre5.

[Le projet] me semble respirer une espèce de despotisme accablant pour les provinces. Il paroît qu’il veut tout attirer et engouffrer dans Paris. Rien pour l’astronomie, les Antiquités, l’Histoire naturelle, l’agriculture, l’économie, la technologie, la vétérinaire pour les provinces. Point d’école de dessin, moins encore de dessinateur pour les objets d’histoire naturelle ! Tout cela n’est que pour la Capitale !

  • 6 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg, [sans doute 1792].

3Dans une lettre, à peu près contemporaine de la précédente, Hermann déplore encore la disparition des étrangers dans la ville-frontière de Strasbourg et ajoute, féroce6 :

La révolution vous a fait beaucoup de bien à vous autres Messieurs de Paris, & vous croyez que rien n’est plus naturel sinon qu’elle doit nous en avoir fait autant. N’est-ce pas, Messieurs, vous avez vos ressources de la Capitale tout comme par le passé nous autres nous n’en avions que par notre industrie & par ce que les Étrangers qui affluoient chez nous, nous apportoient. La révolution les a chassés tous.
Notre bibliothèque publique étoit alimentée par les contributions modiques que fesoient les étrangers qui s’immatriculoient. Vous les avez éloignés. Que nous restet-il ? Plus de continuation des ouvrages académiques, moins encore d’acquisitions d’autres livres.

4La Révolution a perturbé de vieilles relations transfrontalières qui amenaient les étrangers à étudier la médecine dans la métropole alsacienne, alors que ces « Messieurs de Paris » ont encore leurs réseaux et leurs ressources. La capitale s’en tire à bon compte, mais la province y a tout perdu.

  • 7 Delandine (Antoine François), De la conservation et de l’utilité politique des sociétés littéraire (...)

5Dans la deuxième moitié de l’année 1792, comme le remarque Stéphane Van Damme, « une polémique s’engage sur le rôle de Paris » et la place de la culture savante dans les anciennes provinces. L’avocat et ancien député du Forez aux États généraux Antoine François Delandine plaide ainsi pour la sauvegarde des institutions provinciales dès 17917 :

Le comité de Constitution […] a proposé l’anéantissement des associations littéraires et savantes de la capitale, pour leur rendre ensuite une nouvelle vie, sous le titre d’Institut national. Mais cet institut n’offre ses avantages qu’à la capitale ; et la capitale, centre de toutes les jouissances, ne peut jamais manquer de savants, d’artistes et d’hommes célèbres en tous les genres ; mais cet Institut dépeuplera les autres parties de l’Empire, de tous les gens de lettres, et c’est particulièrement les autres parties de l’Empire qu’il est utile d’éclairer.

  • 8 Noël (Simon Barthélemy Joseph), Second essai sur le département de la Seine-Inférieure, Rouen : Im (...)

6Encore en 1795, le journaliste Simon Barthélemy Joseph Noël écrit dans son Second essai sur le département de la Seine-Inférieure8 :

J’ai entendu applaudir à l’anéantissement des Académies [dont celle de Rouen], quand la révolution, par une mesure sage d’ailleurs, détruisit les corporations religieuses, judiciaires et littéraires ; j’ai entendu applaudir aussi à la formation de l’Institut des sciences fixé à Paris, à l’exclusion des autres grandes villes de la république. Pourquoi, disoit-on, ne pas laisser à Paris le soin de rassembler les génies que la nature a choisi [sic] pour exceller dans la carrière des Sciences et des Beaux-Arts, puisque l’exemple et les récompenses qui les animent dans cette grande cité, les rendent pour ainsi dire, supérieurs à eux-mêmes ? Mais si la culture de ces objets est avantageuse à la société, pourquoi, diroit-on à plus juste titre, priver des avantages qu’elle offre, les autres parties de la république ? Paris s’est plusieurs fois enrichi de sujets distingués dans les provinces ; eh ! combien d’autres hommes, non moins précieux peut-être, attachés à leur patrie par des liens qu’ils n’ont pu rompre, y seroient devenus aussi utiles que les premiers, si leurs talents y eussent trouvé dans des sociétés savantes l’occasion de se développer.

7Ces deux textes de part et d’autre de la refondation académique de 1795 disent à peu près la même chose : on a anéanti toutes les académies comme toutes les corporations, pour n’en restaurer qu’une, à Paris, sous le titre d’Institut national ; l’Académie recréée menace de dépeupler les autres parties de l’Empire et d’assécher le milieu provincial des gens de culture en attirant à elle les sujets les plus distingués de la République. La capitale, monstre égoïste, dévore les talents provinciaux.

  • 9 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg [sans doute fin 1791].

8Ce qui vaut pour les « associations littéraires » vaut encore pour les enseignements et les équipements culturels. Dans sa réaction au Projet de Talleyrand de 1791, Hermann déplore encore9 :

page 7. par. III il est dit que la jeunesse doit avoir quelque teinture de chymie & de botanique ; mais la zoologie n’est que pour l’Institut national ! p. 12 par. XI il est parlé d’un ouvrage élémentaire d’histoire naturelle ; & point de cabinet ! Ce sera une instruction bien mesquine, bien piteuse. Il faut voir, il faut comparer, il faut rassembler […]. Combien de personnes y a-t-il qui ont occasion d’aller à Paris ? Combien de ceux qui y viennent voyent le Cabinet du Roi, & quand ils y viennent, ils sont accablés par la quantité d’objets. Le peuple veut du spectacle. On lui en a ôté beaucoup : il faut lui en rendre mais d’un genre plus utile, & qui soit propre à l’éclairer.

9Point de cours élémentaires ni de cabinets d’histoire naturelle pour les départements, mais un Institut national et le Cabinet du Roi pour la capitale. « Paris et le désert français », la complainte est promise à un bel avenir. Dans les premières années de la Révolution, principalement en 1791 et 1792, la constitution de Paris en métropole européenne des sciences est parfois mal vécue dans les milieux savants provinciaux. C’est alors que l’image de la capitale se renverse : Paris n’est plus perçu comme un soleil qui répand ses rayons bienfaisants sur le territoire national, mais désigné comme un ventre qui engouffre les hommes de talent et les belles choses de la province.

  • 10 Ibid.

10Si les provinciaux reprochent à la capitale de capturer les objets et de capter les publics, autrement dit d’appauvrir les départements sans rien donner en retour, ils ne lui contestent ni son rôle de tribunal des énoncés scientifiques ni sa prééminence dans l’Europe savante. La hiérarchie des centres du savoir naturaliste est désormais reçue comme une évidence. Hermann écrit encore10 :

Comment voulez-vous que le grand Cabinet de l’institut national s’enrichisse des productions de tout le royaume, s’il n’y a pas de dépôts dans les départemens où l’on puisse s’accoutumer à voir ce qui est ordinaire, & où l’on puisse déposer au commencement ce qui est moins commun, pour ensuite en faire part au centre de toutes les connaissances ?

  • 11 Harten (Elke), Museen und Museumprojekte …, op. cit., p. 399 et p. 420 ; Poulot (Dominique), « Sur (...)

11À l’heure de la centralisation révolutionnaire, la lettre de Hermann pourrait être lue de deux manières contradictoires. Au premier abord, on verrait se continuer l’ambiguïté foncière des Lumières provinciales à l’égard de la capitale. Pourtant, en y regardant bien, Hermann ne convoque pas la fiction d’une égalité fondamentale entre les naturalistes de province et de Paris et imagine des cabinets départementaux qui ne seraient que l’antichambre du grand cabinet du Roi, « au centre de toutes les connaissances ». Le naturaliste strasbourgeois accepte alors comme une évidence la primauté parisienne mais déplore, avec virulence, l’abandon des provinces et l’affaiblissement de leurs anciennes capitales. Il n’est d’ailleurs pas indifférent que les réactions les plus fortes à la centralisation parisienne se soient manifestées à Rouen, Strasbourg et Lyon. Dans ces trois grandes villes de province, les réactions sont également politiques : Hermann est par exemple un royaliste et un germanophile convaincu dans une ancienne ville libre d’Empire. La défense des « centralités » provinciales sous la Révolution apparaît alors comme le pendant culturel de la défense des libertés urbaines sous l’Ancien Régime. D’ailleurs, quelques années plus tard, en 1797 et 1798, c’est encore à Rouen et, surtout à Lyon dans ce que Dominique Poulot appelle un « plaidoyer de la province », que s’expriment les rancœurs les plus vives à l’égard de la concentration des œuvres d’art au Louvre11. Les Parisiens ont soif et la province s’indigne qu’on lui demande de les assouvir, alors que les chefs-d’œuvre y sont déjà trop accumulés et parfois entassés.

  • 12 Guillaume (James), Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique…, op. cit., vol. 4, p. x. Pour (...)
  • 13 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 147.
  • 14 Cité in Ibid., p. 168.
  • 15 [Vicq d’Azyr (Félix)], Instruction sur la manière d’inventorier et de conserver…, An II, op. cit.,(...)

12En réponse à cette grande peur culturelle, dès l’an II, des mesures conservatoires sont prises à la demande des comités nationaux ou sur initiative locale. La situation des jardins botaniques de province mobilise régulièrement l’attention du Comité d’Instruction publique et l’abbé Grégoire se charge habituellement des rapports les concernant entre octobre 1793 et juin 1795, et plus particulièrement d’avril à juin 1794, sous la Convention montagnarde12. Pour les cabinets naturalistes, le souci de conservation apparaît plus tôt. À partir de 1790, mais surtout en l’an II, la Commission des monuments, puis la Commission temporaire des arts sont chargées de la confiscation, mais aussi de la sauvegarde des spécimens d’histoire naturelle dans les dépôts départementaux. En décembre 1790, Bréquigny, président de la Commission des monuments rédige un rapport préconisant la création de musées dans les églises pour y déposer les « monuments » de la Nation, œuvres d’art, livres, inscriptions, antiquités, mais aussi spécimens naturalistes13. Plus tard, en septembre 1792, le Comité d’Instruction publique arrête que « sont exceptés de la vente à l’encan les livres de bibliothèques et leurs boiseries, les cabinets d’histoire naturelle, les diamants et effets précieux, comme sculptures, gravures et tableaux des grands maîtres, les morceaux curieux, monumens et chefs-d’œuvre des sciences et des arts »14. En mars 1794, l’Instruction de Vicq d’Azyr pour la Commission temporaire des arts précise15 :

Si les citoyens des départements craignoient que, cédant au désir peut-être trop répandu de tout porter vers un centre, on n’eût formé le projet de leur enlever les richesses littéraires qui sont maintenant en leur pouvoir, nous leur rappellerions que la Convention nationale a défendu, par son décret du 28 frimaire an II, tout autre déplacement que celui que la conservation même des objets pourra nécessiter.

  • 16 Ibid., p. 70.

13Tous ces objets doivent ainsi être placés dans « le musée le plus voisin, pour y servir à l’instruction nationale » et non centralisés dans la capitale16. La mesure qui vise explicitement à rassurer les administrations locales est une réponse politique des « Messieurs de Paris » à la peur de déclassement qui traverse la province savante.

  • 17 Pour ce qui suit, voir Harten (Elke), Museen und Museumprojekte…, op. cit., pp. 317-538.
  • 18 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 342.

14À ces projets des comités parisiens pour les départements répondent des initiatives locales très nombreuses. Elke Harten observe qu’environ les deux tiers des projets de musées départementaux datent de l’an II et de l’an III, même si l’on trouve déjà des projets similaires dès 179017. À Toulouse, en novembre 1793, le peintre Lucas propose un « Muséum » dans l’église des Cordeliers où on placerait « tous les objets de curiosités, tant en peinture, sculpture, architecture, gravures, médailles, histoire naturelle et autres objets ». À Angers, en l’an II, on espère réunir les débris de la collection de spécimens d’histoire naturelle, d’instruments de physique et de chimie, de peintures et de sculptures, d’estampes et de médailles que Merlet de la Boulaye avait rassemblée au dépôt Saint-Serge en un « Temple des arts et des Sciences ». À Marseille, en l’an III, la Commission des arts du district rédige un « Mémoire sur l’établissement du Muséum » chez les ci-devant Bernardines qui réunirait « dans le même édifice les productions de la Nature et des Arts », comme livres, peintures et spécimens naturalistes avec, à proximité, un jardin botanique. En l’an II et en l’an III, d’autres musées similaires sont aussi projetés à Rennes et à Reims. Ces projets de « musée » datant des années 1793 et 1794 sont de nature encyclopédique, réunissant en un même lieu des collections de sciences et des arts, mais aussi des bibliothèques. Les dates sont ici importantes. Les décisions centrales comme les initiatives locales sont prises de part et d’autre du 9 thermidor, qui ne marque aucunement une césure dans les politiques de sauvegarde du patrimoine. Et, comme l’observe Dominique Poulot, « par la suite, la présence d’un dépôt plus ou moins pompeusement qualifié de ‘musée’ est toujours un argument d’importance pour y solliciter l’installation d’une École centrale »18.

  • 19 Oberlin (Jérémie-Jacques), « Lettre de Jérémie-Jacques Oberlin […] et des instituteurs du Gymnase (...)
  • 20 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, Paris : Imprimerie des Sourds-muets, An I (...)
  • 21 Williams (L. Pearce), « Science, Education and the French Revolution », art. cit., p. 319 et pp. 3 (...)

15Les lois de l’an III et de l’an IV créent les Écoles centrales dans les départements en leur adjoignant des collections d’histoire naturelle, cabinets et jardins botaniques. Il ne s’agit plus comme pour les musées/dépôts de l’an II et de l’an III du résultat d’initiatives locales, mais de la mise en œuvre d’un plan uniforme d’éducation au niveau de ce qu’il est convenu d’appeler le « secondaire ». L’histoire naturelle est professée dans la quasi-totalité des Écoles centrales mais, hors de celles-ci, dans l’enseignement privé, peu de cas semblables sont avérés. On peut néanmoins donner deux exemples. Au Gymnase de Strasbourg, institution d’origine protestante et tolérée par les autorités, Jérémie-Jacques Oberlin enseigne un peu d’histoire naturelle en s’appuyant sur les Éléments d’histoire naturelle de Millin et sur Le Coup d’œil sur la Nature du « concitoyen » Hermann19. Au collège de Sorèze, principale institution scolaire du midi de la France, l’histoire naturelle est enseignée avec, à disposition, un cabinet et un jardin botanique établis par François Ferlus20. Cela fait peu rapporté à la petite centaine d’Écoles centrales instituées en province, où cette matière d’enseignement est professée en insistant tantôt sur la materia medica et l’anatomie comparée, tantôt sur la nomenclature et la systématique, tantôt sur les applications agronomiques21.

  • 22 Fourcroy (Antoine), Rapport sur la résolution du 8 messidor de l’an IV, relative au placement des (...)

16En juillet 1796, dans son Rapport sur le placement des Écoles centrales, Fourcroy décrit le rôle des sciences naturelles dans la formation des élèves22 :

Il fallait, pour opérer un changement si avantageux de l’enseignement, attacher à chaque école centrale les ressources indispensables au genre d’instruction qu’on voulait y introduire. Les sciences physiques ne sont point comme les langues et les belles-lettres de pures conceptions de l’esprit, des connaissances abstraites ; comme elles sont toutes fondées sur les faits, ce sont les objets mêmes qu’elles présentent qu’on doit offrir aux élèves ; c’est aux sens qu’elles parlent et c’est par leur entremise qu’elles font naître des jugements dont l’ensemble et l’enchaînement constituent le vrai savoir et déterminent l’application utile à la société. Il faut donc, pour les envisager avec fruit, mettre sous les yeux des élèves les productions de la nature, exposer à leur regard les machines dont le jeu trace les effets de sa force et de sa puissance, les appareils qui apprennent à connaître les réactions réciproques des corps, et rassembler ainsi dans les lieux où les jeunes gens sont reçus les collections propres à frapper leurs sens et à fixer leur attention. La loi, pour pourvoir à ce besoin de l’instruction, a prescrit pour chaque école centrale un jardin botanique, un cabinet d’histoire naturelle, un cabinet de physique et de chimie expérimentale ; elle a ordonné d’y joindre une bibliothèque publique […]. Là est la partie la plus utile, la plus neuve, la plus indispensable même des écoles centrales, dont l’avantage sur les anciens collèges, et par conséquent le vrai succès, tient uniquement à la nature de ces démonstrations […].

  • 23 Par exemple, Williams (L. Pearce), « Science, Education and the French Revolution », art. cit., pp (...)
  • 24 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Lettre du professeur d’histoire naturelle des anciennes écoles norma (...)
  • 25 AM Metz, 1R 5 : Lettre de Holandre à l’administration centrale de Moselle. Frenes (Meuse), le 20 f (...)
  • 26 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature…, op. cit, pp. 220-225.

17Les sciences qu’il appelle « physiques » reposent sur des « faits » et non sur l’agencement de « connaissances abstraites ». Cette conception des sciences naturelles est immédiatement traduite en termes pédagogiques. Les cours de sciences naturelles dans les Écoles centrales doivent être des leçons de choses. Les historiens ont souvent insisté sur l’influence de Condillac et sur le rôle des Idéologues dans la formation des Écoles centrales23. Or l’histoire naturelle, comme matière d’enseignement, se rattache au projet intellectuel de l’Idéologie par deux biais. D’une part, elle est une science d’observation quand le sensualisme de Condillac fait dériver toute forme de savoir et toute moralité des sens. D’autre part, elle mobilise une nomenclature rigoureuse qui relie chaque expression à une espèce déterminée, quand les Idéologues insistent sur la nécessité d’une langue adéquate pour l’expression des sensations. Fourcroy explique alors qu’il faut « mettre sous les yeux des élèves les productions de la nature ». En 1797, dans sa Lettre à un professeur d’École centrale, Daubenton insiste sur « les choses nécessaires pour les démonstrations des leçons d’histoire naturelle »24. Les professeurs d’histoire naturelle des Écoles centrales le répètent à l’envi. Holandre, à Metz, affirme qu’on « ne peut démontrer l’histoire naturelle sans mettre sous les yeux des élèves les objets mêmes sur lesquels cette science s’exerce » tandis que Poiret, à Soissons, écrit à Daubenton qu’il sait « mieux que personne qu’il est impossible d’instruire les jeunes gens en histoire naturelle, lorsque l’on ne parle pas à leurs yeux », et que Hermann, à Strasbourg, fait sienne la devise buffonienne : « il faut voir, il faut comparer, il faut rassembler »25. Dans son Rapport, Fourcroy précise encore que les collections et les méthodes d’apprentissage qui sont liées aux sciences de la nature, sont la « partie la plus neuve » de l’enseignement dans les Écoles centrales. Cela les sépare des collèges de l’Ancien Régime, où, malgré les quelques expérimentations audacieuses indiquées par Mornet — ici un vague programme, là un programme de cours ou une remise de prix —, l’histoire naturelle est quasiment absente26.

La botanique pour les centraliens
Page de titre de Terminologie botanique à l’usage des élèves de l’école centrale du département de l’Escaut de Coppens (1797).

  • 27 François de Neufchâteau (Nicolas), « Analyse des annuaires statistiques du département du Bas-Rhin (...)
  • 28 Palmer (Robert R.), « The Central Schools of the First French Republic : A Statistical Survey », H (...)
  • 29 Laumond (Jean-Charles-Joseph), Statistique du département du Bas-Rhin, Paris : Imprimerie des Sour (...)
  • 30 Chevreux (Paul), « L’École centrale de la Moselle », La Révolution française, vol. 67, 1914, p. 30 (...)
  • 31 Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de l (...)

18Il n’était pas pensable de travailler en archives sur toutes les collections provinciales. Outre des incursions dans les fonds de Bruxelles, Colmar et Montpellier, trois villes ont été étudiées plus en détail : Strasbourg, Metz et Nantes. Strasbourg est le siège d’une très ancienne faculté de médecine et, depuis 1794, d’une des trois Écoles de santé mises en place sous la Révolution avec celles de Paris et de Montpellier. Près de l’École de santé, la ville dispose d’un jardin botanique que François de Neufchâteau décrit comme « l’un des mieux fournis de la république »27. À l’École centrale, les cours d’histoire naturelle du vieux professeur Hermann sont parmi les mieux suivis de province28. Ce dernier dispose également, selon le préfet Laumond, d’un « cabinet très-complet, le plus riche peut-être que jamais particulier ait formé par ses seuls moyens, surtout en productions du Nord »29. La situation de Metz est très différente. Les collections naturalistes de l’École centrale, créations révolutionnaires, demeurent médiocres. À la différence de Hermann, le professeur d’histoire naturelle est méconnu et on a parfois pu douter de son identité, même s’il semble bien qu’il s’agisse de François Holandre30. Nantes, ancien port colonial, n’est pas remarquable pour les collections de l’École centrale sur lesquelles on sait bien peu de choses, mais pour deux collections singulières : le jardin des apothicaires qui bénéficie en 1726 d’une ordonnance royale enjoignant les capitaines de vaisseaux marchands à rapporter, à chacun de leur voyage dans les colonies, des graines et des plantes pour le jardin31 ; le cabinet dit de « Dubuisson » dont la propriété passe au département, puis à la municipalité à la toute fin de notre période d’étude et qui renferme, entre autres, de nombreux spécimens exotiques. Ces trois cas ouvrent sur un ensemble de problématiques plus larges : l’importance de la médecine dans la constitution d’un savoir naturaliste provincial ; la place des spécimens coloniaux dans les collections naturalistes des villes portuaires de l’Atlantique ; les éventuelles différences de traitement entre les villes qui ont connu l’émeute fédéraliste et les autres.

  • 32 Pour la liste des statistiques départementales, voir Perrot (Jean-Claude), L’Âge d’or de la statis (...)
  • 33 Voir Chaline (Jean-Pierre), Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. xixe siècle (...)
  • 34 Plusieurs recensements bibliographiques sont disponibles in Gain (André), L’École centrale de la M (...)
  • 35 Compère (Marie-Madeleine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Les Collèges français du xvie au xvi (...)
  • 36 Mérot (Catherine), « La Fréquentation des Écoles centrales. Un aspect de l’enseignement secondaire (...)
  • 37 Compère (Marie-Madeleine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Les Collèges français…, op. cit., vo (...)

19Les statistiques départementales et les récits de voyage ont enrichi l’étude d’une multitude d’informations, généralement sommaires, parfois plus détaillées32. La consultation des sources manuscrites et imprimées a été complétée par la lecture de très nombreuses monographies sur les collections naturalistes. Souvent rédigées au xixe siècle par les érudits provinciaux ou, depuis environ deux décennies, par les conservateurs de musées, le ton en est habituellement hagiographique33. Les travaux portant sur les Écoles centrales offrent encore une matière abondante34. Dominique Julia et Marie-Madeleine Compère remarquent que « peu de domaines ont été autant explorés par les érudits du xixe siècle que l’histoire des établissements scolaires », notamment entre 1871 et 191435, tandis que Catherine Mérot observe que les trois-quarts des monographies sur les Écoles centrales sont antérieures à la Grande Guerre36. Or les dates ne sont pas neutres. Ces publications s’inscrivent dans la querelle scolaire de la IIIe République où « écrire l’histoire d’un établissement, c’est alors, peu ou prou, prendre parti pour ou contre l’enseignement laïc et républicain », querelle pendant laquelle les historiens républicains se sont focalisés sur les Écoles centrales, « symboles de la novation introduite par la Révolution »37. Plus récemment, de bonnes monographies ont été publiées sur les Écoles des départements belges annexés sous la Révolution. Dans l’ensemble on observe un fort contraste Nord/Sud. Les recherches les plus complètes concernent la moitié Nord du pays, Belgique comprise, avec notamment de riches travaux pour les Écoles centrales de Nancy, Besançon, Strasbourg, Colmar, Mons ou Maastricht. À l’inverse, les collections et les Écoles centrales méridionales ont fait l’objet de moins d’attention de la part des historiens et des érudits.

Bonnes monographies et statistiques départementales
Infographie Pierre-Yves Lacour.

Notes

1 Roche (Daniel), Le Siècle des Lumières en province…, op. cit., vol. 1, chap. 1 : « Fondations » ; ici, p. 19.

2 Ibid., vol. 1, p. 31.

3 Ibid., vol. 1, pp. 22-24 et pp. 39-41 ; pour la citation, p. 22.

4 Ibid., vol. 1, pp. 70-73.

5 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg [sans doute fin 1791]. Voir Talleyrand-Périgord (Charles-Maurice de), Projet de décrets sur l’instruction publique, Paris : Imprimerie nationale, 1791, 100 p. ; Talleyrand-Périgord (Charles-Maurice de), Rapport sur l’instruction publique, fait, au nom du comité de constitution, à l’Assemblée nationale, les 10, 11 et 19 septembre 1791, Paris : Imprimerie nationale, 1791, 216 p.

6 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg, [sans doute 1792].

7 Delandine (Antoine François), De la conservation et de l’utilité politique des sociétés littéraires dans les départemens, Paris, 1791, pp. 4-5. Partiellement cité in Van Damme (Stéphane), Paris, capitale philosophique…, op. cit., pp. 229-230.

8 Noël (Simon Barthélemy Joseph), Second essai sur le département de la Seine-Inférieure, Rouen : Imprimerie des arts, An III (1795), pp. 249-250.

9 BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann. Strasbourg [sans doute fin 1791].

10 Ibid.

11 Harten (Elke), Museen und Museumprojekte …, op. cit., p. 399 et p. 420 ; Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 349.

12 Guillaume (James), Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique…, op. cit., vol. 4, p. x. Pour les rapports de Grégoire, voir Ibid., vol. 2, pp. 460-475 (4 octobre 1793, projet de maisons d’économie rurale) ; vol. 4, p. 54 (5 avril 1794, retrait des jardins botaniques de la vente des biens nationaux et conservation par les administrations des districts) ; vol. 4, p. 315, n. 3 (5 mai 1794, retrait de la vente des biens nationaux de jardins conservés pour l’utilité publique et l’agrément du peuple) ; vol. 4, p. 477 (26 mai 1794, demande de 150 000 L au Comité des domaines pour l’entretien des jardins) ; vol. 4, p. 501 (30 mai 1794, proposition d’envoi aux districts du questionnaire de Grégoire sur les jardins botaniques) ; vol. 4, pp. 509-511 (30 mai 1794, rapport sur les jardins botaniques et adoption d’une d’aide de 150 000 L) ; vol. 4, pp. 677-678 (21 juin 1794, proposition d’une circulaire sur les jardins botaniques) ; vol. 4, p. 740 (3 juillet, retirage à 2 500 ex. de la circulaire de Grégoire, circulaire envoyée le 4 septembre disponible en AN, F17/1223-1224) ; vol. 6, p. 344 (26 juin 1795, Grégoire est autorisé à communiquer au Muséum le résultat de sa correspondance avec les districts sur les jardins botaniques).

13 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 147.

14 Cité in Ibid., p. 168.

15 [Vicq d’Azyr (Félix)], Instruction sur la manière d’inventorier et de conserver…, An II, op. cit., p. 13.

16 Ibid., p. 70.

17 Pour ce qui suit, voir Harten (Elke), Museen und Museumprojekte…, op. cit., pp. 317-538.

18 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., p. 342.

19 Oberlin (Jérémie-Jacques), « Lettre de Jérémie-Jacques Oberlin […] et des instituteurs du Gymnase à leurs concitoyens », Revue internationale de l’enseignement, vol. 28, 1894, pp. 25-27 ; ici, p. 27.

20 Lamarque (François), Statistique du département du Tarn, Paris : Imprimerie des Sourds-muets, An IX [1800], pp. 87-89.

21 Williams (L. Pearce), « Science, Education and the French Revolution », art. cit., p. 319 et pp. 323-324 ; Julia (Dominique) (sous la dir.), Atlas de la Révolution française, T. 2 : L’Enseignement. 1760-1815, Paris : Éditions de l’EHESS, 1987, pp. 85-86. L’Almanach national de la France recense 97 Écoles centrales pour toute la France en l’an IX. Dominique Julia en compte au total 99 hors des trois parisiennes (Rue Antoine, Panthéon, Quatre-Nations). D’après nos calculs, des cours d’histoire naturelle sont dispensés dans 98 départements hors Paris.

22 Fourcroy (Antoine), Rapport sur la résolution du 8 messidor de l’an IV, relative au placement des écoles centrales, Paris : Imprimerie nationale, p. 10.

23 Par exemple, Williams (L. Pearce), « Science, Education and the French Revolution », art. cit., pp. 311-330.

24 Daubenton (Louis-Jean-Marie), Lettre du professeur d’histoire naturelle des anciennes écoles normales à un professeur d’histoire naturelle d’une école centrale, Paris : Imprimerie de Du Pont, An V [1797], p. 3.

25 AM Metz, 1R 5 : Lettre de Holandre à l’administration centrale de Moselle. Frenes (Meuse), le 20 floréal an V ; AN, AJ/15/837 : Lettre de Poiret à Daubenton, [An VII] ; BNUS, Ms 1026 : Lettre de Jean Hermann à un destinataire inconnu. Strasbourg, [fin 1791].

26 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature…, op. cit, pp. 220-225.

27 François de Neufchâteau (Nicolas), « Analyse des annuaires statistiques du département du Bas-Rhin pour les années VII, VIII et IX », Annales de statistique, vol. 1, 1802, p. 274.

28 Palmer (Robert R.), « The Central Schools of the First French Republic : A Statistical Survey », Historical Reflections, vol. 7, no 2-3, 1980, p. 229 : 157 élèves à Toulouse, 150 à Strasbourg et 100 à Montpellier.

29 Laumond (Jean-Charles-Joseph), Statistique du département du Bas-Rhin, Paris : Imprimerie des Sourds-muets, Le Clere et Henrichs, An X [1801/1802], p. 211.

30 Chevreux (Paul), « L’École centrale de la Moselle », La Révolution française, vol. 67, 1914, p. 306. L’auteur laisse entendre qu’il s’agirait plutôt du neveu bien que jeune à l’ouverture de l’École centrale. Mais, dans un manuscrit, il est fait mention du « S Hollandre [sic] dont l’oncle a été professeur dans cette ville » (AMM, 2R 64bis : « Cabinet d’histoire naturelle et jardin botanique ». [Vers 1830]). En revanche, au Muséum parisien, un correspondant dénommé Holandre est décrit comme résidant à Fresne, lieu natal du neveu (MNHN, Ms 2310 : « Liste des correspondants du Muséum d’Histoire naturelle ». 1754-1810).

31 Huet de Coëtlizan (Jean-Baptiste)], Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure. Annuaire de l’an XI, Nantes ; Paris : M. Malassis, Onfroy, Bossange, Masson & Besson, An XII [1803/1804], p. 388.

32 Pour la liste des statistiques départementales, voir Perrot (Jean-Claude), L’Âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris : Société des études robespierristes, 1977, pp. 67-235 ; Bourguet (Marie-Noëlle), Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris : Éditions des Archives contemporaines, 2001 [1989], pp. 372-384. Pour les récits de voyage, Breton de la Martinière (Jean-Baptiste-Joseph), Voyage dans la ci-devant Belgique, et sur le rive gauche du Rhin…, Paris : Brion, 1802, 2 vol. ; Cambry (Jacques), Voyage dans le Finistère, ou État de ce département en 1794 et 1795, Paris : Librairie du Cercle social, An VII [1798/1799], 3 vol. ; Camus (Armand-Gaston), Voyage fait dans les départements nouvellement réunis, Paris : Baudoin, 1803, 2 vol. ; Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit., 4 tomes en 5 vol.

33 Voir Chaline (Jean-Pierre), Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. xixe siècle - xxe siècle, Paris : Éditions du CTHS, 1998, 479 p. ; notamment, pp. 322-330.

34 Plusieurs recensements bibliographiques sont disponibles in Gain (André), L’École centrale de la Meurthe…, op. cit., pp. ix-xi. ; Troux (Albert), L’École centrale du Doubs…, op. cit., pp. xv-xxi ; Fierro (Alfred) (sous la dir.), Bibliographie de la Révolution française. 1940-1988, Paris Références, 1989, vol. 1, pp. 477-482 ; Guy (Marcel), « L’Enseignement de l’Histoire dans les Écoles centrales. An IV - an XII », Annales historiques de la Révolution française,no 243, 1981, pp. 120-122.

35 Compère (Marie-Madeleine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Les Collèges français du xvie au xviiie siècle. Répertoire des établissements. T. 1 : France du Midi, Paris : Éditions du CNRS ; INRP, 1984, pp. 1-3.

36 Mérot (Catherine), « La Fréquentation des Écoles centrales. Un aspect de l’enseignement secondaire pendant la Révolution française », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 145, 1987, p. 408.

37 Compère (Marie-Madeleine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Les Collèges français…, op. cit., vol. 1, pp. 2-3.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Légende Jean HermannBotaniste et médecin, professeur à l’université de Strasbourg. Portrait gravé par Christophe Guérin (non daté) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende La botanique pour les centraliensPage de titre de Terminologie botanique à l’usage des élèves de l’école centrale du département de l’Escaut de Coppens (1797).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Bonnes monographies et statistiques départementalesInfographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540