Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

Paris, projet pour une capitale universelle de l'histoire naturelle

Le Muséum

La captation des publics

Texte intégral

  • 348 Lacour (Pierre-Yves),« Ricomporre la coppia pubblico/privato… », art. cit.
  • 349 Findlen (Paula), Possessing Nature…, op. cit., pp. 129-146 ; Chapron (Emmanuelle) (sous la dir.), (...)

1Les visiteurs des collections naturalistes sont encore mal connus des historiens, d’autant que les sources disponibles sont, en général, assez pauvres, constituées pour l’essentiel de notes ponctuelles de voyageurs, de rubriques de guides urbains et de quelques règlements. Les sources ne sont d’ailleurs pas toujours les mêmes, selon que les collections sont « particulières » ou « publiques »348. Pour les premières, le terme « privé » désigne l’octroi d’un privilège d’accès à ceux qui sont recommandés au propriétaire par leur statut social, par leur réputation savante ou par un intermédiaire amical. Ces visiteurs choisis auxquels les collectionneurs ouvrent leurs portes écrivent parfois leurs noms sur des registres comme celui d’Aldrovandi à Bologne, de Séguier à Nîmes ou de Hermann à Strasbourg349. À la différence de ces cabinets, une collection est réputée « publique » si elle est accessible à tous sans que sa fréquentation dépende des faveurs accordées par un propriétaire. C’est le cas du Muséum vers 1800 dont l’accès public, libéral et gratuit, désespère l’historien du social : pas de livre d’or où sont consignés les noms et qualités des visiteurs comme dans quelques cabinets particuliers ; pas de livre de compte comme dans les collections dont l’entrée est payante à l’image du cabinet londonien d’Ashton Lever ; pas d’argent à gagner ni de relations sociales à entretenir, et donc peu de sources permettant de proposer une analyse quantitative des visiteurs. Sous la Révolution, la question de l’accès aux collections du Muséum se comprend comme une relation à trois termes entre le gouvernement, l’administration et le public. Les comités et les ministères veillent à ce que l’institution ne soit pas trop dispendieuse et d’un accès facile, attendant d’elle qu’elle forme des citoyens vertueux. Les professeurs-administrateurs cherchent surtout à y exposer leurs classifications et à protéger les spécimens des mains indélicates. Le public craint surtout d’être oublié par les savants, demandant continuellement un effort pédagogique, des objets à bonne distance et des étiquettes compréhensibles. C’est cette relation tripartite que l’on voudrait interroger en discutant d’abord le détail des conditions d’accès au Muséum, puis en analysant les attentes des visiteurs des collections nationales et, enfin, en étudiant l’élaboration, dans les récits des voyageurs, de la réputation de l’institution.

LES RÈGLES DE L’ACCÈS

  • 350 Duchesne (Henri Gabriel) & Macquer (Pierre Joseph), Manuel du naturaliste, Paris : G. Desprez, 177 (...)

2Au xviiie siècle, les collections commencent progressivement à s’ouvrir aux curieux. En 1771, dans leur Manuel du naturaliste, Henri Gabriel Duchesne et Pierre Joseph Macquer s’en réjouissent350 :

Nous ne sommes plus dans ce temps d’ignorance, où le savoir farouche & jaloux, enveloppé du manteau de l’orgueil, était inaccessible. Rien n’est plus digne d’éloge que cette politesse, cette honnêteté, cette affabilité avec laquelle les princes, les grands, les gens de goût donnent aux Étrangers & aux Curieux un accès facile dans ces temples de la Nature, où les collections les plus complètes sont distribuées avec autant de choix que d’intelligence.

  • 351 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique… art. cit., p. 259.
  • 352 AN, F/17/1277 : Lettre des commissaires à la Commission des arts. Bonn, le 24 frimaire an III.
  • 353 Drouin (Jean-Marc), « Le Jardin des plantes à travers la Décade philosophique », in Fischer (Jean- (...)
  • 354 Chappey (Jean-Luc), « L’Anthropologie et l’histoire naturelle de l’Homme en 1800. Les enjeux d’un (...)

3Un peu plus tard, à la fin de l’Ancien Régime, l’ouverture des collections au plus grand nombre mobilise l’attention des naturalistes. En 1788, dans son Mémoire sur le Jardin du Roi, Thouin propose de le rendre public en ouvrant des promenades qui conviendraient en particulier aux « hommes laborieux » ayant besoin d’exercice pour le corps et de repos pour l’esprit351. Le discours sur l’accès au Jardin se double ici de considérations sociales. Quelques années plus tard, sous les Conventions montagnarde et thermidorienne, la question de l’accès du public aux collections devient plus pressante. Entre autres exemples et comme on l’a vu, fin 1794, en Allemagne, les commissaires révolutionnaires font l’éloge du baron Hüpsch qui « a offert de rendre son cabinet public, afin d’en faire jouir ses concitoyens »352. Ce souci de l’ouverture publique des collections relève du projet révolutionnaire d’une démocratisation de l’accès au savoir dont la liberté nouvelle de la presse serait le parangon. Il s’agit alors de fonder une civilité régénérée reposant sur le partage des savoirs. Dans le moment révolutionnaire, la mode des promenades au Jardin des plantes prend également son essor avec, par exemple, la publication de guides comme celui de Pujoulx dont l’objet est de « guider les pas du promeneur », de le mener en douceur de la simple curiosité à « quelques connaissances superficielles »353. Or la crainte d’une confiscation de la nature par le corps savant se lit justement, selon Jean-Luc Chappey, dans ces promenades qui comme celles qu’organisent Jauffret vers 1800 « apparaissent bien comme le signe d’une résistance face à la science qui, confisquée par un corps de spécialistes, s’enferme dans les institutions de savoir »354.

  • 355 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 82-83.
  • 356 Turcot (Laurent), Le Promeneur à Paris au xviiie siècle, Paris : Gallimard, 2007, pp. 294-304 (Le (...)
  • 357 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock. Voyage en France (1783-1786)[trad. de l’angla (...)

4Est-il si sûr, pour autant, que les collections du Muséum national soient devenues plus faciles d’accès que les anciens Jardin et Cabinet du Roi ? Dans les dernières années de l’Ancien Régime, sous Buffon, le Jardin est partiellement ouvert au public. L’accès aux différentes écoles de botanique est en effet restreint par un système de clefs délivrées par Buffon sous le contrôle de Thouin. Emma C. Spary dresse la liste d’une quinzaine de personnes disposant de ces clefs qui seraient des « emblèmes de l’autorité permettant à leur détenteur d’agir et de circuler dans l’espace du Jardin — des symboles concrets des manières dont le pouvoir est distribué dans la société d’Ancien Régime »355. Cependant, en dehors de ces écoles, les allées du Jardin du roi sont largement ouvertes au public indifférencié des promeneurs. Dans les guides parisiens du xviiie siècle, le Jardin n’est pas seulement tenu pour une institution savante. Il est également assimilé à une promenade, au même titre que les jardins des Tuileries, du Palais-Royal ou du Luxembourg. Le Jardin des plantes est alors tantôt mentionné dans la rubrique des « Promenades publiques », tantôt dans celle des « Jardins publics »356. Cette catégorisation des guides urbains renvoie aux usages pédestres de la ville par les promeneurs. Par exemple, dans son journal parisien de 1784, Anna Francesca Cradock mentionne une promenade au Jardin du roi entre la messe dominicale à Notre-Dame et une limonade dans un café ou, quelques jours plus tard, entre un passage au Cabinet et la visite d’un Lord357.

  • 358 Ibid., p. 33 ; Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., v (...)
  • 359 Hermann (Jean), « Notes de Jean Hermann sur quelques cabinets parisiens de curiosités. 1762-1763 » (...)
  • 360 Cité in Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 82.
  • 361 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 33.

5Comme le Jardin, le Cabinet du roi est ouvert au public, sans doute dès 1745, et moyennant une distinction entre les simples badauds et les étudiants. Les premiers y sont admis deux après-midi par semaine, tandis que les seconds y ont accès à des heures réservées358. Étudier la nature y est sans doute aussi difficile que dans une collection particulière, ce qui pourrait expliquer l’absence du Cabinet dans la liste des collections visitées par le jeune Hermann lors de son voyage à Paris vers 1762-1763359. Le Cabinet n’est d’ailleurs pas ouvert à tous les curieux. Le garde fait un premier tri selon l’habit. Le protégé de Linné, Carl Thunberg, observe ainsi vers 1770 que « dans chaque salle est postée une sentinelle qui ne laisse entrer que les gens bien présentés »360. Néanmoins Cradock indique que « par ordre du roi, l’entrée est gratuite »361. La gratuité n’est pas dans l’ordre des choses, c’est une faveur royale octroyée aux visiteurs. À la fin de l’Ancien Régime, le Jardin et le Cabinet du roi sont donc déjà publics. Certes, ils sont liés à la personne physique du monarque et relèvent nominalement de sa propriété particulière. Pourtant, dans les faits, ces collections sont gérées par un intendant qui dispose d’une large autonomie et le Cabinet du roi est avant tout un cabinet royal, attaché à l’institution monarchique et largement ouvert aux curieux. On pourrait même aller jusqu’à affirmer que le cabinet est déjà pensé comme un Musée au sens que l’on donne à ce mot à la fin du siècle. Il n’est pas encore affublé de ce nom propre, mais il respecte les trois conditions proposées par Krzysztof Pomian — propriété d’une personne morale, ouverture au public, gratuité de l’accès — dans son analyse sémiologique du modèle muséal.

Allégorie du Cabinet du roi Dessin de De Sève extrait de l’Histoire naturelle de Buffon (1749) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 362 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit.

6En 1790, dans son Mémoire sur les cabinets d’histoire naturelle, Lamarck indique que le Cabinet du roi « étant essentiellement destiné à l’usage du public », il devrait être « ouvert au public tous les jours le matin, pendant deux heures, à l’exception des jours de fête, et des temps de vacances qui seront les mêmes que ceux de l’Académie des sciences »362. Il déplore également que les objets, « tous enfermés dans des armoires vitrées qu’on n’ouvre point au public, ne peuvent être examinés ni étudiés par ceux qui, travaillant sur l’histoire naturelle, se livrent partout aux recherches et aux observations qu’il leur importe de suivre » et propose « que toutes les personnes qui viendront travailler au cabinet, ne soient point forcées de ne voir les objets qu’à travers le vitrage des armoires toujours fermées ; mais qu’elles aient la liberté de tenir elles-mêmes ces objets, de les examiner autant qu’elles jugeront à propos, sous la seule condition de ne les point endommager, afin de les décrire et de les dessiner ou faire dessiner sans que cependant il leur soit permis de les emporter hors du cabinet ». La liberté de manipuler les spécimens du cabinet est l’aspect le plus « libéral » — et aussi le plus neuf — de la proposition de Lamarck. Mais il n’est pas sûr qu’un tel projet ait reçu l’assentiment de tous les professeurs, défenseurs jaloux de collections qu’ils considèrent un peu comme les leurs. Quoi qu’il en soit, ce projet ne voit jamais le jour et la Révolution, malgré la nationalisation du Muséum et le discours sur la démocratisation de l’accès, n’améliore pas significativement l’ouverture des collections.

  • 363 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 61 ; Thouin (Andr (...)
  • 364 Blanvillain (J.-F.C.), Le Pariséum…, An XII, op. cit., p. 114. Les horaires d’ouverture évoluent a (...)
  • 365 Sur la Bibliothèque nationale : Mercier de Compiègne (Claude-François-Xavier), Manuel du voyageur (...)
  • 366 Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich in Briefen geschrieben, auf einer Reise von der (...)
  • 367 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 61.
  • 368 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., pp. 151-152.
  • 369 Pour l’Ancien Régime, voir Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 32 ; (...)
  • 370 Lettre de Grégoire, président du Comité d’Instruction publique, à l’administration du Muséum d’His (...)

7Sous la Révolution, comme à la fin de l’Ancien Régime, le Jardin « est toujours ouvert » aux promeneurs, mais certaines parties en demeurent fermées au public, en particulier le Jardin des semis dont seuls les frères Thouin et les professeurs de botanique du Muséum ont la clef363. Quant à l’ouverture du cabinet, elle repose encore, mais plus clairement qu’auparavant, sur le principe du double accès. En l’an VII, par exemple, le cabinet est ouvert au public trois jours par décade et six journées sont réservées aux étudiants munis de cartes délivrées par les professeurs et aux étrangers364. Cette manière de distinguer les publics selon les usages des collections semble d’ailleurs caractéristique des institutions nationales de premier ordre : la Bibliothèque nationale distingue les étudiants des simples curieux à la différence des autres grandes bibliothèques parisiennes ; le Musée central des arts réserve certains jours aux artistes et aux étrangers365. Au Muséum, une recommandation est nécessaire les jours de fermeture publique : Rebmann regrette de n’avoir pu visiter la collection, faute d’avoir vu Lacépède366 ; Meyer indique que, pour accéder au cabinet les jours réservés, il est nécessaire que les visiteurs « soient connus de quelques professeurs »367 ; Bugge reçoit une lettre de Lacépède et la remet au chef des gardes Jean-François Lucas, qui lui montre les choses remarquables, notamment la collection de quadrupèdes encore fermée au public368. Ainsi, l’entrée au cabinet les jours de fermeture publique est encore un privilège accordé — certes avec une grande libéralité — par les professeurs et, comme Buffon, Daubenton ou Lacépède sous l’Ancien Régime, ceux-ci accompagnent parfois ces visiteurs étrangers ou se font remplacer par Lucas369. De manière générale, entre 1787 et 1798, les horaires d’ouverture au public du cabinet du Jardin des plantes n’ont guère augmenté malgré la demande formulée, dès septembre 1793, par le Comité d’Instruction publique en la personne de l’abbé Grégoire370. Les seuls vrais bénéficiaires de la nationalisation des collections et de la réforme de l’accès sont les étudiants naturalistes, non les simples badauds.

  • 371 Heinzmann (Johann Georg), Voyage d’un Allemand à Paris…, 1800, op. cit., p. 136.
  • 372 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 91 ; Blagdon (Francis Willia (...)
  • 373 AN, F/17/1229 : Lettre de Jussieu au directeur de la Commission d’Instruction publique. Paris, le (...)

8Les collections du Muséum se visitent gratis, comme l’indiquent de nombreux voyageurs. À propos du Jardin des plantes, Johann Georg Heinzmann indique que l’entrée est « libre pour tout le monde. Je vis des enfants et des journaliers parmi les spectateurs. Il n’y a pas besoin de carte, ou d’être vêtu d’un bel habit pour y entrer, comme en Allemagne. Il y a même une affiche imprimée, collée sur les murailles, [indiquant] qu’on ne doit rien payer aux concierges et aux gardes, afin d’en obtenir quelque préférence »371. Point de buona mano donc pour les collections nationales, sauf pour la galerie d’anatomie de Cuvier que le portier fait visiter pour une modique rétribution : la collection n’est d’ailleurs pas réputée publique parmi les voyageurs372. En 1796, une rumeur circule à propos du de la gratuité d’accès au Cabinet national d’histoire naturelle qui fait vivement réagir les professeurs373 :

[Au printemps 1796, le ministre de l’Intérieur a proposé de] fixer un jour où l’on ne pourroit entrer dans les galeries du Museum d’histoire naturelle qu’en payant une rétribution qui seroit mise à part pour le soulagement des pauvres. Cette mesure a été dictée sans doute par un sentiment de bienfaisance et par le désir d’augmenter les moyens de secourir les indigens. Il paroît qu’on a été induit à l’adopter en pensant aux avantages de ce genre qu’avoient procurés certaines réglementations des divers spectacles.
Nous applaudissons à l’intention, mais le moyen nous paroît insuffisant, contraire à la dignité nationale et susceptible d’être désapprouvé par le public. Les spectacles appartiennent à des entrepreneurs qui n’y reçoivent journellement que des spectateurs payants et qui ont le droit de sacrifier aux pauvres le produit d’un jour. Le public n’y étant pas admis gratuitement, n’a pas l’idée d’inspecter en ce point la conduite des entrepreneurs qui sont très libres de faire l’emploi qu’ils veulent de leur chose propre. Il est d’ailleurs indifférent à ceux qui payent que leur payement serve à aider les pauvres ou à stipendier les acteurs. Et comme l’entrée n’est jamais gratuite, tous les jours sont égaux pour les amateurs.
Le Muséum d’Histoire naturelle est ainsi que les autres dépôts nationaux dans un cas absolument différent. Il appartient au public qui a droit de jouir de sa propriété, et qui peut trouver mauvais qu’une classe de citoyens soit exclue certains jours. Comme ce dépôt est consacré à l’étude en même temps qu’à la curiosité personne ne s’opposera à ce qu’il y ait des jours réservés aux étudians et d’autres donnés aux curieux parce que l’étude exige plus de tranquillité [sic] et de recueillement. S’il y avoit un jour d’admission pour les seules personnes qui payeroient, on peut supposer d’abord que la plupart ne se présenteroit que les jours gratuits et que le très petit nombre préfèreroit le jour de payement, moins par principe de bienfaisance que par ton et pour n’être pas confondu avec la foule. Il en résulteroit d’une part une recette médiocre et nullement proportionnée à l’attente de l’administration qui auroit imaginé un pareil moyen de secours, de l’autre une source de dissensions entre les personnes admises et les personnes exclues le jour privilégié. On se permettroit des inculpations, des dénonciations odieuses, des réflexions amères. On blâmeroit et ceux qui auroient donné l’ordre et ceux qui en useroient. Les administrateurs directs pourroient aussi être taxés de monopole. L’établissement perdroit de sa dignité et l’honneur national seroit même compromis. Telles sont les conséquences que nous croyons qu’il est de notre devoir de mettre sous vos yeux.

  • 374 AN, F/17/1229 : Rapport présenté au ministre de l’Intérieur. Paris, le 13 prairial an IV.

9Le Muséum n’est pas un tivoli. Libre aux entrepreneurs particuliers de faire une journée par décade un usage charitable de leur recette, mais « les musées nationaux au contraire appartiennent à l’instruction publique. Le public a droit d’y entrer sans payer. Il peut trouver mauvais qu’une classe de citoyens en soit exclue certains jours. Il peut se récrier contre la taxe qu’on lui imposerait pour jouir de sa propriété »374. Comme le peuple est le véritable propriétaire de la collection, la gratuité de l’accès n’est pas une grâce octroyée. Le public ne fait que jouir de son bien. Propriété d’une personne morale, ouvert au public, accessible gratuitement, le Muséum est bien un musée. Pourtant, sur ces deux derniers critères qui définissent l’accessibilité, la Révolution n’innove pas par rapport à l’Ancien Régime.

  • 375 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 79-81. Le mari jaloux est exposé publiquement (...)
  • 376 AN, AJ/15/501 : Règlement du Jardin royal des plantes. 1729. Art. XIV. Reproduit in Rusque (Doroth (...)
  • 377 AN, AJ/15/502 : « Règlement pour les Garçons-jardiniers et autres employés à la Culture du Jardin (...)
  • 378 Duris (Pascal), Linné et la France…, op. cit., pp. 77-87.
  • 379 Ibid., pp. 96-99 ; Burstin (Haim), Une Révolution à l’œuvre…, op. cit., p. 682.
  • 380 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 71.
  • 381 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 160. Je traduis.

10Le Jardin des plantes n’est pas un asile idyllique et la violence révolutionnaire y pénètre parfois. Il ne s’agit plus seulement de l’introduction de filles publiques dans les chambres des garçons jardiniers ou de mauvaises bagarres entre maris cocus et amants pris sur le fait, l’irruption des filles contrevenant à la « décence » et la violence du jaloux aux « usages du pays »375. Pour ces désordres ordinaires, quelques règles élémentaires suffisent sous l’Ancien Régime. En 1729, le « Règlement du Jardin royal des plantes » enjoint le portier et le jardinier « de ne donner aucune entrée au dit Jardin, au peuple, aux enfants, gens de livrée et aux personnes suspectes, ni de favoriser aucune fraude ou désordre à peine d’en répondre en leur propre et privé nom ; d’être chassés de leur emploi et de la plus grande punition s’il échoit »376. Plus tard, en 1788, Thouin propose un « Règlement pour les garçons-jardiniers et autres employés à la culture du Jardin du Roy » qui défend aux garçons la vente de plantes, de graines et de fleurs, et ordonne aux portiers d’interdire l’entrée du jardin aux femmes suspectes377. Ces règles, qui concernent autant le personnel que les visiteurs, sont conservatoires : elles visent à faire respecter les bonnes mœurs et à protéger les plantes rares. Mais, sous la Terreur, le Jardin est victime de désordres d’un genre nouveau. Un soir d’août 1790, au cours d’une cérémonie mémorable réunissant presque tous les officiers du Jardin et de nombreux botanistes parisiens, la Société d’histoire naturelle place le buste en plâtre de Linné au bas du labyrinthe, sous les frondaisons du cèdre du Liban378. À une date inconnue entre 1792 et mars 1793, celui-ci est brisé379. Cette destruction, rapidement attribuée, à tort ou à raison, à des sans-culottes, est interprétée par Grégoire et les écrivains voyageurs comme le symbole de l’irruption de la violence politique au Jardin. Or l’acte est d’autant plus scandaleux que le Jardin est perçu comme un nouvel Éden que l’on doit préserver de l’agitation sociale et politique de la ville. Porter atteinte au Jardin, c’est un peu violer un sanctuaire, le « temple de la Nature ». Politiques et voyageurs dressent alors le portrait du mauvais peuple : ignorant parce qu’il confond le réformateur suédois de l’histoire naturelle avec un seigneur oppresseur au prétexte que le buste porte « un cordon de chevalerie »380 et vandale parce que « le peuple souverain s’amuse en répandant la ruine et la dévastation »381.

Le buste de Linné
Sous les frondaisons du cèdre du Liban. Aquarelle (détail) de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.

  • 382 Cité in Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi… », art. cit., pp. 55-56 ; L (...)

11À peu près à la même époque, en décembre 1792, dans une lettre au ministre Roland, Bernardin de Saint-Pierre observe382 :

Des agitateurs persuadent le peuple que le Jardin étant à la Nation, toute la Nation a le droit d’y cueillir des plantes. Le jour de la Toussaint, une troupe considérable d’hommes et de femmes ont pillé les fleurs, en menaçant de maltraiter les garde-bosquets qui voulaient s’y opposer. Fréquemment des troupes d’écoliers brisent les jeunes arbres, cassent les vitres des serres en jouant à la balle ou en se jetant des pierres, sans que les gardes-bosquets puissent les en empêcher. En vain j’ai donné des ordres de mener les délinquants à la section, les gardes n’osent les exécuter. Il s’est passé à la fin de l’été, à l’occasion des fédérés marseillais, des scènes dont les suites pouvaient devenir très dangereuses, si je n’avais eu le bonheur de les prévenir en allant moi-même trouver leur chef et le maire de Paris. […]. Il est cependant urgent d’obliger les mauvais citoyens à respecter les propriétés publiques.

  • 383 MNHN, Ms 308 : Lettre de Thouin à l’agent national de la Commune de Paris. Paris, le 12 germinal a (...)
  • 384 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, pp. 74-75. Voir auss (...)

12Les mauvais citoyens, si l’on suit Bernardin de Saint-Pierre, ne respectent pas les propriétés publiques parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’est un bien national. Le Jardin appartient à la Nation toute entière, non à chaque citoyen. La propriété collective ne se fragmente pas en une multitude de droits particuliers. Il faut donc obliger les citoyens à respecter le Jardin, ce qui implique à la fois un travail d’explication et une surveillance renforcée. Première réponse aux désordres, des affiches moralisantes sont apposées, au moins depuis 1794, dans différents endroits du Jardin383. En l’an IV, Meyer livre à son lecteur le texte d’une des affiches384 :

Pour empêcher le désordre dans ce jardin toujours ouvert on a attaché dans plusieurs endroits cette inscription philanthropique.
‘Citoyens, respectez cette propriété.
‘1. Parce qu’elle tient au bien de l’humanité, au progrès des sciences utiles, & que ses produits servent à soulager nos frères malades & pauvres.
‘2. Parce qu’elle est une propriété nationale, & qu’en cette qualité elle appartient à tous, & à personne en particulier.
Citoyens, en conservant cette intéressante propriété, c’est vous-mêmes que vous servez : en conséquence vous êtes invités à vous rendre surveillants les uns des autres, & à vous opposer à ce qu’il ne se commette ici aucun dégât en votre présence.

  • 385 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 75 : « L’effet d’ (...)

13L’affiche qui vise à discipliner les comportements des visiteurs est comme une réplique à la complainte de Bernardin de Saint-Pierre. Elle propose une petite pédagogie morale reposant sur deux arguments : le Jardin est un bien collectif ; il est destiné au bien de l’humanité. À ce double titre, national et philanthropique, il faut le respecter. Meyer juge d’ailleurs cette démarche plus respectueuse de l’homme raisonnable et plus efficace qu’un discours menaçant385. La moralisation des conduites n’en passe plus seulement par la promesse d’un châtiment. C’est aussi un devoir qui mérite l’explication.

  • 386 Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi… », art. cit., pp. 55.
  • 387 L’Almanach national de France, l’an deuxième…, Paris : Testu, An II [1793/1794], p. 483. Guillotte (...)
  • 388 Cité in Burstin (Haim), Une Révolution à l’œuvre…, op. cit., p. 682.
  • 389 AN, AJ/15/96 : Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs. Police du jardin. An VI. Cité in Rus (...)

14Parallèlement, la surveillance doit aussi être renforcée en se généralisant. En 1786, Guillotte, ancien capitaine de cavalerie, reçoit son brevet d’Inspecteur-commandant de la police du Jardin avec, sous ses ordres, sept gardes-bosquets et trois gendarmes386. Depuis lors et jusqu’en l’an II d’après l’Almanach national, il veille au bon ordre du Jardin, garde les entrées et confisque les fausses clés des écoles et des serres387. En mars 1793, quand Chaumette dénonce devant la municipalité les dégradations commises les mois précédents, la décision est également prise de demander à la section des Sans-culottes « d’y faire une police fraternelle et exacte »388. Plus tard, sous le Directoire, la surveillance doit aussi être le fait des promeneurs qui, dans le règlement de police du Jardin daté de l’an VI, sont « invités à se surveiller mutuellement pour la conservation des objets offerts ici à leur étude ou à leur curiosité »389.

  • 390 AN, AJ/15/502 : « Adresse et projets de règlements présentés à l’Assemblée nationale par les offic (...)
  • 391 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit.
  • 392 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 151 et p. 158. Sur le vol de j (...)
  • 393 Sur les Lucas, voir Lamy (Édouard), Les Cabinets d’Histoire naturelle en France…, op. cit., p. 57  (...)
  • 394 « Extrait de la consigne établie pour les factionnaires et garçons de service des galeries du Musé (...)

15La surveillance du Cabinet national d’histoire naturelle s’est également renforcée à la suite d’un vol de diamants dans la galerie de minéralogie en 1795. En 1790, un décret indique que le cabinet est resté pendant près d’un siècle « sans règlement fixe, sans loi réelle »390. Lamarck, dans son Mémoire, propose un règlement a minima et essentiellement destiné aux étudiants comme on l’a vu391. Pour les autres, simples spectateurs, un savoir bien se conduire ferait bien l’affaire. Pourtant, selon Bugge, le vol de 1795 change les choses392. Désormais, des gardes, recrutés parmi les vétérans et les invalides, sont disposés dans toutes les pièces et s’assurent que les tiroirs ne sont pas forcés et que les objets ne sont pas dégradés. Ces gardes sont placés sous l’autorité de Jean-François Lucas, huissier du cabinet depuis 1788 puis huissier concierge des galeries d’histoire naturelle en 1793 aidé, à partir de 1797, par son fils Jean-André393. Pour les années 1795 et 1796, aucune trace de règlement n’a été retrouvée dans les sources consultées. Mais trois ans plus tard, en octobre 1799, les administrateurs édictent une « Consigne établie pour les factionnaires et garçons de service » : les chiens, les cannes et les armes sont proscrits ; l’usage des paillassons est rendu obligatoire pour se décrotter les pieds ; et il est interdit de toucher aux objets394. Le code de bonne conduite, plus strict que dans le projet de Lamarck, prohibe ainsi le port d’armes comme s’il fallait pacifier les lieux.

Les serres du Muséum
Aquarelle de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.

LES PUBLICS DES COLLECTIONS

  • 395 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit. Il ajoute aussi à propos du cab (...)
  • 396 AN, AJ/15/836 : Lettre des professeurs administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle à la Commiss (...)
  • 397 MNHN, Ms 457 : Second rapport de la Commission des travaux publics sur le Muséum. Paris, 1794. Cit (...)
  • 398 Par exemple dans AN, F/17/1229 : Rapport présenté au ministre de l’Intérieur. Paris, le 13 prairia (...)

16L’étude des publics des collections nationales dépend d’une division fondamentale dans les sources, celle qui oppose ceux qui jouissent du spectacle de la nature et ceux qui travaillent à son étude. Les discours glissent alors rapidement d’une distinction des usages — la recherche du plaisir d’un côté et le goût pour le savoir de l’autre — à une autre qui oppose deux figures sociales, celle du naturaliste et celle du badaud. En 1790, Lamarck remarque que le cabinet est « visité deux fois chaque semaine par des promeneurs et des gens désœuvrés qui n’y viennent jamais chercher de l’instruction et des connoissances, mais seulement de l’amusement et de la dissipation ; tandis que rebutés par des difficultés sans nombre, les Naturalistes occupés de recherches propres à étendre les connaissances utiles, n’y viennent presque jamais puiser les connaissances qu’ils pourraient en obtenir »395. En septembre 1795, les professeurs proposent, dans la nouvelle galerie du Muséum, « d’offrir les quadrupèdes aux regards du public et de les ranger méthodiquement pour l’usage des naturalistes »396. Cette typologie sommaire des publics est parfois affinée. En 1794, un rapporteur de la Commission des travaux publics se fait songeur : « Dans ce vaste jardin [le Jardin des plantes], agréable à tous les âges, utile à tous les états, le physicien étudierait la nature, le jeune homme apprendrait à l’aimer, le philosophe, le vieillard y trouverait la source des méditations les plus profondes »397. Cette distinction vaut également pour les autres institutions de premier ordre — Bibliothèque nationale et Musée central des Arts — et est à l’origine du principe de la double ouverture398.

  • 399 Spary (Emma C.), « Le Spectacle de la Nature… », art. cit., pp. 464-466 ; ici, p. 465.
  • 400 Fischer (Gotthelf), Das Nationalmuseum…, 1802-1803, op. cit., vol. 2, pp. 3-7.
  • 401 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 266.
  • 402 CEBNF, collection Destailleurs. IFN – 7744323 à IFN – 7744334.

17Il faudrait cependant se garder de trop distinguer les publics des collections. Ces catégories sont construites par les acteurs, notamment par les professeurs-administrateurs du Muséum. Pourtant, ceux-ci, comme le remarque Emma C. Spary à propos de Lacépède, s’épanchent aussi « sur la beauté du spectacle de la nature et sur l’effet émotionnel de la vue des productions naturelles »399. On trouverait sans peine un peu de Jean-Jacques dans chaque savant, un peu de sensiblerie dans le regard de tous ceux qui manient le scalpel. Par exemple, le jeune anatomiste et naturaliste Fischer commence sa description de l’institution parisienne en décrivant le plaisir ressenti devant le spectacle de la nature, la légèreté de son cœur et sa démarche rêveuse400. De même, les promeneurs du decadi ne viennent pas seulement y dissiper leur ennui. Soit l’ensemble des onze gravures dessinées par Jean-Baptiste Hilair en l’an III. Elles décrivent un « lieu paisible de récréation et d’échange, d’où toute violence révolutionnaire [est] absente »401. On y rencontre des hommes en bas et des garçons jardiniers, des étudiants qui lisent et des artistes qui dessinent, des vendeuses ambulantes et des soldats, des rêveurs solitaires, des couples, et surtout des familles avec leur marmaille402. Certaines vues, comme celles de la terrasse qui mène aux serres ou du labyrinthe et du belvédère, privilégient les relations sociales, en particulier les rencontres amicales, la vie harmonieuse des familles et les ballades amoureuses. Mais d’autres, comme celles de l’École de botanique déclinent les formes de l’apprentissage : les étudiants méditent un livre à la main, les enfants découvrent les plantes et les jardiniers font de petites leçons de choses aux familles. Au Muséum, les promeneurs viennent aussi glaner un peu d’instruction. Ces gravures idéalisent les usages cognitifs et pédagogiques de l’espace du Jardin par la foule des curieux alors que les professeurs cherchent au contraire à distinguer leur pratique savante des collections de celle, désinvolte, des promeneurs désœuvrés. Or pour tous les visiteurs, deux rapports aux collections, le plaisir moral et l’étude laborieuse, se combinent dans des proportions variées. Mais comme les sources nous y invitent, on doit distinguer, sans trop y croire, les promeneurs du decadi et les étudiants qui ne sont pourtant jamais que des idéal-types commodes.

  • 403 Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., vol. 2, pp. 449-450 ; ic (...)
  • 404 [Brayer de Beauregard (Jean-Baptiste Louis)], Panorama de Paris…, 1805, op. cit., pp. 207-210 : «  (...)
  • 405 Weston (Stephen), The Praise of Paris…, 1803, op. cit., pp. 58-59 : « These lectures [Faujas] were (...)
  • 406 Daszkiewicz (Piotr) & Tarkowski (Radoslaw), « Les Auditeurs polonais des cours de minéralogie au M (...)

18Il pourrait sembler abusif de faire des auditeurs des cours dispensés au Muséum des visiteurs de ses collections. Mais Blagdon observe que les leçons « de minéralogie et de zoologie se déroulent dans les galeries du cabinet qui contiennent les collections qui correspondent à chacune de ces sciences »403. Et Brayer de Beauregard ajoute que cette disposition permet « de faire subir le moins de déplacements possibles aux objets que l’on met sous les yeux des élèves »404. Ces « élèves » n’en sont d’ailleurs pas vraiment, comme les leçons ne sont pas suivies d’un examen pour l’obtention d’un grade universitaire. Les indications sont plus ou moins riches pour les leçons de Faujas, Haüy et Lamarck au sein des galeries. L’antiquaire Weston suit un cours de Faujas, observant qu’il rencontre une large audience405. En partant d’un registre des inscriptions au cours de Haüy conservé au laboratoire de minéralogie du Muséum, Piotr Daskiewicz et Radoslaw Tarkowski ont livré une analyse partielle sur les 34 auditeurs polonais recensés entre 1802 et 1821406. Ils sont particulièrement nombreux entre 1804 et 1806, treize pour la seule année 1804 contre une moyenne annuelle de deux sur toute la période. Nobles, médecins et professeurs d’histoire naturelle ou de minéralogie, ces auditeurs de Haüy fréquentent également d’autres cours parisiens, à l’image de Jan Weyssenhoff, général de cavalerie du corps polonais dans l’armée napoléonienne qui suit aussi les leçons de physique de Charles, de chimie de Vauquelin ou d’anatomie de Cuvier.

L’amphithéâtre du Muséum
Aquarelle de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.

Les auditeurs du cours de Lamarck 1795-1815

Les auditeurs du cours de Lamarck 1795-1815
  • 407 http://www.lamarck.cnrs.fr/auditeurs/Voir Bange (Raphaël), « Base de données pour une étude prosop (...)
  • 408 Bange (Raphaël) & Corsi (Pietro), « The Students of Lamarck in Numbers » [Non publié, disponible s (...)

19Les auditeurs du cours de Lamarck sont mieux connus grâce à un registre des inscriptions tenu entre 1795 et 1820. Une base de données informatisée de plus de 1 200 inscriptions pour environ un millier de noms en a été tirée à l’initiative de Pietro Corsi et sous la direction de Raphaël Bange407. Le nombre d’auditeurs est très variable d’une année sur l’autre. Cela tient largement aux contingences, et notamment aux guerres napoléoniennes pour la période 1811-1815. Néanmoins, on observe que les cours de Lamarck sont davantage suivis entre 1800 et 1803 avec plus de 60 noms chaque année et jusqu’à 131 en 1802. Tout au long de la période, le public se rajeunit très nettement, avec une moyenne d’âge de 34 ans pour les années 1795-1796 contre 26 ans pour l’année 1808408. Parmi les auditeurs, outre les nombreux provinciaux montés à Paris, on repère une part non négligeable d’étrangers. Ils représentent 8,3 % du public pour la période 1795-1799, 11 % pour 1800-1804, 23,1 % pour 1805-1809 et 22,2 % pour 1810-1814.

Les auditeurs étrangers du cours de Lamarck 1795-1814 Les assignations nationales sont celles de la base des auditeurs de Lamarck

Les auditeurs étrangers du cours de Lamarck 1795-1814 Les assignations nationales sont celles de la base des auditeurs de Lamarck
  • 409 Sur les jeunes Danois, voir Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., pp. 1 (...)
  • 410 Sur les cours de Cuvier, voir Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op (...)
  • 411 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 73.

20Entre 1795 et 1804, ces étrangers sont principalement européens même si quelques rares auditeurs viennent également du Nouveau Monde, des États-Unis ou du Brésil. Les Allemands, les Italiens et les Belges sont d’autant plus nombreux qu’ils sont souvent enregistrés comme Français. Sur les bancs de l’amphithéâtre, des Suisses, des Espagnols, des Irlandais et un seul Anglais assistent aussi aux leçons de Lamarck. Parmi ces auditeurs étrangers, dont plusieurs jeunes naturalistes suscitent beaucoup d’espoir comme les botanistes danois Jens Wilken Hornemann et Niels Hofman-Bang, on ne rencontre aucune femme à l’exception d’une Hambourgeoise, Henriette Dumas409. Les femmes ne sont par ailleurs pas admises aux leçons d’anatomie comparée de Cuvier « à moins qu’elles exercent une profession qui leur rende nécessaire le genre de connaissances qu’on y professe » mais, à l’inverse, « beaucoup de jeunes demoiselles » fréquentent le cours d’iconographie de Van Spaendonck410. Les femmes sont omniprésentes dans un cas, interdites dans l’autre. Le motif est toujours le même. Comme les jeunes gens, écrit Pujoulx, leur « sensibilité s’affecte aisément » : âmes sensibles pour peindre des plantes, elles risquent des hauts-le-cœur lors des séances d’anatomie411.

  • 412 MNHN, Ms 457 : Second rapport de la Commission des travaux publics sur le Muséum. Paris, 1794. Cit (...)
  • 413 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 151 : « It is crowded by all s (...)
  • 414 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2 (1751), entrée : « Cabinet d’histoire nat (...)
  • 415 Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 53.
  • 416 Sur les vulgarisateurs, voir Chappey (Jean-Luc), « Enjeux sociaux et politiques de la ‘vulgarisati (...)
  • 417 Sur la vente des guides par le libraire du Jardin, voir Blanvillain (J. -F. C.), Le Pariséum…, An (...)
  • 418 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 2, p. 10. Voir au (...)

21Il n’existe aucune estimation un peu fine du nombre des simples visiteurs au Muséum, Cabinet national et Jardin des plantes. En 1794, à propos du Jardin, la Commission des travaux publics observe que « jamais il n’a été si fréquenté »412. Les sources ne sont guère plus bavardes sur le cabinet. Vers 1798, Bugge observe que les jours d’ouverture publique, il « est bondé de toutes sortes de gens qui viennent ici non pour s’instruire mais simplement pour voir l’endroit, par amusement »413. Les chiffres sont rares : d’après l’Encyclopédie, au milieu du siècle, « on y reçoit douze à quinze cents personnes toutes les semaines », notamment à la belle saison414 ; à un moment mal défini, sans doute au début de la Révolution, on dénombre 1 500 visiteurs les jours d’ouverture415. Pour observer les attentes du public, on peut partir des guides du Muséum rédigés par des « vulgarisateurs »416. Les guides, par ailleurs distribués chez le libraire du Jardin, doivent répondre aux demandes des lecteurs et probables visiteurs417. L’un des rédacteurs, Pujoulx, écrit ainsi : « Nous avons remarqué le temps que chaque compagnie employait à visiter telle ou telle partie de ces galeries, et nous avons distribué nos Promenades en conséquence : par exemple, toujours ou presque toujours ces compagnies ont mis autant de temps à observer les oiseaux, qu’elles en ont employé à visiter tous les autres objets réunis dans ces galeries ; et quant aux quadrupèdes à mamelles, ils arrêtent seuls autant de temps que les reptiles, les poissons et les sept autres classes »418. Cette homologie entre distribution des pages des guides et partage du temps des visites permet de mieux cerner les attentes des curieux.

  • 419 Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes…, An VI, op. cit., 244 p.
  • 420 Reboul (Robert-Marie), Louis-François Jauffret. Sa vie et ses œuvres, Paris : Baur & Detaille, 186 (...)
  • 421 Jaume Saint-Hilaire (Jean-Henri), Notice des principaux objets d’histoire naturelle…, An IX, op. c (...)
  • 422 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., 2 vol. Le titre est re (...)
  • 423 Pujoulx (Jean-Baptiste), Paris à la fin du xviiie siècle..., Paris : B. Mathé, An IX [1800/1801], (...)

22Trois guides sont publiés entre 1798 et 1803. En 1798, Louis-François Jauffret publie son Voyage au Jardin des plantes419. Dans ce « voyage » aux allures de conte moral écrit pour la jeunesse, le narrateur conduit l’enfant Gustave — du nom de son dernier fils — au Jardin des plantes. Polygraphe, ami de Jussieu, Lacépède et Cuvier, et membre de nombreuses sociétés savantes (Société nationale des Neuf-Soeurs, Lycée des Arts, Société libre des sciences et des arts et, plus tard, secrétaire de la Société des Observateurs de l’Homme), Jauffret est un « médiateur culturel » selon Jean-Luc Chappey420. Auteur d’un projet pour l’établissement en France d’une manufacture de végétaux artificiels, il est surtout connu pour ses nombreux ouvrages de vulgarisation destinés aux jeunes gens, ce qui lui vaut le nom et la réputation d’« ami des enfants ». Vers 1800, Jean-Henri Jaume Saint-Hilaire fait paraître sa Notice des principaux objets d’histoire naturelle conservés dans les galeries du Muséum du Jardin des plantes de Paris, à l’usage des personnes qui les visitent dans l’attente de la publication d’une « description complette et générale de ces belles Galeries »421. Vétéran de l’armée d’Italie, il revient à Paris étudier l’histoire naturelle, suit les cours de Lamarck et s’initie à « l’iconographie naturelle » auprès de Van Spaendonck, puis consacre les quarante années suivantes à la botanique et à la vulgarisation de la classification de Jussieu. En 1803, Jean-Baptiste Pujoulx publie ses Promenades au Jardin des plantes, titre repris tout au long du xixe siècle par plusieurs rédacteurs de guides422. Polygraphe, Pujoulx publie des pièces de théâtres, comédies et vaudevilles, un Nouvel astrologue parisien, un Paris à la fin du xviiie siècle, et à partir des premières années du nouveau siècle, plusieurs ouvrages de vulgarisation, de science amusante pour les enfants et de minéralogie à l’usage des gens du monde, ainsi que des notes de cours prises à l’École polytechnique423.

Collections traitées dans trois guides du Muséum (1797-1803)

Collections traitées dans trois guides du Muséum (1797-1803)
  • 424 Tourneux (Maurice), Bibliographie de l’Histoire de Paris…, op. cit., vol. 3, pp. 613-621 : ménager (...)
  • 425 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit.
  • 426 Ibid., p. 487 et p. 492.

23La ventilation des pages de ces trois guides selon les lieux de visite et les taxonomies naturalistes est particulièrement révélatrice. La moitié des « promenades » de Jauffret et la moitié des pages de son livre sont consacrées à la seule ménagerie. Ce sont d’abord les animaux vivants que l’auteur désigne à l’attention des enfants pour d’évidentes raisons morales. Cela ne surprend guère. Dans sa Bibliographie de l’Histoire de Paris pendant la Révolution française, Maurice Tourneux recense 55 titres publiés sur le Muséum d’Histoire naturelle entre 1789 et 1804424. Parmi ceux-ci, 23 portent sur les collections de l’institution, leur histoire et leurs descriptions, dont 60 % sur la seule ménagerie. Les événements, heureux ou tristes, qui s’y déroulent sont également rapportés dans la presse périodique sous la forme d’avis rédigés par Toscan, bibliothécaire du Muséum425. Dans la Décade philosophique, ces textes sont souvent accompagnés de gravures comme celle de la « lionne allaitant les lionceaux » ou celle du « lion du Muséum d’Histoire naturelle avec son chien »426. Jaume Saint-Hilaire et Pujoulx décrivent longuement le cabinet. Dans ces deux guides destinés aux « gens du monde », c’est-à-dire au public indifférencié des curieux, les collections du cabinet font l’objet d’un traitement plus ou moins long : presque rien sur les fossiles (2 % des pages dans le Jaume, 1 % dans le Pujoulx) ; pas grand-chose sur la salle des végétaux (respectivement 11 % et 4 %) ; davantage sur les minéraux (respectivement 13 % et 18 %) ; et surtout, la majeure partie des deux guides est consacrée à la collection zoologique (respectivement 75 % et 77 %). Dans les deux cas, on observe aussi la place remarquable des oiseaux (respectivement 25 % et 40 %) et celle, plus modeste, des quadrupèdes et des invertébrés, essentiellement les insectes et les coquilles.

La ménagerie du Muséum
Dessin (détail) de Nicolas Huet [1805] Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 427 AN, F/17/1229 : Rapport du Muséum national d’Histoire naturelle annoté par Molinos. Paris, le 9 me (...)
  • 428 Ibid. La section parisienne no 47 est appelée « Jardin-des-Plantes » de 1790 à août 1792 puis à no (...)
  • 429 Moreau (Jean-Baptiste), Voyage en France… en 1796, op. cit., p. 13.
  • 430 Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich…, [1796], op. cit., partie II, pp. 20-21 : « Die (...)
  • 431 Humboldt (Wilhelm von), Journal parisien (1797-1798), op. cit., p. 83.

24Les visiteurs du cabinet et du jardin sont aussi des promeneurs. Ce public semble socialement assez diversifié. En 1794, on y croise à l’aube les ouvriers du faubourg Saint-Marcel (devenu Marceau) passant par les allées du Jardin pour se rendre aux ports de Seine427. Et Molinos ajoute encore à son rapport : « Tant mieux qu’on rencontre beaucoup de sans-culottes dans les allées du jardin, il est fait pour eux, c’est leur section »428. En 1796, le jeune Jean-Baptiste Moreau, apprenti charron, découvre Paris et son Jardin des plantes429. La même année, Rebmann observe que les promenades sont très fréquentées les dimanches et jours de fête : « On trouve ici les honorables citoyens des parties extérieures de la ville, et, principalement, ceux du Faubourg Saint-Antoine. Cette classe de citoyens que l’on désigne sous le nom de petits bourgeois se presse dans les allées. À vrai dire, elle forme la partie authentique de l’Humanité grâce à laquelle la République survivra malgré les maux qui la rongent »430. Un dimanche d’avril 1798, Wilhelm von Humboldt croise devant les éléphants la famille Bonaparte, le général, sa femme Joséphine et son fils, Eugène de Beauharnais431. Ouvriers du faubourg Saint-Marcel au petit matin et petits bourgeois du faubourg Saint-Antoine les decadi, savants et militaires, les deux sexes et tous les âges, tous les types sociaux semblent se croiser dans les allées du Jardin des plantes.

  • 432 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 74.

25Le Jardin est aussi un lieu de sociabilité pour de nombreux Parisiens. Dans ses Fragments sur Paris, Meyer observe432 :

[Entre] les enclos s’ouvre la cour ombragée d’un petit cabaret, c’est un petit bosquet garni de tables & de bancs, où l’on déjeune avec du pain, du lait & des fruits. Là, presque chaque jour, mais surtout le soir du dimanche, se rassemblent, ainsi que dans les allées embaumées, les familles honnêtes des citoyens paisibles, pour lesquels le jardin des plantes est le bien suprême : ils passent l’après-midi & la soirée dans la jouissance calme du spectacle des raretés de la nature ; c’est une grande fête pour les enfans, quand leurs parents les y mènent.

  • 433 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 32.
  • 434 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 85.
  • 435 Fischer (Gotthelf), Das Nationalmuseum…, 1802-1803, op. cit., vol. 2, p. 30.
  • 436 Plumptre (Anne), A Narrative of Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Depa (...)
  • 437 Blanvillain (J.-F.C.), Le Pariséum…, An XII, op. cit., p. 115.
  • 438 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit., p. 493, n. 29.
  • 439 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 87.
  • 440 Ibid., vol. 1, p. 86-87.
  • 441 Ibid., vol. 1, p. 89.
  • 442 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit., p. 486.
  • 443 Plumptre (Anne), A Narrative…, 1810, op. cit., vol. 1, p. 104.

26Comme déjà à la fin de l’Ancien Régime, le temple de la Nature a ses marchands433. Il s’y rencontre des commerces : un lactarium où déjeunent les étudiants et où on achète de la crème434, un café pour boire une limonade à l’ombre435, un restaurant à l’entrée du jardin436 ou un libraire pour acheter des guides du Muséum437. Il s’y trouve aussi des marchands ambulants : lorsque le peuple est autorisé à voir les éléphants, un flot de marchands accompagne les visiteurs ; en avril 1795, une femme demande à l’Assemblée des professeurs la permission de vendre ses fruits et sa limonade au Jardin438 ; sans compter les enfants qui proposent d’ouvrir les portes des voitures pour un peu de monnaie439. Le facétieux Pinkerton s’amuse aussi des plaisirs offerts aux visiteurs. Dans les allées sombres près de la rue Buffon, des « nymphes de plaisir » attendent discrètement le client tandis que, partout, on entend de vieilles femmes annoncer par des cris la vente de leurs plaisirs, c’est-à-dire de petits gâteaux au miel440. Et l’auteur d’ajouter que la mort de l’éléphant Hans est peut-être due à un excès de plaisirs lancés par les curieux441. Pourtant, dès 1794, les professeurs ont placé une pancarte devant la ménagerie provisoire priant le public de « ne rien jeter aux animaux »442. Mais rien n’y fait et les mauvaises manières des visiteurs de la ménagerie se poursuivent sous l’Empire comme l’indique Anne Plumptre en 1810443.

L’IMPRESSION DES ÉTRANGERS

  • 444 Roche (Daniel), Humeurs vagabondes…, op. cit., pp. 41-45. Voir aussi Marcil (Yasmine), La Fureur d (...)
  • 445 Boucher de la Richarderie (Gilles), Bibliothèque universelle des voyages..., Paris : Treuttel & Wü (...)
  • 446 Cox (Edward Godfrey), A Reference Guide to the Literature of Travel, Seattle : University of Washi (...)
  • 447 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 91. Le cabinet « may properl (...)

27Les étrangers qui viennent à Paris laissent parfois leurs impressions sur la capitale française et le Muséum. La ville et l’institution naturaliste marquent les voyageurs, et les éditeurs publient le récit de ces voyages. Ces livres nous apprennent trois choses : une analyse statistique permet de distinguer les hauts-lieux de la capitale, ceux qui méritent d’être visités ; une lecture simultanée des différents récits permet de repérer les lieux communs sur le Muséum, les choses qui valent la peine d’être vues ou sues ; une étude croisée rend possible la pesée d’un jugement européen sur le Muséum, chaque voyageur étranger comparant l’institution parisienne sous la Révolution avec ce qu’il a vu ailleurs ou connu autrefois. Commençons par une évidence : dénombrer des récits de voyages, ce n’est jamais compter des voyages mais seulement des livres444. Le Fichier des voyageurs de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris recense les récits des voyageurs étrangers à Paris depuis le xve siècle jusque vers 1930 à partir des fonds manuscrits et imprimés de la Bibliothèque historique et de la Bibliothèque nationale. À peu près exhaustif, le fichier dispose d’un catalogue des matières qui a été interrogé par les mots-clefs « Muséum d’Histoire naturelle » et « Jardin des plantes ». Les récits de voyageurs étrangers mentionnant le Muséum sont de plus en plus nombreux entre 1775 et 1806. De 1775 à 1790, seulement 3 d’entre eux y consacrent une description contre 23 entre 1791 et 1806, dont huit pour les seules années 1804 à 1806. Il serait tentant d’interpréter cette évolution comme le signe d’une attention plus grande portée par les auteurs, les éditeurs et incidemment le public des lecteurs à la grande institution naturaliste. Cependant, la publication de récits parisiens rédigés par des voyageurs étrangers — et recensés en 1808 par Gilles Boucher de la Richarderie dans sa Bibliothèque universelle des voyages — suit une évolution parfaitement similaire445. Les deux séries sont presque identiques. Ce n’est donc pas seulement le Muséum parisien mais bien la capitale française tout entière qui fascine le marché européen de l’édition sous la Révolution et le Consulat, bien plus en tous cas que Londres, sa seule rivale européenne, d’après le recensement des récits de voyages londoniens que propose Edward Godfrey Cox446. Mais la comparaison des deux séries statistiques livre une dernière information, sans doute plus importante. De la Révolution à l’Empire, il n’est presque pas un seul récit parisien qui ne mentionne, même succinctement, le Muséum. Les descriptions sont d’ailleurs généralement beaucoup plus longues que dans les dernières années de l’Ancien Régime, passant de quelques lignes à plusieurs pages. Ainsi, au moins depuis le milieu des années 1790, le Muséum est un des hauts-lieux de la capitale, signe à la fois de son importance et de sa facilité d’accès, au même titre que deux autres grandes institutions parisiennes, le Musée du Louvre et la Bibliothèque nationale. Les trois collections nationales, qui forment ce que l’on pourrait appeler la « trilogie capitale », sont devenues des étapes incontournables du séjour parisien d’un étranger lettré. L’un d’eux, Pinkerton, écrit d’ailleurs dans les premières années du nouveau siècle que le Cabinet national d’histoire naturelle « peut à juste titre être intitulé la troisième merveille de Paris, après la Bibliothèque nationale et la galerie du Louvre »447. L’étude de l’origine géographique des auteurs fait apparaître une nette césure en 1802 : en amont, ils sont exclusivement Allemands, à l’exception notable du Danois Bugge ; en aval, on trouve, à parts presque égales, Anglais et Allemands. En 1802, avec la paix d’Amiens, les Anglais reviennent en France et livrent rapidement leurs premières impressions de la capitale. De toute évidence, ces publications répondent à une demande du public anglais qui ne connaissait jusqu’alors la vie parisienne qu’au travers des traductions de récits comme ceux de Bugge ou de Link.

Comparaison entre le nombre de récits de voyageurs étrangers mentionnant le Jardin des plantes et le nombre de récits de voyageurs étrangers à Paris et à Londres (1775-1806).

Comparaison entre le nombre de récits de voyageurs étrangers mentionnant le Jardin des plantes et le nombre de récits de voyageurs étrangers à Paris et à Londres (1775-1806).
  • 448 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragmente aus Paris im IVten Jahr der französischen Republik, Ham (...)
  • 449 Bugge (Thomas), Reise til Paris i Aarene 1798 og 1799, Copenhagen : Fr. Brummer, 1799-1800, 654 p. (...)
  • 450 Link (Heinrich Friedrich), Bemerkungen auf einer Reise durch Frankreich, Spanien und vorzüglich Po (...)

28Dans l’ensemble des récits des voyageurs étrangers, six retiennent particulièrement l’attention parce que les notices sur le Muséum y sont plus longues et les jugements plus complets. En 1797, Friedrich Johann Lorenz Meyer publie ses Fragments sur Paris qui connaissent le succès avec plusieurs éditions européennes, dont une française traduite par Dumouriez448. L’auteur, ancien prélat de Hambourg, connaît Paris depuis les années 1780 et s’y rend à nouveau en 1796 envoyé en mission diplomatique auprès du Directoire comme député de Lübeck et de Hambourg. Il offre une des premières descriptions importantes du Muséum sous la Révolution. En 1799, Thomas Bugge publie ses Voyages dans la République française449. Il est à Paris en 1798, répondant à l’invitation de l’Institut national pour participer à la Commission sur les poids et mesures. Son récit décrit longuement les différents lieux de savoir, que l’auteur est amené à fréquenter dans la capitale. Entre 1801 et 1804, le naturaliste allemand Link publie son Voyage au Portugal qui connaît de nombreuses traductions et rééditions dans toute l’Europe. Le savant, de passage à Paris en 1797, y décrit précisément les lieux de l’histoire naturelle dans le Paris révolutionnaire450. Son parallèle entre Paris et Londres sera étudié plus longuement dans la conclusion de cette partie.

  • 451 Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., 2 vol. Sur l’auteur, voi (...)
  • 452 Kotzebue (August Friedrich Ferdinand von), Erinnerungen aus Paris im Jahre 1804, Berlin : Heinrich (...)
  • 453 Kotzebue (August Friedrich Ferdinand von), Meine Flucht nach Paris im Winter 1790, Leipzig : Paul (...)
  • 454 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., 2 vol. Sur l’auteur, voir Oxford Dictio (...)

29En 1803, le journaliste et éditeur anglais Francis Blagdon, publie anonymement son Paris as it was and as it is, ouvrage qui connaît un certain succès d’estime en Angleterre451. En 1789-1790, Blagdon est à Paris. Il y revient lors des préliminaires de la paix d’Amiens en octobre 1801. Esprit encyclopédique, bien de son siècle, il offre au lecteur un véritable guide de la capitale française. En 1804, le dramaturge allemand August von Kotzebue publie ses Souvenirs de Paris rapidement édités en France452. Comme Blagdon, Kotzebue fait un voyage à Paris en 1790 dont il tire un premier récit453. Les Souvenirs de son second voyage sont intéressants parce que Kotzebue, affligé par un incurable esprit de sérieux, est très bavard et sentencieux : il a des idées bien arrêtées sur à peu près tout, et le jugement facile. Enfin, en 1806, John Pinkerton publie ses Recollections of Paris454. Personnage excentrique, entouré d’une mauvaise réputation de libertin et théoricien de la supériorité des Germains sur les Celtes, il est tout à la fois historien de l’Écosse, collecteur de ballades, poète et numismate. En 1802, il part pour Paris essayant de faire passer un périodique, la Critical Review, auprès des libraires français puis retourne en Angleterre en 1805. De son voyage, il tire ses Recollections qui diffèrent des autres récits par un ton plus léger. Ces six portraits dressent un panorama varié de la littérature du voyage parisien sous la Révolution. Diversité des professions d’abord. Il s’y trouve un diplomate, un journaliste, un homme de théâtre, un poète, un naturaliste et un astronome. Diversité des formes du récit ensuite. Certains sont des carnets de voyage, parfois publiés tardivement, d’autres des récits épistolaires empruntant à la fiction narrative de la « lettre à un ami », et d’autres encore prennent l’allure des guides de voyage organisés en chapitres autour des hauts-lieux de la capitale. Diversité des intérêts naturalistes enfin. Les travaux de Link touchent principalement à la botanique, Pinkerton s’intéresse davantage à la minéralogie et Kotzebue se pique d’anatomie humaine et comparée.

Le lion et le chien Gravure extraite du volume 3 de la Décade philosophique | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 455 Autres voyageurs, Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich…, [1796], op. cit. ; Heinzmann (...)
  • 456 Les références de ces récits sont abrégées ici ainsi que dans les notes suivantes : Rebmann, 1796, (...)
  • 457 Meyer, 1798, vol. 2, p. 64 (girafe empaillée) et p. 65 (squelette de girafe) ; Bugge, 1801, p. 152 (...)
  • 458 Bugge, 1801, p. 155 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 148.
  • 459 Kotzebue, 1805, vol. 2, pp. 149-150 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 92.
  • 460 Meyer, 1798, vol. 2, p. 72 (cèdre) ; Heinzmann, 1800, p. 135 (cèdre) ; Bugge, 1801, p. 160 (anecdo (...)
  • 461 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Bugge, 1801, pp. 159-160 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194. Les citation (...)
  • 462 Rebmann, 1796, partie II, p. 32 ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 73. La citation est de Meyer. Voir Tosca (...)
  • 463 Rebmann, 1796, partie II, p. 32 (attente) ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 73 (attente) ; Heinzmann, 1800 (...)
  • 464 Heinzmann, 1800, p. 135.

30Ces six écrivains voyageurs et quelques autres rapportent les « choses qui méritent d’être vues » selon le titre d’un chapitre de Kotzebue qui renferme, notamment, la description du Muséum455. Et ils voient généralement les mêmes choses, les principales curiosités du jardin comme du cabinet. La liste des incontournables, équivalents des chefs d’œuvres au Muséum des arts, est assez réduite : les éléphants de la ménagerie456 ; les deux girafes, celle du cabinet d’anatomie comparée et celle du cabinet d’histoire naturelle457 ; les ours rapportés de Berne458 ; le « crocodile » saisi à Maastricht par les commissaires459. Ces objets sont le plus souvent de grands animaux, ce qui témoigne du goût des promeneurs pour les spécimens spectaculaires de la ménagerie et du cabinet. Ils proviennent tous des saisies révolutionnaires. Chargés d’histoire, ces spécimens sont à la fois les fruits et les reliques de l’épisode révolutionnaire. Les récits des voyageurs font aussi une large place aux anecdotes qui entourent l’existence du Muséum : le cèdre du Liban, planté par Bernard Jussieu et décapité par un boulet de canon dans la furie révolutionnaire460 ; le piédestal autrefois occupé par le buste de Linné et brisé, au temps du « peuple souverain », par les « Iconoclastes »461 ; l’histoire d’amitié entre le lion et le chien braque qui « depuis plusieurs années couchait entre ses ongles, & jouait sans crainte avec sa majestueuse crinière »462 ; l’histoire d’amour entre les deux éléphants Hans et Parkie, dont on suit les différentes étapes, des difficultés du transport à Paris à la mort de Hans en passant par le bonheur des retrouvailles au Muséum463. C’est toute une fable morale que proposent ces voyageurs qui, d’un côté, nous désignent les reliques du vandalisme et, de l’autre, nous enchantent des « grands sentiments » de ces nobles animaux464 :

J’ai vu aussi les deux éléphans qu’on avoit amenés de Hollande, et qui, après avoir été séparés l’un de l’autre pendant ce long voyage, se revirent, les larmes aux yeux, rejoints dans une même loge ! Leur gardien, un Anglois, les traite comme un berger ses brebis, ou comme le maître vit avec son fidèle chien. Quand il s’approche d’eux, ils visitent avec leurs trompes ses poches, en retirant les morceaux de pain ; ils le caressent et ils le suivent. Ils le regardent tendrement comme leur meilleur ami ! Lorsqu’il arrive, leurs yeux ne sont tournés que sur lui ; ils obéissent à sa voix. Ils méprisent tous les spectateurs qui veulent les narguer, et ils expriment leur colère par des mouvements de leurs corps et des cris ! — Noble animal ! tu n’es sans doute pas sans de grands sentimens dans ta prison ! On le voit dans tes yeux pétillans et doux, que tu demandes de la compassion, de l’amitié et de l’amour !

31La fable est aussi un discours politique qui fait contraster l’épisode barbare de la Terreur aux temps plus sages de la République directoriale et du Consulat.

  • 465 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 91.
  • 466 Ibid., vol. 1, p. 91.
  • 467 Blagdon, 1803, vol. 1, pp. xvi-xvii.
  • 468 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 25 et p. 153. Les autres ouvrages cités sont : [Lévis (Pierre-Marc-Gast (...)
  • 469 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 107-108 : « Arrivée des éléphants du Stathoud (...)
  • 470 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, pp. 133-138 puis pp. 194-199 : « Ménageri (...)
  • 471 Décade philosophique, vol. 12, décembre 1796 à janvier 1797, pp. 351-358 : « Lettre d’un parieur a (...)

32En 1806, Pinkerton raconte encore deux anecdotes pour faire rire son lecteur. Il nous apprend que le cerveau de Daubenton est conservé dans un bocal : même mort, l’illustre savant sert encore bien la science465. Il nous dit également qu’un gardien vorace met à ses menus les cadavres des animaux de la ménagerie : Pinkerton s’amuse alors de la menace cannibale qui plane sur les professeurs avant la mort salutaire du garde466. À l’exception de ces deux anecdotes singulières, si les voyageurs mentionnent souvent les mêmes objets, et plus encore, s’ils racontent les mêmes histoires, c’est aussi parce qu’ils lisent les mêmes livres quand ils ne se lisent pas les uns les autres. Blagdon avoue avoir construit son récit autour de ce qu’il a vu à Paris mais aussi de ce qu’il a lu sur la capitale. Il mentionne notamment Mercier, probablement Louis-Sébastien ou peut-être Claude-François-Xavier, auteur d’un Manuel du voyageur, et Jean-Baptiste Pujoulx, l’auteur des Promenades au Muséum et du Paris à la fin du xviiie siècle467. Plumptre cite les récits parisiens d’autres voyageurs anglais comme ceux de Weston, de Carr, de Thomas Holcroft, A few Days in Paris sans nom d’auteur et surtout le Paris as it was and as it is de Blagdon auquel elle renvoie régulièrement468. Les voyageurs étrangers lisent également la presse périodique parisienne, notamment le Magasin encyclopédique et la Décade philosophique. Ils y puisent une bonne part de leurs anecdotes comme le parcours des éléphants469, l’histoire du lion de la ménagerie470 ou celle de Bijou, le gardien vorace de la ménagerie471.

  • 472 Rebmann, 1796, partie II, p. 20 ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 191 ; Plum (...)
  • 473 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 86.

33Mais ces récits importent surtout par là où ils pèchent aux yeux des historiens : les voyageurs jugent beaucoup et ouvertement. Or ces jugements sur le Muséum se ressemblent souvent. Les allées du jardin offrent des promenades publiques agréables et, du haut du belvédère, un beau tableau sur la ville472. Les écoles des plantes sont ordonnées, la culture bien soignée et les arbres étrangers admirables473. Les discordances sont rares.

Visite de la Galerie des oiseaux
Gravure (détail) extraite des Promenades au Jardin des plantes de Pujoulx (1803) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 474 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71.
  • 475 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 86.
  • 476 Ibid., vol. 1, p. 89.
  • 477 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 147.
  • 478 Link, 1803, vol. 1, p. 37 ; Carr, 1803, p. 145 ; Blagdon, 1803, vol. 2, p. 473 ; Forbes, 1806, vol (...)
  • 479 Meyer, 1798, vol. 2, p. 62 ; Link, 1803, vol. 1, p. 38 ; Carr, 1803, p. 145 ; Kotzebue, 1805, vol. (...)
  • 480 Meyer, 1798, vol. 2, p. 62 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 98 ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 104 ; For (...)
  • 481 Meyer, 1798, vol. 2, p. 60 ; Bugge, 1801, pp. 151-152 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 152 ; Forbes, 1 (...)
  • 482 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 152-153.
  • 483 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 33 : « This is indeed worthy of a liberal an liberal and enlightened na (...)

34Meyer se moque du kiosque à la chinoise élevé par Verniquet en 1786 en haut du belvédère comme d’une « puérilité d’architecture de mauvais goût [qui] dépare la belle simplicité de tout » surmontée d’une « niaise inscription, Lumine & calore sol mundum vivificat »474. Pinkerton ironise sur l’incongruité d’une disposition régulière, dans le « goût français », d’un jardin dédié au spectacle de la Nature, et s’amuse des orangers si bien taillés qu’on les croirait passés chez le perruquier475. Il critique aussi la ménagerie, qui ne contient rien de bien rare476. Seules les serres sont régulièrement dénigrées, notamment par Kotzebue qui les compare à de « misérables cabanes » où l’on « est obligé de marcher le dos courbé, à travers toutes sortes de broussailles, et de suivre un garçon jardinier mal-propre, qui ne vous indique que le chemin ; et l’on est très-content à la fin de se retrouver en plein air »477. Mais, plus que les jardins, c’est le Cabinet national d’histoire naturelle qui retient l’attention des voyageurs. Il leur apparaît presque complet, au moins pour les parties minéralogique et zoologique478. Son ordonnancement suscite aussi un concert d’éloges à l’exception de Pinkerton qui regrette que certains spécimens soient placés si haut dans les armoires qu’on ne peut les voir sans se hausser479. La propreté des galeries, le soin apporté aux collections et leur mise en scène sont aussi généralement appréciés480. Plus important peut-être, les voyageurs insistent sur la libéralité d’accès aux collections nationales, sur la gratuité de l’entrée, sur le privilège accordé aux étrangers qui sont admis tous les jours et sur les prévenances du chef des gardes Lucas481. Selon Kotzebue, cette politique de large ouverture « entraîne l’étranger à la reconnaissance la plus vive envers un gouvernement qui, avec des intentions aussi libérales, communique, donne, ouvre, tout ce qui peut encourager les étrangers, comme les naturels du pays, à la perfection des sciences »482. De même, Plumptre écrit à propos des musées parisiens que leur facilité d’accès est « bien digne d’une nation libérale et éclairée »483.

  • 484 Meyer, 1798, vol. 2, p. 58, p. 62.

35L’appréciation de ces voyageurs procède souvent de comparaisons explicites avec ce qu’ils connaissent déjà. C’est une manière de juger de la valeur relative des collections naturalistes. Parfois, ils comparent le Muséum révolutionnaire avec le Jardin et le Cabinet du temps de Buffon. En 1798, Meyer juge ainsi le Muséum484 :

[Il] brille d’un plus grand éclat que le ci-devant Cabinet Royal d’histoire naturelle. Le jardin est considérablement aggrandi [sic], & orné d’un grand auditoire en amphithéâtre ; le bâtiment du Musée est fort augmenté ; les séances sont plus fréquentées, ordonnées avec un meilleur système & mieux tenues ; sa disposition a subi une entière métamorphose, & le Musée est devenu un établissement d’instruction publique […].
Ce n’est point en vérité pour diminuer le mérite d’un homme, bien supérieur à mes éloges, que je remarque, d’après la comparaison que je peux en faire avec ce que j’ai vu douze ans avant, que l’établissement actuel a de très-grands avantages, & très-sensibles à la vue, sur celui qui était sous la direction de Buffon.

  • 485 Blagdon, 1803, vol. 2, pp. 452-453 : « Notwithstanding the improved state to which Buffon had brou (...)

36En 1804, Blagdon, dont le récit tout entier fait contraster la France d’Ancien Régime et celle du Consulat, écrit à peu près la même chose : « Malgré l’amélioration de cet établissement déjà sous Buffon, ses richesses sont désormais tellement augmentées par le soin conjugué de plusieurs savants qui en ont depuis la direction, par l’attention constante que lui porte le gouvernement et même par les conquêtes des armées françaises que cette collection d’histoire naturelle peut être regardée à ce jour comme la meilleure qui soit »485. Dans ces comparaisons entre deux périodes de l’institution trois sentiments sont mêlés : tout a augmenté (la taille des collections, l’espace des bâtiments, le nombre des cours) ; le sens de l’institution a changé en devenant un lieu dédié à l’instruction publique ; la mobilisation inédite de tout le corps savant et politique s’est avérée plus efficace que l’implication du seul Buffon et le patronage royal.

  • 486 Carr, 1803, p. 144 : « which is considered to be the largest and most valuable botanical garden in (...)
  • 487 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 147.
  • 488 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 106.
  • 489 Forbes, 1806, vol. 2, p. 193.
  • 490 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 90.
  • 491 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 149.
  • 492 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 102. Voir aussi Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, o (...)
  • 493 Blagdon, 1803, vol. 2, p. 453.

37Plus souvent, les voyageurs étrangers comparent le Muséum aux autres collections européennes, habituellement celles de leur pays. Le Jardin des plantes « est considéré comme le jardin botanique le plus grand et plus précieux d’Europe »486. Mais, par rapport à d’autres grandes serres d’Europe, celles du Muséum paraissent bien médiocres. Kotzebue les juge très inférieures à celles de Schönbrunn arrangées avec plus de goût mais « sans préjudice pour la science »487. Plumptre les trouve sans comparaison avec celles du Kew Garden de Londres488. Forbes considère les serres de Schönbrunn, de Kew, mais aussi de certains aristocrates anglais bien supérieures à tout point de vue489. Seul Pinkerton se distingue encore, trouvant les serres du Muséum plus productives490. Contrairement aux serres, les galeries du Muséum sont jugées plus riches que les autres cabinets européens. Kotzebue observe que « ce qui rend le jardin des plantes très-intéressant, et ce qui engage à le visiter fort souvent, malgré son grand éloignement, c’est la galerie d’histoire naturelle, unique dans le monde »491. Plumptre y remarque peu de choses qu’elle n’a pas déjà vues au Leverian Museum, mais trouve néanmoins le cabinet du Muséum supérieur par son ordre et sa propreté492. Blagdon considère sa collection comme la plus belle qui existe493. Ces quelques voyageurs sont passés au Muséum vers 1802, c’est-à-dire au moment du réarrangement final du cabinet. Tous leurs jugements particuliers mais concordants, rendus publics et diffusés par l’imprimé, fabriquent la réputation de « grandeur » du Muséum, c’est-à-dire le sentiment de sa distance d’avec les autres grandes collections européennes.

Les nouvelles serres tempérées construites entre 1795 et 1800 par Molinos. Dessin de 1800 Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

*

38Dans la période révolutionnaire, l’ouverture publique des collections du Muséum est finalement ce qui a sans doute le moins changé depuis l’ère Buffon malgré la récurrence des discours réclamant la démocratisation de l’accès aux musées. Le Cabinet du roi était déjà largement ouvert aux curieux à la fin de l’Ancien Régime et sous des conditions très semblables. Vers 1800, sous le nom de Muséum, les collections nationales sont désormais indissociablement propriété nationale et accessibles au public, le lien entre ces deux notions étant la principale nouveauté de la période révolutionnaire. Les collections sont toujours la propriété d’une personne morale, mais celle-ci n’est plus la même : la Nation a remplacé le Roi déchu. La nature de la propriété a changé, les motifs de l’accessibilité également. Sous l’Ancien Régime, il s’agit d’une faveur royale accordée à des sujets au nom de l’intérêt public. La Révolution met en cohérence les deux acceptions du terme public. C’est désormais parce que les collections sont propriétés nationales qu’il faut les ouvrir au public ; et c’est parce qu’elles visent l’utilité publique qu’il faut y faciliter l’étude. Parmi les visiteurs, on rencontre une large part de la population parisienne et de nombreux étrangers de passage qui viennent surtout pour les animaux, les fauves de la ménagerie et les oiseaux du cabinet. Parmi les naturalistes et simples curieux, on trouve quelques voyageurs étrangers qui publient leurs impressions de voyage sur le Muséum. Dans leurs pérégrinations parisiennes, la visite des trois grandes institutions muséales est une étape obligée. Tous consacrent au moins quelques lignes au Muséum, remarquant les même spécimens et racontant souvent les mêmes anecdotes. Seule exception, Pinkerton, souvent drôle ou extravagant et qui prend régulièrement le contre-pied des autres voyageurs. Or la plupart de ces auteurs se lisent entre eux, se citent et se basent sur les mêmes ouvrages, guides urbains ou périodiques savants. Les mêmes références sont ainsi reprises d’un texte à l’autre et diffusées par l’impression auprès du public indistinct des lecteurs. C’est sans doute dans ces circulations monotones — d’où cette impression que les textes tournent en rond — que se fabrique la réputation publique du Muséum. Et dans les premières années du siècle, le Jardin des plantes et le cabinet national sont réputés être les collections naturalistes les plus importantes d’Europe.

Notes

348 Lacour (Pierre-Yves),« Ricomporre la coppia pubblico/privato… », art. cit.

349 Findlen (Paula), Possessing Nature…, op. cit., pp. 129-146 ; Chapron (Emmanuelle) (sous la dir.), L’Europe à Nîmes : les carnets de Jean-François Séguier, 1732-1783, Avignon : A. Barthélemy, 2008, 307 p. ; Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics. Paris et Strasbourg au xviiie siècle, mémoire de Master 2 [Boudia Soraya dir.], Strasbourg : Université Louis Pasteur, 2007, 110 p.

350 Duchesne (Henri Gabriel) & Macquer (Pierre Joseph), Manuel du naturaliste, Paris : G. Desprez, 1771, p. viii.

351 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique… art. cit., p. 259.

352 AN, F/17/1277 : Lettre des commissaires à la Commission des arts. Bonn, le 24 frimaire an III.

353 Drouin (Jean-Marc), « Le Jardin des plantes à travers la Décade philosophique », in Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Jardin entre science et représentation, op. cit., pp. 54-55.

354 Chappey (Jean-Luc), « L’Anthropologie et l’histoire naturelle de l’Homme en 1800. Les enjeux d’un héritage », Annales historiques de la Révolution française, no 320, 2000, p. 54.

355 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 82-83.

356 Turcot (Laurent), Le Promeneur à Paris au xviiie siècle, Paris : Gallimard, 2007, pp. 294-304 (Le Promeneur). Voir Almanach du voyageur à Paris, Paris : [s. n.], 1787, vol. 2, pp. 45-52. Dans la rubrique « Jardins publics » sont recensés le jardin des Tuileries, celui du Luxembourg, celui de l’Infante, celui de l’Arsenal, celui du Palais-Royal et le Jardin royal des plantes.

357 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock. Voyage en France (1783-1786)[trad. de l’anglais par Balleyguier Delphin O.], Paris : Perrin & Cie, 1896, pp. 32-33.

358 Ibid., p. 33 ; Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 33 ; Lamy (Édouard), Les Cabinets d’Histoire naturelle en France au xviiie siècle et le Cabinet d’Histoire naturelle du Roi au Jardin Royal des Plantes à Paris (1635-1793), Paris : Chez l’auteur, 1930, p. 51, n. 2. Cradock remarque qu’il est ouvert de « quatre à six en été, et de onze à une heure en hiver » ; Lamy observe qu’en 1787, il est « ouvert mardi et jeudi après-midi depuis la Saint-Martin jusqu’à la Saint-Louis ».

359 Hermann (Jean), « Notes de Jean Hermann sur quelques cabinets parisiens de curiosités. 1762-1763 » [édité par Wickersheimer Ernest], Bulletin de la Société des sciences, d’agriculture et arts du Bas-Rhin, vol. 50, fasc. 1, 1921, pp. 14-25.

360 Cité in Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 82.

361 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 33.

362 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit.

363 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 61 ; Thouin (André), « Description du Jardin des semis du Muséum d’Histoire naturelle... », art. cit., p. 269.

364 Blanvillain (J.-F.C.), Le Pariséum…, An XII, op. cit., p. 114. Les horaires d’ouverture évoluent au cours de la période. En l’an IV(Meyer), VII (Mercier de Compiègne et Bugge) et IX (Almanach parisien) : pour les curieux, ouvert les 1, 4 et 7 de chaque décade, depuis trois heures jusqu’à sept en été, et depuis trois heures jusqu’à la fin du jour en hiver ; pour les étudiants, ouvert les 2, 3, 5, 6, 8 et 9 de chaque décade. En 1802 (Blagdon), 1806 (Bouge) et 1807 (Blanvillain) : pour les curieux les mardis et vendredis après-midi ; pour les étudiants, les lundis, mercredis et samedis de 11 heures à 14 heures.

365 Sur la Bibliothèque nationale : Mercier de Compiègne (Claude-François-Xavier), Manuel du voyageur à Paris…, An VII, op. cit., p. 1 ; Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., vol. 2, p. 337. Sur le Musée central des Arts : Meister (Henri), Souvenirs de mon dernier voyage à Paris (1795), Paris : Alphonse Picard & fils, 1910, p. 119 ; Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 175.

366 Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich in Briefen geschrieben, auf einer Reise von der Niederelbe nach Paris in Jahr 1796 und dem fünften der französischen Republik, Paris ; Kolln : [s. n.], [1796], partie II, p. 20.

367 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 61.

368 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., pp. 151-152.

369 Pour l’Ancien Régime, voir Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 32 ; Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, p. 33 ; Lamy (Édouard), Les Cabinets d’Histoire naturelle en France…, op. cit., pp. 46-50. Pour le Muséum, hormis Bugge cité plus haut, voir Weston (Stephen), The Praise of Paris…, 1803, op. cit., p. 102 (sur Faujas) ; Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 98 (sur Lucas).

370 Lettre de Grégoire, président du Comité d’Instruction publique, à l’administration du Muséum d’Histoire naturelle. Paris, le 21 septembre 1793. Reproduit in Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi… », art. cit., pp. 162.

371 Heinzmann (Johann Georg), Voyage d’un Allemand à Paris…, 1800, op. cit., p. 136.

372 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 91 ; Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., vol. 2, p. 452 ; Outram (Dorinda), « Le Muséum d’Histoire naturelle après 1793… », art. cit., p. 29.

373 AN, F/17/1229 : Lettre de Jussieu au directeur de la Commission d’Instruction publique. Paris, le 17 floréal an IV.

374 AN, F/17/1229 : Rapport présenté au ministre de l’Intérieur. Paris, le 13 prairial an IV.

375 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 79-81. Le mari jaloux est exposé publiquement aux côtés du squelette de l’éléphant disséqué par Daubenton.

376 AN, AJ/15/501 : Règlement du Jardin royal des plantes. 1729. Art. XIV. Reproduit in Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 178. Il n’est pas clair s’il s’agit de l’ensemble du Jardin ou seulement d’une de ses parties.

377 AN, AJ/15/502 : « Règlement pour les Garçons-jardiniers et autres employés à la Culture du Jardin du Roy ». 1788. Art. 12 et 13. Cité in Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes…, op. cit., p. 255.

378 Duris (Pascal), Linné et la France…, op. cit., pp. 77-87.

379 Ibid., pp. 96-99 ; Burstin (Haim), Une Révolution à l’œuvre…, op. cit., p. 682.

380 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 71.

381 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 160. Je traduis.

382 Cité in Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi… », art. cit., pp. 55-56 ; Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes…, op. cit., pp. 304-305.

383 MNHN, Ms 308 : Lettre de Thouin à l’agent national de la Commune de Paris. Paris, le 12 germinal an II. Cité in Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes…, op. cit., p. 389.

384 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, pp. 74-75. Voir aussi Jauffret (Louis François), Voyage au jardin des plantes…, An VI, op. cit., p. 146. Dans les parcs à daims, le jeune Gustave « vient me joindre en courant, et me dit que cet écriteau était un Avis au Public où l’on engage tous les citoyens à respecter le Jardin des Plantes, par plusieurs motifs : 1 ° Parce que c’est une propriété nationale. 2 °. Ici Gustave chercha en vain dans sa mémoire la suite de l’avis… Je l’ai oublié, ajouta-t-il, parce que cet avis est fort long […] ». Il est remarquable que c’est d’abord le caractère de « bien public » du Jardin des plantes qui est mis en avant, y compris pour les enfants. Cet impératif de respect de la propriété nationale se retrouve également sur les pancartes apposées au Muséum central des arts.

385 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 75 : « L’effet d’une telle inscription, ou même d’un simple ruban avec ces mots, on ne passe pas ici, est plus puissant sur le peuple de Paris que les grandes grilles armées de pointes de fer à l’entrée des parcs & des jardins des princes & des nobles en Allemagne, ou les poteaux chargés d’inscriptions qui menacent de peine capitale ceux qui, par quelque attouchement, manqueront à la majesté du lieu. Précaution avilissante, qui gâte la jouissance même de l’homme raisonnable auquel on accorde le privilège de fouler cette terre privilégiée, en l’accompagnant de telles instructions paternelles ».

386 Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi… », art. cit., pp. 55.

387 L’Almanach national de France, l’an deuxième…, Paris : Testu, An II [1793/1794], p. 483. Guillotte n’est pas mentionné dans les almanachs des années suivantes. Voir aussi Lamy (Édouard), Les Cabinets d’Histoire naturelle en France…, op. cit., p. 57.

388 Cité in Burstin (Haim), Une Révolution à l’œuvre…, op. cit., p. 682.

389 AN, AJ/15/96 : Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs. Police du jardin. An VI. Cité in Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 79.

390 AN, AJ/15/502 : « Adresse et projets de règlements présentés à l’Assemblée nationale par les officiers du Jardin des plantes et du Cabinet d’Histoire naturelle ». 1790. Cité in Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 125, n. 310.

391 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit.

392 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 151 et p. 158. Sur le vol de juin 1795, voir AN, F/17/1229 : Lettre des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle à la Commission d’Instruction publique. Paris, le 22 prairial an III.

393 Sur les Lucas, voir Lamy (Édouard), Les Cabinets d’Histoire naturelle en France…, op. cit., p. 57 ; Jaussaud (Philippe), « Lucas, Jean, André, Henry » et « Lucas, Jean-François », in Brygoo (Édouard-Raoul) & Jaussaud (Philippe) (sous la dir.), Du Jardin au Muséum…, op. cit., pp. 359-360 et pp. 362-363.

394 « Extrait de la consigne établie pour les factionnaires et garçons de service des galeries du Muséum d’Histoire naturelle. Séance du 4 brumaire an VIII », reproduit in Fischer (Gotthelf), Das Nationalmuseum…, 1802-1803, op. cit., vol. 1, pp. 546-547.

395 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoire sur les cabinets…, 1790, op. cit. Il ajoute aussi à propos du cabinet projeté : « Que l’ouverture publique du cabinet ne se fasse point l’après-midi, c’est-à-dire aux heures où les promeneurs et les gens oisifs cherchent de la dissipation contre l’ennui ; mais qu’elle se fasse le matin, époque de la journée plus particulièrement destinée au travail, surtout dans les recherches relatives aux sciences ».

396 AN, AJ/15/836 : Lettre des professeurs administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle à la Commission d’agriculture et des arts. Paris, le 15 fructidor an III.

397 MNHN, Ms 457 : Second rapport de la Commission des travaux publics sur le Muséum. Paris, 1794. Cité in Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 265.

398 Par exemple dans AN, F/17/1229 : Rapport présenté au ministre de l’Intérieur. Paris, le 13 prairial an IV. « Le Muséum d’Histoire naturelle étant consacré à l’étude, plus encore qu’à la curiosité, personne ne peut trouver mauvais qu’il y ait des jours réservés aux étudiants ».

399 Spary (Emma C.), « Le Spectacle de la Nature… », art. cit., pp. 464-466 ; ici, p. 465.

400 Fischer (Gotthelf), Das Nationalmuseum…, 1802-1803, op. cit., vol. 2, pp. 3-7.

401 Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 266.

402 CEBNF, collection Destailleurs. IFN – 7744323 à IFN – 7744334.

403 Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., vol. 2, pp. 449-450 ; ici, p. 449 : « The courses of zoology and mineralogy take place in the halls of the cabinet containing the collections corresponding to each of those sciences ». Je traduis. Blagdon indique encore que les leçons d’anatomie, de chimie et de botanique sont dispensées dans l’amphithéâtre et celles d’iconographie naturaliste à la bibliothèque.

404 [Brayer de Beauregard (Jean-Baptiste Louis)], Panorama de Paris…, 1805, op. cit., pp. 207-210 : « Cours publics relatifs à l’enseignement de l’histoire naturelle » ; ici p. 209.

405 Weston (Stephen), The Praise of Paris…, 1803, op. cit., pp. 58-59 : « These lectures [Faujas] were always well attended, and he never seemed to read to a thin audience. There were among his hearers women as well as men, who came to study nature, and partake of the liberality of the nation ».

406 Daszkiewicz (Piotr) & Tarkowski (Radoslaw), « Les Auditeurs polonais des cours de minéralogie au Muséum national d’Histoire naturelle, Paris », C. R. Géoscience, no 338, 2006, pp. 809-814.

407 http://www.lamarck.cnrs.fr/auditeurs/Voir Bange (Raphaël), « Base de données pour une étude prosopographique. Les auditeurs du cours de Lamarck au Muséum national d’Histoire naturelle (1795-1823) », Annales historiques de la Révolution française, no 320, 2000, pp. 205-212. Les graphiques sont réalisés à partir des données du site Lamarck.

408 Bange (Raphaël) & Corsi (Pietro), « The Students of Lamarck in Numbers » [Non publié, disponible sur http://www.lamarck.cnrs.fr/]. Voir aussi Bange (Raphaël), « Base de données pour une étude prosopographique… », art. cit. pp. 209-211. L’auteur interprète l’évolution dans une plus longue durée, entre le Directoire et la Restauration comme le signe d’un « changement de modèle, un passage progressif entre le public très hétéroclite des premières années, public composé en bonne partie d’amateurs dans la tradition des Lumières, où furent notamment un grand nombre de quadragénaires, quelques retraités mais aussi à l’inverse quelques enfants parfois très jeunes, alors que les dernières années du registre renvoient à une autre logique, correspondant davantage à l’organisation des études secondaires sous la Restauration, marquée par la forte présence des étudiants en médecine et en pharmacie qui viennent compléter leur formation scientifique en suivant les enseignements du Muséum national d’Histoire naturelle ».

409 Sur les jeunes Danois, voir Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., pp. 153-154.

410 Sur les cours de Cuvier, voir Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 2, p. 384 ; sur les leçons de Van Spaendonck, voir Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 546-552 ; notamment p. 548 : « Sur la bibliothèque du Muséum » ; Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum…, op. cit., vol. 1, pp. 154-155.

411 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 1, p. 73.

412 MNHN, Ms 457 : Second rapport de la Commission des travaux publics sur le Muséum. Paris, 1794. Cité in Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., p. 265.

413 Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., p. 151 : « It is crowded by all sorts of people, who come there not for instruction, but merely to view the place, by way of amusement ».

414 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2 (1751), entrée : « Cabinet d’histoire naturelle ».

415 Rusque (Dorothée), Les Collections d’Histoire naturelle et leurs publics…, op. cit., p. 53.

416 Sur les vulgarisateurs, voir Chappey (Jean-Luc), « Enjeux sociaux et politiques de la ‘vulgarisation scientifique’… », art. cit.

417 Sur la vente des guides par le libraire du Jardin, voir Blanvillain (J. -F. C.), Le Pariséum…, An XII, op. cit., p. 115.

418 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., vol. 2, p. 10. Voir aussi, à propos de la salle des végétaux, vol. 1, p. 196 : « Je le répète, j’ai dû parcourir rapidement cette galerie, parce que les objets sur lesquels j’ai pu m’étendre n’offrent un véritable intérêt que pour le naturaliste ; j’ai d’ailleurs remarqué qu’on visite toujours cette salle avec une sorte d’impatience bien naturelle, à cause du voisinage des autres galeries, qui offrent un attrait plus puissant à la curiosité ».

419 Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes…, An VI, op. cit., 244 p.

420 Reboul (Robert-Marie), Louis-François Jauffret. Sa vie et ses œuvres, Paris : Baur & Detaille, 1869, 147 p. ; Chappey (Jean-Luc), La Société des Observateurs de l’Homme…, op. cit., pp. 88-98, pp. 387-389 et pp. 501-502.

421 Jaume Saint-Hilaire (Jean-Henri), Notice des principaux objets d’histoire naturelle…, An IX, op. cit., p. 5.

422 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes…, 1803, op. cit., 2 vol. Le titre est repris par Louis Rousseau (1837), Léon Guérin (1850) et Pierre Dambolle (1895).

423 Pujoulx (Jean-Baptiste), Paris à la fin du xviiie siècle..., Paris : B. Mathé, An IX [1800/1801], 388 p.

424 Tourneux (Maurice), Bibliographie de l’Histoire de Paris…, op. cit., vol. 3, pp. 613-621 : ménagerie (14 soit 60,5 %) ; cabinet (1 soit 4,5 %) ; jardin (4 soit 17,5 %) ; ensemble des collections (4 soit 17,5 %).

425 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit.

426 Ibid., p. 487 et p. 492.

427 AN, F/17/1229 : Rapport du Muséum national d’Histoire naturelle annoté par Molinos. Paris, le 9 messidor an II.

428 Ibid. La section parisienne no 47 est appelée « Jardin-des-Plantes » de 1790 à août 1792 puis à nouveau à partir de février 1795 et « Sans-Culottes » pendant la Terreur. Sur le faubourg Saint-Marcel, voir Burstin (Haim), Une Révolution à l’œuvre…, op. cit.

429 Moreau (Jean-Baptiste), Voyage en France… en 1796, op. cit., p. 13.

430 Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich…, [1796], op. cit., partie II, pp. 20-21 : « Dieser Garten dient auch wegen seiner schönen Aussicht zu einer Promenade, welche an Sonn-und Festtagen sehr fleissig besucht wird. Man findet hier die ehrbaren Bürger aus drosen [sic] Theilen [sic] der Stadt, und hauptsächlich aus der Faubourg St. Antoine. Diese Bürger-Klasse, welche man unter dem Namen petit bourgeois begreist [sic], läst sich auf diesen Spaziergängen gemächlich beobachten. Die macht eigentlich die rechtliche Menschenart, durch welche die Republik, trotz allen Teufeln, die daran nagen, bestehen wird ». Je traduis. Sur le faubourg Saint-Antoine, voir Monnier (Raymonde), Le Faubourg Saint-Antoine. 1789-1815, Paris : Société des études robespierristes, 1981, 367 p. (Bibliothèque d’histoire révolutionnaire ; 21).

431 Humboldt (Wilhelm von), Journal parisien (1797-1798), op. cit., p. 83.

432 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., vol. 2, p. 74.

433 Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 32.

434 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 85.

435 Fischer (Gotthelf), Das Nationalmuseum…, 1802-1803, op. cit., vol. 2, p. 30.

436 Plumptre (Anne), A Narrative of Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Departments from the Year 1802 to 1805…, London : Impr. de R. Taylor, 1810, vol. 1, p 106.

437 Blanvillain (J.-F.C.), Le Pariséum…, An XII, op. cit., p. 115.

438 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit., p. 493, n. 29.

439 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 87.

440 Ibid., vol. 1, p. 86-87.

441 Ibid., vol. 1, p. 89.

442 Burkhardt (Richard W.), « La ménagerie et la vie au Muséum », art. cit., p. 486.

443 Plumptre (Anne), A Narrative…, 1810, op. cit., vol. 1, p. 104.

444 Roche (Daniel), Humeurs vagabondes…, op. cit., pp. 41-45. Voir aussi Marcil (Yasmine), La Fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique. 1750-1789, Paris : Honoré Champion, 2006, 650 p.

445 Boucher de la Richarderie (Gilles), Bibliothèque universelle des voyages..., Paris : Treuttel & Würtz, 1808, vol. 3, pp. 154-163. Les statistiques sont obtenues à partir des livres écrits en langues étrangères dont le titre porte explicitement sur Paris

446 Cox (Edward Godfrey), A Reference Guide to the Literature of Travel, Seattle : University of Washington Press, 1949, vol. 3, pp. 95-107.

447 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., vol. 1, p. 91. Le cabinet « may properly be styled the third wonder of Paris, after the national library, and the gallery of the Louvre ». Je traduis.

448 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragmente aus Paris im IVten Jahr der französischen Republik, Hamburg, Karl Ernst Bohn, 1797, 2 tomes en 1 vol.. Je pars de l’édition française : Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris, 1798, op. cit., 2 vol. Sur l’auteur, voir Nerlich (France), « David, peintre révolutionnaire : le regard allemand », Annales historiques de la Révolution française, no 340, 2005, pp. 23-45.

449 Bugge (Thomas), Reise til Paris i Aarene 1798 og 1799, Copenhagen : Fr. Brummer, 1799-1800, 654 p. Je pars de l’édition anglaise : Bugge (Thomas), Travels in the French Republic…, 1801, op. cit., 405 p.

450 Link (Heinrich Friedrich), Bemerkungen auf einer Reise durch Frankreich, Spanien und vorzüglich Portugal, Kiel : Neue academische Buchhandlung, 1801-1804, 3 vol. Je pars de l’édition française : Link (Heinrich Friedrich), Voyage en Portugal..., op. cit., 1803, 2 vol.

451 Blagdon (Francis William), Paris as it was and as it is…, 1803, op. cit., 2 vol. Sur l’auteur, voir Oxford Dictionary of National Biography, entrée : « Blagdon, Francis William ».

452 Kotzebue (August Friedrich Ferdinand von), Erinnerungen aus Paris im Jahre 1804, Berlin : Heinrich, Frölich 1804, 590 p. Je pars de l’édition française Kotzebue (Auguste), Souvenirs de Paris…, 1805, op. cit., 2 vol.

453 Kotzebue (August Friedrich Ferdinand von), Meine Flucht nach Paris im Winter 1790, Leipzig : Paul Gotthelf Kummer, 1791, 310 p.

454 Pinkerton (John), Recollections of Paris…, 1806, op. cit., 2 vol. Sur l’auteur, voir Oxford Dictionary of National Biography, entrée : « Pinkerton, John ».

455 Autres voyageurs, Rebmann (Georg Friedrich), Holland und Frankreich…, [1796], op. cit. ; Heinzmann (Johann Georg), Meine Frühstunden in Paris. Beobachtungen, Anmerckungen und Wünsche Frankreich, und die Revolution betreffend..., Basel : Auf Kosten des Verfassers, 1800, 2 vol. Je pars de l’édition française : Heinzmann (Johann Georg), Voyage d’un Allemand à Paris…, 1800, op. cit. ; Carr (John), The Stranger in France. Or A tour from Devonshire to Paris, London, Johnson, 1803, 262 p. ; Weston (Stephen), The Praise of Paris…, 1803, op. cit. ; Frank (Joseph), Reise nach Paris und einem grossen Theile des übrigen Englands und Schottlands…, Wien : Camesina, 1804-1805, 2 vol. ; Forbes (James), Letters from France…, 1806, op. cit. ; Plumptre (Anne), A Narrative…, 1810, op. cit.

456 Les références de ces récits sont abrégées ici ainsi que dans les notes suivantes : Rebmann, 1796, partie II, p. 20 ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 73 ; Bugge, 1801, p. 155 ; Carr, 1803, pp. 144-145 ; Blagdon, 1803, vol. 2, p. 454 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 148 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 192 ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 105.

457 Meyer, 1798, vol. 2, p. 64 (girafe empaillée) et p. 65 (squelette de girafe) ; Bugge, 1801, p. 152 (squelette) ; Blagdon, 1803, vol. 2, p. 453 ; Carr, 1803, p. 145 (empaillée) ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 151 (empaillée) et p. 153 (squelette) ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 90 (squelette) ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 102 (empaillée).

458 Bugge, 1801, p. 155 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 148.

459 Kotzebue, 1805, vol. 2, pp. 149-150 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 92.

460 Meyer, 1798, vol. 2, p. 72 (cèdre) ; Heinzmann, 1800, p. 135 (cèdre) ; Bugge, 1801, p. 160 (anecdote) ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 148 (anecdote) ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194 (anecdote) ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 106 (cèdre).

461 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Bugge, 1801, pp. 159-160 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194. Les citations sont de Meyer et de Bugge.

462 Rebmann, 1796, partie II, p. 32 ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 73. La citation est de Meyer. Voir Toscan (Georges), Histoire du lion de la ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle et de son chien, Paris : Cuchet, An III [1794/1795], 40 p.

463 Rebmann, 1796, partie II, p. 32 (attente) ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 73 (attente) ; Heinzmann, 1800, p. 135 (amour) ; Blagdon, 1803, vol. 2, p. 454 (mort de Hans).

464 Heinzmann, 1800, p. 135.

465 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 91.

466 Ibid., vol. 1, p. 91.

467 Blagdon, 1803, vol. 1, pp. xvi-xvii.

468 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 25 et p. 153. Les autres ouvrages cités sont : [Lévis (Pierre-Marc-Gaston)], A Few Days in Paris, With Remarks Characteristic of Several Distinguished Personages, Paris : Chez l’Auteur, 1802, 60 p. ; Holcroft (Thomas), Travels from Hamburg, through Westphalia, Holland, and the Netherlands, to Paris, London : Richard Phillips, 1804, 2 vol.

469 Décade philosophique, vol. 10, juin à août 1796, pp. 107-108 : « Arrivée des éléphants du Stathouder » et pp. 397-400 : « Détails sur les éléphants de la ménagerie du Stathouder » ; Magasin encyclopédique, 2e année, vol. 2, 1796, p. 274 : « Éléphants du Stathouder » ; Magasin encyclopédique, 3e année, vol. 3, 1797, pp. 264-265 : « Sur les deux éléphants du Stathouder » ; Magasin encyclopédique, 4e année, vol. 3, 1798, pp. 250-251 : « Construction d’un parc pour éléphants » ; Magasin encyclopédique, 7e année, vol. 5, 1801, pp. 116-118 : « Circonstances de la mort de l’éléphant mâle au Muséum d’Histoire naturelle ».

470 Décade philosophique, vol. 3, septembre à novembre 1794, pp. 133-138 puis pp. 194-199 : « Ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle. Histoire du lion et du chien » ; Décade philosophique, vol. 5, mars à mai 1795, pp. 257-261 : « Lion de la ménagerie. Supplément à son histoire » ; Décade philosophique, vol. 7, septembre à novembre 1795, p. 523 : « Histoire du lion de la ménagerie » ; Décade philosophique, vol. 10 (juin à août 1796), p. 235 : « Mort du lion de la ménagerie ».

471 Décade philosophique, vol. 12, décembre 1796 à janvier 1797, pp. 351-358 : « Lettre d’un parieur anglais, contenant l’histoire d’un homme extraordinaire » ; Décade philosophique, vol. 12, décembre 1796 à janvier 1797, p. 496 : « Sur Bijou ».

472 Rebmann, 1796, partie II, p. 20 ; Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 191 ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 107.

473 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 86.

474 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71.

475 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 86.

476 Ibid., vol. 1, p. 89.

477 Meyer, 1798, vol. 2, p. 71 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 147.

478 Link, 1803, vol. 1, p. 37 ; Carr, 1803, p. 145 ; Blagdon, 1803, vol. 2, p. 473 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194.

479 Meyer, 1798, vol. 2, p. 62 ; Link, 1803, vol. 1, p. 38 ; Carr, 1803, p. 145 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 149 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, pp. 96-97 ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 102.

480 Meyer, 1798, vol. 2, p. 62 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 98 ; Plumptre, 1810, vol. 1, p. 104 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194.

481 Meyer, 1798, vol. 2, p. 60 ; Bugge, 1801, pp. 151-152 ; Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 152 ; Forbes, 1806, vol. 2, p. 194 ; Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 98 ; Weston, 1803, p. 57.

482 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 152-153.

483 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 33 : « This is indeed worthy of a liberal an liberal and enlightened nation ». Je traduis.

484 Meyer, 1798, vol. 2, p. 58, p. 62.

485 Blagdon, 1803, vol. 2, pp. 452-453 : « Notwithstanding the improved state to which Buffon had brought this establishment, yet, through the united care of the several scientific men who have since had the direction of it, the constant attention bestowed on it by the government, and even by the conquests of the French armies, its riches have been so much increased, that its collection of natural history may at this day be considered as the finest in being ». Je traduis.

486 Carr, 1803, p. 144 : « which is considered to be the largest and most valuable botanical garden in Europe ». Je traduis.

487 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 147.

488 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 106.

489 Forbes, 1806, vol. 2, p. 193.

490 Pinkerton, 1806, vol. 1, p. 90.

491 Kotzebue, 1805, vol. 2, p. 149.

492 Plumptre, 1810, vol. 1, p. 102. Voir aussi Cradock (Anna Francesca), Journal de Madame Cradock…, op. cit., p. 33. En 1784, Anna Francesca Cradock considérait que le cabinet de Buffon n’égalait pas celui d’Ashton Lever.

493 Blagdon, 1803, vol. 2, p. 453.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Allégorie du Cabinet du roi Dessin de De Sève extrait de l’Histoire naturelle de Buffon (1749) | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Le buste de Linné Sous les frondaisons du cèdre du Liban. Aquarelle (détail) de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Les serres du Muséum Aquarelle de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Légende L’amphithéâtre du Muséum Aquarelle de Jean-Baptiste Hilair (1794) Cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Les auditeurs du cours de Lamarck 1795-1815
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Les auditeurs étrangers du cours de Lamarck 1795-1814 Les assignations nationales sont celles de la base des auditeurs de Lamarck
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Collections traitées dans trois guides du Muséum (1797-1803)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende La ménagerie du Muséum Dessin (détail) de Nicolas Huet [1805] Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Comparaison entre le nombre de récits de voyageurs étrangers mentionnant le Jardin des plantes et le nombre de récits de voyageurs étrangers à Paris et à Londres (1775-1806).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Le lion et le chien Gravure extraite du volume 3 de la Décade philosophique | Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Visite de la Galerie des oiseaux Gravure (détail) extraite des Promenades au Jardin des plantes de Pujoulx (1803) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Les nouvelles serres tempérées construites entre 1795 et 1800 par Molinos. Dessin de 1800 Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5388/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540