Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

Confisquer l'Europe naturaliste

Conclusion

Encore des confiscations sous l’Empire

Texte intégral

  • 328 Savoy (Bénédicte), Patrimoine annexé…, op. cit., vol. 1, p. 49.

1Entre 1790 et 1797, sous différents régimes politiques, les commissions désignées pour opérer la confiscation des collections naturalistes européennes, visent les ennemis idéologiques de l’intérieur de la République, principalement à partir de l’été 1793, puis les émigrés, les clercs et les souverains d’Europe septentrionale, essentiellement entre l’été 1794 et le printemps 1795 et, enfin, les États défaits et les villes matées d’Italie du Nord entre le printemps 1796 et l’été 1797. Entre ces trois missions, les formes de continuité sont évidentes, si bien qu’il faudrait ici refuser de survaloriser l’importance de la rupture politique du 9 thermidor entre les Conventions montagnarde et thermidorienne comme celle de la coupure spatiale introduite par la frontière entre le dedans et le dehors de la République. Au niveau de l’organisation et des pratiques des saisies, la « machine spoliatrice » se rode comme l’écrit Bénédicte Savoy observant la transition entre les différentes missions328. Après une première période très confuse, la mise en place, au début de l’année 1794, de la Commission temporaire des arts sert de modèle aux deux Commissions pour la recherche des objets de science et arts, déployées en Europe du Nord puis en Italie. Ces confiscations naturalistes, qui obéissent de manière plus ou moins régulière aux prescriptions édictées en 1794 par l’Instruction de Vicq d’Azyr, produisent des centaines de caisses de spécimens, principalement grâce à la saisie des grandes collections aristocratiques et encyclopédiques de Condé et du Stathouder. Elles sont cependant d’ampleur très variable d’un espace et d’une mission à l’autre.

  • 329 Bungener (Patrick), « Un Botaniste dans la République des sciences : Augustin-Pyrame de Candolle e (...)
  • 330 Sur la République des sciences au siècle des Lumières, voir Daston (Lorraine), « The Ideal and Rea (...)

2Les acteurs des saisies ne cessent de justifier leurs pratiques dans des rapports manuscrits et dans la presse périodique, particulièrement lors des confiscations étrangères. L’existence même de ces justifications semble révéler, à tout le moins, la gêne des commissaires, des autorités et des publicistes. Trois discours se distinguent, le poids relatif de chacun d’eux différant d’un épisode des saisies à l’autre : le discours républicain, opposant l’utilité et l’instruction au luxe et au fanatisme, imprègne les confiscations françaises ; le discours agronomique, focalisé sur l’amélioration agricole du pays, est continûment mobilisé lors de la mission septentrionale de Thouin ; le discours tributaire, prenant modèle sur la Rome antique, se déploie dans la cérémonie du 9 thermidor an VI qui achève la mission italienne. L’omniprésence de ces justifications contraste fortement avec l’absence de réactions étrangères. À la différence des saisies artistiques, les confiscations naturalistes ne font pas l’objet de virulentes réactions en Europe, ce qui semble tenir essentiellement au défaut de « patrimonialisation » des objets d’histoire naturelle dans la période révolutionnaire, à l’exception, peut-être, des spécimens les plus remarquables. D’ailleurs, si les guerres révolutionnaires ont perturbé le fonctionnement de la communauté savante européenne en provoquant la raréfaction des circulations — des voyageurs, des lettres, des livres ou des spécimens —, elles n’ont mis un terme ni aux réseaux transnationaux ni aux amitiés savantes. Peut-être faut-il alors simplement se déprendre de la manie rétrospective qui tend à lire et interpréter la science à la charnière des deux siècles au travers de ce qu’elle est devenue au cours du xixe siècle, une « Big Science » dépendant autant des intérêts militaires des États que des intérêts économiques des industries. La République naturaliste, qui se forme comme surgeon de la République des Lettres au cours du xviiie siècle, a résisté aux guerres et aux confiscations si bien qu’elle demeure encore vivante dans les discours et la pratique d’un Augustin Pyrame de Candolle tout au long du premier tiers du xixe siècle329. Cet idéal républicain, qui suspend les différences de position comme il masque la violence des tensions, est sans doute une fiction irénique mais cette fiction a une fonction, servant à la fois de liant social pour tout ce petit monde et de support identitaire pour les échanges de textes et d’objets dans un domaine de savoir, l’histoire naturelle, qui est, par définition, une science de réseaux330.

  • 331 Daszkiewicz (Piotr) & Bauer (Aaron M.), « The Confiscation and Replacement of Herpetological Colle (...)
  • 332 Almaça (Carlos), A Natural History Museum of the 18th Century : the Royal Museum and the Botanical (...)
  • 333 Link (Heinrich Friedrich), Voyage en Portugal depuis 1797 jusqu’en 1799 [traduit de l’allemand], P (...)
  • 334 Almaça (Carlos), A Natural History Museum…, op. cit., p. 19.
  • 335 Pour le récit de l’expédition : Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire en (...)
  • 336 Lettre de Cuvier au ministre Crétet, Paris, le 8 janvier 1808, cité in Hamy (Ernest-Théodore), « L (...)

3Les confiscations naturalistes ne s’achèvent pas avec l’arrivée à Paris des monuments d’Italie. Deux autres épisodes sont connus sous l’Empire, l’un au Portugal et l’autre en Autriche. En Autriche, après la bataille de Wagram en 1809, quelques objets sont confisqués — 48 espèces de plantes au château de Schönbrunn, deux rennes et quatre kangourous montrés comme autant de trophées — mais l’essentiel des collections semble avoir été sauvé par l’entremise de Johann Gottfried Bremser331. La mission d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire au Portugal est mieux connue, notamment grâce à un article d’Ernest-Théodore Hamy qui offre un déroulement chronologique sûr à défaut d’être dénué d’arrière-pensées. En 1772, le cabinet d’histoire naturelle et le jardin botanique d’Ajuda sont créés dans les environs de Lisbonne. En 1794, Alexandre Rodrigues Ferreira dresse l’inventaire du cabinet, relevant plus de 20 000 spécimens naturels partagés à parts à peu près égales entre les trois règnes ainsi qu’environ 3 500 artefacts, notamment brésiliens332. Dans le récit de sa visite de 1799, le naturaliste allemand Link le décrit comme relativement pauvre, mais il « mérite d’être vu » même s’il « ne soutient pas, à la vérité, la comparaison avec celui de Paris, ni même avec celui de Madrid »333. En 1804, le général Lannes y opère une première déprédation : il s’empare, d’après les calculs de Carlos Almaça, d’environ 30 % des collections zoologiques et d’environ 20 % de l’or du cabinet334. À la fin de l’année 1807, l’armée de Junot entre en Espagne pour prendre la route de Lisbonne et, dès le mois de janvier 1808, le Muséum parisien obtient de l’Empereur l’envoi d’un naturaliste au Portugal « pour y visiter les collections d’histoire naturelle qu’on dit être précieuses et pour examiner quels sont les objets qui pourraient être transportés à Paris »335. Lorsque l’assemblée des professeurs décide d’envoyer Geoffroy Saint-Hilaire pour diriger la mission, Cuvier rédige une lettre au ministre de l’Intérieur Crétet, petit chef d’œuvre à sa manière336 :

La proposition que V. E. nous a fait [sic], d’après les ordres de S. M. I. et R., d’envoyer un naturaliste en Portugal pour y recueillir les objets et les renseignements utiles à la science et à notre établissement, nous est une nouvelle preuve de la sollicitude éclairée du Gouvernement pour tout ce qui peut être avantageux au pays.
Nous pensons que cette mesure serait aussi utile au Portugal qu’à nous. En fesant [sic] un choix de ce qui nous intéresse, le commissaire assurera pour le pays la conservation du reste et l’expérience a prouvé que, faute de semblables précautions, des collections précieuses ont été absolument perdues pour tout le monde.

  • 337 Lettre des professeurs du Muséum au ministre de l’Intérieur. Paris, le 14 janvier 1808 ; cité in H (...)

4Cuvier sait y faire : tout en flattant le ministre pour sa sollicitude éclairée, celle d’un patron des sciences, il rappelle que les ordres viennent de plus haut, de l’Empereur, source de toute autorité. Puis il avance que les confiscations seraient avantageuses aux deux pays : le commissaire parisien saisirait des objets, mais offrirait en retour son savoir-faire de conservateur. Dans sa drôle de rhétorique, Cuvier travestit les confiscations à venir en simple échange de bons procédés. Il poursuit en soulignant « qu’il y a en Portugal plusieurs cabinets publics, riches en productions des trois règnes de l’Inde et du Brésil, dont nous sommes privés, faute de relations avec ces contrées éloignées ». Dans une autre lettre, les professeurs du Muséum indiquent également que le cabinet royal d’Ajuda renferme des objets du Brésil et de la côte africaine « d’une rareté et d’une beauté inappréciables »337. Ainsi, comme lors de la confiscation du cabinet stathoudérien en Hollande, la saisie des collections princières d’une puissance coloniale donne surtout accès aux richesses de son empire. Après avoir donné les noms de Geoffroy Saint-Hilaire, du préparateur Delalande et de l’aide-naturaliste Tondi, Cuvier demande le financement de la mission par le gouvernement en mobilisant les références aux missions passées, les « campagnes de Hollande et d’Italie » et l’expédition d’Égypte, manière aussi d’en rappeler les résultats. Cuvier promet enfin des instructions de l’assemblée des professeurs à Geoffroy Saint-Hilaire : l’institution tient à contrôler l’un des siens et le naturaliste voyageur, quoique l’égal de ses collègues, doit être dirigé par ceux qui sont restés au centre parisien, ce qui constitue une différence notable avec les missions des commissaires révolutionnaires une douzaine d’années plus tôt.

  • 338 Minute d’une lettre de Cuvier au ministre de l’Intérieur. Paris, début décembre 1809. Cité in Hamy (...)
  • 339 Almaça (Carlos), A Natural History Museum…, op. cit., pp. 19-21.
  • 340 AN, AJ/15/840 : « Catalogue des objets choisis parmi ceux des collections d’Ajuda destinées à être (...)
  • 341 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Description de deux singes d’Amérique sous le nom d’Ateles ara (...)

5Le 20 mars, Geoffroy Saint-Hilaire part de Paris muni d’Instructions et d’une collection de doubles, principalement de minéraux, « qu’il compte remettre en échange des productions dont il a pris la tâche d’assurer la possession au Muséum ». Il a reçu l’ordre de saisir les collections de l’État, des couvents et des émigrés. Arrivé à Lisbonne en mai, il visite le cabinet d’Ajuda et remet à son conservateur, Domingos Vandelli, les caisses du Muséum, règle un litige entre Hoffmansegg, Sieber et Vandelli avant d’opérer la confiscation des collections du Prince du Brésil à Ajuda et du couvent de N. Senhora de Jesus à Lisbonne. La position de Geoffroy Saint-Hilaire est complexe, puisqu’il confisque des collections tout en proposant sa médiation dans des querelles entre naturalistes, mais elle traduit son autorité à la fois politique et scientifique. L’ensemble des spécimens saisis, collectés chemin faisant et reçus de plusieurs naturalistes compose 17 caisses et 1 baril. Le Portugal s’étant révolté contre l’occupation française, les Anglais débarquent sur la côte et forcent Geoffroy Saint-Hilaire à abandonner ces caisses en application de la convention de Cintra. Après plusieurs péripéties avec les autorités militaires anglaises, et grâce à l’appui décisif de Banks, Geoffroy Saint-Hilaire réussit finalement à faire embarquer pour Paris 13 caisses et 1 baril, Vandelli ayant obtenu la réduction des saisies à des spécimens doubles. Les spécimens arrivent en bon état au Muséum le 23 novembre 1808 et Cuvier rédige alors une lettre au ministre : « combien cet envoy offre d’objets nouveaux pour le Muséum, combien il en offre même de nouveaux pour la science c’est-à-dire qui n’ont encore été décrits par personne. Cet accroissement des richesses confiées à notre administration est tel que le cabinet du Stathouder et l’expédition Baudin exceptés, il ne nous en est jamais arrivé de pareil »338. Du côté d’Ajuda, les pertes sont importantes puisque le cabinet portugais se voit privé d’un cinquième de ses spécimens zoologiques, des deux tiers de ses plantes d’herbier et encore de trois cents échantillons minéralogiques339. De son côté, le Muséum parisien est enrichi de 341 mammifères et oiseaux à comparer aux 564 spécimens des mêmes classes confisqués au Stathouder et aux 555 issus de l’expédition Baudin340. Quant à Geoffroy Saint-Hilaire, il tire dès 1809 trois articles pour les Annales du Muséum sur les spécimens « nouveaux » rapportés du Portugal341.

Ateles arachnoïdes
Spécimen « nouveau » rapporté du Portugal par Geoffroy Saint-Hilaire et décrit dans les Annales du Muséum (planche 9 extraite du volume 13 de 1809).

Ateles marginatus
Spécimen « nouveau » rapporté du Portugal par Geoffroy Saint-Hilaire et décrit dans les Annales du Muséum (planche 10 extraite du volume 13 de 1809).

  • 342 Pour un exemple récent de demande de compensation : Pieters (Florence F. J. M.), « Natural History (...)
  • 343 Daszkiewicz (Piotr), A Few Portuguese Letters and Manuscripts Brought to Paris by Étienne Geoffroy (...)
  • 344 Ibid., pp. 5-6.
  • 345 Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire… », art. cit. Il avance trois argum (...)

6Les confiscations des collections naturalistes européennes sous la Révolution et l’Empire suscitent rancœurs et controverses tardives342. La saisie du cabinet stathoudérien ne suscite pas de réactions publiques immédiates, mais le ressentiment est durable. En 1830, dans une lettre à Cuvier, Coenraad Jacob Temminck, remercie son confrère parisien pour l’envoi du squelette d’une girafe au Musée d’histoire naturelle de Leyde dont il est le directeur depuis 1820343. Pour Temminck, ces quelques os pourraient aider ses compatriotes à oublier la saisie de la girafe du Stathouder un tiers de siècle plus tôt. Cette réaction tardive où s’exprime le ressenti des savants hollandais est sans doute à mettre en relation avec le début du processus de nationalisation des sciences dans le premier xixe siècle. Au début du xxe siècle, la mission portugaise de Geoffroy Saint-Hilaire a donné lieu à une méchante querelle historiographique opposant Hamy, professeur d’anthropologie au Muséum de Paris à Barbosa du Bocage, conservateur du Musée d’Ajuda. Piotr Daszkiewicz a relevé les diverses tentatives de justification des confiscations françaises par le premier, dont le travail repose principalement sur des sources françaises, notamment les écrits des Geoffroy Saint-Hilaire père et fils344. Hamy avance trois arguments : les confiscations ont été bénéfiques à la science, elles peuvent se lire sous la forme d’un échange entre spécimens et méthodes, elles ont permis le sauvetage de manuscrits délaissés345. Cet argumentaire, parfois lu comme insultant pour la nation portugaise, révèle au moins un profond malaise en ce début du xxe siècle, moment essentiel dans la formation des « sciences nationales ». Surtout, la convocation de mémoires institutionnelles rivales met à jour une République naturaliste européenne bien davantage morcelée selon les frontières nationales qu’un siècle auparavant.

Girafe du Stathouder
Présentation actuelle en galerie d’Anatomie comparée Cliché Bernard Faye, MNHN.

Notes

328 Savoy (Bénédicte), Patrimoine annexé…, op. cit., vol. 1, p. 49.

329 Bungener (Patrick), « Un Botaniste dans la République des sciences : Augustin-Pyrame de Candolle et ses correspondants scientifiques », Dix-huitième siècle, vol. 40, no 1, 2008, pp. 155-158.

330 Sur la République des sciences au siècle des Lumières, voir Daston (Lorraine), « The Ideal and Reality of the Republic of Letters in the Enlightenment », Science in Context, vol. 4, no 2, 1991, pp. 367-386.

331 Daszkiewicz (Piotr) & Bauer (Aaron M.), « The Confiscation and Replacement of Herpetological Collections by France Under the First Republic and Empire. With Notes on an Historically Important Collection Sent to Vienna in 1815 », Newsletter and Bulletin of the International Society for the History and Bibliography of Herpetology, vol. 4, no 1, 2003, pp. 15-27.

332 Almaça (Carlos), A Natural History Museum of the 18th Century : the Royal Museum and the Botanical Garden of Ajuda, Lisbonne : Museu Bocage, 1996, pp. 12-16.

333 Link (Heinrich Friedrich), Voyage en Portugal depuis 1797 jusqu’en 1799 [traduit de l’allemand], Paris : Levrault, Schoell & Cie, 1803, vol. 1, p. 298. Comme le remarque W. J. Simon, cité par Carlos Almaça, avant la venue de Link, une partie des collections américaines et africaines sont déplacées à l’Académie des sciences de Lisbonne. En 1806, une autre partie, représentant environ un dixième des spécimens de l’inventaire de 1794, est envoyée à l’Université de Coimbra (Almaça (Carlos), A Natural History Museum…, op. cit., pp. 16-18).

334 Almaça (Carlos), A Natural History Museum…, op. cit., p. 19.

335 Pour le récit de l’expédition : Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire en Espagne et en Portugal (1808). Histoire et documents », Nouvelles Archives Muséum d’Histoire naturelle, 4e série, vol. 10, no 10, 1908, pp. 1-65. Hamy insiste sur les « bons offices » du Muséum en faveur du comte Hoffmansegg qui avait visité le Portugal en compagnie de Link à la fin du xviiie siècle. Dans les premières années du siècle suivant, Hoffmansegg commande au voyageur naturaliste Friedrich Wilhelm Sieber une expédition au Brésil et promet de laisser les doubles de la collection à Ajuda. Hoffmansegg abandonnant finalement ces doubles à une maison de commerce allemande, le Portugal saisit les collections de Sieber en garantie de l’exécution des engagements du comte. Lors de l’entrée des troupes françaises, Hoffmansegg écrit à Geoffroy Saint-Hilaire, demandant l’entremise du Muséum pour récupérer ses collections. Les bons offices servent à l’évidence de prétexte aux confiscations portugaises.

336 Lettre de Cuvier au ministre Crétet, Paris, le 8 janvier 1808, cité in Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire… », art. cit., pp. 4-5.

337 Lettre des professeurs du Muséum au ministre de l’Intérieur. Paris, le 14 janvier 1808 ; cité in Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire… », art. cit., p. 6.

338 Minute d’une lettre de Cuvier au ministre de l’Intérieur. Paris, début décembre 1809. Cité in Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire… », art. cit., pp. 24-25 ; ici, p. 25.

339 Almaça (Carlos), A Natural History Museum…, op. cit., pp. 19-21.

340 AN, AJ/15/840 : « Catalogue des objets choisis parmi ceux des collections d’Ajuda destinées à être transportées à Paris et à y servir à l’accroissement des collections du Muséum d’Histoire naturelle » par [Geoffroy Saint-Hilaire] et contre-signé par Vandelli ; MNHN, Ms 2290 : « Sur l’accroissement des mammifères et des oiseaux du Muséum d’Histoire naturelle depuis le 10 janvier 1793, époque où j’ai été chargé de leur administration jusqu’au 1 janvier 1809 » par Geoffroy Saint-Hilaire. Paris, le 2 janvier 1809. Reproduit in Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Sur l’accroissement des collections des mammifères et des oiseaux du Muséum », Annales du Muséum, vol. 13, 1809, pp. 87-88.

341 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Description de deux singes d’Amérique sous le nom d’Ateles arachnoïdes et d’Ateles marginatus », Annales du Muséum, vol. 13, 1809, pp. 89-97 ; « Description d’une nouvelle espèce d’oiseau, voisine du corvus nudus et du corvus clavus, et établissement de ces trois espèces en autant de genres, sous les noms de cephalopterus, gymnoderus et gymnocephalus », Ibid., pp. 235-238 ; « Description du carima de Marcgrave, microdactylus Marcgravii », ibid., pp. 362-368.

342 Pour un exemple récent de demande de compensation : Pieters (Florence F. J. M.), « Natural History Spoils in the Low Countries in 1794/95 : The Looting of the Fossil Mosasaurus from Maastricht and the Removal of the Cabinet and Menagerie of Statholder William V », in Bergvelt (Ellinoor), Meijers (Debora J.), Tibbe (Lieske) & Wezel (Elsa van) (sous la dir.), Napoleon’s Legacy : the Rise of National Museums in Europe, 1794-1830, Berlin : G + H Verlag, 2009, pp. 63-65.

343 Daszkiewicz (Piotr), A Few Portuguese Letters and Manuscripts Brought to Paris by Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Now in the Manuscript Collection of the Library of Muséum National d’Histoire Naturelle, Lisbonne : Museu Bocage, 2002, p. 9.

344 Ibid., pp. 5-6.

345 Hamy (Ernest-Théodore), « La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire… », art. cit. Il avance trois arguments : le bénéfice pour la science (p. 15 : « ‘ni une plante ni une idée’ ne sont sorties de cet énorme amas de collections demeurées inutiles ») ; l’échange (p. 16 : Vandelli « trouverait encore son intérêt à livrer de surabondantes richesses, puisqu’il assurerait ainsi à tout ce qu’il garderait un classement méthodique qu’il est incapable de réaliser et qui en décuple la valeur ») ; le sauvetage de collections (p. 17 : Geoffroy Saint-Hilaire s’est emparé de « pièces abandonnées comme papiers à brûler et qui gisaient sous les combles de l’édifice […]. On ne saurait lui faire grief d’avoir ainsi sauvé d’une destruction certaine de précieux documents »).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Ateles arachnoïdes Spécimen « nouveau » rapporté du Portugal par Geoffroy Saint-Hilaire et décrit dans les Annales du Muséum (planche 9 extraite du volume 13 de 1809).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Ateles marginatus Spécimen « nouveau » rapporté du Portugal par Geoffroy Saint-Hilaire et décrit dans les Annales du Muséum (planche 10 extraite du volume 13 de 1809).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Girafe du Stathouder Présentation actuelle en galerie d’Anatomie comparée Cliché Bernard Faye, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540