Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

Confisquer l'Europe naturaliste

Les confiscations

L’épaisseur des discours de justification

Texte intégral

  • 135 Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 209-246.

1En 1991, Édouard Pommier a proposé dans l’Art de la Liberté une étude du discours révolutionnaire sur l’art. Les conquêtes artistiques, et plus particulièrement italiennes, font jouer ensemble deux types de justifications : le vainqueur a un droit légitime à prélever un tribut sur les vaincus ; les œuvres d’art transférées à Paris retrouvent la « patrie de la Liberté », qui seule peut les accueillir135. Les saisies naturalistes donnent lieu à des justifications plus rares. Surtout, les arguments sont différents, ce qui tient essentiellement à la nature spécifique des plantes et des animaux, productions naturelles par opposition aux œuvres artistiques, produits du génie humain. Soit un article de la Décade philosophique publié en 1795 sous le titre « Conquêtes agriculturales ». Son auteur commence par justifier les saisies en mobilisant le thème du tribut versé par le vaincu dans l’antiquité romaine, poursuit par le discours physiocratique sur l’acclimatation des plantes et termine sur une tonalité républicaine, les plantes conquises et acclimatées devant profiter à la nation entière et non plus aux seuls privilégiés. L’article de le Décade part ainsi de Rome pour finir par son dépassement dans la République nouvelle. Pour autant, il faudrait suivre le cheminement inverse, celui qui va de la jeune République à la Rome impériale pour faire concorder les types d’énoncés avec les différents moments et contextes de leur énonciation. En partant des rapports des commissaires accompagnant les inventaires et parfois repris dans la presse périodique, essentiellement dans la Décade philosophique et le Magasin encyclopédique, on propose alors une typologie de ces discours de justification en distinguant trois modalités, chacune plus ou moins unifiée : le discours républicain, qui est sans doute le plus bigarré des trois puisque s’y amalgament des traditions plus ou moins anciennes (comme l’anticléricalisme) et des thématiques diffuses (comme la question pédagogique) ; le discours physiocratique qui s’appuie sur un corps de doctrine suffisamment cohérent et trouve en Thouin un porte-parole éloquent bien que tardif ; le discours du tribut légitime qui se construit dans la référence au modèle martial romain.

LE DISCOURS RÉPUBLICAIN

  • 136 Lakanal (Joseph), Rapport et projet de loi sur les Écoles centrales fait au nom du Comité d’Instru (...)
  • 137 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires au Comité de Salut public. Bonn, le 10 nivôse an III.
  • 138 AN, F/17/1229 : Lettre de la municipalité d’Annonay à la Commission temporaire des arts. Annonay, (...)
  • 139 Les missels sont refondus pour faire du papier. Pour les caractères de la Propagande romaine, voir (...)
  • 140 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., pp. 249-258 ; pour la citation, p. 2 (...)

2Le discours républicain se déploie et se décline en une multitude de discours : discours anti-nobiliaire, discours anti-clérical, discours de l’utile, discours de la démocratisation de l’accès, discours pédagogique, discours de la régénération etc. Cette liste n’est pas exhaustive et ce discours rebondit et s’enchâsse dans d’autres comme dans le discours physiocratique, qui oppose le paysan laborieux au noble fainéant. Le discours républicain se pose d’abord contre les anciens privilégiés, les clercs et les nobles, représentants d’un Ancien Régime honni. Concernant le clergé catholique, savants et politiques mobilisent les motifs de la lutte contre le « fanatisme » et les superstitions. Dans le Projet et rapport de loi sur les Écoles centrales rédigé par Lakanal au nom du Comité d’Instruction publique le 26 frimaire an III, on lit que le savoir médical « en guérissant les maux du corps […] portera le plus grand coup à l’incurable fanatisme, puisque, quand les médecins sauront guérir, le peuple n’ira plus recourir à d’impuissantes reliques »136. De même, en décembre 1794, les commissaires, parlant du rôle des fossiles dans la « théorie du globe », précisent que « cette partie philosophique de l’histoire naturelle est d’autant plus digne de nos méditations qu’elle agrandit non seulement le domaine de nos connaissances, mais que, reposant sur des faits incontestables, elle détruit des erreurs religieuses, enfantées par l’ignorance ou par l’avide superstition »137. Mais une histoire de coquille et d’église dans une petite ville ardéchoise est plus éclairante138. En mars 1795, à Annonay, la « cy-devant église paroissiale » renferme deux bénitiers, deux grandes coquilles originaires des Philippines et offertes par Monneron, intendant de la Compagnie des Indes orientales à Pondichéry. Ces coquilles « seroient des faîtières mutilées ; on les a fait garnir en cuivre pour leur plus grande conservation relativement à l’usage auquel elles étoient destinées » et on les a posées sur des « supports en forme d’anges [qui] étoient en plomb du poid [sic] de cinq quintaux vingt livres ». Leurs supports en plomb, comme sans doute leur revêtement en cuivre, sont envoyés au district du Mézenc pour y être fondus et les coquilles, « qui sont les plus grandes connues », sont envoyées par la municipalité à Paris pour « orner » le Muséum national d’Histoire naturelle. Les coquilles de bénitiers, comme ailleurs les missels ou les caractères d’imprimerie de la Propagande romaine139, autres emblèmes de la « superstition », sont destinées à un nouvel usage, la propagation de l’ancien fanatisme devant laisser la place à la diffusion des nouvelles lumières : le réemploi remplace alors le vandalisme, caractérisant « l’utilitarisme ambiant » selon Dominique Poulot140.

Bénitier géant Vélin du Muséum par Juliette Alberti (portefeuille 76, folio75) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 141 Voir Shovlin (John), The Political Economy of Virtue. Luxury, Patriotism, and the Origins of the F (...)
  • 142 Mercier (Louis-Sébastien), Tableau de Paris, Paris : Mercure de France, 1994 [1783], vol. 1, pp. 7 (...)
  • 143 Lettre de Thouin à Linné fils de mai 1778. Cité in Duris (Pascal), Linné et la France (1780-1850),(...)
  • 144 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Bonn, le 10 ni (...)
  • 145 AN, F/17/1276 : « Spécification des arbres d’orange et des plantes étrangères qui se trouvent au j (...)
  • 146 Heinzmann (Johann Georg), Voyage d’un Allemand à Paris, et retour par la Suisse, Lausanne : Imprim (...)

3Le discours républicain dénonce également le luxe insolent des aristocrates. Ce discours somptuaire, ancien, est revivifié chez les moralistes et les naturalistes de la fin de l’Ancien Régime, où il finit par se confondre avec la critique du despotisme. La dépense ostentatoire de la Cour et des Grands, partie intégrante de l’ethos nobiliaire, y est condamnée comme débauche inutile et le luxe des nobles y paraît d’autant plus scandaleux qu’il est immérité, devenant symbole de « l’ordre fainéant »141. Ce discours, qui repose sur une opposition sociale entre le noble et le paysan, se cristallise parfois sur des êtres naturels comme chez Mercier, qui oppose le chien du berger au tendre épagneul partageant la couche des jolies femmes comme il oppose l’animal utile à « l’enseigne de dépravation »142. De même, lorsqu’en 1774, Marie-Antoinette obtient que le jardin botanique du Trianon soit transformé en jardin à l’anglaise, Thouin écrit avec amertume et ironie à Linné fils : « le Jardin de Trianon a changé de forme, l’Écolle [sic] de botanique est remplacé [sic] par un Jardin dans le gout Moderne, c’est-à-dire qu’on y fait des Montagnes, des rivières, des Prairies, des Bois, des Bosquets, des Temples, de Grottes, des ruines & tout cela dans l’expasse [sic] de 20 arpens de terrein, ce qui comme vous voyez Monsieur fait une campagne en miniature »143. Un tel changement de destination est ressenti par les botanistes parisiens comme un détestable fait du prince. Le discours somptuaire est plus explicite encore sous la Révolution. En 1794, les commissaires écrivent à propos des confiscations des collections aristocratiques allemandes que « toutes ces productions de la nature qui ne servaient précédemment qu’à charmer les ennuis d’un petit nombre de personnes serviront désormais à l’instruction de tous, et contribueront au bonheur de l’humanité »144. À propos du jardin de Brühl, son jardinier précise en novembre 1796 qu’il « doit être observé que la plupart des plantes […] se trouvent plusieurs fois ici puisqu’il était du goût du prince d’avoir quantité [de] plantes pour servir d’ornement au jardin, qui d’ailleurs n’a jamais été et ne devait jamais être un jardin botanique, mais seulement de plaisance »145. En 1800, Heinzmann, écrit encore à propos du Muséum qui distribue des herbes aux hôpitaux : « J’estime mille fois plus de pareils jardins, que les magnifiques parterres royaux, ou ces musées qui ne sont faits que pour amuser l’œil oisif. Les plantes dans les jardins des grands, flétrissant sans utilité, leur extérieur éclatant en fait tout le mérite, et le sol en suce le meilleur suc, elles ne se trouvent point ainsi profanées au jardin national ! Ici, il y a moins de magnificence, mais d’autant plus d’utilité ! Républicains ! c’est ainsi que je vous vois avec satisfaction ! »146. Ce qui fait le lien entre la condamnation de la superstition et le scandale du luxe, entre le fanatisme du premier ordre et la morgue du second, c’est bien la notion centrale de « l’utile », si importante pendant la période révolutionnaire.

  • 147 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin à la Commission des arts. La Haye, le 28 prairial an III.
  • 148 AN, F/17/1222 : Lettre de Thouin au ministre de l’Intérieur. Paris, le 25 ventôse an II.

4Le projet républicain vise également, selon l’expression d’Emma C. Spary, à « remodeler le public » par la popularisation de la science, car « si à l’exemple des vainqueurs de la Chine, nous nous instruisons dans les arts des peuples vaincus, c’est le moyen de tirer le plus grand avantage de nos victoires »147. Les savoirs savants doivent descendre dans le corps social mais aussi de Paris en province, comme l’indique Thouin en mars 1794148 :

Si l’on mettait sur chacune de ces cultures les noms des plantes qui les composent ainsi qu’on se propose de le faire dans les jardins du Muséum d’Histoire naturelle, de la Mairie, du Trésor public, de la Commission des subsistances, on ajouterait un mérite de plus à ces cultures puisqu’en même temps qu’elles fourniraient des aliments, qu’elles piqueraient d’émulation les agriculteurs, elles indiqueraient à tous les citoyens des différents départements de la République que les circonstances attirent à Paris, les végétaux utiles peu connus dans leurs départements. L’instruction les suivrait dans tous les lieux publics qu’ils fréquenteraient et elle ne peut tourner qu’au progrès de l’agriculture sur la surface du territoire de la République.

  • 149 Ibid.

5Dans le désir de remodeler le public, on peut d’ailleurs lire tout un discours social de la classe savante distinguant le bon peuple laborieux, désireux de s’instruire et de propager le savoir et le mauvais peuple, mal éclairé, sujet à la superstition et qui se fait vandale lorsqu’il dévaste les cultures ou qu’il les foule au pied149. Le discours républicain est le seul qui, traversant toute la période, s’embarrasse peu de la frontière entre la République et l’étranger. C’est aussi le seul des trois discours dont on propose la typologie qui joue véritablement un rôle au moment des confiscations françaises, puisque c’est par lui que l’on justifie la saisie des biens des émigrés et des clercs.

LE DISCOURS PHYSIOCRATIQUE

  • 150 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique au Jardin des plantes », in Fischer (Jea (...)
  • 151 Thouin (André), « Essai sur l’exposition et la division méthodique de l’économie rurale, sur la ma (...)
  • 152 Shovlin (John), The Political Economy of Virtue…, op. cit., pp. 80-117.
  • 153 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., p. 1 (...)
  • 154 AN, F/17/1276 : « Liste des arbres, arbustes et plantes composant l’envoi expédié de Liège le 24 v (...)
  • 155 AN, F/17/1245 : « Liste des végétaux vivants mis en réquisition par les Citoyens à la recherche de (...)
  • 156 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.

6L’importance prise par le discours de « l’amélioration » agricole lors des missions de confiscation tient d’abord à la personnalité de Thouin150. En bon élève des physiocrates, le professeur d’agriculture du Muséum se soucie des moyens d’améliorer la maîtrise de la nature, voyant dans l’économie rurale le « premier anneau du lien social auquel tous les autres chaînons se rapportent »151. Les tentatives d’acclimatation de plantes étrangères se sont multipliées dans la seconde moitié du xviiie siècle chez les propriétaires éclairés en lien avec les consommations nouvelles de produits exotiques152. Thouin rédige un Programme d’une ferme expérimentale de culture et de naturalisation dans le Sud de la France et, peu avant la Révolution, en 1788, dans son Mémoire sur le Jardin du Roi, il rêve de faire de celui-ci à la fois un dépôt de naturalisation des plantes exotiques et une pépinière nationale pour alimenter les écoles botaniques de province. Le décret du 10 juin 1793 attribue au Muséum d’Histoire naturelle un rôle essentiel dans « l’avancement de l’agriculture » et, un an et demi plus tard, Thibaudeau décrit le nouveau Muséum comme le lieu possible des « expériences utiles à l’agriculture et aux arts », comme un laboratoire pour l’amélioration des plantes153. Cependant, aussitôt établi le principe de la naturalisation des plantes et des animaux étrangers, se pose le problème de leur « territorialité ». Celui-ci semble pouvoir être résolu par leur acclimatation dans le midi de la France dont le climat, plus chaud, semble mieux leur convenir : dans la région de Liège, les commissaires saisissent une variété d’olivier utile « à naturaliser dans les départements du midi à cause de l’usage de sa fleur pour parfumer le thé » ainsi que le ciste de Crète « bon à naturaliser aux environs de Marseille »154 ; près de Bonn, ils trouvent une variété de chêne vert, « une de celles dont on mange le gland dans le royaume de Valence [et] il est utile de la multiplier dans les départements méridionaux » ; dans les serres chaudes de l’électeur de Cologne à Brühl, ils découvrent des camphriers qui semblent « propres à être envoyés dans les départements du midi pour s’y naturaliser »155. Ainsi, des plantes venues du bassin méditerranéen y retourneraient après avoir connu les serres chaudes de l’Europe du Nord. Certains animaux méritent également d’être naturalisés. Près de Liège, les commissaires découvrent « une variété de poule […] originaire de Lombardie, mais [qui] s’étant parfaitement naturalisée dans le pays [de Liège] que nous parcourons […] s’acclimatera facilement dans le nôtre plus sec et moins froid et qui par conséquent conviendra mieux à la nature de ces animaux, dont l’origine primordiale est de l’Inde »156. L’acclimatation de ces espèces dans le midi est alors pensée comme le premier temps d’une naturalisation sur la totalité du territoire national.

Laurier camphrier
Laurus camphora. Vélin de Pierre-Joseph Redouté et Jean Marie Mixelle l’aîné, 1804
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 157 AN, F/17/1275-A : État des graines récoltées ou recueillies dans les jardins de Lombardie par Mong (...)
  • 158 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au ministre des relations extérieures. Bologne, en pluviôse an (...)
  • 159 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la (...)
  • 160 Magasin encyclopédique, 4e année, vol. 2, 1798, p. 417.
  • 161 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Bonn, le 10 ni (...)
  • 162 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiair (...)
  • 163 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la (...)
  • 164 Trouvé (Claude-Joseph), Voyage dans la Belgique…, op. cit., vol. 1, p. 36. Voir aussi Young (Arthu (...)

7Le discours sur les usages alimentaires des plantes est omniprésent sous la Révolution, comme il l’a été tout au long de l’époque moderne obnubilée par les risques de disette : une plante y apparaît d’autant plus utile qu’elle est consommable à vil prix. Thouin indique les usages particuliers des plantes et, parfois, les manières de préparation culinaire comme pour le millet dont on se « sert pour la volaille et aussi pour la souppe [sic] des paysans après l’avoir dépouillé de son écorce en le pilant à la main dans un mortier de bois et avec un pilon de bois dur »157. Il décrit également la qualité gustative des plantes : en Italie, les cueillettes ont produit des « plantes succulentes », du raisin « excellent à manger », du melon blanc « très bon » ou des artichauts d’une espèce « très délicate à manger » etc.158 Les usages alimentaires et d’agrément sont habituellement décrits comme contradictoires par le biais d’un discours social qui oppose les subsistances du peuple laborieux aux distractions des aristocrates indolents, et les plantes consommables aux plantes d’ornement. Plus nuancé, Thouin écrit à propos des serres chaudes hollandaises : « Qu’on ne croit pas que ces cultures soient de simples objets d’agrément ; elles sont très utiles à des hommes qui ont besoin d’une distraction douce et agréable pour se délasser quelques jours par mois des occupations de leur commerce et de leurs travaux mais bien plus elles leur fournissent des légumes et des fruits qui entrent dans la masse de la consommation »159. Discours sur les subsistances et discours sur les distractions vont ici ensemble mais ils sont clairement hiérarchisés et on peut encore lire sur la bannière d’un char du cortège des monuments italiens, en l’an VI : « Graines de végétaux étrangers : Elles multiplieront nos richesses et nos jouissances »160. L’introduction de nouvelles plantes peut également initier un cercle vertueux où l’augmentation des productions végétales entraîne celles des productions animales grâce aux fourrages et réciproquement grâce aux fumures : l’introduction d’une variété de navet « dans notre agriculture, augmentant les fourrages doit nécessairement augmenter celui des bestiaux, fournir une plus grande abondance de fumiers et par conséquent bonifier les récoltes »161 ; l’arrivée des taureaux, vaches et buffles italiens permettra également « d’augmenter la fertilité du sol de la République »162. Enfin, pour éviter le retour des disettes, il ne s’agit pas seulement d’importer de nouvelles plantes mais également d’adopter d’autres modes de consommation en privilégiant l’agriculture de prairie à l’agriculture céréalière. Thouin dans une longue digression décrit les modes alimentaires des Hollandais chez lesquels « les disettes sont rares » : « si l’on veut régénérer l’agriculture en France, écarter la disette, il faut suivre l’exemple des Hollandais, diriger les vues de ses agriculteurs vers les cultures des prairies, l’éducation des bestiaux et faire ensuite que les Français se nourrissent avec de la viande, des légumes et surtout des racines. Un peuple qui ne vit que de pain est toujours à la veille de mourir de faim »163, et prêt à se révolter comme l’indiquait déjà Arthur Young164.

  • 165 Cité in Caron (Pierre), « Les ‘ Agences d’évacuation’ de l’an II », art. cit., p. 155.
  • 166 AN, F/17/1222 : Lettre de Thouin au ministre de l’Intérieur. Paris, le 25 ventôse an II.
  • 167 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., p. 5

8Le discours social sur la possibilité, grâce aux naturalisations de plantes étrangères, de pourvoir aux besoins alimentaires du peuple se double d’un autre, économique celui-là, sur les chances offertes à l’indépendance agricole française. En confisquant les plantes inconnues en France, puis en les naturalisant sur le territoire national, il devient possible de se passer des importations de produits agricoles étrangers. Ce projet d’autarcie agricole date du moment même de la création des « Agences d’extraction », le 8 mai 1794. La Commission d’agriculture et des arts précise alors que leur objet est d’importer « des animaux qui peuvent servir à régénérer nos races ou à nous en donner de nouvelles, les plantes qui manquent à notre sol, les graines qui peuvent en augmenter la valeur, les instruments et les métiers propres à servir, à éclairer notre industrie » pour « accroître, par le même moyen, la masse de ses subsistances, et [pour] s’affranchir à jamais du tribut qu’elle payait, pour quelques unes de ses manufactures, à la culture et à l’industrie étrangère »165. La Commission joint d’ailleurs à son arrêté un Aperçu sommaire des objets existants dans les pays ennemis actuellement occupés par nos armées et dont l’importation pourrait être avantageuse, détaillant, pour chaque armée, les saisies à opérer. Ce discours économique connaît alors une certaine fortune. En l’an II, les jardins du Luxembourg et des Tuileries sont complantés de semences et de tubercules de pommes de terre avec l’idée que la République « économisera des millions par l’émulation qu’elle va produire parmi les propriétaires dont les cultures nous mettront à portée de nous passer des subsistances que nous tirons à grand frais de l’étranger »166. En l’an III, Thibaudeau indique également que Daubenton a cherché « les moyens de perfectionner les laines, [moyens qui pourront] nous rendre moins tributaires de l’étranger », c’est-à-dire de l’Espagne et de ses moutons mérinos167.

  • 168 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la (...)

9Pour la réalisation de ce rêve autarcique, les confiscations septentrionales de l’an III fournissent des plantes vivantes et des graines mais aussi des modèles culturaux que Thouin espère faire adopter en France168 :

Les Hollandais n’ont pas circonscrit leur choix dans les végétaux indigènes à leur sol, ils l’ont étendu non seulement pour ceux des pays qui les avoisinent, mais encore ils ont mis à contribution les autres parties du Monde. Ces essais d’abord faits en petit dans les jardins ont ensuite été faits en grand dans les campagnes et il n’est pas rare d’y rencontrer des peupliers de Caroline, des platanes d’Amérique, des cèdres rouges de Virginie, des pins du Nord de l’Asie, d’Écosse ou de Pennsylvanie, des frênes, des érables, des tulipiers du nouveau monde, tous y croissent et y prospèrent avec vigueur.

  • 169 Ibid.
  • 170 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.

10En Hollande, les champs ressemblent à des jardins tandis que les serres chaudes, nombreuses et intelligemment utilisées, fournissent des produits exotiques « qui entrent dans la masse de la consommation [diminuant] d’autant les importations qu’on est obligé de faire pour la nourriture d’un peuple d’environ trois millions d’âmes qui se trouve pressé sur un si petit territoire »169. Les commissaires espèrent aussi que l’apport de nouvelles cultures permette l’essor du commerce. Dans les jardins de Belgique, ils découvrent170

des arbres précieux pour les arts, tels qu’une espèce d’olivier dont la fleur est employée par les Chinois pour parfumer le thé et lui donner l’odeur suave que nous lui connaissons, la salsepareille de Virginie, fort employée dans la médecine, le chêne vert dont le gland, qui a le goût de la châtaigne, est bon à manger. Ces trois individus pourront être transportés au printemps prochain dans nos départements méridionaux et s’y naturaliser. Il y a aussi quelques arbustes et plantes d’ornements inconnus à nos fleuristes de Paris et du reste de la France, tels que le laurier rosé à fleurs jaunes, le symphorine à feuilles également panachées en or, le sanguin du Canada varié de blanc, le violier panaché de jaune et le muflier à fleur double. Ces végétaux, faciles à multiplier lorsqu’on en possède un individu, passeront bientôt dans le commerce et augmenteront les ressources d’une classe d’hommes laborieux et utiles.

  • 171 AN, F/17/1276 : Lettre de Thouin et Faujas aux représentants du Peuple. Bruxelles, le 3 vendémiair (...)

11Hormis les considérations sur les subsistances, on voit ainsi poindre un discours économique sur l’autarcie agricole et sur les moyens d’ouvrir de « nouvelles branches de commerce utiles à la République »171. Mais tout ce discours physiocratique, si essentiel au cours de la mission septentrionale de l’an III, est relégué au second plan lors de la mission italienne qui lui succède, Thouin opposant d’ailleurs un modèle agronomique hollandais à un contre-modèle romain dans une sorte de dégradé européen allant du Nord au Sud.

LE DISCOURS MARTIAL

  • 172 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), Voyage pittoresque des environs de Paris ou description d (...)
  • 173 Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 209-246.
  • 174 Caron (Pierre), « Les ‘ Agences d’évacuation’de l’an II », art. cit., p. 153.
  • 175 AN, F/17/1276 : Lettre du Comité d’Instruction publique aux représentants près les armées. [Paris] (...)
  • 176 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.
  • 177 AN, AJ/15/836 : Lettre de [Thouin ou Faujas] à un « collègue et ami ». La Haye, le 24 ventôse an I (...)
  • 178 Décade philosophique, vol. 5 (mars à mai 1795), pp. 134-137.
  • 179 AN, F/17/1276 : Lettre de Thouin et Faujas. Bruxelles, le 6 vendémiaire an III. En deux exemplaire (...)
  • 180 Décade philosophique, vol. 5 (mars à mai 1795), p. 135 : « Conquêtes agriculturales »

12Présenter l’acquisition — et ce quelle qu’en soit la modalité — de spécimens d’histoire naturelle dans la langue du tribut n’est pas chose entièrement nouvelle. En 1779, à propos des animaux de la ménagerie de Versailles, Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, indique qu’on « diroit que l’Afrique a payé un tribut de ceux qu’elle produit, & que les autres parties du monde ont fait hommage au Roi »172. Bien qu’ancien, l’usage de la rhétorique martiale empruntée à la Rome antique connaît un succès inédit pendant la période révolutionnaire, notamment pour justifier les confiscations. Le discours du droit de la victoire et de la légitimité de ses fruits apparaît très tôt dans les périodiques savants et les organes gouvernementaux. Villette, dans le Magasin encyclopédique, en jette les bases dès 1793, parlant des « républicains voyageurs et conquérants […] partis pour imprimer le sceau de la propriété nationale sur les trésors de l’art »173. Le 15 septembre 1793, la Convention décrète que les généraux commandant les armées de la République, « renonçant désormais à toute idée philanthropique », exerceraient « à l’égard des pays et des individus subjugués par leurs armes les droits ordinaires de la guerre »174. En octobre 1794, lors de la mission septentrionale, le Comité d’Instruction publique se fait plus explicite encore : « tandis que le Génie de la Victoire plane sur nos légions belliqueuses, […] il est beau de voir les arts et les sciences acquérir le plus haut point de perfection par les riches matériaux recueillis dans les contrées naguère soumises aux despotes »175. Ce discours est parfois convoqué par les commissaires pour légitimer la confiscation des spécimens naturels : Faujas qualifie la tête de crocodile saisie à Maastricht de « prisonnier de guerre »176 ; Thouin parle de la confiscation de la ménagerie de Loo comme d’un « fruit de nos conquêtes [qui] ajoute à l’honneur de nos victoires »177. Surtout, en mars 1795, la Décade philosophique, dans son article « Conquêtes agriculturales », fait explicitement référence à la Rome antique, les armées de la nouvelle République prenant la suite des généraux romains à la nuance près que les nouvelles naturalisations, rendues possibles par les saisies des « généraux plébéiens », doivent donner du pain aux pauvres et non des mets raffinés aux bouches délicates des tyrans et des privilégiés178. Le discours martial ne saurait cependant être reçu sans contrepartie, ni énoncé sans modération alors que la jeune République promet le « bonheur » aux peuples des pays vaincus. En septembre 1794, Thouin parle des graines collectées en Europe du Nord pour y être naturalisées en France sur un ton clairement philanthropique : « C’est une conquête qui sans appauvrir les vaincus enrichit les vainqueurs et fait le bonheur de tous »179. En 1795, l’article « Conquêtes agriculturales » le redit : « Le gouvernement a chargé Thouin l’aîné de recueillir, à la suite des armées, en Allemagne, dans la Belgique et la Hollande, tout ce qui pouvait améliorer l’agriculture française. Cet excellent choix garantissait des succès. Thouin enrichit sa patrie, sans insulter, sans appauvrir les vaincus »180. Si la nature, bonne mère, est peu avare de ses fruits, les possibles implications économiques de ces naturalisations ne sont pas mises en évidence, notamment la perte, pour les nations vaincues, d’une partie de leurs débouchés commerciaux.

Crocodile de Maastricht
Gravure extraite de Faujas de Saint-Fond (Barthélemy), Histoire naturelle de la montagne Saint-Pierre de Maastricht (1799) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN

  • 181 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 22 floréal an III. En deux exemplaires : l’un au Com (...)
  • 182 AN, AJ/15/836 : Lettre de Thouin aux professeurs du Muséum d’Histoire naturelle. La Haye, le 21 fl (...)
  • 183 AN, F/17/1279 : Lettre de Pajou, Fouberd, conservateurs du Musée central des Arts, au ministre de (...)
  • 184 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la (...)
  • 185 Lebrun (Jean-Baptiste), Réflexions sur le Muséum national [édition de Pommier Édouard], Paris : Ré (...)

13Dès 1795, les commissaires insistent pour que la nation victorieuse conserve le souvenir de ses conquêtes, ce qui suppose de distinguer les objets confisqués, de les conserver méticuleusement et de les exposer au public. Thouin écrit ainsi à propos du transport précautionneux des collections stathoudériennes : « Cette précaution accélèrera la jouissance du public et assurera la conservation d’une collection précieuse qui l’intéresse sous plusieurs rapports puisqu’en même temps qu’elle servira à augmenter les moyens de l’Instruction publique, elle rappellera les victoires des Français dont elle est le fruit »181. Ailleurs, à propos de l’intégration dans les collections du Muséum des objets saisis chez le Stathouder, il se montre sensible à la nécessité de les distinguer, ne serait-ce que par la pose d’une étiquette : « Si l’on place ces animaux avec les anciens, il serait peut-être utile de mettre sur leurs étiquettes le lieu d’où ils viennent, afin de rendre justice à la valeur des armées françaises et de perpétuer la mémoire de leur victoire »182. Ces propos sur la possible distinction entre les objets de science saisis sur l’ennemi et ceux recueillis dans les voyages ou échangés entre savants se retrouvent d’ailleurs, presque à l’identique, chez les conservateurs du Musée central des Arts183. Le discours patriotique pointe alors la nécessité d’une mémoire des conquêtes dont les objets confisqués seraient la marque tangible et éternelle puisque c’est à travers eux que se perpétuerait l’événement. Surtout, on commence à songer à faire de Paris la capitale des sciences naturelles. Thouin, à propos de la confiscation du cabinet stathoudérien, se réjouit : « Ce tribut d’une puissance vaincue ne contribuera pas peu à perpétuer la gloire des vainqueurs et à rendre les puissances voisines tributaires de la France en forçant leurs sujets à venir dans son sein puisque des connaissances utiles c’est sans contredit la contribution la moins onéreuse à celui qui la paye, la plus digne d’un grand peuple qui l’impose et la plus fructueuse au Bonheur de l’humanité, but que ne doit jamais perdre de vue tout gouvernement »184. C’est un des textes — avec les Réflexions sur le Museum national de Jean-Baptiste Pierre Lebrun en janvier 1793 et le discours de Barbier annonçant à la Convention, le 20 septembre 1794, l’arrivée du premier convoi d’œuvres d’art saisies en Belgique185 — qui fait de Paris la métropole européenne des arts et des sciences avec ce que cela implique en terme de hiérarchie (c’est la première ville savante d’Europe) et de centralité (on vient s’y instruire de toutes parts).

  • 186 Blumer (Marie-Louise), « La Commission pour la recherche des objets de sciences et arts en Italie (...)
  • 187 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiair (...)
  • 188 Magasin encyclopédique, 3e année, vol. 3 (1797), pp. 261-262 : « Lettre des commissaires des arts (...)
  • 189 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiair (...)
  • 190 Magasin encyclopédique, 4e année, vol. 2 (1798), pp. 416-427 : « Entrée triomphale des monuments d’ (...)

14Si le discours du tribut se forge au moment des guerres septentrionales, il demeure alors encore inachevé, seulement composé de bribes qu’il est possible de rassembler. C’est par la campagne d’Italie et la translation des œuvres de la péninsule en France que ce discours gagne en cohérence et en poids186. Par exemple, dans un long rapport rédigé à Marseille à la fin de septembre 1797, Thouin parle du « butin » constitué par les « précieuses dépouilles » des « monumens des victoires des armées d’Italie » sans que l’on sache jamais s’il parle des monuments des arts ou de ceux des sciences187. La presse diffuse largement ce discours à l’image du Magasin encyclopédique, où les commissaires annoncent que les « monumens les plus durables de la gloire de la République et des victoires de ses armées d’Italie » sont arrivés dans la cité phocéenne188. Ce qui est remarquable dans ces textes, ce n’est pas seulement que ce discours acquiert dans la campagne italienne sa primauté sur les deux autres, c’est aussi que le ton change et qu’émerge clairement la figure du général victorieux. Dans ce même rapport de Thouin, la « brave armée d’Italie » est couverte des éloges du naturaliste et Bonaparte est cité une demi-douzaine de fois189. Plus que le transport des monuments italiens, c’est la fête organisée lors de leur arrivée à Paris en thermidor an VI qui constitue le point d’orgue de ce discours martial. C’est à cette occasion que Ponce-Denis Échouard-Lebrun compose son Chant dithyrambique distribué au peuple parisien sous la forme d’une plaquette imprimée. Dans sa cinquième strophe, Lebrun écrit190 :

Rome les enlevait aux Grecs industrieux ;
Et dans la ville aux sept collines
Notre Mars enleva ces larcins glorieux.
Riche des dépouilles du Tibre,
La Seine triomphante et libre
Pour jamais les offre à nos yeux

Entrée triomphante des Français dans Rome le 15 janvier 1798… Gravure de Pierre-Gabriel Berthault publiée en 1802 Cliché Bibliothèque nationale de France.

  • 191 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiair (...)

15Paris, dans la pompe de la grande fête triomphale, apparaît comme une nouvelle Rome impériale. Pourtant, la nouvelle Rome doit dépasser l’ancienne et on retrouve parfois les accents anti-tyranniques du discours républicain. En septembre 1797, Thouin, au retour de sa mission italienne, s’exclame191 :

Toutes les classes de citoyens verront que le gouvernement s’est occupé d’elles et que chacune aura sa part dans le partage d’un aussi riche butin. Elles jugeront ce qu’est un gouvernement républicain comparativement au monarchique qui ne fait des conquêtes que pour placer et enrichir des courtisans et satisfaire sa vanité, tandis que l’autre a pour but la fertilisation du sol de la République, la propagation des sciences et des arts, d’où doit naître le Bonheur des individus, celui des diverses classes de citoyens et enfin la gloire la plus solide et la plus éclatante de la nation.

16La Rome des Anciens dont rêvent les commissaires est bien celle de la République romaine, le modèle impérial renvoyant ici à une domination territoriale, non à une organisation des pouvoirs.

*

17Les trois grands discours de justification des confiscations — le discours républicain, le discours physiocratique et le discours du tribut — sont liés à des moments historiques. Pour chacun des territoires européens, un de ces discours prévaut sur les deux autres. En France, entre 1792 et 1794, moment fort des saisies, le discours dominant est le discours somptuaire sur le luxe inutile des nobles. En Europe septentrionale, principalement lors de la première mission de 1794 à 1795, le discours de « l’amélioration » est prédominant, la Hollande proposant alors un modèle agricole pour l’intérieur de la République. En Italie, entre 1796 et 1797, c’est le discours de la victoire et de ses fruits légitimes qui revient sans cesse à l’heure où commence à se mettre en place la légende dorée du jeune général victorieux. C’est sans doute au niveau de ces régimes de justifications qu’apparaît le mieux la distinction entre le dedans et le dehors de la jeune République. Les justifications sont rares lors des confiscations françaises. Cela s’explique pour partie par les circonstances — la nécessité d’opérer dans l’urgence et la faiblesse organisationnelle avant la mise en place de la Commission temporaire des arts — mais aussi par l’absence de nécessité de justifier la pratique des saisies, celles-ci touchant les ennemis intérieurs de la jeune République. En revanche, ces discours deviennent omniprésents quand les collections étrangères sont à leur tour visées, ce qui trahit sans doute un malaise, voire une mauvaise conscience, chez les commissaires mais également chez les publicistes de la Décade philosophique ou du Magasin encyclopédique.

Notes

135 Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 209-246.

136 Lakanal (Joseph), Rapport et projet de loi sur les Écoles centrales fait au nom du Comité d’Instruction publique. Dans la séance du 26 frimaire de l’an troisième de la République française une et indivisible, [Paris] : Imprimé sous l’ordre de la Convention nationale, 1794, p. 9.

137 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires au Comité de Salut public. Bonn, le 10 nivôse an III.

138 AN, F/17/1229 : Lettre de la municipalité d’Annonay à la Commission temporaire des arts. Annonay, le 16 ventôse an III.

139 Les missels sont refondus pour faire du papier. Pour les caractères de la Propagande romaine, voir AN, F/17/1275-A : Lettre de Duboy-Laverne, Directeur de l’imprimerie de la République au Directoire exécutif. Paris, le 4 ventôse an 5 : « Ces caractères originairement gravés pour propager chez les nations les plus lointaines l’empire de la superstition seront entre les mains des Français libres les conducteurs électriques de la philosophie et des sciences utiles au bonheur de l’humanité ».

140 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., pp. 249-258 ; pour la citation, p. 251. Les maisons religieuses sont d’ailleurs « soigneusement dépecées » : les bronzes sont transformés en canons, l’argenterie enrichit le Trésor national, le fer-blanc des toitures sert à fabriquer des boîtes à mitrailles, les cordes des cloches sont attribuées aux convois militaires, les parchemins sont transformés en gargousses etc.

141 Voir Shovlin (John), The Political Economy of Virtue. Luxury, Patriotism, and the Origins of the French Revolution, Ithaca ; London : Cornell University Press, 2006, pp. 132-141.

142 Mercier (Louis-Sébastien), Tableau de Paris, Paris : Mercure de France, 1994 [1783], vol. 1, pp. 747-748.

143 Lettre de Thouin à Linné fils de mai 1778. Cité in Duris (Pascal), Linné et la France (1780-1850), Genève : Droz, 1993, p. 62.

144 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Bonn, le 10 nivôse an III.

145 AN, F/17/1276 : « Spécification des arbres d’orange et des plantes étrangères qui se trouvent au jardin du château de Bruhl » par Weyhe, jardinier à Brühl. Brühl, le 20 brumaire an V.

146 Heinzmann (Johann Georg), Voyage d’un Allemand à Paris, et retour par la Suisse, Lausanne : Imprimerie de Hignou, 1800, p. 136.

147 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin à la Commission des arts. La Haye, le 28 prairial an III.

148 AN, F/17/1222 : Lettre de Thouin au ministre de l’Intérieur. Paris, le 25 ventôse an II.

149 Ibid.

150 Voir Kury (Lorelai), « André Thouin et la nature exotique au Jardin des plantes », in Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Jardin entre science et représentation, Paris : Éditions du CTHS, 1999, pp. 255-265.

151 Thouin (André), « Essai sur l’exposition et la division méthodique de l’économie rurale, sur la manière d’étudier cette science par principes et sur les moyens de l’étendre et de la perfectionner », in Rozier (François), Cours complet d’agriculture, Paris : Marchant, vol. 11, 1805, p. v.

152 Shovlin (John), The Political Economy of Virtue…, op. cit., pp. 80-117.

153 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., p. 18.

154 AN, F/17/1276 : « Liste des arbres, arbustes et plantes composant l’envoi expédié de Liège le 24 vendémiaire l’an 3e de la République française ». Liège, le 23 vendémiaire an III.

155 AN, F/17/1245 : « Liste des végétaux vivants mis en réquisition par les Citoyens à la recherche des objets de sciences et d’arts dans les pays conquis pour être envoyés à Paris, au printemps » de Thouin. [Bonn], le 10 nivôse an III.

156 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.

157 AN, F/17/1275-A : État des graines récoltées ou recueillies dans les jardins de Lombardie par Monge, Thouin, Moitte, Berthollet, Tinet, Barthélemy. Milan, le 10 messidor an IV.

158 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au ministre des relations extérieures. Bologne, en pluviôse an V ; Lettre des commissaires, sans doute de Thouin. Sans lieu ni date [an V] ; État des graines récoltées ou recueillies dans les jardins de la Lombardie par Monge, Thouin, Moitte, Berthollet, Tinet, Barthélemy. Milan, le 10 messidor an IV.

159 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la Commission temporaire des arts ; l’autre au Comité du Salut public ; le dernier au Comité d’Instruction publique.

160 Magasin encyclopédique, 4e année, vol. 2, 1798, p. 417.

161 AN, F/17/1245 : Lettre des commissaires Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Bonn, le 10 nivôse an III.

162 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiaire an VI.

163 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la Commission temporaire des arts ; l’autre au Comité du Salut public ; le dernier au Comité d’Instruction publique.

164 Trouvé (Claude-Joseph), Voyage dans la Belgique…, op. cit., vol. 1, p. 36. Voir aussi Young (Arthur), Voyages en France pendant les années 1787, 1788 et 1789 [traduit par M. Lesage H.J.], Paris : Guillaumin, 1882 [1793], en date du 15 juillet 1789.

165 Cité in Caron (Pierre), « Les ‘ Agences d’évacuation’ de l’an II », art. cit., p. 155.

166 AN, F/17/1222 : Lettre de Thouin au ministre de l’Intérieur. Paris, le 25 ventôse an II.

167 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle, 1794, op. cit., p. 5.

168 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la Commission temporaire des arts ; l’autre au Comité du Salut public ; le dernier au Comité d’Instruction publique.

169 Ibid.

170 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.

171 AN, F/17/1276 : Lettre de Thouin et Faujas aux représentants du Peuple. Bruxelles, le 3 vendémiaire an III.

172 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), Voyage pittoresque des environs de Paris ou description des maisons royales, châteaux & autres lieux de plaisance, situés à quinze lieues de cette Ville, Paris : Debure l’aîné, 1779 [4e éd.], p. 150.

173 Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 209-246.

174 Caron (Pierre), « Les ‘ Agences d’évacuation’de l’an II », art. cit., p. 153.

175 AN, F/17/1276 : Lettre du Comité d’Instruction publique aux représentants près les armées. [Paris], le 15 vendémiaire an III.

176 AN, F/17/1276 : Rapport de Leblond, Faujas et Thouin au Comité de Salut public. Sans lieu ni date.

177 AN, AJ/15/836 : Lettre de [Thouin ou Faujas] à un « collègue et ami ». La Haye, le 24 ventôse an III.

178 Décade philosophique, vol. 5 (mars à mai 1795), pp. 134-137.

179 AN, F/17/1276 : Lettre de Thouin et Faujas. Bruxelles, le 6 vendémiaire an III. En deux exemplaires : l’un au Comité de Salut public ; l’autre au Comité d’Instruction publique.

180 Décade philosophique, vol. 5 (mars à mai 1795), p. 135 : « Conquêtes agriculturales »

181 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 22 floréal an III. En deux exemplaires : l’un au Comité d’Instruction publique ; l’autre au Comité de Salut Public.

182 AN, AJ/15/836 : Lettre de Thouin aux professeurs du Muséum d’Histoire naturelle. La Haye, le 21 floréal an III.

183 AN, F/17/1279 : Lettre de Pajou, Fouberd, conservateurs du Musée central des Arts, au ministre de l’Intérieur. Paris, le 3 fructidor an IV : « si l’on disperse d’abord à leur arrivée ces objets dans leurs musées respectifs, classés aussitôt ou confondus parmi ceux qui existent dans ces différents cabinets, ils perdront […] aux regards vulgaires le prix qu’on attache aux fruits distincts d’une conquête récente. Au contraire, réunis dans un même lieu, la variété, le nombre et l’ensemble frapperont utilement l’imagination et les yeux. Les objets précieux seront placés dans des cages de glace dont nous avons vu assez grand nombre propre à cet usage et où ils seront en sûreté ».

184 AN, F/17/1277 : Lettre de Thouin. La Haye, le 20 floréal an III. En trois exemplaires : l’un à la Commission temporaire des arts ; l’autre au Comité du Salut public ; le dernier au Comité d’Instruction publique.

185 Lebrun (Jean-Baptiste), Réflexions sur le Muséum national [édition de Pommier Édouard], Paris : Réunion des Musées nationaux, 1992, p. 8 ; Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 228-229.

186 Blumer (Marie-Louise), « La Commission pour la recherche des objets de sciences et arts en Italie (1796-1797) », art. cit., pp. 62-259 et surtout Pommier (Édouard), L’Art de la Liberté…, op. cit., pp. 209-246.

187 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiaire an VI.

188 Magasin encyclopédique, 3e année, vol. 3 (1797), pp. 261-262 : « Lettre des commissaires des arts en Italie au ministre de l’Intérieur » ; pour la citation, p. 261.

189 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiaire an VI.

190 Magasin encyclopédique, 4e année, vol. 2 (1798), pp. 416-427 : « Entrée triomphale des monuments d’Italie ».

191 AN, F/17/1275-A : Lettre de Thouin au Président du Directoire exécutif. Marseille, le 6 Vendémiaire an VI.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Bénitier géant Vélin du Muséum par Juliette Alberti (portefeuille 76, folio75) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
Légende Laurier camphrier Laurus camphora. Vélin de Pierre-Joseph Redouté et Jean Marie Mixelle l’aîné, 1804Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Crocodile de Maastricht Gravure extraite de Faujas de Saint-Fond (Barthélemy), Histoire naturelle de la montagne Saint-Pierre de Maastricht (1799) Cliché Bibliothèque centrale, MNHN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende Entrée triomphante des Français dans Rome le 15 janvier 1798… Gravure de Pierre-Gabriel Berthault publiée en 1802 Cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540