Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République naturaliste

 | 
Pierre-Yves Lacour

Introduction

Texte intégral

La mode naturaliste des Lumières
Frontispice de L’Histoire naturelle d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1742)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

Non seulement il convient d’y réunir en grand tous les moyens d’instruction relatifs à l’étude de la nature, mais le Muséum, placé dans le point de réunion des lumières, doit être le centre auquel se rapporteront tous les autres établissements du même genre qui seront institués dans les départements ou qui y existent déjà. Il faut donc l’entourer de toutes les facilités pour rassembler les objets à distribuer, pour acclimater les végétaux & les animaux utiles et bons à multiplier dans nos jardins, nos champs, nos forêts & nos basses-cours […]
La nation a recueilli beaucoup de richesses en histoire naturelle dans les cabinets & jardins des émigrés & condamnés. Les commissaires envoyés dans la Belgique, pour recueillir tous les objets de sciences & d’arts utiles au complément de nos collections nationales, ont aussi, dans cette partie, mis à profit les victoires des défenseurs de la patrie […]
Votre intention n’est pas plus sans doute de concentrer dans le Muséum d’Histoire naturelle que dans le Muséum des arts, tout ce que la nation possède ; il y en aura une partie destinée aux Muséums à former dans les départemens : mais celui de Paris doit être le foyer d’où partiront toutes les lumières & tous les objets qui doivent former & diriger les autres, & vous vous empresserez de profiter de la plus belle occasion qui se soit offerte à des législateurs pour compléter un établissement aussi essentiel.
Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national
d’Histoire naturelle, Séance de la Convention nationale du 11 frimaire an III, Paris : Imprimerie nationale, 1794, pp. 7-9.

  • 1 Latour (Bruno), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris : La Déc (...)
  • 2 Chartier (Roger), « Récits et spectacles de la Nature », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), (...)
  • 3 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin. 1747-1824, Pa (...)
  • 4 Pour ce qui suit, voir Ibid., pp. 366-369 ; Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie. L’Histoire nature (...)
  • 5 Thouin propose de retenir soixante-six espèces d’arbres adaptées aux différents climats et sols du (...)

1« La Constitution moderne invente une séparation entre le pouvoir scientifique chargé de représenter les choses et le pouvoir politique chargé de représenter les sujets », écrit Bruno Latour1. Ce livre se place précisément à ce niveau, celui de la coupure entre politique et science ou entre nature et société. Ce « grand partage » n’est ni nécessaire ni éternel : il est localisé géographiquement dans la culture occidentale et historiquement dans l’époque moderne. Il serait même le symptôme et le motif essentiel de notre modernité. Or la Révolution, si elle ne supprime pas ces deux pôles, rêve de naturaliser la société et, dans le même temps, de politiser la nature. Les révolutionnaires proposent une nouvelle société politique fondée sur l’ordre naturel. Ils affirment d’abord l’identité entre l’ordre des lois et celui de la nature. Comme l’écrit Roger Chartier, le spectacle de la nature « donnant à voir en toute transparence la nature des choses et des êtres, […] est comme une métaphore d’un ordre politique qui entend briser avec l’opacité, le secret et la dissimulation qui caractérisaient la société ancienne »2. Les hommes de la Révolution découvrent également dans la nature une source de légitimation du nouvel ordre politique qu’ils entendent fonder : Dieu et ses saints sont remplacés par la nature et ses objets comme dans le calendrier révolutionnaire, où, à chaque jour, correspond le nom d’une plante, d’un animal ou d’un outil agricole3. De même, la nature fournit aux hommes de la Révolution des symboles politiques commodes. On pense en particulier aux arbres de la Liberté, plantés dès les premiers mois de la Révolution sur tout le territoire national4. L’histoire est édifiante. Les arbres de 1789, souvent simplement coupés puis fichés en terre, dépérissent rapidement : la mort de ces incarnations botaniques de la Liberté est insupportable aux yeux des révolutionnaires. Il convient de replanter rapidement des arbres en indiquant aux citoyens la marche à suivre : on demande au jardinier André Thouin de faire des propositions pour réparer le symbole. Dans son rapport, il précise ce que devraient être les arbres de la Liberté : ils les faudrait « robustes » et d’une « longue vie » car « il serait à désirer que ces arbres, symbole [sic] de la liberté, fussent éternels » ; ils seraient de « première grandeur », ce qui inspirerait « naturellement un sentiment d’admiration, de vénération même, qui se lie nécessairement à l’objet dont il est l’emblème » ; ils fourniraient un « bel ombrage » pour que les habitants des campagnes puissent jouir tranquillement de « leurs branches hospitalières », ce qui les rendrait plus chers à leurs cœurs5. Il brosse ainsi l’image de la République idéale : durable, imposante et généreuse.

  • 6 Ibid., chap. 5, pp. 227-281. Pour une première version Spary (Emma C.), « Le Spectacle de la Nature (...)
  • 7 Cité dans Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle dans les Écoles centrales (1795 (...)
  • 8 Pour les citations qui suivent : Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes contenant (...)

2Comme l’indique Emma C. Spary, la contemplation de la nature relève enfin d’un projet politique d’éducation morale du public6. Selon les théories sensualistes d’un Condillac, le contact direct et sans médiation avec la Nature doit permettre la régénération nationale par l’amélioration morale des citoyens. Le naturaliste républicain Hammer estime ainsi que « les productions naturelles nous conduisent par la route facile du plaisir à une bienveillance générale, à un recueillement profond & religieux, à l’amour de tout ce qui est utile, de tout ce qui est juste & généreux, aux affections si grandes & si naturelles de la liberté, aux élans de la vertu »7. Empruntons encore quelques exemples au guide du Muséum rédigé par Louis-François Jauffret à l’attention des enfants8. Dans cette fable morale, le jeune Gustave, au sortir du cabinet d’histoire naturelle offre une pièce de douze sous à un mendiant portant un écriteau sur sa poitrine. On y lit :

De la nature, ô vous qui visitez le temple !
Par votre bienfaisance imitez-en l’auteur.
Il est fermé pour moi le spectacle enchanteur
Des beautés que votre œil contemple.
Puissé-je, de mon sort pour adoucir l’horreur,
Retrouver la nature au fond de mon cœur.

La morale de la nature à destination des enfants
Frontispice du Livre du second âge : ou Instructions amusantes sur l’histoire naturelle des animaux de Jean-Baptiste Pujoulx (1803)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

Les moines animalisés Page de titre, début de préface et pages 33-34 de l’Essai sur l’histoire naturelle de quelques espèces de moines décrits à la manière de Linné d’Ignaz von Born (1784 puis réédité en 1798).

3La nature est généreuse, le petit homme doit l’imiter et se faire philanthrope. Plus loin, le narrateur explique que les cigognes jouissent de toute leur liberté dans leur bassin, « et voilà, ajoute-t-il, ce qu’on gagne quand on a des mœurs douces et qu’on ne fait du mal à personne. On vit plus tranquille, plus satisfait et on améliore sa condition ». Seuls les méchants méritent d’être enfermés. Plus loin encore : « Ces barrières, mon cher ami, seraient tout-à-fait inutiles, s’il ne venait ici que des spectateurs aussi paisibles que nous. Les éléphans se connaissent en spectateurs. Ils semblent même se plaire en compagnie, aiment surtout les enfants, les caressent, et paraissent reconnaître en eux leur innocence ». L’enfance est le temps de la communion entre les mœurs douces des animaux et les cœurs tendres des plus jeunes. La nature est ainsi autant un petit traité de morale quotidienne qu’un modèle politique désirable pour la société des hommes.

  • 9 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris [trad. de l’allemand par le général Dumouriez (...)
  • 10 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 129-135, pp. 193-200 et pp. 257-265 : « Hist (...)
  • 11 Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes …, An VI, op. cit., p. 169.
  • 12 Voir Lacour (Pierre-Yves), « La Place des colonies dans les collections d’histoire naturelle. 1789 (...)

4En retour, la nature est pensée selon un ordre politique. D’une part, on affuble les êtres naturels d’innombrables noms d’oiseaux, ce que l’on pourrait appeler une « nomenclature politique » : le lion que Buffon et d’autres appelaient le « roi des animaux », n’est plus qu’un ci-devant, le « ci-devant roi des animaux »9 ; les abeilles ouvrières ne sont plus présentées comme les « sujets » d’une reine despotique mais comme un peuple d’enfants gouvernés par une « mère » chérie ou comme les véritables maîtres de la ruche, ne respectant « l’abeille femelle » et les « abeilles mâles » que parce qu’elles sont nécessaires pour la « multiplication de l’espèce »10. D’autre part, la nature doit se plier aux volontés des hommes : c’est le rôle de l’histoire naturelle. Les naturalistes créent de petites républiques botaniques. Écoutons encore Jauffret parlant de l’École de botanique du Muséum : il s’agit d’une « véritable république. Une main savante a partagé tout le terrain, y a rassemblé tout un peuple de plantes, et leur a assigné, à chacune leur quartier et leur propre demeure. Toutes les familles, provenues d’une même origine, logent à part dans des cantons distingués et forment autant de peuplades »11. La nature des botanistes s’administre comme une république avec son territoire, ses familles et son découpage cantonal. La domestication du monde naturel prend d’abord cette forme, celle de sa maîtrise intellectuelle, manière d’éviter la prolifération des êtres en assignant à chaque chose une place bien déterminée au sein des classifications livresques comme dans l’espace des collections. La domestication prend aussi la forme de la naturalisation des plantes et des animaux sur le territoire national. Les naturalistes leur attribuent une position dans leurs classements autant qu’ils rêvent de les acclimater, c’est-à-dire de changer leur place géographique. Le projet de naturalisation des espèces exotiques n’est pas neuf mais, sous la Révolution, alors que l’empire colonial français se délite, la question devient cruciale. Tandis que les révoltes, puis l’affranchissement d’esclaves mettent un terme à l’économie de plantation et que les guerres sur mer perturbent gravement le commerce avec les colonies, l’acclimatation est perçue comme le moyen de se passer des denrées coloniales12. La nature, son spectacle et sa connaissance, apparaît bien essentielle dans le projet politique révolutionnaire : la rhétorique de l’utilité économique, déjà un des leitmotive des Lumières, se double d’un discours moral, où l’on convoque, presque toujours, la mémoire de Jean-Jacques.

*

  • 13 Gillispie (Charles C.), « The Encyclopédie and the Jacobin Philosophy of Science. A Study in Ideas (...)
  • 14 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum royal d’Histoire naturelle. (...)

5Parlant de la métamorphose du Jardin du roi en Muséum national d’Histoire naturelle par le décret du 10 juin 1793, Charles C. Gillispie y voyait la « Révolution en microcosme botanique »13. Soit un objet d’histoire de la culture et des sciences traversé par l’événement monstre. Son évolution entre l’Ancien Régime et la Révolution a pu être interprétée de manière contradictoire. On a parfois insisté sur les formes de continuité entre le Muséum national et le Jardin du roi sous l’ère Buffon : les hommes sont souvent les mêmes de part et d’autre de la Révolution ; les logiques dynastiques dominent toujours car le Muséum, c’est aussi une histoire de famille où l’on place les fils comme on marie les filles ; le projet encyclopédique comme le programme d’acclimatation sont bien antérieurs à 1793. Plus souvent, comme l’illustre le découpage des monographies institutionnelles, celles des historiographes officiels comme celles des historiens, on a souligné la rupture révolutionnaire. L’institution a changé de nom : le nom de Muséum permet de « désigner la réunion de trois établissemens principaux, le jardin du Roi, le cabinet du Roi, et la ménagerie du Roi »14 ; l’adjectif « national » a remplacé « royal », signe de la nationalisation de l’institution ; de trois professeurs sous Buffon, on passe à douze et bientôt à treize sous la Révolution ; les collections, on le verra longuement, ont considérablement augmenté. Surtout, en 1793, l’institution se dote d’une constitution que l’on peut sans peine appeler démocratique. Le poste d’intendant, relais du pouvoir monarchique qui offrait à son titulaire de belles rentes et une autorité souveraine sur l’établissement, est supprimé. Désormais, les professeurs bénéficient tous du même statut et du même traitement, et chacun a pareillement son mot à dire sur la marche de l’établissement. Lorsqu’ils se réunissent en assemblée, les professeurs prennent toutes les décisions relatives au fonctionnement de l’institution tandis que le poste de directeur, attribué tous les six mois à l’un d’entre eux, est une charge et peut-être un honneur, mais il n’offre à son titulaire aucun surplus d’autorité. Égalisation des conditions, création du nouveau statut de professeur-administrateur, prise de décision collective, le contraste est fort avec l’organisation de l’établissement à la veille de la Révolution. Il s’agit à la fois d’assurer l’autonomie de l’institution vis-à-vis du pouvoir politique et de distribuer l’autorité de manière à éviter sa concentration dans les mains d’un seul homme. Le Muséum de 1793, c’est un peu l’Athènes recréée.

  • 15 Humboldt (Wilhelm von), Journal parisien (1797-1798) [trad. par Beyer Élizabeth], Paris : Actes Su (...)
  • 16 Outram (Dorinda), « Le Muséum d’Histoire naturelle après 1793. Institution scientifique ou champ d (...)
  • 17 Sur les tentatives de donner une place au voyageur naturaliste Olivier (1794) ou à Nadault, neveu (...)
  • 18 Outram (Dorinda), « New Spaces in Natural History », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & Sp (...)

6Cette organisation institutionnelle permet de renvoyer dos-à-dos deux visions prétendument contradictoires du Muséum. En 1798, Wilhelm von Humboldt observe que les savants y « sont très soudés et qu’ils l’ont été durant toute la Révolution »15 et, plus tard, les hagiographes le répéteront à l’envi. Les historiens, de caractère plus sceptique, ont critiqué cette interprétation et vu dans le Muséum un espace de lutte permanente dont la longue et méchante querelle entre Lamarck et Cuvier serait le symbole16. Le contraste est frappant, mais la perspective n’est pas la bonne. En fait, ces deux lectures, également vraies, ne sont pas contradictoires. Les professeurs font bloc face aux pouvoirs administratifs pour demander davantage de subsides publics, mais aussi lorsqu’une menace plane sur l’organisation de l’institution, lorsqu’il est question de recréer un poste d’intendant nouvelle manière ou bien d’imposer quelqu’un de l’extérieur17. Ils font corps avec l’institution quand son autonomie est menacée mais cela n’empêche ni les déchirements ni les rivalités pour imposer sa théorie, pour rogner un peu sur les prérogatives disciplinaires des confrères ou pour gagner un peu de surface d’exposition au détriment des collègues18. On pourrait même penser que la constitution démocratique a exacerbé ces tensions ou tout au moins qu’elle les a mises au jour en les portant dans l’espace public. La démocratie des naturalistes n’est pas si douce.

*

  • 19 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature en France au xviiie siècle, Genève : Slatkine, 2001 [19 (...)
  • 20 Roger (Jacques), Buffon, un philosophe au jardin du Roi, Paris : Fayard, 1989, pp. 248-272.
  • 21 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature…, op. cit., pp. 8-9 et pp. 248-249.
  • 22 Ibid., p. 6.
  • 23 Ibid., pp. 213-236 ; ici, pp. 217-218.
  • 24 Lemoine (Robert), « L’Enseignement scientifique dans les collèges bénédictins », in Taton (René) ( (...)
  • 25 Glorieux (Guillaume), À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont (...)
  • 26 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature..., op. cit., p. 4 ; Pomian (Krzysztof), Collectionneur (...)
  • 27 Van Damme (Stéphane), Paris, capitale philosophique. De la Fronde à la Révolution, Paris : Odile J (...)
  • 28 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 2 (1751), s. v.  (...)

7L’histoire naturelle devient une véritable mode culturelle dans la seconde moitié du xviiie siècle. On repère de nombreux indices de cet engouement qui lie « pour des choses sérieuses les gens d’études et ceux du monde, ceux qui collectionnent et ceux qui polémiquent »19. Le marché du livre donne quelques signes assez sûrs des attentes culturelles des lecteurs : les trois premiers volumes de l’Histoire naturelle, générale et particulière de Buffon sont un succès de librairie avec un premier tirage épuisé en six semaines et des rééditions rapides20 ; son Histoire naturelle et le Spectacle de la Nature de Pluche remplissent les étagères des bibliothèques particulières, davantage que les œuvres des philosophes21 ; des résumés de Réaumur et d’autres naturalistes sont publiés à l’usage des gens du monde et des enfants22. L’histoire de l’éducation offre encore quelques indices de cette mode culturelle : dans les dernières décennies de l’ancien Régime, les pédagogues font une place à l’histoire naturelle dans leur plan d’enseignement et rédigent des manuels destinés à la jeunesse23 ; le collège bénédictin de Sorèze propose un enseignement de zoologie et de botanique dès 1775, bientôt complété par un cours de minéralogie en 178024. D’autres indices sont repérables dans les pratiques collectionneuses : autour de 1730, se dessine un marché des naturalia dont le marchand Gersaint est le principal animateur25 ; à la mi-siècle, d’après Deluc, la mode des collections naturalistes se répand « tout à coup » à Paris mais aussi dans les grandes villes de province et, rapidement, le nombre de collections parisiennes de coquilles dépasse celui des médailles26 ; et, en 1788, les guides de Paris de Jèze et Thiéry mentionnent la présence de quarante-cinq cabinets d’histoire naturelle contre vingt-cinq collections d’œuvres d’art, douze d’antiquités, neuf de physique et neuf d’estampes27. Les encyclopédistes observent d’ailleurs que « c’est […] à notre siècle que l’on rapportera le commencement des établissemens les plus dignes du nom de cabinet d’histoire naturelle »28.

Le spectacle de la Nature
Frontispice du Spectacle de la nature de Noël-Antoine Pluche (8ème éd. de 1741)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 29 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie ou histoire naturelle des coquilles de (...)

8En 1780, les successeurs de Dezallier d’Argenville recensent 695 cabinets naturalistes européens en activité29. Presque tous localisés dans des villes, on en compte 30 au Danemark, 39 en Suisse, 42 en Angleterre et en Écosse, 63 en Hollande, autant en Italie et Piémont, 105 dans le Saint-Empire et 284 en France dont 134 dans la seule capitale. Ainsi, l’histoire naturelle est probablement le domaine scientifique qui dispose de la plus large surface sociale dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 30 AN, F/17/1229 : Lettre de Macé au président de la Société d’Histoire naturelle. Port du Nord de l’ (...)
  • 31 Par exemple, Dhombres (Nicole) & Dhombres (Jean), Naissance d’un nouveau pouvoir. Sciences et sava (...)
  • 32 Drouin (Jean-Marc), « L’Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique », in(...)
  • 33 Lacour (Pierre-Yves), « Encyclopédisme et distribution des savoirs dans le Magasin encyclopédique  (...)

9En octobre 1793, Macé, naturaliste de l’Île Maurice, se plaint au président de la Société d’histoire naturelle : « Je ne dois pas en espérer de l’administrateur qui me refuse un noir domestique de la république pour m’accompagner dans mes excursions : en me disant que l’histoire naturelle n’est qu’une science de luxe qui n’est plus de saison aujourd’hui. Tels sont les encouragemens que je reçois ici du pouvoir exécutif »30. À l’en croire, l’histoire naturelle se porte mal en 1793 ; l’esclavage aussi, même s’il n’est aboli qu’en 1794. Cette image d’anti-intellectualisme de la Terreur avec ses barbares en bel habit qui étêtent de grands savants a connu une belle fortune sous le Directoire et est encore, parfois, relayée par des historiens. Pourtant, le Muséum est fondé en juin 1793 sous la Convention montagnarde et il est aussi difficile de suivre le naturaliste des temps de Terreur que les historiens actuels qui font du Muséum une création du Directoire31. Mais la déploration de Macé importe moins pour son jugement que pour son argument : l’histoire naturelle peut être parfois tenue pour « une science de luxe ». Or — et c’est la principale réussite des naturalistes du Muséum — l’histoire naturelle passe dès les débuts de la Révolution pour une science « utile ». Les autorités politiques se rendent au raisonnement des savants qui demandent continuellement des crédits et promettent, en retour, une agriculture améliorée et davantage de ressources minérales. Sous le Directoire, la passion de l’histoire naturelle se poursuit sans discontinuer, d’autant que les classifications naturalistes fournissent un modèle commode au projet encyclopédique du nouveau régime. Soit deux exemples. Créées en 1795, les Écoles centrales offrent rapidement, dans une centaine de départements, des cours d’histoire naturelle portant aussi bien sur la minéralogie que sur la zoologie et la botanique. La presse encyclopédique du Directoire fait aussi une belle place à l’histoire naturelle. Le premier numéro, publié au printemps 1794, de la Décade philosophique, habituellement rattachée au courant des Idéologues, s’ouvre sur une gravure du Jardin des plantes représentant le kiosque, la statue de Linné et le cèdre du Liban suivie d’un article intitulé « Vues générales sur l’Histoire naturelle ». Sur les 200 premiers numéros du périodique, 37,5 % d’entre eux renferment d’ailleurs une rubrique « Histoire naturelle », auxquels il faudrait ajouter les rubriques « minéralogie » et « botanique », sans oublier les variétés et annonces diverses qui parsèment les fascicules32. De même, dans le Magasin encyclopédique, entre 1795 et 1802, tous les volumes contiennent plusieurs rubriques d’histoire naturelle et plus de 8 % des articles sont consacrés à ses différentes branches33. Entre 1793 et 1804, une place importante est accordée à l’histoire naturelle dans l’ordre des savoirs grâce au soutien constant des publicistes et, surtout, des politiques comme Thibaudeau, Grégoire et François de Neufchâteau sous la Convention et le Directoire puis Fourcroy et Chaptal sous le Consulat.

*

Cabinets naturalistes européens vers 1780. Infographie Pierre-Yves Lacour.

Le Jardin dans la Décade
Gravure placée en frontispice du premier volume de la Décade philosophique
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 34 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature …, op. cit., partie i.
  • 35 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 129-135, pp. 193-200, et pp. 257-265 : « His (...)
  • 36 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 1-7 : « Vues générales sur l’histoire nature (...)
  • 37 Ibid., p. 3.
  • 38 [Mercier de Compiègne (Claude-François-Xavier)], Manuel du voyageur à Paris. Contenant la descript (...)

10Mais comment définir l’histoire naturelle à la fin du xviiie siècle ? Elle ne constitue pas à proprement parler une discipline mais plutôt un domaine de savoir dont on peut retracer la formation historique et délimiter le territoire à la charnière des deux siècles. Dans la longue durée de l’époque moderne, l’histoire naturelle se constitue au travers d’un processus de double émancipation, non pas du merveilleux et de la théologie comme l’indiquait Mornet34, mais des pratiques livresques et du champ médical. En 1794, deux articles de la Décade philosophique éclairent cette évolution qui semble alors arrivée à son terme. À cette date, et depuis longtemps, le savoir naturaliste a cessé d’être une « science de mots », en s’affranchissant des textes anciens, de la lecture de Théophraste pour les plantes et de celle d’Aristote pour les animaux35. La démarche naturaliste affirme alors le primat de l’observation : les choses vues valent mieux que les phrases lues. Dans le même temps, l’histoire naturelle s’est émancipée du savoir médical où elle est apparue36. Cette évolution peut être lue dans la titulature du Jardin du roi : en 1635, le jardin est appelé « Jardin royal des herbes médicinales » ; en 1718, il est rebaptisé « Jardin royal des plantes ». Pourtant, encore à l’extrême fin du xviiie siècle, les limites entre ces deux domaines de savoir demeurent parfois encore assez floues : les deux milieux, celui des naturalistes et celui des médecins, sont très perméables en France comme à l’étranger et l’auteur de la Décade déplore qu’il « y a encore des gens qui confondent le botaniste et le médecin »37 ; certains jardin botaniques, comme ceux de Strasbourg et de Montpellier, demeurent liés sous la Révolution à l’École de médecine tandis qu’une collection anatomique comme celle de Sue peut être présentée comme un cabinet d’histoire naturelle dans un guide de Paris38 etc. Médecine et histoire naturelle vont encore souvent de pair dans la France révolutionnaire.

Le Jardin du roi au début du xviii e  siècle
Frontispice du tome 3 de l’Institutiones Rei Herbariae de Joseph Pitton Tournefort (1719)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 39 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 8, 1765, entrée : « Histoire naturelle ».
  • 40 Daubenton (Louis-Jean-Marie), « Introduction à l’histoire naturelle », Encyclopédie méthodique. Hi (...)

11Quelles sont alors les limites assignées à l’histoire naturelle à la fin de l’Ancien Régime ? Il n’est pas question ici de rappeler toutes ses définitions mais simplement de repérer à grands traits les pourtours du territoire naturaliste entre 1760 et 1810 en proposant une triple pesée : l’une repère les définitions normatives ; l’autre analyse la classification des bibliothèques et la découpe des périodiques encyclopédiques ; la dernière étudie la structure sectionnaire de l’Académie des sciences. Trois textes offrent des définitions « canoniques », soit parce que leur auteur fait autorité dans le milieu naturaliste, soit parce qu’elles sont publiées dans des dictionnaires et encyclopédies. En 1765, dans le huitième volume de l’Encyclopédie, à l’article « Histoire naturelle », l’auteur, anonyme, écrit que « les animaux, les végétaux & les minéraux constituent les trois principales parties de l’histoire naturelle ; ces parties font l’objet de plusieurs sciences qui dérivent de l’histoire naturelle, comme les branches d’un arbre sortent du tronc »39. L’histoire naturelle se présente comme étude de la nature. Comme celle-ci se partage en trois règnes, l’arbre de la connaissance naturaliste se divise à son tour en trois branches, la botanique, la minéralogie et la zoologie. L’auteur évoque également les champs de savoir connexes : la médecine liée à la zoologie par l’anatomie comparée, l’astronomie unie à la minéralogie par la « théorie de la terre » ; la chimie, rattachée à la minéralogie parce qu’elle permet de déterminer la nature des minéraux. Au sein du domaine des sciences de la nature, la différence des méthodes fait la frontière entre l’histoire naturelle et les savoirs voisins : le naturaliste observe la nature telle qu’elle s’offre aux sens tandis que le chimiste « décompose toutes les productions naturelles ; il les dissout, il les brise » ; le naturaliste « ne considère une chose que pour la comparer aux autres » tandis que l’anatomiste, « au contraire, contemple chaque chose elle même ». En 1782, dans son « Introduction à l’histoire naturelle », publiée dans l’Encyclopédie méthodique, Daubenton propose une acception restrictive de l’histoire naturelle dont le domaine n’englobe ni la chimie, ni la métallurgie, ni l’agriculture, ni les arts, ni la matière médicale, ni l’anatomie et la médecine40. D’ailleurs « le point de séparation est facile à observer entre ces sciences & l’histoire naturelle » : le naturaliste étudie des spécimens « dans leurs différents états sans mêler les procédés de l’art aux opérations de la Nature » alors que le chimiste, le métallurgiste, l’agriculteur, le teinturier et le pharmacien, l’anatomiste ou le médecin « ont détruit la structure des minéraux, ou altéré l’organisation des plantes, & des animaux ». La démarcation entre l’histoire naturelle et les « sciences qui ont le plus de rapports avec elle » passe alors par l’usage des procédés de l’art qui dénaturent la nature. Dans ces deux définitions, échelonnées sur environ un quart de siècle, l’histoire naturelle est définie par son objet, la nature qui la distingue des savoirs sur l’homme, et une méthode, l’observation qui la distingue des sciences nomothétiques et expérimentales. Daubenton en a proposé la délimitation la plus stricte mais aussi la plus commune, au moins jusque dans les premières années du xixe siècle. Au cœur du domaine de l’histoire naturelle, on trouve la minéralogie, la botanique et la zoologie ; à la lisière, on rencontre la physiologie et la géologie, elle-même souvent dénigrée comme étant une « théorie de la terre » pleine de systèmes spéculatifs ; dans sa proche banlieue, on place la science des mines qui emprunte à la minéralogie et à la géologie, l’anatomie comme pratique partagée avec la médecine et, parfois, la chimie.

  • 41 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789 et jusqu’ (...)
  • 42 Drouin (Jean-Marc), « ‘ Un espace aussi vaste que fertile’ : les sciences naturelles dans le rappo (...)

12En 1810, dans son Rapport à l’Empereur, Cuvier, alors secrétaire perpétuel de la première classe de l’Institut national, délimite l’espace « aussi vaste que fertile des sciences naturelles » entre les sciences morales et les sciences mathématiques41. Des premières, les sciences naturelles se démarquent par leur objet : elles étudient les choses de la nature et non celles de l’esprit et du cœur des Hommes. Des secondes, elles se distinguent par la méthode : elles procèdent de l’observation empirique et non de mesures quantifiées avec précision. Comme l’observe Jean-Marc Drouin, « on remarque la dissymétrie de cette délimitation : l’un des domaines limitrophes, celui des sciences mathématiques est défini par sa méthode, l’autre, celui des sciences morales, par son objet »42. Au sein des sciences naturelles, l’histoire naturelle occupe une place centrale entre la partie consacrée à la chimie et celle dédiée aux sciences d’application. Dans le chapitre sur l’histoire naturelle, Cuvier traite successivement de la météorologie, de l’hydrologie, de l’histoire naturelle des minéraux, puis de celle des corps vivants, c’est-à-dire à la fois du règne végétal et animal. La minéralogie, la botanique et la zoologie sont entièrement redistribuées dans le plan de son ouvrage : la minéralogie n’est plus qu’une partie de l’histoire naturelle des minéraux aux côtés de la géologie ; la botanique et la zoologie sont réunies dans une section sur « l’histoire naturelle des corps vivants », elle-même partagée entre une « histoire générale de leur fonction et de leur structure » (la chimie, l’anatomie et la physiologie) et une « histoire naturelle particulière » (la nomenclature, les propriétés et la classification). Cuvier amorce simultanément deux mouvements. D’une part, il élargit considérablement le domaine de l’histoire naturelle en y intégrant des savoirs généralement réputés voisins.

Rapport à l’Empereur
Page de titre du Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles… de Georges Cuvier (1810)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 43 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789…, 1810, o (...)
  • 44 Foucault (Michel), Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimar (...)

13D’autre part, il recompose son champ disciplinaire en abandonnant l’ancienne tripartition selon les règnes naturels au profit d’une simple distinction entre choses inertes (minéraux) et êtres vivants (plantes et animaux). Dans ce panorama de l’histoire naturelle, Cuvier s’attribue la plus belle place, l’anatomie comparée faisant la jonction entre « l’histoire générale » et « l’histoire naturelle particulière » comme l’étude des structures animales ouvre la voie à son emploi « pour la simple distinction des êtres »43. Il se donne aussi le dernier mot, les dernières pages du chapitre sur l’histoire naturelle étant consacrées aux « progrès de l’anatomie comparée ». On voit bien ce qui se joue dans la recomposition du domaine naturaliste qu’il propose : le concept de vie, qui n’est pourtant pas neuf, est ici central ; il trace une nouvelle frontière entre les choses de la nature, une dichotomie entre le vivant et le non-vivant, entre l’organique et l’inorganique qui permet de repenser les classifications des espèces à partir de leur organisation comme l’a montré Foucault44.

  • 45 Les différentes classifications sont recensées in Peignot (Gabriel), Dictionnaire raisonné de bibl (...)

14Les bibliothèques et les périodiques encyclopédiques exposent également des découpes du savoir qu’il est possible de confronter. Les premières proposent ainsi différentes positions pour l’histoire naturelle dans leur ordre classificatoire. Entre 1763 et 1812, neuf propositions de classification de livres ont pu être repérées en France45. L’histoire naturelle est le plus souvent adossée aux sciences physiques, mais plus ou moins autonome : Debure en 1763, Barbier en 1800 et encore Achard en 1807, font du domaine une section de la classe des Sciences et des Arts ; Butenschoen, en 1800, en fait une division de la classe des Sciences mathématiques et physiques ; Parent, en 1801, en fait une classe à part entière, ce qui indique le poids important de ce domaine de savoir dans l’ensemble de la production imprimée. Dans tous les cas, l’histoire naturelle est à proximité à la fois de la physique — avec parfois la chimie — et de la médecine. Presque aussi souvent, l’histoire naturelle est rattachée aux sciences historiques : probablement Laire en 1783, et assurément Coste en 1800, Peignot en 1802 et la circulaire Montalivet en 1812 en font une section dans la classe d’Histoire aux côtés de l’histoire civile, de l’histoire religieuse, de la géographie ou de l’histoire des arts. Ainsi vers 1800, la place de l’histoire naturelle dans les classifications bibliographiques n’est pas entièrement décidée. Elle apparaît tantôt du côté de la faculté de la mémoire, comme dans l’Encyclopédie, tantôt du côté des sciences naturelles, comme dans la tradition issue de la classification de Claude Clément adoptée à la Bibliothèque du roi à la fin du xviie siècle et reprise par Gabriel Martin pour la librairie parisienne au début du siècle suivant. Dans ces classifications, à proximité de la minéralogie, de la botanique et de la zoologie, souvent très détaillées, on trouve d’autres savoirs comme l’agriculture, la science des mines et la géologie. L’agriculture est fréquemment insérée près de la botanique comme chez Achard ou, au sein de l’histoire naturelle, dans la section du règne végétal comme chez Debure, Barbier et Peignot. Les « traités des mines et de leur exploitation » sont rangés chez Barbier dans la section du règne minéral au sein de l’histoire naturelle. De même, il place « l’histoire naturelle de la terre, des montagnes, des volcans » dans l’histoire naturelle tandis que Peignot range la « géologie », dans l’histoire naturelle aux côtés de l’hydrologie et de la météorologie.

  • 46 Lacour (Pierre-Yves), « Encyclopédisme et distribution des savoirs dans le Magasin encyclopédique  (...)
  • 47 Crosland (Maurice), Science under Control. The French Academy of Sciences. 1795-1914, Cambridge : (...)

15Les périodiques encyclopédiques sont un autre observatoire de cette découpe du savoir à la charnière des deux siècles, particulièrement le Magasin encyclopédique publié par Aubin-Louis Millin entre 1795 et 181646. Les « tables des matières » des 122 volumes ordonnent les articles en grandes rubriques — aux titulatures légèrement changeantes d’un tome à l’autre — mettant ainsi au jour différents territoires savants. Le domaine naturaliste y apparaît souvent coincé entre la chimie et l’anatomie, selon un modèle proche de celui de l’Institut national. Surtout, ce domaine de savoir est extrêmement fragmenté, bien au-delà des trois rubriques correspondant aux trois règnes de la nature. La zoologie est ainsi souvent décomposée en une multitude de sous-rubriques très spécialisées comme la « Batracologie », l’« Erpétologie », l’« Entomologie », l’« Helminthologie » ou la « Cétologie ». À la lisière du domaine naturaliste, on rencontre souvent des savoirs connexes comme les rubriques Pétrifications, Physiologie, Anatomie comparée ou Géologie. Cette dernière est presque toujours disposée à proximité immédiate de l’Histoire naturelle, plus rarement à côté de la Physique ou en position de transition entre les deux domaines. La position de l’Anthropologie est plus complexe : elle est en effet placée tantôt au sein du domaine naturaliste, tantôt parmi les sciences médicales ou les sciences morales. Que peut encore nous apprendre le découpage en sections de l’Académie des sciences ? On propose de mettre en tableau cette découpe à trois dates correspondant à trois réorganisations de l’institution : en 1785, l’Académie se réforme ; en 1795, après avoir été supprimée en 1793, elle renaît comme première classe de l’Institut national ; et, en 1803, la classe des Sciences Physiques et Mathématiques connaît une nouvelle réorganisation de ses sections47.

Répartition des sections de l’Académie des sciences et de la première classe de l’Institut national.

Répartition des sections de l’Académie des sciences et de la première classe de l’Institut national.
  • 48 Ibid., p. 54 et p. 60. On ne trouve pas en particulier Faujas de Saint-Fond, titulaire de la chair (...)
  • 49 Chabot (Hugues), Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (...)
  • 50 Chappey (Jean-Luc), Des naturalistes en Révolution ? Les procès-verbaux de la Société d’histoire n (...)
  • 51 Tuetey (Louis), Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts, Paris : Imprimerie nationale, (...)
  • 52 Voir Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., pp. 36-41 ; Williams (...)

16On y lit trois choses. D’une part, le domaine de l’histoire naturelle est éclaté entre trois sections en 1785 comme en 1795 et en 1803 même si les intitulés des sections diffèrent. Ensuite, l’histoire naturelle et la minéralogie appartiennent à la même section en 1785 comme en 1795 et jusqu’à la réforme de 1803. Pourtant, en 1795, la section ne comprend que des minéralogistes comme Haüy et Dolomieu et aucun géologue48. En 1803, l’intitulé « Histoire naturelle » disparaît complètement ; le mot semble tombé en désuétude. Enfin, on observe entre 1785 et 1795 deux scissions : la section Botanique et Agriculture se divise en deux sections distinctes, celle de Botanique et Physique végétale et celle d’Économie rurale et d’Art vétérinaire ; la section Anatomie se scinde également entre une section Anatomie et zoologie et une autre appelée Médecine et chirurgie. Ces réformes institutionnelles dans le domaine des sciences naturelles disent à la fois une plus grande spécialisation disciplinaire et la promotion des sciences appliquées. Pour autant, les limites entre ces sections ne sont pas parfaitement étanches. Hugues Chabot a étudié les procès-verbaux de l’Académie des sciences entre 1795 et 1835. Il analyse la composition des commissions chargées de l’examen des mémoires envoyés à l’Académie et soumis à son jugement. Les résultats révèlent « la mixité des commissions et les associations privilégiées entre domaines de recherche » mais aussi le degré de spécialisation de chaque section49. La botanique y apparaît assez spécialisée, avec quelques fois des membres des sections d’agriculture et d’anatomie ; la minéralogie est dominée par la chimie mais aussi par la physique ; la section d’anatomie est dominée par la médecine. Le partage de l’histoire naturelle en trois branches correspondant aux trois règnes demeure néanmoins la règle, la norme d’usage de l’expression « histoire naturelle » au sein des institutions savantes et pédagogiques : en novembre 1791, les membres de la Société d’histoire naturelle sont répartis en trois grandes spécialités — minéralogie, botanique et zoologie50 ; début 1794, la section « Histoire naturelle » de la Commission temporaire des arts est divisée en trois sous-sections « minéralogie » (A1), « zoologie » (A2) et « botanique » (A3)51 ; à partir de 1795, les Écoles centrales proposent des cours d’histoire naturelle, essentiellement en botanique, zoologie et minéralogie même si, parfois, les professeurs introduisent l’anatomie et la physiologie en zoologie, la physiologie des plantes, l’agriculture et la materia medica en botanique ou la géologie et la métallurgie en minéralogie52. Au prisme de ces différentes approches, l’histoire naturelle apparaît finalement comme un domaine de savoir assez unifié, centré sur la description des trois règnes de la nature.

*

  • 53 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2 (1751), entrée : « Cabinet d’Histoire nat (...)
  • 54 D’après Le Robert : pour le meuble, première occurrence connue en 1528 ; pour la pièce, première o (...)
  • 55 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2, 1751, entrée : « Cabinet » et entrée : « (...)
  • 56 Roland de La Platière (Jean-Marie), « Attelier », Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et m (...)
  • 57 Magasin encyclopédique, 2e année, vol. 3, 1796, pp. 313-314 : « Sur une expédition pour la recherc (...)
  • 58 Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes. Les Musées vus par les voyageurs français au xviiie siècl (...)
  • 59 Cuvier (Georges), Lacépède (Bernard) & Lamarck (Jean-Baptiste), « Rapport des professeurs du Muséu (...)

17Comme on le lit dans l’Encyclopédie, « la science de l’histoire naturelle fait des progrès à proportion que les cabinets se completent »53. Les choses naturelles sont en effet enfermées et ordonnées dans des cabinets, des collections et des musées. Ces trois mots, employés tout au long de ce livre, méritent qu’on s’y arrête un peu. Dès la première moitié du xvie siècle, le mot « cabinet » apparaît dans les deux acceptions qu’il conserve aujourd’hui54. Il peut s’agir soit d’un meuble aux nombreux tiroirs et compartiments en façade où son propriétaire cache et range les petites choses auxquelles il tient, soit de la pièce d’un bel appartement où le maître dispose ses tableaux, ses livres et ses curiosités et où il se consacre à l’étude et reçoit des visiteurs choisis. Il faut remarquer que la première acception se démode dans le courant du xviiie siècle à mesure que les meubles-cabinets se font plus rares tandis qu’en histoire naturelle « le mot cabinet doit être pris dans une acception bien différente de l’ordinaire, puisqu’un cabinet d’Histoire naturelle est ordinairement composé de plusieurs pièces & ne peut être trop étendu »55. À la fin du siècle, Roland de la Platière observe d’ailleurs qu’on « a fait un étrange abus de ce terme » de cabinet en employant un mot « de tous les tems comme consacré aux muses » pour désigner le comptoir des marchands, le boudoir des élégantes (le « cabinet de toilette »), voire la science politique (« science de cabinet »)56. Le terme « collection » est également polysémique, désignant tantôt une réunion d’objets (peintures, spécimens, antiquités, etc.), tantôt le lieu où ils sont rassemblés. Les voyageurs sur le terrain rassemblent par exemple des collections de naturalia : Labillardière réunit des « collections » qu’il expédie en métropole et Olivier envoie des « collections » au Jardin des plantes57, etc. La collection peut également désigner le lieu où sont réunis ces objets, le terme s’identifiant alors à celui de cabinet. « Dans le passage de cabinet à collection, on notera le déplacement de l’accent du contenant vers le contenu, du lieu où les objets sont exposés, que ce soit une pièce d’appartement ou un meuble, à ces objets mêmes »58. Mais les expressions « cabinet d’histoire naturelle » ou « collection naturaliste », souvent synonymes, peuvent finir par désigner toute réunion d’objets « naturels » (ou supposés tels) par le jeu des analogies : un tombeau de l’Égypte ancienne renfermant des animaux embaumés par des « hommes bizarres » est appelé « cabinet de zoologie » par les professeurs du Muséum ; une église catholique de la France méridionale renfermant des spécimens empaillés en guise d’ex-votos est rapprochée d’une « collection d’histoire naturelle » par Millin59.

Cabinet-meuble au début du XVIIIe  siècle
Planche 3 extraite de l’Elenchus tabularum, pinacothecarum… de Levinus Vincent (1719)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 60 Voir notamment Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes », art. cit., pp. 272-280.
  • 61 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 10, 1765, s. v. « Musée ». Voir aussi Poulo (...)
  • 62 Sur la référence ptolémaïque dans la France de la fin du XVIIIe siècle, voir : Lee (Paula Young), (...)
  • 63 Guénot (Hervé), « Musées et lycées parisiens. 1780-1830 », Dix-huitième siècle, no 18, 1986, pp. 2 (...)

18L’histoire du « musée », le mot et la chose, est plus complexe60. Partons des définitions du mot dans les dictionnaires du xviiie siècle : en 1732, le Dictionnaire de Trévoux renvoie seulement au Musée d’Alexandrie ; l’édition de 1743, le définit comme un « cabinet d’homme de lettres » ; le Dictionnaire de l’Académie de 1762, le présente comme un « lieu destiné à l’étude des beaux Arts, des Sciences et des Lettres » et renvoie à « Museum ou Museon », « terme d’antiquité » et au Musée ptolémaïque ; l’Encyclopédie, en 1765, commence par rappeler longuement cette histoire ancienne avant d’indiquer que « le mot musée a reçu depuis un sens plus étendu, & on l’applique aujourd’hui à tout endroit où sont renfermées des choses qui ont un rapport immédiat aux arts & aux muses » et de renvoyer au musée ashmoléen et à l’article « Cabinet » où l’on trouve un long développement de Daubenton sur les cabinets d’histoire naturelle61. Dans les dernières décennies du xviiie siècle, on observe ainsi un glissement sémantique : le mot « musée » ne désigne plus d’abord un lieu d’études en référence à l’Antiquité ptolémaïque mais bien un lieu où sont conservés des objets, autrement dit un « cabinet »62. Pourtant, dans la France des années 1780, les « musées » sont d’abord des sociétés savantes, dispensant un enseignement public comme le Musée de Paris fondé en 1782, le Musée de Monsieur créé par Pilâtre de Rozier en 1781, et le Musée des Dames actif en 178863.

  • 64 Pour ce qui suit, voir Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes », art. cit., pp. 271-297 ; pour la (...)
  • 65 Ibid., p. 295 et Poulot (Dominique), Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, op. cit., p. 84.

19Dans sa seconde acception, et sous différentes orthographes — Museum mais aussi Musaeum voire Musoeum —, le mot « musée » ne désigne pas n’importe quel cabinet. Les années 1760-1765 sont marquées par la « cristallisation de l’idée de musée », par « la prise de conscience des caractères qui le distinguent d’une collection particulière »64. Dans un article publié une première fois en 1995, Krzysztof Pomian s’interrogeait sur le vocable de Musée attribué par les voyageurs français à certaines collections artistiques italiennes de la fin du xviiie siècle. Pour qu’un cabinet soit assimilé à un Musée, il faut alors qu’il remplisse trois conditions : il doit être la propriété d’une personne morale, c’est-à-dire soit d’une institution soit d’un prince, incarnation d’un pouvoir qui transcende sa personne physique ; il doit être ouvert régulièrement au public, c’est-à-dire sans arbitraire et faveurs particulières ; et, pour que la collection soit « absolument publique », le garde ne doit pas exiger le paiement d’une buona mano, autrement dit, l’accès doit en être gratuit. Musée ou « Museum » est ainsi devenu un nom propre désignant des collections revêtues d’un statut différent des cabinets particuliers et où les objets sont préférablement offerts à la vue dans un bel ordre et bien étiquetés. D’Italie, l’idée de « musée » est importée en France par les voyageurs du siècle des Lumières. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, on observe alors une floraison de projets de musées, lieux encyclopédiques qui rassembleraient toutes les choses du Monde et tous les savoirs des Hommes. Le Louvre est ainsi l’objet de plusieurs programmes associant différents types de collections à partir des années 1760, comme dans l’article « Louvre » du chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie en 1765, dans le sujet du grand prix proposé par l’Académie d’architecture en 1779 ou dans la correspondance privée de Roland, le futur ministre de l’Intérieur, rêvant, en 1780, d’un « Musœum universel »65.

  • 66 Sur ces deux derniers voir McClellan (Andrew), Inventing the Louvre. Art, politics, and the Origin (...)
  • 67 Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire (...)
  • 68 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes…, op. cit., p. 264.

20Au cours de la Révolution, le musée, le mot et l’idée, s’imposent largement avec de nombreuses fondations et refondations : Muséum national d’Histoire naturelle (10 juin 1793), Musée central des arts (10 août 1793), Musée des Monuments français (21 octobre 1795)66. Le « musée » est à la mode. Mais les collections sont désormais spécialisées. En août 1790, les officiers du Jardin du roi et du Cabinet d’histoire naturelle proposent une grande réforme et un nouveau nom pour leur établissement67. Thouin s’en explique68 :

Le titre de Jardin des Plantes, que porte notre établissement, ne présentant pas une idée juste de son objet, puisqu’indépendamment du Jardin il réunit un Cabinet d’histoire naturelle et des Cours publics […] je demande qu’il soit changé et je prie Monsieur le Président de vouloir bien mettre en délibération si le nom de Musaeum ne lui conviendrait pas mieux.

Cabinet de Bonnier de la Mosson
Reconstitution du deuxième cabinet d’histoire naturelle, dit des animaux desséchés
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 69 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit., t. 1, p. 451. Je (...)

21Muséum est un nom propre commode pour désigner l’institution. L’idée est dans l’air, mais le nom n’est finalement adopté qu’en 1793. Pourtant, dès le début du siècle suivant, l’usage du mot est dégradé. En 1807, Milllin, dans son Voyage dans les départemens du midi de la France, décrit par exemple une collection lyonnaise69 :

Quelques vieilles coquilles, de mauvais tableaux et un fragment de bas-relief antique que nous avions vu à la porte d’une allée sur la place Bellecour, près de la Charité, nous avoient fait penser que c’étoit un magasin de curiosités ; nous y allâmes dès le matin. Nous trouvâmes un petit homme, qui d’abord nous dit que, pour voir son musée, il falloit donner vingt-quatre sous : après avoir satisfait à cette condition, nous entrâmes, et nous vîmes un amas confus et poudreux de morceaux de minéralogie, de madrépores, de médailles fausses et de bronzes prétendus antiques, que le propriétaire il Romano, c’est le seul nom qu’il se donne, vouloit faire passer pour des objets très-précieux.

  • 70 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire ». La Révolution française et l’intelligence de l’ (...)

22Drôle de nom que celui de musée pour désigner le magasin lyonnais d’il Romano : la collection appartient à un particulier et n’est donc pas « publique » ; son entrée est payante alors que les musées devraient se voir gratuitement ; le cabinet rassemble de la pacotille où on voudrait trouver de belles pièces ; il est un fatras confus et poussiéreux alors qu’on attendrait ordre et propreté. Ce « musée » est bien un anti-musée. Ainsi, employé avec une majuscule pour désigner les cabinets institutionnels qui se donnent ce nom chargé de prestige, « musée » est aussi un nom commun, un faire-valoir plus ou moins pompeux pour de petites collections mais aussi pour les dépôts révolutionnaires. Dans un rapport de 1790 pour la Commission des monuments, son président, Bréquigny écrit ainsi « musée : c’est le nom que l’on pourra donner à ces dépôts »70.

  • 71 Pour une lumineuse entrée en matière : Daston (Lorraine), « Reviews on Artifact and Experiment : t (...)
  • 72 La collection d’anatomie comparée est composée des squelettes préparés par Daubenton, Mertrud, et (...)
  • 73 Lemire (Michel), « Les Collections de cire : au carrefour du renouveau pédagogique et scientifique (...)

23Mais que renferment les collections d’histoire naturelle ? Ces collections sortent des anciens cabinets de curiosités qui mélangeaient naturalia et artificialia, objets d’histoire naturelle et artefacts, rarement classés71. Ces cabinets disparaissent progressivement au xviiie siècle au profit de collections plus spécialisées : galeries de peintures ou de sculptures, cabinets antiquaires ou scientifiques. Parmi ces derniers, on rencontre des cabinets d’histoire naturelle mais aussi des collections de physique ou d’anatomie. Celles de physique, rassemblant différents types d’instruments, connaissent, au cours de la Révolution, un sort semblable aux collections naturalistes. Elles sont également confisquées par la Commission temporaire des arts puis dispersées entre les grandes institutions de la capitale et les petits cabinets des Écoles centrales. Les collections d’anatomie sont plus proches de celles d’histoire naturelle à l’image du cabinet de Brugmans à Leyde, de celui Fontana à Florence, de ceux de Sue, Biheron, Pinson et Bertrand à Paris, sans oublier le cabinet d’anatomie comparée que constitue Cuvier au Muséum d’Histoire naturelle à partir des débris de l’ancien cabinet du Roi72. Ces cabinets se rapprochent des collections zoologiques quant à leur contenu mais elles s’en distinguent par deux aspects73. D’une part, leur domaine est plus restreint : les collections d’anatomie humaine normale sont très répandues à la fin du xviiie siècle mais il faut attendre le début du siècle suivant pour voir se multiplier les collections d’anatomie comparée en même temps que celles d’anatomie pathologique. D’autre part, la préparation des spécimens n’est pas la même : les collections zoologiques conservent les animaux entiers et empaillés ; les collections d’anatomie comparée privilégient les squelettes montés et les organes conservés dans des bocaux, mais aussi les cires.

  • 74 Je remercie Patrice Bret pour ces indications.
  • 75 Un exemple emprunté au cas romain au xviie siècle : Ago (Renata), Il gusto delle cose. Una storia (...)

24Les cabinets d’histoire naturelle sont beaucoup plus nombreux que ceux d’anatomie et certains d’entre eux échappent plus ou moins complètement à l’enquête comme les collections minéralogiques de Lavoisier et de Guyton-Morveau ou le cabinet de Jehannin de Chamblanc à Dijon74. Les collections mentionnées dans ce livre sont presque toutes imposantes. Elles occupent généralement une ou plusieurs pièces, exceptionnellement quelques meubles, presque jamais de rares étagères. Il y a un effet de seuil que l’on perçoit au travers de l’analyse des catalogues de vente : les collections qui passent les 1 000 lots au cours des ventes publiques sont bien connues, répertoriées dans les guides urbains ou les recensements et décrites dans la littérature naturaliste ; a contrario, les petites collections, celles qui produisent moins de 100 lots, demeurent généralement invisibles dans les sources imprimées et sont impossibles à repérer dans les inventaires notariés sans les noms des propriétaires75.

*

  • 76 Sur le rôle des catalogues, voir Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., pp. (...)
  • 77 L’espace des confiscations, hormis le territoire français dans ses frontières de 1790, s’étend au (...)
  • 78 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle. Séance de la Convent (...)
  • 79 Julia (Dominique), Les Trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris : Belin, 1981, pp. 172 (...)

25Entre 1789 et 1804, entre la fin de l’Ancien Régime et les débuts de l’Empire, les collections sont un observatoire commode pour observer les mutations qui affectent le pays, même s’il est parfois nécessaire d’aller voir un peu plus en amont ou en aval, soit que les sources nous y invitent, soit que les problématiques étudiées s’inscrivent dans des durées plus longues. Les déplacements de spécimens révèlent de multiples tensions politiques : entre la nationalisation des collections particulières et la privatisation de fait des collections publiques ; entre la nécessaire démocratisation de l’accès au savoir et la formation d’une élite restreinte de professeurs ; entre l’appartenance des savants à une nation singulière et l’affirmation de la République des sciences ; entre une pédagogie faite du contact direct avec les objets de savoir et les médiations nécessaires par des guides ou des professeurs76. Dans le moment révolutionnaire, les circulations de spécimens sont inédites tant par leur ampleur que par leurs modalités, entre confiscations et redistributions77. Au Muséum national d’Histoire naturelle convergent une foule de spécimens légués, échangés, achetés et, surtout, saisis aussi bien sur le territoire national que dans les pays occupés par les armées révolutionnaires (partie I). À ce mouvement de centralisation répond un mouvement contraire de déconcentration vers les départements français où sont envoyés une partie des doubles des collections nationales (partie III). Ainsi, le Muséum de Paris apparaît comme le centre autour duquel s’organise le rassemblement, puis la dispersion d’objets naturalistes pendant toute la période révolutionnaire (partie II). Suivre ainsi le mouvement des objets est aussi une manière de reprendre le discours des Lumières sur elles-mêmes, discours empreint du vocabulaire de l’optique géométrique, peut-être même modelé par elle. Le langage des opticiens est omniprésent : point de réunion, convergence, foyer, propagation, rayons lumineux, etc. En 1794, Thibaudeau fait ainsi du Muséum le « point de réunion des lumières » ainsi que « le foyer d’où partiront toutes les lumières »78. Dominique Julia parle d’une « géométrie de l’instruction publique » qui établit « une corrélation rigoureuse entre chaque niveau d’instruction et chaque étage de la pyramide administrative » mais cette géométrie connaît les méchants sarcasmes d’un Pierre-Joseph Faure dès 1793 : « Je désirerais que le génie mathématique de nos faiseurs d’instruction pût parvenir à déplacer de quelques degrés la surface de la République, la rapprocher de l’équateur, de manière que le soleil agît partout sur les corps avec la même bienfaisance, avec la même énergie »79. Le monde social est moins homogène, moins « isotrope » que le milieu physique théorisé par les opticiens et les géomètres des Lumières ou la société politique rêvée par les Révolutionnaires. Il faut alors insister davantage sur les zones d’ombre et les contradictions tout en conservant la structure rhétorique héritée des Lumières révolutionnaires.

  • 80 Gauchet (Marcel), La Condition historique, Paris : Stock, 2003, p. 274 (Les Essais).
  • 81 Voir Chevallier (Alix), « La matière première : le papier », in Chartier (Roger) & Martin (Henri-J (...)
  • 82 Mercier (Louis-Sébastien), Le Nouveau Paris, Paris : Mercure de France, 1994 [1799], chap. cxl, pp (...)
  • 83 Compère (Marie-Madeleine), « Les Professeurs de la République. Rupture et Continuité dans le perso (...)
  • 84 Charmasson (Thérèse), « Agriculture, économie rurale et histoire naturelle dans l’enseignement : p (...)
  • 85 Julia (Dominique), Les Trois couleurs du tableau noir…, op. cit., pp. 6-7 et p. 17.

26Des passages répétés dans les centres d’archives et dans les bibliothèques révèlent au moins une chose : la Révolution est très bavarde. Prenons le cas des procès-verbaux des institutions révolutionnaires publiés sous la IIIe République : 28 tomes pour le Comité de Salut public, 8 pour le Comité d’Instruction publique et 2 pour la seule Commission temporaire des arts. Pourtant, l’historiographie s’est longtemps montrée peu sensible à l’abondance des sources et, surtout, à ce qu’elle dit de la période révolutionnaire. Les philosophes y voient plus clair lorsqu’ils décrivent la Révolution comme un « événement de pensée collectif. Du premier au dernier jour, les acteurs s’acharnent à justifier leur pratique politique à la lumière des principes fondamentaux, en même temps qu’ils s’épuisent à redéfinir ces principes à la lumière de l’histoire politique qu’ils sont en train de vivre […]. Je ne vois pas l’équivalent ailleurs d’un foisonnement réflexif d’une telle intensité »80. Même si les quelques données quantitatives tirées de l’histoire du livre peuvent paraître contradictoires, une certitude demeure : sous la Révolution, les besoins de papier sont immenses81. Pour faire face à la pénurie, l’exportation du papier est interdite, divers procédés d’économie sont recommandés, de nouveaux procédés de fabrication sont mis au point et on expérimente la refonte des vieux linges, des titres inutiles et des mauvais livres. Cette manie papivore n’a pas pu échapper à la sagacité de Mercier, merveilleux observateur de la vie parisienne de part et d’autre de la Révolution. Dans un chapitre du Nouveau Paris intitulé « Consommation de papier », il convoque un Indien auquel il fait dire que dans un seul bureau parisien et en une seule journée, on utilise plus de papier qu’au cours d’une année entière dans tout son pays ; il croit également que la consommation de papier qui « étonnait déjà les têtes pensantes sous l’Ancien Régime » doit désormais « les étonner bien davantage », eux qui s’étaient pourtant accoutumés à la passion d’écrire de la monarchie administrative et des philosophes des Lumières82. Hormis l’émission des assignats, il explique cette consommation frénétique par deux motifs. D’une part, la formidable inflation législative, avec « la création de plus de trente mille lois imprimées, publiées, affichées, envoyées par monceaux dans chaque ville de France » génère des « pyramides de circulaires qui surcharg[ent] les bureaux ». La « grande machine politique » s’emballe ; et les écrits circulent tant et si bien que le système postal offre « l’image du mouvement perpétuel ». D’autre part, la liberté de la presse met « la plume à la main à presque chacun des individus dont se compose la République » : « À dater de l’époque où la première étincelle de la liberté apparut aux Français, une légion d’hommes oisifs, d’artistes délaissés, d’avocats sans cause, de demi-savants, de faux philosophes, de prêtres sans bénéfices, de médecins ignorants barbouilla impunément du papier ». Mercier définit ces hommes par ce qui leur manque, un statut social ou une autorité légitime et, phénomène capital, la manie d’écrire déborde désormais largement les anciennes élites des gens de plume : « de toutes parts il arriva des plans ; on ne sut plus où trouver de place et de cartons pour serrer ces énormes tas de papier ». La Révolution va ainsi servir de formidable exutoire à une parole radicale, puisque souvent refondatrice, trop longtemps frustrée par l’absence de relais institutionnels dans les cadres de l’Ancien Régime. Ainsi, les propositions de grandes réformes pédagogiques soumises au Comité d’Instruction publique ne viennent pas seulement de grands savants mais aussi d’inconnus, professeurs ou notables de province. Marie-Madeleine Compère remarque ainsi que sur les 629 professeurs d’Écoles centrales qui répondent au questionnaire de l’an VII, au moins vingt ont rédigé un « plan d’éducation »83. Thérèse Charmasson observe également pendant la période révolutionnaire une profusion de plans éducatifs concernant, au moins en partie, les domaines de l’histoire naturelle et de l’économie rurale, projets mobilisant Talleyrand, Condorcet, Lavoisier, Vicq d’Azyr, Grégoire, Lakanal, Fourcroy mais aussi des personnages plus obscurs comme Béthune-Charost ou un certain Poulet84. Comme l’écrit Dominique Julia, la Révolution est un « exceptionnel laboratoire d’idées créatrices », notamment la Convention, qui connaît un « foisonnement de projets tout comme la multiplication des textes votés »85.

Utopie d’une machine policière
Aquarelle de Gabriel de Saint-Aubin extraite du Mémoire sur la réformation de la police de France soumis au roi… de Guillauté (1749)
Cliché Bibliothèque nationale de France

Notes

1 Latour (Bruno), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris : La Découverte, 1997 [1991], p. 46. Voir aussi Kelsen (Hans), Society and Nature, London : Kegan Paul, Trench & Co., 1946, pp. 264-266.

2 Chartier (Roger), « Récits et spectacles de la Nature », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 451-455 (Archives ; 3).

3 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin. 1747-1824, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1989, pp. 361-364.

4 Pour ce qui suit, voir Ibid., pp. 366-369 ; Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie. L’Histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution [trad. en français par Dabbak Claude], Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2005, pp. 127-185 (Archives ; 8).

5 Thouin propose de retenir soixante-six espèces d’arbres adaptées aux différents climats et sols du territoire national. Dans le même temps, un député, Franc Hell préconise l’emploi du chêne et l’érection d’arbres de l’Égalité et de la Fraternité (voir Hell (Franc), Suite des notes sur les arbres de la liberté. Préparation de la terre pour recevoir le gland de l’arbre de la liberté, [Paris] : Imprimerie des 86 départements, [1793], 7 p.) L’abbé Grégoire fait la synthèse des deux rapports en proposant le seul chêne. Symboliquement, à partir de l’an II, le Muséum devient le fournisseur officiel des arbres de la Liberté que la loi impose de planter devant les bâtiments publics (voir Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie…, op. cit., pp. 266267.).

6 Ibid., chap. 5, pp. 227-281. Pour une première version Spary (Emma C.), « Le Spectacle de la Nature : contrôle du public et vision républicaine dans le Muséum jacobin », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, op. cit., pp. 457-479.

7 Cité dans Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle dans les Écoles centrales (1795-1802) », Revue d’histoire des sciences, t. 49, 1996, p. 28

8 Pour les citations qui suivent : Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes contenant la description des galeries d’histoire naturelle, des serres où sont renfermés les arbrisseaux étrangers, de la partie du jardin appelée l’école de botanique…, Paris : Ch. Houel, An VI [1798], pp. 31, 125 et 231.

9 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragments sur Paris [trad. de l’allemand par le général Dumouriez], Hambourg : [s. n.], 1798, vol. 2, p. 73.

10 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 129-135, pp. 193-200 et pp. 257-265 : « Histoire naturelle. De ses progrès. Nouvelles observations sur les abeilles » ; ici, note p. 131 ; Drouin (Jean-Marc), « L’Image des Sociétés d’insectes en France à l’époque de la Révolution », Revue de synthèse, t. 113, 1992, no 3-4, pp. 333-345 ; ici, p. 333. Le débat sur le statut politique des abeilles a été relancé par une discussion entre Daubenton et l’élève Laperruque à l’École normale le 7 pluviôse an III.

11 Jauffret (Louis-François), Voyage au jardin des plantes …, An VI, op. cit., p. 169.

12 Voir Lacour (Pierre-Yves), « La Place des colonies dans les collections d’histoire naturelle. 1789-1804 », in Bandau (Anja), Dorigny (Marcel) & Mallinckrodt (Rebekka von) (sous la dir.), Les Mondes coloniaux à Paris au xviiie siècle. Circulation et enchevêtrement des savoirs, Paris : Karthala, 2010, pp. 49-73.

13 Gillispie (Charles C.), « The Encyclopédie and the Jacobin Philosophy of Science. A Study in Ideas and Consequences », Transactions of the American Philosophical Society, 2007 [1959], no 1, p. 120.

14 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum royal d’Histoire naturelle. Ouvrage d’après les ordres de l’administration du Muséum, Paris : A. Royer, 1823, vol. 1, p. 6.

15 Humboldt (Wilhelm von), Journal parisien (1797-1798) [trad. par Beyer Élizabeth], Paris : Actes Sud, 2001, p. 219.

16 Outram (Dorinda), « Le Muséum d’Histoire naturelle après 1793. Institution scientifique ou champ de bataille pour les familles et les groupes d’influence ? », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, op. cit., pp. 25-30 ; notamment p. 29. Il est pourtant difficile de tenir pour rien l’institution elle-même, particulièrement le Muséum après 1793 : McClellan III (James E.), « Patronage versus Institutions. Review Work : Utopia’s Garden : French Natural History from Old Regime to Revolution by E. C. Spary », Isis, vol. 94, no 2, 2003, pp. 324-329.

17 Sur les tentatives de donner une place au voyageur naturaliste Olivier (1794) ou à Nadault, neveu de Buffon (1802), voir AN, F/17/1229 : Rapport des professeurs du Muséum sur la collection d’insectes d’Olivier. Paris : le 24 brumaire an III ; Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes …, op. cit. p. 547. Sur la tentative d’imposer Olivier Marat en 1794 : Burkhardt (Richard W.), « The Leopard in the Garden. Life in Close Quarters at the Muséum d’Histoire naturelle », Isis, vol. 98, 2007, p. 686. Sur la tentative d’imposer un directeur et le refus de Jussieu sous le Consulat, voir Limoges (Camille), « Une ‘République de savants’ sous l’épreuve du regard administratif : Le Muséum d’Histoire naturelle. 1849-1863 », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), dir., Le Muséum au premier siècle de son histoire, op. cit., pp. 65-84.

18 Outram (Dorinda), « New Spaces in Natural History », in Jardine (Nicholas), Secord (James A.) & Spary (Emma C.) (sous la dir.), Cultures of Natural History, Cambridge : Presses de l’Université de Cambridge, 1996, pp. 249-265.

19 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature en France au xviiie siècle, Genève : Slatkine, 2001 [1911], pp. 1-12 et pp. 173-191 ; pour la citation, p. 8. Voir également Burkhardt (Richard W.), Lamarck. The Spirit of System, Cambridge and London : Harvard University Press, 1977, pp. 15-16 ; Spary (Emma C.), Le Jardin d’Utopie, op. cit., pp. 50-52 ; Laissus (Yves), « Les Cabinets d’Histoire naturelle », in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, Paris : Hermann, 1987 [1964], pp. 659-712.

20 Roger (Jacques), Buffon, un philosophe au jardin du Roi, Paris : Fayard, 1989, pp. 248-272.

21 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature…, op. cit., pp. 8-9 et pp. 248-249.

22 Ibid., p. 6.

23 Ibid., pp. 213-236 ; ici, pp. 217-218.

24 Lemoine (Robert), « L’Enseignement scientifique dans les collèges bénédictins », in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences au xviiie siècle, Paris : 1987 [1964], p. 121.

25 Glorieux (Guillaume), À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Paris : Champ Vallon, 2002, 589 p. (Époques).

26 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature..., op. cit., p. 4 ; Pomian (Krzysztof), Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise. xvie siècle- xviiie siècle, Paris : Gallimard, 1987, pp. 143-162.

27 Van Damme (Stéphane), Paris, capitale philosophique. De la Fronde à la Révolution, Paris : Odile Jacob, 2005, p. 147.

28 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 2 (1751), s. v. : « Cabinet d’Histoire naturelle ».

29 Dezallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La Conchyliologie ou histoire naturelle des coquilles de mer, d’eau douce, terrestres et fossiles [édité par Favanne de Montcervelle, père & fils], Paris : De Bure, 1780 [3e éd.], vol. 1, chap. x et addenda.

30 AN, F/17/1229 : Lettre de Macé au président de la Société d’Histoire naturelle. Port du Nord de l’Île de France, le 3 octobre 1793. Souligné sur le document.

31 Par exemple, Dhombres (Nicole) & Dhombres (Jean), Naissance d’un nouveau pouvoir. Sciences et savants en France. 1793-1824, Paris : Payot, 1989, pp. 85-88. Le chapitre traitant du Muséum est intégré à une partie portant sur le Directoire, en dépit de la date de création.

32 Drouin (Jean-Marc), « L’Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique », in Corvol (Andrée) (sous la dir.), La Nature en Révolution (1750-1800), Paris : L’Harmattan, 1993, pp. 175-181.

33 Lacour (Pierre-Yves), « Encyclopédisme et distribution des savoirs dans le Magasin encyclopédique », La Révolution française, Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, 2012, no 2, § 5. En ligne : http://lrf.revues.org/588.

34 Mornet (Daniel), Les Sciences de la nature …, op. cit., partie i.

35 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 129-135, pp. 193-200, et pp. 257-265 : « Histoire naturelle. De ses progrès. Nouvelle observation sur les abeilles » ; ici, p. 129.

36 Décade philosophique, vol. 1 (avril à juin 1794), pp. 1-7 : « Vues générales sur l’histoire naturelle » ; ici p. 3.

37 Ibid., p. 3.

38 [Mercier de Compiègne (Claude-François-Xavier)], Manuel du voyageur à Paris. Contenant la description des Spectacles, Manufactures, Etablissements publics, Jardins, Cabinets curieux etc., Paris : An XII [1803/1804], p. 79.

39 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 8, 1765, entrée : « Histoire naturelle ».

40 Daubenton (Louis-Jean-Marie), « Introduction à l’histoire naturelle », Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle des animaux, Paris ; Liège : Panckoucke & Plomteux, 1782, vol. 1, pp. i-x ; ici pp. i-ii.

41 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789 et jusqu’à leur état actuel…, Paris : Imprimerie impériale, 1810, pp. 4-5.

42 Drouin (Jean-Marc), « ‘ Un espace aussi vaste que fertile’ : les sciences naturelles dans le rapport de Cuvier », Annales historiques de la Révolution française, no 320, 2000, pp. 21-31 ; ici, p. 23.

43 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles depuis 1789…, 1810, op. cit., p. 330.

44 Foucault (Michel), Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, 1966, pp. 238-245 et pp. 275-292 (Bibliothèque des sciences humaines) ; Foucault (Michel), « La situation de Cuvier dans l’histoire de la biologie », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t. 23, 1970, no 1, pp. 63-72.

45 Les différentes classifications sont recensées in Peignot (Gabriel), Dictionnaire raisonné de bibliologie, Paris : Villier, 1802-1804, t. 2, entrée : « Système bibliographique » ; Achard (Claude-François), Cours élémentaire de bibliographie. Ou la science du bibliothécaire, Marseille : Imprimerie de Joseph Achard Fils & Cie, 1806-1807, 2 vol. ; AD 68, 4T55 : Circulaire imprimée du ministre de l’Intérieur Montalivet aux préfets, Paris, le 19 novembre 1812.

46 Lacour (Pierre-Yves), « Encyclopédisme et distribution des savoirs dans le Magasin encyclopédique », art. cit., § 7.

47 Crosland (Maurice), Science under Control. The French Academy of Sciences. 1795-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1992, chap. 2, pp. 50-90.

48 Ibid., p. 54 et p. 60. On ne trouve pas en particulier Faujas de Saint-Fond, titulaire de la chaire de géologie du Muséum.

49 Chabot (Hugues), Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (1750-1835), thèse de doctorat [Gapaillard Jacques, dir.], Nantes : Université de Nantes, 1999, pp. 273-288 ; Chabot (Hugues), « Le Jugement de l’Académie : étude quantitative des commissions et rapports entre 1795 et 1835 », in Demeulenaere-Douyère (Christiane) & Brian (Éric) (sous la dir.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris : Éditions Tec & Doc, 2002, pp. 371-379.

50 Chappey (Jean-Luc), Des naturalistes en Révolution ? Les procès-verbaux de la Société d’histoire naturelle de Paris, Paris : Éditions du CTHS, 2010, p. 30.

51 Tuetey (Louis), Procès-verbaux de la Commission temporaire des arts, Paris : Imprimerie nationale, 1912, vol. 1, pp. xxvi-xxvii.

52 Voir Duris (Pascal), « L’Enseignement de l’histoire naturelle… », art. cit., pp. 36-41 ; Williams (L. Pearce), « Science, Education and the French Revolution », Isis, vol. 44, 1953, no 138, pp. 322-323.

53 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2 (1751), entrée : « Cabinet d’Histoire naturelle ».

54 D’après Le Robert : pour le meuble, première occurrence connue en 1528 ; pour la pièce, première occurrence connue en 1542.

55 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 2, 1751, entrée : « Cabinet » et entrée : « Cabinet d’Histoire naturelle ».

56 Roland de La Platière (Jean-Marie), « Attelier », Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métier, Paris ; Liège : Panckoucke & Plomteux, 1785, pp. 1-2 ; ici, p. 2.

57 Magasin encyclopédique, 2e année, vol. 3, 1796, pp. 313-314 : « Sur une expédition pour la recherche des spécimens déposés par Baudin à Trinité » ; Magasin encyclopédique, 1ère année, vol. 5, 1795, pp. 106-112 : « Lettre du C. Olivier au C. Manuel, écrite à Alexandrie et envoi de collections au Jardin des plantes ».

58 Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes. Les Musées vus par les voyageurs français au xviiie siècle », Des Saintes reliques à l’art moderne. Venise - Chicago. xiiie - xxe siècle, Paris : Gallimard, 2003, p. 273.

59 Cuvier (Georges), Lacépède (Bernard) & Lamarck (Jean-Baptiste), « Rapport des professeurs du Muséum sur les collections d’histoire naturelle rapportées d’Égypte, par E. Geoffroy », Annales du Muséum, vol. 1 (1802), pp. 234-241 ; ici, pp. 235-236 ; Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi de la France, Paris : Imprimerie impériale, 1807-1811, t. 2, pp. 546-547.

60 Voir notamment Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes », art. cit., pp. 272-280.

61 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., vol. 10, 1765, s. v. « Musée ». Voir aussi Poulot (Dominique), Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, Paris : Gallimard, 1997, p. 82 (Bibliothèque des histoires).

62 Sur la référence ptolémaïque dans la France de la fin du XVIIIe siècle, voir : Lee (Paula Young), « The Musaeum of Alexandria and the Formation of the Museum in Eighteenth-Century France », The Art Bulletin, vol. 79, 1997, no 3, pp. 385-412. L’auteur surinterpréte la distinction terminologique entre Musée (traduction) et Muséum (trans

63 Guénot (Hervé), « Musées et lycées parisiens. 1780-1830 », Dix-huitième siècle, no 18, 1986, pp. 249-267.

64 Pour ce qui suit, voir Pomian (Krzysztof), « Leçons italiennes », art. cit., pp. 271-297 ; pour la citation : p. 278.

65 Ibid., p. 295 et Poulot (Dominique), Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, op. cit., p. 84.

66 Sur ces deux derniers voir McClellan (Andrew), Inventing the Louvre. Art, politics, and the Origins of the Modern Museum in Eigteenth-Century Paris, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, chap. 4 et 5.

67 Hamy (Ernest-Théodore), « Les Derniers jours du jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle », in Centenaire de la fondation du Muséum d’Histoire naturelle. 10 juin 1793-10 juin 1893. Volume commémoratif publié par les professeurs du Muséum, Paris : Imprimerie nationale, 1893, pp. 35-39.

68 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes…, op. cit., p. 264.

69 Millin (Aubin-Louis), Voyage dans les départemens du midi…, 1807-1811, op. cit., t. 1, p. 451. Je souligne.

70 Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire ». La Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Oxford : Voltaire Foundation, 1996, p. 147 et p. 342.

71 Pour une lumineuse entrée en matière : Daston (Lorraine), « Reviews on Artifact and Experiment : the Factual Sensibility », Isis, vol. 79, no 3, 1988, pp. 452-467.

72 La collection d’anatomie comparée est composée des squelettes préparés par Daubenton, Mertrud, et Hunault et momentanément relégués dans les combles, mais également des squelettes confisqués à La Haye et des cires anatomiques, notamment celles de Pinson. Elle est ouverte au public en 1806. Voir surtout : Cuvier (Georges), « Notice sur l’établissement de la collection d’Anatomie comparée du Muséum », Annales du Muséum, vol. 2, 1803, pp. 409-414 ; Sloan (Philip R.), « Le Muséum de Paris vient à Londres », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, op. cit., pp. 607-634.

73 Lemire (Michel), « Les Collections de cire : au carrefour du renouveau pédagogique et scientifique de l’anatomie », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, op. cit., pp. 509-521 ; Crémière (Cédric), La Science au musée. L’anatomie comparée au Muséum d’Histoire naturelle de Paris, 1745-1898, thèse de doctorat [Van Praet Michel, dir.], Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2004.

74 Je remercie Patrice Bret pour ces indications.

75 Un exemple emprunté au cas romain au xviie siècle : Ago (Renata), Il gusto delle cose. Una storia degli ogetti nella Roma dei Seicento, Roma : Donzelli ; 2006, 263 p. (Saggi. Storia e scienze sociali). L’interrogation du Minutier central des notaires aux Archives nationales s’est avérée décevante à l’exception de la collection de François-Marie Daudin : AN, ET/XLVI/643 : Inventaire après décès de François Marie Daudin. Paris, du 17 au 24 frimaire an XII.

76 Sur le rôle des catalogues, voir Poulot (Dominique), « Surveiller et s’instruire »…, op. cit., pp. 324-326.

77 L’espace des confiscations, hormis le territoire français dans ses frontières de 1790, s’étend au Nord à la Belgique (1794), à la partie allemande de la rive gauche du Rhin (1795-1797) et à la Hollande (1795), au Sud, à l’Italie (1796-1797). Pour les distributions, il faut ajouter aux départements de la France de 1790 l’ancien Comtat venaissin devenu le Vaucluse (1791), la Savoie avec ses deux départements du Mont-Blanc (1796) et du Léman (1798) mais surtout les départements de la Belgique (1795) et de la rive gauche du Rhin (1798). En revanche, les cinq départements piémontais, adjoints trop tardivement (1802), ne bénéficient pas de ces envois.

78 Thibaudeau (Barthélemy), Rapport sur le Muséum national d’Histoire naturelle. Séance de la Convention nationale du 11 frimaire an III, Paris : Imprimerie nationale, 1794, pp. 7-9.

79 Julia (Dominique), Les Trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris : Belin, 1981, pp. 172-187 ; ici, p. 177 et p. 186.

80 Gauchet (Marcel), La Condition historique, Paris : Stock, 2003, p. 274 (Les Essais).

81 Voir Chevallier (Alix), « La matière première : le papier », in Chartier (Roger) & Martin (Henri-Jean) (sous la dir.), Histoire de l’édition française, t. II : Le Livre triomphant. 1680-1830, Paris : Fayard ; Cercle de la Librairie, 1990 [1984], p. 41 ; dans le même tome voir également Martin (Henri-Jean), « Une croissance séculaire », pp. 119-121 ; Juratic (Sabine), « Librairie et imprimerie. 1788 - an VII », in Ducoudray (Émile), Monnier (Raymonde) & Roche (Daniel) (sous la dir.), Atlas de la Révolution française, vol. 11 : Paris, Paris : Éditions de l’EHESS, 2000, p. 80 et p. 114.

82 Mercier (Louis-Sébastien), Le Nouveau Paris, Paris : Mercure de France, 1994 [1799], chap. cxl, pp. 531-539.

83 Compère (Marie-Madeleine), « Les Professeurs de la République. Rupture et Continuité dans le personnel enseignant des Écoles centrales », Annales historiques de la Révolution française, no 243, 1981, p. 50. Pour les naturalistes, voir : Renault (Pierre-Antoine), Plan d’éducation républicaine, Rouen : Imprimerie de P. Leconte, 1793, 22 p. ; Villars (Dominique), Mémoire sur l’étude de l’histoire naturelle et qui tend à établir qu’elle doit faire partie de l’éducation nationale présenté par M. Villar,... le 25 octobre 1791, Gap : [s. n.], 1791, 18 p. ; Boisson (Marie-François), « Extrait d’une lettre du citoyen Besson à Grégoire. Vesoul, le 11 nivôse an X », Revue internationale de l’enseignement, t. 28, 1894, pp. 47-49.

84 Charmasson (Thérèse), « Agriculture, économie rurale et histoire naturelle dans l’enseignement : projets, réalisations de la période révolutionnaire », Revue du Nord, t. 78, no 317, 1996, pp. 754-769.

85 Julia (Dominique), Les Trois couleurs du tableau noir…, op. cit., pp. 6-7 et p. 17.

Table des illustrations

Légende La mode naturaliste des LumièresFrontispice de L’Histoire naturelle d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1742)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende La morale de la nature à destination des enfantsFrontispice du Livre du second âge : ou Instructions amusantes sur l’histoire naturelle des animaux de Jean-Baptiste Pujoulx (1803)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Les moines animalisés Page de titre, début de préface et pages 33-34 de l’Essai sur l’histoire naturelle de quelques espèces de moines décrits à la manière de Linné d’Ignaz von Born (1784 puis réédité en 1798).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Le spectacle de la NatureFrontispice du Spectacle de la nature de Noël-Antoine Pluche (8ème éd. de 1741)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Légende Cabinets naturalistes européens vers 1780. Infographie Pierre-Yves Lacour.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Le Jardin dans la DécadeGravure placée en frontispice du premier volume de la Décade philosophiqueCliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Le Jardin du roi au début du xviii e  siècleFrontispice du tome 3 de l’Institutiones Rei Herbariae de Joseph Pitton Tournefort (1719)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Légende Rapport à l’EmpereurPage de titre du Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles… de Georges Cuvier (1810)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Répartition des sections de l’Académie des sciences et de la première classe de l’Institut national.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Cabinet-meuble au début du XVIIIe  sièclePlanche 3 extraite de l’Elenchus tabularum, pinacothecarum… de Levinus Vincent (1719)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Cabinet de Bonnier de la MossonReconstitution du deuxième cabinet d’histoire naturelle, dit des animaux desséchésCliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Utopie d’une machine policièreAquarelle de Gabriel de Saint-Aubin extraite du Mémoire sur la réformation de la police de France soumis au roi… de Guillauté (1749)Cliché Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5331/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Publications scientifiques du Muséum, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540