Desktop versionMobile version

Charles Plumier (1646-1704) and His Drawings of French and Caribbean Fishes

 | 
Theodore Wells Pietsch

Conclusion

Full text

1Né un siècle trop tôt – son approche très moderne de l’histoire naturelle était très en avance sur son temps – n’ayant publié que quelques travaux pré-linnéens (1707-1778) et étant mort jeune avant d’avoir pu éditer l’essentiel de ses découvertes, Plumier n’eut pas la place qu’il méritait parmi les premiers naturalistes. Son travail en tant que botaniste a été largement salué. Linné (1756 : 379, 1762 : 23, 1763 : 306) rangeait Plumier parmi les « Reformatores » et les « Restauratores » (Fournier 1932a : 58), Burmann (1755, titre de page) lui donna le titre de « Princeps Botanicorum », Haller (1772 : 12) le considérait comme l’égal de Tournefort, Triana & Planchon (1862 : 362) disaient de son œuvre qu’elle était « aussi remarquable pour la beauté de ses illustrations que par l’attention portée à ses descriptions », Urban (1898 : 123) l’appelait « le Père de la Flore Antillaise », Fournier (1932a : 58) le tenait pour « le vrai fondateur de la systématique générique américaine », Whitmore (1967 : 187), enfin, le qualifiait de « précurseur de Buffon, Linné et Lamarck ».

2Mais si l’on s’aventure au-delà de la compétence botanique, Plumier n’était pas sans détracteur. Cuvier (1828 : 92, 1995 : 90) signalait ainsi « le ton méprisant dont Jean-Baptiste Labat parle d’un homme qui lui était à tous égards supérieur ». Dans son Voyage aux îles de l’Amérique, Labat (1722, 1 : 288) écrit : « Je n’ai guères connu d’homme plus aisé à tromper que ce brave Religieux. Il avait un talent merveilleux pour dessiner les plantes & il était en état de faire des ouvrages achevés quand dans ce genre là s’il s’y fut renfermé, mais il est tombé dans une infinité de bévues pour avoir voulu sortir de la sphère dont celle que je remarque ici [sur la manufacture d’indigo, voir ci-après] n’est pourtant pas une des plus considérables. »

3Voici un autre exemple où Labat tournait en ridicule Plumier. À l’occasion de son troisième voyage aux Antilles, Plumier crut avoir découvert en Martinique le pourpre antique dans les sécrétions d’un gastéropode : « Je m’aperçus un soir que nôtre chercheur de Fougères était plus content qu’à l’ordinaire, je lui en demandai la cause ; mais il était si caché & si particulier, qu’il n’y avait pas moyen de rien savoir de ses affaires : toutes choses étaient mystérieuses chez lui. Cependant à force de le presser, il me dit qu’il avait trouvé un trésor. Je ne manquai pas de lui témoigner ma joy et de lui offrir nos cabroüets et nos bœufs pour l’aller chercher, & le faire apporter dans sa chambre. Il me dit que cela n’était pas nécessaire, & qu’il l’avait dans sa poche. Après bien des cérémonies, il en tira enfin un mouchoir dont une partie était teinte de couleur pourpre, ou du moins en la couleur qu’on appelle Pourpre à présent, car je ne voudrais pas jurer qu’elle soit la même que celle des anciens. Quoiqu’il en soit ; voilà me dit-il, le trésor. J’ai découvert en ce païs-cy la Pourpre de Tyr : c’est pour l’enrichir plus que toutes les mines du Pérou & du Mexique. Je considérai le mouchoir, & je découvris aussitôt le principe de cette couleur ; mais je feignis de souhaiter qu’il me le dît. Mes prières furent inutiles, & quoique je pusse faire, il ne voulut jamais m’apprendre ce que je savois avant lui.

4« Le lendemain j’envoyai dire à un Pêcheur qui demeurait au Bourg Sainte Marie, de me faire amasser des Burgaus de teinture [gastéropodes séchés] (c’est ainsi qu’on les appelle) il m’en envoïa, & je teignai un morceau de toile en Pourpre que je montrai le soir au Père Minime, en lui disant que ce qu’il croïait être un secret et un trésor était entre les mains de tout le monde. » (Labat 1722, 4 : 25-26 ; voir aussi Fournier 1932b : 64).

5Si les contributions zoologiques de Plumier avaient pu accéder à la reconnaissance de la publication, il ne fait guère de doute qu’elles auraient recueillies également des éloges. Parmi les rares personnes à avoir étudier ses dessins animaliers, seul Cuvier (1828 : 85, 91-92, 1995 : 84) donna son avis sur leur qualité. En décrivant les manies si typiques des naturalistes du xviie siècle, comme les « figures… peu exactes » et les « articles les plus mêlés de contes populaires », il citait Plumier comme faisant exception : « Mais un voyageur de l’époque dont nous parlons, qui avait travaillé en vrai naturaliste, et à qui l’ichtyologie aurait été éminemment redevable, si son ouvrage avait pu voir le jour de son vivant ; ce fut le père Plumier. Sa réputation comme botaniste d’un ordre supérieur, est faite depuis longtemps ; mais il n’était pas moins bon zoologiste, et, sur les poissons en particulier, il avait fait, soit en Provence, sa patrie, soit aux Antilles, une suite nombreuse de dessins remarquables par leur finesse et par leur exactitude, et dont on peut dire qu’il ne leur manque presque que d’avoir rendu correctement les nombres des rayons, et d’avoir exprimé les dentelures des pièces operculaires dans quelques espèces où l’épiderme les masque pendant que l’animal est frais ».

6Enfin, critiquant la maigre qualité des copies faites des figures originales de Plumier qui se retrouvaient incorporer dans d’autres publications, Cuvier (1828 : 94, 1995 : 84-85) ajoutait un compliment supplémentaire : « Cette incurie des éditeurs de Plumier ne doit rien faire perdre au respectable et laborieux observateur de l’estime qui lui était due ; encore à présent on ne connaît quelques pièces que par lui, et ses manuscrits nous ont prouvé que la plupart des erreurs, glissées dans les publications que l’on en a faites, lui étaient étrangères. »

© Publications scientifiques du Muséum, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search