Version classiqueVersion mobile

Charles Plumier (1646-1704) and His Drawings of French and Caribbean Fishes

 | 
Theodore Wells Pietsch

Charles Plumier (1646-1704)

Texte intégral

Frère Charles Plumier
Dessin à la Plume de Sylvany.

Biographie

1Charles Plumier est né à Marseille le 20 avril 1646, de Jean Plumier, artisan tourneur, et de Madeleine Roussel (Niceron 1736 : 398 ; Burmann 1755 : [3] ; Achard 1787 : 95, Ferrari 1982 : 47). Il acquiert les bases de l’enseignement élémentaire grâce au curé de leur paroisse Saint-Martin à Marseille (Ferrari 1982 : 47). C’est en 1662, à l’âge de 16 ans, qu’il entre dans l’Ordre des Minimes, un ordre monastique catholique fondé en Italie en 1453 par le moine mendiant Francesco di Paula (1416-1507), canonisé plus tard sous le nom de Saint François de Paule. Conformément au souhait du fondateur, l’Ordre des Minimes fut généralement tenu pour le plus austère de tous les ordres, médiéval dans son esprit comme dans ses règles. En plus des vœux traditionnels (pauvreté, chasteté et obéissance), un frère Minime devait se consacrer à une vie de Carême perpétuel. Il devait quotidiennement s’abstenir de consommer de la viande et ses dérivés (lait, beurre, fromage et œufs) (Whitmore 1967 : 3-5 ; Malabirande 2013 : 44-60) et accepter des restrictions alimentaires qui faillirent bien être fatales à Plumier lorsqu’il se perdit en mer, quelques années plus tard. D’après l’un de ses biographes (Achard, 1787 : 95-96), « L’année de ses épreuves ne fut pour lui que l’heureux apprentissage de toutes les vertus religieuses. Il y réussit si parfaitement, que l’on admira dès-lors dans sa conduite une sagesse consommée. Le terme étant expiré, il se consacra à Dieu par la profession solemnelle qu’il fit à Marseille, le 21 Décembre 1663 ».

  • 1 Pour une esquisse biographique sur Maignan, voir Whitmore (1967 : 163-186).

2Ses premières années furent consacrées à l’étude des sciences physiques, des mathématiques et au dessin. Il développa alors un intérêt prononcé pour la construction d’instruments scientifiques et apprit à utiliser le tour, un talent qu’il avait hérité de son père (Achard, 1787 : 96 ; Duvau, 1823 : 94 ; Cuvier, 1843 : 75). Peu après sa consécration en décembre 1663, il fut envoyé au couvent des Minimes de Toulouse, à sa demande, pour approfondir l’étude des mathématiques sous la direction du père Emmanuel Maignan (1601-1676), « le grand mathématicien Minime et expert tourneur »1. De nouvelles opportunités s’ouvrirent ainsi à lui pour étudier la perspective, la peinture et la gravure, l’art de la mise en scène, mais aussi les techniques du microscope, des miroirs ardents et du tour (Niceron 1736 : 398 ; Achard 1787 : 96). Ainsi que Plumier l’expliqua lui-même (1701 : [5]) : « Je m’attachais auprès de ceux que j’appris être les plus habiles, entre lesquels notre R. P. Emanuel Magnan, Religieux Minime, comme moi, de la province de Toulouse, connu par tout l’Europe, pour son rare savoir, & son heureux & excellent génie, qui fut celui qui le premier ajouta aux lumières que j’avais reçues de mon Père qui se plaisait à cet exercice, tout ce qu’il savait de plus curieux sur le Tour. » (voir aussi Whitmore, 1967 : 187 ; et Connors, 1990 : 224).

  • 2 Sur cette conversion, cf. Vignaud 2005.
  • 3 Philippe Sergeant, doué en botanique comme en médecine, vécut plusieurs années à Rome. Il met en p (...)
  • 4 Sur Francisco de Onuphriis, voir Plumier (1693 : [1]), Journal des Sçavans (20 juillet 1693, 21(28 (...)

3Peu après, sans doute à la suite du décès du Père Maignan en 1676, Plumier, pour parfaire ses études, est envoyé à Rome au couvent La Trinité des Monts, situé aux limites de la ville sur la colline du Pincio. Là, il fut introduit à la botanique2 sous la tutelle du père Philippe Sergeant (dates inconnues), originaire de Calais3, et de Francisco de Onuphriis (dates inconnues), médecin romain4. Fortement influencés par leurs enseignements, il se lança dans l’étude de la botanique avec un réel enthousiasme : « Je dois la première inclination que j’ay euë pour l’étude des plantes, aux curieuses démonstrations que le R. P. Philippe Sergeant, très habile Pharmacien, Religieux de notre Ordre, de la Province de France, & M. François de Onuphriis, Médecin Romain, firent dans notre Couvent Royal de la Trinité du Mont à Rome. Je quittay des lors insensiblement l’étude des Mathématiques, qui avoit jusques à ce temps-là fait ma principale occupation, pour m’appliquer à la Botanique ». (Plumier, 1693 : [1]).

  • 5 Paolo Boccone, parfois appelé Sylvius Boccone, fut gratifié par Plumier (1703a : 35) du patronyme (...)

4Plumier compléta cette formation en botanique avec le naturaliste italien, Paolo (Sylvius) Boccone (1633-1704)5 qui est à Rome de la fin des années 1670 jusqu’à son entrée dans les cisterciens en 1682 : « II tâcha d’en [la botanique] acquérir une plus vaste connoissance, sous l’illustre Paul Boccone, qui lui donna le premier une plus grande connoissance qu’il n’avoit eû dans son Convent ; ce que pourtant nôtre Auteur ne dit pas dans sa Préface, & qu’il m’avoit pourtant avoué » (Garidel 1715 : xxxiii).

  • 6 L’appellation originale trouvée par Tournefort (1700 : 659) de Plumeria fut par la suite retenue p (...)

5Des troubles chroniques, apparemment causés par un travail excessif, écourtèrent cependant les recherches botaniques que Plumier avait entreprises à Rome. Selon Achard (1787 : 95-96), « Les forces de l’esprit cédoient au dépérissement du corps ; & il se vit obligé de revenir en France respirer l’air natal pour recouvrer sa santé. Elle se rétablit au Couvent des Bormes, près d’Hyères, local agréable où la salubrité de l’air & la tranquillité lui rendirent sa première vigueur ». Ce séjour au couvent de Bormes se situe dans l’année 1678 (Coste 1957 : 47). Ce fut à cette occasion qu’il se lia avec le célèbre botaniste français Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), qui deviendra professeur de Botanique au Jardin du Roi, et avec Pierre-Joseph Garidel (1658-1737) qui était alors professeur de Botanique à l’université d’Aix-en-Provence. Tournefort et Garidel invitèrent Plumier à les accompagner dans leurs tournées de collectes de plantes en Provence : « Il vint d’Italie dans cette Provence, où il fût de famille dans le Convent D’Aix ; aïant apris que je m’attachois fort à la Botanique, il me pria de le conduire dans campagnes, pour lui démontrer les plantes les plus rares, ce que je fis assez souvent. Je lui procurai en même tems la connoissance de Mr. De Tournefort, qui se trouva par occasion en cette Ville, étant de retour d’un voïage des Alpes » (Garidel 1715 : xxxiii). Par la suite (1700), Tournefort honora Plumier à juste titre du nom de Plumeria, un genre d’arbrisseaux et de petits arbres, originaire d’Amérique centrale6.

6En 1679, il retourna en Italie dont il revint définitivement au début de 1681. Alors, il sollicita et obtint de ses supérieurs la permission d’entreprendre une vaste excursion botanique le long des côtes du Languedoc et de Provence, dans les Alpes françaises et sur les îles de Hyères (Plumier, 1693 : [1] ; Garidel 1715 : xxxiii ; Cuvier 1841 : 498, 1843 : 75). Lors de ce voyage, il réunit un grand nombre de plantes dont il fit, pour la plupart, le croquis, avec l’intention de publier un ouvrage de référence sur la flore de la région.

7Grâce à son expertise botanique et à ses extraordinaires talents d’illustrateur et de graveur, la renommée de Plumier ne tarda pas à se répandre. Sa vie allait prendre un nouveau tournant lorsque Michel Bégon (1638-1710), qui était alors Intendant de la Marine à Marseille et ancien gouverneur de Saint-Domingue (Haïti de nos jours), fut chargé par le Roi Louis XIV de trouver un naturaliste disposé à partir pour les possessions françaises des Antilles dans le but de collecter des matériaux d’histoire naturelle. Bégon offrit la position à Joseph-Donat Surian (mort en 1691), médecin-chymiste et apothicaire à Marseille, qui, à son tour, proposa à Plumier de l’accompagner et de devenir son assistant.

  • 7 En signe de reconnaissance, Plumier (1701 : [iii-v]) dédia sa monographie consacrée à l’art du tou (...)

8Selon Whitmore (1967 : 188), c’était Bégon, désireux de l’entreprendre, qui reçut plus tard l’agrément royal pour mener une grande enquête botanique aux Antilles. En signe de reconnaissance pour le patronage de Bégon, Plumier l’honora du nom de Begonia (Begoniaceae), maintenu plus tard par Linné dans ses Species plantarum (1753, 2 : 1056)7. Après avoir rappelé que quelques noms grecs anciens de plantes commémoraient des personnes, Stearn (1996 : 11, 244) indique que Plumier fut le premier à restaurer cette coutume ancienne (voir aussi Fournier, 1932a : 56 ; Whitmore, 1967 : 196 ; et Hollsten, 2012 : 38). Avant ces patronymes d’une époque récente, il n’y eut que la Nicotiana Linnaeus (1753, 1 : 180), la plante du tabac (Solanaceae), nommée à l’origine par Casper Bauhin (1623 : 169) en l’honneur de Jean Nicot, sieur de Villemain (1530-1600), ambassadeur français au Portugal, qui envoya des échantillons à Catherine de Médicis (Whitmore, 1967 : 196). Parmi les cinquante autres patronymes de plantes introduits par Plumier (Stearn, 1996 : 11 ; Mottran, 2002 : 85), les plus connus sont sans doute le Fuchsia Linnaeus (Onagraceae), nommé en l’honneur du botaniste allemand Leonhard Fuchs (1501-1566), herboriste et professeur à Tübingen ; le Gesneria Linnaeus (Gesneriaceae), nommé en l’honneur de Conrad Gessner, de Zurich, (1516-1565), le plus illustre botaniste de son temps ; le Lobelia Linnaeus (Campanulaceae), nommé en l’honneur de Matthias de Lobel (1538-1616), botaniste flamand et médecin attaché au roi Jacques Ier d’Angleterre et conservateur du Jardin Botanique de Oxford ; le Magnolia Linnaeus (Magnoliaceae), nommé d’après Pierre Magnol (1638-1715), professeur de botanique et directeur du jardin botanique de Montpellier ; et le Pittonia, nommé en l’honneur de Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708). Ce dernier genre ne sera pas repris par Linné qui préféra à sa place utiliser la dénomination de Tournefortia : un genre de Boraginaceae, comportant près de 150 espèces d’arbustes originaires des régions tropicales et subtropicales.

9Abordant les préparatifs de l’expédition aux Antilles, Plumier (1693 : i-ii) décrivit ainsi la situation : « Monsieur Bégon, si connu des savants, qui trouve au milieu de ses grands emplois des moments à donner à l’Etude des sciences, était pour lors Intendant des Galères à Marseille. Il souhaitait pour satisfaire aux ordres du Roy, de trouver quelqu’un qui peût faire le voyage de nos Isles Antilles (où il avoit été Intendant) pour y faire la recherche de tout ce que la Nature y produit de plus rare & de plus curieux. Il en fit la proposition à M. Surian, fort capable, non seulement dans la connaissance des plantes, mais aussi dans les secrets de la chymie ; & il lui donna en même temps commission de chercher quelqu’un qui fut en état de l’aider dans l’exécution de ce dessein. M. Surian m’en fit la proposition : j’y donnai les mains avec plaisir, & nous entreprimes quelques temps après le voyage par les ordres de Sa Majesté ».

  • 8 Nous renvoyons à ce travail pour les sources d’archives consultées par cet auteur.
  • 9 Jean-Baptiste Antoine Colbert marquis de Seignelay (1651-1690)

10Philippe Hrodej (1997)8, d’après les archives, a rétabli les dates des trois voyages de Plumier. Ces voyages ont eu lieu en 1687 (au lieu de 1689), 1689 (et non 1693) et 1694 (au lieu de 1695). Plumier s’embarque pour les Caraïbes en 1687. Par ordre du roi en date du 22 juillet 1687, Plumier part « travailler à découvrir les propriétés des plantes, graines, huiles, gommes et essences et dessiner les oiseaux et les poissons et autres animaux » (Hrodej 1997 : 100). Seignelay9, succèdant à son père le grand Colbert comme secrétaire d’état de la marine en 1683, avait accepté en juin 1687 de débloquer 2 200 livres pour subvenir aux frais du voyage (Hrodel 1997 : 100, note 10). Il se rendit à Haïti et à la Martinique. Au cours d’un séjour qui ne dura pas plus d’un an, il illustra et prépara des descriptions détaillées des plantes et des animaux locaux. Alors qu’il accomplissait un immense travail, le séjour sur les îles ne fut pas, semble-t-il, sans controverse. Voici à ce sujet un éclairage de Jean-Baptiste Labat (1663-1738), un missionnaire dominicain qui officia en Martinique et dans d’autres îles des Antilles françaises de 1694 à 1705 (voir Cuvier, 1843 : 79-80 ; Urban, 1898 : 91-92 ; Fournier, 1932b : 63-68 ; Eaden, 1970) : « La Cour [du roi] qui les entretenait, avait destiné le Minime [Plumier] pour faire les figures des plantes entières & disséquées ; et le Médecin Chimiste [Surian] pour en tirer les huiles, les sels, les eaux et autres minuties dont on se sert aujourd’hui pour abréger la vie des hommes, sous prétexte de leur conserver la santé. » (Labat, 1722, 4 : 20).

Cartes des îles Caraïbes
D'après Manesson-Mallet 1683.

  • 10 Cette affirmation ne pourrait être qu’une légende (Hrodej 1997 : 101, n. 12).

11Labat (1722, 4 : 23-24) poursuivit en décrivant la querelle qui eut lieu entre Plumier et Surian, sérieuse au point que « La discorde se mit entre le Minime & lui & les obligea de séparer. Ils revinrent en France après dix-huit ou vingt mois de travail, chargés de graines, de feuilles, de racines, de sels, d’huiles & autres babioles, & de quantité de plaintes l’un contre l’autre. Il y a apparence que le Minime avait plus de raison que le Médecin, ou qu’il fut mieux écouté, puisque celui-cy fut congédié, & que le Minime fut renvoyé aux Iles, pour travailler de nouveau. A l’égard du Médecin, j’ai su étant à Marseille, que continuant son travail de Botaniste, il avait un jour apporté certaines herbes qui lui avaient paru merveilleuses pour purger doucement, il en fit faire de la soupe, qui fit mourir lui, sa femme, ses deux enfants & la servante. Ainsi devraient faire tous les confrères, quand ils veulent faire quelque expérience. »10

12Labat (1722, 4 : 20-22), qui, de toute évidence, critiquait presque tout, dressa ainsi, de façon désobligeante dans le même contexte, un portrait de Surian : « Le Médecin appelé Surian était la copie la plus parfaite de l’avarice qui ait jamais été tiré d’après nature, ou pour parler plus juste, c’était l’avarice même. Il me suffira de dire, pour en donner une légère idée, qu’il ne vivait que de farine, de manioc & d’Anolis. Quand il partait le matin pour aller herboriser, il portait avec lui une caffetière monacale, c’est à dire une de ces caffetières qu’on fait chaufer avec de l’esprit de vin. Mais cette dépense aurait été trop contraire à l’économie dont il faisait une étroite profession, il ne garnissait la sienne que d’huile de palma christi ou de poisson. Celle qui ne lui coûtait rien était toujours la meilleure. […] C’était pour lui un carnaval lorsqu’il pouvait attraper une grenouille, elle lui servait pour deux jours au moins, tant était grande la frugalité de cet homme. J’ay pourtant oüi dire à beaucoup de gens qu’il relâchait infiniment de cette austérité de vie, quand il mangeait hors de chez lui, ou aux dépens d’autrui. »

13Malgré l’apparent conflit qui les opposait, Plumier cita Surian dans sa Description des plantes de l’Amérique (1693 : [2]) et lui rendit hommage plus tard en formant le patronyme Suriana (voir Plumier, 1703a : 37), un genre de la famille Surianaceae, que Linné conservera par la suite et qui comporte aujourd’hui une espèce unique d’arbuste qu’on retrouve en zone littorale, partout sous les Tropiques (voir Urban, 1898 : 160-161, 1902a : 133).

14À son retour, Plumier rédige un rapport que Seignelay transmet, pour avis, à Fagon, directeur du jardin du Roi. Suite à l’avis favorable de ce dernier, « un ordre du roi du 18 mai 1689, stipule que le père Plumier est renvoyé aux Antilles pour y “continuer le recueil qu’il a commencé des graines, plantes et arbres des Îles, et en composer un des poissons, oiseaux et autres animaux de ce pays” » (Hrodej 1997 : 101).

15De nouveau, Labat (1722, 4 : 24), avec le cynisme qui le caractérisait, expliquait ainsi cette décision : « L’occasion du renvoi du P. Plumier aux Iles, fut aussi singulière qu’inutile. La voici. Un médecin anglais [Hans Sloane (1660-1753), qui passa 18 mois dans les Caraïbes, de septembre 1687 à mars 1689] avait publié un Livre de Plantes de l’Amérique [A voyage to the islands Madera, Barbados, Nièves, S. Christophers and Jamaica, qui ne fut pas publier avant les années 1707-1725, longtemps après la mort de Plumier ; voir plus bas, p. 45], dans lequel il avait fait graver plus de soixante espèces de Fougères. On crut qu’il était de l’honneur de la Nation d’en découvrir davantage ; & comme on ne connaissait personne dans tout le Royaume plus capable de soutenir le poids de cette grande affaire que ce Minime, on lui en donna la commission. » (Voir aussi Sloane, 1707-1725, 2 : 17 ; Urban, 1920 : 4 ; MacGregor, 1995 : 86).

  • 11 British Museum, Londres, Sloane MS 4069 : 73.
  • 12 Pour plus d’informations sur Sloane, voir Urban (1898 : 154-157), De Beer (1953), et MacGregor (19 (...)

16Ce furent sans doute les fougères elles-mêmes et non les gravures qui les représentaient dans l’ouvrage de Sloane (1707-1725) qui constituèrent le facteur déclenchant des voyages de Plumier. Dans une lettre adressée à l’apothicaire et botaniste français Claude-Joseph Geoffroy (1685-1752) en date du 1er août 1742, Sloane écrivait : « Je suis à présent retiré à Chelsea avec tout mon cabinet, et je me divertis de ce réarrangement ; et puisque je désire disposer de mes copies de telle sorte qu’elles puissent être de quelque utilité au public, je devrai considérer comme un honneur de voir une partie de mes copies de plantes placées dans la collection de M. Tournefort, à qui j’ai envoyé de retour de Jamaïque, quelques [60] surprenantes fougères originaires de cette Ile, lesquelles, selon le Père Labat, auraient donné l’idée au Père Plumier d’entreprendre son propre voyage vers ces îles. »11 De Beer (1953 : 98) notait pour sa part que « Tournefort, l’ami français de Sloane, envoya son associé Andreas von Gundelsheimer (1668-1715) en Angleterre afin de voir les plantes de Sloane, et cela eut pour effet que Charles Plumier fut envoyé pour son expédition aux Caraïbes »12.

  • 13 François d’Usson de Bonrepos (1654-1719), intendant général des armées navales et de la marine (16 (...)

17Ce nouveau voyage prend une tournure plus politique (état de la société, ressources). Les observations de Plumier vont au-delà de l’histoire naturelle. Comme le montrent deux lettres de 1690, l’une adressée au marquis de Seignelay, secrétaire d’état de la marine et l’autre à Usson de Bonrepos, intendant général de la Marine13, Plumier s’exprime très clairement sur l’état de Saint-Domingue et la nécessité d’une présence française dans cette île (Hrodej 1997). Il en remarque les ressources naturelles : marbres, argent, bois, plantes tinctoriales et purgatives, etc.

  • 14 Pour un compte-rendu de l’ouvrage de Plumier, Description des plantes de l’Amérique, paru à son ép (...)

18Après son retour en France, Plumier reçut le titre de Botaniste du Roi et une pension. Et grâce aux soutiens de Seignelay puis de Louis de Pontchartrain, Plumier publie en 1693, aux frais du roi, sa première étude : Description des plantes de l’Amérique, forte de 108 gravures de plantes, presque toutes nouvelles à la science14.

19Par ordre du roi du 24 septembre 1694, Plumier entreprend un troisième voyage qui durera trois ans. Il ne s’embarquera que fin 1694-début 1695 pour la Martinique, les îles Grenadines, Saint-Domingue, etc. Il rentre à la fin de 1697, selon le Ms 26 de la Bibliothèque centrale du Muséum. Le naturaliste fait montre d’un position politique très claire, comme le souligne Hrodej (1997 : 105) : « Ce dernier voyage, le plus long, près de trois ans, est le point d’orgue d'une œuvre botanistique abondante et précieuse. Sa relation dithyrambique des hauts faits des flibustiers et de leur chef, Du Casse, a incité Versailles à examiner avec compréhension les réclamations domingoises. [...], le père Plumier n’a cessé de prodiguer sa générosité à ses bienfaiteurs. Par-delà quelque candeur et grandiloquence, le religieux n’a d'autre préoccupation que la gloire et la puissance du royaume. L’homme sert son roi, l’État, la nation, en même temps qu’il sert Dieu. Ces devoirs sont indissociables au xviie siècle ».

20Au cours de ces trois voyages, Plumier effectua des explorations et des collectes nombreuses et variées, à des endroits divers sur les îles de la Martinique et particulièrement à Haïti. Il fit de plus brèves visites sur d’autres îles avoisinantes : Saint Vincent, Bequia, la Guadeloupe, Saint Christophe, Saint Croix et Saint Thomas, mais sans s’aventurer sur le continent américain, même si cet aspect est l’objet de désaccords entre historiens.

21Urban cite en détail les lieux visités par Plumier aux Antilles (1902b, 1920 : 5). D’autres récits (e.g., Duvau, 1823 : 94) indiquent que Plumier recueillit des plantes sur le continent voisin (c’est-à-dire, « sur le littoral du Mexique », Levot, 1862 : 500), mais Urban (1920 : 5 ; voir aussi Fournier, 1932a : 54) rejetait catégoriquement cette possibilité : « Le continent américain n’a pas été visité par Plumier. Toutes les identifications de ses tableaux, avec des espèces qui n’existent que sur le continent, sont donc erronées ». Dans ce contexte, le dessin réalisé par Plumier d’un lépisosté osseux (Lepisosteus osseus, MS 24, Planche 73 ; MS 31, folio 4), « un poisson armé de la Rivière St. Laurent en Canada », fut très certainement basé sur un spécimen naturalisé auquel il eut accès en France. Le spécimen séché et empaillé figurant dans les collections de poissons du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris (MNHN 5781), approximativement de la même taille que le spécimen de Plumier et dont on a cru au départ qu’il lui avait servi de modèle, avait, en réalité, été collecté par le naturaliste français Ambroise Marie François Joseph Palisot, Baron de Beauvois (1752-1820), lors de son séjour en Amérique du Nord (qu’il avait parcouru de la vallée de la rivière Ohio à l’Ouest jusqu’à Savannah, en Georgie, dans le Sud) dans les années 1780 et 1790, soit près d’un siècle après Plumier.

22Souvent malade et toujours préoccupé par la publication de sa recherche, Plumier passa les dernières années de sa vie dans sa cellule monastique du couvent des Minimes de la Place Royale à Paris, affairé à compiler ses notes et ses dessins, et à la préparation de la mise sous presse de ses manuscrits (Whitmore, 1967 : 190, 197). La Place Royale, qui deviendra plus tard la Place des Vosges, ne doit pas être confondue avec l’actuel Palais Royal sur la rue Rivoli, en face du Musée du Louvre. Centre de vie intellectuelle au début du xviie siècle, le couvent des Minimes, construit en 1611 près de la Place Royale, sur une rue désormais nommée la rue des Minimes. Il possédait une bibliothèque de plus de 20 000 volumes. Il fut fermé durant la Révolution en 1790. À l’emplacement no 12 de la rue des Minimes, une façade du xviie siècle et un escalier assorti d’une rampe en fer forgé constituent les derniers vestiges du couvent des Minimes.

  • 15 Plumier devait accompagner Don Jose Agustin marquis de Los Rios qui venait d'être nommé vice-roi d (...)
  • 16 Le monastère de Santa María de la Victoria, à Cadiz, a été fondé le 2 février 1502 (voir González, (...)
  • 17 Selon Achard (1787 : 97), Plumier mourut le 16 novembre 1704, mais la plupart des autres sources i (...)

23En 1704, Guy-Crescent Fagon (1638-1718), superintendant du Jardin royal des Plantes (1693-1718) et premier médecin du roi Louis XIV, convainquit Plumier de voyager au Pérou pour découvrir et rapporter de la documentation sur l’arbre produisant la quinine. Plumier accepta de s’y rendre15, mais lors des préparatifs, il succomba à une attaque soudaine de pleurésie au couvent des Minimes de El Puerto de Santa Maria, près de Cádiz, en Espagne16 et mourut le 20 novembre 1704 à l’âge de 58 ans (Niceron, 1736 : 400 ; Achard, 1787 : 97 ; Urban, 1898 : 127, 1920 : 5)17.

24Tous les récits dont nous disposons s’accordent sur ce fait : malgré sa frêle constitution, Plumier était infatigable sur le terrain. Au-delà des adversités de toutes sortes qu’il traversa avec vaillance et sans se plaindre, il accomplit un travail considérable en l’espace de ces quinze années, entre sa première expédition aux Caraïbes et sa mort en 1704.

  • 18 Il doit s’agir de Jean-Bernard Louis de Saint-Jean baron de Pointis, seigneur de Champigny-Chaussa (...)
  • 19 Pour des éléments biographiques sur Martin Lister, voir Stearns (1967) et Dance (1986 : 23-25). Le (...)

25Au cours d’une conversation qu’il eut avec Plumier dans sa cellule de la Place Royale en 1698, le célèbre naturaliste anglais, spécialiste des mollusques, Martin Lister (1638-1712) fit cette remarque : « Aucune visite ne me fut plus agréable que celle que j’eus avec F. Plumier, que je joignis à sa cellule du Couvent des Minimes. Il s’en retournait chez lui par l’escadrille du Sieur Ponti18 et rapportait plusieurs livres in Folio de dessins et de peintures de Plantes, Oiseaux, Poissons et Insectes des Antilles, qu’il avait réalisés avec grande précision. C’est un fin connaisseur en Histoire naturelle et tout particulièrement en Botanique » (Lister, 1699 : 72)19.

26Plumier décrivit à Lister l’étendue de ses « années à vagabonder dans les îles » des Antilles. Il raconta combien « plus d’une fois, il fit naufrage et perdit tous ses Spécimens, mais sauva ses Papiers, que par bonheur il avait laissés dans un autre navire » ; et comment « Il a dessiné et disséqué un crocodile ; un marsouin ; une vipère et bien décrit ses dissections. » (Lister, 1699 : 72-73). Parmi les dessins que lui montra Plumier, Lister (1699 : 73-75) trouva que « Ses oiseaux étaient également bien rendus et très bien dessinés dans leurs couleurs appropriées. J’ai remarqué trois sortes de hiboux, l’une pourvue de cornes, toutes des espèces distinctes des nôtres d’Europe. Plusieurs oiseaux de proie et faucons aux plumages magnifiques, l’un d’eux notamment était aussi noir charbon qu’un corbeau. Il y avait aussi (que j’aimais tant voir) une espèce d’hirondelle, très différente des quatre espèces que nous possédons en Europe ».

27« Parmi les poissons, figuraient deux nouvelles espèces de Truites Américaines, caractérisées par une nageoire charnue près de la queue ».

28À moins que Lister (1699 : 73) n’ait examiné des dessins qui ne soient pas en lien avec les manuscrits existants de Plumier, il se trompait en concluant que Plumier avait découvert « de nouvelles espèces de truites Américaines » – il est presque impossible, en effet, d’associer aucune des cinq espèces de salmonidés décrites dans le MS 24 (Planches 34A, 69, 70, 71A, 72) avec les espèces Américaines. En outre, les saumons, les truites et espèces proches (famille des salmonidés) connaissent des distributions holarctiques typiques en eaux fraîches et froides de la zone tempérée nord. Ils sont absents aux Caraïbes.

29Poursuivant sa description des animaux représentés dans la collection de Plumier, Lister (1699 : 73) remarquait que « parmi les Insectes, figurait un Scolopendra [centipède] long d’un pied et demi et proportionnellement large… aussi le Julus [millipède] peint de façon très élégante, que j’ai déjà vu dans la collection du docteur Tournefort… »

30« Aussi, une très large grenouille des bois, dont l’extrémité des orteils étaient palmés »

  • 20 Le nom de Polypus est généralement donné à la pieuvre, un taxon qui n’est pas représenté dans les (...)

31« Et un polypus au sang rouge20, aux très longues pattes, deux notamment que je pouvais distinguer dans l’esquisse présentant de fortes acétabulisations. Celui-ci, me dit-il, était si venimeux qu’un simple touché pouvait causer une brûlure insoutenable, plusieurs heures durant ».

32« Il y avait également quelques espèces de Serpents et de Lézards ».

  • 21 Lister (1699) n’avait sans doute pas pû examiner tous les manuscrits de Plumier tels qu’on les con (...)

33« Rares étaient les mollusques21 ; mais il y avait parmi eux un Murex… pourpre, avec le poisson qui l’avait attrapé en mer. Et puis un Buccin terrestre… qui pond des œufs à coquilles dures, et dont la grosseur, la forme et la couleur se distinguent à peine des œufs de moineaux. Et comme le Murex et ce Buccinum étaient dessinés avec les animaux qui sortaient de leurs coquilles, je désirais une copie de ces planches, qu’il m’offrit volontiers, de la manière la plus serviable qui soit. Il dessina le Buccinum Terrestre des îles de Saint Domingo où il le trouva ».

34« Parmi la vaste Collection de plantes, j’observais que les cactus et les fougères étaient les plus nombreuses de toutes. Une quantité incroyable d’espèces existait pour chacune d’elle. Il y avait 2 ou 3 sortes de groseilles à maquereaux et cassis et quelques sortes de raisins sauvages. Le Père Plumier m’assura qu’elles étaient toutes propres à la consommation ».

  • 22 Cette « vigne brûlante », appelée la Colocasia montante par Plumier (1693 : 38, planches 51-55), é (...)

35Toujours attiré par l’expérimentation, Plumier développa l’habitude de goûter chaque nouvelle plante qu’il rencontrait, au prix parfois de très désagréables surprises : « Cette plante est une substance violemment caustique et corrosive ; je voulus la goûter, mais à peine avais-je touché le bout de la tige que ma bouche s’enflamma à tel point qu’il me fut impossible de parler pendant presque deux heures, si bien que je dus tenir ma bouche ouverte et même tenir ma langue à l’extérieur autant que possible. L’oxycrat [un mélange de vinaigre et d’eau utilisé comme une boisson rafraîchissante et un traitement dans certaines maladies inflammatoires] que j’ai pris atténua cette inflammation, mais pendant dix jours, je fus incapable de goûter tout ce que je mangeais en raison de la corrosité du jus qui avait fait gonfler ma langue et mon palais. C’est pour cette raison qu’elle est communément appelée “vigne brûlante” »22.

  • 23 Plumier à Begon, avec une lettre à Isaac Baulot datée du 6 mars 1703, Paris ; la lettre à Baulot a (...)

36Dans un échange de correspondance23 qu’il eut par la suite avec Isaac Baulot

37 À ne pas confondre avec son père Isaac Baulot (1612-c. 1695), auteur anonyme de Mutus liber, un texte alchimique, publié à La Rochelle en 1677. Isaac Baulot le jeune était médecin, homme de lettres et dévoué à la science, qui entretenait une large correspondance avec de nombreux scientifiques de son temps. Il a formé une grande collection d’objets d’histoire naturelle et possédait une très grande bibliothèque. Selon Louis-Étienne Arcère (1757 : 422), Plumier, après sont retour de Saint-Domingue, rencontra Baulot à La Rochelle ; ce dernier ayant rédigé des remarques sur L’Art de tourner que venait de publier Plumier (1701) transmit ses commentaires à Plumier par l’intermédiaire de Begon (voir aussi Rainguet, 1851 : 69).

38Dans la même correspondance avec Baulot, Plumier nota les risques qu’il a encouru lors de ses recherches :

[quant à la froideur du sang des tortuës je puis vous assurer qu’il est aussi froid que l’eau commune]. Je fus environ deux mois à la pesche de ces animaux dans les grenadins avec quelques flibustiers de la Martinique. La pesche fut assez heureuse, nous nous en retournions la barque bien chargée de la viande salée et outre de ce de douze grandes en vie. Le temps nous futr si contgraire dès que nous eumes levé l’ancre de St Vincent qu’apres avoir couru plusieurs jours par tous les rhombs des vents sans jamais pouvoir prendre terre, ny à la Grenade, ni à Tobago, ni mesme en terre ferme ou le mauvais tems nous avoit mené, nostre eau nous manqua entierement et apres avoir demeuré pres de cinq jours sans boire qu’environs la quantité d’une chopine d’eau chacun nous nous avisames de boire le sang d’une tortuë qui nous restait encore en vie des douze. L’extrémité inexprimable que je souffrois m’obligea à faire comme les autres, j’en bus ma part [environ une demi écuellée. Nous étions seize et nous nous partageames comme l’on dit en bons frères. Je trouvay ce sang aussi froid que l’eau commune des rivieres (experto crede Roberto)].
L’indicible faim et encore la plus indicible soif que nous souffrions obligea quelques uns de nos gens de manger la chair de cette tortuë ou du moins la macher toute cruë pour se tenir la bouche un peu fraiche. Quand ils l’eurent ouverte j’apperceus le poulmon extremement enflé et blanc comme du linge blanchi. Nonobstant ma grande faiblesse car je ne pouvais plus me tenir debout la curiosité me prit de voir et d’ouvrir ce poulmon n’en ayant jamais veu de semblable dans un grand nombre de tortuës que nous avions ouvertes dans les grenadins. Je le trouvay tout templi d’une eau très limpide quoy qu’un peu glaireuse, je l’exprimay moy mesme comme une éponge dans un seau, il en sortit environ deux écuelles dr’eau que nous melames avec deux autres écuelles d’eau de la mer pour faire cuire une partie de cette tortuë, nous en eumes environ quatre morceaux chacun et deux ou trois cuillerées du bouillon qui retsoit. La Divine providence nous envoya ce petit secours pour nous donner la force d’en attendre un plus grand ou de découvrir terre ou de nous donner quelque bonne pluye. Nous souffrimes bien encore trois jours entiers sans boire goutte d’eau, et dans le temps que nous commencions à mourir, la Divine Miséricorde nous envoya une pluye si abondante que nous en bumes tout notre saoul et en eumes assez pour faire cuire un peu de viande salée, ce qui nous tira d’une mort évidente et d’une misere que la langue humaine ne peut exprimer.

39Ainsi, au seuil de l’agonie, Plumier rompit ses vœux sacrés de Minimes qui lui enjoignaient de vivre un Carême perpétuel. Par la suite, de retour de son troisième et dernier voyage aux Caraïbes, il résista à la tentation, traversant, il est vrai, des circonstances moins éprouvantes. Ainsi que le signala Lister (1699 : 134), Plumier « après son retour des Antilles » n’avait plus que « la peau sur les os » ; et pourtant, selon les règles de son Ordre, il ne pouvait manger aucun aliment qui fusse sain et utile à sa guérison ; rien, si ce n’est de petits poissons visqueux et repoussants, et quelques herbes… « C’est vrai, je ne l’ai jamais entendu se plaindre : ce qu’un principe aveugle peut faire contre Toute Raison ».

40Les couvents des Minimes étaient des grands centres religieux et intellectuels. S’il n’y avait pas d’organisation institutionnelle d’enseignement, celui-ci n’en était pas pour autant absent. « Loin d’être reclus dans leurs couvents, ils s’insèrent au cœur des milieux scientifiques locaux, dans des espaces nouveaux, académie, journaux, salons, notamment et entrent, aux côtés d’autres religieux et de laïcs, dans les réseaux communautaires, qui les soutiennent en échange de travaux scientifiques » (Dubourg, Glatigny & Romano 2005 : 32). On peut considérer que l’engagement des Maignan, Feuillée, Plumier « sur des territoires scientifiques est resté un choix personnel que l’appartenance à la communauté des Minimes n’a pas entravé » (Dubourg, Glatigny & Romano 2005 : 37).

Publications

  • 24 Pour une collation complète des études botaniques de Plumier, voir Sabin (1885 : 205-206) et Urban (...)

41Malgré l’extraordinaire productivité et énergie déployée par Plumier, seulement un petit nombre de ses travaux furent publiés, ce qui s’explique largement du fait de sa mort prématurée. Outre sa Description des plantes de l’Amérique (1693) mentionnée plus haut, Nova plantarum Americanarum genera fut publié en 1703, et peu de temps après son décès en 1705, parut le Traité des fougères de l’Amérique, fort de 170 planches dessinées et gravées par Plumier lui-même24. En plus de son Plantarum Americanarum, publié à titre posthume en dix fascicules entre 1755 et 1760 sous la direction éditoriale de Johannes Burmann (1706-1779 ; voir Urban 1898 : 128-130), quelques articles parurent dans divers journaux scientifiques. Ces contributions plus courtes incluent une note sur une cochenille (insecte femelle rouge vif, se nourrissant de cactus, le Dactylopius coccus, qui une fois séché sert de base à une teinture de couleur rouge) publiée dans le Journal des Sçavans (1695) et plusieurs textes publiés dans les Mémoires de Trévoux : sur l’anatomie d’une oreille d’une tortue marine (1702), sur les cochenilles, de nouveau (1703b), et d’autres traitant des crocodiles, d’un serpent et d’une tortue (1704).

  • 25 Pour un compte-rendu du livre de Plumier, L’Art de tourner (1701), paru à l’époque, voir Mémoires (...)

42La seule autre contribution de Plumier a avoir été publiée fut L’Art de tourner ou de faire en perfection toutes sortes d’ouvrages au tour, le premier traité complet sur la question, paru en 1701 (voir Valicourt 1896 : vi). Publiée en premier lieu à Lyon en 1701, cette étude fut réimprimée à Paris en 1706 et en 1749. Il en existe une édition allemande (1776) ainsi qu’une récente édition fac-similé (parue en 1976). Une traduction anglaise de l’édition de 1749 fut publiée à tirage limité de 200 exemplaires, à compte d’auteur, par Paul L. Ferraglio, originaire de Brooklyn, à New York, en 1975. Plusieurs auteurs (par exemple Ségur 1829 : 502 ; Whitmore 1967 : 195 ; Ferraglio 1975 : 280) signalent l’existence d’une traduction russe (qui n’a apparemment jamais paru), suggérant que le tzar Pierre Ier de Russie (1672-1725) tenait tellement en estime les travaux de Plumier qu’il les fit traduire en russe. Selon Ségur (1829 : 502), « Ses plaisirs, quand il a terminé ses travaux administratifs, sont de correspondre avec les plus grands astronomes de l’Europe, avec les géographes qu’il a répandus dans ses provinces ; de tracer des cartes et des plans, et de se rendre le plus habile tourneur de son empire. Lui-même a traduit les principes de ce métier… ». Une traduction Russe-Allemand parallèle existe, de fait, dans la collection des manuscrits de l’Académie des Sciences Russes de Saint-Pétersbourg (Rospis’ knigam Petra I peredannym v biblioteku Akad. Nauk, no 57)25.

  • 26 Lettre de Plumier à Isaac Baulot incluse dans une lettre à Michel Bégon, datée du 16 décembre 1702 (...)

43L’intérêt que Plumier portait à l’art du tour fut une passion de toute une vie, qui ne s’arrêta pas avec la publication de L’Art de tourner en 1701. Un an après la parution de sa monographie, il en envisageait une autre : « Pour le dessein que je vous avois fait savoir, d’aller voyager pour un second volume du tour, je suposois de le faire en temps de paix. Je say tout ce qu’il y a de particulier icy, à Paris. Je me flatte que si je faisois ce voyage je découvrirois bien de belles choses sur cette matière particulièrement en Allemagne à Nuremberg où j’apprens qu’il y a des tourneurs admirables. Je voudrois bien voir aussi le cabinet du chanoine Settala [1600-1680, ingénieur italien] à Milan, on m’a dit qu’il ya des pièces tres ingenieuses. J’espère que la Divine Providence me favorisera de sa miséricorde je me sens encore bien homme Dieu mercy. Je travailleray tant qu’il luy plaira me favoriser de sa grace »26.

44Si la version complète des publications envisagées par Plumier reste inconnue, le matériel documentaire qu’il laissa après sa mort était riche et varié. P. J. S. Whitmore (1967 : 197), dans sa remarquable étude The Order of Minims in seventeenth-century France, notait que si Plumier « avait pu voir de son vivant son volumineux travail sous presse, il aurait été regardé comme un premier Buffon, un précurseur important des Encyclopédistes ». Une petite partie de son travail fut publiée, mais ce n’était pas faute d’avoir essayé de publier plus largement – tous les récits indiquent à cet effet qu’il rencontra des difficultés considérables pour éditer ses manuscrits : « Il s’est souvent rendu à Versailles pour les faire accepter à l’Imprimerie Royale ; mais sans succès jusqu’à présent ; il gardait néanmoins l’espoir de les faire imprimer. Notons que les libraires de Paris sont très réticents, ou ne sont pas capables d’imprimer des livres d’Histoire Naturelle ; tandis que tout est fait à la charge du Roi, et dans ses imprimeries » (Lister 1699 : 75).

Manuscrits et dessins

  • 27 Description des plantes de l’Amérique, 1693.
  • 28 Son premier ouvrage, Description des plantes de l’Amérique, avec leurs figures, publié à Paris par (...)

45Charles Plumier laisse un ensemble considérable de notes et de dessins aquarellés encore aujourd’hui inédits. En 1698, Plumier avait indiqué à Martin Lister que ses dessins pourraient remplir dix livres sur les plantes, équivalent à celui qu’il avait déjà publié27, et deux autres sur les animaux (Lister 1699 : 75). Les trois publications que Plumier a pu mener à bien de son vivant ne présentent qu’une petite partie de ses dessins de botanique.28 À sa mort, en 1704, si Plumier avait achevé la préparation de l’édition de certains de ses volumes, les manuscrits de zoologie sont restés inédits, de même qu’une partie de ses travaux de botanique.

46Les manuscrits de Plumier étaient déjà célèbres du vivant de leur auteur tant par ses écrits que par ses dessins. À la beauté de l’exécution des dessins s’ajoutait la précision scientifique d’observations faites sur le terrain et affinées par l’analyse au microscope à l’aide d’un système de lentilles qu’il avait perfectionné lui-même. Le caractère remarquable de ces dessins était connu de ses contemporains, comme en témoigne Martin Lister en 1698 (Lister 1699 : 62, 72-75, 134). D’emblée considérés comme particulièrement importants, les dessins de Plumier ont été partiellement cités, copiés, étudiés par de grands botanistes tels Sébastien Vaillant, Joseph Pitton de Tournefort, Bernard puis Antoine-Laurent de Jussieu, Carl von Linné.

  • 29 Burman a publié 262 planches, en dix fascicules, sous le titre Plantarum Americanarum (…) continen (...)

47Les manuscrits du Père Plumier ont ainsi participé à la célébrité des collections de la bibliothèque des Minimes. Selon Georges Cuvier, les frères du monastère de la place Royale à Paris, qu’il qualifie de « moines ignorans », auraient fait peu de cas des manuscrits, s’appuyant sur le témoignage de Jussieu qui lui aurait assuré « qu’ils servaient de tabourets aux moines pour s’asseoir près du feu » (Cuvier 1828 : 93, 1995 : 84, 90). Cependant, la célébrité des manuscrits du vivant du moine, le retentissement scientifique des publications de Plumier, le travail mené sur ces dessins par les meilleurs botanistes, l’édition partielle posthume de dessins botaniques par Johannes Burman29 à partir de dessins copiés en 1733 par le peintre Aubriet sous la direction de Vaillant (Planchon & Triana 1862 : 30), l’importance et le rayonnement de la bibliothèque du monastère de la Place Royale (Krakovitch 1982 : 57-94), laissent penser que ces manuscrits n’ont pas été délaissés.

  • 30 Catalogue des portefeuilles du père Plumier remis en 1767 au garde des Estampes du roi, 1 volume ma (...)
  • 31 Lettre du comte de Saint-Florentin, Versailles, 17 janvier 1769, Archives nationales, F17 1096, do (...)
  • 32 Catalogue des portefeuilles du père Plumier remis en 1767 au garde des Estampes du roi, 1 volume ma (...)

48Pour compléter les collections royales de botanique, les portefeuilles contenant les manuscrits, les dessins et les herbiers de Charles Plumier, « fruits des trois voyages en Amérique par ordre du Roy30, ont été retirés de la maison des Minimes de la Place royale, le 14 décembre 1767, par Hugues-Adrien Joly, garde du Cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi. Les deux parties ayant conscience de la valeur de cet ensemble, la bibliothèque des Minimes a reçu à titre de compensation une collection de livres imprimés (Krakovitch 1982 : 60-61, 111-112). Sur les 36 portefeuilles inventoriés alors, 30 volumes contenaient des manuscrits et des dessins comme l’indique la lettre du Comte de Saint-Florentin au monastère des Minimes31. Par ailleurs, en 1767, huit volumes, dont les dessins « sont plus terminés »32, sont toujours en dépôt à l’Académie des sciences.

49À la Révolution française, les biens du clergé, par les décrets des 19 et 21 décembre 1789, puis des nobles émigrés, par décret du 9 février 1792, auxquels viennent s’ajouter, par décret du 8 mars 1793, ceux des écoles et collèges des villes, paroisses, communautés religieuses, universités, sont mis à la disposition de la nation. Les collections de livres, de manuscrits, de dessins ainsi confisquées sont réparties entre la Bibliothèque nationale, divers établissements parisiens et 545 districts où, par décret du 27 janvier 1794, les « dépôts littéraires » ainsi constitués sont transformés en bibliothèques publiques.

  • 33 Archives nationales, Paris, AJ15 831.
  • 34 Le manuscrit cité Ms 1, intitulé Filicetum americanum contient 194 dessins à la plume et à l’aquar (...)
  • 35 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)

50En vertu du décret du 10 juin 1793 fondant le Muséum national d’Histoire naturelle, les savants du Muséum sélectionnent dans les dépôts littéraires les manuscrits et ouvrages intéressant la science pour leur bibliothèque. C’est alors que les ouvrages publiés par le père Plumier ou lui ayant appartenu pris dans la bibliothèque des Minimes ainsi que huit volumes de ses dessins retirés de l’Académie des sciences entrent dans les collections du Muséum33. Ces huit volumes de dessins de botanique américaine34, qui portent le timbre de la bibliothèque de l’Académie des Sciences, sont conservés aujourd’hui à la Bibliothèque centrale du Muséum35.

  • 36 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3078.
  • 37 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3104.
  • 38 La présence de la signature de Plumier au folio 2 peut s’interpréter comme un ex-libris ou une sig (...)
  • 39 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 2875.
  • 40 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 2502.

51Pendant la Révolution, les manuscrits et dessins de Charles Plumier présents dans les collections de l’ancienne Bibliothèque du roi restent conservés à la Bibliothèque nationale. Quatre manuscrits appartenant à Charles Plumier confisqués à la bibliothèque des Minimes sont versés dans les collections de manuscrits scientifiques de la Bibliothèque de l’Arsenal : les dessins originaux des planches de L’art de tourner36, un recueil de dessins de mors et de selles de chevaux37 dessiné par Plumier ou lui ayant appartenu38, S’y trouvent également deux manuscrits utiles à la compréhension de l’activité de Plumier botaniste : une Description des plantes de l’Amérique39, recueil de planches gravées par Plumier avec des commentaires de sa main en regard, des Éléments de botanique40 (Krakovitch 1982 : 90-91). Sous le titre Les Éléments de botanique, sont rassemblés des commentaires de Charles Plumier à partir des planches gravées des Elémens de botanique de Pitton de Tournefort, des explications des parties de chaque fleur, un dictionnaire des termes de botanique, un traité d’anatomie, avec un index en français et en latin. Plumier a en effet fait relier les planches de Tournefort en les interfoliant avec des pages blanches sur lesquelles il a recopié les commentaires publiés par Tournefort dans une édition qui a été dérobée à la bibliothèque des Minimes. Charles Plumier a utilisé les espaces vide dès la deuxième planche pour y écrire un dictionnaire des termes de botanique, et utilisé les feuillets restant pour recopier le Traité d’anatomie de Amé Gourdon.

  • 41 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, A (...)
  • 42 The Birds of America from original drawings by John James Audubon, London, 1827-1830.
  • 43 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 44 Ms 10 : Synopsis botanica plantarum, Ms 11-15 : Penu botanicum, Ms 16 : Area umbelliferarum, Ms 17 (...)
  • 45 Ms 24 : Poissons, oiseaux, autres dessins par le Père Plumier, Ms 25 : Poissons d’Amérique, Ms 26  (...)

52C’est en 1834, grâce à un échange avec la Bibliothèque nationale redevenue royale pour un temps, que le Muséum national d’Histoire naturelle enrichit considérablement sa collection autour de Charles Plumier41. Contre une édition des Oiseaux d’Amérique d’Audubon42 et 32 dessins sur vélins peints par Nicolas Robert, Claude Aubriet, Jean Joubert, Madeleine Basseporte et Redouté, qui sont en double dans ses collections, le Muséum acquiert 37 volumes concernant Plumier et Bégon : 22 volumes de dessins et de manuscrits de Plumier43, neuf volumes de plantes recueillies par le père Plumier sur les côtes de Provence et rangées selon la classification de Tournefort, ainsi que quatre volumes d’herbier provenant du Cabinet de M. Bégon intendant de la Marine. Les herbiers ont rejoint les collections d’herbiers du Muséum, les manuscrits et dessins ont rejoint les manuscrits et ouvrages de Plumier conservés par la bibliothèque. Les dessins sont reliés dans des volumes de basane rouge, portant sur le dos l’initiale de Napoléon Ier. L’examen de la reliure permet de constater que les dessins ont été assemblés dans l’ordre actuel par la Bibliothèque nationale, alors Bibliothèque impériale, au début du xixe siècle. Les manuscrits cotés Ms 10 à 23 rassemblent des séries de dessins de botanique44, les manuscrits cotés de 24 à 31 forment des séries majoritairement composées de dessins de zoologie45. D’autres manuscrits, notes de voyage et documents préparatoires aux éditions ont été cotés MS 32 à 33.

Reliures des manuscrits des dessins de Plumier réalisées par la bibliothèque impériale.

  • 46 Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes, Est JD-18-FOL.

53Au département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France sont aujourd’hui conservés des dessins rassemblés dans un recueil intitulé Plantes de la Martinique et de la Guadeloupe, avec des plans et des figures de sauvages de ces pays dessinés, coloriés et décrits par le Père Plumier, 168846. Ce recueil contient des dessins de plantes des Antilles mais également la représentation d’un homme, d’une femme et d’un enfant. Nous pouvons supposer que ces dessins faisaient partie de l’ensemble transféré de la biblitohèque des Minimes à la Bibliothèque royale en 1767.

  • 47 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, A (...)
  • 48 Pour une description complète :http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=PA2010001.
  • 49 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 50 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 51 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 52 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)

54Lors d’une contestation de l’exécution de cet échange par la Bibliothèque royale en 1835, le bibliothécaire du Muséum, Jules Desnoyers, nota que les dessins étaient beaucoup de doubles que la Bibliothèque du Muséum possédait déjà47. Si Jules Desnoyers fait certainement allusion aux dessins conservés à l’Académie des sciences et entrés dans les collections du Muséum à la Révolution, il faut également noter que la Bibliothèque centrale du Muséum conserve plusieurs manuscrits dont la provenance et la date d’entrée dans les collections sont plus incertaines48. Un volume, intitulé De naturalibus Antillarum, contient la relation du second voyage du Père Charles Plumier, aux Antilles et à Saint Domingue en 168949. Un recueil rassemble 26 dessins d’oiseaux à l’aquarelle, faits par le Père Plumier, et deux gravures, l’une d’après Poussin, l’autre en hommage au père Philibert Bressand, dans une reliure réalisée pour le monastère des Minimes50. Un recueil avec titre manuscrit de la main de Plumier, contient 91 gravures de la Description des plantes de l’Amérique, certaines corrigées de sa main51. Nous savons par contre qu’un Herbier d’Amérique du Père Plumier qui contient 17 peintures à l’huile sur vélin est entré par acquisition du Muséum à la vente de la bibliothèque des Jussieu en 185752.

  • 53 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 54 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)
  • 55 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)

55S’y trouvent également plusieurs manuscrits qui témoignent du travail de Sébastien Vaillant sur les manuscrits du Père Plumier : un Catalogue des plantes que le Père Plumier a observées dans les îles Antilles, classées selon l’ordre alphabétique à partir des manuscrits Ms 2 à 753 et un Catalogue des plantes que le Père Plumier a observées dans les Isles Antilles, selon l’ordre des volumes du Botanicum Americanum, par Sébastien Vaillant54, un recueil rassemblant des calques des dessins originaux de Plumier représentant des plantes, rangés par genres, nommées par Vaillant qui a ajouté des notes55.

  • 56 Le livre imprimé et le manuscrit, acquis par la Direction des bibliothèques en vente publique en 1 (...)
  • 57 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, M (...)

56Plusieurs de ces manuscrits témoignent de l’intérêt des Jussieu pour les dessins de Plumier. Outre la présence du manuscrit Herbier d’Amérique du Père Plumier dans l’ancienne bibliothèque des Jussieu, trois documents aujourd’hui également conservés dans les collections de la Bibliothèque centrale du Muséum portent la trace d’un travail scientifique : un exemplaire de la Nova plantarum americanarum genera de Charles Plumier, publiée en 1703, annoté par Antoine et Bernard de Jussieu, un cahier manuscrit contenant une table de concordance des planches de Plumier, de la main d’Antoine-Laurent de Jussieu56, ainsi qu’un manuscrit de la main de Bernard de Jussieu contenant les Motifs et plan de l’édition d’un ouvrage manuscript de botanique, du R. P. Plumier, très intéressant pour la perfection de cette science57, travail préparatoire à une publication qui n’a pas abouti.

  • 58 Bibliothèque de l’Institut, Paris, Ms 980-982.
  • 59 Bibliothèque municipale L’Alcazar de Marseille, Ms 913.

57Des manuscrits sont également conservés dans d’autres collections publiques françaises. Trois volumes de dessins (200, 231 et 252 feuillets) sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Institut sous le titre Americanarum plantarum icones. Ces dessins, calques des dessins de botanique américaine présents dans les volumes cotés Ms 1-8 et conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum, proviennent de la collection léguée à l’Institut par Benjamin Delessert, lui-même l’ayant acquis à la vente de la bibliothèque des Jussieu en 185758. La bibliothèque municipale L’Alcazar de Marseille conserve une Flore américaine, rédigée en latin, qui contient 123 dessins avec des descriptions des arbres et plantes d’Amérique. La paternité de ce volume donné « par le père Plumier, minime, de la province de Provence », comme l’indique une mention manuscrite au premier feuillet, fait l’objet d’une contestation : une autre main y a également inscrit : « Ce n’est point un ouvrage du P. Plumier. Ce savant botaniste tira cet extrait des ouvrages de Marcgrave et de Pison lorsqu’il dut aller en Amérique y herboriser par ordre du Roy. »59

58Des lettres de Plumier sont également conservées à la Bibliothèque centrale du Muséum, dans les bibliothèques municipales de La Rochelle et de Marseille. Des copies de manuscrits, de traductions manuscrites, sont également conservées au British Muséum, en Allemagne, aux Pays-Bas (voir Planchon & Triana 1862 : 30-31 ; Fournier 1932a : 57).

  • 60 Grâce aux publications du vivant de Plumier et après sa mort, ses manuscrits botaniques sont les p (...)

59Sur l’ensemble des dessins de Charles Plumier aujourd’hui connues et étudiés60, soit près de 6000 dessins, environ 4300 sont consacrées aux plantes, 1550 aux animaux, 3 aux représentants de l’espèce humaine que Plumier découvre aux Antilles, montrant que la curiosité scientifique du botaniste du Roi excède largement sa mission première.

Dessins zoologiques

60Les dessins zoologiques montrent des spécimens entiers et diverses vues anatomiques détaillées. Parmi les dessins zoologiques conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum à Paris, les mollusques (bivalves, gastéropodes, chitons et nudibranches) sont les plus représentés (avec 567 dessins), suivis par les poissons d’eau de mer et d’eau douce (faisant l’objet de 345 planches séparées de spécimens entiers), sans compter les nombreux dessins illustrant des détails anatomiques. Les oiseaux sont représentés par 215 dessins ; les amphibiens (grenouilles) et reptiles (serpents, lézards, tortues et un crocodile) forment 360 planches (la plupart étant des croquis anatomiques détaillés). Les mammifères (comprenant des chauves-souris, un opossum, un éléphant, un dauphin et un marsouin) sont illustrés par 10 dessins. 46 autres planches sont consacrées à divers mollusques invertébrés.

61Ces dessins sont ainsi répartis :

62MS 24 ce volume, intitulé Poissons, oiseaux, lézards, serpens et insectes, dessinés par le Père Plumier, rassemble, sur 144 feuillets, 153 dessins de poissons et mammifères marins (un dauphin, un marsouin sur 121 feuillets), 8 dessins consacrés aux reptiles (un serpent, un crocodile, cinq lézards et une tortue marine sur 5 feuillets), 26 dessins consacrés aux oiseaux (17 feuillets), et 6 dessins d’insectes (deux scarabées, une mouche, un hyménoptère et deux chenilles sur un feuillet).

63MS 25 ce volume, intitulé Poissons d’Amérique, dessinés par le Père Plumier, rassemble, sur 78 feuillets, 112 dessins de poissons et mammifères marins (sans compter de nombreux croquis décrivant l’anatomie ostéologique et intérieure ; un dauphin et un marsouin), 12 dessins d’arthropodes sur 4 feuillets (sept dessins d’insectes, un dessin d’une araignée, deux scorpions et deux homards), 6 dessins de serpents sur deux feuillets de reptiles, huit dessins de mollusques sur un feuillet (3 dessins de bivalves, 5 de gastéropodes), 2 dessins d’astéroïde sur un feuillet, et une planche représentant un oiseau. Comme l’a constaté Théodore Pietsch, malgré le titre du volume, les poissons représentés sont des espèces de France comme des Antilles.

64MS 26 ce volume, intitulé Conchilia Americana authore Patre Carolo Plumier Minimo, rassemble 40 dessins de mollusques, bivalves (sur 73 feuillets), 348 dessins de gastéropodes et 7 dessins de chitons, un autre feuillet montrant des échinoïdes (petit clypéastre, 4 dessins).

Mollusques Échantillon des nombreux dessins de gastéropodes représentés sur le MS 31 (folio 110).

65MS 27 ce volume, intitulé Ornitographia Americana, quadrupedia et volatilia continens Authore R. Patra Carolo Plumier Ordinus Minimorum Provinciae Franciae et Botanico Regio, rassemble 107 oiseaux dessins et trois mammifères (un dessin d’un opossum et 8 dessins de deux chauves-souris) sur 96 feuillets.

66MS 29 ce volume, intitulé Oiseaux, dessinés par le Père Plumier, Minime, rassemble 81 dessins d’oiseaux (avec de nombreux dessins montrant des détails anatomiques), 3 dessins d’une chauve-souris, un dessin d’un centipède et un autre d’un millipède.

67MS 30 ce volume, intitulé Tétrapodes, dessinés par le Père Plumier, Minime, rassemble 85 feuillets, dont une grande partie est consacrée aux amphibiens et aux reptiles : 11 dessins décrivent des grenouilles (deux spécimens entiers, avec de nombreux dessins anatomiques), 10 feuillets consacrés aux lézards (deux dessins de spécimens entiers, un dessin d’iguane, un dessin d’un lézard basilic, sans compter des croquis et descriptions anatomiques plus détaillés), 18 dessins de serpents (animaux entiers ou détails anatomiques), 133 dessins consacrés à un crocodile (animal entier, avec descriptions et détails anatomiques), 152 dessins de tortues montrant 3 ou 4 espèces de tortues et leur anatomie interne, 16 dessins représentent des invertébrés marins (dont des décapodes et des méduses), enfin trois petits gastéropodes et un petit poisson sont décrits dans le feuillet 27.

68MS 31 ce volume, intitulé Poissons et coquilles, dessinés par le Père Plumier, Minime, rassemble 81 dessins de poissons et mammifères marins (3 dessins d’un marsouin), mais aussi un feuillet représentant un éléphant (deux dessins), un feuillet des holothuroïdes (3 dessins) et un polychète (2 dessins), un feuillet décrivant un papillon de machaon (un dessin) et un amphibode (2 dessins réalisés par Plumier avec l’aide d’un microscope « La chique veue avec une microscope »), un feuillet montrant ce qui ressemble à des champignons (6 dessins), et de nombreux dessins de mollusques (144 dessins de gastéropodes et 17 dessins de bivalves).

69MS 33 sous le titre Notes diverses du Père Plumier, une liasse de 124 feuillets rassemble plusieurs texte et notes manuscrites : une Idée de l’ouvrage des plantes usuelles du Père Plumier, des Observations sur les vipères de la Martinique, ou des Mémoires pour l’histoire naturelle du crocodile appelé vulgairement cayman, dans l’isle St Domingo (Haïti), des descriptions de différentes plantes, des descriptions de plusieurs poissons et oiseaux, des Feuillets d’un journal de voyage à la Martinique (1689), une description de l’élévation de plusieurs îles, vraisemblablement celles visitées par Plumier. S’y trouvent 6 dessins de poissons, 3 dessins de scarabées, 2 dessins de lézards, un dessin de phasme, un dessin de tortue.

Notes

1 Pour une esquisse biographique sur Maignan, voir Whitmore (1967 : 163-186).

2 Sur cette conversion, cf. Vignaud 2005.

3 Philippe Sergeant, doué en botanique comme en médecine, vécut plusieurs années à Rome. Il met en place une importante pharmacie. Il fut remercié par Plumier dans sa Description des plantes de l’Amérique (1693 : [1]) et plus tard honoré du patronyme de Serjania (voir Plumier, 1703a : 34). Serjania Miller (famille des Sapindaceae) est une sorte de vigne épaisse originaire des zones tropicales et subtropicales des Amériques. Voir Journal des Sçavans, 20 juillet 1693, 21 (28) : 487, 1694.

4 Sur Francisco de Onuphriis, voir Plumier (1693 : [1]), Journal des Sçavans (20 juillet 1693, 21(28) : 487, 1694), Niceron (1736 : 398), Achard (1787 : 96) et Duvau (1823 : 94).

5 Paolo Boccone, parfois appelé Sylvius Boccone, fut gratifié par Plumier (1703a : 35) du patronyme de Bocconia. Bocconia Linnaeus (famille des Papaveraceae) est une sorte d’herbe, d’arbuste et d’arbre originaires des zones tropicales et subtropicales des Amériques.

6 L’appellation originale trouvée par Tournefort (1700 : 659) de Plumeria fut par la suite retenue par Linné (1753, 1 : 209-210) : Plumeria Linnaeus (famille des Apocynaceae).

7 En signe de reconnaissance, Plumier (1701 : [iii-v]) dédia sa monographie consacrée à l’art du tour à Bégon : « Puisque vous prenez tant de soin pour éterniser la mémoire des Hommes Illustres, qui ont fait l’ornement du siècle passé, il est bien raisonnable qu’on éternise aussi la vôtre et qu’on fasse connaître une partie de votre mérite à la postérité. »

8 Nous renvoyons à ce travail pour les sources d’archives consultées par cet auteur.

9 Jean-Baptiste Antoine Colbert marquis de Seignelay (1651-1690)

10 Cette affirmation ne pourrait être qu’une légende (Hrodej 1997 : 101, n. 12).

11 British Museum, Londres, Sloane MS 4069 : 73.

12 Pour plus d’informations sur Sloane, voir Urban (1898 : 154-157), De Beer (1953), et MacGregor (1994).

13 François d’Usson de Bonrepos (1654-1719), intendant général des armées navales et de la marine (1683-1690), très lié aux Colbert.

14 Pour un compte-rendu de l’ouvrage de Plumier, Description des plantes de l’Amérique, paru à son époque, voir Journal des Sçavans, 20 juillet 1693, 21 (28) : 486-489, 1694.

15 Plumier devait accompagner Don Jose Agustin marquis de Los Rios qui venait d'être nommé vice-roi du Pérou (Ferrari 1982).

16 Le monastère de Santa María de la Victoria, à Cadiz, a été fondé le 2 février 1502 (voir González, 2005 : 68).

17 Selon Achard (1787 : 97), Plumier mourut le 16 novembre 1704, mais la plupart des autres sources indique la date du 20 novembre 1704 (voir Urban, 1898 : 127, 1902a : 102, 1920 : 5 ; Fournier, 1932a : 53).

18 Il doit s’agir de Jean-Bernard Louis de Saint-Jean baron de Pointis, seigneur de Champigny-Chaussay et Sainte-Juliette (1645-1707) qui prit part avec Jean-Baptiste Ducasse à la prise de Carthagène en 1697. Son escadre revint à Brest le 29 août 1697. Cette bataille aboutit au traité de Ryswick (1697) entre Louis XIV et la ligue d’Augsburg.

19 Pour des éléments biographiques sur Martin Lister, voir Stearns (1967) et Dance (1986 : 23-25). Le témoignage de Lister est très important quant aux détails des collections de Plumier et au nombre de ses observations. Il corrobore aussi la date 1697 comme fin du troisième voyage de Plumier.

20 Le nom de Polypus est généralement donné à la pieuvre, un taxon qui n’est pas représenté dans les manuscrits existants de Plumier.

21 Lister (1699) n’avait sans doute pas pû examiner tous les manuscrits de Plumier tels qu’on les connait aujourd’hui, pour affirmer qu’ils ne contenaient que « quelques coquillages » – alors que cette même catégorie (bivalves et gastéropodes) représentait le plus large groupe d’animaux illustrés par Plumier, soit plus de 560 dessins.

22 Cette « vigne brûlante », appelée la Colocasia montante par Plumier (1693 : 38, planches 51-55), était très certainement une variété de canne muette, Dieffenbachia (Dan Nicolson, Smithsonian Institution, communication personnelle, 23 février 1998) ; voir aussi Journal des Sçavans, 20 juillet 1693, 21(28) : 488-489, 1694 ; Whitmore, 1967 : 195-196 ; et Hollsten, 2012 : 47).

23 Plumier à Begon, avec une lettre à Isaac Baulot datée du 6 mars 1703, Paris ; la lettre à Baulot a été retrouvée (Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle, Mc 121) ; une copie faite au début du xviiie siècle est conservée à la Bibliothèque municipale de La Rochelle, extrait du MS 867, ff. 147-152 (voir aussi Plumier, 1702, 1704).

24 Pour une collation complète des études botaniques de Plumier, voir Sabin (1885 : 205-206) et Urban (1898 : 123-130)

25 Pour un compte-rendu du livre de Plumier, L’Art de tourner (1701), paru à l’époque, voir Mémoires de Trévoux, mai 1702, 11 : 3-16 ; pour plus d’informations sur les contributions de Plumier à l’art du tour, voir Whitmore (1967 : 187-198) et surtout Connors (1990).

26 Lettre de Plumier à Isaac Baulot incluse dans une lettre à Michel Bégon, datée du 16 décembre 1702, Paris. L’original a été perdu, mais il existe une copie du début du xviiie siècle conservée à la Bibliothèque municipale de La Rochelle, extrait de MS 867, ff. 147-152.

27 Description des plantes de l’Amérique, 1693.

28 Son premier ouvrage, Description des plantes de l’Amérique, avec leurs figures, publié à Paris par l’Imprimerie royale en 1693, et ses 108 remarquables planches, avait montré l’importance de ses travaux. Il publie ensuite Filicetum americanum, seu filicum, polypodiorum, adiantorum,…, in America nascentium, à Paris, par l’Imprimerie royale en 1703, puis le Nova plantarum americanarum genera, à Paris, chez Jean Boudot, 1703-1704, comprenant 40 planches en supplément aux Institutiones de Tournefort.

29 Burman a publié 262 planches, en dix fascicules, sous le titre Plantarum Americanarum (…) continens plantas quas olim Carolus Plumierius, (…) in insulis Antillis opse depinxit (…) à Amsterdam, entre 1755 et 1760.

30 Catalogue des portefeuilles du père Plumier remis en 1767 au garde des Estampes du roi, 1 volume manuscrit. Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes, RESERVE YE-27-PET FOL.

31 Lettre du comte de Saint-Florentin, Versailles, 17 janvier 1769, Archives nationales, F17 1096, dossier 5, pièce 48, citée par Krakovitch, 1982 : 112.

32 Catalogue des portefeuilles du père Plumier remis en 1767 au garde des Estampes du roi, 1 volume manuscrit. Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes, RESERVE YE-27-PET FOL

33 Archives nationales, Paris, AJ15 831.

34 Le manuscrit cité Ms 1, intitulé Filicetum americanum contient 194 dessins à la plume et à l’aquarelle rassemblés pour l’édition du Filicetum americanum, seu filicum, polypodiorum, adiantorum,..., in America nascentium, publié par l’Imprimerie royale en 1703. Les manuscrits cotés Ms 2-7 rassemblent 893 dessins à la plume et à l’aquarelle pour le Botanicum americanum, seu historia plantarum in americanis insulis nascentium. Le manuscrit coté Ms 8 intitulé Pteridographia, seu tractatus de filicibus cæterisque generibus plantarum flore carentium… contient 138 dessins.

35 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 1-8.

36 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3078.

37 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 3104.

38 La présence de la signature de Plumier au folio 2 peut s’interpréter comme un ex-libris ou une signature. Le manuscrit, s’il n’est pas de Plumier, faisait partie de sa collection.

39 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 2875.

40 Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms 2502.

41 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, AM 612 ; Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes, RES YE-1.

42 The Birds of America from original drawings by John James Audubon, London, 1827-1830.

43 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 10-31.

44 Ms 10 : Synopsis botanica plantarum, Ms 11-15 : Penu botanicum, Ms 16 : Area umbelliferarum, Ms 17-18 : Res herbariae etc, hortus botanicus, Ms 19-20 : Botanicum medicum, Ms 21 : Botanographia americanea, Ms 22 : Descriptiones plantarum ex America, Ms 23 : Solum, salum, caelum americanum.

45 Ms 24 : Poissons, oiseaux, autres dessins par le Père Plumier, Ms 25 : Poissons d’Amérique, Ms 26 : Conchilia americana, Ms 27 : Ornithographia americana, Ms 28 : Descriptions des plantes de l’Amérique, Ms 29 : Oiseaux par le père Plumier, Ms 30 : Tetrapodes, Ms 31 : Poisson et coquilles.

46 Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes, Est JD-18-FOL.

47 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, AM 612.

48 Pour une description complète :http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=PA2010001.

49 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 35.

50 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 5031.

51 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 1335, Ms 3355.

52 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 37.

53 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 9.

54 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 34.

55 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 36.

56 Le livre imprimé et le manuscrit, acquis par la Direction des bibliothèques en vente publique en 1997, sont regroupés sous la même cote : Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 3338.

57 Muséum national d’Histoire naturelle, Direction générale des collections, Bibliothèque centrale, Ms 1176.

58 Bibliothèque de l’Institut, Paris, Ms 980-982.

59 Bibliothèque municipale L’Alcazar de Marseille, Ms 913.

60 Grâce aux publications du vivant de Plumier et après sa mort, ses manuscrits botaniques sont les plus connus, et les plus fréquemment étudiés (voir Haller 1772 : 12-14 ; Thiébaut de Berneaud 1823 ; Planchon & Triana 1860 : 335-336 ; Triana & Planchon 1862 : 361-363 ; Urban 1898 : 123-130, 1920 : 7-8 ; Fournier 1932a : 57-59 ; Cremers & Aupic 2007, 2008 ; Cremers & Boudrie 2014, Quesada 2016, etc.)

Table des illustrations

Légende Frère Charles PlumierDessin à la Plume de Sylvany.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Légende Cartes des îles CaraïbesD'après Manesson-Mallet 1683.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Reliures des manuscrits des dessins de Plumier réalisées par la bibliothèque impériale.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende Mollusques Échantillon des nombreux dessins de gastéropodes représentés sur le MS 31 (folio 110).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/5076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Publications scientifiques du Muséum, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search