Version classiqueVersion mobile

Charles Plumier (1646-1704) and His Drawings of French and Caribbean Fishes

 | 
Theodore Wells Pietsch

Préface

François J. Meunier

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage Charles Plumier (1646-1704) and his Drawings of French and Caribbean Fishes pourrait, au premier abord, laisser perplexe le lecteur distrait dans la mesure où le personnage dont il est question est peu ou pas connu, aussi bien du public non averti que de nombreux scientifiques. Et pourtant, ce serait une erreur de ne pas s’arrêter devant ce livre pour l’ouvrir et de le feuilleter, même rapidement. Ainsi la curiosité devrait alors aboutir à une sérieuse marque d’intérêt pour son contenu et inciter à aller plus loin pour en savoir plus. La belle facture de l’iconographie qui accompagne cet ouvrage est un appel à consulter ce livre qui permettra au lecteur de prendre connaissance du travail de Charles Plumier et de mieux connaître ce moine de l’Ordre des Minimes qui a consacré sa vie à l’étude de la nature.

2Charles Plumier (1646-1704) est un naturaliste bien connu des botanistes et généralement ignoré des zoologistes, en dehors d’un petit cercle d’historiens des sciences et de quelques scientifiques qui ont travaillé sur des espèces qui lui ont été dédiées, telles Eugerres plumieri (Cuvier, 1830), Sicydium plumieri (Bloch, 1789), Scorpaena plumieri (Bloch, 1789), Haemulon plumieri (Lacepède, 1801)… toutes des poissons. L’une des raisons pouvant expliquer la relative ignorance du rôle joué par C. Plumier dans le domaine zoologique est la quasi absence de publications imprimées (seuls deux ouvrages en botanique de son vivant et un troisième posthume) suite à sa disparition prématurée en 1704, à Cadix, peu avant son départ pour un quatrième voyage vers le Nouveau Monde. Pourtant, l’analyse de son œuvre (Pietsch 2010) et, notamment des nombreux documents manuscrits ainsi que les dessins exécutés de sa propre main, montre que par bien des aspects il était un novateur, à classer dans la lignée des G. Rondelet (Meunier & d’Hondt 2001, Meunier 2008), J.-G. Du Verney et P. de La Hire (Meunier & Hamonou 2010) pour ce qui concerne la précision des observations et l’utilisation de dessins de morphologie et d’anatomie des poissons. Mais revenons sur le parcours naturaliste de notre moine.

3D’origine marseillaise, Charles Plumier est entré assez jeune dans l’ordre des Minimes. Très vite il a fait preuve d’une grande habileté et d’une curiosité sans limite. Il a d’abord commencé par des études de mathématiques. Mais envoyé dans un couvent à Rome, il s’initie à la botanique sous la houlette du moine Paolo Boccone. De retour en France, il fait la connaissance de Joseph Pitton de Tournefort, du Jardin du Roi, avec lequel il approfondit ses connaissances botaniques en allant herboriser avec lui (et en compagnie de P. J. Garidel, professeur à l’université d’Aix-en-Provence) notamment en Provence et au Languedoc. Esprit curieux, il en profite pour observer aussi le monde animal. C’est donc probablement l’occasion de ses premiers contacts avec les poissons. Ses qualités de naturaliste sont très vite reconnues. C’est ainsi qu’il est recommandé pour participer à un voyage aux Antilles en 1689-1690, voyage commandité par le roi. Il s’agit de visiter les possessions françaises dans les îles et de faire un inventaire de leurs richesses naturelles. Il est assistant de F. J. Surian. Ce dernier ayant succombé, sur place, d’une intoxication, C. Plumier deviendra le chef des deux expéditions suivantes (1693 et 1696-1697) avec le titre de « Botaniste du Roi », ce qui montre la reconnaissance des compétences de notre voyageur. Il est alors son propre maître et peut donc mener ses observations comme il l’entend, ce qui n’était pas le cas avec Surian. C’est au retour de ce deuxième voyage que C. Plumier publie Description des plantes de l’Amérique, un ouvrage reconnu à l’époque comme de grande qualité. Au retour de son troisième voyage il réintègre son monastère des Minimes à Paris et il s’attèle à la mise en forme de ses notes d’observations et de ses nombreux dessins, (soit plusieurs milliers dont près de 350 dessins de poissons) dans le but de rédiger un ouvrage d’ichtyologie dans la lignée de celui sur les plantes. En 1704, il est appelé à diriger un quatrième voyage mais, malheureusement, il meurt à Cadix, lieu de l’embarquement.

4Les notes et dessins de C. Plumier ont été conservés en grande partie à la Bibliothèque royale, puis nationale et à la Bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, certains documents ayant été toutefois retrouvés à Berlin par M. E. Bloch, un ichtyologiste renommé. Ces différents éléments permettent de vérifier qu’il a été un travailleur infatigable et performant. Les notes écrites décrivant ses observations sont toujours accompagnées de dessins d’une grande précision, certains étant soit aquarellés, soit complétés par des indications de couleurs. Ainsi, ceux consacrés aux poissons montrent des animaux entiers mais le plus souvent avec des détails morphologiques et/ou anatomiques (comme par exemple la vessie natatoire, le tube digestif, le foie ou encore les pièces squelettiques…, selon les cas et éventuellement représentés sous plusieurs angles) qui confirment que C. Plumier pratiquait couramment des dissections. La qualité et la précision scientifique de ses illustrations ont permis, d’une part, à Claude Aubriet (maître de dessin au Jardin du Roi) de faire d’excellents vélins et, d’autre part, aux ichtyologistes du xviiie et début du xixe siècle tels que M. E. Bloch (1723-1799), G. Cuvier (1769-1832), B. G. Lacepède (1756-1825)…, d’effectuer des descriptions princeps en l’absence des spécimens originaux ! On ne peut que regretter la disparition prématurée de C. Plumier, à Cadix, ce qui a hypothéqué la publication de son travail d’ichtyologie. Dans une lettre qu’il a adressée à Bégon, il exprime son projet de publier un ouvrage consacré aux poissons qu’il avait observés et étudiés tant en France que dans les îles des Caraïbes. Au vu de sa contribution dans le domaine de la Botanique et de la richesse de ses observations relatives aux poissons, on a tout lieu de penser qu’un ouvrage d’ichtyologie eût très certainement marqué son temps car C. Plumier allait bien au delà de la simple description systématique des animaux. Il aurait alors laissé une trace importante entre la contribution novatrice de Rondelet en 1558 (L’histoire entière des poissons ; la version latine date de 1554), d’une part, et la publication de l’Histoire naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes, d’autre part.

5Rondelet, en son temps, avait abandonné le travail de compilation de ses prédécesseurs au profit de la mise en valeur de ses observations personnelles et d’un effort d’organisation (de classification) des poissons qui apparaît ainsi comme une démarche novatrice. C. Plumier est le premier zoologiste à s’intéresser à la morphologie globale, en trois dimensions, des poissons. Quelques reproductions de dessins des prédécesseurs (Rondelet, Belon, Gessner, Salviani) permettent de bien mettre en évidence les progrès effectués par C. Plumier dans l’art du dessin anatomique. Chaque espèce représentée est accompagnée d’un dessin d’une coupe transversale du poisson qui montre les faisceaux musculaires autour de l’axe vertébral et caractérise le volume du poisson. De même sur de nombreuses représentations, il positionne l’écaillure avec un réalisme étonnant et un soin méticuleux : les ornementations superficielles (radii et reliefs) des écailles sont fort bien représentées. Les dessins de C. Plumier forment des planches simples réalisées à la pierre noire, les contours étant repris à la plume et encre noire. Certains sont enrichis avec des lavis de couleur. Les progrès des techniques d’impression des illustrations, en cette fin du xviie siècle, mettent en valeur l’iconographie proposée par des auteurs tels que C. Plumier dès lors que leurs propres dessins sont particulièrement précis : voir par exemple les planches de la Perche, la Vive... Chaque poisson dessiné par C. Plumier est véritablement « croqué » vivant, avec un soin tout particulier pour le respect des proportions des différentes régions du corps et des organes. Un examen attentif des planches reproduites dans le présent ouvrage montre que les dessins de C. Plumier sont bien proportionnés ce qui n’était pas vraiment le cas de ceux de Rondelet par exemple.

6Theodore W. Pietsch (« Ted » pour les intimes et les proches) est un ichtyologue américain, spécialiste de curieux poissons dont les « poissons grenouille », proches parents de la Baudroie. Ces poissons qui appartiennent au groupe des Ceratioidei sont des espèces de petite taille qui vivent sur les fonds marins d’assez grande profondeur. T. Pietsch (Pietsch et al. 2008) a décrit un grand nombre d’espèces et (Pietsch & Orr 2007) a étudié leur phylogénie. Il a aussi mis en évidence, chez certaines espèces, le fait que les mâles, très petits, vivent en parasite sur les femelles (Pietsch 2005), facilitant ainsi le succès reproductif.

7À côté de ces travaux d’ichtyologie fondamentale, T. Pietsch s’est passionné pour l’histoire de l’ichtyologie et il est devenu un spécialiste reconnu de nombreux ichtyologistes français ayant vécu et travaillé aux xviie, xviiie et xixe siècles, et notamment de Charles Plumier (1646-1704) et de Georges Cuvier (1769-1832). Il a publié plusieurs livres d’histoire des sciences dont certains sont illustrés de planches inédites d’auteurs anciens. Ses recherches historiques sur divers scientifiques français l’ont conduit à venir régulièrement au Muséum national d’Histoire naturelle pour travailler sur les nombreux manuscrits et dessins conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum. L’une de ses importantes contributions dans le domaine de l’ichtyologie historique est probablement ses premiers écrits sur le Père Charles Plumier (Thireau et al. 2009) que, certainement, les ichtyologistes modernes avaient un peu trop oubliés ! C’est donc armé d’une excellente connaissance des travaux de C. Plumier, acquise grâce à l’étude méticuleuse des archives disponibles, que T. Pietsch nous propose un ouvrage d’ichtyologie, je dirais même l’Ouvrage d’ichtyologie que notre moine se proposait de publier après ses trois premiers voyages aux Îles Caraïbes.

8Charles Plumier (1646-1704) and his drawings of French and Caribbean fishes est un ouvrage à la fois historique et « artistique », dans la mesure où il montre bien la qualité des observations et des illustrations ainsi que les textes produits par le naturaliste. Il se divise en trois ensembles. La première partie constitue une riche biographie de C. Plumier. La deuxième replace son travail dans son temps, c’est à dire en montrant, d’une part, ce qu’il doit à ses prédécesseurs (Rondelet, Belon, Salviani, Gessner, Marcgrave,…) et, d’autre part, ce que lui même a apporté à ses célèbres successeurs que sont Bloch, Cuvier, Lacepède... Ces derniers ont pu, effectivement, proposer des descriptions très précises d’espèces nouvelles grâce à la documentation de C. Plumier. La troisième partie reproduit 121 planches du Ms 24 de C. Plumier. Chaque reproduction est accompagnée, d’une part, du nom latin valide et, d’autre part, de la nomenclature adoptée par C. Plumier, soit une courte phrase en latin (la nomenclature binominale n’arrivera qu’en 1758 avec C. Linné), puis la nomenclature des ichtyologistes plus récents qui ont travaillé à la suite de C. Linné sur ces espèces. Ces planches, aquarellées ou en noir et blanc, offrent un large panorama des riches connaissances ichtyologiques de C. Plumier et devraient régaler le lecteur.

9Si l’on considère qu’il ne s’est écoulé que quinze années entre son premier départ vers les Îles Caraïbes et sa disparition, on ne peut que rester admiratifs devant la production scientifique ichtyologique de Charles Plumier. On aura compris que le présent ouvrage est un hommage précieux rendu à Charles Plumier, après quatre siècles ! Il permettra à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’ichtyologie de prendre connaissance du travail novateur effectué par un naturaliste hors du commun et trop tôt disparu. Un grand merci à l’équipe qui a permis la réalisation et la publication de ce livre et tout particulièrement à Ted Pietsch qui en est la « cheville ouvrière ».

© Publications scientifiques du Muséum, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search