Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Planches inédites de Foraminifères d’Alcide d'Orbigny

 | 
Marie-Thérèse Vénec-Peyré

Quatrième Famille. Agathistègues

Texte intégral

Planche 38

Pl. 38, Figs 1-6. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Biloculina bulloides. Nom disponible : Biloculina bulloides d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Pyrgo bulloides (d’Orbigny, 1826)

Histoire du nom

11795 « Frumentaria Ovula » Soldani, Testac., i (3) : 228, pl. 153, figs R, S. [Non disponible].

21826 Biloculina bulloides d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 297, no 1, pl. 16, figs 1-4 ; Modèle no 90. Fondé sur « Sold., 3, p. 228, tab. 153, fig. R, S ? ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini, et fossile aux environs de Paris et de Bordeaux ».

Interprétation

31865 Biloculina ringens (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 19, pl. 1, fig. 3 (d’après Modèle de d’Orbigny). [1804b Miliolites ringens Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 351, no 1, vélin no 28, fig. 1].

41871 Biloculina ringens (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 247 (44), pl. 8, fig. 4 (d’après dessin de Soldani).

51998 Pyrgo bulloides (d’Orbigny). – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 143.

Iconographie moderne

61970 Pyrgo bulloides (d’Orbigny). – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 54, pl. 6, fig. 5.

*

7Fornasini (1902b) a proposé d’assimiler cette espèce à B. simplex d’Orbigny, 1826, avec toutefois une certaine prudence. D’Orbigny avait en effet signalé que cette dernière différait de B. bulloides par « son ouverture bien plus large, plus transversale et pourvue d’une dent tronquée » (1846 : 265). Parker, Jones & Brady (1871) mettent en synonymie B. bulloides d’Orbigny, 1826 et B. ringens (Lamarck, 1804). Morkhoven et al. (1986) s’interrogent sur une possible synonymie entre Pyrgo bulloides (d’Orbigny, 1826) et Pyrgo lucernula (Schwager, 1866). Mais l’examen des dessins des Planches inédites, repris et publiés dans les Annales de 1826, et du Modèle no 90 ne permet pas de retenir cette hypothèse. Le Calvez (1970), puis Poignant (1998) reconnaissent l’identité de cette espèce sous le nom générique de Pyrgo Defrance, 1824.

8Dans la collection d’Orbigny du MNHN, une préparation, référencée sous le no FO 528, contient dix spécimens de Castel’Arquato dont huit seulement semblent appartenir à cette espèce. La préparation contenant ces spécimens est d’un style différent du reste de la collection d’Orbigny, elle est d’une facture identique à celle des préparations utilisées par Terquem et par Schlumberger. Il pourrait s’agir, mais rien ne peut l’assurer, d’un reconditionnement de la série type établie par d’Orbigny ou plus probablement de topotypes puisés dans les flacons « Castel’Arquato » de la collection d’Orbigny.

Pl. 38, Figs 7-10. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Biloculina ringens. Dénomination actuelle : Pyrgo ringens (Lamarck, 1804)

Interprétation

91826 Biloculina ringens (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 297, no 2. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris et de Valognes ». [1804b Miliolites ringens Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 351, no 1, vélin no 28, fig. 1].

101900b Biloculina ringens (Lamarck). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (8) : 359 (5), fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

111970 Pyrgo ringens (Lamarck). – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 55, pl. 8, fig. 6.

*

12Fornasini (1900b) figure B. ringens d’après les dessins inédits de d’Orbigny, et la met en synonymie de B. simplex d’Orbigny, 1846. Le Calvez (1970) reconnaît la validité des deux noms. Les espèces ainsi nommées se différencient, comme le montre d’Orbigny sur les dessins qu’il en donne, par la forme de leur dent : bifide chez P. ringens et large et spatulée chez P. simplex.

13Aucun spécimen au nom de B. ringens n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 38, Figs 11-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Biloculina aculeata. Nom disponible : Biloculina aculeata Deshayes, 1830 [ex-d’Orbigny ms]. Dénomination actuelle : Pyrgo aculeata (Deshayes, 1830)

Histoire du nom

141826 « Biloculina aculeata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 3 ; Modèle no 31. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile dans les pierres de Pauliac (Gironde) ».

151830 Biloculina aculeata d’Orbigny in Deshayes, Encyclopédie méthodique, 2 : 138.

Interprétation

161865 Biloculina aculeata d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 10, pl. 1, fig. 5 (d’après Modèle de d’Orbigny).

*

17C’est Deshayes qui a rendu ce nom disponible en 1830 en décrivant ce taxon pour la première fois, il attribuait toutefois la responsabilité du nom à d’Orbigny. Tout en maintenant ce nom dans le texte et le tableau récapitulatif des espèces représentées par les Modèles de d’Orbigny, Parker, Jones & Brady (1865) qualifient cette forme de « unusual and somewhat monstrous Biloculina ». Ils pensent qu’il s’agit d’une variété de B. ringens.

18Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Figures 1-6 Biloculina bulloides  : Pyrgo bulloides (d’Orbigny, 1826)
Figures 7-10 Biloculina ringens : Pyrgo ringens (Lamarck, 1804)
Figures 11-15 Biloculina aculeata : Pyrgo aculeata (Deshayes, 1830)

Planche 39

Pl. 39, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina depressa. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina depressa d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

191795 « Frumentaria Sigma et Rhombos » Soldani, Testac., i (3) : 229, pl. 155, figs kk. [Non disponible].

201826 Spiroloculina depressa d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 1. Fondé sur « Sold., 3, p. 229, tab. 155, fig. KK ? ». Provenance indiquée : « la Méditerrannée et fossile à Castel-Arquato ».

Interprétation

211843 Spiroloculina depressa d’Orbigny. – Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 10, pl. 3, figs 7a, b (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

221865 Spiroloculina planulata (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 19, pl. 1, fig. 6 (d’après Modèle de d’Orbigny). [1804b Miliolites planulata Lamarck, Ann. MNHN., 5 : 352].

231871 Spiroloculina planulata (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 248 (45), pl. 8, fig. 23 (dessin d’après Soldani).

241893 Spiroloculina depressa d’Orbigny. – Schlumberger, Mém. Soc. Zool., Fr., 6 : 60, fig. 2, pl. 3, fig. 69.

251904b Spiroloculina depressa d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 3, pl. 1, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

261987 Spiroloculina depressa d’Orbigny. – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 331, pl. 340, figs 2-5.

Iconographie moderne

271991 Spiroloculina depressa d’Orbigny. – Cimerman & Langer, Ljubljana : Slov. akad., zna. in umet. : 29, pl. 22, figs 9-12.

*

28Dans les Annales de 1826 d’Orbigny ne mentionne pas l’existence du Modèle no 92 représentant S. depressa, mais rapporte ce Modèle à Spiroloculina perforata par erreur, semble-t-il. En effet, le livret accompagnant la livraison des Modèles (1843, 2ème édition : 19) précise bien que le no 92 représente S. depressa, ce que confirme l’inscription « 92 » sur le Modèle et sur l’étiquette libellée au nom de « Spiroloculina depressa d’Orb », situés dans le même coffret. Par ailleurs le dessin des Planches inédites légendé sous le nom S. depressa (Pl. 39, Figs 1-5, ce volume) et le Modèle no 92 illustrent la même espèce. Parker, Jones & Brady (1865) ont relevé cette erreur de 1826, mais considèrent que le Modèle représente S. planulata (Lamarck, 1804), tandis que Schlumberger (1893) conserve le nom donné par d’Orbigny.

29Cette espèce a été désignée comme espèce type du genre Spiroloculina d’Orbigny 1826 par Cushman (1917 : 29).

30Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN une cellule (FO 535) contenant six spécimens de cette espèce en provenance de Castel’Arquato. Le style de la préparation est différent du reste de la collection d’Orbigny, il se rapproche plus du style de préparation utilisée par Schlumberger. Il pourrait s’agir d’un reconditionnement de la série type établie par d’Orbigny ou plus probablement de topotypes puisés dans les flacons « Castel’Arquato » de la collection d’Orbigny.

Pl. 39, Fig. 6-8. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina perforata. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina perforata Deshayes, 1828 [ex-d’Orbigny ms]

Histoire du nom

311826 « Spiroloculina perforata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 2 ; Modèle no 92 [sic]. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile à Montmirail et aux environs de Paris ».

321828a Spiroloculina perforata d’Orbigny in Deshayes, Atlas du « Règne Animal » de Cuvier, Mollusques (2ème édition), 9 : pl. 14, fig. 5 (d’après Modèle de d’Orbigny).

Interprétation

331832 Spiroloculina perforata d’Orbigny. – Deshayes, Encyclopédie méthodique, 3 : 973.

341843 Spiroloculina perforata d’Orbigny. – Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 10, pl. 3, figs 6a, b (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

351904b Spiroloculina perforata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 3, pl. 1, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

361944 Spiroloculina perforata d’Orbigny. – Cushman & Todd, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 11 : 4, pl. 1, fig. 7.

Iconographie moderne

371970 Spiroloculina perforata d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 60, pl. 11, fig. 5.

*

38Deshayes a rendu ce nom d’espèce disponible en 1828 en publiant un dessin du Modèle sculpté par d’Orbigny, à qui il attribuait la responsabilité du nom, comme l’ont fait beaucoup d’auteurs par la suite. Comme il a été signalé au sujet de l’espèce précédente, d’Orbigny a attribué par erreur le Modèle no 92 à « S. perforata » dans le Tableau méthodique.

39Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 39, Fig. 9-11. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina grateloupi. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina grateloupi d’Orbigny, 1852

Histoire du nom

401826 « Spiroloculina grateloupi » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Dax ».

411852 Spiroloculina gratteloupi [sic] d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 161, no 3017. [= 1944 Spiroloculina obscura Cushman & Todd, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 11 : 20, pl. 1, fig. 8, pl. 3, figs 22-25 (nom de remplacement injustifié)]. [Non Spiroloculina grateloupi Terquem, 1878].

Interprétation

421904b Spiroloculina grateloupi d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 4, pl. 1, fig. 3 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

431970 Spiroloculina grateloupi d’Orbigny.– Le Calvez, Cah. Paléontologie : 60.

Iconographie moderne

441998 Spiroloculina grateloupi d’Orbigny.– Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 131, pl. 3, figs 1-2.

*

45L’orthographe originale gratteloupi est incorrecte car cette épithète dérive du patronyme d’un des correspondants de d’Orbigny, Mr. Grateloup, qui lui confia des sables de Dax (d’Orbigny, 1826 : 250). Fornasini a agi en tant que premier réviseur en rectifiant l’orthographe de l’épithète spécifique. Cushman & Todd (1944) ont renommé cette espèce S. obscura parce que Terquem (1878) avait attribué le nom S. grateloupi d’Orbigny à un taxon du Pliocène de Rhodes différent de celui décrit par d’Orbigny. Poignant (1998) rappelle que cette démarche était inutile car la date de disponibilité de S. grateloupi d’Orbigny, 1852 est antérieure au travail de Terquem (1878). La préséance revient au nom attribué par d’Orbigny

46Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN une préparation portant le nom S. grateloupi référencée sous le no FO 714, mais il ne reste que des traces de deux spécimens. Poignant (1998) a jugé nécessaire de désigner un néotype dans le matériel original de d’Orbigny (flacon no 48 en provenance de Gaas). Le néotype et des topotypes sont déposés dans la collection du MNHN et portent respectivement les numéros F 61821 et F 61822. Les spécimens de la collection Terquem rapportés à tort à l’espèce de d’Orbigny sont également inutilisables.

Pl. 39, Fig. 12-14. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina nitida. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina nitida d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

471795 « Frumentaria Sigma et Rhombos » Soldani, Testac., i (3) : 230, pl. 155, figs ll, mm. [Non disponible].

481826 Spiroloculina nitida d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 4. Fondé sur « Sold., 3, p. 229, tab. 155, fig. ll, mm ». Provenance indiquée : « les côtes de France, sur l’Océan ».

Interprétation

491871 Spiroloculina nitida d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 248 (45), pl. 8, fig. 24 (d’après dessin de Soldani).

501900b Spiroloculina nitida d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (8) : 360, fig. 4 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

511944 Spiroloculina nitida d’Orbigny. – Cushman & Todd, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 11 : 40, pl. 1, figs 3, 18, pl. 6, fig. 15.

*

52Cushman & Todd (1944) signalent à propos de cette espèce : « until the original specimens can be studied, the full characters of the species must remain somewhat doubtful ».

53Malheureusement cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 39, Fig. 15-17. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina tricarinata. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina tricarinata d’Orbigny, 1852

Histoire du nom

541826 « Spiroloculina tricarinata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Dax ».

551852 Spiroloculina tricarinata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 161, no 3018. [= 1944 Spiroloculina tricosta Cushman & Todd, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 11 : 21, pl. 1, fig. 9, pl. 3, figs 26, 29 (nom de remplacement injustifié)]. [Non Spiroloculina tricarinata Terquem, 1882].

Interprétation

561904b Spiroloculina tricarinata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 4, pl. 1, fig. 4 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

571998 Spiroloculina tricarinata d’Orbigny.– Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 131, pl. 3, figs 3-4.

*

58L’histoire nomenclaturale de ce taxon est assez similaire à celle de S. grateloupi, rappelée précédemment. Cushman & Todd (1944) ont renommé l’espèce décrite en 1852 par d’Orbigny S. tricosta parce que Terquem (1882) avait attribué le nom S. tricarinata d’Orbigny à une espèce de l’Eocène, qui s’est révélée en fait différente de celle décrite par d’Orbigny. Ils ignoraient vraisemblablement que le nom S. tricarinata d’Orbigny, 1852 était disponible par une très brève description de ce taxon dans le Prodrome et que par conséquent S. tricarinata Terquem était un homonyme plus récent.

59Comme le type de S. tricarinata d’Orbigny, 1852 n’a pas été retrouvé, Poignant (1998) a jugé nécessaire de désigner un néotype dans le matériel original de d’Orbigny (flacon no 48 en provenance de Gaas). Le néotype et des topotypes sont déposés dans la collection du MNHN et portent respectivement les numéros F 61825 et F 61826. Il faut également signaler que les spécimens rapportés à S. tricarinata par Terquem (collection MNHN) sont en mauvais état.

Pl. 39, Figs 18-20. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina bicarinata. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina bicarinata d’Orbigny in Fornasini, 1904

Histoire du nom

601826 « Spiroloculina bicarinata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 298, no 6. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

611904b Spiroloculina bicarinata in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 4, pl. 1, fig. 5 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

621944 Spiroloculina tricarinata Terquem. – Cushman & Todd, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 11 : 10, pl. 1, fig. 10, pl. 2, figs 19-23. [1882 Spiroloculina tricarinata Terquem, Mem. Soc. Géol. Fr., ser. 3, 2 (3) : 158, pl. 16, figs 19-21. (Homonyme plus récent de Spiroloculina tricarinata d’Orbigny 1852)].

Iconographie moderne

631970 Spiroloculina bicarinata d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 59, pl. 11, figs 3-4.

*

64Cushman & Todd (1944) ont mis en synonymie S. bicarinata d’Orbigny in Fornasini, 1904 et S. tricarinata Terquem, 1882 au profit de ce dernir nom. Ils ignoraient que S. tricarinata Terquem était en fait un homonyme plus récent de S. tricarinata d’Orbigny, 1852 (voir page précédente). Le nom S. bicarinata d’Orbigny in Fornasini, 1904 est disponible et reste le nom valide du taxon ici représenté.

65La collection d’Orbigny du MNHN contient une préparation au nom de S. bicarinata référencée sous le no FO 639 portant la mention « Parisien. Paris » ; elle renferme trois individus, le spécimen le plus à droite est le mieux conservé, il est désigné comme lectotype dans le présent travail et est souligné d’un point rouge sur la préparation.

Pl. 39, Figs 21-23. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spiroloculina lyra. Nom disponible et dénomination actuelle : Spiroloculina lyra d’Orbigny, 1852

Histoire du nom

661826 « Spiroloculina lyra » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 :298, no 7. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Bordeaux ».

671852 Spiroloculina lyra d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 161, no 3019.

Interprétation

681904b Spiroloculina lyra d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 5, pl. 1, fig. 6 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

691998 Spiroloculina lyra d’Orbigny. – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 121.

*

70Fornasini (1904b) pense qu’il pourrait s’agir d’une variété de S. nitida d’Orbigny, 1826. Cushman & Todd (1944) ont recherché sans succès dans le Miocène des environs de Bordeaux des spécimens correspondant aux figures des Planches inédites et considèrent incertain le statut de cette espèce. Poignant (1998), dans sa révision des taxons de d’Orbigny signalés en Aquitaine précise qu’elle n’a pas non plus retrouvé de topotypes mais reconnaît la validité de l’espèce.

71La collection d’Orbigny du MNHN comporte un spécimen en assez bon état, référencé sous le no FO 715 ; il est désigné ici comme lectotype de S. lyra d’Orbigny, 1852.

Figures 1-5 Spiroloculina depressa  : Spiroloculina depressa d’Orbigny, 1826
Figures 6-8 Spiroloculina perforata  : Spiroloculina perforata Deshayes, 1828
Figures 9-11 Spiroloculina grateloupi  : Spiroloculina grateloupi d’Orbigny, 1852
Figures 12-14 Spiroloculina nitida  : Spiroloculina nitida d’Orbigny, 1826
Figures 15-17 Spiroloculina tricarinata : Spiroloculina tricarinata d’Orbigny, 1852
Figures 18-20 Spiroloculina bicarinata  : Spiroloculina bicarinata d’Orbigny in Fornasini, 1904
Figures 21-23 Spiroloculina lyra  : Spiroloculina lyra d’Orbigny, 1852

Figures 1-5 Triloculina trigonula : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)
Figures 6-9 Triloculina affinis : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)
Figures 10-12 Triloculina gibba : Triloculina gibba d’Orbigny 1826
Figures 13-15 Triloculina rotunda : Pseudotriloculina rotunda (Schlumberger, 1893)
Figures 16-18 Triloculina unidentata : Triloculina schreiberiana d’Orbigny, 1839

Planche 40

Pl. 40, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Triloculina trigonula. Dénomination actuelle : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)

Interprétation

721826 Triloculina trigonula (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 299, no 1, pl. 16, figs 5-9 ; Modèle no 93. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris, de Soissons et de Valognes ». [1804b Miliolites trigonula Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 351, no 3, vélin no 25, fig. 15].

731865 Triloculina trigonula (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 19, pl. 1, fig. 7 (d’après Modèle de d’Orbigny).

Iconographie moderne

741993 Triloculina trigonula (Lamarck). – Hottinger, Halicz & Reiss, Recent Foraminiferida from the Gulf of Aqaba, Red Sea : 66, pl. 69, figs 1-10.

*

75Cette espèce a été désignée comme espèce type du genre Triloculina d’Orbigny 1826 par Cushman (1917 : 65). Dans le fichier consacré à la collection d’Orbigny (Lys & Sigal 1947), Lys suggère que les spécimens de d’Orbigny pourraient servir de référence à cette espèce car le type de Lamarck a été détruit.

76La préparation déposée au MNHN, référencée sous le no FO 595, contient deux spécimens en bon état.

Pl. 40, Figs 6-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Triloculina affinis. Nom disponible : Triloculina affinis d’Orbigny, 1852. Dénomination actuelle : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)

Histoire du nom

771826 « Triloculina affinis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 299, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile à Dax ».

781852 Triloculina affinis d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 161, no 3020.

Interprétation

791905 Triloculina affinis d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (2) : 59, pl. 1, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

801998 Triloculina trigonula (Lamarck). – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 132, pl. 3, fig. 9. [1804b Miliolites trigonula Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 351, no 3, vélin no 25, fig. 15].

Iconographie moderne

811993 Triloculina affinis d’Orbigny. – Hottinger, Halicz & Reiss, Recent Foraminiferida from the Gulf of Aqaba, Red Sea : 64, pl. 65, figs 7-10, pl. 66, figs 1-3.

*

82Dans le Tableau méthodique d’Orbigny signale à propos de cette espèce « peut-être une variété de la précédente [T. trigonula (Lamarck)] ». Il ajoute en 1852 « espèce voisine du Trigonula, mais moins anguleuse ». Cependant les dessins des Planches inédites correspondant à ces deux taxons font apparaître une angularité des loges plus accusée chez T. affinis. Hottinger et al. (1993) retiennent ce caractère pour différencier cette dernière de T. trigonula. Poignant (1998) dans la révision des espèces signalées à Dax par d’Orbigny met ces deux noms en synonymie.

83Aucun spécimen au nom de T. affinis n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 40, Figs 10-12. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Triloculina gibba. Nom disponible et dénomination actuelle : Triloculina gibba d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

841795 « Frumentaria tricostata » Soldani, Testac., i (3) : 232, pl. 157, figs I, K. [Non disponible].

851826 Triloculina gibba d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 299, no 3. Fondé sur « Sold., 3, p. 232, tab. 157, fig. I, K ». Provenance indiquée : « La mer Adriatique près Rimini ; la mer du Sud à Rawack et fossile à Castel-Arquato ».

Interprétation

861846 Triloculina gibba.– D’Orbigny, Foraminifères fossiles du Bassin tertiaire de Vienne : 274, pl. 16, figs 22-24. [Application du nom à des spécimens fossiles].

871871 Triloculina gibba d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 248 (45), pl. 8, fig. 7 (dessin d’après Soldani).

881902b Triloculina gibba d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 19 (21).

Iconographie moderne

891970 Triloculina gibba d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 49, pl. 8, figs 3-4.

901985 Triloculina gibba d’Orbigny. – Papp & Schmid, Abh. Geol. Bundes., 37 : 93, pl. 86, figs 1-4.

91Dans la collection d’Orbigny du MNHN deux tubes contiennent des spécimens de cette espèce. Le premier, référencé FO 516 et portant la mention « Rimini, Subapennin », contient cinq individus, celui du milieu est le seul en parfait état et montre une dent bifide ; il est désigné comme lectotype dans le présent travail et souligné d’un point rouge sur la préparation. Le second tube, référencé FO 171 et portant la mention « Nussdorf, pl. 16, figs 22-24 », contient deux spécimens en bon état.

Pl. 40, Figs 13-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Triloculina rotunda. Nom disponible : Triloculina rotunda [ex-d’Orbigny ms] Schlumberger, 1893. Dénomination actuelle : Pseudotriloculina rotunda (Schlumberger, 1893)

Histoire du nom

921826 « Triloculina rotunda » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 299, no 4. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique près Rimini ».

931893 Triloculina rotunda d’Orbigny in Schlumberger, Mém. Soc. Zool., Fr., 6 : 64, figs 11-12, pl. 1, figs 48-50.

Interprétation

941902b Triloculina rotunda d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 20 (22), fig. 12 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

951958 Triloculina rotunda d’Orbigny. – Le Calvez & Le Calvez, Ann. Inst. Océano., 35 : 192, pl. 6, figs 57-58.

96Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN un seul spécimen en mauvais état référencé sous le no FO 518.

Pl. 40, Figs 16-18. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Triloculina unidentata. Nom disponible : Triloculina unidentata d’Orbigny in Fornasini, 1900. Dénomination actuelle : Triloculina schreiberiana d’Orbigny, 1839

Histoire du nom

971826 « Triloculina unidentata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 299, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique près Rimini ».

981900b Triloculina unidentata d’Orbigny in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (8) : 361, fig. 6 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

991893 Triloculina schreiberiana d’Orbigny. – Schlumberger, Mém. Soc. Zool., Fr., 6 : 62, pl. 1, figs 42-44. [1839 Triloculina schreiberiana d’Orbigny, Foraminifères de Cuba : 174, pl. 9, figs 20-22].

1001958 Triloculina schreiberiana d’Orbigny. – Le Calvez & Le Calvez, Ann. Inst. Océano., 35 : 194, pl. 7, fig. 67.

*

101D’Orbigny (1839 : 175) a signalé une grande analogie entre l’espèce appelée « Triloculina unidentata » et T. schreiberiana qu’il a décrite et figurée en 1839 à Cuba. Néanmoins une petite différence dans la forme des loges et la distance séparant les localités d’origine des spécimens le conduisent à en faire deux espèces distinctes. Schlumberger (1893) estime que les arguments avancés par d’Orbigny sont « sans grande valeur » et retient le nom T. schreiberiana. Cet avis est partagé par Le Calvez & Le Calvez (1958) et Le Calvez (1977a).

102La préparation type de T. unidentata (FO 638) contient sept spécimens récoltés en Méditerranée, dont trois sont en bon état. Le lectotype de T. schreiberiana a été désigné par Le Calvez (1977a) dans sa révision des foraminifères de Cuba étudiés par d’Orbigny. Il est référencé sous le no FO 332.

Planche 41

Pl. 41, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Quinqueloculina saxorum. Nom disponible : Pentellina pseudosaxorum Schlumberger, 1905. Dénomination actuelle : Miliola pseudosaxorum (Schlumberger, 1905)

Interprétation

1031826 Quinqueloculina saxorum (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 301, no 1, pl. 16, figs 10-14 ; Modèle no 33. Provenance indiquée : « fossile les environs de Paris ». [Identification erronée].

1041865 Quinqueloculina saxorum (Lamarck). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 10, pl. 1, fig. 13 (d’après Modèle de d’Orbigny). [Identification erronée].

1051905 Pentellina pseudosaxorum Schlumberger, Bull. Soc. Géol. Fr, ser. 4 (5) : 126, figs 19-21, pl. 2, fig. 3 6, pl. 3, fig. 40.

1061969 Pentellina pseudosaxorum Schlumberger. – Le Calvez, Cah. Micropal., ser. 1 (13) : 6, pl. 1, figs 6-7.

Iconographie moderne

1071970 Pentellina pseudosaxorum Schlumberger. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 42, pl. 6, fig. 6, pl. 46, figs 1-3.

*

108En 1826, d’Orbigny a cité cette espèce sous le nom « Quinqueloculina saxorum Lamarck ». Schlumberger (1905) démontre, en fondant ses observations sur des sections, que les spécimens ainsi appelés par d’Orbigny diffèrent de l’espèce de Lamarck (Miliolites saxorum Lamarck, 1804) par la présence d’un plancher, à la base des loges, bien visible sur la section représentée par la Figure no 5 de la Pl. 41 (ce volume). Il renomme l’espèce de d’Orbigny Pentellina pseudosaxorum. Le nom de genre Pentellina est mis en synonymie de Miliola par Loeblich & Tappan (1987).

109La collection du MNHN comporte une cellule (FO 683) contenant sept individus dont les caractères oraux sont mal conservés, ce qui est souvent le cas, comme le signale le Calvez (1969, 1970), au sujet de ces deux taxons, dans ses études sur les foraminifères paléogènes du Bassin parisien.

Pl. 41, Figs 6-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Quinqueloculina birostris. Dénomination actuelle : Miliola birostris (Lamarck, 1804)

Interprétation

1101826 Quinqueloculina birostris (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 301, no 2. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ». [1804b Miliolites birostris Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 353, no 7, vélin no 25, fig. 14].

1111905 Quinqueloculina birostris (d’Orbigny). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (2) : 62, pl. 2, fig. 5 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

1121970 Miliola birostris (Lamarck). – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 43, text-figs 9-11.

113La collection du MNHN comporte une préparation (FO 597) contenant quatre individus très abîmés (partiellement dissous et recouverts d’efflorescences).

Pl. 41, Figs 10-13. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Quinqueloculina costata. Nom disponible et dénomination actuelle : Quinqueloculina costata Karrer, 1867

Histoire du nom

1141826 « Quinqueloculina costata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 301, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la Méditerranée ».

1151867 Quinqueloculina costata Karrer, K. Akad. Wiss. Wien, 55 (1) : 362, pl. 3, fig. 4. [= 1878 Quinqueloculina costata d’Orbigny in Terquem, Pliocène de Rhodes : 63, pl. 6, figs 3a-5c].

Interprétation

1161893 Quinqueloculina costata d’Orbigny. – Schlumberger, Mém. Soc. Zool. Fr., 6 : 69, text-fig. 20, pl. 3, figs 75-76.

1171905 Quinqueloculina costata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (2) : 62, pl. 2, fig. 6 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

1181961 Quinqueloculina costata Karrer. – Kaasschieter, Inst. roy. Sc. nat, Belgique, 147 : 150, pl. 2, figs 17-19.

Iconographie moderne

1191970 Quinqueloculina costata d’Orbigny [sic]. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 34, pl. 3, figs 7-8, pl. 46, fig. 8.

*

120Kaasschieter (1961) a mis en synonymie les noms Q. costata Karrer, 1867 et Q. costata d’Orbigny in Terquem, 1878 en précisant : « Karrer’s older description and figures are independant of d’Orbigny’s “planches inédites”, but they happen to refer to the same species ». Le Calvez a attribué à tort ce nom à d’Orbigny.

121Le spécimen de d’Orbigny signalé par Le Calvez (1970 : 34) sous le no FO 07 n’a pas été retrouvé dans la collection du MNHN.

Pl. 41, Figs 14-17. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Quinqueloculina striata. Nom disponible et dénomination actuelle : Quinqueloculina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843

Histoire du nom

1221826 « Quinqueloculina striata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 301, no 4. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

1231843 Quinqueloculina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 10, pl. 3, figs 10a, c (d’après dessin de d’Orbigny).

Interprétation

1241905 Quinqueloculina striata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (2) : 63, pl. 2, fig. 7 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

1251970 Quinqueloculina striata d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 41, pl. 3, fig. 5.

126Dans la collection d’Orbigny du MNHN la préparation type est référencée sous le no FO 682 et porte la mention « Parisien. Env. de Paris ». Elle comporte deux individus dont l’un est partiellement dissous tandis que l’autre, finement strié, est conforme au dessin donné par d’Orbigny ; il est désigné comme lectotype dans le présent travail et souligné d’un point rouge dans la préparation.

Pl. 41, Figs 18-21. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Quinqueloculina parisiensis. Nom disponible et dénomination actuelle : Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

1271826 « Quinqueloculina parisiensis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 301, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

1281850b Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 409, no 1364.

Interprétation

1291905 Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (2) : 63, pl. 2, fig. 9 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

1301970 Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny.– Le Calvez, Cah. Paléontologie : 38, pl. 3, fig. 1.

131La préparation type est référencée sous le no FO 679 dans la collection d’Orbigny du MNHN. Elle comporte 7 syntypes en mauvais état.

Figures 1-5 Quinqueloculina saxorum : Miliola pseudosaxorum (Schlumberger, 1905)
Figures 6-9 Quinqueloculina birostris : Miliola birostris (Lamarck, 1804)
Figures 10-13 Quinqueloculina costata : Quinqueloculina costata Karrer, 1867
Figures 14-17 Quinqueloculina striata : Quinqueloculina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843
Figures 18-21 Quinqueloculina parisiensis : Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny, 1850

Figures 1-6 Adelosina laevigata : Adelosina laevigata d’Orbigny, 1826
Figures 7-16 Adelosina striata : Adelosina striata d’Orbigny, 1826
Figures 17-20 Adelosina semistriata : Adelosina semistriata d’Orbigny, 1826
Figures 21-23 Adelosina soldanii : Adelosina soldanii d’Orbigny, 1826

Planche 42

Pl. 42, Figs 1-6. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Adelosina laevigata. Nom disponible et dénomination actuelle : Adelosina laevigata d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1321795 « Frumentaria phialiformia lævia » Soldani, Testac., i (3) : 232, pl. 158, figs S, T, U. [Non disponible].

1331826 Adelosina laevigata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 304, no 1. Fondé sur « Sold., 3, p. 232, tab. 158, fig. S, T, U ». Provenance indiquée : « fossile à Castel-Arquato ».

Interprétation

1341871 Quinqueloculina seminulum d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 251 (48), pl. 8, fig. 12 (dessin d’après Soldani ; « young »). [1758 Serpula seminulum Linnaeus, Syst. Nat., ed. 10 : 786].

1351987 Adelosina laevigata d’Orbigny. – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 328, pl. 337, figs 5-12.

*

136L’histoire nomenclaturale de ce taxon est intimement liée à celle du genre Adelosina d’Orbigny, 1826, qui fut tantôt assimilé au genre Quinqueloculina d’Orbigny, 1826, et tantôt différencié de ce dernier. Parker, Jones & Brady estiment en 1865 que les adélosines décrites par d’Orbigny sont des formes juvéniles de quinqueloculines, et en 1871 qu’il faut abandonner le genre Adelosina. Schlumberger (1886) précise qu’il est impossible de distinguer ces deux genres par leurs caractères externes et que seul l’examen du proloculus, mégalosphérique chez les adélosines et microsphérique chez les quinqueloculines, permet une discrimination. Il écrit : « que d’Orbigny avait raison par intuition en séparant les Adelosina quoique le caractère spécial de ce genre lui ait échappé en partie ». Par la suite, les Adelosina ont été considérées par Cushman (1940) comme les formes mégalosphériques juvéniles du genre Quinqueloculina.

137Puis, Loeblich & Tappan (1987), après avoir suivi cette opinion dans leur traité de 1964, maintiennent le genre Adelosina d’Orbigny, 1826. Ils estiment que les deux générations du genre Quinqueloculina ont un agencement des loges de style quinqueloculin, tandis que chez le genre Adelosina seule la forme microsphérique est quinqueloculine dans les premiers stades.

138Selon Parker, Jones & Brady (1871) la figure « S » de Soldani représenterait un stade juvénile de Q. secans d’Orbigny, 1826 et les figures « T » et « U » pourraient correspondre à un stade jeune de Q. seminulum (Linnaeus, 1758). Cushman (1945) et Loeblich & Tappan (1964) considèrent A. laevigata d’Orbigny, 1826 comme une forme juvénile de Q. longirostra d’Orbigny, 1826. Puis, Loeblich & Tappan (1987) reconnaissent la validité de A. laevigata d’Orbigny, 1826.

139Cette espèce a été désignée comme espèce type du genre Adelosina d’Orbigny 1826 par Cushman (1917 : 73).

140Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN une préparation (FO 430) contenant deux individus en assez mauvais état, en provenance de Castel’Arquato, ainsi que le lectotype et deux paralectotypes de A. laevigata. Ces derniers ont été sélectionnés et isolés par Loeblich & Tappan (1964 : C458) dans des cellules différentes portant respectivement les numéros FO 432, FO 431 et FO 433.

Pl. 42, Figs 7-16. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Adelosina striata. Nom disponible et dénomination actuelle : Adelosina striata d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1411798 « Frumentaria phialiformia » Soldani, ii : 54, tab. 20, fig. T. [Non disponible].

1421826 Adelosina striata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 304, no 2, Modèles no 18 et 97. Fondé sur « Sold., 4, p. 54, tab. 20, fig. T ». Provenance indiquée : « fossile à Castel-Arquato ». [= 1945 Quinqueloculina annettae Nicolas, Bull. Mus., Paris, ser. 2, 17, 6 : 536 (nom de remplacement injustifié)].

Interprétation

1431828a Adelosina striata d’Orbigny. – Deshayes, Atlas du « Règne Animal » de Cuvier, Mollusques (2ème édition), 9 : 34, pl. 14, fig. 6 (d’après Modèle no 97 de d’Orbigny).

1441865 Quinqueloculina brongniartii (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 7, pl. 1, fig. 14 (d’après Modèles no 18 et no 97 de d’Orbigny). [= 1826 Triloculina brongniartii d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 300, no 23. Fondé sur « Sold., 3, p. 229, tab. 154, fig. bb ?, cc ? »].

*

145L’histoire nomenclaturale complexe de cette espèce est également liée à celle des genres Adelosina d’Orbigny, 1826 et Quinqueloculina d’Orbigny, 1826 (voir page précédente). La découverte de spécimens correspondant à A. striata d’Orbigny, 1826 et Q. striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843 dans les sédiments lutétiens de Gourbesville (Manche) a incité Nicolas (1945) à proposer un nouveau nom, Q. annettae, en remplacement d’A. striata. Il considérait en effet cette dernière comme une Quinqueloculina en s’appuyant sur le travail de Cushman (1940) qui mettait en synonymie ces deux noms de genres. Ce taxon fut également successivement considéré comme la forme immature de Q. brongniartii (d’Orbigny, 1826) (décrit sous le nom de Triloculina) par Parker, Jones & Brady (1865) et comme la génération mégalosphérique de Q. dutemplei d’Orbigny, 1839 par Cushman (1945). Selon la classification de Loeblich & Tappan (1987) A. striata d’Orbigny, 1826 est le nom valide du taxon ici considéré.

146La collection d’Orbigny du MNHN comporte une préparation (FO 434) contenant cinq spécimens de Castel’Arquato, dont un est en bon état et correspond à un individu de type quinqueloculin. Sans une étude plus approfondie des deux phases du cycle de cette espèce, il est difficile d’émettre une opinion sur l’appartenance générique de ce spécimen. Les Modèles no 18 et 97 présentent les caractères externes des jeunes adélosines mégalosphériques.

Pl. 42, Figs 17-20. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Adelosina semistriata. Nom disponible et dénomination actuelle : Adelosina semistriata d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1471795 « Frumentaria phialiformia striatula » Soldani, Testac., i (3) : 232, pl. 158, fig. R. [Non disponible].

1481826 Adelosina semistriata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 304, no 3. Fondé sur « Sold., p. 232, tab. 158, fig. R ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

Interprétation

1491871 Quinqueloculina seminulum d’Orbigny.– Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 252 (49), pl. 8, fig. 13 (dessin d’après Soldani ; « young » specimen). [1758 Serpula seminulum Linnaeus, Syst. Nat., ed. 10 : 786].

*

150Parker, Jones & Brady (1871) estiment que la figure « R » de la planche 158 de Soldani, à laquelle s’est référé d’Orbigny pour nommer son espèce, est en fait une forme juvénile appartenant au genre Quinqueloculina. Selon la classification de Loeblich & Tappan (1987) le nom A. semistriata d’Orbigny, 1826 est valide (voir commentaires dans la partie consacrée à Adelosina laevigata d’Orbigny, 1826).

151Aucun spécimen au nom de A. semistriata n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 42, Figs 21-23. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Adelosina soldanii. Nom disponible et dénomination actuelle : Adelosina soldanii d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1521795 « Frumentaria phialiformia striatula » Soldani, Testac., i (3) : 232, pl. 157, fig. M. [Non disponible].

1531826 Adelosina soldanii d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 304, no 4. Fondé sur « Sold., 3, p. 232, tab. 157, fig. M ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ». [= 1878 Quinqueloculina italica, Terquem, Pliocène de Rhodes : 69, pl. 7, figs 17a-20c (nom de remplacement injustifié)].

Interprétation

1541871 Quinqueloculina pulchella d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4, 8 : 252 (49), pl. 8, fig. 21 (dessin d’après Soldani). [1826 Quinqueloculina pulchella d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 304, no 4. Fondé sur « Sold., 4, p. 53, tab. 18, fig. F »].

1551902b Adelosina soldanii d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 25 (27).

*

156Parker, Jones & Brady (1871) pensent que le dessin de Soldani qui a servi de référence à d’Orbigny pour définir Adelosina soldanii est une forme juvénile de Quinqueloculina pulchella d’Orbigny, 1826. Puis, Terquem (1878) a considéré que l’espèce de d’Orbigny était une quinqueloculine et l’a renommée Quinqueloculina italica puisque le nom Quinqueloculina soldanii était préoccupé pour une espèce décrite par d’Orbigny en 1826. Les spécimens dessinés par d’Orbigny présentent les caractères du genre Adelosina d’Orbigny, 1826 (voir commentaires dans la partie consacrée à Adelosina laevigata d’Orbigny, 1826).

157Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Table des illustrations

Légende Figures 1-6 Biloculina bulloides  : Pyrgo bulloides (d’Orbigny, 1826)Figures 7-10 Biloculina ringens : Pyrgo ringens (Lamarck, 1804)Figures 11-15 Biloculina aculeata : Pyrgo aculeata (Deshayes, 1830)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figures 1-5 Spiroloculina depressa  : Spiroloculina depressa d’Orbigny, 1826Figures 6-8 Spiroloculina perforata  : Spiroloculina perforata Deshayes, 1828Figures 9-11 Spiroloculina grateloupi  : Spiroloculina grateloupi d’Orbigny, 1852Figures 12-14 Spiroloculina nitida  : Spiroloculina nitida d’Orbigny, 1826Figures 15-17 Spiroloculina tricarinata : Spiroloculina tricarinata d’Orbigny, 1852Figures 18-20 Spiroloculina bicarinata  : Spiroloculina bicarinata d’Orbigny in Fornasini, 1904Figures 21-23 Spiroloculina lyra  : Spiroloculina lyra d’Orbigny, 1852
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figures 1-5 Triloculina trigonula : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)Figures 6-9 Triloculina affinis : Triloculina trigonula (Lamarck, 1804)Figures 10-12 Triloculina gibba : Triloculina gibba d’Orbigny 1826Figures 13-15 Triloculina rotunda : Pseudotriloculina rotunda (Schlumberger, 1893)Figures 16-18 Triloculina unidentata : Triloculina schreiberiana d’Orbigny, 1839
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figures 1-5 Quinqueloculina saxorum : Miliola pseudosaxorum (Schlumberger, 1905)Figures 6-9 Quinqueloculina birostris : Miliola birostris (Lamarck, 1804)Figures 10-13 Quinqueloculina costata : Quinqueloculina costata Karrer, 1867Figures 14-17 Quinqueloculina striata : Quinqueloculina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843Figures 18-21 Quinqueloculina parisiensis : Quinqueloculina parisiensis d’Orbigny, 1850
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figures 1-6 Adelosina laevigata : Adelosina laevigata d’Orbigny, 1826Figures 7-16 Adelosina striata : Adelosina striata d’Orbigny, 1826Figures 17-20 Adelosina semistriata : Adelosina semistriata d’Orbigny, 1826Figures 21-23 Adelosina soldanii : Adelosina soldanii d’Orbigny, 1826
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540