Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Planches inédites de Foraminifères d’Alcide d'Orbigny

 | 
Marie-Thérèse Vénec-Peyré

Troisième Famille. Hélicostègues

Texte intégral

Planche 17

1[La Planche 17 comporte plusieurs erreurs qui rendent difficile l’interprétation de cette partie du travail de d’Orbigny sur les uvigérines.]

Pl. 17, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Uvigerina rugosa. Nom disponible et dénomination actuelle : Uvigerina rugosa d’Orbigny, 1852

Histoire du nom

21826 « Uvigerina rugosa » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 1. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Sienne ».

31852 Uvigerina rugosa d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 194, no 551. [Non Uvigerina rugosa Terquem, 1882].

Interprétation

41898a Uvigerina rugosa d’Orbigny. – Fornasini, Rend. Sess. R. Acc. Sc. Ist. Bologne, n. s. (2) : 11, fig. 1, pl. 1, fig. 4.

Iconographie moderne

51984 Uvigerina rugosa d’Orbigny. – Boersma, Handbook of common tertiary Uvigerina : 141, figs 1-7.

*

6Une analyse comparative de ce taxon et des espèces affines, et une étude de sa distribution géographique et stratigraphique (Oligocène supérieur-Miocène) ont été réalisées par Boersma (1984).

7Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 17, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Uvigerina pygmea. Nom disponible et dénomination actuelle : Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

81791 « Polymorpha Pineiformia » Soldani, Testac., i (2) : 119, pl. 130, figs ss, tt. [Non disponible].

91826 Uvigerina pygmea d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 2, pl. 12, figs 8-9 ; Modèle no 67. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Sienne ». [Non Uvigerina pygmaea d’Orbigny, 1846 = Uvigerina pygmoides Papp & Turnovsky, 1953 (nom de remplacement)].

Interprétation

101871 Uvigerina pygmaea d’Orbigny.– Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 171 (27), pl. 11, fig. 109 (d’après dessin de Soldani).

Iconographie moderne

111986 Uvigerina pygmea d’Orbigny. – Van der Zwaan et al., Utrecht Micropal. Bull., 35 : 36, pl. 3, figs 6-8.

*

12Il existe un certain nombre de confusions dans la littérature au sujet de cette espèce (dont les deux tiers des loges sont costulées et les dernières pustuleuses à épineuses) parce que d’Orbigny a désigné, décrit et figuré sous le même nom deux taxons différents, l’un en 1826, l’autre en 1846. Papp & Turnovsky (1953) ont proposé Uvigerina pygmoides comme nom de remplacement pour l’espèce de 1846.

13Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826 a été désignée comme espèce type du genre Uvigerina d’Orbigny 1826 par Parker, Jones & Brady (1865 : 36).

14Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 17, Fig. 3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Uvigerina nodosa var. ß. Nom disponible et dénomination actuelle : Uvigerina nodosa d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

151798 « Polymorpha Pineiformia » Soldani, i (2) : 118, pl. 126, figs xx, yy, zz, A, B. [Non disponible].

161826 Uvigerina nodosa d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 3. Fondé sur « Sold., 4, p. 118, tab. 126, xx, yy, zz, A, B ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique ».

Interprétation

171871 Uvigerina pygmaea d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 171 (27), pl. 11, fig. 110 (d’après figure zz de Soldani). [1826 Uvigerina pygmea d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 2, pl. 12, figs 8-9].

181900a Uvigerina nodosa d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 19 : 165, fig. 7 (d’après dessin inédit de d’Orbigny, [Pl. 17, Fig. 3, ce volume]).

191902b Uvigerina pygmaea d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 52 (50).

*

20D’Orbigny a rapporté, dans la légende de la Planche 17 (ce volume), les figures 3b et c et 4b et c à U. nodosa var. ß alors qu’elles représentent des spécimens très différents par leur ornementation, l’un est costulé, l’autre non. Cependant dans le Tableau méthodique (1826 : 269), il nomme sous la rubrique n ° 3 « Uvigerina nodosa » et sa variété « Var. ß » en faisant référence pour chacune de ces deux entités à des figures différentes de Soldani. Le nom d’U. nodosa est fondé sur les dessins de Soldani (pl. 126, figs xx, yy, zz, A, B) qui représentent une espèce costulée, tout comme celle de la Fig. 3 dont il s’agit ici. Parker, Jones & Brady (1871) rapportent également ces figures de Soldani à U. nodosa d’Orbigny. C’est aussi sous ce nom que Fornasini (1900a) représente la Figure 3 (Pl. 17, ce volume). Parker, Jones & Brady (1871) proposent néanmoins de mettre en synonymie les noms d’espèces nodosa et pygmea, décision qui fut approuvée par Fornasini (1902b). On retrouve aussi dans le fascicule des Planches inédites consacré aux Uvigérines des ébauches de dessins rassemblant les figures 2b et c (U. pygmea), 3b et c et 4b et c de la planche définitive (Planche 17, ce volume) ; yest apposée la mention « elles varient de gauche à droite » écrite de la main de d’Orbigny (Illustration 6, ce volume). Néanmoins, la forme des loges et du col et l’ornementation sont trop différentes pour que l’on puisse accepter cette synonymie.

21Aucune préparation au nom de U. nodosa n’a été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Illustration 6 Esquisses d’Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826 et U. nodosa var. (dessins inédits de d’Orbigny extraits d’une planche inachevée) représentées par les Figs 2, 3 et 4 sur la Planche 17.
Sketches of Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826 and U. nodosa var. (unpublished drawings of d’Orbigny from an unfinished plate) illustrated by Figs 2, 3 and 4 on Plate 17.

Pl. 17, Fig. 4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Uvigerina nodosa var. ß. Dénomination actuelle : Uvigerina canariensis d’Orbigny, 1839 ?

Histoire du nom

221798 « Testae pineiformes minusculæ » Soldani, Testac., ii : 18, pl. 4, figs E, F, G, H. [Non disponible].

231826 « Uvigerina nodosa var. ß » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 3. Fondé sur « Sold., 4, p. 18, tab. 4, fig. g, h, e, f ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique ». [Non Uvigerina nodosa d’Orbigny in Fornasini, 1902 (d’après dessin inédit de d’Orbigny, Pl. 17, Fig. 5b ce volume)].

Interprétation

241871 Uvigerina nodosa var. ß d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 171 (27), pl. 11, fig. 111 (d’après figure E de Soldani).

251908 Uvigerina trilobata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (5) : 43, pl. 1, figs 11, 11a (d’après dessin inédit de d’Orbigny, [Pl. 17, Fig. 4, ce volume]) [Non Uvigerina trilobata d’Orbigny, 1852].

*

26Dans le Tableau méthodique, d’Orbigny fait référence à « Sold., 4, p. 18, tab. 4, figs g, h, e, f. » pour définir U. nodosa « Var. ß ». Selon Parker, Jones & Brady (1871), ces figures de Soldani représentent en fait un amalgame de formes lisses assez difficilement déterminables. Ces auteurs reproduisent la figure E (forme lisse) de Soldani et assez curieusement la rapportent dans leur tableau récapitulatif (1871 : 62) à Uvigerina pygmaea d’Orbigny, 1826, qui est une forme ornementée, ajoutant ainsi à la confusion.

27L’histoire se complique encore lorsque Fornasini (1902b) légende sa fig. 53 : « la Uvigerina nodosa (var. ß ?) del Tableau (dal disegno inedito di d’Orb.) ». Or cette figure est la reproduction (partielle car l’ornementation striée n’est pas reportée sur la partie basale du test) de la figure 5b de la Planche Inédite consacrée aux Uvigérines (Pl. 17, Fig. 5b, ce volume). Cette erreur est peut-être imputable à Fornasini, mais elle peut également s’être produite au moment de la réalisation des calques des figures inédites qui lui ont été transmis par Berthelin.

28Finalement, en 1908, Fornasini reproduit la Fig. 4 de la Planche Inédite (Pl. 17, Fig. 4, ce volume) sous le nom U. trilobata, ajoutant encore un peu de complexité à cet imbroglio systématique (voir page suivante). Il note par ailleurs dans cette publication les affinités entre le spécimen représenté par la Fig. 4 (Pl. 17, ce volume) et U. canariensis d’Orbigny, 1839 [p. 138, pl. 1, figs 25-27] affinités qui n’avaient pas échappé à d’Orbigny (1839 : 138).

29Malheureusement, aucun spécimen représentant la figure 4 de la Planche 17 et aucun topotype de U. canariensis n’ont été retrouvés dans la collection d’Orbigny (Le Calvez 1974), il est donc impossible d’effectuer une étude comparative plus approfondie.

Pl. 17, Fig. 5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Uvigerina bilobata. Dénomination actuelle : Uvigerina trilobata d’Orbigny, 1852 ?

Histoire du nom

301826 Uvigerina trilobata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 4. [Nomen nudum].

311852 Uvigerina trilobata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 158, no 2948. [Non Uvigerina trilobata d’Orbigny in Fornasini, 1908, (d’après dessin inédit de d’Orbigny Pl. 17, Fig. 4, ce volume)].

Interprétation

321902b Uvigerina nodosa d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 52 (50), fig. 53 (d’après dessin inédit de d’Orbigny, [Pl. 17, Fig. 5, ce volume]). [1826 Uvigerina nodosa d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 3. Fondé sur « Sold., 4, p. 118, tab. 126, xx, yy, zz, A, B »].

*

33Ce nom, « U. bilobata », n’a pas été rendu disponible. Il n’est pas mentionné dans les Annales de 1826, mais il apparaît dans la légende des Planches inédites (Pl. 17, Figs 5a-c, ce volume) et fait référence au no 4 (chiffre à la suite du nom d’espèce) du Tableau méthodique cité sous le nom « U. trilobata » avec la mention (fossile aux environs de Bordeaux). Aucune figure ne correspond au nom d’U. trilobata, ni dans le Tableau méthodique, ni dans les Planches inédites.

34Le nom U. trilobata est établi dans le Prodrome en faisant référence à l’uvigérine no 4 du Tableau méthodique. L’espèce est décrite de la façon suivante (1852 : 158) : « espèce comprimée, les loges sur deux faces. France, Bordeaux », diagnose imprécise pouvant suggérer un agencement bisérié des loges susceptible d’être à l’origine de l’épithète bilobata. Sur une des planches d’ébauches conservées dans le fascicule des Uvigérines, la mention Bordeaux est indiquée sur l’ébauche de la figure 5 (U. bilobata de la Planche Inédite). Poignant (1998) suggère avec beaucoup de précaution que la description d’Uvigerina trilobata donnée par d’Orbigny dans le Prodrome pourrait se rapporter à Pappina bononiensis (Fornasini, 1888).

35Aucune préparation à ces noms n’a été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

36En résumé le travail de d’Orbigny sur ces espèces d’uvigérines (nodosa, bilobata, trilobata) est entaché d’erreurs et d’imprécisions :

  • D’Orbigny a légendé sous le même nom (U. nodosa « Var. ß ») deux dessins représentant des espèces différentes (Pl. 17, Figs 3 et 4, ce volume),
  • il a signalé U. trilobata (Bordeaux) dans le Tableau méthodique (1826) et ne l’a pas figuré dans les Planches inédites,
  • il n’a pas signalé U. bilobata dans le Tableau méthodique (1826) et l’a figurée dans les Planches inédites (Pl. 17, Fig. 5), et sur les ébauches avec pour indication Bordeaux,
  • il a établi le nom U. trilobata dans le Prodrome (1852) en donnant pour l’espèce ainsi nommée une localisation (Bordeaux) et une diagnose laissant supposer qu’il s’agissait de « U. bilobata ».

37Fornasini a contribué à la confusion en :

  • figurant sous le nom U. trilobata la figure 4 de la Planche Inédite (Pl. 17, Fig. 4, ce volume),
  • figurant sous le nom U. nodosa (var. ß ?) le dessin légendé U. bilobata par d’Orbigny (Pl. 17, Fig. 5b, ce volume).

Figure 1 Uvigerina rugosa : Uvigerina rugosa d’Orbigny, 1852
Figure 2 Uvigerina pygmea : Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826
Figure 3 Uvigerina nodosa var. ß : Uvigerina nodosa d’Orbigny, 1826
Figure 4 Uvigerina nodosa var. ß : Uvigerina canariensis d’Orbigny, 1839 ?
Figure 5 Uvigerina bilobata : Uvigerina trilobata d’Orbigny, 1852 ?

Figure 1 Bulimina costata : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843
Figure 2 Bulimina striata : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843
Figures 3-5 Bulimina sulcata : Uvigerina sulcata d’Orbigny in Fornasini, 1902
Figures 6-11 Bulimina marginata : Bulimina marginata d’Orbigny, 1826
Figures 12-15 Bulimina echinata : Bulimina echinata d’Orbigny, 1852

Planche 18

Pl. 18, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Bulimina costata. Nom disponible : Bulimina costata d’Orbigny, 1852. Dénomination actuelle : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843

Histoire du nom

381826 « Bulimina costata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 1. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile de la Coroncine (Italie) ».

391852 Bulimina costata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 194, no 548.

Interprétation

401901a Bulimina costata d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 20 : 174, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

411982 Bulimina costata d’Orbigny. – Van der Zwaan, Utrecht Micropal. Bull., 25 : 143, fig. 62, pl. 3, figs 9-11. [= 1843 Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 16 et 16a (d’après dessin inédit de d’Orbigny)].

*

42Fornasini (1901a) relève les affinités entre B. costata d’Orbigny, 1852, B. striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843, et B. buchiana d’Orbigny, 1846. Van der Zwaan (1982), puis Papp & Schmid (1985) considèrent qu’il s’agit d’une seule espèce : B. costata. En raison de la règle d’antériorité du CINZ, le nom B. striata, dont la figure fut publiée pour la première fois par Guérin-Méneville (1843), prend la préséance.

43La collection d’Orbigny du MNHN renferme une préparation au nom de B. costata (FO 442). Elle contient neuf spécimens en provenance de Rimini, dont cinq sont en bon état.

Pl. 18, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Bulimina striata. Nom disponible et dénomination actuelle : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843

Histoire du nom

441826 « Bulimina striata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, n ° 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

451843 Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 16 et 16a (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

461902a Bulimina striata d’Orbigny.– Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (9) : 372 (152), fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

47Il existe dans la collection MNHN un tube portant ce nom d’espèce mais le spécimen ne correspond pas à une bulimine.

Pl. 18, Figs 3-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Bulimina sulcata. Dénomination actuelle : Uvigerina sulcata d’Orbigny in Fornasini, 1902

Histoire du nom

481826 « Bulimina sulcata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

491902a Uvigerina sulcata d’Orbigny in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (9) : 372 (152), fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny reproduit sous le nom « Bulimina sulcata »).

Interprétation

501938 Uvigerina (?) sulcata (d’Orbigny). – Cushman & Parker, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 14 (4) : 91, pl. 16, fig. 4.

*

51La légende manuscrite des Figs 3-5, Pl. 18 (ce volume) a été modifiée et l’épithète siphonaria remplacée par sulcata ; seule cette dernière est citée dans le Tableau méthodique. Comme l’a fait remarquer très justement Fornasini (1902a), le dessin inédit de d’Orbigny présente une ouverture d’uvigérine. Située au centre d’une petite dépression, elle est un peu différente de celles des autres uvigérines observées jusqu’alors par d’Orbigny, ce qui l’a peut-être induit en erreur.

52Contrairement à ce qu’ont écrit Cushman & Parker (1938), la préparation type existe dans les collections du MNHN sous le no FO 451. Elle contient 8 syntypes en provenance de Rimini, dont deux correspondent bien aux dessins de la planche inédite, ils ont tous les deux la dernière loge brisée laissant voir cependant l’ouverture de la loge précédente. Sur l’un d’eux, l’ouverture typique des uvigérines portée par un col est mieux conservée et les sutures sont plus apparentes. Je le désigne dans le présent travail comme lectotype ; il s’agit du cinquième individu à partir de la gauche, il est souligné d’un point rouge. Il existe une seconde préparation, FO 541, portant l’indication suivante : « Tabl. Méth. Pl. inéd. no 3 ». Elle contient 3 individus. L’un, en bon état, est malheureusement collé sur la lame de verre par la partie orale du test. Il semble cependant avoir une ouverture de bulimine, mais l’ornementation ne correspond pas à celle du dessin de d’Orbigny. Un autre légèrement encroûté montre bien une ouverture de bulimine. Le troisième est en mauvais état et la partie orale difficile à observer.

Pl. 18, Figs 6-11. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Bulimina marginata. Nom disponible et dénomination actuelle : Bulimina marginata d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

531826 Bulimina marginata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 4, pl. 12, figs 10-12. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

Interprétation- Iconographie moderne

541986 Bulimina marginata d’Orbigny. – van Morkhoven et al, Bull. Centres Rech. Explor. - Prod. Elf-Aquitaine, Pau, Mem. 11 : 18-21, pl. 2.

551988 Bulimina marginata d’Orbigny forma marginata d’Orbigny. – Jorissen, Utrecht Micropal. Bull., 37 : 75, pl. 4, fig. 6a, pl. 12, figs 14-17.

561989 Bulimina marginata d’Orbigny.– Collins, J. Foram. Res., 19, 3, pl. 1, fig. 4.

*

57Cette espèce, très commune, a été désignée par Cushman (1911 : 76) comme espèce type du genre Bulimina d’Orbigny, 1826. L’étude de la variabilité des bulimines non-costulées et la mise en évidence de formes de transition entre B. aculeata et B. marginata, notamment, a conduit Höglund (1947), puis Jorissen (1988) à choisir le concept d’une seule espèce, B. marginata, et à interpréter les variants comme des écophénotypes. D’autres auteurs, en se fondant sur des analyses morphométriques prenant respectivement en compte la distribution spatiale de populations actuelles (Collins 1989), et l’évolution temporelle des assemblages au cours de l’Holocène (Burgess & Schnitker 1990), admettent qu’il s’agit de deux taxons différents. Mais ils reconnaissent les difficultés à interpréter la signification biologique des formes intermédiaires : variabilité interspécifique ou hybridation entre les deux espèces.

58La collection d’Orbigny du MNHN comporte deux préparations à ce nom : FO 448, FO 449. Un spécimen est entouré d’un cercle rouge dans la préparation FO 449. Il s’agit vraisemblablement du lectotype sélectionné par Banner & Clarke (1962). Ce spécimen est ici formellement désigné comme lectotype.

Pl. 18, Figs 12-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Bulimina echinata. Nom disponible et dénomination actuelle : Bulimina echinata d’Orbigny, 1852

Histoire du nom

591826 « Bulimina echinata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 269, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Sienne ».

601852 Bulimina echinata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 194, no 549.

Interprétation

611901a Bulimina echinata d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 20 : 176, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

621946 Bulimina echinata d’Orbigny. – Cushman & Parker, U. S. Geol. Survey, Prof. Paper, 210 D : 114, pl. 26, figs 23-24.

Iconographie moderne

631992 Bulimina echinata d’Orbigny. – Poignant & Moissette, N. Jb. Geol. Paläont. Mh : 668, fig. 5 (1-2).

64La collection d’Orbigny du MNHN contient une préparation à ce nom, référencée sous le no FO 443 ; elle renferme cinq syntypes, quatre sont indéterminables (probablement englués dans la colle), le cinquième est en mauvais état.

Figures 1-4 Valvulina triangularis : Valvulina triangularis Parker, Jones & Brady, 1865
Figures 5-10 Valvulina pupa : Valvulina pupa d’Orbigny, 1850
Figures 11-14 Valvulina columnatortilis : Gyrovalvulina columnatortilis (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)

Planche 19

Pl. 19, Figs 1-4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Valvulina triangularis. Nom disponible et dénomination actuelle : Valvulina triangularis Parker, Jones & Brady, 1865 [ex-d’Orbigny ms]

Histoire du nom

651826 « Valvulina triangularis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 270, no 1 ; Modèle no 25. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

661865 Valvulina triangularis d’Orbigny in Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 9, pl. 1, fig. 24 (d’après Modèle de d’Orbigny). [Non Valvulina triangularis d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843 (d’après dessin inédit de d’Orbigny). Voir Remarques ci-dessous].

Interprétation

671937 Valvulina triangularis d’Orbigny. – Cushman, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Publ., 8 : 5, pl. 1, figs 8-10 (fig. 8 d’après Modèle de d’Orbigny).

Iconographie moderne

681970 Valvulina triangularis d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 25, pl. 2, fig. 6.

*

69Guérin-Méneville (1843) a, le premier, rendu disponible le nom Valvulina triangularis, en l’associant à une illustration extraite des Planches inédites. Cependant, il a utilisé par erreur les dessins légendés « V. pupa » par d’Orbigny, de sorte que le nom triangularis se trouve appliqué à l’espèce que d’Orbigny avait l’intention de nommer « V. pupa ». (Le nom pupa lui-même n’a été rendu disponible qu’en 1850 ; voir ci-après). Parker, Jones & Brady (1865) ont euxmêmes utilisé le nom Valvulina triangularis en l’associant à un dessin du Modèle de d’Orbigny, et en remarquant que l’usage du nom par Guérin-Méneville s’appliquait à l’espèce désignée par d’Orbigny sous le nom V. pupa. Une application stricte du Code conduirait à appliquer le nom V. triangularis à l’espèce connue aujourd’hui sous le nom Valvulina pupa, et à établir un nouveau nom pour l’espèce connue aujourd’hui sous le nom Valvulina triangularis. Dans l’intérêt de la stabilité de la nomenclature, il serait souhaitable de rejeter le nom Valvulina triangularis Guérin-Méneville, 1843, ce qui permettrait de conserver l’usage des noms Valvulina triangularis Parker, Jones & Brady, 1865 et V. pupa d’Orbigny, 1850 dans le sens que leur avait donné d’Orbigny et dans le sens où ces noms sont employés aujourd’hui. Ce rejet ne peut être fait que par une décision de la Commission de Nomenclature, et une requête sera présentée en ce sens.

70Cette espèce a été désignée comme espèce type du genre Valvulina d’Orbigny 1826 par Parker, Jones & Brady (1865 : 35).

71Banner & Clarke indiquent en 1962 qu’ils ont désigné un néotype dans le matériel idéotypique. Cet acte de typification est doublement invalide. D’une part, il ne satisfait pas aux conditions requises dans l’article 75.3 du CINZ car dépourvu d’argumentation. D’autre part, il yadans la collection d’Orbigny une préparation à ce nom, référencée sous le no FO 722, portant comme indications stratigraphique « Parisien », et géographique « Paris ». Elle renferme 6 syntypes dont 5 en bon état parmi lesquels ces auteurs pouvaient désigner le lectotype. Le quatrième à partir de la gauche présentant le mieux les caractéristiques de l’espèce, il est désigné comme lectotype dans le présent travail (CINZ : article 75.8). Il est souligné d’un point rouge dans la préparation.

Pl. 19, Figs 5-10. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Valvulina pupa. Nom disponible et dénomination actuelle : Valvulina pupa d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

721826 « Valvulina pupa » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 270, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris, et à Valognes (Pas-de-Calais) ».

731843 Valvulina triangularis d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 15, 15 a [d’après dessin inédit de d’Orbigny de V. pupa sub nomine V. triangularis].

741850b Valvulina pupa d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 408, no 1332.

Interprétation

751904b Valvulina pupa d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 14, pl. 4, figs 1-2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

761937 Valvulina pupa d’Orbigny. – Cushman, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Publ., 8 : 6, pl. 1, figs 11-13.

771952 Valvulina pupa d’Orbigny. – Le Calvez, Mém. Carte Géol. Fr., 4 : 10, pl. 1, fig. 7.

781970 Valvulina pupa d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 23, fig. 3.

*

79Comme il est signalé page 1611, Guérin-Méneville (1843) a reproduit le dessin des Planches inédites représentant cette espèce en lui attribuant, de façon erronnée par rapport à la légende manuscrite de d’Orbigny, l’épithète spécifique de « triangularis ». Y. Le Calvez (1952), dans le cadre de sa « Révision des Foraminifères lutétiens du Bassin de Paris », réfute l’hypothèse de Fornasini (1904b) selon laquelle V. pupa pourrait être une variété de V. triangularis. Elle fonde ses conclusions sur l’examen de 6 syntypes et publie un dessin du spécimen qu’elle estime le plus représentatif et qui lui « semble devoir être conservé comme type », lui donnant ainsi implicitement le statut de lectotype. En 1970, elle signale que ce spécimen est référencé sous le no FO 02 de la collection d’Orbigny et lui attribue à tort le statut d’« holotype ».

80La collection d’Orbigny du MNHN renferme une préparation à ce nom portant le no FO 727, elle contient quatre spécimens en bon état et porte comme indications stratigraphique « Parisien », et géographique « Paris ». Il s’agit vraisemblablement des paralectotypes étudiés par Le Calvez. Je n’ai pas retrouvé la préparation FO 02.

Pl. 19, Figs 11-14. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Valvulina columnatortilis Nom disponible : Valvulina columnatortilis d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843. Dénomination actuelle : Gyrovalvulina columnatortilis (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)

Histoire du nom

811826 « Valvulina columna-tortilis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 270, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris, près Mouchy-le-Châtel ».

821843 Valvulina columna-torilis et Valvulina columnatordis [Orthographe originale multiple] d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9 [columnatordis], pl. 2, figs 14, 14a [ columna-torilis] (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

831904b Valvulina columna-tortilis d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 14, pl. 4, fig. 3 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

841970 Clavulina columnatortilis (d’Orbigny). – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 20, pl. 1, figs 2, 7.

Iconographie moderne

851987 Gyrovalvulina columnatortilis (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 183, pl. 202, figs 1-5.

*

86Loeblich & Tappan ont désigné cette espèce comme espèce type du genre Gyrovalvulina qu’ils ont défini en 1985. Deux orthographes originales ont rendu complexe l’histoire nomenclaturale de ce taxon : l’épithète spécifique est orthographiée columna-torilis dans la légende de la figure de Guérin-Méneville et columnatordis dans l’explication de la pl. 2 (p. 9) du même ouvrage. D’un strict point de vue nomenclatural, columnatortilis est une orthographe incorrecte subséquente ; cependant cette orthographe est en usage prédominant et elle est conservée au regard de l’Article 33.3.1 du Code (voir Loeblich & Tappan 1985 : 214).

87Une autre erreur apparaît dans la littérature, Le Calvez (1970) et Loeblich & Tappan (1987) signalent la présence d’un « holotype » sous le no FO 01 de la collection d’Orbigny du MNHN. Elle n’a pas été retrouvée, mais il existe une préparation à ce nom portant le noFO 723 ainsi que la mention 12526 (correspondant au numéro d’ordre dans le Catalogue d’Orbigny). Elle contient cinq syntypes (invalidant le statut d’holotype ci-dessus mentionné), trois en bon état, deux partiellement dissous montrant l’intérieur de quelques loges ; la préparation porte comme indication « Paris ».

Planche 20

Pl. 20, Figs 1-3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Rosalina globularis variétés. Nom disponible et dénomination actuelle : Rosalina globularis d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

881826 Rosalina globularis d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 271, no 1, pl. 13, figs 1-4 ; Modèle no 69. Provenance indiquée : « toutes les côtes de l’Océan ; fixé sur les fucus et les polypiers ».

Interprétation

891865 Discorbina globularis (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 16, pl. 2, fig. 69 (d’après Modèle de d’Orbigny).

Iconographie moderne

901981 Rosalina globularis d’Orbigny. – Vénec-Peyré, Cah. Micropal., 4 : 128, pl. 4, figs 1-2, 5-6.

*

91D’Orbigny (1826) a fondé le nom R. globularis sur quatre illustrations du Tableau méthodique :« Globularis, Nob. pl. 13, fig. 1, 2, 3, 4 ; Modèle no 69, IIIe livraison ». La figure 3 de la planche 13 du Tableau méthodique correspond à la Figure 3 de la planche inédite (Pl. 20, ce volume). Les figures 1 et 2 de la planche 13 du Tableau méthodique correspondent aux Figures 7 et 8 de la même planche inédite. Vénec-Peyré (1981) a établi une correspondance entre ces dernières figures et une esquisse légendée « 349 Île de Corse » dans le fascicule inédit consacré à ce genre (le no 349 semble correspondre à un numéro donné aux espèces par d’Orbigny dans un précédent classement). La légende de l’esquisse montre donc que l’indication « toutes les côtes de l’Océan » dans la publication de d’Orbigny (1826) n’est pas en accord avec ses propres notes. D’Orbigny a regroupé sous le nom R. globularis des espèces différentes, en en faisant des variétés comme en témoigne la légende de la planche inédite. Ceci est à l’origine d’un certain nombre de confusions et d’erreurs dont la mise en synonymie par Todd (1971) de Rosalina globularis et Tretomphalus bulloides (d’Orbigny, 1839), réfutée par Vénec-Peyré (1981) dans une révision de ces deux taxons. Dans ce travail, l’examen plus approfondi de la face ombilicale du seul spécimen (FO 617) référencé sous ce nom dans la collection d’Orbigny révèle la présence de caractères (lèvre bordant l’ouverture et granulations) qui semblent avoir échappé à d’Orbigny probablement en raison de la qualité du matériel optique dont il disposait à l’époque. Banner et al. (1985) ont suggéré que : « the specimen attributed to Rosalina globularis d’Orbigny by Vénec-Peyré (1981 : pl. 4, figs 1-2), which was obtained by this author from the original d’Orbigny sample 216, and matched by her with the holotype (no F. O. 617, in the d’Orbigny collection deposited in the Muséum national d’Histoire naturelle, Paris) should be taken as the standard for identification of this species until the holotype is refigured ». Ce spécimen en provenance d’un sable de Corse est enregistré sous le no MNHN F62091. Sur la Planche 20 (ce volume), les figures 1-3 sont rapportées à R. globularis, les autres restent en nomenclature ouverte, Rosalina sp.

92Galloway et Wissler (1927 : 62) ont désigné cette espèce comme espèce type du genre Rosalina d’Orbigny, 1826.

93La préparation FO 617 porte la mention « océan » ; le spécimen qu’elle contient ne peut avoir le statut d’holotype, puisque d’Orbigny n’a pas fixé de type. Je le désigne ici formellement comme lectotype de R. globularis d’Orbigny, 1826.

Figures 1-3 Rosalina globularis variétés : Rosalina globularis d’Orbigny, 1826 (1-3), Rosalina sp. (4-10)

Planche 21

Pl. 21, Figs 1-4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Rotalia s. g. Rotalia rosea. Nom disponible : Rotalia rosea Deshayes, 1832 [ex-d’Orbigny ms]. Dénomination actuelle : Rotorbinella rosea (Deshayes, 1832)

Histoire du nom

941826 « Rotalia rosea » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 272, no 7 ; Modèle no 35. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « les Antilles ; île Martinique, pointe Carbet ».

951832 Rotalia rosea d’Orbigny in Deshayes, Encyclopédie méthodique, 3 : 912.

Interprétation

961839a Rotalina rosea d’Orbigny. – D’Orbigny, Foraminifères de l’île de Cuba : 72, pl. 3, figs 9-11. [Application du nom à des spécimens de Cuba].

971843 Rotalia rosea d’Orbigny. – Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 13a, b (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

981865 Planorbulina rosea (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 10, pl. 3, fig. 79 (d’après Modèle de d’Orbigny).

991977b Rotorbinella rosea (d’Orbigny). – Le Calvez, Cah. Micropal. : 115, pl. 13, figs 1-11.

Iconographie moderne

1001987 Rotorbinella rosea (d’Orbigny). – Crouch & Poag, J. Foram. Res., 17 (2) : 171, pl. 3, figs 9-10.

*

101Ce nom d’espèce a été rendu disponible par la description publiée en 1832 par Deshayes, qui attribuait cependant la responsabilité du nom à d’Orbigny, comme l’ont fait beaucoup d’auteurs par la suite. Les figures légendées Rotalina rosea par d’Orbigny en 1839 et le Modèle no 35 portant ce nom correspondent bien au taxon figuré dans les Planches inédites sous le nom Rotalia rosea. Cette espèce a par la suite été rapportée au genre Planorbulina d’Orbigny, 1826 (Parker et al. 1865), Rotorbinella Bandy, 1944, (Le Calvez 1977b, Crouch & Poag 1987) puis au genre Discorbis Lamarck, 1804 (Lévy et al. 1979) et au genre Trochulina d’Orbigny, 1839 (Lévy et al. 1986). Loeblich & Tappan (1987) mettent en synonymie les noms Rotorbinella Bandy, 1944 et Trochulina d’Orbigny, 1839. Revets (2001) retrace l’histoire complexe du nom de genre Rotorbinella et reconnaît sa validité en se fondant sur la révision de l’espèce type.

102N’ayant pas retrouvé le type dans la collection d’Orbigny du MNHN, Le Calvez (1977b) a figuré un topotype prélevé dans les sables de Cuba (flacon no 218 de la collection d’Orbigny) ; il porte le no FO 788. Elle lui a donné de façon erronnée le statut de lectotype. Le Code de nomenclature stipulant que le lectotype doit être désigné parmi des syntypes, cet acte nomenclatural n’est pas valide. Pour assurer la stabilité nomenclaturale de cette espèce je désigne le spécimen de la préparation FO 788, décrit et figuré par Le Calvez (1977b) comme néotype.

Pl. 21, Figs 5-10. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Rotalia s. g. Rotalia squammosa. Nom disponible : Rosalina squammosa d’Orbigny, 1839. Dénomination actuelle : Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny, 1839)

Histoire du nom

1031826 « Rotalia squammosa » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 272, no 8. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « à la pointe Carbet, Martinique ».

1041839a Rosalina squammosa d’Orbigny, Foraminifères de l’île de Cuba : 91, pl. 3, figs 12-14.

Interprétation

1051928 Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny). – Cushman, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 4 : 7.

1061987 Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 591, pl. 649, figs 4-6.

Iconographie moderne

1071977b Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny). – Le Calvez, Cah. Micropal. : 100, pl. 12, figs 1-14.

*

108Cette espèce est l’espèce type du genre Cymbaloporetta Cushman, 1928 par désignation ori ginale.

109Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN deux préparations à ce nom. La préparation no FO 312 porte les indications « Cuba » et « Pl. figure III. 12.14 » ; elle contient quatre spécimens dont un seul, en bon état est cerclé de rouge. Il s’agit vraisemblablement du spécimen sélectionné par Banner & Clarke (1962) comme lectotype de C. squammosa. Je le désigne formellement dans ce travail comme lectotype de cette espèce ; il est figuré en photographie optique par Le Calvez (1977b). La préparation FO 626 comporte huit spécimens dont cinq sont déterminables, et porte les mentions « vivante » et « Antilles ».

Pl. 21, Figs 11-14. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Rotalia s. g. Rotalia marginata. Nom disponible : Rotalia marginata d’Orbigny, 1850. Dénomination actuelle : Trochulina (?) sp.

Histoire du nom

1101826 « Rotalia marginata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 272, no 9. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile à Montmirail ».

1111850b Rotalia marginata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 407, no 1320. [Non Rotalia marginata Cornuel, 1848].

Interprétation

1121906 Rotalia ? marginata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (3) : 63 (31), pl. 2, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

*

113Le nom rendu disponible par d’Orbigny en 1850 par une description sommaire (« disque central très grand ») est un homonyme primaire plus récent et n’est donc pas valide.

114Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny ; elle n’est pas identifiable à partir du dessin, ni de la description, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas jugé utile de donner un nom de remplacement.

Figures 1-4 Rotalia s. g. Rotalia rosea  : Rotorbinella rosea (Deshayes, 1832)
Figures 5-10 Rotalia s. g. Rotalia squammosa  : Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny, 1839)
Figures 11-14 Rotalia s. g. Rotalia marginata  : Trochulina ( ?) sp.

Figures 1-7 Calcarina defrancei : Calcarina defrancei d’Orbigny, 1826
Figures 8-11 Calcarina spengleri : Calcarina spengleri (Gmelin, 1791)

Planche 22

Pl. 22, Figs 1-7. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Calcarina defrancei. Nom disponible et dénomination actuelle : Calcarina defrancei d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1151826 Calcarina defrancei d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 276, no 3, pl. 13, figs 1-7. Provenance indiquée : « la mer Rouge ».

Interprétation

1161908 Calcarina defrancei d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (5) : 7, pl. 3, figs 3-4.

Iconographie moderne

1171980 Calcarina defrancei d’Orbigny. – Hottinger & Leutenegger, Schw. Pal. Abh., 101 : 124, pl. 2, figs 1-3.

118Il existe une cellule avec trois syntypes, en provenance de la mer Rouge, dans la collection d’Orbigny du musée de La Rochelle.

Pl. 22, Figs 8-11. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Calcarina spengleri. Dénomination actuelle : Calcarina spengleri (Gmelin, 1791)

Interprétation

1191826 Calcarina spengleri (Gmelin). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 276, no 4. Aucune indication de provenance. [1788 Nautilus spengleri Gmelin, Systema naturae linnei, 13th ed., 1 (6) : 3371 sp. 10].

1201980 Calcarina spengleri (Gmelin). – Hottinger & Leutenegger, Schw. Pal. Abh., 101 : 124, pl. 6, figs 1-5.

1211981 Calcarina spengleri (Gmelin). – Hansen, Bull. Geol. Soc. Denmark, 29 : 198, pl. 4, figs 1-2.

Iconographie moderne

1221984 Calcarina spengleri (Gmelin). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 59, pl. 20, figs 3-6, pl. 21, figs 1-6.

123Cette espèce a été désignée comme espèce type du genre Calcarina d’Orbigny, 1826 par Parker & Jones (1859 : 482).

124Il n’existe aucun spécimen à ce nom dans la collection d’Orbigny du MNHN.

Planche 23

Pl. 23, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Globigerina bulloides. Nom disponible et dénomination actuelle : Globigerina bulloides d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1251791 « Polymorphium Tuberosa et Globifera » Soldani, Testac., i (2) : 117, pl. 123, fig. O. [Non dispo nible]. 1826 Globigerina bulloides d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 277, no 1 ; Modèle no 17 (jeune), no 76 (adulte). Fondé sur « Sold., 2, p. 117, tab. 123, fig. H, I, O, P ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

Interprétation

1261839b Globigerina bulloides d’Orbigny. – D’Orbigny, Foraminifères des Îles Canaries : 132, pl. 2, figs 1, 2, 3, 28. [Application du nom à des spécimens actuels des Canaries].

1271843 Globigerina bulloides et Giroidina bulloides d’Orbigny. – Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9 [Giroidina (sic)], pl. 2, fig. 12 [Globigerina] (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

1281846 Globigerina bulloides d’Orbigny. – D’Orbigny, Foraminifères fossiles du Bassin tertiaire de Vienne : 163, pl. 9, figs 4-6.

1291865 Globigerina bulloides d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 7 et 17, pl. 2, figs 55-56 (d’après Modèle de d’Orbigny).

1301960 Globigerina bulloides d’Orbigny. – Banner & Blow, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 11 (1) : 3, pl. 1, figs 1, 4.

Iconographie moderne

1311988 Globigerina bulloides d’Orbigny. – Hemleben, Spindler & Anderson, Modern planktonic foraminifera, Springer-Verlag : 10, fig. 2.1, a-c.

*

132En représentant le dessin inédit de d’Orbigny, Guérin-Méneville l’a légendé au bas de la planche Globigerina bulloides, et par erreur « Giroidina bulloides » dans l’explication de la planche p. 9.

133La collection d’Orbigny comporte plusieurs préparations au nom de cette espèce : FO 376 (Amérique méridionale), FO 305 et FO 461 (Rimini). En 1960, Banner & Blow ont désigné le lectotype (FO 305) parmi les syntypes de Rimini (subapennin).

Pl. 23, Figs 6-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Globigerina trilocularis. Nom disponible et dénomination actuelle : Globigerina trilocularis Deshayes, 1830 [ex-d’Orbigny ms]

Histoire du nom

1341826 « Globigerina trilocularis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 277, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Bordeaux ».

1351830 Globigerina trilocularis d’Orbigny in Deshayes, Encyclopédie méthodique, 2 : 170. [Non Globigerina trilocularis Roemer, 1838].

Interprétation

1361898a Globigerina trilocularis d’Orbigny. – Fornasini, Rend. R. Accad. Sci. Bologna, n. s. (2) : 12, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

1371941 Globigerinoides trilocularis (d’Orbigny). – Cushman, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 17 (2) : 39, pl. 10, figs 14-17, pl. 11, fig. 1.

*

138C’est Deshayes qui a rendu ce nom disponible en 1830 en décrivant cette espèce pour la première fois, il attribuait toutefois la responsabilité du nom à d’Orbigny. Selon Cushman (1946a), il serait synonyme de Globigerinoides trilobus (Reuss, 1850). Poignant (1998) considère cette interprétation mais sans être toutefois affirmative.

139Aucun spécimen au nom de G. trilocularis n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 23, Figs 10-12. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Globigerina globularis. Dénomination actuelle : Globigerina sp.

Histoire du nom

1401826 « Globigerina globularis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 277, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « l’île de France ».

1411903a Globigerina globularis d’Orbigny in Fornasini, Rend. Sess. R. Acc. Sc. Ist. Bologne, n. s. (7) : 140, pl. 1, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny). [Non Globigerina globularis Roemer, 1838].

*

142Fornasini (1903a) a rendu ce nom disponible en publiant sous ce nom le dessin inédit ici représenté, créant ainsi un homonyme primaire plus récent.

143Dans la collection d’Orbigny il existe un tube (FO 565) portant la mention « Globigerina globularis d’Orbigny, vivante Ste Hélène ». Sur les six individus, deux seulement sont entiers, ils sont collés sur une lame de verre par la face orale, ce qui rend invisible l’ouverture et empêche une détermination plus précise. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas jugé nécessaire de donner un nom de remplacement, d’autant que ce nom n’est pas cité dans la littérature depuis 1903 (fide Ellis & Messina, 1940).

Figures 1-5 Globigerina bulloides  : Globigerina bulloides d’Orbigny, 1826
Figures 6-9 Globigerina trilocularis : Globigerina trilocularis Deshayes, 1830
Figures 10-12 Globigerina globularis  : Globigerina sp.

Planche 24

Pl. 24, Figs 1-4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Giroïdina contecta. Nom disponible : Rotalina contecta d’Orbigny, 1839. Dénomination actuelle : Gyroidina contecta d’Orbigny, 1839 nomen dubium

Histoire du nom

1441826 « Gyroidina contecta » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 278, no 7. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

1451839 Rotalina contecta d’Orbigny, Foraminifères des Îles Canaries : 131, pl. 2, figs 16-18.

146En 1839, d’Orbigny décrit cette espèce sous le nom de genre Rotalina. Le Calvez (1974) signale dans la révision de la collection d’Orbigny se rapportant aux foraminifères des îles Canaries : « Je n’ai retrouvé aucun topotype de cette espèce dont le type a disparu. Elle ne semble n’avoir été ni retrouvée en d’autres lieux, ni citée par d’autres auteurs, aussi je préconise de la considérer comme un nomen oblitum ». L’utilisation de l’expression nomen dubium aurait été plus appopriée selon la terminologie du CINZ (1999).

147Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN une préparation au nom de Gyroidina contecta. Référencée sous le no FO 465 et portant la mention « Subapennin, Rimini », elle contient sept individus dont quatre semblent en bon état. Néanmoins la façon dont ils sont collés sur les lames de verre rend difficile leur interprétation.

Pl. 24, Figs 5-8. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Giroïdina carinata. Nom disponible : Gyroidina carinata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843. Dénomination actuelle : Cibicides refulgens Montfort, 1808 ?

Histoire du nom

1481826 « Gyroidina carinata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 278, no 8. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « les Antilles, à lÎle de la Martinique, et fossile aux environs de Paris".

1491843 Giroidina [sic] carinata d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, fig. 11 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

1501906 Gyroidina carinata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (3) : 68, pl. 4, fig. 7 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

*

151D’Orbigny cite ce taxon dans le Prodrome (1850b : 427) sous le nom Rotalia subcarinata sans expliquer ce changement de nom. En 1906 Fornasini émet l’hypothèse que cette espèce pourrait correspondre à Truncatulina refulgens (Montfort, 1808).

152Le spécimen de la collection d’Orbigny photographié dans le fichier Lys est très abîmé et ne permet pas son identification. Cet individu n’a pas été retrouvé dans la collection du MNHN.

Pl. 24, Figs 9-12. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Giroïdina conoides. Nom disponible : Gyroidina conoides d’Orbigny in Fornasini, 1906. Dénomination actuelle : Pseudorotalia schroeteriana (Parker & Jones, 1802)

Histoire du nom

1531826 « Gyroidina conoides » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 278, no 9. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer des Indes ».

1541906 Gyroidina conoides d’Orbigny in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (3) : 37, pl. 4, fig. 8 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

1551934 Rotalia conoidea (d’Orbigny). – Thalmann, Ecl. Geol. Helv. : 27 : 432, text-figs 2-3.

1561958 Pseudorotalia schroeteriana (Parker & Jones). – Reiss & Merling, B. Israel Geol. Survey, 21 : 13. [1862 Rotalia schroeteriana, Parker & Jones, in Carpenter et al. : 213, pl. 13, figs 7-9].

Iconographie moderne

1571980 Pseudorotalia schroeteriana (Parker & Jones). – Billman, Hottinger & Oesterle, Schw. Paläont. Abh., 101 : 103, pl. 27, figs 1-5.

*

158Thalmann (1934) a montré que le nom d’espèce G. conoides d’Orbigny, rendu disponible par Fornasini (1906), et celui de R. schroeteriana Parker & Jones, 1862 étaient synonymes. En raison du principe d’antériorité du CINZ, le nom schroeteriana devient prioritaire.

159Il existait un specimen dans la collection d’Orbigny du MNHN, comme l’atteste une photographie reproduite par Lys dans le fichier d’Orbigny, mais il n’a pas été retrouvé. La collection d’Orbigny du musée de La Rochelle contient deux spécimens au nom de G. conoides, en bon état. La préparation porte la mention « vivant, Judes ».

Figures 1-4 Giroïdina contecta : Rotalina contecta d’Orbigny, 1839 nomen dubium
Figures 5-8 Giroïdina carinata : Cibicides refulgens Montfort, 1808 ?
Figures 9-12 Giroïdina conoides : Pseudorotalia schroeteriana (Parker & Jones, 1862)

Figures 1-5 Truncatulina refulgens : Cibicides refulgens Montfort, 1808 Figures 6-15 Truncatulina tuberculata : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)

Planche 25

Pl. 25, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Truncatulina refulgens. Dénomination actuelle : Cibicides refulgens Montfort, 1808

Interprétation

1601826 Truncatulina refulgens (Montfort). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 279, no 5, pl. 13, figs 8-11 ; Modèle no 77. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ; la Méditerranée à l’Île de Corse, la mer du Sud à Rawack, l’Île de Madagascar, et le cap de Bonne-Espérance ». [1808 Cibicides refulgens, Montfort, Conch. Syst., 1 : 123, genre 31, fig. p. 122].

1611863a Cibicides refulgens Montfort. – Parker & Jones, Annals and Magazine of Natural History, 3 (12) 202.

1621987 Cibicides refulgens Montfort. – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 582, pl. 634, figs 1-3.

Iconographie moderne

1631991 Cibicides refulgens Montfort. – Cimerman & Langer, Ljubljana : Slov. akad., zna. in umet. : 70, pl. 75, figs 5-9.

164Aucun spécimen à ce nom n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 25, Figs 6-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Truncatulina tuberculata. Nom disponible : Truncatulina tuberculata d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)

Histoire du nom

1651789 « Hammoniæ tuberculatae » Soldani, Testac., i (1) : 58, pl. 45, figs ii, KK, ll, mm. [Non disponible].

1661826 Truncatulina tuberculata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 279, no 1 ; Modèle no 37. Fondé sur « Sold., 1, p. 58, tab. 45, fig. ii, kk, ll, mm ». Provenance indiquée : « toutes les côtes de l’Océan européen, toute la Méditerranée, et fossile à Bordeaux, à Paris, et à Castel-Arquato ».

Interprétation

1671865 Truncatulina lobatula (Walker & Jacob). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 11, pl. 2, fig. 77 (d’après Modèle de d’Orbigny). [1798 Nautilus lobatulus Walker & Jacob, in Kannmacher’s ed. : 642, pl. 14, fig. 36].

1681945 Cibicides lobatulus (Walker & Jacob). – Cushman, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub., 13 : 26, pl. 3, fig. 16, pl. 6, figs 13-15.

Iconographie moderne

1691987 Lobatula lobatula (Walker & Jacob). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 583, pl. 637, figs 10-13.

*

170L’examen du Modèle no 37 conduit Parker, Jones & Brady (1865) à mettre ce nom d’espèce en synonymie de T. lobatula (Walker & Jacob). Cet avis est ensuite partagé par Fornasini (1898b), puis par Cushman (1945) après l’étude de topotypes de Castel’Arquato.

171Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN 5 préparations contenant des syntypes de l’espèce définie par d’Orbigny ; elles portent toutes la mention « Castel-Arquato ». La préparation FO 522 contient 6 individus (2 fragments et 4 spécimens dont le ou les dernières loges sont cassées). La préparation FO 523 contient 2 individus dont un seul est entier. La préparation FO 524 comporte 3 spécimens dont 2 sont déterminables. La préparation FO 525 rassemble 7 individus (dont 2 en assez bon état). La préparation FO 527 contient 5 individus parfaitement conservés. Cette dernière préparation est d’un autre style que les précédentes ; comme elle ressemble aux préparations de Terquem et de Schlumberger, on peut penser qu’il s’agit d’un reconditionnement de spécimens prélevés par d’Orbigny, ou de topotypes sélectionnés par l’un de ces auteurs dans les flacons de sédiment de Castel’Arquato.

Planche 26

Pl. 26, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Platulina ariminensis. Nom disponible et dénomination actuelle : Planulina ariminensis d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1721789 « Hammoniae subrotundae » Soldani, Testac., i (1) : 61, pl. 50, fig. ee. [Non disponible].

1731798 « Ammoniæ foliaceæ » Soldani, Testac., ii, app : 140, pl. 3, figs 25 O, P. [Non disponible].

1741826 Planulina ariminensis d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 1, pl. 14, figs 1-3, 3 bis ; Modèle no 49. Fondé sur « Sold., 4, append., tab. 3, fig. o, p » et « Sold., 1, p. 61, tab. 50, fig. EE ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

Interprétation

1751865 Planorbulina ariminensis (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 12, pl. 3, fig. 78 (d’après Modèle de d’Orbigny).

1761884 Anomalina ariminensis d’Orbigny. – Brady, Rept. Voy. Challenger Zool, 9 : 674, pl. 93, figs 10-11 [identification erronée de Planulina ariminensis d’Orbigny].

1771902b Anomalina ariminensis d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 62 (64) [identification erronée de Planulina ariminensis d’Orbigny en se référant au Modèle no 49].

Iconographie moderne

1781986 Planulina ariminensis d’Orbigny. – Morkhoven et al, Bull. Centres Rech. Explor. - Prod. Elf-Aquitaine, Pau, Mem. 11 : 38, pl. 10, figs 1-4.

*

179Parker, Jones & Brady (1865) figurent le Modèle no 49 mais rapportent à tort Planulina ariminensis d’Orbigny au genre Planorbulina. Plus tard (1871 : 33), ils précisent que les figures 25 O, P (pl. 3) de Soldani, citées en référence par d’Orbigny, sont différentes de l’espèce considérée ici et seraient plus proches de Planorbulina rotula (d’Orbigny, 1846).

180Ce taxon a été désigné comme espèce type du genre Planulina d’Orbigny, 1826 par Galloway & Wissler (1927 : 66). Sur la planche inédite concernant les planulines le nom de genre est orthographié « Platulina ».

181La confusion malheureuse de cette espèce avec Anomalina ariminensis d’Orbigny, 1826 par Brady (1884) (voir page 195) est à la source de problèmes nomenclaturaux analysés par Revets (1994, 1997).

182Un syntype de Rimini se trouve dans la collection d’Orbigny de La Rochelle.

Pl. 26, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Platulina dubia. Nom disponible et dénomination actuelle : Planulina dubia d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843

Histoire du nom

1831826 « Planulina dubia » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « l’Océan sur les côtes de France ».

1841843 Planulina dubia et Platulina dubia [Orthographe originale multiple] d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9 [Planulina], pl. 2, fig. 10a, b [Platulina] (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

1851908 Planulina dubia d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (5) : 46, pl. 2, fig. 7.

*

186Guérin-Méneville (1843) a rendu ce nom disponible en l’associant à une illustration extraite des Planches inédites. Il l’a cependant cité sous 2 noms de genre différents. Le premier, Planulina, est le nom disponible car il a été défini par d’Orbigny en 1826 dans le Tableau méthodique, le second, « Platulina », est simplement celui qui est inscrit sur la planche 26 (ce volume).

187Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 26, Fig. 3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Platulina incerta Nom disponible : Planulina incerta d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)

Histoire du nom

1881798 Ammoniæ Plano-convexae Soldani, Testac., ii, app. : 140, pl. 3, figs 26, q, Q, R. [Non disponible].

1891826 Planulina incerta, d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 3. Fondé sur « Sold., 4, append., tab. 3, fig. Q, R, p. 140 ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique ».

Interprétation

1901871 Truncatulina lobatula (Walker & Jacob). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 177 (33), pl. 12, fig. 137 (d’après dessin de Soldani), (jeune ?). [1798 Nautilus lobatulus Walker & Jacob, in Kannmacher’s ed. : 642, pl. 14, fig. 36].

1911898b Truncatulina lobatula (Walker & Jacob). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (7) : 258.

Iconographie moderne

1921987 Lobatula lobatula (Walker & Jacob). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 583, pl. 637, figs 10-13.

*

193Selon Parker, Jones & Brady (1871), les figures de Soldani qui ont servi à d’Orbigny pour établir ce nom d’espèce correspondraient à une forme juvénile de T. lobatula (Walker & Jacob) ; Fornasini (1898b) met en synonymie ces deux noms.

194Aucun spécimen au nom de P. incerta n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 26, Fig. 4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Platulina soldanii. Nom disponible et dénomination actuelle : Planulina soldanii d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

1951789 « Hammoniae subrotundae » Soldani, Testac., i (1) : 61, pl. 50, fig. Z. [Non disponible].

1961789 « Hammoniae planorotundae » Soldani, Testac., i (1) : 62, pl. 53, fig. xx. [Non disponible].

1971826 Planulina soldanii d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 4. Fondé sur « Sold., 1, tab. 53, fig. xx, p. 62 et tab. 50, fig. z, p. 61 ». Provenance non précisée dans Tableau méthodique.

Interprétation

1981871 Planorbulina soldanii (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 178 (34), pl. 12, fig. 132 (d’après dessin de Soldani).

199Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Figure 1 Platulina ariminensis : Planulina ariminensis d’Orbigny, 1826
Figure 2 Platulina dubia : Planulina dubia d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843 Figure 3 Platulina incerta : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)
Figure 4 Platulina soldanii : Planulina soldanii d’Orbigny, 1826

Planche 27

Pl. 27, Figs 1-4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Planorbulina nitida. Nom disponible et dénomination actuelle : Planorbulina nitida Deshayes, 1832 [ex-d’Orbigny ms]

Histoire du nom

2001826 « Planorbulina nitida » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 1 ; Modèle no 78. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « l’Océan, sur les côtes de Bellisle ».

2011832 Planorbulina nitida d’Orbigny in Deshayes, Encyclopédie méthodique, 3 : 784.

Interprétation

2021865 Planorbulina nitida d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 17, pl. 2, fig. 75 (d’après Modèle de d’Orbigny).

2031885 Planorbulina nitida d’Orbigny. – Basset, Foraminifères de la Société des Sciences naturelles de la Charente inférieure : 10, fig. 78 (photographie du Modèle de d’Orbigny).

*

204Ce nom a été rendu disponible en 1832 dans la description publiée par Deshayes, qui attribuait cependant la responsabilité du nom à d’Orbigny.

205Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 27, Figs 5-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Planorbulina mediterranensis. Nom disponible et dénomination actuelle : Planorbulina mediterranensis d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

2061795 « Corpuscula plano-papillosa » Soldani, Testac., i (3) : 238, pl. 161, figs E-G, pl. 162, fig. H. [Non disponible]. 1826 Planorbulina mediterranensis d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 2, pl. 14, figs 4-6, 6 bis ; Modèle no 79. Fondé sur « Sold., 3, tab. 162, fig. H, p. 238 et tab. 161, fig. E, F, G ». Provenance indiquée : « la mer Méditerranée ; fixée sur différens [sic] corps ».

Interprétation

2071846 Planorbulina mediterranensis d’Orbigny. – D’Orbigny, Foraminifères fossiles du Bassin tertiaire de Vienne : 166, pl. 9, figs 15-17. [Application du nom à des spécimens fossiles].

2081865 Planorbulina mediterranensis d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 17, pl. 2, fig. 74 (d’après Modèle de d’Orbigny).

2091871 Planorbulina mediterranensis d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 178 (34), pl. 12, fig. 133 (d’après dessin de Soldani).

Iconographie moderne

2101974 Planorbulina mediterranensis, d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Micropal., 2 : 43, figs 1-3.

*

211Cushman (1915 : 27) a désigné cette espèce comme espèce type du genre Planorbulina d’Orbigny, 1826.

212La préparation référencée sous le no FO 487, portant la mention Rimini, comporte sept individus en bon état. L’un d’eux est cerclé de rouge, il s’agit vraisemblablement du lectotype sélectionné par Banner & Clarke (1962). Ce spécimen est ici formellement désigné comme lectotype.

Pl. 27, Figs 10-13. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Planorbulina vermiculata. Nom disponible : Planorbulina vermiculata d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Cyclocibicides vermiculatus (d’Orbigny, 1826)

Histoire du nom

2131795 « Placentulae » Soldani, Testac., i (3) : 237, pl. 161, figs A-C. [Non disponible].

2141826 Planorbulina vermiculata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 280, no 3. Fondé sur « Sold., 3, tab. 161, fig. A, B, C ? ». Provenance indiquée : « la mer Méditerranée ».

Interprétation

2151871 Planorbulina vermiculata d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 178 (34), pl. 12, fig. 146 (d’après dessin de Soldani).

2161927a Cyclocibicides vermiculatus (d’Orbigny). – Cushman, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 3 (1) : 93.

2171987 Cyclocibicides vermiculatus (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 586, pl. 640, figs 15-17.

*

218Cushman a désigné cette espèce comme espèce type du genre Cyclocibicides Cushman, 1927.

219Il existe dans la collection d’Orbigny une préparation (FO 587) portant les mentions « (vivante) Méditerranéenne » et « type isolé ». C’est vraisemblablement dans cette préparation que Loeblich et Tappan ont prélevé le lectotype qu’ils ont désigné (1964 : C690) et les 4 paralectotypes. Ils les ont isolés dans deux cellules désormais référencées sous les numéros FO 588 (lectotype) et FO 589 (paralectotypes) dans la collection du MNHN.

Figures 1-4 Planorbulina nitida : Planorbulina nitida Deshayes, 1832
Figures 5-9 Planorbulina mediterranensis : Planorbulina mediterranensis d’Orbigny, 1826
Figures 10-13 Planorbulina vermiculata : Cyclocibicides vermiculatus (d’Orbigny, 1826)

Figures 1-9 Operculina complanata : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)
Figures 10-12 Operculina costata : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)
Figures 13-15 Operculina thouini : Assilina ammonea (Leymerie, 1846)
Figures 16-18 Operculina madagascariensis : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)

Planche 28

Pl. 28, Figs 1-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Operculina complanata. Dénomination actuelle : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)

Interprétation

2201826 Operculina complanata Basterot. – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 281, no 1, pl. 14, figs 7-10 ; Modèle no 80. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Bordeaux ».

2211865 Operculina complanata (Defrance). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 18, pl. 3, fig. 93 (d’après Modèle de d’Orbigny). [1822 Lenticulites complanata Defrance in de Blainville, Dic. Sci. Nat., 25 : 453].

Iconographie moderne

2221977 Planoperculina complanata (Defrance). – Hottinger, Mém. Mus. Natl. Hist. Nat., n. s., sér. C (50) : 101, pls. 39-40.

2231987 Operculina complanata (Defrance). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 686, pl. 812, figs 4-8.

*

224Cette espèce a été rapportée par erreur à Basterot par d’Orbigny. O. complanata (Defrance, 1822) a été désignée comme espèce type du genre Operculina d’Orbigny, 1826 par Cushman (1914 : 36).

225La collection d’Orbigny du MNHN contient quatre préparations rassemblant chacune entre quatre et sept individus, dont trois portent la mention « Bordeaux » (FO 664, 665, 666) et une la mention « Dax » (FO 663). Hottinger a publié (1977 : pl. 39, figs 1, 3) la photographie de deux des spécimens de la préparation FO 666.

Pl. 28, Figs 10-12. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Operculina costata. Nom disponible : Operculina costata d’Orbigny in Michelotti, 1841. Dénomination actuelle : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)

Histoire du nom

2261826 « Operculina costata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 :281, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Dax ».

2271841 Operculina costata d’Orbigny in Michelotti, Mém. Soc. Fis. Ital. Sci. Modena, 22 : 286.

Interprétation

2281904a Operculina costata d’Orbigny.– Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 : 395, pl. 14, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

2291977 Planoperculina complanata (Defrance). – Hottinger, Mém. Mus. Natl. Hist. Nat., n. s., sér. C (50) : 101. [1822 Lenticulites complanata Defrance in de Blainville, Dic. Sci. Nat., 25 : 453].

2301998 Operculina complanata (Defrance). – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 127.

*

231En 1977 Hottinger considère ce nom comme synonyme de Operculina complanata sous le nouveau nom générique de Planoperculina, que Loeblich & Tappan (1987) considèrent à leur tour comme un « junior synonym » de Operculina. Poignant (1998) admet également cette synonymie dans la révision des taxons qui, dans le Tableau méthodique, sont signalés en Aquitaine.

232La collection d’Orbigny comporte trois préparations au nom de O. costata. Deux sont vides : FO 669, portant la mention Bordeaux et FO 577, portant l’indication « Tabl. Méthodique, pl. inéd. fig. 10-12 ». La troisième est référencée sous le no FO 674. Cette préparation, de facture moderne, porte la mention manuscrite : « Operculina costata d’Orb., holotype, Bordeaux, collection d’Orbigny, phot. L. Hottinger, 1966 », mention dans laquelle le terme holotype est employé de façon abusive. Il s’agit en fait du lectotype.

Pl. 28, Figs 13-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Operculina thouini. Nom disponible : Operculina thouini d’Orbigny, 1850. Dénomination actuelle : Assilina ammonea (Leymerie, 1846)

Histoire du nom

2331826 « Operculina thouini » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 281, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Montolieux ».

2341850b Operculina thouini d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 336, no 686.

Interprétation

2351904a Operculina thouini d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 : 395, pl. 14, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

2361977 Operculina ammonea Leymerie. – Hottinger, Mém. Mus. Natl. Hist. Nat., n. s., sér. C (50) : 66, pl. 25, figs 1-7. [1846 Operculina ammonea Leymerie, Mém. Soc. Géol. Fr., : 359, pl. 13, figs 11a-b].

2371987 Assilina ammonea (Leymerie). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 682, pl. 804, figs 8-9.

*

238Dans la description de cette espèce dans le Prodrome (1850b), qui valide le nom, d’Orbigny indique les provenances de Montolieux et de Couiza (Aude).

239Hottinger (1977) retrace l’histoire nomenclaturale complexe des operculines dans son étude sur les foraminifères operculiniformes. Il précise (p. 59) : « Les types conservés dans la collection d’Orbigny au Musée de Paris sont figurés sur la fiche 475 du ‘ fichier Lys’… [ils] appartiennent à O. subgranulosa. Je ne pense pas que les deux exemplaires figurés au ‘ fichier’correspondent à l’exemplaire figuré dans les ‘ planches inédites’. Quoi qu’il en soit, le nom thouini doit disparaître puisqu’il tombe en synonymie soit avec O. subgranulosa d’Orbigny, 1850, si l’on se réfère aux types conservés dans la collection, soit avec O. ammonea Leymerie, 1846, si l’on se réfère à la ‘ planche inédite’ ». L’espèce de Leymerie est attribuée au genre Assilina d’Orbigny, 1839 par Loeblich & Tappan (1987).

240Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN une préparation au nom de O. thouini, référencée sous le no FO 670, contenant des spécimens en vrac ainsi qu’un tube avec plusieurs individus contenant les syntypes de Couiza. En effet, une note signée de la main de Douvillé figurant au dos de cette préparation indique : « les seuls échantillons se rapportant à Op. Thouini sont ceux qui sont dans le tube. »

Pl. 28, Figs 16-18. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Operculina madagascariensis. Nom disponible : Operculina madagascariensis d’Orbigny in Fornasini, 1904. Dénomination actuelle : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)

Histoire du nom

2411826 « Operculina madagascariensis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 281, no 4. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « l’Île de Madagascar ».

2421904a Operculina madagascariensis d’Orbigny in Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital, 22 : 395, pl. 14, fig. 3 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

2431977 Operculina ammonoides (Gronovius). – Hottinger, Mém. Mus. Natl. Hist. Nat., n. s., sér. C (50) : 91. [1781 Nautilus ammonoides Gronovius, Zooph. Gronoviani. Haak et Soc., 3 : 282, pl. 19, figs 5-6].

2441987 Assilina ammonoides (Gronovius). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 682, pl. 804, figs 1-7.

Iconographie moderne

2451993 Assilina ammonoides (Gronovius). – Hottinger et al., Recent foraminifera from the Gulf of Aqaba : 154, pl. 222, 223.

*

246Hottinger (1977) met ce nom en synonymie de O. ammonoides (Gronovius, 1781), puis en 1993, à la suite de Loeblich & Tappan (1987), il attribue cette espèce au genre Assilina d’Orbigny, 1839. Il signale la grande variabilité de ce taxon, liée au dimorphisme et aux facteurs environnants, responsable d’un certain nombre d’erreurs de détermination : formes évolutes à involutes, plates ou renflées, diversement ornementées.

247Aucun spécimen au nom de O. madagascariensis n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Planche 29

Pl. 29, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Anomalina punctulata. Nom disponible et dénomination actuelle : Anomalina punctulata d’Orbigny, 1826

Histoire du nom

2481826 Anomalina punctulata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 282, no 1, pl. 15, figs 1-3. Provenance indiquée : « l’Île de France ».

Interprétation

2491980 Anomalina punctulata d’Orbigny. – Hansen & Rögl, J. Foram. Res., 10 (2), pl. 1, figs 1-3 (reproduction du dessin de d’Orbigny, 1826).

Iconographie moderne

2501994 Anomalina punctulata d’Orbigny. – Revets, J. Foram. Res., 24 (4) : 296, pl. 1.

*

251Le type de cette espèce n’a pas été retrouvé dans la collection d’Orbigny du MNHN. L’absence de spécimen de référence a entraîné certains auteurs dans un débat concernant le genre Anomalina, relaté par Revets (1994, 1997). Hansen & Rögl (1980) avaient proposé de supprimer ce genre au profit du genre Epistomaroides, mais ils se sont heurtés à des avis opposés : « Hansen & Rögl (in litt., September and December, 1988) withdrew their application before it was published following adverse reactions received by the Commission » (Revets 1997 : 7).

252Cette espèce fut considérée comme l’espèce type du genre Anomalina d’Orbigny, 1826 par monotypie. La Commission Internationale de Nomenclature Zoologique (B. Z. N. : Opinion 1902, 1998b) a désigné Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, 1902 comme espèce type du genre Anomalina en remplacement d’Anomalina punctulata d’Orbigny, sur proposition de Revets (1997, voir ci-après).

Pl. 29, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Anomalina ariminensis. Nom disponible et dénomination actuelle : Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, 1902

Histoire du nom

2531826 « Anomalina ariminensis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 282, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique ».

2541902b Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 61 (63), fig. 62 (d’après dessin inédit de d’Orbigny). [Non Anomalina ariminensis d’Orbigny, Brady, 1884, identification erronée de Planulina ariminensis d’Orbigny, 1826].

Iconographie moderne

2551994 Anomalina ariminensis d’Orbigny. – Revets, J. Foram. Res., 24 (4) : 298, pl. 2, figs 1-9.

*

256Dans la révision d’A. ariminensis d’Orbigny, 1902, Revets (1994, 1997) retrace l’histoire nomenclaturale complexe de ce taxon en raison d’une confusion entre les espèces Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, 1902 et Planulina ariminensis d’Orbigny, 1826. Cette erreur fut faite par Brady (1884) qui figura sous le nom générique d’Anomalina le taxon se rapportant en fait à Planulina ariminensis au sens où l’entendait d’Orbigny.

257Revets a proposé (1997) de désigner A. ariminensis comme espèce type du genre Anomalina d’Orbigny 1826, en raison de la perte du type d’A. punctulata d’Orbigny qui avait alors ce statut, proposition qui a été approuvée par la Commission Internationale de Nomenclature Zoologique (B. Z. N. : Opinion 1902, 1998b).

258Le terme d’holotype est employé à tort par Revets (1994), car la préparation référencée à ce nom, sous le no FO 437 dans les collections du MNHN, comporte en fait deux spécimens. Chez l’un d’entre eux, choisi comme lectotype dans le présent travail et souligné d’un point rouge sur la préparation, la dernière loge est abîmée sur la face spirale, chez l’autre spécimen la dernière loge est endommagée sur les deux faces.

Pl. 29, Fig. 3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Anomalina orbicularis. Nom disponible : Anomalina orbicularis d’Orbigny in Fornasini, 1902. Dénomination actuelle : Riminopsis orbicularis (d’Orbigny in Fornasini, 1902)

Histoire du nom

2591826 « Anomalina orbicularis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 282, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

2601902b Anomalina orbicularis d’Orbigny in Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 62 (64), fig. 63 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation - Iconographie moderne

2611994 Anomalina orbicularis d’Orbigny. – Revets, J. Foram. Res., 24 (4) : 298, pl. 4, figs 1-9.

2621996 Riminopsis orbicularis (d’Orbigny). – Revets, J. Foram. Res., 26 (1) : 5, pl. 1, fig. 4, pl. 2, figs 1-3.

*

263Fornasini (1902b) a rendu disponible ce nom en publiant le dessin inédit de d’Orbigny, mais sans donner de diagnose précise de l’espèce. Revets en fait une description détaillée en 1994 en lui conservant le nom de genre Anomalina d’Orbigny, 1826, puis l’attribue en 1996 au genre Riminopsis Revets, 1996.

264Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Figure 1 Anomalina punctulata : Anomalina punctulata d’Orbigny, 1826
Figure 2 Anomalina ariminensis : Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, 1902
Figure 3 Anomalina orbicularis : Riminopsis orbicularis (d’Orbigny in Fornasini, 1902)

Figures 1-4 Polystomella crispa : Elphidium crispum (Linnaeus, 1758)
Figures 5-7 Polystomella crispa : Elphidium macellum (Fichtel & Moll, 1798)
Figures 8-9 Polystomella crispa : Elphidium granulatum (Costa, 1856)
Figures 10-12 Polystomella angularis : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)
Figures 13-15 Polystomella craticulata : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)

Planche 30

Pl. 30, Figs 1-4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Polystomella crispa. Dénomination actuelle : Elphidium crispum (Linnaeus, 1758)

Interprétation

2651826 Polystomella crispa (Linnaeus). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 283, no 1 ; Modèle no 45. Provenance indiquée : « l’Océan, sur les côtes de France, la Méditerranée et la mer Adriatique ». [1758 Nautilus crispus Linnaeus, Syst. Nat., 709, 12 : 1162].

2661865 Polystomella crispa (Linnaeus). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 12, pl. 3, fig. 96 (d’après Modèle de d’Orbigny).

Iconographie moderne

2671976 Elphidium crispum (Linnaeus). – Hansen & Lykke-Andersen, Fossils and Strata, 10 : 6, pl. 1, figs 10-12.

*

268Linnaeus fonda l’espèce N. crispus d’après les figures de Gualtieri (1742) et Lamarck la rapporta au genre Polystomella Lamarck, 1822. D’Orbigny a figuré des espèces différentes sous ce nom (Pl. 30, Figs 1-9, ce volume). Les Figures 1-4 uniquement correspondent à ce taxon.

269Dans la collection d’Orbigny du MNHN quatre tubes contiennent des spécimens appartenant à cette espèce, ils proviennent de Castel’Arquato (Italie) (FO 488), de Hongrie (FO 108) et de Nussdorf (Autriche) (FO 110) ; sur la préparation FO 109 il n’y a aucune indication de provenance.

Pl. 30, Figs 5-7. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Polystomella crispa. Dénomination actuelle : Elphidium macellum (Fichtel & Moll, 1798)

Interprétation

2701826 Polystomella crispa (Linnaeus). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 283, no 1 ; Modèle no 45. Provenance indiquée : « l’Océan, sur les côtes de France, la Méditerranée et la mer Adriatique ». [1758 Nautilus crispus Linnaeus, Syst. Nat., 709 (12) : 1162].

2711984 Elphidium macellum (Fichtel & Moll). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus., 3 : 40, pl. 9, figs 3-4, text-fig. 12. [1798 Nautilus macellus var. ß Fichtel & Moll, Testacea microscopica, Camesina, Wien : 51, tab. 5, figs h, k].

*

272D’Orbigny a rapporté les figures 5-7 de la Planche 30 (ce volume) à E. crispum (Linnaeus, 1758). Elles sont à rapporter à E. macellum (Fichtel & Moll, 1798). Rögl & Hansen (1984) signalent chez cette espèce une grande variabilité au niveau de la carène et de nombreuses formes de passages entre les individus munis ou non d’épines.

Pl. 30, Figs 8-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Polystomella crispa. Dénomination actuelle : Elphidium granulatum (Costa, 1856)

Interprétation

2731826 Polystomella crispa (Linnaeus). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 283, no 1 ; Modèle no 45. Provenance indiquée : « l’Océan, sur les côtes de France, la Méditerranée et la mer Adriatique ». [1758 Nautilus crispus Linnaeus, Syst. Nat., 709, 12 : 1162].

Iconographie moderne

2741984 Elphidium granulatum (Costa). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 37, pl. 8, fig. 8, text-fig. 10 A. [1856 Polystomella granulata Costa, Paleontologia del regno di Napoli, 7 (2) : 218, pl. 10, Fig. 7 A-C].

*

275D’Orbigny a légendé les Figures 8 et 9 de la Planche 30 (ce volume) sous le nom P. crispa (Linnaeus). La Figure 9, représentant un agrandissement du spécimen, se rapporterait plutôt à l’espèce E. granulatum (Costa, 1856). Ce taxon caractérisé par un bien plus grand nombre de loges que chez E. crispum, et un bouton ombilical granuleux bien plus petit que chez E. craticulatum (Fichtel & Moll, 1798) (voir page 201) a été redécrit et figuré par Rögl & Hansen (1984).

Pl. 30, Figs 10-12. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Polystomella angularis. Nom disponible : Polystomella angularis d’Orbigny, 1852. Dénomination actuelle : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)

Histoire du nom

2761826 Polystomella angularis d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 :284, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « La mer du Sud, à Rawack, et aux Îles Mariannes ; Île de Madagascar, Île de France, cap de Bonne-Espérance, Antilles, Méditerranée, mer des Indes, et fossile aux environs de Nantes, dans les faluns de la Touraine, et à Chavagnes (Maine et Loire) ».

2771852 Polystomella angularis d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 3 : 155, no 2884.

Interprétation

2781904b Polystomella crispa (Linnaeus). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 12, pl. 3, fig. 7 (d’après dessin inédit de d’Orbigny). [1758 Nautilus crispus Linnaeus, Syst. Nat., 709, 12 : 1162].

2791939 Elphidium angulare (d’Orbigny). – Cushman, U. S. Geol. Survey, Prof. Paper, 191 : 53, pl. 14, fig. 8.

*

280D’Orbigny a rendu ce nom d’espèce disponible en 1852 par une courte description, en indiquant comme provenance : Chavagnes, Pontlevoy. De plus, se référant à sa publication de 1826, il précise « exclus. Citation vivante ». Fornasini (1904b) considère ce nom comme synonyme de P. crispa (Linnaeus). Cushman (1939) refigure le dessin de Fornasini en indiquant « It is somewhat uncertain just what this species may be ».

281Les dessins de d’Orbigny représentant P. angularis et P. craticulatum [= Nautilus craticulatus Fichtel & Moll, 1798 : 50, tab. 5, figs h, i, k] sont très voisins. Ils diffèrent par le nombre de loges (22 chez la première, 28 chez la seconde) et un profil légèrement plus acéré chez P. angularis. Selon Hottinger et al. (1993), on observe une large gamme de variations dans le nombre de loges, la convexité des tests, la courbure des sutures et la taille du bouton ombilical au sein des populations de E. craticulatum vivant dans le golfe d’Aqaba. Cette observation est en faveur d’une mise en synonymie des deux noms, celui de Fichtel & Moll, établi antérieurement, prenant la préséance.

282Dans la collection d’Orbigny du MNHN, cette espèce est référencée sous le no FO 590. Elle comporte huit spécimens venant de Corse, chez lesquels on observe une variation dans les caractères cités ci-dessus.

Pl. 30, Figs 13-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Polystomella craticulata. Dénomination actuelle : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)

Interprétation

2831826 Polystomella craticulata (Fichtel & Moll). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 284, no 3. Provenance indiquée : « le golfe Arabique ». [1798 Nautilus craticulatus Fichtel & Moll, Testacea microscopica, Camesina, Wien : 51, tab. 5, figs h, j, k].

Iconographie moderne

2841984 Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 40, pl. 9, figs 5-6, text-fig. 12A.

285Dans la collection d’Orbigny du musée de La Rochelle, il existe deux individus portant ce nom et provenant du « Golfe arabique ». Sur l’un, les trois dernières loges sont ouvertes car la paroi est dissoute, l’autre est difficile à examiner car il est collé contre la paroi de la cellule qui le contient.

Planche 31

Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Peneroplis planatus. Dénomination actuelle : Peneroplis planatus (Fichtel & Moll, 1798)

Interprétation

2861826 Peneroplis planatus (Fichtel & Moll). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 285, no 1 ; Modèles no 16 et no 48. Provenance indiquée : « la Méditerranée, et la Nouvelle-Hollande, à Rawack ». [1798 Nautilus planatus Fichtel & Moll, Test. Microsc. : 91, pl. 6, figs a-h].

2871828a Peneroplis planatus d’Orbigny [sic]. – Deshayes, Atlas du « Règne Animal » de Cuvier, Mollusques, 9 : 33, pl. 15, fig. 2 (d’après Modèle de d’Orbigny).

2881843 Peneroplis planatus d’Orbigny [sic]. – Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, fig. 9a-c (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

2891865 Peneroplis pertusus (Forskål). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 7, pl. 1, fig. 17 (d’après Modèle no 16 de d’Orbigny). [1775 Nautilus pertusus Forskål, Descriptiones animalium : 125].

2901865 Peneroplis arietinus (Batsch). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 12, pl. 1, fig. 18 (d’après Modèle no 48 de d’Orbigny). [1791 Nautilus (Lituus) arietinus Batsch, Conch. Seesands : pl. vi, figs 15a-f].

2911987 Peneroplis planatus (Fichtel & Moll). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 371, pl. 391, figs 7, 8.

Iconographie moderne

2921984 Peneroplis planatus (Fichtel & Moll). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 61, pl. 22, figs 1-2.

*

293Sur cette planche, d’Orbigny présente un certain nombre d’individus, dont certains spécimens tératologiques, qu’il rassemble sous le nom « Peneroplis planatus (variétés) ».

294L’espèce Peneroplis planatus est désignée comme espèce type du genre Peneroplis Montfort, 1808 par monotypie.

295Il existe dans la collection d’Orbigny du MNHN plusieurs préparations au nom de cette espèce. L’une porte le no FO 584 et la mention « vivante, Méditerranée » et contient 14 individus dont huit en assez bon état. Une deuxième porte le no FO 585 et la mention « Rawack » et contient sept individus dont cinq sont partiellement dissous. La troisième (FO 594), sans indication de provenance, contient sept individus dont six en bon état.

Peneroplis planatus (variétés) : Peneroplis planatus (Fichtel & Moll, 1798)

Figures 1-5 Spirolina cylindracea : Spirolina cylindracea Lamarck, 1804 Figures 6-9 Spirolina striata : Spirolina striata d’Orbigny, 1850
Figures 10-15 Spirolina depressa : Dendritina depressa (Lamarck, 1804)
Figures 16-19 Spirolina laevigata : Spirolina laevigata d’Orbigny, 1850
Figures 20-24 Spirolina pedum : Spirolina pedum d’Orbigny, 1850

Planche 32

Pl. 32, Figs 1-5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spirolina cylindracea. Dénomination actuelle : Spirolina cylindracea Lamarck, 1804

Interprétation

2961826 Spirolina cylindracea Lamarck. – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 286, no 1 ; Modèle no 24. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ». [1804a Spirolinites cylindracea Lamarck, Ann. MNHN., 5 : 244].

2971987 Spirolina cylindracea Lamarck. – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 371, pl. 393, figs 3-4.

Iconographie moderne

2981970 Spirolina cylindracea Lamarck. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 75, pl. 15, figs 1, 3.

*

299Le nom Spirolinites a été appliqué à des représentants fossiles du genre Spirolina. Selon l’article 20 (CINZ), Spirolinites ne peut pas être employé comme le nom valide d’un taxon.

300Cette espèce, ornementée de fines côtes longitudinales, a été désignée comme espèce type du genre Spirolina Lamarck, 1804 par Cushman (1927b : 125).

301Il existe dans la collection d’Orbigny une préparation, référencée sous le no FO 563, contenant cinq individus en provenance du « Parisien de Mouchy », quatre d’entre eux sont entiers, mais la surface du test est altérée ; on devine cependant sur certains d’entre eux une ornementation striée.

Pl. 32, Figs 6-9. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spirolina striata. Nom disponible et dénomination actuelle : Spirolina striata d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

3021826 « Spirolina striata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 287, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

3031850b Spirolina striata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 406, no 1309.

Interprétation

3041904b Spirolina striata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 8, pl. 2, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

3051970 Spirolina striata d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 77, fig. 31.

*

306Cette espèce n’a été décrite qu’en 1850 dans le Prodrome. D’après le dessin des Planches inédites, cette espèce « striée en long » se distingue de la précédente par des sutures proéminentes, ce que d’Orbigny qualifie de « côtes transverses » et Le Calvez (1970) de « bourrelets suturaux annulaires ».

307Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 32, Figs 10-15. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spirolina depressa. Dénomination actuelle : Dendritina depressa (Lamarck, 1804)

Interprétation

3081826 Spirolina depressa Lamarck. – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 287, no 3. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ». [1804a Spirolinites depressa Lamarck, Ann. MNHN., 5 : 245 ; 1806 Ann. MNHN., 8 : pl. 14 (62), fig. 14].

3091904b Spirolina depressa Lamarck. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 7, pl. 1, figs 18-19, pl. 2, fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

3101927c Spirolina depressa Lamarck. – Cushman, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 3 (3) : 143.

Iconographie moderne

3111970 Dendritina depressa (Lamarck). – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 73, pl. 14, figs 1, 2, 3.

*

312Fornasini (1904b) considère que cette espèce pourrait être une variété de Peneroplis pertusus (Forskål, 1775), mais Cushman (1927c) lui reconnaît son identité.

313La collection d’Orbigny comporte une préparation, référencée sous le no FO 712, contenant six individus difficiles à identifier en raison de leur mauvais état de conservation : cinq sont représentés uniquement par la partie basale enroulée, le sixième semble être un spécimen composite formé de deux fragments, une portion enroulée et une portion rectiligne, appartenant peutêtre à des individus différents.

Pl. 32, Figs 16-19. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spirolina laevigata. Nom disponible et dénomination actuelle : Spirolina laevigata d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

3141826 « Spirolina laevigata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 287, no 4. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

3151850b Spirolina laevigata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 407, no 1311.

Interprétation

3161904b Spirolina laevigata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 8, pl. 2, fig. 2 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

3171970 Spirolina laevigata d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 76, pl. 15, fig. 5.

*

318Fornasini (1904b) considère que cette espèce pourrait correspondre à Peneroplis cylindraceus (Lamarck, 1804). Cependant Le Calvez (1970) reconnaît la validité des deux noms dans son étude sur les foraminifères paléogènes du Bassin de Paris.

319Un syntype de cette espèce, dont la surface est altérée, figure dans la collection d’Orbigny sous le no FO 553.

Pl. 32, Figs 20-24. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Spirolina pedum. Nom disponible et dénomination actuelle : Spirolina pedum d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

3201826 « Spirolina pedum » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 287, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Paris ».

3211850b Spirolina pedum d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 407, no 1312.

Interprétation

3221904b Peneroplis lituus (Gmelin). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 6 (1) : 8, pl. 2, figs 4-5 (d’après dessin inédit de d’Orbigny). [1791 Nautilus lituus Gmelin, Systema naturae linnei, 13th ed., 1 (6) : 3372].

3231952 Spirolina pedum d’Orbigny. – Le Calvez, Mém. Carte Géol. Fr., 4 : 23, pl. 2, fig. 15.

Iconographie moderne

3241970 Spirolina pedum d’Orbigny. – Le Calvez, Cah. Paléontologie : 76, pl. 15, fig. 4.

*

325Dans son mémoire sur la révision des foraminifères lutétiens du bassin de Paris, Le Calvez (1952 : 24) signale au sujet de ce taxon : « La préparation de d’Orbigny renferme trois individus dont deux en très bon état, le troisième n’appartient pas à la même espèce, sa partie enroulée étant beaucoup plus réduite. Dans la fiche no 876 de l’Institut français du Pétrole [Fichier Lys], la même confusion persiste (photo de droite) et le véritable type est la photo de gauche ».

326Ce spécimen, identifiable grâce à la photographie du Fichier Lys, est ici formellement désigné comme lectotype. Je l’ai souligné d’un point rouge dans la série type qui porte le numéro de collection FO 713 (et non FO 12 comme le signale Le Calvez, 1970) et l’indication « Parisien, Paris ».

Figures 1-3 Robulina cultrata : Lenticulina sp.
Figure 4 barré, corrigé 5 Robulina vortex : Lenticulina sp.
Figure 5 barré, corrigé 4 Robulina orbicularis : Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826)
Figure 6 Robulina costata : Lenticulina sp.

Planche 33

Pl. 33, Figs 1-3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Robulina cultrata. Dénomination actuelle : Lenticulina sp.

Interprétation

3271826 Robulina cultrata (Montfort). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 287, no 1 ; Modèle no 82. Provenance indiquée : « la mer Adriatique et fossile dans les environs de Vienne ». [Identification erronée].

3281843 Robulina cultrata d’Orbigny [sic]. – D’Orbigny, Modèle de Foraminifères vivans [sic] et fossiles, éd. 2 : 7, 23. [Identification erronée].

3291865 Cristellaria cultrata (Montfort). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 18, pl. 1, fig. 39 (d’après Modèle de d’Orbigny). [Identification erronée].

*

330Dans la révision qu’ils font de la collection Fichtel & Moll, Rögl & Hansen (1984) rappellent que Denys de Montfort avait défini R. cultratus en se fondant sur la figuration de Nautilus calcar Fichtel & Moll var. λ, 1798. Ils désignent le spécimen de référence de cette variété λ comme lectotype de Lenticulina cultrata (Montfort, 1808) et en donne une photographie en microscopie électronique et en microscopie optique (1984 : pl. 16, figs 2 et 4). Ils rappellent également qu’en citant cette espèce décrite par Denys de Montfort, d’Orbigny (1826) fait également référence à plusieurs espèces dont Nautilus calcar F. & M. variétés ß, τ, η, et λ et que cette assimilation est à l’origine de confusions dans les travaux ultérieurs. Rögl & Hansen considèrent en effet que la variété τ de Fichtel & Moll est une espèce qu’ils laissent en nomenclature ouverte, et que la variété η correspond à Lenticulina vortex (Fichtel & Moll, 1798) dont ils figurent le lectotype (1984 : pl. 2, figs 3-4). Ils rapportent à tort la variété ß figurée par Fichtel & Moll à Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826) (voir page suivante).

331Rögl & Hansen signalent également (1984 : 58) que le Modèle no 82, attribué par d’Orbigny à R. cultrata Montfort est plus proche du spécimen de référence de la variété ß de Fichtel & Moll. La ressemblance entre ce dernier, le Modèle no 82 et l’individu représenté par la Figure 1 de la Planche 33 (ce volume), ne fait aucun doute, mais on ne peut les attribuer ni à Lenticulina cultrata (Montfort) ni à Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826) (voir page suivante).

332La collection d’Orbigny du MNHN comprend 4 tubes répertoriés sous le nom Robulina cultrata. L’un (FO 500) contient 7 individus (dont 4 en bon état) venant de Rimini, le deuxième (FO 126) 3 individus en bon état en provenance du Bassin de Vienne, et le troisième (FO 205) 7 individus abîmés venant de Buda en Hongrie. Ces individus sont conformes au Modèle no 82 et au dessin de d’Orbigny ici considéré, et se distinguent du lectotype de Lenticulina cultrata (Montfort, 1808) figurés par Rögl & Hansen par la présence de loges plus nombreuses et plus embrassantes ainsi que d’un umbo. Le quatrième tube, référencé sous le no FO 402, contient un individu d’Amérique méridionale, de plus petite taille et partiellement dissous.

Pl. 33, Figs 4-5

333La Planche 33 comporte des erreurs de détermination et des ratures affectant la numérotation des figures. Elles ont été source d’incompréhension et de confusions dans les travaux ultérieurs. Les chiffres placés à gauche du nom dans la légende correspondent aux numéros des figures, tandis que les mentions « no » (suivi d’un chiffre), placées à droite du nom se rapportent à la numérotation des espèces appartenant au genre Robulina dans le texte du Tableau méthodique (1826).

334Les chiffres 4 et 5 situés à proximité des dessins ont été écrits à l’origine à l’encre et désignaient respectivement les espèces « orbicularis et vortex » selon la légende de la planche, également écrite à l’encre. Ces numéros ont été par la suite barrés d’un trait et corrigés en les intervertissant. Cette correction a été faite au crayon à mine, mais on n’en connaît pas l’auteur. Il est possible que d’Orbigny en soit à l’origine, puisqu’il a publié la Figure 5 (chiffre barré et remplacé par 4) dans le Tableau méthodique (1826 : pl. 15, fig. 8) sous le nom Robulina orbicularis. Dans la suite du texte je traiterai donc la Figure 4 (chiffre barré et remplacé par 5) comme étant légendée R. vortex et j’attribuerai comme il se doit la légende R. orbicularis à la Figure 5 (chiffre barré et remplacé par 4).

Pl. 33, Fig. 4 barré, corrigé 5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Robulina vortex. Dénomination actuelle : Lenticulina sp.

Interprétation

3351826 Robulina vortex (Fichtel & Moll). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 288, no 4. Provenance indiquée : « la Coroncine ». [identification erronée].

*

336Cette figure ne correspond pas à l’espèce décrite par Fichtel & Moll en 1798 et revue par Rögl & Hansen (1984 : 55, pl. 19, figs 1-2).

337Aucun spécimen à ce nom n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny

Pl. 33, Fig. 5 barré, corrigé 4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Robulina orbicularis. Nom disponible : Robulina orbicularis d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826)

Histoire du nom

3381798 « Nuclei conico-rotundati » Soldani, Testac., ii, app. : 138, pl. 1, fig. 12 P [Non disponible].

3391826 Robulina orbicularis d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 288, no 2, pl. 15 [citée par erreur pl. 6 dans le texte p. 288], figs 8-9. Fondé sur « Sold., app., p. 138, tab. 1, fig. P ». Provenance indiquée : « fossile aux environs de Sienne ».

Interprétation

3401871 Cristellaria vortex (Fichtel & Moll). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 240 (37), pl. 10, fig. 81 (d’après dessin de Soldani). [1798 Nautilus vortex Fichtel & Moll, Testacea microscopica, Camesina, Wien : 33, tab. 2, figs d-e].

3411982 Lenticulina orbicularis (d’Orbigny). – AGIP Mineraria, Fomminiferi Padani (Terziario e Quaternario), pl. 10, fig. 5.

342Non 1984 Lenticulina orbicularis (d’Orbigny). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 51, pl. 15, fig. 5, pl. 16, fig. 5, pl. 17, figs 2, 4.

*

343Dans la légende de cette planche, le numéro 5 est signalé sous le nom R. vortex. Mais d’Orbigny a reproduit la Figure 5 (barré, corrigé 4) dans le Tableau méthodique (1826, pl. 15, figs 8-9) sous le nom R. orbicularis, rendant ainsi disponible ce deuxième nom. L’épithète spécifique évoque parfaitement l’allure très embrassante, presque orbiculaire, des loges. Parker, Jones & Brady considèrent à tort R. vortex (Fichtel & Moll, 1798) et R. orbicularis d’Orbigny, 1826 comme synonymes. La seconde espèce diffère de la première par des loges beaucoup plus embrassantes et la présence d’un umbo. Puis, Rögl & Hansen (1984, pl. 17, figs 2-4) donnent une photographie des deux faces du type de Nautilus calcar Fichtel & Moll variété ß et l’attribuent à tort à L. orbicularis (d’Orbigny, 1826). Le spécimen de Fichtel & Moll possède en effet des loges beaucoup moins enveloppantes que l’espèce de d’Orbigny.

344Dans la collection d’Orbigny du MNHN, le tube référencé FO 501 portant le nom Robulus orbicularis contient un individu dont la dernière loge est légèrement cassée, il porte la mention "subapennin, Piémont". Pourvu d’une large carène et d’un gros bouton ombilical, il ne correspond pas à la figure publiée par d’Orbigny en 1826, mais ressemblerait plus à la Figure 4 (chiffre 4 barré et remplacé par 5) de la planche inédite (Pl. 33, ce volume). Comme la publication de 1826 fait foi, ce spécimen de la collection ne peut être considéré comme le type de Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826).

Pl. 33, Fig. 6. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Robulina costata. Dénomination actuelle : Lenticulina sp.

Histoire du nom

3451826 Robulina costata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 288, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ». [Non Nautilus costatus Fichtel & Moll, 1798].

Interprétation

3461902b Cristellaria cultrata (Montfort). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (10) : 43 (45), fig. 44 (d’après dessin inédit de d’Orbigny sous le nom « Robulina costata »). [Identification erronée].

*

347Dans les Annales de 1826, d’Orbigny a désigné sous le nom « Robulina costata » deux espèces différentes.

348La première, ainsi signalée à la rubrique no 3 p. 288 : « 3. costata, Nob. », en provenance de « la mer Adriatique, près Rimini », elle est représentée par la Fig. 6 (Pl. 33, ce volume) montrant une surface lisse, des sutures larges et une carène sans épines. Lorsqu’il publie ce dessin, Fornasini (1902b) considère « Robulina costata » comme synonyme de Cristellaria cultrata (Montfort, 1808) en faisant référence au no 3 de la p. 288 du Tableau méthodique ; mais cette assimilation ne peut être approuvée si l’on compare le dessin de d’Orbigny ici représenté (et reproduit par Fornasini) avec le lectotype de C. cultrata (Montfort, 1808) figuré par Rögl & Hansen (1984 : pl. 16, figs 2 et 4). Ce dessin ne peut non plus être attribué à Lenticulina costata (Fichtel & Moll, 1798), décrite sous le nom générique de Nautilus, espèce striée et munie d’épines.

349La seconde, signalée à la rubrique no 13 p. 289 : « 13 costata, Fichtel et Moll, p. 47, tab. 4, fig. g, h, i. » est représentée par une ébauche sur une planche restée inachevée (Illustration 7). Cette ébauche ne présente pas l’ornementation caractéristique de Lenticulina costata (Fichtel & Moll, 1798). Fornasini publie (1902b, fig. 49) la copie du dessin inédit et inachevé de la no 13 en la rapportant à l’espèce Cristellaria echinata (d’Orbigny, 1846). Rögl & Hansen (1984) maintiennent « R. costata no 13 » sous le nom Lenticulina costata (Fichtel & Moll, 1798), espèce qui a été renommée depuis Spincterules anaglyptus Loeblich & Tappan, 1987 pour raison d’homonymie.

350Une révision du matériel d’origine s’avère nécessaire pour une détermination plus précise des espèces ainsi nommées par d’Orbigny.

351Dans la collection d’Orbigny du MNHN, la préparation FO 499 comporte quatre spécimens à ce nom. L’un d’entre eux est lisse, mais reste difficile à déterminer. Les trois autres, dont les dernière loges sont cassées, sont ornementés et présentent plus d’affinités avec les spécimens de Lenticulina rostrata (Montfort, 1808), figurés par Rögl & Hansen (1984 : pl. 16, figs 1 et 3 ; pl. 18, figs 1-4).

Illustration 7 Esquisse de « Robulina costata » (no 13 p. 289, Tableau méthodique), dessin inédit de d’Orbigny extrait d’une planche inachevée.
Sketches of “Robulina costata” (no 13 p. 289, Tableau méthodique), unpublished drawing of d’Orbigny from an unfinished plate.

Planche 34

Pl. 34, Figs 1-17. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Cristellaria s. g. Cristellaire cassis. Dénomination actuelle : Planularia cassis (Fichtel & Moll, 1798)

Interprétation

3521826 Cristellaria cassis (Fichtel & Moll). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 290, no 3 ; Modèles no 44 et 83. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini, et fossile à Sienne ». [1798 Nautilus cassis Fichtel & Moll, Test. Microsc. : 95, pl. 17, figs a-l, pl. 18, figs a-c].

3531946b Planularia cassis (Fichtel & Moll). – Cushman, Cushm. Lab. Foram. Res., Sp. Pub. 17 : 11, pl. 3, figs 1-4.

Iconographie moderne

3541984 Planularia cassis (Fichtel & Moll). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 61, text-figs 23-24, pl. 22, figs 3-6.

*

355La grande variabilité de ce taxon dans le nombre de loges et le degré de développement de l’ornementation, observée par Fichtel & Moll (1798), est confirmée par les dessins de d’Orbigny et par l’étude de Rögl & Hansen (1984) consacrée à la révision des espèces de Fichtel & Moll.

356Il existe dans collection d’Orbigny du MNHN plusieurs préparations représentant cette espèce. La préparation FO 20 contient sept spécimens en provenance de Baden (Vienne) dont certains ont été figurés par d’Orbigny en 1846. Les préparations FO 453 et FO 454 comportent des spécimens en provenance de Rimini (Subapennin), la première contient sept spécimens de taille différente dont cinq en bon état, la seconde deux spécimens dont les dernières loges sont cassées, l’un représentant une coupe.

Figures 1-17 Cristellaria s. g. Cristellaire cassis : Planularia cassis (Fichtel & Moll, 1798)

Figure 1 Nonionina sphaeroides : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)
Figure 2 Nonionina bulloides : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)
Figure 3 Nonionina laevigata : Nonion laevigatum (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)
Figure 4 Nonionina melo : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)
Figure 5 Nonionina umbilicata : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)

Planche 35

Pl. 35, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nonionina sphaeroides. Nom disponible : Nonionina sphaeroides Deshayes, 1832 [ex-d’Orbigny ms]. Dénomination actuelle : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)

Histoire du nom

3571826 « Nonionina sphaeroides » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 293, no 1 ; Modèle no 33 [sic]. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « dans un sable de délestage ».

3581832 Nonionina sphaeroides d’Orbigny in Deshayes, Encyclopédie méthodique, 3 : 630.

Interprétation

3591843 Nonionina sphaeroides d’Orbigny. – D’Orbigny, Modèle de Foraminifères vivans [ sic] et fossiles, éd. 2 : 8, 22.

3601865 Pullenia sphaeroides (d’Orbigny). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 12, pl. 2, fig. 57 (d’après Modèle de d’Orbigny).

3611964 Pullenia bulloides (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, in Moore (ed.) : C 748, fig. 613, 6a, b. [1846 Nonionina bulloides d’Orbigny, Foraminifères fossiles du Bassin tertiaire de Vienne : 107, pl. 5, figs 9-10].

*

362C’est Deshayes qui a rendu ce nom disponible en 1832 en décrivant cette espèce pour la première fois ; il attribuait toutefois la responsabilité du nom à d’Orbigny. Le Tableau méthodique (1826 : 293) indique par erreur que N. sphaeroides est représentée par le Modèle no 33. Il s’agit en fait du no 43 comme l’attestent d’une part la collection des Modèles déposée au MNHN et d’autre part l’article de d’Orbigny (1843 : 8 et 22).

363Carpenter, Parker & Jones (1862), et d’autres auteurs à leur suite, ont considéré les espèces N. sphaeroides (représentée par le Modèle no 43) et N. bulloides d’Orbigny, 1846 comme conspécifiques, ce que confirme l’examen des différents spécimens ainsi déterminés dans la collection d’Orbigny. Il est certain que la face orale présentée Pl. 35, Fig. 1 est plus renflée que celle illustrée Fig. 2 (voir page suivante), mais ce caractère semble exagéré par rapport aux spécimens de référence de la collection d’Orbigny. Ces auteurs ont retenu N. bulloides comme nom valide du taxon au prétexte que N. sphaeroides était un nomen nudum, ignorant que Deshayes avait rendu le nom N. sphaeroides disponible en 1832 par une description. Cet usage a prévalu par la suite. Cushman & Todd (1943) précisaient au sujet de P. sphaeroides « the characters and other data are so obscure that it seems best to allow the name sphaeroides as applied to Pullenia to lapse ». Discutant du choix de l’espèce type du genre Pullenia, auquel ces taxons ont été rapportés plus tard, Loeblich & Tappan (1964 : C 748) précisaient encore à propos de N. sphaeroides : « The specimens came from ship ballast sand and the type locality and horizon are unknown. This species is not only unrecognizable but was a nomen nudum ; hence N. bulloides must be the type by monotypy (only valid species originally included) ». Ce renversement de priorité entre les deux noms doit être désormais admis puisqu’il satisfait aux conditions de l’article 23.9.1. (CINZ) : Le synonyme plus ancien (N. sphaeroides) n’a, à ma connaissance, pas été employé comme nom valide après 1899 (article 23.9.1.1) tandis que le synonyme plus récent (N. bulloides) a été utilisé, dans au moins 25 travaux, publiés par 21 auteurs différents entre les années 1954 et 2000 (article 23.9.1.2) (Barker 1960 ; Phleger 1960 ; Loeblich & Tappan 1964 ; Rocha & Ubaldo 1964 ; Todd 1965 ; Le Calvez 1972 ; Rocha 1973 ; Todd & Low 1976 ; Todd 1979, 1980 ; AGIP 1982 ; Matoba & Yamaguchi 1982 ; Lutze & Coulbourn 1983 ; Rögl & Hansen 1984 ; Papp & Schmid 1985 ; Caralp 1987 ; Loeblich & Tappan 1987 ; Akimoto 1990, 1991 ; Murray 1991 ; Burke et al. 1993 ; Sgarella & Montcharmont Zei 1993 ; Cicha et al. 1998 ; Hayward et al. 1999 ; Cahuzac & Poignant 2000).

364Il existe dans la collection du MNHN deux cellules de facture moderne libellées au nom de Nonionina sphaeroides et portant respectivement les mentions « lectotype » (cellule FO 475) et « paratype » (FO 476 ; il s’agit en fait d’un paralectotype), et la mention Rimini. Ces spécimens ont été vraisemblablement extraits de la préparation originale (FO 477) portant le même nom d’espèce et la mention « Subapennin Rimini » ainsi que l’indication « type isolé », mais qui est vide. La présentation des préparations FO 475 et FO 476, analogue à celle contenant les types de P. bulloides (d’Orbigny, 1846), laisse supposer que le reconditionnement et l’acte de typification ont été effectués par Loeblich & Tappan (voir page suivante).

Pl. 35, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nonionina bulloides. Nom disponible : Nonionina bulloides d’Orbigny, 1846. Dénomination actuelle : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)

Histoire du nom

3651826 « Nonionina bulloides » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 293, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile des environs de Sienne ».

3661846 Nonionina bulloides d’Orbigny, Foraminifères fossiles du Bassin tertiaire de Vienne : 107, pl. 5, figs 9-10.

Interprétation

3671964 Pullenia bulloides (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, in Moore (ed.) : C 748, fig. 613, 6a, b.

3681987 Pullenia bulloides (d’Orbigny). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 621, pl. 696, figs 3-4.

Iconographie moderne

3691985 Pullenia bulloides (d’Orbigny). – Papp & Schmid, Abh. Geol. Bundes., 37 : 45, pl. 34, figs 6-9.

*

370Ce sont manifestement les dessins (Pl. 35, Fig. 2, ce volume), ainsi légendés, qui ont été repris et publiés par d’Orbigny en 1846 pour illustrer les individus décrits sous ce nom dans le Tertiaire du Bassin de Vienne, publication qui rend disponible ce nom d’espèce (voir aussi commentaires page précédente).

371Ce taxon est l’espèce type du genre Pullenia Parker & Jones, 1862 par monotypie.

372Il existe dans la collection du MNHN quatre préparations portant ce nom : FO 80, FO 92, FO 93 en provenance de Nussdorf (Bassin de Vienne), et FO 474 en provenance de Sienne (subapennin). La préparation FO 80 contenant quatre spécimens, porte la mention « type isolé ». Cette indication signifie que le lectotype désigné et figuré par Loeblich & Tappan (1964 : C748, fig. 613, 6) y a été prélevé par ces auteurs puis transféré dans la cellule FO 92 portant la mention « lectotype ». La préparation FO 93, portant la mention « Nussdorf (Vienne), var. » est vide.

Pl. 35, Fig. 3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nonionina laevigata. Nom disponible : Nonionina laevigata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843. Dénomination actuelle : Nonion laevigatum (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)

Histoire du nom

3731826 « Nonionina laevigata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 293, no 3. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini ».

3741843 Nonionina laevigata d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 7a, b (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

3751899 Nonionina laevigata d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (7) : 649 (13), fig. 1 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

3761939 Nonion laevigatum (d’Orbigny). – Cushman, U. S. Geol. Survey, Prof. Paper, 191 : 22, pl. 6, fig. 8.

377Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 35, Fig. 4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nonionina melo. Nom disponible : Nonionina melo d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)

Histoire du nom

3781798 « Nautilus Melo » Soldani, Testac., ii : 33, pl. 8, figs zz, A, B, C. [Non disponible].

3791826 Nonionina melo d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 293, no 4. Fondé sur « Sold., 4, p. 8, t. 8, fig. zz, A, B, C ». Provenance indiquée : « fossile de la Coroncine ».

Interprétation

3801871 Nonionina pompilioides (Fichtel & Moll). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 4 (8) : 246 (43), pl. 12, fig. 158 (d’après dessin de Soldani). [1798 Nautilus pompilioides, Fichtel & Moll, Testacea microscopica, Camesina, Wien : 31, tab. 2, figs a-c].

3811899 Nonionina melo d’Orbigny. – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (7) : 650 (248), fig. 3 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Iconographie moderne

3821984 Melonis pompilioides (Fichtel & Moll). – Rögl & Hansen, Neue Denkschriften Natur. Mus, 3 : 30, pl. 2, figs 1-2.

*

383Parker, Jones & Brady considèrent, à juste titre, que l’illustration de Soldani sur laquelle d’Orbigny a fondé l’espèce N. melo représente l’espèce N. pompilioides décrite par Fichtel & Moll en 1798. Si la face orale figurée sur la planche inédite correspond à celle de N. pompilioides, la face ombilicale, également figurée sur cette planche, est plus lobée que chez l’espèce de Fichtel & Moll.

384La cellule FO 479 portant les mentions « Nonionina melo » et « Subapennin, Sienne », contient trois individus dont deux sont parfaitement conservés, chez le troisième la dernière loge est brisée. Ils sont conformes aux photographies du lectotype de M. pompilioides (Fichtel & Moll, 1798) publiées par Rögl & Hansen (1984).

Pl. 35, Fig. 5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nonionina umbilicata. Nom disponible : Nonionina umbilicata d’Orbigny, 1826. Dénomination actuelle : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)

Histoire du nom

3851789 « Nautilitae » Soldani, Testac., i (1) : 66, pl. 60, fig. B. [Non disponible].

3861826 Nonionina umbilicata d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 293, no 5, pl. 15, figs 10-12 ; Modèle no 86. Fondé sur « Sold., 1, tab. 60, fig. B ». Provenance indiquée : « la mer Adriatique, près Rimini, la Méditerranée, et fossile à Bordeaux et à Sienne ».

Interprétation

3871865 Nonionina pompilioides (Fichtel & Moll). – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 18, pl. 3, fig. 98 (d’après Modèle de d’Orbigny). [1798 Nautilus pompilioides, Fichtel & Moll, Testacea microscopica, Camesina, Wien : 31, tab. 2, figs a-c].

3881899 Nonionina pompilioides (Fichtel & Moll). – Fornasini, Mem. R. Accad. Sci. Ist. Bologna, ser. 5 (7) : 656 (264).

1998 Melonis pompilioides (Fichtel & Moll). – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 141.

*

389Parker, Jones & Brady (1865, 1871) précisent que les figures de Soldani qui ont servi à d’Orbigny pour établir ce nom d’espèce ne ressemblent pas au Modèle no 86 et que ce dernier représenterait N. pompilioides (Fichtel & Moll). Fornasini (1899) partage le même avis. Ce que confirme Poignant (1998) après l’examen des spécimens de la collection d’Orbigny.

390Ces derniers, au nombre de sept (1 en parfait état, 4 avec la dernière loge cassée), en provenance de Castel’Arquato, sont référencés sous le no FO 478.

Planche 36

Pl. 36, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Assiline discoidalis. Nom disponible : Nummulina discoidalis d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843. Dénomination actuelle : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)

Histoire du nom

3911826 « Nummulina discoidalis » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 1 ; Modèle no 88. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer du Sud à Rawack ».

3921843 Nummulina discoidalis d’Orbigny in Guérin-Méneville, Iconographie Cuvier, Mollusques : 9, pl. 2, figs 6a, b (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

3931865 Operculina discoidalis d’Orbigny. – Parker, Jones & Brady, Ann. Mag. Nat. Hist., ser. 3 (16) : 19, pl. 3, fig. 94 (d’après Modèle de d’Orbigny).

3941904a Assilina discoidalis d’Orbigny var. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22, 3 : 396, pl. 14, fig. 8 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

3951939 Operculina ammonoides (Gronovius). – Hanzawa, Jap. Jour. Geol. Geog., 16 : 229. [1781 Nautilus ammonoides Gronovius, Zooph. Gronoviani. Haak et Soc., 3 : 282, pl. 19, figs 5-6].

3961967 « Nummulina » discoidalis d’Orbigny. – Hansen, Biol. Medd. Dan. Vid. Selsk, 23 (16) : 10, pl. 3, figs 3a, b.

Iconographie moderne

3971993 Assilina ammonoides (Gronovius). – Hottinger et al., Recent foraminifera from the Gulf of Aqaba : 154, pl. 222, 223.

*

398Nummulina discoidalis d’Orbigny in Guérin-Méneville est vraisemblablement un synonyme plus récent de A. ammonoides (Gronovius) dont Hottinger (1977) et Hottinger et al. (1993) signalent la grande variabilité morphologique (affectant aussi bien la convexité, le degré d’embrassement des tours de spire que l’ornementation) en retraçant l’histoire taxonomique complexe de ce groupe.

399Aucun spécimen au nom de N. discoidalis n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny. Hansen (1967) a identifié des syntypes de « Nummulina » discoidalis dans le matériel accompagnant les moulages des Modèles de d’Orbigny, conservé au musée de Copenhague. Il a désigné et figuré le lectotype référencé sous le no MMH 10 316 dans la collection de ce musée. Cet auteur précise : « … According to missing information concerning essential characters a safe determination to genus can not be carried out and accordingly the genus name is written in quotation marks ».

Pl. 36, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Assiline depressa. Nom disponible : Assilina depressa d’Orbigny, 1850. Dénomination actuelle : Assilina spira (de Roissy, 1805)

Histoire du nom

4001826 « Nummulina depressa » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 2. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile aux environs de Dax ».

4011850b Assilina depressa d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 336, no 683.

Interprétation

4021853 Nummulites spira de Roissy. – d’Archiac & Haime, Description des animaux fossiles du groupe nummulitique de l’Inde. Gide & Baudry éd. : 155, pl. 11, figs 1-5. [1805 Nummulites spira, de Roissy, Histoire naturelle générale et particulière des Mollusques : 5 : 57].

4031904a Assilina depressa d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 (3) : 397, pl. 14, fig. 9 (d’après dessin inédit de d’Orbigny, cf. Assilina spira (de Roissy).

4041987 Assilina spira (de Roissy). – Loeblich & Tappan, Foraminiferal genera and their classification : 682, pl. 805, figs 1-4.

4051998 Assilina spira (de Roissy). – Poignant, Rev. Micropal., 41 (2) : 130.

*

406Poignant (1998) rappelle que ce nom a été considéré, par d’Orbigny lui-même en 1850, comme synonyme de Nummulina planospira Boubée, 1831. D’Archiac & Haime (1853) ont ensuite mis ce dernier nom en synonymie de N. spira de Roissy, 1805, espèce qui fut par la suite rapportée au genre Assilina d’Orbigny, 1839.

407Aucun spécimen au nom de A. depressa n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 36, Fig. 3. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Assiline undata. Nom disponible : Assilina undata d’Orbigny, 1850. Dénomination actuelle : Assilina undata d’Orbigny, 1850

Histoire du nom

4081826 « Nummulina undata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 3. [Nomen nudum].

4091850b Assilina undata d’Orbigny, Prodrome Paléonto., 2 : 336, no 684.

Interprétation

4101904a Assilina undata d’Orbigny. – Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 (3) : 397, pl. 14, fig. 10 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

4111927a Assilina undata d’Orbigny. – Cushman, Contr. Cushm. Lab. Foram. Res., 3 (1) : 53, pl. 11, fig. 5.

*

412Dans le Tableau méthodique, d’Orbigny ne mentionne aucune provenance, et donne pour seule indication « fossile ». Dans le Prodrome d’Orbigny mentionne la localité de Couiza (Aude).

413Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Pl. 36, Fig. 4. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Assiline nitida. Nom disponible : Assilina nitida d’Orbigny in Fornasini, 1904. Dénomination actuelle : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781 ?)

Histoire du nom

4141826 « Nummulina nitida » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 4. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « la mer Rouge ».

4151904a Assilina nitida d’Orbigny in Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 (3) : 397, pl. 14, fig. 11 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

Interprétation

4161939 Operculina ammonoides (Gronovius). – Hanzawa, Jap. Jour. Geol. Geog., 16 : 229, pl. 15, figs 1-5 ; pl. 16, figs 3-7. [1781 Nautilus ammonoides Gronovius, Zooph. Gronoviani. Haak et Soc., 3 : 282, pl. 19, figs 5-6].

Iconographie moderne

4171993 Assilina ammonoides (Gronovius). – Hottinger et al., Recent foraminifera from the Gulf of Aqaba : 154, pl. 222, 223.

*

418Fornasini (1904a) pense qu’il pourrait s’agir d’une Operculina, et Hanzawa (1939) l’assimile à Operculina ammonoides (Gronovius, 1781), rapportée depuis au genre Assilina d’Orbigny, 1839 (Loeblich & Tappan 1987 : 683). Hottinger et al. (1993) signalent la grande variabilité de A. ammonoides (formes évolutes à involutes, plates ou renflées, diversement ornementées) liée au dimorphisme ainsi qu’aux facteurs environnants, et responsable d’un certain nombre d’erreurs de déter mination.

419Aucun spécimen au nom de A. nitida n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 36, Fig. 5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Assiline radiolata. Nom disponible et dénomination actuelle : Assilina radiolata d’Orbigny in Fornasini 1904

Histoire du nom

4201826 « Nummulina radiolata » d’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 5. [Nomen nudum]. Provenance indiquée : « fossile à Auvert ».

4211904a Assilina radiolata d’Orbigny in Fornasini, Bol. Soc. Geol. Ital., 22 (3) : 397, pl. 14, fig. 12 (d’après dessin inédit de d’Orbigny).

422Cette espèce n’a pas été retrouvée dans la collection d’Orbigny.

Figure 1 Nummulina s. g. Assiline discoidalis : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)
Figure 2 Nummulina s. g. Assiline depressa : Assilina spira (de Roissy, 1805)
Figure 3 Nummulina s. g. Assiline undata : Assilina undata d’Orbigny, 1850
Figure 4 Nummulina s. g. Assiline nitida : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781 ?)
Figure 5 Nummulina s. g. Assiline radiolata : Assilina radiolata d’Orbigny in Fornasini 1904

Figure 1 Nummulina s. g. Nummuline complanata : Nummulites complanata Lamarck, 1804
Figure 2 Nummulina s. g. Nummuline laevigata : Nummulites laevigatus (Bruguière, 1792)
Figure 5 Nummulina s. g. Nummuline globularia : Nummulites globularia Lamarck, 1804

Planche 37

423[Les dessins 3 et 4 de la Planche 37 [n’ont pas été légendés par d’Orbigny]

Pl. 37, Fig. 1. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Nummuline complanata. Dénomination actuelle : Nummulites complanata Lamarck, 1804

Interprétation

4241826 Nummulina (Nummulina) complanata (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 3. Aucune indication de provenance. [1804a Nummulites complanata Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 242, no 4].

4251853 Nummulites complanata Lamarck. – d’Archiac & Haime, Description des animaux fossiles du groupe nummulitique de l’Inde. Gide & Baudry éd. : 87, pl. 1, figs 1-3.

426Aucun spécimen au nom de N. complanata n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 37, Fig. 2. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Nummuline laevigata. Dénomination actuelle : Nummulites laevigatus (Bruguière, 1792)

Interprétation

4271826 Nummulina (Nummulina) laevigata (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 295, no 1. Aucune indication de provenance.

4281981 Nummulites laevigatus (Bruguière). – Schaub, Mémoires suisses de Paléontologie, 104-106 : 171, pl. 60, figs 18-31, 38-44. [1792 Camerina laevigata Bruguière, Encyclopédie méthodique, Paris, 1 : 399].

429Aucun spécimen au nom de N. laevigata n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Pl. 37, Fig. 5. Nom manuscrit dans la légende de la Planche : Nummulina s. g. Nummuline globularia. Dénomination actuelle : Nummulites globularia Lamarck, 1804

Interprétation

4301826 Nummulina (Nummulina) globularia (Lamarck). – D’Orbigny, Ann. Sci. Nat., 7 : 296, no 2. Aucune indication de provenance. [1804a Nummulites globularia Lamarck, Ann. MNHN, 5 : 241, no 2].

431Aucun spécimen au nom de N. globularia n’a été retrouvé dans la collection d’Orbigny.

Table des illustrations

Légende Illustration 6 Esquisses d’Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826 et U. nodosa var. (dessins inédits de d’Orbigny extraits d’une planche inachevée) représentées par les Figs 2, 3 et 4 sur la Planche 17.Sketches of Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826 and U. nodosa var. (unpublished drawings of d’Orbigny from an unfinished plate) illustrated by Figs 2, 3 and 4 on Plate 17.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 1 Uvigerina rugosa : Uvigerina rugosa d’Orbigny, 1852Figure 2 Uvigerina pygmea : Uvigerina pygmea d’Orbigny, 1826Figure 3 Uvigerina nodosa var. ß : Uvigerina nodosa d’Orbigny, 1826Figure 4 Uvigerina nodosa var. ß : Uvigerina canariensis d’Orbigny, 1839 ?Figure 5 Uvigerina bilobata : Uvigerina trilobata d’Orbigny, 1852 ?
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 1 Bulimina costata : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843Figure 2 Bulimina striata : Bulimina striata d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843Figures 3-5 Bulimina sulcata : Uvigerina sulcata d’Orbigny in Fornasini, 1902Figures 6-11 Bulimina marginata : Bulimina marginata d’Orbigny, 1826Figures 12-15 Bulimina echinata : Bulimina echinata d’Orbigny, 1852
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figures 1-4 Valvulina triangularis : Valvulina triangularis Parker, Jones & Brady, 1865Figures 5-10 Valvulina pupa : Valvulina pupa d’Orbigny, 1850Figures 11-14 Valvulina columnatortilis : Gyrovalvulina columnatortilis (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figures 1-3 Rosalina globularis variétés : Rosalina globularis d’Orbigny, 1826 (1-3), Rosalina sp. (4-10)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figures 1-4 Rotalia s. g. Rotalia rosea  : Rotorbinella rosea (Deshayes, 1832)Figures 5-10 Rotalia s. g. Rotalia squammosa  : Cymbaloporetta squammosa (d’Orbigny, 1839)Figures 11-14 Rotalia s. g. Rotalia marginata  : Trochulina ( ?) sp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figures 1-7 Calcarina defrancei : Calcarina defrancei d’Orbigny, 1826Figures 8-11 Calcarina spengleri : Calcarina spengleri (Gmelin, 1791)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figures 1-5 Globigerina bulloides  : Globigerina bulloides d’Orbigny, 1826Figures 6-9 Globigerina trilocularis : Globigerina trilocularis Deshayes, 1830Figures 10-12 Globigerina globularis  : Globigerina sp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Légende Figures 1-4 Giroïdina contecta : Rotalina contecta d’Orbigny, 1839 nomen dubiumFigures 5-8 Giroïdina carinata : Cibicides refulgens Montfort, 1808 ?Figures 9-12 Giroïdina conoides : Pseudorotalia schroeteriana (Parker & Jones, 1862)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Légende Figures 1-5 Truncatulina refulgens : Cibicides refulgens Montfort, 1808 Figures 6-15 Truncatulina tuberculata : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Figure 1 Platulina ariminensis : Planulina ariminensis d’Orbigny, 1826Figure 2 Platulina dubia : Planulina dubia d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843 Figure 3 Platulina incerta : Lobatula lobatula (Walker & Jacob, 1798)Figure 4 Platulina soldanii : Planulina soldanii d’Orbigny, 1826
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Figures 1-4 Planorbulina nitida : Planorbulina nitida Deshayes, 1832Figures 5-9 Planorbulina mediterranensis : Planorbulina mediterranensis d’Orbigny, 1826Figures 10-13 Planorbulina vermiculata : Cyclocibicides vermiculatus (d’Orbigny, 1826)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figures 1-9 Operculina complanata : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)Figures 10-12 Operculina costata : Operculina complanata (Defrance in de Blainville, 1822)Figures 13-15 Operculina thouini : Assilina ammonea (Leymerie, 1846)Figures 16-18 Operculina madagascariensis : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 1 Anomalina punctulata : Anomalina punctulata d’Orbigny, 1826Figure 2 Anomalina ariminensis : Anomalina ariminensis d’Orbigny in Fornasini, 1902Figure 3 Anomalina orbicularis : Riminopsis orbicularis (d’Orbigny in Fornasini, 1902)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figures 1-4 Polystomella crispa : Elphidium crispum (Linnaeus, 1758)Figures 5-7 Polystomella crispa : Elphidium macellum (Fichtel & Moll, 1798)Figures 8-9 Polystomella crispa : Elphidium granulatum (Costa, 1856)Figures 10-12 Polystomella angularis : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)Figures 13-15 Polystomella craticulata : Elphidium craticulatum (Fichtel & Moll, 1798)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Peneroplis planatus (variétés) : Peneroplis planatus (Fichtel & Moll, 1798)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figures 1-5 Spirolina cylindracea : Spirolina cylindracea Lamarck, 1804 Figures 6-9 Spirolina striata : Spirolina striata d’Orbigny, 1850Figures 10-15 Spirolina depressa : Dendritina depressa (Lamarck, 1804)Figures 16-19 Spirolina laevigata : Spirolina laevigata d’Orbigny, 1850Figures 20-24 Spirolina pedum : Spirolina pedum d’Orbigny, 1850
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figures 1-3 Robulina cultrata : Lenticulina sp.Figure 4 barré, corrigé 5 Robulina vortex : Lenticulina sp.Figure 5 barré, corrigé 4 Robulina orbicularis : Lenticulina orbicularis (d’Orbigny, 1826)Figure 6 Robulina costata : Lenticulina sp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Illustration 7 Esquisse de « Robulina costata » (no 13 p. 289, Tableau méthodique), dessin inédit de d’Orbigny extrait d’une planche inachevée.Sketches of “Robulina costata” (no 13 p. 289, Tableau méthodique), unpublished drawing of d’Orbigny from an unfinished plate.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Figures 1-17 Cristellaria s. g. Cristellaire cassis : Planularia cassis (Fichtel & Moll, 1798)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 1 Nonionina sphaeroides : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)Figure 2 Nonionina bulloides : Pullenia bulloides (d’Orbigny, 1846)Figure 3 Nonionina laevigata : Nonion laevigatum (d’Orbigny in Guérin-Méneville, 1843)Figure 4 Nonionina melo : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)Figure 5 Nonionina umbilicata : Melonis pompilioides (Fichtel & Moll, 1798)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 1 Nummulina s. g. Assiline discoidalis : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781)Figure 2 Nummulina s. g. Assiline depressa : Assilina spira (de Roissy, 1805)Figure 3 Nummulina s. g. Assiline undata : Assilina undata d’Orbigny, 1850Figure 4 Nummulina s. g. Assiline nitida : Assilina ammonoides (Gronovius, 1781 ?)Figure 5 Nummulina s. g. Assiline radiolata : Assilina radiolata d’Orbigny in Fornasini 1904
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 1 Nummulina s. g. Nummuline complanata : Nummulites complanata Lamarck, 1804Figure 2 Nummulina s. g. Nummuline laevigata : Nummulites laevigatus (Bruguière, 1792)Figure 5 Nummulina s. g. Nummuline globularia : Nummulites globularia Lamarck, 1804
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4801/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540