Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Planches inédites de Foraminifères d’Alcide d'Orbigny

 | 
Marie-Thérèse Vénec-Peyré

Alcide d’Orbigny

(1802 - 1857)

Texte intégral

1Alcide d’Orbigny naquit à Couëron, près de Nantes, le 6 septembre 1802. Il passa son adolescence dans la région de la Rochelle où il consacrait ses loisirs à étudier les coquilles microscopiques. Les qualités d’observateur et d’illustrateur qu’il révéla dans la réalisation des Planches inédites et la présentation de la première classification des foraminifères lui valurent d’être nommé voyageur naturaliste par les professeurs du Muséum national d’Histoire naturelle, alors dirigé par Georges Cuvier, et d’être missionné pour explorer l’Amérique du Sud.

2Cette mission le conduisit sur les chemins du nouveau monde six ans avant Darwin. Il explora le Brésil, l’Uruguay, l’Argentine, le Chili, le Pérou et la Bolivie de 1826 à 1833. Il rapporta de cette mission, des récoltes d’une richesse exceptionnelle composée de 9330 espèces appartenant au monde animal comme au monde végétal, de nombreux échantillons de roches, des minéraux et des fossiles, des coupes géologiques, des cartes géographiques, ainsi que des collections ethnologiques et archéologiques. D’Orbigny appartenait à la nouvelle génération de naturalistes, apparue au début du XIXe siècle, qui avait pour objectif d’expliquer les faits et de dégager des lois en dépassant le simple cadre de la récolte et de la description. Aussi, à la suite de Humbolt qu’il rencontra à plusieurs reprises avant de quitter la France, il sut compléter ses récoltes par de nombreuses observations et des données chiffrées lui permettant d’établir des statistiques et d’étayer ses conclusions. Il se révéla écologiste et biogéographe bien avant l’heure. Les recherches qu’il effectua dans le domaine des sciences humaines sur l’histoire des communautés ethniques dont il partagea la vie, sur l’origine de leurs langues, leurs coutumes, leurs religions, leurs musiques, leurs pratiques agricoles, manufacturières et économiques, le feront reconnaître par la suite comme un des premiers « américanistes ». Le succès qu’il rencontra dans ces contrées lointaines fut tel que le président de la nouvelle république de Bolivie, le Maréchal Andrés de Santa Cruz, en fit son conseiller sur de nombreuses questions agricoles et industrielles touchant au développement économique du pays et le fit citoyen d’Honneur de Bolivie.

3Les résultats de cette formidable expédition furent publiés entre 1835 et 1847 dans un ouvrage quasi encyclopédique intitulé Voyage dans l’Amérique méridionale, ouvrage considéré par Darwin comme « un des monuments de la Science du XIXe siècle ». Cette œuvre, composée de 9 volumes (4747 pages, 550 planches), comportait la narration du voyage, son apport à la zoologie, la botanique, la géologie, la géographie, l’ethnologie et l’archéologie. Le volume intitulé L’homme américain de l’Amérique méridionale, considéré sous ses rapports physiologiques et moraux connut un véritable succès de librairie et fut réédité à plusieurs reprises. Le regard de d’Orbigny sur les sociétés qu’il rencontra tout au long de son périple, sa foi en l’unité de l’espèce humaine, son engagement vis-à-vis de la cause indienne révèlent son humanisme.

4De retour en France, d’Orbigny orienta ses recherches vers la paléontologie avec le dessein de classer les espèces fossiles selon leur ordre d’apparition dans les terrains géologiques et de présenter sa vision de l’histoire de la Terre. Il réalisa ce projet en s’appuyant sur une collection de plus de 100 000 spécimens fossiles récoltés par ses soins au cours de multiples voyages en France ou de sa mission en Amérique, ou donnés par des correspondants, ainsi que sur l’analyse de 200 000 références bibliographiques. Ce travail colossal aboutit à de nombreuses publications dont trois œuvres magistrales : la Paléontologie française (8 volumes publiés entre 1840 et 1860), le Prodrome de paléontologie stratigraphique (3 volumes, 1267 pages, parus entre 1850 et 1852) et le Cours élémentaire de paléontologie et géologie stratigraphiques (3 tomes, 1138 pages, publiés entre 1849 et 1852). Ce travail fit faire un bond considérable à la stratigraphie encore à ses premiers balbutiements. Il proposa le concept d’étage stratigraphique défini à partir du contenu fossilifère des terrains sédimentaires, et présenta la première échelle stratigraphique composée de 27 étages, en introduisant la notion de localité de référence, préfigurant ce qu’on appellera plus tard « stratotype ».

5La chaire de Paléontologie du Muséum national d’Histoire naturelle fut créée à son intention par un décret de Napoléon III en 1853. Il mourut le 30 juin 1857 en laissant une œuvre scientifique colossale et une immense collection qui sert toujours de référence à l’échelle internationale. Sa liste de publications comporte plus de 300 titres parmi lesquels on pourrait sélectionner « une demi-douzaine dont chacun d’entre eux constituerait à lui seul le travail de la vie d’un homme ordinaire » (Heron-Allen, 1917). Fondateur de la micropaléontologie et de la biostratigraphie, grand promoteur de la paléontologie, pionnier de l’ethnologie andine, il fut lauréat de plusieurs prix (dont par deux fois le prix Wollaston de la Geological Society of London) et honoré de plusieurs distinctions françaises et étrangères.

6Tous les objectifs qu’il s’était fixés – recenser le monde microscopique, explorer l’Amérique méridionale sous toutes ses facettes, retracer l’histoire de la Terre depuis l’apparition de la vie – il sut les mener à terme grâce à sa ténacité, sa capacité de travail phénoménale et sa soif de connaissances. Tous ses écrits témoignent d’un sens aigu de l’observation, d’une grande rigueur et d’une grande honnêteté scientifiques, d’un constant souci de pédagogie et d’un désir profond de faire partager son savoir. Soucieux de mettre de l’ordre dans le « chaos » qui régnait dans le domaine de la systématique et de la stratigraphie, toujours à la recherche de la « vérité », deux mots qui reviennent souvent dans ses écrits, Alcide d’Orbigny voulait surtout mettre la science au service de tous.

© Publications scientifiques du Muséum, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540