Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Planches inédites de Foraminifères d’Alcide d'Orbigny

 | 
Marie-Thérèse Vénec-Peyré

Avant-propos

Texte intégral

« je n’ai jamais eu pour but dans mes travaux que l’avancement de la science à laquelle j’ai consacré mon existence »
(Alcide d’Orbigny 1855)

1Initié dès son plus jeune âge aux Sciences de la Nature par son père Charles-Marie, Alcide Dessalines d’Orbigny (1802-1857) se passionna très vite pour l’étude d’animaux microscopiques pourvus d’une coquille qu’il appela foraminifères. Il présenta à l’Académie des Sciences, à l’âge de vingt-trois ans, son premier mémoire sur ce groupe dont les représentants étaient alors considérés comme des céphalopodes microscopiques. Intitulé Tableau méthodique de la classe des Céphalopodes, il était assorti de 73 planches de dessins. Le texte fut publié en 1826 dans les Annales de Sciences Naturelles, mais malheureusement sans ces planches. Elles ont pourtant depuis bien longtemps éveillé l’intérêt des spécialistes de foraminifères et, sous le nom de Planches inédites, ont été fréquemment citées dans la littérature scientifique.

2Par ce premier travail d’envergure, Alcide d’Orbigny posait les fondements d’une nouvelle science, la micropaléontologie, sans soupçonner l’importance de ses futures implications non seulement dans la recherche académique mais aussi dans le secteur économique. Les foraminifères ont en effet permis, et permettent toujours, de contribuer efficacement à l’avancement des connaissances sur l’histoire de la Terre à travers les différents témoignages qu’ils apportent aussi bien sur l’âge et la chronologie des dépôts que dans la reconstitution des paléoenvironnements. Dès les années 1920, ils ont ainsi beaucoup contribué au développement de la recherche pétrolière, aux études de prospection et de faisabilité des travaux d’aménagement du territoire, dont assez récemment le creusement du tunnel sous la Manche, et aux recherches en paléocéanographie et paléoclimatologie qui se sont développées depuis les années 1960.

3Ce premier travail du jeune naturaliste ne pouvait qu’augurer d’une œuvre prestigieuse et féconde. Les aptitudes qu’il y révélait ne devaient jamais se démentir. Passionné, animé d’une ténacité à toute épreuve, fasciné par les travaux d’envergure, d’Orbigny a laissé un héritage scientifique et culturel immense qui dépasse très largement le domaine de la micropaléontologie, puisque ses nombreux talents se sont exercés aussi bien dans les Sciences de la Terre et de la Vie que dans les Sciences humaines. Ses collections sont conservées au Muséum national d’Histoire naturelle où la Chaire de Paléontologie fut créée pour lui en 1853.

4Les célébrations du bicentenaire de sa naissance au cours de l’année 2002 en France et en Amérique du Sud ont rendu hommage à ce grand scientifique et salué son œuvre dont le caractère exceptionnel, par son ampleur, ses implications dans la science actuelle et la diversité des sujets abordés, ne laisse pas d’étonner scientifiques et historiens (Taquet & Vénec-Peyré 2002 ; Taquet 2002 ; Vénec-Peyré 2002a, b, 2004). Le projet d’édition des Planches inédites de foraminifères a été initié dans le cadre de ces manifestations. Elles sont publiées par les Publications scientifiques du Muséum avec le soutien de l’INSU (CNRS) et de la société TOTAL.

© Publications scientifiques du Muséum, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540