Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exposer l’humanité

 | 
Alice L. Conklin

Races, ossements et objets

Une science générale de l’Homme au dix-neuvième siècle

Texte intégral

La description particulière et la détermination de ces races, l’étude de leurs ressemblances et de leurs dissemblances, sous le rapport de la constitution physique comme sous le rapport de l’état intellectuel et social, la recherche de leurs affinités actuelles, de leur répartition dans le présent ou dans le passé, de leur rôle historique, de leur parenté plus ou moins probable, plus ou moins douteuse, et de leur position respective dans la série humaine : tel est l’objet de la partie de l’anthropologie que l’on désigne sous le nom d’ethnologie.
— Paul Broca, Mémoires d’Anthropologie, 1871.

Paul Broca
Portrait extrait des Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 3, 1880 (frontispice). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

1Au xixe siècle, des médecins et des naturalistes commencèrent à inventorier la variabilité raciale et physique de l’espèce humaine, sur une grande échelle sans commune mesure avec le passé. Au même moment, un courant d’étude se développait chez les écrivains, les artistes et les linguistes sur l’esprit des peuples en voie de disparition, observés à travers leurs coutumes et leurs langues, d’abord sur les territoires allemands puis à travers l’Europe et les Amériques. Des Français et Françaises cultivés participèrent pleinement au côté de leur gouvernement à ces nouvelles recherches en frayant la voie à une professionnalisation de la science qui sera connue sous le nom d’anthropologie — autrement dit, la science de l’humanité dans ses dimensions physiques et culturelles. Afin de collecter, définir et dispenser leur nouveau savoir, ces aspirants chercheurs créèrent différentes institutions, notamment des sociétés savantes, des revues, des écoles privées et des musées tant en métropole que dans ses nouvelles colonies. Dès les années 1870, la France pouvait ainsi se targuer de posséder ces structures en grand nombre, dont les plus ambitieuses caressaient l’espoir de fonder une « anthropologie générale » ayant l’espèce humaine pour objet, sous tous ses aspects : biologique, linguistique et civilisationnel.

  • 1 Sur cette modernisation, voir l’introduction, note 28. La sociologie durkheimienne s’assura quatre (...)
  • 2 En Grande-Bretagne, la Société ethnologique de Londres (1843) et la Société anthropologique de Lond (...)

2Malgré certaines réussites, les anthropologistes du xixe siècle échouèrent à mettre en place la science générale de leurs rêves. Aucune discipline connue sous le nom d’anthropologie ne perça à l’Université avant le xxe siècle. Le contraste n’en est que plus frappant avec le lancement à succès de la sociologie durkheimienne sur une période qui fut marquée entre 1880 et 1910 par une augmentation des postes académiques, car la jeune Troisième République cherchait alors à moderniser l’éducation supérieure1. Tandis que les anthropologistes français ayant reçu une formation empirique furent pionniers dans l’étude biologique des traits humains, et particulièrement des traits raciaux se prêtant ostensiblement à une quantification précise, l’étude scientifique des langues et des civilisations des peuples « primitifs » — qui finira par être appelée « ethnographie » en France — s’avéra lente au démarrage. Les universités américaines et anglaises établirent des départements d’anthropologie générale à compter des années 1890 ; en Allemagne, l’anthropologie et l’ethnographie (Anthropologie et Ethnologie en allemand) furent reconnues comme des sciences à part entière à la fin du siècle2. En revanche, il fallut attendre 1925 pour qu’une discipline combinant l’anthropologie physique et l’anthropologie sociale et culturelle fasse son apparition à l’Université de Paris, sous le « nouveau » nom (on devrait plutôt dire « ancien », comme nous le verrons) d’ethnologie. Les raisons expliquant cet accès moins rapide de la France vers la professionnalisation de la discipline sont variées : des divergences anciennes sur la manière de définir — et dans une moindre mesure d’organiser — les différentes branches de la nouvelle science de l’homme à l’âge de Darwin, l’absence de fortes personnalités au moment clé, la politisation récurrente des programmes scientifiques en raison de divisions idéologiques persistantes. Même lorsque se développa un intérêt scientifique pour l’étude des soi-disant peuples primitifs, le vieil idéal du xixe siècle, celui d’une science unifiée — qui traiterait tout à la fois des races, des coutumes et des langues — resta l’objectif inconditionnel : ce fut l’un des résultats du parcours particulier de la France vers la professionnalisation de la discipline.

  • 3 En réalité, le terme en usage à l’époque pour désigner l’étude des races était « ethnologie ». Ce m (...)

3Ce chapitre examine deux des plus importants groupes de savants qui songèrent, à Paris, entre les années 1850 et 1890, à organiser l’anthropologie générale en discipline. Ils laisseront chacun leur empreinte distinctive sur le développement de l’ethnologie universitaire au xxe siècle. La première initiative fut conduite par Paul Broca qui établit un Institut anthropologique, appelé à devenir mondialement célèbre dans les années 1860 et 1870, pour l’étude de l’humanité sous toutes ses dimensions. En pratique, cependant, l’école de Broca considérait que seules l’anthropométrie, la science raciale et la poursuite d’une anthropologie physique générale (incluant la préhistoire et la paléoanthropologie) constituaient sa vocation essentielle3. La plupart des disciples de Broca ne développèrent jamais de réel intérêt pour les croyances, le fonctionnement et la structure des sociétés pré-modernes ; pas plus n’abandonnèrent-ils l’idée que la race influa sur le comportement humain. Les recherches de Broca sur les traits raciaux perdirent temporairement leur attrait original et leur direction durant les vingt dernières années du xixe siècle — en particulier à la suite de l’Affaire Dreyfus — mais son école anthropologique devait réapparaître dans les années vingt et trente sous la forme d’un centre influent de recherche sur l’histoire naturelle de l’humanité et des races.

4Le second groupe œuvrant pour la percée de l’anthropologie générale sur cette période se rassembla autour d’un rival, contemporain et ami de Broca, Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau. Il détenait la première chaire en Anthropologie établie en 1856 au cœur de l’une des plus vénérables institutions de recherche en sciences naturelles de Paris, le Muséum national d’Histoire naturelle. Cette école du Muséum adhérait à la même définition générale de l’anthropologie que le cercle de Broca, mais contrairement à ce dernier, elle mettait en pratique ce qu’elle professait. Non seulement les chercheurs du Muséum se consacraient-ils à la science raciale, la préhistoire et à la paléoanthropologie, ils étudiaient par ailleurs les objets ethnographiques (produits fabriqués par les humains) ainsi que les coutumes des civilisations « primitives ». À la fin des années 1870, dans le contexte d’une reprise de l’expansion coloniale et des efforts menés pour revigorer, grâce à la science, une France tout juste défaite militairement, la Troisième République créa le premier musée public à Paris entièrement consacré à l’ethnographie, le Musée d’ethnographie du Trocadéro, et choisit un jeune anthropologiste du Muséum pour en assurer la direction, Ernest-Théodore Hamy. Ce dernier souhaitait utiliser cette institution pour faire de l’étude des caractères culturels des peuples vivants ou disparus une science digne de ce nom, capable de trouver enfin sa place à côté de l’étude des caractères physiques au sein d’une authentique science générale de l’homme. Hamy rencontra toutefois peu de soutien à son projet de musée auprès de la communauté scientifique en France. Il faudra de nouveaux acteurs, un contexte politique renouvelé et un empire colonial consolidé au début du xxe siècle pour que les conditions deviennent enfin favorables à l’établissement du champ scientifique de l’ethnographie en France, qui faisait alors partie de la nouvelle discipline universitaire de l’ethnologie — autrement dit, une ethnographie qui se serait rebiffée, tout en lui étant également redevable, contre l’ancienne et prestigieuse tradition remontant au xixe siècle d’une science privilégiant la dimension raciale avant l’étude des langues et des coutumes.

L’ANTHROPOLOGIE DE PAUL BROCA : LA PRIMAUTÉ DE LA RACE, 1839-1879

  • 4 Voir Liebersohn (Harry), « Anthropology before anthropology », in Kuklick (Henrika) (sous la dir.),(...)

5Le triste « exploit » d’un groupe d’anthropologistes du xixe siècle consista à donner une tournure plus scientifique qu’elle n’eut jamais, ni en France ni à l’étranger, à la doctrine de la race. Les origines épistémologiques de cette doctrine remontent à la fin du xviiie siècle, lorsque divers géographes, naturalistes, anatomistes, phrénologues et physiognomonistes se mirent alors à explorer les différences observables, raciales en particulier, entre les groupes humains et à émettre l’hypothèse qu’une influence raciale déterminait les capacités et les comportements tant individuels que collectifs4. Il était alors largement admis que les êtres humains étaient regroupés en une hiérarchie naturelle de races distinctes et stables et dont les caractéristiques avaient elles-mêmes une traduction ostéologique, surtout la taille du crâne qui pouvait être mesurée. Seules quelques voix discordantes soutenaient l’idée que toutes les races puissent être dotées des mêmes caractéristiques. Un grand nombre de spécialistes étaient par ailleurs portés à croire que l’inégalité héréditaire ne signifiait pas l’inaptitude au progrès et que les influences environnementales plus que l’hérédité (ou un mélange des deux) étaient à l’origine de l’existence de races différentes. L’anthropométrie et la craniométrie furent des méthodes inventées pour essayer de démontrer la réalité biologique des différences raciales, quand bien même il n’existait aucun consensus académique à l’époque quant à la manière de procéder aux mesures des traits raciaux, pas plus qu’une méthodologie adéquate pour classer les races.

Goniomètre de Broca
Planche extraite de Broca (Paul), Instructions générales pour les recherches anthropologiques à faire sur le vivant, 2ème éd., Paris : Masson, 1879, p. 41. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 5 Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), Bones, bodies, behavior…, op. cit., pp. 3-9.

6La question de la diversité raciale, les raisons de cette diversité et ses conséquences en termes de capacité psychique, faisait elle-même partie d’un plus vaste débat qui fascinait les contemporains, surtout à partir des années 1820, lorsque le transformisme Lamarckien commença à gagner des adeptes : l’humanité avait-elle été à l’origine unique (thèse de la monogénèse), comme l’enseignait la Bible — toutes les races descendant du premier homme et de la première femme — ou avait-elle une origine multiple (polygénèse), autrement dit, chaque race constituant une espèce différente dès le départ ?5 Cette question s’entremêla bientôt à une autre, plus politique celle-ci, suscitée par l’impérialisme anglo-américain et la pratique de l’esclavage au début du xixe siècle : certaines races « primitives » étaient-elles capables d’amélioration ? Tandis que des chercheurs français issus d’une variété de champs disciplinaires contribuaient à la naissance de la science raciale, la controverse la plus connue de l’époque opposa les craniologues américains et pro-esclavagistes, Samuel Morton, George Robert Glidden, et Josiah Nott au scientifique anglais, défenseur des esclaves, James Prichard. Après 1850, le centre de la science raciale glissa vers la France. Cela tint largement à la personnalité de Paul Broca, talentueux et ambitieux médecin, qui avait été formé dans le sillage de ces derniers débats, et qui en avait retiré une vive frustration à l’encontre de ce qu’il considérait être un manque fondamental de rigueur scientifique dans l’approche que ses pairs aînés avaient donné à cet aspect jugé « essentiel » de la biologie humaine.

  • 6 Sur la fondation de la Société ethnologique de Paris, voir Sibeud (Emmanuelle), « The metamorphosis (...)
  • 7 Blanckaert (Claude), « On the origins of french ethnology … », op. cit., pp. 38.
  • 8 Ibid., p. 41.
  • 9 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., p. 333.

7Si l’on passe des idées ayant permis de propulser la science de l’humanité en France en tant que champ disciplinaire en soi pour se tourner vers les moments clés de son organisation institutionnelle, la date de 1839 s’impose immédiatement. Cette année-là, un physiologiste et avocat de l’anti-esclavagisme, originaire de la Jamaïque, le monogéniste William Frédéric Edwards lançait la Société ethnologique de Paris. Edwards est souvent considéré comme le fondateur en France d’une science spécifiquement raciale. À court terme, il parvint pour la première fois à réunir sous un même toit des groupes rivaux de naturalistes, d’historiens, de voyageurs et de géographes en soutenant que la race était un facteur permanent et déterminant dans les relations humaines, et en les convainquant que le véritable objet des recherches « ethnologiques » était l’étude méthodique des races6. Selon Edwards, il était possible de découvrir des races pures en-deçà du vaste mélange des populations à l’œuvre depuis 6 000 ans, en procédant principalement à l’examen des « caractères physiologiques » (et non à celui des structures osseuses qui captivaient tant les craniologues)7. Malgré cet accent mis sur la différence physique, le programme de recherche de Edwards ne se résumait pas seulement à une cartographie raciale. L’ethnologie selon Edwards, passionné quant à lui par les dialectes celtiques, les peuples d’Europe et la composition raciale originelle de la nation française, devait s’étendre non seulement à l’étude des caractéristiques raciales, mais aussi intellectuelles, morales et linguistiques de chaque peuple, comme de leurs traditions historiques et de leurs migrations8. Sa société attira aussitôt des chercheurs universitaires déjà en poste et un large groupe d’amateurs érudits9. Mais elle ne survécut pas à la mort de son fondateur, survenue en 1842, périclita et disparut pour de bon en 1862.

  • 10 Sur Paul Broca, voir Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit. ; Carson (John), The (...)
  • 11 La phrénologie était l’étude des caractéristiques externes du crâne, censée servir de guide pour sa (...)
  • 12 La première citation est extraite de Clark (Terry N.), Prophets and patrons…, op. cit., p. 117 ; la (...)
  • 13 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., p. 128.

8Entre temps, cependant, un ambitieux professeur d’anatomie, également chirurgien à la Faculté de médecine de Paris, libre penseur et polygéniste, était apparu avec une énergie et une vision suffisantes pour reprendre le programme de recherche de Edwards, l’élargir et lui donner une dimension plus scientifique10. Au début de sa carrière, Broca était féru de craniométrie et s’était converti à la position défendue par les « Américains » contre celle de James Pritchard dans le débat sur la fixité des traits raciaux : il n’existait pas, selon lui, d’unité fondamentale de l’espèce. L’une des premières spécialités de Broca était la localisation physique des fonctions cérébrales, une préoccupation traditionnelle des phrénologues, envers lesquels il se tenait toutefois à distance11. L’expertise de Broca en matière de localisation cérébrale devait également jouer un rôle central dans sa contribution à l’anthropologie. En 1859, Broca et un petit groupe d’autres biologistes dissidents, dont les recherches positivistes sur les origines humaines et l’évolution entraient de plus en plus en conflit avec ce qu’ils considéraient comme des préceptes démodés de l’Église catholique, contribuaient à créer une nouvelle société : la Société d’anthropologie de Paris. Le gouvernement conservateur de Napoléon III, qui se défiait de toute science pouvant avoir des relents de matérialisme, autorisa à contrecœur sa création, sur la base entendue que Broca tienne à l’écart la religion et la politique de son association. La mission de la Société d’anthropologie, définie par Broca, n’était rien de moins que l’étude de « toutes les questions concernant la race humaine » « considérée dans sa totalité, dans ses détails, et en relation avec le reste de la nature » dans un climat scrupuleusement exempt de toute idéologie12. En théorie, cela signifiait collecter et synthétiser l’information émanant de douze sous-champs distincts, comprenant la préhistoire, la paléoanthropologie, l’archéologie, l’anatomie humaine comparée, l’anthropologie physique, la médecine, la linguistique et enfin ce que Edwards avait appelé l’« ethnologie », autrement dit la « description des races »13. Le changement de nom, anthropologie à la place de ethnologie, devait souligner sa vocation encyclopédique, avec désormais l’inclusion d’une histoire remontant loin dans le passé et de l’évolution humaine dans l’« étude de l’humanité ». Dès le départ, cependant, Broca rétrécit la portée de son anthropologie générale en se concentrant sur les branches pouvant être érigées sur une base quantitative (l’anthropologie physique, la science raciale) au détriment de celles qui s’en trouvaient dépourvues (l’archéologie, la linguistique), dans le but de doter sa nouvelle anthropologie du même statut, bien établi, de science naturelle déjà attribué à la biologie, à la chimie et à la physique.

Johann Gaspar Spurzheim Portrait du collaborateur de Franz Joseph Gall qui popularisa la phrénologie. Trustees of the British Museum.

  • 14 Williams (Elizabeth A.), The physical and the moral…, op. cit., p. 259.
  • 15 Carson (John), The measure of merit…, op. cit., p. 98. Sur la craniométrie de Broca, voir aussi Bla (...)
  • 16 Sur la place de la craniométrie en Allemagne sur la même période, voir Zimmerman (Andrew), Anthropo (...)

9L’effort entrepris par Broca pour faire admettre sa discipline parmi les sciences naturelles pesa de façon décisive, en orientant son sujet et sa méthode : cette quête faisait également de lui une figure problématique dans les annales de l’histoire de l’anthropologie. À l’instar de ce qu’avaient fait les craniologues avant lui, Broca fit du problème de la variabilité humaine l’axe central de sa recherche anthropologique. Il était également d’avis que la science raciale, au milieu du siècle, était suffisamment développée pour montrer que les races avaient été formées indépendamment à l’aube de l’humanité, que les crânes étaient des traits raciaux primordiaux qui restaient stables, même après que les groupes humains se soient mélangés, et que les capacités intellectuelles n’avaient pas non plus varié avec le temps mais qu’elles étaient directement liées à la taille du cerveau, une variable pouvant elle-même être déterminée en mesurant les structures du crâne. Si les scientifiques avant lui tenaient pour acquis ce lien entre l’intelligence et la forme du crâne, Broca était déterminé, pour sa part, à établir empiriquement sa véracité, en soutenant que, selon les mots de Elizabeth Williams, « les races avaient développé, et exercé leur influence sur les caractéristiques intellectuelles et morales, conformément aux lois établies… »14. Ces lois de la nature, comme les autres lois régissant le monde naturel et qui se prêtaient aux recherches empiriques, n’étaient pas encore connues. Mais Broca croyait qu’à force de persévérance, il pourrait établir une corrélation durable entre certains traits physiques du cerveau (le volume du crâne, la masse du cerveau, ses circonvolutions, et/ou l’indice céphalique, autrement dit le rapport entre la largeur et la longueur du crâne) et l’intelligence qui soit en correspondance avec la race. Broca chercha ainsi à démontrer l’organisation « naturelle » des différents types raciaux en une hiérarchie fondée sur l’intelligence, et ce, avec un degré d’exactitude scientifique et en faisant appel à une masse de données empiriques qui n’avaient pas été prises en compte jusque-là par ses prédécesseurs15. Pour y arriver, Broca et ses disciples réinventèrent quasiment le domaine de l’anthropométrie, en mesurant plus soigneusement et plus complètement que jamais les cavités crâniennes des groupes « inférieurs » en intelligence (les soi-disant primitifs), comme de ceux « connus » comme supérieurs (les hommes blancs européens). Loin de décourager cette approche, les grandes découvertes au milieu du siècle de restes humains préhistoriques paraissaient prouver la viabilité des suppositions de Broca. Le premier crâne néanderthalien à être ainsi identifié en 1856, venait confirmer aux yeux de nombreux anthropologistes que les différences biologiques et mentales entre les races étaient très anciennes et susceptibles de faire l’objet de recherches empiriques16.

Planche anatomique
Planche et légende extraites de Broca (Paul), Instructions générales pour les recherches anthropologiques à faire sur le vivant, 2e éd., Paris : Masson, 1879, pp. 290-291. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 17 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., p. 153.
  • 18 Harvey (Joy), Almost a man of genius : Clémence Royer, feminism, and nineteenth-century science, Ne (...)

10Sous la direction dynamique de Broca, la Société d’anthropologie devint la plus importante association anthropologique en France au xixe siècle et servit de modèle à d’autres sociétés similaires de par le monde. Le nombre d’adhésions grimpa rapidement durant les dix premières années, avant d’atteindre un sommet en 1885, avec 757 membres. La nouvelle science ne disposant d’aucun poste universitaire à l’époque, la plupart des adhérents étaient des médecins en exercice ou des enseignants rattachés à une école de médecine, qui partageaient le sécularisme et le polygénisme de Broca17. Celui-ci était surtout suffisamment courtois et avisé pour laisser s’exprimer tous les points de vue et toutes les perspectives disciplinaires à l’intérieur de la Société d’anthropologie : ainsi accepta-t-il l’adhésion, par exemple, de Clémence Royer, la première traductrice de Darwin en France, alors même que les femmes ne se trouvaient pas normalement admises en ces cercles18. Dans un contexte marqué par la parution de l’ouvrage L’Origine des espèces qui ouvrit de nouveaux débats sur la nature de l’humanité et déboucha sur des thèses qui venaient remplacer l’ancienne querelle entre partisans du monogénisme et du polygénisme, toutes les grandes questions de l’époque furent discutées avec la plus grande civilité et rigueur, grâce au magistère de Broca et à la neutralité politique qu’il afficha : l’origine simple ou multiple de l’espèce humaine, sa transformation ou fixité dans le temps, la perfectibilité des différentes races, l’histoire de la variation humaine, les frontières entre les règnes humain et animal, la preuve de l’existence de l’homme fossile, l’adaptabilité (l’acclimatation) des races à de nouveaux environnements, la fécondité des « hybrides », et le problème de « la civilisation ». Évitant tout parti pris, Broca n’obéissait pas seulement aux injonctions du gouvernement : bien que républicain modéré de conviction, le maintien de l’objectivité, selon lui, exigeait que le savant reste étranger dans sa pratique théorique aux questions sociales et politiques du moment.

  • 19 Sur le Laboratoire Broca, voir Ferembach (Denise), « Le laboratoire d’anthropologie à l’École prati (...)

11Or si Broca donna finalement à la science raciale une forte impulsion, ceci ne tenait pas seulement à la scientificité de sa méthode, ou à sa probité personnelle. En plus de diriger la Société d’anthropologie, il créa plusieurs autres institutions qui allaient également garantir l’avenir de sa nouvelle anthropologie : en premier lieu, une série de publications prestigieuses des procès-verbaux de la société destinées à une audience internationale — avec, d’abord, les Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie, puis la Revue d’Anthropologie, fondée en 1872 (et publiée jusqu’en 1889), éditée par Broca en personne ; deuxièmement, un laboratoire pour les étudiants en formation, le Laboratoire d’anthropologie, qui fut rattaché à la IIIe section (celle des Sciences naturelles) de l’École pratique des hautes études en 1867, elle-même une « annexe » de l’Université de Paris ; enfin, plus important encore, une école privée pour enseigner les connaissances et les techniques de plus en plus spécialisées propres à la discipline, l’École d’anthropologie, qui ouvrit ses portes en 1876 dans les locaux de la Faculté de médecine de l’Université de Paris (même si elle ne faisait pas officiellement partie de cette dernière)19. Devant la difficulté à intégrer les rangs de l’université publique et conservatrice — qui avait un monopole sur la délivrance des diplômes — Broca résolut le problème à court terme en le contournant et en établissant sa propre École d’anthropologie ; à long terme, toutefois, son ambition restait la création d’une chaire en Anthropologie à la Faculté de médecine de Paris.

  • 20 Sur la passion de la Troisième République pour la science, voir Weisz (George), The emergence of th (...)
  • 21 Dias (Nélia), « Séries de crânes et armée de squelettes. Les collections anthropologiques en France (...)

12Afin d’établir sa nouvelle école, Broca se tourna vers des philanthropes et vers le Conseil municipal de Paris. Avec la fondation de la Troisième République, anticléricale et entichée de sciences, ces deux groupes se montrèrent des partisans enthousiastes de l’entreprise.20 Au début des années 1870, Broca put ainsi financer six chaires d’enseignement : en anthropologie anatomique (ou générale), anthropologie biologique, ethnologie (ou, plus précisément, description des races), anthropologie linguistique, anthropologie préhistorique et démographie. Il prit en main la chaire d’Anthropologie anatomique et attribua les autres à des membres fondateurs de la Société d’anthropologie qui partageaient ses vues ambitieuses ou à des étudiants qu’il avait formés dans son laboratoire. Le Musée Broca, dévolu aux spécimens ostéologiques (la plupart venant de France et du reste de l’Europe), ainsi qu’une bibliothèque, furent également rattachés à l’École21. Broca baptisa cet impressionnant regroupement institutionnel qui comprenait dorénavant la Société d’anthropologie, l’École d’anthropologie, le Laboratoire et le Musée Broca, « l’Institut d’anthropologie de Paris ».

  • 22 Sur l’utilisation que Broca fit des statistiques, voir Blanckaert (Claude), De la race à l’évolutio (...)
  • 23 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 78.

13Avec l’établissement de leur institut, les anthropologues consolidèrent leur réputation de chefs de file internationaux en matière de mesures et de comparaisons crâniennes, de calculs de normes raciales et de classification des races et de leurs sous-groupes. Outre ces innovations, Broca avait été conquis par la nouvelle science des statistiques à la suite de sa collaboration avec le démographe français Louis-Adolphe Bertillon. Les instruments de mesure de Broca, conçus à l’École d’anthropologie, ainsi que ses analyses statistiques des mensurations raciales placèrent la barre très haut pour les scientifiques du monde entier qui essayaient de rivaliser en précision et en innovation22. Les recrues de premier choix pour Broca restaient les médecins, une profession à l’époque dotée d’un prestige très élevé ; l’anthropométrie se prêtait bien à leur formation en anatomie, quant aux étudiants en médecine, ils pouvaient se payer le luxe de suivre des cours ne débouchant sur aucun diplôme. Des milliers d’entre eux affluèrent aux cours d’anthropologie, tant et si bien que le nombre de professeurs continua de s’accroître23. Malgré cet apparent dynamisme, en cette seconde moitié du xixe siècle, Broca n’avait pas le monopole de l’enseignement de l’anthropologie, ni de la définition de son contenu et de ses méthodes. À la même époque, en effet, un autre groupe d’anthropologistes en vue, établis à Paris, prenaient une orientation légèrement différente dans leur parcours vers la professionnalisation : une voie moins axée sur la biologie et la race.

L’ANTHROPOLOGIE AU MUSÉUM D’HISTOIRE NATURELLE, 1855-1878

  • 24 La chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme date de 1838. Auparavant, il existait une cha (...)

14En 1855, la chaire d’« Anatomie et d’histoire naturelle de l’Homme » au Muséum d’Histoire naturelle de Paris était détenue par un naturaliste, formé en médecine et en zoologie, Armand de Quatrefages. Ce dernier était tout aussi informé des derniers courants de son temps en matière d’origine, de nature et d’évolution de la variabilité humaine que Broca, mais il se tenait du côté monogéniste du débat. Il était ainsi passé de l’étude des espèces animales à l’étude des anthropoïdes et des premiers humains. Lorsqu’il arriva au Muséum, il décida de renommer sa chaire « Anthropologie », ce qui cadrait mieux avec ses nouveaux centres d’intérêt. Il l’occupa jusqu’à sa mort en 189224. Pour Quatrefages aussi, l’anthropologie était avant tout l’histoire naturelle de l’espèce humaine. Il allait donc aider Broca à fonder la Société d’anthropologie et faire de sa chaire du Muséum un centre d’étude des races. Toutefois, contrairement à Broca, Quatrefages insistait que l’étude des objets des peuples « primitifs » relevait également de l’anthropologie, et il commença à développer des méthodes pour classer les objets — une recherche qu’il désigna sous la rubrique d’« ethnographie ». Grâce à l’existence de la chaire d’Anthropologie de Quatrefages le Muséum allait devenir un deuxième espace de professionnalisation pour l’anthropologie et le lieu de diffusion d’une science véritablement « générale » de l’homme.

  • 25 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., pp. 340-343 ; et Dias (Nélia (...)

15Le Muséum était une institution de recherche publique importante, mais le fait d’être extérieur au système universitaire accentua son isolement à mesure que le xixe siècle avançait. Fondé sous l’Ancien Régime et nationalisé durant la Révolution, il représentait la « science officielle », encore alliée de l’Église catholique et de l’ordre politique conservateur au début du xixe siècle. La principale vocation du Muséum était d’inventorier et d’étudier la faune et la flore. L’histoire naturelle de l’homme ne s’ajouta à ces catégories qu’à partir de 1832. Chaque professeur du Muséum disposait de son propre laboratoire pour conserver les spécimens, ainsi que d’un assistant et du personnel auxiliaire. La plupart des objets amoncelés dans les vastes collections du Muséum provenaient des expéditions scientifiques, dont la promotion et le suivi constituaient l’une des raisons d’être de l’institution, en lien avec l’État qui souhaitait également promouvoir la réputation de la science française tout au long du xixe siècle. Compte-tenu de sa vocation première de recherche, les enseignants du Muséum dispensaient des cours ouverts au public, non validés par des diplômes25. Contrairement aux nombreux acolytes de Broca, Quatrefages n’avait qu’un seul étudiant, dont il fit son successeur attitré : Ernest-Théodore Hamy, qui devait laisser son empreinte sur l’anthropologie française.

Galerie d’Anthropologie au Muséum
Vue sur les vitrines de crânes placées au balcon de la galerie. Photographie (détail) de Pierre Petit (1898). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 26 Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., p. 58. Sur l’environnementalisme de Quatrefages, (...)
  • 27 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », Popular Science Monthly, vol. 41, May 1892, (...)

16Lorsqu’il accepta la chaire d’Anthropologie au sein d’une institution principalement dédiée aux sciences naturelles, Quatrefages participa avec ferveur aux recherches anthropométriques alors développées par Broca, même si, en matière d’étude des races humaines, les deux hommes n’étaient pas d’accord en tous points. Quatrefages, comme Broca, admettait l’irréversibilité des caractères raciaux, la fixité historique des groupes humains sur la longue durée, et l’inégalité fondamentale des races ; cependant il ne cessait de soutenir, en tant que monogéniste, que les influences environnementales avaient formé et continuaient à façonner les variétés humaines, et qu’au-dessous de cette variété, l’espèce était fondamentalement « une ». Il s’agissait là d’une position qui rendait son anthropologie moins biologique que celle de Broca, et plus ouverte sur les problématiques du développement historique des cultures26. Dans le domaine de l’anthropologie physique, il voulait identifier et sérier les traits raciaux des crânes des premiers humains à nos jours, ce qui l’amena à composer avec Hamy un volumineux recueil sur les formes crâniennes, basé sur des données françaises et étrangères, le Crania Ethnica (en deux volumes, 1875-1882). En la matière, Quatrefages fit montre de vrais talents d’organisateur. Engagé sur le projet monté par Broca de classification des races basée sur des mesures de haute précision, Quatrefages invita les naturalistes à rapporter de leurs expéditions lointaines autant de crânes que possible, car nécessaires à l’identification des différents types humains. La grande majorité des crânes qu’il rassembla dans son laboratoire, comme ceux des collections de Broca, restèrent néanmoins des crânes anciens et modernes, venant de France et d’autres parties de l’Europe. Il institua ainsi au Musée non seulement un laboratoire, mais également une galerie d’anthropologie afin d’exposer ses collections grandissantes. Pour reprendre les mots de l’anthropologiste américain Frederick Starr, lors de sa tournée européenne en 1892, le laboratoire de Quatrefages était « le mieux équipé et le plus pratique du monde ». Il comprenait « deux larges salles de travail pour les étudiants, une chambre noire et des ‘salles pour les modelages et fontes en plâtres’ et une bibliothèque d’ouvrages de références ». Starr était également élogieux sur la galerie anthropologique du Muséum, abritant « probablement la plus vaste collection au monde ».27

Galerie d’Anthropologie au Muséum
Squelette de Nicolas Ferry dit « Bébé », nain de Stanislas Leszczynski roi de Pologne. Photographie d’Auguste Dollot (3 mai 1909)
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 28 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 216. Selon Dias (pp. 106-107), le musée de l’É (...)
  • 29 Riviale (Pascal), « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Américani (...)

17Bien que spécialiste de l’anthropologie, Quatrefages s’investit autant dans la collecte et l’exposition d’objets ethnographiques qu’ostéologiques. Le Muséum faisait depuis longtemps office d’entrepôt pour les objets acquis par les scientifiques au cours de leurs voyages d’exploration, pourtant dans ce domaine aussi, Quatrefages rendit leurs collectes encore plus méthodiques. Par exemple, il insista auprès des naturalistes pour qu’ils incluent systématiquement des objets aux côtés des crânes et des ossements qu’ils expédiaient à Paris, car ils s’avéraient indispensables à l’identification des restes trouvés dans les tombes et les cimetières, comme à la datation historique des spécimens. C’est ainsi que les collections combinées, d’ossements et d’objets, virent leur nombre s’accroître considérablement durant la seconde moitié du xixe siècle, passant de 5 000 à 24 000 spécimens28. Quatrefages, ancien membre de la commission scientifique de l’expédition, tristement célèbre, de Napoléon III au Mexique dans les années 1860, avait pour sa part comme domaine d’expertise les objets de l’Amérique précolombienne — une passion qu’il allait transmettre à son étudiant, Hamy29. En revanche, Quatrefages montrait moins de curiosité envers les objets des peuples vivants — un manque d’intérêt partagé d’ailleurs par d’autres scientifiques qui se réclamaient du titre d’ethnographe professionnel.

  • 30 Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., chap. 2 ; Sibeud (Emmanuelle), « The metamorphosi (...)

18La passion de Quatrefages pour les anciennes civilisations américaines jouera un rôle important, sinon indirect, dans le développement de l’ethnographie scientifique en France. Il deviendra même une figure bien plus influente sur la longue durée que le fondateur de la première société ethnographique en France, le linguiste et japonologues, Léon de Rosny. Religieux orthodoxe et conservateur social, Rosny n’était pas formé pour embrasser l’anthropologie de Broca axée sur l’anatomie, laquelle sous-estimait, à ses yeux, les capacités intellectuelles et morales des hommes. Il créa en conséquence sa propre société, nommée la Société d’ethnographie orientale et américaine (souvent appelée la Société d’ethnographie de Paris) pour contrer les hérésies de Broca. Attachés, ainsi qu’ils s’en vantaient, au principe selon lequel tous les hommes étaient égaux, Rosny et les ethnographes qui le soutenaient, considéraient que le climat et le milieu constituaient des éléments bien plus décisifs que l’hérédité et la race pour expliquer les différents niveaux de civilisation dans le monde. Comme le véritable objectif était de défendre la religion contre le matérialisme athée de la Société d’anthropologie, il manqua dès l’origine à la Société d’ethnographie l’affichage d’une approche et d’une cohérence scientifique dont le plus vaste projet de Broca pouvait se targuer. Les membres étaient nombreux à limiter leurs recherches aux textes décrivant les civilisations et les religions de l’Asie, même si certains se spécialisèrent dans les recueils sur les empires Aztèques et Incas « partiellement » civilisés. Les Africains et les Amérindiens étaient en revanche considérés comme des peuples « naturels », autrement dit non « civilisés », et donc dénués de tout intérêt, sauf, peut-être, aux yeux des anthropologistes œuvrant aux typologies des races. Bien qu’en terme d’adhésions la Société d’ethnographie se soit bien portée dans les années 1860, surpassant celles de la Société d’anthropologie, elle entra dans une phase de long déclin après 1870 : elle ne parvint jamais à définir clairement ce qu’une science de la civilisation devait impliquer et réussit encore moins à s’écarter des méthodes traditionnelles de l’analyse textuelle qui avaient été développées pour étudier l’Antiquité. Ses membres, comme l’a montré Martin Staum, ne furent pas non plus capables de garder une opinion cohérente sur l’égalité des races30.

  • 31 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 68-69.

19Inversement, l’ethnographie au Muséum devait connaître un futur bien plus radieux. En l’occurrence, il fut moins le fait des efforts personnels de Quatrefages que d’une initiative providentielle du gouvernement français : en 1879, le ministère de l’Instruction Publique créait en effet un musée national d’ethnographie au Palais du Trocadéro, le Musée d’ethnographie, ayant Ernest-Théodore Hamy pour conservateur. Cette aubaine, totalement imprévue, doublée de l’ambition personnelle de Hamy, donna à l’étude des coutumes « primitives » une occasion de se développer dans l’orbite de la chaire d’Anthropologie du Muséum, à laquelle Hamy sera élu à la mort de Quatrefages. La décision gouvernementale de créer une institution consacrée à l’ethnographie reposait sur une combinaison de considérations idéologiques, pratiques et politiques. Les premiers dirigeants de la Troisième République étaient très attachés à la diffusion de la science et tenaient pour acquis l’inégale dotation des races (et des sexes) que les anthropologistes croyaient démontrer. Le gouvernement avait déjà accordé en 1872 une allocation de 10 000 francs à Broca pour l’aider à mettre en place son musée, ainsi qu’une autre subvention de 20 000 francs à l’École d’anthropologie, renouvelable chaque année31. Comme beaucoup d’anthropologistes, les dirigeants républicains étaient eux-mêmes des néo-lamarckiens qui croyaient en une loi « naturelle » de l’évolution et dans la capacité des hommes à améliorer les races même « inférieures ».

  • 32 Cité dans Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 164.
  • 33 Le ministère de l’Instruction Publique créa le service des missions en 1842. Il accordait des bours (...)
  • 34 Soixante-dix pourcent des expéditions se dirigeaient encore vers l’Europe et le bassin Méditerranée (...)
  • 35 Le « palais de cristal », à Londres, avait ouvert la voie en 1854 à l’exposition d’objets ethnograp (...)
  • 36 Sur l’histoire du Musée d’ethnographie, voir l’étude classique de Dias (Nélia), Le Musée d’ethnogra (...)

20Le nouveau musée reflétait tous ces principes. Comme son principal promoteur a pu le dire, l’un de ses objectifs était d’éclairer le public et les savants sur les efforts mené par l’homme en général pour « vaincre les forces de la nature, pour améliorer sa situation, pour atteindre le progrès ». Loin de n’exposer que des objets brillants, « de luxe et de valeur », il devait inclure des objets tout à fait ordinaires, à condition qu’ils puissent illustrer un aspect de l’évolution humaine32. La seconde raison ayant conduit à l’ouverture du musée était d’ordre plus prosaïque. Elle était liée à une pression grandissante de la part d’explorateurs scientifiques variés — nombre d’entre eux ayant été financés par le service des missions du gouvernement en lien avec le Muséum — en vue de créer une institution publique centrale, pouvant accueillir les objets ethnographiques qui s’étaient accumulés chez des particuliers ou des sociétés savantes pendant près d’un siècle. Le ministère de l’Instruction Publique avait aggravé le problème, lorsqu’il étendit en 1874 le service afin de parrainer davantage de voyages hors de France, notamment vers l’Afrique et l’Asie, sur des territoires récemment ouverts aux « explorations »33. Ces missions, censées accroître le prestige de la culture française à l’étranger et plus généralement faire avancer les connaissances, ramenaient dans leurs bagages des objets pour lesquels il n’existait aucun lieu d’exposition34. Le nouveau musée devait remédier à cette situation. Dernière raison, mais non la moindre de sa création, les dirigeants de la Troisième République venaient également répondre à une forte demande du moment : l’émergence d’un intérêt populaire pour les populations « primitives » du monde, apparu dans le sillage de la révolution des communications, des nouvelles formes de tourisme et du renouveau colonial. Un bric-à-brac d’empire formel et informel remplissait les intérieurs bourgeois, tandis que d’intrépides voyageurs rêvaient à des destinations encore plus lointaines. La création de musées dans les villes européennes, de même que les expositions spectaculaires de curiosités ethnographiques aux côtés des crânes dans les expositions universelles, très appréciées du grand public, constituèrent les manifestations les plus visibles de ce mouvement35. Comme Paris accueillait l’Exposition Universelle en 1878, la nouvelle élite républicaine voulut mettre en avant l’engouement de la France aussi pour la collecte des objets. Ironiquement — vu leurs intentions déclarées — les autorités publiques refusèrent d’attribuer au conservateur un budget suffisant pour planifier l’accroissement futur des collections36.

Le Palais du Trocadéro
Inauguration de l’exposition universelle de 1878 par le maréchal-président Mac Mahon. Gravure extraite de Vandière (Simon de), L’Exposition universelle de 1878 illustrée, Paris : Calmann Lévy, 1879, pp. 22-23.

Musée d’ethnographie du Trocadéro
Objets et mannequins ethnographiques exposés dans l’une des salles d’entrée du musée. Gravure (détail) de Sellier extraite du Magasin Pittoresque (1882). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

21Malgré ces circonstances limitatives quasiment dès le début, le Musée d’ethnographie représenta un espace clé dans le long processus de professionnalisation de la science de l’homme en France. Aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne, comme dans d’autres pays plus petits, les premiers musées ethnographiques se constituèrent non seulement en lieux d’exposition, mais également en laboratoires de recherche et d’enseignement. Ils conféraient ainsi à leurs conservateurs l’aura de légitimité attachée aux autres sciences déjà intégrées au système universitaire et servaient de tremplin à ceux qui souhaitaient obtenir des chaires au début du xxe siècle. Il ne fait aucun doute que le premier conservateur du Musée d’ethnographie, Ernest-Théodore Hamy, aspirait à faire de son musée un instrument de recherche de ce type. S’il échoua à court terme dans ses projets, l’institution elle-même s’avéra une ressource solide dans les années 1920 pour tous ceux qui aspiraient à fusionner les traditions anthropologique et ethnographique en France en une seule discipline.

ERNEST-THÉODORE HAMY ET LA TRADITION MUSÉOGRAPHIQUE DE L’ETHNOGRAPHIE

  • 37 Stocking (George W. Jr.), Victorian anthropology, op. cit., p. 47. Comme nous le verrons plus en dé (...)
  • 38 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », art. cit., p. 67.
  • 39 Le Musée Broca, au contraire, « se situait dans le grenier d’un vieux bâtiment, où la plupart des s (...)
  • 40 Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., chap. 8.
  • 41 Hamy (Ernest-Théodore), « Introduction », Revue d’Ethnographie, vol. 1, 1882, pp. ii-iii.

22Grâce aux recherches pionnières d’Elizabeth Williams, de Nélia Dias et d’Emmanuelle Sibeud, nous connaissons bien l’histoire du Musée d’ethnographie et la manière dont Hamy utilisa l’institution pour professionnaliser l’ethnographie, une terminologie encore très floue au xixe siècle37. Lorsque Hamy entra pour la première fois au Muséum en 1870 en tant qu’assistant de Quatrefages, le jeune médecin, emballé par la science de Broca, n’avait pas été seulement initié par son mentor à l’anthropométrie. Conformément à son approche généraliste de l’étude de l’humanité, Quatrefages lui avait donné pour mission de réorganiser les collections anthropologiques à la suite de l’effondrement d’une partie des bâtiments qui les abritaient. Hamy, débrouillard et à l’esprit vif, se mit aussitôt à l’ouvrage. Il sera plus tard complimenté pour son travail par des collègues étrangers. Frederick Starr de l’Université de Chicago, salua en ces termes la reconstruction de cette galerie anthropologique lors de la visite qu’il effectua à Paris en 1892 : « Une salle est consacrée aux fossiles humains, où se trouvent de nombreuses pièces originales de grande valeur et connues dans le monde entier, comme les crânes de Cro-Magnon et le squelette de Menton »38. Un autre conservateur américain de passage en France, sept ans plus tard, George Dorsey de la Smithsonian Institution à Washington D. C. : « Cette collection… est très bien présentée. Le matériel est remarquablement bien monté et étiqueté, complété par de précieuses cartes ainsi que par une série de photographies des différentes populations représentées. Il y a également dans ce musée une petite collection illustrant l’éventail de variation du squelette humain »39. L’expérience acquise par Hamy à la galerie anthropologique du Muséum (quasi unique en son genre à Paris, dans le milieu en expansion de la communauté anthropologique) lui conféra les qualifications d’un muséographe précisément au moment où la direction du Trocadéro s’ouvrait à candidature. Hamy, suffisamment ambitieux, saisit sa chance40. Dans un état des lieux rétrospectif datant de 1882, il reprochait aux anthropologistes de sa génération de rester uniquement focalisés sur les mesures des squelettes et l’étude comparative « des premiers objets sortis des mains [de l’homme] », au dépens de l’ethnographie — et ce, à une époque où les caractéristiques des peuples « sauvages » allaient bientôt être perdues à la science, à tout jamais, en raison de leur « inévitable extinction » devant l’avancée des races blanches. Heureusement, concluait-il, l’ostéologie a suffisamment perfectionné ses techniques pour que les spécialistes puissent commencer à analyser les « caractères intellectuels, moraux » de l’humanité41. Comme l’indique cette citation, Hamy n’établissait pas un lien automatique entre la taille du cerveau et l’intelligence.

  • 42 Les musées du xixe siècle établis dans les vieilles colonies, comme en Inde, en Algérie, en Austral (...)
  • 43 Pour une introduction à chacune de ces traditions anthropologiques nationales et la place accordée (...)

23À l’époque de la nomination de Hamy, de nombreuses collections d’objets étaient conservées chez des particuliers, ou bien se trouvaient éparpillées entre divers musées en France, mais il n’existait aucune méthode reconnue pour rassembler et actualiser l’information les concernant, pas plus qu’il n’existait de consensus sur ce que les frontières de l’« ethnographie » devaient recouvrir. La situation se présentait différemment dans d’autres pays occidentaux, où des musées ethnographiques avaient été récemment établis selon des principes de classification et des indications claires quant aux modalités de collecte émises à l’attention des amateurs — lesquels fournirent aux conservateurs la plupart de leurs objets et données. En Allemagne, sous l’influence de Aldolf Bastian, en Angleterre sous l’administration de Henry Christy, du Général Pitt Rivers et de E. B. Tylor, et aux États-Unis — où la proximité immédiate avec les Amérindiens suscita un intérêt précoce pour l’étude de leurs cultures sous l’impulsion de Otis Mason, Lewis Henry Morgan, Daniel Garrison Brinton, Frederic Ward Putnam et John Wesley Powell — des chercheurs de plus en plus professionnels commençaient déjà à s’interroger sur ce qui pouvait rendre des « faits » ethnographiques fiables, qu’il s’agisse d’objets ou de coutumes42. Ils furent nombreux à aborder ces questions, dans le sillage des travaux de Darwin, en tant que théoriciens ambitieux de la culture, les uns en quête de lois universellement valables pouvant expliquer pourquoi certains peuples « progressaient » tandis que d’autres « stagnaient » (Tylor), les autres cherchant la preuve d’une unité psychique du genre humain (Bastian). Ces théoriciens réalisèrent que, sans de solides données empiriques venant appuyer les comparaisons, aucune généralisation utile sur l’origine, la nature et la distribution des cultures dans le monde ne pourrait aboutir43.

Musée d’ethnographie du Trocadéro Ancienne salle d’Océanie. Photographie de 1895. Cliché Musée du quai Branly
http://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_0923661e-b4ad-45e4-840e-4b93008e10c6

24S’il n’était pas lui-même un théoricien, le profil d’ethnographe de Hamy s’inscrivait néanmoins dans ce courant. Comme ses homologues étrangers, il ne pouvait pas imaginer de futurs étudiants faisant preuve d’esprit scientifique sans objets à décrire, comparer et classer dans un laboratoire prévu à cet effet. Rien d’étonnant, donc, à ce que l’histoire naturelle soit restée le modèle inspirant Hamy pour développer une science culturelle, et qu’il ait considéré que chaque aspect significatif de la vie d’un peuple puisse être illustré sous des formes matérielles. Les coutumes particulières d’un peuple, et peut-être même son histoire, pourraient être plus certainement « connues » à travers ses objets qu’à travers n’importe quelle autre donnée, par exemple les descriptions in situ des rituels et coutumes produites par les voyageurs. Indispensables, ces dernières l’étaient. Mais, si les récits amateurs pouvaient être vrais ou faux, les objets, quant à eux, ne mentaient pas — du moins sous l’œil averti qui les inventorie et les organise en séries pour le besoin d’une étude comparative. Telles étaient, précisément, les ressources que Hamy mobilisa pour ses chantiers de reconstruction au Musée d’ethnographie : des « yeux entraînés » et des données tangibles, ainsi qu’un « laboratoire » où conserver et exposer les objets.

  • 44 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 103.
  • 45 Ibid., pp. 151-157.
  • 46 Dias (Nélia), « Looking at objects : memory, knowledge, in nineteenth-century ethnographic displays (...)

25Hamy s’avéra vite un étudiant appliqué de la muséographie européenne. Il avait déjà eu l’occasion de visiter les musées ethnographiques pionniers de Scandinavie lorsqu’il était conservateur de la galerie anthropologique du Muséum. Il voyageait à présent à Berlin, aux Pays-Bas, en Angleterre. La bibliothèque qu’il monta contenait de la documentation provenant des principaux musées ethnographiques du monde44. Malgré des approches individuelles et nationales différentes sur la manière de répertorier et d’exhiber la culture matérielle, un consensus muséographique s’était peu à peu fait jour : les objets individuels n’étaient pas en soi porteurs de sens. Leur signification s’établissait plutôt en replaçant l’objet dans une série documentaire qui, en retour, prédéterminait à chacun son sens45. On considérait que les objets dans toutes les cultures correspondaient à des fonctions universelles, établies en fonction d’une échelle des besoins humains « naturels », comme se nourrir, se loger, s’habiller. Certains conservateurs, très influencés par la théorie de l’évolution, se passionnaient surtout pour les traces matérielles des peuples en voie de disparition. Ils les percevaient comme des chaînons manquants, ou des survivances, pouvant éclairer l’évolution sur la longue durée des singes en « Européens ». Ces chercheurs — parmi lesquels Pitt Rivers, du musée d’Oxford, fut le plus méticuleux — choisirent de sérier des objets selon leur similarité morphologique, quelles que soient l’origine ou les fonctions présumées qu’ils pouvaient avoir. Les objets étaient exhibés du plus simple au plus complexe, afin de prouver l’évolution, nécessairement linéaire, de l’humanité. Pour d’autres, le plus important était ailleurs : le mode de vie caractéristique d’une région géographique qui se reflétait à travers les objets distincts de ses populations. À une époque où les notions de races, d’environnement, de culture, d’histoire et d’évolution restaient intimement mêlées, de nombreux musées firent appel aux deux approches, regroupant tous les objets d’une civilisation donnée — pouvant, ou non, être définie selon des critères raciaux ou géographiques — avant de classer les objets de chaque civilisation selon les mêmes catégories46.

  • 47 Les collections asiatiques furent entièrement retirées du musée en 1890, faute de place.

26Hamy appartenait à ce dernier courant qui était aussi en accord avec la tradition monogéniste de l’anthropologie. Il était cependant sensible aux considérations esthétiques, particulièrement en ce lieu qui n’avait jamais été conçu pour être un musée. Au Trocadéro, l’agencement des salles respectait des divisions géographiques. À l’intérieur de chaque section géographique, Hamy identifia les objets d’abord en fonction du groupe ethnique/racial auquel ils appartenaient (dont les caractères physiques marquants étaient toujours indiqués), puis il rassembla ces objets selon leurs emplois, en fonction d’une hiérarchie des besoins auxquels ils répondaient (des plus élémentaires aux plus complexes : l’alimentation, puis les armes, le logement, l’habillement, suivis par les communications, les outils industriels et commerciaux, enfin au sommet, la vie artistique, spirituelle et sociale). Comme le musée ne disposait d’aucun budget alloué aux acquisitions et qu’il dépendait donc des collections préexistantes comme des donations, aucune de ces séries ne fut jamais achevée. Deux principales galeries étaient consacrées à l’ethnographie européenne (française, pour l’essentiel) et américaine ancienne (une petite partie de cette dernière section était consacrée aux « Peaux Rouges » de l’Amérique du Nord). Ces collections étaient de loin les plus fournies, et la section américaniste la plus précieuse. L’Océanie, l’Asie et l’Afrique étaient reléguées dans de petites pièces, leurs collections et localisations au sein du musée étant clairement marginales47.

Musée d’ethnographie du Trocadéro
Vue de la sculpture dédiée au dieu Gou. Photographie de 1895 (auteur inconnu). Cliché Musée du quai Branly
http://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_d8f8b6e1-a335-4644-86ce-09f299bc0d20

  • 48 Sur le plan du musée, voir Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., chap. 7.
  • 49 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », art. cit., p. 66.

27Hamy introduisit l’usage de bustes ou de statues pour représenter les types raciaux et exposer les vêtements typiques. Les Africains et les Océaniens étaient surtout représentés à l’aide de masques et de panoplies de lances, placées verticalement sur les murs du musée, tandis qu’à l’horizontal, étaient exposées les nombreuses céramiques précolombiennes ainsi qu’une collection spectaculaire de momies péruviennes anciennes48. Comme le nota Frederick Starr lors de sa visite en 1892 : « Le Trocadéro est un magnifique bâtiment et les collections qu’il renferme sont très importantes, mais il n’est pas adapté pour les exposer convenablement. Le Dr. Hamy a fait ce qu’il pouvait vu les circonstances, et ses exemples et son mur de trophées (d’habitude une abomination dans un musée, nécessaire ici [faute d’espace]) sont de vraies œuvres d’art »49.

  • 50 Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., pp. 55-56.
  • 51 Williams (Elizabeth A.), « Art and artifact at the Trocadéro : Ars Americana and the primitivist Re (...)

28En tant que conservateur du Musée d’ethnographie, Hamy ne se contenta pas d’identifier, d’organiser et d’archiver des objets ; nourrissant la plus vaste ambition de répondre aux normes muséographiques internationales, il voulut instaurer un cours au musée sur la pratique de la collecte, qui s’adresserait à toute personne intéressée par les sciences et s’apprêtant à partir vers des destinations exotiques. Ce type de cours pouvait élargir les rangs des ethnographes professionnels comme contribuer à combler les trous dans les collections. Le ministère de l’Instruction Publique refusa cette possibilité à Hamy, arguant du fait qu’un tel enseignement existait déjà au Muséum. Sans se décourager, avec l’aide de Quatrefages, Hamy décida en 1882 de fonder la Revue d’Ethnographie et d’en faire un forum pour la communauté des ethnographes scientifiques qui faisaient toujours défaut en France. La revue allait publier une actualité des travaux en cours au Musée d’ethnographie, et ouvrir ses colonnes aux évaluations par ses pairs. Au bout du compte, elle ne fut pas à la hauteur des attentes de Hamy et disparut après sept ans faute de contributions50. Hamy publia cependant chaque année que parut la Revue d’Ethnographie — et par la suite dans L’Anthropologie, une nouvelle publication scientifique consacrée à l’anthropologie et à l’ethnographie que Hamy contribua à lancer — d’innombrables articles descriptifs, en particulier sur les collections précolombiennes51.

29À l’échelle de la circulation internationale de la science, l’ethnographie descriptive de Hamy ne fut pas perçue comme aussi révolutionnaire que l’anthropométrie et la science raciale de Broca ne l’avaient été. Pour Hamy, l’essence même d’une bonne ethnographie reposait sur une identification correcte et une classification rigoureuse des objets, pouvant être, ou non, collectés par des ethnographes eux-mêmes ; ses articles étaient toujours concis et uniquement consacrés aux objets dont les origines, fonctions et iconographie trouvaient intérêt à ses yeux. Si un objet l’intriguait, il n’hésitait pas alors à fouiller minutieusement dans les corpus de textes antérieurs pour retrouver des descriptions ou des références lui permettant de dater et périodiser l’objet en question, ou de le comparer, parfois, avec d’autres ayant été identifiés. Il ne se refusait pas de temps à autre à de larges conclusions. Tout en restant convaincu que les facteurs environnementaux et historiques façonnaient les civilisations, il émit l’hypothèse que les similarités de l’iconographie américaine et indienne suggéraient une origine asiatique au peuplement du continent. Mais il resta pour l’essentiel un empiriste consciencieux. Longtemps après la disparition de Hamy et la réorientation de l’ethnographie scientifique du musée vers le terrain, les méticuleuses descriptions des coutumes et des objets des peuples en voie de disparition restèrent considérées comme une marque de fabrique de la science de l’homme en France.

  • 52 J. P. Daughton a suggéré qu’au moment même où la Troisième République étendait son empire colonial, (...)
  • 53 Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., pp. 214-216.
  • 54 Les toutes premières collections américaines remontent peut-être à l’expédition au Brésil, menée pa (...)
  • 55 Sur cette expédition, voir Edison (Paul N.), « Conquest unrequited : French expeditionary science i (...)
  • 56 Williams (Elizabeth A.), « Art and artifact… », op. cit., pp. 148-152.

30Hamy laissa sa marque d’une autre façon également. Même au plus fort de l’expansion coloniale en Afrique et en Asie, son ethnographie de « laboratoire » garda une orientation typiquement américaniste, qui sera poursuivie par de futures générations d’anthropologues, de Paul Rivet à Philippe Descola, en passant par Claude Lévi-Strauss et Jacques Soustelle52. En 1895, Hamy joua même un rôle moteur dans la fondation d’une nouvelle société savante, consacrée à l’étude des langues, de l’archéologie et de l’ethnographie des Amériques : la Société des Américanistes. Elle sera, quant à elle, promise à une longue et illustre carrière53. La préférence marquée de Hamy pour l’ethnographie américaniste reflétait la force des collections du Trocadéro dans le domaine ; toutefois, elle est révélatrice aussi de la nature fluctuante des notions de progrès et de civilisation chez les collectionneurs du xixe siècle. C’est au xviie siècle que des objets du Nouveau Monde firent leur apparition pour la première fois en France, mais ils furent rapidement délaissés. Puis dans les années 1830 et 1840, plusieurs nouvelles collections spectaculaires furent acquises, au départ dans l’euphorie54. Un musée des antiquités américaines fut même ouvert en 1850 au Louvre pour les exposer, un temps seulement, puisque les objets furent entassés dans les réserves les années qui suivirent. Malgré l’inauguration d’une archéologie mexicaine à la suite de l’invasion du Mexique par la France en 1862, ces trouvailles ne donnèrent lieu à aucune exposition majeure55. La raison de ce désintérêt tenait en partie au fait que les conservateurs du Louvre n’arrivaient pas à décider si ces antiquités américaines pouvaient être, ou pas, considérées comme des objets d’art. Les voyageurs et les collectionneurs européens du xixe siècle qui « redécouvrirent » ces objets, au début, s’émerveillèrent du haut degré de la civilisation matérielle américaine, d’autant plus que ces objets paraissaient ne rien devoir au berceau de la créativité européenne dans l’ancien monde. Aux yeux de ces mêmes amateurs, cependant, cette production dans sa vaste majorité (à l’exception des céramiques) ne pouvait être qualifiée de « belle », et donc n’avait pas sa place dans un musée d’art. Avec la création du Musée d’ethnographie, le sort des Ars Americana fut finalement scellé en 1879. Le nouveau musée allait centraliser les collections américaines existantes et recevoir tous les futurs objets que les voyageurs scientifiques pourraient rapporter des Amériques. Les Ars Americana, comme le soutient Elizabeth Williams, devinrent ainsi dans les années 1870 ethnographica, autrement dit dignes d’intérêt, non pour leurs qualités esthétiques, mais pour la valeur scientifique qu’ils incarnaient en tant que vestiges de civilisations et de races « primitives » ayant disparu56.

Musée d’ethnographie du Trocadéro
Vue des salles d’Amérique. Momie péruvienne dans la vitrine au premier plan. Photographie de 1895 (auteur inconnu). Cliché Musée du quai Branly
http://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_2133805a-fb56-4b5d-9ddf-66cf8cafd9c3

Sculpture Yapanqui
Planche extraite de Hamy (Ernest-Théodore), Galerie américaine du Musée d’ethnographie du Trocadéro, Paris : E. Leroux, 1897, pl. XXXVI. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN

  • 57 Kubler (George), The art and architecture of ancient America : the Mexican “Maya” and Andean People (...)
  • 58 À la fin du xixe siècle, les ethnographes et les anthropologistes discutèrent passionnément des que (...)
  • 59 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon of social combat in late nineteenth-century France »,(...)

31Au-delà de la sophistication des techniques que les objets américains dévoilaient, l’ancienneté des collections, accumulées en France depuis près de trois siècles et considérées comme les meilleures au monde par Hamy, faisait de leur étude une évidence à ses yeux. Les objets étaient aussi amplement documentés, ce qui les rendait d’autant plus attractifs : de nombreux (et bien connus) manuscrits espagnols anciens ainsi que des récits missionnaires, étaient, après tout, à portée de main pour aider les scientifiques. Nulle autre culture disparue ou en voie de disparition — assurément aucune de l’Océanie et de l’Afrique — ne pouvait prétendre posséder autant de données complémentaires. Or, sans ces sources textuelles, estimait Hamy, l’on ne pouvait avancer aucune conclusion certaine. Autre avantage à se concentrer sur les Amériques : Hamy pouvait emprunter les techniques de l’archéologie, une discipline récemment établie et qui recouvrait celle de l’ethnographie. L’archéologie, devenue une nouvelle science influente en Europe au milieu du siècle, avait été initialement conçue pour produire les données essentielles pouvant résoudre le mystère des origines de l’homme57. En ciblant les objets américains, l’ethnographie scientifique naissante pouvait s’attribuer un peu du lustre de sa discipline jumelle. Enfin, des empires comme ceux des Incas suscitaient de fascinantes interrogations. Quelles étaient les origines des races américaines ? Compte-tenu de la sophistication des civilisations méso-américaines et andines surnageant au milieu d’un océan de « sauvagerie », comment ces civilisations étaient-elles apparues, selon un processus endogène ou par contacts avec d’autres peuples ?58 Ces questions, non dépourvues de présupposés hiérarchiques et racistes, étaient un défi implicite à l’idée que le patrimoine racial pouvait être le facteur clé du développement social et culturel — à une époque où, justement, les héritiers de Broca soutenaient l’inverse59.

  • 60 Dorsey (George Amos), « Notes on the anthropological museums… », art. cit., p. 468.

32Hamy resta un américaniste influent sur la scène parisienne jusqu’à sa mort en 1908. En 1892, il avait enfin accédé à la prestigieuse chaire d’Anthropologie du Muséum, tout en gardant la direction du Musée d’ethnographie. Malgré ses nouvelles responsabilités professorales en anthropologie et le suivi des projets de recherches dans le domaine, il continua à pratiquer l’ethnographie américaniste et à suivre les dernières avancées et débats en la matière. Pour dénoncer l’insuffisance du budget et le manque de personnel formé qui lui était alloué, il démissionna du Trocadéro en 1906 : sans espace pour se développer et sans moyen pour assurer la conservation des pièces, ses salles étaient devenues bondées au fur et à mesure des nouvelles donations, tandis que certains objets se détérioraient. Lors de sa visite à Paris en 1899, George Dorsey s’était déjà plaint que le Trocadéro « n’est pas adapté aux exigences d’un musée ; il est faiblement éclairé, et n’a pas l’air très propre, tandis que les vitrines sont les plus pauvres des musées que nous avons visités »60.

Musée d’ethnographie du Trocadéro
Magasin vétuste et saturé, inadapté pour l’accueil de nouvelles donations. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

33Si l’état dans lequel se trouvait le Musée d’ethnographie suggérait qu’au niveau institutionnel, cette branche de l’anthropologie restait une greffe fragile en cette fin de siècle, l’Institut d’anthropologie, fondé par Broca, ne se portait guère mieux. En 1880, au sommet de sa gloire, Broca mourut. Sans la présence physique de son fondateur, l’intégrité et finalement la réputation de son édifice scientifique s’attenuèrent, alors même que la science raciale était bien installée dans le paysage intellectuel et institutionnel français. Les héritiers de Broca lancèrent de nouveaux axes de recherches diviseurs, tandis que les programmes d’envergure et les principes directeurs commençaient à s’effondrer. Les spécialistes en anthropométrie, quant à eux, se trouvaient de plus en plus incapables de prouver que de réelles différences biologiques existaient entre les races. Paradoxalement, la science raciale de Broca et son hypothèse selon laquelle il était possible de démontrer empiriquement la hiérarchie des races ne manifesta aucun signe de déclin, même parmi ceux qui abandonnaient la craniométrie ; cette science trouva au contraire de nouveaux modes d’expression, parfois terrifiants. À la lumière de ces nombreux faits, les chances pour qu’une nouvelle anthropologie continue à frayer sa voie paraissaient s’estomper, du moins pour un temps.

DE NOUVELLES DIRECTIONS APRÈS BROCA : LE PARADIGME ÉVOLUTIONNISTE RACIAL

  • 61 Sur les matérialistes à la Société d’anthropologie, voir Hecht (Jennifer Michael), The end of the s (...)

34Broca avait fondé l’École d’anthropologie en 1876 pour développer sa science en France. Par la suite la discipline s’étoffa, mais sans doute pas comme il l’avait imaginé. Bien que républicain modéré et élu sénateur à vie juste avant sa mort en 1880, Broca défendit toujours le concept d’une « science pure » et mit en garde ses partisans afin qu’ils veillent bien à séparer leur science de la politique. Cette recommandation s’avéra cruciale dans les années 1860 pour la survie d’une science qui objectivait si manifestement la nature humaine, à une époque où l’Église catholique conservatrice et le Second Empire en pleine ascension faisaient alliance. Pourtant, après la disparition de Broca, et avec la consolidation de la Troisième République, plusieurs de ses confrères, professeurs à l’École d’anthropologie — des républicains radicaux, qui s’étaient ralliés autour de Broca pour fonder la Société d’anthropologie — laissèrent tomber cette précaution. Ces hommes étaient des matérialistes néo-lamarckiens, de longue date convaincus que les phénomènes humains résultaient uniquement d’interactions matérielles, que l’évolution culturelle et physique étaient donc liées, et que l’évolution globale était linéaire et progressive61. Parce que matérialistes et libres-penseurs, ils avaient été tout de suite attirés par l’anthropologie, science nouvelle grâce à laquelle ils espéraient prouver ce qu’ils croyaient être vrai concernant le développement humain, tout en utilisant cette science pour le bien de l’humanité. Ces objectifs, idéologiquement orientés, déterminèrent le programme de recherche des matérialistes, les conduisirent à abandonner l’anthropométrie et à se tourner vers des aspects de l’histoire naturelle que Broca avait laissés de côté, tout en vulgarisant leurs trouvailles. Si certains résultats scientifiques furent incontestables, l’engagement politique de ces derniers divisa profondément les héritiers de Broca. En même temps, leur matérialisme eut pour effet de renforcer la notion de hiérarchie raciale que Broca avait développée.

  • 62 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 118-122 ; Nord (Philip), The repub (...)

35Les deux plus éminents tenants de cette vision matérialiste à l’École d’anthropologie furent dès le départ le préhistorien Gabriel de Mortillet et le linguiste Abel Hovelacque. À la suite de la traduction partielle de l’ouvrage de Herbert Spencer, Principes de Sociologie en 1878 et 1879, une troisième chaire en Histoire des civilisations avait été créée en 1884 pour un autre matérialiste, Charles Jean Letourneau. Mortillet était l’un des fondateurs de la discipline de la préhistoire. Il avait organisé, avec son fils Adrien, les collections du Musée des antiquités françaises à Saint-Germain-en-Laye. Il s’était exilé après 1848, en Suisse pour l’essentiel où il avait découvert les travaux de Boucher de Perthes, Édouard Lartet et d’autres préhistoriens. Il commença à s’intéresser alors aux silex et aux pierres taillées attestant de l’antiquité de l’homme. Lorsque Mortillet retourna en France en 1864, il rejoignit la Société d’anthropologie et devint conservateur assistant au musée de Saint-Germain-en-Laye où il créa un journal dédié à la préhistoire au titre provocateur, Matériaux pour une Histoire de l’Homme Positive et Philosophique. Une fois installé dans sa chaire d’Anthropologie, Mortillet consacra toutes ses recherches à pister la marche ascensionnelle des Européens, par paliers, révélée par leurs outils — l’outillage de pierre, puis de bronze et ensuite de fer — et à établir la séquence des âges de la préhistoire toujours en vigueur aujourd’hui. Il poursuivit ses travaux jusqu’à sa mort en 1898, sans jamais dévier de sa vision évolutionniste et linéaire62.

  • 63 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 123-125, Harvey (Joy), « Evolution (...)

36Hovelacque, quant à lui, avait commencé sa carrière comme étudiant en langues orientales avant, en bon matérialiste qu’il était, de rechercher l’explication du développement original du langage au cœur même de la structure du cerveau — une quête qui le conduisit à relier les aspects physiques et culturels de l’acquisition du langage chez les ancêtres de l’humanité. Charles Letourneau, médecin de formation, se convertit au matérialisme, au transformisme et au socialisme au milieu des années 1860. Il en vint à croire, lui aussi, qu’il n’existait aucune séparation entre les animaux et les humains, seulement une évolution de traits devenant spécifiques aux espèces. Exilé après la Commune, il revint en France à la fin des années 1870. Il entreprit alors une monumentale sociologie de l’évolution, qui fit entrer chaque institution sociale, culturelle et morale des hommes dans une séquence universelle prédéterminée de développement63.

  • 64 Cité dans Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 126.
  • 65 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 57.

37Ainsi que Jennifer Hecht l’a montré de façon convaincante, la manière dont Mortillet, Letourneau et Hovelacque percevaient le développement humain comme une marche ascensionnelle dérivait de leur adhésion à la libre-pensée : il était de leur devoir en tant que scientifiques de hâter l’avènement du futur utopique auquel ils croyaient. En tant que néo-lamarckiens et polygénistes, ils insistaient sur le fait que l’humanité était un produit, et non un pantin, de l’évolution. Les anthropologistes, en décodant les lois de la nature, pouvaient ainsi jouer un rôle central en conseillant, selon les mots de Hovelacque, « l’humanité à réaliser son propre développement… en quête du meilleur et du bien général »64. Ils pouvaient, par exemple, utilement identifier les vestiges d’un stade antérieur (l’Église) susceptible d’être dépassé pour permettre à l’humanité d’avancer plus vite ; ils pouvaient aussi encourager des groupes moins favorisés (les femmes, les ouvriers, les populations pré-modernes) à rattraper ceux biologiquement plus disposés à la grandeur (les mâles blancs). Pour autant, ces mêmes scientifiques progressistes ne mettaient pas en doute l’existence d’une hiérarchie des races, même si, en suivant leur hypothèse, les traits raciaux « inférieurs » héréditaires étaient capables d’être surmontés dans le futur par des politiques sociales appropriées — une attitude qui ne saurait surprendre, vu leur matérialisme affiché et la formation qu’ils avaient suivie auprès de Broca. Les acolytes de Broca se contentèrent de greffer leurs études des institutions sociales, des langues, ou de la préhistoire sur un socle de présupposés sur l’hérédité qui considéraient la race, dans le passé comme dans le présent (sinon dans le futur), en lien systématique avec le critère de progrès. Il en résultait, comme l’a soutenu Laurent Mucchielli, « un paradigme évolutionniste racial », autrement dit une science de la sorte la plus dogmatique qui soit65. Entre autres effets pervers, le maintien de ce paradigme à l’École d’anthropologie empêcha l’étude des cultures ou des langues — comprises en termes historiques spécifiques plutôt qu’en termes évolutionnistes — de s’y développer entre ses murs, à une époque où Hamy au Musée d’ethnographie s’engageait, non sans hésitation, dans cette même direction.

  • 66 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., chap. 13.
  • 67 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, 2nde éd., Paris : C. Reinwald, 1884, XV (...)

38La sociologie de Letourneau était à ce titre exemplaire, bien que son intérêt pour l’organisation sociale des peuples « primitifs » ait pu être novateur pour son temps, à l’instar des travaux de Hamy (surtout comparé aux travaux produits par ses pairs en France, qui ne voyaient en eux que des « sauvages »)66. Dans son enseignement comme dans ses travaux, il épluchait tous les récits qu’il pouvait trouver sur les sociétés pré-modernes contemporaines afin d’avoir des éclairages sur les trajectoires passées, présentes et futures des Européens. Les peuples historiques se trouvaient à leur place « naturelle » selon leur race (il n’en existait « anatomiquement et sociologiquement » que trois, selon lui : les Noirs, les Jaunes et les Blancs). Letourneau trouvait ainsi la « preuve » qui « démontrait » que l’accomplissement culturel d’une population reflétait son développement physique ; les peuples « connus » pour être racialement inférieurs développaient des arts et métiers, comme des capacités intellectuelles inférieures, ce qui correspondait par ailleurs à des cerveaux plus petits — et ici, il citait des études anthropologiques françaises. Les populations « noires » et « jaunes » contemporaines avaient donc pour principal intérêt d’illustrer une époque de l’humanité qui relevait d’un passé très lointain pour les Européens67.

  • 68 Bowler (Peter J.), Evolution : the history of an idea, 3ème éd., Berkeley : University of Californi (...)
  • 69 La plupart des anthropologistes, y compris Hovelaque, ne partageaient pas la vision pessimiste de G (...)
  • 70 Desmet (Piet), « Abel Hovelacque et l’école de linguistique naturaliste. De l’inégalité des langues (...)

39L’orientation scientifique de Mortillet et de Hovelacque se situait dans le même courant, même s’il faut noter que Mortillet avait au moins pris la peine d’identifier et de décrire ses objets préhistoriques avec grand soin. Son classement des outils de l’Âge de la pierre, qu’il considérait comme une étape universelle de l’évolution, était directement mis en rapport avec des transformations biologiques ; il désirait ardemment relier le progrès culturel qu’il observait dans les traces archéologiques avec les stades de l’évolution proposés par des biologistes pour dater l’émergence de l’homme moderne. Comme a pu le dire Peter Bowler « Les fabricants des outils en pierre les plus rudimentaires étaient décrits comme des hommes-singes primitifs, ce qui permettait de classer les hommes du Néandertal et les peuples modernes utilisant encore ces types d’outils de mentalement inférieurs à la race blanche »68. Hovelacque espérait fonder une école de linguistique naturelle paraissant proche des idées de Joseph-Arthur (comte) de Gobineau, lequel avait réuni, sur des bases purement spéculatives, des hiérarchies linguistiques et raciales dans son Essai sur l’inégalité des races humaines publié en 1853-185569. Comme ils considéraient que l’acquisition du langage et les stades de l’évolution humaine suivaient un développement parallèle, Hovelacque et son étudiant André Lefèvre, qui enseignait également à l’École d’anthropologie, souhaitèrent tous deux rattacher l’étude de la langue aux sciences naturelles70.

Hiérarchies linguistiques et raciales
Page de titre de l’Essai sur l’inégalité des races humaine de Joseph-Arthur de Gobineau (tome troisième de 1855 publié par la Librairie Firmin Didot). À droite, première page du tome 3 intitulée « Livre cinquième : Population européenne sémitisée ».

  • 71 Blanckaert (Claude), « La crise de l’anthropométrie. Des arts anthropotechniques aux dérives milita (...)
  • 72 Sur la naissance des statistiques en France, voir Cole (Joshua), The power of large numbers : popul (...)

40Le ralliement manifesté par ce groupe matérialiste au transformisme racialisé et l’impact direct qu’eut cette vision sur leurs recherches marquait une nouvelle orientation pour l’anthropologie dans la tradition de Broca après la mort de son fondateur. Un second tournant s’ensuivit : d’autres disciples décidèrent de se mettre en quête de toutes les occasions possibles pour placer leurs techniques spécialisées au service de l’État, afin de l’aider à gérer l’évolution démographique à une époque marquée par le déclin du taux de natalité, un nationalisme agressif et l’expansion coloniale71. Professeur de démographie à l’École d’anthropologie, Louis-Adolphe Bertillon, et ses fils, Jacques et Alphonse, inaugurèrent par exemple de nouvelles méthodes statistiques pour mieux appréhender la composition de la population, fondées sur des relevés de mesures des corps. Ils cherchèrent et trouvèrent une large audience à leurs méthodes parmi le public cultivé et les autorités officielles qui voulaient contrôler les maladies et abaisser les taux de mortalité. Jacques Bertillon contribua à l’établissement de nouvelles normes statistiques internationales, tandis que Alphonse Bertillon développa un système d’identification criminelle basé sur les techniques anthropométriques72.

  • 73 Carson (John), The measure of merit…, op. cit., p. 101 ; Schneider (William H.), Quality and quanti (...)

41L’historiographie récente a vu dans ce tournant vers un évolutionnisme racial et politisé, et vers une anthropologie appliquée dans les années 1880-1890, une impasse épistémologique grandissante affectant la science des races. L’anthropométrie était par définition une science aride, exacte et abstraite, peu susceptible de satisfaire longtemps les ambitions fébriles et débordantes d’hommes comme Mortillet ou Bertillon, père et fils. Pour compliquer encore plus les choses, tandis que les mesures sur les cerveaux humains se multipliaient, le lien établi entre l’intelligence et les différents types raciaux devint encore plus difficile à déterminer, pour la simple raison que les séries statistiques n’étaient jamais assez nombreuses pour grouper — encore moins pour classer — les variétés humaines en catégories distinctes. Ils avaient espéré montrer, à travers leurs mesures, que les caractéristiques spécifiques à un groupe variaient de façon concordante dans certaines limites. Mais les crânes pouvaient être mesurés différemment, et deux ensembles de mesures effectuées sur une même série ne produisaient pas nécessairement le même éventail de variation lorsque comparées à d’autres séries73. Face à l’échec de la craniométrie, incapable de baliser des races parfaitement délimitées, ou d’établir des classifications qui mettraient tout le monde d’accord, l’objet d’étude des anthropologistes — tel que l’avait défini Broca à l’origine — devint de plus en plus flou et incertain. Ce fut donc une période de grande confusion, au cours de laquelle les collaborateurs de Broca cherchèrent à donner à leurs recherches de nouvelles vocations et directions, en appliquant leurs connaissances spécialisées aux problèmes sociaux, dans un contexte politique qui privilégiait les solutions scientifiques.

42Au moment de la mort de Broca, en 1880, tous les membres de l’École d’anthropologie ne partageaient pas nécessairement le point de vue ou les objectifs de Mortillet, Hovelacque, Letourneau ou des Bertillon. Paul Topinard, en particulier — le plus orthodoxe des héritiers de Broca et secrétaire général de la Société d’anthropologie en 1880 — lutta contre toute déviation pouvant affecter le programme de « science pure » tracé par le père fondateur. Une guerre de succession prolongée pour la direction de la Société d’anthropologie s’installa, paralysante pour l’activité de ses membres. Elle engendra des scissions jusqu’à ce que Topinard perde la bataille en 1886 (trois ans plus tard, il perdait également sa chaire d’Anthropologie à l’École). Charles Letourneau le remplaça comme secrétaire général, mais, déjà à l’époque, plusieurs adhérents avaient quitté la Société, mettant ainsi fin à une ère d’authentiques débats scientifiques du vivant de Broca. Le respect des principes de la recherche anthropologique à l’intérieur de la société commença également à décliner. Des articles sur l’anthropométrie, consacrés au projet de la classification des races, continuèrent à être publiés. Plutôt que de comparer les données d’une série représentative de crânes ou d’autres éléments physiques d’un groupe avec celles d’un autre groupe — ce qui constituait l’essence même de la méthode scientifique de Broca — ces articles eurent tendance à devenir purement descriptifs et à se limiter à un seul échantillonnage. Face au conflit des données anthropométriques et au foisonnement des chiffres, de nombreux anthropologistes ne savaient plus comment procéder autrement qu’en générant toujours plus de bases chiffrées. D’autres, toutefois, commencèrent à mesurer, outre les crânes et les cerveaux, des traits morphologiques, comme la couleur et la texture des cheveux, la couleur et la forme des yeux, la couleur de la peau, dans l’espoir de renforcer des classifications incertaines. Dans une veine plus sinistre, toutes sortes d’hypothèses sur l’intelligence inférieure, à titre permanent, des femmes, des races non blanches et des criminels commencèrent à paraître dans les revues de la discipline, pour peu qu’elles soient étayées de quelques données chiffrées sur le poids ou la forme des crânes.

Portraits d’anthropologistes
Paul Broca (derrière la table) entouré par Chantre, Kyfalvy, Hamy, Topinard, de Mortillet, de Quatrefages et Magitet. Photographie originale (avant 1880) provenant de la Collection Begouën-Cartailhac. Cliché Musée du quai Branly.
http://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_f6103eca-fc50-48ae-8dda-fc064cf49798

  • 74 Sur l’utilisation par Vacher de Lapouge des idées de Gobineau, voir Vacher de Lapouge (Georges), Le (...)
  • 75 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 279. Une seconde édition de Gobineau f (...)
  • 76 Vacher de Lapouge (Georges), L’Aryen et son rôle social : cours libre de science politique professé (...)
  • 77 Selon Mucchielli, Drumont citait les travaux du neuropsychologue antisémite Jules Soury comme ceux (...)

43La carrière de Vacher de Lapouge, ferme partisan de la théorie de l’hérédité, constitue sans doute le baromètre le plus notoire, de cet effondrement des principes professionnels et d’une politisation croissante de l’anthropologie. Darwiniste convaincu, Vacher de Lapouge avait fait ses études à l’École d’anthropologie au début des années 1880 avant de rejoindre la Société. Il est devenu une figure bien connue des historiens contemporains du racisme : dans les années 1890, il avait en effet contribué à réintroduire les idées de Gobineau sur l’inégalité des races, qui remontaient au milieu du xixe siècle, parmi un petit cercle de scientifiques de son acabit et auprès d’intellectuels nationalistes de l’extrême droite française74. La carrière scientifique de Vacher de Lapouge ne décolla jamais à Paris. Pourtant en province (il était bibliothécaire à Montpellier), il avait pris la tête d’un groupuscule d’« anthroposociologistes » qui puisaient de façon sélective dans les travaux de Gobineau pour avancer leur théorie : la race était le seul critère déterminant la structure psychologique des individus, elle était donc un facteur essentiel du comportement social75. Selon Vacher de Lapouge, l’histoire se résumait à une lutte entre deux races inégales, dont les capacités morales et intellectuelles étaient invariables : la race dolichocéphale (i. e. à tête allongée) aryenne, race supérieure mais en en voie de « décroissance » et la race brachycéphale (i. e. à tête ronde) alpine, race inférieure mais se multipliant rapidement. Il poursuivait en attribuant à chaque race certains caractères fixes : les dolichocéphales possédaient le teint clair, les yeux bleus et l’esprit créatif tandis que les brachycéphales avaient la peau colorée et une intelligence médiocre. Il associait également à ce racisme biologique l’un des premiers appels lancé en France en faveur d’une sélection eugénique par l’État visant à garantir la seule reproduction des « Aryens »76. Cette sélection reproductrice devait assurer la survie de la race supérieure et sauver la nation de la dégénérescence que la mixité raciale moderne avait supposément introduite. Pendant l’Affaire Dreyfus, les arguments de Vacher de Lapouge se montrèrent pour la première fois ouvertement antisémites lorsqu’il accusa les juifs de contribuer directement au déclin de la civilisation française. Bientôt, l’écrivain polémiste de droite, Édouard Drumont cita les dernières publications de Vacher de Lapouge pour affirmer que la science avait démontre que les juifs étaient une race étrangère, atavique et dégénérée77.

  • 78 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., pp. 157-158 ; Massin (Benoît), (...)
  • 79 Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., p. 85.
  • 80 Ainsi qu’Owen White l’a soutenu, le courant des intellectuels républicains s’appuya sur cette même (...)

44Comme le suggère cette récupération de la « science » de Vacher de Lapouge par l’extrême droite, ce dernier avait réussi, dans les années 1890, à glisser ses théories anthroposociologiques tendancieuses dans les colonnes des principales revues anthropologiques de l’époque, notamment dans la Revue de l’École d’anthropologie et, de façon plus étonnante, dans L’Anthropologie, une revue que Hamy avait contribuée à fonder78. Ce succès, ainsi que l’a soutenu Laurent Mucchielli, ne signalait rien de moins qu’une crise de la science normale de l’époque. Cette crise s’expliquait par les années de querelles internes qui avaient sévi parmi les héritiers de Broca, mais aussi par une pratique inadéquate d’évaluations entre pairs, un manque de consensus quant aux paramètres de la discipline, enfin, plus globalement, un manque de contrôle sur la production scientifique79. Si toutefois Vacher de Lapouge put tirer profit d’une telle implosion pour publier ses idées extrémistes, c’est que le terrain avait été bien préparé : d’abord, par les supposés hiérarchiques voulant que les structures physiologiques soient reliées à l’intelligence, une idée qui avait nourri l’anthropométrie de Broca ; ensuite par le paradigme évolutionniste racial adopté par plusieurs membres de l’École d’anthropologie. En réalité, ces présuppositions étaient largement partagées de part et d’autre de l’échiquier politique pendant la première moitié de la Troisième République80. Ni Broca, ni ses plus proches collègues ou étudiants, ne franchirent cependant le pas vers un racisme aussi forcené que celui de Vacher de la Lapouge. Au contraire, restèrent-ils optimistes : une meilleure politique sociale et de meilleurs cadres de vie pouvaient aider individuellement les membres des races « inférieures » à progresser. En même temps et fort heureusement, à la fin des années 1890 un nouveau groupe de chercheurs, les durkheimiens, était suffisamment organisé pour identifier et contrer scientifiquement la menace que l’anthroposociologie de Vacher de Lapouge faisait planer non seulement sur les travaux de tous ceux qui s’intéressaient à l’espèce humaine mais également sur les principes fondateurs de la République elle-même. L’arrivée des durkheimiens sur la scène universitaire française, plus ou moins au moment même où l’arrestation de Dreyfus dégénéra en crise nationale, ne signifiait pas la fin de la science raciale en France : elle sonna néanmoins la fin de l’anthroposociologie de Vacher de Lapouge.

LA SCIENCE DE BROCA AU TOURNANT DU VINGTIÈME SIÈCLE

  • 81 Par exemple, Durkheim (Émile), « La prohibition de l’inceste et ses origines », L’Année Sociologiqu (...)
  • 82 Voir Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., chap. 1 ; Strenski (Ivan), « Henri H (...)

45Ce panorama de l’anthropologie française en cette fin de siècle semble particulièrement sombre. Il faut cependant souligner que l’utilisation politique faite par Drumont de la « mauvaise » science de Vacher de Lapouge, orientée vers la justification de l’antisémitisme, ne resta pas sans réponse. Laurent Mucchielli, Ivan Strenski et Filippo Zerilli l’ont bien montré : un groupe formé de nouveaux venus dans le milieu universitaire français réagit promptement, celui conduit par Émile Durkheim et ses disciples. Durkheim croyait que la société façonnait les individus, et non l’inverse, et qu’il existait des lois sociales universelles que des sociologues rigoureux parviendraient à découvrir. Dans le cadre de sa recherche sociale sur la civilisation humaine, il avait commencé à s’intéresser dans les années 1890 aux « religions primitives » des aborigènes d’Australie et d’Amérique du Nord81. Ce virage primitiviste le conduisit à rejeter implicitement l’idée que des caractéristiques mentales et psychologiques d’un groupe humain pouvaient être exclusivement attribuées à la race. Si la nouvelle sociologie de Durkheim avait été plus établie institutionnellement à la fin des années 1890, et si lui, ou ses disciples, n’avaient pas été aussi attachés aux principes égalitaires de la Troisième République, ils ne se seraient peut-être pas attaqué à Vacher de Lapouge et auraient laissé aux émules de Broca le soin de démontrer combien les prétentions de l’anthroposociologie étaient non fondées. Mais comme Vacher de Lapouge s’était par ailleurs autorisé à empiéter sur le champ intellectuel que Durkheim construisait à l’époque en établissant ses nouveaux réseaux, le sociologue choisit de passer à l’offensive. De 1900 à 1907, L’Année Sociologique mena une bataille incessante, sur un terrain scientifique, contre l’anthroposociologie et ses objectifs racistes, une bataille dans laquelle le neveu et disciple de Durkheim, Marcel Mauss, joua un rôle majeur82. Suite à cette campagne si acérée, la production « savante » de Vacher de Lapouge ne sera de nouveau publiée qu’à partir des années vingt et surtout des années trente, dès lors que la résurgence de l’antisémitisme et de l’extrême droite en France rendit de nouveau ses conceptions recevables auprès d’un certain milieu scientifique et politique.

  • 83 Pour une réfutation comparable de l’essentialisme biologique parmi les historiens résolument républ (...)
  • 84 Mucchielli (Laurent), «Sociologie versus anthropologie raciale…», art. cit., p. 89.
  • 85 Voir Nye (Robert), « Heredity or milieu : the foundations of modern European criminological theory  (...)
  • 86 Manouvrier (Léonce), « L’indice céphalique et la pseudo-sociologie », Revue de l’École d’Anthropolo (...)
  • 87 Schneider (William H.), Quality and quantity…, op. cit., p. 217.
  • 88 Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., p. 89.

46Il serait cependant erroné de croire qu’en France, parmi les chercheurs en sciences humaines, seuls les durkheimiens soient montés au créneau contre les idées de Vacher de Lapouge. Plusieurs représentants de l’anthropologie française réagirent également contre son racisme scientifique qui menaçait de jeter le discrédit sur toute la communauté anthropologique pour son manque de rigueur83. Le dernier étudiant de Broca, Léonce Manouvrier, le plus remarquable de ces dissidents, était professeur d’anthropologie physiologique à l’École d’anthropologie. Selon Mucchielli, Manouvrier fut le premier anthropologiste à avoir « sinon compris, du moins à avoir clairement reconnu et intégré dans son travail le fait que l’anthropologie ne pouvait plus prétendre expliquer fondamentalement l’Homme par l’étude de sa constitution biologique »84. Déjà dans les années 1890, Manouvrier s’était tenu à distance des formes de déterminisme racial adoptées par le psychologue des foules Gustave Le Bon et par le criminologiste Césare Lombroso — tous deux anciens élèves de l’École d’anthropologie85. Manouvrier fut, comme d’autres, également incité à réagir sans détours contre de tels réductionnismes par l’Affaire Dreyfus. En 1899, il décocha sa propre réfutation scientifique à l’encontre de Vacher de Lapouge dans la Revue de l’École d’anthropologie86. Manouvrier ne remettait en pas en cause la théorie des races fondée sur l’étude des crânes ; il essayait cependant de persuader ses lecteurs que les « aptitudes transmises par l’hérédité » n’étaient que purement physiologiques et élémentaires, et qu’elles ne pouvaient prédisposer de quelle que manière que ce soit le comportement d’une personne87. Il en appelait à une sociologie indépendante qui prendrait en compte toute la complexité du phénomène humain, ce qui ne pouvait que conforter les durkheimiens88.

Léonce Manouvrier
Photographié le 19 novembre 1909 par Paul Marsan dit Dornac (1858-1941). Épreuve sur papier citrate.

  • 89 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 485.

47Le rejet de l’anthroposociologie par Manouvrier contribua à discréditer les formes extrêmes du déterminisme racial auprès de la majorité des anthropologistes français, bien que la théorie de l’hérédité néo-lamarckienne continua comme auparavant à prévaloir dans leurs rangs. Cela dit, il se trouva quelques personnes à l’École d’anthropologie à ne pas être d’accord avec Manouvrier sur les limites que devaient se donner l’étude et la classification des humains par races, en termes de compréhension de la variété des sociétés humaines, des langues et des civilisations, du passé et du présent. La question en jeu consistait à savoir si le social pouvait légitimement être coupé du racial — un changement épistémologique et disciplinaire auquel plusieurs professeurs de l’École d’anthropologie résistaient fermement. Ainsi, bien que ces derniers aient rejeté les déclarations racistes infondées et péremptoires de Vacher de Lapouge et se soient éloignés de l’utilisation politique dans laquelle les nationalistes comme Drumont les enfermaient, ils se cramponnèrent néanmoins au paradigme évolutionniste racial développé par les matérialistes une génération plus tôt, lesquels avaient intégré depuis longtemps l’analyse des traits culturels et sociaux à celle des caractéristiques raciales. Les déclarations suivantes de Georges Hervé, médecin de formation, titulaire de la chaire en Ethnologie à l’École d’anthropologie, et l’un des derniers étudiants de Broca, sont assez typiques à cet égard : L’objectif scientifique, observa-t-il en 1907, est de dresser « le bilan de chaque race et, par suite, ordonner toutes races humaines suivant une série ascendante, dont la première place appartiendrait au groupe le plus évolué, c’est-à-dire le plus distant du point de départ simiesque et le plus apte aux fonctions intellectuelles, sociales, etc. »89

  • 90 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 485.
  • 91 Cité dans Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., p. 71 note 60.
  • 92 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 486. Pour une discussion plu (...)

48Pour Hervé, l’ethnologie (qu’il présentait comme la science de la « description des races ») restait « cette branche maîtresse dans l’histoire naturelle de l’homme » qui étudiait les « groupes naturels auxquels les caractères héréditaires et fixes servent respectivement de limites, et que l’on s’est convenu de désigner sous le nom de races ». En tant que branche maîtresse, la science raciale pouvait non seulement expliquer les origines de l’humanité, mais, de surcroît, expliquer les causes derrière « ou la disparition, ou la transformation, ou le maintien des groupes ethniques »90. Georges Papillault, un autre professeur à l’École d’anthropologie (il avait hérité de la chaire de Sociologie anciennement occupée par Letourneau, et sera plus tard responsable de l’exposition d’anthropologie à l’Exposition Coloniale de 1931) s’en prenait ouvertement aux durkheimiens, critiqués pour tenter d’analyser les sociétés sur la seule base des « formes extérieures », sans « pénétrer dans la matière vivante qui constitue leur substance »91. Papillault, avocat précoce de l’eugénisme en France comme Vacher de Lapouge, composa plusieurs manifestes en faveur de ce qu’il appelait la « biosociologie » qui enracinait le social dans le biologique (et donc implicitement, le racial) : « la forme sociale la plus répandue, la plus indépendante des milieux et des races, donne des effets, fournit des rendements profondément différents suivant les qualités biologiques des individus qui les composent »92. Quelle science pouvait mieux expliquer le comportement social humain, la vieille anthropologie physique ou la nouvelle sociologie ? Tel était bien l’enjeu de ces échanges entre condisciples de l’École d’anthropologie et durkheimiens.

  • 93 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., pp. 345-347.
  • 94 L’Abbé Breuil et Boule déménageront tous les deux pour l’Institut de paléontologie humaine, fondé p (...)

49Les positions démodées élaborées après l’Affaire Dreyfus par Papillault et Hervé (en opposition à Manouvrier) sur la question de la race et de la capacité humaine reflétaient un profond déclin de l’École au regard de l’extraordinaire popularité dont elle avait bénéficiée vingt ans plus tôt. En tant qu’école privée, l’École d’anthropologie souffrait de plusieurs désavantages naturels par rapport aux disciplines enseignées à l’Université. Ses fondations demeuraient précaires et puisqu’elle ne pouvait pas délivrer de diplômes, la formation qu’elle offrait possédait une valeur toute relative pour les étudiants qui envisageaient une autre carrière que la médecine93. Les étudiants en médecine eux-mêmes commencèrent à déserter les cours les plus en vue de l’École d’anthropologie. Entre temps, l’évolutionnisme avait largement gagné du terrain en France, y compris auprès de nombreux ecclésiastiques. Les matérialistes combatifs des premières années s’effaçaient également de la scène, tandis que des interprétations nouvelles, non linéaires de l’évolution, faisaient leur apparition, par exemple avec la paléoarchéologie de l’Abbé Breuil ou la paléoanthropologie de Marcellin Boule. Tous les deux avaient débuté au Muséum et non à l’École d’anthropologie, où ils devinrent par la suite les principaux opposants critiques aux théories de Mortillet sur l’ascension continue de l’homme, auxquelles ils répondaient par de nouvelles découvertes. Grâce à leurs efforts, la Société Préhistorique Française vit le jour en 1904, suivie par la création de l’Institut de paléontologie humaine en 1910 qui se fraya rapidement une réputation internationale94. À l’exception de Manouvrier — anatomiste de formation et dans le cercle des derniers étudiants de Broca, qui avait dénoncé toute l’entreprise visant à relier la taille du cerveau à l’intelligence — c’est une nouvelle génération de chercheurs peu novateurs qui dirigeait l’École d’anthropologie au début du xxe siècle. La plus grande percée dans le domaine de la science raciale devait donc venir de l’extérieur de la France : recherches biométriques de Francis Galton et Karl Pearson en Grande-Bretagne, études de Franz Boas qui travailla aux États-Unis sur la malléabilité des formes crâniennes, application par Eugen Fischer en Allemagne de la génétique mendélienne à l’anthropologie. En résumé, à l’instar de la Société d’anthropologie, l’École d’anthropologie avait perdu son titre de leader dans les champs disciplinaires qui l’avaient rendus célèbre dès sa fondation : la science raciale et la préhistoire.

  • 95 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., p. 530.
  • 96 Ibid., pp. 105-106.

50L’histoire de l’anthropologie en France dans la première moitié du siècle montre clairement que la mort de Broca contribua à transformer ce qui avait débuté comme un mouvement plein de promesses, susceptible d’inaugurer une anthropologie générale en France sous la bannière de la Société d’anthropologie, en une entreprise plus éclatée. La conséquence la plus importante, peut-être, de cette fragmentation fut de faire échouer le décollage en France d’une recherche d’envergure sur les sociétés pré-modernes, à une époque où elle était lancée avec audace dans d’autres pays. Pourtant, cela n’avait pas été faute d’essayer. Broca, bien que peu enclin lui-même à développer une étude scientifique de la diversité sociale et culturelle, avait intégré le sujet à son programme originel. La décision de l’État français d’établir un musée ethnographique prouvait par ailleurs que la France n’était pas en retard dans le domaine. Pour Claude Blanckaert, le reflux de l’anthropologie française doit être attribué au fait qu’avant et après Broca « elle [vécut] en vase clos », sans aller au-delà de l’étude anatomique et de la préhistoire, deux domaines sur lesquels Broca et d’autres greffèrent leur discipline95. Cette même tendance contribue aussi à expliquer le fait que « le postulat des races fixes et originelles… dura… malgré Lamarck, malgré Darwin tel un élément inerte mais paradoxalement actif, au cœur du paradigme anthropologique » jusqu’au début du vingtième siècle et au-delà96.

  • 97 Mauss (Marcel), « L’ethnographie en France et à l’étranger I », La Revue de Paris, vol. 20, no 5, 1 (...)
  • 98 CDF/Fonds Marcel Mauss/MAS 21.17 : Marcel Mauss, « Rapport au ministre », sans date [1913].

51Lorsque Hamy démissionna de son musée ethnographique en signe de protestation contre la négligence dont faisait l’objet l’institution, les possibilités d’un développement d’une science de l’ethnographie pouvaient paraître aussi improbables qu’un retour en puissance immédiat de l’École d’anthropologie. Quant à la perspective de voir s’épanouir une science unifiée de l’homme, qui prenne en considération tant les diversités physiques que socioculturelles des hommes dans le passé comme dans le présent, elle paraissait encore plus remise aux calendes grecques. L’un des meilleurs sociologues durkheimiens des « religions primitives », Marcel Mauss, regrettait dans deux articles publiés en 1913 dans la Revue de Paris sous le titre « L’ethnographie en France et à l’étranger », que même la Suisse et la Suède avaient réussi à mieux faire dans le domaine que la France, qui bénéficiait, pourtant, d’un statut supérieur de « grande puissance scientifique et grande puissance coloniale »97. À l’époque, Mauss venait tout juste de rentrer d’un séjour au cours duquel il avait visité le British Museum et le Museum für Völkerkunde à Berlin98. Il ajoutait ceci :

  • 99 Mauss (Marcel), « L’ethnographie en France et à l’étranger II », La Revue de Paris, vol. 20, no 5, (...)

La cause et aussi la conséquence de la stagnation de l’ethnographie en France est l’absence ou l’insuffisance des institutions qui pourraient s’en occuper. Nous n’avons ni enseignements, ni bons musées, ni offices de recherches ethnographiques parce que nous ne nous intéressons pas à cette science. Et inversement, nous nous n’intéressons pas à cette science parce qu’il n’y a chez nous personne qui soit particulièrement intéressé à son succès. Une science ne vit pas que de beau langage, il lui faut un matériel et un personnel. Il lui faut des organes permanents, des institutions durables qui la créent et l’entretiennent.99

COLONIES FRANÇAISES D’AFRIQUES

COLONIES FRANÇAISES D’AFRIQUES

L’empire colonial français
Au début du vingtième siècle, les colonies françaises d’Afrique (double page ci-contre), d’Asie, d’Amérique & d’Océanie (page suivante). Cartes extraites de l’Atlas Larousse illustré, Paris : Librairie Larousse, 1900, pp. 16-17. Cliché David Rumsey Collection.

COLONIES FRANÇAISES D’ASIE D’AMÉRIQUS & D’OCEANIE

COLONIES FRANÇAISES D’ASIE D’AMÉRIQUS & D’OCEANIE

52Malgré tout, en l’espace d’une quinzaine d’années, Mauss et Paul Rivet, à l’époque adjoint à la chaire d’Anthropologie au Muséum, fondèrent un nouvel Institut d’ethnologie à la Sorbonne qui mit la méthodologie ethnographique au cœur de son programme, avec l’étude des races, de la préhistoire et des langues ; cette année-là, une nouvelle collection fut lancée pour publier des monographies spécialisées dans toutes les branches de l’ethnologie ; en 1928, Rivet avait également entrepris une réfection spectaculaire du Musée d’ethnographie du Trocadéro qui devait le propulser en première ligne des musées anthropologiques dans le monde. En résumé, un nouvel institut — incorporant pleinement cette fois l’étude des langues et des civilisations — parut se matérialiser subitement. Avec l’avantage du recul, il apparaît clairement que les efforts précédents entrepris pendant une cinquantaine d’années en vue d’organiser une anthropologie générale, combinés au choc que représenta l’irruption du racisme scientifique pendant l’Affaire Dreyfus, avaient préparé le terrain d’un tel renouveau et déterminé sa direction.

Notes

1 Sur cette modernisation, voir l’introduction, note 28. La sociologie durkheimienne s’assura quatre chaires universitaires à Paris sur ces années. Ce succès a souvent été avancé comme un facteur, parmi de nombreux autres, expliquant le retard avec lequel l’anthropologie s’est établie en France en tant que discipline possédant ses propres approches et contenus. Durkheim et son école étaient opposés non seulement à l’anthropologie mais également à l’ethnographie, qu’ils accusaient de manquer de rigueur théorique. Plutôt que d’encourager l’établissement d’un champ indépendant, appelé anthropologie, les Durkheimiens partaient du principe que l’étude des cultures relevait de leur nouvelle sociologie. Clark (Terry N.), Prophets and patrons…, op. cit., chap. 6 ; Karady (Victor), « Durkheim et les débuts de l’ethnologie universitaire », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 74, sept. 1988, pp. 23-32 ; Karady (Victor), « Le problème de la légitimité dans l’organisation historique de l’ethnologie française », Revue Française de Sociologie, vol. 23, no 1, 1982, pp. 17-35 ; et Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., chap. 13. Pour autant, comme l’a montré Johan Heilbron, même le succès de la sociologie en tant que discipline universitaire fut tout relatif en France. Institutionnellement, la nouvelle sociologie restait sous la coupe de la philosophie (la plupart des cours de sociologie dispensés entre 1910 et 1945 le furent par des philosophes), et aucun autre poste universitaire ne fut crée avant la fin de la seconde guerre mondiale. Heilbron (Johan), « Les métamorphoses du durkheimisme, 1920-1940 », Revue Française de Sociologie, vol. 26, no 2, 1985, pp. 202-237.

2 En Grande-Bretagne, la Société ethnologique de Londres (1843) et la Société anthropologique de Londres fusionnèrent en 1871 pour devenir l’Institut anthropologique de Grande-Bretagne et d’Irlande, qui se transformera en 1907 en Institut royal anthropologique. Un poste de professeur en anthropologie fut crée pour E. B. Tylor à Oxford en 1896, et des postes de maîtres de conférences furent établis en anthropologie en 1900 à l’Université de Cambridge et en 1904 à la London School of Economics. Aux États-Unis, l’Association anthropologique américaine fut créée en 1902, mais elle sera de nouveau divisée à la fin des années 1920, lorsque l’Association de l’anthropologie physique fut fondée à part. L’Université de Harvard créa un département d’anthropologie générale en 1886, et Boas devint le premier professeur d’anthropologie à l’Université de Columbia en 1899. En Allemagne, Rudolf Virchow et Johannes Ranke dominaient le champ de l’Anthropologie, et Adolf Bastian celui de l’Ethnologie. Les premières chaires universitaires en anthropologie (Munich 1886 ; Berlin, 1908) furent occupées par des anatomistes. Les ethnologistes allemands, en revanche, développèrent leur science (Ethnologie) avec le plus grand succès, par l’intermédiaire d’une autre institution : les musées ethnographiques dans les grandes villes d’Allemagne, comme le Museum für Völkerkunde à Berlin et ceux de Leipzig, Hamburg et Munich. Comme ces musées étaient très nombreux, l’Ethnologie put, au tournant du siècle, se tailler la part plus importante des deux disciplines. Au-delà de leurs stratégies institutionnelles à succès, les ethnologistes allemands mirent également à profit un riche héritage intellectuel qui avait promu l’idée que la culture était un patrimoine que tout le monde devait partager. Sur ce plan, Johann Gottfried von Herder et Alexander von Humbolt furent particulièrement influents. Sur l’histoire des institutions anthropologiques européennes et américaines, voir Kuklick (Henrika) (sous la dir.), A new history of anthropology, op. cit.

3 En réalité, le terme en usage à l’époque pour désigner l’étude des races était « ethnologie ». Ce même terme sera ressuscité au xxe siècle, quoique doté d’une signification assez différente. Au xixe siècle, le domaine anthropologique était loin d’être aussi clairement défini, tant et si bien que la terminologie désignant l’étude de l’« Homme » changea constamment. Afin d’éviter toute confusion avec l’usage du mot « ethnologie » employé au xxe siècle, nous préfèrons substituer l’expression de « science raciale » au terme français d’« ethnologie » du xixe siècle.

4 Voir Liebersohn (Harry), « Anthropology before anthropology », in Kuklick (Henrika) (sous la dir.), A new history of anthropology, op. cit., pp. 17-32 ; Staum (Martin S.), Labeling people : French scholars on society, race, and empire, 1815-1848, Montreal ; Kingston ; London [etc.] : McGill-Queen’s University Press, 2003, XIV + 245 p. (McGill-Queen’s studies in the history of ideas ; 36) ; Williams (Elizabeth A.), The physical and the moral : anthropology, physiology, and philosophical medicine, 1750-1850, Cambridge ; New York ; Melbourne : Cambridge University Press, 1994, XII + 281 p. (Cambridge monographs on the history of medicine) ; Stocking (George W. Jr.), Race, culture, and evolution : essays in the history of anthropology [with a new preface], Chicago ; London : University of Chicago Press, 1982, XXVIII + 380 p. (voir chap. « French anthropology in 1800 », pp. 13-41) ; Chappey (Jean-Luc), La Société des observateurs de l’Homme (1799-1804) : des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris : Société des études robespierristes, 2002, 573 p. ; Schiebinger (Londa), « The anatomy of difference : race and sex in eighteenth-century science », Eighteenth-Century Studies, vol. 23, 1990, pp. 387-405.

5 Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), Bones, bodies, behavior…, op. cit., pp. 3-9.

6 Sur la fondation de la Société ethnologique de Paris, voir Sibeud (Emmanuelle), « The metamorphosis of ethnology in France, 1839-1930 », in Kuklick (Henrika) (sous la dir.), New history of anthropology…, op. cit., p. 98 ; Blanckaert (Claude), « On the origins of French ethnology : William Edwards and the doctrine of race », in Stocking (sous la dir.), Bones, bodies, behavior…, op. cit., pp. 18-55 ; Staum (Martin S.), Labeling people…, op. cit., pp. 126, 132-33, et 158-59 ; Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions in nineteenth-century France », Isis, vol. 76, no 3, sept. 1985, pp. 331-338 ; Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 17-31 et 47-49 ; et Cohen (William B.), The French encounter with Africans : White response to Blacks, 1530-1880, Bloomington ; London : Indiana University Press, 1980, XIX + 360 p., ici pp. 218-221.

7 Blanckaert (Claude), « On the origins of french ethnology … », op. cit., pp. 38.

8 Ibid., p. 41.

9 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., p. 333.

10 Sur Paul Broca, voir Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit. ; Carson (John), The measure of merit : talents, intelligence, and inequality in the French and American republics, 1750-1940, Princeton (N.J.) ; Oxford : Princeton University Press, 2007, chap. 3 ; Schiller (Francis), Paul Broca : founder of French anthropology, explorer of the brain, Berkeley ; Los Angeles ; London : University of California Press, 1979, IX + 350 p. ; Gould (Stephen Jay), The mismeasure of man [éd. rev. et augmentée], New York : W.W. Norton, 1996, chap. 3 ; Clark (Terry N.), Prophets and patrons…, op. cit., pp. 116-121.

11 La phrénologie était l’étude des caractéristiques externes du crâne, censée servir de guide pour saisir la personnalité et les fonctions cognitives d’un individu. Elle avait été lancée par le médecin allemand, Franz Joseph Gall (1758-1828), et fut à la mode pendant les années 1820-1850. Les phrénologues ne réussirent jamais à localiser les régions exactes du cerveau correspondant à des facultés spécifiques, et cet échec discrédita aux yeux de nombreux scientifiques à l’instar de Broca, les applications de leurs recherches. Staum (Martin S.), Labeling people…, op. cit., chap. 3 et pp. 175-176.

12 La première citation est extraite de Clark (Terry N.), Prophets and patrons…, op. cit., p. 117 ; la seconde de Williams (Elizabeth A.), The physical and the moral…, op. cit., p. 257. Pour une discussion de l’anthropologie « au sens large », voir Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 13-47 ; voir aussi Stocking (George W. Jr.), « Qu’est-ce qui est en jeu dans un nom ? La “Société d’ethnographie” et l’historiographie de “l’anthropologie en France” », in Rupp-Eisenreich (Britta) (sous la dir.), Histoires de l’anthropologie (xvie-xixe siècles) : Colloque La pratique de l’anthropologie aujourd’hui, 19-21 novembre 1981, Sèvres, Paris : Klincksieck, 1984, 447 p. (Collection d’épistémologie ; 3), ici pp. 421-331. Sur la fondation de la Société d’anthropologie de Paris, consulter Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie de Paris de 1859 à 1920 », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 10, no 1, 2004, pp. 125-171 ; Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit. ; Staum (Martin S.), « Nature and nurture in French ethnography and anthropology, 1859-1914 », Journal of the History of Ideas, vol. 65, no 3, 2004, pp. 475-495 ; Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit., pp. 53-61 ; Harvey (Joy), « Evolutionism transformed : positivists and materialists in the Société d’Anthropologie de Paris from Second Empire to Third Republic », in Oldroyd (David R.) & Langham (Ian) (sous la dir.), The wider domain of European evolutionary thought, Dordrecht : D. Reidel, 1983, pp. 289-310 ; Bender (Donald), « The development of French anthropology », Journal of Behavioral Sciences, vol. 1, 1965, pp. 139-151.

13 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., p. 128.

14 Williams (Elizabeth A.), The physical and the moral…, op. cit., p. 259.

15 Carson (John), The measure of merit…, op. cit., p. 98. Sur la craniométrie de Broca, voir aussi Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., pp. 130-142 et chap. 4 à 6. Pour un résumé succint du débat polygéniste versus monogéniste, voir Blanckaert (Claude), « Of Monstrous Métis ? Hybridity, Fear of Miscegenation, and Patriotism from Buffon to Paul Broca », in Peabody (Sue) & Stovall (Tyler) (sous la dir.), The color of liberty : histories of race in France, Durham ; London : Duke University Press, 2003, pp. 42-70.

16 Sur la place de la craniométrie en Allemagne sur la même période, voir Zimmerman (Andrew), Anthropology and antihumanism…, op. cit., chap. 3.

17 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., p. 153.

18 Harvey (Joy), Almost a man of genius : Clémence Royer, feminism, and nineteenth-century science, New Brunswick : Rutgers University Press, 1997, XV + 274 p. (Lives of women in science).

19 Sur le Laboratoire Broca, voir Ferembach (Denise), « Le laboratoire d’anthropologie à l’École pratique des hautes études (Laboratoire Broca) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 7, no 7-4, 1980, pp. 307-318. Une histoire complète de l’École d’anthropologie reste à faire. Voir Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., p. 339 ; Clark (Terry N.), Prophets and patrons…, op. cit., pp. 118-119 ; Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., pp. 133-134 ; et Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul …, op. cit., p. 137.

20 Sur la passion de la Troisième République pour la science, voir Weisz (George), The emergence of the modern universities…, op. cit., pp. 10 et 272-276.

21 Dias (Nélia), « Séries de crânes et armée de squelettes. Les collections anthropologiques en France dans la seconde moitié du xixe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 1, no 3-4, 1989, pp. 219-222.

22 Sur l’utilisation que Broca fit des statistiques, voir Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., pp. 124-142.

23 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 78.

24 La chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’Homme date de 1838. Auparavant, il existait une chaire en Anatomie humaine. Sur le processus ayant conduit à renommer la chaire d’Anthropologie afin d’inclure l’histoire naturelle de l’évolution, voir Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855) », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 85-124 (Archives ; 3).

25 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., pp. 340-343 ; et Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 70-72. Sur l’histoire du Muséum, voir Limoges (Camille), « The development of the Muséum d’histoire naturelle of Paris, 1800-1914 », in Fox (Robert) & Weisz (Georges) (sous la dir.), The organization of science and technology in France, 1808-1914, Cambridge ; London ; New York : Cambridge University Press ; Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1980, pp. 211-240.

26 Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., p. 58. Sur l’environnementalisme de Quatrefages, voir Osborne (Michael), Nature, the exotic and the science of French colonialism, Bloomington (Ind.) ; Indianapolis (Ind.) : Indiana University Press, 1994, pp. 74-78 et 88-90. Protestant pratiquant, Quatrefages ne pouvait pas supporter la « violation de la barrière des espèces » que l’évolution darwinienne représentait, même s’il en vint à accepter le principe de la sélection naturelle. Harvey (Joy), « Evolutionism transformed… », op. cit., p. 297. Le désaccord intellectuel entre Broca et Quatrefages sur la question des origines de l’homme, de l’unité de l’espèce, et l’évolution des races fut, largement, à la base de ce qui conféra à la Société d’anthropologie de Paris une telle stature professionnelle dans les années 1860 et 1870.

27 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », Popular Science Monthly, vol. 41, May 1892, p. 67 ; Starr enseignait à l’Université de Chicago.

28 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 216. Selon Dias (pp. 106-107), le musée de l’École d’anthropologie possédait également une collection ethnographique, mais la majorité de ses acquisitions était ostéologique.

29 Riviale (Pascal), « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Américanistes », Journal de la Société des Américanistes, vol. 81, 1995, p. 213 ; Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie française au Pérou (1821-1914), Paris ; Montréal : l’Harmattan, 1996, 425 p. (Histoire des sciences humaines), ici pp. 285-286.

30 Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., chap. 2 ; Sibeud (Emmanuelle), « The metamorphosis of ethnology… », op. cit., p. 99 ; Chailleu (Luc), « Histoire de la Société d’ethnographie. La revue orientale et américaine (1858-1879). Ethnographie, orientalisme et américanisme au xixe siècle », L’Ethnographie, vol. 86, 1990, pp. 89-107 ; et Stocking (George W. Jr.), « Qu’est-ce qui est en jeu ?… », op. cit.

31 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 68-69.

32 Cité dans Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 164.

33 Le ministère de l’Instruction Publique créa le service des missions en 1842. Il accordait des bourses de voyage aux explorateurs, aux voyageurs et aux « savants distingués » de toutes les branches du savoir (artistes, intellectuels, écrivains et scientifiques) et devint rapidement la source principale de financement de la recherche française à l’étranger. Son budget dépassait de loin ceux des nombreuses sociétés savantes qui sponsorisaient en France ce type de terrain, particulièrement après 1874 quand le service fut doté d’une Commission des voyages et des missions scientifiques et littéraires. Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., p. 23 ; Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., pp. 69-86.

34 Soixante-dix pourcent des expéditions se dirigeaient encore vers l’Europe et le bassin Méditerranéen (l’Algérie surtout) après 1870. Cependant, les voyages en direction d’une part de l’Afrique subsaharienne, de l’Asie du Sud-Est, de l’Amérique du Sud et d’autre part de l’Allemagne, de la Russie et des États-Unis, augmentèrent avec l’avènement de la Troisième République. Les missions ayant une vocation anthropologique passèrent de 16 (soit 2,6 %) en 1840-1869 à 149 (soit 8,6 %) en 1870-1914. Heffernan (Michael J.), « A state scholarship : the political geography of French international science during the nineteenth century », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 19, no 1, 1994, pp. 29-30.

35 Le « palais de cristal », à Londres, avait ouvert la voie en 1854 à l’exposition d’objets ethnographiques à l’occasion des premières expositions universelles. Voir Stocking (George W. Jr.), Victorian anthropology, New York : The Free Press ; Londres : Collier Macmillan, 1987, XVII + 429 p., ici pp. 1-6. Des expositions ethnographiques et anthropologiques seront organisées lors des Expositions universelles tenues à Paris en 1878 et 1889. L’âge d’or des musées ethnographiques se situe dans le dernier tiers du xixe siècle, et comme l’a montré Glenn Penny dans Objects of Culture, les villes allemandes de Berlin, Hamburg, Leipzig, et Munich furent particulièrement actives dans leur construction dans les années 1870. D’autres célèbres musées à l’époque comprenaient le Musée national ethnographique de Leiden (1864), le Peabody Museum à Harvard (1866), la Collection ethnographique scandinave de Stockholm (1873) et le Pitt Rivers Museum d’Oxford (1884). S’inspirant de l’exemple du British Museum, plusieurs importants musées d’histoire naturelle comportant des sections ethnographiques s’ouvrirent également : l’American Museum of Natural History à New York (1869), le Musée Royal d’histoire naturelle Impériale à Vienne (1876), et le Smithsonian Institution à Washington D. C. (1881) — pour n’en citer que quelques uns. Il est difficile de faire un survol de toutes ces collections ethnographiques de l’époque, car les chercheurs, même contemporains, ne définissent pas le musée ethnographique de la même façon ; certains vont inclure les musées folkloriques sous cette rubrique, tandis que d’autres y font figurer les musées d’histoire naturelle comportant des sections ethnographiques. Il existe de nombreuses études sur des musées individuels, mais peu qui offrent une vue d’ensemble. Pour une liste, excellente quoique incomplète, des principaux musées ouverts entre 1849 et 1931, y compris à l’extérieur de l’Europe et des États-Unis, voir Shelton (Anthony Alan), « Museums and anthropologies : practices and narratives », in Macdonald (Sharon) (sous la dir.), A companion to museum studies, Malden (Ma.) ; Oxford : Blackwell, 2006, p. 65 ; voir aussi les essais suivants en Partie II, « States of “nature” in the museum : natural history, anthropology, ethnology », in Carbonell (Bettina Messias) (sous la dir.), Museum studies : an anthology of contexts, 2e éd., Malden (Mass.) : Wiley-Blackwell, 2012, XXIII + 655 p. ; Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 109-114 ; et Mehos (Donna C.), « Colonial commerce and anthropological knowledge : Dutch ethnographic museums in the European context », in Kuklick (Henrika) (sous la dir.), New history of anthropology, op. cit., pp. 173-190.

36 Sur l’histoire du Musée d’ethnographie, voir l’étude classique de Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit. ; et aussi Hamy (Ernest-Théodore), Les origines du Musée d’ethnographie [Facsimile de l’éd. de 1890 ; préf. de Dias Nélia], Paris : J.-M. Place. 1988, IV + 321 p. (Les Cahiers de Gradhiva ; 7). À l’Exposition universelle de Paris de 1878, le gouvernement demanda à la Société d’anthropologie d’organiser une exposition qui fut principalement consacrée à l’anthropologie. Mais une galerie ethnographique « provisoire » pour les objets américains anciens fut également ouverte, qui devait former le cœur du futur Musée d’ethnographie. Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., pp. 298-302 ; Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., p. 38.

37 Stocking (George W. Jr.), Victorian anthropology, op. cit., p. 47. Comme nous le verrons plus en détail dans le chapitre suivant, de nombreuses personnes en France et dans son empire se réclamaient du titre d’ethnographe, ou prétendaient du moins pratiquer l’ethnographie : missionnaires, explorateurs, diplomates, administrateurs coloniaux, géographes, folkloristes, naturalistes. Ils entendaient par là, généralement, ou bien collecter des objets, ou composer un récit de premier main sur des coutumes exotiques ou en voie de disparition en France, dans les colonies, ou ailleurs dans le monde.

38 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », art. cit., p. 67.

39 Le Musée Broca, au contraire, « se situait dans le grenier d’un vieux bâtiment, où la plupart des spécimens étaient tellement couverts de poussière qu’il était impossible de déterminer s’ils étaient étiquetés ou non ». Dorsey (George Amos), « Notes on the anthropological museums of Central Europe », American Anthropologist, vol. 1, no 3, July 1899, p. 463.

40 Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., chap. 8.

41 Hamy (Ernest-Théodore), « Introduction », Revue d’Ethnographie, vol. 1, 1882, pp. ii-iii.

42 Les musées du xixe siècle établis dans les vieilles colonies, comme en Inde, en Algérie, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ont également suivi ces courants. Voir, par exemple, McCarthy (Conal), Exhibiting Maori : a history of colonial cultures of display, Oxford ; New York : Berg, 2007, XIV + 243 p.

43 Pour une introduction à chacune de ces traditions anthropologiques nationales et la place accordée en leur sein à la culture matérielle, voir Darnell (Regna), « North American traditions in anthropology : the historic baseline », in Kuklick (Henrika) (sous la dir.), New history of anthropology, op. cit., pp. 35-51 ; et dans le même ouvrage, les chapitres de Kuklick (Henrika), « The British tradition » (pp. 52-78) et Penny (H. Glenn), « Traditions in the German Languages » (pp. 79-95). En Grande-Bretagne, pour citer un exemple du souci manifesté par les Victoriens de fournir des instructions encore plus précises aux collectionneurs d’objets ethnographiques, le recueil de Tylor datant de 1874, Notes and Queries, fit l’objet de révisions régulières, sous les auspices du Pitt Rivers Museum. Tylor fit par ailleurs largement appel à la culture matérielle. Petch (Alison), « Notes and queries and the Pitt Rivers Museum », Museum Anthropology, vol. 30, Spring 2007, pp. 21-39 ; Brown (Alison), Coote (Jeremy) & Gooden (Chris), « Tylor’s tongue : material culture, evidence, and social networks », Journal of the Anthropological Society of Oxford, vol. 31, no 3, 2000, pp. 257-276. Sur les questionnaires rédigés à cette époque en France à l’intention des voyageurs par des théoriciens sans expérience de terrain, voir Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., pp. 72-92.

44 Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., p. 103.

45 Ibid., pp. 151-157.

46 Dias (Nélia), « Looking at objects : memory, knowledge, in nineteenth-century ethnographic displays », in Robertson (George), Mash (Melinda), Tickner (Lisa), Bird (Jon), Curtis (Barry) & Putnam (Tim) (sous la dir.), Travellers’ tales : narratives of home and displacement, London : Routledge, 1994, pp. 164-177.

47 Les collections asiatiques furent entièrement retirées du musée en 1890, faute de place.

48 Sur le plan du musée, voir Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie…, op. cit., chap. 7.

49 Starr (Frederick), « Anthropological work in Europe », art. cit., p. 66.

50 Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., pp. 55-56.

51 Williams (Elizabeth A.), « Art and artifact at the Trocadéro : Ars Americana and the primitivist Revolution », in Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), Objects and others : essays on museums and material culture, Madison : University of Wisconsin Press, 1985, pp. 146-166.

52 J. P. Daughton a suggéré qu’au moment même où la Troisième République étendait son empire colonial, elle suivit une politique de « puissance douce » en Amérique du Sud. L’intérêt français de longue date dans l’ethnologie américaine peut être analysé sous cet éclairage. Daughton (James P.), « When Argentina was “French” : rethinking cultural politics and European imperialism in Belle-Époque Buenos Aires », Journal of Modern History, vol. 80, December 2008, pp. 831-864.

53 Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit., pp. 214-216.

54 Les toutes premières collections américaines remontent peut-être à l’expédition au Brésil, menée par la France au xvie siècle. Les autres comprenaient : les collections péruviennes Dombey (1786), les collections d’Angeviller et d’Esclignac, confisquées pendant la Révolution, la collection mexicaine de Franck (1832), la collection péruvienne Angrand (1839), la collection mexicaine Latour-Allard (1850), la collection péruvienne Wiener (1876-1877), la collection amazonienne Crévaux (1876-1880), la collection péruvienne Cessac (1882) et les collections rassemblées par le botaniste Édouard André en Colombie et en Équateur (1875-1876). Babelon (Jean), La Revue de Paris, vol. 5, septembre-octobre 1935, p. 186. Pour une histoire détaillée de ces collections, voir Riviale (Pascal), Un siècle d’archéologie…, op. cit.

55 Sur cette expédition, voir Edison (Paul N.), « Conquest unrequited : French expeditionary science in Mexico, 1864-1867 », French Historical Studies, vol. 26, no 3, Summer 2003, pp. 459-495.

56 Williams (Elizabeth A.), « Art and artifact… », op. cit., pp. 148-152.

57 Kubler (George), The art and architecture of ancient America : the Mexican “Maya” and Andean Peoples, Harmondsworth : Penguin books, 1962, pp. 7-11.

58 À la fin du xixe siècle, les ethnographes et les anthropologistes discutèrent passionnément des questions suivantes : si l’humanité était une ou plurielle, si l’invention indépendante ou le phénomène de diffusion expliquait mieux la diversité des cultures humaines. La première position, évolutionniste, soutenait que, puisque les êtres humains partageaient tous les mêmes traits psychologiques, ils devaient tous innover de la même façon et donc se développer parallèlement partout ; les partisans de la thèse diffusionniste au contraire, soutenaient que les traits culturels les plus fondamentaux s’étaient répandus à travers le monde à partir d’un petit nombre — voire d’un lieu unique — de foyers originels d’invention, et que toutes les cultures, même les pré-modernes, possédaient des histoires complexes à démêler. Ces vues n’étaient pas considérées comme incompatibles à l’époque. En France, où la polarisation entre monogénistes et polygénistes se prolongea plus longtemps qu’ailleurs, des monogénistes comme Quatrefages ou Hamy cherchèrent à utiliser des données ethnographiques pour prouver que tous les groupes humains possédaient une racine commune. Mais cela n’empêchait pas de croire que tous les peuples suivaient des stades d’évolution identiques malgré d’innombrables variations locales. Des socio-évolutionnistes aussi convaincus que Tylor et Pitt Rivers soutenaient l’existence de traits diffusés dans le développement historique d’un peuple. Et Bastian, qui rejetait le transformisme biologique pour manque de preuve, reconnaissait qu’il existait des lois uniformes de croissance par lesquelles un phénomène simple pouvait devenir complexe et plus élevé. Voir Stocking (George W. Jr.), Victorian anthropology, op. cit. ; voir aussi Lowie (Robert H.), The history of ethnological theory, New York : Holt, Rinehart & Winston, 1937, chap. 3, 4 et 7. Les américanistes étaient très impliqués dans ces débats, en raison des origines incertaines des civilisations précolombiennes. Kubler(George), The art and architecture…, op. cit., pp. 11-12.

59 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon of social combat in late nineteenth-century France », Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 16, no 2, 1980, p. 120 ; Staum (Martin S.), « Nature and nurture… », art. cit., pp. 483-485 ; Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., p. 337 ; et Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale. L’engagement des sociologues durkheimiens dans le contexte ‘fin de siècle’ (1885-1914) », Gradhiva, vol. 21, 1997, pp. 79-80. Les conceptions de Hamy peuvent être utilement comparées ici avec celles de ses homologues étrangers, par exemple, Tylor et Bastian qui s’interrogeaient à l’époque sur l’utilité de la notion de race (sans nier l’inégalité raciale pour autant) dans l’étude des civilisations et des langues.

60 Dorsey (George Amos), « Notes on the anthropological museums… », art. cit., p. 468.

61 Sur les matérialistes à la Société d’anthropologie, voir Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit. ; Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., chap. 3 ; Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., pp. 440-448 ; Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit. ; Richard (Natalie), « La revue L’Homme de Gabriel de Mortillet. Anthropologie et politique au début de la Troisième République », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 1, no 3-4, 1989, pp. 231-256 ; et Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., pp. 136-155.

62 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 118-122 ; Nord (Philip), The republican moment : struggles for democracy in nineteenth-century France, Cambridge (Mass.) ; London : Harvard University Press, 1995, pp. 41-44 ; Richard (Nathalie), « La revue L’Homme de Gabriel de Mortillet… », art. cit. ; et Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit., pp. 61-145 passim. Pour un aperçu plus général sur l’émergence de la préhistoire comme discipline, voir Richard (Natalie), Inventer la préhistoire : les débuts de l’archéologie préhistorique en France, Paris : Vuibert ; ADAPT-SNES, 2008, IV + 235 p. (Inflexions).

63 Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 123-125, Harvey (Joy), « Evolutionism transformed… », op. cit., pp. 292-303 passim ; Nord (Philipp), The republican moment…, op. cit., pp. 41-44 ; Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit., pp. 61-145 passim.

64 Cité dans Hammond (Michael), « Anthropology as a weapon… », art. cit., pp. 126.

65 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 57.

66 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., chap. 13.

67 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, 2nde éd., Paris : C. Reinwald, 1884, XVI + 608 p. (Bibliothèque des sciences contemporaines ; 6) ; Staum (Martin S.), Nature and nurture…, op. cit., p. 56.

68 Bowler (Peter J.), Evolution : the history of an idea, 3ème éd., Berkeley : University of California Press, 2003, pp. 285-286.

69 La plupart des anthropologistes, y compris Hovelaque, ne partageaient pas la vision pessimiste de Gobineau d’un éventuel déclin des races « supérieures » résultant d’un métissage avec les races « inférieures ». En fait, les idées de Gobineau se diffusèrent plus en Allemagne qu’en France dans la seconde moitié du xixe siècle. Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., pp. 23, 94-107, 363 et 484.

70 Desmet (Piet), « Abel Hovelacque et l’école de linguistique naturaliste. De l’inégalité des langues à l’inégalité des races », in Blanckaert (Claude) (sous la dir.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940), Paris : l’Harmattan, 2001, pp. 55-94.

71 Blanckaert (Claude), « La crise de l’anthropométrie. Des arts anthropotechniques aux dérives militantes (1860-1920) », in Blanckaert (Claude) (sous la dir.), Les politiques de l’anthropologie …, op. cit., pp. 95-172.

72 Sur la naissance des statistiques en France, voir Cole (Joshua), The power of large numbers : population, politics, and gender in nineteenth-century France, Ithaca : Cornell University Press, 2000, IX + 252 p. ; et Schweber (Libby), Disciplining statistics : demography and vital statistics in France and England, 1830-1885, Durham, N.C. ; London : Duke University Press, 2006, 277 p. (Politics, history, and culture).

73 Carson (John), The measure of merit…, op. cit., p. 101 ; Schneider (William H.), Quality and quantity…, op. cit., p. 218 ; Blanckaert (Claude), « La crise de l’anthropométrie… », art. cit.

74 Sur l’utilisation par Vacher de Lapouge des idées de Gobineau, voir Vacher de Lapouge (Georges), Les sélections sociales : cours libre de science politique professé à l’Université de Montpellier (1888-1889), Paris : A. Fontemoing, 1896, XII + 256 p. Voir aussi Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit., chap. 5 ; Massin (Benoit), « L’anthropologie raciale… », op. cit., pp. 269-336 ; Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., pp. 84-85 ; Taguieff (Pierre-André), « Racisme aryaniste, socialisme et eugénisme chez Georges Vacher de Lapouge (1854-1936) », Revue d’Histoire de la Shoah, vol. 183, 2005, pp. 69-134 ; et Taguieff (Pierre-André), La couleur et le sang : doctrines racistes à la française, [Paris] : Éd. Mille et une nuits, 1998, chap. 1.

75 Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 279. Une seconde édition de Gobineau fut diffusée en France en 1884, mais même à l’époque, ses idées restèrent largement inconnues avant que Vacher de Lapouge ne popularise sa version de l’œuvre de Gobineau. Sans nier le racisme évident de Gobineau, l’écrivain français Jean Gaulmier soutient que des polémistes comme Vacher de Lapouge et Houston Stewart Chamberlain déformèrent les concepts gobiniens en cette fin de siècle. Gobineau, par exemple, n’avait jamais soutenu que les Allemands descendaient des Aryens. Il maintient également que Gobineau n’était pas un antisémite. Gaulmier souligne les qualités stylistiques et « poétiques » des travaux de Gobineau, qui expliquaient pourquoi, après sa réintroduction en France pendant l’Affaire Dreyfus, des intellectuels français de tous les horizons politiques continueront à le lire, particulièrement entre les deux guerres. Gaulmier (Jean), « Dossier Gobineau », Romantisme, vol. 37, 1982, pp. 81-100, en part. pp. 82-85. Wictor Stoczkowski, dans son travail sur Claude Lévi-Strauss, analyse l’opinion critique comme l’intérêt que ce dernier eut pour Gobineau, spécialement dans le contexte des craintes que Claude Lévi-Strauss exprima en fin de carrière concernant la question de la surpopulation. Stoczkowski (Wictor), Anthropologies rédemptrices : le monde selon Lévi-Strauss, Paris : Hermann éd., 2008, chap. 9.

76 Vacher de Lapouge (Georges), L’Aryen et son rôle social : cours libre de science politique professé à l’Université de Montpellier (1889-1890), Paris : A. Fontemoing, 1899, XX + 569 p.

77 Selon Mucchielli, Drumont citait les travaux du neuropsychologue antisémite Jules Soury comme ceux de Vacher de Lapouge. Soury et Lapouge faisaient partie d’un petit groupe de déterministes raciaux extrêmistes en France, qui rattachaient toute évolution culturelle à la biologie et à l’hérédité. Mucchielli(Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., pp. 84-85. Sur Soury, voir Gelfand (Toby), « From religious to bio-medical anti-semitism : the career of Jules Soury », in La Berge (Ann Elizabeth Fowler) & Feingold (Mordechai) (sous la dir.), French medical culture in the nineteenth century, Amsterdam ; Atlanta (Ga.) : Rodopi, 1994, pp. 248-279.

78 Wartelle (Jean-Claude), « La Société d’anthropologie… », art. cit., pp. 157-158 ; Massin (Benoît), « L’anthropologie raciale comme fondement de la science politique. Vacher de Lapouge et l’échec de l’‘anthroposociologie’ en France (1886-1936) », in Blanckaert (Claude), Les politiques de l’anthropologie…, op. cit., pp. 299-304. Après 1894, L’Anthropologie fut conjointement éditée par Hamy, le préhistorien Émile Cartailhac, et l’anthropologiste Paul Topinard, trois figures qui ne partageaient pas la vision des matérialistes et qui auraient donc pu questionner les méthodes et les arguments de Vacher de Lapouge. Même L’Année Sociologique fait au début des comptes rendus de ses travaux.

79 Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., p. 85.

80 Ainsi qu’Owen White l’a soutenu, le courant des intellectuels républicains s’appuya sur cette même science anthropologique pour mettre en garde contre les « dangers » du croisement entre races. Alfred Fouillée, fondateur de l’idéologie du solidarisme, est un exemple. Voir « Le caractère des races humaines et l’avenir de la race blanche », Revue des Deux Mondes, juillet 1894, pp. 76-107 ; cité dans White (Owen), Children of the French empire…, op. cit., p. 105. Fouillée s’opposera néanmoins aux conclusions radicales de Vacher de Lapouge.

81 Par exemple, Durkheim (Émile), « La prohibition de l’inceste et ses origines », L’Année Sociologique, vol. 1, 1898, pp. 1-70 ; « De la définition des phénomènes religieux », L’Année Sociologique, vol. 2, 1899, pp. 1-28.

82 Voir Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., chap. 1 ; Strenski (Ivan), « Henri Hubert, racial science, and political myth », Journal of the History of the Behavioral Sciences, vol. 23, no 4, 1987, pp. 353-367 ; et Zerilli (Filippo M.), Il lato oscuro…, op. cit., pp. 33-38.

83 Pour une réfutation comparable de l’essentialisme biologique parmi les historiens résolument républicains de l’époque, voir l’étude de André Burguière sur l’iconoclaste Paul Lacombe, dont l’approche sociohistorique de la « psychologie des peuples » inspira plus tard Marc Bloch et Lucien Febvre. Burguière (André), « De la psychologie des peuples à l’histoire des mentalités. La controverse de Paul Lacombe et d’Alexandre Xenopol », (non publiée).

84 Mucchielli (Laurent), «Sociologie versus anthropologie raciale…», art. cit., p. 89.

85 Voir Nye (Robert), « Heredity or milieu : the foundations of modern European criminological theory », Isis, vol. 67, no 3, 1976, pp. 335-355.

86 Manouvrier (Léonce), « L’indice céphalique et la pseudo-sociologie », Revue de l’École d’Anthropologie, vol. 9, 1899, pp. 233-259. Sur Manouvrier, voir Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul…, op. cit., chap. 6 ; Zerilli (Filippo M.), Il lato oscuro…, op. cit., pp. 32-33 et 58-63 ; et Blanckaert (Claude), « La crise de l’anthropométrie… », op. cit.

87 Schneider (William H.), Quality and quantity…, op. cit., p. 217.

88 Mucchielli (Laurent), « Sociologie versus anthropologie raciale… », art. cit., p. 89.

89 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 485.

90 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 485.

91 Cité dans Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., p. 71 note 60.

92 Cité dans Mucchielli (Laurent), La découverte du social…, op. cit., p. 486. Pour une discussion plus complète sur Papillault, qui défendit activement une sociologie coloniale raciste à partir de 1900, voir Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ?…, op. cit., pp. 67-73.

93 Williams (Elizabeth A.), « Anthropological institutions… », art. cit., pp. 345-347.

94 L’Abbé Breuil et Boule déménageront tous les deux pour l’Institut de paléontologie humaine, fondé par le Prince Albert Ier de Monaco. Marcellin Boule débuta en tant que paléontologue au Muséum dans les années 1880, où il construisit sa carrière en établissant le passé des espèces fossiles (leur ramification, développement linéaire ou parallèle mais séparé). Au début des années 1900, il commença à appliquer la même méthode à l’étude du passé de l’homme. Il est bien connu pour avoir rejeté l’homme de Néandertal du rameau humain, sur la base d’une reconstitution exhaustive du premier squelette relativement complet, découvert à La Chapelle-aux-Saints en 1908. Ses conclusions firent office de dogme pour des générations de chercheurs avant d’être remises en question dans les années 1950. Hammond (Michael), « The expulsion of Neanderthals from Human ancestry : Marcellin Boule and the social context of scientific research », Social Studies of Science, vol. 12, no 1, 1982, pp. 1-36. L’Abbé Breuil, un ami et futur collègue de Boule, était un homme de foi et un militant de la cause évolutionniste, qui devint l’un des premiers spécialistes en préhistoire, en paléoarchéologie et peinture rupestre. Il devait plus tard dater avec exactitude la culture de l’Aurignacien au Paléolithique supérieur grâce à des découvertes archéologiques. Sa contribution fut essentielle à la datation des cultures du Paléolithique. Il sera élu au Collège de France en 1929. Hurel (Arnaud), L’abbé Breuil : un préhistorien dans le siècle, Paris : CNRS Éditions, 2011, 452 p. Sur l’histoire de ces domaines de recherche en France, voir Hurel (Arnaud), La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris : CNRS Éditions, 2007, 281 p.

95 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution…, op. cit., p. 530.

96 Ibid., pp. 105-106.

97 Mauss (Marcel), « L’ethnographie en France et à l’étranger I », La Revue de Paris, vol. 20, no 5, 1913, p. 549. Mauss faisait sûrement référence ici au Musée de Gothenburg en Suède, dont nous parlerons au chapitre 3. Il existait plusieurs musées ethnographiques en Suisse en raison d’une longue tradition missionnaire. Sur l’histoire de ces musées, voir Reubi (Serge), Gentlemen, prolétaires et primitifs : institutionnalisation, pratiques de collection et choix muséographiques dans l’ethnographie suisse, 1880-1950, Bern ; Berlin ; Bruxelles [etc.] : P. Lang, 2011, XXI + 753 p., [96] p. de pl. (L’atelier ; 4).

98 CDF/Fonds Marcel Mauss/MAS 21.17 : Marcel Mauss, « Rapport au ministre », sans date [1913].

99 Mauss (Marcel), « L’ethnographie en France et à l’étranger II », La Revue de Paris, vol. 20, no 5, 1913, pp. 820-821.

Table des illustrations

Légende Paul BrocaPortrait extrait des Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 3, 1880 (frontispice). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Goniomètre de BrocaPlanche extraite de Broca (Paul), Instructions générales pour les recherches anthropologiques à faire sur le vivant, 2ème éd., Paris : Masson, 1879, p. 41. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Johann Gaspar Spurzheim Portrait du collaborateur de Franz Joseph Gall qui popularisa la phrénologie. Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende Planche anatomiquePlanche et légende extraites de Broca (Paul), Instructions générales pour les recherches anthropologiques à faire sur le vivant, 2e éd., Paris : Masson, 1879, pp. 290-291. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Galerie d’Anthropologie au MuséumVue sur les vitrines de crânes placées au balcon de la galerie. Photographie (détail) de Pierre Petit (1898). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Galerie d’Anthropologie au MuséumSquelette de Nicolas Ferry dit « Bébé », nain de Stanislas Leszczynski roi de Pologne. Photographie d’Auguste Dollot (3 mai 1909)Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Le Palais du TrocadéroInauguration de l’exposition universelle de 1878 par le maréchal-président Mac Mahon. Gravure extraite de Vandière (Simon de), L’Exposition universelle de 1878 illustrée, Paris : Calmann Lévy, 1879, pp. 22-23.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Musée d’ethnographie du TrocadéroObjets et mannequins ethnographiques exposés dans l’une des salles d’entrée du musée. Gravure (détail) de Sellier extraite du Magasin Pittoresque (1882). Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Musée d’ethnographie du Trocadéro Ancienne salle d’Océanie. Photographie de 1895. Cliché Musée du quai Branlyhttp://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_0923661e-b4ad-45e4-840e-4b93008e10c6
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Musée d’ethnographie du TrocadéroVue de la sculpture dédiée au dieu Gou. Photographie de 1895 (auteur inconnu). Cliché Musée du quai Branlyhttp://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_d8f8b6e1-a335-4644-86ce-09f299bc0d20
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Musée d’ethnographie du TrocadéroVue des salles d’Amérique. Momie péruvienne dans la vitrine au premier plan. Photographie de 1895 (auteur inconnu). Cliché Musée du quai Branlyhttp://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_2133805a-fb56-4b5d-9ddf-66cf8cafd9c3
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Sculpture YapanquiPlanche extraite de Hamy (Ernest-Théodore), Galerie américaine du Musée d’ethnographie du Trocadéro, Paris : E. Leroux, 1897, pl. XXXVI. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Musée d’ethnographie du TrocadéroMagasin vétuste et saturé, inadapté pour l’accueil de nouvelles donations. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Hiérarchies linguistiques et racialesPage de titre de l’Essai sur l’inégalité des races humaine de Joseph-Arthur de Gobineau (tome troisième de 1855 publié par la Librairie Firmin Didot). À droite, première page du tome 3 intitulée « Livre cinquième : Population européenne sémitisée ».
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Portraits d’anthropologistesPaul Broca (derrière la table) entouré par Chantre, Kyfalvy, Hamy, Topinard, de Mortillet, de Quatrefages et Magitet. Photographie originale (avant 1880) provenant de la Collection Begouën-Cartailhac. Cliché Musée du quai Branly.http://collections.quaibranly.fr/​?permq=permq_f6103eca-fc50-48ae-8dda-fc064cf49798
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Léonce ManouvrierPhotographié le 19 novembre 1909 par Paul Marsan dit Dornac (1858-1941). Épreuve sur papier citrate.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre COLONIES FRANÇAISES D’AFRIQUES
Légende L’empire colonial françaisAu début du vingtième siècle, les colonies françaises d’Afrique (double page ci-contre), d’Asie, d’Amérique & d’Océanie (page suivante). Cartes extraites de l’Atlas Larousse illustré, Paris : Librairie Larousse, 1900, pp. 16-17. Cliché David Rumsey Collection.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre COLONIES FRANÇAISES D’ASIE D’AMÉRIQUS & D’OCEANIE
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4201/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540