Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exposer l’humanité

 | 
Alice L. Conklin

Introduction

Texte intégral

  • 1 New York Times, 18 juillet 1950. Voir aussi Barkan (Elazar), The retreat of scientific racism : ch (...)
  • 2 Leiris (Michel), Race et civilisation : la question raciale devant la science moderne, Paris : Une (...)

1Dans la France des années trente, la description et la classification des races humaines constituait encore une branche pleinement légitime des sciences humaines. À la fin des années quarante, en revanche, un groupe d’ethnologues parisiens prit l’initiative d’alerter l’opinion publique sur la dangerosité politique de telles recherches. Avec l’aide d’Alfred Métraux (né en Suisse, mais formé en France), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) publia en 1950 la première condamnation du racisme scientifique jamais émise par une organisation internationale. Celle-ci se terminait sur une affirmation sans appel, indiquant que « La “race” est moins un phénomène biologique qu’un mythe social »1. Peu de temps après, Claude Lévi-Strauss et Michel Leiris, ayant tous deux travaillé avec Métraux, publiaient des brochures pour l’UNESCO prônant le besoin de pluralisme culturel et soulignant l’absence de pertinence de la race en tant que facteur déterminant de la civilisation2.

2Quel avait été le contexte de ce changement radical ? Comment les ethnologues envisageaient-ils exactement la différence raciale et socioculturelle dans les décennies trente et quarante, celles de l’apogée de l’impérialisme français, et en quoi l’expérience française de la défaite durant la seconde guerre mondiale put-elle modifier leurs perspectives ? Ces questions, au cœur de notre étude, nous conduiront tout d’abord vers les années de formation de l’anthropologie et de la théorie sociale, entre 1850 et 1900 ; puis au milieu de la période de renouveau que connut l’anthropologie sous le nom d’ethnologie, à Paris comme au sein de l’empire avant et plus particulièrement après la première guerre mondiale ; nous suivrons enfin le déclin de la discipline et de ses praticiens sous l’Occupation allemande et ses suites immédiates.

Vision primitive
« Port du roi Georges [Australie], un naturel montre à ses compagnons les cadeaux qu’il a reçu à bord de l’Astrolabe ». Dessin à la mine de plomb extrait du Voyage de la corvette l’Astrolabe… de Jules Dumont d’Urville (Atlas historique de 1833). Illustration du « primitif » racialisé à un stade « inférieur » d’évolution matérielle, malgré une reconnaissance d’humanité. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

3Au cours de la seconde moitié du dix-neuvième siècle, plusieurs chercheurs désintéressés eurent l’ambition de fonder une science générale de l’homme qu’ils appelèrent « anthropologie ». Des théoriciens de laboratoire, issus des nations industrialisées — et colonisatrices — comparèrent et classèrent de façon hiérarchique des informations (physiques et culturelles) sur les peuples « primitifs » et les races que l’on considérait être à un stade premier d’évolution du développement politique, social et technologique. De nombreux penseurs soutenaient que la capacité cognitive des Occidentaux « avancés » faisait défaut aux membres de ces sociétés « retardées », lesquelles ne commenceraient à progresser qu’à partir du moment où chacun de leurs membres aurait acquis la faculté intellectuelle de l’abstraction selon un processus que la colonisation était censé accélérer. En même temps, l’on considérait que la « race » correspondait à des niveaux civilisationnels et que tous les groupes humains suivaient la même trajectoire ascendante, du singe à l’homme, mais à des rythmes et en tendant vers des aboutissements différents. Puiser de nouvelles informations sur les ancêtres de leurs propres sociétés de l’Âge de la pierre constituait ainsi la principale raison pour laquelle les chercheurs étudiaient les « primitifs », soi-disant au même stade.

4Dans leur quête d’une science générale de l’homme, les érudits du dix-neuvième siècle commencèrent à développer des spécialités au sein de leur champ d’investigation commun. Certains, à l’instar de l’américain Josiah Nott (1804-1873) s’orientèrent vers l’étude des types physiques du genre humain ; d’autres, comme l’anglais John Lubbock (1834-1913) et l’américain Frederick Ward Putnam (1839-1915) se consacrèrent à l’identification des stades de l’évolution de la préhistoire humaine. D’autres encore cherchèrent à découvrir les lois universelles de l’évolution culturelle et les origines d’institutions humaines aussi caractéristiques que le mariage, la religion, la législation, le langage et l’art, à l’exemple des recherches menées aux États-Unis par Lewis Henry Morgan (1818-1881) et de E. B. Tylor (1832-1917) en Angleterre. En France également, des chercheurs se spécialisèrent, obtenant une renommée mondiale pour leurs travaux de classification raciale. Les méthodes pionnières de Paul Broca (1824-1880), l’anthropologiste français le plus célèbre au dix-neuvième siècle, établirent la réputation internationale de son école en matière de mesures des crânes humains et des capacités cérébrales des différentes races. Après sa mort, la raciologie resta la branche dominante de la discipline. L’attention précoce portée par Broca à la notion de race contribua à donner une place centrale au concept de la fixité des différences raciales dans les études anthropologiques en France.

5Au cours des premières décennies du vingtième siècle, cependant, la science de l’homme française commença à évoluer, en termes de méthodologie, d’organisation et d’orientation. Un nouveau groupe d’ambitieux scientifiques souhaita en particulier renouveler et étendre l’étude de la diversité culturelle, au moment où les spécialistes anglais et américains mettaient en cause les théories courantes concernant l’évolution unilinéaire et où ils s’acheminaient vers une conception pluraliste de l’évolution selon laquelle chaque société humaine était historiquement fondée et conditionnée par son environnement. Cette perspective reconnaissait que les sociétés ne se développaient pas en fonction de l’acquisition, par chacun de ses membres, de la « pensée abstraite » mais plutôt du fait des interactions entre tous ses membres et de leur adaptation collective à différents modes de subsistance. En France, ces nouveaux étudiants du social choisirent sciemment de s’appeler « ethnologues » pour se distinguer des « anthropologistes » qu’ils considéraient trop préoccupés par la classification raciale des êtres humains, du passé ou du présent, et trop attachés à l’idée de stades universels et rigides de l’évolution des races et des civilisations. Ce même groupe d’ethnologues introduisit également une nouvelle méthode scientifique qui gagnait alors du terrain à l’échelle internationale : le contact in situ avec les sociétés dites primitives, notamment avec celles à proximité dans les colonies françaises en l’occurrence. Désormais un travail de terrain l’emportait sur les recherches de laboratoire, uniquement fondées sur des observations et des collections d’objets rapportés par d’autres. En 1925, le sociologue Marcel Mauss et l’anthropologiste Paul Rivet organisèrent le premier établissement universitaire en ethnologie : l’Institut d’ethnologie fut fondé à la Sorbonne (Université de Paris) et financé en partie par des fonds prélevés dans l’empire colonial que cette science était aussi supposée servir. En 1938, l’Institut d’ethnologie déménagea pour s’installer au Musée de l’Homme dirigé par Rivet depuis 1928. Ce dernier, réformateur énergique, avait fait de ce musée ce que bien des critiques à l’époque tenaient pour la plus moderne des institutions au monde consacrée à l’étude et à l’exposition de la diversité humaine, culturelle et raciale.

Marcel Mauss
Portrait dédicacé à Paul Rivet
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

6Sous l’impulsion combinée de Mauss et de Rivet, une science réformée de l’homme prit ainsi rapidement forme en France ; avec le Musée de l’Homme et l’Institut d’ethnologie, elle disposait d’un port d’attache institutionnel et public important. Les étudiants doctorants de Mauss se muèrent en pionniers de la nouvelle ethnologie, testant empiriquement sur le terrain certaines lois sociales générales formulées par Mauss afin de comprendre les différents modes de vie des populations « primitives », tout en travaillant en groupe, de manière collaborative, afin de mieux synthétiser leurs résultats. De cette cohésion de terrain devait naître une véritable école « maussienne ». Mauss et Rivet, tous deux militants socialistes, promurent un puissant sentiment de solidarité au sein de leur jeune communauté, ainsi qu’un esprit d’engagement profond pour le pluralisme culturel et antiraciste : un humanisme vivant, ouvert sur le monde et à contre-courant d’une époque marquée par une intensification du racisme, de l’individualisme et la montée d’un autoritarisme de droite comme de gauche. Les étudiants de l’Institut d’ethnologie furent nombreux à travailler au Musée de l’Homme, qu’ils s’efforcèrent de moderniser tout en diffusant un message de tolérance auprès d’un public plus large à travers les expositions qu’ils y organisèrent.

7Malgré cet humanisme, Mauss et Rivet n’allèrent pas jusqu’à rejeter toutes les théories raciales alors répandues dans une France encore profondément impliquée dans les mécanismes impériaux, violents et ségrégatifs, et dans un monde scientifique où les fondements épistémologiques de la pensée raciale commençaient à peine à être remis en cause. Les explications sociales et culturelles de la diversité humaine ne triomphèrent pas définitivement de la conception racialisée de la différence chez les ethnologues. Rivet, par exemple, était un médecin de formation qui définissait l’ethnologie comme l’étude des langues, des civilisations et des races. Il considérait néanmoins la race comme une donnée malléable et, par là même, dénuée de valeur pour déterminer les aptitudes d’un groupe humain en particulier. À cet égard, il ressemblait beaucoup à l’ethnologue américain Franz Boas qu’il connaissait personnellement et qu’il admirait. Ironiquement, l’équilibre recherché par Rivet entre la raciologie et la sociologie le conduisit à partager le même terrain conceptuel glissant qu’un groupe de déterministes biologiques qui refirent surface suite à la grande Dépression et à l’arrivée au pouvoir des Nazis. Le plus extrême de ces ethnologues racistes de l’entre-deux-guerres en France était un contemporain de Mauss et Rivet : George Montandon, dont le racisme camouflé sous les apparences de la science de l’humanité resta incontesté parmi ses pairs de la discipline, en France comme à l’étranger. Montandon allait devenir un collaborationniste de premier plan durant l’Occupation allemande.

Paul Rivet
Portrait par la duchesse de la Rochefoucauld, photographié par Marc Vaux
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

8Nonobstant certaines continuités avec la science raciale du dix-neuvième siècle, l’émergence d’un cursus universitaire en ethnologie dans les décennies trente, quarante et cinquante représenta bien un tournant pour les sciences humaines en France, tant sur un plan institutionnel qu’épistémologique — mais pas dans le sens reconnu précédemment par les historiens ou les anthropologues. La possibilité de mener une recherche intensive de terrain dans l’une des colonies françaises permit souvent aux jeunes ethnologues de relativiser les notions de race et de culture qu’ils avaient en quittant Paris. Les étudiants de Mauss et Rivet, parce qu’ils mirent en œuvre une approche scientifique, se détachèrent en même temps de l’État colonial qui les soutenait. Mauss, qui assuma l’essentiel de l’enseignement à l’Institut d’ethnologie, forma les futurs chercheurs de terrain à considérer toute société dans son ensemble et à historiciser les cultures plutôt que de s’ingénier à trouver une loi universelle du développement culturel et biologique. Mauss insistait également sur le fait que les sociétés « archaïques », en raison des liens plus étroits tissés entre leurs membres, étaient plus « sages » que les sociétés modernes industrialisées, individualistes et libérales. Bardés de ces recommandations et éclairages, les étudiants de Mauss furent prompts à saisir le choc que le capitalisme colonial représentait pour les populations de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie. Les plus talentueux d’entre eux entamèrent au fil de leurs enquêtes l’analyse des ravages causés par la colonisation et remirent en question les formes durables et insidieuses de la discrimination raciale. Dans leurs travaux, non seulement la science raciale disparut, mais elle fut remplacée par une compréhension alternative de la différence, sociologiquement fondée et basée sur des concepts innovants tels que les notions de don, de personne et d’échange historique entre les sociétés. Pour ces ethnologues, il n’y avait pas de « primitifs » sans histoire ; ces derniers vivaient « plus simplement » et « authentiquement » que les populations de l’Occident moderne.

9De nombreux « maussiens » s’engagèrent et perdirent la vie durant la seconde guerre mondiale. Capables de travailler en équipe et de synthétiser leurs conclusions en groupe du fait de leur formation, ils furent attirés par le combat contre le fascisme pour des raisons idéologiques d’une part (même si aucun d’entre eux ne rejoignît des formations politiques traditionnelles comme c’était le cas de leurs mentors), et aussi parce que la Résistance avait besoin des talents et de l’empathie dont ils avaient su faire preuve en tant qu’ethnologues. La Résistance incarna également à leurs yeux le meilleur espoir de mettre en échec le degré sans précédent de politisation de la science raciale atteint durant la guerre — les atrocités alors commises au nom de la science, en Europe au moins, étaient impensables avant la Shoah. La contribution française à la déclaration de l’UNESCO de 1950, affirmant que « la “race” est moins un phénomène biologique qu’un mythe social » fut, en ce sens, une condamnation publique adressée par les ethnologues à l’encontre de ceux, incluant les membres de leur propre communauté académique, qui avaient permis l’instrumentalisation de leur science par une politique meurtrière. Avant 1940, de nombreux intellectuels français croyaient encore qu’exposer « les faits » objectifs dans un musée pouvait suffire à combattre le racisme scientifique. La guerre bouleversa une telle vision. Pour le dire autrement, la déclaration de l’UNESCO offrit l’opportunité à une communauté spécifique d’intellectuels de formuler une réponse politique au racisme, un problème que la société avait engendré et que la science seule ne pouvait pas résoudre. En saisissant cette opportunité, ces experts montraient que leur idée du rapport approprié entre la politique et la science avait changé du tout au tout depuis la fin du dix-neuvième siècle.

10Il n’est peut-être pas inutile de clarifier, à ce stade, certains aspects terminologiques : à étudier des concepts aussi confus, peu stables et hétérogènes que ceux associés à l’« anthropologie » et à la « race », on se heurte vite au danger de plaquer des significations contemporaines sur des notions qui étaient comprises différemment dans le passé. Les praticiens de la science de l’homme en France ont été désignés par des termes aussi diverses que « anthropologiste », « ethnologue » et « anthropologue ». Dans cet ouvrage, nous employons le terme, désuet mais d’époque, d’« anthropologiste », et plus occasionnellement de « raciologue », pour distinguer ceux qui mesuraient les crânes des « ethnologues » formés pendant l’entre-deux-guerres. L’utilisation des termes « anthropologue » et « anthropologue physique » est réservée pour la période actuelle. Le premier désigne — bien que le terme même ne fasse pas l’unanimité — majoritairement ceux qui étudient l’homme en société en se fondant sur une enquête de terrain ; le deuxième, ceux qui continuent de nos jours à s’intéresser aux aspects biologiques des groupes humains. La discipline anthropologie à l’origine en France affichait comme objet l’étude du corps humain, et elle a longtemps conservé ce sens. Lorsque cette science est devenue aussi culturelle et sociale, on a substitué à l’ancienne dénomination d’« anthropologiste » celle d’« ethnologue », et plus récemment, celle d’« anthropologue ». En revanche, le terme « raciologue » est une catégorie historiographique pour désigner les spécialistes de la science raciale, en France et en Allemagne, au dix-neuvième et au vingtième siècles. Respecter autant que possible l’évolution de cette terminologie nous semble essentielle pour appréhender l’histoire complexe de la discipline.

  • 3 Sur le concept de la science normale, voir Kuhn (Thomas S.), The structure of scientific revolutio (...)

11Dans le même esprit de clarté, nous réservons le terme de « science raciale » pour désigner le champ de recherches développé sur l’étude des races au dix-neuvième siècle, en particulier par des anthropologistes qui cherchaient alors à professionnaliser leur domaine d’expertise. Ces scientifiques essayèrent de classer les groupes humains en catégories raciales sur la base de mesures de plus en plus fines des parties du corps humain, et du crâne en particulier. La science raciale, en résumé, définissait « l’homme » dans les termes les plus rigides et objectivants qui soient. Cette science se conformait cependant aux meilleurs critères scientifiques de l’époque, du moins à ceux pratiqués par Broca, son école et ses successeurs dans la première moitié du vingtième siècle3. En dépit de leurs hypothèses racistes, en ce sens que les anthropologistes présumaient qu’une hiérarchie des races, déterminant des capacités intellectuelles différentes existait, ces mêmes chercheurs établirent des normes professionnelles de grande rigueur afin de tester leurs hypothèses et des institutions pour mettre en œuvre ces normes (évaluations entre pairs, journaux, sociétés savantes, musées, laboratoires et écoles). Au fil du temps, ces scientifiques prirent conscience que leurs hypothèses originelles étaient viciées ; s’ils continuèrent à étudier les races, ils cessèrent de les sérier ou de prétendre que la race avait pour corollaire l’intelligence. Ils n’étaient plus racistes comme leurs prédécesseurs l’avaient été, ou comme certains de leurs successeurs allaient le devenir.

  • 4 Teslow (Tracy Lang), Constructing race : the science of bodies and cultures in American anthropolo (...)

12Nous utilisons de façon contrastée le terme de « racisme scientifique » pour désigner les efforts menés par des anthropologistes en vue de promouvoir les conclusions de leur science à des fins politiques racistes, à deux moments saillants en particulier de l’histoire française contemporaine : au point culminant de l’Affaire Dreyfus (entre 1898 et 1906), puis de nouveau dans les années trente. La distinction entre la science raciale et le racisme scientifique est, dans une certaine mesure, heuristique. Le racisme scientifique plongeait ses racines dans la science raciale qui s’était développée un peu partout au dix-neuvième siècle, et le racisme scientifique fit surface en France dans bien d’autres contextes que les deux que nous venons de mentionner. Mais définir la science raciale dans son ensemble comme racisme scientifique compromet toute tentative sérieuse d’expliquer comment et pourquoi cette science ne se politisa qu’à certains moments précis et non à d’autres. L’amalgame obscurcit par ailleurs les approches complexes de certains scientifiques antiracistes pour représenter le corps humain de manière simultanément racialisée et socioculturelle. Soulignons l’évidence : tous les racismes (ou les antiracismes, d’ailleurs) ne sont pas identiques, aussi est-il essentiel d’examiner la variété des pratiques mobilisées par la science raciale (incluant le racisme scientifique) — autant que sa relation avec la société qui l’a produite — afin de mieux comprendre sa persistance jusqu’à nos jours. Comme l’a soutenu l’historienne Tracy Teslow, « faire le bilan aussi exhaustif que possible de la manière dont la science et les scientifiques fonctionnent au sein d’une société sert à contrecarrer épistémologiquement et historiquement la puissante force idéologique et rhétorique de la science elle-même »4.

  • 5 Ici, les éclairages de Joan Scott sur la persistance fondamentale de la différence des genres dans (...)

13L’usage du terme « primitif(s) » employé dans le passé pour désigner l’objet d’étude des ethnologues pose un problème légèrement différent. En ce cas, nous conservons les guillemets ou nous précisons « soi-disant primitifs » pour indiquer clairement qu’il s’agissait d’un usage ancien, passé de mode dans notre vocabulaire d’aujourd’hui, contrairement au terme de « race », qui a survécu tout en changeant de signification. Il est tout à fait remarquable qu’aucun terme satisfaisant n’ait été imaginé pour décrire les groupes variés de populations qui intéressaient les scientifiques à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle. Plusieurs termes de substitution sont apparus de façon intermittente dans le monde académique et plus largement au-delà : « traditionnel », « simple », « tribal », « préindustriel », « prémoderne », « peuples sans écriture », « peuples sans machine », « peuples en voie de disparition ou disparus », « originaires de », « indigènes », « autochtones », et la liste s’allonge encore. Nous avons souhaité respecter l’usage qui paraît être devenu le plus commun chez les spécialistes de part le monde : Amérindiens pour les populations des Amériques précolombiennes, Océaniens pour les populations du Pacifique sud, Africains et Asiatiques pour celles de ces continents. Comme Mauss emploie les adjectifs « archaïque » et « traditionnel », nous les utiliserons également, sans les guillemets, lorsqu’il sera question de lui ou de son école. En règle générale nous avons recours aux qualificatifs que nous trouvons les moins dégradants : pré-modernes, en voie de disparition ou disparus (même si le terme est faible au regard de leur situation de colonisés et que celui de « vaincus » serait plus adéquat). Mais le problème dépasse la simple sémantique. Les terminologies supposément plus neutres que nous avons introduites, pour remplacer les vieux usages de « primitifs » et de « sauvages », continuent de souligner une différence fondamentale que notre société trouve toujours significative : la différence entre l’Occident industrialisé ouvrant prétendument la voie de la modernité et ces groupes ayant si manifestement échoué à suivre cette direction. L’un des objectifs de ce livre est de comprendre comment le discours scientifique contribua à construire cette démarcation en France, et, par là même, démontrer qu’une génération passée et largement oubliée de nos jours lutta également, non sans succès, pour la remplacer par une compréhension pluraliste et sincère des différences humaines5.

  • 6 Bourdieu (Pierre), « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 2, (...)
  • 7 En France, l’épicentre de ce nouvel intérêt pour l’écriture de l’histoire des sciences humaines es (...)
  • 8 Foucault (Michel), L’ordre du discours : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 déce (...)
  • 9 Daniel Sherman a plaidé avec raison sur le besoin d’éviter « une dichotomie simpliste entre le tex (...)

14En embrassant l’histoire du combat mené pour changer une vieille tradition française déshumanisante en une science véritablement humaniste — qui s’intéresse aux populations pour les valeurs engendrées par chaque société plutôt qu’à leurs classements comparés avec d’autres races à l’aide de tableaux et graphiques —, ce livre rejoint un champ de la recherche sociologique et historique consacré aux origines, aux institutions et aux idées des sciences humaines naissantes, et aux relations entre science et politique dans la France moderne et son empire. L’émergence de cette thématique de recherche doit beaucoup à l’appel lancé dans les années soixante-dix par Pierre Bourdieu en faveur d’une histoire sociale des sciences humaines, basée sur sa théorie des champs ; un champ est un espace social structuré possédant ses propres critères, règles, et hiérarchies qui déterminent non seulement l’entrée, le succès et le degré d’autonomie de ses membres placés en situation de concurrence, mais aussi le savoir que les membres du champ produisent6. Sous l’influence de Bourdieu, des chercheurs intéressés par les sciences humaines ont prêté une attention plus soutenue aux réseaux, institutions et revues qui relayent et informent la production scientifique et qui aident à mieux comprendre pourquoi et comment certaines idées scientifiques sont formulées ou rejetées7. Les études de Michel Foucault, examinant la manière dont les disciplines professionnelles émergent dans les sociétés libérales, et comment leurs formes de savoir fonctionnent indépendamment de tout sujet individuel ou collectif, ont également été à la fois provocantes et productives. Les vues pénétrantes de Foucault ont encouragé des recherches historiques scrupuleuses sur les catégories d’« experts » ayant fini par « incorporer » le pouvoir, et sur les régimes institutionnels (notamment les musées) qui ont organisé la production de la connaissance scientifique sociale en champs disciplinaires8. Dans ce sillage et au fil des développements théoriques s’y rattachant, les historiens des idées ont été de plus en plus amenés à situer les écrits scientifiques dans leurs contextes politiques et sociaux d’apparition9.

  • 10 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution : Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900 (...)
  • 11 Par exemple, Clifford (James), Person and myth : Maurice Leenhardt in the Melanesian world, Berkel (...)
  • 12 Rabinow (Paul), French modern : norms and forms of the social environment, Cambridge : MIT Press, (...)
  • 13 Schneider (William H.), Quality and quantity : the quest for biological regeneration in twentieth- (...)

15Une attention renouvelée portée aux contributions spécifiques des anthropologistes au domaine plus large de la science raciale, en France comme à l’étranger, est l’une des conséquences de cet intérêt grandissant pour l’histoire des sciences humaines. Grâce à des chercheurs tels que Nélia Dias, Martin Staum, Laurent Mucchielli et Claude Blanckaert, nous disposons à présent d’une variété d’études riches et nuancées analysant le contenu, les pratiques et les implications politiques de l’anthropologie du dix-neuvième siècle. Ces travaux examinent par ailleurs comment les sociologues durkheimiens, de même que plusieurs anthropologistes, rompirent avec le déterminisme biologique avant même la première guerre mondiale en offrant une vision alternative : la détermination sociale du comportement humain10. Des administrateurs coloniaux, des missionnaires, des voyageurs et des explorateurs apportèrent également leurs contributions à l’émergence d’une branche séparée de l’ethnologie et d’une méthode ethnographique moderne en France à compter de 1900, ainsi que de nombreux ouvrages récents nous les ont fait découvrir11. D’autres travaux ont ouvert de nouvelles réflexions sur la manière dont un savoir spécialisé sur les groupes humains, qu’il ait été véhiculé sous forme de discours (missionnaire, administratif ou juridique) ou d’objets (ossements et objets), se développa et circula au sein des colonies ou de colonies à métropoles, entre 1850 et 195012. Enfin, des recherches récentes sur les changements de définitions de la nation sous la Troisième République (1870-1940) et Vichy (1940-1944) ont produit un corpus substantiel de travaux sur des spécialistes en matière de race qui n’avaient pourtant pas suivi de formation en anthropologie, mais qui furent profondément influencés par ces disciples13.

  • 14 Sur l’incapacité collective en France de nommer la race, et de se rappeler de sa place dans l’hist (...)
  • 15 Voir l’autre essai exemplaire sur la France de Parkin (Robert), in Barth (Fredrik), Gingrich (Andr (...)
  • 16 Laurière (Christine), Paul Rivet : le savant et le politique, Paris : Muséum national d’Histoire n (...)
  • 17 L’Estoile (Benoît de), Le goût des autres : de l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris : F (...)
  • 18 Reynaud-Paligot (Carole), La République raciale : paradigme racial et idéologie républicaine, 1860 (...)
  • 19 Saada (Emmanuelle), « Race and sociological reason in the Republic : inquiries on the métis in the (...)

16Malgré la multiplication des études traitant divers aspects de l’histoire de la sociologie et de l’anthropologie en France, les échanges fluctuants d’idées sur la race, la société et la culture chez les scientifiques universitaires dans la première moitié du vingtième siècle, comme leurs relations avec les mouvements politiques, sociaux et impérialistes du moment, restent peu connus14. Les quelques histoires générales de la science de l’homme française ont tendance à glisser rapidement sur ces années ou bien s’arrêter en 193015. Une omission qui semble, néanmoins, en train de se combler. Trois excellentes biographies, récemment publiées — celles sur Paul Rivet de Filippo Zerilli et de Christine Laurière et celle de Marcel Fournier sur Marcel Mauss — auxquelles vient s’ajouter l’analyse érudite de Harry Liebersohn sur la longue genèse du concept du don chez Mauss, ont dévoilé une partie de l’histoire que nous souhaitons éclairer ici : nous nous appuyons sur elles toutes16. Un autre filon fascinant d’études commence à se faire jour sur les musées et leurs façons d’envisager l’Autre, les expositions scientifiques tenues lors des expositions coloniales ou universelles, mais encore sur les mondes entrecroisés des écrits ethnographiques et scientifiques de l’entre-deux-guerres et de la littérature17. La persistance de la science raciale du dix-neuvième siècle jusqu’au siècle suivant et ses influences sur les élites politiques constituent autant de sujets qui ont été également passés au crible18. Pourtant, à se focaliser sur des institutions et des individus, ou sur des idées et des pratiques, l’on en vient à négliger une dimension : la manière dont Mauss, Rivet, leurs collègues et étudiants ont forgé, collectivement, après 1900 des théories innovantes qui aidèrent une jeune génération à s’engager politiquement et intellectuellement dans de nouvelles directions contre un usage abusif de la science. S’il reste encore beaucoup à faire pour mettre en lumière toutes les facettes de l’étude scientifique de l’humanité menée dans la France contemporaine, les pages qui suivent se proposent de faire un pas supplémentaire dans cette direction en abordant l’histoire croisée de la science raciale et de l’ethnologie tout au long d’un siècle marqué par des changements politiques dramatiques et une rapide expansion impériale19.

Le Palais du Trocadéro en 1900
Lithographie (détail) de Lucien Baylac intitulée Vue panoramique de l’exposition universelle de 1900, Toulouse ; Paris : B. Sirven, Imp. Édit., [1900].

  • 20 Stocking (George W. Jr.), « Franz Boas and the culture concept in historical perspective », Americ (...)
  • 21 Barkan (Elazar), The retreat of scientific racism…, op. cit. Même dans Barkan, l’on trouve une tél (...)

17Que l’apparition de l’ethnologie en France et dans son empire, ou encore le rôle que la discipline joua dans l’histoire de la Troisième République et de Vichy n’ait retenu qu’une si faible attention reste d’autant plus surprenant lorsqu’on lui compare la riche tradition historiographique sur la science de l’homme d’expression anglophone ou germanophone de la même période. Les reconstructions de la raciologie et de l’ethnologie anglo-américaine se firent longtemps de manière séparée et téléologique. Selon le discours dominant, les scientifiques progressistes qui faisaient la promotion d’une compréhension culturelle de la différence humaine l’avaient emporté sur les anthropologistes aux idées essentialistes malveillantes et racistes. Dans ce contexte, les travaux de George W. Stocking Jr. menés dans les années soixante et soixante-dix, lequel brossait un portrait Franz Boas comme figure transitionnelle entre les deux tendances, font figure d’exception précoce et cruciale20. Plusieurs chercheurs ont depuis suivi les traces de Stocking en proposant des récits plus nuancés de la carrière de Boas, et de la trajectoire plus large de l’anthropologie américaine, y compris le « repli du racisme scientifique »21.

  • 22 Asad (Talal), Anthropology and the colonial encounter, London : Ithaca Press ; Atlantic Highlands (...)
  • 23 Tilley (Helen), Africa as a living laboratory…, op. cit., p. 311.

18S’agissant de l’anthropologie britannique, la persistance du racisme à l’époque postcoloniale a aussi conduit des historiens et des anthropologues à reconsidérer les conceptions traditionnelles sur l’histoire de leur discipline, et à examiner plus particulièrement le lien entre son développement et la montée de l’empire. Aujourd’hui, certaines suppositions du passé quant à la manière dont le savoir scientifique servit les desseins racistes de l’empire sont en train d’être révisées22. Que les scientifiques aient utilisé le terrain colonial pour faire avancer leur propre carrière, ainsi que l’a soutenu Helen Tilley dans son étude sur les ethnologues anglais partis en Afrique dans les années trente, ne fait aucun doute ; pour autant, une telle imbrication coloniale engendra des conséquences imprévues. Entre les deux guerres, lorsque ces scientifiques « vendirent » leurs analyses respectives auprès de l’administration coloniale, ce furent les ethnologues ayant analysé le changement social, et non les psychologues qui entendaient tester sur place l’intelligence des races locales, qui connurent le plus grand succès. Selon Tilley ces mêmes ethnologues « … qui avaient depuis si longtemps revendiqué le statut d’experts coloniaux » déployèrent ensuite leurs propres outils pour saper l’empire de l’intérieur23.

  • 24 Zantop (Suzanne), Colonial fantasies : conquest, family, and nation in precolonial Germany, 1770-1 (...)
  • 25 Proctor (Robert), « From Anthropologie to Rassenkunde in the German Anthropological tradition », i (...)
  • 26 Evans (Andrew D.), Anthropology at war : World War I and the science of race in Germany, Chicago ; (...)

19Un temps aussi peu étudiée que la tradition française, l’histoire politique sociale et culturelle de la tradition germanophone a gagné aussi en maturité, grâce de nouveau aux travaux de George W. Stocking Jr. L’intérêt qu’il porta aux années allemandes de Boas suscita une vague de recherches sur la genèse et l’évolution de la discipline en Allemagne, envisagée pour elle-même. Comme le spectre du nazisme est bien sûr inévitable, l’une des principales interrogations traversant ces études consiste à se demander si la science de l’homme allemande évolua de la fin du dix-neuvième siècle au début du vingtième siècle et passa d’une science libérale à une science raciste. Cette question, implicitement ou explicitement afférente à la thèse du Sonderweg, fut à l’origine de plusieurs études consacrées à l’anthropologie au dix-neuvième siècle en lien (ou non) avec le colonialisme24. Si le débat se poursuit sur l’enracinement du racisme, d’abord colonial puis Nazi, dans le terreau de l’anthropologie impériale allemande, une vision de plus en plus consensuelle se dégage sur les années précédant la première guerre mondiale : l’Allemagne pouvait encore se vanter de compter une ethnologie libérale, cohabitant avec une anthropologie essentialiste et darwiniste. Dès le milieu des années vingt, cependant, passa au premier plan une nouvelle génération de scientifiques, adeptes du déterminisme biologique et radicalisés par des événements à la fois extérieurs et intérieurs à la profession : la disparition des pères « fondateurs », la défaite de 1918 et le Traité de Versailles, les progrès de la génétique25. Cette génération comptera de nombreux collaborateurs des Nazis26.

  • 27 Ce tabou est en train de disparaître rapidement, comme en atteste le séminaire en ethnologie qui s (...)

20Face à cet intérêt si prononcé pour la science de l’homme anglaise et allemande, pourquoi l’histoire de la discipline en France a-t-elle été comparativement délaissée ? Plusieurs facteurs peuvent être retenus. Comme nous l’avons mentionné, l’on a longtemps considéré qu’il n’y avait guère matière à s’étendre sur le sujet. La science raciale, selon la vision conventionnelle, constituait une erreur « embarrassante », sur le déclin après 1900, tandis que l’ethnologie prit son envol après la seconde guerre mondiale. Vu sous cet angle, les années intermédiaires, celles de l’organisation institutionnelle, ne furent marquées par aucune nouvelle théorie ou méthode suffisamment digne d’être retenue. Parmi ces nouvelles théories, se trouvaient des thèses culturo-racistes, aussi déconcertantes aujourd’hui que celles prônées par la science raciale. Mauss et Rivet ne détenaient pas, en fait, le monopole de l’innovation en matière de réflexion sur les sociétés « primitives ». Les idées pessimistes de l’essayiste et diplomate Joseph-Arthur (comte de) Gobineau au dix-neuvième siècle sur l’inégalité des races, leur dégénération et la supériorité de la civilisation Indo-Européenne refirent surface dans les années trente, particulièrement résurgentes au sein de théories classant les civilisations selon des hiérarchies similaires à celles adoptées par les anthropologistes pour les classifications des races humaines. Comme pour la science raciale, ce côté sombre a été plus facile à oublier qu’à examiner. La pénible question de la collaboration pendant la guerre et des compromis consentis par les ethnologues à l’époque coloniale a également contribué à ce que certains évitent l’écueil d’une production ethnographique des décennies trente et quarante semée d’embuches27.

  • 28 Paul Broca aurait peut-être réalisé cette entrée, s’il n’était pas mort en 1880. Avec l’avènement (...)

21La seconde raison pour laquelle l’ethnologie française d’avant 1950 a été délaissée tient également à la manière « inhabituelle » de son établissement professionnel. Avec le recul, l’ethnologie semble ne pas avoir eu de chef de file charismatique (comparable, par exemple, à Durkheim pour la sociologie) capable de négocier l’entrée de la discipline au sein de ce que l’on appelle souvent la nouvelle université (ou l’université réformée) à la fin du dix-neuvième siècle en France28. Pour une discipline habituée à construire sa mémoire en termes généalogiques et patriarcaux, cette absence n’est pas sans poser problème. À cet égard, la mort de quelques-uns des plus talentueux étudiants de Durkheim durant le premier conflit mondial marqua la fin des années glorieuses de la sociologie — « la sœur aînée » de l’ethnologie. Parce qu’il n’a jamais achevé aucun ouvrage, Marcel Mauss, le neveu de Durkheim, est bien plus souvent évoqué sous les « seuls » traits du brillant précurseur qu’en tant que théoricien. Cette vision oublie néanmoins le fait que Mauss fut un enseignant remarquable et influent qui préféra éviter de se présenter en « chef de file » pour mieux servir de guide à l’entreprise collective de ses étudiants. Mais leurs réalisations parurent marginales, la seconde guerre mondiale ayant décimé les troupes déjà réduites de ses émules.

  • 29 Des études pionnières ont exploré la question de la complicité des chercheurs en sciences humaines (...)

22Troisièmement, dans les décennies qui suivirent le conflit, la mode dominante chez les anthropologues — comme ils se nomment de plus en plus — se tourna de nouveau vers les concepts universalistes, qu’ils aient été marxistes ou structuralistes. Ces approches réorientèrent la discipline, en l’éloignant du style d’étude dans lequel les ethnologues excellaient dans les années trente : les approches historiques des sociétés individuelles, qui prenaient en considération l’impact de la colonisation, comme l’instrumentalisation de l’ethnologie par les autorités coloniales. Quatrièmement, la création de postes universitaires sous Vichy et pendant les années qui suivirent, en déplaçant la zone d’excellence de la discipline du musée vers l’université, rendit la tentation d’autant plus forte d’ignorer la phase de consolidation de l’ethnologie qui avait été associée avec l’Institut d’ethnologie et le Musée de l’Homme, à l’époque où aucun poste universitaire en ethnologie n’existait en France. Enfin, la crise de confiance et de conscience qui déstabilisa la discipline plus globalement dans les années soixante-dix quant à sa complicité directe et indirecte avec l’empire et d’autres formes d’injustices raciales — après une première salve lancée par des universitaires — paraît avoir détourné l’attention des études, loin de la véritable histoire qui aurait dû s’écrire29.

  • 30 Nous employons ici le terme de « texte » de façon large afin d’inclure les objets de musée, qui do (...)

23Ce livre vise à rectifier ces déséquilibres de bien des façons. En restant dans le courant récent d’une histoire plus large de la science de l’homme, il s’efforce d’apporter une analyse des textes dans leurs contextes30. Pour ce faire, il débutera en reconsidérant ses développements au dix-neuvième siècle, avant d’aborder les fondations contestées et les violentes confrontations que la discipline rénovée engendra entre 1900 et 1950. Le deuxième objectif de l’ouvrage consiste à remplacer le récit triomphaliste et téléologique de la victoire de la « bonne » ethnologie sur la « mauvaise » anthropologie par une histoire plus complexe. Il en ressort une séparation graduelle qui s’opéra entre la science raciale et l’ethnologie, de 1900 jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Cette bifurcation aurait toujours pu provoquer des conséquences pires ou meilleures qu’elles ne le furent. Au lieu de choisir pour prisme analytique une seule institution, une personnalité ou un corpus d’idées, nous avons souhaité dresser un portrait multi-générationnel et examiner in situ les travaux et les vies de ces acteurs. Il importe tout particulièrement d’analyser les structures matérielles et professionnelles comme les contextes politiques et impériaux qui conditionnèrent leurs productions intellectuelles, leurs choix de carrière, leurs tentatives d’atteindre un grand public et les choix qu’ils firent en temps de guerre.

24Les chapitres suivants repèrent les idées, les recherches de terrain et les rencontres coloniales que firent les disciples de l’école fondée par Mauss et Rivet à l’Institut d’ethnologie, plus ou moins à l’époque où ce dernier se vit confier la direction des plus importantes collections ethnographiques et ostéologiques de Paris — des collections qui formeront le noyau du Musée de l’Homme en 1938. Le personnel de l’Institut d’ethnologie et le Musée de l’Homme appartenait lui-même à une nébuleuse de réseaux entrecroisés, de personnes, de musées et d’écoles, tant en France qu’aux colonies, présentant un point commun : une volonté et une expertise analogues au service d’une modernisation de la science de l’homme à la veille de la première guerre mondiale. Comme certains de ces pionniers, des experts en matière de race et racistes eux-mêmes, étaient bien acceptés comme des interlocuteurs légitimes au sein du champ intellectuel de l’époque, ils seront également pris en considération ici. Nous nous intéresserons en particulier à George Montandon, dont l’étrange parcours apportera un nouvel éclairage sur l’univers trouble et ténébreux du racisme scientifique en France. Figure marginale à certains égards, il faisait néanmoins partie d’un groupe plus vaste de raciologues dont les fortunes professionnelles furent relancées dans les années trente, et dont les thèses antisémites, biologiques et extrémistes, devinrent des dogmes scientifiques dans le nouveau contexte politique de Vichy et de l’Occupation. Comment une telle transformation fut rendue possible mérite quelques explications.

25Dernier objectif du livre, et non des moindres : pour rendre compréhensible certains courants de pensée, politiques et institutionnels français, il sera indispensable dans les pages qui suivent d’évoquer leur contexte plus large, leurs développements comparables dans le reste de l’Europe et aux États-Unis, à une époque où les ethnologues furent partout dans le monde, confrontés aux mêmes choix, professionnels et politiques, aux mêmes contraintes ou opportunités de se réinventer que leurs homologues français, à une époque aussi où la discipline restait elle-même tiraillée entre le musée et l’université. Jusqu’à ce que l’Occupation rende toute communication internationale impossible, les ethnologues français étaient cosmopolites et suivaient attentivement les développements de la science de l’homme allemande, soviétique, américaine, anglaise et scandinave : ils lisaient leurs publications, visitaient leurs musées et rencontraient leurs collègues lors de conférences. Durant l’entre-deux-guerres, les chercheurs de ces pays firent pression sur leur gouvernement pour qu’ils reconnaissent les implications pratiques de leur science en matière de méthode de gouvernance et cherchèrent de nouvelles façons de populariser les résultats de leurs découvertes. Mauss admirait et critiquait dans le même temps les travaux (inscrits au programme de lecture de ses étudiants) d’un « pionnier » d’envergure, l’ethnologue anglais polonais d’origine, Bronislaw Malinowski qui prônait une recherche de terrain moderne et en solitaire. Mauss et Rivet évoquaient très régulièrement des exemples « étrangers » pour tenter d’obtenir le peu de financements qu’ils pouvaient pour leur discipline émergeante à un État parcimonieux, à des colonies sans le sou ou auprès d’un système universitaire hostile à toute innovation. Dans le passé, la France, avançaient-ils, avait été à la pointe du domaine des sciences humaines, mais se retrouvait à présent à la traîne.

Le Musée de l’Homme
Inauguration par M. le Président de la République, le 20 juin 1938, vue du bâtiment la nuit
Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.

26Pour autant, il ne faudrait pas prendre pour argent comptant cette insistance avec laquelle ils soulignèrent que « la France était différente », et qu’elle était en retard. Il serait plus juste de considérer que les ethnologues français entre 1900 et 1950 furent des partenaires à part entière de la science internationale, elle même en constante évolution, avant de se retrouver partout en état de siège lorsque la guerre déferla sur le monde une seconde fois. Il est certain que la science de l’homme fit une entrée plus tardive à l’université française que chez ses plus proches rivaux internationaux. Cela dit, avant et pendant la seconde guerre mondiale, les spécialistes français connurent de notables succès dans leurs démarches pour trouver des postes, des bourses et d’autres subventions, et des collections d’objets renouvelées en provenance des colonies. En matière de conceptualisation de nouvelles méthodes de travail et de théories scientifiques, les ethnologues et les anthropologistes français apportèrent, là aussi, des contributions spécifiques, particulièrement dans le domaine de l’ethnographie sociologique maussienne, mais également dans le renouveau du déterminisme biologique qui essentialisa la nation en termes racistes. Durant la guerre, George Montandon, au même titre que ses nombreux homologues outre-Rhin, mit son expertise au service des objectifs barbares de Hitler. Ainsi, à travers ces différentes approches, l’ethnologie française partagea les caractéristiques essentielles et plus connues de la discipline anglo-américaine et allemande, tout en conservant en propre des aspects particuliers liés à son contexte et à sa conjoncture. Cette étude éclaire donc d’une part l’importance que les structures matérielles et institutionnelles, comme les réseaux sous-jacents de l’ethnologie jouèrent et continuent de jouer dans la vie académique en France, et d’autre part le pouvoir dangereux de l’idéologie capable de s’accaparer et de détourner la plus humaine des sciences.

27Pour suivre cette histoire complexe, les chapitres sont organisés de manière chronologique et thématique. Le premier chapitre analyse les deux principales traditions qui se professionnalisèrent au début de la Troisième République : celle de l’anthropologie de Broca et celle d’une science ethnographique plus fragmentée. Le deuxième chapitre retrace les carrières de Paul Rivet, de Marcel Mauss et de George Montandon sur la période s’étirant de l’Affaire Dreyfus à l’établissement de l’Institut d’ethnologie à la fin des années vingt. Les troisième, quatrième et cinquième chapitres examinent la discipline de l’ethnologie, nouvellement organisée, à partir de trois postes d’observation privilégiés (le musée, la science raciale et l’empire) et sa traversée des années trente politiquement polarisées. Cette période fut marquée par une croissance spectaculaire de la science rénovée de l’homme, mais aussi par l’amplification des périls qui la menaçaient, alors que les ethnologues se débattaient pour formuler, pour eux-mêmes et pour le grand public, un nouveau concept de l’homme qui restait intimement mêlé aux notions biologiques de la différence et à la cause impériale. Le sixième chapitre fournit une lecture détaillée des recherches ethnographiques de terrain réalisées par les étudiants de Mauss, afin d’éclairer le défi que put représenter le pouvoir combiné d’un mentor brillant et du contact direct avec les réalités coloniales sur la résurgence du racisme scientifique à l’époque. Le dernier chapitre analyse les choix que feront pendant la guerre les membres de la communauté intellectuelle dont la science prit soudainement — ou songea à prendre — de l’importance aux yeux de nouveaux acteurs politiques : Vichy, la Résistance et l’Occupation allemande en France.

  • 31 Aux États-Unis, les déclarations de scientifiques reliant l’intelligence à la race ou au genre off (...)
  • 32 http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120204.OBS0607/claudegueant-toutes-l (...)
  • 33 Zimmerman (Andrew), Anthropology and antihumanism…, op. cit., p. 11.

28Les historiens de l’ethnologie ont eu tendance à nier dans le passé de leur branche de la science de l’homme tout amalgame entre biologie et culture. Cette confusion entre les notions du racial et du culturel a pourtant existé, pour disparaître par la suite avec beaucoup de difficultés. Par ailleurs, ce que les ethnologues apprirent lentement à distinguer, échappait souvent à la compréhension du grand public31. Dans l’entre-deux-guerres et sous Vichy, la formation raciale et l’identité culturelle en France continuèrent d’être marquées par ces contradictions. Aujourd’hui, plus que jamais, les hypothèses « discréditées » de la science raciale du dix-neuvième siècle resurgissent régulièrement dans le discours populaire, comme dans celui des élites, quelles que soient les opinions scientifiques exprimées sur le sujet. L’idée que « toutes les civilisations ne se valent pas », évoquée par le ministre français de l’Intérieur Claude Guéant dans une déclaration publique faite le 4 février 2012, révèle la persistance d’une notion discréditée — mais jadis « scientifiquement prouvée » — selon laquelle il existerait une hiérarchie naturelle des peuples, des races, et des cultures, dans le discours politique contemporain32. Trop souvent, et pas seulement en France, le concept de « civilisation » reste un terme employé de façon codée pour évoquer le vieux concept de « race », dans lequel l’idée d’un substrat biologique à la diversité culturelle reste implicite. De tels amalgames sont profondément affligeants, mais ils ne sont ni nouveaux, ni destinés à rester permanents. Comme nous le rappelle Andrew Zimmerman, la science de l’homme, depuis sa naissance, a toujours été porteuse de « potentiels polyvalents et contradictoires » : pour essentialiser mais aussi démocratiser, objectiver l’Autre, mais aussi le comprendre33. Sur une perspective plus longue, la période de l’entre-deux-guerres mondiales représenta un moment de mobilisation intense — scientifique puis politique — contre le racisme, qui s’insérait dans une plus vaste recherche des points communs gouvernant les relations entre les individus et entre les peuples ; et dans cette mobilisation là, les connaissances et les activités des ethnologues français jouèrent un rôle crucial.

Notes

1 New York Times, 18 juillet 1950. Voir aussi Barkan (Elazar), The retreat of scientific racism : changing concepts of race in Britain and the United States between the world wars, Cambridge : Cambridge University Press, 1992, p. 341.

2 Leiris (Michel), Race et civilisation : la question raciale devant la science moderne, Paris : Unesco, 1951, 48 p. ; Lévi-Strauss (Claude), Race et histoire, Paris : Unesco, 1952, 50 p.

3 Sur le concept de la science normale, voir Kuhn (Thomas S.), The structure of scientific revolutions, 2e éd., Chicago ; London : University of Chicago Press, 1970, V + 210 p. La question de savoir comment le paradigme kuhnien du développement scientifique s’ajuste aux sciences humaines n’est pas tranchée. Kuhn lui-même a développé ce modèle en ayant les sciences dures à l’esprit. Voir Fuller (Steve), Thomas Kuhn : a philosophical history for our times, Chicago : University of Chicago Press, 2000, XVII + 472 p.

4 Teslow (Tracy Lang), Constructing race : the science of bodies and cultures in American anthropology, New York : Cambridge University Press, 2014, p. 7.

5 Ici, les éclairages de Joan Scott sur la persistance fondamentale de la différence des genres dans le républicanisme français moderne sont pertinents. Comme elle l’affirme : « Placer l’égalité et la différence dans une relation antithétique a ainsi un double effet. Cela nie la manière dont la différence a longtemps figuré dans les notions politiques de l’égalité et cela suggère que la similitude est la seule base à partir de laquelle l’égalité peut être revendiquée. C’est ainsi mettre les féministes dans une position impossible, puisque tant que l’on discute dans le cadre des termes du discours qui organise cette opposition, on abonde dans le sens du primat conservateur voulant que puisque les femmes ne sont pas identiques aux hommes, elles ne peuvent en être leurs égales. La seule alternative possible, me semble-t-il, est de refuser d’opposer l’égalité à la différence et d’insister continuellement sur les différences — des identités individuelles et collectives, les différences entendues comme un défi permanent à la fixation de ces identités, l’histoire comme l’illustration répétée du jeu des différences, les différences comme la vraie signification de l’égalité elle-même », Scott (Joan W.), Gender and the politics of history, New York : Columbia University Press, 1999, pp. 174-175.

6 Bourdieu (Pierre), « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 2, no 2, 1976, pp. 88-104, surtout p. 89.

7 En France, l’épicentre de ce nouvel intérêt pour l’écriture de l’histoire des sciences humaines est la Société française pour l’histoire des sciences de l’Homme, créée en 1986, et la Revue d’Histoire des Sciences Humaines, lancée en 1999. Pour ses programmes, voir Blanckaert (Claude), « Pour une histoire des sciences de l’homme », Bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, vol. 4, avril 1991, 1 p. Le travail de l’historien Christophe Charle sur les réseaux intellectuels a également été extrêmement influent : Charle (Christophe), Les élites de la République : 1880-1900, Paris : Fayard, 1987, 556 p. ; Charle (Christophe) & Telkes (Éva), Les professeurs du Collège de France. 3, dictionnaire biographique 1901-1939, Paris : INRP ; CNRS, 1988, 246 p. ; Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels » : 1880-1900, Paris : Les Éditions de Minuit, 1990, 271 p. ; et Charle (Christophe), La République des universitaires : 1870-1940, Paris : Seuil, 1994, 505 p. Une génération antérieure de chercheurs américains et français avait également apporté des contributions décisives à l’histoire de la sociologie, avec leurs travaux sur les Durkheimiens. Parmi les nombreuses études, voir Clark (Terry N.), Prophets and patrons : the French university and the emergence of the social sciences, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1973, X + 282 p. ; Lukes (Steven), Émile Durkheim : his life and work ; a historical and critical study, Harmondsworth : Penguin, 1973, XI + 676 p.

8 Foucault (Michel), L’ordre du discours : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris : Gallimard, 1971, 81 p. et Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, 318 p. et Goldstein (Jan), « Foucault among the sociologists : the “disciplines” and the history of the professions », History and Theory, vol. 23, no 2, mai 1984, pp. 170-192 et, Console and classify : the French psychiatric profession in the nineteenth century, Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 1987, XIII + 414 p. Pour d’autres appels en faveur du dépassement de la sorte de clivage entre la science et la société qu’une histoire traditionnelle des idées tend à engendrer, voir Bloor (David), Knowledge and social imagery, London ; Boston : Routledge & K. Paul, 1976, XI + 156 p. et Latour (Bruno), Science in action : how to follow scientists and engineers through society, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1987, 274 p.

9 Daniel Sherman a plaidé avec raison sur le besoin d’éviter « une dichotomie simpliste entre le texte et le contexte, qui tend à privilégier ou à attribuer une valeur explicative à un domaine plutôt qu’à l’autre ». Sherman (Daniel J.), French primitivism and the ends of empire, 1945-1975, Chicago ; London : University of Chicago Press, 2011, p. 7. Sur ce point, voir également Wolfe (Patrick), Settler colonialism and the transformation of anthropology : the politics and poetics of an ethnographic event, London ; New York : Cassell, 1999, pp. 5-7.

10 Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution : Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900), Paris : l’Harmattan, 2009, 616 p. ; Dias (Nélia), Le Musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908) : anthropologie et muséologie en France, Paris : Éditions du CNRS, 1991, 310 p. + XV p. de pl. ; Staum (Martin S.), Nature and nurture in French social sciences, 1859-1914 and beyond, Montréal : McGill-Queen’s University Press, XII + 261 p. ; Mucchielli (Laurent), La découverte du social : naissance de la sociologie en France (1870-1914), Paris : la Découverte, 1998, 571 p. ; Hecht (Jennifer Michael), The end of the soul : scientific modernity, atheism, and anthropology in France, New York ; Chichester [GB] : Columbia University Press, 2003, XII + 402 p. + [15] p. de pl.

11 Par exemple, Clifford (James), Person and myth : Maurice Leenhardt in the Melanesian world, Berkeley : University of California Press, 1982, XI + 270 p. ; Lorcin (Patricia M. E.), Imperial identities : stereotyping, prejudice and race in colonial Algeria, London : I. B. Tauris, 1995, x + 323 p. ; White (Owen), Children of the French empire : miscegenation and colonial society in French West Africa, 1895-1960, Oxford : Clarendon Press, 1999, 200 p. ; Sibeud (Emmanuelle), Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris : EHESS, 2002, 356 p. + [16] p. de pl. ; Salemink (Oscar), Ethnography of Vietnam’s Central Highlanders : a historical contextualization, Honolulu : University of Hawai’i Press, 2003, XXII + 383 p. ; Trumbull (George R.), An empire of facts : colonial power, cultural knowledge, and Islam in Algeria, 1870-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 2009, XVII + 309 p.

12 Rabinow (Paul), French modern : norms and forms of the social environment, Cambridge : MIT Press, 1989, X + 447 p. ; Lebovics (Herman), True France : the wars over cultural identity, 1900-1945, Ithaca : Cornell University Press, 1992, XIX + 221 p. ; Stoler (Ann Laura), Carnal knowledge and imperial power : race and the intimate in colonial rule [with a new preface], Berkeley : University of California Press, 2010, XXXI + 335 p. ; Keller (Richard), Colonial madness : psychiatry in French North Africa, Chicago : University of Chicago Press, 2007, XI + 294 p. ; Wilder (Gary), The French imperial nation-state : negritude and colonial humanism between the two world wars, Chicago : The University of Chicago Press, 2005, XI + 404 p. ; Hall (Bruce S.), A history of race in Muslim West Africa, 1600-1960, Cambridge : Cambridge University Press, 2011, XVII + 335 p. ; Singaravélou (Pierre), Professer l’Empire : les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris : Publications de la Sorbonne, 2011, 409 p. ; Saada (Emmanuelle), Les enfants de la colonie : les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris : La découverte, 2007, 334 p. ; Thomas (Nicholas), Colonialism’s culture : anthropology, travel, and government, Princeton (N. J.) : Princeton University Press, 1994, XI + 238 p.

13 Schneider (William H.), Quality and quantity : the quest for biological regeneration in twentieth-century France, Cambridge : Cambridge University Press, 1990, X + 392 p. ; Noiriel (Gérard), Immigration, antisémitisme et racisme en France, xixe- xxe siècle : discours publics, humiliations privées, Paris : Fayard, 2007, 717 p. ; Weil (Patrick), « Georges Mauco, expert en immigration. Ethnoracisme pratique et antisémitisme fielleux », in Taguieff (Pierre-André) (sous la dir.), L’antisémitisme de plume. 1940-1944 : études et documents, Paris : Berg international, 1999, pp. 267-276 ; Weil (Patrick), Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution [éd. revue et augmentée], Paris : Gallimard, 2004, VI + 646 p. (Folio Histoire ; 134). Dans son étude sur les origines républicaines de Vichy, Noiriel soutient que sous la Troisième République et de Vichy, les politiciens passionnés par la science se sont plus tournés vers les experts que vers enseignants d’université pour mettre au point des politiques censées améliorer la race française. Noiriel explicitement exonéra les savants Mauss et Rivet de complicité directe avec les pratiques d’exclusion des étrangers. Mais il n’a pas étudié ces ethnologues en détail ni considérer leurs relations étroites avec l’empire. Noiriel (Gérard), Les origines républicaines de Vichy, Paris : Hachette littérature, 1999, 335 p., surtout le chap. 5.

14 Sur l’incapacité collective en France de nommer la race, et de se rappeler de sa place dans l’histoire du pays, voir Stoler (Ann Laura), « Colonial aphasia : race and disabled histories in France », in Roitman (Janet) (sous la dir.), « Racial France », numéro spécial de Public Culture, vol. 23, no 1, 2011, pp. 121-156.

15 Voir l’autre essai exemplaire sur la France de Parkin (Robert), in Barth (Fredrik), Gingrich (André), Parkin (Robert) & Silverman (Sydel), One discipline, four ways : British, German, French, and American anthropology, Chicago : University of Chicago Press, 2005, IX-406 p. ; Tai (Li-Chuan), L’anthropologie française entre sciences coloniales et décolonisation, Paris : Société française d’histoire d’outre-mer, 2010, 340 p. ; et Kuklick (Henrika) (sous la dir.), New history of anthropology, Oxford : Wiley-Blackwell, 2008, 418 p. Qu’il n’existe pas de liste définitive des étudiants en ethnologie de Mauss pose un certain défi, vu qu’il enseignait plusieurs disciplines simultanément, dont les contenus à l’époque étaient eux-mêmes changeants. Pour une liste des nombreux cours qu’il a donnés, voir Fournier (Marcel), Marcel Mauss, Paris : Fayard, 1994, p. 602.

16 Laurière (Christine), Paul Rivet : le savant et le politique, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2008, 723 p. ; Zerilli (Filippo M.), Il lato oscuro dell’etnologia : il contributo dell’antropologia naturalista al processo di istituzionalizzazione degli studi etnologici in Francia, Rome : CISU, 1998, XIII + 229 p. ; Fournier (Marcel), Marcel Mauss, op. cit. ; et Liebersohn (Harry), The return of the gift : European history of a global idea, Cambridge ; New York ; Melbourne : Cambridge University Press, 2011, XI + 210 p.

17 L’Estoile (Benoît de), Le goût des autres : de l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris : Flammarion, 2007, 453 p. + [16] p. de pl. ; Grognet (Fabrice), Le concept de musée : la patrimonialisation de la culture “des Autres” d’une rive à l’autre, du Trocadéro à Branly. Histoire de métamorphoses, Thèse de doctorat [Jamin Jean, dir.], Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009, 709 p. ; Bondaz (Julien), L’exposition postcoloniale. Formes et usages des musées et des zoos en Afrique de l’Ouest (Niger, Mali, Burkina Faso), Thèse de doctorat [Cros Michèle, dir.], Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2009, 598 p. ; et Debaene (Vincent), L’adieu au voyage : l’ethnologie française entre science et littérature, Paris : Gallimard, 2010, 521 p.

18 Reynaud-Paligot (Carole), La République raciale : paradigme racial et idéologie républicaine, 1860-1930, Paris : Presses Universitaires de France, 2006, XXII + 338 p. ; Races, racisme et antiracisme dans les années 1930, Paris : PUF, 2007, X + 173 p.

19 Saada (Emmanuelle), « Race and sociological reason in the Republic : inquiries on the métis in the French Empire (1908-1937) », International Sociology, vol. 17, no 3, septembre 2002, pp. 361-391, surtout pp. 385-386 ; et Stoler (Ann Laura), « Racial histories and their regimes of truth », Political Power and Social Theory, vol. 11, 1997, pp. 183-206.

20 Stocking (George W. Jr.), « Franz Boas and the culture concept in historical perspective », American Anthropologist, n. s., vol. 68, no 4, août 1966, pp. 867-882 ; « Racial capacity and cultural determinism », in Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), A Franz Boas reader : the shaping of American anthropology, 1883-1911, Chicago : University of Chicago Press, 1974, pp. 219-254. Voir aussi Darnell (Regna), And along came Boas : continuity and revolution in Americanist anthropology, Amsterdam : J. Benjamins, XVIII + 331 p. ; et Cole (Douglas), Franz Boas : the early years, 1858-1906, Vancouver : Douglas & McIntyre ; Seattle : University of Washington Press, 1999, VIII + 360 p., surtout le chap. 15. La parution en multiples volumes des collections d’History of Anthropology que George W. Stocking Jr. a éditées, publiées par University of Wisconsin Press à partir de 1983, est devenue une référence obligatoire pour quiconque travaille sur le champ étendu des sciences humaines.

21 Barkan (Elazar), The retreat of scientific racism…, op. cit. Même dans Barkan, l’on trouve une téléologie sous-jacente qui insinue que la science raciale aurait disparue pour de bon après 1945, ce qui, clairement, n’est pas le cas. Depuis la publication du livre de Barkan au début des années quatre-vingt-dix, les chercheurs ont commencé à s’intéresser de plus près au rôle des scientifiques dans les constructions de la race aux États-Unis. Voir Teslow (Tracy L.), Constructing race…, op. cit. ; Brattain (Michelle), « Race, racism, and anti-antiracism : UNESCO and the politics of presenting science to the postwar public », American Historical Review, vol. 112, no 5, décembre 2007, pp. 1386-1413 ; et Baker (Lee D.), From savage to Negro : anthropology and the construction of race, 1896-1954, Berkeley : University of California Press, 1998, XII + 325 p.

22 Asad (Talal), Anthropology and the colonial encounter, London : Ithaca Press ; Atlantic Highlands (N.J.) : Humanities Press, 1973 ; Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), Colonial situations : essays on the contextualization of ethnographic knowledge, Madison : University of Wisconsin Press, 1991, VII + 340 p. ; Kuklick (Henrika), The savage within : the social history of British anthropology, 1885-1945, Cambridge : Cambridge University Press, 1991, IX + 325 p. ; Dirks (Nicholas) (sous la dir.), Colonialism and culture, Ann Arbor : University of Michigan Press, 1992, IX + 402 p. ; Comaroff (Jean) & Comaroff (John), Ethnography and the historical imagination, Boulder ; San Francisco ; Oxford (UK) : Westview Press, 1992, XIV + 337 p. ; Thomas (Nicholas), Colonialism’s culture…, op. cit. ; Cohn (Bernard S.), Colonialism and its forms of knowledge : the British in India, Princeton (N.J.) : Princeton University Press, 1996, XVII + 189 p. ; Pels (Peter) & Salemink (Oscar) (sous la dir.), Colonial subjects : essays on the practical history of anthropology, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2000, VIII + 364 p. ; L’Estoile (Benoît de), L’Afrique comme laboratoire : expériences réformatrices et révolution anthropologique dans l’empire colonial britannique (1920-1950), Thèse de doctorat [Topalov Christian, dir.], Paris : EHESS, 2004, 938 p. ; Wolfe (Patrick), Settler colonialism …, op. cit. ; Tilley (Helen) & Gordon (Robert J.) (sous la dir.), Ordering Africa : anthropology, European imperialism and the politics of knowledge, Manchester : Manchester University Press, 2007, XIV + 390 p. ; Raj (Kapil), Relocating modern science : circulation and the construction of knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, New York : Palgrave Macmillan, 2007, XIII + 285 p. ; El-Shakry (Omnia S.), The great social laboratory : subjects of knowledge in colonial and postcolonial Egypt, Stanford : Stanford University Press, 2007, XII + 328 p. ; Schumaker (Lynn), Africanizing anthropology : fieldwork, networks, and the making of cultural knowledge in central Africa, Durham : Duke University Press, 2001, xii + 376 p. ; Bernault (Florence), « l’Afrique et la modernité des sciences sociales », Vingtième Siècle, vol. 70, 2001, pp. 127-138 ; Steinmetz (George) (sous la dir.), Sociology & empire : the imperial entanglements of a discipline, Durham : Duke University Press, 2013, XVI + 610 p. ; Tilley (Helen), Africa as a living laboratory : empire, development, and the problem of scientific knowledge, 1870-1950, Chicago : The University of Chicago Press, 2011, XIV + 496 p. Voir aussi au dessus note 10 et plus loin, note 29.

23 Tilley (Helen), Africa as a living laboratory…, op. cit., p. 311.

24 Zantop (Suzanne), Colonial fantasies : conquest, family, and nation in precolonial Germany, 1770-1870, Durham : Duke University Press, 1997, IX + 292 p. ; Penny (H. Glenn), Objects of culture : ethnology and ethnographic museums in Imperial Germany, Chapel Hill : University of North Carolina Press, 2002, XII + 281 p. ; Zimmerman (Andrew), Anthropology and antihumanism in Germany, Chicago : University of Chicago Press, 2001, 364 p. ; Penny (H. Glenn) & Bunzl (Matti) (sous la dir.), Worldly provincialism : German anthropology in the age of empire, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2003, 350 p. ; Steinmetz (George), The devil’s handwriting : precoloniality and the German colonial state in Qingdao, Samoa, and Southwest Africa, Chicago : University of Chicago Press, 2007, XXVIII + 640 p.

25 Proctor (Robert), « From Anthropologie to Rassenkunde in the German Anthropological tradition », in Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), Bones, bodies, behavior : essays on biological anthropology, Madison : University of Wisconsin Press, 1988, pp. 138-179 ; Massin (Benoît), « From Virchow to Fischer : physical anthropology and “modern race theories” in Wilhelmine Germany (1890-1914) », in Stocking (George W. Jr.) (sous la dir.), “Volksgeist” as method and ethic : essays on boasian ethnography and the German anthropological tradition, Madison : University of Wisconsin Press, 1996, pp. 79-154 ; Massin (Benoît), « Anthropologie raciale et national-socialisme. Heurs et malheurs du paradigme de la “race” », in Olff-Nathan (Josiane) (sous la dir.), La science sous le Troisième Reich : victime ou alliée du nazisme ?, Paris : Seuil, 1993, pp. 197-262 ; Hauschild (Thomas), Lebenslust und Fremdenfurcht : Ethnologie im Dritten Reich, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1995, 223 p. ; Weindling (Paul), Health, race, and German politics from national unification and Nazism, Cambridge : Cambridge University Press, 1989, X + 641 p. ; Hutton (Christopher M.), Race and the Third Reich : linguistics, racial anthropology and genetics in the dialectic of Volk, Cambridge (UK) ; Malden (Ma.) : Polity, 2005, VII + 272 p. ; Schafft (Gretchen E.), From racism to genocide : anthropology in the Third Reich, Urbana : University of Illinois Press, 2004, XIV + 297 p. ; Schmuhl (Hans-Walter), The Kaiser-Wilhelm-Institute for anthropology, human heredity, and eugenics, 1927-1945, Berlin : Springer, 2008, 367 p. ; et les articles in Sachse (Carola) & Walker (Mark) (sous la dir.), Politics and science in wartime : comparative international perspectives on the Kaiser Wilhelm Institute, Chicago : University of Chicago Press, 2005, IV + 310 p.

26 Evans (Andrew D.), Anthropology at war : World War I and the science of race in Germany, Chicago ; London : University of Chicago Press, 2010, IX + 293 p.

27 Ce tabou est en train de disparaître rapidement, comme en atteste le séminaire en ethnologie qui se tenait à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris entre 2010 et 2013, sous la direction conjointe de Christine Laurière, Daniel Fabre, et André Méry. Son sujet en 2010-2011 portait sur les « Questions d’histoire de l’anthropologie en Europe (1930-1960) », et en 2011-2012 et 2012-2013 sur « Les ethnologues et le fait colonial (1920-1960) ».

28 Paul Broca aurait peut-être réalisé cette entrée, s’il n’était pas mort en 1880. Avec l’avènement de la Troisième République, les institutions savantes en France et en particulier ses universités, acquirent une plus grande autonomie en matière de recrutement, d’aires de recherche et de décisions sur les nouveaux cours étudiés, d’où la désignation de « nouvelle » université. Weisz (George), The emergence of modern universities in France : 1863-1914, Princeton : Princeton University Press, 1983, introduction et chap. 8.

29 Des études pionnières ont exploré la question de la complicité des chercheurs en sciences humaines avec l’empire : Leclerc (Gérard), Anthropologie et colonialisme : essai sur l’histoire de l’africanisme, Paris : Fayard, 1972, 253 p. ; Copans (Jean) (sous la dir.), Anthropologie et impérialisme, Paris : François Maspero, 1975, 477 p. ; Lucas (Philippe) & Vatin (Jean-Claude), L’Algérie des anthropologues, Paris : François Maspero, 1975, 294 p. ; Le Mal de voir : ethnologie et orientalisme, politique et épistémologie, critique et autocritique : contributions aux colloques Orientalisme, africanisme, américanisme, 9-11 mai 1974, et Ethnologie et politique au Maghreb, 5 juin 1975 / Université de Paris VII, Paris : Union générale d’éditions, 1976, 426 p. ; Nordman (Daniel) & Raison (Jean-Pierre) (sous la dir.), Sciences de l’homme et conquête coloniale. Constitution et usage des sciences humaines en Afrique, xixe- xxe siècles, Paris : Presses de l’École normale supérieure, 1980, 238 p. ; Vatin (Jean-Claude), Frémeaux (Jacques) & Michalak (Laurence O.) (sous la dir.), Connaissances du Maghreb : sciences sociales et colonisation, Paris : CNRS, 1984, 436 p. Plus généralement, sur le retour sur soi de l’anthropologie, amorcé aux États-Unis, l’ouvrage essentiel est celui de Clifford (James) & Marcus (George E.) (sous la dir.), Writing culture : the poetics and politics of ethnography, Berkeley : University of California Press, 1986, XXV + 305 p.

30 Nous employons ici le terme de « texte » de façon large afin d’inclure les objets de musée, qui doivent aussi être « lus » par les historiens.

31 Aux États-Unis, les déclarations de scientifiques reliant l’intelligence à la race ou au genre offrent une preuve que l’idée que la science puisse dire la « vérité » sur les capacités innées des différents groupes humains est encore très enracinée. Voir, par exemple, Herrnstein (Richard J.) & Murray (Charles A.), The Bell curve : intelligence and class structure in American life, New York ; London ; Toronto : The Free Press, 1994, XXVI + 845 p. ; et les remarques de Lawrence Summers datant de 2005, sous sa présidence de Harvard, http://www.pbs.org/newshour/updates/science/janjune05/summersremarks_2–22.html. Pour une excellente analyse historique de la persistance du racisme et sa constante réinvention, voir Holt (Thomas C.), The problem of race in the twenty-first century, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 2000, XI + 146 p.

32 http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120204.OBS0607/claudegueant-toutes-les-civilisations-ne-se-valenthtml.

33 Zimmerman (Andrew), Anthropology and antihumanism…, op. cit., p. 11.

Table des illustrations

Légende Vision primitive« Port du roi Georges [Australie], un naturel montre à ses compagnons les cadeaux qu’il a reçu à bord de l’Astrolabe ». Dessin à la mine de plomb extrait du Voyage de la corvette l’Astrolabe… de Jules Dumont d’Urville (Atlas historique de 1833). Illustration du « primitif » racialisé à un stade « inférieur » d’évolution matérielle, malgré une reconnaissance d’humanité. Cliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Marcel MaussPortrait dédicacé à Paul RivetCliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Légende Paul RivetPortrait par la duchesse de la Rochefoucauld, photographié par Marc VauxCliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Le Palais du Trocadéro en 1900Lithographie (détail) de Lucien Baylac intitulée Vue panoramique de l’exposition universelle de 1900, Toulouse ; Paris : B. Sirven, Imp. Édit., [1900].
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Le Musée de l’HommeInauguration par M. le Président de la République, le 20 juin 1938, vue du bâtiment la nuitCliché Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/4198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M

© Publications scientifiques du Muséum, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540