Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Annexes

Claude Blanckaert

Volltext

1« Déjà tout Paris la vante. Cette femme est étonnante ». Si l’on s’en rapporte à un vaudeville de circonstance, La Vénus hottentote, ou haine aux Françaises, écrit par Marie-Emmanuel-Guillaume-Marguerite Théaulon de Lambert, Armand Dartois et Nicolas Brasier et représenté dès novembre 1814, la « beauté effrayante » de Sarah Baartman, d’un succès complet, « fait l’admiration de tous les connaisseurs ». L’« enfant de la nature » a peut-être ses charmes. Une comptine, pourtant, alerte le spectateur :

2« On prétend qu’elles sont belles ; Mais, suivant/Plus d’un savant, Les Sauvages fort souvent/Sont farouches et cruelles. »

3Les attraits, enfin, de notre « nouvelle Atala » ne résistent pas à la confrontation visuelle. L’un des protagonistes de cette farce stupide, voulant en remontrer à ses adorateurs inconséquents, tire de sa poche une grande affiche de la Vénus hottentote, la déplie et « tout le monde pousse un cri d’effroi ».

4Aussi bien, une physionomie fait-elle sens pour un verdict de conformité ? Les trois textes qui suivent illustrent l’épistémologie du regard et le style analytique qui caractérisent les descriptions de la Vénus hottentote dans le monde scientifique du xixe siècle. Les contemporains croiront, à leur enseignement, écouter « la voix de la nature », selon la métaphore du philosophe Joseph-Marie de Gérando. Mais au final, les savants témoignent d’un laconisme brutal où l’objectivité rivalise avec le préjugé esthétique ordinaire. Nous les choisissons tantôt pour leur notoriété, tantôt pour leur valeur documentaire d’une science « normale » au pointillisme accablant. Tous se prêtent aux plus plates explications physicalistes.

5« Il n’est question que d’elle… » avertit un personnage du vaudeville cité ci-dessus. Premier en date, le compte rendu d’Henri de Blainville « Sur une femme de la race hottentote » paraît en 1816, après le décès de Sarah Baartman, dans le Bulletin des sciences par la Société philomathique de Paris. Cependant, le mémoire de Blainville est lu, de son vivant, en séance de l’association le 18 mars 1815 et relate les premières observations tirées de la visite de la Vénus au Jardin des plantes peu de jours auparavant. Les intentions du professeur de zoologie à la faculté des sciences de Paris sont clairement tracées dans son double parallèle avec la « dernière » des races humaines — la « race nègre » — et la « première des singes » — l’orang-outan. Ce texte plus discursif que celui de Cuvier, daté de 1817 et publié dans le troisième volume des Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, est beaucoup moins connu. Parfois cité, il n’a fait l’objet d’aucun traitement historique d’envergure et justifierait mieux qu’une simple mention dans l’axe des études de genre ou du racisme moderne. Il évoque aussi, fruit de ses impressions frustrées, certains traits de comportement et de caractère de « Saarah Battman ». Différent, quoique complémentaire, l’« extrait » de Cuvier est abondamment glosé dans la littérature et dans nos pages. Son statut véritablement « classique » dans les diagnoses du siècle le recommande spontanément dans notre dossier, malgré les réimpressions multiples qui lui ont conféré une incontestable postérité et un nombre croissant de lecteurs.

6Le troisième article est d’une autre facture et fut signalé aux historiens, sans doute pour la première fois, par Christelle Patin. Issu d’une conférence faite à l’Académie de médecine le 10 septembre 1860 par le médecin et linguiste tchèque Vilém Dušan Lambl (1824-1895), il parut en deux livraisons dans la rubrique « feuilleton » de la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie les 28 septembre et 5 octobre 1860 (t. VII, pp. 625-629 et 641-646). La « Notice sur le squelette de la Vénus hottentote du Muséum de Paris » démontre l’affinement des examens cliniques et la nette pathologisation des singularités osseuses présentées par la courbure de la colonne vertébrale, en lien avec la proéminence du ventre et l’assise des fesses, de Sarah Baartman. C’est la preuve supplémentaire d’un renouvellement du protocole anatomique qui favorisera, tout au long du xixe siècle, le constant intérêt des naturalistes pour ses dispositions « remarquables ». Sans nier l’« anomalie » de l’articulation lombo-sacrée et ses effets prévisibles (déviation du bassin, avancée de l’abdomen, déformation du corps des fémurs, etc.), Amédée Dechambre, l’un des rédacteurs de la Gazette, contestera qu’une telle « difformité » occasionne la stéatopygie spectaculaire de la Vénus hottentote. Cette dernière n’est, pour lui, ni individuelle, ni tératologique, comme l’affirme Lambl. Il s’agit plutôt d’une particularité de race résultant uniquement de la présence d’une masse graisseuse. Pourtant, la balance des jugements oscille. Dans son livre Les Races humaines (1ère éd. 1872), le célèbre vulgarisateur des sciences Louis Figuier donnera un crédit implicite à l’interprétation de Lambl, précisant que l’« exagération excessive » du volume des fesses de la Vénus hottentote ne constitue qu’une singularité personnelle et qu’on généraliserait sans raison « ce caractère pour la famille entière des Hottentots ». Sarah Baartman réintègre alors la catégorie familière des « phénomènes ».

7L’actualité de la Vénus hottentote se nourrit de semblables débats contradictoires et de leur récurrence. La question sera d’ailleurs à nouveau abordée par François Neugebauer en 1892 puis par Félix Regnault en 1914 avec le même diagnostic : « La spondylolisthésis de la Vénus hottentote a été reconnue par Lambl ». Encadrant l’intervention de Lambl, le commentaire d’Amédée Dechambre nous instruit également de la biographie standard de la Vénus hottentote telle qu’on pouvait l’appréhender vers 1860. Contre toute attente, il affirme aussi que son corps fut anatomisé par Emmanuel Rousseau et non par Cuvier, affirmation de grande valeur en l’état des opinions régnantes. Enfin, il confirme l’importance et de cette dissection et des travaux qu’elle suscita ultérieurement en remarquant que la « race » des femmes bojesmanes « est peut-être la mieux définie de toutes celles dont le genre humain se compose ».

Annexe 1. Facsimile du compte rendu de Blainville (Henri de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences par la Société philomathique de Paris, 1816, pp. 183-190

Annexe 2. Facsimile de Cuvier (George), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, t. 3, 1817, pp. 159 [259]-274

Annexe 3. Feuilleton de la Gazette Hebdomadaire de Médecine et de Chirurgie, Bulletin de l’enseignement médical, t. VII, no 39, 28 septembre 1860, pp. 625-629 ; no 40, 5 octobre 1860, pp. 641-646

8Notice anatomique sur le squelette de la Vénus hottentote du Muséum de Paris.

9M. le docteur Lambl (de la Faculté de Prague) vient de lire à la Société allemande de Paris, et à l’Académie de médecine (séance du 10 septembre), une très intéressante note sur certaines dispositions anatomiques du squelette connu, au Muséum du Jardin des plantes, sous le nom de Vénus hottentote. Avant de publier ce travail, qu’il a eu l’obligeance de nous communiquer, nous croyons devoir dire quelques mots de l’origine de ce squelette.

10On désignait sous le nom de Vénus hottentote, en 1814 et 1815, une femme Bojesmane (ou Boschémane) qui faisait en quelque sorte partie de la ménagerie ambulante d’un certain Réaux. Cette femme mourut le 1er janvier 1816, à l’âge de trente-trois ans, victime de sa passion pour l’eau-de-vie, liqueur pour laquelle sa race tout entière a un goût prononcé. Elle était douce, caressante, lascive, d’une agilité remarquable, et dansait avec grâce et légèreté.

11Son cadavre fut disséqué par le docteur Emmanuel Rousseau. Le Muséum d’histoire naturelle en possède le squelette, le cerveau et les parties génitales ; on prit en outre le moule en plâtre du corps entier. Ce moule est exposé dans les galeries d’anthropologie. La Vénus, qui était petite et grasse, était surtout remarquable par ses fesses renflées en une énorme protubérance graisseuse et par une prodigieuse longueur des nymphes ; c’est ce développement des nymphes qui a donné lieu à la fable du tablier des Hottentotes. Les seins, semblables à des calebasses, présentaient des auréoles énormes ; le nombril était placé très bas ; le nez était singulièrement plat ; des lèvres énormes recouvraient des dents très prognathes ; les pommettes étaient larges, aussi saillantes que le nez, en sorte que la partie supérieure de la face était tout à fait plane ; les cheveux étaient groupés en petites houppes soyeuses et contournées, éparses sur la surface du cuir chevelu, et nettement séparées les unes des autres ; pieds courts et de forme peu gracieuse ; peau jaune plutôt que fuligineuse.

12En observant le crâne, on voit tout de suite qu’il diffère beaucoup, par la forme, de celui des nègres ordinaires ; il est plus déprimé et moins aplati sur les côtés. Le cerveau est remarquable par l’extrême simplicité de ses circonvolutions ; il a été figuré par Tiedemann, et, quelques années plus tard, par M. Gratiolet, avec quelques rectifications.

13Chez une autre femme Bojesmane, qui était à Paris en 1857, plus jeune et plus svelte que la Vénus hottentote, la protubérance des fesses était moins développée ; elle était toutefois très apparente, comme l’atteste un moule en plâtre conservé au Muséum. Stinée, c’était le nom de cette femme, était, comme sa compatriote, extrêmement caressante ; comme elle, elle avait un goût excessif pour l’eau-de-vie ; elle se livra une fois aux contorsions les plus comiques pour atteindre avec sa langue quelques gouttes de liqueur qu’on avait laissé tomber sur son coude.

14L’anomalie indiquée par M. Lambl, sur le squelette de la Vénus hottentote est réelle ; il est toutefois certain qu’elle n’a aucun rapport avec l’énorme protubérance des fesses ; Stinée, dont le torse était irréprochable, présentait en effet cette protubérance, et si elle l’avait moins développée, c’est qu’elle était plus jeune et plus maigre. Cet ornement bizarre, d’ailleurs, n’est pas le seul caractère distinctif des femmes Bojesmanes ; leur race est peut-être la mieux définie de toutes celles dont le genre humain se compose ; elle l’est par une multitude de particularités d’un haut intérêt, mais dont l’exposition dépasserait les limites d’une simple note.

15Voici le travail de l’honorable M. Lambl :

16A[médée]. D[echambre].

17Le squelette de la Vénus hottentote, bien connu de tous les visiteurs de la galerie anatomique (no 1603), est remarquable par une anomalie de la colonne vertébrale, intéressante en ce qu’elle contribue à expliquer l’attitude et la conformation du sujet.

18Si l’on jette les yeux sur la partie du rachis où se nouent les rapports du tronc avec les extrémités inférieures, c’est-à-dire la région lombo-sacrée, on aperçoit une courbure remarquable de la colonne ; la partie lombaire est courbée en avant, formant une légère lordose, tandis que le sacrum a une direction presque horizontale. La cinquième vertèbre lombaire et la première sacrée ne se correspondent pas exactement. Il existe entre elles, à la place du cartilage intervertébral, un hiatus considérable, et, de plus, l’arc de la cinquième vertèbre lombaire est séparé du corps de la même vertèbre ; là est la clef de la difformité.

19Voici quelques mesures et quelques indications qui donnent une idée des changements survenus dans cette partie du squelette :

20Quatrième vertèbre lombaire : diamètre antéropostérieur normal, 7c, 5 ; apophyse articulaire supérieure normale ; apophyse articulaire inférieure normale, correspondant avec l’apophyse articulaire supérieure de la cinquième vertèbre ; apophyse épineuse, normale ; apophyse transverse, peu développée, mais normale.

21Cinquième vertèbre lombaire : diamètre antéropostérieur anormal, 8c, 5 ; face antérieure du corps très haute, 2c, 4, comparée à la face postérieure, 1c, 4 ; l’arc de la cinquième vertèbre, détaché du corps de l’os, en est distant de 1-1c, 5 en arrière ; on distingue une petite saillie de la portion interarticulaire de la vertèbre, par laquelle auparavant l’arc était réuni avec le corps de la vertèbre. L’extrémité de l’apophyse épineuse est située plus d’un centimètre en arrière de l’apophyse épineuse de la vertèbre précédente.

22Sacrum. Il suffit de signaler ici la disposition de la base, ou face supérieure de cet os, qui est inclinée énormément en avant, de manière que le plan, vu de profil, se rapproche beaucoup de la perpendiculaire. Il n’est pas difficile de comprendre qu’un squelette artificiel ne rende pas les relations naturelles des os d’une manière précise, parce que le montage, quel qu’il soit, ne peut jamais remplir les tissus mous, ductiles et élastiques des ligaments et des cartilages. Ainsi l’intervalle lombo-sacré (entre le corps de la cinquième vertèbre et le sacrum) dont nous parlions tout à l’heure, ne pouvait contenir sur le vivant un cartilage triangulaire dans le sens d’une section perpendiculaire ; au contraire, il est plus que probable que, dans les circonstances telles que celles que nous venons d’exposer en détail, le corps de la cinquième vertèbre correspondait à la face supérieure de la première sacrée, en glissant autant que la ductilité du cartilage lombo-sacrale le lui permettait, c’est-à-dire un peu au delà du promontoire, et en dépassant la partie antérieure de la base du sacrum.

23Si l’on se fait une idée nette de cette disposition, qui permet à la dernière lombaire de glisser sur le sacrum, on pourra concevoir la déviation du bassin. Le diamètre antéro-postérieur mesure 8c, 5, si l’on prend la distance de la base du sacrum à la face postérieure de la symphyse ; mais on n’obtient que 7c, 5 en prenant la ligne directe de la face antérieure de la cinquième lombaire (saillante à l’intérieur en dedans du bassin) à la symphyse. Le diamètre antéropostérieur est donc raccourci. Le bassin est rétréci dans le sens du diamètre antéro-postérieur de plus d’un centimètre. D’où il suit que la partie postérieure de la linea armata du bassin vu de face est cachée derrière le corps de la vertèbre lombaire déplacée.

24Le diamètre transversal (12 centimètres) et les deux obliques (11 centimètres) n’offrent rien de remarquable ; ce n’est que le diamètre antéro-postérieur de l’excavation sacrée, mesurant 11 centimètres, et l’angle de l’arc du pubis, qui surpassent un peu les dimensions normales. Du reste, il n’y a pas de traces d’anomalie particulière primitive, ni d’une affection pathologique quelle qu’elle soit.

25La lésion décrite présente encore quelques particularités qui ne sont, pour la plupart, que des conséquences de la disjonction des surfaces articulaires lombo-sacrées. Il existe une lordose lombaire et une courbure de la colonne vertébrale plus prononcée qu’à l’ordinaire. Chaque vertèbre non-seulement présente un léger raccourcissement de la face postérieure du corps ; mais les apophyses épineuses sont rapprochées l’une de l’autre plus que dans une colonne normale. Elles sont pourvues de faces articulaires sur les bords qui sont placés en face l’un de l’autre. C’est un phénomène qu’on voit quelquefois chez les saltimbanques et chez des personnes qui jouissent d’une mobilité extraordinaire de la portion libre de la colonne vertébrale, spécialement quand ces sujets étaient habitués à fléchir le tronc en arrière outre mesure.

26Le sacrum conserve une position presque horizontale, de sorte qu’il forme avec la colonne un angle de 90 degrés.

27La lordose lombaire est compensée par une légère cyphose dorsale ; le cou, à son tour, forme une courbure en avant. Le thorax est raccourci dans le sens vertical ; ce diamètre (22 centimètres) ne surpasse le diamètre antéro-postérieur que de 2 centimètres. Les deux fémurs présentent une courbure extraordinaire de la diaphyse en avant ; celle-ci est plus prononcée que chez un individu normal, par suite de la proéminence de l’abdomen en avant.

28[suite et fin du feuilleton]

29Quant à déterminer l’origine et la signification de l’anomalie décrite, on ne le peut qu’en la rapprochant de faits anatomiques semblables ou analogues. Or, en examinant le squelette humain sur une grande échelle, nous avons trouvé beaucoup de cas où une anomalie primitive de la cinquième vertèbre lombaire amenait des effets pareils à ceux que l’on constate sur le squelette de la Vénus hottentote. Voici, à cet égard, ce qui résulte d’observations qui nous sont propres, et dont nous avons publié en diverses occasions les dessins et la description détaillée.

30Quelquefois les deux parties principales de la vertèbre lombaire, l’arc et le corps, sont désunies au niveau de la portion interarticulaire, c’est-à-dire entre la facette articulaire supérieure et l’inférieure, sans qu’on puisse reconnaître comment elles étaient aboutées sur le vivant ; probablement la réunion se faisait au moyen d’une masse ligamenteuse ou d’un tissu fibro-cartilagineux, comme cela s’observe ordinairement dans les fausses articulations des os longs. Il y a donc là une pseudarthrose interarticulaire. Dans d’autres cas, les bouts des parties séparées qui sont opposés l’un à l’autre (s’entre-regardant) sont pourvus de surfaces arrondies, polies et revêtues d’une couche cartilagineuse, de sorte que, dans un de ces cas, les deux pièces de la vertèbre formaient manifestement une articulation complète, pourvue même probablement d’un rudiment de capsule, comme il semble résulter de la configuration des bords de l’articulation. Il s’agit alors d’une diarthrose interarticulaire. L’amphithéâtre de Bonn, en Allemagne, contient des préparations de ce genre, où l’on retrouve la même disposition que sur le squelette de la Vénus hottentote. Dans un autre cas encore, j’ai trouvé la désunion de la vertèbre, dans la portion interarticulaire, produite par un ramollissement et par une atrophie extrême de la substance osseuse ; la vertèbre avait subi une déformation générale de toutes ses parties. Un bassin vicié décrit par Rokitansky, à Vienne, en 1836, sous le titre de déplacement de la cinquième vertèbre lombaire, offre cette même particularité. Enfin, il existe parfois un élargissement de l’arc de la vertèbre, et c’est toujours la portion interarticulaire qui y participe le plus. C’est surtout l’hydrorachis qui cause cette lésion en dilatant le canal rachidien. On sait que dans l’état normal les surfaces articulaires des apophyses d’une vertèbre forment des plans presque verticaux convergents vers le plan médian du corps. C’est par cette disposition que lesdites apophyses s’accrochent fermement les unes sur les autres pour soutenir la colonne. Mais par la dilatation ou l’allongement de la vertèbre, dans un cas d’hydrorachis, les premiers plans deviennent parallèles au plan médian. Or, dans la cinquième lombaire, il suffit que la convergence normale se change en parallélisme, pour que les articulations se décrochent ; après quoi la vertèbre tout entière trouve moyen de s’échapper et de glisser sur le sacrum. Nous avons décrit cette anomalie sous la dénomination de hydrospondyle, pour exprimer d’un mot une déformation de la vertèbre analogue à l’hydrocéphale. De même nous appelons une vertèbre allongée dolichospondyle par analogie avec le dolichocéphale. Le bassin qui nous a permis d’étudier cette anomalie est celui qui se trouve à Paderborn (en Westphalie), en la possession de M. le docteur Everken, directeur de l’école d’accouchements.

31Ces altérations anatomiques ne sont pas les seules qui déterminent des changements considérables dans la direction de la colonne vertébrale. Un cas remarquable constaté par nous en 1836 est constitué par l’intercalation de vertèbres rudimentaires dans l’articulation sacro-lombaire ; la pièce intercalée est capable de séparer le sacrum de la cinquième lombaire à l’instar d’un coin enfoncé par derrière, en permettant à la vertèbre de glisser sur le sacrum. C’est dans cette catégorie qu’on doit ranger un bassin qui se trouve à Wurzbourg, un autre à Munich, un troisième à Vienne. (Voyez Lambl : Ueber das Wesen und die Entstehung der Spondylolistheris, Wurzbourg, 1857 ; voyez aussi : Reisebericht in Prager Viertelj, 1856-1858 ; enfin : Beobachtungen und Studien aus dem Kinderspital in Prag, 1860, p. 233. On trouve dans ces ouvrages les détails des faits avec des dessins, par M. Lambl.)

32En considérant toutes ces anomalies dans leur ensemble, on peut leur assigner, comme caractère général, la diastase de l’articulation de la cinquième lombaire et du sacrum (Spondylarthrolysis sacrolumbalis). Celle-ci aura lieu, en supposant l’existence d’une des conditions suivantes : a) d’une pseudarthrose ou d’une diarthrose interarticulaire ; b) d’une dilatation de la vertèbre (hydrospondyle) ou d’une prolongation de la vertèbre (dolichospondyle) ; c) de l’intercalation d’une vertèbre surnuméraire et rudimentaire dans l’articulation sacro-lombaire (spondyloparembole).

33Le simple glissement de la cinquième lombaire constitue un léger déplacement ou une luxation complète (spondylolisthesis). Quelquefois la dislocation est limitée par une fusion de deux os (spondylosynostosis, bassin de Munich).

34Le degré de la déformation varie selon l’âge du sujet ; ainsi, à la naissance il n’y a point de difformité visible, quoique les anomalies de la vertèbre soient primitives. C’est sous l’influence de la marche ou quand le corps commence à se tenir debout, et surtout quand les sujets portent des fardeaux, que cette anomalie se développe.

35Ce qui précède nous paraît de nature à faire comprendre pourquoi les naturalistes ne sont pas d’accord jusqu’à présent sur la proéminence des fesses chez les Hottentotes. Levaillant, dans la relation de son voyage en Afrique, dit avoir observé « que chez les Hottentotes en général, à mesure qu’elles avancent en âge, la partie inférieure du dos se renfle et prend de l’accroissement. D’abord, dit-il, en me questionnant moi-même sur la cause de ce phénomène, je l’attribuais à une cambrure extraordinaire de l’épine dorsale ou à une proéminence des lombaires et du sacrum qui, se projetant en avant, rendaient cette partie très saillante, et jetaient les hanches hors de leur aplomb. Mais des observations très décisives me convainquirent bientôt du contraire. Les os qui forment la charpente du bas des reins étaient dans leur situation naturelle. Aucune des vertèbres n’était déjetée, et ce croupion allongé n’est qu’une masse graisseuse et charnue qui, à chaque mouvement du corps, contracte une oscillation et une ondulation fort singulières. »

36Il n’y a pas de doute que cet amas mobile de graisse a existé chez la Vénus, comme le moule en fait foi ; mais il y a tout auprès d’autres moules et des squelettes de Hottentots qui prouvent que cette anomalie est individuelle et non pas de race.

37Virey, dans son Histoire naturelle du genre humain (1824, part. I, p. 238), a également fait remarquer que les jeunes filles et les garçons des Hottentots ne sont pas porteurs de ces « loupes ». Morton, dans ses Types of mankind, donne (p. 431, fig. 276) un portrait d’une célèbre Hottentote avec la même protubérance des fesses que chez la Vénus du Jardin des plantes, et il dit à cette occasion : « It is further more asserted that such posterior development cannot be caracteristic of an especial race. » Malheureusement, dans ce qui suit, il ne donne aucune explication relative à la conformation et à l’attitude de cette femme.

38Il n’est cependant pas en dehors de toute possibilité qu’une pareille difformité, qui se serait continuée dans deux générations au moins, puisse devenir héréditaire dans un certain nombre de familles, et puisse rester même stationnaire dans de certaines conditions et habitudes. Ce serait l’explication physiologique qui se présenterait dans le cas où d’autres voyageurs viendraient affirmer l’existence de cette disposition sur une plus vaste échelle, comme on le dit pour le cap de Bonne-Espérance.

39Dr Lambl

40— Nous avions déjà exprimé succinctement l’opinion qu’il n’y a pas chez la Vénus hottentote, comme le croit notre distingué correspondant, de relation entre l’anomalie signalée à la région lombo-sacrée et la protubérance fessière. Mais les considérations par lesquelles se termine le travail qu’on vient de lire nous obligent à insister sur ce point, qui touche, comme on vient de le voir, à l’ethnologie.

41L’opinion de M. Lambl est en désaccord et avec l’induction et avec les faits.

42Plusieurs espèces d’animaux sont pourvues de protubérances qui, pour ne pas siéger à la région fessière, n’en sont pas moins de même composition anatomique que celles des Hottentotes. Voit-on que ces animaux, les zèbres, les moutons d’Abyssinie, les chameaux, soient porteurs de quelque anomalie ou de quelque disposition des vertèbres lombaires ou du sacrum qui ait le moindre rapport avec la proéminence dorsale ? En aucune manière. Pourquoi, dès lors, en serait-il autrement dans l’espèce humaine ? M. Lambl a-t-il connaissance d’une femme bojesmane adulte qui soit exempte de protubérance fessière ; ou, chez celles qui ont fourni des exemples de cette particularité, sans compter la Vénus hottentote, a-t-on toujours constaté l’existence d’une difformité de la colonne ? Non encore. Nous ne savons sur quel fondement notre confrère argue de moules de femmes bojesmanes qui seraient placées au Muséum près du moule de la Vénus et qui ne présenteraient pas de masses fessières. La collection du Muséum ne possède qu’un plâtre de ce genre ; c’est celui de Stinée, mentionné dans notre dernier numéro. Or, chez cette femme, dont la taille élancée et les formes régulières n’étaient altérées que par des mamelles plates et pendantes, les masses fessières, parfaitement rendues par le plâtre, étaient aussi prononcées que possible ; M. Gratiolet, qui a vu Stinée vivante, les a palpées de ses mains, et il y a constaté, sous l’influence de la marche, ces oscillations et ondulations dont parle Levaillant. Ce n’est pas tout. Il y a une trentaine d’année, des spéculateurs anglais mirent en vente à Paris deux femmes bojesmanes, dont ils envoyèrent le portrait. Les dessins sont entre les mains de M. Emmanuel Rousseau ; ils accusent de la manière la plus manifeste la présence de protubérances fessières.

43Enfin, on ne devine pas quelle nature de lien on pourrait établir entre la formation de telles protubérances et une anomalie des vertèbres lombaires. Un changement de direction dans la partie inférieure du rachis et le sacrum pourra bien projeter en arrière et rendre saillante la région fessière. Mais chez les femmes bojesmanes, la saillie résulte, nous l’avons dit, de la présence d’une masse graisseuse, et c’est surtout de la Vénus hottentote qu’on peut l’affirmer en toute sécurité, puisque M. Emmanuel Rousseau a disséqué cette masse et l’a décrite.

44Notre confrère nous pardonnera cette annotation à son travail, que nous avons lu d’ailleurs avec beaucoup d’intérêt ; il comprendra qu’elle était nécessaire dans une question dont il a été le premier à signaler l’importance.

45A[médée]. D[echambre].

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 431k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 943k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 990k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 981k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 1015k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 1002k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 1001k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 1002k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 1012k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3978/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 392k

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540