Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Conclusion

Regards, hors champ et ombres portées

Claude Blanckaert

Texto completo

  • 1 Voir Corbey (Raymond), « Ethnographic Showcases, 1870-1930 », Cultural Anthropology, vol. 8, no 3, (...)

1Beaucoup de livres, de films, d’œuvres de fiction ont été consacrés à l’histoire, au mythe et à la poétique de la Vénus hottentote sans dissiper la part d’étrangeté d’une femme perdue et comme débordée par sa propre image. Repentir tardif de notre sensibilité victimaire ou discrédit d’une maxime fallacieuse — « voir c’est savoir » —, Sarah Baartman illustre aujourd’hui toute la duplicité du « musée vivant » dont Carl Hagenbeck se fit une spécialité rentable sous le masque savant. Ces « expositions anthropologico-zoologiques », telles qu’il les dénomma1, avaient en effet le pouvoir d’intégrer l’exotisme dans une mappemonde coloniale et un champ analytique unitaire. Toutefois, la fixation visuelle et taxinomique des prétendus « sauvages » n’équivalait pas à une reconnaissance. Loin s’en faut. Leur « tableau animé » creusait l’écart séparant les protagonistes, observateurs métropolitains d’un côté, interprètes d’une mauvaise pantomime en vis-à-vis. L’Occident et son Autre entraient en dissonance dans une même « cosmologie politique ».

  • 2 Fabian (Johannes), Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet [trad. par H (...)
  • 3 Letourneau (Charles), La psychologie ethnique, Paris : C. Reinwald-Schleicher Frères, 1901, p. 519.
  • 4 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, 3e éd., Paris : C. Reinwald & Cie, 1892 (...)
  • 5 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, Paris : Arthus Bertr (...)

2Par ailleurs, cette distribution rigide des rôles et des places éludait la question, cruciale pour des relations humaines égalitaires, de la coexistence temporelle entre « objet » et « sujet » de la connaissance. L’anthropologue Johannes Fabian a qualifié de « déni de co-temporalité » ce mouvement de relégation des « Naturels » dans la phylogenèse sans âge des peuples réputés « archaïques », « arriérés » ou « moléculaires », dégénérés par inertie ou simplement… imperfectibles2. Le schéma comparatiste convenait particulièrement à la « distanciation évolutionnaire » qui vouait les Hottentots au passif d’une préhistoire perpétuelle. En 1901, l’anthropologue Charles Letourneau les voyait encore s’éternisant dans un temps prétérit : « Ce que devait être au point de vue mental le premier anthropopithèque dégrossi, qui a pu mériter le nom d’homme, les plus humbles spécimens de l’humanité contemporaine, c’est-à-dire le Veddah de Ceylan, le Bochiman de l’Afrique australe, etc., nous en donnent une idée approximative »3. Oubliés de Dieu ou des cycles géologiques, ces « fossiles vivants » déchiraient opportunément la brume des origines. Sous le rapport de la « noblesse organique », expliquait le professeur, les races humaines sont dissemblables : « Les unes sont élues, les autres sont réprouvées »… Les peuples d’Afrique australe, prédateurs de la terre, étaient pris « en flagrant délit d’animalité »4. Parmi les ratés du progrès, leurs familles inclinaient spontanément à l’anarchie, à la « dissociation », dira Pierre Gratiolet, voire à la « haine » de toute contrainte sociale. La « sauvagerie », loin de représenter un état déficitaire ou une phase obligée de l’élévation humaine, exprimera alors une tendance congénitale, originale à sa manière, du mode d’existence des Bochimans et de la plupart des races « inférieures ». Quoique mises en contact avec la civilisation, elles aspiraient « vers leurs forêts ou leurs déserts » et végétaient ainsi dans l’isolement « depuis le commencement des siècles »5.

  • 6 Rousseau (Jean-Jacques), Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes (1 (...)
  • 7 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Influ (...)
  • 8 Fauvelle (François-Xavier), Le Hottentot ou l’homme-limite. Généalogie de la représentation des Kho (...)

3N’avait-on pas vu d’ailleurs, aux dires des voyageurs, nombre d’enfants, élevés à l’européenne, succomber bien vite à la « tyrannie de leurs instincts héréditaires » et prendre, à l’âge fait, la civilisation en dégoût ? Jean-Jacques Rousseau, déjà, rapportait le cas singulier d’un enfant hottentot éduqué, après capture, dans les principes de la sainte religion et les meilleurs usages qui repartit brusquement parmi les siens, vêtu d’une peau de brebis, à la grande déconvenue de son protecteur, le gouverneur du Cap Simon — ou son fils Willem Adriaan — Van der Stel. Rousseau en prenait prétexte pour railler les faux-semblants du luxe et des manières d’Europe6. À sa suite et sur le même exemple repris de la relation de Peter Kolbe (1675-1725), James Cowles Prichard incriminait plutôt l’aveugle attraction des souvenirs de la prime jeunesse7. En fait, l’apostasie et la « rechute » dans l’état barbare de Hottentots élevés dans la familiarité des Blancs, signe d’ingratitude, manifestait à bien des égards la perception européenne de l’échec des premières politiques d’assimilation et les revers d’un partenariat commercial escompté des marins avec les éleveurs indigènes. On trouve des relations comparables, nettement allégoriques, dès le xviie siècle. François-Xavier Fauvelle répertorie dans sa thèse nombre d’exemples identiques, pris d’événements réels réinterprétés ou extrapolés, qui fourniront bientôt une trame de référence, un trope littéraire et savant. « Les Khoikhoi furent rattrapés par leur image »8.

« Il retourne chez ses égaux »
L’adolescent hottentot éduqué repart brusquement parmi les siens. Frontispice de l’édition de 1755 du Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau.

À quoi pensent les naturalistes ?

  • 9 Pouchet (Georges), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 1, 1860, p. 436.
  • 10 Zaborowski (Sigismond), « Disparités et avenir des races humaines », Bulletins de la Société d’Anth (...)

4Cependant, le siècle dit « positif » s’en remettait plus conventionnellement aux leçons de la physiologie. L’« invincible sauvagerie » des Bochimans tenait surtout à des conditions organiques et à une « inégalité de race ». Pour peu, selon l’axiome que les caractère moraux fussent innés comme les caractères physiques, autant convenir avec Georges Pouchet qu’au moment de la puberté, et compte tenu d’une gradation sans hiatus entre les animaux « supérieurs » et les types « inférieurs » de l’humanité, « l’instinct de la brute, momentanément effacé par l’éducation, reprend alors le dessus »9. L’affirmation valait dorénavant pour tous les « peuples enfants » d’Amérique, d’Afrique ou d’Océanie et l’on oublia bien vite la parabole du Citoyen de Genève. Julien-Joseph Virey parlait, dans ses mots colorés, d’« ossification du cerveau », Letourneau renvoyait tous ces « bipèdes pithécoïdes » à leurs nids de broussailles. Évoquant par ouï-dire tant de fuyards qui prenaient à l’adolescence leur apprentissage en abomination, les plus prudents des anthropologues dénommeront ce curieux phénomène « évolution rétrograde » ou « développement récurrent », sans même questionner sa réalité. Il était donc admis qu’un « dressage soigné » de sauvages arrachés, dès l’âge tendre, à leurs forêts natales n’avait, sous ce vernis de civilisation, qu’un « effet fugitif ou nul »10.

  • 11 Touchard, « Quelques observations générales relatives au développement comparé de la face chez le b (...)
  • 12 Zaborowski (Sigismond), « Disparités et avenir des races humaines », op. cit., p. 640.
  • 13 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, op. cit., p. 68.

5Il n’en fallait pas plus pour imputer au « dualisme de l’espèce humaine »11 l’échec de ces essais persévérants, même si l’on concédait, exacte réplique du sort promis à la jeune Sarah Baartman, que les « Boërs et les autres fermiers avoisinant le territoire des Boschimans capturent de ces sauvages, hommes, femmes et enfants, par des moyens souvent inavouables, pour s’en faire des serviteurs »12. Le monde savant s’en persuadera avec Arthur de Gobineau ou Pierre Gratiolet : l’éducation de la race est une chimère philosophique, la perfectibilité si vantée depuis Condorcet n’est qu’un « sophisme dangereux »13. Les facultés dépendent des organes, ce qui peut s’entendre soit d’une grandeur et d’une conformation cérébrales avantageuses ou dirimantes, comme l’enseigne la phrénologie, soit d’une énergie rectrice comme le proposent ses adversaires. Dans les deux cas, la réversion d’un potentiel, observé tant chez l’animal captif (le grand singe en miroir…) que chez le sauvageon « mis en serre chaude » dans un environnement policé, suscitait l’étonnement. Son examen, pensait-on, ouvrait à la science de l’homme « une voie nouvelle et d’un puissant intérêt »… La psychologie comparée des peuples devait en tirer profit, dans une perspective coloniale assumée.

  • 14 Pauw (Cornélius de), Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour se (...)
  • 15 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, op. cit., p. 557.
  • 16 Volney (Constantin-François), Tableau du climat et du sol des États-Unis [1803], in Œuvres, Paris : (...)

6Vers 1810, au moment où Sarah Baartman arrive en Europe, l’idée d’un « mouvement de retour vers l’animalité » des adultes sauvages comblés des bienfaits de la civilisation n’a pas acquis la vraie densité d’un stéréotype. Elle laisse encore libre cours aux conjectures de l’imagination. Le premier tiers du siècle reste dans l’expectative. C’est une période charnière, contradictoire, marquée tantôt par l’incrédulité, tantôt par l’esprit de certitude irraisonnée. Dès 1770, le philosophe et géographe hollandais Cornélius de Pauw (1739-1799) conclut à une impulsion fatale qui éteint toute forme de pénétration chez les adolescents des nations indiennes des Amériques : « Vers la vingtieme année, la stupidité se développe tout d’un coup : alors le mal est fait : ils reculent au lieu d’avancer, & oublient tellement ce qu’ils avoient appris, qu’on est obligé de renoncer à leur éducation »14. Un siècle plus tard, il deviendra commun d’affirmer avec lui que les « sauvages », terme pris ici dans son universalité, s’abrutissent et finissent leur vie quand nous la commençons : « Le fruit hâtif avorte »15. Mais Cornélius de Pauw, auteur contesté, ne rallie pas si aisément les suffrages. Pour sa part, le voyageur et Idéologue Constantin-François Volney (1757-1820) renvoyait dos à dos les robinsonnades de Rousseau et les « paradoxes divergens » de Cornélius de Pauw. Volney profita de sa longue résidence aux États-Unis d’Amérique pour s’enquérir en 1798 auprès de l’Indien Miami Petite-Tortue, négociateur des affaires indigènes établi un temps à Philadelphie, des motifs qui poussaient tant de « sauvages » connaissant le monde civilisé à retrouver leurs habitudes natives. Or les raisons alléguées par son interlocuteur étaient toutes de nature sociale et contingente. Outre la nostalgie de l’indépendance acquise au plus jeune âge, Petite-Tortue soulignait les difficultés insurmontables du commerce avec les Blancs, sous les rapports du langage et des savoir-faire utiles, la privation des parents et amis, l’exil et la perte du crédit parmi ses compatriotes. Volney, pour le moins, n’avait nulle condescendance pour les premiers habitants des États-Unis. Il réprouvait leur « dépravation » et leur « anarchie », fruit — à son idée — des désordres causés dans leur état social antérieur par l’empiètement des colons et la violence des guerres. Mais il ne doutait pas de leur qualité d’hommes et de leur disposition générale à la civilisation. Pour les « apprivoiser », il importait seulement de les cueillir au nid et de les éduquer dès l’enfance afin de briser ces obstacles16.

7Beaucoup d’autres contrées d’Afrique ou d’Australie justifieront le même recul. En 1806, le célèbre naturaliste de Göttingen, Johann Friedrich Blumenbach, gagné à la cause des Noirs avec l’abbé Grégoire, relatait le destin singulier de Jac. Elisa Jo. Capitein, kidnappé à l’âge de huit ans, qui transita, via le trafic d’esclaves, jusqu’à Leyde où il apprit la théologie. Ordonné prêtre à Amsterdam, il disparut bientôt. Deux histoires coururent. Selon la première, il fut assassiné. Selon la seconde, il délaissa le froc pour retourner vivre parmi les siens, échangeant son bagage culturel d’emprunt pour leurs « superstitions ». Sans trancher sur le fond, Blumenbach verra dans la deuxième narration le pendant, et comme la confirmation, de celle du Hottentot patriote immortalisé par Rousseau au frontispice de son Discours sur les origines de l’inégalité (1755).

  • 17 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History (1ère éd. 1790 ; rééd. Part I [1806 (...)

8Au demeurant, suggérait Blumenbach, cet irrésistible appel des mœurs ancestrales devrait moins nous surprendre que le processus inverse d’ensauvagement d’Européens qui, de leur plein gré ou à la suite d’une capture de guerre, avaient adopté l’état de nature et ses attraits et perdu tout désir d’en changer : « Le lieutenant Paterson parle d’un Allemand qui s’était complètement converti au mode d’existence des hottentots, avait séjourné vingt années chez eux, entièrement intégré et considéré comme l’un des leurs »17.

9La versatilité des opinions entraîne de singuliers coups de théâtre. Georges Cuvier, par exemple, est persuadé que François Péron a puisé principalement sa description apocalyptique des « hordes » bochimanes dans les récits de Jan Willem Janssens (1762-1838), aristocrate et lieutenant-général hollandais devenu, après la paix d’Amiens, gouverneur général de la colonie du Cap de 1803 à 1806. Effectivement, Janssens était en poste quand l’expédition de feu le capitaine Baudin fit relâche dans la baie de la Table en janvier 1804. Au témoignage de Louis Freycinet — l’un des commandants de vaisseau qui achèvera la publication posthume du Voyage aux terres australes de Péron en 1816 —, Janssens les accueillit fort civilement et favorisa les recherches scientifiques qui paraissaient aux officiers et savants du bord dignes d’intérêt. Néanmoins, François Péron ne cite pas même leur hôte parmi ses informateurs du Cap et c’est en réalité Freycinet qui recueille puis publie ses observations, totalement opposées à la « légende noire » des Bochimans imposée dans le Mémoire de Péron et Lesueur lu à l’Institut de France en 1805. Les eût-il connues, ce qui est vraisemblable, Péron aurait dû se rétracter. Cuvier, à son tour, les passera sous silence en 1817.

10Le rapprochement des récits, à l’heure de l’examen de Sarah Baartman, est pourtant instructif. Celui de Janssens, communiqué semble-t-il à Freycinet peu de temps après son retour à La Haye en juin 1806, contredit abruptement les verdicts sans appel prononcés à l’endroit de ces Pygmées cruels. Lors d’une campagne de pacification, en effet, Janssens a fait une incursion dans le « pays des Boschismans », vivant « pour ainsi dire, au milieu d’eux » des semaines durant et confirmant les détails de leur anatomie. Mais Janssens, fin politique, se préoccupe davantage des conflits de voisinage entre ces familles errantes et les propriétaires blancs ou cafres qui, redoutant leur maraude, les traitent « plutôt comme des bêtes féroces que comme des hommes ». Janssens n’en est pas ébranlé. Pour lui, les Bochimans ne sont pas des « sous-hommes », selon la fantasmagorie ambiante. Fût-elle admise, la « férocité » qui fait le fond de leur caractère « ne dépend pas d’une organisation particulière ». Il faut y voir la conséquence de la misère et « des mauvais traitements qu’ils reçoivent des peuples moins éloignés qu’eux de la civilisation ». Que valent alors les allégations de ceux qui les chassent comme bêtes fauves, enlèvent les enfants pour garder leurs troupeaux et en viennent malgré cela à prétendre « que jamais, même quand ils sont élevés chez eux, ils ne peuvent leur faire perdre leurs premières inclinations vagabondes » ? Janssens est direct. Administrateur éclairé, il veut réprimer les abus, rétablir la concorde aux marches de la colonie. Il fait peu de doute pour lui, subtile dialectique, que le comportement des fugitifs tient au peu de soin que les colons prennent d’eux, « ou, plus exactement, à un défaut absolu d’éducation ». C’est une condamnation sans fard des rumeurs coloniales, laquelle n’attire d’ailleurs aucun commentaire désobligeant de la part de Freycinet. La sentence de Janssens a pour elle l’autorité de l’expérience et l’autorité tout court d’un haut fonctionnaire de l’État qui deviendra secrétaire général du Département de la guerre du nouveau royaume de Hollande sous tutelle napoléonienne. En parité de vue avec Volney, Janssens croyait enfin pouvoir fixer à demeure ces coureurs du désert « par un régime de douceur et de justice ». Nul n’était par nature réfractaire à la civilisation. Comme le précise Freycinet,

  • 18 Freycinet (Louis), in Péron (François), Voyage de découverte aux terres australes exécuté par les c (...)

un fait qui vient à l’appui de cette idée, c’est que, s’étant procuré un jeune Boschisman, et l’ayant gardé pendant deux ans et demi chez lui au Cap de Bonne-Espérance, M. de Janssens parvint à l’apprivoiser parfaitement. Ce jeune sauvage, auquel on donna le nom de Flamengo, avoit un très-bon naturel, et paroissoit susceptible du plus grand attachement, sans aucune inclination vicieuse : doué d’une intelligence assez remarquable, il parvint à apprendre avec facilité la langue Hollandoise, et même un peu d’anglois18.

Camp de Pampoen-Kraal
Campement hottentot. Gravure extraite de François Levaillant, Voyage de Monsieur Levaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne-Espérance… (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 19 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History, op. cit., pp. 293-294, 340.

11C’était la contre-épreuve des tentatives infructueuses menées, ici ou là, et notamment par son prédécesseur Van der Stel. Le vocabulaire, choquant pour nous, de la domestication ne doit pas faire illusion. Nous l’interprétons spontanément dans une perspective zootechnique dégradante. Cependant, au même moment, Blumenbach écrivait que l’homme, sans état de nature assignable et destiné par la providence à se hisser par ses efforts à la plus haute condition, était « le plus parfait des animaux domestiques » et doué, comme eux, d’une même élasticité de variation proportionnelle19.

  • 20 L’image est d’Émile Littré. Voir Jéhan [de Saint-Clavien] (Louis-François), art. « Hérédité », Dict (...)
  • 21 Comte (Auguste), Leçons sur la sociologie. Cours de philosophie positive. Leçons 47 à 51, Paris : F (...)
  • 22 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Lo (...)

12Les qualités soulignées de Flamengo infirmaient la thèse vulgaire selon laquelle les jeunes sauvages « se prêtent mal au joug de la civilisation » ou qu’ils « n’en prennent que les dehors ». Sous ce rapport, Janssens l’indique, le jeune sauvage ne peut se comparer au loup ou au renard enlevés au terrier qui, « à peine maîtres d’eux-mêmes » vont s’en retourner courir la campagne20. L’aptitude à la culture de l’esprit est sauve, ce qui constitue, n’en déplaise à Auguste Comte, une expérience cruciale dotée d’une « vraie valeur scientifique »21. Et le destin, fort méconnu, de Flamengo est lié à la Vénus hottentote, en ce sens que Cuvier l’observa à Paris en 1807, vraisemblablement accompagné par le général hollandais qui expliquera à cette occasion que l’enfant, âgé de dix ans environ en 1804, lui fut confié par son père dans des temps de disette. Flamengo abordait donc l’adolescence quand Cuvier l’examina. L’anatomiste parisien songea-t-il, à sa vue, au domestique noir diligent et instruit dont il vantait les services dans sa correspondance de décembre 1790 à son ami Christian Heinrich Pfaff ? Rien n’est moins sûr. Son allusion est d’une retenue presque stupide, faute de liaison ou d’empathie : « Nous avons vu cet enfant à Paris en 1807. Il étoit d’une très-petite taille pour son âge, et autant que nous pouvons nous le rappeler, il ressembloit à beaucoup d’égards à la femme qui fait le sujet de nos observations actuelles »22.

13Cette froideur d’examen sacrifie au postulat réaliste des « rapports » du physique et du moral dont Cuvier, bon lecteur de Pauw et Petrus Camper, fait grand cas depuis vingt ans pour estimer, chez l’homme comme chez l’animal, la part que prend la combinaison des organes dans l’expression de l’intelligence.

  • 23 Cuvier (Georges), Le règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histo (...)
  • 24 Ibid., p. 7.

14Des Leçons d’anatomie comparée de l’an VIII jusqu’au Règne animal de 1817, sa conviction s’affirme : les peuplades d’Afrique à crâne comprimé et au nez écrasé, victimes de l’hérédité, « sont toujours restées barbares »23. Selon lui, leurs facultés de l’âme s’atrophient et, pour plagier le poète Mallarmé, telles qu’en elles-mêmes enfin l’éternité les fige. La comparaison des hommes entre eux ou avec l’ensemble des Quadrumanes, dont les espèces « s’éloignent de notre forme par degrés », avait une portée fondamentale. Elle est clairement exposée par Cuvier en 1817 : « Ces corps divers sont des espèces d’expériences toutes préparées par la nature, qui ajoute ou retranche à chacun d’eux différentes parties, comme nous pourrions désirer de le faire dans nos laboratoires, et nous montre elle-même les résultats de ces additions ou de ces retranchemens »24.

15« Prodige » à sa manière, Sarah Baartman amplifiait, au-delà du prévisible, le coefficient d’adversité des anatomies. On voulait donc qu’elle vérifiât empiriquement la valeur d’un modèle prédictif élaboré dans le huis clos du laboratoire. Sans doute espérait-on, à son investigation, découvrir les conditions physiologiques de la perfectibilité humaine. Des tréfonds du crâne jusqu’aux entrailles, tout se joue désormais à la couture du corps et de l’esprit. Telle est l’hypothèse de Cuvier et Virey, mais aussi bien des Idéologues Pierre-Jean-Georges Cabanis ou Antoine-Louis-Claude Destutt de Tracy. Dans une « Notice sur la Vénus hottentotte » publiée en 1819, paraphrase « du bel ouvrage de M. Cuvier », son disciple Pierre Flourens convenait de l’imperfection présente de la science de l’homme. Mais les réflexions de Cuvier, ajoutait-il en conclusion,

  • 25 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des (...)

font surtout pressentir l’influence qu’aura sur la distinction rationnelle des races l’étude approfondie des caractères intellectuels. On peut voir dans le tableau des races humaines tracé par M. Cuvier comment chacune d’elles, et même chacun de leurs rameaux, a suivi constamment une série distincte d’idées : on sait d’ailleurs quelles lumières précieuses la mesure de l’intelligence a déjà fournies pour la distribution de plusieurs genres de mammifères.
L’histoire du genre humain, faite dans un pareil esprit, établirait définitivement les rapports réels du moral et du physique, en leur assignant une source commune. On n’a, effectivement, la connaissance complète d’un animal qu’autant qu’on embrasse à la fois toutes les modifications de son être, et c’est dans ce sens qu’un métaphysicien illustre [i. e. Destutt de Tracy] a été fondé à dire que l’idéologie n’est qu’une partie de la zoologie25.

Le filtre des perceptions

  • 26 On peut voir ce placard reproduit dans le film documentaire de Maseko (Zola), On l’appelait la Vénu (...)
  • 27 Snoep (Nanette Jacomijn), « Sauvages images », in Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles) & Snoep (Nan (...)

16Du fait de ces jugements d’aptitude antinomiques, la Vénus hottentote s’offrait en observatoire sollicité. Hormis les traits physiques qui la distinguaient au premier regard, elle était adulte, baptisée et polyglotte. Minorée tardivement, son intelligence n’inspirait nul soupçon et, quelle qu’en soit la source, une publicité parisienne annonçait à son arrivée à Paris, en septembre 1814, que « loin d’être morose comme les personnes de sa nation, elle est affable et a des manières très engageantes »26. Ainsi, rapprochée du singe par certains aspects, elle s’en éloignait frontalement par son comportement. À sa rencontre, l’Europe a véritablement oscillé entre dédain, perplexité et stupéfaction. Selon le code tératologique, la polarisation, bien réelle, sur l’exagération du « tablier » ou l’épanchement des masses graisseuses des cuisses et des fesses, augurait d’autres disgrâces. On voudrait aujourd’hui qu’elle fût, d’emblée, « le monstre par excellence » ou le « symbole de la fascination que la “femme sauvage” a exercée sur les Occidentaux »27. Cependant, Sarah Baartman protestait à sa manière contre pareille affiliation. Elle protestait par ses manières, son urbanité, sa gaieté, son jeu de guimbarde, sa vive mémoire des lieux et des personnes, tous indices notés par Cuvier. En sorte, l’anomalie n’est pas le fait d’un corps éloquent, au sens physiognomonique du terme, mais d’une esthétique qui rudoie les grâces indéniables de l’esprit, qui n’exprime pas les nuances de l’intériorité, qui désavoue l’accord attendu des parties d’une totalité. L’épaisseur de l’enveloppe opprime les actions de l’âme comme les inclinations de la sensibilité. C’est ce dédoublement du corps et de l’âme, ou cette disharmonie contraire à la doctrine acceptée des « rapports » du physique et du moral, qui entretient le trouble. De même, l’opiniâtreté revêche des « sauvages » déconcertait les plus philanthropes. Mais Sarah Baartman, censée les résumer tous, n’était pas frappée d’abrutissement. Rapprochée à nouveau du protégé de Janssens par le monogéniste Gerardus Vrolik en 1826, elle tenait la dragée haute à ses détracteurs :

  • 28 Vrolik (Gerardus), Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amste (...)

Les voyageurs qui ont exploré, avec le plus de soin, l’état naturel de l’intérieur du sud de l’Afrique, et même les habitans de la ville du Cap, n’ont pas osé décider jusqu’ici, si le vagabondage qui exclut tout lien de société, doit être considéré comme la cause première et principale de l’animalité et de l’humeur sauvage dont on dépeint cette race, et, si les Hottentots ne sont pas originairement des Boschismans qui se sont rassemblés en hordes et ont, par là, fait un premier pas dans la civilisation.
Les Boschismans, en effet, placés sous des circonstances heureuses, sont susceptibles d’un certain degré de civilisation. Un garçon de dix ans que le général Janssens avait pris sous sa protection et emmené en Hollande, en sert de preuve ; je l’ai vu à Amsterdam ; il avait alors atteint sa treizième année ; et je fus témoin du développement que ses facultés intellectuelles commençaient à prendre. La femme Boschismanne qu’on a montrée aux curieux à Paris, sous le nom de Vénus Hottentote, et qui y a vécu pendant 18 mois, n’était pas, non plus, dépourvue de toute culture28.

  • 29 Corbey (Raymond), « Ethnographic Showcases, 1870-1930 », op. cit., p. 354.
  • 30 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle : rése (...)
  • 31 Pauw (Cornélius de), Recherches philosophiques sur les Américains…, op. cit., t. I, p. 118.

17L’attention qu’on lui manifesta bien après sa revue foraine et son décès démontrerait, si nécessaire, qu’elle excitait toutes les contrariétés. En ce sens, « ce qui était monstrueux ou exotique était souvent aussi intéressant d’un point de vue scientifique que choquant ou merveilleux pour le grand public »29. En fut-elle, pour cela, la « marionnette des naturalistes »30 ? La formule, là encore, est exclusive. Certes, la Vénus hottentote fut suspendue entre deux mondes et paraîtra, sous leur plume acide, s’enrouler sur un axe joignant l’humain à l’animal. Néanmoins, on chercherait vainement, dans ces écrits datés, le point de bascule où la « science » rigoureuse verse dans l’idéologie. Simplement, cette science surdéterminée dans ses questionnements n’est pas la nôtre. Antoine Desmoulins qui défend l’honneur des Hottentots, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent qui les disqualifie avec le même aplomb, ne sont pas nos contemporains. Ils attestent la franche compossibilité des contraires dans un même système de représentations. Il y aurait beaucoup d’hypocrisie, et plus encore d’anachronisme, à indexer les meilleurs savants du siècle sur des critères éthiques ignorés de leur temps, à les départager en oubliant à dessein que tel réhabilite les Bochimans qui peut, à quelques paragraphes de distance, vouer les Fuégiens ou les Insulaires du Pacifique aux gémonies. Contempteur des Américains, tant natifs que créoles, Cornélius de Pauw loue de cette façon la générosité des Hollandais qui, à force de « douceur » et de doigté, ont su gagner la confiance puis « apprivoiser » les Hottentots du Cap, « d’abord très-farouches, & devenus ensuite très-officieux »31. Ces derniers sont donc a priori exemptés de la métamorphose régressive qui affecte les sauvages adultes des antipodes. Semblables préjugés ressortissent à l’équation personnelle — et ici nationale — de l’auteur. Ils n’indiquent rien de l’ordinaire des mentalités.

  • 32 Broca (Paul), « Sur les crânes de la caverne de l’Homme-Mort (Lozère) », Revue d’Anthropologie, t.  (...)

18Le jeu convenu aujourd’hui des citations accablantes, à son tour, révèle son défaut et ses… partialités. Paul Broca nous en livre encore une autre version. On sait, dit-il, que les Hottentots ont « le cerveau plus simple que le nôtre, et que cette pauvreté relative de leurs circonvolutions se montre principalement sur leurs lobes frontaux ». Pourtant, Pierre Gratiolet a fait justice de la supposée idiotie de la Vénus hottentote et il n’existe donc pas, contrairement à ce qu’annonçait la loi cuviériste de corrélation des organes et des talents, de solidarité indiscutable entre la capacité de l’encéphale et sa « valeur »32. Broca, ceci dit, ne sombre pas dans le relativisme. Car il y a, pour lui, sauvage et sauvage et des hommes moins hommes. Les races d’Australie ou de Tasmanie paraissent, sous ce rapport fonctionnel, « inférieures à toutes les autres » :

  • 33 Broca (Paul), « Recherches sur l’hybridité animale en général et sur l’hybridité humaine en particu (...)

Celle des Hottentots, qu’on a longtemps placée au dernier degré de l’échelle, leur est notablement supérieure. Les Hottentots, quoique très-réfractaires à la civilisation, ont montré du moins quelque peu de perfectibilité, tandis que les Australiens sont des sauvages absolument incorrigibles. Les Anglais ont fait pour les instruire et les policer les tentatives les plus persévérantes, les mieux dirigées — et les plus inutiles. N’ayant pu réussir sur les adultes, ils ont pris les enfants en bas âge, ils les ont élevés dans les orphelinats avec des enfants européens ; ils ont pu ainsi leur apprendre à marmotter quelques prières, à lire et à écrire ; mais en approchant de l’âge de la puberté, les jeunes élèves retombaient sous le joug de leurs instincts sauvages, et ces civilisés d’un jour s’échappaient dans les bois pour y vivre comme leurs parents, qu’ils n’avaient jamais connus33.

  • 34 Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860, pp. 370-377.

19Convaincu, dès 1860, que les différences d’aptitude à la vie civilisée offrent une grille de classement des races fixe et graduée, Broca voudra ainsi distinguer les peuples qui ont l’initiative du progrès, ou dont la perfectibilité procède de l’imitation, de la persuasion ou de la force, des nations entières qui ne comprennent pas les notions sociales d’ordre, de calcul ou de persévérance. Celles-ci restent à l’état sauvage34. Voilà le plan de clivage. Cette combinatoire lourde de présupposés ne favorisait pas vraiment les Hottentots, placés au point médian et comme préposés à la surveillance des frontières symboliques divisant l’humanité. C’est néanmoins l’une des clés de compréhension de l’ontologie propre des Pygmées africains qui, de sauvages indomptables, basculent incessamment dans l’univers — cette fois positif — des « primitifs » de la civilisation.

20En définitive, et à l’échelle des deux siècles passés, la vie publique de la « Vénus bochimane », prise pour archétype de sa nation, s’inscrit si l’on veut dans une histoire « à dominante ». La péjoration est indéniable. Pour restituer la nature processuelle de ses appropriations, force est pourtant de renoncer à la familiarité des stéréotypes pour revenir aux termes précis des débats d’actualité qui partagent le monde savant. Appelée tour à tour à justifier l’évangélisation des Hottentots ou les réquisits des démonstrations anatomiques, le poids des atavismes, la doctrine transformiste du « chaînon manquant » et celle, adverse, du Règne humain, contrevenant à toutes les étiquettes qui la chosifieraient en « preuve » des théories en vogue, elle devenait actrice d’un drame cosmique. « Sauvage », « monstre », « survivance » et tous les superlatifs imagés qui se répandent dans la littérature ancienne et récente n’ont pas de sens obvie. Il nous faut donc, comme les auteurs de ce volume le démontrent, penser par contextes et non par antinomies. Tous ces termes sont relationnels, hétéronormés, conjuratoires. Le destin de Sarah Baartman transcende son histoire sans se réduire aux idées accrues.

Détournement de sens

  • 35 La sculpture ethnographique. De la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, Paris : Éditions de la (...)

21Quand s’achève, au milieu des années 1970, le long périple du squelette et du corps, changé en statue de sel, de Sarah Baartman dans les galeries du Jardin des plantes puis du Musée de l’homme de Paris, son moulage mortuaire refait surface, vingt ans plus tard, dans une exposition temporaire du Musée d’Orsay consacrée à « La sculpture ethnographique » ! Le catalogue rédigé pour cette occasion rappelle que la Vénus fut offerte à la « risée du public » de son vivant, avant de faire partie, soit comme femme africaine « type », soit comme réincarnation des Vénus aurignaciennes, de « l’inconscient collectif des générations d’enfants » qui collaient leur nez à sa vitrine. Curieusement, ni le texte ni la légende du dossier n’en précisent la réalisation post-mortem. Saugrenu à son sujet, le concept de « sculpture » n’est pas même questionné. L’empreinte de la défunte est qualifiée sobrement de « plâtre peint », version en trois dimensions, pourrait-on dire, des vélins commandés par les professeurs en mars 181535. Cette omission surprend comme sa présentation surprit, de fait, les moins avertis des visiteurs. Si la théâtralité d’un corps nu fait « œuvre » et peut prévaloir sur l’élément pédagogique — et ici savant —, il faut aussi convenir que le devenir-sculpture de la Vénus hottentote s’amorce, dès l’origine, avec son moulage. La forme occulte le fond.

22Et l’on pourrait utilement rapprocher cette stylisation involontaire, prise « d’après nature » et dans le cas présent à « fleur de peau », des cinquante-et-un bustes d’Océaniens aux yeux clos ramenés de la circumnavigation de Dumont d’Urville (1837-1840) par le phrénologue Pierre-Marie-Alexandre Dumoutier, modelés directement sous un masque de plâtre et coloriés. « Ainsi reproduits », s’exclamait enthousiaste Étienne Serres en 1841, « ce sont en quelque sorte les Océaniens en personne » ! Scellant du même coup le destin de Sarah Baartman dans son linceul de plâtre peint, le professeur du Muséum ajoutait que cette collection faisait entrer l’histoire naturelle des races dans une voie prometteuse :

  • 36 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)

Car, au lieu d’aller à la recherche des peuples, ce qui est impossible à un seul homme, ce seront les peuples qui, à certains égards, viendront eux-mêmes à la rencontre de l’observateur, du philosophe, de l’historien et du physiologiste. L’anthropologie deviendra, de cette manière, une science d’observation comme la zoologie36.

  • 37 Janin (Jules), « Le Jardin des plantes », introduction, in Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes. (...)
  • 38 Citation in Barthe (Christine), « Les Omaha de Bonaparte. Exemples de photographie scientifique et (...)
  • 39 Lascault (Gilbert), Écrits timides sur le visible, Paris, UGE 10/18, 1979, p. 107.

23Quelques-uns de ces bustes océaniens, trahissant selon un commentateur du temps « les passions brutales du sauvage hébété »37 et déclarés, peu après, sans physionomie, « inertes, sans vie et sans âme »38, rejoindront l’exposition du Musée d’Orsay aux côtés de la Vénus. L’art, déchet de la science ? Relégués comme elle depuis longtemps dans les magasins du Musée de l’Homme, ils trouvent par cette circonstance trompeuse une éphémère actualité. Preuve s’il en faut que l’art contemporain ne couronne jamais d’autre énigme que celle de la visibilité « brute » et que, concernant la souveraineté du regard, « l’Occident ne cesse de se répéter ; il semble ne pas ressentir l’ennui qu’engendre son obstination »39.

  • 40 Cité in Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus. A Ghost Story and (...)
  • 41 Lascault (Gilbert), Écrits timides sur le visible, op. cit., p. 208.

24Haussée désormais au rang d’« icône », célébrée, magnifiée et niée en même temps dans la nuit des « Tombeaux » qui lui sont érigés, Sarah Baartman peine à s’évader de ce corps pétrifié, muet, dont toutes les apparences égarent le sémiologue. Elle ne parle pas, on la nappe de discours. À force de symboles (la femme, la sexualité, l’oppression des Noirs et l’émancipation), elle n’a plus même de visage propre. Les récits s’accumulent, vrais ou faux, se neutralisent. « Nous sommes cruels dans nos plaisirs », écrivait à son propos un journaliste parisien en 181540. Peut-être le sommes-nous restés. Par le collage, la statuaire, l’image de synthèse, l’esthétique de masse, la Vénus hottentote évolue sensiblement, s’invente et se réinvente en fonction de sa valeur d’échange. En France, aux États-Unis, sa récupération culturelle et critique participe dorénavant d’un ostentatoire théâtre de consommation où, selon la formule générale de l’esthéticien Gilbert Lascaux qui s’applique si bien à la représentation déréalisée, parfois morcelée, de la « belle Vénus », « le corps féminin s’exhibe dans la distance, s’expose pour ne pas être aimé »41. L’intelligence évincée par tant de confusion, le monde de l’art institutionnalise par tous ses supports le macabre moulage comme une forme abstraite, et bonne à contempler, de création plastique. Aujourd’hui encore, tout ensemble chef-d’œuvre, héroïne et vedette, la Vénus hottentote opère sous nos yeux une nouvelle mue spectaculaire, par-delà cette fois barnum et muséum.

Sartjee, la Vénus hottentote
Gravure anglaise, à l’eau forte, extraite de la collection de Vinck. © Bibliothèque nationale de France.

Notas

1 Voir Corbey (Raymond), « Ethnographic Showcases, 1870-1930 », Cultural Anthropology, vol. 8, no 3, 1993, p. 354.

2 Fabian (Johannes), Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet [trad. par Henry-Bossoney Estelle & Müller Bernard], Toulouse : Anacharsis Éditions, 2006, 313 p.

3 Letourneau (Charles), La psychologie ethnique, Paris : C. Reinwald-Schleicher Frères, 1901, p. 519.

4 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, 3e éd., Paris : C. Reinwald & Cie, 1892, pp. 3 et 28.

5 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, Paris : Arthus Bertrand, s. d. [1854], pp. 68-69.

6 Rousseau (Jean-Jacques), Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes (1755), in Œuvres complètes [sous la dir. de Gagnebin Bernard & Raymond Marcel], Paris : Gallimard, t. III, 1964, pp. 220-221, note XVI.

7 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Influence of Physical and Moral Agencies on the Different Tribes of the Human Family, 3e éd., Londres : Hippolyte Baillière, 1848, pp. 519-520.

8 Fauvelle (François-Xavier), Le Hottentot ou l’homme-limite. Généalogie de la représentation des Khoisan en Occident xve-xixe siècle, thèse de doctorat, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 1999, pp. 206-216, 250-251, 307-308, 377, 411-412, 434, 559, 564.

9 Pouchet (Georges), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 1, 1860, p. 436.

10 Zaborowski (Sigismond), « Disparités et avenir des races humaines », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 4e série, t. 3, 1892, pp. 637 et suiv.

11 Touchard, « Quelques observations générales relatives au développement comparé de la face chez le blanc et chez le nègre », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. 1, 1866, p. 520.

12 Zaborowski (Sigismond), « Disparités et avenir des races humaines », op. cit., p. 640.

13 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, op. cit., p. 68.

14 Pauw (Cornélius de), Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’Histoire de l’Espèce Humaine, Londres : [s. n.], 1770, t. II, pp. 156 et suiv.

15 Letourneau (Charles), La sociologie d’après l’ethnographie, op. cit., p. 557.

16 Volney (Constantin-François), Tableau du climat et du sol des États-Unis [1803], in Œuvres, Paris : Fayard, 1989, t. II, pp. 349 et suiv. ; voir Izard (Michel), « L’Indien de Volney », Gradhiva, no 8, 1990, pp 17-19.

17 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History (1ère éd. 1790 ; rééd. Part I [1806] et Part II [1811]), in The Anthropological Treatises of Johann Friedrich Blumenbach [éd. par Bendyshe Thomas], Londres : Longman, Green, Longman, Roberts & Green, 1865, pp. 311-312 ; cit. p. 312, note 2.

18 Freycinet (Louis), in Péron (François), Voyage de découverte aux terres australes exécuté par les corvettes Le Géographe, le Naturaliste et la Goëlette Le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803, 1804. Historique, Paris : Imprimerie royale, t. II, 1816, pp. 308-311.

19 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History, op. cit., pp. 293-294, 340.

20 L’image est d’Émile Littré. Voir Jéhan [de Saint-Clavien] (Louis-François), art. « Hérédité », Dictionnaire d’Anthropologie, ou Histoire naturelle de l’homme et des races humaines, Petit-Montrouge : J.-P. Migne Éd., 1853, col. 684.

21 Comte (Auguste), Leçons sur la sociologie. Cours de philosophie positive. Leçons 47 à 51, Paris : Flammarion, 1995, p. 137, note.

22 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, t. III, 1817, p. 262.

23 Cuvier (Georges), Le règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée, Paris : Deterville, 1817, t. 1, p. 95.

24 Ibid., p. 7.

25 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des sciences médicales, Paris : C.L.F. Panckoucke, 1819, t. IV, p. 149. Cf. Blanckaert (Claude), « L’idéologie dans la zoologie. Lamarck et les naturalistes », in Angelis (Simone de), Gelzer (Florian) & Gisi (Lucas Marco) (sous la dir.), « Natur », Naturrecht und Geschichte. Aspekte eines fundamentalen Begründungsdiskurses der Neuzeit (1600-1900), Heidelberg : Universitätsverlag Winter, 2010, pp. 139-184.

26 On peut voir ce placard reproduit dans le film documentaire de Maseko (Zola), On l’appelait la Vénus hottentote, rééd. DVD, Paris : L’Harmattan-Les films d’un jour, 2009.

27 Snoep (Nanette Jacomijn), « Sauvages images », in Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles) & Snoep (Nanette Jacomijn) (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, Arles : Actes Sud ; Paris : Musée du quai Branly, 2011, p. 120.

28 Vrolik (Gerardus), Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amsterdam : J. Van der Hey & fils, 1826, p. 15.

29 Corbey (Raymond), « Ethnographic Showcases, 1870-1930 », op. cit., p. 354.

30 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle : réseaux scientifiques et construction des savoirs au siècle de Darwin et de Barnum », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nelle série, t. XI, no 3-4, 1999, p. 426.

31 Pauw (Cornélius de), Recherches philosophiques sur les Américains…, op. cit., t. I, p. 118.

32 Broca (Paul), « Sur les crânes de la caverne de l’Homme-Mort (Lozère) », Revue d’Anthropologie, t. II, 1873, pp. 37 et 39.

33 Broca (Paul), « Recherches sur l’hybridité animale en général et sur l’hybridité humaine en particulier considérées dans leurs rapports avec la question de la pluralité des espèces humaines » (1858-1860), in Broca (Paul), Mémoires d’Anthropologie, Paris : Reinwald, 1877, t. III, p. 539.

34 Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860, pp. 370-377.

35 La sculpture ethnographique. De la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, Paris : Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1994, 78 p. Dans ce catalogue, voir le commentaire de Roquebert (Anne), « La sculpture ethnographique au xixe siècle, objet de mission ou œuvre de musée ? », pp. 5-32 (en part. pp. 9-10) ; et le moulage du corps nu de la Vénus, p. 4.

36 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée. Première partie – Anthropologie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, t. XIII, no 13, 1841, p. 650.

37 Janin (Jules), « Le Jardin des plantes », introduction, in Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes. Description et mœurs des mammifères de la ménagerie et du Muséum d’histoire naturelle, Paris : J.-J. Dubochet & Cie, 1842, p. XLI.

38 Citation in Barthe (Christine), « Les Omaha de Bonaparte. Exemples de photographie scientifique et de représentations iconographiques », in Coutancier (Benoît) (sous la dir.), « Peaux-rouges ». Autour de la collection anthropologique du prince Roland Bonaparte, Thonon-les-Bains : Éditions de l’Albaron-Photothèque du Musée de l’homme, 1992, p. 66.

39 Lascault (Gilbert), Écrits timides sur le visible, Paris, UGE 10/18, 1979, p. 107.

40 Cité in Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus. A Ghost Story and a Biography, Princeton-Oxford : Princeton University Press, 2009, p. 129.

41 Lascault (Gilbert), Écrits timides sur le visible, op. cit., p. 208.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3975/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 576k
Leyenda « Il retourne chez ses égaux »L’adolescent hottentot éduqué repart brusquement parmi les siens. Frontispice de l’édition de 1755 du Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3975/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 656k
Leyenda Camp de Pampoen-KraalCampement hottentot. Gravure extraite de François Levaillant, Voyage de Monsieur Levaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne-Espérance… (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3975/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 4,3M
Leyenda Sartjee, la Vénus hottentoteGravure anglaise, à l’eau forte, extraite de la collection de Vinck. © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3975/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540