Version classiqueVersion mobile

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Du patrimoine au politique

Les huit éléments du corps de Saartjie Baartman

Entre perspectives et interrogations1

Christelle Patin

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Véronique Laborde du laboratoire d’anthropologie du Muséum et Marc Her (...)

Les huit éléments. Pièces à transférer au laboratoire d’Anthropologie, archives du MNHN, PV du 11 mars 1879, AM 35. © Bibliothèque centrale, MNHN.

1La trame principale du destin post-mortem des parties corporelles de Saartjie Baartman, qui fut abordée tant d’un point de vue scientifique, muséal que social, semble être pleinement dessinée. Pourtant, la découverte en décembre 2012 d’un document inédit ouvre de nouvelles perspectives et interrogations.

  • 2 Le livre des entrées dans les collections anthropologiques mentionne, à la date du 25 mars 1879, n (...)

2À la date du 26 février 1879, Eugène Desmarest (1816-1889), préparateur puis gardien de la galerie d’anatomie comparée du Muséum, réalise une liste de dix-neuf pièces anatomiques humaines devant être transférées au sein de la collection anthropologique. Parmi celles-ci, apparaissent les deux pièces molles, cerveau et partie urogénitale, qui ont été restituées à l’Afrique du Sud et inhumées en 2002. Mais, contrairement à ce que l’histoire contemporaine s’est toujours bornée, la liste s’ouvre sur six autres éléments corporels de l’hottentote, les yeux, viscères, cœur, masse graisseuse des fesses et seins, conservés dans l’alcool2. La dissection, réalisée en janvier 1816 par Georges Cuvier et son aide-naturaliste, le docteur Emmanuel Rousseau (1788-1868), a bien été complète.

  • 3 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, Paris  (...)
  • 4 Ibid.

3Ce complément d’information, bien que très prévisible pour l’historien des sciences, remet en cause les nombreux écrits de l’historiographie contemporaine, focalisés essentiellement sur les organes génitaux de la « Vénus hottentote ». Par ailleurs, il introduit un décentrement qui donne un véritable sens à la dissection et la replace dans le cadre usuel des modes opératoires de l’anatomie comparée. Après leur prélèvement, les huit pièces anatomiques « molles » ont été conservées dans des bocaux. Une lecture attentive de l’inventaire réalisé par Desmarest et Paul Gervais (1816-1879), professeur de la chaire d’anatomie comparée entre 1868 et 1879, après Étienne Serres, fait apparaître ces éléments, leurs numéros d’inventaire et leur localisation. Tous sont distribués en fonction de leur appartenance aux divers systèmes anatomiques. À titre d’exemple, les viscères de Saartjie Baartman, numérotés VIII-7, se trouvent dans la salle VIII. D’après l’ouvrage de Deleuze qui décrit cette galerie en 1823 : « La VIIIe salle contient des préparations de viscères en général, et spécialement de ceux qui exécutent les fonctions de la digestion. Au milieu, sous deux grandes cages vitrées, on voit d’un côté la figure en cire d’un enfant d’environ douze ans, qui présente la poitrine et l’abdomen ouverts, pour montrer en situation les viscères qui y sont renfermés ; de l’autre l’anatomie de la poule, exécutée en cire3. » La première armoire contient les viscères humains, ainsi que ceux des primates, puis des mammifères. Le cœur de Saartjie Baartman, no IX-637, se trouve dans la salle IX. Elle est « consacrée aux organes de la circulation et à ceux des différentes sécrétions. On y voit une série de cœurs de mammifères, de reptiles et de poissons, quelques injections, un très grand nombre de préparations de langues et de larynx, des glandes de diverses parties du corps ; des vessies natatoires ; enfin les organes de la génération, et de belles préparations qui font connaître le développement du fœtus dans les animaux ovipares et vivipares4 ». Les organes génitaux ainsi que les seins de Saartjie Baartman se trouvaient aussi dans cette salle. Ensuite, la galerie connut quelques modifications avec l’extension des collections mais le mode de classification par systèmes anatomiques et fonctionnels, réalisé initialement par Cuvier, demeura. Ce point éclaire les incertitudes de l’historiographie contemporaine au sujet de l’exposition des organes. Ils ont effectivement été présentés dans la galerie publique d’anatomie comparée jusqu’en 1879, au sein d’une multitude de pièces humaines et animales. L’organisation à l’intérieur des vitrines respectait alors la hiérarchie classificatoire des êtres supérieurs et inférieurs. La « Vénus hottentote » se trouvait incluse dans le groupe des humains auquel succédait celui des primates.

Les organes de la « Vénus hottentote » inventoriés
Extraits du catalogue d’inventaire de l’anatomie comparée de la salle IX, regroupant organes circulatoires et de la génération du règne animal. Laboratoire d’anatomie comparée, MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.

Commentaire de Philippe Taquet
« La dissection des organismes, qu’il s’agisse d’animaux comme les éléphants ou qu’il s’agisse d’humains faisait partie des tâches courantes des anatomistes du Muséum. Le fait que Cuvier ait effectué un travail détaillé lors de sa dissection de la Vénus Hottentote ne me surprend pas du tout. Il a agi selon ses méthodes habituelles, ne négligeant aucun détail anatomique, profitant de l’occasion qui lui était offerte de compléter les connaissances anatomiques, incomplètes à son époque. Il ne s’est donc pas intéressé uniquement à ce qui fait controverse aujourd’hui, à savoir les spécificités anatomiques de la Vénus. Naturellement il y avait une curiosité tout à la fois morbide et malsaine dans sa démarche, mais elle doit être jugée à la lumière du contexte de l’époque qui voit les débuts de l’anthropologie scientifique avec la création de la Société des Observateurs de l’Homme. »

4Comprendre ces collections anatomiques humaines nécessite de concevoir une perméabilité entre les diverses entités matérielles où elles se trouvent, à l’image de la perméabilité des concepts de l’anatomie comparée des animaux et celle des races de l’Homme. Le travail et le parcours d’Étienne Serres en sont un exemple marquant.

5Au cours des vingt premières années de son professorat, l’anthropologue Armand de Quatrefages emprunte à de nombreuses reprises les pièces tant humaines qu’animales. Un cahier spécial est créé en septembre 1855, sans doute à l’initiative de Serres, pour permettre un suivi rigoureux des prêts effectués pour les besoins des leçons. Chacune des dates de sortie et de retour, la nature de l’objet, l’identité de l’emprunteur y sont indiquées avec précision. Durant les quatre leçons que Quatrefages donna entre le 17 et le 27 mai 1857, pas moins de quarante-deux pièces furent sorties pour étayer les exposés scientifiques de l’anthropologue ; son enseignement, essentiellement descriptif, se conformait en effet à la tradition des démonstrateurs du Jardin des plantes. Pièces osseuses, moulages, bustes et portraits furent autant de supports utilisés. La leçon du 27 mai aborda les hottentots. Le squelette, le moulage crânien et le portrait de la « Vénus hottentote » figurèrent parmi les vingt et un autres supports didactiques incarnant cette race. Pourtant, si le squelette fut emprunté à de nombreuses reprises, les autres éléments corporels de Saartjie Baartman ne figurent pas dans ce cahier de prêt. Durant toute cette période, ils sont restés dans la galerie d’anatomie comparée, étrangers à la seule étude du règne humain. Seules devaient importer les études osseuses et craniologiques ainsi que la description physique des types raciaux.

6Comment expliquer alors le transfert de ces pièces anatomiques en 1879 ? Quelles logiques ont guidé leur intégration au sein de l’anthropologie à cette époque ? Abordons, dans un premier temps, les conditions institutionnelles qui ont rendu possible ce déplacement.

  • 5 Archives nationales, Assemblée des professeurs, PV du 30 juin 1868 – F/17/3884.
  • 6 Archives du Muséum, AM 35.
  • 7 Rapport annuel des professeurs, 1879, Paris, Muséum d’histoire naturelle, 1880.
  • 8 Archives nationales, Assemblée des professeurs, PV du 18 février 1879, F/17/3885.
  • 9 En novembre 1883, le transfert concerna 59 pièces d’ostéologie pathologique et normale et en décem (...)

7Dès 1868, à la mort de Serres, Quatrefages demande que « les collections relatives à l’histoire des races humaines, qui jusqu’ici ont fait partie des collections d’anatomie comparée, soient remises à sa chaire »5. Ce transfert est accordé par l’Assemblée des professeurs en application du règlement. Cependant, étonnement, aucune entrée en provenance de cette chaire n’apparaît dans le livre des entrées en collection cette même année ou l’année suivante. Près de dix ans plus tard, en mars 1879, le professeur renouvelle une demande d’attribution de pièces anatomiques humaines « déposées dans la collection d’anatomie »6. Elle est accompagnée de la note, initialement mentionnée, sur les différents organes de Saartjie Baartman. Il annonce, le 18 mars, que 59 pièces vont de cette façon intégrer le domaine anthropologique. En comparant ces deux situations, nous pouvons penser que les conditions institutionnelles, construites en grande partie sur les relations entretenues entre les professeurs, étaient favorables. Et pour cause, puisqu’à la mort de Gervais, en février 1879, et jusqu’à la prise de possession des services de la chaire d’anatomie comparée par Georges Pouchet (1833-1894), le 1er août7, l’anthropologue fut chargé d’administrer la galerie par intérim8. Cela facilita l’opération même si, précédemment, en 1875, puis ultérieurement, en 1880, 1883 et 18849, de nombreuses pièces humaines d’ostéologie pathologique et normale, issues « d’anciennes collections » conservées en magasin, étoffèrent les collections anthropologiques. Ces mouvements reflètent tout à la fois le pouvoir exercé par chaque professeur sur sa collection, l’art de la conciliation indispensable à la cohabitation, voire la cogestion, des multiples chaires soumises aux mêmes contraintes d’espace, d’expansion ou de finances, la reconnaissance institutionnelle ou fraternelle et, bien évidemment, les enjeux de la recherche scientifique du moment. Interrogeons maintenant ce dernier point d’éclairage du devenir des huit éléments du corps de Saartjie Baartman.

Suivi du matériel pour les leçons
Extrait du cahier de prêt, laboratoire d’anatomie comparée MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.

La « Vénus hottentote » comme matériel de démonstration
Matériaux empruntés lors de la leçon du 27 mai 1857 sur les Hottentots. Extrait du cahier de prêt, laboratoire d’anatomie comparée, MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.

Nouvelle collection
Extrait du Rapport annuel des professeurs, 1879, p. 40.

  • 10 Rapport annuel des professeurs, 1879, p. 40, op. cit.
  • 11 Catalogue d’entrées, pièces enregistrées entre le 28 mars et le 3 avril 1879, laboratoire d’anthro (...)
  • 12 Archives nationales, AJ/15/551A.

8Parmi les divers travaux de laboratoire effectués en 1879, entre réparation, montage et étiquetage, figure une entreprise nouvelle : la formation d’une collection composée de pièces splanchnologiques (foie, poumons, organes génito-urinaires, etc.) Le rapport d’activité annuel indique déjà la réunion d’une quarantaine « d’objets d’un intérêt très réel pour l’étude des races »10. Outre ceux de la « Vénus hottentote », trois envois de l’anatomie comparée comportent des organes génitaux externes ou internes conservés en fluide ou en pièce sèche : ceux d’une « vieille femme Bosjesmane », d’une « péruvienne », d’un « nègre du Mozambique ». Par ailleurs, plusieurs autres pièces anatomiques sont préparées au laboratoire et enregistrées à la même période. Il s’agit aussi d’organes génitaux externes « d’un nègre, d’un charrua, et d’un ancien égyptien » et ceux internes « d’une négresse et un pénis injecté d’un nègre ». Cependant, la nature des organes en fluide préparés ne se limite pas à la reproduction. Trois foies de nègres et d’américain, des préparations pulmonaires d’européens, un ensemble langue-larynx d’un nègre complétèrent ces nouvelles collections11. Cinq cerveaux provenant de l’anatomie comparée furent aussi enregistrés. Ces éléments s’ajoutèrent aux huit cerveaux et 283 pièces anatomiques sèches ou dans l’alcool qui composaient la collection anthropologique à la date du 1er janvier 187912. Les huit organes de Saartjie Baartman furent inclus dans ce mouvement.

  • 13 Extraits des rapports des surveillants de la galerie d’Anatomie comparée et d’Anthropologie : « Le (...)
  • 14 Les cours d’anthropologie sont alors les plus fréquentés. Un tableau, envoyé au Ministre de l’Inst (...)
  • 15 Archives nationales, prise de possession des deux salles le 16 avril 1879, AJ/15/4.
  • 16 Rapport annuel des professeurs de 1881, p. 46 et de 1883, p. 42, op. cit.

9À ce niveau, il est éclairant de souligner le contexte d’émulation scientifique dans lequel se trouvaient les acteurs ayant en charge la chaire d’anthropologie, que ce soit Quatrefages, professeur, ou Ernest Hamy, aide-naturaliste. Cette dynamique, ré-impulsée par les modifications introduites lors des événements politiques de 1870-1871, s’exprime par une reconnaissance institutionnelle et par des publications diffusées à une échelle internationale. L’ouvrage collectif du Crania Ethnica, dont les diverses parties furent écrites et publiées entre 1875 et 1882, en est un exemple. En 1879, Quatrefages devint membre étranger de la Royal Society of London et membre de l’Académie de Médecine. Quant à Hamy, il eut un rôle clé lors de l’exposition universelle de 1878. Il organisa le Musée des missions ethnographiques dont le succès conduira à la création du Musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1880. Par ailleurs, les nombreuses visites de la galerie lors de l’exposition universelle13, le grand succès des cours14, tout comme le développement de l’anthropologie préhistorique, dynamisèrent la formation des collections et l’extension de la galerie d’anthropologie. C’est ainsi que deux nouvelles salles, situées sur la cour de la baleine et faisant partie de l’ancien logement de Milne-Edwards, furent rattachées aux galeries publiques en avril 187915. Dans ces anciens salons de Cuvier, la première salle « a reçu divers objets relatifs aux généralités de la science et les anciennes collections de Daubenton, de Portal, qui, faute de place, étaient restées soustraites aux regards du public ». Baptisée salle no 1, elle permet une « étude préliminaire de l’ostéologie ethnique » en établissant les généralités relatives à la « charpente osseuse », normale et pathologique. Entre 1880 et 1883, elle est constituée à partir de divers « envois » de l’anatomie comparée, telle la collection Portal comportant 48 crânes de sujets adultes de différents âges16. La seconde salle est destinée à l’étude de l’homme préhistorique.

10Au regard de tout cela et contrairement à ce que certaines représentations actuelles laisseraient supposer du musée, de l’inaliénabilité des collections, la collection patrimoniale est loin d’être une entité figée. L’appréhension historique ou anthropologique d’une pièce de collection muséale, inscrite de surcroît dans un contexte scientifique, doit se concevoir dans une dynamique tant spatiale que temporelle. Ces mouvements, inhérents au statut et à la fonction attribués à l’objet muséal, sont directement liés aux échanges culturels, aux rapports interpersonnels, à la trame du tissu social. Ils sont des marqueurs de « l’état de vie » des objets et du musée. Le monde contemporain ne saurait s’extraire de cette constante.

11Après cette mise en perspective contextuelle, restent un certain nombre de réflexions et d’interrogations. Car les recherches effectuées pour éclairer cette archive ouvrent sur autant de questionnements qui confrontent les pratiques passées aux conceptions actuelles.

  • 17 Livre des entrées en collection, années 1875 et 1879. Laboratoire d’anthropologie du MNHN.

12Quand en 1855, les huit organes en fluide de la « Vénus hottentote » se trouvaient exposés au premier étage de la galerie d’anatomie comparée, mais souvent dans des salles différentes, le squelette demeurait dans la salle des squelettes au rez-de-chaussée de cette même galerie tandis que le moulage et les peintures cohabitaient dans la seconde salle de la galerie publique d’anthropologie. Ainsi, alors que les réflexions actuelles portent sur la personne, incarnée par son identité et son intégrité corporelle, les pratiques scientifiques et conservatoires des anthropologues et anatomistes étaient soumises à d’autres logiques. La transformation des éléments corporels en objets d’étude, de collection et d’enseignement gomme la notion que nous avons de la personne. Elle fragmente la matérialité de cette entité en faveur d’un rattachement théorique à une ou des entités corporelles, autres, souvent collectives et typologiques. Cette transmutation tend à morceler et à éparpiller. L’opération n’était pas rare comme l’illustrent ces deux exemples contemporains à notre recherche. Ainsi, avant mars 1875, date de son transfert, le « squelette d’une femme koikoin (quaqua), pièce acquise par Blainville », se trouvait dans la collection d’anatomie comparée alors que la galerie d’anthropologie possédait déjà le crâne. De même pour le corps « d’une vieille femme Bosjesmane » : ses organes génitaux externes en pièce sèche se situaient dans la galerie d’anatomie comparée alors que « le crâne et les extrémités de ce sujet » étaient déjà dans la collection anthropologique17. Notons qu’en dépit de ce morcellement, persiste l’idée de sujet. La traçabilité de l’appartenance des organes à « Sarah Bartman, femme Bosjesmane, dite la Vénus hottentote » persiste jusqu’en 1879. Dans un contexte purement zoologique, cette pratique se retrouve pour les animaux morts de la ménagerie, desquels la zoologie récoltait la peau dans un but de naturalisation et l’anatomie comparée le squelette, voire les organes. Ces cheminements complexifient évidemment les recherches contemporaines visant au suivi du devenir du corps d’une personne au sein d’une institution multiforme telle que le Muséum national d’Histoire naturelle.

13Outre ces concepts d’intégrité ou de morcellement du corps, le second questionnement porte sur les pratiques de gestion des collections et d’inscription à l’inventaire. Tentons de cerner les diverses opérations et logiques réalisées à l’arrivée de ces huit pièces anatomiques au laboratoire d’anthropologie. La liste d’inventaire des pièces à transférer, effectuée par Desmarest, date du 28 février 1879. La notation de l’ensemble des huit pièces dans le cahier d’entrée eut lieu le 25 mars ; elle atteste de la bonne réception des spécimens. Puis l’inscription dans le registre officiel d’inventaire des collections anthropologiques se réalisa un peu plus tardivement. Cependant, entre ces deux démarches, s’opéra la logique classificatoire scientifique conduisant au morcellement en fonction de la nature des organes. Ainsi, si les cinq autres cerveaux de la liste initiale furent entrés quatre jours plus tard, le 29 mars, ils furent tous inscrits à l’inventaire le même jour avec le cerveau de la « Vénus hottentote ». Ils reçurent alors un numéro, allant de 4722 à 4727 ; le cerveau de Saartjie Baartman eut le 4726. La même logique fut appliquée aux organes génitaux, issus de l’anatomie comparée ou des dissections du laboratoire. Leur entrée s’échelonne entre le 25 mars et le 1er avril. Leur inscription à l’inventaire date du même jour, matérialisée par la série numérique allant de 4740 à 4747 ; les parties génitales de Saartjie Baartman sont notées dans cet ensemble au no 4746. Nous voyons que ce nouveau numéro efface leur ancienne appartenance à la collection d’anatomie comparée, même si persiste leur enregistrement dans des catégories anatomiques. Quant aux six autres organes, voire huit en considérant les reins et la langue-pharynx, ils n’ont pas été inscrits à l’inventaire. Il en est de même pour un ensemble « langue-larynx de nègre » entré le 1er avril. Il reste difficile de comprendre les raisons de cette absence d’intégration officielle à la collection. Serait-ce l’impossibilité de les inscrire dans un ensemble identifié, une série comparative autre que « Vénus hottentote » ? Serait-ce une non-reconnaissance de leur intérêt patrimonial et scientifique ? Serait-ce simplement un oubli ? Quoi qu’il en soit, le défaut d’inscription à l’inventaire aura des conséquences sur la pérennité de ces éléments corporels puisqu’en 2002, seuls persistaient au sein des collections anthropologiques, outre le squelette, les deux éléments ayant reçu un numéro d’inventaire.

  • 18 Je renvoie au chapitre « Les vies post-mortem de Saartjie Baartman : Muséologie et économies moral (...)
  • 19 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXV (...)
  • 20 « L’une des masses graisseuses de la Vénus Hottentote conservée au Muséum et mesurée récemment par (...)

14Après avoir montré la correspondance entre le morcellement temporel de l’inscription à l’inventaire et le découpage du corps selon des catégories anatomiques comparatives, un dernier questionnement portera sur la localisation de ces éléments après 1879. Que ce soit la description de la galerie d’anthropologie réalisée en 1879 par Quatrefages, celle effectuée en 1907 par Hamy, celle des guides de l’époque18, nulle ne mentionne la présence d’organes de la « Vénus hottentote » dans l’alcool ; bien plus, nulle ne mentionne l’existence de bocaux contenant des pièces anatomiques. Ce constat est valable pour la galerie de la rue Cuvier puis celle de la rue Buffon. Seuls sont décrits des pièces osseuses, des moulages, des portraits, quelques momies, cheveux, voire tatouages et objets ethnographiques. À ce jour, aucun indice fiable ne permet de localiser ces éléments. Il est possible que ces collections aient été stockées dans les magasins et le laboratoire, ne serait-ce que pour leur spécificité de conservation. Ce qui est cependant surprenant, c’est le silence autour de ces éléments corporels. Quatrefages et Hamy, présents au moment du transfert, ne les signalent dans aucun de leurs écrits étudiés. Et même Verneau, lors du « centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann »19 ne fait aucune allusion à leur existence. Seul un article du docteur Raphaël Blanchard (1857-1919) sur la Stéatopygie des femmes Bochimanes, datant de 1883, évoque la présence de cette masse de graisse sans plus de précision sur sa localisation20. Pourtant, les nombreux récits post-mortem sur Saartjie Baartman, sur la dissection réalisée par Cuvier, mettent en avant la présence du squelette, du cerveau et des organes génitaux au sein des collections, telles des reliques de l’histoire de l’humanité comme de l’Institution. Les autres organes ne sont pas restés dans la mémoire collective des anthropologues, conservateurs de ces éléments anatomiques, alors qu’ils existaient dans une commune temporalité. Peut-être n’étaient-ils pas suffisamment « typiques » pour servir de marqueur racial et être, de la sorte, scientifiquement pertinents ? Il n’est donc pas étonnant que, près de cent ans plus tard, la présence passée de ces « organes-fantômes » ait été oubliée.

Dix bocaux. Extrait du cahier des entrées de 1879. Laboratoire d’anthropologie, MNHN. © Anthropologie, MNHN.

  • 21 Données de la note envoyée aux tutelles.

15Si nous ne pouvons localiser avec précision ces bocaux, par ailleurs dénués de numéro d’inventaire, c’est leur traçabilité et leur existence même qui sont remises en question. Car existent-ils toujours ? Au regard de la loi de 2002, l’institution a-t-elle bien tout restitué à la nation sud-africaine ? Dûment informée, l’administration du Muséum a pris les mesures nécessaires pour vérifier si tous les éléments corporels de Saartjie Baartman avaient été effectivement rendus à l’Afrique du Sud et en a averti, parallèlement, les diverses autorités. Aussi, des recherches ont été minutieusement effectuées par les équipes des collections anthropologiques et d’anatomie comparée sans résultat21. Sur les 190 pièces en fluide conservées au laboratoire d’anthropologie, ne persistent aucun élément corporel de la « Vénus hottentote », aucun œil ni viscères, masse graisseuse, rein, glande mammaire ou mamelon, quels qu’ils soient.

  • 22 Foucault (Michel), « Le souci de la vérité », entretien publié dans Le Magazine littéraire, no 207 (...)
  • 23 Archives de la SAP déposées aux Archives du MNHN.
  • 24 Voir Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus : A ghost story and (...)

16Pour clore la problématisation de la traçabilité des éléments corporels de Saartjie Baartman, j’aimerai ouvrir la réflexion aux organes anonymes, à la problématisation de leur identification, prégnante dans un contexte de restitution. Pour reprendre le concept de Michel Foucault (1926-1984) : « Problématisation ne veut pas dire représentation d’un objet préexistant, ni non plus création par le discours d’un objet qui n’existe pas. C’est l’ensemble des pratiques discursives ou non qui fait entrer quelque chose dans le jeu du vrai et du faux et le constitue comme un objet pour la pensée (que ce soit sous la forme de la réflexion morale, de la connaissance scientifique, de l’analyse politique, etc.)22 » La mise en tension du duo « identification-restitution » d’organes anonymes relève à la fois de la morale, de la science et de la politique. Ainsi, au sein de la collection anthropologique, demeurent conservés un unique « cœur » et un seul ensemble « pharynx-larynx » n’ayant aucune indication d’identité ou de provenance géographique. Leur inscription à l’inventaire a été effectuée tardivement, en 1974, en même temps que les organes génitaux de la « Vénus hottentote », inventoriés deux fois. Cela ne donne donc aucune indication de date à ces éléments. Toutefois, un document de 1952 intitulé « Laboratoire d’anthropologie des parties molles – collection du Musée de l’Homme », effectué sous la direction d’Henri Vallois23, décrit une liste d’éléments alors présents. Sont précisément répertoriés l’encéphale et les organes génitaux, seuls organes cités comme appartenant à Saartjie Baartman, ainsi qu’un unique cœur intitulé « cœur d’un sujet de race blanche » et des « langue et larynx de nègre » entrés en 1879. Ces deux pièces de 1952 sont-elles les mêmes que celles conservées au sein du laboratoire en 2013 ? Même s’il est improbable que ces organes soient ceux de Saartjie Baartman, leur anonymat, l’absence d’étiquetage et de toute documentation laissent persister un doute. Comment évaluer et gérer cette zone d’incertitude ? D’un point de vue moral, faut-il l’ignorer, la relativiser ou la prendre en compte ? D’un point de vue scientifique, une éventuelle analyse ADN pourrait donner plus d’informations sur l’origine géographique de la ou des personnes. Mais, quand bien même la faisabilité technique de cette opération s’avérerait possible, nous ne pourrons certifier s’il s’agit ou non de Saartjie Baartman sans disposer, au préalable, d’un prélèvement génétique. Or, interviennent ici des données politiques. Car, en dépit de vifs débats internes au groupe de référence formé par le DAC sud-africain (Department of Arts and cultures), chargé de l’organisation des modalités du retour des parties de la dépouille, l’Afrique du Sud refusa d’opérer le prélèvement en 200224. Faut-il alors laisser ces éléments à leur universalité anatomique ? Ou bien reconstruire une histoire à travers leur origine, leur détermination sexuelle, voire une datation plus précise ? Ces questions font partie des dialectiques au cœur des collections anthropologiques actuelles, celles au cœur de l’évaluation morale du respect de la dignité humaine.

  • 25 « Feuilleton. Notice anatomique sur le squelette de la Vénus Hottentote du Muséum de Paris », Gaze (...)

17Assez prosaïquement, le devenir des huit éléments corporels de la « Vénus hottentote » interroge la normalité de la vie d’une collection nationale, historique, soumise aux aléas de la conservation, des événements climatiques et politiques, existence assujettie à l’activité et aux turpitudes du monde scientifique et social. Pour l’historien ou l’anthropologue des sciences, il reste néanmoins bien des zones d’ombre à la compréhension du destin post-mortem de Saartjie Baartman. Quelles circonstances ont contribué à la disparition des bocaux ? Certes, les pistes ne manquent pas pour expliquer la disparition de ces pièces molles : déménagements successifs (au sein du Jardin des plantes, du Jardin au Musée de l’Homme), conflits armés (deux guerres mondiales), inondations (crues de 1897, 1907, 1910), conditions de conservation exigeantes pour ces collections en fluide, etc. Enfin, qui a effectivement réalisé la dissection du cadavre de Saartjie Baartman ? Georges Cuvier en personne, comme il est souvent rappelé, ou plutôt son assistant « le docteur Emmanuel Rousseau » comme l’indique une notice anatomique médicale de 186025 ? Ce texte, lu par le docteur Lambl à la Société allemande de Paris et à l’Académie de Médecine, tente d’éclaircir les anomalies lombaires du squelette de la « Vénus hottentote » au regard de sa stéatopygie. La fin du paratexte précise que la masse de graisse de la « Vénus » a été disséquée et décrite par Emmanuel Rousseau. S’il en fut ainsi, qu’est donc devenue la trace écrite de cette description ? S’inscrit-elle dans un compte rendu plus global de dissection ? Il convient donc d’interroger davantage les perméabilités des champs scientifiques et les recompositions de tous ordres inhérentes à l’histoire complexe du corps de Saartjie Baartman, lequel recèle encore bien des secrets troublants.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Véronique Laborde du laboratoire d’anthropologie du Muséum et Marc Herbin, chargé de la conservation de la collection d’anatomie comparée en fluide, pour leurs recherche et disponibilité.

2 Le livre des entrées dans les collections anthropologiques mentionne, à la date du 25 mars 1879, non pas huit mais dix éléments dont les reins et un ensemble larynx-langue. Or, contrairement aux autres, ces deux éléments n’apparaissent pas dans les catalogues d’inventaire de l’anatomie comparée. Il est difficile de certifier leur réelle nature.

3 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, Paris : Chez M. A. Royer, au jardin du Roi, 1823, p. 668.

4 Ibid.

5 Archives nationales, Assemblée des professeurs, PV du 30 juin 1868 – F/17/3884.

6 Archives du Muséum, AM 35.

7 Rapport annuel des professeurs, 1879, Paris, Muséum d’histoire naturelle, 1880.

8 Archives nationales, Assemblée des professeurs, PV du 18 février 1879, F/17/3885.

9 En novembre 1883, le transfert concerna 59 pièces d’ostéologie pathologique et normale et en décembre 1884, 108 pièces d’anatomie pathologique et du système osseux. Livre des entrées – Laboratoire d’anthropologie du MNHN.

10 Rapport annuel des professeurs, 1879, p. 40, op. cit.

11 Catalogue d’entrées, pièces enregistrées entre le 28 mars et le 3 avril 1879, laboratoire d’anthropologie, MNHN.

12 Archives nationales, AJ/15/551A.

13 Extraits des rapports des surveillants de la galerie d’Anatomie comparée et d’Anthropologie : « Le nombre de visiteurs étrangers devient de plus en plus considérable et nous venons vous prier de nous autoriser à laisser les galeries ouvertes au public le samedi jusqu’à 4h au lieu de 2h à partir de demain 1er juin – Il est bien entendu que cette nouvelle mesure ne serait établie que pendant le temps de l’exposition universelle de même que cela s’est passé en 1867 », lettre du 31 mai 1878 – « Le public est toujours très nombreux et le nombre d’étrangers est considérable », Lettre du 16 août – « Le public a été aussi nombreux que pendant la 1er quinzaine d’août et nous avons reçu des membres de divers congrès », Lettre du 2 septembre. AM 540, Archives du MNHN.

14 Les cours d’anthropologie sont alors les plus fréquentés. Un tableau, envoyé au Ministre de l’Instruction publique, comptabilise le nombre moyen d’auditeurs qui fréquentent les cours du Muséum. À l’exception de la physiologie où les données sont partielles, entre 1878 et 1879, l’anthropologie recense 85 auditeurs, contre 72 en paléontologie, 70 en culture et 67 en anatomie comparée ; ces cours étant les plus représentés. Archives nationales, AJ/15/875.

15 Archives nationales, prise de possession des deux salles le 16 avril 1879, AJ/15/4.

16 Rapport annuel des professeurs de 1881, p. 46 et de 1883, p. 42, op. cit.

17 Livre des entrées en collection, années 1875 et 1879. Laboratoire d’anthropologie du MNHN.

18 Je renvoie au chapitre « Les vies post-mortem de Saartjie Baartman : Muséologie et économies morales ».

19 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXVII, 1916, pp. 177-179.

20 « L’une des masses graisseuses de la Vénus Hottentote conservée au Muséum et mesurée récemment par Trémeau de Rochebrune […] », Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie et le tablier des femmes Boshimanes », Bulletin de la société zoologique de France, huitième volume, Paris, 1883, p. 42.

21 Données de la note envoyée aux tutelles.

22 Foucault (Michel), « Le souci de la vérité », entretien publié dans Le Magazine littéraire, no 207, 1984, pp. 18-23, réédité dans Dits et écrits, vol. 4, Paris : Gallimard, 1994, pp. 668-678.

23 Archives de la SAP déposées aux Archives du MNHN.

24 Voir Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus : A ghost story and a biography, Princeton ; Oxford : Princeton University Press, 2011, pp. 159-161 et la conclusion du chapitre « Les vies postmortem de Saartjie Baartman : Muséologie et économies morales ».

25 « Feuilleton. Notice anatomique sur le squelette de la Vénus Hottentote du Muséum de Paris », Gazette Hebdomadaire de Médecine et de Chirurgie, Bulletin de l’enseignement médical, t. VII, no 39, 28 septembre 1860, pp. 625-629 ; no 40, 5 octobre 1860, pp. 641-646 [voir sa transcription en Annexe 3].

Table des illustrations

Légende Les huit éléments. Pièces à transférer au laboratoire d’Anthropologie, archives du MNHN, PV du 11 mars 1879, AM 35. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Légende Les organes de la « Vénus hottentote » inventoriésExtraits du catalogue d’inventaire de l’anatomie comparée de la salle IX, regroupant organes circulatoires et de la génération du règne animal. Laboratoire d’anatomie comparée, MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Suivi du matériel pour les leçonsExtrait du cahier de prêt, laboratoire d’anatomie comparée MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Légende La « Vénus hottentote » comme matériel de démonstrationMatériaux empruntés lors de la leçon du 27 mai 1857 sur les Hottentots. Extrait du cahier de prêt, laboratoire d’anatomie comparée, MNHN. © Anatomie comparée, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Nouvelle collectionExtrait du Rapport annuel des professeurs, 1879, p. 40.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Dix bocaux. Extrait du cahier des entrées de 1879. Laboratoire d’anthropologie, MNHN. © Anthropologie, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

Auteur

Professeure agrégée de Sciences naturelles & anthropologue doctorante EHESS, IRIS - Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux
patin.christelle@orange.fr

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search