Version classiqueVersion mobile

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

L'éloquence du forum

Des Bushmen en Europe ?

Vénus paléolithiques et « négroïdes » de Grimaldi dans la construction de la préhistoire française

Arnaud Hurel

Texte intégral

  • 1 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle : rés (...)
  • 2 Fauvelle (François-Xavier), « Des murs d’Augsbourg aux vitrines du Cap. Cinq siècles d’histoire du (...)

1La littérature de voyage du xviiie siècle accorde une grande place à la découverte des naturels de la région du Cap, ces Bushmen alors dénommés Hottentots ou Bochimans1. À l’orée du xixe siècle, la rencontre directe, en Europe, des naturalistes avec des représentants de ces peuples africains est l’occasion de multiplier les observations et d’ancrer ces populations dans le développement d’une anthropologie qui se veut désormais scientifique. Cette confrontation se traduit également par la diffusion dans le grand public d’une image de ces peuples oscillant entre animalité et monstruosité. À cet égard, une jeune femme, Saartjie Baartman, sans doute plus que tous les autres Khoisan qui furent présentés à travers l’Europe au cours du siècle, incarne ce moment où se mêlent incompréhension, réification scientifique, exploitation commerciale et voyeurisme2.

  • 3 Blainville (Henri de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences de la sociét (...)
  • 4 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à L (...)

2Saartjie Baartman a fait son entrée en deux temps dans le monde des savants et spécialement ceux du Muséum national d’Histoire naturelle. Au printemps 1815, elle est examinée par des anatomistes, dont Henri Ducrotay de Blainville (1777-1850) et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), assistés de dessinateurs. De ces séances restent un compte rendu des observations de Blainville, présentées le 18 mars 1815 à la Société philomatique de Paris et publiées en décembre 1816 dans la partie zoologie du Bulletin de cette société3, et des peintures qui vont assurer la diffusion de l’image de celle qui n’est plus que la « Vénus hottentote ». Lorsqu’elle décède, le 29 décembre 1815, Georges Cuvier (1769-1832) obtient du Préfet de police l’autorisation exceptionnelle de procéder à l’autopsie de son cadavre au Jardin des plantes. Ce travail donne matière à une publication détaillée de la dissection et des observations faites avec pour objectif de fournir enfin les constatations positives propres à calmer les interrogations qui continuent d’animer la communauté scientifique4. Ses conclusions mettent en avant divers caractères morphologiques — le « tablier » n’est pas comme l’a prétendu François Péron (1775-1810) un « organe particulier », des indices d’« animalité » et d’« infériorité » sont relevés, une analyse démontre la singularité des « énormes masses de graisse que les Boschismannes portent sur les fesses » —, des comparaisons avec d’autres populations humaines et des primates sont esquissées. Ces éléments, confrontés à d’autres sources, amènent Cuvier à conclure que Saartjie Baartman appartenait aux Bochimans et non aux Hottentots et ceux-ci ne sont en rien dans le peuplement originel de l’Égypte. Quelques années plus tard, dans l’un de ses premiers travaux, Pierre Flourens (1794-1867) résuma ainsi les résultats de Cuvier :

  • 5 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des (...)

Tout Paris a connu la Vénus hottentotte, qui, pendant plusieurs mois, y fut l’objet d’une assez vive curiosité, et qui n’était ni une Vénus, ni même une Hottentotte. Elle appartenait, par sa conformation, comme par son origine, à une peuplade beaucoup plus reculée dans l’intérieur de l’Afrique, et désignée sous le nom de Boschismane.
Cette tribu nomade a long-temps été confondue avec celle des Hottentots, dont plusieurs caractères physiques la distinguent évidemment. De là une foule de contradictions parmi les voyageurs, notamment sur l’existence du fameux tablier, mal à propos dit des Hottentottes5.

  • 6 Hamy (Ernest-Théodore), « Observations ethnologiques sur les peintures de la tombe de Rekhmara à S (...)

3Pendant des années, les anthropologues vont continuer de débattre sur la stéatopygie, s’interrogeant sur la valeur de cet attribut, sa singularité ou son caractère ordinaire pour tout ou partie des populations d’Afrique australe. Dans les années 1850-1860, l’archéologie, en tant que comparaison avec les populations du passé, est convoquée à son tour dans ce débat. L’égyptologie en plein essor, entre autres grâce au succès des fouilles d’Auguste Mariette (1821-1881), apporte des documents nouveaux. Des observations faites antérieurement vont être réexaminées avec un regard différent. En 1875, Ernest-Théodore Hamy (1842-1908) reprend ainsi diverses présentations de monuments faites dans les années 1830 pour en étudier les peintures à travers le prisme de l’ethnographie. Examinant les représentations figurant sur la tombe de Rekhmara à Thèbes, il remarque la présence d’un personnage féminin et met l’accent sur sa conformation qui relèverait de la stéatopygie. Fort de ce constat, il tire des indices sur l’origine des peuples6. À son tour, avec la découverte des premières figurines féminines paléolithiques, l’archéologie préhistorique va s’immiscer dans les discussions sur la stéatopygie et, partant, construire une ethnogénie.

4Saartjie Baartman intuitu personae est absente de la construction de la préhistoire française. Seule sa silhouette apparaît de-ci de-là comme illustration de la femme bochimane. En revanche, les Bushmen, Bochimans et Hottentots, sont directement associés à l’une des données majeures des premières années des sciences préhistoriques : l’art mobilier préhistorique. L’enjeu est alors le tableau, typologique et chronologique, en construction des populations et cultures préhistoriques.

  • 7 Dupont (Édouard), « Découverte d’objets gravés et sculptés dans le Trou Magrite à Pont-à-Lesse », (...)
  • 8 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la (...)
  • 9 Landesque (Louis), « Étude sur l’âge de la pierre, d’après les découvertes faites dans la région n (...)

5Dès 1864, Édouard Dupont (1841-1911) signale une statuette en ivoire dans le gisement du Trou Magrite en Belgique7. Le 29 février de cette même année, le marquis Paul de Vibraye (1809-1878) évoque une « statuette humaine », celle qui deviendra la Vénus impudique, trouvée par lui lors de ses fouilles à Laugerie-Basse (Dordogne)8. L’abbé Louis Landesque, curé de Dévillac, ayant repris l’étude de ce site après les départs d’Édouard Lartet (1801-1871), Henry Christy (1818-1865) et de Vibraye, découvre en 1867-1868 un important matériel archéologique dont la célèbre plaquette dite La Femme au renne, « omoplate d’herbivore, représentant d’un côté une tête de cheval et, de l’autre, un renne conduit par une femme »9. En 1888, Édouard Piette (1827-1906) met au jour au Mas d’Azil (Ariège) un buste de femme, minuscule figurine taillée dans une incisive de cheval. Quelques années plus tard, le site de Brassempouy (Landes) lui permet de découvrir entre 1892 et 1896 tout une série de statuettes. En 1896, les premières statuettes des grottes de Grimaldi en Ligurie (Italie) viennent compléter ces pièces.

6Au total, vers 1900, ce sont près d’une vingtaine de figurines paléolithiques qui ont été trouvées. Ce chiffre semble élevé, mais il est en réalité fort modeste. En effet, il doit être rapporté au nombre bien plus considérable d’éléments d’art mobilier sans figuration humaine découverts à cette date en un demi-siècle d’exercice de l’archéologie préhistorique. Au cours des décennies suivantes, d’autres représentations féminines vont être trouvées en France, mais en nombre réduit. Il s’agira essentiellement des sculptures de Laussel (Dordogne), mises au jour lors des recherches du docteur Gaston Lalanne (1882-1924), et d’une statuette dégagée par le comte René de Saint-Périer (1877-1950) dans le site de Lespugue (Haute-Garonne) et dont les formes généreuses frapperont l’imagination des préhistoriens qui leur donneront tout de suite le nom de Vénus dans une référence assumée aux femmes khoisan.

7Avec ces figurines, les interrogations sur l’art mobilier du Paléolithique supérieur comme reflet de la réalité ou métaphore esthétique rejoignent des considérations unissant paléontologie humaine et anthropologie culturelle. En réalité, pour le courant dominant de la recherche, ces statuettes vont être appréhendées comme l’image vraie des populations du Paléolithique, une œuvre de reproduction de la nature, réalisée plus ou moins habilement selon le talent de l’artiste préhistorique. La forme supplantant le sens, des rapprochements, par-delà le temps et l’espace, sont opérés avec d’autres populations actuelles présentant des caractères, comme la stéatopygie, considérés comme discriminants et transmissibles, qui deviennent de véritables marqueurs phylogénétiques.

La femme au renne
« Le renne est sculpté en très bas-relief, participant de la gravure au champlevé autant que de la sculpture. La femme est simplement gravée au champlevé. L’artiste, en variant le procédé, a sans doute voulu exprimer l’éloignement de la femme. » Planche extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907, pl. XXVIII. © Bibliothèque centrale, MNHN.

8Les présents développements ont donc pour objet d’évaluer, essentiellement à travers les deux ensembles de statuettes féminines paléolithiques de Brassempouy et de Grimaldi, la contribution éventuelle des constructions intellectuelles autour de la Vénus Hottentote et des Bushmen dans le processus d’émergence de la préhistoire et dans les débats qui animent la communauté des préhistoriens avant la Seconde Guerre mondiale. Cette relation, fondée sur un comparatisme qui défie les cadres spatio-temporels, s’exprime dans les discussions sur ces menus objets qui illustrent les tensions entre réalités archéologiques et représentations élaborées par les préhistoriens.

BOCHIMANS ET HOTTENTOTS DANS UNE PRÉHISTOIRE PAR ET DE L’OBJET

Un art mobilier paléolithique

9Diverses sciences naturalistes — géologie, paléontologie, anatomie comparée — ont permis l’éclosion d’une science de l’Homme placée dans un temps long dont l’origine se situe très en amont des premières traces écrites. L’invention de ce passé antéhistorique s’accomplit d’abord à travers la mise au jour des productions matérielles des Préhistoriques. Ces artefacts — des pierres manifestement taillées par la main de l’Homme — sont dégagés dans des couches stratigraphiques profondes en association avec des restes fossiles d’espèces animales disparues, ce qui implique leur contemporanéité et une haute antiquité de l’ensemble des pièces.

  • 10 Hurel (Arnaud) & Coye (Noël) (sous la dir.), Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues (...)

10Cette prise de conscience, consacrée en 1859 à travers la validation des travaux d’« archéogéologie » de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) dans les couches alluviales des terrasses de la vallée de la Somme10, ouvre bien des questionnements et en particulier au sujet de l’artisan capable de réaliser de tels objets. Les interrogations sont d’autant plus nombreuses qu’après les « haches » et autres « coups de poing » ce sont maintenant des sculptures et gravures sur os et ivoire que les archéologues exhument dans les grottes de Dordogne. Tout un bestiaire quaternaire se révèle en même temps que le talent d’artistes ayant su habilement se jouer des contraintes des matériaux pour donner forme à des animaux d’une beauté et d’un naturalisme étonnants :

  • 11 Lartet (Édouard) & Christy (Henry), « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres pro (...)

Leurs objets de parure, leurs ustensiles ornés de façon si diverse et quelques fois avec une régularité symétrique, témoignent de leurs instincts de luxe et d’un certain degré de culture des arts. Leurs dessins et leurs sculptures nous en fournissent une manifestation plus élevée, par la manière dont ils ont réussi à reproduire la figure des animaux leurs contemporains11.

11Aussi paradoxal que cela puisse sembler, eu égard à l’image des Préhistoriques alors en voie de construction, l’existence de cet art mobilier ne pose que peu de difficultés d’acceptation par la communauté scientifique. Rares sont ceux qui s’étonnent de trouver de telles pièces, si parfaites et si nombreuses, rapportées à des temps aussi anciens et à des hommes considérés comme rudimentaires et archaïques. Une théorie d’une pratique de l’art pour l’art favorisée par la luxuriance de la nature se développe alors pour expliquer cette étrangeté :

  • 12 Ibid., p. 264.

Or, si la nécessité est mère de l’industrie, on peut aussi dire que les loisirs d’une vie facile enfantent les arts. […] Le progrès et la perfection dans les arts ne se manifestent pas toujours en conformité des gradations chronologiques. Il y a deux mille ans et plus que Phildias et Praxitèle réalisaient, sur l’ivoire et sur le marbre, leurs plus sublimes conceptions de beauté idéale ; depuis lors, l’art moderne s’est trouvé réduit à les prendre pour modèles, sans pouvoir les surpasser ni peut-être même les égaler…12

  • 13 Mortillet (Gabriel de), « L’art dans les temps géologiques », Revue scientifique, 2e série, t. 12, (...)

12L’abondance des découvertes d’objets décorés amène l’esquisse de civilisations du Paléolithique supérieur vivant dans un environnement naturel propice à l’épanouissement d’une espèce d’âge d’or artistique. Pour Gabriel de Mortillet (1821-1898), « À cette époque, où le temps n’avait aucune valeur, on ne craignait pas de le perdre en se livrant à une occupation fort longue il est vrai, mais qui finissait par amener un résultat procurant une douce satisfaction à l’esprit et un sentiment d’orgueil. »13

  • 14 Ibid., p. 890.

13Cet art naturaliste, dont certaines pièces sont élevées au rang de chefs-d’œuvre, apparaît comme la matrice de toutes les évolutions futures de l’art : « Ce qui caractérise surtout les œuvres de cette époque, c’est une extrême naïveté. Nous sommes là en présence de l’enfance de l’art, mais d’un art très vrai, très réel. Si c’est l’enfance de l’art, ce n’est pourtant point de l’art d’enfant. »14

14Au total, une vision de la préhistoire se construit, avec comme fil directeur les objets de l’industrie lithique ou osseuse. Ceux-ci prennent place dans des classifications où le facteur typologique en vient peu à peu à supplanter les critères naturalistes originels fondés sur la succession des espèces animales. Concomitamment, une conception de plus en plus ethnographique de la préhistoire se développe selon un cheminement qui s’écrit à travers une histoire des progrès de la technologie.

  • 15 Leroi-Gourhan (André), Les religions de la préhistoire, 4e éd., Paris : Presses Universitaires de (...)

15Ce mouvement tend à établir l’existence et la succession de civilisations dont certains types de pièces deviennent les marqueurs chronologiques. Très vite, cette anthropologie culturelle de la préhistoire se trouve confrontée à une gageure : comment reconstituer une réalité physique et sociale en ne disposant que de restes lacunaires ? Bien des années plus tard, André Leroi-Gourhan (1911-1986) soulignera les contraintes épistémologiques de ce passé amputé en rappelant que « L’homme préhistorique ne nous a laissé que des messages tronqués. »15 Dans l’immédiat, dans ce xixe siècle finissant, les études préhistoriques, profitant du développement d’une ethnologie de terrain sur les primitifs actuels — Aborigènes australiens, Bochimans, Fuégiens —, se tournent à leur tour vers ces populations pour y rechercher tous éléments permettant de conforter ou éclairer certaines théories sur les mœurs des Préhistoriques.

Une anatomie comparée des groupes et usages sociaux

16Au début du xixe siècle, géologues et archéologues prospectent un peu partout en Europe les grottes à la recherche d’ossements fossiles. Les découvertes sont nombreuses et suscitent quelques débats fondateurs dans les cénacles savants sur des questions comme l’âge des restes fossiles, les lois de la formation des dépôts des cavernes et les causes des bouleversements de ces remplissages. Parmi ces chercheurs, le Belge Philippe-Charles Schmerling (1791-1836) est l’un de ceux dont les résultats sont les plus significatifs. Il met au jour un nombre considérable de pièces et signale au début des années 1830 des preuves de l’utilisation par l’homme préhistorique des matières dures animales pour façonner divers instruments :

La fig. 9 de la pl. 36 représente un os d’une forme triangulaire taillé grossièrement. Ce fragment a été coupé d’un os long ; ses faces sont très-polies ; à la base se trouve une ouverture percée obliquement et dont les bords sont inégaux et arrondis : elle n’a point servi au passage d’une artère ou d’un nerf, c’est un trou évidemment foré par la main de l’homme.
C’est dans la grotte de Chokier, à gauche, presque contre les parois, que j’ai rencontré cette pièce intéressante parmi des dents de rhinocéros.

  • 16 Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes d (...)

17Cherchant à percer la destination de cet objet, il imagine une analogie avec certaines pratiques de « sauvages » actuels : « Tout en reconnaissant à l’évidence que cet os a été façonné, il est cependant difficile de dire à quel usage il a servi : quelques peuples sauvages, encore aujourd’hui, se parent de fragments d’os taillés ; ne serait-ce peut-être pas un ornement de ce genre ? »16

  • 17 Moro-Abadía (Oscar), González Morales (Manuel), « L’analogie et la représentation de l’art primiti (...)

18Ces parallèles faisant fi des époques et des distances vont connaître un grand succès. Sous ce rapport, Oscar Moro-Abadía et Manuel R. González Morales, dépassant la seule question des industries et reprenant à leur compte une thèse de Michel de Certeau (1925-1986) — « L’archéologie donne à voir ce que l’ethnologie permet d’expliquer » —, soulignent que « la représentation de l’art préhistorique entre 1860 et 1900 a été largement fondée sur la comparaison entre les “sauvages” et l’homme préhistorique. […] Les vestiges de la préhistoire et les coutumes des sauvages jettent donc les bases du système explicatif à propos des premiers artistes de l’humanité. Les premiers ont surtout valeur de documents ; les secondes, surtout de lumières. »17

Art mobilier de l’âge du renne (La Madeleine, Laugerie basse)
Planche extraite de Lartet (Édouard) & Christy (Henry), Reliquiæ Aquitanicæ. Being contributions to the archæology and palæontology of Périgord and the adjoining provinces of southern France, vol. 2 : Atlas, Londres : Williams & Norgate ; Paris : J. B. Baillière ; Leipzig : F. A. Brockhausq, 1875, pl. XXX & XXXI. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Art mobilier de l’âge du renne (Laugerie basse)
Planche extraite de Lartet (Édouard) & Christy (Henry), Reliquiæ Aquitanicæ. Being contributions to the archæology and palæontology of Périgord and the adjoining provinces of southern France, vol. 2 : Atlas, Londres : Williams & Norgate ; Paris : J. B. Baillière ; Leipzig : F. A. Brockhausq, 1875, pl. XIX & XX. © Bibliothèque centrale, MNHN.

19Effectivement, la logique du comparatisme va accompagner intimement le développement des études préhistoriques. Les exemples sont à cet égard nombreux. En 1858, dans la Revue des deux mondes, Émile Littré (1801-1881) enregistre les avancées récentes dans la connaissance de la haute antiquité de l’Homme. Il constate que les informations sur les temps antéhistoriques, de plus en plus nombreuses, attestent de « la succession graduelle et l’enchaînement régulier » des œuvres matérielles et intellectuelles. Mais il demeure difficile d’atteindre à une parfaite connaissance des mœurs et des événements de ces temps lointains, dont la violence semble à Littré le trait essentiel :

  • 18 Littré (Émile), « Études d’histoire primitive. Y-a-t-il eu des hommes sur la terre avant la derniè (...)

Ils sont effacés à jamais de la mémoire ; mais si nous les connaissions, ils nous présenteraient un tableau très semblable à celui des guerres entre Mohicans et Hurons, et n’auraient d’intérêt qu’autant qu’ils serviraient à contrôler la marche progressive des races vers une civilisation meilleure.18

20Pour reconstituer ce passé oublié, les textes sont d’un vain secours. Seules deux méthodes — l’ethnographie et l’archéologie — offrent quelque garantie de succès :

  • 19 Ibid., p. 32.

L’une est l’étude comparative des sociétés sauvages qui ont existé ou qui existent sur le globe, et leur classement méthodique ; l’autre est l’étude des monumens de l’antique industrie, les vestiges de l’antique existence que l’on exhume du sein de la terre. C’est une archéologie qui se recommande aux méditations de l’historien.19

  • 20 Lartet (Édouard) & Christy (Henry), « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées », op. cit., (...)

21De même, en 1864, lorsque Lartet et Christy présentent les résultats de leurs fouilles dans les gisements du Périgord, il leur semble tout à fait naturel de se référer à des pratiques ou à des instruments qui ont cours chez des populations actuelles. Ainsi en est-il de la transformation par les Esquimaux des tendons des animaux tués à la chasse en fil pour la couture des vêtements.20

  • 21 Robert (Eugène), « Observations critiques sur l’âge de pierre », Comptes rendus hebdomadaires des (...)

22L’affaire du Grand-Pressigny offre une nouvelle illustration parmi d’autres des rapprochements ethnographiques. Lorsque Eugène Robert (1806-1879) intervient en 1865 à l’Académie des sciences pour dénoncer ce qu’il pense être les erreurs commises dans la compréhension et l’interprétation des livres de beurre du Grand-Pressigny, il fait directement référence aux « casse-têtes des sauvages » et spécialement aux « tomataves en grauwacke des Nouveaux-Zélandais »21.

  • 22 L’historien Noël Coye a fait un sort à l’apparent ancrage dans le xviiie siècle de la méthode de l (...)
  • 23 Jussieu (Antoine de), « De l’origine et des usages de la pierre de foudre », Mémoires de l’Académi (...)
  • 24 Lafitau (Joseph François), Mœurs des sauvages amériquains, comparées aux mœurs des premiers temps, (...)
  • 25 Hamy (Ernest-Théodore), Précis de paléontologie humaine, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1870, pp. (...)

23En 1889, Émile Cartailhac (1845-1921) publie La France préhistorique. De nombreux chapitres de ce livre comportent des développements fondés sur des « analogies » et « comparaisons » ethnographiques. L’auteur prescrit ce procédé en précisant qu’il ne fait que poursuivre dans une veine dans laquelle d’autres ont excellé depuis le xviiie siècle, et même dès le moment de la rencontre entre l’Europe et le Nouveau monde22. À cet égard, il distingue tout particulièrement les travaux d’Antoine de Jussieu (1686-1758) sur les pierres de foudre23, tout comme ceux du Père Joseph François Lafitau s. j. (1681-1746) et son compte rendu de ses cinq années passées « dans une mission des sauvages du Canada »24. Cet appel à quelques pionniers aux origines d’une « archéologie comparée » se retrouve dans une formulation proche chez Ernest-Théodore Hamy25. Pour tous les deux, ce substrat trouve ses références scientifiques modernes chez Sven Nilsson (1787-1883), Edward Burnett Tylor (1832-1917) et bien évidemment John Lubbock (1834-1913).

  • 26 Nilsson (Sven), Les habitants primitifs de la Scandinavie. Essai d’ethnographie comparée. Matériau (...)

24De fait, ces chercheurs ont joué un rôle considérable dans le phénomène d’imprégnation des études préhistoriques par le comparatisme ethnographique. Dans les années 1820, le naturaliste suédois Nilsson, préparant une histoire de la chasse et de la pêche en Scandinavie, s’est trouvé confronté au peu de matériaux disponibles en la matière. Selon ses propres termes, son choix fut alors de recourir à la « méthode comparative, qui avait été introduite dans les études zoologiques par l’illustre Cuvier ». En procédant ainsi, Nilsson ouvre pour plusieurs décennies de nouvelles perspectives d’analyse des produits de l’archéologie. C’est du côté des naturalistes et du succès de leur anatomie comparée pour restituer des espèces fossiles aujourd’hui disparues, que les archéologues vont aller chercher une formule pour faire parler les témoins du passé antéhistorique. En présence des premiers restes humains fossiles, la paléontologie humaine va de la sorte tout de suite déterminer des rapports entre ces ossements et ceux des hommes actuels. L’homme de Cro-Magnon découvert en 1868 est peu ou prou assimilé aux populations esquimaudes et opposé, en se fondant sur son industrie, aux hordes qui peuplèrent les berges de la Somme et dont Jacques Boucher de Perthes a mis au jour à Abbeville les œuvres primitives. Certes, aucune tradition, aucun mythe ne permettent de connaître ces civilisations anciennes. Mais Nilsson constate que le paléontologue sait reconstituer une flore et une faune disparues en les rapprochant de leurs représentants actuels. À son exemple, il se convainc que l’archéologue peut comparer « les débris des races humaines éteintes, des ouvrages et des monuments laissés par ces races […] avec ce qui se rencontre de nos jours sur divers points du globe ». Ainsi sera-t-il possible de « parvenir de la sorte à la connaissance de ce qui a été par la comparaison avec ce qui est »26.

  • 27 Ibid., pp. VIII-IX.

25Poursuivant ses recherches, Nilsson entreprend en 1836 « un assez long voyage, dans le but principal de visiter les musées étrangers, où sont conservés en grand nombre des outils et des armes de pierre, parfaitement ressemblants à ceux dont se servent les peuples qui, encore de nos jours, se trouvent à un degré si bas de civilisation qu’ils ignorent l’usage des métaux, ne se servant pour leurs armes et ustensiles que de pierres, d’os et matières dures. »27 Cette collecte d’information va lui donner la matière propre à structurer sa réflexion et nourrir son projet de monographie sur les premiers peuplements de la Scandinavie :

  • 28 Ibid., pp. XI-XII.

Dans cet ouvrage, nos antiquités les plus anciennes furent, je crois, pour la première fois comparées pièce par pièce avec les ustensiles et les armes des sauvages de notre temps. Différents objets, que l’on avait jusqu’ici ou mal expliqués ou tout à fait ignorés chez nous, y furent déterminés et décrits ; tels sont, entre autres, les poids de ligne, que l’on nommait auparavant pierres de fronde. Des figures de vraies pierres de fronde y furent données, ainsi que des figures de harpons et de fouines de plusieurs espèces, de houes en pierre et en corne d’élan ; et enfin, pour la première fois, une longue série de percuteurs (pierres à casser), instruments au moyen desquels se façonnaient les objets de pierre, y fut exposée.
L’attention du lecteur y est aussi appelée, non seulement sur la ressemblance ou plutôt sur l’identité des instruments de pierre et d’os que l’on observe chez les peuples les plus divers et les plus éloignés les uns des autres de l’ancien et du nouveau monde, qui se trouvent au même niveau de culture (pl. V), mais encore parfois entre des outils et des armes d’une construction plus compliquée.
Mais quoiqu’on observe une si grande ressemblance entre les ustensiles et les armes des peuples sauvages de l’Europe ancienne et ceux de l’Amérique ou de l’Australie actuelle on observe aussi cependant des différences bien sensibles dans les différentes contrées du même pays.
Il semble que ce soit une loi générale que les hommes, placés à un degré égal de civilisation se conduisent partout à peu près de la même manière. C’est ainsi qu’on peut constater à différentes époques la haine du sauvage pour le colon, et l’instinct de destruction qui fait qu’entre les races incultes, la mieux douée par la nature poursuit et cherche à anéantir la race moins favorisée à cet égard.28

  • 29 Ibid., p. XX.

26Fort de ce qu’il estime être un grand succès — « La méthode comparative devrait toujours être employée pour expliquer les objets préhistoriques » —, les réflexions de Nilsson se prolongent dans une véritable histoire universelle de la Civilisation : les ressemblances, par-delà les millénaires, démontrent une identité de niveau de culture29.

27L’apport de Nilsson à l’archéologie préhistorique est salué tout au long du xixe siècle par la communauté des préhistoriens. Notons cependant que l’enthousiasme est parfois tempéré par certains qui, comme Gabriel de Mortillet, rappelleront les limites de l’exercice :

  • 30 Mortillet (Gabriel de), « Nécrologie. Sven Nilsson », L’Homme. Journal illustré des sciences anthr (...)

Le grand mérite de Nilsson, au point de vue paléoethnologique, est la création de l’ethnographie comparée. Partant de l’idée très juste que les peuples primitifs anciens étaient des peuples tout à fait dans l’enfance de la civilisation, il les compare aux peuples sauvages actuels. Cette comparaison a amené d’excellents résultats et élargi le cadre de nos connaissances préhistoriques. Pourtant, il ne faut point l’exagérer, on s’exposerait à commettre de graves erreurs. La méthode de l’observation directe est bien préférable à cette méthode de comparaison.30

28Le projet comparatiste de Nilsson est vite devenu une référence pour les chercheurs. Ils en usent et abusent en se livrant à des juxtapositions hardies entre le « primitif » et le « sauvage », dans un contexte intellectuel bouleversé par la diffusion de la théorie darwinienne de l’évolution des espèces. Par ses travaux, John Lubbock va contribuer de manière décisive à leur systématisation :

  • 31 Lubbock (John), L’Homme avant l’histoire étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés da (...)

En conséquence, privé, relativement à l’âge de pierre, de tout secours historique, mais débarrassé en même temps du concours gênant de la tradition, l’archéologue ne peut que suivre les procédés qui ont si bien réussi au géologue : les grossiers ustensiles d’os et de pierre des âges passés sont pour l’un ce que les restes des animaux sont pour l’autre. On peut même pousser l’analogie plus loin. Beaucoup de mammifères qui n’existent plus en Europe ont des représentants qui vivent encore dans d’autres contrées. Nos pachydermes fossiles, par exemple, ne pourraient presque pas être compris sans les espèces qui habitent encore certaines parties de l’Asie et de l’Afrique ; les marsupiaux secondaires s’expliquent par les représentants qu’ils ont actuellement dans l’Australie et dans l’Amérique du Sud : si, par le même procédé, nous voulons arriver à comprendre clairement les antiquités de l’Europe, nous devons les comparer avec les armes et les ustensiles grossiers dont se servent aujourd’hui, ou dont se servaient, dernièrement encore, les races sauvages dans les autres parties du monde. En réalité, le naturel de l’île de Van Diemen et l’Américain du Sud sont, pour l’antiquaire, ce que l’opossum et le paresseux sont pour le géologue.31

  • 32 Tylor (Edward Burnett), La civilisation primitive [trad. par Brunet Pauline], vol. 1, Paris : C. R (...)
  • 33 Ibid., p. 7.

29Edward Burnett Tylor, en 1876, va se montrer plus radical encore en considérant que « l’état sauvage, sous bien des rapports, représente la condition primitive de l’humanité. »32 Autant de similarités qui lui font conclure qu’« Il n’est pas nécessaire de s’attacher dans cette comparaison aux dates, aux positions géographiques ; par exemple les hommes des anciennes habitations lacustres de la Suisse peuvent être rapprochés des Aztèques du moyen âge, et les Ojibwas de l’Amérique du Nord des Zulus de l’Afrique australe. »33

30Le comparatisme anthropologique dans sa dimension archéologique a pris en compte, au premier chef, la persistance d’usages et de technologies, comme l’industrie en os ou en pierre. Mais la présence de figurations humaines dans des gisements paléolithiques va offrir un nouveau terrain d’expression à la démarche.

  • 34 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la (...)

31En 1863, Vibraye met au jour à Laugerie-Basse une statuette de femme en ivoire, « sorte d’idole impudique »34 qui exhibe son sexe à la vue de tous. Les circonstances précises de la découverte ne sont pas connues. L’époque, et tout particulièrement en ce qui concerne Vibraye, n’est pas encore à un relevé strict des couches stratigraphiques. Cette apparente désinvolture à l’égard du contexte n’est qu’un miroir des pratiques de terrain :

  • 35 Piette (Édouard), « Notes pour servir à l’histoire de l’art primitif », Bulletin de la Société arc (...)

Je demandais un jour à M. Franchet ; excellent observateur qui a dirigé les fouilles de M. de Vibraye à Laugerie-Basse, s’il n’avait pas étudié la composition des amoncellements à gravures et à sculpture et s’il n’avait pas observé des différences dans les couches dont ils sont formés. Il me répondit : « Ni M. de Vibraye ni moi n’y avons songé ; et Lartet et Christy n’ont pas pensé plus que nous à en faire l’étude stratigraphique. Émerveillés à la vue des surprenants vestiges d’un temps si éloigné, nous ne cherchions que des gravures et des sculptures ; nous les cherchions avec la même passion que l’ouvrier des placers qui a la soif de l’or et n’a d’yeux que pour les pépites dans les terres qu’il retourne. »35

  • 36 C’est Édouard Piette qui souligne en 1888 cet élément de dimorphisme sexuel au moment où lui-même (...)
  • 37 Mortillet (Gabriel de), « Promenades préhistoriques à l’exposition universelle », Matériaux pour l (...)

32Cette statuette magdalénienne, dont la tête, les bras et les seins36 manquent, se présente sous la forme d’un personnage gracile de 82 mm de hauteur. Elle est en 1867, l’un des clous de la présentation de préhistoire de l’Exposition universelle de Paris : « C’est un corps de femme maigre et allongé, dont les parties sexuelles sont très-prononcées et le derrière fort proéminent. La tête et les pieds manquent par suite d’anciennes fractures ; les bras n’ont jamais existé. »37

  • 38 Il est difficile de trouver la première occurrence de l’usage du terme de « Vénus » pour désigner (...)

33Point encore d’usage du vocable de Vénus, mais celui-ci ne va pas tarder à s’imposer, sans référence explicite à Saartjie Baartman dont les courbes sont peu comparables avec la maigreur de cette statuette. Mais l’apparente obscénité de cette pièce va faire émerger le terme de Vénus impudique, par analogie avec celle de l’antiquité grecque volontiers présentée lascive et dénudée38.

Statuette de femme en ivoire de mammouth
« Sculpture en ronde bosse. La tête manque ainsi que les bras et les pieds. Le haut de la statuette paraît avoir été incisé et enlevé dès les temps préhistoriques. — Recueillie à Laugerie-Basse par le marquis de Vibraye. — Collection du Muséum de Paris. » Détail de la planche VII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

La naissance de Vénus
Tableau d’Alexandre Cabanel réalisé en 1863. Exposée la même année au Salon, la Vénus de Cabanel connut un grand succès public et fut acquise par l’empereur Napoléon III. Contemporaine des découvertes archéologiques de Vibraye, cette représentation académique fut l’objet d’une controverse entre classiques et naturalistes, Zola la décrivant « comme Vénus dans le peignoir d’une courtisane ».

34Pour Vibraye, cette statuette paléolithique est riche d’enseignements qui viennent compléter de manière décisive des observations antérieures :

  • 39 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la (...)

Trois faits principaux, fruits de longues et persévérantes recherches, appartenant à un grand nombre d’observateurs, viennent aujourd’hui se contrôler et se grouper : l’homme des premiers âges se dévoile par ses œuvres ; l’homme s’associe par sa dépouille aux races éteintes ; l’homme enfin se fait révélateur de sa propre existence en reproduisant lui-même son image.39

Une pratique artistique n’est pas un indice incontestable de progrès

35La rusticité de mœurs n’interdit pas aux Préhistoriques une pratique culturelle assidue. De même, cette qualité est aisément reconnue par les anthropologues à des populations actuelles pourtant considérées comme déclassées, au sein des civilisations occidentales, ou dégradées, en ce qui concerne les peuples primitifs de l’autre bout du monde. L’art n’est donc pas un indice discriminant entre les divers degrés de l’humanité, passée et présente.

  • 40 Bordier (Arthur), « Les sciences anthropologiques à l’exposition universelle », La Nature, no 269, (...)

36Arthur Bordier (1841-1910), médecin, anthropologue, ethnographe et actif collaborateur de la revue L’Homme (1884-1887) de Gabriel de Mortillet, est l’un de ceux qui popularisent cette vision à travers ses contributions aux bulletins de vulgarisation scientifique La Nature. Selon lui, l’homme de la pierre taillée jouissait de conditions de vie suffisamment favorables — extrême abondance du gibier et des poissons — pour lui garantir un temps significatif de loisir, qu’il consacrait à la pratique de la sculpture et de la gravure au service d’un art réaliste. L’époque néolithique est venue bouleverser ce bel ordre des choses. L’invasion de l’Europe occidentale par des populations brachycéphales aurait sonné le glas de cet Éden. À l’art naturaliste, copie servile du spectacle de la nature, succède l’époque métaphysique des pierres levées portée par des civilisations sédentarisées40.

37Pour un scientifique imprégné de messianisme technologique comme Bordier, l’art si riche des Magdaléniens « ne fonde rien », par opposition à la néolithisation qui bouleverse les relations sociales et précipite la marche du progrès à travers ses révolutions techniques au service de l’agriculture. En définitive, cette pratique artistique à laquelle le monde occidental se montre si sensible n’est pas fondamentalement le signe du développement réel des sociétés. Bordier rappelle d’ailleurs que la race des Bochimans est passée maître dans la représentation pariétale figurative :

  • 41 Bordier (Arthur), « Les sciences anthropologiques à l’exposition universelle », op. cit., p. 359.

Il nous suffirait de jeter les yeux sur certaines populations contemporaines, pour nous assurer que les œuvres les plus remarquables en ce genre peuvent s’allier avec une intelligence médiocre et une civilisation très précaire, et pour comprendre alors, comment, si sympathiques qu’elles nous paraissent, ces populations dolichocéphales [les Magdaléniens] ont pu si complètement disparaître devant les rudes brachycéphales [les Néolithiques], dont les têtes servent encore de moule à nos têtes.41

  • 42 En 1884, Hamy donnera une description d’un relevé d’une peinture pariétale parvenu à la Société de (...)

38Bochimans et Hottentots qui « passent, à bon droit, pour les derniers et les plus dégradés des hommes » composent par leur anatomie et leur mode de vie — pastoralisme, culture matérielle limitée — une espèce de reliquat des civilisations préhistoriques disparues. Cette proximité s’exprime également à travers l’exercice d’un art de la gravure et de la peinture à la fois exact et consciencieux42. Tout comme les Magdaléniens, ils s’attacheraient dans leurs œuvres à imiter scrupuleusement le monde qui les entoure. Les représentations humaines en particulier, si abondantes, sont autant de témoignages d’une réalité anatomique et d’instantanés d’attitudes et de physionomies, voire de comportements sociaux. La douzaine de relevés de peintures pariétales présentée par la colonie anglaise du Cap, lors de l’Exposition universelle de Paris de 1878 dans les salles du Champ de Mars, en est l’illustration. Bordier va même jusqu’à opposer ces productions, en tant qu’expressions d’une intelligence de la nature, à d’autres dont les estampages sont exposés dans la galerie des sciences anthropologiques : les « grossiers dessins » datés de l’âge du bronze de la Vallée des Merveilles du massif du Mercantour, dans les Alpes.

  • 43 Rivière (Émile), « Gravures sur roches au lac des Merveilles au Val d’Enfer », Comptes rendus de l (...)
  • 44 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), « La race de Cro-Magnon dans l’espace et dans le (...)
  • 45 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Imprimerie impériale, (...)

39C’est Émile Rivière (1835-1922) qui est à l’origine de cette collection-ci. En 1877, il a accompli une importante campagne de relevé de ces gravures martelées visibles sur les blocs de pierre du Val d’Enfer dans le cadre d’une mission du ministère de l’Instruction publique. Au mois d’août 1878, il dévoile ses relevés et les commente lors du congrès de Paris de l’Association française pour l’avancement des sciences43. Depuis lors, des moulages de ces gravures exécutés par lui sont présentés dans l’escalier du Muséum ethnographique des missions scientifiques du Palais de l’industrie. Avec ces représentations, Rivière tente un double rapprochement : d’une part, ces productions artistiques seraient analogues à d’autres découvertes au Maroc et, surtout, avec des gravures des Canaries exécutées par les Guanches ; d’autre part, les Préhistoriques de Cro-Magnon et ceux des grottes de Grimaldi auraient pour origine commune ces mêmes Guanches. Sur le plan anatomique, Rivière, même s’il renverse l’ordre des facteurs, ne fait que reprendre à son compte une idée déjà émise par l’anthropologue du Muséum Armand de Quatrefages (1810-1892) et développée par son élève Ernest-Théodore Hamy dans leur présentation de la race de Cro-Magnon. En effet, selon eux, « c’est surtout parmi les Guanches de Ténériffe que le type de l’antique race de la Vézère semble s’être le mieux conservé. »44 Que les Guanches aient précédé Cro-Magnon ou l’inverse, cela n’est finalement que la manifestation d’un principe plus profond, à savoir que « certains caractères de nos premiers ancêtres doivent se reproduire de temps à autre chez toutes les races humaines. »45

Gravures sur roches de la vallée des merveilles
Planche extraite de Rivière (Émile), « Gravures sur roches des lacs des merveilles en Italie », Comptes rendus de la 7e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Paris, 1878, Paris : Association française pour l’avancement des sciences, planche 19. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Gravures antéhistoriques sur rochers
« Spécimens des échantillons anthropologiques de l’Exposition universelle » : 1-3, Algérie ; 4-7, Afrique Australe ; 8-10, Vallée des merveilles. Planche extraite de La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, 1878, 6e année, 2e semestre, p. 361. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Une anthropologie qui défie le temps et l’espace

  • 46 Blanckaert (Claude), « Avant Adam. Les représentations analogiques de l’homme fossile dans la prem (...)

40Sur le plan biologique, les premières découvertes de restes humains fossiles ont tout de suite posé la question des liens entre ces êtres antéhistoriques et les populations actuelles. En effet, disposant d’un registre réduit voire nul de pièces fossiles incontestables, les naturalistes se sont tournés vers les représentants des peuples contemporains à des fins de comparaison et de classification. Dans cette perspective, les références à l’Afrique sont fréquentes, comme le relève Claude Blanckaert, dans la littérature savante de la première partie du xixe siècle dès lors qu’il s’agit d’évoquer les origines de l’Homme46. Les noms de Philippe-Charles Schmerling, Ami Boué (1794-1881) ou Marcel de Serres (1780-1862) se distinguent parmi les principaux propagandistes des recherches d’ossements fossiles alors menées dans les grottes.

41Lorsque Schmerling présente les restes humains fossiles découverts dans les grottes d’Engis, il fait alors preuve d’une grande prudence dans leur diagnose. Son premier geste est de se reporter à la craniologie de Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840) sur les points de forme et de dimensions des crânes. L’ouvrage de référence est à cette époque les Decades craniorum, publiées à partir de 1790, qui opèrent une division de l’espèce humaine en cinq groupes — caucasien, éthiopien, mongol, américain et malais. Malheureusement, la tête osseuse révélée par Schmerling se trouve dépourvue de la face, ce qui rend impossible une comparaison exacte avec les figures présentées par Blumenbach. De même, le savant belge est convaincu que la modestie de son échantillon — une seule pièce fragmentaire — ne permet pas de l’ériger au rang de type. Cette calotte crânienne, doit du reste s’inscrire logiquement dans les limites connues de la variabilité de l’espèce humaine. En dépit de ces réserves, Schmerling s’aventure à quelques recoupements dans le texte de son mémoire tout comme dans le volume d’atlas qui l’accompagne :

  • 47 Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes d (...)

Néanmoins, pour ne rien négliger concernant la forme du crâne fossile que nous avons recueilli, nous ferons observer que la forme allongée et étroite du front a fixé d’abord notre attention. En effet, le peu d’élévation du frontal, son étroitesse et la forme des orbites, le rapprochent plus du crâne de l’Éthiopien que de celui de l’Européen ; la forme allongée, et l’état développé de l’occiput, sont encore des caractères que nous croyons avoir remarqués dans notre crâne fossile ; mais pour écarter tout doute à cet égard, j’ai fait représenter le contour du crâne d’un Européen, et d’un Éthiopien, et les fronts représentés planche II, fig. l, 2, même planche, fig. 3 et 4, suffiront pour faire distinguer les différences, et un seul coup d’œil jeté sur ces figures, en dira plus qu’une description longue et ennuyeuse.
Quel que soit le jugement que l’on porte sur l’origine de l’individu d’où provient ce crâne fossile, on peut, ce nous semble, émettre son opinion sans s’exposer à une controverse dont l’issue serait sans résultat positif. Chacun, du reste, est libre de choisir l’hypothèse qui lui paraît la plus fondée ; quant à moi, il m’est démontré que ce crâne a appartenu à un individu dont les moyens intellectuels ont été peu développés, et nous en concluons qu’il provient d’un homme dont le degré de civilisation ne devait être que peu avancé, ce dont nous pouvons nous rendre compte en confrontant la capacité du front avec la partie occipitale.47

Confrontation crânienne
Contour du crâne d’un Européen et d’un Éthiopien vue du dessus (Figures 1-2) ; Contour du front d’un Européen et d’un Éthiopien (Figures 3-4). Planche II extraite de Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, vol. 3, Atlas des planches, Liège : Chez P.-J. Collardin, 1834. © Bibliothèque centrale, MNHN.

42À la suite de ce travail, Marcel de Serres va se montrer plus hardi en poussant les conclusions de Schmerling, quitte à attribuer à ce dernier la conviction de la présence d’Africains en Europe dans les temps préhistoriques ; point que le Belge n’avait pensé ou osé formuler quelques années plus tôt :

  • 48 Serres (Marcel de), Essai sur les cavernes à ossements et sur les causes qui les y ont accumulés, (...)

Ces événements sont si récents, que, d’après les observations de M. Schmerling, on rencontre, dans les cavernes de la Belgique, des ossements humains de la race éthiopienne, mêlés et confondus à des débris d’animaux dont les races semblent tout à fait perdues. Ainsi, à l’époque du remplissage des cavernes, non seulement l’homme aurait existé, mais les grandes variétés de l’espèce humaine auraient déjà été produites.48

43Pour Serres, l’examen des pièces se suffit à lui-même :

  • 49 Marcel de Serres utilise le terme humatile pour caractériser les « corps organisés ensevelis ou dé (...)
  • 50 Serres (Marcel de), Essai sur les cavernes à ossements… op. cit., p. 116.

Les débris humains découverts dans les cavernes des environs de Liége, au milieu d’ossements d’éléphants, d’ours, d’hyènes et d’un grand nombre d’autres espèces, considérées pendant long-temps comme fossiles et qui sont uniquement humatiles49, sont d’autant plus remarquables qu’ils se rapportent à la race éthiopienne. Il suffit pour s’en convaincre de remarquer la région frontale de leur crâne qui est triangulaire et non orbiculaire, comme elle l’est dans la race caucasique. Ainsi, d’après ces faits, le transport des nombreux débris d’animaux que l’on observe dans ces cavités souterraines, aurait été contemporain de l’existence de cette variété principale de l’espèce humaine, qui n’avait encore été rencontrée nulle part à l’état humatile.50

44En complément des recherches faites en Belgique, les nouvelles investigations menées par le géologue Ami Boué en Europe centrale apporteraient de réelles certitudes de la proximité des populations originelles européennes avec celles des contrées lointaines :

  • 51 Ibid., p. 223.

Les têtes que l’on découvre dans diverses localités de l’Allemagne n’ont rien de commun avec celles des habitants actuels de cette contrée. Leur conformation est remarquable, en ce qu’elle offre un aplatissement considérable du front, semblable à celui qui existe chez tous les sauvages, qui ont adopté la coutume de comprimer cette partie de la tête. Ainsi, certains de ces crânes, et par exemple ceux trouvés dans les environs de Baden en Autriche, ont offert de grandes analogies avec ceux des races africaines ou nègres ; tandis que ceux des bords du Rhin et du Danube ont offert d’assez grandes ressemblances avec les crânes des Karaïbes ou avec ceux des anciens habitants du Chili et du Pérou.51

45Les recherches d’Ami Boué attesteraient du lien avec le continent américain :

  • 52 Boué (Ami), « Compte rendu des progrès de la géologie », Bulletin de la Société géologique de Fran (...)

Il n’en reste pas moins un fait très curieux, c’est que les crânes trouvés dans ces cavités et les marnes, ont une forme très particulière, et fort différente des races actuelles, et de celles qu’on sait avoir existé historiquement dans le pays. Un de ces crânes d’Autriche se trouve dans le cabinet d’Anatomie du Jardin des Plantes, et sa forme se rapproche, d’après le dire des cranologues, de celle des têtes de certains peuples anciens de l’Amérique méridionale. Attendons donc du temps la solution de cet intéressant problème, c’est le parti le plus sage.52

  • 53 Boué (Ami), « Résumé des progrès de la géologie en 1831 », Bulletin de la Société géologique de Fr (...)
  • 54 Cette question du remplissage des grottes, celle de son histoire et de ses bouleversements par des (...)

46Afrique et Europe seraient également liées : « Or, lorsqu’on a eu le bonheur de rencontrer des têtes comme à Vienne, il s’est trouvé quelquefois que leur forme se rapprochait de celle des têtes propres aux races africaines ou nègres, et s’éloignait de la forme des Crânes européens. »53 Finalement, les découvertes paraissent prendre appui les unes sur les autres, se confirmer mutuellement. De son côté, Boué concède que le sujet des conditions de formation des dépôts des grottes est complexe54 et que les couches, et donc les objets qu’elles contiennent, ont pu être perturbées au cours des siècles. Tout bien considéré, les conclusions de Schmerling lèvent selon lui nombre de doutes :

  • 55 Boué (Ami), Guide du géologue-voyageur, Paris : F. G. Levrault libraire-éditeur, 1836, t. 2, pp. 2 (...)

Ensuite j’ajoute foi, sauf rectification, au mélange de ces restes humains, au milieu d’ossements d’animaux éteints, soit dans des cavités, soit dans des cavernes. J’ai déjà reconnu qu’il peut y avoir eu çà et là des remaniements de ces dépôts, de manière que des ossements de différentes races humaines, comme des os d’animaux vivant encore, auront pu se mêler avec les couches supérieures des dépôts ossifères anciens. Des cavernes ont pu être habitées à plusieurs reprises ; elles ont pu servir de sépulture, ou recevoir des alluvions modernes par les cours d’eau qui les traversent fréquemment, etc. Mais que je vois en Belgique, M. Schmerling mettre le plus grand soin dans l’examen des cavernes, et trouver non seulement des têtes rappelant les formes africaines, mais même des poteries grossières, je me sens involontairement poussé à demander s’il n’est pas dans la nature des choses que les hommes aient commencé par des espèces analogues aux nègres et aux hommes habitant entre les tropiques.55

  • 56 Quatrefages (Armand de), L’espèce humaine, Paris : Germer Baillière & Cie, 1877, p. 219.

47À l’échelle d’une bonne génération, le progrès des connaissances aura néanmoins raison de ces premières estimations. Du côté de ceux qui vont construire l’anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle — les Quatrefages, Hamy et René Verneau (1852-1938) —, la recherche des filiations est une des lignes de force de leur œuvre. Rétrospectivement, Quatrefages va marquer sa distance avec le système et les analogies avancées par Boué et Schmerling. Pour lui, l’hypothèse d’une origine africaine du peuplement humain ne se trouvait plus confirmée par des fossiles. Dans sa monographie consacrée à l’espèce humaine en 1877, Quatrefages conclut que « malgré quelques appréciations émises à un moment où la science était moins avancée […], on peut affirmer qu’aucune tête fossile ne se rattache au type nègre africain ou mélanésien. Le vrai Nègre n’existait pas en Europe à l’époque quaternaire. »56

  • 57 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), Crania ethnica. Les crânes des races humaines, d (...)

48Lorsque Quatrefages et Hamy présentent leur inventaire des races humaines, Crania ethnica, — projet éditorial qui débute en 1870 et dont les fascicules successifs sont publiés entre 1873 et 1875 — ils ne peuvent que constater que : « L’anatomiste qui eut entrepris, il y a seulement une douzaine d’années, le livre que nous présentons au public, quel que fût d’ailleurs le cadre de ses études, n’aurait eu à y faire entrer que les races humaines formant la population actuelle de notre globe. »57

49Effectivement, en quelques années, les mises au jour se sont succédé en Europe — Néandertal 1856, Arcy-sur-Cure 1859, La Naulette 1865, Cro-Magnon 1868, Brüx 1871, Laugerie-Basse 1872, Homme de Menton 1872, squelettes de Grimaldi 1873-1874 — et il est désormais nécessaire d’aborder l’histoire des peuples en intégrant les hommes fossiles. Malgré ces beaux succès, le nombre de restes humains trouvés dans des niveaux stratigraphiques incontestables demeure limité. Une fois ces pièces comparées entre elles, c’est vers d’autres spécimens — primates et hommes actuels — que se tournent les anthropologues. Ainsi, pour n’évoquer que la France, c’est en se fondant sur l’ensemble des collections ostéologiques, quelle que soit l’ancienneté des sujets, que Quatrefages et Hamy construisent leur Crania ethnica. Cette méthode d’accroissement de l’échantillonnage favorise une conception fondée sur l’unité du genre humain, dont la diversité des races relèverait de la variabilité intraspécifique. Dès lors, la mise en évidence de caractères anatomiques communs, qu’il s’agisse de persistance ou de résurgence, entre des types fossiles et des populations actuelles amène à établir des relations phylétiques.

  • 58 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité. L’homme primitif contemporain, Paris : O. Doin, 1881, (...)
  • 59 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie et le tablier des femmes boschimanes », Bulletin d (...)
  • 60 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle », op (...)

50Au point de vue ethnogénique, Bochimans et Hottentots n’ont jamais déserté les bancs de l’anthropologie. Ils comptent au nombre de ces populations stationnaires « qui sont la vivante image des anciennes races préhistoriques »58. Tout au long du siècle, ils continuent d’alimenter en hypothèses les écrits et débats savants. Les dernières décennies voient encore quelques travaux de seconde main59 et l’arrivée d’une littérature de terrain à visée ethnologique, mais surtout un renouvellement des données par l’accès direct aux corps qu’offrent des tournées de Khoisan à travers le monde occidental60.

  • 61 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », Bulletins de la Société d’anthropol (...)
  • 62 Hamy (Ernest-Théodore), « Note ethnographique sur les Bosjesmans », Bulletins de la Société d’anth (...)
  • 63 Topinard (Paul), « Les Boshimans à Paris », La Nature, no 712, 1887, p. 124.
  • 64 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes du Jardin d’acclimatation », Revue d’anthropolog (...)

51Deux troupes sont présentées à Paris en 1886 et en 1888. Les premiers individus exposés, après un périple aux États-Unis, effectuent un circuit en Europe qui les mène à Paris après Berlin. En France, ces six « pygmées de l’Afrique » sont exhibés dans la salle des revues de music-hall des Folies-Bergère. L’aréopage d’anthropologues venu les étudier est frappé par leur « étonnante ressemblance » sur le plan anatomique avec la Vénus Hottentote décrite par Cuvier61. La stéatopygie, en particulier, continue de frapper les esprits. En revanche, l’intelligence et le comportement social des sujets62 ne concordent pas avec le portrait presque bestial dressé autrefois par l’illustre anatomiste et « la légende de leur extrême infériorité »63. En 1888, c’est au Jardin d’acclimatation qu’un groupe de treize « Hottentots », accompagné de quelques animaux — zèbres et autruches — est présenté au public. Leur examen amène Paul Topinard (1830-1911) à conclure qu’il n’existe pas de race hottentote en tant que telle, ses représentants n’étant que des métis « de Cafre et de Boschiman avec prédominance de Boschiman ». Cette fois encore, la stéatopygie retient l’attention des anatomistes, dont celle de Topinard qui y voit un caractère acquis64.

Affiche du Jardin zoologique d’acclimatation
En 1888, treize « Hottentots » sont présentés au public. © RMN-Grand Palais, Jean-Gilles Berizzi.

52Or, à compter de cette même année 1888, la question des statuettes féminines paléolithiques va connaître une nouvelle actualité grâce aux travaux d’Édouard Piette. La présentation d’une figurine mise au jour au Mas d’Azil va favoriser la réorientation des débats sur l’apport des cultures préhistoriques à l’histoire des peuples européens. À cet égard, Piette va savoir construire une pensée originale fondée sur le corpus plus général des méthodes — comparatisme ethnographique — et des idées en cours chez les préhistoriens.

53Sa réflexion va porter sur l’essence même de cet art paléolithique qui s’exprime à travers les pièces que l’on va rapidement appeler « Vénus ». Il va s’interroger sur sa nature : simple art réaliste ou expression métaphorique plus profonde ? S’exprime alors pleinement la tension entre réalité archéologique et représentation par les préhistoriens de la nature des Préhistoriques, au sens anatomique et intellectuel.

LA CONTRIBUTION D’ÉDOUARD PIETTE

L’homme préhistorique est une femme. Les vénus de Brassempouy (1892-1896)

54Piette est un magistrat de profession et, depuis le milieu des années 1850, un préhistorien de passion. Grand collectionneur, il est également un homme de terrain. C’est essentiellement dans le Sud-Ouest de la France qu’il conduit ses chantiers de fouilles. L’art mobilier paléolithique occupe une place centrale dans son œuvre. Il est l’auteur de nombreux travaux sur ce sujet et cet art, à travers ses techniques et ses matériaux, structure sa classification des cultures et sa chronologie des temps préhistoriques.

  • 65 Piette (Édouard), « Sur un buste de femme taillé dans la racine d’une dent d’Équidé et trouvé dans (...)

55En 1888, Piette présente à l’Académie des sciences une note sur une figurine féminine qu’il vient de mettre au jour dans les niveaux magdaléniens du gisement du Mas d’Azil65. La pièce, sculptée sur une dent de cheval, mesure 52,5 mm de hauteur. Le réalisme anatomique de la statuette n’a pas été contraint par le talent de l’artiste mais a dû se plier à la forme du matériau utilisé et « assurément, ce n’est pas une merveille d’art, et la matière choisie ne se prêtait guère à la sculpture ». De ce fait, épaules et bras sont absents, les côtés sont simplement ébauchés, le dos n’est pas dégrossi et le crâne est esquissé. Pourtant, cette pièce présente des détails inconnus jusque-là — « les seins sont bien sculptés et le profil du visage est taillé avec soin » — et une harmonie générale.

  • 66 Sur les travaux menés par Piette à Brassempouy, voir White (Randall), « The women of Brassempouy : (...)

56Piette arrête alors un aspect essentiel de sa pensée : ces statuettes sont le reflet de la vie, l’expression d’une réalité anatomique des populations préhistoriques, la représentation d’une femme magdalénienne. Les résultats des fouilles de Brassempouy (Landes) vont contribuer à asseoir sa démonstration66.

Classification et terminologie des temps préhistoriques
Tableau extrait de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907, après p. 4. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Statuette de femme sculptée dans une dent d’équidé
« On remarque au bas du cou, deux raies qui sont probablement la base de la coiffure. Le nez est gros ; l’oreille et les lèvres sont épaisses ; les seins sont cylindriques et pendants, avec des bouts qui ressemblent à ceux de tettes d’animal. – Assise des sculptures en ronde bosse. » Mas d’Azil, rive droite de l’Arise. Détail de la planche XLIII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 67 Piette (Édouard), L’époque éburnéenne et les races humaines de la période glyptique, Saint-Quentin (...)

57En 1881, Piette découvre les recherches d’Eudoxe Dubalen (1851-1936), Joseph de Laporterie (1850-1935) et du docteur Albert Léon-Dufour (1825-1909) à Brassempouy. Il suit de près les travaux de Laporterie, qui a trouvé des objets en ivoire dans des niveaux antérieurs au Magdalénien, époque où ce type de trouvailles est plus attendu. Cependant, Piette ne retourne là-bas qu’en 1892. Pendant quelques jours, il prépare la venue sur place des participants à la section de géologie et d’anthropologie de la 21e session du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences qui doit se tenir alors à Pau. Ce rapide passage lui permet de confirmer le caractère exceptionnel du gisement qui révèle une large séquence stratigraphique : « Ce n’était plus un gisement magdalénien comme en 1881, c’était un ensemble de vestiges d’une époque plus ancienne sur laquelle on n’avait que des données incomplètes. »67

  • 68 Piette (Édouard), « Compte rendu de l’excursion faite aux abris de Brassempouy pendant le congrès (...)
  • 69 Magitot (Émile), « Excursion géologique et anthropologique à la grotte de Brassempouy (Landes) », (...)

58L’excursion du 19 septembre 1892 va se révéler malheureuse68. Plus de quarante personnes, archéologues accompagnés de leurs dames, sont présentes. Elles se livrent à une « véritable razzia préhistorique » car chacun « choisit un coin et, avec quelques outils improvisés, entame le talus ». Le gisement est saccagé par la collectionnite : « On travaille pour son compte, pour sa propre collection, car on sait que les pièces trouvées sont abandonnées aux plus heureux explorateurs. »69

  • 70 Piette (Édouard), « Les ivoires de Brassempouy, note communiquée par M. Alexandre Bertrand », Comp (...)
  • 71 Delporte (Henri), L’image de la femme dans l’art préhistorique, Paris : Picard, 1979, p. 26.
  • 72 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », Bulletins de la Société d’anthropolo (...)

59Pourtant cette fouille sauvage va donner quelques résultats puisqu’elle va permettre d’exhumer, dans des niveaux antérieurs au Magdalénien, plusieurs objets en ivoire dont deux statuettes, connues aujourd’hui sous le nom de l’ébauche et de la Poire. L’ébauche, plus gracile, se réduit à « la partie inférieure d’une statuette cassée au ventre, les jambes sont jointes et le bas du tronc, dont il ne reste qu’une faible partie, paraît avoir été fait par le procédé [de deux entailles rapprochées l’une de l’autre]. C’est une ébauche ; les pieds sont à peine dégrossis et on voit les coups de burin sur les jambes et sur les cuisses. La présence d’une ébauche, dans cette assise, prouve que ces statuettes n’ont pas été importées, mais qu’elles ont été faites sur place. »70 La Poire, qui deviendra la Vénus de Brassempouy, est une pièce de 79 mm très abîmée qui correspond à la partie inférieure d’une statuette, marquée par « un ventre proéminent, des hanches et des cuisses très développées »71. Piette discerne une stéatopygie et des indices d’un « assez grand développement des nymphes »72. Cette pièce va être la source d’un imbroglio entre Émile Cartailhac (1845-1921) et Édouard Piette ; le second reprochant au premier de l’avoir subtilisée pendant la présence de la délégation de l’AFAS et d’avoir tenté de lui enlever le gisement de Brassempouy.

Fragment de statuette féminine en ivoire dite « Le torse »
« La fig. 1 la montre vue de derrière ; la fig. 1a, vue du côté gauche ; la fig. 1b, vue du côté droit ; la fig. 1c, vue de face. Un large éclat a été enlevé au ventre. La tête, une cuisse et les deux jambes manquent [...] Les seins sont cylindriques et pendants, le ventre volumineux. Les hanches ont des saillies graisseuses». Planche LXXIII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.
  • 75 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique » (...)
  • 76 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 386.
  • 77 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique » (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Sur des ivoires sculptés provenant de la station quat (...)
  • 80 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique » (...)

60À partir de 1894, Piette s’associe à Laporterie dans l’étude de ce site. Cette année-là, ils mettent au jour une série de cinq statuettes. L’une d’elle, la Tête à la capuche, va passer à la postérité, grâce à sa beauté et à sa finesse d’exécution, et incarne aujourd’hui la virtuosité des artistes du Paléolithique supérieur. Elle se présente sous la forme d’« une tête dont la coiffure ressemble à une perruque égyptienne, mais dont le visage est triangulaire »73. La Figurine à la ceinture, quant à elle, « porte une ceinture, mais pas de pagne. Les jambes sont terminées en pointe, et les fesses très courtes, à peine séparées, ressemblent à celles des poupées égyptiennes. »74 Cette statuette est « svelte et élancée ». Il est difficile de préciser le sexe du personnage et des avis contraires se sont exprimés à ce sujet75. La Figurine à la pèlerine est un « fragment de torse couvert d’une pèlerine, ayant un bras en relief appliqué contre la poitrine »76 dont il est malaisé de préciser le sexe77. La Fillette, minuscule figurine de 47,5 mm, représenterait pour Piette « une petite poupée »78. Enfin, le « tronc d’une femme stéatopigique [sic], sans bras, ayant servi de manche de poignard »79. Ce Manche de poignard représente, selon Piette, « le tronc d’une femme adipeuse n’ayant ni bras ni tête et n’en ayant jamais eu », celle-ci devant être « une femme déjà mûre. »80

  • 81 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Études d’ethnographie préhistorique IV. Fouilles à Br (...)
  • 82 Duhard (Jean-Pierre), « Réalisme de l’image féminine paléolithique », Cahiers du Quaternaire, no 1 (...)

61La poursuite des fouilles à l’automne 1896 permet d’affiner la description stratigraphique du gisement et de découvrir, dans la Grotte du Pape, une nouvelle statuette féminine, assez détériorée, qui va rapidement prendre l’appellation de Torse. Comme les précédentes, celle-ci est incomplète, « la tête, les épaules, les jambes et une cuisse font défaut. Un large éclat a été enlevé au ventre. »81 En 1907, dans L’art pendant l’âge du renne, une autre figurine sera présentée, L’ébauche de poupée, pour laquelle Jean-Pierre Duhard confirmera, bien des années plus tard, « un caractère féminin indiscutable »82.

L’art mobilier paléolithique comme miroir d’une réalité anthropologique

62Inventeur de la première série majeure de statuettes paléolithiques, Piette privilégie l’art mobilier dans sa chronologie des temps paléolithiques. Celui-ci devient un marqueur chronologique corrélé aux mouvements de disparition et de migration des faunes.

  • 83 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan, sur la lacune que plusieurs auteurs placent entre l’ (...)
  • 84 Mortillet (Gabriel de), « L’art dans les temps géologiques », Revue scientifique, 2e série, t. 12, (...)
  • 85 Ibid., pp. 891-892.
  • 86 Ibid., p. 892.

63Lorsque Mortillet évoque en 1877 les quelques pièces d’art paléolithique à figurations humaines connues alors, il considère que ces objets ne sont pas l’œuvre de populations isolées, mais représentent un signe distinctif de la civilisation magdalénienne. Piette reviendra sur cette affirmation en montrant que les statuettes trouvées à Brassempouy proviennent de plusieurs horizons stratigraphiques parfois antérieurs au Magdalénien. Mortillet note également que les personnages représentés sur les objets mis au jour par Landesque et Vibraye sont nus. Reprenant en cela un point de vue de Piette83, il considère qu’il ne s’agit que d’une convention artistique car l’archéologie a démontré que les hommes de l’époque de la Madeleine disposaient du matériel — « nombreuses et charmantes aiguilles » — leur permettant de se coudre des vêtements. Aussi bien, « comme les artistes de nos jours, les artistes des premiers temps préféraient dessiner et sculpter l’académie. C’était une simple affaire de goût. »84 Les détails anatomiques de ces statuettes sont riches d’enseignements sur les populations du Paléolithique supérieur. Ainsi, si les pouces des mains ne sont pas visibles, ce serait parce que les hommes de cette époque avaient l’habitude de conserver le pouce dans le creux de la main, « habitude encore en usage chez certains peuples sauvages actuels. »85 De même, il lui paraît confirmé que le système pileux devait être développé. Mortillet présume également que « l’homme de l’époque avait les cheveux longs, la figure était maigre, allongée, la barbe pointue ; enfin l’ensemble de la tête paraît intermédiaire entre le type conventionnel de Méphistophélès et la tête de François Ier. »86

64La comparaison est pittoresque et la démonstration s’appuie sur un principe qui va fonder les discussions autour des statuettes paléolithiques : ces objets, dira-t-on, transcrivent de manière fiable une réalité anatomique du passé qui ouvre la voie à des comparaisons réciproques avec des populations actuelles.

65Depuis longtemps, Piette est convaincu du caractère réaliste de l’art paléolithique et du génie des Préhistoriques. Dès 1873, dans son étude de la Grotte de Gourdan (Haute-Garonne), il insiste sur cette « vérité frappante » dans la représentation de la nature, surtout lorsqu’il s’agit de ce gibier qui constitue le tout-venant de leurs chasses, et sur la qualité des œuvres :

  • 87 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan… », op. cit., p. 417.

La vigueur et la décision du trait étonnent nos dessinateurs. Les poses et les allures des animaux sont parfois rendues avec tant d’exactitude et de naturel, que nos maîtres seraient impuissants à mieux faire.
Il y eut donc dès cette époque un art véritable, et si l’on songe aux immenses difficultés matérielles qu’éprouvaient les graveurs de ce temps à figurer les animaux sur un os étroit et tournant avec un mauvais caillou aiguisé, loin de leur contester le titre d’artiste, on est émerveillé des résultats auxquels ils sont parvenus.87

Fragment de statuette de femme dite « La poire »
« en ivoire trouvée dans l’assise à sculpture en ronde bosse de la grotte du Pape à Brassempouy [...]. Cette statuette [...] nous révèle l’existence, au commencement de la période glyptique, d’une race humaine longinymphe, très adipeuse, dont les femmes avaient une certaine similitude de formes avec les Boschimanes. » Planche LXXI extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 88 Piette (Édouard), « Équidés de la période quaternaire », Matériaux pour l’histoire primitive et na (...)
  • 89 Piette (Édouard), « Études d’ethnographie préhistorique IX. Le chevêtre et la semi-domestication d (...)

66Piette va également s’appuyer sur les gravures présentes sur les objets pour bouleverser la paléontologie des équidés88 et développer une théorie sur la domestication des chevaux89.

67Cet art s’épanouit dans deux zones géographiques — le Périgord et les Pyrénées — selon deux traditions artistiques qui diffèrent « par la manière, par le soin du détail, par l’amplitude de l’idée. » Piette n’hésite pas alors à parler d’écoles :

  • 90 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan… », op. cit., p. 420.

Je donne au mot école son sens le plus général. Par ce mot, je ne désigne pas un genre de talent dû aux leçons d’un même maître, mais un sentiment de l’art et une manière de l’exprimer résultant du caractère, des mœurs et d’un concours de circonstances extérieures auxquelles un même groupe d’hommes est soumis. Le génie et les habitudes de la famille humaine dans laquelle on est élevé ont été de tout temps les plus grands instituteurs. Le chasseur de renne avait la passion de l’art ; il gravait par instinct. Il serait cependant insensé de dire qu’il ne s’inspirait pas des œuvres que d’autres plus habiles accomplissaient sous ses yeux et ne cherchait pas à imiter leurs procédés.90

68De même, la profusion des dessins géométriques qui accompagnent l’art naturaliste apparaît à Piette comme la source de représentations qui ont perduré jusqu’aux périodes historiques :

  • 91 Ibid., p. 422.

En retrouvant les traces de cet art dans les grottes du midi de la France, nous ressaisissons un des anneaux de la chaîne qui relie les temps modernes à la période paléolithique ; nous reconnaissons un point de contact entre deux époques bien différentes et qui pourtant ont succédé l’une à l’autre.91

69Piette va persévérer dans ses idées. En 1894-1895, en même temps qu’il commence à présenter ses découvertes, il définit le cadre intellectuel d’interprétation de ses Vénus, ce terme étant dès lors usuellement utilisé pour désigner ces figurines. Ses travaux sont émaillés de références aux Bochimanes, à leur stéatopygie supposée et à leur particularisme gynécologique — hypertrophie des nymphes — tout aussi supposé. Même s’il n’y fait pas directement référence, ces particularités anatomiques sont celles qui avaient assuré autrefois la célébrité de la Vénus Hottentote.

Statuette de Brassempouy
« Tête de femme à visage de forme mongolique, coiffée d’une perruque formant capuche, ressemblant à celles des Égyptiens des temps pharaoniques. Les arcades sourcillières sont très saillantes, mais les pupilles qu’elles abritent n’existent pas sur la pièce originale. Le visage est triangulaire, le nez long, étroit, droit et aplati. » Planche LXX extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

70Sur une longue période, que Piette baptise glyptique et qui pourrait correspondre approximativement à l’actuel Paléolithique supérieur, les Préhistoriques ont enregistré grâce à la gravure et à la sculpture des informations précieuses qui viennent pallier les défaillances de l’archéologie :

  • 92 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 381.

Nous n’avons que de vagues notions sur les races humaines qui ont peuplé notre pays aux époques de Solutré et de la Madeleine. Les ossements qu’elles ont laissés dans les cavernes sont peu nombreux, d’une conservation très imparfaite, et parmi eux il n’en est guère qui aient été admis par tous les savants, comme contemporains des amas dans lesquels ils gisaient. D’ailleurs ils ne donnent que des indications incertaines sur les parties charnues et n’apprennent rien du système pileux. Pour acquérir une connaissance plus parfaite de ces races, il faut examiner les statuettes et les gravures par lesquelles elles se sont représentées elles-mêmes.92

  • 93 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Sur des ivoires sculptés provenant de… Brassempouy »,(...)

71Les statuettes sont donc des témoignages anthropologiques vrais. Le préhistorien en est intimement convaincu au point de confier à René Verneau la tâche d’effectuer des relevés anthropométriques de la Tête à la capuche. Indices facial et céphalique lui permettent alors de conclure que la face de la statuette est « relativement plus large que celle d’aucune population vivant actuellement » et que cette figurine, qu’il rapproche des populations mongoles, « montre une brachycéphalie plus accusée que chez la race mongolique la mieux caractérisée à ce point de vue »93.

72À travers l’étude du corpus des statuettes, Piette détermine une image précise des peuples de cette époque glyptique. La parenté avec les Hottentots devient évidente, même si ces Préhistoriques formaient « un rameau bien supérieur de l’humanité » aux primitifs d’Afrique australe :

  • 94 Piette (Édouard), « Race glyptique », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des s (...)

Visage en losange. Pommettes des joues légèrement saillantes. Front presque droit, occupant plus du tiers du visage. Nez gros, jamais épaté. Lèvres épaisses, la lèvre supérieure avance parfois sur la lèvre inférieure. Menton fuyant, sans saillie, comme celui de la mâchoire de la Naulette. Ce caractère n’est pas constant. Oreille bien bordée, ayant un lobe inférieur adhérent à la joue. Cheveux paraissant très courts, hérissés, peut-être laineux je n’insiste pas sur ce point ; l’homme pouvait avoir déjà l’habitude de les couper. Les seins de la femme sont longs, étroits, pendants, terminés par des bouts dont un sculpteur a peut-être exagéré la grosseur, car il leur a donné l’aspect de tettes. Poitrine plus épaisse que large. La longueur du diamètre antéro-postérieur du thorax est aussi un des principaux traits de la race nègre ; mais elle est moins exagérée que dans la race glyptique. Cette longueur, l’épaisseur des lèvres et la forme des seins dénotent des affinités entre ces deux races. Ventre volumineux. Chez la femme, il est pendant, latéralement comprimé et proéminent ; sa partie saillante forme un méplat ou bande plate et étroite, allant du creux de l’estomac jusqu’au-dessous du nombril. Les flancs, obliques et vastes, se relient à angle obtus avec ce méplat.
Les jambes des femmes sont grêles, leurs cuisses courtes, épaisses, ayant la forme d’un cône renversé à très large base, comme il convient pour porter un ventre si volumineux et les fesses qui lui font contrepoids. Ces cuisses paraissent parfois revêtues, comme celles des Boschismanes, d’une bande fibro-graisseuse à leur partie externe et sur leur face antérieure, où elle forme une sorte de mollet. Une cassure aux fesses d’une statuette semble indiquer de la stéatopigie ; mais cette conformation, que l’épaisseur de la cuisse rend probable chez certaines femmes, n’était pas générale. Le système pileux est très développé. Le ventre des femmes est couvert de poils même au-dessus du nombril. Leurs parties génitales présentent généralement un assez grand développement des petites lèvres. Ce développement est tel sur l’une des statuettes, qu’elles forment un véritable tablier de Bojesmanes.94

  • 95 Piette (Édouard), L’époque éburnéenne et les races humaines de la période glyptique, op. cit., pp. (...)

73Une telle virtuosité dans l’art de la sculpture, une telle précision anatomique peuvent parfois déconcerter le savant observateur du xixe siècle. Pour Piette, il convient au contraire d’admirer le talent du sculpteur qui, par l’exactitude de son exécution, « a su représenter la femme à l’âge où ces contours ne sont pas sans charme, sans attendre les années qui devaient en faire des paquets de graisse pendante. »95

  • 96 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 394.

74Cette race européenne, stéatopyge et à l’hypertrophie génitale, occupait un ample territoire, ce dont témoigne la résurgence de ces caractères somatiques chez quelques populations africaines, visibles également sur des peintures de l’époque des pharaons égyptiens. Ces attributs n’auraient-ils pas également leur place dans l’histoire plus vaste du sentiment humain ? Pour Piette, cet atavisme expliquerait le penchant qu’ont de nombreuses personnes « pour les formes opulentes de la partie inférieure du tronc », goût « qui a imposé aux femmes l’usage du panier, de la crinoline et du pouf. »96

  • 97 Ibid., p. 393.

75Piette reconnaît qu’il serait « téméraire de classer les races humaines en prenant pour base unique la conformation des organes sexuels de la femme » mais ce critère lui semble toutefois suffisamment discriminant pour être retenu. Il est vrai que la littérature de voyage consacrée aux Bochimans et Hottentots a, pendant plus d’un siècle, usé de ce facteur pour distinguer les individus et les rattacher à l’un ou l’autre de ces groupes. À son tour, Piette l’utilise dans le cadre de sa classification des races préhistoriques. Statuettes en mains, il opère de manière identique pour distinguer une race très ancienne, « caractérisée par l’allongement des nymphes et la stéatopygie chez la femme »97, d’une autre à la conformation voisine de sculptures de l’art égyptien.

Manche de poignard en ivoire
« représentant le tronc d’une femme de race adipeuse, dont les gibbosités graisseuses des hanches se relient à celles des fesses et se confondent avec elles. Le ventre est volumineux ; les seins cylindriques et pen­dants. La destination de cette sculpture a empêché de donner au thorax, l’épaisseur que comporte la race [fig. 1] ». Planche LXXIV extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Ivoires en provenance de Brassempouy « L’ébauche »
En figures 5, « parties inférieures d’une ébauche de statuette masculine. On voit les coups de burin. Les pieds sont inachevés. Les jambes et les cuisses sont celles d’un homme et n’ont rien qui rappelle la stéatopigie [sic]. On voit le bas d’un suspensoir». Planche LXXV extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.

De Brassempouy aux grottes de Grimaldi

  • 98 Zaborowski (Sigismond), « Sculptures en ivoire quaternaire », Bulletins de la Société d’anthropolo (...)

76Les principales critiques du système Piette vont venir de la Société d’anthropologie de Paris. Sigismond Zaborowski (1851-1928) est le premier à contester la rigueur de la démonstration. Il ne discute pas la démarche d’essayer de tirer de l’art mobilier des informations anthropologiques. En revanche, il se montre dubitatif sur la validité d’un raisonnement fondé sur un échantillonnage de pièces aussi réduit et donc peu représentatif. Il estime de même que, de manière générale, les artistes tiennent peu compte « des véritables caractères ethniques de leurs sujets. Et ils ne reculent pas devant une monstruosité anatomique qui doit ajouter quelque chose à leur grâce. »98 Seule la découverte d’une série cohérente de statuettes présentant une même conformation permettrait de tirer quelque conclusion ; ce qui n’est pas le cas en l’espèce.

77Par ailleurs, la stéatopygie lui apparaît singulièrement discutable. Tout juste Zaborowski reconnaît-il une certaine ensellure, caractère commun dans des populations africaines variées, ce qui n’implique pas de rapprochement spécifique avec les Bochimans. Enfin, il lui semble incongru de vouloir conjecturer l’indice céphalique supposé des populations préhistoriques en partant de mesures prises sur une statuette qui n’est qu’une œuvre artistique et ne peut se substituer à l’étude directe des fossiles humains pour se faire une idée juste de ces populations.

  • 99 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique » (...)

78C’est dans la revue L’Anthropologie que Piette va répondre à ces objections99. Pour lui, l’art mobilier paléolithique est un « art sincère ». L’étude de ces œuvres est le complément indispensable au travail des anthropologues qui examinent les ossements fossiles. Elle apporte à l’ethnogénie les matériaux qui échappent à l’anatomiste à travers la seule ostéologie :

La reconstitution du squelette, si elle parle à l’esprit du savant, ne satisfait pas entièrement ceux qui n’ont pas fait de l’anatomie une étude spéciale. Ils désirent connaître avec précision les contours des chairs, des masses fibro-graisseuses et les caractères du système pileux. L’ostéologie est impuissante à les leur montrer, et nous les aurions ignorés toujours, si les hommes des temps glyptiques ne s’étaient adonnés aux arts plastiques et ne s’étaient représentés eux-mêmes par la gravure et par la sculpture. Leur art a été très sincère. Ils étaient profondément réalistes.

79Il est donc loisible de se fier aux statuettes, car elles ne sont pas œuvres d’imagination mais copies de la réalité. Au demeurant, la série dont dispose Piette est suffisamment étoffée et stratigraphiquement validée pour lui permettre de construire une analyse cohérente. Les neuf figurines dont il dispose forment deux ensembles homogènes qui corroborent sa théorie de la coexistence de deux races paléolithiques : d’un côté, une population adipeuse dont les Bochimans et Somalis seraient « des rameaux survivants partis du même tronc », de l’autre une race plus gracile et plus voisine des Européens actuels. La Vénus impudique de Vibraye serait un exemple du métissage de ces deux races.

Vénus de Grimaldi
Statuette de femme nue en stéatite. Planche I extraite du tome 9 de la revue L’Anthropologie (1898). © Bibliothèque centrale, MNHN

  • 100 Regnault (Félix), « Les artistes paléolithiques d’après les dernières découvertes », La Nature, no(...)

80Malgré les critiques émises au sein de la Société d’anthropologie de Paris, les conclusions de Piette trouvent un écho chez un grand nombre de préhistoriens. Le docteur Félix Regnault (1863-1938) est l’un de ceux qui font tout de suite un rapprochement entre les statuettes et « les femmes à l’aspect bizarre » exhibées quelques années auparavant au Jardin d’acclimatation100.

  • 101 Reinach (Salomon), « Statuette de femme nue découverte dans une des grottes de Menton », L’Anthrop (...)

81Une nouvelle pièce va venir en appui des thèses de Piette. En 1898, Salomon Reinach (1858-1932), présente dans un article de L’Anthropologie une statuette féminine qu’il vient d’acquérir au nom de son Musée101. Cet objet de stéatite jaune de 47 mm a été recueilli par Louis Jullien en 1883 dans une des grottes de Grimaldi, près de Menton, dans des niveaux archéologiques paléolithiques. Reinach opère tout de suite un rapprochement avec les trouvailles antérieures de Piette. L’analogie est aisée car ce nouvel objet affiche, lui aussi, des formes très généreuses que sa nudité dévoile à tous. Le conservateur du Musée des antiquités nationales se garde toutefois de tirer d’une pièce isolée trop de conclusions anthropologiques sur la conformation des Préhistoriques.

  • 102 Mortillet (Gabriel de), « Statuette fausse des Baoussé-Roussé », Bulletins de la Société d’anthrop (...)

82Cette présentation offre l’occasion à Gabriel de Mortillet, avec le soutien d’Émile Rivière, de lancer l’une des dernières polémiques de sa carrière en attaquant Reinach, auquel l’opposent une rivalité personnelle et des conflits d’intérêts familiaux. Selon lui, la statuette représente un homme et non une femme, encore moins une quelconque divinité et, surtout, il s’agit d’un faux grossier102.

  • 103 Piette complétera cette série d’une sixième statuette achetée à Jullien en 1903. Toutes ont été lé (...)
  • 104 Piette (Édouard), « Gravures du Mas d’Azil et statuettes de Menton », Bulletins de la Société d’an (...)
  • 105 Ibid., p. 775.

83Très pris par ses fouilles du Mas d’Azil, Piette n’intervient pas directement dans la discussion. En revanche, en 1902, il annonce avoir lui-même acquis de Jullien une série de cinq statuettes, toutes en stéatite sauf une en os, provenant d’une autre grotte de l’ensemble des Baoussé Roussé de Grimaldi103. Dans sa présentation, il insiste sur la qualité inférieure d’exécution de ces pièces par rapport à celles de Brassempouy. Elles lui offrent néanmoins la matière à des conclusions anthropologiques et ethnographiques encore plus précises. De ce point de vue, la figuration des organes sexuels continue de lui fournir des renseignements précieux du type de ceux qui lui avaient permis antérieurement de démontrer « l’existence de la race boschismane [sic] aux temps glyptiques dans les cavernes »104. La première pièce présentée est une petite tête de 24 mm de hauteur, la Tête négroïde, dans laquelle Piette affirme discerner une coiffure du type de celle de certaines représentations de pharaons, une face accusant « des caractères incontestablement négroïdes », une physionomie générale de « type néandertaloïde ». La suivante, l’Hermaphrodite glyptique, pièce de 52 mm, intrigue par sa conformation, et reste d’ailleurs toujours un sujet de discussion. Pour Piette, cet objet est « peu décent » car il arborerait à la fois des seins et « un énorme phallus érigé, dont les bourses sont enfermées dans un suspensoir en filet attaché à des fils formant ceinture », appareillage que l’auteur estime être « d’un usage à peu près général, parmi les hommes de race adipeuse des temps glyptiques, comme précaution hygiénique. » La troisième statuette, baptisée Le Polichinelle par Georges-Henri Luquet (1876-1965), mesure 61 mm et représente un personnage féminin dont le profil « présente les caractères de la race somalis ou boschismane », c’est-à-dire la stéatopygie typique de ces populations. Avec cette pièce, Piette estime détenir un argument décisif pour affirmer « que la race des Somalis est une de celles qui ont occupé les cavernes d’Europe pendant l’âge glyptique. »105 Une autre statuette de 61 mm, que Luquet appellera Le Losange, présente des seins, des hanches et un ventre volumineux, mais « un derrière large et aplati ». Enfin, celle que Piette dénomme la Femme au Goitre est la seule pièce en os. Elle mesure 45 mm et est très mutilée.

Statuette dite « Le polichinelle »
Statuette féminine en stéatite découverte lors des fouilles Louis-Alexandre Jullien entre 1883 et 1895 (collection Piette). © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale), Jean-Gilles Berizzi.

Figurine dite « Le losange »
Figurine en stéatite découverte lors des fouilles Louis-Alexandre Jullien entre 1883 et 1895 (collection Piette). © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale), Jean-Gilles Berizzi.

Les « négroïdes » de Grimaldi entrent en scène

84Au total, suivant Piette, cette série de statuettes des grottes de Grimaldi confirme les types ethniques des populations du Paléolithique qu’il avait esquissés grâces à ses découvertes de Brassempouy. Lorsque ces conclusions sont présentées à la Société d’anthropologie de Paris le 5 novembre 1902, le docteur Louis Capitan (1854-1929) ne manque pas de souligner la concordance de ces travaux avec ceux de Verneau dans sa diagnose des squelettes mis au jour dans la Grotte des Enfants, dans le cadre des fouilles organisées par le Prince Albert Ier de Monaco (1848-1922) à Grimaldi. En 1901, y ont été dégagés les restes fossilisés de plusieurs individus dont une sépulture double. Après étude de ces derniers, Verneau conclut que :

  • 106 Verneau (René), « Les fouilles du Prince de Monaco aux Baoussé-Roussé. Un nouveau type humain », L (...)

Ces sujets ont un aspect négroïde bien net. Leur crâne est elliptique, dolichocéphale, comme celui de presque tous les Nègres. Ils sont très fortement prognathes et l’un deux est platyrhinien, en même temps qu’il présente en avant du plancher nasal de véritables gouttières obliques en bas et en avant ; l’autre a un nez moins nigritique par son indice. Chez les deux, le menton a des tendances à fuir. Cependant, ce ne sont pas de vrais Nègres. L’aspect du haut de la face, la saillie de la charpente nasale, même chez celui qui est platyrhinien, certaine délicatesse dans l’ossature, ne nous autorisent pas à leur appliquer une autre dénomination que celle de négroïdes.106

85Ces populations trouveraient leur place antérieurement à la race de Cro-Magnon et postérieurement aux Néandertaliens et elles apporteraient la preuve d’une relation phylétique de cette région de l’Europe avec l’Afrique.

RENOUVELER LE REGARD PORTÉ SUR LES FIGURATIONS FÉMININES PALÉOLITHIQUES ?

Rapprochements ethnographiques

86À partir de 1908, Gaston Lalanne entreprend la fouille d’un abri sous roche situé à proximité des Eyzies-de-Tayac. Le site de Laussel est vaste, 126 mètres de long, et va se révéler particulièrement riche sur le plan archéologique. Parmi les pièces mises au jour, quatre bas-reliefs, sculptés dans des blocs de calcaire, dont trois représentations féminines sont particulièrement remarquables. L’une d’elle, la Vénus à la corne, est devenue l’une des images classiques de l’art paléolithique.

  • 107 Lalanne (Gaston), « Bas-reliefs à figuration humaine de l’abri sous roche de “Laussel” », L’Anthro (...)
  • 108 Hurel (Arnaud), L’abbé Breuil. Un préhistorien dans le siècle, Paris : CNRS éditions, 2011, pp. 15 (...)
  • 109 Lalanne (Gaston), « Bas-reliefs à figuration humaine de l’abri sous roche de “Laussel” », op. cit. (...)

87Lalanne constate que toutes ces pièces ont en commun d’afficher des personnages aux conformations significativement généreuses, des femmes évidemment stéatopyges107. Leur présence dans un même gisement et à des niveaux stratigraphiques similaires ne peut tenir du hasard. Cette stéatopygie n’est-elle pas un caractère ethnique, ou à tout le moins l’expression d’un goût certain des Préhistoriques pour ces physiques opulents, un idéal de beauté pour les artistes paléolithiques ? Cette nouvelle découverte, en complétant le corpus des Vénus de l’art mobilier, permettrait de préciser l’anatomie des populations dites aurignaciennes, selon la nouvelle chronologie des industries du Paléolithique supérieur défendue par l’abbé Henri Breuil (1877-1961) et alors en voie d’acceptation108. Poursuivant ses analogies, Lalanne convient, presque par réflexe, de l’évidence de la proximité avec les populations bochimanes et hottentotes, que ce soit sur le plan physique ou en matière d’art, comme le confirmeraient les dernières trouvailles d’art pariétal en Afrique australe. Cependant, il lui semble prématuré d’en déduire que les Bochimans sont les descendants de nos artistes paléolithiques109.

88Ce lien entre Bochimans et peuples primitifs européens, si évident aux yeux de Piette et de ses successeurs, ne recueille toutefois pas l’unanimité. Des archéologues de premier plan, dont Émile Cartailhac et Joseph Déchelette (1862-1914), des historiens de l’art, comme Waldemar Deonna (1880-1959), récusent des constructions qui leur semblent artificielles. Du côté des anthropologues également, avec les docteurs Léonce Manouvrier (1850-1927), en 1902, ou Félix Regnault, dès 1898, des voix se font entendre pour critiquer l’usage abusif du qualificatif de stéatopyge.

Fouilles de Laussel
Menées au profit du docteur Gaston Lalanne entre 1908 et 1914. Photographie issue du Fonds d’archives Gaston Lalanne. © Musée d’Aquitaine, mairie de Bordeaux.

Vénus à la corne de Laussel
Mise au jour en décembre 1911. © Lysiane Gauthier, mairie de Bordeaux.

89La première salve de publications de Piette autour des statuettes de Brassempouy n’avait pas conduit Cartailhac à se prononcer. En revanche, la présentation des pièces des grottes de Grimaldi l’amène à intervenir lors du congrès de 1905 de l’Association française pour l’avancement des sciences. Il s’interroge alors sur l’opportunité des conclusions anthropologiques tirées de cet art mobilier et sur les schémas de migration et de croisement des peuples africains. La physionomie des Vénus de Brassempouy, en particulier en ce qui concerne la stéatopygie, ne lui paraît pas former un ensemble suffisamment cohérent pour affirmer que ces statuettes ont le « type » bochiman. Ces pièces accusent juste une différenciation sexuelle très marquée par l’exagération du tissu adipeux. Or, il n’est pas besoin d’aller en Afrique pour trouver ce phénomène : dans la région de Toulouse, il est fréquent de trouver des femmes très corpulentes, manifestation du « faciès des stigmates de la maternité », lesquelles sont souvent en compagnie d’hommes plus minces ; description qui renvoie aux travaux d’Albrecht Dürer (1471-1528) sur les proportions du corps féminin plus qu’aux dernières données de l’ethnographie exotique.

  • 110 Cartailhac (Émile), « La soi-disant stéatopygie de quelques statuettes préhistoriques », Comptes r (...)

90Selon Cartailhac, les archéologues ont tendance à rechercher des liens généalogiques directs là où il n’en existe peut-être pas. Cette attitude perturbe les débats concernant l’art mobilier des périodes antiques. Ainsi, la découverte de statuettes présentant les fameux caractères bochimans est commune dans la Méditerranée et l’Europe, ce n’est pas pour autant qu’une relation évolutive entre les différentes civilisations peut être établie. De même, les statuettes de Grimaldi accusent des différences anatomiques marquées avec les Bochimans. Pourtant personne n’en tient compte, la plupart des archéologues préférant ne retenir que les convergences110.

91Dans son Manuel d’archéologie préhistorique, Déchelette reprend cette analyse et réfute à son tour tout lien phylétique fondé sur la seule analyse de l’art mobilier :

  • 111 Déchelette (Joseph), Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. 1, Paris : (...)

Comme il s’agit de monuments d’âges différents et que, d’autre part, aucune considération sérieuse ne saurait indiquer un lien de parenté ou de relation même indirecte entre nos Troglodytes et les habitants de l’Égypte primitive, il est bien évident que toute théorie ethnographique ou autre, prétendant invoquer ici l’hypothèse d’une filiation, serait absolument inacceptable.111

  • 112 Morgan (Jacques de), Recherches sur les origines de l’Égypte, vol. 2, Ethnographie préhistorique d (...)

92À cet égard, il se démarque très nettement de chercheurs comme Jacques de Morgan (1857-1924) qui, relève Déchelette, n’hésite pas à écrire qu’« On sait que la race hottentote a pénétré jusqu’en France et a pu passer par l’Égypte en rétrogradant. »112

Proportions de la femme
Planche extraite des Quatre livres d’Albert Durer : peinctre & geometrien tres excellent..., Paris : Perier, 1557. © Bibliothèque centrale, MNHN.

93Deonna, quant à lui, insiste à plusieurs reprises sur la nécessité d’éviter, en matière d’art et d’anthropologie, des rapprochements par trop artificiels, fondés sur de simples rapports de formes :

  • 113 Deonna (Waldemar), L’archéologie, son domaine, son but, Paris : Flammarion, 1922, pp. 211-212.

L’anthropologiste reconnaît partout des types ethniques dans des œuvres d’art. Mais il doit se rappeler, quand il veut conclure de l’œuvre artificielle à la race, que l’art n’est pas la copie fidèle de la réalité, et qu’on ne peut pas plus parler, en se fondant sur les monuments, de l’origine négroïde du Bouddha que du sourire japonais des Corés de l’Acropole. Surtout aux époques primitives, il faut tenir compte d’une quantité de facteurs tout autres qui font illusion. La stéatopygie des figurines quaternaires est-elle un trait de race, ou une convention esthétique ? Le philosophe retrouve volontiers dans l’art des conceptions philosophiques, mystiques, des symboles d’une pensée subtile. […] D’une façon générale, le spécialiste tend involontairement à expliquer les formes d’art par le seul moyen de sa spécialité, et par une cause unique. Il méconnaît la complexité des facteurs de tous genres qui concourent à former et à faire évoluer l’œuvre d’art, et qui prêtent souvent des apparences illusoires aux monuments.113

  • 114 Deonna (Waldemar), L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, vol. 2 : Les lois de l’art, Paris : Lib (...)
  • 115 Ibid., p. 240.
  • 116 Deonna (Waldemar), « Art et réalité », Revue archéologique, 4e série, t. 24, 1914, p. 257.

94À propos des Vénus paléolithiques, Deonna remarque la grande diversité des représentations artistiques dans lesquelles la stéatopygie est un caractère visible. Elles sont présentes sur une ère de dispersion très vaste, puisqu’on discerne cette particularité anatomique dans des œuvres aussi éloignées que celles du quaternaire européen, de l’antiquité grecque et des temps historiques d’Afrique. « Devant cette masse de monuments de provenance et d’époque très diverses, on a compris qu’on ne pouvait soutenir avec bon sens leur origine nègre. »114 D’ailleurs, pour Deonna, cette stéatopygie censée être un caractère discriminant relève bien plus d’une « convention artistique primitive » qui n’est qu’une façon « d’accuser les caractères du sexe, en faisant saillir les hanches et les cuisses. »115 L’artiste aurait peut-être cherché à amplifier « les formes de la femme féconde » à des fins propitiatoires, cherchant grâce à cette « magie sympathique, à déterminer dans la vie cette fécondité. »116

95Plus que de s’intéresser à l’existence d’une convention esthétique au Paléolithique, les anthropologues vont s’attacher aux critères anatomiques de détermination et au vocabulaire médical dont leurs collègues archéologues et naturalistes font un usage peu rigoureux. Dans l’ensemble, ils se montrent réservés à l’égard des rapprochements dont usent leurs collègues archéologues.

Les Hommes fossiles (1921). Marcellin Boule se pose en irréductible

  • 117 Boule (Marcellin), « Nouvelle découverte de gravures paléolithiques », L’Anthropologie, t. 14, 191 (...)

96Abordant en 1913 la question de la relation entre l’art mobilier et la réalité, Marcellin Boule (1861-1942), professeur de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle, insiste sur le fait que les représentations les plus anciennes relevaient plus de la caricature que du document anatomiquement fiable117. Quelques années plus tard, dans son manuel Les hommes fossiles, il nuance un peu ce premier avis en acceptant un lien entre l’art et la réalité. Il s’agit d’un livre d’une très grande érudition fondé sur des compétences avérées et une approche totale de la préhistoire à la fois géologique, stratigraphique, paléontologique et archéologique. Les qualités personnelles de son auteur, Boule étant celui qui a publié en 1911-1913 la première étude exhaustive d’un squelette de Néandertalien, et les qualités intrinsèques de l’œuvre vont assurer son grand succès commercial, en France comme à l’étranger puisque cet ouvrage va bénéficier de rééditions, dès 1923, et de traductions en plusieurs langues. À ces titres, ce document va être d’une influence non négligeable sur le travail de la génération de préhistoriens de l’après Première Guerre mondiale.

  • 118 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles. Éléments de paléontologie humaine, Paris : Masson, 1921, p (...)
  • 119 Szombathy (Josef), « Die Aurignacienschichten in Löss von Willendorf », Korrespondenzblatt der Deu (...)
  • 120 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 304.
  • 121 En 1906, lorsque Boule rédige la notice nécrologique de Piette, il présente une bibliographie dans (...)
  • 122 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 281.
  • 123 Boule exclut de cette liste la figurine féminine et les gravures du Mas d’Azil, la gravure dite la(...)
  • 124 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 308.

97Lorsque Boule s’intéresse aux figurations humaines dans l’art paléolithique, c’est d’abord pour regretter les mutilations dont les statuettes féminines ont été l’objet et la qualité souvent médiocre de ces œuvres. Cette faiblesse le frappe en comparaison de l’adresse des Préhistoriques lorsqu’ils gravaient des silhouettes d’animaux. Quoi qu’il en soit, elles représentent des témoignages irremplaçables sur les populations paléolithiques, certaines pièces étant remarquables par la « finesse du modelé », « l’exubérance des formes » ou, pour celles des grottes de Grimaldi, par « le grand développement des seins, des hanches et des parties génitales »118. Les découvertes de la statuette de Willendorf en 1909119 et des bas-reliefs de Laussel en 1911-1912 ont confirmé l’attrait des artistes paléolithiques pour les physionomies féminines plantureuses. Toutes ces figurines sont issues des mêmes horizons anciens du Paléolithique supérieur. Elles présentent une espèce d’« air de famille témoignant de la sincérité des artistes » qui doit traduire « assez fidèlement les caractères généraux de la plastique des modèles. »120 De ce point de vue, elles constituent certes une source irremplaçable de renseignements anthropologiques121, toutefois il ne peut être question de leur soutirer des informations anthropométriques absolues, comme Piette et Verneau s’y sont vainement essayés avec la Tête à la capuche. Boule observe que l’ethnographie préhistorique de l’Afrique australe « présente de grandes similitudes avec l’ethnographie de nos populations de l’âge du renne ». Il existe une réelle proximité entre les industries lithiques européennes et sud-africaines — persistance « d’une abondante industrie aurignacienne » en Afrique —, des parures trouvées dans des sépultures « à industrie aurignacienne et solutréenne » rappellent parfois celles des grottes de Grimaldi, l’art pariétal des Bochimans renvoie à celui des cavernes ornées de France et d’Espagne au point d’exprimer un continuum reliant la France au Transvaal via l’Espagne, l’Afrique du Nord, le Soudan, le Tchad. Enfin, sur le plan anthropologique, Boule partage avec Verneau les grandes lignes de l’hypothèse dite des « négroïdes de Grimaldi », tout comme il accepte l’idée que la loi de l’atavisme puisse provoquer la résurgence de types ancestraux au sein des populations actuelles. À cet égard, il admet que ce soit nettement le cas dans la région de Grimaldi et, plus largement, en Italie du Nord. Mais Boule souhaite aller plus loin en considérant ces individus des grottes de Grimaldi comme des Africains et non de simples populations strictement autochtones, comme le pense Verneau. En effet, Boule se déclare frappé « des ressemblances que présentent les Négroïdes de Grimaldi avec le groupe des populations de l’Afrique du Sud, Boschimans et Hottentots. »122 L’examen des collections du Muséum et en particulier du squelette de la Vénus Hottentote lui aurait apporté confirmation de cette intuition en révélant tout un ensemble de caractères communs : dolichocéphalie, prognathisme, platyrhinie, développement de la face en largeur, forme de la mandibule, macrodontisme. Fort de ces éléments, une proximité entre deux groupes humains « si grandement séparés aujourd’hui dans le temps et dans l’espace » — Préhistoriques de Grimaldi et Bushmen — ne lui semble pas incongrue, d’autant que les statuettes féminines aurignaciennes mise au jour viennent confirmer ses analyses. Passant en revue ce corpus123, Boule note un certain nombre de caractères physiques — cheveux, conformation du corps, « tablier » — analogues selon lui à ceux des femmes bochimanes actuelles et passées, « dont la stéatopygie est classique depuis les études de Cuvier sur la “Vénus hottentote” du Muséum. »124

Statuettes en stéatite
dites « de Menton ou des grottes de Grimaldi ». Planche extraite du manuel Les Hommes fossiles de Marcellin Boule (1921). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 125 Ibid., figure no 194, p. 301.

98Afin d’appuyer son raisonnement, Boule a pris soin de présenter à ses lecteurs une figure125 exposant, de face et de profil, la série de cinq statuettes des grottes de Grimaldi. Le profil de la dernière, le Polichinelle, est placé en vis-à-vis avec une photographie à la même échelle d’une « femme boschimane actuelle », également de profil. Quelle que soit l’artificialité du procédé, cette juxtaposition ne peut que frapper le regard du lecteur et vaut démonstration.

  • 126 Ibid., p. 311.

99Boule ne sait pas si les Bochimans descendent de nos Aurignaciens ou si c’est l’inverse, mais il note que, pour beaucoup d’anthropologues, les Bochimans sont le « résidu d’une race très ancienne. » Il existerait un tronc primitif commun, situé au centre ou au nord de l’Afrique, dont les branches ont évolué dans diverses directions géographiques et morphologiques « tout en gardant un fonds commun de survivances ethnographiques. En tout cas, un pareil ensemble de données concordantes paraît dépasser la portée d’une explication basée simplement sur des phénomènes de convergence. »126

  • 127 Boule (Marcellin), « Péringuey (Dr L.). The Bushman as a Palaeolithic Man. Extr. Des Transactions (...)
  • 128 « Our Bushmen are nothing but living fossils, whose “contemporaries” disappeared from Europe many (...)

100Cet argument lui semble d’autant plus légitime, qu’il est partagé par d’autres chercheurs, dont au premier chef des scientifiques sud-africains. Louis Péringuey (1855-1924), directeur du South African Museum du Cap, va jusqu’à considérer que les Bochimans « ont conservé la totalité ou une grande part du degré de culture [des hommes du pléistocène supérieur] ; qu’ils en sont les continuateurs. »127 C’est en puisant dans ce substrat intellectuel que Jan Christiaan Smuts (1870-1950) utilisera la formule « fossiles vivants » à propos des Bushmen en 1925 lors de sa « Presidential address » au congrès de la South African Association of Science128.

101Au-delà, pour Boule ces similitudes participent d’une réalité plus globale des Homo sapiens de l’âge du renne :

  • 129 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., pp. 314-317.

Aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements entre les Hommes du premier âge du Renne, c’est-à-dire les Aurignaciens, ou les premiers tout au moins de ces Aurignaciens, avec certains groupes actuels et l’on est conduit ainsi à admettre qu’ils sont d’origine africaine. La présence et la persistance d’une abondante industrie aurignacienne en Afrique et surtout dans l’Afrique du Nord (où elle est désignée par les termes d’industrie capsienne, ou gétulienne) ; la chaîne ininterrompue, à travers tout le continent noir, du Nord au Sud, d’un art pariétal ou rupestre ; les ressemblances vraiment extraordinaires qui existent entre l’art des Africains du Sud et notre art préhistorique ; la constatation, due aux remarquables travaux de Breuil, de termes de passage observés en Espagne de l’art aurignacien et magdalénien à l’art moins naturaliste et plus schématique de régions plus méridionales, et aussi avec l’art néolithique de Suse ; tout cela plaide en faveur de notre hypothèse, tout cela concorde à rompre l’isolement de notre âge du Renne et à nous faire admettre de grandes relations avec des pays et des populations dont la préhistoire commence à peine à se dévoiler.
Les Négroïdes de Grimaldi sont certainement des Africains, ce qui n’est pas en contradiction formelle avec l’opinion de M. Verneau qui les considère comme autochtones, car l’autochtonie a toujours un commencement.129

Obèses ou stéatopyges ? La Vénus de Lespugue (1922) et ses controverses

  • 130 Senghor (Léopold Sédar), « Qu’est-ce que la négritude ? », Études françaises, vol. 3, no 1, 1967, (...)

102Depuis 1911, le docteur René de Saint-Périer fouillait la grotte des Rideaux de Lespugue (Haute-Garonne) lorsqu’il découvre, le 9 août 1922, les débris d’une statuette en ivoire de mammouth, malheureusement brisée par les coups de pioche de ses ouvriers. Une fois la terre criblée, ce sont neuf morceaux qui sont retrouvés. L’ensemble est confié à Marcellin Boule qui propose alors une reconstitution de l’ensemble sous la forme d’une figurine de 14,7 cm, image d’une femme toute en rondeurs, exhibant des formes « sphéroïdes, ovoïdes, cylindriques, qui se répondent sans se répéter », selon les mots de Léopold Sédar Senghor (1906-2001)130.

  • 131 Saint-Périer (René de), « Statuette de femme stéatopyge découverte à Lespugue (Haute-Garonne) », L (...)

103Dès les premières descriptions qu’il donne de l’objet, Saint-Périer se montre très influencé par les théories de Boule, y compris dans leur dimension raciale. Il insiste notamment sur les traits — conformation du crâne et du menton, chevelure, forme et volume des seins, proportion des membres inférieurs, pièce de vêtement typiquement africaine — qui dénoteraient une proximité avec les Bochimans. Selon lui, il ne peut s’agir d’une convention artistique, telle que l’exprime Deonna mais bien d’un document anthropologique, certes stylisé mais donnant une image assez précise de la femme représentée. Cette statuette représenterait « une stéatopyge maigre », « caractère ethnique qui la rattache à la race boschimane et aux races issues de croisements avec les Boschimans »131. Tout comme Boule, Saint-Périer estime « qu’à l’époque aurignacienne, une race du groupe de quelques races africaines actuelles vivait en Europe, à Brassempouy à l’Ouest, atteignant Laussel au Nord, puis, vers l’Est, fréquentant Lespugue (90 kilomètres de Brassempouy) pour peupler des régions bien plus lointaines, comme Grimaldi, Willendorf et peut-être Mézine. » Ces populations appartenaient à la race négroïde de Grimaldi et se distinguaient assurément des peuples qui, à la même époque, habitaient la région de la Dordogne. Ainsi Saint-Périer rejoint-il l’hypothèse des deux provinces artistiques autrefois défendue par Piette.

  • 132 Reinach (Salomon), « Statuette de femme nue découverte dans une des grottes de Menton », op. cit.
  • 133 Déchelette (Joseph), Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. 1, Paris : (...)
  • 134 Deonna (Waldemar), L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, vol. 2, Les lois de l’art, op. cit., p. (...)

104Mais, en 1922, les connaissances et conceptions relatives aux Préhistoriques ne sont plus tout à fait celles du siècle précédent. Dès 1898, lorsqu’il présente la petite statuette de Grimaldi qu’il vient de faire entrer dans les collections du Musée de Saint-Germain-en-Laye, Salomon Reinach s’interroge sur les connexions ou « du moins un parallélisme entre les produits de la sculpture à l’Âge des cavernes (mammouth et renne) et ceux des plus anciennes civilisations de l’Orient »132. À son idée, il n’y a aucune relation entre l’art paléolithique et l’art primitif de l’Archipel, ces mystérieuses figurines anthropomorphes des îles de la mer Égée. Le fait que, dans les deux cas, les statues soient souvent des femmes nues relève de la coïncidence. Établir fictivement des liens relève du roman préhistorique ou ethnographique mais peut traduire également l’influence du « préjugé monogéniste ». En effet, à cette époque, une controverse sur le ou les berceaux de l’art oppose historiens et archéologues et Reinach dénonce alors le « mirage oriental » porté par des chercheurs comme Sophus Müller (1846-1934), qui rajeunit l’âge des statuettes de Brassempouy « pour faire dériver notre art glyptique quaternaire de l’art néolithique égyptien »133. Tout en étant partisan d’une origine européenne de la civilisation méditerranéenne, Reinach se prononce pour une approche polygéniste de l’apparition de l’art. Celui-ci se serait développé à partir d’une multiplicité de centres originels et selon des formes universelles. Mais, comme le souligne Deonna, « la difficulté c’est de déterminer à quel moment le produit d’un art cesse d’être une création spontanée, et subit l’influence des modèles extérieurs. »134

La Vénus de Lespugue
Statuette mesurant 14,7 cm photographiée de face et de dos. © Daniel Ponsard, MNHN.

  • 135 Voir aussi les travaux de Paul Royer, qui intervient en vain à ce sujet lors des séances de l’Inst (...)
  • 136 Regnault (Félix), « La représentation de l’obésité dans l’art préhistorique », Bulletins et Mémoir (...)
  • 137 Regnault (Félix), « Les représentations de femmes dans l’art paléolithique sont stéatomères, non s (...)
  • 138 Concernant les vénus de Laussel, il note qu’« une femme aux larges hanches y est représentée. L’au (...)
  • 139 Regnault (Félix), « La représentation de l’obésité dans l’art préhistorique », op. cit., pp. 35-39
  • 140 Regnault exclut cependant la Vénus Hottentote, après examen de son squelette, de cette généralité. (...)
  • 141 Regnault (Félix), « Les représentations de l’obésité », Bulletins et Mémoires de la Société d’anth (...)

105À côté de ces critiques sur le cadre général d’interprétation des statuettes paléolithiques, d’autres reproches vont s’exprimer sur des points plus factuels, comme le diagnostic de stéatopygie. Pour certains médecins préhistoriens, ce terme est utilisé de manière abusive par les archéologues. Le docteur Félix Regnault (1863-1938) est l’un de ceux135 qui s’élèvent très tôt contre cette propension à déclarer stéatopyges des représentations féminines qui n’affichent en fait qu’une adiposité classique chez la femme d’un certain âge. Il multiplie les interventions en ce sens, que ce soit au sein de la communauté médicale ou chez les anthropologues136 et préhistoriens137. Après avoir étudié de nombreuses statuettes, peintures et gravures de toutes époques138, Regnault est arrivé à la conclusion que « Les femmes, dont l’art préhistorique nous a laissé des représentations, sont obèses, ptosiques, mais non stéatopyges. »139 Dès lors, tout rapprochement avec les femmes bochimanes qui, elles, sont typiquement stéatopyges140, est exclu et « On ne confondra pas la stéatomérie externe qui est de l’obésité localisée avec la stéatopygie qui est un caractère de race. » L’obésité serait une sorte d’« idéal esthétique », lequel expliquerait la fréquence des représentations de ce genre, parfois même exagérées, en tout temps et lieu141.

  • 142 Saint-Périer (René de), « Communication sur la statuette stéatopyge de Lespugue (Hautes-Pyrénées)  (...)
  • 143 Verneau (René), « La prétendue parenté des négroïdes européens et des Boschimans », L’Anthropologi (...)
  • 144 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. 27, (...)

106La question de l’espace et du temps est centrale dans la divergence d’opinion qui se manifeste entre Boule et Verneau lors de la présentation de la Vénus de Lespugue. Les deux collègues du Muséum et de l’Institut de paléontologie humaine, sur la façade duquel un « Homme aurignacien (type négroïde de Grimaldi) sculptant la Vénus Hottentote découverte à Laussel (Dordogne) par le Dr Lalanne » accueille les visiteurs, s’opposent sur l’hypothèse d’un lien entre les négroïdes de Grimaldi déterminés par Verneau et les populations bushmen actuelles. Alors que Boule voit dans les squelettes de Grimaldi non pas « de vrais nègres » mais des individus qui « ressemblent davantage aux Boschimans »142, Verneau quant à lui persiste à défendre le caractère autochtone de ses négroïdes. Selon lui, les ossements procurent suffisamment d’éléments sur l’évidence qu’« un type ethnique négritique a vécu dans nos contrées vers l’époque aurignacienne et que ce type a joué un rôle, dont il y a lieu de tenir compte, dans l’ethnologie de l’Europe. »143 De tels faits positifs fournis par la paléoanthropologie ne pourraient être démentis par quelques statuettes, lesquelles ne sont pour Verneau que des caricatures, l’exagération de traits qui ont frappé l’esprit des artistes qui les ont réalisées. Elles ne donnent aucun renseignement anatomique sûr et précis. Au lieu de se cantonner à l’étude de celles qui présentent une hypertrophie de l’adiposité, certainement pour accentuer l’homogénéité du panel et la référence à une pseudo-stéatopygie, il serait préférable que les chercheurs fondent leur raisonnement sur l’ensemble des pièces et cessent d’en écarter certaines, parce qu’incomplètes ou considérées comme représentant un sujet masculin. De même, Verneau, qui quelques années auparavant a redonné une actualité au voyeurisme à l’égard de la Vénus Hottentote dont les restes et le moulage du corps sont présentés dans la galerie d’anthropologie du Muséum où sa stéatopygie « fait la joie des visiteurs de nos collections »144, s’interroge pour déterminer si cette stéatopygie constitue un caractère suffisant pour établir un lien de parenté entre les femmes aurignaciennes et les Bochimanes. Or, selon lui, la stéatopygie n’est pas spécifique aux Bochimans car ce caractère est visible dans d’autres ethnies. De plus, les statuettes ne présentent pas de particularité anatomique qui permettrait de les rattacher avec certitude aux Bochimans. Les détails physiques généralement avancés, dont par Piette, ne sont pas corroborés par l’étude directe des populations actuelles. La théorie du lien entre Aurignaciens et Bochimans, « par communauté d’origine », serait donc une simple conjecture sans fondement.

En somme, les Négroïdes de Grimaldi marquent un progrès très sensible sur la race de Néanderthal. La différence est assez appréciable pour qu’on ait émis l’hypothèse qu’ils n’avaient aucune parenté avec les Néanderthaliens et qu’ils étaient les frères des Boschimans, dont les derniers représentants errent misérablement dans le désert de Kalahari. Pour établir ce rapprochement, on s’est basé sur un caractère que présentent certaines statuettes préhistoriques, découvertes en Europe, et qu’on regarde comme contemporaines des Négroïdes ; je veux parler de la stéatopygie […]. C’est une accumulation de graisse limitée à la région fessière, qui, chez les femmes boschimanes, atteint des proportions considérables […]. Mais cette particularité se rencontre dans d’autres races nègres et même chez des femmes blanches. Des statuettes en argile, fabriquées par des Nègres qui vivent au Sud du lac Victoria, les Ousoukoumas, et qui n’ont rien de commun avec les Boschimans, offrent la même stéatopygie […]. Il n’y a donc aucune raison pour rapprocher les Négroïdes de Grimaldi — dont il est d’ailleurs impossible de savoir s’ils étaient stéatopyges ou non — des Boschimans plutôt que de toute autre race présentant la même particularité.

Homme aurignacien
« (type négroïde de Grimaldi) sculptant la Vénus à la corne découverte à Laussel ». Bas-relief réalisé par Constant Roux pour la façade de l’Institut de paléontologie humaine. © Escobar, fondation IPH.

  • 145 Verneau (René), Les origines de l’humanité, Paris : F. Rieder & Cie, 1925, pp. 36-37.

En revanche, il existe beaucoup de raisons pour ne pas établir de lien de parenté entre ces deux groupes, si éloignés dans le temps et dans l’espace ; je me bornerai à citer deux caractères qui les isolent complètement l’un de l’autre. Les Négroïdes de Grimaldi sont de taille élevée et leur crâne est extrêmement développé en hauteur ; les Boschimans sont des nains […], dont le crâne est remarquablement aplati de haut en bas.145

*

107Les premiers travaux de Piette sur les Vénus paléolithiques ont fixé pour les décennies suivantes l’image de la femme des temps antéhistoriques. Ils ont contribué à construire un discours faisant de ces statuettes un témoignage vrai et total sur les Préhistoriques. Elles attesteraient de l’ingéniosité des artistes et contribueraient même à la paléontologie humaine en divulguant une réalité anatomique dont des ossements fossiles ne peuvent qu’imparfaitement rendre compte. Ces figurines seraient par ailleurs marquées par la stéatopygie, caractère considéré depuis plus d’un siècle comme typique des Bochimans. Or, la mise au jour concomitante d’hommes fossiles présumés négroïdes dans les niveaux aurignaciens à statuettes des grottes de Grimaldi semble venir parfaire la démonstration en témoignant qu’il y aurait eu en Europe, au Paléolithique supérieur, des populations proches ou similaires aux Bochimans, selon le type de la Vénus Hottentote. C’est toute une méthode de raisonnement, l’actualisme passé de la géologie à l’anthropologie, qui vire ainsi au paralogisme : le présent, incarné par nos modernes sauvages, est l’une des clefs essentielles pour comprendre à la fois le passé et cet homme préhistorique qui nous a laissé si peu de témoignages. Dès lors, la proximité des primitifs actuels avec les Préhistoriques devient pour certains une évidence.

  • 146 Sans doute ce silence est-il à mettre en relation avec le mouvement que connaît alors le milieu ar (...)

108Comme a pu l’écrire Sigismond Zaborowski, peu de critiques s’étaient élevées pour contester ce discours et tout spécialement celui de Piette146 :

  • 147 Zaborowski (Sigismond), « Nécrologie. Édouard Piette », Bulletins et Mémoires de la Société d’anth (...)

Les pièces importantes, et il y en a dont l’importance est capitale, qu’il a découvertes, par suite des préoccupations dont elles étaient incessamment l’objet de sa part, ont fini par prendre dans son esprit un relief obsédant. Il voyait un peu le reste de l’univers à travers ce qu’elles lui apprenaient. Elles se suffisaient et elles lui suffisaient pour trancher les questions les plus difficiles et les plus complexes.
C’est ainsi que nous l’avons vu pendant de nombreuses années, décider de la présence, du caractère, des affinités de races humaines diverses avec de rares petites figurines souvent informes, alors qu’il nous est si difficile de déterminer avec certitude ces mêmes races quand nous en avons de nombreux débris osseux. Ainsi il croyait qu’une seule statuette féminine de Brassempouy, aux fesses proéminentes et à parties sexuelles plus ou moins exagérées suffisait pour établir la présence de la race bochimane dans cette station. […] Le respect que nous inspiraient son grand âge et ses longs travaux nous ont fermé la bouche devant ces étranges déclarations.147

  • 148 Passemard (Luce), Les statuettes féminines paléolithiques dites Vénus Stéatopyges, Nîmes : Teissie (...)
  • 149 Luquet (Georges-Henri), « Les Vénus paléolithiques », Journal de psychologie normale et pathologiq (...)

109Au-delà d’un silence respectueux et de quelques divergences de détail, ce sont bien des continuateurs de l’esprit de l’œuvre de Piette qu’il convient de voir chez des chercheurs comme Boule ou Saint-Périer. Cependant, à partir des années 1930, une approche différente émerge et porte quelques coups à l’image de la Vénus stéatopyge, devenue aurignacienne selon la nouvelle classification définie par Breuil dans les années 1906-1912 et adoptée par la grande majorité des préhistoriens. En 1938, Luce Passemard soutient sa thèse de troisième cycle sur les statuettes paléolithiques148. Elle se pose en rupture sur bien des points avec l’antienne en cours. Selon elle, ces œuvres sont ancrées dans un temps, le Paléolithique, une sensibilité et un rapport au monde qui sont par nature différents du nôtre. La notion de stéatopygie ne repose que sur un rapprochement qui tient de l’a priori anthropologique et artistique et les statuettes ne sont que des interprétations, l’expression de « besoins » et de « désirs ». Cette démarche psychologisante est somme toute logique dans un contexte où la reconnaissance de l’art pariétal paléolithique et la masse considérable de matériaux accumulés en la matière, essentiellement par Breuil, ont orienté depuis quelques années l’ensemble des discussions sur l’art préhistorique vers la problématique de son interprétation. Les statuettes n’échappent pas à cette évolution, comme le démontrent les travaux de Georges-Henri Luquet, hôte de l’Institut de paléontologie humaine pour ses recherches et conférences. Le philosophe cherche alors à pénétrer la psychologie de l’artiste paléolithique et à évaluer la pertinence de l’idée d’un style aurignacien — référence à l’école artistique envisagée naguère par Piette. Sur la question du réalisme des œuvres, Luquet ne tranche pas. En revanche, il estime que si les statuettes sont censées reproduire les « caractères somatiques des femmes de cette époque », les Aurignaciens ne représentaient pas un groupe racial homogène, « mais une population mêlée où des individus de type peut-être bushman et plus généralement négroïde ou africain coexistaient avec d’autres de type tout semblable à celui de la race blanche. »149 En définitive, il serait préférable de ne pas demander aux statuettes paléolithiques des certitudes anatomiques qu’elles ne peuvent donner :

  • 150 Ibid.

La conclusion la moins aventurée serait peut-être d’y voir des reproductions essentiellement artistiques, par lesquelles le sculpteur, sans préoccupations religieuses ou sociales, ne songeait guère qu’à évoquer les plaisirs procurés à la vue et aux autres sens par le corps féminin.150

110De son côté, le préhistorien Henri Bégouën (1863-1956), inventeur des grottes du Volp et chantre d’un art pariétal à essence magique et propitiatoire, ne répugne pas à opposer à Luquet une interprétation audacieuse des Vénus. La femme, tout comme l’animal est condamné à être la nourriture du chasseur, serait une proie offerte à la concupiscence des hommes. Les statuettes représenteraient l’image de l’idéal convoité exprimée dans une magie pragmatique où la sexualité le disputerait à la fécondité :

  • 151 Bégouën (Henri), « À propos des vénus paléolithiques. Lettre ouverte à M. G.-H. Luquet », Journal (...)

C’est un fait reconnu que la nécessité dans une tribu d’avoir des femmes en nombre suffisant se fait parfois sentir impérieusement chez certaines peuplades sauvages. Les femmes manquent. Alors, de même que ces tribus vont à la chasse à la poursuite du gibier, elles organisent des razzias pour aller prendre des femmes dans les tribus voisines. Il y là deux besoins analogues. Dès lors, pourquoi n’y aurait-il pas aussi analogie dans les cérémonies rituelles qui peuvent assurer le succès de ces expéditions ? On représente des animaux pour mieux les tuer, pourquoi ne représenterait-on pas des femmes pour les prendre ? Mais celles-ci, il les faut intactes et pleines de vie aussi ne leur marque-t-on sur le corps ni flèches, ni blessures, mais on insiste sur le sexe, raison d’être de ces rites. On donne aux figurations de ces femmes tous les caractères nécessaires à l’accomplissement des fonctions génératrices pour lesquelles on les veut : larges hanches, pour bien porter leur fruit, énormes seins bien gonflés de lait pour bien nourrir l’enfant.151

  • 152 Ces statuettes sont d’ailleurs aujourd’hui rattachées au Gravettien.

111Après la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle approche de la question des Vénus va se développer. Elle va sonner le glas de bien des hypothèses en refondant les analyses sur un réexamen du corpus des statuettes. Léon Pales (1905-1988) va se camper en opposant le plus radical aux représentations liées aux statuettes paléolithiques, c’est-à-dire essentiellement aux hypothèses de Piette et Boule. Pour Pales, ces statuettes ne sont ni des Vénus, ni spécialement stéatopyges et leur attribution à l’Aurignacien est parfois hasardeuse152. Les conditions de leur mise au jour sont généralement peu documentées et souvent défaillantes. De même, l’intérêt qui leur est porté est directement influencé par l’évolution des systèmes chronologiques du Paléolithique supérieur. Selon lui, on ne peut que déplorer la construction de tout un univers mental — un imaginaire ? — autour de ces figurines :

  • 153 Pales (Léon), « Les ci-devant vénus stéatopyges aurignaciennes », op. cit., p. 217.

Au cours d’un siècle, et progressivement, l’image féminine paléolithique qui s’est imposée, en dépit de faits contraires sur lesquels nous reviendrons, est celle d’une femme ventrue, obèse ou enceinte, aux seins lourds et tombants, aux hanches débordantes et au fessier volumineux, voire « stéatopyge ». Cette image stéréotypée a conduit de nombreux chercheurs — préhistoriens, anthropologues et même philosophes — à des conclusions erronées et qui demeurent susceptibles de modifications ou, pour le moins, de commentaires.153

  • 154 Fauvelle (François-Xavier), L’invention du Hottentot : histoire du regard occidental sur les Khois (...)
  • 155 Froment (Alain), « Origine et évolution de l’homme dans la pensée de Cheikh Anta Diop : une analys (...)
  • 156 Anta Diop (Cheikh), « L’apparition de l’Homo sapiens », [L’apparition de l’homme moderne, colloque (...)

112Une certaine pratique du comparatisme anthropologique et archéologique fondée sur une espèce de va-et-vient chronologique et géographique a montré ses limites. Pourtant, une ethnogénie d’un nouveau genre, également fondée sur les Vénus aurignaciennes et le gisement de Grimaldi, va se manifester avec pour objectif de « mettre en évidence un peuplement africain de l’Europe aux époques préhistoriques »154. Comme le constate Alain Froment155, dans une logique d’afrocentrisme les négroïdes de Grimaldi vont, sur le tard, représenter un « cheval de bataille » pour des chercheurs comme Cheikh Anta Diop (1923-1986) qui voit en « L’Homme de Grimaldi, le premier Homo sapiens au sens strict, inventeur de l’art au surplus. »156 Dans cette logique, les statuettes stéatopyges aurignaciennes sont convoquées de nouveau en fidèles répliques du type féminin de la race. Par-delà les contingences spatiales et temporelles, elles ont pour mission de renouer le lien entre les peuples et les époques. Elles deviennent les porte-parole de la négritude revendiquée :

  • 157 Senghor (Léopold Sédar), « Qu’est-ce que la négritude ? », op. cit., p. 10.

Les Négroïdes de Grimaldi, comme les Négro-Africains actuels, donnaient une signification, un sens, à leurs œuvres d’art, singulièrement à leurs statuettes de fécondité. Car ces statuettes à la cambrure audacieuse, aux formes courbes, symbolisent l’idée de fécondité. Elles sont des images-symboles, qui ont une fonction précise.157

113Dans cette perspective, la Vénus de Lespugue et toutes les statuettes paléolithiques, créées pour « aider à l’action vitaliste des Ancêtres et de Dieu », s’opposent par nature à la Vénus de Milo et aux statues antiques, sculptées « pour le plaisir des yeux et, surtout, de l’esprit » :

  • 158 Ibid.

La Vénus de Lespugue, c’est une image, mais ce sont d’abord des rythmes. […] Les rythmes de l’image vous saisissent. C’est comme une fulguration soudaine : un coup de poing au creux du ventre, qui peut provoquer une sorte d’élan sensuel, mystique. […] L’art nègre, à l’opposé de l’art grec, schématise, résume, en un mot stylise158

  • 159 Leroi-Gourhan (André), Les religions de la préhistoire, op. cit., p. 4.

114La statuette paléolithique envisagée comme œuvre d’art nègre n’a que peu à voir avec l’« idole impudique » des premiers temps des sciences préhistoriques mais, dans les deux cas, l’enjeu attaché à l’objet relève bien de la question du sens. Par le choix des mots, Vibraye exprimait alors l’idée que cette figurine puisse être chargée sur le plan symbolique et se différencie d’une simple représentation féminine. Mais cette première pâle esquisse d’une réflexion sur l’ontologie de l’art mobilier figuratif s’est tout de suite égarée dans l’engouement pour l’analogie ethnographique. Le comparatisme actualiste, mâtiné de théories sur l’hérédité, est devenu la grille de lecture, réduisant les Préhistoriques et les hommes du Bush, le passé et le présent, à une même filiation physique et culturelle. Depuis, André Leroi-Gourhan a rappelé avec force la nécessité de « découdre le manteau d’arlequin » d’une certaine forme de raisonnement159. Pourtant, malgré cette mise en garde, les pas des préhistoriens occidentaux semblent encore parfois les ramener vers la source des derniers chasseurs-cueilleurs, sortes d’illusoires derniers témoins de l’homme des origines :

  • 160 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), Bon (François) & Sadr (Karim), « L’ailleurs et l’avant. Éléments (...)

On ne peut s’empêcher de penser combien l’image des Bushmen actuels est un produit de l’histoire — et surtout de nos attentes, elles aussi façonnées par l’histoire. Nous voudrions qu’aucun épisode récent (et surtout pas la colonisation) n’ait empêché d’arriver jusqu’à nous des populations de chasseurs-cueilleurs demeurées inchangées depuis la nuit paléolithique. Nous voudrions en somme que, comme pour nous aider à comprendre notre histoire, celle des autres se soit arrêtée.160

Notes

1 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle : réseaux scientifiques et construction des savoirs au siècle de Darwin et de Barnum », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n. s., t. 11, no 3-4, 1999, pp. 425-471.

2 Fauvelle (François-Xavier), « Des murs d’Augsbourg aux vitrines du Cap. Cinq siècles d’histoire du regard sur le corps des Khoisan », Cahiers d’Études africaines, vol. 39, no 155-156, 1999, pp. 539-561.

3 Blainville (Henri de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences de la société philomatique de Paris, 1816, pp. 183-190.

4 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle par les professeurs de cet établissement, t. 3, 1817, pp. 259-274.

5 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des sciences médicales, t. 4, 1819, p. 145.

6 Hamy (Ernest-Théodore), « Observations ethnologiques sur les peintures de la tombe de Rekhmara à Scheikh-Abd-el-Qournah, Thèbes », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, t. 10, 1875, pp. 218-219.

7 Dupont (Édouard), « Découverte d’objets gravés et sculptés dans le Trou Magrite à Pont-à-Lesse », Bulletins de l’Académie royale de Belgique, 2e série, t. XXIV, 1867, pp. 129-132.

8 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la France à une époque où s’y trouvaient aussi divers animaux qui de nos jours n’habitent pas cette contrée », Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, t. 58, 1864, pp. 409-416.

9 Landesque (Louis), « Étude sur l’âge de la pierre, d’après les découvertes faites dans la région nord et nord-est du Lot-et-Garonne ; et sur la valeur chronologique et artistique des silex ouvrés, recueillis à la surface du sol », in Congrès archéologique de France, 41e session, Séances générales tenues à Agen et Toulouse en 1874 par la Société française d’archéologie, Paris : Derache, Champion etc., 1875, p. 18.

10 Hurel (Arnaud) & Coye (Noël) (sous la dir.), Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2011, 442 p. (Archives ; 15)

11 Lartet (Édouard) & Christy (Henry), « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées et autres produits d’art et d’industrie rapportables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique, t. 9, 1864, p. 263.

12 Ibid., p. 264.

13 Mortillet (Gabriel de), « L’art dans les temps géologiques », Revue scientifique, 2e série, t. 12, 1877, p. 889.

14 Ibid., p. 890.

15 Leroi-Gourhan (André), Les religions de la préhistoire, 4e éd., Paris : Presses Universitaires de France, 1995, p. 3 (Quadrige).

16 Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, vol. 2, Liège : Chez P.-J. Collardin, 1834, p. 177.

17 Moro-Abadía (Oscar), González Morales (Manuel), « L’analogie et la représentation de l’art primitif à la fin du xixe siècle », L’Anthropologie, no 109, 2005, p. 715.

18 Littré (Émile), « Études d’histoire primitive. Y-a-t-il eu des hommes sur la terre avant la dernière époque géologique ? », Revue des deux mondes, t. 14, 1858, p. 31.

19 Ibid., p. 32.

20 Lartet (Édouard) & Christy (Henry), « Sur des figures d’animaux gravées ou sculptées », op. cit., p. 263.

21 Robert (Eugène), « Observations critiques sur l’âge de pierre », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 60, 1865, p. 665.

22 L’historien Noël Coye a fait un sort à l’apparent ancrage dans le xviiie siècle de la méthode de l’analogie ethnographique. Il rappelle que d’autres sources — folklore, récit biblique, mythologie, étymologie — que le comparatisme sont venues à cette époque tout autant étayer un discours en construction à la fois sur les sauvages et sur les hommes primitifs : « La survalorisation de l’ethnographie dans le processus de formulation d’un âge de la pierre est une conséquence directe de la place que tient le comparatisme dans la pratique de l’archéologie préhistorique au xixe siècle. […] Sa mise en œuvre conduit cependant les préhistoriens à s’approprier un discours élaboré en dehors de leur domaine d’étude et il nous apparaît aujourd’hui davantage comme un moyen de légitimer l’utilisation de sources parallèles que comme une méthode à part entière » [Coye (Noël), La préhistoire en parole et en actes. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris : L’Harmattan, 1997, p. 43].

23 Jussieu (Antoine de), « De l’origine et des usages de la pierre de foudre », Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, 1723, pp. 6-9.

24 Lafitau (Joseph François), Mœurs des sauvages amériquains, comparées aux mœurs des premiers temps, 2 vol., Paris : Saugrain l’Aîné, Charles Estienne Hochereau, 1724.

25 Hamy (Ernest-Théodore), Précis de paléontologie humaine, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1870, pp. 22-23.

26 Nilsson (Sven), Les habitants primitifs de la Scandinavie. Essai d’ethnographie comparée. Matériaux pour servir à l’histoire du développement de l’homme. Première partie : l’âge de la pierre, Paris : C. Reinwald, 1868, p. 5

27 Ibid., pp. VIII-IX.

28 Ibid., pp. XI-XII.

29 Ibid., p. XX.

30 Mortillet (Gabriel de), « Nécrologie. Sven Nilsson », L’Homme. Journal illustré des sciences anthropologiques, no 2, 1884, p. 52.

31 Lubbock (John), L’Homme avant l’histoire étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés dans les différents pays de l’Europe [trad. par Barbier Edmond], Paris : Germer Baillière, 1867, pp. 336-337.

32 Tylor (Edward Burnett), La civilisation primitive [trad. par Brunet Pauline], vol. 1, Paris : C. Reinwald, 1876, p. 36.

33 Ibid., p. 7.

34 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la France », op. cit., p. 416.

35 Piette (Édouard), « Notes pour servir à l’histoire de l’art primitif », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 22, 1895, pp. 3-4.

36 C’est Édouard Piette qui souligne en 1888 cet élément de dimorphisme sexuel au moment où lui-même présente le buste de femme qu’il vient de découvrir au Mas d’Azil. Piette (Édouard), « Sur un buste de femme taillé dans la racine d’une dent d’équidé et trouvé dans la grotte magdalénienne du Mas d’Azil », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, 3e série, t. 5, 1888, p. 379.

37 Mortillet (Gabriel de), « Promenades préhistoriques à l’exposition universelle », Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme. Bulletin des travaux et découvertes concernant l’anthropologie, les temps anté-historiques, l’époque quaternaire, les questions de l’espèce et de la génération spontanée, 3e année, 1867, p. 209.

38 Il est difficile de trouver la première occurrence de l’usage du terme de « Vénus » pour désigner ces statuettes paléolithiques. Le docteur Léon Pales (1905-1988), comme nombre de ses confrères préhistoriens, attribue à Vibraye la paternité du mot sans toutefois pouvoir renvoyer à une référence bibliographique à cet égard. Pales (Léon), « Les ci-devant vénus stéatopyges aurignaciennes », in Actas del Simposium de Arte Rupestre, Santander, Madrid : Librería científica del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1972, p. 218.

39 Vibraye (Paul de), « Note sur de nouvelles preuves de l’existence de l’homme dans le centre de la France », op. cit., p. 416.

40 Bordier (Arthur), « Les sciences anthropologiques à l’exposition universelle », La Nature, no 269, 1878, pp. 210-214.

41 Bordier (Arthur), « Les sciences anthropologiques à l’exposition universelle », op. cit., p. 359.

42 En 1884, Hamy donnera une description d’un relevé d’une peinture pariétale parvenu à la Société de géographie.

43 Rivière (Émile), « Gravures sur roches au lac des Merveilles au Val d’Enfer », Comptes rendus de la 7e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Paris, 1878, Paris : Association française pour l’avancement des sciences, 1879, pp. 783-793.

44 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), « La race de Cro-Magnon dans l’espace et dans le temps », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, t. 9, 1874, p. 265.

45 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Imprimerie impériale, 1867, p. 254.

46 Blanckaert (Claude), « Avant Adam. Les représentations analogiques de l’homme fossile dans la première moitié du xixe siècle », in Ducros (Albert) & Ducros (Jaqueline) (sous la dir.), L’homme préhistorique. Images et imaginaire, Paris : L’Harmattan, pp. 23-61.

47 Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, vol. 1, Liège : Chez P.-J. Collardin, 1833, pp. 61-62.

48 Serres (Marcel de), Essai sur les cavernes à ossements et sur les causes qui les y ont accumulés, 3e éd., Paris : J.-B. Baillière, Germer Baillière, 1838, p. IX.

49 Marcel de Serres utilise le terme humatile pour caractériser les « corps organisés ensevelis ou déposés postérieurement à la rentrée des mers dans leurs bassins respectifs, et qui se trouvent dans les terrains quaternaires. Le mot de fossiles doit être uniquement réservé à ceux de ces corps ensevelis antérieurement à la rentrée des mers dans leurs bassins actuels, c’est-à-dire à ceux qui se trouvent dans les terrains secondaires et tertiaires, ainsi que dans ceux dits de transition. Le mot de demi-fossiles appliqué à ces débris organiques, ainsi que d’autres considérations, nous ont paru rendre nécessaire l’expression d’humatile, que nous avons adoptée », Serres (Marcel de), « Des causes de la plus grande taille des espèces fossiles et humatiles, comparées aux espèces vivantes », Revue encyclopédique, t. 58, avril-mai 1833, p. 97. Quelques années plus tard, il apportera quelques précisions : « Le mot humatile dérive de l’expression latine humatus, qui signifie corps enseveli ; ce qui se rapporte plutôt à un dépôt artificiel que naturel », Serres (Marcel de), « Des espèces perdues et des races qui ont disparu des lieux qu’elles habitaient précédemment », Annales des sciences naturelles, 4e série, Zoologie, t. 13, 1860, p. 297. Sur une critique contemporaine du choix et de l’usage du mot humatile considéré comme inapproprié et pouvant porter à confusion, voir : Tournal (Paul), « Considérations générales sur le phénomène des cavernes à ossements », Annales de physique et de chimie, t. 52, 1833, p. 174.

50 Serres (Marcel de), Essai sur les cavernes à ossements… op. cit., p. 116.

51 Ibid., p. 223.

52 Boué (Ami), « Compte rendu des progrès de la géologie », Bulletin de la Société géologique de France, t. 1, 1830, p. 107.

53 Boué (Ami), « Résumé des progrès de la géologie en 1831 », Bulletin de la Société géologique de France, t. 2, 1831-1832, p. 195.

54 Cette question du remplissage des grottes, celle de son histoire et de ses bouleversements par des phénomènes naturels — géologie, hydrographie, animaux, etc. — ou anthropiques est au cœur de la controverse autour des travaux de Paul Tournal dans les grottes du Sud-Ouest. Hurel (Arnaud), « “La géologie commence là où l’archéologie s’arrête”. Paul Tournal, les grottes de Bize et la question de la haute antiquité de l’homme », in Hurel (Arnaud) & Coye (Noël) (sous la dir.), Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris : Publications scientifiques du Muséum, 2011, pp. 151-211 (Archives ; 15).

55 Boué (Ami), Guide du géologue-voyageur, Paris : F. G. Levrault libraire-éditeur, 1836, t. 2, pp. 240-241.

56 Quatrefages (Armand de), L’espèce humaine, Paris : Germer Baillière & Cie, 1877, p. 219.

57 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), Crania ethnica. Les crânes des races humaines, décrits et figurés d’après les collections du Muséum d’histoire naturelle, de la Société d’anthropologie de Paris et des principales collections de France et de l’étranger, Paris : J.-B. Baillière, 1882, p. 1.

58 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité. L’homme primitif contemporain, Paris : O. Doin, 1881, p. I.

59 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie et le tablier des femmes boschimanes », Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 8, 1883, pp. 34-75.

60 Fauvelle (François-Xavier), « Les Khoisan dans la littérature anthropologique du xixe siècle », op. cit., pp. 454-462.

61 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e série, t. 9, 1886, p. 532. Voir également Deniker (Joseph), « Les Hottentots au Jardin d’acclimatation », Revue d’anthropologie, 3e série, t. 4, 1889, pp. 1-27.

62 Hamy (Ernest-Théodore), « Note ethnographique sur les Bosjesmans », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e série, t. 9, 1886, pp. 567-578 ; Deniker (Joseph), « Quelques observations sur les Boshimans », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e série, t. 9, 1886, pp. 570-578.

63 Topinard (Paul), « Les Boshimans à Paris », La Nature, no 712, 1887, p. 124.

64 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes du Jardin d’acclimatation », Revue d’anthropologie, 3e série, t. 4, 1889, pp. 194-199.

65 Piette (Édouard), « Sur un buste de femme taillé dans la racine d’une dent d’Équidé et trouvé dans la grotte magdalénienne du Mas d’Azil », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 106, 1888, pp. 1553-1554.

66 Sur les travaux menés par Piette à Brassempouy, voir White (Randall), « The women of Brassempouy : a century of research and interpretation », Journal of Archaeological Method and Theory, vol. 13, no 4, 2006, pp. 251-304.

67 Piette (Édouard), L’époque éburnéenne et les races humaines de la période glyptique, Saint-Quentin : Imp. Charles Poette, 1894, p. 13.

68 Piette (Édouard), « Compte rendu de l’excursion faite aux abris de Brassempouy pendant le congrès de Pau », Bulletin de la Société de Borda, t. 17, 1892, pp. 269-279.

69 Magitot (Émile), « Excursion géologique et anthropologique à la grotte de Brassempouy (Landes) », Comptes rendus de la 21e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Pau, 1892, Paris : Association française pour l’avancement des sciences, 1893, pp. 250-257.

70 Piette (Édouard), « Les ivoires de Brassempouy, note communiquée par M. Alexandre Bertrand », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 38e année, no 6, 1894, p. 444.

71 Delporte (Henri), L’image de la femme dans l’art préhistorique, Paris : Picard, 1979, p. 26.

72 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 4e série, t. 5, 1894, p. 386.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique », L’Anthropologie, t. 6, 1895, p. 148.

76 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 386.

77 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique », op. cit., p. 149.

78 Ibid.

79 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Sur des ivoires sculptés provenant de la station quaternaire de Brassempouy (Landes) », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 119, 1894, p. 250.

80 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique », op. cit., pp. 144-145.

81 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Études d’ethnographie préhistorique IV. Fouilles à Brassempouy en 1896 », L’Anthropologie, t. 8, 1897, p. 168.

82 Duhard (Jean-Pierre), « Réalisme de l’image féminine paléolithique », Cahiers du Quaternaire, no 19, 1993, p. 41.

83 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan, sur la lacune que plusieurs auteurs placent entre l’âge du renne et celui de la pierre polie, et sur l’art paléolithique dans ses rapports avec l’art gaulois », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, t. 8, 1873, p. 419.

84 Mortillet (Gabriel de), « L’art dans les temps géologiques », Revue scientifique, 2e série, t. 12, 1877, p. 891.

85 Ibid., pp. 891-892.

86 Ibid., p. 892.

87 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan… », op. cit., p. 417.

88 Piette (Édouard), « Équidés de la période quaternaire », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’Homme, 3e série, t. 4, 1887, pp. 359-366.

89 Piette (Édouard), « Études d’ethnographie préhistorique IX. Le chevêtre et la semi-domestication des animaux aux temps pléistocènes », L’Anthropologie, t. 17, 1906, pp. 27-53.

90 Piette (Édouard), « Sur la grotte de Gourdan… », op. cit., p. 420.

91 Ibid., p. 422.

92 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 381.

93 Piette (Édouard) & Laporterie (Joseph de), « Sur des ivoires sculptés provenant de… Brassempouy », op. cit., pp. 250-251.

94 Piette (Édouard), « Race glyptique », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 118, 1894, pp. 825-826.

95 Piette (Édouard), L’époque éburnéenne et les races humaines de la période glyptique, op. cit., pp. 11-12.

96 Piette (Édouard), « Races humaines de la période glyptique », op. cit., p. 394.

97 Ibid., p. 393.

98 Zaborowski (Sigismond), « Sculptures en ivoire quaternaire », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 4e série, t. 5, 1894, p. 500.

99 Piette (Édouard), « La station de Brassempouy et les statuettes humaines de la période glyptique », op. cit., pp. 129-151.

100 Regnault (Félix), « Les artistes paléolithiques d’après les dernières découvertes », La Nature, no 1167, 1895, pp. 305-307.

101 Reinach (Salomon), « Statuette de femme nue découverte dans une des grottes de Menton », L’Anthropologie, t. 9, 1898, pp. 26-31.

102 Mortillet (Gabriel de), « Statuette fausse des Baoussé-Roussé », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 4e série, t. 9, 1898, pp. 146-153.

103 Piette complétera cette série d’une sixième statuette achetée à Jullien en 1903. Toutes ont été léguées par Piette au Musée des antiquités nationales en même temps que l’ensemble de ses collections. En 1998, Randall White et Michael Bisson présenteront sept figurines inédites de la collection Jullien. White (Randall) & Bisson (Michael), « Imagerie féminine du Paléolithique : l’apport des nouvelles statuettes de Grimaldi », Gallia préhistoire, t. 40, 1998, pp. 95-132.

104 Piette (Édouard), « Gravures du Mas d’Azil et statuettes de Menton », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 5e série, t. 3, 1902, p. 774.

105 Ibid., p. 775.

106 Verneau (René), « Les fouilles du Prince de Monaco aux Baoussé-Roussé. Un nouveau type humain », L’Anthropologie, t. 12, 1902, p. 583.

107 Lalanne (Gaston), « Bas-reliefs à figuration humaine de l’abri sous roche de “Laussel” », L’Anthropologie, t. 23, 1912, p. 146.

108 Hurel (Arnaud), L’abbé Breuil. Un préhistorien dans le siècle, Paris : CNRS éditions, 2011, pp. 151-199.

109 Lalanne (Gaston), « Bas-reliefs à figuration humaine de l’abri sous roche de “Laussel” », op. cit., pp. 146-147.

110 Cartailhac (Émile), « La soi-disant stéatopygie de quelques statuettes préhistoriques », Comptes rendus de la 34e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Cherbourg 1905, « Notes et mémoires », Paris : Association française pour l’avancement des sciences, 1906, pp. 732-737.

111 Déchelette (Joseph), Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. 1, Paris : Librairie Picard, 1908, p. 217.

112 Morgan (Jacques de), Recherches sur les origines de l’Égypte, vol. 2, Ethnographie préhistorique du tombeau royal de Négadah, Paris : E. Leroux, 1896-1897, p. 378.

113 Deonna (Waldemar), L’archéologie, son domaine, son but, Paris : Flammarion, 1922, pp. 211-212.

114 Deonna (Waldemar), L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, vol. 2 : Les lois de l’art, Paris : Librairie Renouard, H. Laurens éditeur, 1912, pp. 239-240.

115 Ibid., p. 240.

116 Deonna (Waldemar), « Art et réalité », Revue archéologique, 4e série, t. 24, 1914, p. 257.

117 Boule (Marcellin), « Nouvelle découverte de gravures paléolithiques », L’Anthropologie, t. 14, 1913, pp. 590-592.

118 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles. Éléments de paléontologie humaine, Paris : Masson, 1921, p. 299.

119 Szombathy (Josef), « Die Aurignacienschichten in Löss von Willendorf », Korrespondenzblatt der Deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie, und Urgeschichte, t. 40, 1909, pp. 85-88.

120 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 304.

121 En 1906, lorsque Boule rédige la notice nécrologique de Piette, il présente une bibliographie dans laquelle il range les travaux de Piette sur les statuettes dans la rubrique « anthropologie » et non « archéologie et ethnologie préhistoriques ». Boule (Marcellin), « Nécrologie. Édouard Piette », L’Anthropologie, t. 17, 1906, pp. 214-224.

122 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 281.

123 Boule exclut de cette liste la figurine féminine et les gravures du Mas d’Azil, la gravure dite la Femme au renne de l’abbé Landesque et la Vénus impudique du marquis de Vibraye qu’il rattache toutes au groupe des figurations humaines magdaléniennes.

124 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., p. 308.

125 Ibid., figure no 194, p. 301.

126 Ibid., p. 311.

127 Boule (Marcellin), « Péringuey (Dr L.). The Bushman as a Palaeolithic Man. Extr. Des Transactions of the Royal Society of South Africa, Vol. V, part. 3, décembre 1915. », L’Anthropologie, t. 29, 1918-1919, pp. 121-123.

128 « Our Bushmen are nothing but living fossils, whose “contemporaries” disappeared from Europe many thousands of years ago », Smuts (Jan Christiaan), « South Africa in Science. Presidential address to the South African Association for the Advancement of Science », South African Journal of Science, vol. 22, 1925, p. 17.

129 Boule (Marcellin), Les Hommes fossiles, op. cit., pp. 314-317.

130 Senghor (Léopold Sédar), « Qu’est-ce que la négritude ? », Études françaises, vol. 3, no 1, 1967, p. 11.

131 Saint-Périer (René de), « Statuette de femme stéatopyge découverte à Lespugue (Haute-Garonne) », L’anthropologie, t. 32,1922, pp. 360-410.

132 Reinach (Salomon), « Statuette de femme nue découverte dans une des grottes de Menton », op. cit.

133 Déchelette (Joseph), Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. 1, Paris : Librairie Picard, 1908, p. 218.

134 Deonna (Waldemar), L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, vol. 2, Les lois de l’art, op. cit., p. 193.

135 Voir aussi les travaux de Paul Royer, qui intervient en vain à ce sujet lors des séances de l’Institut français d’anthropologie (1925), dont Royer (Paul), « La stéatopygie et les statuettes féminines paléolithiques », La Presse médicale, no 55, 10 juillet 1926, pp. 875-876. Royer reprend également à son compte l’analyse détaillée développée par le professeur Ugo Antonielli (1888-1935), directeur des musées Préhistoriques et Ethnographiques de Rome, Royer (Paul), « Au sujet de la statuette préhistorique de Savignano sul Panaro », L’Homme préhistorique, no 1-2, 1927, pp. 9-23.

136 Regnault (Félix), « La représentation de l’obésité dans l’art préhistorique », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 6e série, t. 3, 1912, pp. 35-39 ; « La reine de Pount (bas-relief de Deir-el-Bahari, Égypte), n’a point de stéatopygie, c’est une difforme », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 6e série, t. 4, 1913, pp. 412-415.

137 Regnault (Félix), « Les représentations de femmes dans l’art paléolithique sont stéatomères, non stéatopyges », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 21, 1924, pp. 84-88 ; « La prétendue stéatopygie des races paléolithiques », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 23, 1926, pp. 183-187 ; « Les Représentations comparées de la Maternité dans l’art grec et la préhistoire », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 24, 1927, pp. 374-376 ; « Les races humaines préhistoriques n’étaient point stéatopyges », Revue scientifique, 1932, pp. 145-149.

138 Concernant les vénus de Laussel, il note qu’« une femme aux larges hanches y est représentée. L’auteur [Gaston Lalanne] la regarde comme une stéatopyge. Cette personne étant de face, il est impossible de voir des fesses invisibles, d’admettre qu’elles sont proéminentes. »

139 Regnault (Félix), « La représentation de l’obésité dans l’art préhistorique », op. cit., pp. 35-39.

140 Regnault exclut cependant la Vénus Hottentote, après examen de son squelette, de cette généralité. Elle aurait souffert selon lui d’une difformité génétique qui aurait augmenté la courbure du dos. « La Vénus hottentote avait été choisie par son barnum à cause de son extrême laideur. À l’avenir, il convient, pour illustrer la stéatopygie des Boschimans, de prendre un autre exemple », Regnault (Félix), « La spondylolisthésis de la Vénus Hottentote », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 6e série, t. 5, 1914, pp. 233-235.

141 Regnault (Félix), « Les représentations de l’obésité », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 6e série, t. 5, 1914, pp. 229-233.

142 Saint-Périer (René de), « Communication sur la statuette stéatopyge de Lespugue (Hautes-Pyrénées) », [Institut français d’anthropologie, séance du 15 novembre 1922], L’Anthropologie, t. 32, 1922, pp. 519-521.

143 Verneau (René), « La prétendue parenté des négroïdes européens et des Boschimans », L’Anthropologie, t. 35, 1925, p. 235.

144 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. 27, 1916, p. 179.

145 Verneau (René), Les origines de l’humanité, Paris : F. Rieder & Cie, 1925, pp. 36-37.

146 Sans doute ce silence est-il à mettre en relation avec le mouvement que connaît alors le milieu artistique — sculpture, peinture — qui abandonne l’esthétisme hérité de l’antique au profit d’une démarche anthropométrique dans le sillage de la Société d’anthropologie de Paris, Barbillon (Claire), Les canons du corps humain au xixe siècle. L’art et la règle, Paris : Odile Jacob, 2004, 386 p.

147 Zaborowski (Sigismond), « Nécrologie. Édouard Piette », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 5e série, t. 7, 1906, pp. 260-264.

148 Passemard (Luce), Les statuettes féminines paléolithiques dites Vénus Stéatopyges, Nîmes : Teissier, 1938, 151 p.

149 Luquet (Georges-Henri), « Les Vénus paléolithiques », Journal de psychologie normale et pathologique, no 31, 1934, p. 446.

150 Ibid.

151 Bégouën (Henri), « À propos des vénus paléolithiques. Lettre ouverte à M. G.-H. Luquet », Journal de psychologie normale et pathologique, no 31, 1934, p. 795.

152 Ces statuettes sont d’ailleurs aujourd’hui rattachées au Gravettien.

153 Pales (Léon), « Les ci-devant vénus stéatopyges aurignaciennes », op. cit., p. 217.

154 Fauvelle (François-Xavier), L’invention du Hottentot : histoire du regard occidental sur les Khoisan ( xve-xxe siècle), Paris : Publications de la Sorbonne, 2002, p. 330.

155 Froment (Alain), « Origine et évolution de l’homme dans la pensée de Cheikh Anta Diop : une analyse critique », Cahiers d’études africaines, vol. 31, no 121-122, 1991, p. 34.

156 Anta Diop (Cheikh), « L’apparition de l’Homo sapiens », [L’apparition de l’homme moderne, colloque de l’Unesco, 2-5 septembre 1969], Bulletin de l’IFAN, t. 32, série B sciences humaines, no 3, 1970, pp. 623-641.

157 Senghor (Léopold Sédar), « Qu’est-ce que la négritude ? », op. cit., p. 10.

158 Ibid.

159 Leroi-Gourhan (André), Les religions de la préhistoire, op. cit., p. 4.

160 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), Bon (François) & Sadr (Karim), « L’ailleurs et l’avant. Éléments pour une critique du comparatisme ethnographique dans l’étude des sociétés préhistoriques », L’Homme, no 184, 2007, p. 39.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende La femme au renne« Le renne est sculpté en très bas-relief, participant de la gravure au champlevé autant que de la sculpture. La femme est simplement gravée au champlevé. L’artiste, en variant le procédé, a sans doute voulu exprimer l’éloignement de la femme. » Planche extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907, pl. XXVIII. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende Art mobilier de l’âge du renne (La Madeleine, Laugerie basse)Planche extraite de Lartet (Édouard) & Christy (Henry), Reliquiæ Aquitanicæ. Being contributions to the archæology and palæontology of Périgord and the adjoining provinces of southern France, vol. 2 : Atlas, Londres : Williams & Norgate ; Paris : J. B. Baillière ; Leipzig : F. A. Brockhausq, 1875, pl. XXX & XXXI. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Art mobilier de l’âge du renne (Laugerie basse)Planche extraite de Lartet (Édouard) & Christy (Henry), Reliquiæ Aquitanicæ. Being contributions to the archæology and palæontology of Périgord and the adjoining provinces of southern France, vol. 2 : Atlas, Londres : Williams & Norgate ; Paris : J. B. Baillière ; Leipzig : F. A. Brockhausq, 1875, pl. XIX & XX. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Statuette de femme en ivoire de mammouth« Sculpture en ronde bosse. La tête manque ainsi que les bras et les pieds. Le haut de la statuette paraît avoir été incisé et enlevé dès les temps préhistoriques. — Recueillie à Laugerie-Basse par le marquis de Vibraye. — Collection du Muséum de Paris. » Détail de la planche VII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende La naissance de VénusTableau d’Alexandre Cabanel réalisé en 1863. Exposée la même année au Salon, la Vénus de Cabanel connut un grand succès public et fut acquise par l’empereur Napoléon III. Contemporaine des découvertes archéologiques de Vibraye, cette représentation académique fut l’objet d’une controverse entre classiques et naturalistes, Zola la décrivant « comme Vénus dans le peignoir d’une courtisane ».
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Gravures sur roches de la vallée des merveillesPlanche extraite de Rivière (Émile), « Gravures sur roches des lacs des merveilles en Italie », Comptes rendus de la 7e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Paris, 1878, Paris : Association française pour l’avancement des sciences, planche 19. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Gravures antéhistoriques sur rochers« Spécimens des échantillons anthropologiques de l’Exposition universelle » : 1-3, Algérie ; 4-7, Afrique Australe ; 8-10, Vallée des merveilles. Planche extraite de La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, 1878, 6e année, 2e semestre, p. 361. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Confrontation crânienneContour du crâne d’un Européen et d’un Éthiopien vue du dessus (Figures 1-2) ; Contour du front d’un Européen et d’un Éthiopien (Figures 3-4). Planche II extraite de Schmerling (Philippe-Charles), Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, vol. 3, Atlas des planches, Liège : Chez P.-J. Collardin, 1834. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende Affiche du Jardin zoologique d’acclimatationEn 1888, treize « Hottentots » sont présentés au public. © RMN-Grand Palais, Jean-Gilles Berizzi.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Classification et terminologie des temps préhistoriquesTableau extrait de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907, après p. 4. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Légende Statuette de femme sculptée dans une dent d’équidé« On remarque au bas du cou, deux raies qui sont probablement la base de la coiffure. Le nez est gros ; l’oreille et les lèvres sont épaisses ; les seins sont cylindriques et pendants, avec des bouts qui ressemblent à ceux de tettes d’animal. – Assise des sculptures en ronde bosse. » Mas d’Azil, rive droite de l’Arise. Détail de la planche XLIII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Fragment de statuette féminine en ivoire dite « Le torse »« La fig. 1 la montre vue de derrière ; la fig. 1a, vue du côté gauche ; la fig. 1b, vue du côté droit ; la fig. 1c, vue de face. Un large éclat a été enlevé au ventre. La tête, une cuisse et les deux jambes manquent [...] Les seins sont cylindriques et pendants, le ventre volumineux. Les hanches ont des saillies graisseuses». Planche LXXIII extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fragment de statuette de femme dite « La poire »« en ivoire trouvée dans l’assise à sculpture en ronde bosse de la grotte du Pape à Brassempouy [...]. Cette statuette [...] nous révèle l’existence, au commencement de la période glyptique, d’une race humaine longinymphe, très adipeuse, dont les femmes avaient une certaine similitude de formes avec les Boschimanes. » Planche LXXI extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Statuette de Brassempouy« Tête de femme à visage de forme mongolique, coiffée d’une perruque formant capuche, ressemblant à celles des Égyptiens des temps pharaoniques. Les arcades sourcillières sont très saillantes, mais les pupilles qu’elles abritent n’existent pas sur la pièce originale. Le visage est triangulaire, le nez long, étroit, droit et aplati. » Planche LXX extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Manche de poignard en ivoire« représentant le tronc d’une femme de race adipeuse, dont les gibbosités graisseuses des hanches se relient à celles des fesses et se confondent avec elles. Le ventre est volumineux ; les seins cylindriques et pen­dants. La destination de cette sculpture a empêché de donner au thorax, l’épaisseur que comporte la race [fig. 1] ». Planche LXXIV extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Ivoires en provenance de Brassempouy « L’ébauche »En figures 5, « parties inférieures d’une ébauche de statuette masculine. On voit les coups de burin. Les pieds sont inachevés. Les jambes et les cuisses sont celles d’un homme et n’ont rien qui rappelle la stéatopigie [sic]. On voit le bas d’un suspensoir». Planche LXXV extraite de Piette (Édouard), L’art pendant l’âge du renne, Paris : Masson & Cie, 1907. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Vénus de GrimaldiStatuette de femme nue en stéatite. Planche I extraite du tome 9 de la revue L’Anthropologie (1898). © Bibliothèque centrale, MNHN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Légende Statuette dite « Le polichinelle »Statuette féminine en stéatite découverte lors des fouilles Louis-Alexandre Jullien entre 1883 et 1895 (collection Piette). © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale), Jean-Gilles Berizzi.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Figurine dite « Le losange »Figurine en stéatite découverte lors des fouilles Louis-Alexandre Jullien entre 1883 et 1895 (collection Piette). © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale), Jean-Gilles Berizzi.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Fouilles de LausselMenées au profit du docteur Gaston Lalanne entre 1908 et 1914. Photographie issue du Fonds d’archives Gaston Lalanne. © Musée d’Aquitaine, mairie de Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Vénus à la corne de LausselMise au jour en décembre 1911. © Lysiane Gauthier, mairie de Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Proportions de la femmePlanche extraite des Quatre livres d’Albert Durer : peinctre & geometrien tres excellent..., Paris : Perier, 1557. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Légende Statuettes en stéatitedites « de Menton ou des grottes de Grimaldi ». Planche extraite du manuel Les Hommes fossiles de Marcellin Boule (1921). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende La Vénus de LespugueStatuette mesurant 14,7 cm photographiée de face et de dos. © Daniel Ponsard, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Homme aurignacien« (type négroïde de Grimaldi) sculptant la Vénus à la corne découverte à Laussel ». Bas-relief réalisé par Constant Roux pour la façade de l’Institut de paléontologie humaine. © Escobar, fondation IPH.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3954/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search