Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

L'éloquence du forum

Voyages naturalistes

En Hottentotie au dix-neuvième siècle

Claude Blanckaert

Texte intégral

Afrique Méridionale Carte dressée par le géographe F. A. Garnier en 1860 (détail). © David Rumsey Collection.

  • 1 Gould (Stephen Jay), The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History, New York-Londres : W. W. (...)
  • 2 Schiebinger (Londa), Nature’s body. Gender in the making of modern science, Boston : Beacon Press, (...)

1Depuis les études de Stephen Jay Gould1 et de Londa Schiebinger2, l’« infamante » autopsie de Sarah Baartman publiée par Georges Cuvier (1769-1832) en 1817 est censée témoigner d’une dynamique perverse entre fantasmes sexuels, bestialité et racisme « savant ». L’obsession hiérarchique et certain voyeurisme puritain semblent, en effet, caractérisés. Les fesses, les hanches, l’appendice génital et toutes particularités notables de physionomie ou d’ossature se prêtaient au parallèle dégradant avec le singe. Cherchant ici des « traits d’animalité », là des marques d’« infériorité » infaillibles, Cuvier confondait les jugements de goût et d’assignation zoologique. Sarah Baartman était doublement pénalisée comme femme et comme Hottentote. Une Vénus sauvage. Son destin tragique était cimenté dans une brève diagnose.

LE TYPE LE PLUS ANIMAL CONNU

  • 3 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux a (...)

2Cuvier, bien sûr, n’en fut pas le seul interprète, ni le plus égrillard. Le médecin et naturaliste Julien-Joseph Virey (1775-1846), célèbre publiciste de l’époque, rappelait dès 1817 que de cette race abominable « nous avons eu sous les yeux un individu, pour ainsi dire apprivoisé en Europe » ! Virey dénombre avec complaisance toutes les particularités sexuelles, depuis la « saillie des nymphes » et du clitoris, connue en Europe sous le nom de « tablier » ou « voile », jusqu’aux « loupes coccygiennes de la Hottentote Sarah », qui ont si fort entretenu le trouble des savants et la curiosité de tous. Pour lui, la cause est entendue. Le déploiement sans égal des organes annonce les « passions furieuses qui s’allument chez ces êtres » et « contribue sans doute encore à diminuer les facultés morales et intellectuelles des peuples de ces régions ». Virey ne croit pas outrepasser les limites de l’induction. Il a publié, grâce à la complicité des professeurs du Muséum d’histoire naturelle, l’une des premières illustrations en pied de la Vénus dénudée ; il a pris connaissance du « savant mémoire » de Cuvier lu à l’Académie des sciences et médité les récits des voyageurs. Il peut donc confirmer le préjugé commun qui subordonne la corruption séculaire des Africains à la lubricité et à l’exaspération des plaisirs libertins : « Ils rivalisent même dans leurs excès avec l’impudente brutalité des singes et d’autres animaux lascifs. W. Ten Rhyne dit que les hottentôts voient leurs femmes par derrière »3.

  • 4 Cf. Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., p. 164 ; Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’inve (...)

3Si l’on ajoute à ces considérations incongrues que le « tablier » des nymphes imitait, selon le mot du temps, un « pénis affaissé sur lui-même », réactivant de la sorte la figure mythique de l’hermaphrodite4, on mesure à son écart la stupeur des naturalistes et leur empressement à juger de visu. La première investigation du cadavre de Sarah Baartman par Cuvier porta, de son aveu, sur cet « appendice extraordinaire ».

  • 5 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote. Sarah Bartman, Paris : Perrin, 2010, p. 48.
  • 6 Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle », (...)
  • 7 Rousseau (Louis) & Lemonnier (Céran), Promenades au Jardin des plantes, Paris : J.-B. Baillière, 18 (...)

4Sous de tels arbitrages, déshumanisée, réduite à « un sexe scientifiquement estampillé anormal, voire bestial »5, la Vénus hottentote poursuivit une double carrière post-mortem. Sa dépouille figée dans le plâtre « fut longtemps la gloire de la collection » du Cabinet d’anatomie comparée du Jardin des plantes6. Preuve de la porosité des frontières entre attraction et instruction, elle figurait initialement dans la seconde salle aux côtés des squelettes d’un Italien « qui a une vertèbre lombaire de plus que les autres », d’une momie d’Égypte, du nain Bébé et du Syrien Mohammed el’Alepi, assassin de Kléber7 !

  • 8 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Lo (...)

5Face publique, face savante, la Vénus ne vit et ne vaut que par son commentaire. Du point de vue des naturalistes, sa présence inquiétante dans le siècle tient à la fois à la rareté des témoignages irréfutables et à son exemplarité comme type ethnique. L’authenticité d’un « spécimen » dépeint de son vivant, anatomisé puis soumis à l’examen des académiciens, coupait court aux incertitudes. La littérature antérieure, réputée contradictoire et impressionniste, s’en trouvait congédiée. Place aux « faits positifs »8. Comme l’exprime Pierre-Paul Broc (1782-1848), médecin rompu à la comparaison des races par un long séjour en Colombie,

  • 9 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines considérées sous les rapports anatomique et philos (...)

Le Vaillant [sic] va jusqu’à prôner la beauté, et le caractère piquant de la physionomie des Hottentotes, mais la description qu’il en donne lui-même réfute on ne peut mieux cette singulière assertion. S’il en existe quelques peuplades dont les femmes ne soient pas véritablement hideuses, elles sont rares, et la plupart se présentent avec des caractères que je ne saurais mieux signaler qu’en rapportant textuellement quelques passages du rapport de Cuvier à l’Académie des sciences, après la dissection de la Vénus hottentote9.

Hottentote Boschiman Gravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824).

  • 10 Topinard (Paul), L’Anthropologie, 2e éd., Paris : C. Reinwald & Cie, 1877, p. 509.
  • 11 Topinard (Paul), « Documents anthropologiques. “Femme de race Böshimane” par Georges Cuvier », Revu (...)
  • 12 Lester (Paul), « L’Anthropologie et la paléontologie humaine », in Daumas (Maurice) (sous la dir.),(...)

6C’est pourquoi les pages aussi brèves qu’incisives du rapport de Cuvier firent événement. Sarah Baartman était perçue comme un « excellent échantillon » de sa race et, en miroir, l’esquisse qu’en traçait l’anatomiste rendait sensible l’invisible. « La vérité est échappée à Cuvier : ce type est le plus animal connu et diminue la distance qui sépare actuellement l’Européen de l’anthropoïde »10. La gloire de Cuvier va courir le siècle. Cité en extraits ou intégralement par les meilleurs spécialistes, paraphrasé, republié tardivement dans la Revue d’anthropologie pour être « connu de tous »11, son texte suscitait encore l’enthousiasme de l’anthropologue Paul Lester, auteur du chapitre sur la science de l’homme de la classique Histoire de la science [1957] republiée en 1963 dans l’Encyclopédie de la Pléiade, sous la direction de Maurice Daumas : « Il faut signaler son mémoire sur la Vénus hottentote […], dans lequel il a poussé jusqu’à la perfection la description des caractères physiques d’un représentant d’une race aux traits archaïques qu’il compare fréquemment à ceux des singes »12 !

  • 13 Topinard (Paul), « Documents anthropologiques », op. cit., p. 241.
  • 14 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines du Nord-Est de l’Europe, de l’Asie boré (...)
  • 15 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », in Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) (so (...)
  • 16 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’es (...)
  • 17 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, Guildford-Chantilly : Tessier et Ashpool Ltd, 1996 (...)

7Toutefois, si l’observation des prétendues « difformités naturelles » de la Vénus hottentote passa longtemps pour « un modèle du genre descriptif »13, certains contemporains dénonçaient la « grande complaisance de détails » dont le baron Cuvier faisait preuve dans son étude. Antoine Desmoulins (1794-1828), par exemple, les jugeait « indécents »14. D’autres auteurs regrettaient que la référence à Cuvier prêtât à l’exotisme et à la surenchère. Pour Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), l’espèce Hottentote (Homo hottentotus), « hideuse d’animalité », était réputée faire « le passage du genre Homme au genre Orang et aux Singes »15 ! Semblables notations, reproduites, amplifiées durant tout le demi-siècle, nourrissaient pourtant l’exaspération des moins hostiles : « Il est vraiment étrange de voir avec quel servilisme les auteurs qui n’ont jamais vu ces peuples, […], se copient les uns les autres dans ces désespérantes descriptions, et renchérissent encore sur celles de leurs prédécesseurs »16. Fallait-il, au demeurant, s’en remettre au seul avis de Cuvier, à son tour caricaturé par autant de disciples proches ou lointains, pour convenir avec Jean-Charles Chenu (1808-1879) que les femmes d’Afrique australe sont « plus hideuses et plus petites que les hommes, malgré le titre de Vénus hottentote qu’on a décerné à l’une d’elles » ; ou avec Pierre-Paul Broc que par tant de caractères saillants, les Hottentots « établissent de singuliers rapprochements entre eux et plusieurs espèces de singes, de chiens, et d’autres carnassiers »17 ?

  • 18 Cf. Bulletin de la Société ethnologique, t. 2, 1847, p. 193.
  • 19 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 85 ; Bory de Saint-Vincent (Jean-Bap (...)
  • 20 Je reprends le mot de l’article de Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie de la côte occid (...)

8En 1847, lorsqu’il évoque le « type le plus laid, le plus dégradé parmi les races africaines » dans l’une de ses interventions à la Société ethnologique de Paris, Victor Courtet de l’Isle (1813-1867) se contente de rappeler « dans quels termes en parle Cuvier », sans même les citer18. L’allusion joue seulement ici du principe d’autorité. Souvent laconique, la mention de tel ou tel morceau choisi doit confirmer le fait. Défiant, par sa « conformation bizarre » et un « fessier qui fit l’admiration de la capitale »19, tous les canons de l’esthétique européenne, le corps paradoxal de Sarah Baartman devient paradigmatique. C’est un bénéfice certain du protocole anatomique. L’investigation minutieuse de Cuvier, qui fouillait ses entrailles et scrutait sa charpente, équivaut à un voyage immobile. Il en rédige le guide, on s’en fit un bréviaire. La Vénus, non nommée, personnifie dorénavant l’« Hottentotie »20.

  • 21 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 263, 264, 271.
  • 22 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, nelle éd., Paris : Crochard, 1824, t. 2, (...)
  • 23 Cf. Blanckaert (Claude), « “Les vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la craniométrie (1 (...)
  • 24 Cloquet (Jules), Anatomie de l’homme, ou description et figures lithographiées de toutes les partie (...)

9Qui plus est, l’effet de réverbération durable d’une monographie trop vantée accentuait les contrastes entre les races européennes « caucasiques » dites « supérieures » et les derniers des Éthiopiens. Cuvier, déjà, traitait doctement de la physionomie « rebutante » de la Vénus noire, de l’« apparence brutale de sa figure » et d’un « museau plus saillant encore que le nègre [sic] »21. On parla à sa suite d’un « museau grimaçant », d’un « véritable grouin [sic] contre lequel s’aplatissent, se confondent, pour ainsi dire, de vrais naseaux »22. En 1821, le médecin Jules Cloquet (1790-1883) proposait d’objectiver l’obliquité des mâchoires, ce qu’on nommera bientôt avec James Cowles Prichard (1786-1848) le prognathisme, par la mesure de l’angle facial prise, comme le préconisaient Cuvier et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) depuis 1795, au tranchant des incisives23. Les peuples à angle aigu servant, toujours « pour ainsi dire », de « transition de l’espèce humaine à celle des brutes », Cloquet porta sur une même planche les têtes de Bichat et de la Vénus hottentote pour mettre, comme il le dit, en opposition « les deux extrêmes de l’espèce humaine ». Et en effet, ajoute-t-il, « cette dernière se rapproche beaucoup plus de la tête de l’orang-outang par sa forme, que de celle de l’illustre anatomiste que j’ai pris comme type du plus haut degré de développement des facultés intellectuelles »24.

Mesure de l’angle facial
La tête de Bichat (figure 2) – type de conformation de la race caucasienne – contraste avec la tête de la Vénus hottentote (figure 3) – type de la race éthiopienne – par les différentes mesure relevées sur l’angle facial. Sur les figures suivantes, l’angle facial des espèces animales, orang-outang (figure 4) et loup (figure 5), est toujours plus aigu. Figures d’après une gravure d’Haincelin. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 25 Barsanti (Giulio), « L’orang-outan déclassé (Pongo Wurmbii Tied.). Histoire du premier singe à haut (...)
  • 26 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., t. 3, p. 476.
  • 27 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 268.

10L’exercice est imparable. Il deviendra classique. En 1824, Julien-Joseph Virey rapporte ainsi que Cuvier a constaté, sur l’exemple fameux du Pongo de Wurmb rapporté de Batavia25, que l’orang-outan adulte perd en cerveau ce qu’il gagne en maxillaires et qu’on a donc, à tort, trop rapproché les singes de l’homme. « Oui, sans doute, comparativement à l’homme blanc », confirme Virey ; « mais n’avons-nous pas vu aussi le crâne de la femme hottentote (montrée à Paris sous le nom de Vénus hottentote) singulièrement étroit et déprimé, avec des mâchoires prolongées et attestant une progression si manifeste vers la forme des orangs, que M. G. Cuvier l’a parfaitement reconnue ? »26. Toutes les barrières savamment construites au xviiie siècle pour renforcer la symbolique des frontières entre genres s’estompent désormais par d’audacieux rapprochements entre le premier des animaux et un peuple qui, par tant de théromorphies, de traits mi-partis, s’abaisse radicalement au rang des quadrumanes. Cuvier, d’ailleurs, n’a-t-il pas souligné, ainsi qu’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, que les gibbosités fessières de la Vénus hottentote « offrent une ressemblance frappante avec celles qui surviennent aux femelles des mandrills, des papions, etc. »27 ?

  • 28 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines. Essai anthropologique, Paris : J.-B. Bailliè (...)
  • 29 Esquiros (Alphonse), « Du mouvement des races humaines. Cours de M. Serres », Revue des deux Mondes(...)
  • 30 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques aux voyageurs sur les Boschimans », Bulletins de la (...)
  • 31 Gamble (Clive), « Uttermost ends of the earth », Antiquity, vol. 66, 1992, p. 710.

11Autant de détails insolites ou extrapolés dessinaient, touche après touche, le portrait-charge d’une race « qu’il est impossible de rallier n’importe comment, n’importe par quelle face, à aucune des divisions de la grande famille humaine »28. Les Hottentots passeront durant le siècle entier pour rebut de l’humanité. Ils rivalisaient de la sorte avec les Tasmaniens ou les habitants de la Terre de Feu dans le sinistre catalogue des nations dites « naufragées » qu’une nature marâtre voue aux plus bas degrés d’une « hiérarchie éternelle »29. Leur habitat même, aux confins de l’Œcoumène, s’offrait en conservatoire où « l’effarement perpétuel de la bête sauvage »30 le disputait à tous les excès de la dégénérescence humaine. D’aucuns parleraient aujourd’hui d’un « laboratoire global »31 :

Vénus hottentote vue de profil
Les gibbosités fessières de la Vénus hottentote « offrent une ressemblance frappante avec celles [...] des mandrills ». Estampe de Nicolas Huet (mars 1815). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 32 Maury(Alfred), La Terre et l’homme ou aperçu historique de géologie, de géographie et d’ethnologie (...)

À l’extrémité même de l’Afrique, au point le plus éloigné de ce côté du monde où l’espèce humaine puisse atteindre, les caractères physiques et moraux de notre espèce sont arrivés à leur point extrême de dégradation. Le Hottentot nous présente le type le plus enlaidi et le moins intelligent de l’humanité32.

  • 33 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263 ; Thulié (Henri), « Instructions an (...)
  • 34 Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind : Or, Ethnological R (...)

12Tout le siècle réputé « positif » semble rivaliser de hardiesse dans l’hypotypose pour dire l’abjection de ces « hordes crasseuses ». Le style méprisant colore les récits. Henri Thulié (1832-1916), l’un des vice-présidents de la Société d’anthropologie de Paris pour l’année 1881, abuse d’épithètes et de superlatifs pour écraser ces « Vénus hideuses » qu’il qualifie de « femelles sans aucun agrément ». Le voyageur William Burchell (1782 ?-1863), remarque-t-il, a-t-il eu quelque indulgence pour ces beautés sauvages ? Sans doute ne les a-t-il pas vues « dans leurs moments de rut » ! Desmoulins leur trouve-t-il une physionomie « vive et spirituelle » ? Cuvier lui a répondu par avance, en notant que les mouvements de la Vénus hottentote « avoient quelque chose de brusque et de capricieux qui rappeloit ceux du singe »33. En 1854, Josiah Nott (1804-1873) et George R. Gliddon (1809-1857) requièrent la même source et la figure en pied publiée par Virey pour conclure que la colonie du Cap abrite « les plus abaissés, les plus simiesques des hommes ». Leur texte trahit le dégoût que leur inspirent tant l’enflure des fesses de la Vénus hottentote que le développement ignoble du « voile pudique » (labia pudendi ou tablier) qui distingue les femmes de sa race34.

L’« HOTTENTOMANIA » D’HIER À AUJOURD’HUI

  • 35 Flammarion (Camille), Le Monde avant la création de l’homme. Origines de la terre, origines de la v (...)
  • 36 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, ou Recherches sur ses principaux Fondeme (...)
  • 37 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., p. 76.

13Au fil de ce parcours, il semblerait que tout soit dit et qu’une anthropologie suiviste se fût d’office réduite à un rôle vulgarisateur. Quand Camille Flammarion (1842-1925) parle de sauvages « moins intelligents que plusieurs de nos animaux domestiques » ou d’« êtres matériels » plus proches des chimpanzés que de la race intellectuelle qui a donné Newton, Shakespeare ou Chopin35, il rejoint Virey qui, dès 1800, jugeait la branche hottentote toute « automatique » et, pour mieux résumer son propos affligeant, « eunuque » pour un état de perfection36. Sous ce rapport, questionne Carol Sandrel, Sarah Baartman fut-elle autre chose qu’un « chien de foire » dans le regard prévenu d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Cuvier ou Henri de Blainville (1777-1850)37 ?

  • 38 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit.
  • 39 Selon le titre initial de la thèse de Doctorat de F.-X. Fauvelle, soutenue en 1999 : Le Hottentot, (...)
  • 40 Buffon (Georges Louis Leclerc de), « Nomenclature des singes » (1766), in Histoire naturelle généra (...)
  • 41 Cette remarque est tirée des annotations de Michèle Duchet à la réédition du traité De l’Homme de B (...)
  • 42 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263.

14De fait, la réputation malfaisante des Hottentots, soit errants soit paupérisés, relève d’un atlas colonial dont les schémas de perception précèdent de longtemps sa venue en France. François-Xavier Fauvelle-Aymar en a démontré la lente sédimentation, aussi bien physique que morale, depuis le xvie siècle38. Mais alors que l’imaginaire des Lumières, sous l’influence de Peter Kolbe puis des philosophes comme Rousseau ou Diderot, contrebalançait la figure réifiée du « sauvage abruti » par la considération, cette fois positive, des plus nobles attributs de l’« homme de nature », les savantes expertises ouvertes par François Péron (1775-1810) ou Cuvier raffinent sur le stéréotype. Sous leur plume ressurgit la représentation péjorative de l’« homme-limite »39, encroûté dans la matière, dont Buffon (1707-1788) en 1766 avait, sans plus de flatterie, brossé les caractères dans sa « Nomenclature des singes »40. Il semblerait même qu’en s’attachant par exemple à la saillie des fesses (stéatopygie), laquelle n’avait retenu l’attention « d’aucun des voyageurs ou observateurs du xvie au xviiie siècle »41, les naturalistes parisiens n’eussent éprouvé aucun scrupule déontologique en donnant de pseudo-garanties d’« impartialité » aux plus lourds préjugés. Nonobstant la « grâce » de son buste, sa main « charmante » et son pied « fort joli »42, Sarah Baartman deviendra « monstrueuse » autant qu’« affreuse ». Pour ces mêmes raisons, nous confie l’anthropologue René Verneau (1852-1938), elle fera aussi « la joie des visiteurs de nos collections ». Ajoutant au tableau, Verneau est l’un des rares professeurs du Jardin des plantes à combler les attentes du commérage public :

  • 43 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXVI (...)

Il est certain qu’elle dut avoir des complaisances pour de nombreux adorateurs […]. On affirmait encore, il y a quarante-trois ans, lorsque je suis entré au Muséum, qu’elle ne dédaignait pas ceux de ces adorateurs ayant les mœurs qui ont illustré Sodome ; je suis obligé d’avouer que l’examen des moulages en cire [de l’anus] que nous possédons ne contredit nullement ces racontars43 !

15De Virey à Verneau, au terme d’un étrange centenaire, la boucle s’est refermée sur de simples ragots. L’histoire mémorielle de la colonisation, relayée sur ce cas particulier de Sarah Baartman par les études de « genre », a largement documenté la dépersonnalisation, la dépossession d’une femme exploitée de son vivant comme icône sexuelle et rendue, après sa mort, à l’anonymat d’un squelette de race dite « inférieure ». Les biographies françaises récentes ont rappelé à l’envi que, passé un bref moment d’intérêt intellectuel, voire de fascination, la Vénus statufiée a rejoint la galerie des « phénomènes » qui l’exposait, une fois encore, au regard ébahi ou concupiscent des badauds du dimanche. Verneau en témoigne, elle restera « une des pièces les plus connues de la riche collection anthropologique » et, pour mieux dire, une « célébrité » qui, malgré le poids des ans, « jouit auprès du public d’une plus grande vogue que beaucoup de savants, de philosophes ou d’hommes politiques disparus au cours du xixe siècle ».

  • 44 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, Paris : J.-C. Lattès, 2000, p. 157.
  • 45 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., pp. 47-48.
  • 46 Ibid., p. 128 ; Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., p. 172.

16Le succès mondain de ce corps hiératique nous livre cependant peu d’informations sur l’appropriation scientifique et le devenir contradictoire des organes, confits dans le formol ou enkystés dans la cire, qu’interprétaient tour à tour les meilleurs savants d’Europe. Enquêtes, contre-enquêtes se succédaient dans le siècle, qui toutes donnaient justement à l’« énigme » de la Vénus hottentote, et donc à la race qu’elle incarnait, ses titres de diversité. Les limites de la biographie sont aussi celles des études de « genre ». Elles nous persuadent, en effet, que la Vénus « ne présentait qu’un intérêt scientifique mineur »44 ou que ses « prélèvements » dérisoires, toujours pensés en référence aux genitalia, ne prennent sens qu’en vertu des conventions et des valeurs de la société mâle45. Si le dossier scientifique de Sarah Baartman s’achevait vraiment avec son dépeçage, la pondération des pages de Cuvier consacrées respectivement aux caractères sexuels ou au cerveau aurait force de preuve. Londa Schiebinger s’est risquée à ce stérile décompte (neuf pages contre un seul paragraphe) et Carole Sandrel en vient à faire grief à Verneau d’ajouter des précisions sur l’extrême simplicité de la cervelle hottentote « qu’on ne trouve même pas sous la plume de Cuvier »46.

  • 47 Gaudry (Albert), Essai de paléontologie philosophique, Paris : Masson & Cie, 1896, p. 194.

17De telles remarques voudraient manifester, comme je l’imagine, la force des a priori, l’inéquité des jugements et l’ambiance raciste de cette longue période. Faut-il pour autant résumer son devenir « scientifique » aux pages satisfaites de Cuvier en oubliant, précisément, qu’à une ou deux générations de là, l’appareil encéphalique de la Vénus hottentote, son bassin, ses vertèbres, ses cheveux furent des plus sollicités. En vérité, aucune partie de son corps ne fut mieux interrogée, analysée et surtout représentée que son cortex, en vue latérale ou en norma verticalis. À l’époque de Charles Darwin (1809-1882), ces figures incessamment copiées envahissent les publications naturalistes quand les singularités sexuelles, devenues anecdotiques pour l’anthropologie, sont à peine mentionnées. En 1896, la mâchoire inférieure seule de la Vénus hottentote est encore reproduite dans l’Essai de paléontologie philosophique d’Albert Gaudry (1827-1908). Elle vient alors témoigner, par un abrupt raccourci iconographique, de la morphologie régressive ou de l’archaïsme des types « les plus inférieurs » de l’humanité47.

Mâchoire inférieure
Détail anatomique de la Vénus hottentote extrait de l’Essai de paléontologie philosophique d’Albert Gaudry (1896). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 48 Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman, the “Hottentot Venus” », History of Science, vol. 43, (...)
  • 49 Cf. Cohen (William B.), Français et Africains. Les Noirs dans le regard des Blancs 1530-1880 [trad. (...)
  • 50 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 90.

18Parangon de primitivité, la Vénus hottentote s’évade de la sorte, et à l’échelle du siècle, d’une sexualité dilatée qui n’apparaîtra bientôt, tout succès reconnu, qu’un banal ornement. Si l’on n’en peut traiter comme de l’écume des choses, encore convient-il de noter que pour l’histoire des sciences le corps exotique de Sarah Baartman s’offre, de pied en cap, à une multitude d’examens, d’interprétations et de controverses. Le spectacle de l’altérité n’en dit pas suffisamment l’importance. Son statut culturel d’exception outrepasse pareillement les lectures sélectives, pour ne pas dire partiales, des essais féministes. Comme le souligne Sadiah Qureshi, aussi accablante soit-elle, la focalisation des intérêts sur l’ethnocentrisme et les études de Genre a eu pour effet de minimiser les processus matériels impliqués dans l’objectivation, le traitement des « restes » ou la présentation muséale de Sarah Baartman. De sorte, conclut Qureshi, que la littérature qu’elle a suscitée apparaît pauvrement historicisée et soumise, plus que nécessaire, à des finalités actuelles, morales ou politiques — qu’elle symbolise la domination masculine, la naturalisation de la déviance ou l’humiliation des peuples opprimés d’Afrique australe48. Il importe alors de tenir ensemble les deux bouts de la chaîne de l’argumentation. Les objections féministes, bientôt reprises par les théoriciens des « zoos humains » sont, bien sûr, cardinales. Elles relèvent d’ailleurs d’une réalité de fait qu’il serait malvenu de relativiser. Nul n’ignore la perméabilité du discours académique à l’injure comme aux convictions pavloviennes des mentalités moyennes. Ce contexte commun explique pour partie, sans aucunement l’excuser, la place prépondérante qu’occupe dans l’appréciation savante, rationalisée, réflexive en un mot, des jugements de goût expéditifs qui tous portent au passif de la Vénus hottentote, certaine « empreinte de l’animalité »49. Parlant des Hottentots, dont il n’a qu’une connaissance livresque via Virey, Cuvier ou Bory de Saint-Vincent, Pierre-Paul Broc assène plus qu’il ne démontre que « l’état moral de cette variété si misérable, si peu favorisée par la nature, si inférieurement placée dans l’ordre de la création des hommes, correspond parfaitement à son organisation incomplète »50. Ceci admis, et aussi ressassé et pontifiant qu’il nous paraisse, le propos des savants n’est pourtant pas immobile. Avec la vogue de l’anthropologie, le crible de l’anatomie renouvelle les croyances anciennes. Du moins sont-elles suspectées. La spécialisation croissante affecte toute l’histoire naturelle de l’homme. Elle éveille des curiosités inédites, provoque des recherches comparatives, ordonne des problématiques innovantes en contexte qui tantôt corroborent, tantôt contredisent les idées reçues. Ce régime de questionnement critique solidarise la république des savants. C’est un vecteur de consensus, d’attentes partagées dont le retentissement s’étend loin dans le siècle. À sa manière, la dissection de la Vénus hottentote a contribué à forger des mentalités, des mentalités professionnelles cette fois qui, par retour, assureront durablement sa notoriété.

Crânes de race bosjesmane Vues en norma verticalis extraites de Quatrefages & Hamy in Crania ethnica. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 51 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 174.
  • 52 Auroux (Sylvain), « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de r (...)
  • 53 Cités dans Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 150.

19C’est dans ce contexte évolutif que le petit mémoire de Cuvier, porté selon le mot expressif de Gérard Badou par l’« Hottentomania »51 qui agite les biologistes européens, va creuser son sillon. Cet écrit est proprement matriciel. Il doit sa célébrité moins à ses « découvertes », totalement discutables d’hier à aujourd’hui, qu’à d’infimes détails ou raisonnements que révèle son mode opératoire. La plupart de ces petits faits portent, certes, sur les caractères sexuels secondaires, mais également — et surtout — sur des anomalies du squelette de la Vénus ou des particularités de conformation de la face ou du cerveau qu’il faudra discuter, vérifier ou amender. L’« extrait » de Cuvier se prolonge en programme d’investigations ouvertes. Il intègre par-là l’« horizon de rétrospection », la bibliothèque vivante de la science anthropologique qui, comme l’explique l’historien Sylvain Auroux, détermine et stabilise sur le moyen terme l’activité des chercheurs, le crédit accordé au champ théorique, la transmission des savoirs par l’écrit et par l’enseignement52. Sous cette condition, l’événement purement circonstanciel qui permit, dans les termes étonnants de Geoffroy Saint-Hilaire53, au cadavre d’une femme « du pays des Caffres » de « devenir asile aux progrès des connaissances humaines », cet événement daté interagit avec les développements ultérieurs d’une tradition qu’il inaugure. J’entends ici par tradition un style descriptif mais également un complexe de valeurs, de catégories analytiques et d’expectatives, bientôt cristallisées en une « vision du monde » qui restera plus ou moins homogène jusqu’aux années 1880. C’est pourquoi nombre de textes s’épuisent dans la répétition.

  • 54 Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., pp. 6 et 160.
  • 55 Kuhn (Thomas S.), La structure des révolutions scientifiques (1970), Paris : Flammarion, 1972, chap (...)
  • 56 Leguat (François), Aventures aux Mascareignes. Voyage et aventures de François Leguat et de ses com (...)
  • 57 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 146-152, 288-289, 300-302

20La puissance d’évocation des « Observations » de Cuvier, quand même on tiendrait pour acquis qu’elle dût quoi que ce soit à l’œil gourmand, « salace »54, de ses commentateurs, ne déroge pas à l’éthos scientifique de l’époque. Elle en serait plutôt le pacte fondateur, dans l’axe, conforme au modèle kuhnien, d’une science « normale » attachée à la résolution d’énigmes55. En particulier, la rigueur de l’amphithéâtre anatomique, où l’on voit, pèse et mesure, tranche avec le sensationnalisme des récits de voyage. Elle censure les approximations des narrateurs qui, avec François Leguat (1638-1735), comparaient le « tablier » des femmes d’Afrique australe à une « espèce de cotillon »56 ou, avec tant d’autres, n’y voyaient qu’un repli de peau pendant de l’abdomen ou l’effet de l’art, sinon de la masturbation57. Cuvier est encore obligé de réfuter pareilles assertions. La visite des corps vaut mieux qu’un ouï-dire. Voilà l’orgueil du siècle et son programme de vérité. La science supplante, doit supplanter la légende. En 1842, préfaçant le livre de Pierre Boitard (1789-1859) sur Le Jardin des plantes, le polygraphe Jules Janin (1804-1874) magnifie cette ambition :

  • 58 Janin (Jules), « Le Jardin des plantes », introduction dans Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes (...)

Une semblable étude, qui se fait en quelque sorte à nos propres dépens, qui nous assimile aux espèces animales si rigoureusement classées, est un acte de haute raison, d’humilité glorieuse ; c’est une autopsie qui n’est permise qu’à nous, qu’à notre siècle, et qui couronne dignement le vaste édifice élevé par les temps modernes à l’éternel honneur des sciences naturelles58.

21Pour couper court aux poncifs et à l’anachronisme, il convient alors d’envisager l’étonnante trajectoire de la « Vénus hottentote » à la fois comme cas d’école et comme fait institutionnel. La singularité de son anatomie est prétexte à réévaluation jusqu’à la fin du xixe siècle. Elle engendre des conflits dans le cadre des entreprises classificatoires, qui sont l’alpha et l’Oméga de la nouvelle ethnologie, la science des races. Elle devient l’enjeu d’hypothèses ethnogéniques variées quant au peuplement de l’Afrique. Elle se fait pièce à charge ou à décharge des problématiques mono ou polygénistes, du transformisme « pithécoïde » ou d’une histoire antédiluvienne qui l’érige en prototype humain ou en relique des premiers âges.

  • 59 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 271-272.
  • 60 Topinard (Paul), « Étude sur la taille », Revue d’Anthropologie, t. V, 1876, p. 63.

22En parlant de cas d’école, il importe de comprendre que la dépouille de Sarah Baartman, sans échapper à son sexe comme à l’excentricité de ses reliefs, dépose toujours pour l’universalité de sa nation. Ce qu’on dit d’elle vaut pour ses compatriotes. En vérité, la pénurie des « spécimens » dans les meilleures collections d’Europe annule pour longtemps les exigences statistiques de l’anthropométrie. Suivant Cuvier, la plupart des naturalistes rapporteront, comme autant de caractéristiques raciales, la perforation de la cavité olécranienne de l’humérus, la grosseur du col et l’absence de la ligne âpre du fémur, dont le bord postérieur se trouve arrondi comme chez les singes anthropoïdes, le moindre évasement du bassin ou la largeur relative des cavités sensorielles de la face. Cuvier, notons-le, ne se prononçait pas sans réserve sur la généralité de ces différences qu’il qualifiait soit de « rares », soit de « très-remarquables ». Un seul squelette n’y suffisait pas. La sanction du nombre lui manquait pour en tirer des « conclusions valables relativement aux variétés de l’espèce humaine »59. Il n’empêche. Son prestige suffira à convaincre les indécis. Au demeurant, tous les faits bruts consignés gardent une valeur insigne. Ils sont versés sans délai au trésor des renseignements dont l’anthropologiste aura toujours besoin. On sait, grâce à Cuvier, que Sarah Baartman mesurait 1,442 m. Recoupés par des mesures d’autres individus, les chiffres « sont formels »60. Auteur sollicité à son égal, et d’ailleurs grand adversaire de Cuvier, Antoine Desmoulins précise en 1826 que la concavité du visage de la Vénus est due non seulement au développement avantageux du front et à la proclivité des dents mais encore à l’avortement et la soudure des os du nez, autre caractéristique stupéfiante. Elle deviendra classique.

  • 61 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 394.
  • 62 Cf. Rochebrune (A. Trémeau de), « Étude morphologique, physiologique et ethnographique sur la femme (...)
  • 63 Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman », op. cit., p. 251.
  • 64 Godron (Dominique A.), De l’espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l’unité (...)
  • 65 Regnault (Félix), « La spondylolisthésis de la Vénus hottentote », Bulletins et Mémoires de la Soci (...)
  • 66 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., p. 328.

23Unique et irremplaçable, toujours disponible, le corps de Sarah Baartman s’offre pour module sur lequel vient se mouler, si l’on peut dire, le morphotype racial. L’histoire le construit. Il est toujours possible d’y revenir ou d’en tirer des conséquences physiologiques nouvelles. En 1881, Henri Thulié affirme ainsi qu’« aucun cerveau de Bochiman n’a été étudié depuis l’autopsie de la Vénus hottentote »61. D’autre manière, quand il s’agit d’estimer l’amplitude d’une conformation féminine, comme l’étendue des hanches et de la région fessière, son moulage en pied est systématiquement pris pour exemple « moyen » du développement dans sa race et pour « limite extrême » de la variabilité dans le genre humain62. Ce qu’on appelle parfois la « marchandisation »63 du cadavre de Sarah Baartman peut exciper de ses trois supports, squelette, bocaux et plâtre peint. Alors que Dominique A. Godron (1807-1880) confirme à son inspection l’abaissement de l’ombilic vers l’arcade pubienne, indice de moindre élévation dans l’échelle humaine selon les doctrines du professeur du Muséum Étienne Serres (1786-1868)64, d’autres auteurs diagnostiquent sur sa colonne vertébrale une « spondylolisthésis », un défaut congénital d’ossification de la cinquième vertèbre lombaire qui produit un glissement du rachis vers le corps du bassin et, de là, l’augmentation de la cambrure au bas du dos. Le montage du squelette s’avère fautif. Le préparateur aura redressé l’axe des vertèbres sans tenir compte de leur situation réelle65. Cet arsenal de preuves, ces rebondissements attisent le suspense. Au seuil du xxe siècle, la « Vénus noire » n’a rien perdu de ses mystères. La pluralité des usages explique son statut surprenant d’« égérie des naturalistes »66. En ce sens, son actualité dépend du rapport changeant que les raciologues entretiennent avec les questions d’étiologie, de filiation et de phylogenèse.

Spondylolisthésis
Dessin de la colonne vertébrale de la Vénus hottentote publié par Félix Regnault en 1914. © Bibliothèque centrale, MNHN.

DÉMYSTIFIER CE « TABLIER SI FAMEUX »

  • 67 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier » (1834), in Recueil des Éloges historiques lus (...)

24Comme l’indique Pierre Flourens (1794-1867), « le premier mérite de M. Cuvier, et c’est par ce mérite qu’il a donné, dès l’abord, une nouvelle vie aux sciences naturelles, est d’avoir senti que la classification, comme l’explication des faits, ne pouvaient sortir que de leur nature intime profondément connue »67. Autrement dit, en vertu du double principe de subordination et de connexité des parties, la différenciation des races humaines participe à la fois du choix de traits discrets, discriminants, et de la totalité relationnelle qui les intègre. La classification ne les isole que pour les rapprocher. L’organisation des types humains tolère des écarts, notamment des arrêts ou des excès de développement presque tératologiques, mais nulle création spéciale surajoutée qui viendrait contrarier la nature. Telle est la règle simple à laquelle Cuvier subordonne la nécropsie de la Vénus et, en premier lieu, l’examen des organes génitaux externes.

  • 68 Levaillant (François), Voyage de Monsieur Levaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bo (...)
  • 69 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 259.
  • 70 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)

25On sait que cette méthode a valeur de test des assertions discordantes des voyageurs. Cuvier indique sans retard leurs contrariétés, les uns niant l’existence du « tablier » ou prétendant, avec François Levaillant (1753-1824), qu’il doit s’agir d’un « raffinement de coquetterie » obtenu par manipulation des grandes lèvres et poids suspendus68 ; les autres, tous les autres, faisant assaut d’hypothèses « sur la partie des organes de la femme dont il faisoit le développement »69. Néanmoins, sa réplique vise essentiellement un mémoire influent, lu en 1805 devant la Classe des sciences physiques et naturelles de l’Institut par l’un de ses protégés et élèves, François Péron. Sur sa recommandation, Péron avait participé à la circumnavigation de Nicolas Baudin (1754-1803) partie du Havre en octobre 1800. Lors d’une escale au Cap de Bonne-Espérance, il profita des facilités de l’hôpital colonial pour se procurer « des notions exactes sur ce tablier si fameux ». En apparence, sa relation retient moins Cuvier que sa conclusion : cet appendice stupéfiant, susceptible selon l’un des médecins de l’expédition d’une « espèce d’orgasme », se distingue, affirme Péron, des petites comme des grandes lèvres. Il « constitue un organe tout à fait particulier, qui n’a rien de commun avec les diverses parties de l’appareil sexuel ordinaire aux femmes des autres peuples »70.

François Péron Portrait effectué quelques jours avant sa mort. Dessin de C.-A. Lesueur publié en 1816. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 71 Ainsi caractérisée avant même son départ dans un mémoire adressé aux professeurs de l’École de méde (...)
  • 72 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)

26De même que Cuvier, Péron conçoit l’idée de race, et ici de « cette race immonde qui peuple la pointe méridionale de l’Afrique »71, comme une combinatoire de traits associés. Pour lui, l’existence du soi-disant « tablier », « organe singulier » et indépendant de tout tiraillement ou affection maladive, se « lie constamment dans les mêmes individus à un développement extraordinaire des fesses », qu’il assimile à « ces masses stéatomateuses que portent les chameaux »72, et à d’autres bizarreries affectant la poitrine aux doubles tétons emboîtés ou la face déprimée par l’écrasement du nez. De fait, Péron est l’un des premiers naturalistes modernes à reporter l’attention sur cet entrecroisement des caractères, tous plus « inconcevables » les uns que les autres. Cuvier n’en dira guère plus. Et peut-être en fut-il inspiré.

  • 73 Cité in Duchet (Michèle), Essais d’anthropologie : espaces, langues, histoire, Paris : Presses univ (...)
  • 74 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 266.

27Mais Péron revendique aussi, par l’exergue de ses « observations », le patronage tardif de Philibert Commerson (1727-1774), compagnon de Bougainville et membre de l’Académie royale des sciences. Celui-ci, qui donnait créance à l’existence, au cœur de Madagascar, du peuple mystérieux des Quimos faisant le « passage insensible de l’espèce humaine à la gent quadrupède », estimait que « ce serait le comble de la témérité que de vouloir, avant de connaître toutes les variétés de la nature, en fixer le terme… »73. Or Cuvier ne s’en remettait pas si aisément aux libéralités de l’ondoyante nature. Il réfutait la chaîne des êtres, soulignait plus qu’on ne croit ordinairement le hiatus séparant les « bimanes » humains et les « quadrumanes » et niait toute création ex abrupto d’organes non prévus dans le plan des espèces. La Vénus hottentote venait, sous son scalpel inquisitoire, réfréner les abus de l’imagination. Péron avait mal vu. Sa thèse était fautive. La démarche novatrice de Cuvier s’assure dans son triomphe : le « tablier » tant convoité n’est qu’une hypertrophie des nymphes [petites lèvres]. Elle s’accompagne d’un effacement des grandes lèvres sans que l’intérieur de la vulve, précise-t-il, ne présente rien de particulier. Ce prolongement distinctif, constamment comparé, pour la forme et la couleur, à la caroncule du bec du dindon, s’élargit et se bifurque « comme en deux pétales charnus ridés »74. Somme toute, il se signale plus par son exagération que par son importance physiologique.

  • 75 Par exemple, Mahoudeau (Pierre-Georges), article « Tablier des Bochimanes », in Bertillon (Adolphe) (...)
  • 76 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 152, 300-301.
  • 77 Barrow (John), An Account of Travels into the interior of Southern Africa in the years 1797 and 179 (...)
  • 78 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie et le tablier des femmes boschimanes », Bulleti (...)
  • 79 Lawrence (William), Lectures on Physiology, Zoology, and the Natural History of Man, delivered at t (...)

28Comme on fit autrefois à Cuvier l’honneur d’une découverte qui passerait aujourd’hui pour indécente phraséologie75, il reste instructif d’en peser la démonstration. François-Xavier Fauvelle-Aymar rappelle en effet que, vers 1770 déjà, il existait une certaine unanimité pour dénoncer la « fable » du tablier et que divers auteurs, dont Willem Ten Rhyne (1647-1700) ou Robert Jacob Gordon (1743-1795), en avaient donné un signalement exact76. À peu de temps de là, dans ses relations de voyage, le diplomate John Barrow (1764-1848), secrétaire général du Cap, avait parfaitement identifié l’excroissance des nymphes, décrit le phénomène et constaté dans l’enfance même la prédisposition raciale à cette formation anomale77. En 1816, de retour du Cap, le médecin de l’armée anglaise William Somerville publiait en latin les résultats de ses observations faites sur le vivant et lors d’une dissection. Il reconnaissait lui aussi, sans prononcer le mot, la véritable nature du « tablier »78. En 1819 enfin, le chirurgien William Lawrence (1783-1867) expliquait que, quoique frappante par sa généralité dans les pays chauds et sa démesure, l’extension des nymphes chez les femmes hottentotes et bochimanes était des moins remarquables lorsqu’on considérait sa grande variabilité parmi les Européennes. Dans ce cas, les femmes hottentotes ne se distinguaient pas par une production hors norme des autres filles d’Ève79.

  • 80 Buffon (Georges Louis Leclerc de), De l’homme, op. cit., pp. 349-351.
  • 81 Péron (François), Voyage de découverte aux terres australes exécuté par les corvettes Le Géographe, (...)

29Cuvier, finalement, recueillit sur son nom le bénéfice d’investigations poursuivies depuis le début du siècle. Mais, au-delà d’un jugement de conformité, il voulait établir qu’aucun élément étranger ne venait s’ajouter à la structure normale des organes génitaux externes. Il rompait ainsi avec l’indécision d’un Buffon qui, s’assurant par ses correspondants que les femmes du Cap « avoient deux protubérances charnues qui sortoient d’entre les grandes lèvres », voulait n’y voir qu’« un défaut connu et commun au plus grand nombre des femmes africaines ». Si, en effet, le prétendu tablier contredisait bien « tout ordre de nature »80, il restait possible de trancher, à la mode voltairienne, pour un coefficient racial, sui generis, qui déterminait du plus au moins la taille constante des parties sexuelles, leur forme et même leur disposition. François Péron penchait visiblement pour cette solution radicale. Il mourut en 1810, sans publier ses conclusions. Toutefois, le géographe Louis Freycinet (1779-1842) leur donna une actualité inattendue en 1816 en continuant la relation inachevée du second tome du Voyage de découverte aux terres australes de Péron. Son résumé, repris du manuscrit lu à l’Institut en 1805, est explicite. Quoique « inexplicable », la « conformation bizarre » du tablier ne peut être attribuée à un « prolongement artificiel ou naturel des grandes lèvres, ni des nymphes, ainsi que plusieurs observateurs l’ont écrit »81. Par simple coïncidence des dates, l’autopsie de Sarah Baartman lèvera ce doute fondé. Le compte rendu de Péron est caduc à sa publication. Cuvier poursuit ainsi, par-delà la tombe, un dialogue contradictoire avec celui qu’il présente avantageusement comme un « infatigable naturaliste », l’un de ces voyageurs qui paraissait destiné, plus qu’aucun autre, à « reculer les limites » de la zoologie. Le succès de Cuvier doit, certes, beaucoup à sa notoriété. Mais sa démarche comparative s’appuie sur un postulat anatomique désormais admis et éprouvé :

  • 82 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

Vaillant [sic], en considérant l’extrême longueur de ces parties difformes, a cru que les Hottentotes contribuaient à leur allongement en tirant continuellement avec les doigts les grandes lèvres, et Péron a fort longuement disserté à ce sujet sans résoudre un problème dont Cuvier a trouvé la solution en disséquant tout simplement cette Femme du Cap renommée par son affreuse laideur, et qu’on montra comme une curiosité aux Parisiens sous le nom de vénus hottentote. Il est résulté de l’examen qu’on a fait de cette hideuse créature, qu’il n’y a rien de plus extraordinaire dans les parties de la génération de ses pareilles que chez plusieurs Négresses, et même chez des Femmes d’espèce Arabique, où les nymphes ont aussi de la tendance à une prolongation excessive, et qu’on soumet à une sorte de circoncision, afin qu’elles ne deviennent pas désagréables à leurs maris. Les Barbares du Cap n’y regardant pas de si près, leurs femelles [sic], sans craindre de leur paraître affreuses, laissent croître et se développer ces parties que les Egyptiens tiennent, avec juste raison, à voir restreintes dans les proportions convenables82.

  • 83 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 273.
  • 84 Cf. Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind (1813), 3e éd., Londre (...)

30Cuvier fut parfois suspecté d’inclinations polygénistes. Il est vrai qu’il ne se prononça jamais sur l’unité d’origine de la grande famille humaine. Ses partisans notoires, moins timides sur ce plan d’orthodoxie religieuse, tiraient parti de sa dissertation pour convenir avec lui qu’une « loi cruelle », véritable décret de nature, « semble avoir condamné à une éternelle infériorité les races à crâne déprimé et comprimé »83. Cependant, ses adversaires mêmes n’hésiteront pas à reconnaître qu’on doit à sa monographie de la Vénus plus d’informations précises qu’il n’était habituel, tant sur le « tablier » que sur l’organisation particulière à la race hottentote84.

  • 85 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., pp. 86-87.
  • 86 Virey (Julien-Joseph), De la femme, sous ses rapports physiologique, moral et littéraire, 2e éd., P (...)
  • 87 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., pp. 326-327.

31Le fait étant acquis à la science, vint le moment des explications. Rentrant dans le jeu métaphorique de Cuvier, repris de Linné (1707-1778) qui pensait que les pétales sont les nymphes de la fleur, Virey attribuait à l’humidité chaude le ramollissement de toutes les parties du corps, lèvres, seins, lobes des oreilles, « sans ressort de contractilité »85. La chaleur y portait un surcroît de nutrition. De là le gonflement et la dilatation des organes exposés au soleil ardent et la force d’extension des nymphes. Ces faits, poursuivait-il, « se remarquent même chez des végétaux. Les géranions du Cap de Bonne-Espérance, distingués par les botanistes sous le nom générique de pelargonium, etc., ont une fleur irrégulière, parce que les deux pétales supérieurs étant les plus échauffés du soleil, prennent un accroissement plus prompt et plus fort que les pétales inférieurs ou ombragés ». Virey reprendra le même argument dans son étude De la femme quand il fait allusion à la Vénus avant d’en conclure qu’ivrognes et insouciantes, les Hottentotes « sont les dernières des beautés du genre humain »86. Bory de Saint-Vincent s’empressera de ridiculiser le boniment « fleuri » de son adversaire éditorial87. Pour lui, aucun doute, la chaleur n’y fait rien. Il arrive seulement qu’à la nubilité les parties secrètes des femmes comme leurs seins s’engorgent d’une graisse liquide qui distend le tissu cellulaire…

L’origine du monstre
Tablier des femmes hottentotes. Dessins de Lesueur extraits du Bulletin de la société zoologique de France (1883218), planche II. Double page suivante, planches I & III. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 88 Celle de Virey fut antérieurement proposée par André Sparrmann, compagnon de James Cook (cf. Blanch (...)
  • 89 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, op. cit., p. 200.
  • 90 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines observées de 1842 à 1862, dans les di (...)
  • 91 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 62.
  • 92 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)

32Malgré l’ignorance des causes ou l’impéritie des conjectures88, le tablier ne cessa d’intriguer. Rares furent les auteurs qui dénièrent son caractère de race en évoquant un « état de maladie héréditaire »89 ou, pourquoi pas ?, la bévue de voyageurs pressés qui prirent le petit voile de chasteté des jeunes filles du Cap, bordé de languettes pendantes, pour l’élongation des lèvres90. Indice de fantasmes récurrents, on parla tardivement de masturbation, une opinion — répliquera Raphaël Blanchard (1857-1919) — qui « ne mérite guère qu’on s’y arrête »91. Mais les vieilles images valorisées ne perdaient rien de leur prestige. L’allusion à un « pénis flasque et inerte », déjà présente chez Péron et Lesueur, se retrouve encore chez Henri Thulié, lequel recopie longuement la description « d’une parfaite vérité » qu’en traça Cuvier, et chez Raphaël Blanchard, etc.92

  • 93 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)
  • 94 Cf. Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., p. 263 : « Ces nymphes débordantes, affaissées (...)
  • 95 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, fait à la Faculté de médecine de Paris, t. I, Paris : Labé, (...)
  • 96 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes du Jardin d’Acclimatation », Revue d’Anthropologi (...)

33Puisqu’il y avait organe, sa fonction provoqua quelque questionnement. Péron assurait déjà, sur la foi des Hollandais, que « cette partie singulière n’est point indifférente dans l’union des deux sexes et la longueur de ses deux lobes semble effectivement l’indiquer assez »93, sans qu’on pût deviner s’il visait ainsi un travestissement des relations intersexuelles « normales » ou l’ambiguïté de l’androgynie94. L’esquive consistera chez les anthropologues ultérieurs à suggérer la déviance des mœurs sans jamais l’affirmer. Professeur de physiologie à la faculté de Médecine de Paris, Pierre Bérard (1797-1858) note que les nymphes offrent « dans leur épaisseur un tissu érectile hypertrophié, qui leur donne une couleur bleue livide et l’apparence des pendeloques de certains gallinacés »95. Paul Topinard (1830-1911), qui profita du séjour de Hottentots au Jardin d’Acclimatation en 1888 pour mener enquête, ne fut pas plus loquace. Les femmes, visiblement, répugnaient à se découvrir et, ayant mal vu, il lui parut que le tablier était formé « comme d’un tissu spongieux et variqueux »96.

  • 97 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, Paris : Adrien Delahaye & Émile Lecros (...)
  • 98 Flower (William H.) & Murrie (James), « Dissection d’une femme boschimane » (1867), [trad. par Pozz (...)
  • 99 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité. L’homme primitif contemporain, Paris : Octave Doin, Ma (...)
  • 100 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

34L’année précédente, les deux professeurs de l’École d’anthropologie Abel Hovelacque (1843-1896) et Georges Hervé (1855-1933) circonstanciaient le phénomène97. Pour eux comme pour tous leurs prédécesseurs, Cuvier avait « définitivement établi » qu’il ne s’agissait pas d’un organe original mais de l’accentuation d’une structure commune à toutes les femmes. Ils concluaient néanmoins à une « hypertrophie considérable de tous les éléments vasculaires et glanduleux des petites lèvres, à laquelle participe le prépuce du clitoris, et qui se produit dès l’enfance ». Outre le fait que « la taille du clitoris augmente elle-même dans de notables proportions », les deux auteurs signalaient que les nymphes descendent alors « jusqu’à mi-cuisse dans quelques cas ». Ils rappelaient, à cette occasion, qu’en 1867 William H. Flower (1831-1899) et James Murrie, à la suite d’une dissection d’une jeune fille morte à Londres dont les organes génitaux externes concordaient « avec la description donnée par Cuvier », mentionnaient le cas d’une femme hottentote aux lèvres si distendues que leurs extrémités soulevées en triangle pouvaient se rejoindre au-dessus de la saillie fessière. Ce témoignage, précisaient les deux anatomistes anglais, leur avait été communiqué par un savant ami du Cap, « digne d’une confiance entière ». Rapportant cet exemple peu banal, Hovelacque et Hervé n’eurent garde de poursuivre le raisonnement moral et philosophique du correspondant anonyme que citaient, sans doute avec approbation, Flower et Murrie dans leur mémoire : « Je suis maintenant parfaitement convaincu que cette conformation est naturelle et congénitale, et non pas, ainsi qu’on l’a avancé, acquise par suite des habitudes dégradées et honteuses de la tribu »98. On trouverait difficilement pareille rectification dans la littérature spécialisée parisienne. C’est qu’en effet, en France beaucoup plus qu’en Grande-Bretagne, le récit des origines qu’alimente la référence insistante à la Vénus hottentote s’accommode au mieux des perversions de la sexualité. Virey ou Verneau ne sont pas les seuls à s’en faire l’écho. La thèse du siècle en répond : le « sauvage » vit spontanément nu, sans qu’aucun sentiment de honte « vienne jamais le tourmenter »99. Sous-entendu, l’organe appelle l’usage. En 1825, alors qu’il se moquait du pseudo-« voile pudique » des Hottentotes, Bory de Saint-Vincent exécutait d’un trait acide tous les écrivains du temps jadis qui, par mesure de « perfection », plaçaient « la pudeur dans la conformation même des demi-brutes de l’Afrique méridionale »100.

  • 101 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 268.
  • 102 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., pp. 304-305.
  • 103 Mahoudeau (Pierre-Georges), article « Tablier des Bochimanes », op. cit.
  • 104 Gratiolet (Pierre) & Alix (P. H. Edmond), « Recherches sur l’anatomie du Troglodytes Aubryi chimpan (...)

35Cuvier, remarquons-le, disait nettement que toute « dégoûtante » soit-elle, la difformité des petites lèvres « n’est pas une de ces particularités d’organisation qui pourroient établir un rapport entre les femmes et les singes ; car ceux-ci, loin d’avoir des nymphes prolongées, les ont en général à peine apparentes »101. Ses successeurs en jugeront tout autrement. Puisque le degré d’allongement des nymphes et surtout sa constance décroissent dans l’échelle humaine en proportion du niveau moyen de civilisation, indice de progrès, il doit s’agir, en vérité, « d’un caractère simien qui persiste dans quelques races tout à fait inférieures, et disparaît dans les races plus élevées, pour ne reparaître que chez certains individus »102. Ce qui passe, dans le cas des femmes d’Europe, pour un trait atavique, récessif, témoigne dans le cas des femmes africaines d’une moindre caractérisation phylogénétique. La doctrine transformiste, refusée par Cuvier, rend ainsi tangible l’actualisation d’un processus. D’ailleurs, la saillie des petites lèvres s’observera, quoi qu’en ait pensé Cuvier, chez la femelle du chimpanzé noir, Troglodytes niger103. Cette dernière remarque n’est pas unique. Réalisée au début des années 1860, la dissection d’une nouvelle espèce provenant du Gabon, le Troglodytes Aubryi, offrit également à l’examen de Pierre Gratiolet (1815-1865) et Edmond Alix (1823-1903) des petites lèvres « bouffies, épaisses, pleines d’un tissu graisseux, et figurant à s’y méprendre les deux lobes d’un scrotum ». De solide conviction religieuse, les deux auteurs ne se confondaient pas, loin s’en faut, avec les défenseurs du darwinisme. Ils convenaient pourtant que, sur leur spécimen, les nymphes font en dehors « une forte saillie qui s’avance au-delà [sic] de la limite des ischions et qui n’est en aucune façon dissimulée par ce repli de la peau qui constitue les grandes lèvres »104.

  • 105 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 67, 71-74.

36Dans l’immédiat, l’affaire du « tablier » trouva son épilogue provisoire en 1883 dans un long article récapitulatif de Raphaël Blanchard, professeur agrégé à la faculté de Médecine. Blanchard voulait faire connaître et, en sorte, postfacer le mémoire resté inédit de Péron et Lesueur qui fut retrouvé par G. Lennier, directeur du Muséum du Havre. Il prit prétexte de cette publication pour reparcourir l’essentiel du dossier « Hottentot » et évaluer, à son tour, la signification « franchement ancestrale » de l’appareil génital des femmes d’Afrique australe. À la différence des analyses classiques, Blanchard envisage l’ensemble des modifications plus ou moins spectaculaires qui affectent les organes sexuels, sans isoler les crêtes cutanées des nymphes. En lisant les auteurs contemporains, il remarque en effet que l’hypertrophie des petites lèvres et du clitoris est corrélée à une atrophie notable des grandes lèvres, souvent décrite, mais également du mont de Vénus. Or cette disposition reproduit la conformation de la vulve chez le chimpanzé, dont plusieurs femelles ont été étudiées depuis les années 1860 en Allemagne ou en France. Il croit donc montrer qu’il y a « concordance absolue » entre les deux espèces et que, sous ce rapport, les Hottentots, pris dans l’acception la plus large, constituent « la race humaine la moins différenciée ». Ayant réussi à attribuer une « valeur phylogénétique » à cette analogie, Blanchard se convainc qu’ils ont « à peine franchi le seuil de l’humanité » : « Tous ces caractères qui rapprochent la femme Boschimane de la femelle des Singes anthropoïdes et l’éloignent par contre-coup des femmes des autres races humaines, sont donc bien véritablement des caractères simiens »105.

VARIATIONS SUR LA STÉATOPYGIE

  • 106 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 265.
  • 107 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 306.
  • 108 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 49-50 ; Leguat (François), Av (...)

37Le mode d’analyse et de compréhension du plus célèbre fétiche de l’histoire naturelle de la femme ne dispensera pas de longs commentaires sur le traitement normalisateur des autres parties concernées de la sexualité. Venue de Cuvier106, l’image des « grosses masses pendantes » des seins de la Vénus est reproduite dans tous les commentaires du siècle. Elle n’ajoute guère, dans l’injure, aux « amples tétasses » décrites par Leguat, aux « besaces » de Virey, etc. Tous ces auteurs souligneront la « laxité du tissu cellulaire sous-cutané »107, empruntant aux récits de voyages venus d’Olfert Dapper (1639-1689) ou de François Leguat108, qu’avec semblables vessies mobiles, les femmes mariées peuvent, d’un simple rejet du sein par-dessus les épaules, allaiter l’enfant qu’elles portent sur le dos. Mis à part le double téton que Péron signalait à la sagacité des voyageurs sans recevoir l’appui de l’expérience, l’aréole large, creusée de rides, fut souvent consignée comme une marque caractéristique.

  • 109 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 269.

38La stéatopygie fut aussi notoirement questionnée. Passé le moment de stupeur et d’embarras, où l’on vit rivaliser nombre d’images zoomorphes ou pathologiques (pachydermie, éléphantiasis, etc.), la proéminence des fesses des Hottentotes ne cessa d’intriguer. L’autopsie pratiquée par Cuvier levait pourtant le doute : « Ces protubérances ne consistent absolument que dans une masse de graisse traversée en tous sens par des fibres cellulaires très-fortes, et qui se laisse aisément enlever dessus les muscles grands fessiers. Ceux-ci reprennent alors leur forme ordinaire »109.

  • 110 Lawrence (William), Lectures on Physiology…, op. cit., p. 427 ; Topinard (Paul), L’Anthropologie, o (...)
  • 111 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.
  • 112 Rochebrune (Alphonse Trémeau de), « Étude morphologique, physiologique… », op. cit., pp. 267-270.

39Ce relevé devint canonique. Il n’était plus opportun de parler d’un appendice caudal ou d’incriminer la saillie de l’angle sacro-vertébral car le squelette n’en est pas la charpente. La rétroversion du coccyx, parfois alléguée, n’entrait pas dans sa production110. En définitive, il n’était question que « de gros paquets d’une graisse diffluente, ou tremblante comme une gelée animale, et qui s’étendant jusqu’autour des hanches en augmentait beaucoup l’ampleur »111. En 1881, Alphonse Trémeau de Rochebrune (1836-1912), aide-naturaliste au Muséum, en donnera les dimensions sur l’une des masses conservées de la Vénus. Il distinguera en outre ce type tout à fait spécial de « tumeurs adipeuses », séparées et superposées aux muscles sous-jacents, d’autres formes d’hypertrophie fessière rencontrées chez les femmes du Sénégal où le dépôt graisseux s’interpose dans les faisceaux mêmes du muscle. Il s’agit dans le premier cas d’un caractère congénital, un caractère de race, dans le second d’une compression irréversible des tissus due, chez la jeune fille comme chez la mère, au port presque constant des enfants de la famille ou du voisinage sur les reins. Il y aurait donc une vraie et une fausse stéatopygie, dont le seul volume serait trompeur112.

  • 113 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., pp. 196, 198.

40Réduit à sa dimension anatomique, le développement peu ordinaire du système adipeux des fesses et des cuisses des Vénus australes n’en perd pas tout prodige. En apparence, les mots savants subliment l’inattendu. Parler, avec le médecin et anthropologue Paul Topinard, d’une « sorte de lipome physiologique en nappe » ou d’une « polysarcie » d’abord partielle dont la « stéatose » tend à se généraliser par les progrès de l’âge, revient à domestiquer l’incompréhensible113. Dans une autre publication, Topinard confie néanmoins qu’à l’instar du tablier, la stéatopygie est « plus qu’une hypertrophie du pannicule graisseux, c’est presque un organe supplémentaire » :

  • 114 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., pp. 375-376.

Jusqu’ici nous avions rencontré bien des caractères opposés dans les groupes humains, mais peu d’aussi saisissants. […] De l’Européen au Boschiman la démarcation que tracent ces deux caractères est au point de vue morphologique encore plus profond [sic] : autant qu’entre chacun des anthropoïdes, qu’entre le chien et le loup, la chèvre et la brebis114.

  • 115 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. 1, p. 242.
  • 116 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 196 ; cf. Hovelacque (Abel) & He (...)

41Il s’agit d’un trait d’espèce et donc d’une confirmation du polygénisme humain. Pour Topinard, ce « boursouflement » de graisse où Virey, toujours délicat, verra « comme un lard mou »115, renverse en réalité tout le « système esthétique de la femme ». Chez les Européennes, la partie supérieure du tronc l’emporte, alors que chez la femme hottentote l’ovale compris entre la taille et le bas des cuisses attire toute l’attention : « C’est une exagération grotesque de ce que les anciens sculpteurs, trop réalistes, indiquaient dans leurs figures destinées à exprimer la luxure ou la maternité »116.

  • 117 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 230.
  • 118 Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, ou Philosophie ethnographique, Paris : Be (...)
  • 119 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)
  • 120 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559 ; Hovelacque (Ab (...)
  • 121 L’expression est reprise ici de la description d’Henri de Blainville pour qualifier la forme des fe (...)
  • 122 Deniker (Joseph), « Les Hottentots au Jardin d’Acclimatation », Revue d’anthropologie, 3e série, t. (...)

42À l’inspection, les fameuses « gibbosités fessières » n’ont jamais livré leur présumé secret. L’origine, le rôle, la plastique desdites « tumeurs séreuses », censées « saute[r] aux yeux lorsqu’on est en présence du moulage de la Vénus hottentote »117, ont défrayé la chronique sans que le flambeau de l’anatomie n’en dissipe l’ombre portée. Au fil d’un feuilleton du siècle sans vrais éclats ni rebondissements, on chercha vainement quelque analogie à cette « énorme et spéciale obésité »118 dans le monde animal. Péron et Lesueur penchaient pour les bosses du chameau119. Adolphe Armand ou Abel Hovelacque soutinrent tardivement la même thèse, avec l’idée, chez le premier, que la courbe des volumes évolue avec les saisons, exubérante en hiver, diminuée en été par les privations120… En 1889, Joseph Deniker (1852-1918) s’inscrivait en faux contre pareilles allégations. Au Jardin d’Acclimatation, il avait pu observer une troupe de Hottentots, « quelques représentants d’une race fort intéressante de l’Humanité ». Une « bonne fortune », martelait-il puisque, malgré leur célébrité, « à peine une dizaine d’individus et une trentaine de crânes » avaient jusque-là été décrits et mesurés. L’examen se révéla fructueux, tant pour corriger la « selle plate »121 des fesses de la Vénus hottentote figurée dans les rééditions du mémoire de Cuvier, laquelle faisait après vérification un angle de 30 à 40 degrés avec l’horizon, que la comparaison avec les bosses du chameau qui disparaissent chez l’animal amaigri : « Une de nos Hottentotes, Esther, est une protestation vivante contre cette assertion : excessivement maigre, elle a néanmoins une forte stéatopygie et un assez grand développement de graisse dans la région trochantérienne »122.

Stéatopygie des Hottentotes
Page extraite de l’article de Paul Topinard dans la Revue d’Anthropologie (1889). © Bibliothèque centrale, MNHN. 227

Esther D’après une photographie de la collection du prince Roland Bonaparte. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 123 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, op. cit., 1837, vol. 2, p (...)
  • 124 Cf. Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, op. cit., p. 244 ; Hollard (Henry), D (...)
  • 125 Figuier (Louis), Les races humaines, 4e éd., Paris : L. Hachette & Cie, 1880, p. 548.
  • 126 Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, op. cit., pp. 244-245.
  • 127 Lawrence (William), Lectures on Physiology…, op. cit., pp. 427-428.

43En général, les monogénistes cherchaient toujours à minimiser l’amplitude de la variabilité à l’intérieur de l’espèce humaine. James Cowles Prichard, le plus réputé des ethnologues anglais de la période pré-darwinienne, citait à propos les remarques du voyageur Burchell contestant la généralité de la stéatopygie parmi les Hottentots. Sa fréquence, insistait-il, pourrait se comparer à celle de la corpulence au sein des nations européennes. Réciproquement, la difformité en question avait été constatée en d’autres lieux d’Afrique, ce qui là encore augmentait sa distribution en dépréciant d’autant sa valeur distinctive, taxinomique123. L’exemplarité de la Vénus hottentote ne s’imposa pas sans réticence124. En 1880, le vulgarisateur Louis Figuier (1819-1894) affirmait encore que « la particularité physique qui la faisait remarquer, et qui consistait en un développement considérable des muscles fessiers, n’était qu’une anomalie individuelle, qui ne permet de tirer aucune conclusion générale comme caractère de la race hottentote »125. Comprenne qui pourra ! Cependant, la grande diversité des formes dans les races animales domestiques offrait aux monogénistes de bien meilleures ressources étiologiques. Une même espèce de bovidés présentait couramment des variants stéatopyges, sélectionnés par les éleveurs pour leurs qualités ou le simple agrément. Quoique spectaculaires, les appendices graisseux n’étaient qu’accessoires. Ils manifestaient seulement l’influence du climat et de l’alimentation. De retour d’Orient, le voyageur Eusèbe de Salles (1796-1873), par exemple, rapportait que certaine race locale de mouton, qui traînait une boule de gras en guise de queue, pouvait perdre son postiche en peu de générations126. Auparavant, William Lawrence usait du même argument pour affaiblir la thèse racialiste127. Les dissections de Somerville ou Cuvier indiqueraient-elles une tendance marquée des femmes hottentotes à l’hypertrophie fessière, cette propriété n’excéderait en rien les limites reconnues des variétés animales créées par l’artifice humain.

  • 128 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 40.
  • 129 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, op. cit., 1837, vol. 2, p (...)

44En l’absence d’études lexicographiques conséquentes, il semble même que le mouton sans queue, mais alourdi de graisse que Simon Pallas (1741-1811) appelait, en 1767, Ovis steatopyga, ait inspiré le nom de cette conformation. Décrite initialement par Carl Pehr Thunberg, un disciple de Linné, Levaillant et Barrow, la stéatopygie n’est identifiée sous ce mot qu’avec lenteur128. J’en trouve les premières mentions anthropologiques explicites dans l’œuvre de Prichard129. Les naturalistes français lui préféreront longtemps des périphrases ornées (« loupes coccygiennes », « gibbosités fessières ») et plus encore dépréciatives ou animalisantes (« double paquet », « croupion »). D’évidence, la morphologie déroutante de la Vénus moulée représente pour la majorité d’entre eux le comble de l’abomination.

  • 130 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., p. 83.
  • 131 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 311-312.

45Virey prévient ses lecteurs que de telles particularités de structure s’observent « principalement » parmi les tribus dégradées de la colonie du Cap qui vivent dans les rochers « sans règle, sans habitation, sans famille », des tribus, précise-t-il en copiant Cuvier, « que l’on chasse comme des bêtes fauves »130. Virey est polygéniste. Il devrait donc admettre, comme le font tant d’auteurs avec Desmoulins131, que forme et proportion sont originelles et permanentes. Toutefois, pour complaire à ses différents publics, savants ou profanes, lesquels réclament des faits mais plus encore du sens, Virey ne renonce pas à toute compréhension. Comme il l’avait fait pour le « tablier », il verse sa contribution au dossier buffonien de la dégénération climatique :

  • 132 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., p. 84.

Nous pouvons facilement, ce nous semble, expliquer la formation de ces loupes graisseuses et leur situation chez la plupart des femmes sauvages de l’Afrique australe. Qu’on se représente ces femmes toujours nues dans leur kraal ou attroupement, accroupies tout le jour à un soleil ardent, presque à la manière des babouins, des mandrills, des magots et autres singes à fesses nues et calleuses, du même pays. La grande chaleur du climat tenant fluide la graisse qui se dépose dans les aréoles du tissu cellulaire sous-cutané, fera descendre et amasser celle-ci dans la partie la plus déclive de cet individu accroupi ; ce sera donc vers le coccyx ; de même la graisse des parties antérieures de la poitrine s’écoulera dans le tissu celluleux des mamelles comme dans deux bissacs132.

  • 133 Cf. Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 140.

46L’effet se proportionnant à la cause, le texte se poursuit par l’énumération des différentes espèces dont la chaleur développe, comme c’est le cas du mouton, du dromadaire ou du zébu, de « pareilles collections sébacées ». Et, une fois de plus, le singe aux fesses nues s’offre en réplique des Vénus africaines… Étienne Geoffroy Saint-Hilaire en 1815133 puis Cuvier, deux ans plus tard, soutenaient que la protubérance des fesses rapprochait les Hottentotes des femelles cynocéphales. Or aucun naturaliste ultérieur n’accepta cette similitude. La science, pour une fois, refoulait les affects.

47Auteur influent dans ce débat, Antoine Desmoulins fut des plus prompts à réfuter cette « illusoire analogie » :

  • 134 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 306.

On a voulu voir une conformité des Boschimans avec certains singes, dans le développement graisseux des fesses de leurs femmes qui rappellerait les callosités des femelles de cynocéphales et de macaques. Mais les gibbosités fessières des femmes boschimanes ne sont pas recouvertes, comme ces callosités, de cette peau de structure si vasculaire et réellement érectile, dont j’ai décrit ailleurs l’influence sur le moral de ces animaux. L’effet physiologique de ces proéminences graisseuses ne peut donc être le même134.

  • 135 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 384 ; Hovelacque (Abel) & Hervé (G (...)
  • 136 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », Bulletins de la Société d’Anthropolo (...)

48Paradoxalement, la stéatopygie fit l’objet d’une réévaluation inverse à celle qui affecta le « tablier » en fin de siècle. L’absence de vascularisation ruinait toute proximité d’ordre anatomique ou généalogique avec le singe135. Aussitôt évoqués, la stéatopygie et le renflement des hanches des hommes, et non plus seulement des femmes, de la même race, devenaient un attribut typique136. Mais leur influence physiologique n’en demeura pas moins mystérieuse.

  • 137 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin considéré dans les différentes races humaines », Bulletin (...)
  • 138 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 186.
  • 139 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 199 ; Blanchard (Raphaël), « Étu (...)
  • 140 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 69 ; cf. Hovelacque (Abel) & Hervé (...)

49Pour Franz Pruner-Bey (1808-1882), l’étroitesse du bassin pouvait être mise en rapport avec la « flaccidité » de l’abdomen. La solide assise postérieure ferait alors contrepoids au fardeau antérieur, notamment chez la femme enceinte. Dans ce cas, « cette étrange particularité, envisagée par Cuvier comme un trait d’animalité, serait un appareil d’équilibre »137. Là encore, l’hypothèse n’était pas nouvelle. Dès 1815, Henri de Blainville pensait de même, mais à l’inverse, que le ventre est très bombé « comme pour contrebalancer dans la station le renflement des parties postérieures du bassin »138. D’un tout autre point de vue, l’admiration des hommes pour les beautés plantureuses, commune en Afrique, pourrait être à l’origine de la sélection sexuelle d’une conformation dite « indifférente », i. e. sans avantage adaptatif. Elle participerait seulement des valeurs esthétiques locales. Topinard donne cette réflexion pour personnelle mais Blanchard en fournit d’autres attestations et, de même, Charles Darwin139. Il s’agirait, en l’occurrence, d’une conformation acquise dans l’évolution récente, dénuée d’importance phylétique, « au même titre que le Mouton stéatopyge » décrit par Pallas en 1767140.

Tableau des races, familles & tribus D’après Le Muséum d’histoire naturelle de P.-A. Cap (1854) © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 141 Duchet (Michèle), Essais d’anthropologie, op. cit., p. 277.
  • 142 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 308.

50Du reste, l’intérêt exorbitant attaché aux spécificités anatomiques des Hottentots ne relève qu’incidemment d’un discours en forme sur la sexualité. L’excès de sensualité qu’indiquent les organes n’empêche nullement qu’aussitôt désignée comme « objet sexué », « la femme hottentote n’existe pas comme objet sexuel ». Cette distinction qu’opère Michèle Duchet pour le siècle des Lumières141 vaut mieux encore à l’heure du partage segmentaire de la grande famille humaine en races dites « pures » ou « mélangées », « inférieures » ou « supérieures », « sauvages » ou « sociables ». C’est un puissant mythe identitaire qu’incarne la raciologie. L’importance accordée à l’appareil génital, au bassin, à la poitrine, ne tient en sorte ni à l’agrandissement, ni au relâchement des parties, mais à leur dépendance réciproque, leur connexion et leur concomitance : « Coexistant avec l’hypertrophie des petites lèvres, la stéatopygie constitue un caractère anthropologique d’une haute valeur, qui a dû appartenir jadis à toute une race répandue du golfe d’Aden au cap de Bonne-Espérance et dont les Bochimans seraient les derniers représentants non métissés »142.

  • 143 Penel (Jean-Dominique), Homo caudatus. Les hommes à queue d’Afrique centrale : un avatar de l’imagi (...)

51Cette citation encapsule, si l’on peut dire, tous les enjeux : données biologiques, pluralisme ethnique de la famille « hottentote », diffusion des races et préhistoire de l’Afrique australe. L’imputation de voyeurisme masquerait à tort la cohérence des problématiques qui se mettent en place dès l’époque de Péron, Barrow ou Cuvier. D’aucuns parleraient d’une « ethnologie imaginaire dans une géographie fabuleuse »143.

L’AFFAIRE DES BASSINS

  • 144 « Les Hottentots, qui habitent à l’ouest du cap de Bonne-Espérance, ont généralement environ cinq p (...)
  • 145 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines. Méthode naturelle d’ethnologie, Paris : Le (...)

52Même si, depuis Péron et Cuvier, la morphologie sexuelle était systématiquement rappelée dans la diagnose raciale des « Hottentots », les phénomènes devaient s’enchaîner naturellement. L’harmonie des parties molles et dures, de l’habitus du corps et du squelette, passera longtemps pour un principe régulateur de la classification anthropologique. Chaque élément paraissait la partie obligée d’un plus large panorama144 et pour qui débrouillait l’écheveau, les excentricités, variations ou franches anomalies, s’appelaient l’une l’autre. « Tout ce qui a rapport aux monstres viables appartient à l’ethnologie »145. C’est pourquoi la démesure des fesses, pour garder cet exemple, avait tant d’importance. On supposait en réalité qu’elle imposait sa contrainte mécanique au système osseux tout entier, modifiant du même coup la cambrure du dos, l’axe du bassin, les attaches tendineuses des puissants muscles fessiers et, de là, l’exécution d’actes élémentaires comme la marche.

  • 146 Ibid., p. 126.
  • 147 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, op. cit., pp. 449, 485-486, note 1

53Sans autre trait d’humour, sinon involontaire, Michel-Hyacinthe Deschamps, docteur en médecine et ancien aide-naturaliste du Muséum, écrivait ainsi en 1857 que « le Hottentot est plus reconnaissable par les pieds que par la tête »146. La même année, le célèbre théoricien des dégénérescences Bénédict-Augustin Morel (1809-1873) assurait que les Hottentots, et surtout les tribus « bochimanes » traquées ou réduites à une guerre perpétuelle, résumaient « dans leur état organique et mental, la dégradation physique et morale de l’espèce ». Ces « malheureux » représentaient une forme superlative — quoique induite — de dégénération. Monogéniste chrétien, Morel les croyait donc amendables. Malgré cela, il s’en remettait aux récits des voyageurs européens qui durent, à leur rencontre, « concevoir l’idée que cette race dégradée appartenait à une espèce différente ». En effet, « leurs jambes arquées comme celles des espèces animales qui se rapprochent le moins de nous, l’atrophie des muscles du mollet qui existent à peine chez eux à l’état rudimentaire, constituent des déviations frappantes du type normal de l’humanité »147. Morel en venait alors à soupçonner peu ou prou que le Hottentot déroge à la bipédie caractéristique de notre espèce.

  • 148 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., pp. 186 et 188.

54Premier en date à susciter ce débat rémanent, Henri de Blainville observait déjà en 1815 que le cou mince de « Saarah Battman », ainsi dénommée, « est attaché fort en arrière à la tête, […] en sorte que par là on peut juger de la position très-reculée du grand trou occipital ; il est excavé en arrière ». Or l’équilibre du foramen magnum sur le rachis, condition de la rectitude du corps, dépendait de sa situation au centre du crâne inférieur et de son plan horizontal. Sans cela, le corps pencherait en avant, en raison notamment du poids et de l’obliquité de la face ou des mâchoires. Blainville ajoutait d’ailleurs que la cuisse est « assez arquée antérieurement », que le mollet, peu dessiné, semble fondre dans le bas de la jambe et que le pied de la Vénus, sans être remarquable sinon par sa brièveté, présente des doigts un peu longs et un pouce « assez séparé »148.

  • 149 Cf. Blanckaert (Claude), « Le trou occipital et la “crâniotomie comparée des races humaines” (xviii(...)
  • 150 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, pp. 171-172.
  • 151 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), L’Homme (Homo). Essai zoologique sur le genre humain, 3e éd. (...)
  • 152 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 127.

55Semblables remarques paraîtraient à tort aussi spécieuses qu’indigentes. Certes, depuis les recherches pionnières de Louis Daubenton (1716-1800), la plupart des naturalistes acceptaient, comme un impératif physique, que l’homme se tient droit grâce à la disposition de sa jambe, à la force musculaire, y compris du mollet, et à la parfaite assise des membres inférieurs. Par tous ces conditionnements, l’allure éreintée était jugée contre-nature149. Elle eut pourtant la faveur des propagandistes de l’inégalité des races et de la gradation régulière des groupes zoologiques. De manière exemplaire, Julien-Joseph Virey rapprochait les Hottentots du singe, énumérant, parmi d’autres facteurs confondants, « le reculement du trou occipital, l’inflexion de son épine dorsale, la position déjà oblique de son bassin, […], les genoux à demi fléchis, l’écartement des doigts du pied, et la position oblique de la plante »150. Traduisons : le pied d’un Hottentot s’avère « déjà analogue à celui du jocko » [i. e. le chimpanzé dans la terminologie du xviiie siècle]. Bory de Saint-Vincent, qui critiquait ouvertement la division cuviériste entre Bimanes et Quadrumanes, en appelait lui aussi au sentiment commun : « On sait d’ailleurs que chez les Hottentots, le pouce [du pied] se retire et se déjette déjà, tandis que la plante se contourne sensiblement. Aussi distingue-t-on encore à la trace ces habitans du sud de l’Afrique ; les caffres et certains colons européens qui se divertissent à les tuer ne s’y trompent jamais »151. L’opposabilité du gros orteil, sa capacité de prise ne passeront guère la période fantaisiste de la Restauration : « Aucun anatomiste n’a disséqué de muscle opposant au gros orteil des Hottentots […]. L’apparence de la vérité a été prise pour la vérité même »152.

  • 153 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 269.
  • 154 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. I, p. 249, note 1.

56Il n’en est pas de même de la détermination de la démarche liée à la surcharge pondérale affectant le contour de la ceinture pelvienne. En 1817, Cuvier avait montré que sous ses abords plantureux, la Vénus hottentote avait un bassin plus petit et moins évasé que les « femmes blanches ». Et quoique « curieux » de savoir si les os avaient éprouvé quelque changement sous l’influence de l’énormité des fesses, il se contenta de remarquer que ces caractères du bassin rapprochaient, « mais d’une quantité presque insensible, les négresses et les Boschimannes des femelles des singes »153. À peu d’années de là, Virey les dira, suivant Cuvier, « fort rapprochés de celui des singes »154. Il inaugurait de la sorte une exégèse classique.

  • 155 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 196.
  • 156 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559.

57L’anatomie des connexions tirait grand argument de l’étroitesse du bassin, laquelle fut étendue sans plus de discernement à « toutes les races inférieures »155. La brièveté des diamètres transverses n’expliquait pas seule cette particularité. Il convenait encore de considérer la hauteur relative et la verticalité des os iliaques, qui donnaient au pelvis une forme cylindrique, la projection antérieure de l’articulation pubienne et la position même du sacrum dont l’épaisseur augmentait les points d’insertion des fibres épaisses des muscles empesés de graisse. Finalement, la proéminence de la portion postérieure du bassin sacrifiait au même équilibre de compensation. Il paraissait basculer sur son axe. En 1862, après avoir examiné les collections du Musée d’histoire naturelle du Cap et les moulages colorés des différents types hottentots et bochimans de la colonie, l’officier Adolphe Armand prétendait que « l’inclinaison des os du bassin est telle que le sacrum est dans un plan presque horizontal, comme chez les singes qui, se levant sur leurs pattes de derrière, n’arrivent pas à se redresser complètement »156. « Cachet local », selon ses mots, ou idées préconçues, la morphologie « animale » du bassin se conformait à son adaptation. La perplexité des naturalistes y trouva soulagement.

  • 157 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 307.
  • 158 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 197.
  • 159 Vrolik (Gerardus), Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amste (...)

58En fait, la masse des parties adipeuses, dont on savait qu’elle déformait également les hanches et les cuisses en une « lame épaisse » parcourant la jambe jusqu’au niveau du genou157, voire de la cheville158, n’allait pas sans retentissement sur la rectitude et le modelé du corps. Cuvier soulignait d’ailleurs, entre autres bizarreries, la forme, l’épaisseur et la direction des fémurs de la Vénus hottentote, toutes contraires, comme l’aurait dit Blumenbach, aux « institutions ordinaires de la nature ». Mais quel en était l’impact réel ? Autrement dit, Sarah Baartman avait-elle le port érigé et la démarche qu’on lui supposait sur la foi des gravures ? Le médecin d’Amsterdam Gerardus Vrolik (1775-1859) motivait ainsi ses doutes dès 1826 : « Le célèbre G. Cuvier a très bien figuré l’attitude du corps, surtout pour ce qui regarde les reins. La position des genoux me semble cependant être moins heureuse. Car si je ne me trompe, par une telle prépondérance du bassin, les cuisses ne peuvent pas toujours se tenir en ligne droite sur les jambes, mais devront former, avec celles-ci, un angle plus ou moins grand »159.

  • 160 Ibid., p. 15.
  • 161 Ibid., p. 17.
  • 162 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Influ (...)

59C’est à cette logique imparable que souscriront des auteurs plus tardifs comme Bénédict Morel. Vrolik assura sa réputation dans toute l’Europe savante par d’influents travaux sur la diversité des bassins selon les races humaines. Appliquant le comparatisme et des données chiffrées novatrices, il crut pouvoir administrer la preuve que sous les rapports de structure et d’élévation organique, et malgré leur commune disgrâce, le Nègre est « bien plus supérieur » au sauvage du Cap « que celui-ci ne l’est à la bête brute »160. Littéralement, Vrolik se faisait fort de déchiffrer des signes d’abaissement ou des degrés de civilisation sur l’arc des bassins ou leurs cavités. Monogéniste d’inclination, il admettait le pouvoir transformateur du genre de vie. Aussi les traits d’animalité devaient-ils s’estomper quand des sauvages vagabonds contractaient des liens de société. Cette règle, selon lui, expliquerait d’un côté l’évolution favorable de la charpente osseuse avec le développement de la vie sociale et, d’un autre côté, l’oblitération progressive des singularités externes qui, à l’instar du « tablier » ou de la stéatopygie, pourraient exister chez les femmes « qui sont moins éloignées de l’état sauvage primitif, et manquer en partie, ou tout-à-fait, chez les autres qui approchent plus des hommes civilisés »161. Tout cela, bien sûr, restait hypothétique. Si des auteurs comme Morel gardèrent l’esprit de cette histoire conjecturale fortement christianisée, les naturalistes, pour l’essentiel, s’en remettaient à la valeur diagnostique du parallèle anatomique. L’allure déhanchée de la Hottentote témoignera longtemps encore pour la « condition inférieure de la race ou sa plus grande animalité, comparée même avec la race nègre »162.

Bassin de femme Boschismane
Gravure de Veelward d’après un dessin de Vrolik. Planche extraite de Gerardus Vrolik, Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amsterdam : J. Van der Hey & fils, 1826, pl. 5. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Bassin de la Vénus hottentote Gravure extraite de Verneau, Le bassin dans les sexes et dans les races (1875). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 163 Cf. Bulletin des sciences médicales, rédigé par le Dr Defermon, Paris, 1826, t. IX, pp. 289-292.
  • 164 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., pp. 923-924.
  • 165 Topinard (Paul), « Le bassin chez l’homme et les animaux », Bulletins de la Société d’Anthropologie (...)
  • 166 Topinard (Paul), « Discussion sur le bassin », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e(...)
  • 167 Verneau (René), Le bassin dans les sexes et dans les races, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1875, p (...)
  • 168 Verrier (Eugène), « Nouvelle classification du bassin suivant les races au point de vue de l’obstét (...)
  • 169 Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie… Les Boschimans », op. cit., p. 453.
  • 170 Flower (William H.) & Murrie (James), « Dissection d’une femme boschimane », op. cit., pp. 459-460  (...)

60Vrolik fut parfois accusé de se limiter, dans ses descriptions, à l’unique bassin de la Vénus hottentote de Paris. Prichard lui-même s’y trompa. Les commentateurs contestaient dorénavant que cette pièce fût « bien propre à faire ressortir les variétés de conformation du bassin de cette race » car on ignorait si elle déposait pour la branche dite « sauvage » [i. e. bochimane] ou pour la branche « civilisée » [i. e. hottentote] de la nation australe163. Rien n’indique cependant qu’il l’eût jamais examinée. Vrolik précise même que le bassin qu’il représente dans ses planches, et qu’il a vraisemblablement mesuré, lui fut envoyé du Cap par le docteur Horstok. Il est notable, néanmoins, qu’il cite fidèlement Cuvier dans de nombreuses notes pour contrôler ses propres déductions et les analogies des deux pelvis. L’exiguïté du bassin, ainsi confirmée par deux textes référentiels, passera désormais pour empreinte de race, bien qu’elle soit, à l’occasion, interprétée comme la simple persistance d’un caractère inhérent au fœtus humain164. En fait, la « pelvimétrie anthropologique » abusera de rapprochements outrés avec le singe, de mesures en tous sens et de quotients pour incessamment réaffirmer que l’accroissement du diamètre transverse, autrement dit la largeur des hanches, « est un caractère de supériorité chez l’homme »165. Sa variation offrait un principe possible de classement « sériaire » des races qui reléguait « au moins certains nègres à la limite inférieure » de leur échelle166. Pour la fin du siècle, il restera admis que parmi ses particularités propres, le bassin de la Vénus hottentote se trouve « très-rétréci à sa partie supérieure »167. Sans nier qu’elle fît « classe » à part sous ce point de vue, de prudents commentaires rappelaient néanmoins vers 1880 encore que le Muséum parisien ne possédait que deux bassins de femmes bochimanes et « qu’il n’y en a que trois dans toute l’Europe »168. À quoi s’ajoutait, selon les auteurs — et tous se contredisant —, que l’un attribuait aux sauvages du Cap des membres supérieurs « très longs » et la jambe courte169 quand les autres ne les jugeaient nullement discordants par leurs dimensions170.

PLAIDOYERS POUR UNE REQUALIFICATION ET… VOLTE-FACE

  • 171 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 312 et 295-296.

61En 1826, Antoine Desmoulins ne tarissait pas d’admiration pour des membres, des pieds et des mains « de la plus jolie forme du monde ». Et en dépit d’une « croupe » si ferme que les enfants s’y posent « comme un laquais derrière une voiture », la stature n’en était pas affectée. Bien au contraire. Desmoulins montra que par le prolongement postérieur avantageux de l’occiput, la tête des Hottentots réalisait l’optimum d’équilibre qu’on pût imaginer, une supériorité marquée vis-à-vis d’aucune autre race, même européenne, et a fortiori, en tout opposée à la pression que le poids du crâne facial exerce sur la colonne vertébrale oblique des singes adultes et des quadrupèdes171. Pour lever toutes ces incertitudes, le médecin Paul Broca (1824-1880) procéda en 1858 à des mesures comparatives du membre thoracique des squelettes de la collection du Muséum de Paris. Il en résulta, parmi d’autres considérations relatives au rapport proportionnel du radius et de l’humérus des Blancs et des Noirs, que la Vénus hottentote a l’avant-bras plus court même que l’Européen et que sa clavicule, toujours rapportée à cette distance supposée à l’organisation animale, était par sa longueur encore inférieure au minimum obtenu sur les femmes blanches. La différence tournait sans conteste au bénéfice de la Vénus si calomniée.

  • 172 Broca (Paul), « Sur les proportions relatives du bras, de l’avant-bras et de la clavicule chez les (...)
  • 173 Broca (Paul), « Sur les proportions relatives des membres supérieurs et des membres inférieurs chez (...)

62Dépité par cette découverte inattendue qui désavouait toutes les idées reçues sur la transition hypothétique entre les singes supérieurs et les « races plus favorisées », Broca relativisera l’exercice et ses conséquences : « Il me semble difficile, d’après cela, de continuer à dire que l’allongement de l’avant-bras soit un caractère de dégradation ou d’infériorité, car l’Européen paraît placé sous ce rapport entre les nègres d’une part, et les Hottentots… ». L’étude révélait au mieux des caractères discrets, constitutifs, sans autre coefficient sériaire172. En 1867, une analyse anthropométrique plus poussée du rapport entre bras et jambes livra à Broca une conclusion si peu conforme à ses prévisions qu’il n’osait, reconnaissait-il, la « donner comme définitive » : « Les Nègres, sous ce rapport, sont plus éloignés que nous du type des singes ». Si l’on représente par 100 la longueur du membre inférieur, la moyenne des mesures du membre supérieur atteint 70 chez l’Européen et ne dépasse guère 68 dans la série africaine. Chez la Vénus hottentote, d’une race « bien distincte de la race nègre et qui lui est inférieure », le chiffre s’amenuisait encore à 66,66. Broca proposait dans la même étude d’autres indices (humérus : membre inférieur ; humérus : fémur) qui tendaient à montrer cette fois que « la race hottentote présente les proportions du type européen, plutôt que celles du type nègre »173.

La Vénus hottentote
« ... Gravure imitée d’une miniature dessinée d’après nature et conservée au Jardin des plantes de Paris », extraite de Cuvier (Georges), Mémoire sur la Vénus hottentote (1864). © Bibliothèque centrale, MNHN.

Groupe de Boschimans
N’Kon N’Qui et sa famille (collection du prince Roland Bonaparte). Photographie extraite de Verneau (René), Les origines de l’humanité, Paris : F. Rieder & Cie, 1926, pl. XXXIII. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 174 Cf. Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 353-355.
  • 175 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 539.
  • 176 La stéatopygie des hommes est rappelée depuis le récit de Péron (François), Voyage de découverte au (...)
  • 177 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 552.
  • 178 La faiblesse du mollet des Hottentots, couramment mentionnée comme signe de dégradation (cf. Morel) (...)
  • 179 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 542.

63À la fin du siècle, Paul Topinard, l’élève de Paul Broca devenu à son décès en 1880 le secrétaire général de la Société d’anthropologie de Paris, rappellera toutes ces déconvenues. Il condamnera à son tour l’esprit de prévention de ses contemporains. Topinard avait examiné six personnes vivantes exhibées aux Folies-Bergère sous le nom de « pygmées de l’Afrique ». Ces « Boshimans » voyageaient depuis trois ans en Amérique et en Europe, et notamment en Allemagne où Rudolf Virchow les avait soumis au protocole anthropométrique174. Les adultes présentaient aux yeux de Topinard une « étonnante ressemblance avec la Vénus hottentote ». C’était un gage d’authenticité réciproque. Oublieux de ses propres a priori si souvent exprimés, il les trouva de formes « élégantes » et plus encore, pour deux d’entre eux, « fort beaux », allant même à s’étonner qu’on les considérât ordinairement comme « les plus misérables représentants de l’espèce humaine, le type le plus inférieur, le plus simien, le plus laid »175. Visible chez les hommes eux-mêmes, la stéatopygie effaçait par le renflement des hanches la faiblesse de l’écart entre les crêtes iliaques du bassin176. La brièveté de la taille mise à part, les proportions verticales du corps rentraient dans le canon européen et, pour ce qui regarde surtout le membre supérieur, « remarquablement plus court », il fallait « se résigner à dire que le Boshiman nous est supérieur par ce caractère »177. Tous les traits ainsi relevés par Topinard l’éloignaient en définitive de l’anthropoïde. La jambe, il est vrai, paraissait « fusiforme », fine par le bas et d’un mollet peu prononcé178. Cette réserve faite, le pied n’affectait pas l’aspect recroquevillé et presque simien que lui prêtaient Virey ou Bory de Saint-Vincent. La déviation du gros orteil n’appelait plus même de réfutation. Le pied des Bochimans, note Topinard, à l’exception d’un seul individu métis, est « bien cambré » et sa voûte « aussi correcte que chez les mieux conformés d’entre nous »179. Il n’était plus temps de suspecter que le moulage à plat de la Vénus hottentote faisait la part trop belle au redressement du corps.

N'Kon N’Qui
Profil stéatopyge de N’Kon N’Qui extrait des Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris (1886). © Bibliothèque centrale, MNHN

  • 180 Ibid., p. 556.
  • 181 Cf. Droixhe (Daniel), « Des glossements sans raison », in Droixhe (Daniel) & Gossiaux (Pol-Pierre) (...)
  • 182 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, p. 172.
  • 183 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., p. 266 ; Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races h (...)
  • 184 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, ou description de toutes les parties du m (...)
  • 185 Ibid., p. 63.

64Au demeurant, après avoir constaté la vivacité de l’intelligence desdits Bochimans et leur délicatesse de sentiment, Topinard démentait vivement Cuvier — « Jamais leur physionomie ne rappelle en quoi que ce soit l’animal »180 — et avec lui toute la « légende » attachée, depuis Virey, à leur stupidité. Dubitatif, Topinard subodorait que cette légende prit naissance en considération des particularités frappantes des langues à clicks, communes au groupe hottentot et assimilées, depuis le xviiie siècle, à des « clappements » ou « sifflements » incapables d’exprimer une pensée raisonnable. Vieille antienne, toujours vivace181. Au début du xixe siècle, pour mieux marquer la transition entre bêtes et hommes, Julien-Joseph Virey notait que « déjà le Hottentot ne parle qu’avec difficulté, et il glousse presque comme les coqs-d’Inde, rapport manifeste avec l’orang-outang, qui jette des gloussements sourds, à cause des sacs membraneux de son larynx, où sa voix s’engouffre »182. Tantôt métallique, tantôt guttural, le langage des nations hottentotes, répéteront Barrow, Broc ou Georges Pouchet (1833-1894), est à peine humain183 et le géographe Conrad Malte-Brun (1775-1826), citant le célèbre voyageur Henry Lichtenstein, le caractérisait par « une multitude de sons rapides, âpres, glapissans, poussés du fond de la poitrine avec de fortes aspirations, et modifiés par un claquement singulier de la langue »184. Comme le voulait Virey, tout cela sentait le singe. La formation de ces sons invraisemblables tenait aussi pour Malte-Brun à la contexture de l’enveloppe osseuse du palais, plus courte, plus étroite, « moins cintrée dans la partie postérieure que chez tous les peuples de l’Europe et de l’Asie »185.

Pieds et mains
Dessins du contour des mains et des pieds de trois individus Boschimans : le chef N’Kon N’Qui (figures 1-2), une fillette (figures 3-4) et un petit garçon (figures 5-6). « Vous pouvez remarquer sur ces dessins que, chez la petite fille, le cinquième doigt a subi l’amputation de sa dernière phalange ». Dessins d’après Joseph Deniker, « Quelques observation sur les Boshimans », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IX, 1886, pp. 572-574.

  • 186 Letourneau (Charles), La psychologie ethnique, Paris : C. Reinwald & Schleicher Frères, 1901, p. 45 (...)

65Les progrès de la science du langage affecteront avec grande lenteur les lieux communs anthropologiques. L’ambiguïté demeure. Sous l’influence des théories évolutionnistes, l’usage des clicks passera spontanément pour un fait majeur d’hétérochronie. Après 1900, le professeur de sociologie Charles Letourneau (1831-1902), nouveau secrétaire général de la Société d’anthropologie de Paris, croyait ainsi y déceler une « survivance dont l’origine est antérieure à la création du langage articulé » ! Malgré sa formation médicale, Letourneau admettait difficilement « l’hypothèse d’une malformation du larynx hottentot »186. L’archaïsme du langage, en sorte, pouvait s’entendre de deux manières, soit comme degré zéro de la culture humaine, soit comme héritage simiesque trahissant une moindre différenciation biologique. Si Letourneau choisit l’arriération culturelle, son prédécesseur Topinard opta pour l’autre terme de l’alternative : les organes phonatoires déconcertants des Bochimans et autres nations hottentotes s’avéreraient impropres à l’articulation. Topinard, tout réservé — et « incompétent » — qu’il fût, en appelait à l’expérience directe :

  • 187 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 556, note 1.

Le claquement le plus retentissant que font entendre ces Boshimans en parlant, s’accompagne de vibrations que l’on sent en plaçant le doigt au cou, sur les côtés du larynx. Je me suis demandé s’il n’y aurait pas là un développement particulier de l’arrière-cavité de Morgagni et, par conséquent, en petit, une sorte de sac laryngien. Ce serait un caractère simien bien remarquable187.

  • 188 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., p. 904.
  • 189 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye & Lecrosnier, 1885, p. 80.

66L’approfondissement des connaissances depuis le premier choc causé par l’observation de Sarah Baartman a peut-être réduit cette marge d’erreurs et d’errements imputés aux anciens explorateurs d’Afrique australe. Il n’en demeure pas moins source de confusion. L’anthropologie rénovée ne renonce pas aisément à ses certitudes premières, non plus qu’à sa bibliothèque idéale : Vrolik qui « servira encore longtemps de modèle »188, Cuvier dont « l’admirable mémoire sur la Vénus hottentote […] laisse échapper des appréciations que ne récuseraient pas aujourd’hui MM. Huxley, Vogt et de Mortillet »189

  • 190 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 555.
  • 191 Ibid., p. 556.

67La dépréciation des races humaines « sauvages » est si bien inscrite dans le discours et les hiérarchies des savants naturalistes qu’elle provoquera d’étonnantes volte-face. Topinard illustre bien cette pesanteur des mentalités. Après ses concessions, toutes favorables aux Bochimans, il est le premier surpris de leur réhabilitation dans l’échelle des êtres alors que, réclame-t-il, nous « avions le droit » d’en supposer l’« infériorité simienne ». Il avoue même sa « déception »190. Faute de se déprendre de l’opinion régnante, il tente d’en déplacer l’enjeu. D’où vient, questionne-t-il, l’idée de leur bassesse ? « Est-ce leur petite taille, leurs fesses chargées de graisse, leurs nymphes allongées ? En matière d’histoire naturelle cela ne suffit pas. Ce qu’ils ont d’inférieur réellement, ce sont leurs cheveux si finement enroulés en spirale, c’est-à-dire l’exagération de ce qui caractérise le nègre191 » !

Capillarité des Hottentots Figures extraites des Pygmées d’Armand de Quatrefages (1887). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 192 Cf. Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., t. II, 1824, p. 17 ; Desmo (...)
  • 193 Haeckel (Ernst), Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles [trad. par (...)
  • 194 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 228 ; cf. Flower (William H.) & Murrie ( (...)
  • 195 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, op. cit., pp. 285-287.
  • 196 Ibid., pp. 285, 287.

68L’implantation des cheveux en « flocons » ou « grains de poivre » piqués sur le cuir chevelu en îlots séparés par de courts espaces glabres n’était nullement anecdotique. Depuis Barrow, elle est consignée tout au long du siècle192 et fournira en 1868 au zoologiste de Iéna Ernst Haeckel (1834-1919) la base d’une nomenclature raciale inédite. Il distinguera ainsi, au nombre des espèces humaines à « toison laineuse », les lophocomes groupant Hottentots et Papous du Pacifique, dont les cheveux « sont inégalement distribués en touffes, ou petites houppes »193. Chacun, pourtant, savait que cette disposition parcimonieuse, sans être illusoire, n’était qu’apparente : « L’insertion des cheveux [est] tout à fait normale »194. La portion glabre ne se formait que par l’agrégation de poils fins et courts contournés en boucles serrées mais les racines se montraient, à l’examen, uniformément implantées. Il s’agissait donc bien d’une « apparence vraie », nullement d’un principe de classement des hommes. Haeckel exagérait un trait minime. Topinard en voulait pour preuve que Cuvier, « si profondément observateur, n’avait rien décrit de semblable sur la Vénus boschimane ». La question était donc jugée et la typologie de Haeckel « condamnée »195. On s’étonnera dès lors que ce caractère superficiel, anatomiquement insignifiant, l’emporte sur tout autre critère visuel de taille, de couleur ou de proclivité des dents dans l’estimation « objective » de l’« infériorité » de tel ou tel groupe humain. Sans doute Topinard y voyait-il le moyen d’établir « une véritable échelle de nègres », en recadrant le Hottentot, inclassable par tant d’aspects, au nombre des plus « abrutis » dont la tête « est rebelle au peigne »196.

  • 197 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 264.
  • 198 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 376.
  • 199 Ibid., pp. 379-380, 393.
  • 200 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 68, note 1.
  • 201 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique et particulièrement sur l (...)
  • 202 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IV, 1881, p. 437.

69Nuances, atermoiements, franc scepticisme n’auront pas raison de la partialité d’un verdict global. Quand les images sont efficaces, elles s’empilent dans un dossier touffu avec ce résultat compréhensible que l’accumulation d’éléments contradictoires enlève à chacun d’eux sa portée attendue. Les exemples sélectionnés s’annulent ou se recoupent sans coordination ni principe hiérarchique. Cuvier trouvait que les oreilles de la Vénus étaient trop petites avec un bord externe « presque effacé à la partie postérieure »197, Henri Thulié les jugera sur les moulages du Muséum « grandes et écartées »198, ce qui, dans les deux cas, « est loin d’être un caractère de supériorité ». La brièveté des mains est-elle remarquée pour son élégance, Thulié se déclare frappé par un pouce « trop court et comme remonté », « anormal » en un mot199. L’humérus présente une perforation de la cavité olécranienne, particularité donnée pour fréquente et peut-être générale200 ; aussitôt Topinard exige plus de circonspection, attendu que les observateurs s’appuient sur les rares échantillons du Muséum, « sinon sur un seul, celui de la Vénus hottentote ». Tel verra les Hottentots offrant le « maximum du développement facial », tant pour les organes des sens que pour les mâchoires201, tel autre les caractérisera, à l’inverse, comme « faiblement prognathes »202.

  • 203 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., pp. 139-140

70D’autres critères classificatoires ont été avancés, petitesse de la taille, couleur de la peau jaune bistre ou paillée, s’écartant en tout cas du noir d’ébène des habitants de l’Afrique subsaharienne, yeux bridés, grande largeur transversale des fosses nasales, platycnémie des tibias, insertion circulaire et non angulaire des cheveux, etc. Le nombre d’individus décrits en Europe augmentant, peu d’entre eux semblaient les réunir sans qu’on sût bien, à l’époque, faire le départ entre variabilité naturelle, effets du métissage ou simple distribution aléatoire de caractères indépendants. L’idée de race n’en fut guère inquiétée. Elle est consubstantielle à l’acte même de classement. Au début des années 1860, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) présente à la Société d’anthropologie de Paris une étude synthétique de la « série » humaine. Le professeur de zoologie du Muséum et de la Faculté des sciences de Paris attire en particulier l’attention sur les attributs distinctifs du « type hottentot ». Pour lui comme pour beaucoup de ses collègues, le développement des nymphes et de la région fessière est plus détonnant que remarquable. Il n’en va pas de même d’autres caractères « tels qu’on eût pu les croire étrangers à l’organisation humaine ». Il cite parmi les plus insolites, et des moins signalés, « le décroissement graduel des orteils », lesquels dessinent une ligne oblique analogue aux tuyaux d’une flûte de pan, et « la simplicité, la non-bifurcation des apophyses épineuses des vertèbres cervicales ». En dépit de la notoriété d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, personne à ma connaissance n’a discuté, ni cité, ni repris cet étrange patchwork. Lui-même, cependant, considérait que ces deux caractères en particulier suffiraient assurément à faire des Hottentots « la branche anthropologique la plus profondément séparée du tronc commun »203.

  • 204 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 508.

71Défaut d’appréciation technique ou faiblesse des témoignages oculaires, la péjoration des peuples primitifs est la seule constante de cette histoire. À l’échelle du siècle, la science hottentologique se découvre strictement inerte, récursive, toujours crédule. Elle accède rarement, avec Desmoulins, Broca ou Topinard, au régime critique. On la voudrait cumulative, elle n’est qu’idiolectale. Les commentateurs se borneront longtemps à enregistrer toutes ces contrariétés sans trop s’avancer. En 1877, Paul Topinard soumet au goniomètre quinze crânes du Muséum appartenant au « type des Hottentots » pour apprécier leur prognathisme sous-nasal. Or l’angle facial, estimé en moyenne à 73,5 degrés, ne cache pas de profondes disparités. Certains Hottentots de la colonie s’élèvent à une valeur de 80°, indice des « races jaunes les plus favorisées », alors que l’une des têtes de Namaquois descend à 51,3 degrés. La médiane des chiffres est donc pour lui artificielle. L’indice nasal avait auparavant offert à Broca des différences semblables, de 46 à 72. Topinard pourrait en tirer l’évidence, à savoir que le « type hottentot » n’existe pas. Il se contente au contraire d’en conclure qu’il est « sans unité ; on dirait une agglomération d’anciennes races refoulées dans cette extrémité de terre »204.

« SARAH BAARTMAN N’ÉTAIT POINT HOTTENTOTE »

  • 205 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 260.
  • 206 Cf. Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., pp. 217-218.
  • 207 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 194 ; cf. Hovelacque (Abel), Bul (...)
  • 208 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, op. cit., t. V, pp. 57 et 60.
  • 209 L’ethnonyme francisé Bochiman est diversement orthographié par les anthropologues et voyageurs du x (...)

72La recherche de caractères différentiels qui se grouperaient spontanément fut sans doute l’une des quêtes les plus besogneuses des ethnologues de cabinet et des observateurs de terrain. Dans le cas des Hottentots, elle parut d’emblée décevante. Les populations étudiées dans la colonie, serviles et « domiciliées » selon le mot de Cuvier205, manifestaient l’« instabilité du type » propre aux nations fortement croisées et déjà le spectacle d’une « certaine civilisation » pastorale206. Aussi bien, mélangée de sang bantou, cafre ou afrikaner, la « race hottentote » perdait ses attributs primitifs ou, pour mieux dire, « il n’y a pas de type hottentot réel »207. Malgré leur hétérogénéité, les Hottentots, « droits, bien faits et d’une grande taille » confessaient, pensait-on, une lointaine parenté avec les « pygmées » Bochimans du désert de Kalahari, les moins flattés des hommes par « la dépravation de leur ame [sic] » et leur laideur foncière208. C’est sur ces derniers que se recentre l’intérêt des observateurs209.

  • 210 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 429, 435.
  • 211 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, 3e éd., op. cit., vol. 2, (...)
  • 212 Cf. Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hotten (...)
  • 213 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 508.
  • 214 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559.

73Dénommés également Saabs ou Houzouanas, les Bochimans avaient acquis la sinistre réputation de « dernière des races » et la plus bas placée dans la série humaine210. Beaucoup d’auteurs discuteront des origines de cette déréliction. À la suite de Prichard211, quelques monogénistes anglais orthodoxes l’attribueront à l’abandon de leur premier état pastoral. Il paraîtra alors qu’ils se classent au nombre des tribus « dégradées » et pillardes d’une unique race hottentote dont les branches ensauvagées ont subi un processus rétrograde. Les naturalistes français, beaucoup plus radicaux, voudront à l’inverse soit séparer d’origine deux « races » austro-africaines212, soit donner la priorité à la race « spéciale et autochtone » des Bochimans, dont dérivent par métissage secondaire les Hottentots de toute alliance. Dans les deux cas, le Bochiman fait bien « type à part » par l’exagération de la stéatopygie, laquelle est « l’exception chez les Hottentots et la règle avec des proportions énormes chez les Boschimans ; le tablier, qui est dans le même cas ; et la taille beaucoup plus petite que celle des Hottentots »213. Les Bochimans sont inférieurs par nature et non par occasion. À la Société d’anthropologie de Paris, Adolphe Armand les peignait errant dans les montagnes et grimpant sur les arbres « comme les singes babouins, leurs voisins, dont ils diffèrent peu pour la sauvagerie »214.

Boschimans à la chasse Gravure de Bocourt extraite de Flammarion (Camille), Le Monde avant la création de l’homme (1886).

  • 215 Kilani (Mondher), « La théorie des “deux races” : quand la science répète le mythe », in Hainard (J (...)
  • 216 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 128-134, 188-197.
  • 217 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 218 ; Malte-Brun (Konrad), Précis de la (...)
  • 218 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., p. 195.
  • 219 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. XI, 1876, pp. 358-3 (...)

74La relation ethnogénique entre Hottentots et Bochimans n’en fut guère éclaircie. Selon la théorie des « deux races », l’une bonne, l’autre mauvaise, dont on connaît tant d’illustrations en histoire coloniale215, la partition objectivée des deux groupes reflétait surtout la politique européenne d’acculturation des résidents « clientélisés » du Cap et de représailles des insoumis aux marges septentrionales de la colonie216. Certains auteurs, aimant à se plagier, soulignaient avec Jules Dumont d’Urville (1790-1842) que, semblable à la hyène, le Saab est « le monstre de la race humaine » et qu’il n’a pires ennemis que les Hottentots dont il attaque les troupeaux217. Mais ces récits fascinaient les anthropologues. Il n’échappait à personne que l’ethnonyme Bushman ou Bosjesman dérivait du mot hollandais désignant l’homme des bois de Batavia, autrement dit l’orang-outan218. Si donc, les Hottentots domestiques ou éleveurs, « très-croisés de Cafres et peut-être aussi d’Européens » ne pouvaient « plus guère servir à l’anthropologiste », les Bochimans de « race pure » venaient à point nommé remplir l’intervalle isolant l’homme de l’animal. « À en juger par les divers échantillons vivants et les crânes et squelettes qui nous sont parvenus en Europe sous le nom de Boschimans, il n’existerait pas de race plus intéressante sur le globe. Ce serait la plus inférieure de toutes, celle qui présente le plus de caractères simiens219 ».

75Suite à cette révélation, Paul Topinard suggérait que la Société d’anthropologie réunît un comité « chargé de rédiger des instructions sur ces populations les plus simiennes du monde » ! Elles trouveront un semblant de réalisation dans la longue synthèse rédigée par Henri Thulié en 1881.

  • 220 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentote (...)
  • 221 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 261.
  • 222 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., pp. 261-263.

76Toutefois, la dichotomie Hottentots/Bochimans était parfaitement enregistrée dès les écrits de Péron et Cuvier et tout le siècle ne fit qu’enchérir sur leurs premières réactions. Péron, notamment, s’appuyant sur de longues citations de Barrow et Levaillant, attribuait aux Bochimans seuls toutes les extravagances de structure ou de volume tenues souvent pour caractéristiques des nations d’Afrique du Sud et des Hottentots. On conviendra sans doute, ajoutait-il, « qu’il serait difficile de confondre plus longtemps deux peuples aussi peu semblables sous tous les rapports »220. Aux dires de Cuvier, Barrow aurait qualifié l’existence d’une telle nation bochimane d’« entièrement chimérique »221. La remarque est d’autant moins fondée que Barrow, sans nier leur communauté d’ascendance avec les Hottentots, définissait, par contraste, les Bochimans (Bojesmans) comme une race « plus qu’extraordinaire » par son rabougrissement, sa laideur sans pareille, son visage « simiesque » (apeish) et la proéminence du ventre et des nymphes. La nature, en arrivait-il à dire, « paraît avoir spécialement étudié comment rendre cette race de pygmées dégoûtante »222.

  • 223 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 225.
  • 224 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 560.
  • 225 Girard de Rialle (Julien), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. 11, 1876, (...)
  • 226 In Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., p. 431

77Ce descriptif peu amène va s’augmenter d’autres particularités aussi vite contestées qu’énoncées portant sur la moue de la bouche fendue par le rétrécissement des joues, les yeux trop écartés, l’épaisse cloison nasale, l’absence complète de menton osseux, le vertex aplati et comme enfoncé et, couronnant l’ensemble, une imbécillité et une paresse telles qu’on a même renoncé, soulignent Bory de Saint-Vincent et Chenu, à réduire ces nains odieux en esclavage… « En somme, triste et bestiale figure, qui dit peu de bien du Créateur »223. « Il serait aussi difficile, en effet, même à des missionnaires d’appeler frères de tels êtres qu’à un anatomiste de faire dériver de bonne foi la tête d’un nègre d’une tête caucasienne »224. À force d’hyperboles, tout devient possible. D’un auteur à l’autre, la taille déjà minime des Bochimans oscille entre 1m40 et moins d’1m10. Leur volume crânien suivra la même pente déclinante. Paradoxalement, le portrait gagne en réalisme et en uniformité par simple répétition. Personne n’ignore dorénavant que les Bochimans « nous sont représentés comme des sauvages à peine supérieurs aux animaux »225. L’hérédité peut, chez les métis hottentots, contrarier la régularité d’une transmission. Fait souvent remarqué, la saillie des nymphes s’estompe par le croisement. Et de même la stéatopygie. « Les Hottentots sont aujourd’hui très mélangés » constate Josiah Nott : « Pourquoi le fessier qui fut caractéristique de la bonne vieille race ne perdrait-il pas en fréquence ou en volume dans les générations actuelles ? »226. Mais la science est formelle : à la différence des Hottentots bigarrés, les Bochimans

  • 227 Hamy (Ernest-Théodore), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. 11, 1876, pp (...)

se présentent sous l’aspect d’une race offrant des caractères morphologiques très-spéciaux avec des oscillations qui ne dépassent pas en amplitude celles que l’on rencontre habituellement chez les races réputées pures ou peu mélangées. Chez les Hottentots, au contraire, on ne trouve pas d’homogénéité ; on voit se manifester dans leur physionomie comme dans leur ossature les variations les plus grandes. Tout ce qu’ils ont d’exceptionnel leur vient des Bosjesmans, avec lesquels ils sont évidemment apparentés ; mais à ces traits se juxtaposent ou se combinent des traits négritiques empruntés aux diverses races nègres du Sud avec lesquelles ils se trouvent en contact. M. Hamy résume ses idées sur ces deux populations en disant que les Bosjesmans forment une race pure ou à peu près pure et tout à fait à part, tandis que les Hottentots sont un peuple tirant son origine de diverses races très-distinctes, parmi lesquelles la race bosjesmane peut quelquefois jouer le rôle prépondérant227.

  • 228 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 216.
  • 229 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 260-262.

78Pareille sentence, on le devine, affectera immédiatement l’inscription de la Vénus hottentote au tableau des espèces humaines. Les anthropologues du siècle n’en ont jamais douté : « Sarah Bartmann n’était point hottentote »228. Elle appartenait, disait Cuvier, aux « hommes de buissons », à ces troupes de fugitifs que pourchassent également les éleveurs hottentots et les Hollandais, qui ne connaissent « ni gouvernement ni propriétés » et se rassemblent en familles pour peu que « l’amour les y excite »229.

  • 230 Ibid., p. 263.
  • 231 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des (...)
  • 232 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 297.

79Cuvier fut un des premiers à qualifier Sarah Baartman de « Boschimanne » avec toutes les dénotations péjoratives que véhicule ce terme dans le lexique colonial. Elle en a l’habitus corporel, à cette nuance près qu’elle se distinguerait, tout étant relatif, par une « assez haute stature »230. Si le mémoire de Cuvier est republié dès 1824 dans l’Histoire naturelle des Mammifères d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier sous le titre explicite de « Femme de race Böshimane », le concept de « Vénus Boschismane » est introduit, après Pierre Flourens231, par Antoine Desmoulins232.

  • 233 La cause prochaine de cette philippique n’est pas pleinement élucidée. Il semble que Desmoulins fut (...)
  • 234 Cf. Laissus (Yves), « Catalogue des manuscrits d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire conservés aux Archi (...)
  • 235 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. 4, 1881, p. 437.

80Principal biographe des Vénus stéatopyges, Antoine Desmoulins est cité à l’égal de Cuvier durant toute cette longue période. Étrange destin, au demeurant, de cet anatomiste qui, après avoir été l’auditeur de Geoffroy Saint-Hilaire au Jardin des plantes et l’un des familiers du laboratoire de Cuvier, brisa net sa carrière par un pamphlet haineux à leur endroit233. Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier, unis pour cette circonstance, refusèrent que son Histoire naturelle des races humaines fît l’objet d’un rapport verbal à l’Académie des sciences234. Malgré cette cabale et son décès prématuré en 1828, son parallèle détaillé des deux races — ou espèces — hottentote et bochimane fera autorité. En 1881, Paul Topinard regrettera encore qu’on le « répète avec confiance » alors que ses descriptions ne reposaient que sur un ou deux squelettes détenus au Muséum, dont celui de la Vénus hottentote235. Mais, faut-il le répéter, la concurrence n’était pas mieux pourvue et la Vénus offrait sa visibilité exorbitante à qui l’examinait.

81Le texte de Desmoulins est pourtant important. Il renverse nombre d’idées accrues sur ce peuple de lilliputiens, rétablit les Bochimans dans leur dignité d’hommes et, sans les confondre un instant avec l’orang-outan, évoque chaleureusement leur concorde, leurs dons artistiques et leur parfaite ingéniosité. S’ils sont laids, leurs proportions restent d’une belle tournure et leur front, loin d’être déprimé, laisse aux lobes antérieurs du cerveau « un développement presque pareil à celui de l’Européen ». Enfin, leur personnalité comme leur « physionomie fine et spirituelle » manifestent

  • 236 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 297, 316.

la supériorité morale de cette race pour laquelle on s’est donné la peine d’imaginer une stupidité, une brutalité qui n’en ferait, pour ainsi dire, qu’un singe un peu moins bête. Nous avons prouvé combien cette comparaison du Houzouanas au singe était absurde et fausse anatomiquement. On vient de voir qu’elle ne l’est pas moins sous le rapport moral et intellectuel. Ce sont au contraire, après les Cafres, les plus moraux, les plus intelligents des peuples de l’Afrique au sud de l’équateur236.

  • 237 Disposant de peu de spécimens de « Nègres », Tiedemann mesura surtout les cavités crâniennes pour d (...)
  • 238 Tiedemann (Frederick), « On the brain of the Negro, compared with that of the European and the Oran (...)

82Desmoulins ne fut pas seul à tenter cette réhabilitation. Son effort s’inscrit dans le courant abolitionniste européen qui prétend moraliser la vie du laboratoire. Dans les années suivantes, Friedrich Tiedemann (1781-1861), professeur d’anatomie à Heidelberg, inaugurait une série de travaux — et autant de querelles — sur la parité des cerveaux humains. Tiedemann prit celui de Sarah Baartman pour index des variations moyennes observées parmi les Noirs et il crut prouver, à sa mesure, qu’en dépit de quelque étroitesse ou simplicité des hémisphères dans leurs parties antérieures, toutes les têtes se valaient. La forme, la longueur et le volume des encéphales des Noirs et des Européens ne différaient guère237 et, surtout, la pondération inverse entre la grosseur relative des nerfs crâniens olfactifs et optiques et de la masse cérébrale, dont Cuvier ou Virey faisaient grand cas pour estimer la part respective de l’instinct ou de la sensualité et de l’intelligence, n’offrait « aucune différence » chez la femme bochimane de Paris238.

  • 239 Ibid., pp. 515-516.
  • 240 Ibid., pp. 511, 519 et suiv.
  • 241 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme. Sa place dans la création et dans l’histoire de la terre (1863) [t (...)
  • 242 Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., pp. 453-4 (...)

83Hélas, une telle recherche n’infléchit nullement la courbe des opinions savantes. Tiedemann reconnaissait d’ailleurs que les plis cérébraux de la Vénus hottentote se distinguaient nettement de la moyenne européenne par leur symétrie, leur profondeur et leur grande largeur239. De plus, il admit que la laideur proverbiale et autres similarités entre singes et hommes noirs données à tort pour universelles par Cuvier ou Virey avaient une part de vérité lorsqu’on considérait les tribus côtières de Guinée ou du Mozambique ruinées par l’esclavage240. Les populations de l’intérieur du continent, exemptes de corruption, se révélaient dans leur beauté native et leurs aptitudes indemnes. En stigmatisant la « dégénération » introduite par ce commerce inhumain, Tiedemann voulait justement déplorer qu’on prît pour vice endogène d’une race entière ce qui n’était qu’une dépravation secondaire, et bien sûr soutenir le combat égalitariste. Mais il affaiblissait sa position par autant de compromis. On lui reprocha de faire de la politique sous couvert de science et il fut dès lors accusé de « partialité » et d’idéologie « négrophile ». La plupart des naturalistes, soucieux de diagnose et non de diagnostic social, jugèrent ses recherches erronées et, de plus, « faussement interprétées »241. Enfin, car cette question restait pendante, Tiedemann abusait selon ses critiques d’un classement arbitraire en présupposant l’identité de race ou de type des « Hottentots » et des « Nègres » pour mieux les apparenter dans ses tables de mesures. À moins d’assumer sa pétition de principe, il n’en avait tout bonnement pas le « droit »242.

Le cerveau de la Vénus hottentote
Vue supérieure du cortex. Lithographie de J. Basire extraite de Frederick Tiedemann, in Philosophical Transactions 256 of the Royal Society of London (1836). © Bibliothèque centrale, MNHN.

UN CERVEAU « INCOMPLET » QUOIQUE « SUFFISANT »

84L’anatomie vexatoire des émules de Cuvier va dominer tout le champ des études « négro-logiques », comme les nommait Josiah Nott. Avec les nouvelles expertises de Pierre Gratiolet, publiées en 1854, le cerveau de la Vénus hottentote, constamment rapproché de celui de l’idiot par sa capacité, la forme grossière et la disposition des circonvolutions, confirmera l’infériorité typique de sa race.

  • 243 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, Paris : Arthus Bertr (...)

85Élève et suppléant d’Henri de Blainville, le successeur de Cuvier dans la chaire d’anatomie comparée du Jardin des plantes, Pierre Gratiolet jouissait d’une réputation européenne incomparable pour ses études sur les singes anthropoïdes, le système nerveux et la configuration du cortex. En Angleterre, Charles Lyell (1797-1875) le tenait pour un neuroanatomiste hors pair et vantait son « magnifique ouvrage sur les Plis cérébraux de l’homme et des primates », paru en 1854 mais élaboré en fait dès 1845. Polygéniste et chrétien fervent, Gratiolet jeta son dévolu sur le cerveau de la Vénus hottentote afin de préciser les relations morales régissant les « différentes races d’âmes parlantes auxquelles Dieu a distribué la terre ». Il détaillait finement les particularités de ses lobes qui la rapprochaient des « espèces inférieures », la simplicité et l’arrangement régulier des plis frontaux entre autres, « que n’offrent jamais les cerveaux normaux de la race caucasique » et qui constituaient « un des faits les plus intéressants qui aient encore été signalés ». En avril 1853, Gratiolet contempla « admiratif » l’encéphale d’une idiote exposé à l’auditoire lors d’une leçon du célèbre aliéniste Jules Baillarger (1809-1890) où il retrouva, reproduits « absolument, bien que sous un volume moindre », la symétrie et le développement borné du cerveau de la « femme bojesmane » du Muséum. Tout bien pesé, ce dernier présentait quelque analogie tant avec la forme tératologique de l’idiot frappé d’arrêt de croissance qu’avec le médiocre plissement des étages supérieurs observé chez le fœtus de race blanche. De même, un moulage intra-crânien montra que le volume cérébral de la Vénus hottentote n’atteint pas à la moyenne des adultes caucasiques et que la courbe antéro-postérieure, répondant à l’aplatissement du vertex, s’en trouve peu bombée. Pour toutes ces raisons spéciales, le cerveau de Sarah Baartman allait devenir l’une « des pièces les plus précieuses de notre cabinet »243.

  • 244 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263.
  • 245 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., pp. 65-69 ; cf. Blanckaert (Claude), (...)

86Pour un homme blanc, poursuivait Gratiolet, une pareille cervelle serait un avortement, un « signe de dégradation ». Or, loin d’être imbécile ou retardée, et telle qu’elle parut à Cuvier, la Vénus hottentote ne manquait pas de talents. Elle avait bonne mémoire et l’oreille musicale, « parloit tolérablement le hollandais qu’elle avoit appris au Cap, savoit aussi un peu d’anglais, et commençait à dire quelques mots de français »244. Gratiolet crut pouvoir en conclure qu’avec « une intelligence suffisante, bien qu’assez faible », elle se trouvait en harmonie avec son organisation. Son cerveau rétréci, faiblement différencié, « était le terme d’un développement achevé », « parfait » dans son registre, mais — ceci découlant de cela — désignait l’infériorité naturelle de son type. Il devenait évident que les Bojesmans ne pouvaient rivaliser avec les races blanches. Des uns aux autres, « les sommets de ces races s’élèvent, dans l’ordre de la création, à des hauteurs inégales »245 :

  • 246 Gratiolet (Pierre), « Mémoire sur la microcéphalie considérée dans ses rapports avec la question de (...)

Parmi les races humaines, la Bojesmane a des circonvolutions très-peu compliquées ; le lobe frontal présente surtout un degré de simplicité qui ne se rencontre jamais dans les races blanches, sinon dans quelques cas d’idiotie congéniale ; c’est une race dont la taille est fort petite ; les Bojesmans, toutefois, ne sont ni microcéphales, ni idiots ; cette suffisance d’une forme cérébrale incomplète prouve bien que cette forme est normale et en quelque sorte spécifique, et que si les Bojesmans sont des hommes anthropologiquement inférieurs, ils ne peuvent être considérés à aucun titre comme des êtres dégradés ; en effet, leur race est féconde ; sa durée le prouve au milieu des causes incessantes de destruction qui l’entourent ; elle n’est donc point dégénérée ; les observateurs modernes s’accordent pour démontrer que toute dégénérescence a pour terme fatal une stérilité prochaine246.

  • 247 Alix (P. H. Edmond), « Notice sur les travaux anthropologiques de Gratiolet lue dans la séance sole (...)

87« Incomplet » quoique « suffisant » pour sa destinée terrestre, le cortex de Sarah Baartman n’offrait pas d’arrêt de développement, juste ce « minimum de réalisation » nécessaire « dans la race hottentote pour les manifestations intellectuelles ». Aussi bien, quelle qu’en soit la pauvreté, « le caractère humain persiste : on y voit nettement à découvert les deux plis de passage supérieur. Rien donc, malgré l’infériorité de la réalisation, ne le rapproche de celui d’un singe »247.

  • 248 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., pp. 68-69.
  • 249 Gratiolet (Pierre), « Mémoire sur la microcéphalie », op. cit., p. 67.

88Nettement marqués par l’orientation traditionaliste de Blainville, Gratiolet et ses rares disciples comme Edmond Alix s’appliquaient à penser le même et le différent au-delà du rapprochement confusionniste entre bêtes et hommes. Pour eux, il ne faisait aucun doute que la Vénus hottentote, exemplaire de son « espèce », était pleinement humaine. Ils consacraient néanmoins, à son seul examen, une division populaire entre les races dites « sauvages », asociales et dépourvues de tendance innée à la perfectibilité, et les races « civilisables », spontanément portées aux accomplissements de la vie sociale. La culture de l’esprit se voyait réinscrite dans l’instinct « imprescriptible » et, sous ce rapport aussi, les Bochimans semblaient dépourvus du plus sensible des prédicats humains. Leur infériorité relèverait alors d’un décret éternel de la Providence248. La disgrâce physique de la Vénus noire démontrait, fût-ce par allégorie, que l’intelligence humaine « est une puissance dont l’exposant […] est plus ou moins élevé, suivant le degré de perfection des individus et des races »249.

  • 250 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., p. 10, note 1.
  • 251 Gratiolet (Pierre), « Sur le poids et la forme du cerveau », Bulletins de la Société d’Anthropologi (...)

89L’inspiration polygéniste du propos désavouait toute condescendance humaniste. Gratiolet tenait en piètre estime le travail — si « renommé » fût-il — de Tiedemann, dont il n’aimait ni la clarté mensongère ni l’« intention politique »250. De fait, on ne trouve plus guère mention, sinon critique, du rival exécré après la large diffusion de son enquête sur la Vénus hottentote. Gratiolet sera désormais cité à l’égal d’un Cuvier. Il deviendra surtout classique de reconnaître avec lui que « plus une race est belle, plus elle s’éloigne des formes fœtales pour s’élever dans l’ordre des caractères humains ; plus aussi son cerveau se complique et s’agrandit en même temps. »251

  • 252 Defert (Paul), « Rapport sur la Revue Anthropologique de Londres », Bulletins de la Société d’Anthr (...)
  • 253 Gratiolet (Pierre), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. V, 1864, pp. 18-19.
  • 254 Lyell (Charles), L’Ancienneté de l’homme prouvée par la géologie et remarques sur les théories rela (...)

90La discussion n’en fut pas close pour autant. En Grande-Bretagne, Richard Owen (1804-1892) protestait en 1863 que la Vénus hottentote n’était en rien représentative. Il inférait des illustrations de son cerveau qu’elle offrait « un cas d’arrêt de développement, et non le caractère normal d’une race intermédiaire entre l’homme et le[s] singes »252. Gratiolet rappela derechef que la monstruosité « n’abaisse pas seulement, le plus souvent elle anéantit » et qu’il était de là porté à croire qu’avec son intelligence, la Vénus hottentote présentait le profil ordinaire de sa race253. À sa suite, de nouvelles recherches portèrent sur ce cerveau d’exception, d’une « maigreur enfantine ou fœtale », sans qu’aucune suspicion d’infirmité pathologique n’obscurcît le débat. Citant un mémoire de John Marshall lu devant la Royal Society en 1863, sir Charles Lyell se portait caution de l’intégrité des facultés de Sarah Baartman. À cette distance de temps, puisant dans ses souvenirs d’adolescent, il affirmera l’avoir vue lui-même lors de son séjour à Londres : « J’ai entendu qu’elle disait un petit nombre de phrases en anglais et en hollandais, pour répondre à plusieurs questions que je lui fis au moyen d’un interprète. Il ne m’est nullement venu à l’idée qu’elle était idiote et je ne me rappelle pas avoir entendu émettre par les autres aucun soupçon d’une idée pareille. »254

  • 255 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., pp. 239-241.
  • 256 Vogt (Carl), Mémoire sur les microcéphales ou hommes-singes, Genève-Bâle : Librairie H. Georg, 1867 (...)
  • 257 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., p. 239.

91Gratiolet avait vu juste. Cependant, l’interprétation de ses résultats pouvait être évaluée de façon très divergente selon qu’on défende avec lui la conception d’héritage blainvillien d’une série animale figée et continue, créée par Dieu à l’origine des temps, ou qu’on adhère, à l’inverse, à la notion phylogénétique d’une mutabilité des espèces. Dans une perspective darwinienne, même extrapolée, la parité des formes se chargeait de toutes les valeurs d’atavisme géologique et de parenté simienne. Dès 1863, à peine rallié à l’école évolutionniste, le naturaliste et libre penseur genevois Karl Vogt (1817-1895) s’efforçait d’analyser sur un mode retardataire, vestigial, les cerveaux des hommes de « race inférieure ». Il ne disposait pas de cerveaux de Noirs et se défiait des figures anciennes où les circonvolutions étaient dessinées, à son idée, avec trop d’imprécision. Cependant, Gratiolet avait reproduit fidèlement dans son Atlas les contours et la topographie exacte des hémisphères de la « femme bojesmane » et son autorité réclamait l’attention. Comme la Vénus hottentote partageait nombre de « particularités typiques » avec les « Nègres », elle se prêtait à l’examen. Familier des cercles scientifiques parisiens, bon connaisseur des microcéphales, Vogt a probablement utilisé les planches de Gratiolet, sans revenir à la pièce anatomique conservée au Muséum. Qu’à cela ne tienne, il cultivait le goût des généralités et posa son verdict : « On peut dire que le cerveau de la Vénus hottentote, peu développé dans son ensemble, se rapproche plus du cerveau du singe que de celui du blanc, par sa forme et la disposition de ses circonvolutions ; mais que, par la plus grande masse du cerveau, et le caractère distinctif des lobes postérieurs, […], il appartient au type humain »255. Parmi les ressemblances communes aux races arriérées, Vogt attachait la plus grande importance à la conformation du lobe temporal, remarquable par la simplicité du sillon parallèle et la distribution des circonvolutions. Il redira ultérieurement que « sous le rapport de la complication, le lobe temporal de la Vénus hottentote reste, suivant les dessins de Gratiolet, au-dessous de l’orang et du chimpanzé »256. Pour les autres divisions du cortex, les lobes frontaux ou pariétaux accusaient les mêmes traits régressifs, élémentaires, « décidément simiens »257.

  • 258 Huxley (Thomas Henry), De la place de l’homme dans la nature, [trad. par Dally Eugène], Paris : J.- (...)
  • 259 Cf. Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution, op. cit., chap. VII.
  • 260 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., pp. 396-397.

92L’infériorité abstraite qu’évoquait Gratiolet se commuait ainsi en antériorité réelle. La conviction de Vogt, fermement arrêtée, n’était pas purement philosophique. Elle s’ancrait dans l’anatomie. Mais il y avait quelque duplicité, pour un libre penseur, à tirer avantage du raisonnement de Gratiolet, bondieusard souvent moqué, pour étayer des vues généalogiques. Peut-être pouvait-on répliquer, comme le fit d’abord le darwinien Thomas Henry Huxley (1825-1895), que « ce n’est pas parce que le cerveau de la Vénus hottentote était plus lisse, que ses circonvolutions étaient plus symétriques et que, à ces points de vue, elle tenait du singe plus que les Européens ordinaires — que l’on sera en droit de conclure qu’un semblable état anatomique du cerveau est général parmi les races humaines inférieures… »258. La sentence n’en était pas moins accablante pour Sarah Baartman. Au demeurant, Huxley défendait depuis 1861 la théorie de l’ascendance simienne de l’homme, la « théorie pithécoïde ». Il regrettait seulement qu’on en sût si peu, faute de spécimens, sur l’étendue des variations individuelles. Vogt, à sa différence, ne croyait pas manquer de termes de comparaison. Dans ses Leçons sur l’homme de 1865, l’un des premiers manuels d’anthropologie transformiste259, il rapprochait le cerveau fruste de la Vénus hottentote du moulage en plâtre de la cavité crânienne de l’homme de Neandertal, découvert dans une caverne allemande au commencement de l’année 1857. C’est là peut-être la première confrontation de la race bochimane avec l’ancêtre fossile. Vogt retrouvait sur leurs hémisphères des signes équivalents de primitivité — réduction du lobe frontal, grossièreté des circonvolutions, double étagement des plis temporaux, etc. —, avant d’asséner qu’« aussi certainement qu’un homme de race blanche n’ayant qu’un cerveau du poids de celui de la Vénus hottentote ne serait qu’un idiot, comme le dit fort bien Gratiolet, de même un homme blanc ayant le crâne du Neander ne serait qu’un idiot au milieu de sa race si richement douée. »260

  • 261 Dally (Eugène), « L’ordre des Primates et le transformisme », Bulletins de la Société d’Anthropolog (...)
  • 262 Royer (Clémence), Origine de l’homme et des sociétés, Paris : Guillaumin & Cie, Victor Masson & Fil (...)
  • 263 Huxley (Thomas Henry), De la place de l’homme dans la nature, op. cit., p. 255 ; Vogt (Carl), Leçon (...)

93Sans même parler, avec Richard Owen, de microcéphalie, les premiers darwiniens s’empareront de cette découverte pour convenir avec Karl Vogt qu’une série continue relie le singe à l’homme blanc européen261. Le cerveau de la Vénus occupait en effet pour eux l’exact point médian et la seule question demeurait de savoir, dans l’optique transformiste, si ce caractère est fixe ou transitoire, autrement dit « si le cerveau de la Vénus hottentote aurait pu de génération en génération devenir le cerveau de Cuvier »262. Ses traits archaïques la recommandaient suffisamment au zèle des chercheurs de chaînons transitionnels. De fait, la représentation du cerveau de Sarah Baartman, reprise de Gratiolet, aura la faveur des éditeurs et on la voit copiée dans les ouvrages de Thomas Huxley, Karl Vogt, Charles Lyell, Ludwig Büchner (1824-1899), Abel Hovelacque ou Camille Flammarion, etc.263

Anatomie comparée des cerveaux
« Vues latérales des cerveaux de la Vénus, du mathématicien Gauss et d’un Orang-outang ». Extraits des Leçons sur l’Homme de Carl Vogt (1865). © Bibliothèque centrale, MNHN.

L’ÉNIGME DES HOTTENTOTS CHINOIS

  • 264 Hovelacque (Abel), « Les races inférieures », in Congrès international des Sciences anthropologique (...)
  • 265 Cf. Pettitt (Paul B.) & White (Mark J.), « Cave Men : Stone tools, Victorian science, and the “Prim (...)

94Après 1860, dans une ambiance intellectuelle dynamisée par les hypothèses évolutionnistes et leur loi de Progrès, l’ethnologie cherchera parmi ses référents « sauvages » une image approchante de nos aïeux préhistoriques. Les chasseurs-cueilleurs contemporains, définis soit par leur déficit technologique, soit par leur trop faible spécialisation organique, toujours par des manques ou des « survivances », personnifiaient maintenant les « débuts de l’humanité » ou ses « origines ». Les « basses races » – entendons les moins « élevées », celles qui se rapprochent sous tant d’aspects des primates anthropoïdes264 — figuraient des reliques d’un ancien état de choses aboli chez l’homme moderne civilisé. C’est un schéma de pensée convenu qu’emprunteront, avec John Lubbock (1834-1913) en Angleterre ou Abel Hovelacque en France, nombre de vulgarisateurs voulant revivifier les fragments d’os ou de pierre taillée de nos rustiques précurseurs265.

  • 266 Boule (Marcellin), Les hommes fossiles. Éléments de paléontologie humaine, Paris : Masson & Cie, 19 (...)
  • 267 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 67.
  • 268 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 239.
  • 269 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines, op. cit., p. 198.

95Bien avant que Marcellin Boule (1861-1942) ne soulignât les similitudes et affinités reliant, par-delà le temps et l’espace, les sujets aurignaciens « négroïdes » de Grimaldi et le squelette de la Vénus parisienne266, le nouveau paradigme primitiviste rénovait immédiatement la conception « de la place des Boschimans dans la nature ». En adaptant sous cette expression conventionnelle le titre même du livre militant de Huxley (Man’s Place in Nature, 1863), déjà parodié par l’intransigeant — et esclavagiste — président de la Société anthropologique de Londres James Hunt (« On the Negro’s Place in Nature », 1863-1864), Raphaël Blanchard s’inscrivait sous la bannière évolutionniste : « Il suffit de lire les récits des voyageurs pour se convaincre que les Boschimans constituent une race des plus primitives »267. Cette race n’est pas dégénérée, comme le croyait Prichard, ni dégradée, ni atavique. Elle n’est qu’originelle, ce qu’attesteraient, parmi tant d’indices convergents, son habitat troglodytique, son art pariétal analogue aux « grossières représentations tracées sur la pierre ou sur l’os par l’homme préhistorique du sud-ouest de la France »268, ou son langage « gloussé », la plus rudimentaire expression de la voix humaine accessible à la linguistique269. Elle s’impose alors comme marqueur chronologique.

  • 270 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 336.

96Contrairement au concept de « sauvages », qui désigne un état social plus ou moins indifférent à l’expérience humaine du temps, le concept de « primitifs » enveloppe l’idée de durée géologique, de telle sorte que des « populations stationnaires », aux plus bas degrés de l’échelle humaine, puissent aussi matérialiser « la vivante image » des vieilles races se dégageant progressivement de leur gangue animale. En ethnologie, cette conception n’est pas fort ancienne. En 1825, Jacques Bory de Saint-Vincent suggérait encore que les Hottentots ou Australiens, « derniers venus » sur terre, tenaient leur retard d’être « les espèces cadettes du genre humain »270. Passé 1850, le mouvement s’inverse. Les Bochimans, la plus petite des races humaines et la moins vantée dans l’ordre des mérites intellectuels, sont déclarés « aborigènes » de cette immense portion de l’Afrique comprise entre le golfe d’Aden et le cap de Bonne-Espérance. Les Hottentots eux-mêmes, est-il répété, désignent leurs ennemis sous le nom de Sân, les « indigènes ». Et si les premiers, comme il est admis, en sont issus par métissage, ils s’en distinguent par une stature élevée, les dents droites et non proclives et divers caractères empruntés à leurs ascendants respectifs.

  • 271 Cf. Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 509 et « La stéatopygie des Hottentotes… », op. (...)
  • 272 Broca (Paul), « Nouveaux renseignements sur les Akka », Revue d’Anthropologie, t. III, 1874, p. 470
  • 273 Quatrefages (Armand de), art. « Akkas ou Tikki-Tikkis », in Bertillon (Adolphe), Coudereau (Charles (...)

97Assez typiquement, les Bochimans en viennent à représenter le peuplement primordial de l’Afrique sub-saharienne dont la zone d’influence, d’abord démesurée, s’amoindrissait d’âge en âge avec les envahissements de migrants pasteurs ou cultivateurs. Refoulés in fine dans les régions arides, les Bochimans n’ont subsisté qu’en « parias » ou, à leur tour, en oppresseurs des peuples conquérants qui leur font, par rétorsion, une « guerre d’extermination »271. Les Bochimans passeront alors dans toute cette littérature pour « fossiles vivants », à l’imitation des pygmées Akka initialement décrits par le botaniste Georg Schweinfurth (1836-1925) et signalés pour l’exiguïté de la taille, la gracilité des membres et leurs jambes brèves, arquées et courbées en dedans. Paul Broca, qui les fit connaître en France, rapportait qu’aussitôt découverts, « on a supposé que cette race datait de l’époque tertiaire ou quaternaire, qu’elle était intermédiaire entre le nègre et le singe ; qu’elle représentait l’une des étapes de l’évolution primitive de l’humanité »272. Broca se gardait d’ajouter foi à ces conjectures. Elles circulèrent indéniablement. En 1889, Armand de Quatrefages (1810-1892) réfutait encore la thèse selon laquelle les Akka constitueraient « une sorte de chaînon intermédiaire entre l’homme et les singes anthropomorphes »273.

Boschimans & pygmée Akka
Dessinés d’après 2 photographies rapportées par le docteur Vincent. Gravures extraites de la Revue d’Anthropologie (1872). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 274 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, op. cit, t. I, p. 393.
  • 275 La chronologie des découvertes des groupes « pygmées » d’Afrique intérieure au xixe siècle est retr (...)
  • 276 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 366, 371, 434-435.
  • 277 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 74.
  • 278 Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie… Les Boschimans », op. cit., p. 456.

98En dehors de ces excès, beaucoup d’anthropologues français recomposaient à leur image la géographie ancestrale de l’Afrique centrale et méridionale. « Il n’y a pas de peuples de nains », prévenait le physiologiste Pierre Bérard274. Leur nombre, néanmoins, s’augmentait avec les Akka, les « Obongos », les « Dokos », les « Makalolos » ou les « Vanatonas » rencontrés ou entrevus par les explorateurs Johann L. Kraft, Paul du Chaillu, David Livingstone ou Henry Morton Stanley275. Les Bochimans pris pour archétype, il semblait évident avec la fin du siècle que « tous ces peuples nains, disséminés d’ailleurs dans les parties les moins connues de l’Afrique, paraissent appartenir à une même race qui tend à disparaître avec une grande rapidité »276. Comme on le disait des faits de « retour », d’atavisme de la stéatopygie ou du « tablier » chez les Hottentots, « incontestablement supérieurs en évolution aux Boschimans », la trace des ancêtres ne s’effaçait pas totalement. Le passé lointain survivait au présent. C’était admettre l’antériorité des Bochimans, « anciennement les seuls maîtres de l’Afrique australe »277. Fondé sur la lutte territoriale des races, leur substitution violente ou leur fusion partielle par métissage, le modèle classique de l’ethnologie expliquait les correspondances entre les Hottentots sédentaires et l’ensemble de ces « Gipsies du continent africain »278.

  • 279 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 535.
  • 280 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, op. cit, t. I, p. 400.
  • 281 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, op. cit., p. 199.
  • 282 Hollard (Henry), De l’homme et des races humaines, op. cit., p. 173.
  • 283 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 17.

99Désormais refoulés dans le désert ou les forêts inhospitalières des tropiques, les Bochimans se voyaient reconnus comme les premiers habitants de cette partie du monde. Mais, à peine dissipée, l’étrangeté restait entière. Leur origine, leurs filiations ou leur autochtonie divisaient les spécialistes. À cela deux ou trois bonnes raisons qui ne tiennent pas toutes à l’incongruité du langage à clicks ou à leur chevelure en « glomérules »279. En vérité, les Bochimans n’avaient pas le cachet africain, ni le faciès « nègre ». Avec leur peau « couleur de feuille morte ou d’un jaune enfumé »280, leur crâne « tout à fait taillé sur le galbe de celui des Esquimaux »281, leurs yeux fendus à l’oblique et des pommettes rebondies, ils ressemblaient aux Chinois et bouleversaient les classements ordinaires. Chez eux, notait Henry Hollard (1801-1866), « les caractères mongols tendent à prévaloir sur ceux du nègre »282. Les anthropologues perdaient leur fil d’Ariane dans le labyrinthe des catégories familières. À peine trouva-t-on, comme il fut dit de Cuvier face aux Américains, « l’aiguille assez aimantée pour s’orienter dans cette nouvelle découverte… »283.

Jeune Akka
Représenté de profil, Thibaut jeune Akka mesurant 1 mètre 15. Gravure de Badoureau extraite de la Revue d’Anthropologie (1874). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 284 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History (1ère éd. 1790 ; rééd. part I [1806 (...)
  • 285 Jeffries (John P.), The Natural History of the Human Races, with their primitive form and origin, p (...)

100Malgré le démenti précoce de Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840)284, l’ascendance mongole asiatique des Bochimans est enregistrée durant le siècle entier. Elle trouve encore des partisans après 1860285 et suscite autant d’interprétations embarrassées que l’opinion adverse, plus commune en France, qui les rattache au type noir éthiopien. Dans ce registre étiologique, l’anthropométrie se montre inefficace. Faute de mesures en grand nombre, elle demeure platement descriptive et se contente d’abandonner au futur d’en comprendre l’histoire. Depuis Cuvier jusqu’à Paul Topinard, force sera d’accepter que les Bochimans, par une sorte de bizarrerie de nature, sont des Africains jaunes, des êtres inclassables et paradoxaux. Non que les anthropologues s’en laissent accroire. Mais leur diagnose tolère cette marge d’imprécision où les premières chroniques, toujours citées, interfèrent avec un régime empirique plus rigoureux.

  • 286 Cette expression est déjà présente dans le Voyage dans l’intérieur de l’Afrique de Levaillant (Fran (...)
  • 287 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., pp. 262, 265-266.

101La source principale de leur enquête provient des écrits du diplomate John Barrow qui popularisa vers 1800 l’appellation locale de Cinneeze ou « Hottentots chinois »286. Connaissant l’Orient et ayant accompagné l’ambassade de Macaulay en Chine, Barrow lui-même jugeait avec recul l’idée qu’on pût identifier la plus abominable des races avec l’une des mieux raffinées d’Asie. Il s’efforça néanmoins de tracer les lignes de migrations suivies de Chine en Afrique par les ancêtres des Bochimans. Sur la foi de missionnaires « bien informés », il supposait d’abord que les Chinois et les Égyptiens formaient originellement un seul et même peuple. Avec tant soit peu d’imagination, si l’on jugeait de semblable extraction les « Pygmées » et « Troglodytes » que les géographes de l’Antiquité domiciliaient dans les parages du Nil et qui s’apparentaient maintenant aux « vrais Hottentots, ou Bochimans », il n’y aurait « aucune difficulté » à concevoir que quelques tribus se fussent frayées un chemin jusqu’aux confins du continent287.

  • 288 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 309.
  • 289 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Mémoire sur les variations générales de la Taille chez les mamm (...)
  • 290 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 506.
  • 291 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 185 ; Cuvier (...)

102L’élément fabuleux de cette pérégrination mis à part, restait l’altérité. Dans la pointe méridionale d’Afrique, les « pygmées » bochimans, sans doute « la plus petite de toutes les races humaines »288, côtoyaient des Cafres d’une taille moyenne dépassant celle des autres hommes. Aussi bien, leur « réduction » ne devait rien à l’exil, à la nourriture ou au climat, mais dépendait des influences héréditaires, du facteur racial dont « la tendance à se perpétuer avec les mêmes caractères est d’autant plus prononcée […] que cette race est plus ancienne »289. Il en était de la physionomie comme de la stature. Alors que le Cafre appartenait pleinement au « type guinéen ou éthiopien » et qu’il n’en différait que « d’un degré moins bestial »290, tous les naturalistes circonstancièrent avec Blainville et Cuvier cet assemblage composite de traits réputés africains (le prognathisme, le recul du menton) rapportés, et comme surajoutés, à une figure « mongole »291.

  • 292 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., pp. 534, 543.
  • 293 Ibid., p. 537.
  • 294 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 185 ; Descham (...)
  • 295 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 296 ; Bérard (Pierre), (...)
  • 296 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, op. cit., t. V, p. 58.
  • 297 Cf. Smith (Charles Hamilton), The natural history of the human species, its typical forms, primeval (...)

103L’expression « Hottentots chinois », souvent reprise, se trouvait appropriée et, tout bien pesé, il n’étonnait personne que Barrow les eût « rapprochés de la race jaune »292. Les yeux bridés, la largeur excessive des os malaires associée à un aplatissement de la face tel « qu’une règle pourrait presque être posée à plat en travers d’une pommette à l’autre sans être arrêtée par le dos à peine marqué du nez »293, l’écartement des oreilles ou le faible relief sus-orbitaire, manifestaient ces affinités. La structure de la tête, ramenée à des coordonnées géométriques, dessinait une pyramide à base supérieure294, la ligne du visage prenant de la sorte la forme d’un « triangle équilatéral dont la base est au haut du front et le sommet au menton »295. Ceci dit, la facture africaine perçait sous le masque asiatique. Le géographe Malte-Brun eut beau souligner quelques synonymies « très-remarquables » entre la langue hottentote et un petit nombre de « mots mongols et kalmouks »296, la « colonie chinoise » de Barrow fera peu d’adeptes. À moins donc d’en conclure que la famille hottentote soit le produit d’un croisement immémorial d’hommes jaunes et noirs297, il importait de mesurer écarts, hétérogénéités, vraies ou fausses ressemblances.

  • 298 Alors chirurgien de l’armée, Robert Knox avait séjourné au Cap à la fin des années 1810 et commencé (...)

104Malgré leurs inclinations diffusionnistes, les défenseurs de l’unité de l’homme hésitaient visiblement à rattacher par des liens génétiques directs les Bochimans aux tribus asiatiques. En Grande-Bretagne, tirant prétexte de leur complexion (grandeur des orbites et du trou occipital, crâne carré vu par en haut), Robert Knox (1791-1862) n’y voyait qu’un rameau détaché des populations nomades kalmoukes ou esquimaudes298. Dubitatif, le monogéniste James Cowles Prichard proposa une autre solution, bien vite populaire.

  • 299 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, 4e éd., Londres : Sherwoo (...)

105Selon lui, les peuples « touraniens » d’Asie continentale et hottentots partageaient en fait le même habitat désertique d’altitude, ils élevaient des troupeaux et communiaient dans une égale frugalité. L’action morphogène des circonstances physiques et du genre de vie expliquait aisément leur conformité d’aspect et de caractère. Ce phénomène de convergence, certes profond, ne devait pas tromper l’observateur. Dans le cas des Hottentots, les caractères communs s’imprimaient sur un type africain préexistant. On devrait parler, dans un langage imagé, d’Africains « mongolisés » sous l’influence du milieu et des conditions d’existence299.

Hottentote chinoise ?
« Femme hottentote ». Dessin de Petit extrait du Bulletin de la société zoologique de France (1883), planche IV. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 300 Hollard (Henry), De l’homme et des races humaines, op. cit., pp. 174-177.

106La même inférence organisera peu après le raisonnement d’Henry Hollard. Élève d’Henri de Blainville qu’il suppléa à la Faculté des sciences de Paris en 1842 avant d’obtenir la chaire d’histoire naturelle de Poitiers, ce médecin suisse relevait que chez les Bochimans « les traits mongoles se prononcent jusqu’à une extrême laideur ». Il semblait, dans les deux cas, que des contraintes mécaniques liées à la morphologie osseuse aboutissent à un résultat identique. Pour Hollard, le Hottentot se distingue, entre autres, du « vrai type éthiopien » par ses pommettes saillantes et des tempes redressées. Ainsi « des joues très relevées allongent et remontent sensiblement la partie externe des paupières ». Chez les Bochimans, l’altération s’accentue. Les tempes s’inclinent, étirant plus encore la fente des yeux. Dans le même mouvement, le nez s’épate, les dents s’avancent et les lèvres se développent. Le style « mongol » en vient à prédominer. Les Hottentots, cela admis, n’en perdaient pas « le cachet de l’Afrique ». Après avoir inventorié toutes ces singularités, reprises de Cuvier ou Desmoulins, Hollard n’y verra qu’une accommodation locale et, comme Prichard, un fait de convergence fortuite. Les races hottentotes « ne sont, à vrai dire, que des races camites qui, à l’extrémité du continent, ont subi plus ou moins des modifications analogues à celles qui composent le caractère des peuples nomades de la haute Asie »300.

  • 301 Il s’agit de la distance séparant les angles internes des yeux.
  • 302 Deniker (Joseph), « Quelques observations sur les Boshimans », Bulletins de la Société d’Anthropolo (...)

107Le texte de Hollard relève d’un genre mineur sans véritable postérité. Il avait cependant l’intérêt de nouer le remodelage concret de la physionomie des Bochimans à l’architecture du crâne. Il restait à décider si les mêmes principes mécaniques s’appliquaient en parallèle chez les Mongols ou si les similitudes tant soulignées s’obtenaient, des uns aux autres, par des voies dissemblables. Lors de la présentation des « Pygmées » aux Folies-Bergère, Joseph Deniker s’avisa, par exemple, que l’apparence « mongoloïde » des yeux des Bochimans ne tenait qu’au repli de la peau qui environne la paupière supérieure et que la fente palpébrale était taillée à l’européenne, en amande, et non en triangle comme chez les Asiatiques. Ce n’était donc qu’une impression. De même, la bride ne couvrait pas la caroncule lacrymale, caractéristique mongole. L’apparence des yeux plissés des Bochimans, aussi frappante soit-elle, tenait en définitive à l’énorme largeur intercaronculaire301 et à la dépression de la racine nasale. Si bien, observait Deniker, qu’« il suffit que les individus baissent un peu les yeux pour faire disparaître cet aspect mongoloïde de l’œil »302.

  • 303 Darwin (Charles), L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des r (...)
  • 304 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man, op. cit., p. 310.
  • 305 Darwin (Charles), L’origine des espèces, op. cit., pp. 472 et suiv.
  • 306 Hollard (Henry), art. « Variétés de l’espèce humaine », in Orbigny (Charles d’) (sous la dir.), Dic (...)

108Même relativisée, la redondance des traits entretient certain désordre taxinomique. En particulier, le classement des races austro-africaines s’en trouve embarrassé et comme en suspens. Pour n’être pas asiatiques, sont-elles bien de lignage éthiopique ? Dans la première édition de l’Origine des espèces de 1859, Charles Darwin, en bon témoin du temps, attisa ce désagrément : « Si l’on pouvait prouver que l’Hottentot descendait du Nègre, je crois qu’il serait classé sous le groupe Nègre, quelles que soient les différences de couleur et d’autres caractères importants avec le Nègre »303. Pointillés et conditionnels marquent l’indécision, sans que s’amorce la refonte des systématiques. Si les Hottentots et la branche excentrée des Bochimans descendent, comme le proposait Prichard304, des premiers habitants de l’Afrique du Sud, s’ils en portent le sceau, en sont-ils pour autant des « Nègres » caractérisés ? En démontrant que la « communauté de descendance » est la « seule cause connue de la similitude des êtres organisés » et qu’elle réduit à rien la tautologie des anciennes distributions géographiques, Darwin offrait un critère discriminant de grande valeur classificatoire305. Or le pedigree tant sollicité des Hottentots/Bochimans malmenait toutes les filiations pressenties. La corrélation des parties manquait d’unité. La « race » la plus méridionale du continent noir réalisait, somme toute, une formule hybride sans traces de mélange, un mixte sans nuances, un bricolage divin. « Ses caractères se partagent entre le type africain et le type asiatique ou mongol. […] Les Hottentots sont des hommes de petite taille, teints d’une nuance jaune enfumée, Africains par le prognathisme de la face, l’étroitesse de la tête, la forme du nez et des lèvres, l’aspect laineux de la chevelure, Mongols par leurs pommettes saillantes et leurs petits yeux relevés et bridés à l’angle externe »306.

  • 307 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 557 ; cf. aussi Topinar (...)

109En 1886, muni de sa trousse anthropométrique, Paul Topinard soufflait à nouveau le chaud et le froid. Après maintes mensurations des Bochimans exhibés aux Folies-Bergère, il énonçait son credo. La place des Bochimans dans la nature étant indécidable, il fallait surseoir aux jugements précipités, toujours personnels, réhabiliter les types intermédiaires qui déjouaient les logiques dualistes et, d’abord, réformer le tableau rigide de la famille humaine. « Nos classifications sont trop absolues. Pour moi, ils forment le passage des nègres aux jaunes ou, si l’on veut, ce sont des nègres de race jaune. Tout cela est conforme aux idées de Barrow… »307. Topinard était bien prêt d’y voir des « congénères des Chinois », en l’espèce « négrifiés » sous l’influence du ciel d’Afrique. Il maintenait alors l’opposition binaire qu’il voulait abolir, sans trop s’aventurer dans la nuit des origines. Plus curieusement, Topinard citait mais ne discutait guère l’étude innovante d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, précédemment publiée en 1863, qui prenait par avance le contre-pied de ses propres vues classificatoires. Autrement radical, Geoffroy Saint-Hilaire regrettait la faveur prise dans le siècle par l’opinion anglaise. Mais il n’avait pas plus d’estime pour l’hypothèse contraire qui ferait des Hottentots des Noirs déformés et rabougris par quelque malédiction du sort. « Il paraîtra un jour singulier qu’on ait pu considérer tour à tour comme des éthiopiques et comme des mongoliques un peuple qui non-seulement s’éloigne des uns et des autres par des caractères très-importants, mais qui ne présente pas même les traits par lesquels on a expressément caractérisé, d’une part, la race éthiopique, et de l’autre, la mongolique ». La race jaune n’étant pas crépue, la noire jamais… « jaunâtre », l’arbitraire des inscriptions et des nomenclatures devenait patent et condamnable.

110Isidore Geoffroy Saint-Hilaire s’armait de la méthode naturelle, la seule boussole qui vaille dans le dédale des races. Dans sa perspective, les Hottentots, quoique « fraction minime du genre humain », constituaient plus qu’un type séparé, l’un des « quatre points cardinaux de l’anthropologie ». Les Blancs, les Jaunes, les Noirs n’exprimaient qu’une partie du problème. Il lui appartenait de restituer à la série humaine « son quatrième terme, si longtemps méconnu », son terme inférieur : « Ce qui le distingue, c’est précisément la réunion chez lui des caractères qui font, comparés à ceux des caucasiques, l’infériorité des mongoliques et celle des éthiopiques ». En effet, outre les dispositions organiques qui assurèrent la gloire — et l’infortune — de la Vénus stéatopyge, le « type hottentot » portait au plus haut point, et presque à la caricature, le maximum connu du développement facial (l’élargissement du haut du visage ou « eurygnathisme ») et maxillaire (le « prognathisme »). Autrement dit, puisque depuis Cuvier le crâne avait la prédilection des anatomistes, le type hottentot combinait, en large et en long dira Geoffroy Saint-Hilaire, les deux agrandissements de la région supérieure ou inférieure de la face qui caractérisent respectivement les types mongolique et éthiopique. Type sui generis et non intermédiaire, le Hottentot s’en distinguait sans les relier en partageant deux de leurs traits exclusifs.

  • 308 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., pp. 134 et (...)

111Sa signalétique excipait encore, nous l’avons vu, d’autres particularités du squelette auxquelles Geoffroy Saint-Hilaire attachait un grand prix. La considération de la tête, pourtant, avait ici sa préférence. Elle permettait d’établir un contraste parlant entre les races caucasiques « supérieures », ni prognathes ni eurygnathes, à « prédominance crânienne et cérébrale » et le type « inférieur » hottentot à « prédominance faciale », à la fois eurygnathe et prognathe… Ce dernier réunissait toutes les disgrâces sans rayonner d’intelligence. « Ce type est donc le plus éloigné du type caucasique, et peut être considéré comme lui étant diamétralement opposé »308. « Terme essentiel de la série » et non plus sous-race dégénérée, le type hottentot — ou le Bochiman pris sur le même plan — intégrait le canon anthropologique.

TABLEAU SYNOPTIQUE DES RACES HUMAINES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES RACES HUMAINES

Les races humaines Tableau synoptique publié par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 309 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., pp. 536-537.

112Commentant non les résultats mais le principe d’analyse de son prédécesseur, Topinard n’aimait pas le néologisme « eurygnathisme », impliquant à tort selon lui la projection des maxillaires en dehors plutôt que la largeur faciale309. Cette remarque faite, la description lui parut fidèle. À cette exception près, dirimante pour le modèle de Geoffroy Saint-Hilaire, que le prognathisme des Bochimans n’était pas si aigu qu’il était supposé. Sur les sujets des Folies-Bergère, il parut à Topinard « modéré », à l’inverse donc du stéréotype africain. De même, le galbe et la hauteur du crâne au-dessus de la ligne oculaire donnaient une idée favorable du développement cérébral antérieur. Là encore, la dominante mongole s’accusait, offrant la répartie à ce qu’on dénommait souvent, d’un superlatif dégradant, le « front fuyant » des races nègres typiques.

  • 310 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 203.
  • 311 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 537.
  • 312 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, p. 18.

113On comprend ainsi le sincère penchant de Topinard pour les spéculations de Barrow. Les bases de la craniographie de Geoffroy Saint-Hilaire « sont excellentes », dit-il en substance, ses déductions fautives310. Savant de son temps, Topinard n’en confessait pas moins le préjugé moyen. Alors qu’il venait de restaurer la dignité du crâne antérieur des Bochimans, il s’empressa d’ajouter que leur front n’est pas « beau » et que le double relief de ses bosses, procédant d’un rétrécissement caractéristique au-dessus des sourcils, offre un curieux montage qu’on rencontrerait plus souvent chez les « Nègres » que chez les Blancs « et dans les crânes déformés » ! Aussitôt élevés, les Bochimans s’en trouvaient rabaissés311. Ce pourrait être une allégorie du jugement du siècle : n’ayant « guère plus d’esprit que l’orang-outang », écrivait Virey, les Hottentots « semblent être tout corps »312. La primitivité leur devient une seconde nature. Dès lors, nombre d’anthropologues gagnés aux idées darwiniennes évoqueront sans détour leur phylogénie simienne pour estomper l’humain. Par ce stratagème, ils se garderont aussi d’entrer de plain-pied dans une guerre des classements qui n’en finirait pas. Celle-ci, pourtant, trouva une amorce de solution après 1860, en réaction au cadastre intransigeant de Geoffroy Saint-Hilaire. On ne saurait parler de consensus. Peu d’auteurs s’y impliquèrent. Toutefois, la récurrence des arguments cristallisa les mentalités professionnelles au profit, cette fois, de l’empreinte africaine. À la Société d’anthropologie de Paris, Franz Pruner-Bey, ancien médecin du vice-roi d’Égypte, annonçait ce revirement décisif :

  • 313 Pruner-Bey (Franz), « Réplique à M. Bonté au sujet de la chevelure », Bulletins de la Société d’Ant (...)

Quant à la place à assigner aux Hottentots et aux Boschismans dans une classification des races humaines, abstraction faite de leur langue, la question est aujourd’hui assez avancée, grâce aux progrès de nos connaissances. Et, en effet, au simple point de vue du naturaliste on a l’alternative de suivre l’exemple de M. Geoffroy Saint-Hilaire et d’en constituer une race à part ou de les rattacher aux nègres. Car toutes les particularités qui paraissaient autrefois rapprocher les Hottentots des Mongols, sont aujourd’hui plus ou moins constatées sur des tribus nègres. Par exemple, si tous les Boschismans, ainsi que nous l’apprend Livingstone, ne sont pas jaunes, tous les nègres, tant s’en faut, ne sont pas noirs. De plus, l’élargissement des pommettes, d’où résulte un visage pyramidal ou une face à losange, se rencontre également sur quelques nègres. Il en est de même de presque tous les autres caractères ostéologiques, signalés trop précipitamment comme particuliers aux Hottentots, et de l’insertion de leurs cheveux en touffes. Quant à la taille, des tribus entières de nègres se distinguent par leur petitesse. Enfin jusqu’à la particularité la plus étrange, savoir la stéatopygie, elle est également l’apanage de quelques négresses, etc. L’a-t-on jamais rencontré [sic] parmi les peuplades mongoles ?313.

Crâne de Sarah Bartmann
Vues de profil et de face. Lithographies de Formant extraites de Quatrefages & Hamy, Crania ethnica (Atlas de 1882). © Bibliothèque centrale, MNHN.

Crânes hottentot et cafre
Vues de profil et de face. Lithographie de Formant extraite de Quatrefages278 & Hamy, Crania ethnica (Atlas de 1882). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 314 Pruner-Bey (Franz), « Mémoire sur les Nègres », Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. (...)

114Il n’en résulta, bien sûr, ni réhabilitation ni complaisance. Dans un autre texte contemporain, Pruner-Bey, sans pousser plus que nécessaire les homologies, parlait même de la physionomie de nos « frères d’Afrique » comme d’une « œuvre non achevée » et le prognathisme lui parut traduire « un mouvement de retour vers l’animalité ». Cette locution est pourtant rare dans ses écrits des années 1860. Monogéniste et contradicteur de Darwin, il préférait l’ontogenèse, « la grande courbe du développement humain » avec ses stades embryonnaires obligés et ses hétérochronies, à la phylogenèse qui nous donnerait le gorille pour aïeul. Il rapprocha donc l’anatomie du « Nègre » adulte (le nez déprimé, la direction verticale des os iliaques, les proportions et les sillons de l’encéphale, etc.) de phénomènes transitoires retrouvés chez le fœtus ou l’enfant de « race aryenne », et se montra fort réservé sur le chapitre du raccourcissement et de l’opposition du gros orteil prêtés aux Hottentots « comme un caractère constant et rapprochant ces peuples du singe »314.

TRAITS D’ENFANCE ET LOIS DE CROISSANCE

  • 315 Cela n’est pas antinomique avec sa tentative de refonte de la classification humaine. Le temps fini (...)
  • 316 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Études anthropologiques. Leçons faites à la faculté des Sciences, (...)

115Fait notoire, un seul auteur tardif alla à l’encontre des assertions communes. Pour le monogéniste Armand de Quatrefages, professeur d’anthropologie au Muséum de 1855 à 1892, les « traits d’animalité » dont se chargeait depuis Cuvier toute description du type physique Hottentot n’exprimaient qu’une moindre différenciation dans l’ordre d’apparition des caractères embryonnaires. Il s’agissait dans un cas de légers arrêts de développement (la faiblesse de la taille, la grossièreté des circonvolutions cérébrales), dans l’autre d’une accélération de croissance. Par exemple, le prognathisme si prononcé de la Vénus hottentote n’impliquait rien d’atavique, rien de simiesque. En l’occurrence, il dépendait uniquement du prolongement hors du commun, par surcroît de nutrition pourrait-on dire, de la forme habituelle des maxillaires. Il répondait, comme le voulait Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, d’une « variabilité circonscrite dans les limites du possible et du vrai », induite par le milieu mais restreinte à l’espèce. Prédécesseur de Quatrefages dans la doctrine du « Règne humain », laquelle accentuait l’insularité de l’homme en le préservant de toute promiscuité avec les animaux, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire faisait peser sur les seules « inégalités de développement » la disparité des races315. L’excès d’évolution, la « différence du plus au moins », rendait raison des organes les plus exceptionnels comme le « tablier des Hottentotes », simple exagération des nymphes, ou les excroissances graisseuses de la région fessière mieux connues chez quelques variétés de mouton316.

116Sous le même chef de conformité, où l’on retrouve la marque de l’école d’anatomie « transcendante » du Muséum, illustrée par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Étienne Serres dès le tournant des années 1820, Franz Pruner-Bey avait repris l’étude comparative des bassins dans les grands types humains en 1864. Sans nier les « tendances vers l’animalité » révélées par l’état rudimentaire de la conformation des épines iliaques, l’échancrure insolite de telle ou telle partie, l’allongement presque « viril » de l’ensemble du pelvis chez les femmes noires, Pruner-Bey se refusa à la lecture banalisée des émules de Cuvier. Loin d’établir un trait d’union entre l’homme et le singe, tous ces caractères trouvaient une explication embryologique, en référence au modèle achevé du développement du « type parfait » de l’humanité, entendons ici le type « aryen » :

  • 317 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., p. 923.

Ni la direction verticale des îles, ni l’inversion des diamètres du détroit supérieur, etc., ne constituent à mes yeux des traits d’animalité. Car l’histoire du développement nous apprend que ces deux caractères sont inhérents au fœtus humain ; et qui plus est, le diamètre antéro-postérieur surpasse le transverse chez les enfants ariens et non ariens, sauf peu d’exceptions, presqu’au-delà de la septième année. Ainsi, nous pouvons considérer dans le bassin de l’homme adulte ces particularités anatomiques comme le résultat d’un accroissement en sens unilatéral317.

  • 318 Ibid., pp. 921-922.

117Il en était de cette conformation comme de l’affaissement du nez, du menton fuyant, de la persistance de certaines sutures, trop vite rapportés aux degrés inférieurs de l’échelle des êtres318.

  • 319 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante. Principes d’embryogénie, de zoog (...)

118À l’instar de Serres ou d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Pruner-Bey s’inquiétait de ces comparaisons terme à terme avec l’anthropoïde. Elles étaient inutiles et humiliantes pour le « propre de l’homme » et finiraient par donner crédit au transformisme de Lamarck. Dans l’immédiat, tous ces auteurs, dont Quatrefages, dénonçaient les préceptes intangibles de la zoologie de Cuvier. Cette dernière tirait toutes ses ressources du rapport statique structure/fonction. Le même vice de procédure portait Virey, repoussoir toujours cité, à « soupçonner une certaine fraternité entre les hottentots et les babouins »319. L’erreur était grave, massive. Sur le plan scientifique, elle consacrait la préformation fatale des races et menait au polygénisme. Sur le plan moral, elle justifiait, par l’infériorité éternelle prétendue des Noirs, les pratiques iniques de l’esclavage. Or la doctrine toute contraire de l’épigenèse soulignait les aspects dynamiques, processuels, engagés dans la formation des types humains. On pouvait tenir l’« anthropogénie » pour une série d’étapes « normales » reparcourues ou retracées en abrégé par l’embryon humain. Dans les limites strictes de l’espèce, la séparation des races s’établissait, sous le contrôle des facteurs d’environnement, par la divergence dans la marche progressive du développement avec ses retards ou ses arrêts prématurés, ses sauts qualitatifs et ses entrecroisements. Tributaire de l’unité de plan d’organisation des vertébrés, l’analogie superficielle qui, par une modification fortuite, rapprocherait un organe ou un appareil de son pendant chez l’animal n’indiquait donc ni concordance ni « signification sériale » :

  • 320 Pruner-Bey (Franz), « Discussion sur les proportions des membres », Bulletins de la Société d’Anthr (...)

Je veux en choisir l’exemple le plus séduisant pour le sujet en question, savoir : le nez osseux du Hottentot. Et, en effet, je ne connais guère de nez humain dont les os nasaux proprement dits soient plus ressemblants à ceux du singe. Mais cette concession faite, est-ce un nez de singe que celui du Hottentot ? Beaucoup s’en faut ; car toutes les autres particularités dans la conformation de son nez osseux répugnent à cette comparaison, comme par exemple, la largeur de la racine nasale en haut, de même qu’en bas la présence de l’épine et le bord bien tracé de l’ouverture nasale. Cet exemple, comme tant d’autres, nous démontre que partout où nous rencontrons chez l’homme, sur une partie quelconque, de ces traits qui pourraient nous engager à y voir l’expression d’une relation d’affiliation, la protestation irrécusable se trouve à côté320.

  • 321 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 183.
  • 322 Pruner-Bey (Franz), « Discussion sur les proportions des membres », op. cit., p. 624.

119Le ratio des longueurs respectives des membres supérieurs et inférieurs suscitait le même démenti de Pruner-Bey. Bien avant les savants calculs de Paul Broca, Henri de Blainville estimait qu’en dépit d’une « taille fort petite », Sarah Baartman offrait des proportions « assez semblables » à celles admises pour la race blanche dite « circassienne », « les bras seulement un peu plus courts »321. Ici, le Bochiman prenait, une fois n’est pas coutume, l’avantage au détriment de la race aryenne. Dans ce cas, « l’Européen serait-il, par la plus grande longueur de ses bras, plus singe que le Boshiman ? », demandait malicieusement le médecin bavarois. Cette réduction par l’absurde avait pourtant ses limites. Selon Pruner-Bey, la race bochimane présentait sous ce rapport un « trait d’enfance », la race aryenne, le « résultat d’un développement complet ». La normativité du propos, assez illogique, ne masquait pas totalement la philosophie de l’entreprise qui aboutira, avec Quatrefages, au rétablissement plein et entier des Bochimans dans leurs droits humains et leurs capacités. N’est-il pas plus naturel, questionnait Pruner-Bey, « de se demander avant tout si ces différences ne sont pas inhérentes aux divers degrés du développement physique de l’homme en général ou d’une race quelconque, prise pour étalon, en particulier »322 ?

  • 323 Cf. par exemple, Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Impri (...)
  • 324 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Études anthropologiques, op. cit., p. 40.
  • 325 Quatrefages (Armand de), L’espèce humaine, op. cit., p. 290.
  • 326 Ibid., pp. 279, 261.

120Le style argumentaire de ses prédécesseurs, ou de ses contemporains, ainsi mis à plat, me dispensera de reparcourir les contributions — ou les redites — d’Armand de Quatrefages dans ces questions d’interprétation. Quatrefages se réclame de l’école embryologique et rend souvent un hommage appuyé à la dialectique de Pruner-Bey323. Il retient aussi d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire que les inégalités de développement, vecteurs de variations trop méconnus, touchent différentiellement les organes324, de telle sorte qu’on ne puisse jamais confondre la morphologie d’ensemble d’une race avec une phase définie de l’ontogenèse humaine, du fœtus à l’âge adulte325. Persuadé que l’histoire de l’embryon et de l’enfant, avec ses alternances d’« arrêts » ou d’« excès » d’évolution, jouerait de plus en plus un « rôle considérable dans la caractérisation des races humaines », Quatrefages élabora une synthèse ambitieuse pour contrecarrer la « théorie simienne »326. Elle mériterait ici plus qu’une simple mention. Mais son fondement est clairement posé et ne subira guère d’infléchissements dans ses œuvres tardives.

  • 327 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines. Introduction à l’étude des races hum (...)

121Pour Quatrefages, les perturbations engendrées par la persistance de traits transitoires dans le développement régulier de l’individu sont abusivement regardées par les transformistes comme des cas d’atavisme partiel, des « signes d’animalité » par lesquels les races qualifiées d’« inférieures » rétrograderaient dans l’échelle du vivant. Or le singe n’y a nulle part. L’« influence ancestrale », trop vite alléguée, se résorbe dans les cadres d’une « embryogénie » des races. De plus, ces soi-disant « vestiges » n’entraînent a priori ni « supériorité » ni « infériorité » de qui les conserve : « Ainsi l’angle pariétal que j’ai fait connaître est toujours négatif chez le fœtus et chez le jeune enfant. En général, chez les adultes, il est positif dans toutes les races. Mais il est resté négatif chez notre grand Cuvier, dont la tête présentait ainsi un caractère fœtal ou infantile très accusé »327. Retour à l’envoyeur…

122Ces déviations minimes avaient-elles une incidence fonctionnelle lorsqu’elles portaient sur l’organe par excellence de l’intelligence ? La question, bien sûr, est des plus délicates. Quatrefages reconnaissait d’ailleurs, sans la mettre sous le boisseau, que

  • 328 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 328. À titre simp (...)

parmi tous les cerveaux sains étudiés jusqu’ici, […], celui de Cuvier, est à la fois le plus volumineux, ou au moins le plus lourd, et le plus accidenté superficiellement. À l’autre extrémité de l’échelle, on trouve le cerveau de la Vénus hottentote, dont malheureusement on ignore le poids, mais qui est très-petit et qui présente les circonvolutions les plus simples qu’on ait constatées sur un cerveau de femme ou d’homme intelligent328.

Le goniomètre pariétal de Quatrefages
Créé en 1858, cet instrument permet de mesurer l’angle pariétal formé par deux lignes tangentes aux points les plus saillants des arcades zygomatiques et aux sutures correspondantes de l’os frontal avec les pariétaux. Gravure de Badoureau extraite de Paul Broca, Instructions générales pour les recherches anthropologiques… (1879).

Armand de Quatrefages Photographie extraite du tome IV des Nouvelles Archives du Muséum (1902). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 329 Quatrefages (Armand de), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860, pp. 429-430.

123L’embarras du professeur s’avérait d’autant plus sensible que par ses convictions propres, qui sont aussi celles de l’École du Muséum, de Serres ou Geoffroy Saint-Hilaire, la progression des races du simple au complexe, de l’esquisse jusqu’à la perfection, menait à l’évidence du siècle : « qu’il y a des races supérieures et des races inférieures » et des « inégalités considérables d’aptitude et de perfectibilité » parmi les hommes. En 1860, Quatrefages considérait encore « le nègre adulte comme un être dont l’intelligence est restée, par une sorte d’arrêt de développement, au point où nous l’observons chez les adolescents de race blanche »329. Dans des textes antérieurs des années 1840, il eût plus encore tranché pour la « monstruosité intellectuelle » !

  • 330 Cf. Fischer (Jean-Louis), L’œuvre scientifique de Camille Dareste. 1822-1899. Tératologie, transfor (...)
  • 331 Dareste (Camille), « Sur les rapports de la masse encéphalique avec le développement de l’intellige (...)
  • 332 Ibid., p. 30.
  • 333 Ibid., p. 39.
  • 334 Ibid., pp. 40, 43.

124À peu d’années de là, son revirement est manifeste. Désormais, Quatrefages dissociera nettement le poids et l’étendue de la surface corticale des manifestations escomptées de l’intellect humain. Trop d’inconnues s’opposent au jugement d’aptitude. Pruner-Bey, par exemple, suggérait que sous un même volume deux cerveaux pouvaient différer en « densité ». De même, on savait que le poids du cerveau varie proportionnellement à la hauteur du corps, au sexe, etc. Enfin, Quatrefages reprit à son compte des travaux comparatifs du tératologue Camille Dareste (1822-1899) démontrant que la richesse des circonvolutions avait, contre toute attente, peu d’importance au double point de vue zoologique et physiologique. Au début des années 1850, Dareste avait noté que parmi les espèces de mammifères appartenant à un même groupe naturel, la complication du cortex suivait le développement de la taille. Les petites espèces gardaient le cerveau à peu près lisse, les grandes espèces offraient une surface « sillonnée par des anfractuosités nombreuses et profondes »330. Leurs actes étant peu ou prou analogues, les virtualités étaient égales. De cette « coexistence », Dareste ne devina pas la cause. Il lui parut simplement que la taille seule déterminait la différence du plissement cortical. Dareste laissa son étude inachevée jusqu’en 1862, quand l’aliéniste Jules Baillarger lui en donna la raison géométrique : quand le cerveau augmente de taille, la couche enveloppante de l’écorce se plisse de plus en plus pour conserver une étendue proportionnelle à la masse totale. Quand il se réduit, les circonvolutions doivent diminuer de nombre et perdre en sinuosités. Or, cette harmonie est instable et bien vite déséquilibrée. Dans deux corps semblables, en effet, les volumes équivalent aux « cubes de leurs diamètres », tandis que leurs surfaces sont entre elles seulement « comme les carrés de ces diamètres ». « Il en résulte que les surfaces ne croissent pas aussi rapidement que les volumes »331. La disposition des circonvolutions accompagne, dans les grandes espèces, le gain de volume du cerveau. Cette corrélation posée, remarquait Dareste, si le plissement du cortex compense incomplètement la diminution de son étendue et que, comme il est supposé, la substance grise est bien le siège des facultés intellectuelles, « les grands cerveaux seraient, à ce point de vue, beaucoup moins bien doués que les petits »332. La variabilité typique des encéphales ne pouvait donc être estimée dans l’abstrait. Par rapport au poids total du corps, les petites espèces offraient « une masse cérébrale plus petite absolument, mais plus grande relativement que les grandes espèces »333. Elles conservaient, en sorte, durant leur vie entière, des conditions organiques propitiatoires que les grandes espèces perdent avec leur jeunesse334.

  • 335 Ibid., pp. 41-43.

125Bon élève d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, dont il suivit les cours au Muséum et qui faisait ressortir selon lui le contraste entre la force musculaire des grandes espèces et le volume plus grand, toutes choses égales par ailleurs, de la région crânienne des petites335, Dareste s’attira les foudres de Gratiolet, le savant qui avait discipliné le cerveau. Ce dernier faisait de la division des hémisphères et de la quantité des plis la marque de l’ascension organique. Il gagna, en revanche, l’estime de Quatrefages qui appliqua le raisonnement de Dareste et Baillarger au cas singulier de Sarah Baartman. Quatrefages rompait abruptement le sortilège entourant depuis Cuvier la race si décriée des hommes des buissons :

La reine de Pount Illustration publiée par Félix Regnault dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (1913).

  • 336 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., pp. 328-329.

En se rappelant ce que la méthode des pesées nous a appris sur le rapport qui existe entre la taille et le volume du cerveau, on admettra facilement que, dans les races de petite taille, les circonvolutions doivent être plus simples et plus rares que dans les races à taille élevée. La rareté, la simplicité des plis cérébraux de la Vénus hottentote ne seront plus un signe d’idiotie, comme quelques anatomistes l’ont avancé. En fait, cette femme n’était nullement idiote. Peut-être, si la comparaison pouvait se faire rigoureusement, trouverait-on que la surface représentée par ses circonvolutions est égale proportionnellement sinon à la surface exceptionnelle du cerveau de Cuvier, du moins à celle de la moyenne des cerveaux blancs. Si tel était le cas, on ne pourrait pas même voir dans les formes extérieures de ce cerveau le caractère d’infériorité qu’admettait Gratiolet336.

  • 337 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », Revue des cours scientifiqu (...)
  • 338 Quatrefages (Armand de), Les Pygmées, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1887, p. 289 ; Histoire génér (...)

126À l’heure des plus cruelles déclarations transformistes qui ravalaient les Bochimans ineptes au stade de l’homme-singe, la Vénus se trouvait rédimée. Quatrefages n’abandonnait pas le registre des explications fœtales. La race houzouana, ethnonyme de Levaillant qu’il utilisa longtemps dans son enseignement, conservait bien des « circonvolutions cérébrales peu développées, un bassin faible »337. Mais ses stigmates, sa « laideur » et ses « difformités » emblématiques, perdaient d’importance lorsqu’on constatait, cette fois en positif, qu’elle se rattachait à l’une des plus nobles et des plus vieilles races conquérantes de l’Afrique. En 1867, chacun constata, dira-t-il, l’existence d’une « extrême ressemblance » entre la reine du « pays de Pount », figurée par Auguste Mariette dans les peintures égyptiennes destinées à l’Exposition universelle de Paris, et le moulage de Sarah Baartman. Dans ce cas, la grande migration continentale des Pygmées du Cap depuis l’Abyssinie ou la Nubie ne laissait aucun doute. À sa manière, la Vénus hottentote était une reine de Saba338.

AU BERCEAU DE L’HUMANITÉ

  • 339 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 270-271.
  • 340 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 313.
  • 341 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., p. 136.
  • 342 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 815.
  • 343 Cf. Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., p. 504.
  • 344 Darwin (Charles), L’Origine des espèces, op. cit., p. 545.

127Mais il y a plus. Cuvier notait sur le visage de Sarah Baartman comme sur sa tête osseuse une « combinaison frappante des traits du nègre et de ceux du Calmouque »339. Pareil appariement, ajouté à un teint de cuir jaune, « bouguiné » eût dit Desmoulins340, faisait des « Hottentots » un type franchement excentrique, déviant, qu’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire dénommait, d’un terme repris du philosophe Francis Bacon, « monadaire »341. Effectivement, le groupe archaïque des Pygmées méridionaux ne confessait aucune parenté directe avec les Noirs éthiopiens. C’était une nation réellement préhistorique, distincte, dorénavant assiégée et déclinante. Non pas des « Hottentots chinois » selon la fable vivace, mais une race « curieuse », « aberrante » dont il convenait de « peser » les particularités, d’en comprendre le sens et l’assemblage insolite. L’énigme restait entière : « plus on la connaît, plus elle embarrasse les anthropologistes »342. Les Houzouanas n’étant ni asiatiques ni africains, ils représentaient l’un de ces peuples-îles d’origine inconnue, dont on savait peu de choses sinon qu’ils différaient nettement des races environnantes343. En 1859 d’ailleurs, Darwin appelait « fossiles vivants » les espèces qualifiées d’aberrantes et présumait qu’elles « nous aideront à reconstituer l’image des anciennes formes de la vie »344. La race sans attaches des habitants d’Afrique australe s’y trouvait confondue.

  • 345 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257 ; Les Pygmées(...)
  • 346 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257 ; Histoire gé (...)
  • 347 Quatrefages (Armand de), Les Pygmées, op. cit., p. 290.

128Leur provenance n’intéressait guère Quatrefages. Il fallait seulement les regarder, avec Pruner-Bey, comme l’une des plus anciennes qui eût occupé la contrée entière345. À ce titre, cette alliance de caractères incongrus acquérait pour Quatrefages une dimension proprement généalogique. La race houzouana présentait, « juxtaposés et non fondus », des traits « empruntés comme de toutes pièces aux races les mieux accusées ». De là son rôle prépondérant, incommensurable. Selon le mot des zoologistes, elle réalisait un « type de transition », une forme mitoyenne, « prophétique » dirait Louis Agassiz (1807-1873), permettant de relier les races les plus lointaines aux dernières venues346. La mixité des caractères ou leur mosaïque nous ramenait par la pensée à une antiquité reculée, contemporaine de « notre époque paléolithique »347. La langue même des Hottentots gardait des intonations ancestrales :

  • 348 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 816.

On y retrouve la phonologie rudimentaire, des bruits inarticulés, des sons gutturaux très rudes, très-peu de voyelles et de consonnes ; les racines sont toutes monosyllabiques, des accents modifient la valeur des mots ; enfin la grammaire, à certains égards, rappelle celle des Égyptiens et des Coptes, comme celle des Polynésiens et des Américains ; on y retrouve un rudiment de flexion dans les verbes, bien que le caractère fondamental soit l’agglutination. […] En somme, leur langage est imparfait, mais présente en germes presque tous les traits caractéristiques des trois grands groupes de langues de l’ancien monde, comme leur corps petit et leur tête laide résument presque tous les caractères physiques348.

  • 349 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. II, Classification des races hum (...)
  • 350 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. I, Questions générales, op. cit. (...)
  • 351 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 254.
  • 352 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 816.

129Nul hasard, donc, si l’on rencontrait dans les montagnes d’Abyssinie des tribus dont les idiomes rappelaient « d’assez près les kliks si caractéristiques des langues hottentotes »349. Farouche adversaire du darwinisme et surtout des émules de Darwin, Quatrefages se gardait bien d’assimiler ce type intermédiaire, type « aberrant » et, par-là, ne trouvant place dans aucune classification régulière350, au véritable homme premier, adamique. Il pensait d’ailleurs que les Houzouanas, à l’image des aborigènes d’Australie, accusaient un « état de dégradation relative, indiquant un état antérieur plus élevé »351. Mais l’approximation avait une grande portée heuristique. Dès 1865, Quatrefages comparait la race Houzouana à une « sorte de centre d’où les diverses races auraient rayonné, emportant chacune quelques-uns des traits qu’elle réunit »352.

  • 353 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. II, Classification des races hum (...)
  • 354 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257.

130Pour défendre et illustrer le monogénisme dans un contexte de sécularisation croissante des études scientifiques, l’anthropologie de Quatrefages recherche le point de jonction idéal, le terme moyen reliant à travers le temps et l’espace les « quatre points cardinaux » du monde humain. Or aucune autre race ne combine, comme le Hottentot, « les caractères les plus divers et servant à distinguer d’autres types ». Par exemple, expliquera-t-il encore en 1889, la souche immémoriale des Bochimans se ramifie en Afrique d’un côté vers le type Nègre individualisé (via les Bantous), de l’autre vers le Sémite, via certaines tribus mozambiques353. L’atavisme humain [i. e. de l’homme comparé à lui-même] amène, en outre, dans tous les peuples la réapparition erratique de traits ancestraux qui, comme le prognathisme ou le pigment cutané jaune, appartiennent en propre à la race houzouana. L’observation directe ajoute ainsi à la probabilité et, quelle qu’en soit l’issue, elle « mérite toute l’attention de l’anthropologiste par ce que présente d’exceptionnel l’ensemble de ses caractères »354.

131Comme on le voit sur cette série d’exemples contemporains, les « usages » de la Vénus hottentote s’avéraient au xixe siècle multiples et passablement contradictoires. Il y a peu de raisons de la cantonner à son sexe. L’actualité des savoirs a changé les regards qu’on portait sur les Bochimans. Avec Quatrefages, l’archaïsme fait écho au préhistorique et aux promesses mêmes de l’hominisation. La dernière des races en devient la première.

Notes

1 Gould (Stephen Jay), The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History, New York-Londres : W. W. Norton & Co, 1985, chap. 19.

2 Schiebinger (Londa), Nature’s body. Gender in the making of modern science, Boston : Beacon Press, 1993, pp. 160-172.

3 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, nelle éd., Paris : Deterville, t. XV, 1817, pp. 82-87.

4 Cf. Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., p. 164 ; Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot. Histoire du regard occidental sur les Khoisan (xve-xixe siècle), Paris : Publications de la Sorbonne, 2002, pp. 148-149.

5 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote. Sarah Bartman, Paris : Perrin, 2010, p. 48.

6 Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle », L’Anthropologie, t. XVIII, 1907, p. 263.

7 Rousseau (Louis) & Lemonnier (Céran), Promenades au Jardin des plantes, Paris : J.-B. Baillière, 1837, pp. 85-86.

8 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, t. III, 1817, p. 271.

9 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines considérées sous les rapports anatomique et philosophique, Paris : Just Rouvier & E. Le Bouvier, 1836, p. 86.

10 Topinard (Paul), L’Anthropologie, 2e éd., Paris : C. Reinwald & Cie, 1877, p. 509.

11 Topinard (Paul), « Documents anthropologiques. “Femme de race Böshimane” par Georges Cuvier », Revue d’Anthropologie, 3e série, t. IV, 1889, p. 241.

12 Lester (Paul), « L’Anthropologie et la paléontologie humaine », in Daumas (Maurice) (sous la dir.), Histoire de la science, Paris : Gallimard, 1963, p. 1367. Signalons, pour sa décharge, que Paul Lester, fondateur de la Société des africanistes, secrétaire général de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris et successeur de Paul Rivet à la direction du Musée de l’Homme, est mort en 1948.

13 Topinard (Paul), « Documents anthropologiques », op. cit., p. 241.

14 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines du Nord-Est de l’Europe, de l’Asie boréale et orientale, et de l’Afrique australe, Paris : Méquignon-Marvis, 1826, pp. 310-311, note 1.

15 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », in Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) (sous la dir.), Dictionnaire classique d’histoire naturelle, Paris : Rey & Gravier, Baudoin Frères, t. VIII, 1825, p. 325.

16 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives, Paris : J.-B. Baillière, 1857, p. 40.

17 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, Guildford-Chantilly : Tessier et Ashpool Ltd, 1996, p. 200 [rééd., de l’art. « Anthropologie », Encyclopédie d’histoire naturelle ou Traité complet de cette science, Paris : Marescq & cie, t. 22, 1860] ; Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 74.

18 Cf. Bulletin de la Société ethnologique, t. 2, 1847, p. 193.

19 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 85 ; Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

20 Je reprends le mot de l’article de Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie de la côte occidentale d’Afrique. Les Boschimans », Revue d’anthropologie, t. I, 1872, p. 452.

21 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 263, 264, 271.

22 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, nelle éd., Paris : Crochard, 1824, t. 2, p. 171 ; Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 325.

23 Cf. Blanckaert (Claude), « “Les vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la craniométrie (1765-1875) », Revue de Synthèse, 4e série, no 3-4, 1987, pp. 433 et suiv.

24 Cloquet (Jules), Anatomie de l’homme, ou description et figures lithographiées de toutes les parties du corps humain, t. I., Paris : imp. de C. de Lasteyrie, 1821, p. 97 et planche XXVIII.

25 Barsanti (Giulio), « L’orang-outan déclassé (Pongo Wurmbii Tied.). Histoire du premier singe à hauteur d’homme (1780-1801) et ébauche d’une théorie de la circularité des sources », in Blanckaert (Claude), Ducros (Albert) & Hublin (Jean-Jacques) (sous la dir.), Histoire de l’Anthropologie : hommes, idées, moments, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nlle série, t. I, no 3-4, 1989, pp. 67-104.

26 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., t. 3, p. 476.

27 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 268.

28 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines. Essai anthropologique, Paris : J.-B. Baillière & Fils, 1858, p. 115.

29 Esquiros (Alphonse), « Du mouvement des races humaines. Cours de M. Serres », Revue des deux Mondes, t. X, livraison du 1er avril 1845, pp. 161 et suiv.

30 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques aux voyageurs sur les Boschimans », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IV, 1881, p. 432.

31 Gamble (Clive), « Uttermost ends of the earth », Antiquity, vol. 66, 1992, p. 710.

32 Maury(Alfred), La Terre et l’homme ou aperçu historique de géologie, de géographie et d’ethnologie générales pour servir d’introduction à l’histoire universelle, Paris : L. Hachette & Cie, 1857, p. 411.

33 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263 ; Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 362-363.

34 Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind : Or, Ethnological Researches, based upon Ancient Monuments, Paintings, Sculptures and Crania of Races, and upon their Natural, Geographical, Philological and Biblical History, 6e éd., Philadelphie-Londres : Lippincott, Grambo & Co-Trübner & Co, 1854, pp. 182-183 et 431.

35 Flammarion (Camille), Le Monde avant la création de l’homme. Origines de la terre, origines de la vie. Origines de l’humanité, Paris : C. Marpon & E. Flammarion, 1886, pp. 730-731 et 762.

36 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, ou Recherches sur ses principaux Fondemens physiques et moraux ; précédées d’un Discours sur la nature des êtres organiques et sur l’ensemble de leur physiologie. On y a joint une Dissertation sur le sauvage de l’Aveyron, Paris : impr. de F. Dufart, an ix, t. 1, p. 150.

37 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., p. 76.

38 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit.

39 Selon le titre initial de la thèse de Doctorat de F.-X. Fauvelle, soutenue en 1999 : Le Hottentot, ou l’Homme-limite. Généalogie de la représentation des Khoisan en Occident xve-xixe siècle.

40 Buffon (Georges Louis Leclerc de), « Nomenclature des singes » (1766), in Histoire naturelle générale et particulière, [éd. par Sonnini Charles-Nicolas-Sigisbert], Paris : Dufart, t. XXXV, an IX, p. 41.

41 Cette remarque est tirée des annotations de Michèle Duchet à la réédition du traité De l’Homme de Buffon (Paris : L’Harmattan, 2006, p. 349, note 154).

42 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263.

43 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXVII, 1916, pp. 177-179.

44 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, Paris : J.-C. Lattès, 2000, p. 157.

45 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., pp. 47-48.

46 Ibid., p. 128 ; Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., p. 172.

47 Gaudry (Albert), Essai de paléontologie philosophique, Paris : Masson & Cie, 1896, p. 194.

48 Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman, the “Hottentot Venus” », History of Science, vol. 43, 2004, pp. 233-257.

49 Cf. Cohen (William B.), Français et Africains. Les Noirs dans le regard des Blancs 1530-1880 [trad. par Garnier Camille], Paris : Gallimard, 1980, pp. 331-333 ; Darmon (Pierre), « Le Noir entre l’homme et le singe », L’Histoire, no 23, 1980, pp. 102-104 ; Mucchielli (Laurent), « Autour des “Instructions sur les Boschimans” d’Henri Thulié. Méthodes, enjeux et conflits de l’anthropologie française à la fin du xixe siècle », in Blanckaert (Claude) (sous la dir.), Le Terrain des Sciences humaines. Instructions et Enquêtes (xviiie-xxe siècle), Paris : L’Harmattan, 1996, pp. 201-242.

50 Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 90.

51 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 174.

52 Auroux (Sylvain), « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de rétrospection », in Schmitter (Peter) (sous la dir.), Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik, Tübingen : Gunter Narr, 1987, pp. 20-42.

53 Cités dans Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 150.

54 Schiebinger (Londa), Nature’s body, op. cit., pp. 6 et 160.

55 Kuhn (Thomas S.), La structure des révolutions scientifiques (1970), Paris : Flammarion, 1972, chap. I-III.

56 Leguat (François), Aventures aux Mascareignes. Voyage et aventures de François Leguat et de ses compagnons en deux îles désertes des Indes orientales (1707) [éd. par Racault Jean-Michel], Paris : La Découverte, 1984, pp. 207-210.

57 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 146-152, 288-289, 300-302.

58 Janin (Jules), « Le Jardin des plantes », introduction dans Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes. Description et mœurs des mammifères de la ménagerie et du Muséum d’histoire naturelle, Paris : J.-J. Dubochet & Cie, 1842, p. XLI.

59 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 271-272.

60 Topinard (Paul), « Étude sur la taille », Revue d’Anthropologie, t. V, 1876, p. 63.

61 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 394.

62 Cf. Rochebrune (A. Trémeau de), « Étude morphologique, physiologique et ethnographique sur la femme et l’enfant dans la race Ouolove », Revue d’anthropologie, 2e série, t. IV, 1881, pp. 268-269 ; Mahoudeau (Pierre-Georges), article « Stéatopygie », in Bertillon (Adolphe), Coudereau (Charles-Auguste), Hovelacque (Abel), Issaurat (Cyprien), Lefèvre (André), Letourneau (Charles), Mortillet (Gabriel de), Thulié (Henri) & Véron (Eugène) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris : Doin, Marpon & Flammarion, s. d. [1889], p. 1023.

63 Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman », op. cit., p. 251.

64 Godron (Dominique A.), De l’espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l’unité de l’espèce humaine (1859), 2e éd., Paris : J. B. Baillière & Fils, 1872, t. II, p. 205. Cf. Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855) », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, pp. 105-106 (Archives ; 3).

65 Regnault (Félix), « La spondylolisthésis de la Vénus hottentote », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 6e série, t. V, 1914, pp. 233-235.

66 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., p. 328.

67 Flourens (Pierre), « Éloge historique de G. Cuvier » (1834), in Recueil des Éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des sciences, 1ère série, Paris : Garnier Frères, 1856, p. 108.

68 Levaillant (François), Voyage de Monsieur Levaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne-Espérance dans les années 1780, 81, 82, 83, 84 et 85, La Haye : Libraires associés, 1791, t. II, p. 251.

69 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 259.

70 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes » (1805), Bulletin de la Société zoologique de France, t. VIII, 1883, p. 21. Illustré par Charles Alexandre Lesueur (1778-1846), recruté comme aide-artilleur de l’expédition Baudin et devenu naturaliste officiel à la mort du zoologiste René Maugé en 1802, ce texte est toujours attribué à François Péron et d’ailleurs rédigé à la première personne. Nous le considérons comme tel. Cependant, en réponse à des critiques suivant sa première lecture à l’Institut, Péron parlera d’un « mémoire qui m’est commun avec mon estimable ami, M. Lesueur », sans qu’on puisse deviner la part prise par le dessinateur dans la rédaction du manuscrit. Voir « Réponse de M. Péron, naturaliste de l’expédition de découvertes aux Terres Australes, aux observations critiques de M. Dumont, sur le tablier des femmes hottentotes », Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts, t. LXI, an XIII, p. 210 et 217.

71 Ainsi caractérisée avant même son départ dans un mémoire adressé aux professeurs de l’École de médecine : Péron (François), « Observations sur l’Anthropologie, ou l’histoire naturelle de l’homme, la nécessité de s’occuper de l’avancement de cette science, et l’importance de l’admission sur la flotte du capitaine Baudin d’un ou de plusieurs naturalistes, spécialement chargés des recherches à faire sur cet objet », réimp., Revue Anthropologique, t. XXIII, 1913, p. 13.

72 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., pp. 32, 30.

73 Cité in Duchet (Michèle), Essais d’anthropologie : espaces, langues, histoire, Paris : Presses universitaires de France, 2005, p. 38.

74 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 266.

75 Par exemple, Mahoudeau (Pierre-Georges), article « Tablier des Bochimanes », in Bertillon (Adolphe), Coudereau (Charles-Auguste), Hovelacque (Abel), Issaurat (Cyprien), Lefèvre (André), Letourneau (Charles), Mortillet (Gabriel de), Thulié (Henri) & Véron (Eugène) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris : Doin, Marpon & Flammarion, s. d. [1889], p. 1033.

76 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 152, 300-301.

77 Barrow (John), An Account of Travels into the interior of Southern Africa in the years 1797 and 1798, New York : G. F. Hopkins, 1802, pp. 262-263 ; Travels into the interior of Southern Africa. In which are described the character and the condition of the Dutch colonists of the Cape of Good Hope, and of the several tribes of natives beyond its limits, Londres : T. Cadell & W. Davies, 1806, vol. 1, p. 235.

78 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie et le tablier des femmes boschimanes », Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 8, 1883, pp. 58-59 ; Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 333-334 ; Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman », op. cit., pp. 244-245.

79 Lawrence (William), Lectures on Physiology, Zoology, and the Natural History of Man, delivered at the Royal College of Surgeons, Londres : J. Callow, 1819, pp. 420-425.

80 Buffon (Georges Louis Leclerc de), De l’homme, op. cit., pp. 349-351.

81 Péron (François), Voyage de découverte aux terres australes exécuté par les corvettes Le Géographe, le Naturaliste et la Goëlette Le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803, 1804. Historique, t. II [continué par Louis Freycinet], Paris : Imprimerie royale, 1816, pp. 304-305.

82 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

83 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 273.

84 Cf. Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind (1813), 3e éd., Londres : Sherwood, Gilbert and Piper, & J. et A. Arch, vol. II, 1837, pp. 326-330.

85 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., pp. 86-87.

86 Virey (Julien-Joseph), De la femme, sous ses rapports physiologique, moral et littéraire, 2e éd., Paris : Crochard, 1825, pp. 31-32.

87 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., pp. 326-327.

88 Celle de Virey fut antérieurement proposée par André Sparrmann, compagnon de James Cook (cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 53).

89 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, op. cit., p. 200.

90 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines observées de 1842 à 1862, dans les diverses campagnes de l’armée française », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. III, 1862, p. 560.

91 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 62.

92 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., p. 17 ; Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 384 et 387-388 ; Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 35, 64.

93 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., p. 33.

94 Cf. Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., p. 263 : « Ces nymphes débordantes, affaissées et pendantes, paraîtraient au premier regard appartenir à l’autre sexe ».

95 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, fait à la Faculté de médecine de Paris, t. I, Paris : Labé, 1848, pp. 401-402.

96 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes du Jardin d’Acclimatation », Revue d’Anthropologie, 3e série, t. IV, 1889, p. 195.

97 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, Paris : Adrien Delahaye & Émile Lecrosnier, 1887, pp. 303-304.

98 Flower (William H.) & Murrie (James), « Dissection d’une femme boschimane » (1867), [trad. par Pozzi Samuel], Revue d’anthropologie, t. I, 1872, pp. 462-463.

99 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité. L’homme primitif contemporain, Paris : Octave Doin, Marpon & Flammarion, 1881, p. 260.

100 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

101 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 268.

102 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., pp. 304-305.

103 Mahoudeau (Pierre-Georges), article « Tablier des Bochimanes », op. cit.

104 Gratiolet (Pierre) & Alix (P. H. Edmond), « Recherches sur l’anatomie du Troglodytes Aubryi chimpanzé d’une espèce nouvelle », Nouvelles archives du Muséum d’histoire naturelle de Paris, t. II, 1866, pp. 246-247.

105 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 67, 71-74.

106 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 265.

107 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 306.

108 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 49-50 ; Leguat (François), Aventures aux Mascareignes, op. cit., p. 209.

109 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 269.

110 Lawrence (William), Lectures on Physiology…, op. cit., p. 427 ; Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 375 ; Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 383 ; Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., pp. 42-43, 45.

111 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 326.

112 Rochebrune (Alphonse Trémeau de), « Étude morphologique, physiologique… », op. cit., pp. 267-270.

113 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., pp. 196, 198.

114 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., pp. 375-376.

115 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. 1, p. 242.

116 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 196 ; cf. Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., pp. 307-308.

117 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 230.

118 Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, ou Philosophie ethnographique, Paris : Benjamin Duprat, Pagnerre, 1849, p. 244.

119 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., p. 30.

120 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559 ; Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 229.

121 L’expression est reprise ici de la description d’Henri de Blainville pour qualifier la forme des fesses qui, au lieu de naître en courbe de la fin du dos, « se portent de suite horizontalement » pour se relever à leur sommet. Cf. Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences par la Société philomatique, 1816, p. 188 ; Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 42.

122 Deniker (Joseph), « Les Hottentots au Jardin d’Acclimatation », Revue d’anthropologie, 3e série, t. IV, 1889, p. 15.

123 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, op. cit., 1837, vol. 2, p. 278.

124 Cf. Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, op. cit., p. 244 ; Hollard (Henry), De l’homme et des races humaines, Paris : Labé, 1853, p. 176.

125 Figuier (Louis), Les races humaines, 4e éd., Paris : L. Hachette & Cie, 1880, p. 548.

126 Salles (Eusèbe de), Histoire générale des races humaines, op. cit., pp. 244-245.

127 Lawrence (William), Lectures on Physiology…, op. cit., pp. 427-428.

128 Cf. Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 40.

129 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, op. cit., 1837, vol. 2, p. 278. Prichard cite à cette occasion l’ouvrage de William Burchell, Travels in the Interior of Southern Africa (1822), lequel contestait d’ailleurs que « cette stéatopygie, comme on pourrait l’appeler » fût particulière à une ou plusieurs tribus africaines comme le laisserait penser le cas bien connu de Sarah Baartman.

130 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., p. 83.

131 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 311-312.

132 Virey (Julien-Joseph), article « Homme », op. cit., p. 84.

133 Cf. Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, op. cit., p. 140.

134 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 306.

135 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 384 ; Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 308 ; Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 196.

136 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IX, 1886, pp. 540-541.

137 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin considéré dans les différentes races humaines », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. V, 1864, p. 915.

138 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 186.

139 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 199 ; Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 46 ; Mahoudeau (Pierre-Georges), art. « Stéatopygie », op. cit. ; Darwin (Charles), La descendance de l’homme et la sélection sexuelle [trad. par Barbier Edmond], 3e éd., Paris : C. Reinwald, 1881, p. 633.

140 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 69 ; cf. Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 308.

141 Duchet (Michèle), Essais d’anthropologie, op. cit., p. 277.

142 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 308.

143 Penel (Jean-Dominique), Homo caudatus. Les hommes à queue d’Afrique centrale : un avatar de l’imaginaire occidental, Paris : Société d’études linguistiques et anthropologiques de France, 1982, pp. 125-126.

144 « Les Hottentots, qui habitent à l’ouest du cap de Bonne-Espérance, ont généralement environ cinq pieds, l’angle facial d’à peu près soixante-quinze degrés, les cheveux en flocons laineux et implantés en demi-cercle sur le front. Parmi les Hottentots, les Boschismans ont des femmes fort remarquables par un prolongement énorme des petites lèvres, par une gibbosité graisseuse considérable sur les fesses, et par de longues mamelles en calebasse », Gerdy (Pierre-Nicolas), Physiologie médicale didactique et critique, t. I, Paris : Crochard, 1832, p. 336.

145 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines. Méthode naturelle d’ethnologie, Paris : Leiber & Comelin, 1857-1859, p. 52.

146 Ibid., p. 126.

147 Morel (Bénédict-Augustin), Traité des dégénérescences physiques, op. cit., pp. 449, 485-486, note 1.

148 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., pp. 186 et 188.

149 Cf. Blanckaert (Claude), « Le trou occipital et la “crâniotomie comparée des races humaines” (xviiie-xixe siècle) », in Hainard (Jacques) & Kaehr (Roland) (sous la dir.), Le Trou, Neuchâtel : Musée d’Ethnographie, 1990, pp. 259 et suiv.

150 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, pp. 171-172.

151 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), L’Homme (Homo). Essai zoologique sur le genre humain, 3e éd., Paris : Rey & Gravier, 1836, t. I, p. 47, note 5.

152 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 127.

153 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 269.

154 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. I, p. 249, note 1.

155 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 196.

156 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559.

157 Hovelacque (Abel) & Hervé (Georges), Précis d’Anthropologie, op. cit., p. 307.

158 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 197.

159 Vrolik (Gerardus), Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amsterdam : J. Van der Hey & fils, 1826, p. 18.

160 Ibid., p. 15.

161 Ibid., p. 17.

162 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man ; Comprising Inquiries into the Modifying Influence of Physical and Moral Agencies on the Different Tribes of the Human Family, 3e éd., Londres : Hippolyte Baillière, 1848, p. 125. Ajoutons encore que les dessins rupestres d’Afrique australe, connus depuis Barrow comme un mode d’expression des Bochimans, entretiendront durablement cette équivoque. Dans un « Rapport sur l’ethnologie de l’Asie orientale, de l’Afrique et de l’Océanie » lu au Congrès international des sciences anthropologiques de 1878, le médecin Arthur Bordier jetait cette remarque expéditive : « Comme pour confirmer tout ce que nous savons de cette race inférieure, certaines femmes, sur le sexe desquelles il n’y a d’ailleurs aucun doute à avoir, sont représentées dans une attitude semi-oblique. Si l’artiste n’a pas fait mieux, c’est évidemment par respect pour la vérité, et pour rester fidèle à son modèle ; car, dans la représentation d’un troupeau d’antilopes, il s’est élevé à un véritable sentiment artistique des formes et des attitudes » (Congrès international des sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878. Exposition universelle internationale Paris 1878, Paris : imprimerie nationale, 1880, p. 42).

163 Cf. Bulletin des sciences médicales, rédigé par le Dr Defermon, Paris, 1826, t. IX, pp. 289-292.

164 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., pp. 923-924.

165 Topinard (Paul), « Le bassin chez l’homme et les animaux », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. X, 1875, p. 506.

166 Topinard (Paul), « Discussion sur le bassin », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. VII, 1884, pp. 321-323.

167 Verneau (René), Le bassin dans les sexes et dans les races, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1875, pp. 126-129.

168 Verrier (Eugène), « Nouvelle classification du bassin suivant les races au point de vue de l’obstétrique ; conséquences qui en découlent » et « Discussion », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. VII, 1884, p. 324.

169 Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie… Les Boschimans », op. cit., p. 453.

170 Flower (William H.) & Murrie (James), « Dissection d’une femme boschimane », op. cit., pp. 459-460 ; cf. aussi Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 221.

171 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 312 et 295-296.

172 Broca (Paul), « Sur les proportions relatives du bras, de l’avant-bras et de la clavicule chez les nègres et les Européens », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. III, 1862, pp. 162-172.

173 Broca (Paul), « Sur les proportions relatives des membres supérieurs et des membres inférieurs chez les Nègres et les Européens », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. II, 1867, pp. 648-650.

174 Cf. Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 353-355.

175 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 539.

176 La stéatopygie des hommes est rappelée depuis le récit de Péron (François), Voyage de découverte aux terres australes, op. cit., t. II, pp. 308-309.

177 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 552.

178 La faiblesse du mollet des Hottentots, couramment mentionnée comme signe de dégradation (cf. Morel) ou d’animalité, appelait en 1867 cette mise au point de l’anatomiste Edmond Alix : « Des mollets peu volumineux chez un homme ne doivent pas être considérés comme un caractère simien ; car, chez l’homme, le peu de relief de cette région tiendra simplement à ce que les muscles jumeaux seront moins volumineux. Chez les singes anthropoïdes, au contraire, ces muscles sont vigoureux ; mais leur masse ne se dessine point, parce qu’elle est toute d’une venue jusqu’au talon, les fibres charnues, atteignant le calcanéum et le tendon d’Achille, étant à peine distinctes » (Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. II, 1867, p. 627).

179 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 542.

180 Ibid., p. 556.

181 Cf. Droixhe (Daniel), « Des glossements sans raison », in Droixhe (Daniel) & Gossiaux (Pol-Pierre) (sous la dir.), L’Homme des Lumières et la découverte de l’Autre, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 1985, pp. 147-159 ; Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 94 et suiv. ; Mercier-Faivre (Anne-Marie), « La danse du Hottentot : généalogie d’un désastre (ou Kolbe réécrit par l’Encyclopédie, Prévost, Diderot et ce qui s’en suivit) », in Moussa (Sarga) (sous la dir.), L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (xviiie -xixe siècles), Paris : L’Harmattan, 2003, pp. 78-80.

182 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, p. 172.

183 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., p. 266 ; Broc (Pierre-Paul), Essai sur les races humaines, op. cit., p. 90 ; Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines, op. cit., p. 114.

184 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, ou description de toutes les parties du monde, 2e éd., Paris : Volland le Jeune, t. V, 1821, p. 62.

185 Ibid., p. 63.

186 Letourneau (Charles), La psychologie ethnique, Paris : C. Reinwald & Schleicher Frères, 1901, p. 459.

187 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 556, note 1.

188 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., p. 904.

189 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye & Lecrosnier, 1885, p. 80.

190 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 555.

191 Ibid., p. 556.

192 Cf. Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., t. II, 1824, p. 17 ; Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 294 ; Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, 3e éd., op. cit., vol. 2, p. 277 ; Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., p. 183.

193 Haeckel (Ernst), Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles [trad. par Letourneau Charles], 2e éd., Paris : C. Reinwald & Cie, 1877, p. 598.

194 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 228 ; cf. Flower (William H.) & Murrie (James), « Dissection d’une femme boschimane », op. cit., pp. 461-462 ; Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 371-374 ; Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 63.

195 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, op. cit., pp. 285-287.

196 Ibid., pp. 285, 287.

197 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 264.

198 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., p. 376.

199 Ibid., pp. 379-380, 393.

200 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 68, note 1.

201 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique et particulièrement sur les types principaux du genre humain », Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860-1863, p. 137.

202 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IV, 1881, p. 437.

203 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., pp. 139-140.

204 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 508.

205 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 260.

206 Cf. Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., pp. 217-218.

207 Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 194 ; cf. Hovelacque (Abel), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. XI, 1876, p. 356.

208 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, op. cit., t. V, pp. 57 et 60.

209 L’ethnonyme francisé Bochiman est diversement orthographié par les anthropologues et voyageurs du xixe siècle. J’ai adopté dans tout ce texte la graphie actuelle du dictionnaire, en respectant néanmoins les nombreuses variantes des citations anciennes. De même, le terme « Hottentote » prend, selon les auteurs, un seul « t » ou deux, en conformité avec les premières relations latines. Ainsi, Cuvier parle en 1817 de la « Vénus Hottentotte ». Il va de soi qu’aujourd’hui ces termes coloniaux n’ont plus cours. Ils sont remplacés par le terme générique Khoisan, contraction de Khoikhoi (Hottentots) et de San (Bushmen).

210 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 429, 435.

211 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, 3e éd., op. cit., vol. 2, pp. 273, 275-276.

212 Cf. Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., pp. 31-32 ; Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 294-295.

213 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 508.

214 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 559.

215 Kilani (Mondher), « La théorie des “deux races” : quand la science répète le mythe », in Hainard (Jacques) & Kaehr (Roland) (sous la dir.), Dire les autres. Réflexions et pratiques ethnologiques, Lausanne : Payot, 1997, pp. 31-45.

216 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., pp. 128-134, 188-197.

217 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 218 ; Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, op. cit., t. V, pp. 60-61.

218 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), L’invention du Hottentot, op. cit., p. 195.

219 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. XI, 1876, pp. 358-359.

220 Péron (François) & Lesueur (Charles-Alexandre), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », op. cit., p. 32.

221 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 261.

222 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., pp. 261-263.

223 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 225.

224 Armand (Adolphe), « Aperçu sur les variétés de races humaines… », op. cit., p. 560.

225 Girard de Rialle (Julien), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. 11, 1876, p. 398.

226 In Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., p. 431.

227 Hamy (Ernest-Théodore), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. 11, 1876, pp. 401-402.

228 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 216.

229 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 260-262.

230 Ibid., p. 263.

231 Flourens (Pierre), « Notice sur la Vénus hottentotte », Journal complémentaire du Dictionnaire des sciences médicales, Paris : C. L. F. Panckoucke, t. IV, 1819, p. 146.

232 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 297.

233 La cause prochaine de cette philippique n’est pas pleinement élucidée. Il semble que Desmoulins fut, dans un premier temps, frustré de ne pouvoir suppléer Cuvier dans l’une de ses chaires du Jardin du Roi ou du Collège de France. Protégé du physiologiste François Magendie, il s’enhardit après la publication de son importante Anatomie des systèmes nerveux des animaux à vertèbres en 1825, favorablement accueillie dans le monde scientifique. L’ouvrage devait, à son dire, lui permettre de briguer la place de zoologiste laissée vacante au Muséum par la mort du comte de Lacepède. Cuvier s’étant jugé « accablé d’injures » dans cet écrit, refusa de présenter la candidature de Desmoulins à l’Académie royale des sciences et lui interdit désormais l’accès aux collections dont il avait la charge. Desmoulins n’en resta pas là. Il fit précéder son Histoire naturelle des races humaines de 1826 d’une « Lettre ouverte au baron Cuvier » de près de trente pages où il dénonçait, tout à trac, l’opulence et la tyrannie du maître de la « police du Muséum d’Anatomie », son incapacité scientifique et son oppression « antisociale ». Cuvier n’était, à son jugement, qu’un jaloux sans talent et l’« épurateur des sciences ». Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, complice du méfait, s’en trouvait pareillement éreinté. Aggravant son cas désespéré, Desmoulins récidiva en 1827 par une Pétition adressée à la Chambre des Pairs contre M. le baron Cuvier publiée à Lille.

234 Cf. Laissus (Yves), « Catalogue des manuscrits d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire conservés aux Archives de l’Académie des Sciences de l’Institut de France », Histoire et nature, no 3 [nelle série, fasc. 1], 1973, pp. 84-85.

235 Topinard (Paul), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. 4, 1881, p. 437.

236 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 297, 316.

237 Disposant de peu de spécimens de « Nègres », Tiedemann mesura surtout les cavités crâniennes pour déterminer les volumes et prit directement sur quelques préparations (dont celle de la Vénus parisienne) les diamètres respectifs, largeur, longueur et hauteur, du cervelet et du cerveau.

238 Tiedemann (Frederick), « On the brain of the Negro, compared with that of the European and the Orang-Outang », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 1836, p. 518.

239 Ibid., pp. 515-516.

240 Ibid., pp. 511, 519 et suiv.

241 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme. Sa place dans la création et dans l’histoire de la terre (1863) [trad. par Moulinié Jean-Jacques], Paris : C. Reinwald, 1865, p. 109 ; cf. Blanckaert (Claude), « La science de l’homme entre humanité et inhumanité », in Blanckaert (Claude) (sous la dir.), Des Sciences contre l’Homme, Paris : Autrement, 1993, vol. I, pp. 18-19.

242 Nott (Josiah Clark) & Gliddon (George Robins) (sous la dir.), Types of Mankind, op. cit., pp. 453-454.

243 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des Primatès, Paris : Arthus Bertrand, s. d. [1854], pp. 65 et suiv.

244 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., p. 263.

245 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., pp. 65-69 ; cf. Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900), Paris : L’Harmattan, 2009, pp. 161-163.

246 Gratiolet (Pierre), « Mémoire sur la microcéphalie considérée dans ses rapports avec la question des caractères du genre humain », Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860-1863, p. 67.

247 Alix (P. H. Edmond), « Notice sur les travaux anthropologiques de Gratiolet lue dans la séance solennelle du 20 juin 1867 », Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. III, 1865-1867, pp. LXXXII-LXXXIII.

248 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., pp. 68-69.

249 Gratiolet (Pierre), « Mémoire sur la microcéphalie », op. cit., p. 67.

250 Gratiolet (Pierre), Mémoire sur les plis cérébraux, op. cit., p. 10, note 1.

251 Gratiolet (Pierre), « Sur le poids et la forme du cerveau », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. II, 1861, p. 261.

252 Defert (Paul), « Rapport sur la Revue Anthropologique de Londres », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. V, 1864, p. 17.

253 Gratiolet (Pierre), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. V, 1864, pp. 18-19.

254 Lyell (Charles), L’Ancienneté de l’homme prouvée par la géologie et remarques sur les théories relatives à l’origine des espèces par variation [trad. par Chaper M.], 2e éd., Paris : J.-B. Baillière, 1870, p. 533, note 2.

255 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., pp. 239-241.

256 Vogt (Carl), Mémoire sur les microcéphales ou hommes-singes, Genève-Bâle : Librairie H. Georg, 1867, p. 149.

257 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., p. 239.

258 Huxley (Thomas Henry), De la place de l’homme dans la nature, [trad. par Dally Eugène], Paris : J.-B. Baillière & Fils, 1868, p. 289.

259 Cf. Blanckaert (Claude), De la race à l’évolution, op. cit., chap. VII.

260 Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., pp. 396-397.

261 Dally (Eugène), « L’ordre des Primates et le transformisme », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. III, 1868, p. 698.

262 Royer (Clémence), Origine de l’homme et des sociétés, Paris : Guillaumin & Cie, Victor Masson & Fils, 1870, p. 133.

263 Huxley (Thomas Henry), De la place de l’homme dans la nature, op. cit., p. 255 ; Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., pp. 123, 137, 143, 144, 240 ; Lyell (Charles), L’Ancienneté de l’homme, op. cit., p. 532 ; Büchner (Ludwig), L’homme selon la science. Son passé, son présent, son avenir [trad. par Letourneau Charles], 2e éd., Paris : Reinwald & Cie, 1874, p. 176 ; Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 226 ; Flammarion (Camille), Le Monde avant la création de l’homme, op. cit., p. 752.

264 Hovelacque (Abel), « Les races inférieures », in Congrès international des Sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878. Exposition universelle internationale Paris 1878, Paris : Imprimerie nationale, 1880, p. 266.

265 Cf. Pettitt (Paul B.) & White (Mark J.), « Cave Men : Stone tools, Victorian science, and the “Primitive Mind” of deep time », Notes and Records of the Royal Society, vol. 65, no 1, 2011, pp. 25-42.

266 Boule (Marcellin), Les hommes fossiles. Éléments de paléontologie humaine, Paris : Masson & Cie, 1921, p. 281.

267 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 67.

268 Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité …, op. cit., p. 239.

269 Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines, op. cit., p. 198.

270 Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), art. « Homme », op. cit., p. 336.

271 Cf. Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 509 et « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 195 ; Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 356 et suiv. ; Hovelacque (Abel), Les débuts de l’humanité…, op. cit., p. 218-219 ; Deniker (Joseph), « Les Hottentots au Jardin d’Acclimatation », op. cit., p. 4 ; Mahoudeau (Pierre-Georges), art. « Stéatopygie », op. cit.

272 Broca (Paul), « Nouveaux renseignements sur les Akka », Revue d’Anthropologie, t. III, 1874, p. 470.

273 Quatrefages (Armand de), art. « Akkas ou Tikki-Tikkis », in Bertillon (Adolphe), Coudereau (Charles-Auguste), Hovelacque (Abel), Issaurat (Cyprien), Lefèvre (André), Letourneau (Charles), Mortillet (Gabriel de), Thulié (Henri) & Véron (Eugène) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences anthropologiques, Paris : Doin, Marpon & Flammarion, 1889, p. 29.

274 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, op. cit, t. I, p. 393.

275 La chronologie des découvertes des groupes « pygmées » d’Afrique intérieure au xixe siècle est retracée par Heuvelmans (Bernard), Les bêtes humaines d’Afrique, Paris : Plon, 1980, chap. XII.

276 Thulié (Henri), « Instructions anthropologiques… », op. cit., pp. 366, 371, 434-435.

277 Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 74.

278 Vincent (Louis), « Contributions à l’ethnologie… Les Boschimans », op. cit., p. 456.

279 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 535.

280 Bérard (Pierre), Cours de physiologie, op. cit, t. I, p. 400.

281 Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, op. cit., p. 199.

282 Hollard (Henry), De l’homme et des races humaines, op. cit., p. 173.

283 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 17.

284 Blumenbach (Johann Friedrich), Contributions to Natural History (1ère éd. 1790 ; rééd. part I [1806] et II [1811]), in The Anthropological Treatises of Johann Friedrich Blumenbach [éd. par Bendyshe Thomas], Londres : Longman, Green, Longman, Roberts & Green, 1865, p. 300.

285 Jeffries (John P.), The Natural History of the Human Races, with their primitive form and origin, primeval distribution, distinguishing peculiarities ; antiquity, works of art, physical structure, mental endowments and moral bearing, New York : O. Jenkins, 1869, p. 321.

286 Cette expression est déjà présente dans le Voyage dans l’intérieur de l’Afrique de Levaillant (François), op. cit., t. II, p. 245.

287 Barrow (John), An Account of Travels…, op. cit., pp. 262, 265-266.

288 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 309.

289 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Mémoire sur les variations générales de la Taille chez les mammifères, et en particulier dans les races humaines », Annales des Sciences naturelles, t. XXVII, 1832, pp. 95, 97.

290 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 506.

291 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 185 ; Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 264, 270-271.

292 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., pp. 534, 543.

293 Ibid., p. 537.

294 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 185 ; Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 125.

295 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 296 ; Bérard (Pierre), Cours de physiologie, op. cit, t. I, pp. 399-400.

296 Malte-Brun (Konrad), Précis de la géographie universelle, op. cit., t. V, p. 58.

297 Cf. Smith (Charles Hamilton), The natural history of the human species, its typical forms, primeval distribution, filiations and migrations, Édimbourg-Londres : W. H. Lizars-Samuel Highley, 1848, p. 212 ; Chenu (Jean-Charles), Traité des races humaines, op. cit., p. 196.

298 Alors chirurgien de l’armée, Robert Knox avait séjourné au Cap à la fin des années 1810 et commencé, de là, une collection de crânes. Son mémoire sur les races de l’Afrique australe est peu cité en France, sinon par Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., pp. 302-303, note, qui le critique.

299 Prichard (James Cowles), Researches into the Physical History of Mankind, 4e éd., Londres : Sherwood, Gilbert & Piper, 1841, vol. I, pp. 312-314 ; et The Natural History of Man, op. cit., pp. 310 et suiv.

300 Hollard (Henry), De l’homme et des races humaines, op. cit., pp. 174-177.

301 Il s’agit de la distance séparant les angles internes des yeux.

302 Deniker (Joseph), « Quelques observations sur les Boshimans », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IX, 1886, pp. 570-571.

303 Darwin (Charles), L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie (1859) [éd. par Becquemont Daniel & Drouin Jean-Marc], Paris : GF-Flammarion, 1992, p. 481.

304 Prichard (James Cowles), The Natural History of Man, op. cit., p. 310.

305 Darwin (Charles), L’origine des espèces, op. cit., pp. 472 et suiv.

306 Hollard (Henry), art. « Variétés de l’espèce humaine », in Orbigny (Charles d’) (sous la dir.), Dictionnaire universel d’histoire naturelle, Paris : Renard, Martinet & Cie, t. XIII, 1849, p. 35.

307 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 557 ; cf. aussi Topinard (Paul), « La stéatopygie des Hottentotes… », op. cit., p. 195.

308 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., pp. 134 et suiv., 143.

309 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., pp. 536-537.

310 Topinard (Paul), L’Anthropologie, op. cit., p. 203.

311 Topinard (Paul), « Présentation de quatre Boshimans vivants », op. cit., p. 537.

312 Virey (Julien-Joseph), Histoire naturelle du genre humain, op. cit., 1824, t. II, p. 18.

313 Pruner-Bey (Franz), « Réplique à M. Bonté au sujet de la chevelure », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. V, 1864, p. 779.

314 Pruner-Bey (Franz), « Mémoire sur les Nègres », Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860-1863, pp. 313, 315, 328-329, 336.

315 Cela n’est pas antinomique avec sa tentative de refonte de la classification humaine. Le temps finit par stabiliser des différences contingentes ; cf. Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., p. 138, note 2.

316 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Études anthropologiques. Leçons faites à la faculté des Sciences, recueillies et rédigées par C. Delvaille [extraites de la Revue des cours publics], Paris : Imp. J. B. Gros & Donnaud, 1856, pp. 38, 40-43.

317 Pruner-Bey (Franz), « Étude sur le bassin… », op. cit., p. 923.

318 Ibid., pp. 921-922.

319 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante. Principes d’embryogénie, de zoogénie et de tératogénie, Paris : Firmin Didot Frères, Fils & Cie, 1859, p. 407, note.

320 Pruner-Bey (Franz), « Discussion sur les proportions des membres », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. II, 1867, p. 625.

321 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 183.

322 Pruner-Bey (Franz), « Discussion sur les proportions des membres », op. cit., p. 624.

323 Cf. par exemple, Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Imprimerie impériale, 1867, p. 318 ; L’espèce humaine, 3e éd., Paris : Germer Baillière & Cie, 1877, pp. 290, 294-295.

324 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Études anthropologiques, op. cit., p. 40.

325 Quatrefages (Armand de), L’espèce humaine, op. cit., p. 290.

326 Ibid., pp. 279, 261.

327 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines. Introduction à l’étude des races humaines, t. I, Questions générales, Paris : A. Hennuyer, 1887, pp. 194 et suiv. ; cit., p. 197.

328 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 328. À titre simplement indicatif, rappelons que, d’après Quatrefages (ibid., p. 324), le procès-verbal d’autopsie rédigé par Bérard déclarait que le poids du cerveau de Cuvier atteignait près de 1830 grammes alors que d’après les déterminations de Marshall, un cerveau de femme bochimane ne pesait que 872 grammes [Blanchard (Raphaël), « Étude sur la stéatopygie… », op. cit., p. 68, note 1].

329 Quatrefages (Armand de), Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. I, 1860, pp. 429-430.

330 Cf. Fischer (Jean-Louis), L’œuvre scientifique de Camille Dareste. 1822-1899. Tératologie, transformisme, zoologie, thèse dactyl., Paris : EPHE-Université de Paris I, t. II, 1973, pp. 298-299.

331 Dareste (Camille), « Sur les rapports de la masse encéphalique avec le développement de l’intelligence », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, t. III, 1862, p. 28.

332 Ibid., p. 30.

333 Ibid., p. 39.

334 Ibid., pp. 40, 43.

335 Ibid., pp. 41-43.

336 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., pp. 328-329.

337 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, 2e année, no 50, 11 novembre 1865, p. 815.

338 Quatrefages (Armand de), Les Pygmées, Paris : J.-B. Baillière & fils, 1887, p. 289 ; Histoire générale des races humaines. Introduction à l’étude des races humaines, t. II, Classification des races humaines, Paris : A. Hennuyer, 1889, p. 384. Cette ressemblance entre la reine de Pount du bas-relief de Deir El-Bahari et la femme bushman sera remise en question après 1900 par le médecin Félix Regnault, lequel trouvera que par la proportion de ses membres, l’inclinaison du tronc et la disposition des amas graisseux, la femme du chef Somali présente plusieurs anomalies congénitales : achondroplasie (arrêt de développement des os), lordose et « lipomatose monstrueuse ». L’auteur rejettera donc « l’opinion ancienne d’une femme stéatopyge et de race bushman » [Regnault (Félix), « La reine de Pount (Bas-relief de Deir-El-Bahari, Égypte) n’a point de stéatopygie, c’est une difforme », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 6e série, t. IV, 1913, pp. 412-415].

339 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations… », op. cit., pp. 270-271.

340 Desmoulins (Antoine), Histoire naturelle des races humaines …, op. cit., p. 313.

341 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), « Sur la classification anthropologique… », op. cit., p. 136.

342 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 815.

343 Cf. Vogt (Carl), Leçons sur l’homme, op. cit., p. 504.

344 Darwin (Charles), L’Origine des espèces, op. cit., p. 545.

345 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257 ; Les Pygmées, op. cit., p. 282.

346 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257 ; Histoire générale des races humaines. Introduction à l’étude des races humaines, t. I, Questions générales, Paris : A. Hennuyer, 1887, p. 162.

347 Quatrefages (Armand de), Les Pygmées, op. cit., p. 290.

348 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 816.

349 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. II, Classification des races humaines, op. cit., p. 384.

350 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. I, Questions générales, op. cit., p. 162.

351 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 254.

352 Quatrefages (Armand de), « Anthropologie. XVIII. De l’homme primitif », op. cit., p. 816.

353 Quatrefages (Armand de), Histoire générale des races humaines…, t. II, Classification des races humaines, op. cit., pp. 383 et 385.

354 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 257.

Table des illustrations

Légende Afrique Méridionale Carte dressée par le géographe F. A. Garnier en 1860 (détail). © David Rumsey Collection.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Hottentote Boschiman Gravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Légende Mesure de l’angle facialLa tête de Bichat (figure 2) – type de conformation de la race caucasienne – contraste avec la tête de la Vénus hottentote (figure 3) – type de la race éthiopienne – par les différentes mesure relevées sur l’angle facial. Sur les figures suivantes, l’angle facial des espèces animales, orang-outang (figure 4) et loup (figure 5), est toujours plus aigu. Figures d’après une gravure d’Haincelin. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Vénus hottentote vue de profilLes gibbosités fessières de la Vénus hottentote « offrent une ressemblance frappante avec celles [...] des mandrills ». Estampe de Nicolas Huet (mars 1815). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Légende Mâchoire inférieureDétail anatomique de la Vénus hottentote extrait de l’Essai de paléontologie philosophique d’Albert Gaudry (1896). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Crânes de race bosjesmane Vues en norma verticalis extraites de Quatrefages & Hamy in Crania ethnica. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende SpondylolisthésisDessin de la colonne vertébrale de la Vénus hottentote publié par Félix Regnault en 1914. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende François Péron Portrait effectué quelques jours avant sa mort. Dessin de C.-A. Lesueur publié en 1816. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende L’origine du monstreTablier des femmes hottentotes. Dessins de Lesueur extraits du Bulletin de la société zoologique de France (1883218), planche II. Double page suivante, planches I & III. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Stéatopygie des HottentotesPage extraite de l’article de Paul Topinard dans la Revue d’Anthropologie (1889). © Bibliothèque centrale, MNHN. 227
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Esther D’après une photographie de la collection du prince Roland Bonaparte. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau des races, familles & tribus D’après Le Muséum d’histoire naturelle de P.-A. Cap (1854) © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Bassin de femme BoschismaneGravure de Veelward d’après un dessin de Vrolik. Planche extraite de Gerardus Vrolik, Considérations sur la diversité des bassins de différentes races humaines, Amsterdam : J. Van der Hey & fils, 1826, pl. 5. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Légende Bassin de la Vénus hottentote Gravure extraite de Verneau, Le bassin dans les sexes et dans les races (1875). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende La Vénus hottentote« ... Gravure imitée d’une miniature dessinée d’après nature et conservée au Jardin des plantes de Paris », extraite de Cuvier (Georges), Mémoire sur la Vénus hottentote (1864). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Groupe de BoschimansN’Kon N’Qui et sa famille (collection du prince Roland Bonaparte). Photographie extraite de Verneau (René), Les origines de l’humanité, Paris : F. Rieder & Cie, 1926, pl. XXXIII. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende N'Kon N’QuiProfil stéatopyge de N’Kon N’Qui extrait des Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris (1886). © Bibliothèque centrale, MNHN
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Pieds et mainsDessins du contour des mains et des pieds de trois individus Boschimans : le chef N’Kon N’Qui (figures 1-2), une fillette (figures 3-4) et un petit garçon (figures 5-6). « Vous pouvez remarquer sur ces dessins que, chez la petite fille, le cinquième doigt a subi l’amputation de sa dernière phalange ». Dessins d’après Joseph Deniker, « Quelques observation sur les Boshimans », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3e série, t. IX, 1886, pp. 572-574.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Capillarité des Hottentots Figures extraites des Pygmées d’Armand de Quatrefages (1887). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Boschimans à la chasse Gravure de Bocourt extraite de Flammarion (Camille), Le Monde avant la création de l’homme (1886).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Le cerveau de la Vénus hottentoteVue supérieure du cortex. Lithographie de J. Basire extraite de Frederick Tiedemann, in Philosophical Transactions 256 of the Royal Society of London (1836). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Anatomie comparée des cerveaux« Vues latérales des cerveaux de la Vénus, du mathématicien Gauss et d’un Orang-outang ». Extraits des Leçons sur l’Homme de Carl Vogt (1865). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Boschimans & pygmée AkkaDessinés d’après 2 photographies rapportées par le docteur Vincent. Gravures extraites de la Revue d’Anthropologie (1872). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende Jeune AkkaReprésenté de profil, Thibaut jeune Akka mesurant 1 mètre 15. Gravure de Badoureau extraite de la Revue d’Anthropologie (1874). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Hottentote chinoise ?« Femme hottentote ». Dessin de Petit extrait du Bulletin de la société zoologique de France (1883), planche IV. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre TABLEAU SYNOPTIQUE DES RACES HUMAINES
Légende Les races humaines Tableau synoptique publié par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Légende Crâne de Sarah BartmannVues de profil et de face. Lithographies de Formant extraites de Quatrefages & Hamy, Crania ethnica (Atlas de 1882). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Légende Crânes hottentot et cafreVues de profil et de face. Lithographie de Formant extraite de Quatrefages278 & Hamy, Crania ethnica (Atlas de 1882). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Légende Le goniomètre pariétal de QuatrefagesCréé en 1858, cet instrument permet de mesurer l’angle pariétal formé par deux lignes tangentes aux points les plus saillants des arcades zygomatiques et aux sutures correspondantes de l’os frontal avec les pariétaux. Gravure de Badoureau extraite de Paul Broca, Instructions générales pour les recherches anthropologiques… (1879).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Légende Armand de Quatrefages Photographie extraite du tome IV des Nouvelles Archives du Muséum (1902). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende La reine de Pount Illustration publiée par Félix Regnault dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (1913).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3951/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540