Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

L'éloquence du forum

Les corps de Sarah Baartman et de Georges Cuvier

Sous le regard de la science du dix-neuvième siècle1

Philippe Taquet

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier vivement Claude Blanckaert de m’avoir invité à écrire un article sur Cuvier e (...)

1À leur mort, les corps de Sarah Baartman et de Georges Cuvier furent autopsiés et disséqués. Dans le premier cas, il s’agissait de savoir ce qu’avaient de « primitives » les particularités anatomiques de la Vénus Hottentote et dans le second, de savoir si le cerveau du célèbre naturaliste pouvait présenter des caractéristiques liées à son intelligence « supérieure ».

  • 2 Gould (Stephen Jay), La Mal-mesure de l’Homme [trad. de l’anglais (États-Unis) par Chabert Jacques (...)

2Le sort terrible réservé à Sarah Baartman durant sa vie et lors de sa mort a fait et fait encore l’objet de nombreux articles et commentaires. En France, sa visite au Jardin des plantes en 1815 et sa dissection par Georges Cuvier (1769-1832) marquèrent les esprits. La description anatomique de la Vénus Hottentote par Georges Cuvier, description raciste, sexiste, morbide est certes typique des écrits anthropologiques du début du xixe siècle, mais elle illustre parfaitement ce que Stephen Jay Gould a appelé « la mal-mesure de l’Homme »2. Elle demeure une tache indélébile dans la longue liste des publications du grand naturaliste français. Selon les habitudes du xixe siècle, le corps de Cuvier fut autopsié lui aussi en 1832.

LE JEUNE CUVIER ET LES NOIRS

  • 3 Taquet (Philippe), Georges Cuvier. Naissance d’un génie, Paris : Odile Jacob, 2006, 539 p.
  • 4 Ce nom est avancé, sans citer ses sources, par Pellier (Henri), Le petit naturaliste, Paris : Laro (...)
  • 5 Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff sur l’histoire naturelle, la politique et la littérature, 1 (...)

3Georges Cuvier qui est âgé de dix-neuf ans, arrive à la fin du mois d’août 1788 à Caen où il a trouvé un emploi de précepteur dans une famille noble de Normandie3. Il se rend une première fois début septembre au château d’Antiville, près de Goderville dans le pays de Caux, non loin de Fécamp. Il y reste jusqu’au 9 septembre en compagnie de son élève Achille d’Héricy et d’un serviteur noir nommé Takola4 ; avec l’aide de ce dernier, il commence à collectionner les oiseaux : « mon valet de chambre, nègre, est un bon tireur, il m’en procure autant que j’en veux. Pendant l’hiver je pourrai envoyer plusieurs choses à mon ami Pfaff »5.

4La compagnie et l’aide qui lui sont offertes par ce serviteur noir amènent Cuvier à faire dans une lettre à son ami Christoph Heinrich Pfaff (1773-1852), qui fut pensionnaire avec lui à l’Université Caroline de Stuttgart, un commentaire indigné sur les opinions de Christophe Meiners à l’égard des noirs. Christophe Meiners (1747-1810), historien et littérateur allemand, auteur d’une œuvre abondante, avait exprimé des opinions conservatrices dans les périodiques allemands. Dans son Histoire de l’humanité, parue en 1786, il proposait une distinction et une hiérarchisation des races ; il revendiquait la beauté corporelle comme critère de distinction entre les peuples. Ainsi deux races d’hommes étaient descendues du Caucase et de l’Altaï ; l’une, la race tartare ou caucasienne offrait, selon Meiners, le type du beau physique et moral, du courage et de l’intelligence, les plus heureuses qualités du cœur et de l’esprit, tandis que l’autre, la race mongole, était difforme, faible, abjecte, dépravée et stupide ! Pour distinguer entre peuples beaux et peuples laids, il était nécessaire de s’intéresser à la longueur et à la couleur des cheveux, à la forme de la tête, à la couleur des yeux, à la morphologie du nez, à la forme des jambes et des pieds, aux qualités physiques et à la force de l’imagination. Pour Meiners, les meilleurs caractères se retrouvaient chez les hommes blancs, qui méritaient ainsi la dénomination d’hommes beaux et intelligents par opposition aux hommes à peau sombre, où tous ces caractères étaient médiocres ; il en faisait des hommes laids et stupides. Cuvier, choqué par de telles affirmations, proteste auprès de son ami Pfaff :

  • 6 . Ce paragraphe a été publié par Monod (Théodore), « Une opinion de Georges Cuvier sur les noirs »,(...)
  • 7 . James Bruce (1730-1794), voyageur écossais qui explora l’Abyssinie en 1768 ; il y resta quatre an (...)
  • 8 . Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff..., op. cit., pp. 201-202.

Comment peux-tu être assez bon pour ajouter foi à ce que disent quelques voyageurs stupides ; à savoir que le nègre et l’orang-outang peuvent donner des produits ? Tes remarques sur l’anatomie du nègre sont bonnes et exactes ; je t’en remercie beaucoup, comme pour ton extrait de Sœmmering. — Les différences entre le cerveau et les nerfs sont tout à fait curieuses, mais vouloir expliquer par-là les facultés intellectuelles me paraît ridicule. Je viens de lire l’extrait du traité de Meiner[s] traduit de la Gazette littéraire de la Haute-Allemagne. Je n’aurais jamais cru qu’un professeur allemand eût été capable d’écrire quelque chose d’aussi stupide. Tout en admettant comme vrais tous les faits rapportés, le raisonnement aboutit à ceci : cet homme est moins intelligent que moi, par conséquent je peux l’assommer ; les coups que je lui donne me rapportent quelque chose, donc je dois le frapper. — Mais que sera-ce donc, si l’on peut prouver que la plupart de ces faits sont faux ou exagérés, que l’imbécillité des nègres provient de leur défaut de civilisation, et que c’est nous qui leur avons donné nos vices ? Mon élève et moi, nous sommes servis par un nègre né en Guinée, dans le royaume de Malimbo, de là conduit à l’âge de sept ans à Saint-Domingue, et un mois après en Europe, où il fut élevé par un bon maître. Il est intelligent, aime la liberté, et est plus réglé dans toute sa conduite que beaucoup d’Européens ; il sait bien lire et écrire ; il connaît la musique, l’arithmétique, et ne s’est jamais enivré. Tu ne peux pas te faire une idée de sa gaieté et de ses inépuisables bons mots. La prétendue aversion, suivant Meiner[s], des chiens pour le nègre, n’est certainement pas générale, car mon nègre est chasseur et a maintenant trois chiens, qui se comportent à son égard comme ils le feraient envers tout autre homme6. — La couleur est bien loin de constituer une aussi grande différence que la forme de la tête, car ce n’est pas une prérogative de cette race, et plusieurs peuples de la zone torride sont aussi noirs que les nègres, avec lesquels du reste ils n’ont rien de commun. C’est ce qu’on observe en Abyssinie d’après les remarques récentes de James Bruce7 dans son voyage aux sources du Nil8.

Angle facial des espèces
Gravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.

Comparaison crânienne
Gravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 9 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Œuvres complètes, t. 2, « De l’Homme. Variétés dans l’Espèce hu (...)

5Cuvier ne fait que reprendre les éléments avancés par Buffon (1707-1788) dans son ouvrage De l’Homme, au chapitre consacré aux Variétés dans l’espèce humaine, où il cite longuement les faits observés par le voyageur écossais. Le récit du voyage de Bruce venait d’être publié en français en 1790, en cinq volumes in-4° : Voyage en Abyssinie et aux sources du Nil. Mais Cuvier veut convaincre son ami et énonce pour cela un certain nombre d’arguments de bon sens, puisés également en partie dans Buffon qui avait écrit : « Le climat, le froid et le chaud, influent si fort sur la couleur des cheveux des hommes et du poil des animaux, qu’il n’y a point de cheveux noirs dans les royaumes du Nord, et que les écureuils, les lièvres, les belettes et plusieurs autres animaux y sont blancs ou presque blancs, tandis qu’ils sont bruns ou gris dans les pays moins froids »9. Cuvier donne donc sa version :

  • 10 La plie ou carrelet, poisson plat, vivant posé sur le sable.
  • 11 Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff..., op. cit., p. 202-203.

On a longtemps discuté sur la cause de cette couleur. Voici, en attendant, une énumération des faits que tu connais aussi bien que moi et dont la comparaison m’a conduit à une manière particulière d’expliquer la cause de cette couleur noire.
1. Les plantes qui ont végété dans l’obscurité sont blanches, la lumière seule leur donne la couleur.
2. Presque tous les animaux sont d’une couleur plus foncée sur le dos, qui est plus exposé aux rayons du soleil, que sous le ventre.
3. Les animaux qui vivent dans le Nord sont blancs pour la plupart, ou pendant toute l’année, ou tout au moins pendant l’hiver, saison des plus longues nuits.
4. Les Européens sont d’autant plus bruns qu’ils s’exposent davantage au soleil, et les Portugais qui sont établis en Guinée sont aussi noirs que les habitants du pays.
5. Chez les poissons du genre Pleuronectes10, qui nagent à une grande profondeur, un côté est toujours tourné en haut, et l’autre toujours en bas ; le premier est constamment brun, le second blanc ; de façon qu’il n’y a aucune différence entre le dos et le ventre, mais bien entre le côté droit et le côté gauche, etc.
Nous savons maintenant que plus les rayons lumineux pénètrent dans un corps, plus il est brun, et réciproquement.
Ne pourrions-nous pas admettre, d’après cela, que les rayons lumineux, par leur action répétée, peuvent se frayer un chemin dans les corps ; à moins que par la dilatation des pores, ou par une autre direction des particules, il ne se produise un changement très concevable dans les corps organisés, par conséquent, dans le mouvement perpétuel de leurs particules constitutives, puisqu’on sait d’ailleurs, par l’expérience, que d’autres circonstances météorologiques déterminent dans ces sortes de corps de pareils changements.
Ce que tu me dis de la pâleur de la plante des pieds et de l’intérieur de la main, à savoir : qu’elle résulte des callosités, ne peut pas s’admettre, car les tout jeunes enfants ont aussi ces parties pâles, quoiqu’ils ne les aient pas calleuses. Le fait s’explique au contraire très bien dans mon système ; tout le monde sait en effet que la plante des pieds n’est jamais exposée aux rayons du soleil, et que la paume de la main (chez un homme nu, comme le sont les Nègres), l’est beaucoup plus rarement que le reste du corps11.

6Le jeune Georges Cuvier s’efforce donc de rectifier les affirmations de Meiners et de convaincre son ami Pfaff des qualités humaines des noirs. Jusqu’au printemps 1795, il séjourne en Normandie où il dissèque tout ce qui lui tombe sous la main, invertébrés marins, poissons, oiseaux et mammifères. C’est de 1788 à 1795 qu’il conçoit son futur Tableau élémentaire de l’Histoire naturelle des animaux et qu’il réfléchit aux prémices d’une Anatomie comparée.

CUVIER ET L’ORANG-OUTANG

  • 12 Simon Pierre Rousseau (1756-1829) prosecteur de Mertrud, puis de Cuvier ; aide-anatomiste suppléti (...)
  • 13 L’appendice vermiforme dont l’inflammation donne l’appendicite.
  • 14 Ce témoignage est dû à Georges Pouchet (1833-1894), aide-naturaliste dans la chaire d’Anatomie com (...)

7Cuvier est à Paris le 12 mars 1795 et il est accueilli au Muséum national d’Histoire naturelle par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844). On possède un témoignage de son arrivée dans le laboratoire de Jean-Claude Mertrud (1728-1802), le titulaire de la chaire d’Anatomie des animaux. C’est celui de Pierre Rousseau, prosecteur de Mertrud12. L’homme chargé des dissections était présent lorsque le jeune Cuvier, dans ses habits provinciaux lui fut amené par Geoffroy Saint-Hilaire. La scène se passait au rez-de-chaussée du petit bâtiment en saillie dont le mur porte un méridien, près de la galerie actuelle. C’était le laboratoire de Mertrud. Sur une table de marbre rouge… il y avait un cadavre, signe des lois d’égalité d’alors, c’était celui d’un prêtre, mort à la Pitié et non réclamé. La première chose que le nouveau venu, un peu timide, demanda à Rousseau, ce fut de vouloir bien lui montrer l’appendice vermiforme13, particularité anatomique qu’il n’avait jamais vue, n’ayant disséqué que des animaux, où elle n’existe point14.

  • 15 Charles de Wailly (1730-1798), architecte, membre de l’Académie des Beaux-Arts, constructeur du th (...)
  • 16 Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), titulaire de la chaire de géologie du Muséum.
  • 17 André Thouin (1747-1824), titulaire de la chaire des cultures du Muséum.

8Au printemps de l’année 1794, les armées françaises avaient mené une offensive victorieuse en Belgique et en Hollande. La République Batave avait été proclamée le 3 février. La commission des Arts et des Sciences de la Convention, chargée de préserver « les ouvrages de l’art et de la pensée » avait désigné quatre commissaires chargés « d’œuvrer » dans ces territoires nouvellement conquis : le bibliothécaire Charles de Wailly15, le géologue Barthélémy Faujas de Saint-Fond16 et le botaniste André Thouin17, les deux derniers choisis par le Muséum d’histoire naturelle. Durant une année, les commissaires vont inventorier et confisquer une partie des richesses des collections de Belgique et de Hollande.

9En Hollande, les riches collections du stathouder Guillaume V d’Orange, en particulier celles du cabinet d’histoire naturelle et de la ménagerie du château du Bois de Loo [Het Loo] excitèrent la convoitise des naturalistes du Muséum, notamment d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire qui avait en charge la ménagerie du Jardin des plantes. Depuis le mois de mars 1795, Faujas de Saint-Fond et André Thouin se trouvaient à pied d’œuvre à La Haye et ils expédiaient à Paris les objets du cabinet du stathouder.

  • 18 Bauchot (Marie-Louise) & Daget (Jacques), « Un bicentenaire ; le transfert à Paris du cabinet du s (...)
  • 19 Orang-outan, mot malais qui signifie homme des bois [que l’on écrit également orang-outang].

10Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), le directeur du Muséum et Geoffroy Saint-Hilaire furent chargés de réceptionner les colis18. Les caisses contenaient des raretés zoologiques dont les naturalistes du Muséum appréciaient l’importance. Cuvier, qui est au courant de l’arrivée de ces spécimens et qui a été chargé par la Commission temporaire des Arts d’assister à l’ouverture des caisses, saisit immédiatement l’intérêt de pouvoir étudier cette collection du Stathouder. Celle-ci contient les squelettes de deux têtes d’éléphants dont l’une appartient à un éléphant de Ceylan et l’autre à un éléphant du cap de Bonne-Espérance, lesquels présentent l’un et l’autre des différences spécifiques remarquables. Les caisses contiennent également le squelette d’un grand orang-outang19.

Squelette du singe du Baron de Wurmb
Illustration de Nicolas-Henri Jacob extraite de la Storia naturale delle scimie (1812). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 20 Barsanti (Giulio), « L’orang-outan déclassé (Pongo Wurmbii Tied.). Histoire du premier singe à hau (...)
  • 21 Le mot Pongo a été utilisé d’abord par Buffon, qui l’avait pris à Andrew Battell, voyageur anglais (...)

11L’arrivée de ce squelette d’orang-outang fit beaucoup de bruit dans la communauté scientifique. On ne connaissait jusqu’alors que les restes d’orang-outang de petite taille, en réalité des restes d’individus jeunes. La première description en 1780, d’un orang-outang adulte, par le baron Frederik von Wurmb (1742-1781), employé de la Compagnie Hollandaise des Indes à Batavia, stupéfia les européens20 : le « Pongo des Indes orientales ou Pongo de Wurmb »21, tel fut son nom, était le premier singe connu ayant la taille d’un homme ! Ce premier spécimen embarqué sur un bateau à destination de l’Europe avait disparu, comme le laissait supposer une lettre de von Wurmb. Le squelette confisqué par les français fut considéré par Geoffroy Saint-Hilaire comme étant celui du fameux Pongo de Wurmb.

  • 22 Visser (Robert Paul Willem), The Zoological Work of Petrus Camper (1722-1789), Amsterdam : Ed. Rod (...)

12L’anatomie de l’orang-outang et celle des éléphants avaient déjà fait l’objet de travaux de la part de l’excellent anatomiste hollandais Petrus Camper (1722-1789), professeur à Amsterdam puis à Groningen22. Camper avait donné dès 1782 la description de l’orang-outang d’après des restes de jeunes individus provenant de Bornéo et montré que cette espèce était complètement différente du chimpanzé africain. Puis, recevant en 1783 le crâne d’un adulte et examinant également le grand squelette des collections du stathouder, il fut étonné par les grandes différences existant entre l’anatomie du crâne des jeunes et celui des adultes. Le dimorphisme sexuel est tel chez l’orang-outang que le crâne de l’adulte mâle est très différent de celui du jeune, de sorte que Camper ne se douta pas qu’il s’agissait de la même espèce et décrivit deux espèces : un orang de la grande espèce (le Pongo) et un orang de la petite espèce. Les naturalistes parisiens font donc main basse sur des spécimens rares et précieux. Ils ne seront pas embarrassés par les scrupules en publiant la description de pièces anatomiques que leur confrère hollandais Petrus Camper avait examinées avant eux.

  • 23 Bibliothèque de la Sorbonne, Manuscrit 2082, Registre des séances de la Société philomathique, no  (...)
  • 24 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne) & Cuvier (Georges), « Histoire naturelle des Orang-outangs », Mag (...)

13Le 4 décembre 1795, Cuvier lit devant les membres de la Société philomathique « une description des diverses espèces d’orang-outangs et rectifie les erreurs qui ont échappé à cet égard à plusieurs naturalistes voyageurs ; il prouve que les orang-outangs sont de véritables singes qui ont beaucoup plus de rapports avec les animaux qu’avec l’homme auquel on se plait à les comparer. Il termine par l’histoire particulière et l’anatomie comparée de l’orang-outang roux de Bornéo23 ». Cette présentation sera suivie d’une publication dans le Magasin Encyclopédique24 dans laquelle Cuvier, second auteur, est associé à Geoffroy Saint-Hilaire. L’article intitulé « Histoire naturelle des Orang-Outangs » donne la liste des caractères qui peuvent servir à diviser les singes :

Division des singes
Gravure extraite de la publication d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier dans le Magasin Encyclopédique (1795). © Bibliothèque centrale, MNHN.

Les singes, ces êtres singuliers dans la formation desquels la Nature semble s’être plue à faire une caricature grossière de la figure de l’homme, ont quelquefois embarrassé le philosophe, par la difficulté de poser une limite certaine entre les actions que produit chez eux la ressemblance de leurs organes avec les nôtres, et celles qui dérivent chez nous d’une faculté supérieure.
Ils n’embarrassent pas moins le naturaliste, par la difficulté de les distinguer exactement les uns d’avec les autres, et d’en grouper les diverses espèces selon leurs véritables rapports naturels.
Les singes ainsi que les perroquets, ces autres imitateurs de l’homme, peuplent les forêts de la zone torride dans les deux hémisphères. Les premiers les animent par leurs gambades et par leurs mouvemens pétulans et ridicules, comme les seconds les remplissent de leurs cris rauques, éclatans et confus. Les uns et les autres étonnent par la variété des espèces, autant que par le nombre d’individus de chacune.
[….] Or c’est une loi assez générale de la Nature, que le nombre des espèces d’un genre est à peu près en raison de la fécondité de chacune d’elles ; soit que ce que nous appelons des espèces, ne soient que les diverses dégénérations d’un même type, lesquelles ont dû se multiplier en raison des naissances plus ou moins fréquentes ; soit que beaucoup d’entre elles soient nées de l’accouplement d’espèces voisines, et que l’efficacité de ces sortes de mélanges dépende de la force génératrice des espèces mêlées.

  • 25 Pieter Camper avait publié en 1782 un travail intitulé Histoire naturelle de l’orang-outang, et de (...)
  • 26 Blanckaert (Claude), « “Les vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la craniométrie (1765 (...)

14Jusqu’à présent les caractères utilisés par les zoologistes pour distinguer les espèces ont été défectueux : la présence ou l’absence de queue, la présence de callosités, celle d’abajoues. Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier vont s’inspirer du critère différentiel inventé par Camper25 vers 1768, c’est-à-dire de l’angle facial26. L’angle facial exprime la mesure de la projection de la face, ou du museau de l’homme et des animaux ; l’angle est obtenu par le tracé de deux lignes sur le crâne vu de profil et mesuré avec un rapporteur.

Nous avons à peu près suivi la même voye que Camper dans ses recherches sur les physionomies des différentes races d’hommes. Nous avons seulement cherché à décrire d’une manière plus rigoureuse les lignes principales ;
L’une, nommée horizontale, est censée passer par le milieu de celle qui va d’un trou auriculaire à l’autre, et par le tranchant des incisives.
L’autre est la faciale, qui va de ce dernier point à la saillie que fait l’os frontal entre les sourcils, ou sur la racine du nez.

Angle facial
Gravure de 1768 réalisée par Pierre Camper. Planche extraite de Dissertation physique sur les différences réelles que présentent les traits du visage chez les hommes de différents pays et de différents âges... (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 27 Dans un article remarquablement documenté, Giulio Barsanti a montré qu’en fait Étienne Geoffroy Sa (...)

15Ainsi Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier donnent pour les singes une échelle des angles variant de 63° pour l’Orang, 60° pour le Sapajou, 50° pour la Guenon, 50° pour le Macaque, 40° pour le Magot, 30° pour le Mandrill, 30° pour l’Alouate27. Dans cette échelle, le « Pongo » (l’orang-outang adulte, mâle) de la collection du stathouder occupait avec un angle de 30° l’avant-dernier degré de l’échelle, contrairement à l’orang-outang représenté par le crâne d’un jeune individu. L’article de Geoffroy et de Cuvier est accompagné d’une planche où sont figurés les crânes de ces primates.

  • 28 Cette question est posée de manière remarquable par Stephen Jay Gould dans La Mal-mesure de l’Homm (...)

16En utilisant l’angle facial défini par Camper comme moyen de différenciation, Cuvier et Geoffroy suivent la tendance qui se dessine alors chez les anatomistes : mesurer les variables morphologiques du crâne, mettre en œuvre une craniométrie pour bâtir une échelle croissante allant des singes aux différentes variétés humaines. Mais la question se pose de savoir si l’introduction de ces méthodes de mesure a effectivement permis aux anatomistes de construire une classification naissante des races en s’appuyant sur des arguments scientifiques ou si, au contraire, les mesures n’ont pas été prises en fonction d’idées préconçues pour aboutir à des conclusions préétablies28.

  • 29 Chappey (Jean-Luc), La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804), Des Anthropologues au temp (...)

17C’est pour introduire une démarche scientifique et rationnelle que l’abbé Roch-Ambroise Cucurron Sicard (1742-1822), Louis-François Jauffret (1770-1840) et Joseph de Maimieux (1753-1820) vont, en 1799, fonder une Société des Observateurs de l’Homme29.

CUVIER ET LA SOCIÉTÉ DES OBSERVATEURS DE L’HOMME

  • 30 Gérando (Joseph-Marie de), « Considérations sur les méthodes à suivre dans l’observation des peupl (...)

18La Société des Observateurs de l’Homme qui eut une existence éphémère (1799-1805) voulut, à l’instigation de Joseph-Marie de Gérando (1772-1842), analyser les différentes méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages. Ses travaux constituent les premières instructions ethnographiques pour les voyageurs naturalistes chargés d’étudier l’autre, le sauvage, le primitif avec une approche scientifique, car : « de tous les termes de comparaison que nous pouvons choisir, il n’en est point de plus curieux, de plus fécond en méditations utiles que celui que nous présentent les peuples sauvages »30. Dans cette perspective et afin de fournir aux naturalistes embarqués à bord des vaisseaux Le Géographe et Le Naturaliste de l’expédition Baudin, chargée par le Premier Consul Bonaparte d’explorer les Terres australes, Georges Cuvier rédigea une Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’hommes. Dans cette note, Cuvier demande aux naturalistes de collecter des squelettes pour perfectionner les études sur les diverses races d’hommes :

  • 31 Cuvier (Georges), « Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anato (...)

On a cru longtemps que les différences qui caractérisent les races de l’espèce humaine se bornent à la couleur de la peau, à la consistance et à la longueur des cheveux. On a longtemps attribué la forme écrasée de la face des nègres et de quelques autres peuples à la compression mécanique exercée sur les enfants. A peine pensait-on que cette compression portât ses effets jusque sur la charpente osseuse de la tête et Daubenton écrivait encore, vers le milieu de ce siècle, que les crânes de Nègre, de Chinois, de Calmouque, ne lui avaient présenté aucune différence sensible avec les crânes d’Européens. [...] Parmi les pièces anatomiques, la principale et la plus nécessaire à obtenir, c’est la tête osseuse. On en a déjà quelques-unes, mais il s’en faut beaucoup que cette collection soit complète. On n’a d’ailleurs presque rien sur les différences d’âge et de sexe dans les diverses nations. Ces objets ne sont pas aussi aisés à se procurer que les portraits ; aussi les voyageurs ne doivent-ils négliger aucune occasion lorsqu’ils peuvent visiter les lieux où les morts sont déposés, lorsqu’ils seront témoins de quelque combat ou qu’ils y prendront part. Lorsqu’ils pourront, d’une manière quelconque, disposer d’un cadavre, ils doivent soigneusement noter tout ce qui a rapport à l’individu dont ce cadavre proviendra, autant qu’ils pourront le savoir. Des squelettes entiers seraient infiniment précieux. Croirait-on qu’on n’a encore, dans aucun ouvrage, la comparaison détaillée du squelette du Nègre et de celui du Blanc ?31.

CUVIER ET L’AUTOPSIE DE LA VÉNUS HOTTENTOTE

19Au printemps de l’année 1815, Sarah Baartman est accueillie au Muséum et elle est examinée par les professeurs, au premier rang desquels se trouve Georges Cuvier. Celui-ci note « que sa conformation frappoit d’abord par l’énorme largeur de ses hanches, qui passoit dix-huit pouces, et par la saillie de ses fesses qui étoit de plus d’un demi-pied ». Ses mouvements, ajoute-t-il, « avoient quelque chose de brusque et de capricieux qui rappeloit ceux du singe ». On releva ses mensurations, sa taille était de 4 pieds, 6 pouces, 7 lignes. Elle eut la complaisance de se dépouiller et « de se laisser peindre d’après le nu », mais pas de montrer ses organes sexuels. Léon de Wailly (1804-1863), artiste peintre affecté au Muséum, fut chargé de réaliser son portrait sur vélin, reproduit sous forme d’une planche dans l’ouvrage : « Histoire naturelle des mammifères, avec des figures originales, coloriées, dessinées d’après des animaux vivants [sic !] ».

Femme de race bôchimanne
Estampes de Léon de Wailly extraites de l’Histoire naturelle des mammifères d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 32 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations Faites sur le Cadavre d’une femme connue à Paris et à L (...)

20Sarah Baartman mourut le 29 décembre 1815. Le préfet de police, ayant permis que son corps fut apporté au Jardin du Roi, l’on procéda à un examen plus détaillé. Après son autopsie, Cuvier publie en 1817 ses observations dans les Mémoires du Muséum sous forme d’un article intitulé : « Extrait d’observations Faites sur le Cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte »32. Après un rappel historique sur les premières descriptions faites par les explorateurs du fameux « tablier » des Hottentotes, Cuvier fait bien la distinction entre les femmes hottentotes et les femmes « Boschismannes » (Bushmen) pour montrer que la Vénus appartenait au second groupe.

Lorsque nous l’avons vue pour la première fois, elle se croyoit âgée d’environ 26 ans, et disoit avoir été mariée à un nègre dont elle avoit eu deux enfants.
Un Anglais lui avoit fait espérer une grande fortune si elle venoit s’offrir à la curiosité des Européens ; mais il avoit fini par l’abandonner à un montreur d’animaux de Paris, chez lequel elle est morte d’une maladie inflammatoire et éruptive.
Tout le monde a pu la voir pendant dix-huit mois de séjour dans notre capitale, et vérifier l’énorme protubérance de ses fesses, et l’apparence brutale de sa figure.

21La description réaliste et crue faite par Cuvier a de quoi choquer :

Elle avoit surtout une manière de faire saillir ses lèvres tout-à-fait pareille à ce que nous avons observé dans l’orang-outang. Son caractère étoit gai, sa mémoire bonne, et elle reconnoissoit après plusieurs semaines une personne qu’elle n’avoit vue qu’une fois. [...] Ses épaules, son dos, le haut de sa poitrine avoient de la grâce. La saillie de son ventre n’étoit point excessive. Ses bras un peu grêles, étoient très-bien faits, et sa main charmante. Son pied étoit aussi fort joli [...].
Ce que notre boschismanne avoit de plus rebutant, c’étoit la physionomie ; son visage tenoit en partie du nègre par la saillie des mâchoires, l’obliquité des dents incisives, la grosseur des lèvres, la brièveté et le reculement du menton ; en partie du mongole par l’énorme grosseur des pommettes, l’aplatissement de la base du nez et de la partie du front et des arcades sourcilières qui l’avoisinent, les fentes étroites des yeux. [...] Son oreille avoit du rapport avec celle de plusieurs singes.

22Concernant le sexe de Sarah, Cuvier en donne une description anatomique détaillée et explique que le tablier n’est pas un organe particulier, mais qu’il est simplement un développement des nymphes. « J’ai l’honneur de présenter à l’Académie les organes génitaux de cette femme préparés, de manière à ne laisser aucun doute sur la nature de son tablier ». Mais ce tablier, ce voile, n’est pas une particularité d’organisation qui pourrait établir un rapport entre les femmes et les singes. En revanche, les énormes masses de graisse que les bochimanes portent sur les fesses « offrent une ressemblance frappante avec celles qui surviennent aux femelles des mandrills, des papions etc. ». « Tous ces caractères rapprochent, mais d’une quantité presque insensible, les négresses et les boschismannes des femelles des singes » et, concernant la tête, Cuvier écrit : « Je n’ai jamais vu de tête humaine plus semblable aux singes que la sienne ».

L’AUTOPSIE DE CUVIER

  • 33 Taquet (Philippe), « Georges Cuvier », La Lettre de l’Académie des Sciences, no 28, 2011, pp. 19-2 (...)

23Georges Cuvier avait une tête volumineuse comme le montre le peintre et caricaturiste Julien-Léopold Boilly (1796-1874) dans un dessin célèbre33. Au Conseil d’État, Cuvier avait l’habitude de déposer son chapeau sur l’un des meubles du salon d’attente. Plus d’une fois, il est arrivé à des professeurs et à des maîtres des requêtes d’en faire l’essai, et ce chapeau leur descendait tout naturellement jusqu’au-dessous des yeux.

  • 34 Taquet (Philippe), Georges Cuvier. Naissance d’un génie, op. cit., pp. 17-20.
  • 35 Bérard (Pierre-Honoré), « Ouverture du corps de Monsieur Cuvier », Gazette Médicale de Paris, jour (...)

24Le mardi 15 mai 1832, deux jours après la mort du célèbre naturaliste, alors qu’une épidémie de choléra ravage la France, onze messieurs, habillés de noir, la mine grave, réunis dans l’un des bâtiments du Jardin des plantes à Paris, se penchent sur le corps de Cuvier34. Ils ont la mission délicate de pratiquer une autopsie. Le nombre et la qualité des personnes présentes traduisent clairement l’importance et l’attention qui seront données à cette opération. Il y a autour de cette grande table de dissection Messieurs Mathieu-Joseph Bonaventure Orfila (1787-1859), doyen de la faculté de Médecine, spécialiste de médecine légale et célèbre pour son traité des poisons, Guillaume Dupuytren (1777-1835), grand spécialiste d’anatomie pathologique et chirurgien des rois Louis XVIII et Charles X, André-Marie Constant Duméril (1774-1860), professeur d’anatomie à la Faculté de Médecine, Messieurs Allard et Biet médecins et Monsieur Caffe, interne en médecine, Achille Valenciennes (1794-1865), professeur de zoologie au Muséum, Charles-Léopold Laurillard (1783-1853), aide naturaliste à la chaire d’Anatomie des animaux du Muséum, Emmanuel Rousseau (1788-1868), chef des travaux anatomiques au Jardin des plantes, assistant-préparateur de Cuvier, Gabriel Andral dit Andral neveu (1797-1876), professeur d’Anatomie pathologique et enfin Pierre-Honoré Bérard dit Bérard l’aîné (1797-1858), professeur de physiologie à la faculté de médecine de Paris35.

  • 36 62 ans, 8 mois et 20 jours.
  • 37 Bérard (Pierre-Honoré), « Ouverture du corps de Monsieur Cuvier », op. cit., p. 261.

25Cet aréopage est chargé de l’examen du corps de l’auteur des Leçons d’anatomie comparée, de l’homme qui a disséqué des centaines d’êtres vivants, qui en a dénombré tous les muscles, examiné tous les nerfs et nommé tous les organes, de celui que ses admirateurs inconditionnels baptisèrent du titre pompeux de Napoléon de l’intelligence, expression admirative de Royer-Collard pour le savant, mais peu flatteuse pour les capacités intellectuelles de Napoléon. Cuvier vient de mourir dans sa soixante-deuxième année36. À sujet d’exception, examen exceptionnel. Ces praticiens se proposent de rechercher d’une part « les altérations organiques susceptibles d’avoir un rapport avec les accidents éprouvés par M. Cuvier »37 et songent d’autre part, en se livrant à l’analyse des restes du savant, « à contempler l’instrument de sa puissante intelligence » tout en éprouvant le besoin « de reconnaître à quelle condition matérielle avait été attaché le développement d’une si haute capacité ». Mais le cadavre est un livre où se lit souvent tout ce que l’on veut bien y lire. Cette cérémonie macabre ressemble davantage à un hommage rendu à un maître par des hommes qui furent, soit les auditeurs de ses cours comme Dupuytren, soit ses collaborateurs et ses amis comme Duméril, Valenciennes, Laurillard et Rousseau. Les descriptions anatomiques de ce rapport d’autopsie s’efforcent d’ailleurs — avec moins de talent — d’imiter le style précis et limpide du grand Cuvier.

Georges Cuvier
Dessin de Julien-Léopold Boilly extrait de l’« iconographie de Georges Cuvier » de Léon Bultingaire (1932).

  • 38 Rousseau (Emmanuel), « Maladie et autopsie de M. G. Cuvier », op. cit., p. 6 ; Rousseau mentionne (...)

26L’autopsie est pratiquée par le professeur Bérard assisté de M. Andral et de M. Caffe, interne de la Pitié38. Le canal rachidien est tout d’abord ouvert du trou occipital à la région lombaire ; on procède ensuite à la dissection de l’axe céphalo-spinal. La moelle est incisée sur la ligne médiane et sur toute sa hauteur ; le bulbe rachidien, la protubérance annulaire, les couches optiques, les corps striés, les cornes d’Ammon, le cervelet, et toute la masse des lobes cérébraux furent divisés couche par couche, et en tranches minces ; toutes ces parties parurent parfaitement saines. Il fut procédé ensuite à la dissection des ganglions cervicaux, puis du pharynx et de l’œsophage. Malheureusement, « il a fallu reconnaître après ces recherches, que la maladie de Monsieur Cuvier était du nombre de celles dont les traces matérielles sont inaccessibles à nos moyens imparfaits d’investigation ». La mort de Cuvier qui intervint en pleine épidémie de choléra a pu faire croire que l’illustre naturaliste était mort de cette maladie ; contrairement à ce qui fut annoncé à l’époque et contrairement à l’idée avancée aujourd’hui encore dans de nombreux ouvrages, Cuvier n’est pas mort du choléra. Il n’est pas mort non plus, comme d’autres l’ont supposé, d’une myélite aiguë, un diagnostic qui n’a pas grand sens aujourd’hui.

27La description extérieure du corps ne montre rien de significatif, non plus que l’examen des organes thoraciques (poumons et cœur) et abdominaux. Les lignes concernant l’apophyse odontoïde et les vertèbres permettent de faire le diagnostic d’arthrose vertébrale, notamment cervicale, pathologie banale à cet âge et sans rapport direct évident avec le tableau clinique qui a précédé la mort. Comme le mentionne à juste titre Emmanuel Rousseau, les deux petits kystes des plexus choroïdes et la concrétion dure trouvée dans la glande pinéale sont de constatation fréquente et ne sont pas pathologiques. L’examen macroscopique de la moelle et du cerveau n’a donc montré rien d’anormal. Bérard précise que les nerfs crâniens avaient également un aspect normal.

28Les résultats de cette autopsie doivent être interprétés avec beaucoup de prudence, compte tenu des conditions techniques dans lesquelles se déroulaient ces examens à cette époque. En 1832, l’autopsie était un acte médical clinique, purement macroscopique, ce qui veut dire que les viscères et notamment le cerveau étaient examinés à l’œil nu et éventuellement disséqués lors de l’ouverture du corps ; aucun examen histologique n’était réalisé, d’une part pour des raisons pratiques [les techniques de fixation, de coupes fines et de coloration des organes n’ont été mises au point qu’à la fin du xixe siècle] et d’autre part pour des raisons idéologiques [la tradition anatomo-clinique française n’était pas pour l’utilisation du microscope]. Par ailleurs, la réfrigération n’était pas encore utilisée pour préserver les corps et la décomposition rapide rendait souvent aléatoires les constatations macroscopiques [Cuvier est mort le 13 mai à 10 heures du soir et l’autopsie a eu lieu le 15 mai à 7 heures du matin, donc avec un délai de 33 heures]. L’examen de l’encéphale et de la moelle épinière à l’état frais, non durcis par un liquide fixateur, ne permet de voir que des lésions grossières (hémorragies ou tumeurs) et ne peut déceler des lésions fraiches (« ischémiques » par exemple, c’est-à-dire liées à un arrêt de la circulation sanguine) de petit volume. C’est donc à tort qu’Emmanuel Rousseau considère que l’absence de lésion constatée au niveau du cerveau et de la moelle « détruit toute idée de cause produite par la lésion de ces mêmes parties ». En effet, cette absence de constatation pathologique macroscopique ne permet absolument pas d’exclure la possibilité d’une lésion ischémique localisée du tronc cérébral et/ou de la moelle épinière dans sa région cervicale. Si l’on osait livrer une hypothèse indémontrable, on pourrait suggérer, avec beaucoup de conditionnels, que Cuvier aurait pu être victime d’un accident vasculaire ischémique du bulbe rachidien ou de la moelle épinière.

Georges Cuvier
Moulage exécuté après sa mort. Photographie extraite de l’« iconographie de Georges Cuvier » de Léon Bultingaire (1932).

  • 39 Samuel Thomas Sœmmerring (1755-1830), célèbre anatomiste et paléontologue allemand, ami et collègu (...)

29Les physiologistes présents lors de l’autopsie de Cuvier s’intéressèrent également au rapport existant entre les capacités intellectuelles et le volume des lobes cérébraux. En citant l’anatomiste allemand Sœmmerring39, l’ami de Cuvier qui évaluait à deux ou trois livres le poids de l’encéphale humain, c’est-à-dire de toute la masse nerveuse renfermée dans le crâne, les médecins chargés de l’autopsie savaient que le poids de l’encéphale peut varier de deux livres cinq onces et demie à trois livres trois onces trois quarts, le plus grand nombre des encéphales paraissant compris entre ces deux termes extrêmes. « Je suis arrivé », écrit Bérard aîné, l’auteur du rapport,

  • 40 Les poids des cerveaux sont respectivement de : 1,147 kg, 1,583 kg, 1,323 kg, 1,371 kg et pour Cuv (...)

à des évaluations à peu près semblables en faisant peser deux encéphales pris au hasard à l’hôpital Saint-Antoine. En effet, l’encéphale d’une femme de 30 ans pesait avec ses membranes deux livres onze onces deux gros, l’encéphale d’un homme de 40 ans, deux livres douze onces six gros et demi, l’encéphale de Monsieur Cuvier s’élevait à trois livres dix onces et quatre gros et demi, soit un poids de 1,791 kg40. On voit qu’il surpassait de près d’une livre le poids de chacun des précédens […] aucune des personnes qui assistaient à l’ouverture du corps, n’avait mémoire d’avoir vu un cerveau aussi plissé, des circonvolutions aussi nombreuses et aussi pressées, des anfractuosités si profondes. C’était surtout à la partie antérieure et supérieure des lobes cérébraux que cette conformation avait acquis le plus heureux développement.

  • 41 Dans un article plein d’humour intitulé « Chapeaux larges et esprits étroits », Stephen Jay Gould (...)

30L’anatomie du cerveau du fondateur de l’anatomie comparée peut-elle rendre compte de ce que furent les talents et les qualités, l’intelligence et les défauts, l’éducation, les passions et les manies, le sens de l’organisation et la clarté du langage d’un homme exceptionnel, d’un savant qui aura marqué son siècle ? Certainement pas41. Cette autopsie, courante au milieu du xixe siècle, est alors considérée comme normale, tout comme fut considérée comme normale la dissection de Sarah Baartman en 1815.

31Le regard porté par les naturalistes, les médecins et d’une manière générale par les hommes du xixe siècle sur leurs semblables est un regard subjectif, plein de préjugés et d’a prioris — mais un tel regard est encore bien présent parmi bon nombre d’hommes du xxie siècle. L’attitude de Cuvier n’est évidemment pas spécifique, elle est celle des naturalistes de son temps. Ainsi, pour n’en citer qu’un mais pas des moindres, Charles Darwin (1809-1882) lors de son voyage à bord du Beagle de décembre 1831 à octobre 1836 va découvrir en Terre de Feu les « primitifs » et notera dans son journal :

  • 42 Darwin (Charles), Charles Darwin’s Beagle Diary [ed. by Keynes Richard Darwin], Cambridge : Cambri (...)

Whilst going on shore, we pulled alongside a canoe with 6 Fuegians. I never saw more miserable creatures ; stunted in their growth, their hideous faces bedaubed with white paint and quite naked. — One full aged woman absolutely so, the rain and spray were dripping from her body ; their red skins filthy and greasy, their hair entangled, their voices discordant, their gesticulation violent and without any dignity. Viewing such men, one can hardly make oneself believe that they are fellow creatures placed in the same world42.

32Et il livrera ultérieurement ses impressions :

  • 43 Darwin (Charles), The Descent of Man, and Selection in relation to Sex, Londres : John Murray, 187 (...)

L’étonnement que je ressentis en voyant pour la première fois un groupe de Fuégiens sur une côte sauvage et accidentée, je ne l’oublierai jamais, car aussitôt il me vint brusquement à l’esprit cette réflexion : tels étaient nos ancêtres. Ces hommes étaient absolument nus et barbouillés de peinture, leurs longs cheveux étaient emmêlés, leurs bouches écumaient d’excitation et leur expression était sauvage, effrayée et méfiante. Ils ne possédaient presque aucun art et tels des animaux sauvages, ils vivaient de ce qu’ils pouvaient attraper. Ils n’avaient pas de gouvernement et ils étaient sans pitié à l’égard de quiconque n’appartenait pas à leur petite tribu. Pour ma part, je préférerai descendre de ce petit singe héroïque qui brava son ennemi redouté afin de sauver la vie de son gardien, ou de ce vieux babouin qui, descendant des montagnes, arracha triomphalement son jeune compagnon à une meute de chiens étonnés, plutôt que d’un sauvage qui prend plaisir à torturer ses ennemis, qui offre des sacrifices sanglants, qui pratique l’infanticide sans remords, qui traite ses femmes comme des esclaves, qui ignore la clémence et qui est habité par les superstitions les plus grossières43.

  • 44 Bridges (E. Lucas), Aux confins de la Terre. Une vie en Terre de Feu (1874-1910), Bruxelles : Nevi (...)

33Darwin pensait que leur langage ne comptait pas plus d’une centaine de mots ; en fait Lucas Bridges, fils de missionnaire en Patagonie, qui passa quarante années en Terre de Feu44, a montré que leur langue était plus riche que l’anglais ; en interrogeant les indiens, Darwin était arrivé à la conclusion que les Fuégiens étaient cannibales, ce qui était faux ; les Indiens répondaient oui à toutes les questions posées ; leur culture, leur langage et leurs coutumes furent mal perçus par les visiteurs-explorateurs venus de terres lointaines.

*

34L’attitude des Européens à l’égard de Sarah Baartman fut empreinte de curiosité malsaine et le traitement qui lui fut réservé de son vivant et après sa mort ne peut que susciter malaise et indignation. La description anatomique de son corps par Cuvier peut fort justement être reprochée à l’illustre naturaliste. On doit cependant replacer tous ces faits dans le contexte du xixe siècle, en un temps où l’anthropologie et l’ethnologie étaient balbutiantes. L’autopsie de Sarah Baartman et celle de Georges Cuvier étaient parfaitement inutiles ; les descriptions détaillées de celles-ci constituent des témoignages édifiants et spectaculaires du regard que les hommes portaient sur eux-mêmes au début du xixe siècle.

Notes

1 Je tiens à remercier vivement Claude Blanckaert de m’avoir invité à écrire un article sur Cuvier et la Vénus Hottentote, et d’avoir formulé des remarques constructives qui ont permis d’en améliorer la version primitive.

2 Gould (Stephen Jay), La Mal-mesure de l’Homme [trad. de l’anglais (États-Unis) par Chabert Jacques et Blanc Marcel ; nlle éd. revue et augmentée], Paris : Odile Jacob, 1997, 468 p.

3 Taquet (Philippe), Georges Cuvier. Naissance d’un génie, Paris : Odile Jacob, 2006, 539 p.

4 Ce nom est avancé, sans citer ses sources, par Pellier (Henri), Le petit naturaliste, Paris : Larousse, 1932, pp. 14-15 (Les livres roses pour la jeunesse).

5 Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff sur l’histoire naturelle, la politique et la littérature, 1788-1792 [trad. de l’allemand par Marchant Louis], Paris : Librairie Victor Masson, 1838, p. 60.

6 . Ce paragraphe a été publié par Monod (Théodore), « Une opinion de Georges Cuvier sur les noirs », Notes Africaines, no 55, 1952, p. 93.

7 . James Bruce (1730-1794), voyageur écossais qui explora l’Abyssinie en 1768 ; il y resta quatre années et crut y découvrir les sources du Nil, en réalité le Nil bleu ; il revint en Égypte par la Nubie et regagna son pays en 1772. Le récit détaillé de son voyage fut publié en 1790.

8 . Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff..., op. cit., pp. 201-202.

9 Buffon (Georges-Louis Leclerc de), Œuvres complètes, t. 2, « De l’Homme. Variétés dans l’Espèce humaine », nelle éd., Paris : Pourrat frères, 1837, p. 634.

10 La plie ou carrelet, poisson plat, vivant posé sur le sable.

11 Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff..., op. cit., p. 202-203.

12 Simon Pierre Rousseau (1756-1829) prosecteur de Mertrud, puis de Cuvier ; aide-anatomiste supplétif en 1796. Il était, avant d’être embauché au Muséum, fabricant de boutons en os. Son fils Louis François Emmanuel Rousseau (1788-1868) avait huit ans lors de l’arrivée de Cuvier au Muséum. Il deviendra également prosecteur de Cuvier en 1802. Il devint chirurgien militaire en 1811 et participa à la campagne de Russie où il fut fait prisonnier. De retour en France en 1815, il reprit son poste auprès de Cuvier.

13 L’appendice vermiforme dont l’inflammation donne l’appendicite.

14 Ce témoignage est dû à Georges Pouchet (1833-1894), aide-naturaliste dans la chaire d’Anatomie comparée du Muséum en 1865. Pouchet cite par erreur Emmanuel Rousseau qui n’avait que 8 ans à l’époque de cette visite ; il devait s’agir de son père Pierre Rousseau. Ce témoignage, très critique à l’égard de Cuvier, a été publié dans son cours sur la chaire d’anatomie, La revue scientifique de la France et de l’étranger. Revue des cours scientifiques, 2e série, 9e année, no 42, 17 avril 1880, pp. 982-988.

15 Charles de Wailly (1730-1798), architecte, membre de l’Académie des Beaux-Arts, constructeur du théâtre de l’Odéon.

16 Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), titulaire de la chaire de géologie du Muséum.

17 André Thouin (1747-1824), titulaire de la chaire des cultures du Muséum.

18 Bauchot (Marie-Louise) & Daget (Jacques), « Un bicentenaire ; le transfert à Paris du cabinet du stathouder. Son importance pour l’Ichtyologie ». Cybium, 20, no 3, 1996, pp. 221-229.

19 Orang-outan, mot malais qui signifie homme des bois [que l’on écrit également orang-outang].

20 Barsanti (Giulio), « L’orang-outan déclassé (Pongo Wurmbii Tied.). Histoire du premier singe à hauteur d’homme (1780-1801) et ébauche d’une théorie de la circularité des sources », in Blanckaert (Claude), Ducros (Albert) & Hublin (Jean-Jacques) (sous la dir.), Histoire de l’Anthropologie : hommes, idées, moments, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nlle série, t. I, no 3-4, pp. 67-104.

21 Le mot Pongo a été utilisé d’abord par Buffon, qui l’avait pris à Andrew Battell, voyageur anglais explorateur de la Guinée à la fin du xvie siècle. Le nom appartient à la langue mpongwe parlée sur les deux rives du Gabon. Le mot donnera Pongidés pour désigner la famille des grands singes : Orang-outan, Gorille, Chimpanzé.

22 Visser (Robert Paul Willem), The Zoological Work of Petrus Camper (1722-1789), Amsterdam : Ed. Rodopi, 1985, 208 p. (Nieuwe Nederlandse bijdragen tot de geschiedenis der geneeskunde en der natuurwetenschappen ; 12).

23 Bibliothèque de la Sorbonne, Manuscrit 2082, Registre des séances de la Société philomathique, no 240, p. 153.

24 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne) & Cuvier (Georges), « Histoire naturelle des Orang-outangs », Magasin encyclopédique, 1ère année, no 3, 1795, pp. 451-463, I pl.

25 Pieter Camper avait publié en 1782 un travail intitulé Histoire naturelle de l’orang-outang, et de quelques autres singes qui sera ultérieurement traduit en français dans les Œuvres de Pierre Camper, qui ont pour objet l’histoire naturelle, la physiologie et l’anatomie comparée, Paris-Bordeaux : H. J. Jansen, A. Bertrand-Melon & Cie, an XI-1803, pp. 1-196 ; en 1791 paraît un autre ouvrage célèbre de Camper, doublement traduit : Dissertation sur les variétés naturelles qui caractérisent la physionomie des hommes des divers climats et des différents âges. Suivie de réflexions sur la beauté ; particulièrement sur celle de la tête ; avec une manière nouvelle de dessiner toute sorte de têtes avec la plus grande exactitude [trad. par Jansen H.-J.], Paris-La Haye : H. J. Jansen-J. Van Cleef ; et Dissertation physique sur les différences réelles que présentent les traits du visage chez les hommes de différents pays et de différents âges ; sur le beau qui caractérise les statues antiques et les pierres gravées. Suivie de la proposition d’une nouvelle méthode pour dessiner toutes sortes de têtes humaines avec la plus grande sûreté [trad. par Quatremère D’Isjonval Denis Bernard], Utrecht : B. Wild & J. Altheer.

26 Blanckaert (Claude), « “Les vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la craniométrie (1765-1875) », Revue de Synthèse, no 3-4, 1987, pp. 417-453.

27 Dans un article remarquablement documenté, Giulio Barsanti a montré qu’en fait Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier ont utilisé les figures publiées par Jean-Baptiste Audebert et qu’ils n’ont pas procédé à des mesures sur des crânes.

28 Cette question est posée de manière remarquable par Stephen Jay Gould dans La Mal-mesure de l’Homme, op. cit.

29 Chappey (Jean-Luc), La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804), Des Anthropologues au temps de Bonaparte, Paris : Société des études robespierristes, 2002, 573 p. ; Copans (Jean) & Jamin (Jean), Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an VIII, Paris : Le Sycomore, 1978, 230 p.

30 Gérando (Joseph-Marie de), « Considérations sur les méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages », in Copans (Jean) & Jamin (Jean), Aux origines de l’anthropologie française, op. cit., p. 131.

31 Cuvier (Georges), « Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’hommes », in Copans (Jean) & Jamin (Jean), Aux origines de l’anthropologie française, op. cit., pp. 173-176.

32 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations Faites sur le Cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, t. III, 1817, pp. 259-274.

33 Taquet (Philippe), « Georges Cuvier », La Lettre de l’Académie des Sciences, no 28, 2011, pp. 19-21.

34 Taquet (Philippe), Georges Cuvier. Naissance d’un génie, op. cit., pp. 17-20.

35 Bérard (Pierre-Honoré), « Ouverture du corps de Monsieur Cuvier », Gazette Médicale de Paris, journal spécial du Choléra-Morbus, t. 3, no 34, 19 mai 1832, pp. 261-262 ; Rousseau (Emmanuel), « Maladie et autopsie de M. G. Cuvier », extrait de la Lancette française, 26 mai 1832, 7 p. Sur la biographie des médecins rassemblés pour l’autopsie, voir Huguet (Françoise), Les professeurs de la faculté de médecine de Paris, dictionnaire biographique 1794-1939, Paris : Éd. du CNRS ; Institut National de Recherche Pédagogique, 1991, 753 p.

36 62 ans, 8 mois et 20 jours.

37 Bérard (Pierre-Honoré), « Ouverture du corps de Monsieur Cuvier », op. cit., p. 261.

38 Rousseau (Emmanuel), « Maladie et autopsie de M. G. Cuvier », op. cit., p. 6 ; Rousseau mentionne la présence lors de l’autopsie de Cuvier de Caffe, interne de la Pitié, dont le nom n’apparaît pas sur la liste des personnes signalées dans le rapport de Bérard Aîné.

39 Samuel Thomas Sœmmerring (1755-1830), célèbre anatomiste et paléontologue allemand, ami et collègue de Cuvier, qui écrivit notamment l’ouvrage d’anthropologie De corporis humani fabric...

40 Les poids des cerveaux sont respectivement de : 1,147 kg, 1,583 kg, 1,323 kg, 1,371 kg et pour Cuvier de 1,791 kg.

41 Dans un article plein d’humour intitulé « Chapeaux larges et esprits étroits », Stephen Jay Gould expose que la taille du crâne et du cerveau, ainsi que les mesures du chapeau de Cuvier firent l’objet d’un débat homérique en 1861 entre Pierre Gratiolet (1815-1865) et Paul Broca (1824-1880) à la Société d’anthropologie de Paris, « débat dont l’enjeu était la taille du cerveau et son influence sur l’intelligence » ; sur les informations tirées du volume du cerveau, voir Gould (Stephen Jay), Le Pouce du Panda, Paris : Grasset & Fasquelle, 1982, chap. 13, p. 165.

42 Darwin (Charles), Charles Darwin’s Beagle Diary [ed. by Keynes Richard Darwin], Cambridge : Cambridge University Press, 1988, pp. 222-223.

43 Darwin (Charles), The Descent of Man, and Selection in relation to Sex, Londres : John Murray, 1871, t. II, pp. 404-405.

44 Bridges (E. Lucas), Aux confins de la Terre. Une vie en Terre de Feu (1874-1910), Bruxelles : Nevicata, 2010, 645 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende Angle facial des espècesGravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Comparaison crânienneGravure de Migneret extraite de l’Histoire naturelle du genre humain de Julien-Joseph Virey (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Squelette du singe du Baron de WurmbIllustration de Nicolas-Henri Jacob extraite de la Storia naturale delle scimie (1812). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Division des singesGravure extraite de la publication d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier dans le Magasin Encyclopédique (1795). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Angle facialGravure de 1768 réalisée par Pierre Camper. Planche extraite de Dissertation physique sur les différences réelles que présentent les traits du visage chez les hommes de différents pays et de différents âges... (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Légende Femme de race bôchimanneEstampes de Léon de Wailly extraites de l’Histoire naturelle des mammifères d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier (1824). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Georges CuvierDessin de Julien-Léopold Boilly extrait de l’« iconographie de Georges Cuvier » de Léon Bultingaire (1932).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Légende Georges CuvierMoulage exécuté après sa mort. Photographie extraite de l’« iconographie de Georges Cuvier » de Léon Bultingaire (1932).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3948/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540