Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Corps / objet : monstration & démonstrations

Les vies post-mortem de Saartjie Baartman

Muséologie et économies morales1

Christelle Patin

Texte intégral

  • 1 Mes sincères remerciements à Alban Bensa et Thierry Bonnot pour leurs réflexions anthropologiques, (...)

— II faudrait, je crois, pour obtenir un jugement, et un jugement susceptible de porter des fruits... Il faudrait, voyez-vous, que ce jugement puisse s’établir sur une base indiscutable et formelle.
— Je vois, dit le ministre, mais laquelle ? [...]
— Une définition légale, claire et précise de la personne humaine.
Le ministre ouvrit de grands yeux. Il hésita avant de dire :
— Mais... Elle n’existe pas.
Vercors, Les animaux dénaturés

  • 2 « Vénus hottentote : une “rue Cuvier” à Paris est-elle opportune ? », question posée sur le blog de (...)
  • 3 Sotinel (Thomas), « “Vénus noire” : la Vénus dérangeante et bouleversante de Kechiche », Le Monde, (...)
  • 4 Cuvier (Georges), Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff sur l’histoire naturelle, la politique et (...)
  • 5 En voici divers extraits relevés à la suite du film « Vénus noire » : « Son cerveau et ses organes (...)
  • 6 Son exposition publique fut continue entre 1817 et 1974 puis le moulage fut ponctuellement exposé e (...)

1Aux dires de nombreux commentaires médiatiques, le film « Vénus noire » d’Abdellatif Kechiche « rouvre la plaie de la mémoire de positions et d’actes de scientifiques qui sont devenus intolérables »2. « C’est là [sous le regard des scientifiques] que le plus grand mal est fait, dans cette détermination “objective” de la hiérarchie entre humains »3. Ce ne sont ni les marchands de spectacle ni le public voyeuriste qui sont désignés comme un mal souverain, mais bien les représentants de la science, incarnés en un seul homme, l’emblématique Georges Cuvier (1769-1832). La dimension victimaire de Saartjie Baartman (1789 ?-1815) est édifiée en exemple comme norme négative. Tel un étalon dans les catégories du mal, elle sert de référent aux débats relatifs à la présence et à l’exposition des restes humains dans les musées, comme l’illustrent ceux de la restitution par la France des têtes maories. Suivant la suggestion d’un journaliste, faut-il alors débaptiser la rue Cuvier qui jouxte le Jardin des plantes ? Le reniement de la mémoire de ce « grand homme » compose avec le rôle de bourreau raciste que lui attribue le remodelage de notre mémoire collective. Or que savons-nous, réellement, du racisme de Cuvier qui fit, dans sa jeunesse, l’éloge de son serviteur nègre à son ami Pfaff de Stuttgart4 ? Pouvons-nous réduire le récit de la « Vénus hottentote » à la personne de Cuvier ou au seul regard des scientifiques ? Par ailleurs, l’exposition publique post-mortem de la « Vénus Hottentote », matérialisée à travers ses restes anatomiques et ses moulages, concentre invariablement une partie des intolérables contemporains5. Un lieu unique cristallise les contestations, le Musée de l’Homme. Nulle mention n’est faite des caractéristiques muséologiques de cette présentation publique, si ce n’est celle d’une nudité implicite, des autres lieux où la Vénus fut exposée ou des autres scientifiques-conservateurs. Un continuum temporel anonymé, allant de la dissection par Cuvier au retrait de l’espace public d’exposition, semble figer les 157 années6 de présentation de la « Vénus » au sein d’un espace fantôme et la réduire à l’unique dans une sorte de naturalisation de l’espace social. Les fluctuations des médias quant aux dates de son retrait d’exposition et à la nature des parties présentées montrent un indéniable flou.

  • 7 Silva (Joséane) & Cabrol (Pierre), « La restitution des restes de la “Vénus hottentote” à l’Afrique (...)
  • 8 Fassin (Didier), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire et Sciences sociales, no 6 (...)
  • 9 Badiou (Alain), L’éthique, essai sur la conscience du mal, Paris : Nous, 2003, 124 p.
  • 10 Kopytoff (Igor), « The cultural biography of things : Commoditization as process », in Appadurai (A (...)
  • 11 Bensa (Alban), La fin de l’exotisme, essais d’Anthropologie critique, Toulouse : Anacharsis, 2006, (...)
  • 12 Bazin (Jean), « Interpréter ou décrire, notes critiques sur la connaissance anthropologique », Des (...)
  • 13 Bonnot (Thierry), « Prendre simplement les choses au sérieux de ce qu’elles sont… », L’Homme, no 19 (...)

2La collectivisation de la souffrance7 dont la « Vénus hottentote » devint le support emblématique répond à l’exigence contemporaine du respect de la dignité humaine, au passage de la notion d’offense personnelle à celle d’atteinte collective. Elle interroge l’espace moral marqué par des émotions, des valeurs, des normes ou obligations, par la prégnance et les dimensions conflictuelles de celles-ci. Leur production, circulation et utilisation dans l’espace social déterminent ce que l’anthropologue Didier Fassin appelle « une économie morale »8. Elle procède aussi d’une vision lacunaire de l’histoire et d’anachronismes. Or l’ensemble des informations en présence, à un instant donné, permet de comprendre la construction du statut social, souvent pluriel, voire contradictoire, d’une personne ou d’un objet. Cette quête de sens est de l’ordre de la rencontre, d’une approche du processus de vérité9 non dénué d’éventuels paradoxes. La voie de la biographie culturelle10 semble être assez naturelle pour appréhender les dialectiques dont fut et est encore l’enjeu Saartjie Baartman, pour comprendre ses nombreuses vies post-mortem et leur évolution sur un temps long. Cela implique des choix d’écriture. L’attention est portée ici sur les descriptions muséographiques, celles des guides de visite du Muséum national d’Histoire naturelle, sur de nombreux extraits d’archives inédits ou de voix actuelles. Le film « Vénus noire » et les réactions qu’il a suscitées constitueront quelques jalons caractéristiques de l’espace moral contemporain. Loin de vouloir créer un décor bavard, le désir est de donner toute sa valeur heuristique à la situation en empruntant le chemin d’une anthropologie pragmatique théorisée dans les travaux de Jean Bazin (1941-2001), d’Alban Bensa et de Thierry Bonnot. Il s’agit, par la description même des faits et gestes des individus, d’éviter toute interprétation excessive qui projette bien souvent l’autre dans un ethnos aux spécificités irréductibles11. « Plus j’apprends à décrire ce qu’ils font, plus se dissout leur insondable altérité, cette faille qui semblait me séparer à jamais de leur manière de voir le monde »12. La tâche est difficile car l’esprit, d’une initiative hardie, tend à vouloir donner sens aux choses par des associations plus ou moins fondées et fécondes. Il n’est donc pas simple de « Prendre simplement les choses au sérieux de ce qu’elles sont… »13. Mais la tentative est là, avec toute son énergie et ses débordements.

Le Musée de l’Homme
Sous les projecteurs lors de son inauguration en juin 1938. Une nouvelle ère muséographique dont le projet est d’éclairer « l’Homme total ». La Vénus hottentote est présentée au premier étage, à gauche de la photographie. © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 14 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus : A ghost story and a biog (...)

3À l’image du cheminement d’une rivière et de ses errances, le parcours du corps-objet de Saartjie Baartman nous transportera tout au long de ces pages. Il n’emprunte pas les voies canalisées mais préfère les lits tortueux, d’une plus grande sensibilité à l’environnement proche ou lointain, où les étiages et les crues sont variables et soudains. L’objet de ce chapitre est de montrer comment ce voyage guidé, tout à la fois nous renseigne sur l’économie morale de la mise en exposition, de 1815 à nos jours, et participe à sa construction. La biographie permet de révéler l’espace moral dans lequel elle s’insère et de comprendre les logiques sociétales de valorisation ou de dévalorisation de Saartjie Baartman, ce qu’elle fut après sa mort. Pour cela, nous interrogerons les mondes de sensibilité, de valeur et de norme qui sous-tendent ce processus de monstration, de la « rupture au monde d’origine » à la présentation de la « Vénus hottentote », de la « récolte » du corps, sa transformation en objet scientifique jusqu’à son inscription dans un espace muséographique. Ce parcours accompagnera des questionnements fondamentaux comme ceux de la définition de l’humain et de la notion de dignité humaine. Il conviera à cette compréhension anthropologique épistémologie des sciences de l’Homme, muséologie, histoire sociale et droit. La volonté initiale n’était pas de sacrifier à une complexité gratuite, ce sont les témoignages passés et actuels qui ont imposé leurs méandres et leurs emboîtements d’échelle. Car « plus Sara Baartman fut élevée au statut d’icône, plus elle représenta une variété de causes et moins son passé devint compliqué »14. Cet écrit tente donc de synthétiser les diverses facettes des débats et des enjeux moraux et politiques dont fut l’objet, directement ou indirectement, la « Vénus hottentote » au sein de l’espace muséal. Il essaie également d’en saisir les nuances, en reconsidérant le rôle des acteurs et les échelles d’espaces, et de révéler les transformations des logiques sous-jacentes. Le corps-objet de Saartjie Baartman sera multiforme car il est inséré dans trois sphères sociétales en recomposition et interaction : le musée, la science et le corps de l’homme mort. Autrement dit, la densité de cet écrit est inhérente à la complexité du parcours post-mortem de Saartjie Baartman et de ses nombreuses vies. Chaque paragraphe partira d’un questionnement contemporain qui s’ouvrira dans le passé ou empruntera la démarche inverse. Cela permettra de relier les dialectiques passées et présentes. Quatre points conflictuels seront ainsi successivement abordés : le prélèvement du cadavre et son traitement, l’exposition de la « Vénus hottentote » avec ou sans les animaux, la mise en scène raciologique du processus de civilisation et enfin la question de l’exposition publique de la nudité de la « Vénus ».

AU SUJET DU PRÉLÈVEMENT DU CADAVRE DE SAARTJIE BAARTMAN ET DE SON TRAITEMENT

  • 15 Réponse à la question initiale : « En quoi ce sujet faisait-il écho à vos préoccupations d’alors, v (...)
  • 16 Par ailleurs, le Droit civil encadre notamment les prélèvements d’organes qui ne peuvent être réali (...)

4Lors d’un entretien au magazine L’Express, suite à la sortie du film « Vénus noire », Abdellatif Kechiche justifie de la sorte l’intention de sa création : « J’ai d’abord voulu aborder cette histoire sous l’angle de la reconstitution [...] il y avait des questions : Pourquoi cette femme a-t-elle accepté de souffrir autant ? Comment un homme a-t-il pu la disséquer après sa mort contre sa volonté ? Comment arriver à une telle barbarie ? »15. Ce questionnement invite à deux remarques. Tout d’abord, en interrogeant le degré d’acceptation de la souffrance ainsi que l’absence de libre consentement à disposer de sa propre dépouille, l’auteur ancre le récit dans les registres de l’empathie et de l’équité relatifs au dogme contemporain du respect de la dignité humaine. Il interroge, à sa manière, les limites de l’espace moral. Cependant, en projetant des états mentaux actuels sur le passé, il introduit une psychologisation des personnages, faisant la part belle à une surenchère émotionnelle et fi d’une réelle reconstitution des cadres collectifs moraux et législatifs ayant permis l’approche d’un possible discernement. Certes, le nécessaire consentement donné de son vivant par la personne décédée apparaît aujourd’hui au premier rang des règles édictées16. Il fut questionné par Arnaud Esquerre lors de l’exposition des corps plastinés « Our body, À corps ouvert » qui eut lieu en France entre 2008 et 2009.

« Le bon vouloir des restes humains à être exhibés »

  • 17 Esquerre (Arnaud), « Le bon vouloir des restes humains à être exhibés », Politix, vol. 23, no 90, 2 (...)
  • 18 Solidarité Chine informe et sensibilise la communauté internationale sur la situation politique et (...)
  • 19 Voir le jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris du 21 avril 2009 (no 09/53100).
  • 20 Voir l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 30 avril 2009 (no 09/09315).
  • 21 C. Cass. Ière C. civ., 16 sept. 2010, no de pourvoi : 09-67456. Référence citée dans l’article de C (...)

5Ce titre reprend à dessein celui de l’article du sociologue17 qui analyse les divers registres d’argumentaires et d’émotions qui ont structuré les débats juridiques et citoyens émis lors de l’exposition. Pour mémoire, en mars 2009, deux associations Solidarité Chine et Ensemble contre la peine de mort18 saisissent le Tribunal de Grande Instance de Paris afin de suspendre l’exposition « Our Body » organisée par la société Encore Events. Après un premier jugement19 contesté, la Cour d’Appel de Paris argumente que « la protection du cadavre et le respect dû à celui-ci commandent tout d’abord de rechercher si les corps ainsi exposés ont une origine licite et s’il existe un consentement donné par les personnes de leur vivant sur l’utilisation de leur cadavre »20. À cela, la société Encore Events réplique que « les corps et les organes proviennent de dons bénévoles et anonymes aux écoles de médecine affiliées à la fondation » et certifie que « tous les donateurs (ou leur famille ou leur tuteur) sont clairement renseignés sur le fait que les corps cédés seront utilisés pour des travaux anatomiques et des recherches médicales (ils sont informés quant à la méthode de conservation du corps et savent qu’il pourra servir pour éduquer le grand public) ». Cependant, faute de preuves suffisantes, des doutes persistent quant à l’origine licite des corps chinois dans le cas où ils seraient ceux de condamnés à mort ainsi que sur le consentement de leur utilisation post-mortem. L’exposition fut donc interdite. Un autre argument a servi à fonder cette interdiction. Il s’appuie sur la loi no 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire dont l’article 16-1-1 du Code civil étend le principe du respect du corps humain au-delà de la mort. Or, nous livre la Cour d’Appel, l’exposition organisée à des fins commerciales constitue une violation manifeste de ce même article, en vertu duquel le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort et « les restes des personnes décédées doivent être traités avec respect, dignité et décence ». L’impossible association du respect de la dépouille et de son utilisation à des fins commerciales vient à nouveau d’être confirmée par la Cour de Cassation21. Cela dit, la donation du corps peut-elle être considérée comme un abandon de ce dernier qui laisserait la science seule maîtresse de son devenir ? En d’autres termes, le consentement à donner son corps à la science peut-il légitimer toutes les utilisations possibles, en l’occurrence celle de sa mise en exposition ?

  • 22 Selon le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, « Les mé (...)
  • 23 Ibid., p. 13.

6Si la dissection des corps, leur morcellement à des fins d’enseignement et de recherche médicaux sont tolérés22, la légitimité de leur exposition publique semble un sujet plus sensible. À la demande de citoyens qui s’interrogeaient notamment sur la décence d’emmener des enfants dans un cadre scolaire visiter l’exposition « Our Body », le Comité consultatif national d’éthique a rendu un nouvel avis en 2010 : « Le consentement d’une personne à donner son corps à la science après son décès (pour des raisons anatomiques et pédagogiques) ne saurait être confondu avec un cautionnement de sa mise en scène post-mortem à des fins commerciales. Il n’y a pas d’éthique sans consentement mais le consentement ne suffit pas à donner à une action sa légitimité éthique. La dignité du défunt vaut d’être prise en considération »23.

  • 24 Lhuilier (Gilles), « L’Homme-masque. Sur la dimension anthropologique du droit », Methodos, Penser (...)
  • 25 Edelman (Bernard), Ni chose, ni personne, le corps humain en question, Paris : Hermann, 2009, pp. 6 (...)
  • 26 Cornu (Marie), « La condition juridique des restes humains… », op. cit. p. 45. Lire aussi Cornu (Ma (...)

7Pour conclure sur ces débats contemporains qui alimentent le regard porté sur Saartjie Baartman, le respect de la dignité humaine, en ce qui concerne les expositions de type « Our Body », se matérialise donc à travers le cadre normatif du droit à disposer du corps post-mortem. Cependant, une tension se noue entre deux tendances du droit positif : celle de la protection du sujet via son corps (ce dernier incarnant la dignité de la personne même après la mort) et celle du droit de la personne sur ce corps comme l’exercice d’une liberté24. L’adéquation entre justice et liberté contractuelle — est juste ce qui a été voulu par des personnes libres et éclairées — dans une perspective purement libérale semble ici limitée puisqu’elle ne peut suffire à légitimer une mise en exposition dès lors que celle-ci répond à des finalités manifestement ludiques et lucratives. La liberté de contrat se heurte à l’inaliénabilité du corps humain, la commercialisation de ce dernier portant atteinte à sa dignité25. Depuis les dernières années, les nombreuses productions inhérentes à ces questions semblent indiquer une volonté de l’État d’encadrer le statut et le devenir des restes humains au sein de l’espace public ; action pouvant toutefois être perçue comme liberticide. Malgré cela, la notion incertaine d’exploitation commerciale, les limites floues entre le ludique et le purement pédagogique tout comme le statut juridique des restes humains recèlent encore bien des incertitudes26.

La tentation de l’anachronisme

  • 27 « Le critère déterminant du consentement préalable, avancé par la cour d’appel pour autoriser ou in (...)
  • 28 Stage « Exposer le corps humain : Déontologie et questions juridiques », 14 et 15 décembre 2010, In (...)
  • 29 Il s’agit de la loi du 15 novembre 1887 : « Tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut (...)

8Pour en revenir au titre de ce passage, si Arnaud Esquerre appuie également l’idée d’un contrôle étatique des cadavres, il en dénonce le monopole ainsi que les dérogations en matière d’institutions muséales, que ce soit la galerie d’anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle, la section d’égyptologie du Louvre ou le musée Dupuytren d’anatomo-pathologie27. Son constat, qui contient le questionnement : « Comment l’État peut-il exhiber des restes sans le consentement de la personne ? », rejoint ici l’interrogation initiale d’Abdellatif Kechiche sur la « Vénus hottentote », à savoir, « Comment un homme a-t-il pu la disséquer après sa mort contre sa volonté ? » La convergence porte sur l’application d’un même cadre moral, celui du respect actuel de la dignité humaine. Or ces deux auteurs oublient un facteur important, celui de la temporalité. Les corps chinois sont des corps contemporains qui peuvent donc relever du cadre moral et juridique actuel. Les possibles nouvelles collectes d’éléments du corps humain, évoquées lors d’un stage professionnel à l’INP (Institut national du patrimoine), doivent prendre en compte l’exigence de libre donation individuelle28. Mais en ce qui concerne les divers restes humains disséminés dans les collections muséales, et compte tenu du cadre purement législatif, la grande majorité d’entre eux est issue d’époques bien antérieures à 1887, date de la loi relative à la libre destinée de sa dépouille29. Saartjie Baartman est morte en décembre 1815. Si nous pouvions remonter le temps, l’idée de demander à un dignitaire égyptien s’il envisageait de présenter ou non son corps momifié dans un musée semblerait assez incongrue. Au regard de ce que nous savons des cadres moraux et culturels dans lesquels il s’insère, nous pourrions supputer un éventuel accord ou désaccord qui ne resterait, malgré tout, que conjecture. Ainsi, en poussant ce raisonnement à l’excès, ne pourrions-nous pas considérer que l’exposition muséale post-mortem de la « Vénus hottentote » n’est qu’une suite logique, et donc justifiée, de son exhibition publique réalisée lors de son vivant ?

  • 30 Fassin (Didier), « Et la souffrance devint sociale. De l’anthropologie médicale à une anthropologie (...)
  • 31 « Vénus noire est un film impressionnant, aussi romanesque que radical, aussi émouvant qu’éprouvant (...)
  • 32 Corbin (Alain), « Préface », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir.), Le xixe siècle, Science, politiq (...)

9En somme, si la question de la pluralité ou de l’unicité du traitement politique des restes humains est centrale, elle ne doit pas pour autant succomber à l’anachronisme ou à l’ethnocentrisme. Certes, la configuration sociétale actuelle fait une place de choix à la mise en scène des sentiments moraux dans l’espace public. Elle déploie une dimension compassionnelle faisant retentir le pathos30. « Je m’identifie à Saartjie Baartman. Je suis là vibrant des mêmes sentiments moraux qui l’assaillent… du même désespoir… je souffre… je suis indignée… Et toi Saartjie… l’étais-tu aussi ? » Trouble soudain qui déforme momentanément le prisme de mes émotions et de ma raison, étonnement de cette mise à distance de l’autre dans sa possible différence. Ce manque de distance relève de la difficulté à interroger objectivement le passé, à construire et légitimer une filiation. Mais peut-être davantage, procède-t-il d’une tentation de naturaliser ou essentialiser le concept de dignité humaine31, figée dans une forme philosophique, « l’éthique », sans entrevoir une configuration autre. Pourtant, l’espace moral est avant tout une construction politique en perpétuels évolutions et conflits. « L’Histoire ne juge jamais définitivement puisque les procès qu’elle pourrait un jour instruire seraient eux-mêmes soumis aux glissements incessants des systèmes de valeurs »32, met en garde Alain Corbin à propos des anathèmes rétrospectifs. Par ailleurs, au regard de la prégnance du processus de revivification de l’espace moral, notamment dans sa dimension émotionnelle, nous pouvons nous demander dans quelle mesure celui-ci n’est pas instrumentalisé pour contourner et masquer de vrais enjeux sociétaux contemporains.

10En fin de compte, ces mises en garde épistémologique et cognitive n’évacuent pas complètement la question du libre consentement qui doit être explicitée. Nous pourrions nous atteler à l’émergence de cette exigence sociale et à son histoire, mais nous nous éloignerions de la « Vénus hottentote » et ce serait, une fois encore, appliquer les cadres actuels de pensée en ignorant ceux des acteurs passés. En revanche, nous pouvons nous interroger sur les règles qui régissaient la gestion des cadavres à son époque, et si l’idée de la légitimité de sa récolte et de sa dissection a été pensée, ou non, par les naturalistes ou les anthropologues du xixe siècle.

De la légitimité de disséquer au Muséum d’histoire naturelle ?

  • 33 Propos tenus le 6 novembre 2001 au Sénat en réponse à une interpellation de Nicolas About, déposita (...)
  • 34 Rapport no 177 (2001-2002) de M. Philippe Richert, fait au nom de la commission des affaires cultur (...)
  • 35 « Au mépris d’ailleurs de la réglementation en vigueur », rapport Le Garrec du 30 janvier 2002. htt (...)
  • 36 « Il viole ainsi une ordonnance impériale », propos issus de la chronique de M. Alberganti, « Vénus (...)
  • 37 « Les autorités scientifiques du Muséum, empressées auprès de son cadavre, ne semblent pas avoir en (...)

11Les débats législatifs de 2002, relatifs à la loi de restitution de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, interpellent. De l’avis de Michel Duffour, alors secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle33 : « À sa mort en 1815, ainsi qu’il était de coutume pour les personnalités illustres ou remarquables, un moulage complet de son corps a été effectué et son squelette a été conservé ». Un second récit apparaît, quelques semaines plus tard, dans les débats sénatoriaux : « Alors qu’une ordonnance impériale n’autorisait de telles opérations qu’à la faculté de médecine et à l’hôpital de la Pitié, la dissection du corps a été effectuée au laboratoire d’anatomie du Muséum par Georges Cuvier »34, récit repris par le rapport de l’Assemblée nationale35 puis par le traitement médiatique du film « Vénus noire »36. Ainsi, le sort du corps de Saartjie Baartman relevait-il de celui réservé aux grands personnages ou, de l’avis plus général, d’une spoliation des droits funéraires ? Violation annoncée triple puisqu’elle concerne, d’une part, un rapt de cadavre (la destination du corps n’ayant pas été respectée), d’autre part, une atteinte illégale à l’intégrité du cadavre, et enfin une absence de rite funéraire37. Qu’en est-il donc ? Nous pouvons vraisemblablement écarter l’association du traitement du cadavre à celui des grands hommes. Certes, ce fut un usage réel, mais l’animalisation de Saartjie Baartman de son vivant et son genre ne lui permettaient pas d’accéder à ce type de reconnaissance. Quelle est cette ordonnance impériale à laquelle font référence les débats législatifs sans toutefois en mentionner la source ?

  • 38 Voir Archives de la Préfecture de police de Paris – DB 440.
  • 39 Je souligne.
  • 40 Ordonnance concernant les Amphithéâtres d’Anatomie et de Chirurgie, 15 octobre 1813, p. 2, Archives (...)
  • 41 Arrêté no 16461 – dans l’inventaire analytique des délibérations, XXXVII – Séance du 1er février 18 (...)
  • 42 « Art 1er – Conformément aux actes de son institution, le Conseil Général d’Administration des hosp (...)

12Des investigations menées dans les archives de la Préfecture de police ont permis de faire émerger diverses directives réglementaires, dont l’une date du 11 janvier 1815, soit près d’une année avant sa mort. L’appréhension de ce texte ne peut se faire que conjointement à l’ordonnance du 22 vendémiaire, an XI38, soit 1802 (voir le tableau comparatif). Par rapport à celle-ci, la nouvelle réglementation encadre et limite très rigoureusement les lieux et les modalités d’obtention de cadavres à des fins de dissection anatomique ou chirurgicale. Les dissections sont exclues de tous les endroits où le corps morcelé peut épandre ses miasmes, notamment les hôpitaux, et être vu publiquement. L’article III semble l’article recherché : « Les dissections et exercices sur l’anatomie et la chirurgie ne pourront être faits que dans les pavillons de la faculté de médecine et dans l’amphithéâtre établi près de l’hôpital de la Pitié ». Effectivement, le texte reste muet quant à l’institution du Muséum. Cet article s’applique-t-il pour autant au Muséum d’histoire naturelle ? Pour le comprendre, nous devons remonter aux sources. En effet, l’ordonnance de 1815 n’est pas réellement novatrice puisqu’elle reprend la majorité des dispositions d’une ordonnance antérieure, celle du 15 octobre 1813, à laquelle elle « apporte quelques changements reconnus nécessaires ». Cette dernière est dotée d’un important préambule, absent du texte de 1815, qui explique les tenants et les aboutissants de cette nouvelle réglementation et dans lequel figurent quelques exceptions d’usage : « Vu l’offre faite par la Faculté de Médecine de fournir un local commode et les cadavres nécessaires à tous les Docteurs qui sont autorisés à faire des Cours d’anatomie et de chirurgie, et de fournir aussi des sujets aux amphithéâtres du Jardin-des-plantes39, du Collège impérial de France et à l’École de Peinture et de sculpture, lesquels sujets seront délivrés dans les pavillons de la Faculté, sur les bons des Directeurs de ces établissements »40. Les trois établissements publics d’enseignement, précédemment cités, étaient donc autorisés à disséquer les corps fournis par les pavillons de médecine. Cette précision apparaît seulement au sein du préambule et est absente des divers articles. L’écriture de l’Ordonnance de 1815 passe sous silence cette introduction contextuelle ; peut-on malgré tout conclure à son inexistence ? Car comme le rappelle le Conseil général d’administration des hospices civils de Paris, en réaction au vote de ce texte41, le droit de l’administration des hospices « à cet égard se trouve fondé sur un usage immémorial », usage lié au statut même de l’institution42. Suite à cela, le second article de la délibération du conseil introduira des exceptions au règlement du 11 janvier 1815 : « Des amphithéâtres de dissection seront rétablis en faveur de ces élèves dans les hôpitaux de la Pitié, de la Charité, de St Louis et des Enfants-malades et dans les hospices de la Salpêtrière et du Bicêtre ». La correction effectuée rétablit ainsi la perpétuation du droit.

Ordonnance du 15 octobre 1813
Introduction contextuelle à l’Ordonnance faisant état d’exceptions à l’interdiction de disséquer. Archives de la Préfecture de Police, cote DB-440, pp. 1-2. Cliché Christelle Patin.

Ordonnance du 11 janvier 1815
L’Ordonnance de 1815 laisse sous silence le préambule contextuel. Peut-on, pour autant, conclure à l’invalidation de ces exceptions ? Archives de la Préfecture de Police, cote DB-440, p. 1. Cliché Christelle Patin.

  • 43 Voir Archives nationales, fond « Anatomistes » du Jardin du Roi : AJ/15/09 ; le bel article d’Hamy (...)
  • 44 Déclaration du Roi pour faire continuer les exercices au Jardin Royal des Plantes, registrée au Par (...)

13À ce niveau de la réflexion, il convient de saisir et d’interroger l’importance et l’expression du droit par usage dans l’histoire de l’enseignement de l’anatomie humaine du Muséum. Manquant d’explicite pour celui qui n’en a pas les clés, ce droit peut laisser des ellipses, des non-dits au sein des lois formelles. L’ancestralité de l’usage légitime sa perpétuation en composant avec le pouvoir, tentant de se maintenir à flot en dépit des tempêtes qui secouent le monde social dans lequel il s’insère. Ces compositions avec le politique se retrouvent dès la genèse du Jardin du Roi. Il faut rappeler que l’Édit royal du 15 mai 1635 proclamé par Louis XIII fixe la nomination de trois « démonstrateurs, opérateurs » préfigurant les trois chaires fondatrices du Jardin du Roi : la Botanique, la Chimie et l’Anatomie humaine, dont est héritier le Jardin des plantes43. Marin Cureau de la Chambre fut nommé le premier démonstrateur d’anatomie humaine et de chirurgie. Que ce soient lui (1594-1669), son fils François (1630-1680), Pierre Dionis (1643-1718) puis Joseph Duverney (1648-1730), tous ces démonstrateurs, qui successivement étudièrent et enseignèrent l’Homme au Jardin du Roi, étaient membres de la cour et proches du pouvoir royal. Cette position conférait à l’établissement quelques privilèges dont fait notamment état la déclaration royale du 20 janvier 1673. Son objet était de garantir aux professeurs de cette institution la liberté de faire des opérations chirurgicales, dissections et démonstrations anatomiques. Pour ce faire, ceux-ci devaient disposer de suffisamment de cadavres. Cependant, la faculté de médecine avait eu jusqu’alors la possession exclusive des corps des condamnés à mort. Rompant avec la décision parlementaire de 1552, l’Ordonnance de Louis XIV stipule que le premier corps exécuté serait délivré au Jardin des plantes « par préférence à tous autres, même aux doyens et docteurs de la Faculté de médecine de Paris, nonobstant tous privilèges à ce contraire » et à la condition que « les dits cours et démonstrations seront faits par les professeurs du dit Jardin Royal, gratuitement en la manière accoutumée »44. Nous voyons donc que, si les corps autorisés à être disséqués devaient être conduits à la Faculté de médecine, cette règle était soumise à des exceptions en faveur du Jardin du Roi, concourant à la construction d’un droit aux racines royales.

  • 45 Lettre du 15 octobre 1816, Archives nationales, AJ/15/746.
  • 46 Lettre du 28 octobre 1816, Archives nationales, AJ/15/746.
  • 47 Je me réfère à l’Ordonnance de 1813 précédemment évoquée. Il faut sûrement aussi prendre en compte (...)

14Au regard de tout cela, il est donc très vraisemblable que les restrictions de l’Ordonnance de 1815 ne s’appliquaient pas au Muséum d’histoire naturelle, qu’un droit d’usage ancien, à l’auréole dorée, légitimait une dérogation à la règle générale autorisant les opérations de dissection de cadavres humains. Deux courriers de contestation écrits par le directeur du Muséum aux administrateurs des hospices civils de Paris, en octobre 1816, paraissent à ce propos significatifs : « M. le docteur Portal qui vient de commencer son cours d’anatomie au jardin du roi ne peut se procurer de sujets de dissection à l’hôtel Dieu, parce qu’on a dit qu’on les envoyait tous à l’école de médecine [...] jamais le jardin royal n’a manqué de sujets de dissection jusqu’à ce jour »45 ; « c’est la première fois qu’on a jamais refusé à l’hôtel Dieu de donner des sujets de dissection pour le jardin royal des plantes et nous ignorons le motif de ce refus »46. Pour comprendre ces remarques, il faut reconsidérer, d’une part, la valeur donnée au droit dont est coutumier le Jardin royal et, d’autre part, la gestion géographique des cadavres qui devaient être pris à l’amphithéâtre de médecine47.

15Cependant, le point sur lequel nous pouvons nous interroger est la nature de l’anatomie réalisée au sein de ces amphithéâtres et la législation qui leur était relative. Les textes, précédemment mentionnés, encadrent les dissections d’anatomie humaine. Or le corps de Saartjie Baartman a été disséqué dans le cadre de l’anatomie comparée. Dans ce contexte de pensée spécifique, où les organisations animales sont jaugées entre elles, un corps humain était-il considéré comme le corps d’une personne ou celui d’un être zoologique ? Relevait-il alors des législations propres à l’étude médicale, ou bien, de celles sanitaires d’équarrissage des animaux ? Tentons d’en savoir davantage en analysant l’économie de la récolte et du traitement du cadavre de Saartjie Baartman.

« La récolte » du cadavre de Saartjie Baartman : abandon, échange marchand ou don ?

  • 48 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 2 janvier 1816, p. 3.
  • 49 Lettre du 30 décembre 1815, Archives nationales, AJ/15/746.

16À travers ces trois catégories, c’est le rapport reliant les personnes et Saartjie Baartman qui est interrogé. Sa compréhension permettra de mieux déchiffrer les conditions qui permirent le transfert du corps au Muséum. « La Vénus Hottentote, que l’on voyait à Paris depuis environ quinze mois, est morte la semaine dernière, après une maladie de huit jours. La véritable maladie de l’Hottentote étoit la petite vérole. Son médecin l’a traitée pour une catarrhe, une fausse pleurésie et une hydropisie de poitrine. On dit que les professeurs du Muséum d’histoire naturelle ont demandé que son corps fût mis à leur disposition »48. Un courrier adressé par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) au maire de Paris, le lendemain de sa mort, soit le 30 décembre 1815, relate que « M. Réaux faisant voir au public une femme hottentote connue sous le nom de “Vénus Hottentote” laquelle vient de mourir chez lui. Il va aller à votre municipalité faire la déclaration du décès »49. Pour comprendre le cadre contextuel du recueil du cadavre, nous devons dans un premier temps interroger le statut social de la « Vénus hottentote » perçu par chacun des acteurs de cette histoire puis, dans un second temps, analyser les interactions personnelles qui rendirent possible ce transfert et en livrent tout le sens.

  • 50 Lettre du 30 décembre 1815 au maire (je souligne), Archives nationales, AJ/15/746. « Cette occasion (...)
  • 51 « Le corps d’une femme du Pays des Caffres née femme sarjee dite la Vénus hottentote décédée ce jou (...)
  • 52 « On s’occupe en ce moment, dans une salle du Muséum d’histoire naturelle, à mouler la Vénus hotten (...)
  • 53 « M. Réaux, faisant voir au public une femme hottentote connue sous le nom de la Vénus hottentote » (...)
  • 54 Lettre du 16 février 1815 au chef de la première division de la police de Paris, Archives nationale (...)
  • 55 Il faut rappeler que l’esclavage aboli en France pendant la Révolution française fut rétabli par Na (...)

17« Je vous préviens que l’administration du Muséum d’histoire naturelle écrit à M. le Préfet de Police pour obtenir de lui que le corps soit porté aux laboratoires d’anatomie de cet établissement et y puisse devenir asile aux progrès des connaissances humaines »50. Les divers passages de correspondance qui mentionnent la « récolte » du cadavre de Saartjie Baartman indiquent que ce fut un « corps livré » aux professeurs du Muséum, aux sens propre et figuré, et destiné à devenir un réceptacle de la connaissance. Fut-il perçu comme celui d’une personne sans aucune attache sociale qui justifierait cette « livraison » à la science ? À cet égard, les regards divergent. Le préfet de police Jules Anglès (1778-1828) se réfère au seul état civil51 : nulle mention n’est faite de Réaux ou de l’existence d’éventuels liens sociaux. Ce questionnement est tout simplement évacué. Il en est de même des divers journaux relatant « l’événement »52. Pour les protagonistes, la « Vénus hottentote » est présentée comme une femme, certes curieuse, mais une femme seule. Dénué de tout lien avec l’institution familiale, seule instance légale à laquelle revient le cadavre, son corps peut être considéré comme errant, exempt de toute destination sociale. La « livraison » au Muséum consiste donc en une sorte de redistribution, un don d’une main anonyme en faveur de la connaissance. Par cette opération et par l’entremise de son cadavre, la dénommée « femme sarjee » retrouve, bien involontairement, une raison d’être. Les professeurs du Muséum partageaient-ils cette vision ? Les courriers adressés aux institutions montrent que la nature du lien unissant la « Vénus hottentote » à Réaux leur semblait bien différente. La « Vénus » y est présentée comme une chose hybride, à la fois femme et objet de monstration publique, exhibée par les soins de Réaux53. Appartient-elle au montreur d’animaux ? Les professeurs le considèrent comme propriétaire puisqu’ils le et la désignent successivement comme le « maître de cette femme » et « son Hottentote »54. Dans cette relation de servitude55, l’inaliénabilité du cadavre ne se pose donc pas.

Avis mortuaire Le décès de Saartjie Baartman évoqué en page 3 du Journal des débats politiques et littéraires du 2 janvier 1816.

  • 56 Weber (Florence), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnogra (...)

18Maintenant, analysons plus amplement le contexte de ce transfert en considérant les cadres matériels et les relations interpersonnelles l’ayant rendu possible56. Pour cela, la chronologie des diverses séquences d’interactions sociales nous sera précieuse.

1er séquence – Septembre 1814

19• M. Taylor, le « gardien » de la « Vénus hottentote », écrit à Thouin pour « inviter les professeurs à assister à l’exposition particulière qu’il doit faire mardi 13 d’une femme africaine qui vient des bords de la rivière de Gambos dont il adresse le portrait gravé ».

20• Pas de réponse connue des professeurs.

2e séquence – Mars 1815

21• Les professeurs contactent Réaux pour faire venir la « Vénus hottentote » au Muséum.

22• Refus initial de Réaux justifié par certaines obligations qu’il aurait contractées envers l’administration de police.

23• Geoffroy Saint-Hilaire demande l’autorisation au préfet de police qui accepte.

24• Venue de la « Vénus » au Muséum pendant 3 jours : observation, mensuration et dessins.

25• Une « indemnité à la Vénus hottentote » de 100 francs est versée.

26• Compte rendu scientifique de l’observation de l’Hottentote destiné à Réaux par Geoffroy Saint-Hilaire.

3e séquence – Décembre 1815

27• Réaux annonce le décès de la « Vénus hottentote » aux professeurs.

28• Geoffroy Saint-Hilaire écrit au maire de Paris pour l’informer de la prochaine déclaration de décès de la « Vénus hottentote » par Réaux.

29• Geoffroy Saint-Hilaire écrit au préfet de police pour demander la livraison du corps au Muséum et sa dissection par Cuvier afin de servir à l’instruction de l’anatomie comparée. Accord du préfet.

30• Livraison du cadavre, moulage, dissection.

4e séquence – Mars 1816

31• 27 mars – dépense imprévue : « au gardien de la Vénus hottentote » 200 fr.

32• 27 mars – rencontre de Frédéric Cuvier et de Réaux au sujet d’échanges d’animaux.

33• Demande d’autorisation d’échanges à l’administration pour une valeur estimée à 210 fr.

  • 57 Archives nationales, AJ/15/609.
  • 58 « Nous nous sommes pour cela adressés au maître de cette femme présentée au public sous le nom de V (...)
  • 59 Note de gestion des galeries, 1815, Archives nationales, AJ/15/904.

34C’est à l’initiative des scientifiques qu’est née la proposition de leur montrer la « Vénus hottentote »57, idée qui fut néanmoins soufflée par Henry Taylor, son précédent « gardien », six mois auparavant. Il convenait de solliciter M. Réaux, en tant que « propriétaire » et maître. Cependant, le service demandé n’était pas offert car Réaux le refuse dans un premier temps58. Puis, l’autorisation préfectorale rend possible la satisfaction de cette demande en légalisant l’offre. Il s’agit bien d’un échange marchand de services entre Réaux et les naturalistes qui se résume ainsi : la mise à disposition du corps de la « Vénus » contre un compte rendu scientifique prouvant son authenticité ; l’Hottentote a également bénéficié d’une indemnité financière de 100 Fr59.

Note de gestion de 1815
indiquant le versement d’une indemnité de 100 francs à la Vénus hottentote lors de sa venue au Muséum en mars 1815. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.

  • 60 Archives nationales, AJ/15/285.
  • 61 Archives nationales, AJ/15/904.

35À la mort de celle-ci, l’initiative provient du marchand de spectacle. Il sait qu’il existe un désir, une demande collective des partenaires du premier échange envers cet « objet ». Une fois encore, le représentant de l’ordre public légalise l’échange. Ce transfert apparaît dans le registre sommier des recettes et dépenses de 1815, dans le chapitre 6, dédié aux « dépenses accessoires et imprévues ». Il est noté, à la date du 27 mars 1816, soit au début de l’année suivante : « Au gardien de la Vénus hottentote – 200 francs »60. Si l’on compare l’écriture comptable à celle des autres actes de dépenses, celle-ci est peu explicite quant à son objet. La façon de désigner Réaux concentre tout l’implicite de la destination de cet argent, sans toutefois énoncer clairement la nature de l’échange. Une autre note volante, issue des divers justificatifs de frais des galeries pour l’année 1815, confirme cette dépense en des termes brefs mais plus explicites : « Vénus hottentote – 200 francs »61.

Somme de 200 francs
Ce montant fut versé à Réaux pour le corps de Saartjie Baartman. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/285. Cliché Christelle Patin.

36Selon le type de support comptable et sa destination, écrits qui diffèrent par leur pérennité et leur valeur officielle, la formulation de la transaction dont la « Vénus hottentote » fut l’objet laisse entrevoir une hésitation : celle de l’inscrire au même titre que les autres objets naturalistes ou de l’en différencier.

  • 62 « Je vous prie également de vouloir bien lui demander de donner son approbation à la cession faite (...)
  • 63 « Sur la réquisition à moi faite, par le S. Réaux propriétaire à Paris, de lui délivrer procès-verb (...)
  • 64 Testard (Alain), « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, vol. 42 (...)

37La date du 27 mars 1816 correspond aussi à celle où eut lieu un autre échange, celui d’animaux entre Frédéric Cuvier (1773-1838) et Réaux. À son tour, Réaux demanda deux animaux précis en possession du Muséum, cédés par le naturaliste en compensation d’animaux d’une somme équivalente62. Nous voyons que, pour Frédéric Cuvier, la chose échangée passe au second plan : il s’agit d’accéder à la demande du montreur d’animaux pourvu qu’il y ait équivalence financière. La livraison du cadavre de Saartjie Baartman au Muséum n’est donc pas un simple transfert marchand autonome, sans passé, ni avenir. Elle constitue une séquence d’une relation interpersonnelle de dépendance entre deux partenaires (certains naturalistes du Muséum et Réaux)63, dépendance pour obtenir la « chose » voulue dans un cadre de monopole et de rareté. Dans un échange qu’Alain Testart appelle « non marchand », catégorie anthropologique distincte du don et de l’échange marchand, « la relation s’entretient par les échanges eux-mêmes et souvent se crée par ce moyen c’est-à-dire par la pratique »64. Car, si le rapport à la « chose » voulue est prégnant au début de cette histoire, la pratique de l’échange et les relations de dépendance initialement externes aux personnes introduisent un ciment interpersonnel assez dense. La relation oscille en permanence entre chose et personne, le rapport aux choses commandant le rapport entre les personnes puis vice versa.

  • 65 Archives nationales, AJ/15/613, PV de l’assemblée des professeurs du 18 décembre 1816 ; AJ/15/614, (...)
  • 66 Archives nationales, AJ/15/614, PV de l’assemblée des professeurs du 23 avril 1817 et documents ann (...)

38La relation que Réaux eut avec les naturalistes du Muséum fut durable, notamment avec Frédéric Cuvier, responsable de la ménagerie, et Geoffroy Saint-Hilaire. Elle est attestée en diverses occasions. En décembre 1816, une visite aux crocodiles de Réaux a permis au dessinateur Huet (1770-1830) d’en réaliser un vélin ; en mars 1817, Réaux enlève les trois biches montrées à la ménagerie du Muséum ; en 1818, il cède des animaux morts destinés au nourrissage pour une somme de 300 francs65. Cependant, en dépit de leur diversité, toutes les transactions ne sont pas possibles. En avril 1817, Frédéric Cuvier annonce que Réaux « offre une valeur égale à 600 francs, si l’on veut lui prêter, pendant six mois, un lion mâle pour le faire voir à son profit, dans sa ménagerie de Paris »66. Outre le gain non négligeable, Cuvier observe qu’en prêtant ce lion, il resterait à la ménagerie une cage où l’on pourrait placer la femelle de l’ours d’Amérique lorsqu’elle serait pleine et obtenir de cette espèce des petits que le mâle a toujours, jusqu’à présent, dévorés au moment de la naissance. Pourtant ses arguments et l’appui écrit de Geoffroy Saint-Hilaire ne seront pas suffisants pour convaincre l’assemblée : « Malgré ces avantages l’assemblée n’a pas jugé cet arrangement convenable à la dignité de l’établissement. » La proposition sera rejetée. Cet épisode va au-delà de l’anecdote. Il montre, d’une part, l’hétérogénéité du monde des scientifiques et les tensions qui pouvaient s’y manifester. D’autre part, il indique les limites de la coopération entre la science et le monde libéral du spectacle par l’affirmation de résistances morales liées, notamment, à la valeur attribuée à l’institution et à celle de ses représentants.

  • 67 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), Crania ethnica, les crânes des races humaines, Pa (...)
  • 68 Archive photographique conservée au Musée du Quai Branly, PP01010-16-01. Le document date du xixe s (...)
  • 69 Je reprends ici l’analyse d’Alain Testart sur l’assimilation illusoire de l’échange non marchand au (...)

39En 1882, les anthropologues Armand de Quatrefages (1810-1892) et Ernest Hamy (1842-1908) publient un ouvrage anthropologique de référence, Crania ethnica, les crânes des races humaines. Dans la page consacrée au « Crâne de Sarah ou Saartjie Baartmann, femme bosjesmane, dite la Vénus Hottentote », on y apprend que « son corps a été donné au Muséum d’histoire naturelle par M. Réaux »67. Une courte note issue de la documentation du laboratoire d’anthropologie, de date inconnue, le mentionne aussi68. Pourtant, le livre de compte tout comme les guides de visite du xixe siècle restent silencieux quant à cette donation. Reste à comprendre l’assimilation de ce transfert à un don par les anthropologues de la seconde moitié du xixe siècle. Serait-ce pour effacer la dimension marchande, devenue insupportable, d’un transfert de cadavre ? C’est peu probable, car si le don constitue dans cette période le transfert majoritaire pour constituer les collections anthropologiques, l’achat de restes anatomiques ou ethnographiques est aussi usité. Ce qui reste dans la mémoire anthropologique n’est pas la valeur marchande de la « Vénus hottentote », la contrepartie financière donnée, mais la dimension interpersonnelle qui existait entre M. Réaux et les pairs. L’échange prend alors la forme d’un don. Qu’est-ce qui permet cette métamorphose ? Au premier abord, deux voies explicatives apparaissent69. La première porte sur la non équivalence des valeurs entre la chose donnée et celle reçue. Si la valeur estimée de la « Vénus hottentote » est bien supérieure aux 200 francs reçus, alors la compensation est incomplète et ce que n’a pas perçu Réaux apparaît comme un don. La seconde, plus probable, porte sur la perception des relations de Réaux à « l’objet » et aux personnes. Le cadavre de la « Vénus hottentote » n’a pas été « offert à la vente » avec un prix sur un marché anonyme. C’est avant tout le rapport privilégié de Réaux avec les naturalistes qui fait de ceux-ci les destinataires exclusifs de cette « offre ». L’exceptionnelle « Vénus » leur est offerte, peu importe l’exigence d’une contrepartie. L’échange est ainsi réduit au don.

  • 70 Bancel (Nicolas), Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles), Deroo (Éric) & Lemaire (Sandrine) (sous la (...)

40La venue à Paris de la « Vénus hottentote » a été, pour reprendre les propos de Geoffroy Saint-Hilaire, une « occasion » rarissime. Les séquences que nous avons décrites, partiellement marchandes car empreintes d’une forte dimension d’interactions personnelles, peuvent être considérées comme les prémices d’une coopération entre la science et le spectacle en France. Elles en révèlent les possibilités et ouvrent un nouvel espace moral d’échanges qui n’est pas sans susciter des résistances, de recomposition des relations aux altérités exotiques — « les choses » — et aux personnes. La mise en place d’un marché des corps « exotiques » au travers notamment des expositions grand-public des races vivantes, lieu médiatique et médian (mi-scène/mi-laboratoire), dans la seconde moitié du xixe siècle70 indique la diffusion et la banalisation de ce type d’échange. Reste à scruter si cette densification aura des impacts sur la forme des transferts, sur la relation entre la personne et les « choses », et les « choses » entre elles.

Les stratégies de légitimation de la « récolte » du cadavre de la « Vénus hottentote »

41Guidés par des logiques distinctes, les divers acteurs élaborent leur propre vision des conditions qui permirent la venue du corps de Saartjie Baartman au Muséum. Comme nous allons le montrer, chacun se réfère à l’action d’autrui pour justifier sa propre démarche.

  • 71 « Elle mourut le 29 décembre 1815 ; et M. le Préfet de police, ayant permis que son corps fut appor (...)
  • 72 « On dit que les professeurs du Muséum d’histoire naturelle ont demandé que son corps fût mis à leu (...)
  • 73 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme… », op. cit., p. 264.
  • 74 Note de la gestion des galeries de l’année 1815, Archives nationales, AJ/15/904.
  • 75 « Frais indemnités de 2131 – 1954 Fr. », Journal des recettes et des dépenses du Muséum, 1815, Arch (...)

42Les professeurs-administrateurs légitiment de deux façons le transfert du cadavre : par l’autorisation légale délivrée par le préfet de police de Paris71 et par le don effectué par Réaux, argument qui apparaît dans la seconde partie du xixe siècle. Le préfet, quant à lui, tout comme la presse72 se réfèrent aux professeurs : « À la demande de MM. Thouin et Geoffroy Saint-Hilaire, professeurs administrateurs du Muséum d’histoire naturelle, tendant à obtenir l’autorisation nécessaire pour faire transporter au laboratoire d’anatomie [...] le corps d’une femme ». Quant à Réaux, nous n’avons aucun témoignage direct de sa pensée. Son action s’inscrit dans une temporalité, dans une relation initiée lors de la première venue de la « Vénus hottentote » au jardin du Roi, en mars 1815. L’arrivée du cadavre semble résulter d’un même scénario, marqué par la présence des mêmes acteurs et par l’obtention d’une autorisation préfectorale. La relation liant les naturalistes et le représentant de l’ordre public reste à analyser. Par ces entremises, le passage de la « Vénus » du monde du spectacle vers le monde scientifique a ainsi pu s’accomplir. Ce pont montre un entrelacs d’intérêts aux relations difficilement cernables, d’univers de valeurs en (re)composition et résistance. Ceci apparaît assez clairement dans le récit de ce grand moment qui confronta les naturalistes à la « Vénus hottentote » : « Au printemps de 1815, ayant été conduite au jardin du Roi, elle eut la complaisance de se dépouiller, et de se laisser peindre d’après le nu »73. Par l’emploi de la voix passive, Georges Cuvier gomme les autres acteurs de cette histoire, leur responsabilité et association qui ont conduit à la venue de la principale actrice. Elle seule, d’une serviabilité facile et vulgaire, est coupable de cette situation. Par cette reconstruction, le scientifique en oublie l’initiative des professeurs et le contrat établi avec le « maître » ou la « Vénus » elle-même. L’« indemnité à la Vénus hottentote (sans quittance) – 100 Fr. »74 et l’attestation des scientifiques sont, de ce fait, évacuées. Par ailleurs, cette rétribution ne figure pas dans le livre officiel des comptes, le journal des recettes et des dépenses mensuelles de la même année, car les diverses indemnités y ont été regroupées en une somme globale75. Par ce tour de passe-passe d’écriture gestionnaire, intentionnel ou propre aux pratiques comptables, et par l’absence de quittance, la somme donnée à « la Vénus hottentote » pour sa prestation est rendue invisible. Une fois encore, les actions des acteurs, leur production et intrication dans la sphère sociale sont réduites au silence, laissant la « Vénus hottentote » à sa seule nature.

  • 76 Lettre du Préfet de police du 30 décembre 1815, op. cit.
  • 77 Lettre du 30 décembre 1815 du directeur du Muséum au Préfet de police, op. cit.
  • 78 « Cette occasion d’acquérir de nouveaux renseignements sur cette race singulière de l’espèce humain (...)

43Les logiques ayant conduit à l’arrivée du cadavre de Saartjie Baartman semblent une suite naturelle de celles ayant œuvré de son vivant, une sorte de répétition guidée cette fois par l’entreprise de M. Réaux. L’adaptabilité sociale de ce dernier lui a permis de devancer la sollicitation des scientifiques et d’adhérer, convaincu ou non, à l’intérêt général. Car, quelle que soit la complexité de la trame de ce tissu social composite, les justifications et intérêts des acteurs sont toujours subordonnés à deux impératifs moraux majeurs : le respect de l’ordre public et celui de l’utilité suprême de la science. Dans son autorisation à livrer le cadavre de Saartjie Baartman, le préfet émet cette condition : « À la charge de prendre les précautions nécessaires sous le rapport de la décence »76. Elle fait écho au courrier initial de l’administration du Muséum : « Notre collègue M. Cuvier, qui est chargé au muséum de l’enseignement de l’anatomie comparée nous prie de vous assurer qu’il veillera à ce que toutes les mesures de police réclamées pour la circonstance soient prises exactement dans l’intérêt de l’ordre public »77. Le nom et le statut de Cuvier sont avancés comme référent moral, garant de l’ordre public. Enfin, tous les courriers mettent en exergue la justification ultime, celle de l’élaboration de la connaissance, de la compréhension et mise en forme de l’humanité au sein de l’anatomie comparée78.

La décence vue par les scientifiques, un aller sans retour

44Quelles sont les mesures de police mentionnées par Georges Cuvier et le préfet ? Quelques pistes émanent de l’Ordonnance de 1815. Elles portent, d’une part, sur le transport du cadavre et, d’autre part, sur le devenir des restes de dissection.

  • 79 Journal des recettes et des dépenses du Muséum, 1815, op. cit.

45En premier lieu, le transport des cadavres devait se faire à l’abri de tout regard non averti : Article X — « Les cadavres seront portés dans les amphithéâtres, dans des voitures couvertes, et pendant la nuit » — Ce point s’inscrit dans une kyrielle de mesures mises en place en ce début de xixe siècle que nous n’aborderons pas ici. Elles participent d’un processus de dissimulation visuelle du spectacle que constitue le corps anatomisé et émergent d’une volonté politique, plus globale, de contrôler toutes les traces liées aux activités de dissection. Cette exigence fut-elle respectée en ce qui concerne Saartjie Baartman ? L’analyse des dépenses des galeries nous éclaire une fois encore. Elle révèle qu’un convoi funéraire fut organisé pour mener le cadavre de la « Vénus hottentote » au Muséum et couta alors 10 Fr., les démarches pour son organisation par le factotum du bureau de l’administration, M. Beloeuf, 10 Fr. également79.

  • 80 Archives nationales, AJ/15/668, minutes et annexes PV du 12 novembre 1844.
  • 81 Étienne Serres fut professeur à la chaire d’histoire naturelle de l’Homme, à la suite de Pierre Flo (...)

46Le respect de la décence requérait aussi la prise en compte du devenir des restes de dissection. Les textes de 1802 et de 1815 encadrent le traitement de ces « débris » anatomiques humains (voir le tableau comparatif). Si la dénomination en accentue la dimension de déchet fragmentaire, cadavre et « débris » nécessitent néanmoins d’être appréhendés « avec les mêmes précautions », avec soin, pour être transportés puis enterrés au cimetière. Aucune trace datant de cette période relative à une mise en œuvre de ces mesures au Muséum n’a été trouvée dans les archives. Seule une correspondance de 1844 indique, à ce jour, l’application de mesures d’inhumation des restes80, information d’ailleurs transmise à la demande de l’Administration des Hôpitaux. Le professeur d’histoire naturelle de l’Homme, Étienne Serres (1786-1868)81, également directeur de l’amphithéâtre d’anatomie de l’École pratique a largement contribué à ces mesures.

Coût du transport du cadavre
de la « Vénus hottentote » au jardin du Roi. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.

  • 82 Registre sommier des recettes et dépenses, Archives nationales, AJ/15/285.

47Il s’avère que la comptabilité de 1815 ne rend compte d’aucune dépense relative au transport de restes de cadavres vers un cimetière. En revanche, elle mentionne des frais pour l’équarrissage des animaux, par un certain M. Ponsard. Celui-ci était chargé de fournir les chevaux, qui servaient de nourriture « aux animaux féroces » de la ménagerie, et d’enlever « les débris tant de la ménagerie que des laboratoires de zoologie et d’anatomie » ; l’enlèvement de ceux-ci étant facturé 3 Fr. par mois82. Il est fort probable que les restes de dissection de Saartjie Baartman aient subi le même sort que ceux des animaux, d’autant plus qu’elle paraît être le seul corps humain à avoir été réclamé au préfet et disséqué dans le cadre de l’anatomie comparée entre 1815 et 1817. La dissection des êtres zoologiques se déroulait en un même lieu.

  • 83 Extraits de correspondances du préfet de Police au doyen de la faculté de médecine : « Le 29 novemb (...)
  • 84 Un important rapport du chef des travaux anatomiques au préfet soumet le raisonnement suivant : il (...)

48La décence à laquelle se référait le préfet, transcrite à travers les divers articles de police, relève du respect de l’ordre public mais aussi de celui dû aux dépouilles humaines. Le traitement du cadavre devait se faire avec « la décence » nécessaire et même si aucune indication ne porte sur la codification de cette norme morale, sur la façon dont elle devait se traduire dans les actes et les paroles à cette époque, elle indique toute la valeur portée à cette altérité83, ne serait-ce que par respect des croyances des vivants et du maintien de la paix sociale84. Il semble que cette dimension ait échappé aux professeurs du Muséum en ce qui concerne Saartjie Baartman. Car si le cadavre de la « Vénus hottentote » est entré au Muséum dans un convoi funéraire, respectant son humanité par égard à l’ordre public, sa métamorphose en objet scientifique a évacué le respect du rite funéraire. Il a été dissout au sein du règne animal et de la nature.

Lettre d’Emmanuel Rousseau
aide de laboratoire, à Étienne Serres, vraisemblablement, donnant les modalités de traitements des restes de dissection, suivie d’une note de contestation de Blainville (professeur d’anatomie comparée) au sujet de la modification du lieu de retrait des cadavres. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/668 - minutes et annexes PV du 12 novembre 1844. Cliché Christelle Patin.

De la valeur de la « Vénus hottentote »

49La dissolution du corps de la personne de Saartjie Baartman, tant matérielle que philosophique, ne le laisse pas pour autant vide, dénué de valeur. Bien au contraire, elle réalise une transmutation l’édifiant en objet scientifique de choix. L’étude de la valeur économique de cette transformation est révélatrice des enjeux sous-jacents. Nous l’aborderons brièvement en interrogeant deux points : l’évaluation de la dépense relative à la « Vénus » au sein de l’économie globale et celle du travail nécessaire à sa transformation.

  • 85 Le moulage en cire des organes génitaux n’apparaît pas dans les dépenses, il a sûrement été fabriqu (...)
  • 86 En détail : « Frais relatifs à la Vénus hottentote, peinte pour le Muséum : 36 Fr. », « pour port a (...)

50L’accès à la connaissance naturaliste a nécessité la fabrication de divers supports matériels : des vélins, un moulage et différentes préparations anatomiques85. La dépense globale fut de 535 Fr.86, sans compter les matériaux de conservation.

51Est-elle conséquente ? Pour y répondre, il faut noter que le budget de 1815, à l’image de cette période, est principalement axé sur le fonctionnement des laboratoires. Il comprend les dépenses matérielles ainsi que les appointements des professeurs et des divers salariés. À titre de repère, le salaire annuel d’un professeur est alors de 5 000 Fr., celui moyen d’un employé de laboratoire de 1 100 Fr. environ. L’achat de pièces pour les collections dépend du chapitre 6 des « dépenses accessoires et imprévues ». Seuls trois achats coûteux apparaissent cette même année : un Pécari à 200 Fr., six oiseaux empaillés par Dufresne à 620 Fr. et des minéraux par Lucas fils à 119 Fr. D’un point de vue purement comptable, la dépense imprévue occasionnée par l’entrée de la « Vénus hottentote » dans le monde scientifique fut relativement importante. Elle surpasse les autres dépenses de ce type et représente plus d’un mois de salaire d’un professeur et presque une demi-année pour un employé. Si le coût révèle la valeur donnée à une chose, alors la « Vénus hottentote » est édifiée en objet scientifique de choix.

  • 87 Orthographe conservée, Archives nationales, AJ/15/613, Minutes et pièces annexes des PV de l’assemb (...)

52Par ailleurs, le montage du squelette en 1816 a monopolisé à plusieurs reprises les techniciens des différents services du Muséum87. En date du 23 juillet 1816, en témoigne la liste des ouvrages réalisés par l’atelier de serrurerie (ferronnerie) : « laboratoire d’anatomie tarodé 12 boulons a tete et 16 boulons a agrafé 2 a 2 e tarodé 28 ecrous a aureilles le tout en cuivre pour lesquellette de la venus autantote – livré a M. Rousseau [1783-1851] » et « fait avec de lacié que lon ma donné 46 foreis les avoir limé atranpé livré a Mr rousseau servant apercé les os des esquellettes » ; en août 1816 par l’atelier de menuiserie : « fait un socle pour lesquelette de la venus otantote » ; en octobre de nouveau par l’atelier de serrurerie : « pour lesquellette de la venus autantote fait et fourni une bar an fer fanton de serie de 2 pieds 7 pouces de long forgé anpointe aplatit percé dun trou [...] ». La description de ce support fait près d’une page et montre toute la complexité de ce montage où chaque partie a été réalisée à la main. Le squelette de Saartjie Baartman est la seule pièce humaine à avoir été montée en 1816, à l’exception d’un squelette d’Égypte et de la construction d’une grande boîte pour la momie. L’ensemble de ce travail, effectué au moment où les principaux efforts sont tournés vers l’aménagement de la galerie d’anatomie, montre la volonté d’intégrer au plus vite l’Hottentote dans ce nouveau lieu de recherche et d’exposition. Elle y restera jusqu’en 1855.

Extrait du journal des recettes et des dépenses
du Muséum d’histoire naturelle du Jardin du Roi de 1815 : « Frais relatifs à la Vénus hottentote, peinte pour le Muséum : 36 Fr. ; Vénus hottentote - pour port accusé des vélins : 64 Fr. » Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.

  • 88 Cours d’anatomie humaine de Portal, programme en 1815, Archives nationales, AJ/15/287.

53Pour conclure sur cette première partie, nous pouvons dire que l’arrivée inopinée de la « Vénus hottentote » à Paris fut une occasion que saisirent les zoologistes du Muséum et qui marqua les rapprochements et coopération du monde du spectacle avec le monde naturaliste. Antoine Portal (1742-1832), le professeur d’anatomie humaine de cette institution, ne semble pas avoir été intéressé par la connaissance des singularités de cette race de l’espèce humaine. Son enseignement médical était principalement basé sur l’anatomie descriptive, fonctionnelle et pathologique des individus88.

Cours d’anatomie humaine Programme de 1815. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/287. Cliché Christelle Patin.

  • 89 Chronique de M. Alberganti, « Vénus hottentote : une “rue Cuvier” à Paris est-elle opportune ? », F (...)

54Lui seul, au sein de l’institution naturaliste, aurait pu peut-être répondre aux questionnements médicaux de la presse relatant en 1816 le décès de la « Vénus hottentote ». Mais la clinique n’en était qu’à ses prémices. Cela laisse vaines les critiques actuelles sur la légitimité d’une dissection non orientée vers la médecine légale qui aurait permis d’éclaircir les causes du décès89. Le filtre de lecture appliqué sur l’Hottentote par les scientifiques du Muséum n’était pas purement individuel et médical. Celle-ci ne prenait sens qu’en tant que spécimen d’une certaine humanité à positionner dans le monde animal.

EXPOSER L’HOMME AVEC OU SANS LES ANIMAUX ?

  • 90 Le Monde, 26-10-2010.

55« La lumière crue qui inonde l’amphithéâtre souligne l’obscénité du vocabulaire zoologique appliqué à un être humain90. » Ce commentaire du film de Kechiche dénonce l’emploi indécent de la sémantique animalisante à des fins de hiérarchisation raciste de groupes humains. Cependant, en le poussant davantage, il laisse entrevoir une possible confusion. Ainsi, nous pouvons nous demander si l’indignité évoquée provient de l’utilisation discriminante et politique d’une comparaison homme-animal, ou bien, d’une difficulté à concevoir l’Homme zoologique, à l’envisager parmi les animaux ? Cette question de la présence de l’Homme parmi les autres représentants du monde animal constitue un point de tension névralgique récurrent. Elle est directement posée dans et par l’espace d’exposition, qui bien souvent constituait un modèle réduit de la vision du monde et de la nature. Nous allons donc, en suivant la « Vénus hottentote » au sein de l’espace muséal, cheminer à travers les interrogations, l’évolution des valeurs, normes et sensibilités relatives à cette question.

L’exposition de la « Vénus hottentote » au sein de la galerie d’anatomie comparée (1817-1841)

  • 91 La présentation qui va suivre se base principalement sur l’ouvrage de Deleuze rédigé d’après les di (...)
  • 92 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., pp. 294-295.
  • 93 Guide des étrangers..., op. cit., 1828, p. 84.
  • 94 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, op. cit (...)
  • 95 Guide des étrangers..., op. cit., 1828, p. 84.
  • 96 « Il est à désirer que cette tête soit replacée, et c’est ce qui va être fait, lorsque tous les obj (...)

56Le bâtiment contenant la galerie d’anatomie comparée fut agrandi et terminé en 1817, sous la directive de Georges Cuvier. De 1823 à 1841, les diverses sources, qu’elles soient des guides du Muséum destinés au public ou des documents d’archives, présentent une organisation relativement fixe de la salle dans laquelle le squelette et le moulage de Saartjie Baartman furent exposés91. Ils se trouvaient au rez-de-chaussée de la galerie, dans la seconde salle contiguë à la grande salle des squelettes d’animaux. Au centre, se dressaient sur une table quatre têtes d’éléphants d’Asie. Sur les côtés, on pouvait y voir des squelettes humains de divers âges et nations dont on signalait « les plus remarquables » ou « les plus curieux ». C’est sous ce vocable qu’apparaît « le squelette d’une femme boschiman qui a été connue à Paris sous le nom de Vénus Hottentote et qui fut montrée comme objet de curiosité »92. Ses restes côtoient « le squelette d’un Italien qui a une vertèbre lombaire de plus que les autres, celui d’un ancien égyptien, tiré d’une momie qui mérite une attention particulière, à cause du grand nombre de fractures que l’individu avait éprouvées, et qui toutes avaient été guéries, [...] celui d’un nain qui appartenait au roi Stanislas et qui a été célèbre sous le nom de Bébé, celui d’un jeune égyptien qui a assassiné le général Kléber, enfin, le modèle en cire du squelette d’une femme nommée Supiot dont tous les os étaient ramollis et contournés »93. En outre, des squelettes de fœtus montraient l’accroissement progressif du corps jusqu’à la naissance. Au-dessus, des têtes humaines de divers âges formaient une suite continue de la naissance jusqu’à l’âge de cent ans. De l’autre côté, des têtes « remarquables par quelque singularité »94 étaient posées sur des tablettes. Les guides soulignent aussi que la tête de la « Vénus hottentote » fut dérobée et rapportée par une personne inconnue dans les premiers jours de décembre 182795. Cependant, elle ne fut a priori pas replacée sur le squelette après la restitution ; son absence est encore mentionnée en 184296.

57L’organisation de la salle que nous venons de décrire est-elle à l’image de l’ensemble de la galerie d’anatomie comparée, alors composée de treize salles ? Possède-t-elle des spécificités ? Quelles en sont les logiques d’exposition ? Avançons dans la compréhension de ce décor.

L’homme au sein des animaux

58De 1817 à 1854 environ, date de la réalisation de la galerie d’histoire naturelle de l’homme, l’exposition des collections d’anatomie humaine dépendait du cabinet d’anatomie comparée.

  • 97 Ibid., p. 291.
  • 98 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, op. cit (...)
  • 99 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum dans son contexte institu (...)
  • 100 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 291.

59Les pièces humaines étaient disséminées dans les diverses salles. Neuf d’entre elles sur treize comportaient des pièces anatomiques osseuses dont six dans lesquelles l’homme était aussi présent97. Tous les objets étaient classés méthodiquement et de la manière la plus favorable à l’étude98. Ainsi, la première salle du premier étage était dédiée à l’étude des têtes osseuses des différentes espèces de vertébrés. Têtes d’Européens, de Chinois, de Nègres cohabitaient avec la série de têtes de singes, celle de tous les animaux carnassiers, de rongeurs, de pachydermes et de cétacés. La sixième salle consacrée à la myologie, tout comme la septième destinée aux organes de la sensibilité, présentaient, là encore, au sein du même espace des préparations anatomiques humaines et animales. La répartition des restes humains et animaux répondait à l’analyse de Georges Cuvier, consignée dans ses leçons d’anatomie comparée, qui classait par systèmes et fonctions les grands faits de l’organisation99. Après la mort de celui-ci et en dépit de l’agrandissement des collections, cet ordre est faiblement modifié par son successeur à la chaire d’anatomie comparée, Henri De Blainville (1777-1850)100.

  • 101 Le guide au jardin des plantes ou description de tout ce que les galeries, serres, etc. du Museum d (...)
  • 102 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 289.
  • 103 « Et quoique les ouvrages du créateur soient tous parfaits, l’animal semble l’ouvrage le plus compl (...)
  • 104 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 288.
  • 105 Ibid., p. 289 : « Daubenton, Cuvier, De Blainville vous répondront qu’en anatomie comparée il faut (...)
  • 106 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 290.

60D’après cette ébauche rapide de la disposition générale de la galerie d’anatomie comparée, il s’avère que la première salle du rez-de-chaussée, dans laquelle fut exposée Saartjie Baartman, présente quelques particularités. D’une part, elle constitue le seul endroit où prédomine la composante humaine au sein des divers restes animaux. Elle est d’ailleurs appelée la « salle d’ostéologie humaine » ou salle « des squelettes et têtes osseuses de l’homme ». D’autre part, si elle jouxte la première grande salle de squelettes d’animaux, elle semble préluder aux dix autres espaces situés au premier étage. Que reflète cette organisation ? Dès 1803, au moment où Cuvier rassemble les pièces pour constituer sa collection, un guide du Jardin des plantes101 justifie le nécessaire rapprochement de l’anatomie de l’homme avec celle de l’animal. L’argumentaire, qui persiste dans l’ouvrage de 1842, est que l’anatomie de l’Homme est, de par son histoire, « la première et la plus longtemps étudiée ; c’est elle nécessairement qui est la mieux sue dans ses détails et ses profondeurs »102. L’homme doit donc constituer le point de référence de cette comparaison anatomique. En outre, homme et animal procèdent alors d’une même création divine103, révélée lors de la dissection anatomique des corps puis de leur exposition. En confrontant les structures, l’anatomie comparée évalue par les affinités la distance qui sépare les êtres. Elle est la science « qui fait le mieux connaître à l’homme sa dignité, sa suprématie sur tous les êtres de la création et qui devient pour lui une source vive et pure du sentiment religieux de son avenir »104. Dans cette perspective, la cohabitation homme-animal au sein de l’espace muséal est doublement fondée : elle permet de montrer, à travers la perfection anatomique de l’homme, sa supériorité et, finalement, d’approcher par un acte de transcendance son essence invisible, sa dimension métaphysique105. La salle « d’ostéologie humaine » est donc le départ fondamental de la visite de la galerie d’anatomie comparée : « il faut nécessairement marcher du connu à l’inconnu dans cette comparaison, et voilà pourquoi il vous faudra de suite, en faisant votre examen rapide de la galerie d’anatomie comparée, commencer vos observations par la salle des squelettes de l’homme »106. La compréhension de l’exposition de Saartjie Baartman prend sens dans le tout que constitue le monde créé par les professeurs. Cependant, si la visite des diverses salles de la galerie d’anatomie comparée tend à faire découvrir à l’homme sa véritable nature, sa place spécifique au sein de la création, quelle peut être son expérience de visite dans la seule salle « d’ostéologie humaine » ? Quels autres discours et valeurs sont, de ce fait, portés sur Saartjie Baartman ?

Galerie d’anatomie comparée
Gravure de Marville extraite de Pierre Boitard, Le Jardin des plantes… (1842). © Bibliothèque centrale, MNHN.

Des choses curieuses

61Toutes les descriptions de cette salle portent sur la singularité des portraits de squelettes. Elles abordent tout autant les particularismes anatomiques que les circonstances historiques, souvent exceptionnelles, qui prennent bien souvent la forme d’un récit. Ce qui marque la salle « d’ostéologie humaine » est la présence et le regroupement de restes osseux aux caractères insolites et rares, au statut d’objets de curiosité. Comment expliquer la présence du squelette et du moulage dans cette salle des curiosités ? Quelles sont les dimensions qui en font une chose étrange et étonnante ?

  • 107 Boëtsch (Gilles) & Blanchard (Pascal), « The Hottentot Venus : Birth of a “freak” (1815) », in Blan (...)

62La description communément rencontrée dans les guides est la suivante : « squelette d’une femme boschiman qui a été connue à Paris sous le nom de Vénus hottentote ». Il n’apparaît nulle mention de spécificité anatomique rare. Pour l’observateur profane, le squelette en lui-même n’en présente d’ailleurs aucune. Si le regard ne se porte que sur ces restes osseux, il est vraisemblable que peu d’intérêt émerge de leur perception. Maintenant tournons le regard vers la pièce qui les jouxte, il s’agit du moulage post-mortem. Celui-ci n’est pas non plus décrit dans la littérature des guides. Cependant, sa simple vue suffit à révéler les raisons de sa présence. Les particularités anatomiques de la « Vénus », fixées dans le plâtre, portent sur les parties molles. Elle présente un « tablier » (hypertrophie des petites lèvres de la vulve) et une stéatopygie, caractéristiques qui se retrouvent chez les femmes hottentotes mais pas exclusivement. Squelette et moulage sont ici complémentaires dans la construction d’une sémantique. Le squelette certifie la réalité de l’existence de cette femme : la « Vénus hottentote » a bel et bien existé, en voici la dépouille mortelle. Il alimente aussi le récit contant sa vie de phénomène de foire, existence hors-norme, dont le décès à Paris constitue la phase ultime. Quant au moulage, il justifie d’une certaine façon son surnom de Vénus et les raisons qui excitèrent les regards de son vivant (son origine, son genre, ses « difformités » anatomiques qui exacerbèrent une féminité « monstrueuse » et « primitive »107) ainsi que celles qui légitimèrent son intérêt scientifique et sa présence en ce lieu. Enfin, nous pouvons nous interroger sur les motifs qui retardèrent la reconstitution de l’intégrité des restes osseux. Pourquoi le squelette de la « Vénus hottentote » resta-t-il sans tête plus de quinze ans après la remise du crâne ? Difficile de trancher s’il s’agit d’une simple négligence du conservateur, d’une précaution pour éviter un nouveau vol ou d’une utilisation à but de recherche et d’enseignement. Quoi qu’il en soit, si le squelette en lui-même n’a rien d’étonnant au premier jugé, l’absence de crâne en fait un objet peu ordinaire, dont le vol signale la valeur ; elle participe indéniablement à faire de la « Vénus » une curiosité. Voyons maintenant, quelle logique réunit Saartjie Baartman en tant que corps anatomique, référent indispensable à la comparaison zoologique, et en tant que chose curieuse ?

La mise en exposition, reflet des lois naturelles

  • 108 Le guide au jardin des plantes..., 1803, op. cit., pp. 1-2.
  • 109 Pomian (Krzysztof), « La culture de la curiosité », in Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris  (...)

63C’est ainsi que commence un des plus vieux guides du Jardin des plantes : « L’Histoire naturelle prise dans toute son étendue, dit l’éloquent Buffon, est une histoire immense ; elle embrasse tous les objets que présente l’univers. Cette multitude prodigieuse [...] offre à la curiosité de l’esprit humain un vaste spectacle dont l’ensemble est si grand [...] qu’il est inépuisable dans ses détails »108. La curiosité, vantée par l’éminent Buffon, constitue le mode d’entendement de la prodigalité du monde. Cette approche n’est pas le seul apanage des scientifiques. Elle est présentée comme force motrice de l’action, attirant quotidiennement les visiteurs amateurs au Muséum d’histoire naturelle. Par ailleurs, si la curiosité est liée au désir de voir ou de comprendre cette multitude, la dimension secrète des choses singulières exposées dans la galerie nécessite une orientation du regard, des clés de compréhension. Ce guide a la volonté de transmettre les savoirs naturalistes indispensables à la révélation, à la transformation d’une âme affectée par « le regard vulgaire » en une « âme émue », qui a soulevé le voile des secrets de la création divine. Seule cette initiation peut permettre au curieux d’accéder au tout, ici subordonné à la foi et à la science. Cependant, la possibilité d’appréhender la totalité de la nature doit aussi emprunter la voie de la science des singularités. En effet, le caractère rare et exceptionnel de ces dernières laisse supposer un rapport privilégié avec l’ensemble, dans la mesure où le complément d’information qu’elles apportent est indispensable à la connaissance globale109, à celle de la corrélation entre les organes, des lois animant les corps et structurant le monde animal. Or, il est difficile de cerner en quoi les particularismes de la « Vénus hottentote » peuvent aider à la compréhension du monde zoologique, si ce n’est par rapprochement direct.

  • 110 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Quel passé pour les Khoisan ? Représentations, mémoire », Hérit (...)
  • 111 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme… sous le nom de Vénus (...)
  • 112 Ibid., pp. 268-269. Voir aussi la note d’archives mentionnée en 1954 par Percival Kirby, écrite en  (...)

64C’est ce que réalisa en l’occurrence Cuvier lors du compte rendu de dissection. L’écart entre l’homme et l’animal était parfois ténu et certaines races, comme la race « nègre », de surcroît hottentote110, étaient rapidement projetées dans l’animalité simiesque111 ; cela en dépit de leur présence dans la salle des squelettes humains. Outre sa physionomie rapprochée de celle de l’orang-outan, la proéminence de son fessier fut comparée à celle « des femelles de mandrills, des papions, etc., et qui prennent à certaines époques de leur vie un accroissement vraiment monstrueux »112. L’excès de développement des lèvres du « tablier » et des « protubérances » postérieures fut, explicitement ou non, associé à une sexualité exacerbée, primitive et bestiale. La conception scientifique et philosophique de l’Homme au sein de la nature a ainsi conditionné l’acceptabilité de l’exposition de Saartjie Baartman. Mais elle a aussi permis, comme nous l’avons vu, celle de la « récolte » du cadavre, de sa dissection et du type de traitement des « débris » humains.

  • 113 Cuvier (Georges), Extrait d’observations..., op. cit. ; voir aussi Péron (François) & Lesueur (Char (...)
  • 114 Ainsi écrit-il lors de la visite de la « Vénus hottentote » au Muséum au printemps 1815 où elle pos (...)
  • 115 Ibid., p. 268.

65Le squelette et les yeux clos du moulage évoquent ce moment. Georges Cuvier préleva le cerveau, l’ensemble vulve-anus qu’il conserva en fluide et procéda à l’extraction du squelette. Il isola le cerveau pour évaluer sa primitivité. Bien qu’il ne retrouvât aucune similitude entre le « tablier » et les nymphes des singes, le prélèvement des parties molles dont la légitimité est aujourd’hui très contestée n’est pas facile à éclairer. Dès les premières phrases de son rapport, Cuvier fait du tablier un enjeu scientifique d’une ampleur proportionnelle à ses multiples interprétations113 : Cette curiosité est-elle une production capricieuse de l’art ou celle de la nature ? S’agit-il d’une structure surnuméraire ? D’un « attribut spécial de sa race » ? Le voile est d’autant plus opaque que, de son vivant, la « Vénus » a gardé soigneusement caché ses secrets anatomiques114. Seules sa mort et l’appropriation de son corps par la science ont permis enfin de le déchirer : « J’ai l’honneur de présenter, à l’Académie les organes génitaux de cette femme préparés, de manière à ne laisser aucun doute sur la nature de son tablier ». En quoi cette révélation paraît-elle si importante pour Georges Cuvier ou pour le monde des scientifiques ? La nature du tablier des femmes hottentotes demeure une énigme entretenue par les grands voyageurs faisant escale au Cap. Son inaccessibilité tant anatomique qu’intellectuelle le constitue comme objet fantasmagorique et fantasmatique. La dimension fortement connotée de ce mystère anatomique est soulevée par l’auteur : la femme bochimane « que nous avons vue, n’avoit probablement pas pris plaisir à se procurer un ornement dont elle avoit honte et qu’elle cachoit si soigneusement »115. Cuvier n’envisage nullement la réserve observée comme une réaction de pudeur. Seule la honte de posséder cet attribut sexuel extraordinaire, infâme par son excès, et indiscutablement issu de la nature peut l’expliquer. En exhibant aux yeux de ses confrères masculins l’objet scandaleux, le naturaliste exalte la vérité scientifique tant attendue et la véritable nature des femmes hottentotes, avec toutes les connotations morales qui lui sont associées.

Vers une exclusion de l’Homme de l’espace dédié aux animaux

66Une légère modification du raisonnement précédemment décrit se réalise entre 1830 et 1850. Deux évolutions, certes minces, mais non moins présentes, apparaissent dans les ouvrages qui relient les mondes savant et profane, c’est-à-dire les guides de visite. Elles tendent à véhiculer une conception « autre » de l’Homme : l’une concerne une sensibilité affectée et accrue du regard porté sur les personnes, l’autre, la place accordée à la raciologie.

  • 116 À titre d’exemple, dans le guide de 1842, deux pages narratives portent sur le nain Bébé, nain du r (...)
  • 117 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », L’Illustration, journal universel, 17 avril 184 (...)
  • 118 Chevalier (Louis), Splendeurs et misères du fait divers, Paris : Perrin, 2004, pp. 137-147.

67En premier lieu, nous pouvons remarquer que les discours relatifs aux singularités anatomiques s’estompent au profit d’anecdotes biographiques. Des récits relatent les détails surprenants de la vie ou de la mort des individus présents dans la salle dédiée à l’Homme. Outre la nature des propos tenus, c’est aussi leur développement quantitatif qui apparaît nouveau116. Dans d’autres sources, certaines descriptions se teintent de considérations morales ambiguës où perce l’émotion. « Parmi les squelettes humains, on regarde avec une curiosité mêlée d’horreur ou de tristesse le squelette de l’assassin de Kléber, Solyman [...], celui de Bébé, ce pauvre petit nain qui eut un sabot pour berceau et qui mourut de vieillesse à l’âge de 25 ans »117. Même si ce dernier témoignage quelque peu grandiloquent émane de la presse populaire, il n’en est pas moins porteur d’une sensibilité du moment. Les squelettes sont investis d’histoires singulières, chargées d’affects potentiels de compassion. Effroi et peine transparaissent sur un fond de dramaturgie. Il semble que les clés de compréhension précédemment nécessaires à la transformation d’une âme « affectée » en une âme « émue » devant la grandeur de la nature, de la création divine, aient changé de nature et ne soient plus aussi efficientes. Est-ce la difficulté à subordonner la curiosité à la foi et à la science ? Est-ce une valeur ajoutée à la personne humaine ? Concernant la forme, cette « transfiguration romantique »118 emprunte à la littérature populaire, notamment à celle du fait divers.

  • 119 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 292.
  • 120 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », op. cit.

68En second lieu, la présentation de 1842 de la salle des squelettes humains indique une répartition raciologique au sein de laquelle sont décrits les restes les plus remarquables. « La plupart de ces squelettes sont d’individus de la race caucasique, à laquelle appartiennent la majorité des nations européennes et de celles de l’Asie et du nord de l’Afrique. À votre gauche en entrant, sont des squelettes de français, d’italiens, de hollandais, d’anglais, etc. Sur votre droite sont des squelettes d’individus de la race éthiopique, ou nègre, et de races croisées, mulâtres. Il n’y en a point encore de la race mongolique »119. Dans cette description, nulle mention n’est faite de la « Vénus hottentote » présentée pour la première fois sans son moulage. Il devient alors difficile d’alimenter le récit, la « Vénus » est dépossédée de son caractère spectaculaire : « le squelette de la Vénus hottentote presque aussi belle en cet état que le serait toute autre Vénus »120. Évidemment, que reste-t-il des caractéristiques d’une Vénus réduite à l’état de squelette ? La mise en scène des races et des nations tend ainsi à oblitérer celle des curiosités.

  • 121 Je me réfère notamment à la répartition des pièces humaines entre la chaire d’anatomie comparée et (...)

69Pour conclure sur ce point, les deux modifications que nous venons de mentionner suggèrent une tension, voire un paradoxe, entre l’exacerbation tragique d’itinéraires personnels et l’intégration d’individus, rendus anonymes, au sein d’un corps collectif racialisé et « nationalisé ». Le monde des classifications raciologiques tend à absorber l’objet singulier dans une série mathématique. Le qualificatif se mue en quantitatif, subordonnant ainsi l’arbitraire à la règle, la passion à la raison, la curiosité à la science. Si dans un premier temps, ce passage relève d’une composition intellectuelle, l’augmentation considérable du nombre d’individus — suite à l’autonomisation croissante de la collection anthropologique — le rendra inéluctable121.

  • 122 « Une semblable étude, qui se fait en quelque sorte à nos propres dépens, qui nous assimile aux esp (...)

70En outre, les nomenclatures raciales annoncent la difficulté à réaliser cet « acte de haute raison »122 qui permet de séparer dignement l’homme de l’animal ou tout au moins à en maintenir toute la valeur. L’exercice ne peut suffire, une crispation semble prendre forme et augurer de la prochaine exclusion de l’homme du monde zoologique et la séparation des collections humaines des collections animales.

Le moulage entre dans le cabinet d’histoire naturelle de l’homme sans le squelette (1842-1855)

  • 123 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 295.
  • 124 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : L. Curmer, 1854, 418 p.

71Comme nous l’avons expliqué précédemment, le moulage et le squelette de la « Vénus hottentote » exposés côte à côte se donnent mutuellement sens au sein de la salle d’ostéologie humaine de la galerie d’anatomie comparée. Or, en 1842, une modification apparaît : le moulage est présenté dans le cabinet d’histoire naturelle de l’homme d’Étienne Serres situé à proximité de l’Anatomie Comparée123. Il est séparé des restes osseux qui demeurent dans la précédente galerie. Cette répartition perdurera jusqu’en 1854, soit à la veille de l’ouverture de la galerie publique d’anthropologie124. Si le moulage ne constitue plus un jalon nécessaire à la compréhension du monde animal, quelle autre logique guide cette nouvelle distribution ?

  • 125 Archives nationales, AJ/15/677, Minutes des PV et pièces annexes.

72Le fait que le médecin et anthropologue Étienne Serres ait choisi le moulage pour constituer sa collection de pièces humaines, et non le squelette, indique toute la valeur accordée au premier. Ce qui, pour lui, représente davantage l’homme, ce ne sont pas les restes anatomiques, mais le plâtre coloré. Telle une image qui se serait matérialisée, celui-ci a conservé la forme, les dimensions et les traits de l’homme vivant. Par le biais de son moulage, Saartjie Baartman a donc effectué, bien involontairement, le grand saut séparant l’homme de l’animal. Cependant, le public n’en sera pas encore témoin, car le cabinet, d’une surface de 60 m2 en 1849125, reste un espace réservé à la recherche et à l’enseignement sous les seuls yeux des scientifiques. Faisons un petit détour épistémologique pour comprendre, plus précisément, cette modification de l’exposition.

  • 126 Archives nationales, AJ/15/644, PV des assemblées des professeurs du Muséum d’histoire naturelle, s (...)
  • 127 « Lettre de M. Flourens à MM. Les professeurs du Muséum d’histoire naturelle, au sujet de sa candid (...)
  • 128 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum », op. cit., pp. 91-100.
  • 129 Archives nationales, AJ/15/135 et AJ/15/656, PV des assemblées des professeurs du Muséum d’histoire (...)
  • 130 « Ordonnance qui modifie le titre de la chaire d’anatomie humaine du Muséum d’histoire naturelle, 3 (...)

73Une rupture importante s’effectua à partir de 1832, prémices à l’individualisation des collections de restes humains au Muséum. Moment institutionnel majeur où, à la mort du professeur Portal, la décision fut prise de garder la chaire d’anatomie humaine du Muséum en la différenciant de celle des écoles de médecine126. L’anatomie doit servir à raconter une histoire, celle de la nature de l’homme, et pour tous puisque l’enseignement au sein de l’institution est libre et gratuit. Dans sa déclaration d’intention, Pierre Flourens (1794-1867), nouveau titulaire de la chaire d’anatomie humaine, souhaita expliquer les faits particuliers de l’homme par les lois générales de l’organisation mises en évidence par la « zootomie comparative »127. Il œuvra donc à une anthropologie nouvelle, sans égard à l’anatomie descriptive de l’individu, en contribuant à une histoire naturelle du genre humain dans toutes ses déterminations « physiques » et « morales »128. Alors qu’il la quittait pour la chaire de physiologie comparée en 1838, Flourens demanda à l’assemblée des professeurs la modification officielle du titre et du programme originaux du cours d’anatomie humaine de 1793129. Avec l’agrément du ministre de l’Instruction publique, Salvandy (1795-1856), la chaire devint la « chaire d’Anatomie et d’Histoire naturelle de l’homme »130.

Étienne Serres
Photographie d’Adam Salomon.
© Bibliothèque106 centrale, MNHN.

  • 131 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum », op. cit., pp. 102-105.
  • 132 Serres (Étienne-Renault-Augustin), Anatomie comparée transcendante, principe d’embryogénie, de zoog (...)
  • 133 Serres (Étienne-Renault-Augustin), « Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction pub (...)
  • 134 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire générale des règnes organiques étudiées chez l’homme et (...)
  • 135 Dossier « Règne humain-classification », Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, Archives (...)
  • 136 Dossier « Races humaines/Anthropoclassie », ibid.
  • 137 En particulier, le fait que « les races humaines dans le Règne humain ne sont que des inégalités de (...)
  • 138 Serres (Étienne), « Rapport sur les races nègres de l’Afrique orientale au sud de l’équateur, obser (...)

74En 1839, Étienne Serres succède à Flourens. Il soutient avec force l’existence d’un véritable « règne humain » comme valeur heuristique et morale131. Il parle à son propos d’une « réhabilitation scientifique de la dignité humaine »132. Tout en contribuant à l’étude positive des races humaines, l’anthropologie doit déterminer « les conditions physiques qui séparent l’homme de l’animal en ramenant la diversité des races à une unité primitive133 ». Dans la mouvance de l’école dite « philosophique » du Muséum, Étienne Serres tout comme Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1865) accusent Cuvier et ses émules de confondre l’homme avec l’animal imperfectible et d’effectuer, par « une transaction impossible », la réduction à l’unique de deux niveaux de réalité incommensurables134. Dans un tableau comparatif135, Serres oppose les principes de la zoologie et ceux de l’anthropologie. Il dénonce « l’anthropozoïdie », c’est-à-dire le polygénisme fondé sur le système de la préformation menant à la fixité et l’invariabilité des « espèces » humaines, et défend « l’épigenèse » comme nouvelle ontologie, comme « nouveau testament de la nature »136. L’embryogénie de l’homme lui permet d’expliquer la variabilité des races137 et leur perfectibilité, notamment par le métissage, tout en reconnaissant l’unité fondamentale de l’humanité. À titre d’exemple hautement vanté par le professeur en 1850, l’observation des races nègres par Eugène de Froberville (1790-1871) permet d’établir cette gradation, des Congo-guinéens aux Nègres océaniens, puis des Cafres-Béchuanes aux Ostro-nègres, métis sémitiques, leur élévation jusqu’aux caractères typiques des races caucasiques138. Tentons maintenant de comprendre en quoi le moulage de la « Vénus hottentote » contribua à servir cette nouvelle partition de l’homme des animaux ?

  • 139 Ibid., p. 687.
  • 140 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie à l’étude des races humaines  (...)

75La diversité des morphologies humaines rencontrées à travers le globe ne parvenait que par le biais de descriptions ou représentations graphiques, très souvent déformées par des jugements de valeurs peu flatteurs. Pour Serres, philosophes et anthropologues caricaturaient les peuples exotiques, particulièrement la race éthiopique, les uns n’y voyant que le passage de l’homme au singe, les autres exagérant son état de dégradation par comparaison avec la race européenne pour justifier notamment l’esclavage139. Il est à noter que le stade liminal inférieur de cette dégradation se matérialisait alors dans la race hottentote. Dans les deux cas, « le nègre est quelque chose de plus qu’un singe, mais il est considéré comme quelque chose de moins qu’un homme »140.

  • 141 À ce propos, É. Serres propose de constituer un musée photographique des races humaines pour les pr (...)
  • 142 Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, série 5, t. 4, 1845, p. 105. L’anthrop (...)
  • 143 « Ces distinctions, si difficiles à saisir dans les descriptions, ressortent avec évidence de l’exa (...)
  • 144 Ibid., p. 658.
  • 145 Ibid., p. 650.
  • 146 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie… », op. cit., p. 118.
  • 147 Serres (Étienne), « Anthropologie comparée-Étude de la race américaine », Comptes rendus hebdomadai (...)
  • 148 Étienne Serres est très impressionné par la qualité des cinquante-et-un moulages effectués par Dumo (...)
  • 149 « Cabinet d’anthropologie du Muséum d’histoire naturelle », Nouvelles annales des voyages et des sc (...)
  • 150 Archives nationales, AJ/15/141-43 ; Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM 54 et AM 1 (...)
  • 151 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie… », op. cit., p. 119.
  • 152 Serres (Étienne), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astr (...)

76Or, pour faire pièce à cette axiologie jugée réductrice, la nouvelle discipline valorisa trois dispositifs d’étude plus positifs : le daguerréotype141, le céphalomètre et les procédés de moulage sur le vivant142. Ils seront largement diffusés et utilisés. Serres jugera que le procédé de moulage porte au plus haut point la précision nécessaire à la détermination des caractères épigénétiques des types humains et de leurs variétés143. À travers la compréhension des filiations et des métissages, il promet d’écrire l’histoire même de l’humanité. Il remédie surtout à la difficulté de se procurer les éléments d’observation, les restes anatomiques : « Devant les besoins de la science, se dresse le respect qu’inspirent, en tous lieux et chez tous les peuples, les dépouilles mortelles des hommes »144. Aussi, s’il est impossible à un seul homme d’aller à la recherche de l’ensemble des groupes humains, grâce aux moulages rapportés par les voyageurs, « ce seront les peuples qui, à certains égards, viendront eux-mêmes à la rencontre de l’observateur »145. Dernière possibilité, « ces types viendront eux-mêmes au-devant de nous par les progrès incessants de la civilisation. Nos grandes villes, nos ports de mer en présentent constamment »146. Vision tardive de ce qu’est devenue Saartjie Baartman, un type de la race hottentote fixé lors de son séjour à Paris. Ceci est d’autant plus vrai que, pour Serres, « la femme est conservatrice du type de la race »147. À la même époque, le cabinet s’enrichit des moulages effectués en Océanie148 par le phrénologue Pierre-Marie-Alexandre Dumoutier (1797-1871) sous la direction de Dumont d’Urville (1790-1842), de soixante bustes de nègres de la côte orientale de l’Afrique réalisés par Eugène de Froberville, ceux d’habitants de l’Algérie149 ou encore d’un Malais, deux Haïtiens, deux Nègres, huit Arabes, deux Chinois, trois Hottentotes enfin, tous présents successivement à Paris entre 1847 et 1855150. Or, le rapprochement de ces corps, des divers types, indispensable à la compréhension des lois « physiologiques » régissant leur diversité, à la fois physique et morale, nécessite un espace d’exposition spécifique, un musée anthropologique151 : « Rien ne peut mieux hâter les progrès de l’anthropologie, que le rassemblement des types des peuples et des races, dans un même lieu et sur un même point »152.

Le musée d’anthropologie à l’image de la nouvelle dignité de l’homme

77La nouvelle ontologie de l’homme, déjà pressentie à travers l’étude des guides du Muséum et confirmée par l’analyse de l’orientation doctrinale de l’anthropologie, est également relayée et appuyée par les institutions politiques. Elle se concrétise par la création de la galerie spécifique au « règne humain » et, plus largement, par l’institutionnalisation de l’anthropologie au Muséum.

  • 153 « L’insuffisance des bâtiments dépendant du Muséum est telle que ce n’est qu’au prix d’une multitud (...)

78Suite à une volonté politique, certes en pointillé, mais réelle à partir de l’année 1848, la galerie verra le jour seize ans après la nomination de Serres au Muséum, en 1855. Dans ce puzzle complexe que constitue le Muséum d’histoire naturelle, institution en perpétuelle expansion mais toujours à l’étroit dans l’espace qu’elle occupe, le moindre interstice est disputé par la dizaine d’enseignements dispensés. Après de nombreux projets d’aménagement avortés, ce n’est qu’au prix de multiples changements et de déménagements successifs que la galerie a pu naître dans les anciens locaux de l’administration153 et ceux de Cuvier. Des pièces des laboratoires de physique, d’entomologie, de mammalogie, le dépôt des instruments aratoires, l’atelier des dessinateurs entrèrent dans une scénographie des chaises musicales pour laisser un espace à l’anthropologie. S’exécuta alors une valse infernale à sept temps rythmant les différentes séquences de ces transferts spatiaux.

  • 154 Archives nationales, AJ/15/141-143, PV de l’Assemblée des professeurs du 30 mai 1848 (microfilm).
  • 155 Lettre du sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique, Jean-Ernest Reynaud, datée du 6 juin 184 (...)
  • 156 « Serre fonda au Muséum une galerie anthropologique. Il y avait eu jusqu’alors des collections part (...)

79Le dimanche 28 mai 1848, la visite au Muséum de Jean Reynaud (1806-1863), sous-secrétaire d’État à l’instruction publique, fut déterminante. L’homme politique exprima le désir de « voir la collection d’Anthropologie placée dans un local plus vaste et complètement distinct de la galerie d’anatomie comparée154 ». « L’étude de l’histoire naturelle de l’Homme, écrivit-il, si longtemps négligée, a pris enfin, depuis quelques années, la place qui lui appartient. Vous avez en quelque sorte signé vous-mêmes ce projet capital en demandant un titre nouveau pour l’une de vos chaires ; le moment est venu de le consacrer mieux encore, et d’une manière plus sensible aux yeux de tous, par la création d’un musée anthropologique. Les éléments précieux qui sont dès à présent à votre disposition prendront, par leur réunion et leur coordination, un intérêt tout nouveau »155. À travers la réalisation de cet espace, rassemblant des pièces considérées comme de grande valeur, l’histoire naturelle de l’homme est enfin justement et publiquement reconnue. L’importance de cet événement se mesure à l’échelle des nations. L’espace d’exposition anthropologique du Muséum fut, en effet, « la première galerie publique »156 de ce type.

Jean Reynaud
Lithographie sur papier noir et blanc, dessin de Bonhomme gravé par Péronard (1848). © Musées de Mâcon.

  • 157 Lettre de Jean-Ernest Reynaud, datée du 6 juin 1848, Archives nationales, A/15/675, PV et annexes.

80Le politique marque ainsi son adhésion et son soutien au projet anthropologique et, par là-même, révèle toute la valeur accordée à l’homme en tant que genre et à son histoire. D’ailleurs, les recommandations de Reynaud sont claires quant à l’orientation des recherches à développer : « Je désire surtout dans l’intérêt général des rapports de l’histoire naturelle avec l’histoire, l’accroissement de la collection consacrée aux débris humains retirés des anciennes sépultures et celle des types moulés sur nature des diverses variétés de l’espèce humaine »157. Elles rencontrent celles que Serres avait déjà dessinées lors de l’installation de la « Vénus hottentote » dans son cabinet.

  • 158 Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum », op. cit., p. 499.
  • 159 « La race celtique, s’écrie M. Serres dans ses leçons, est à la tête de toutes les autres races hum (...)
  • 160 Reynaud (Jean), Lettre du 26 août1847, in Correspondance familière, Paris : Imp. Motteroz, 1886, pp (...)
  • 161 « M. Serres croit [...] à l’existence d’une force inhérente au sol qui détermine la forme générale (...)
  • 162 « Dépositaire des symboles providentiels de l’humanité n’est ce pas un phénomène unique dans le règ (...)
  • 163 Ibid.
  • 164 « La science […] doit servir celui [l’esprit] de la liberté et de la fraternité et procéder à la ré (...)
  • 165 Serres (Étienne), « Rapport sur les races nègres de l’Afrique orientale… », op. cit., p. 679.
  • 166 Serres (Étienne), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astr (...)

81Leur convergence idéologique n’est pas accidentelle. Jean Reynaud était un proche de Serres. Il appartenait au même cercle intellectuel, celui des Geoffroy Saint-Hilaire, qui réunissait monde savant (Serres, Jules Michelet [1798-1874], Edgar Quinet [1803-1875], etc.), artistique (Alfred de Musset [1810-1857], George Sand [1804-1876], Honoré de Balzac [1804-1850], etc.) et de nombreux réformateurs républicains transfuges du saint-simonisme ou disciples de Charles Fourier (1772-1837)158. La création de la galerie d’anthropologie participe au mouvement d’émancipation démocratique et social de la IIe République conjugué au romantisme de « l’enracinement » national. L’ethnologie devient porteuse de cette nouvelle conception empirico-métaphysique. La métamorphose épigénétique des races soutient la recherche, à laquelle participent activement Serres et Reynaud, d’un peuple glorieux, d’une race élue : les Gaulois159. Non dénuée d’exaltation, leur quête intègre une double dimension, cognitive et spirituelle : « Représente-toi sous les combles d’une vieille église gothique, éclairé par les pâles rayons d’une lanterne tenue par le marguillier, M. Serres, sur un tas d’os, de mâchoires, de tibias [...] et s’écriant : “C’est superbe, c’est magnifique, Monsieur ; c’est un trésor, un vrai trésor !” »160. En rassemblant et exposant les restes osseux des anciennes sépultures gauloises, extraits de la matrice du sol français161, Serres donne corps aux racines de la nation. Cette incarnation, toute providentielle, lui permet d’œuvrer à la perfectibilité du règne humain dans toute sa diversité raciale162. Le « Perfectionnement du règne humain »163, qui est aussi le titre de l’un de ses manuscrits, donne à l’anthropologie toute sa visée pratique d’un point de vue moral et politique : « N’est-il pas temps que l’homme s’occupe de lui-même ? N’est-il pas temps qu’il s’arrête sur la partie de dégradation physique qui menace la civilisation ? […] Le despotisme c’est là leur [les gouvernements et décideurs non éclairés] but. Ils travestissent la morale, la religion, la justice, la santé ; ils dégradent l’honneur [...] ; Ils le conduisent à l’impuissance pour qu’il se plaise dans l’esclavage. Ce dernier est l’idéal de leurs efforts. De là leur haine jurée de la république. Qu’est-ce en effet le but de toute république ? N’est-ce pas d’éclairer l’homme sur sa dignité, [...] en un mot de faire de tous les hommes une société d’amis ou de frères, une seule et même famille. Quelles sont ses marques ? Le perfectionnement physique et moral du règne humain. » Telle est la mission de la philosophie et de la physiologie réunies qui constituent la nouvelle science de l’homme164. La galerie d’exposition, qui rapproche le corps de la « Vénus hottentote » de ceux des Gaulois, devient un outil de régénération sociale165 dans le droit fil « de la voie naturelle mise en œuvre par le créateur, pour ramener à l’unité toutes les races humaines » dans la marche descendante ou ascendante des œuvres de la nature166. L’espace muséal de Serres est donc celui d’une humanité en marche vers sa réhabilitation physique et morale.

La transcription spatiale et architecturale de la scission du « règne humain »

  • 167 Rapport de la commission du Muséum sur les travaux à exécuter pour l’installation du laboratoire d’ (...)
  • 168 Lettre du 10 janvier 1855 de l’architecte au directeur, projet pour la construction de la galerie d (...)

82« Pour mieux rappeler la différence qui sépare l’homme des animaux, il convient de placer la collection anthropologique à une certaine distance du cabinet d’Anatomie comparée »167. Cet avis émane de Jean Reynaud, sous-secrétaire d’État à l’instruction publique, et est relayé par l’assemblée des professeurs du Muséum. Il indique que si la galerie est une démonstration de la nouvelle ontologie de l’Homme, l’organisation de l’espace muséal doit transcrire cette rupture à travers une mise en scène de la scission. Le plan de la galerie effectué par l’architecte Charles Rohault de Fleury (1801-1875), en 1855, montre un parcours circulaire traversant de multiples pièces et couloirs. Cependant, en dépit de sa complexité due à la configuration initiale des lieux, le visiteur revient à son point initial « après avoir fait le tour des galeries consacrées à l’homme et sans aucune confusion avec les autres représentants de la création »168. C’est donc à travers l’isolement, géographique et matériel, que l’homme se distingue de l’ensemble des êtres de la nature. D’ailleurs, tout nouveau rapprochement est difficilement toléré comme l’illustrent les polémiques qui suivent.

83La première concerne la versatilité du professeur et la profondeur supposée de ses convictions lorsque celui-ci abandonne l’anthropologie en 1855 :

Ce qui semble réellement insupportable est d’avoir choisi de quitter la chaire d’anatomie humaine pour la chaire d’anatomie comparée après avoir œuvré activement à sa création. M. Serres a répudié l’enseignement de l’anthropologie qu’il avait eu la gloire de fonder. Ceux, qui comme nous, avaient pris au sérieux le dévouement enthousiaste que M. Serres affectait pour cette admirable science, se souviennent de cette désertion comme une insulte à leur bonne foi.

  • 169 « Chronique : le Muséum d’histoire naturelle », L’ami des sciences [publié par Victor Meunier], 185 (...)
  • 170 « L’anthropologiste doit faire de la structure du corps humain une étude approfondie et cette étude (...)
  • 171 Note de Serres du 14 mai 1850, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM1, Annexes et pi (...)
  • 172 Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM54, PV de l’Assemblée des professeurs du 27 mai (...)
  • 173 Note sur l’Anthropologie, « De l’Anthropologie et de ses bases », Manuscrits de Serres, Archives du (...)

84Ce témoignage de la presse dénonce, de la même façon, la nomination de son successeur Armand de Quatrefages, un zoologue qui plus est spécialiste des animaux inférieurs, à la chaire d’anthropologie : « Voilà comment les prêtres de la science traitent les choses saintes ! »169 L’intolérable porte donc sur la confusion des deux enseignements, et surtout, sur le non-respect de la hiérarchie de valeur attribuée à leur objet. Comment peut-on passer de l’homme à l’animal, ou vice versa, avec autant de légèreté ? Cette position de double engagement de la part des savants paraît difficile, voire paradoxale. Pourtant, le choix de Serres s’inscrivait assez logiquement dans la poursuite de sa quête philosophique et morale. Le recours à l’anatomie comparée lui permettait de mieux cerner les limites séparant le règne humain du reste du monde animal170. En 1850, lors de sa première candidature à la chaire d’anatomie comparée, il exprima dans une courte note cette idée de solidarité entre les deux chaires : « Il était indispensable que ces deux galeries fussent mises en harmonie l’une avec l’autre et marchassent de concert dans la nature des préparations qui les concernent respectivement »171. Par ailleurs, Serres demanda à deux reprises le rapatriement des pièces humaines exposée dans la galerie d’anatomie comparée, lequel resta lettre morte. Mais il garda ces mêmes pièces lorsqu’il fut à son tour responsable de cette chaire. À partir des années 1850, le rassemblement des types raciaux, où l’on note la présence de la « Vénus hottentote », en vient à cohabiter avec diverses préparations anatomiques d’animaux, notamment une autruche et un python molure, que le savant exposera ostentatoirement dans des cages vitrées172. Ainsi, alors que la galerie d’anthropologie reste en discussion, la position de Serres, qui exalte le règne humain en le confrontant aux corps des animaux, peut susciter une hésitation jugée inacceptable. Cependant, Serres ne minimise pas ce rapprochement, bien au contraire. Car pour lui, l’Homme commence là où finit l’animal, traçant ainsi les frontières entre la perfectibilité de l’homme et l’imperfectibilité de l’animal. D’autre manière, Serres conçoit l’homme comme un microcosme, le résumé ou la récapitulation d’une création finalisée. C’est pourquoi, sans rabaisser son objet, l’anthropologie dévoile « l’homme que les anciens ont défini le petit monde et que justifie cette définition parce que les divers temps de son organisation reproduisent les temps divers de l’organisation du règne animal »173.

  • 174 Mémoire des professeurs-administrateurs du Muséum d’histoire naturelle en réponse au rapport fait e (...)

85Une autre situation conflictuelle, un peu plus tardive, interroge à son tour les limites de l’espace moral séparant l’homme du reste du monde zoologique. Dans un rapport de 1858, soit trois ans après l’ouverture de la galerie publique d’anthropologie, la commission chargée d’analyser le fonctionnement du Muséum s’étonne « de rencontrer, mêlés aux classifications relatives à l’histoire de chaque race humaine (squelettes, têtes osseuses, bustes, etc.), des squelettes de chiens, de loups, de renards, de chacals, qui sont là, faute d’avoir pu trouver place dans la galerie d’Anatomie comparée ». En dehors du fait que la cohérence scientifique soit remise en question, ceci l’est aussi de la légitimité morale de cette présentation. Pour quelle raison les restes d’animaux et d’hommes sont-ils ainsi mêlés ? Répondant à cet étonnement, l’assemblée des professeurs va minimiser la gravité du fait. Elle expliquera que le « mélange » n’existe que dans deux salles174. Dans la première, appartenant à l’anatomie comparée, et accueillant la collection anthropologique de Cuvier, il s’agissait de respecter « l’ensemble des collections réunies par notre grand naturaliste et de rester fidèle à sa tradition ». Ce premier mélange relevait donc d’un choix scientifique respectueux de la mémoire de l’un des pères fondateurs des sciences naturelles. Dans la seconde, appartenant à l’anthropologie, les restes d’animaux ont été momentanément déposés, faute de place, et depuis lors retirés. Cependant, « ils ont été placés sur une armoire très élevée, complètement à part des objets relatifs à l’étude de l’homme [...] Le mélange dont parle le rapport n’existait donc pas ». Nous pouvons ainsi remarquer que la distance qui doit séparer l’homme de l’animal est toute relative dès lors qu’il s’agit de la mettre en pratique. Les frontières, entre ce qui est tolérable ou non, sont subordonnées au poids de la mémoire des grands hommes et aux contraintes matérielles.

  • 175 Lettre du 10 janvier 1855 de l’architecte au directeur, projet pour la construction des galeries d’ (...)
  • 176 Guide des étrangers dans le muséum d’histoire naturelle, Paris : Imp. P. Dupont, 1855, pp. 70-71.
  • 177 Le vestibule était projeté entre les deux pavillons du côté du jardin pour servir de vestibule comm (...)

86Au-delà de la séparation des espaces, une réflexion architecturale est également menée sur l’interface qui sépare l’extérieur et l’intérieur des galeries. Elle interroge ce monde de l’entre-deux que constitue le seuil, zone de passage entre un monde extérieur profane et celui qui mène à la découverte de l’essence de l’homme et de son histoire. Pour l’architecte du Muséum, l’entrée doit magnifier et révéler aux yeux des visiteurs le nouveau statut donné à l’Homme, elle doit transcrire toute la valeur qui lui est accordée. « L’anthropologie doit tenir une place importante au Muséum moins par l’étendue des galeries que par la dignité de l’entrée »175. Pourquoi ce choix ? Il s’agit vraisemblablement d’une alternative par défaut, car les conditions matérielles ne lui permettaient pas une extension des galeries. Si ce n’est en quantité, la dignité architecturale s’exprimera donc par la qualité du seuil. Certes, le précédent accès au musée n’avait rien de grandiose. Il se faisait depuis la seconde salle de la galerie d’anatomie comparée, située au premier étage, par une porte qui donnait sur un couloir étroit et bas176. L’entrée « convenable », nouvellement conçue par l’architecte, comprenait un vestibule en verre soutenu par quelques colonnes de fer et élevé de quelques marches au-dessus du jardin. L’accès débutait par un changement de niveau, agent de l’élévation symbolique du visiteur. Puis en remplacement du « petit escalier assez mesquin », un escalier très large fut projeté pour conduire aux galeries situées au premier étage. Il débouchait sur une grande salle « de dix mètres de large et vingt mètres de longueur, éclairée du haut, garnie d’armoires tout autour et de cages vitrées au centre ». C’est à travers ces trois nobles espaces : vestibule rehaussé, large escalier et vaste salle éclairée, que le visiteur devait avancer à la rencontre de l’Homme. Toutefois, la valeur accordée à la nouvelle anthropologie ne devait pas, pour autant, faire ombrage à celle depuis longtemps reconnue à l’anatomie comparée. Tel un fantôme, l’image de Cuvier, omniprésente dans les descriptions des galeries, constitue le référent, le garde-fou pour tout ce qui a trait à cette chaire. Il serait indécent de mettre à nu cette grande figure des sciences naturelles pour habiller dignement l’anthropologie. Aussi bien, si la confusion entre l’homme et l’animal est à proscrire, le visiteur empruntera néanmoins le même vestibule et le même escalier pour se rendre aux deux galeries177 ; seule la grande salle fera la différence.

Le Muséum en 1855
Les galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie sont localisées au nord-ouest du Jardin des plantes et sont entourées du parc zoologique au sud et de l’entrepôt des vins au nord. Plan figurant en frontispice du Guide des étrangers dans le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Impr. P. Dupont, 1855, 88 p.
© Bibliothèque centrale, MNHN.

87D’autres facteurs en relation avec la perception du lieu sont également mentionnés lors de rapports qui remettent en cause la qualité de l’exposition des galeries d’Anatomie. « Ce qui est véritablement affligeant et intolérable, c’est l’installation des collections d’Anatomie comparée et d’Anthropologie dans les vieux bâtiments situés à l’ouest du jardin, derrière les parcs des animaux ruminants ». Ces deux collections se trouvaient reléguées dans l’ancien établissement de la régie des fiacres de Paris, origine maintes fois considérée comme difficilement conciliable avec leur distinction. Transformer des écuries et des greniers à foin en des galeries dignes de Cuvier et de l’Homme relevait de la gageure. Les professeurs jouèrent de cette circonstance pour justifier l’état des galeries mais aussi faire reconnaître tout le mérite de leur travail effectué dans de si viles conditions. « C’est du fond d’une écurie que sont sortis des oracles [...] Ne sait-on pas qu’en raison d’une telle origine, le sol et les murs sont inévitablement pénétrés de salpêtre et d’humidité ? »

88Structuration des espaces, répartition des pièces anatomiques selon leur nature, grandeur de l’entrée, mais aussi situation et premier emploi du bâtiment au sein du Muséum, constituent autant d’éléments pris en compte pour juger de la décence de l’exposition de l’Homme au milieu du xixe siècle.

89Pour faire le pont avec l’époque contemporaine, aborder les vies post-mortem de la « Vénus hottentote » suppose, assurément, un cadrage beaucoup plus large que le simple récit biographique auquel s’attachent bien des productions récentes. Comme nous venons de le voir, cela implique d’aborder son parcours de vie à travers l’intrication complexe des espaces matériels et moraux à des échelles diverses, d’appréhender Saartjie Baartman dans un cheminement muséal ancré dans des géographies et des temporalités. Toutefois, un dernier élargissement s’impose. La galerie est, en effet, dédiée à un usage. Or selon les acteurs, les préconisations diffèrent et suscitent des conflits. La dernière séquence de ce parcours biographique interroge une fois encore la culture de la curiosité. Elle aborde les discussions autour du rôle de ces collections et, plus largement, celle de son utilité publique dans ce moment de divorce entre l’anatomie comparée et l’anthropologie.

Du bon usage du potentiel évocateur des restes osseux des collections d’anatomie comparée

  • 178 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », op. cit., pp. 107-109.

90« Comment m’intéresser à ces énormes squelettes que vous voyez dans le cabinet d’anatomie comparée, lorsque dans mon rêve je les voyais couverts de chair et tout pantelants ? Un peu d’imagination, je crois, est partout un utile superflu [...]. Quiconque n’est pas un peu nécromancien, et ne sait pas évoquer les morts, court grand risque, je le crains, de trouver bien longue sa promenade »178. Le xixe siècle fait régulièrement état de divergences au sujet de l’accès et de la bonne utilisation de ces galeries par le public commun. Un des points d’orgue se situe entre 1845 et 1855. Il met aux prises les décideurs politiques, les médiateurs scientifiques que sont les auteurs de guides de visite, les scientifiques et le public. Écoutons et croisons leurs voix discordantes.

  • 179 « L’examen des formes extérieures [...] ne suffit pas à votre curiosité toujours croissante et vous (...)
  • 180 Nous pouvons nous demander si les usages décrits furent réels ou s’ils ont été utilisés à des fins (...)
  • 181 Cité par Bourdier (Franck), « Origines et transformations du cabinet royal des plantes, 1635-1935 » (...)

91Les discours des guides de visite du Muséum et aussi de la presse balancent entre une vision romantique des restes osseux, compassionnelle et macabre, déjà abordée, et un net discrédit de la visite curieuse. Ainsi, contrairement aux écrits du début du siècle, le guide de 1842 justifie le désir de savoir du visiteur par une curiosité motrice, mais sa formulation en accentue l’insatiabilité et la dimension passionnelle179. D’autres auteurs mentionnent la faible fréquentation de la galerie d’anatomie comparée par « le public simplement curieux » et par les femmes qui « n’osent la visiter » ; cet espace n’offrant un véritable intérêt que pour la science180. Il serait parfois même « imprudent d’y conduire soit des dames étrangères à ce genre d’étude, soit des jeunes gens qui ne sont pas préparés »181. La galerie des restes anatomiques devient donc un lieu où les choses restent inaccessibles au plus grand nombre. Sa visite constituerait même un danger pour le visiteur non aguerri ou socialement considéré comme impressionnable. Le divorce entre la curiosité et la science semble ici consommé. La critique porte, en outre, sur le visiteur des ossements animaux et humains, un jugement peu gratifiant.

  • 182 Cette requête fut l’objet de la première question du rapport de la commission d’étude nommée par le (...)
  • 183 « Le professeur d’anatomie comparée présente des observations relatives aux inconvénients résultant (...)
  • 184 En prolongement d’une demande initiée en 1845, Archives nationales, AJ/15/136-140, PV du 13 mai 184 (...)

92Pourtant, cette opinion ne semble pas faire l’unanimité. À partir des années 1840, le public demandera à disposer d’un plus grand accès aux galeries182. Il faut préciser que, depuis Cuvier, l’accès à la galerie d’anatomie comparée ne se faisait que sur présentation d’une carte d’entrée, délivrée par l’administration sur demande écrite. Les jours d’ouverture fluctuaient selon les années : des lundis, jeudis et samedis de 11h à 14h en 1828, ils sont ramenés aux lundis et jeudis en 1846183. De vives contestations du public, en 1848, permirent l’ouverture aux mêmes jours et heures que celle des autres galeries. Un an plus tard, de nouvelles réclamations porteront sur la visite dominicale184.

  • 185 « Les professeurs administrateurs s’étaient aussi préoccupés de la bonne conservation des collectio (...)
  • 186 « Le professeur d’Anatomie comparée demande qu’on examine les moyens de soustraire les parties des (...)

93La réponse de l’assemblée des professeurs à cette demande est riche en enseignement. Leur riposte se structure en quatre points et porte tout autant sur la solidité des planchers de la galerie, le manque de gardiens et leurs conditions de travail, que sur des préoccupations conservatoires185. Déjà en 1842, une commission interne avait tenté de réduire l’impact du public par l’installation de vitrines186. Le désir de toucher, même en dépit des vitrines, ou de posséder ces objets sans en respecter la valeur scientifique relève de l’indiscipline du curieux. Le quatrième argument du rapport des professeurs conforte ce dernier point.

« Science macabre »
Illustration allégorique de la dimension macabre de la galerie d’anatomie comparée présente dans les guides du Muséum de 1842 et de 1854. Gravure extraite de Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle…, Paris : L. Curmer, 1854.
© Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 187 Archives nationales, AJ/15/677, Séance du 19 juin 1849, Minutes, PV et pièces annexes.

Les galeries d’anatomie avaient dans le principe été établies pour l’étude seulement et non pour les visites des simples curieux [phrase raturée sur le brouillon]. Le local avec ses pièces petites et nombreuses, ses couloirs étroits, le défaut presque général d’armoires et le remplacement des squelettes, objets presque tous à la portée de la main, ne permettait pas l’admission du public, qui n’y était reçu, admis qu’au moyen de cartes d’entrée, accordées du reste très facilement. C’est ce qu’il fait qu’il n’y a que deux gardiens. En 1848, les vives réclamations du public dont la curiosité est vivement sollicitée par la vue de cette sorte de collection [je transcris en italiques cette phrase secondairement rajoutée dans la lettre] ont déterminé l’ouverture aux mêmes jours et heures que celle des autres galeries [...] Mais nous croyons que dans l’état actuel des choses, l’entrée du dimanche serait la mort définitive de ces collections187.

  • 188 Pomian (Krzysztof), « La culture de la curiosité », op. cit.

94Si le discours indique une certaine volonté de démocratiser l’accès à la galerie, son interprétation souligne aussi le lien complexe qui relie les scientifiques au public commun et au politique. Les hésitations, corrections, voire autocensures effectuées montrent les tensions et la sensibilité du sujet. L’accent se déplace alternativement de la nature du visiteur à celle de l’objet. Il s’agit de mettre en avant la spécificité de cette rencontre entre les restes anatomiques et le spectateur. Par ailleurs, il serait malséant d’écrire au ministre que la galerie d’anatomie comparée ne peut être destinée au regard des « simples curieux », ce qui remettrait en cause la vocation d’instruction publique du Muséum. Cependant, le jugement transparaît même s’il est rendu peu explicite, voire inaudible. Ce regard pluriel porté sur la curiosité fait écho à l’analyse lexicale et sémantique réalisée par Krzysztof Pomian188. En comparant le dictionnaire d’Antoine Furetière (1619-1688) à celui de l’Académie, l’historien montre le conflit de valeurs qui oppose la bienveillance du premier envers l’intérêt des amateurs pour les curiosités à la réprobation de l’Académie envers la vanité, la sottise et le caractère démesuré d’une telle démarche. Ainsi, en rupture avec la culture de la curiosité des xviie-xviiie siècles, les sciences naturelles, et peut-être l’anatomie comparée davantage, écartent toute curiosité qui ne leur serait pas inféodée. Pour cela, les scientifiques tentent de contrôler le regard en limitant l’accès aux restes zoologiques mais les volontés des divers acteurs sont soumises à des rapports de force mouvants.

  • 189 Rapport au nom de la commission spéciale instituée par M. le ministre de l’Instruction publique pou (...)
  • 190 Chevalier (Louis), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du(...)
  • 191 Schnitter (Claude), « Le développement du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris au cours de (...)
  • 192 La loi Corne du 5 août 1850 sur « l’éducation et le patronage des jeunes détenus » généralise les c (...)

95Qu’en est-il de la position du politique ? Dans un rapport ministériel de 1849 ayant pour but d’étudier toutes les questions relatives à l’administration et à l’enseignement du Muséum189, il est rappelé que l’investissement de l’État pour la prospérité du Muséum n’est pas seulement destiné à servir le public savant mais « toutes les classes de la société pour qui l’histoire naturelle peut être un sujet d’utile délassement et d’instruction ». Le discours se concentre ensuite sur une description des habitudes et des besoins de la classe ouvrière : classe laborieuse n’ayant comme seul horizon d’expérience que l’atelier, mais dont la routine est cependant rompue, chaque semaine, par le juste repos et les loisirs dominicaux. « Combien n’est-il pas juste et prévoyant d’ouvrir, dans les jours de fête, les dépôts de la science, les lieux pleins d’attrayants spectacles dont la nature fait les frais, aux citoyens les plus pauvres ? ». « Juste et prévoyant » sont les deux préoccupations mises en avant par ce document. Or, si nous saisissons bien à travers le premier qualificatif l’esprit d’équité du ministère, nous pouvons néanmoins nous demander en quoi l’accès aux collections comporterait, selon ses mots, une dimension de « prévoyance ». En d’autres termes, s’il peut être difficilement question d’instruction pour les ouvriers, en quoi la curiosité qui vise ces objets-spectacles intéresse-t-elle l’administration ? La chute du rapport nous éclaire sur l’intention de cette sollicitude politique : « Combien n’est-il pas juste et prévoyant d’ouvrir [...] à ceux qui n’ont pas les réjouissances de l’intérieur domestique, à ceux qui sont forcés de promener leur désœuvrement sur la voie publique, et qui finissent trop souvent par aller chercher aux barrières des distractions coûteuses et fatales aux bonnes mœurs et à la famille ». Voilà l’intolérable et la mesure de prévention : la classe ouvrière ne se livre pas à des loisirs décents. La visite au musée, même curieuse ou spectaculaire, vaut mieux que la fréquentation de lieux de perdition morale. La découverte des galeries d’anatomie, si populaire, est donc édifiée comme garde-fou, participant au contrôle des loisirs acceptables et de l’ordre public. Cette assimilation des classes laborieuses aux classes dangereuses fait écho aux travaux de l’historien Louis Chevalier190 (1911-2001). Les valeurs de justice, ici privilégiées, servent des préoccupations sécuritaires. Pour ne pas naturaliser ces positions, il est nécessaire d’interroger le poids du président de la commission ministérielle à l’origine du rapport, le député Hyacinthe Corne (1802-1887). Celui-ci fut un acteur important des critiques dirigées contre le fonctionnement du Muséum à la même époque191. Magistrat, Corne s’est de plus beaucoup investi dans les questions d’éducation des jeunes délinquants192. L’intérêt qu’il porte à l’éducation et aux dérives de la classe ouvrière éclaire davantage sa position sur le rôle moralisateur des visites au Muséum.

  • 193 Archives nationales, F/17/13566.

96Pour conclure, une hiérarchisation de valeurs s’opère pour chacun des acteurs sociaux. Pour la commission ministérielle, l’appréhension des collections anthropologiques comme chose spectaculaire ne constitue pas un obstacle moral majeur dans la mesure où il est subordonné à une autre exigence de politique publique, celle du contrôle du temps libre de la classe populaire dont la vocation est de réduire les « déviances comportementales ». Nous pouvons même nous demander dans quelle mesure le caractère spectaculaire des restes animaux et humains n’est pas entretenu ou simplement utilisé pour servir cette surveillance. Pour les professeurs du Muséum, la mise en exposition de ces collections, nécessaire à l’instruction publique de l’histoire naturelle de l’homme, se réalise de manière la plus décente et la plus respectueuse pour l’humanité193. Ils en sont les garants. Cependant, s’ils en donnent la possibilité, cet accomplissement ne pourra se faire que si l’homme reste un objet scientifique, échappant à l’inconséquence de la curiosité populaire. Car ils ne peuvent mésestimer le potentiel évocateur de ces pièces singulières, d’autant plus que le discours scientifique reste opaque pour le visiteur profane. Le libre accès au public des galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie se réalisera en 1855 avec leur ouverture.

  • 194 Étienne Serres obtint la chaire d’anatomie comparée en 1855. Il l’occupera jusqu’à sa mort en 1868. (...)
  • 195 Vallois (Henri Victor), « L’évolution de la chaire d’Ethnologie du Muséum national d’Histoire natur (...)

97Après cette période de transition, s’installe dans la seconde partie du xixe siècle le règne des classifications raciologiques, ère d’un singulier intérêt porté à la différence dans ses manifestations parfois les plus discrètes. Elle est marquée par une modification du nom de la chaire par le successeur de Serres, Armand de Quatre-fages, en 1855194. Elle devient la chaire d’anthropologie, dénomination qu’elle gardera jusqu’en 1936. Pour Quatrefages (1810-1892), l’anthropologie est « l’Histoire naturelle de l’Homme et des groupes humains »195, comme la définira Paul Broca (1824-1880) en 1859 lors de la création de la Société d’anthropologie de Paris. Aussi, poursuivons le parcours post-mortem de la « Vénus hottentote » lors de cette période aujourd’hui très contestée.

RACIOLOGIE ET MISE EN SCÈNE DU PROCESSUS DE CIVILISATION

La « Vénus hottentote » intègre complètement le monde de la raciologie (1855-1897)

  • 196 Guide des étrangers dans le muséum…, op. cit., pp. 70-73.
  • 197 Archives nationales, AJ/15/551 A, dossier Quatrefages (Armand de).

98À l’ouverture de la galerie publique d’anthropologie, le moulage de Saartjie Baartman apparaît toujours séparé des restes osseux. Toutefois, ces derniers ne se trouvent plus dans la galerie d’anatomie comparée, ils ont intégré le règne humain. Une première description du « musée anthropologique »196, effectuée en 1855, montre un espace structuré en dix grands cabinets. Le moulage est exposé dans la seconde salle qui rassemble des bustes et des statues des races éthiopiques et mongoles ainsi qu’une cire anatomique de J. Talrich (1826-1904) ; le squelette figure dans la salle des squelettes. En 1875, la revue La nature publie deux articles sur la collection anthropologique du Muséum d’histoire naturelle. La description des « salles 9 et 10 » où sont exposées « les diverses branches du tronc nègre, depuis les Bosjesmans, les Hottentotes et les Cafres, jusqu’aux Papous, aux Négritos et aux Australiens » passe sous silence la présence de la « Vénus Hottentote ». A-t-elle disparu de l’espace d’exposition ? Il n’en est rien. Une note de l’anthropologue Armand de Quatrefages la mentionne en 1879 dans la 8e salle réservée à l’Afrique australe197. Après une longue séparation de près de trente-cinq années, le moulage et les restes sont enfin de nouveau réunis, comme au temps de la galerie d’anatomie comparée. Cependant, le décor est tout autre. Une série de nombreux crânes de Boschimans, d’Hottentots et de Cafres de la mission Pierre-Antoine Delalande (1787-1823), le squelette d’une autre femme boschimane, « le plus petit squelette connu de femme adulte », des moulages notamment de Cafres exposés à l’ancien hippodrome et des peintures complètent la présentation. Le corps de la « Vénus » semble s’être dilué dans un corpus plus hétérogène tant par la matérialité des supports présentés que par la quantité des pièces de collection représentant les types raciaux de l’Afrique australe. Cette salle jouxte celles de l’Amérique du sud en amont et de l’Afrique en aval. Elle s’inscrit donc dans un parcours géographique basé sur la volonté de décrire et, par là-même, fixer des typologies raciales. L’homme est ainsi naturalisé par ses caractères anatomiques typiques.

La démolition de la cage du grand escalier

  • 198 Je vous renvoie à la partie déjà abordée : le Musée d’Anthropologie à l’image de la nouvelle dignit (...)

99Le grand escalier, imaginé et conçu par l’architecte Charles Rohault de Fleury, marque le moment institutionnel tendu où l’anthropologie prend sa distance avec l’anatomie comparée et où l’Homme se différencie, épistémologiquement et matériellement, de l’ensemble du règne animal198. Il constitue un des éléments importants de la transcription architecturale de « la nouvelle dignité de l’Homme » portée par la volonté de trois acteurs majeurs : Serres, alors professeur de la chaire d’histoire naturelle de l’homme, Reynaud, secrétaire à l’Instruction publique, et l’architecte du Muséum, susnommé. Or les acteurs passent et trépassent et nous pouvons nous interroger sur la pérennité de la valeur attribuée à cet espace. En d’autres termes, l’aura du grand escalier saura-t-elle garder toute sa clarté ?

  • 199 Archives nationales, PV du 7 mars 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.
  • 200 Paul Gervais (1816-1879) est nommé professeur de la chaire d’anatomie comparée en 1868 suite au déc (...)

100En mars 1871, lors d’une assemblée des professeurs, Quatrefages demanda « la transformation de la cage du grand escalier conduisant à ses galeries en une salle qui lui permettrait de céder la pièce du rez-de-chaussée occupée par les quelques squelettes humains de la collection Cuvier »199, au professeur d’anatomie comparée200. Quelles raisons ont motivé cette transformation ? Comprendre cette demande nécessite de mieux cerner le contexte dans lequel elle s’inscrit, soit peu de temps après la fin de l’invasion prussienne, avec l’instauration de la IIIe République. Lors des événements de 1870, le Muséum subit de nombreux dégâts matériels. Une note de janvier 1871 indique que 80 obus tombèrent sur l’établissement cassant de très nombreuses vitres.

  • 201 Archives nationales, PV des 17 janvier et 7 mars 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.
  • 202 « Il [le professeur d’Anthropologie] demande entre autres la transformation de la cage du grand esc (...)
  • 203 Lettre de Quatrefages (Armand de) : « Suite à la mort de Flourens, il exprime le désir du transfert (...)
  • 204 « Le professeur d’Anthropologie demande que les collections relatives à l’histoire des races humain (...)

101Une nuit, les professeurs d’anthropologie, de minéralogie et le bibliothécaire cernés par les obus dans la maison de Buffon durent se réfugier dans les caves201. C’est dans ce même lieu que certaines collections, comme « la collection de cranéologie », furent remisées. Suite à ce déplacement, Quatrefages procéda à une réorganisation des collections202. Trois ans plus tôt, le professeur d’anthropologie avait fait placer dans son laboratoire tous les objets relatifs à l’histoire de l’homme de la collection personnelle de Flourens, alors décédé203. Quelques temps après la mort de Serres, les collections inhérentes à l’histoire des races humaines de la collection d’anatomie comparée avaient aussi été intégrées à la collection anthropologique204.

  • 205 « Le professeur d’Anthropologie annonce que la transformation de la cage du grand escalier situé da (...)
  • 206 Étienne-Renault-Augustin Serres décède le 3 mars 1868 ; l’architecte Charles Rohault De Fleury a pr (...)
  • 207 Archives nationales, PV du 5 septembre 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.
  • 208 « Visite de la galerie d’Anthropologie par les visiteurs de différents points de l’Europe et délégu (...)
  • 209 Archives nationales, PV du 5 septembre 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

102À la recherche de locaux disponibles face à l’accroissement de ses collections, Armand de Quatrefages s’appropria cet espace du musée dont la transformation fut achevée en novembre 1871205. Mais la délocalisation des collections des anciens professeurs d’anthropologie, collections au statut ambigu, mi-privé/mi-public, ainsi que la modification de cet espace symbolique ont été rendues possibles par un changement du cadre moral déplaçant les enjeux et les attentes. Le moment sensible de la naissance de l’anthropologie, de son autonomisation par rapport à l’anatomie comparée, porté par les acteurs de la première moitié du xixe siècle n’est plus. Leur disparition physique ou leur retraite206 laisse un champ disponible aux nouvelles exigences. La reconnaissance publique de l’anthropologie passe alors par de nouvelles revendications, celles de son expansion tant matérielle, géographique que politique et sociale, aux niveaux national et international. À la veille de la disparition de la cage du grand escalier, le ministre demande la liste des grands travaux à faire pour « garder la renommée du Muséum207 » ; renommée grandement légitimée, lors de la visite des galeries anthropologiques, par les membres du Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de l’Exposition universelle de 1867 : « Tous les savants étrangers ont été unanimes pour déclarer que la collection d’anthropologie du Muséum de Paris était incontestablement et de beaucoup la première du monde. Tous ont vivement regretté que le défaut d’espace mit dans la nécessité d’entasser les objets de telle sorte qu’ils ne peuvent être ni vus, ni étudiés dans des conditions favorables »208. Forte de ces constats, l’assemblée des professeurs réclama la réalisation des projets de 1868 relatifs au réaménagement des galeries d’anthropologie et d’anatomie comparée209. La transformation du grand escalier s’inscrit dans ce mouvement.

Bombardement prussien sur le Muséum
Impacts d’obus tombés sur le Muséum entre le dimanche 8 et le mercredi 25 Janvier 1871. Détail du relevé extrait de Quatrefages (Armand de), La race prussienne, Paris : Librairie Hachette, 1871, p. 110.
© Bibliothèque centrale, MNHN.

L’Hottentote sur le balcon de l’humanité (1898-1936)

  • 210 Xert (G.), « Les nouvelles galeries du Muséum », La Nature, 1898, p. 295.
  • 211 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum. La galerie d’Anthropologie », L’Anthropologie, (...)

103La nouvelle galerie d’anthropologie du Muséum est inaugurée en 1898 dans un nouveau bâtiment de la rue Buffon. Ernest-Théodore Hamy (1842-1908), détenteur de la chaire d’anthropologie, en est alors le conservateur. Elle apparaît comme la métamorphose d’une « nécropole de peu d’intérêts » en un aménagement facilitant l’étude et même esthétique, en harmonie avec les richesses scientifiques qu’il recèle et la marche du progrès210. Cependant, dès sa création, l’espace trop étroit contraste avec l’ambition affichée. Un nombre relativement restreint de pièces a dû être sélectionné afin de représenter au mieux les caractères physiques « du plus grand nombre possible de groupes humains »211. Sur le balcon qui surplombe la galerie de paléontologie, sont réunis « les principaux types des 1500 millions d’habitants » qui peuplent alors le globe selon un classement raciologique (noir-jaune-blanc) et géographique, organisé en une série continue dans laquelle sont intercalés des groupes de transition.

  • 212 Pour plus d’informations sur la classification adoptée dans la galerie d’Anthropologie, voir les éc (...)

104Malgré tout, aux regrets du conservateur Ernest Hamy, « la disposition linéaire de l’espace n’a pas permis de faire la part des affinités ethniques »212. Situées au fond de la partie gauche de la galerie, les vitrines consacrées aux races nègres de l’Afrique australe jouxtent celles des races jaunes et celles des autres races nègres d’Afrique. C’est dans l’une d’elles qu’apparaît, sur une photographie datant du début du xxe siècle, le squelette de la « Vénus hottentote ». Il est présenté face aux visiteurs flanqué, de part et d’autre, d’un autre squelette et du moulage mortuaire. Bien d’autres pièces sont exposées derrière celui-ci : des bustes moulés et peints dominent des crânes et des peintures puis des os des membres inférieurs sont présentés au-dessus d’autres bustes et de torses moulés. Les cartels, présents pour chaque pièce, ne sont pas lisibles sur le document.

Élévation des nouvelles galeries
La galerie d’anthropologie est située au sommet (étage D) du nouveau musée de la rue Buffon, sur un balcon surplombant la galerie de paléontologie. Gravure de Morieu extraite de Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », L’Anthropologie, 1898, t. IX, p. 321. © Bibliothèque centrale, MNHN.

Interférence des discours mis en scène
« Un acte en langue hollandaise (…) il doit, à l’expiration du contrat, prendre à sa charge les frais de rapatriement si la femme désire retourner dans son pays ». Extrait de l’article de Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXVII, 1916, p. 178. © Bibliothèque centrale, MNHN.
Le texte de l’anthropologue Verneau en souvenir du « centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann » montre toute l’ambiguïté des discours mis en scène dans ce balcon de l’humanité. En effet, si un premier discours scientifique apparaît à travers l’organisation linéaire et raciologique de la galerie, le visiteur attentif peut néanmoins accéder à un autre niveau d’information. Ainsi, dans sa commémoration à l’usage des « personnages célèbres », Verneau nous apprend que le contrat en langue hollandaise qui fait état de l’exhibition de la « Vénus hottentote », de « son engagement à se laisser voir ‘telle qu’elle est’ », est exposé dans la galerie à côté des moulages et du squelette. Ce document côtoie l’acte de baptême effectué le 1er décembre 1811. Même s’il est peu probable que ce document ait pu être compris par les visiteurs, l’intention du scientifique demeure de diffuser, voire d’entretenir une mémoire collective à son sujet, alors que « la génération actuelle ne connaît guère » son histoire. Interfèrent le discours raciologique et celui porté sur la personne, extraordinaire, de « Sarah Bartmann ». N’est-elle pas d’ailleurs, pour reprendre les termes de l’anthropologue, « une célébrité qui, cent ans après sa mort, jouit auprès du public d’une plus grande vogue que beaucoup de savants, de philosophes ou d’hommes politiques disparus au cours du XIXe siècle» ?

105Productions artistiques et préparations anatomiques (squelette, crâne) se côtoient et semblent appartenir à une même entité. Elles représentent autant de documents démontrant les caractères physiques d’un corps collectif, celui du groupe hottentot. Cependant, s’il s’agit d’un corps issu de la nature, ce dernier n’apparaît pas nu. En atteste un détail saisissant de mise en scène, jusqu’alors inexistant, la présence d’un cache-sexe masquant la nudité intime de la « Vénus ». De forme triangulaire, le morceau de tissu qui revêt le moulage est très proche des voiles ou velarium que portaient les femmes hottentotes. Il peut être observé sur une gravure de Louis Jean Allais (1762-1833) d’après une peinture effectuée par Jean Baptiste Berré (1777-1838) lors de la venue de Saartjie Baartman au Muséum.

  • 213 « Malheureusement l’éclairage est si défectueux que pour distinguer nettement les objets qui se tro (...)
  • 214 Dias (Nélia), « The visibility of difference, Nineteenth-century French anthropological collections (...)
  • 215 Hamy (Ernest-Théodore), Les origines du musée d’Ethnographie, Histoire et documents, Paris : E. Ler (...)

106Les parties du corps qui furent objets de curiosité, ferments des indignations contemporaines, se trouvaient ainsi soustraites au regard. Ceci est d’autant plus vrai que de multiples pièces entouraient la « Vénus », saturant l’espace, et que le visiteur disposait d’un éclairage défectueux et d’un faible recul213. Quatre autres moulages d’individus entiers étaient présentés dans la galerie et semblaient, d’après les photographies, aussi habillés. Les quelques vêtements ou parures, tout comme les transformations rituelles du corps (crânes déformés, crânes trophées…) présents dans la galerie, étaient montrés non comme des productions culturelles mais comme des extensions de la nature humaine. Mœurs, coutumes et aspects physiques procédaient d’une même naturalisation214. La galerie d’anthropologie présentait un homme issu de la nature, d’une histoire naturelle : « Dans le musée d’Anthropologie, l’homme est étudié en lui-même et comme créature. Dans le musée d’ethnographie, au contraire, c’est comme créateur [...]. Le Muséum d’ethnographie est un musée d’Histoire ; le musée d’Anthropologie est un musée d’Histoire naturelle »215.

107Dans ce balcon rassemblant toute l’humanité, l’Hottentote n’est-elle pas aussi une preuve de l’unité de l’espèce humaine dans l’espace et dans le temps ? Or, si la constitution de la galerie émane du désir de mise en lumière de toute l’humanité, tous les groupes humains y sont-ils effectivement représentés ?

Les exclus de la galerie publique d’anthropologie

  • 216 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., p. 334.
  • 217 Archives nationales, AJ/15/728, PV du 17 décembre 1901.
  • 218 Archives nationales, AJ/15/545.
  • 219 Ackerknecht (Erwin) & Vallois (Henri Victor), « François-Joseph Gall et sa collection », Mémoires d (...)
  • 220 Vovelle (Michel), La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, rééd., Paris : Gallimard « Histoires » (...)

108Dans sa description de la galerie, en 1898, René Verneau (1852-1938), aide conservateur d’Ernest Hamy, nous apprend que dans les vitrines dédiées aux races blanches, seules les races éthiopienne, égyptienne et sémitique sont présentées : « Les races d’Europe n’ont pu trouver leur place dans les vitrines et devront être reléguées dans les annexes du sous-sol216. » Dans ces dernières, dont l’aménagement fut terminé en 1901, étaient également exposées les collections phrénologiques de Franz-Joseph Gall (1758-1828) et Pierre-Marie-Alexandre Dumoutier (1797-1871)217. Diverses questions se posent sur les logiques présidant à la répartition de ces restes humains. Était-elle seulement guidée par des considérations de disponibilité spatiale ? Comment s’est effectué le choix des corps ? Ces salles étaient-elles des annexes publiques de l’espace d’exposition ? Quatre ans après le décès d’Hamy, un courrier de Verneau, datant de 1912, en livre tout le sens : le crâne de René Descartes (1596-1650) ne figure pas dans les galeries d’anthropologie, car Hamy a jugé « peu décent d’exposer dans les salles ouvertes au public les restes de personnages célèbres à divers titres. Une salle spéciale fut aménagée dans les sous-sols du nouveau bâtiment pour recevoir ces précieuses reliques que maints savants ont pu étudier à loisir »218. À titre illustratif, la collection de Gall contenait près d’une centaine de célébrités sous forme de crâne ou de moulage, de tête ou de cerveau219. Bien qu’en 1910 une inondation ait endommagé le sous-sol, cette disposition demeure en 1912. En isolant et contrôlant l’accès de ces restes, Hamy puis Verneau sanctuarisent l’espace d’exposition. Seule la communauté scientifique est jugée digne d’approcher ces reliques puisqu’elle partage les valeurs d’un monde commun dont la mise en exposition signe la continuité et la célébration. Celle-ci participe à la fondation d’une unité dans une certaine sacralité. Cette pratique fait écho à la « religion civile » du culte mémoriel des grands hommes, dominante au xixe siècle220 et indissociable de la construction de l’État-nation. La cérémonie du dépôt du cervelet de Buffon (1707-1788) en 1870, soit 82 ans après sa mort, constitue un autre exemple de revivification mémorielle de grandes figures de la science.

La « Vénus hottentote » dans la galerie d’ Hamy
Galerie d’anthropologie entre 1900 et 1913, cliché du photographe Sénicourt (1890-1917). © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sénicourt.

Sara femme de race hottentote
« agée de 25 ans, observée dessinée et peinte au Muséum d’histoire naturelle en Mars 1815 ». Gravure réalisée par Allais d’après un tableau de Berré peint en 1815. Elle présente la « Vénus hottentote » vêtue d’un velarium alors que le tableau original la présente nue. Cependant, le cache de couleur vive semble davantage appeler le regard que lui faire obstacle. Cliché Philippe Mennecier, MNHN.

Exposer l’Hottentote sans Descartes, une rupture dans l’humanité ?

109Le balcon, censé contenir tous les types de l’humanité, ne présentait pas au public les races et les célébrités européennes. Cette soustraction au regard confère un sentiment d’extériorité, voire de surplomb à ces corps absents. Quel sens donner au sentiment « d’étrangeté » induit par la scission de l’espace ? La poursuite de l’analyse nécessite un petit détour par l’ethnographie. Une des dernières conférences d’Ernest Hamy, portant sur « la figure humaine chez le sauvage et chez l’enfant », révèle les logiques qui organisent l’humanité transcrite dans cet espace muséal.

  • 221 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye & Lecrosnier, 1885, p. 78.
  • 222 « Les sauvages [...] s’ils se montrent réfractaires [...] à l’intelligence des œuvres d’art des hom (...)

110L’anthropologue rejette l’hypothèse qu’il puisse exister des races humaines dépourvues d’œuvres d’art. L’art étant pour lui un attribut essentiel de l’homme, il marque ainsi son attachement au courant monogéniste qui singularise, depuis Flourens et Serres, l’enseignement de l’Histoire naturelle de l’Homme au Muséum221. Vision stéréotypée de l’altérité « exotique » alors en vigueur, la figure du sauvage développée par Hamy se confond pourtant avec celle du primitif marquée par un développement faible, voire interrompu. L’arriération culturelle se double d’une puérilité psychologique et morale qui alimente l’imagerie infantile. Toutes deux sont d’origine biologique. Fondée sur la dualité antagoniste du sauvage et du civilisé, l’humanité évoquée oppose en fait l’homme de Nature à celui de Culture dans une conception non statique222. Par le savoir, les sauvages ont donc a priori la possibilité d’évoluer et d’accéder à l’état civilisé. Si Hamy n’emploie pas les vocables de « sauvage » et de « civilisé » dans ses descriptions de la galerie, la répartition qu’il a effectuée avec Verneau s’y réfère néanmoins. D’ailleurs, l’argument du manque d’espace ne saurait tenir. Un choix plus limité des pièces aurait permis d’y insérer les races européennes. Cette mise en scène muséale répond donc à une vision ontologique de l’Homme. En parcourant la galerie « des sauvages » et par l’extériorité de sa position, le visiteur peut saisir tout ce qu’il n’est pas.

  • 223 Ibid., p. 396.
  • 224 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., pp. 332-334 ; Dias (Nélia), « Série (...)
  • 225 L’anecdote de Toukou, le Haoussa, narrée par Hamy montre que ce dernier se veut garant de ces valeu (...)
  • 226 En référence à ce renvoi de note de bas de page : « Nos enfants livrés à eux-mêmes sont peintres, e (...)
  • 227 Boutry (Philippe), Fabre (Pierre-Antoine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Reliques modernes, cu (...)

111Puisque l’examen des œuvres d’art déploie « la série des âges reproduisant l’échelle ascendante des civilisations élémentaires »223, la disposition des races au sein de la série linéaire de la galerie établit une hiérarchie des groupes selon leur degré d’évolution. Elle permet ainsi au visiteur d’effectuer un voyage dans l’espace et dans le temps. René Verneau précise que le sens du parcours se fait de la gauche vers la droite. Le visiteur passe devant les Australiens, considérés alors comme inférieurs, s’attarde devant les races noires et la « Vénus Hottentote », puis devant les races blanches imparfaitement supérieures224. Cependant, l’accès à l’état de civilisation dans toute sa splendeur et son génie sera réservé à l’élite présentant les vertus de la vérité225, celle de la morale et de la rationalité. Son appartenance à la classe bourgeoise fait peu de doute226. La foi dans le processus de civilisation, de progrès et dans l’idéologie de l’État-nation a besoin d’une mémoire collective, d’une conscience du passé pour étayer sa ferveur. Le culte politique des reliques, ici laïques, permet « la perpétuation de la mémoire des morts dans le grand corps collectif de ceux qui conservent leur souvenir »227. Réflexivement, l’exposition des restes humains « des autres » constitue en négatif ce point d’ancrage mémoriel, à la fois plus lointain et tangible, pour les élites dont font partie les scientifiques. Elle leur permet de construire leur présent et leur futur, leur légitimité et leur consécration. L’espace moral fonde et justifie tout à la fois les choix de structuration de l’espace muséal.

Galerie d’Anthropologie
De l’entrée de la galerie d’anthropologie, visible au dernier plan, le visiteur ne pouvait effectuer qu’un parcours linéaire en boucle. Photographie de Pierre Petit entre 1900 et 1909. © Bibliothèque136 centrale, MNHN.

  • 228 Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum… », op. cit., p. 276.
  • 229 Blanckaert (Claude), « L’ethnographie de la décadence. Culture morale et mort des races (xviie-xixe(...)

112Il est à noter, toutefois, que presque dix ans après cette description, Hamy expose le parcours dans le sens inverse : « Le grand pourtour que nous prenons à droite nous conduit successivement (…) »228. Qu’en est-il donc ? Le voyage inversé du visiteur peut-il être assimilé à une remontée dans le temps des origines incarnées par les races inférieures ? S’agit-il davantage d’une régression délibérée faisant écho à la problématique de la dégénérescence des races ?229

Parcours d’une humanité à bout de souffle

  • 230 Hamy (Ernest-Théodore), « Introduction », Revue d’ethnographie, t. I, 1882, p. II.
  • 231 Hamy (Ernest-Théodore), « La figure humaine… », op. cit., p. 395.
  • 232 Voir notamment Foucault (Michel), Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Pari (...)
  • 233 « Le visiteur éprouve une réelle impression lorsque de la salle de Vibraye il passe sur le balcon e (...)

113« L’œuvre de destruction des peuples sauvages se poursuivait avec une foudroyante rapidité. Les races blanches, dans leur mouvement d’expansion à travers le monde, voyaient disparaître presque partout sur leurs pas les races indigènes des nouveaux pays occupés, et quelques rares savants se consacraient seuls à fixer les caractères de cette pauvre humanité inférieure avant son extinction. On s’est enfin préoccupé un peu partout de ce grave état de choses ».230 À l’image des préoccupations des zoologues, les anthropologues s’investissent de la mission morale de collecter et de conserver les caractéristiques d’une humanité qui se délite. Ils deviennent les gardiens de la mémoire collective de l’espèce. Cet impératif constitua un important moteur pour l’élaboration et l’exposition publique des collections anthropologiques patrimoniales. Dans l’analyse de la figure humaine, Hamy rapproche l’aspect caricatural des dessins des « sauvages » de celui de malades : « ce n’est pas encore de la pathologie, mais c’est quelque chose qui en approche. »231 Sous cette remarque transparaît la dichotomie du normal et du pathologique qui polarise la notion de dégénérescence232. Le sens du parcours charge l’expérience de la visite d’une dimension macabre accentuée par l’effet cumulatif des squelettes et des crânes233. La rigidité des restes osseux et leur alignement donnent une dimension martiale au lieu, évoque les charniers d’une bataille, une nécropole. Le regard, circulaire, passe en revue les vestiges d’une humanité déchue auxquels répondent, dans un proche écho, ceux des dinosaures situés à quelques mètres en contrebas ; décor qui parfait une commune destinée.

  • 234 Davallon (Jean), « La mise en exposition », in L’exposition à l’œuvre, Stratégies de communication (...)
  • 235 Langages artistique, funéraire via le développement de la crémation, par l’exaltation macabre du pa (...)
  • 236 Vovelle (Michel), La mort et l’Occident…, op. cit., pp. 651-670 ; Pick (Daniel), Faces of degenerat (...)

114Cette dimension morbide et macabre des restes osseux mise en scène dans ce monde synthétique ne résulte pas de la seule vision naturaliste234. Elle est nourrie, dans un mouvement rétroactif, par les représentations socioculturelles d’une époque marquée par la « pulsion de mort ». Celle-ci déborde les divers langages de la société235 et laisse entrevoir un mal de vivre des individus associé à l’angoisse de la décadence ou celle de la mort collective d’une civilisation vécue comme à bout de souffle236.

  • 237 Haidt (Jonathan) & Joseph (Craig), « De l’unité des intuitions morales à la diversité des vertus »,(...)
  • 238 Douglas (Mary), De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris : La découve (...)
  • 239 « Compte rendu des séances tenues lors de la visite de la “Vénus hottentote” au Muséum en mars 1815 (...)
  • 240 Voir notamment Benedict (Anderson), L’imaginaire national : réflexion sur l’origine et l’essor du n (...)
  • 241 Dorlin (Elsa), La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Pari (...)

115Pour conclure, la muséographie réalisée au sein de la galerie mettant en scène le « processus de civilisation » et son essoufflement impose une orientation des regards. L’acceptabilité de ce que l’on peut montrer ou non au public est structurée par deux dimensions morales importantes237. Le module hiérarchie-respect est fortement sollicité. Il concourt au culte mémoriel des grands hommes, au respect de l’ordre public via le contrôle des loisirs acceptables du peuple — je renvoie au rôle prescriptif du musée — et à la dissimulation de Descartes aux yeux de la « Vénus Hottentote » et du public commun. Cette hiérarchisation implique une stratification sociale de dominés et de dominants étayée par le recours au module moral du pur et de l’impur, propre au champ du tabou et de la souillure. La menace de celle-ci, instrument de coercition, tend à protéger la société pensée par les élites contre des comportements qui pourraient la mettre en danger238 et soutient l’idéologie de l’exclusion qui stigmatise certains groupes de par leur race ou leur classe sociale. « Cette même femme présente un autre trait de conformation singulièrement remarquable, c’est le volume prodigieux de ses fesses [...] cette singulière anomalie [...] est moins le signe d’un caractère essentiel à cette race humaine, que l’indication d’une affection morbifique et constante », constatait Étienne Geoffroy Saint-Hilaire à propos de la « Vénus hottentote »239. Les catégories du malsain, confinant ici au pathologique, s’inscrivent dans le corps. Même si le naturaliste n’en fait pas un caractère racial, la sémiologie nourrit l’idée d’un principe endogène de différenciation et de discrimination. Son application sera généralisée à la conceptualisation des races. Ces corps malsains s’opposent à celui de la Nation incarnée dans le corps sain de la mère, blanche et féconde240. Cette figure du pouvoir participerait à la matrice de la race241.

  • 242 Bahuchet (Serge), « L’Homme indigeste ? Mort et transfiguration d’un musée de l’Homme », in Gonseth (...)

116Notre réflexion sur la mise en scène du processus de civilisation à travers celle de la raciologie resterait incomplète sans aborder la dernière partie de ce voyage, sans doute la plus contestée, celle de l’exposition de Saartjie Baartman au Musée de l’Homme. Nous n’en dégagerons que quelques réflexions générales. Les données de cette période sont, en effet, encore parcellaires et mériteraient d’être approfondies en ce qui concerne notamment le fonctionnement du musée et la répartition des micro-pouvoirs entre les acteurs et les divers domaines scientifiques242.

Raciologie, racisme et colonialisme : quelques réflexions contemporaines

  • 243 Vallois (Henri Victor), « Le Musée de l’Homme », Médecine de France, no 57, 1956, pp. 17-32. Henri (...)

C’est de cette réunion que naquit le Musée de l’Homme, organisme de synthèse qui groupait pour la première fois en un même bloc les trois grandes disciplines que l’on réunit maintenant sous le nom de Sciences de l’Homme : L’Anthropologie physique, l’Ethnographie et la Préhistoire. Cette réunion répondait à ce qu’avait toujours été l’esprit de la chaire. Pour qu’aucun doute ne subsiste, le nom de celle-ci était une fois encore changé et elle devenait : Chaire d’Ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles. Mais pas plus que le précédent, ce nouveau titre ne modifiait sa destination : elle restait ce qu’elle était effectivement depuis Serres, une chaire d’histoire naturelle de l’Homme243.

117Grâce à cette nouvelle dénomination et au regroupement des trois disciplines, Paul Rivet (1876-1958) projetait en 1937 de constituer un musée dédié à l’Homme total dans ses dimensions naturelles, culturelles et historiques.

  • 244 Guide du Musée de l’Homme, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1952, p. 5.

118La « Vénus hottentote » y est présentée dans la seconde salle de la galerie d’anthropologie physique consacrée aux races humaines actuelles et fossiles, sur le côté droit de la salle (la partie gauche étant réservée à la préhistoire française) : « viennent les races actuellement observables (blancs, jaunes, noirs et leur subdivision), avec des photographies, des crânes et des squelettes, notamment celui de la “Vénus hottentote”, stéatopyge, accompagnée du moulage du corps entier »244. Les guides sont peu prolixes sur cette partie, contrairement aux descriptions des races fossiles. Sur un corpus de seize pages descriptives, la galerie des races actuelles ne représente que trois lignes. La « Vénus » est montrée comme une pièce remarquable avec, pour la première fois, une évocation de ses particularismes anatomiques.

  • 245 « Le Musée de l’Homme », La documentation française illustrée, no 196, avril 1964, p. 9.

119En 1964, un numéro spécial de la Documentation française décrit de la sorte la galerie des races actuelles : « Au total, un grand rassemblement d’armatures humaines, d’un blanc sec et jauni [...] tout un ballet de torses à claire-voie, montés sur castagnettes de géant… Évidemment, il faut aimer ça. Pour ceux qui ne s’y sentent pas prédisposés, signalons à tout hasard que la disposition du double escalier permet de brûler cette première étape, en accédant aux salles d’Ethnographie »245. Aucun discours scientifique n’apparaît, les races sont gommées par des considérations macabres. Le discours anatomique et racial est ici difficilement légitimé, contrairement au discours ethnographique qui, valorisé, représente la quasi-totalité de l’ouvrage. Ce double traitement reflète la relation disputée entre l’ethnographie et l’histoire naturelle, tension accentuée par la remise en cause de la raciologie, officialisée lors des débats de l’Unesco sur le racisme et la race entre 1949 et 1950, mais dont l’écho fut tardif en France.

  • 246 Cette déclaration porte les marques d’architectes de la théorie synthétique de l’évolution tels Jul (...)
  • 247 Items 5 et 6 du rapport de l’Unesco, « A Statement by experts on Race problems », Unesco Internatio (...)
  • 248 Ibid., p. 9.
  • 249 Stoczkowski (Wiktor), « La pensée de l’exclusion et la pensée de la différence : quelle cause pour (...)
  • 250 La revue était notamment animée par Jacques Millot, Paul Rivet et Julius Brutzkus. Voir Bocquet-App (...)
  • 251 Ibid., pp. 23-34.
  • 252 Propos de Vallois (Henri) en 1960 : « On sait que certains biologistes, qui ont acquis une réputati (...)
  • 253 « Quand je suis arrivé, en 1967, j’ai été scandalisé par cet amas morbide dans la salle d’anthropol (...)

120Après les crimes du nazisme de la seconde guerre mondiale, l’Occident tenta de faire procès à son héritage intellectuel. La notion de race se trouva au banc des accusés. La conviction dominante fut que la science des différences entre les hommes, en générant une doctrine des inégalités et de l’exclusion, a rendu possibles les atrocités de la guerre. Redéfinissant le concept de race, la déclaration de l’Unesco lui opposait la pensée populationnelle de la théorie synthétique de l’évolution et le dynamisme des variations biologiques246. De plus, devant la fréquente confusion d’élargir la race aux caractères culturels en général (religion, langue, culture matérielle, etc.), voire moraux, la déclaration préconisait de remplacer le vocable de « races » par celui de « Groupes ethniques »247. L’humanité universelle de l’espèce subsumait toutes les divisions tranchées des théories raciologiques. L’accent fut porté sur les caractères communs, minimisant les traits distinctifs entre les individus : « Bref, les ressemblances entre les hommes sont beaucoup plus grandes que leurs différences. […] Les recherches biologiques viennent étayer l’éthique de la fraternité universelle »248. La visée politique de cette conclusion semble claire : si le constat des différences est le levain de la pensée de l’exclusion et du racisme, le constat des similitudes produirait par analogie la pensée de l’inclusion et de la fraternité249. La muséographie de la « Vénus hottentote » au Musée de l’Homme est marquée par ces deux mouvements de pensée. Auteur de l’ouvrage Les races humaines, paru en 1945 et réédité pas moins de neuf fois, Henri Vallois fut directeur du Musée de l’Homme de 1950 à 1960. Partisan des classifications raciales, il dut son élection à la chaire d’ethnologie des Hommes actuels et des Hommes fossiles en 1941, en remplacement de Paul Rivet, à l’intervention ministérielle de Jérôme Carcopino (1881-1970). Ce dernier, à l’encontre de l’usage universitaire des nominations, préféra Vallois à Jacques Millot (1897-1980) pourtant élu par l’assemblée des professeurs du Muséum. Il faut dire que Millot avait été le secrétaire général de la revue Race et racisme, revue de protestation politique antiraciste, partisane de l’égalité des races en tant qu’entités biologiques250. L’idéologie raciale perdura dans l’anthropologie française bien après-guerre, évinçant ses détracteurs des institutions scientifiques comme le fut dès 1937 Henri Neuville (1872-1946)251. Le maintien tardif de la galerie des races humaines au Musée de l’Homme découle de cette filiation théorique, « de l’œuvre accomplie depuis plus d’un siècle par des centaines d’anthropologistes » et du rejet « des néophytes » se basant sur les caractères génétiques252, position qui n’est pas sans conséquences sur l’appréhension plus globale de l’humanité. La nomination d’un généticien spécialiste de l’évolution et de la génétique des populations au poste de directeur du laboratoire d’anthropologie biologique, André Langaney, permit in fine le déplacement des cadres conceptuels. « Rompre avec l’anthropologie à papa » impliquait une double rupture : scientifique, avec la négation du bien-fondé de l’idée de race, et politique en s’inscrivant dans une lutte contre le racisme et les relents de colonialisme. Elle se matérialisa notamment par le retrait de la « Vénus hottentote » de l’espace d’exposition publique et le démantèlement de la galerie des races actuelles en 1974253.

Exposition de la Vénus hottentote au Musée de l’Homme
Vitrine du Musée de l’Homme en 1937. La Vénus a retrouvé sa nudité et livre, seule, les particularismes anatomiques de sa race. Contrairement à la galerie anthropologique d’Hamy, la visibilité du moulage est accrue par une muséographie très dépouillée. © Musée du Quai Branly, Scala.

  • 254 Voir la critique du racisme dans l’ouvrage raciologique de Lester (Paul) & Millot (Jacques), Les ra (...)
  • 255 Noiriel (Gérard), « Nations, nationalités, nationalismes. Pour une socio-histoire comparée », in No (...)
  • 256 Voir l’article d’Emmanuelle Saada qui interroge les postulats de cette continuité : « Un racisme de (...)
  • 257 Fassin (Didier) & Fassin (Éric), « Éloge de la complexité », in Fassin (Didier) & Fassin (Éric) (so (...)

121Trois remarques concluront cette partie sur la lecture contemporaine de la « Vénus hottentote » au sein des dialectiques raciale, raciste et coloniale. La première porte sur la relation causale admise bien souvent entre ces trois termes en partant du postulat que la pensée de l’exclusion, moteur des conquêtes coloniales, s’alimente de la science. Or les combats contre le racisme et l’antisémitisme, dans les années trente, réunissaient côte à côte des polygénistes et des monogénistes, des raciologues et des anti-raciologues254. Par ailleurs, cette mise en relation nécessite d’interroger le ressort conceptuel de l’exclusion, la part réelle qu’eurent les partisans scientifiques de la raciologie, les recombinaisons et l’autonomisation créative du racisme ordinaire par rapport aux schèmes scientifiques — je renvoie au musée anatomique de foire qui sera abordé dans la dernière partie —, de mieux cerner, au demeurant, la polysémie du vocable « race »255. La seconde remarque porte sur l’affirmation courante que les formes de discriminations contemporaines de l’exclusion fondées sur la « race » sont héritières du « racisme colonial » d’autrefois. Pour conclure à une éventuelle continuité historique, il conviendrait d’analyser le caractère hétérogène de la catégorie « racisme » et la complexité des liens entre le racisme colonial et les formes contemporaines de la discrimination256, de les contextualiser au niveau d’études locales portant sur les formes de pouvoir et sur l’articulation de la question sociale et de la question raciale, notamment en ce qui concerne les politiques de la redistribution et de la reconnaissance257. Enfin, si le racisme ordinaire d’aujourd’hui n’est qu’un lointain vestige de la pensée savante d’autrefois, ceci pourrait laisser croire qu’à l’inverse, le discrédit jeté sur la raciologie par la science actuelle pourrait éliminer une des causes importantes du racisme. Semblable idée d’une science garante de l’égalité entre les hommes fut développée par Yves Coppens lors des débats relatifs aux restes humains des collections patrimoniales :

  • 258 Symposium international « Des collections anatomiques aux objets de culte. Conservation et expositi (...)

L’Homme a 3 millions d’années, il existe depuis 200 000 générations. Cela implique qu’il y a eu 100 milliards d’hommes qui ont forcément créé des quantités de cultures. Dans Homo sapiens sapiens, Homo signifie le genre humain, le premier sapiens, l’espèce humaine, et le deuxième sapiens, la race humaine. C’est à dire qu’il y a un seul genre, une seule espèce et une seule race humaine. On est tous de la même race humaine. Toutes les cultures ont la même valeur, le même poids et le même intérêt puisque tous les hommes ont le même temps d’histoire et que tous les hommes ont la même origine258.

  • 259 Stoczkowski (Victor), « La pensée de l’exclusion et la pensée de la différence », op. cit., p. 52.

122L’argument paléoanthropologique d’une histoire commune partagée depuis les origines de l’humanité, d’une commune durée de vie de l’espèce, se veut inclusif et garant de la fraternité, de l’égalité entre les cultures. Or en affirmant de manière empirique l’égalité des hommes afin d’étayer le principe d’égalité de droits, Yves Coppens renouvelle la confusion. Car « l’égalité des droits ne se prouve pas : elle se décrète »259. Notre présent questionnement est simplement guidé par la conviction que mieux saisir la complexité des formes historiques du racisme, les interférences entre la science et la société, ne peut qu’enrichir la compréhension actuelle des discriminations raciales et donc alimenter le combat politique.

123Abordons le dernier point conflictuel de cette biographie muséographique en parcourant l’espace moral de la présentation de la nudité et de la génitalité des corps, et plus particulièrement celui de Saartjie Baartman en cette fin de xixe siècle.

MONTRER OU NE PAS MONTRER LA NUDITÉ DE LA « VÉNUS HOTTENTOTE » ? DIVERSITÉ DES ESPACES MORAUX À LA FIN DU XIXE SIÈCLE

  • 260 Gould (Stephen Jay), Le Sourire du flamant rose, Paris : Seuil, 2000, p. 320 (Points Sciences).
  • 261 Cette indignation apparaît à de nombreuses reprises dans la séance du Sénat du 21 février 2002. Ell (...)
  • 262 « Il fallait tout le talent d’Abdellatif Kechiche pour exhumer ce passé, pas si lointain puisque le (...)

124« La Vénus hottentote conquit donc sa renommée en tant qu’objet sexuel, et la combinaison de sa bestialité supposée et de la fascination lascive qu’elle exerçait sur les hommes retenait toute leur attention ; ils avaient du plaisir à regarder Saartjie mais ils pouvaient également se rassurer avec suffisance : ils étaient supérieurs »260. De chair ou de plâtre, le corps nu de la « Vénus » fut présenté comme objet de voyeurisme, voire de convoitise sexuelle, doublé, dès le début des années 1980, d’humiliation faite aux femmes et plus précisément aux femmes noires261. Ce ne furent pas son cerveau, son crâne ou son squelette qui suscitèrent l’indignation mais bien sa nudité et surtout ses organes génitaux, édifiés en objet de perversité et de réification féminine. Quant au leitmotiv de leur exposition publique262, souvent allégué en manière d’abjection, il reste hypothétique. D’après les présentes recherches, les organes génitaux n’ont jamais été exposés dans l’espace public du musée de l’Homme, ni celui de la galerie anthropologique d’Hamy [rue Buffon] ou de Quatrefages [rue Cuvier]. Pour clore ce cheminement biographique, nous allons voir qu’au cours de la seconde partie du xixe siècle, le regard de la société, focalisé sur les appareils génitaux sains ou malades, est pluriel. Ces parties du corps deviennent, tout à la fois, objet de spectacle que justifie le péril vénérien et objet de contrôle social que justifient les considérations moralistes d’hygiène.

La nudité cachée de la « Vénus hottentote » au Muséum d’histoire naturelle (1898-1936)

125Nous avons précédemment mentionné la présence d’un velarium, cachant le sexe de la « Vénus hottentote », dans la galerie d’Anthropologie de la rue Buffon. Ce voile n’apparaît dans aucun écrit et seule la preuve photographique permet d’en faire état. Il se trouve absent des clichés montrant la « Vénus » dans la galerie anthropologique d’Armand de Quatrefages en 1880 et dans celle du Musée de l’Homme après 1937. Seuls ceux de 1907 et 1910 en témoignent. Hormis la reconstitution ethnographique, quelles autres motivations ont poussé Hamy ou Verneau à habiller le moulage de la « Vénus hottentote » ? Cette mise en scène a-t-elle été incitée par des arguments moraux relatifs à l’indécence de la génitalité du corps présenté ?

  • 263 Mondiere (Alfred-Théophile), « Note sur quelques moulages d’organes génitaux des deux sexes pris pa (...)
  • 264 « Item 3. Les restes d’une pièce en cire ayant représenté autrefois des organes génitaux femelles, (...)
  • 265 Je remercie le conservateur pour cette information.

126Voici deux anecdotes muséologiques nourrissant la réflexion. En 1885, au musée parisien des Colonies, de nombreux objets d’histoire naturelle rapportés par la mission du Cap Horn furent temporairement exposés. Le médecin Paul Hyades (1847-1919) menait des études anthropologiques comparatives sur la conformation des organes génitaux des diverses races. Seule une courte note de la revue L’Homme nous apprend que « dans une armoire du rez-de-chaussée, naturellement fermée aux profanes, Monsieur le Dr Hyades avait placé une série de remarquables moulages faits sur le vivant d’organes génitaux de Fuégiens et Fuégiennes »263. Ces moulages étaient donc soustraits à la vue du public. La seconde petite histoire se passe dans la galerie anthropologique du Muséum en 1872. Une note manuscrite de Quatrefages fait part de « L’état des pièces de la galerie d’Anthropologie qui doivent être annulées sur la proposition du professeur ». Sur les six items présentés, trois portent sur des organes génitaux264. Le retrait de l’espace d’exposition et le déclassement du régime patrimonial muséal est ici justifié par l’altération des pièces. Mais il est envisagé de les réparer et d’en faire don à la faculté de médecine. Elles conservent donc une valeur didactique dès lors qu’elles prennent place dans un autre lieu, la faculté. Quel sens donner à cet ailleurs ? Assurément le prestige du Muséum, vitrine des sciences naturelles et de la nation, a pu conditionner une sélection rigoureuse des éléments des collections patrimoniales. La difficulté de donner un sens à ces pièces anatomiques, dans une galerie vouée à l’anthropologie et non à la médecine, a pu également conduire à ce choix. Cependant, une tierce interprétation peut aussi être invoquée, celle de la considération du public. Car si, à la faculté, les organes génitaux endommagés sont soumis à l’expertise de spécialistes, au Muséum, ils s’offrent à la vue des publics, scientifiques ou visiteurs non avertis. Ce retrait ne serait-il pas alors lié à la nature des pièces présentées et à leur exposition publique ? Pour Quatrefages, il ne serait pas concevable de présenter sans discernement des organes génitaux endommagés, de plus, au sein d’un musée scientifique. Le musée de la Faculté de médecine de Montpellier, qui accueillait des scientifiques tout comme le public commun, possédait des rideaux pouvant cacher les nombreux moulages des organes de la génération normaux ou pathologiques265. Exposer ce type d’éléments du corps humain s’avérait donc un sujet sensible, nécessitant des dispositifs muséographiques d’occultation. Par ailleurs, trois facteurs méritent considération dans la perception générale du processus de mise en exposition, facteurs qui restent efficients aujourd’hui : le statut du lieu d’exposition, l’adéquation des pièces avec ce que l’on appellerait aujourd’hui le projet scientifique et culturel et, enfin, l’appréhension de l’expérience du ou des public(s).

  • 266 Py (Christiane) & Vidart (Cécile), « Les musées d’anatomie sur les champs de foire », Actes de la r (...)

127Allons plus loin dans la compréhension de ces restrictions muséographiques. Le contrôle du regard exercé par les anthropologues paraît relever d’un même impératif, d’une même codification appliquée au monde muséal. Toutefois son ancrage va au-delà ; d’autres lieux d’exposition publique cristallisent ces interdits tels la Morgue de Paris et les musées anatomiques des champs de foire266.

La nudité des autres Vénus - Autres lieux, autres présentations ?

  • 267 La littérature reliait volontiers mort et sensualité. La plupart des sources émanent d’hommes décri (...)
  • 268 Bertherat (Bruno), « Les visiteurs de la morgue », L’Histoire, no 180, 1994, pp. 16-21 ; et La morg (...)
  • 269 Ariès (Philippe), L’homme devant la mort, Paris : Seuil, 1977, 642 p.

128Une des institutions les plus visitées de Paris est, dans la seconde moitié du xixe siècle, la Morgue. Attirant un public issu de tous les milieux sociaux, elle présente des cadavres nus mis en scène à des fins d’identification. Le corps, ainsi découvert, dévoile ses marques distinctives : morphologie, cicatrices, tatouages, etc. Mais les parties sexuelles sont soustraites au regard et recouvertes d’un tablier de cuir. Qu’elles soient féminines ou masculines, les nudités exposées alimentent souvent des réflexions sexuellement connotées, relayées notamment par la littérature267. La morale publique n’y reste pas longtemps indifférente. L’utilité de cette présentation, qui dévoile le corps nu, est remise en question. Dans un renversement des postulats, il est alors décidé que les vêtements et les accessoires appartenant au mort peuvent tout autant servir à sa reconnaissance. La vision permissive de ces nudités cadavériques fut abolie en 1877, date à laquelle les corps exposés furent habillés ; un arrêté entérina cette décision en 1882268. Par ce changement de présentation, le cadavre se rapprocha de l’image funéraire et bourgeoise de « la belle mort »269, d’inspiration chrétienne et romantique.

  • 270 Le « Grand Musée anatomique, anthropologique et ethnologique » du docteur Spitzner était situé en 1 (...)
  • 271 Le champ médical est progressivement marqué par des discours macabres de morale hygiéniste, qu’ils (...)
  • 272 Spitzner (Pierre) & Dekaesmaeker (L.), Catalogue du Grand Musée anatomique, anthropologique et ethn (...)

129Un autre lieu d’exhibition des diverses parties du corps, considéré à la fois comme un médiateur de la diffusion d’un savoir jusqu’alors destiné aux scientifiques et comme une source de spectacle, s’impose au milieu du xixe siècle : il s’agit du musée anatomique forain. S’inspirant des musées des facultés de médecine réservés à l’enseignement (tel le musée parisien d’anatomo-pathologie Dupuytren ouvert en 1835), il s’établit en itinérance dans les champs de foire entre 1880 et 1914 ou se fixe parfois, à l’exemple du « Grand Musée anatomique, anthropologique et ethnographique » du docteur Pierre Spitzner270 (1813-1896 ?). Dénué des ressources du langage scientifique, ce type de musée s’adresse aux diverses classes de la société. Il développe un curieux mélange de genres, empruntant les supports matériels de la culture scientifique, les injonctions morales d’hygiène sociale271, les stéréotypes raciaux et racistes, et l’art du grotesque sublime dans toute sa portée subversive. Ainsi, tel un acte de foi, la doctrine « Science, Arts, Progrès » figure en tête du catalogue du musée Spitzner. Elle est illustrée par deux célèbres citations, à cet égard revisitées : « Homme, apprends à te connaître » d’Ambroise Paré (1510-1590) et « L’Étude fait le Progrès » de Charles Darwin (1809-1882). Ce musée présente à la fois des pièces anatomiques animales et humaines, des cires anatomiques ainsi que des moulages ou mannequins. C’est dans ce contexte, à la 12e section, qu’apparaît à notre étonnement la « Vénus hottentote (femme boschimane) »272.

Curiosité du Dr Spitzner Extrait du catalogue du musée anatomique, anthropologique et ethnographique (1896). © BIU Santé (Paris).

  • 273 Ibid., p. 364.
  • 274 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), « Planche XXXVII – Crâne de Sarah ou Saartjie Baa (...)

130Aucune indication n’est donnée sur sa mise en scène. Le récit de son épopée est complètement réécrit. Le moulage sert davantage à représenter une race montrant des signes de dégénérescence morale et physique, une caricature bestiale réduite à des besoins primaires. Sa nudité est sauvage. Ce discours reprend les stéréotypes raciaux à connotation raciste développés dans la première section du catalogue et du musée. Baptisée les « Différentes phases de l’âge de la femme », cette partie expose les poncifs associés aux « Abyssiniens, femme arabe, Papouas, Australiens et femme hottentote ». « Les Hottentotes sont au dernier point de dégradation de l’espèce humaine ; des traits grossiers, le nez aplati, tout en eux annonce la stupidité ; ils sont doux et inoffensifs, mais extrêmement sales »273. À l’image des guides du Muséum, la description du catalogue omet les particularités anatomiques de la « Vénus hottentote », laissant leur imposante présence à la seule interprétation des visiteurs. Par ailleurs, nous pouvons nous étonner de l’existence d’un second moulage. Il s’agit vraisemblablement d’une copie du moulage initial. Un passage du Crania ethnica mentionne que de nombreuses reproductions du crâne ont été « répandues par des échanges et par le commerce dans les collections de la province et de l’étranger »274. À ce jour, le nombre de copies du crâne ou du moulage et leur localisation restent flous.

Avertissement au public
Lors de sa visite au musée Spitzner, le visiteur doit vivre une expérience émotionnelle intense articulée par l’alternance et l’intrication du terrible et du sublime. Avant-propos extrait de Spitzner (Pierre), Catalogue du musée anatomique, anthropologique et ethnographique du Dr P. Spitzner, Paris : Dr P. Spitzner, c. 1896, p. 5. © BIU Santé (Paris).

  • 275 Carol (Anne), « Le corps dénudé », op. cit., p. 9.

131Assurément, les choses du musée Spitzner sont des curiosités, soit intrinsèquement, soit par leur bric-à-brac. Elles promettent au visiteur une sorte de révélation à travers la découverte de phénomènes en rupture avec le quotidien, dont le seul argument porte sur l’Homme dans toutes ses dimensions, ses spécificités comme ses excès anatomiques et moraux. L’animal ne sert que de contrepoint comparatif. L’avant-propos du catalogue du musée Spitzner est très explicite : confronté aux mystères de la maladie, de la naissance et de la mort, le visiteur peut à son tour déchiffrer le sens caché du corps humain et de la vie, savoir jusqu’alors réservé aux cénacles savants. Le contact avec « l’hyper-nudité »275 des restes et des figures anatomiques est valorisé telle une injonction salvatrice permettant à chacun de se parfaire, en dominant sa nature.

  • 276 À titre d’exemples, le catalogue du musée Spitzner mentionne la « Galerie de pathologie réservée, c (...)
  • 277 « Morale puisqu’elle [la visite] fait naître des pensées graves, salutaires puisque, ne fût-ce que (...)
  • 278 Dr Rochard (Jules), Rapport sur les fêtes foraines à Paris et sur les dangers qu’elles peuvent prés (...)
  • 279 Courrier du préfet de police aux commissaires, au sujet de la foire aux pains d’épices, 28 mars 188 (...)
  • 280 « Les musées d’anatomie ne pourront être placés qu’aux conditions suivantes 1) Des pièces anatomiqu (...)
  • 281 Archives de la Préfecture de police de Paris, circulaire no 13, ibid. Au sujet de l’application de (...)

132Cependant, la visite du musée anatomique forain, temps de transgression symbolique et cognitive, était réglementée. Ainsi, l’accès à ces musées était interdit aux mineurs et certaines parties « réservées » l’étaient aux femmes. Au vu des catalogues et affiches, ces espaces dévoilaient principalement les pathologies de type vénérien276. Les organes sexuels altérés par la maladie, ainsi livrés au regard masculin, offraient un discours qui se voulait à la fois édifiant et salutaire277, mais dont la dimension spectaculaire ne pouvait évacuer le caractère licencieux. La fin du xixe siècle marquera un moment de crispation autour de ces questions. Les partisans de la moralisation laïque grandissante de l’espace public prônent la fermeture des fêtes foraines : « ces réunions font dépenser aux ouvriers un argent qui serait beaucoup mieux utilisé dans leurs ménages et comme ce n’est pas l’élite de la population parisienne qui les fréquente, il s’y passe des scènes très regrettables au point de vue de la morale publique »278. L’argument du maintien de l’ordre et de la surveillance des loisirs acceptables pour les classes ouvrières réapparaît ici. L’étude des circulaires relatives à la législation des fêtes foraines à Paris montre l’évolution des discours sous laquelle transparaît la transformation des mentalités. Ainsi, les directives, qui portent dans un premier temps sur les exhibitions de phénomènes, glissent de la prescription — « ce n’est pas tolérable » — à l’interdiction. Parallèlement, ce contrôle visuel se déplace progressivement du corps vivant au corps anatomique mort ou à ses représentations, touchant le musée anatomique. Dès 1887, une décision de police parisienne stipule que « les musées anatomiques, dans lesquels l’entrée des femmes et des mineurs est interdite, ne devront exhiber à l’intérieur, aucun sujet lascif ou pouvant porter atteinte aux bonnes mœurs, et à l’extérieur, aucun sujet repoussant »279. Neuf ans plus tard, les mesures se durcissent280. En 1896, « Il n’y aura pas de musée secret accessible à une catégorie spéciale de visiteur ». Permettre l’accès des femmes à l’ensemble de l’espace d’exposition imposait de présenter les pièces de manière respectueuse et décente. Mais les limites de cet espace moral ne vont pas même de soi puisqu’une circulaire de 1914 doit spécifier la nature des outrages : « des scènes d’accouchement répugnantes, des exhibitions d’organes sexuels, les uns normaux, les autres déformés ou atteints de maladies diverses »281. La contemplation des organes intimes destinés à la gestation et plus globalement à la sexualité figure parmi les interdits majeurs. Au niveau muséographique, les organes altérés par la maladie disparaissent progressivement de l’espace public d’exposition ; des voiles tombent sur l’intimité des Vénus, qu’elles soient anatomiques ou hottentotes.

Cires anatomiques
Savants drapés masquant la nudité de ces cires anatomiques exposées dans la galerie d’anatomie comparée du Muséum (vers 1880). Photographie de Pierre Petit. © Bibliothèque centrale, MNHN.

L’économie morale du regard sur le corps exposé

  • 282 Rochard (Jules), Rapport sur les fêtes foraines à Paris …, op. cit.
  • 283 Succédant au Traité d’hygiène publique et privée écrit par Michel Lévy (1809-1872) en 1844, L’encyc (...)
  • 284 Corbin (Alain), in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Hi (...)
  • 285 Dias (Nélia), La mesure des sens…, op. cit., pp. 263-265.
  • 286 Broca (Paul), « Anatomie comparée des circonvolutions cérébrales. Le grand lobe limbique et la scis (...)
  • 287 Corbin (Alain), in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Hi (...)
  • 288 Au sujet de la syphilis et de l’inflammation de l’iris, voir Corbin (Alain), Le Temps, le Désir et (...)

133Deux facteurs émanant du monde médical structurent les interdits que nous venons de développer. Dès 1884, un rapport du Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine, dont le rapporteur était le docteur Jules Rochard (1819-1896), demandait la fermeture des fêtes foraines à Paris par respect de la morale publique282. Rochard contribua à élargir le contrôle de l’hygiène de la sphère privée à la sphère publique. Cela eut comme conséquence d’inscrire l’hygiène sociale dans un champ beaucoup plus vaste que celui de la médecine283, notamment celui de l’anthropologie, et d’asseoir une autorité sur les mœurs longtemps détenue par la religion. Par ailleurs, le regard se focalise sur l’impressionnabilité, l’émotivité de la femme. Ainsi, pour l’école d’anatomo-clinique française, la jouissance féminine, convulsive, est toujours de nature hystérique284. Or, sous l’influence de la civilisation et de la culture morale, la femme doit discipliner sa nature sensible. « Contrôler les sens passe par la réprobation de tout excès sensoriel, dans la mesure où celui-ci témoigne d’une emprise illimitée des pulsions sur la raison »285 et notamment le « plus intellectuel des sens »286, la vue, qui relève de l’hygiène publique. L’exposition publique des organes génitaux, la surenchère naturaliste des cires anatomiques aux détails ostentatoires repoussent les limites du regardable. Cet excès de visibilité du corps revêt alors un caractère obscène, il ne peut être l’objet d’un usage profane sans risquer la souillure. La censure du regard, dans ce siècle où le primat du visuel est renforcé permet la gestion du danger que constitue l’acte de voir. L’image pornographique masculine de l’époque ressasse le thème de la femme en train de regarder par le trou d’une serrure287. Cependant, réflexivement, les maladies sexuelles tout comme les maladies nerveuses telles l’hystérie sont présentées comme des déterminants étiologiques importants des pathologies altérant le champ visuel288. Voir revêt un caractère sensible, cela ne peut être associé qu’à une intégrité psychique et morale, à une noblesse de l’âme. Se conjuguent alors la force symbolique de l’acte de voir à celle attribuée à l’objet regardé.

134En cachant la nudité intime de la « Vénus », les anthropologues tentent de se différencier des organisateurs de spectacles forains. Ils séparent deux mondes aux motivations et usages distincts : le musée scientifique, lieu de recherche, d’enseignement scientifique et de conservation des collections nationales, et le musée forain, lieu de spectacle dont les motivations éducatives et marchandes justifient le grand frisson. Les deux types de musée accueillent ce que l’on appelle aujourd’hui le « grand public ». Mais pour les professeurs, l’un est principalement destiné aux classes dominantes, l’autre aux classes populaires, même si la réalité s’avère plus complexe et perméable. Les grandes expositions universelles et internationales permettront de relier ces deux mondes dans un musée éphémère qui allie la diffusion des connaissances scientifiques et le spectacle de la reconstitution où l’œil évaluateur posé sur l’ailleurs reflète la grandeur écrasante de l’ici. Nations et sciences se mettent alors en scène.

CONCLUSION. LES ICÔNES DE LA « VÉNUS HOTTENTOTE »

  • 289 « Musées, arrière-boutiques et horreurs », Libération, 29 janvier 2011.
  • 290 Zeev Gourarier fut directeur du Musée de l’Homme de 2003 à 2007 et responsable du projet de rénovat (...)

135Au fil de ce long cheminement post-mortem, l’acceptabilité de la présence et des formes de présentation de la « Vénus hottentote » au sein de l’espace muséal public montre une indéniable évolution. Les espaces moraux se reconfigurent selon les enjeux scientifiques du moment, portés par les acteurs, la conception du rôle des collections et du musée ainsi que suivant les constructions politiques de ce que doit être l’humanité, vivante ou morte. Au cours de cette histoire, chaque conservateur applique ainsi sa version du respect de la dignité humaine. Pour Étienne Serres, en 1842, il s’agit de séparer le moulage de la « Vénus hottentote » des animaux ; pour Ernest Hamy, en 1898, d’isoler le crâne de Descartes des restes non européens et d’habiller le moulage de la « Vénus » d’un velarium ; pour André Langaney, en 1974, de retirer son squelette et son moulage de l’espace d’exposition pour rompre avec l’anthropologie coloniale289 ; pour Zeev Gourarier290, en 2006, de ne présenter que son visage. Chaque acteur inscrit et fonde ses choix dans un espace moral d’interaction envisagé en termes de rupture.

136Depuis 1815, Saartjie Baartman n’est plus. Pourtant, lui survivent un squelette, des organes génitaux en fluide, un cerveau, des moulages, des peintures, des photographies ; autant de supports matériels, catalyseurs de récits, qui ont incarné et incarnent encore la « Vénus hottentote ». Cependant, ces diverses matérialités possèdent-elles toutes, au même degré, l’art d’évoquer la personne de Saartjie Baartman ? Ont-elles toutes la même valeur ? Doivent-elles être soumises au respect d’une même dignité ? Divers témoignages contemporains apporteront quelques éléments de réflexion conclusifs.

« Cette statue de plâtre [...] est la Vénus hottentote »

  • 291 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus hottentote, op. cit., p. 166.
  • 292 En témoigne ce fait divers au musée Madame Tussauds de Berlin datant du 7 juillet 2008 relatif à la (...)
  • 293 Fontenay (Élisabeth de), Diderot ou le matérialisme enchanté, Paris : Grasset & Fasquelle, 1981, p. (...)

137« Cette statue de plâtre semble animée d’une présence telle qu’on la croirait vraiment faite de chair »291. La reproduction en grandeur nature, la colorisation du plâtre, la position verticale, les bras légèrement avancés, le regard clos et les lèvres entrouvertes du visage font de cette statue autre chose qu’une simple représentation. La statue de Saartjie Baartman est un moulage post-mortem d’un individu entier présenté en position du vivant ; seuls deux de ce type existent encore au sein de la collection anthropologique du Musée de l’Homme. À l’image des statues réalistes de cire des musées Madame Tussauds292, il active les vives réactions des visiteurs, qu’elles soient d’indignation ou de concupiscence. Fallait-il, comme le préconisait la philosophe Élisabeth de Fontenay en 1981, « aller au musée de l’Homme, briser la vitrine et le moulage ; ou bien vêtir d’habits somptueux le pauvre corps abandonné à la curiosité »293 ? Ce moulage n’est pas un simple artefact, il personnifie Saartjie Baartman. Cinq ans après la restitution des restes anatomiques, une exposition préfigure ce que devait être le futur Musée : « La saga de l’Homme ». Le traitement muséographique y fut novateur : les parties corporelles qui furent objets récurrents d’indignation ont été volontairement cachées par le muséographe et nous laissent face-à-face avec le seul visage de Saartjie Baartman.

Ultime exhibition
Présentation du moulage de Saartjie Baartman au Musée de l’Homme où compassion et réciprocité sont sollicitées. © Christelle Patin.

  • 294 La photo d’identité limitée au visage qui a longtemps suffi pour établir les cartes d’identité en e (...)
  • 295 Levinas (Emmanuel), Éthique et infini, Paris : Fayard, 1981, 144 p.
  • 296 « Pour comprendre le visage, il faut étudier le crâne et négliger ces chairs qui ne sont en quelque (...)

138Tendant ainsi à neutraliser tout regard déviant, le subterfuge n’offre au visiteur, comme interface de rencontre, que le visage. Or, cette partie du corps est sans doute celle où se concentre et se reconnaît la personne294. Dénué de vie, élément de la faiblesse, de la nudité de l’Homme, ce visage inspire une obligation morale devant autrui, une responsabilité envers les morts295. Relatant son existence, cette présentation questionnait le regard passé et actuel porté sur l’altérité. Compassion et réciprocité étaient sollicitées, tentant de redonner à la « Vénus hottentote » toute sa dignité. Cependant ses deux compagnons de mise en scène le nain Nicolas Ferry (1741-1764), dit « Bébé », et le géant Louis Renault (1847-1875), à l’état de squelettes, ne subissaient aucun traitement muséographique particulier guidant la rencontre avec leur vis-à-vis. Cette absence conduit à deux réflexions, l’une portant plus particulièrement sur la matérialité de l’objet, l’autre sur son histoire. Peut-on considérer que la confrontation avec les squelettes, nommés en tant que personnes, est dénuée de la part des visiteurs de tout voyeurisme, de toutes pensées déviantes qui menaceraient la dignité humaine ? Peut-on considérer que les restes osseux sont ou non la personne ? Le crâne peut-il être un substitut du visage, porteur de l’individualité comme le pensait le physiognomoniste Johann Kaspar Lavater (1741-1801)296 ? Par ailleurs, davantage qu’une question de matérialité, interférerait avant tout celle de l’histoire de la chose. Ainsi, si dans le cas de la « Vénus hottentote », la volonté muséographique semble d’instaurer une rupture temporelle et symbolique avec les présentations du passé, jugées indécentes, la re-présentation sans histoire du géant et du nain s’inscrirait dans une continuité. Pourtant leur existence fut aussi exhibition. Il n’y aurait donc pas de dignité absolue en soi mais une dignité relative à la perception de la chose elle-même dans sa tangibilité et son histoire. Ces interrogations sur le statut de l’artefact ou des restes anatomiques, sur leur capacité à être signifiants, à susciter l’émotion de l’observateur, à incarner ou non la personne sont fondamentales et profondément situationnelles.

139« Quels sentiments éprouvez-vous devant le crâne de Descartes ou de Cro-Magnon ? » Cette interrogation est l’une des questions courantes posées par les journalistes à Philippe Mennecier, responsable des collections anthropologiques du Musée de l’Homme.

  • 297 Extrait d’une correspondance avec Philippe Mennecier, chargé des collections anthropologiques du Mu (...)

Je ne savais jamais quoi leur dire, car cela ne me fait ni chaud ni froid. Les journalistes aiment les sentiments, c’est plus vendeur que la raison. Du coup, j’y ai réfléchi. Un crâne, ou tout autre ossement, ne représente pas la personne. C’est une chose, ce n’est pas un objet ni encore moins un sujet. Le seul attribut qui lui vaille des égards, c’est son histoire. Le crâne de Descartes témoigne de l’histoire (humaine !) du crâne de Descartes. Point. À ce titre, chaque ossement de nos collections témoigne d’une histoire. Ce qui me procure de l’émotion, c’est plutôt un moulage sur le vif d’une personne (Liszt, Carême, Robespierre, Debureau, un Sioux, etc.), fixée dans le passé comme endormie et paraissant devant nous comme toujours endormie, mais prête à s’éveiller, comme une photo, qui est l’image de la vraie personne. C’est l’événement (l’instantané, qu’on peut relier à la vie de la personne) qui procure l’émotion. Sur un crâne, la marque d’un événement, ce serait un traumatisme, le témoignage d’un conflit [...]. En ce sens, la vraie Saartjie Baartman est toujours celle du Muséum, c’est-à-dire son moulage : ç’en est la seule représentation. Devant elle (elle !), on est vraiment saisi d’émotion, car c’est la représentation du sort qui lui a été fait297.

140Ce riche extrait montre l’inscription du débat sociétal portant sur les relations entre restes humains, objet, chose et personne dans la sphère de l’empathie et de l’esthésie, procédé critiqué au passage par l’interlocuteur qui lui préfère la sphère de la raison.

  • 298 Si ce crâne porte des marques d’événement humain, comme une trépanation, « alors cela change, il de (...)
  • 299 Lhuilier (Gilles), « L’Homme-masque… », op. cit.
  • 300 À cet égard le mot corps, écrit-il en 2004, n’est jamais utilisé pour désigner un embryon ou un fœt (...)
  • 301 « Le Je pense donc je suis est le germe puissant qui enfante la déclaration des droits de l’Homme e (...)
  • 302 Leca (Antoine), « Corpus id est persona ? Réflexions à propos de la situation juridique du corps hu (...)
  • 303 Voir la thèse de Bayer (Élodie), Les choses humaines, Université de Toulouse I, 2003, 455 p.
  • 304 Loi no 2008-1350 du 19 décembre 2008, voir la première partie sur l’exposition « Our Body ».

141Le questionnement médiatique catalyse l’introspection de cet acteur du patrimoine et lui permet de (re)-interroger ses rapports personnels aux collections. Une hiérarchisation esthésique est construite selon un gradient croissant de personnification. En bas de cette échelle, il y a le reste osseux qui est considéré comme une chose, valorisée par l’histoire dont elle témoigne, puis l’objet comme prolongement du sujet ou sa représentation. La modification du crâne par l’homme le fait passer de chose à objet298. L’émotion est donc générée par l’événement de la rencontre avec l’altérité, la reconnaissance de l’autre prêt à se réveiller, présent et partageant le même espace-temps, celui des vivants. Cette explication, sensible, illustre un certain paradoxe : le moulage, représentation de Saartjie Baartman, incarne davantage la personne que le squelette, restes biologiques de la personne. Cette vision est celle de la définition de la persona héritée du droit romain. Le corps en tant que lieu même de la personne concentre les droits du sujet. Par une étude des termes juridiques, Gilles Lhuilier299 a ainsi démontré que les rapports entre corps et personne découlent d’un raisonnement de causalité circulaire : si l’expression « personne juridique » renvoie à corps humain, ce dernier renvoie à être humain. Il n’y a pas de distinction entre la personne humaine et la personne juridique. « Être né viable (corps fonctionnant) fait naître la personnalité morale, mais seule la personne morale (attribuée par le droit) fait naître au droit le corps humain »300. La persona est alors liée au droit subjectif inhérent à la nature d’un homme volontaire et autonome, conception nourrie par la pensée de Descartes de l’ego cogito301. La personne serait l’esprit qui permettrait de faire bouger le corps et de devenir être agissant. Le corps ne serait donc qu’animé, simple support de l’esprit, simple res. Il résulte de ces définitions qu’une fois morte la personne exempte de pensée n’est plus sujet de droits. La persona se dissocie du corps qui l’enveloppe302. Le cadavre devient donc une chose, une « chose humaine » pour reprendre l’expression employée en doctrine303. Il en ressort que seules les représentations relatives au vivant de Saartjie Baartman, son corps de chair, la personnifient. Elles furent largement nourries et utilisées au cours de l’histoire de son exposition comme nous l’avons vu. Cependant, la récente loi de 2008, qui étend le respect du corps humain par-delà la mort, semble déplacer les frontières séparant personne et cadavre304.

Le squelette et les restes organiques sont la Vénus hottentote

  • 305 Extrait d’une correspondance avec P. Mennecier, chargé des collections anthropologiques du Musée de (...)

142Le scénario de la philosophe Élisabeth de Fontenay qui voyait dans la destruction ou l’habillage du moulage de Saartjie Baartman motif à réhabilitation ne s’est pas réalisé ; son moulage fait toujours partie des collections du musée de l’Homme. Les khoisan n’ont voulu ni sa restitution ni sa destruction. « L’ironie de l’histoire pour la Vénus, c’est que tout part de l’exposition licencieuse du moulage et que ce qui est restitué pour être caché à jamais, ce sont les restes humains (les parties molles n’ayant, semble-t-il, jamais été exhibées) »305. Là paraît le second paradoxe. Portons à présent notre regard sur l’Afrique du Sud et tentons de comprendre le retour des restes de Saartjie Baartman sur sa terre natale et non celui de son moulage, objet de tous les litiges.

  • 306 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Quel passé pour les Khoisan ? », op. cit., pp. 979-985.
  • 307 Davison (Patricia), « Museums and the reshaping memory », in Nuttal (Sarah) & Coetzee (Carli) (sous (...)
  • 308 Martin (Marilyn), « The Miscast exhibition at the South African National Gallery », in Lohman (J.) (...)
  • 309 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Des murs d’Augsbourg aux vitrines du Cap. Cinq siècles d’histoi (...)

143Il y a peu, l’historiographie officielle blanche ou africaine composait une vision tacite du peuplement de l’Afrique du Sud qui ignorait les peuples khoisan (hottentots et bushmen), leur éventuelle antériorité territoriale ou leur appartenance à ce pays. Après la Commission Vérité et Réconciliation (Truth and Reconciliation Commission), une relecture de l’histoire tentera de leur faire une place. Dans ce contexte post-apartheid les musées, dont la nouvelle mission vise tous les citoyens, sont au cœur du processus de réhabilitation. Le système axiologique alors basé sur la valorisation de la « primitivité » mute et devient celui de la « primauté »306. La « Vénus hottentote » est érigée en symbole de l’oppression et de l’exploitation subies par les ancêtres des communautés khoisan, une sorte de mère fondatrice. Il s’agit alors d’inscrire l’histoire des Khoisan non plus dans l’histoire naturelle, mais dans l’histoire culturelle grâce, en l’occurrence, au rôle moteur des institutions muséales. Dans cette nouvelle configuration de « bricolage identitaire », tentant de mettre à profit l’hybridité de ces peuples et de faire valoir certaines revendications, notamment territoriales, les moulages ethnographiques traditionnels du South African Museum du Cap ne sont pas rejetés ou perçus défavorablement307. Mais les contestations des Khoisan lors de l’exposition « Miscast » de 1996, laquelle présentait pêle-mêle des moulages démembrés dans le but de déconstruire l’ethnologie raciale, méritent réflexion308. En figeant les populations dans une ethnicité sans histoire, ceux-ci authentifient la continuité entre le passé et le présent et légitiment les revendications actuelles d’existence politique. « La Vénus hottentote, hier icône d’une anthropologie occidentale qui inventa les peuples primitifs, est devenue icône d’un vaste mouvement khoisan qui, à tâtons, cherche sa place parmi les peuples premiers »309. La présence du moulage au Musée de l’Homme ne servirait-elle pas, en sorte, à raconter cette nouvelle histoire ?

  • 310 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus…, op. cit., pp. 142-169.
  • 311 Skotnes (Pippa), Miscast. Negotiating the Presence of the Busmen, Cape Town : University of Cape To (...)
  • 312 Martin (Marilyn), « The Miscast exhibition at the South African National Gallery », op. cit., p. 37 (...)
  • 313 Au sujet du problème de la représentativité et légitimité des instances demandant la restitution, d (...)
  • 314 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman..., op. cit., pp. 160-161.
  • 315 Bensa (Alban), Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Paris : Textuel, 2010, (...)

144Selon une étude historique et anthropologique récente310, aucun chef Griqua ne connaissait Saartjie Baartman avant les années 1990. Son édification en tant que « mère fondatrice » est concomitante à celle de la nouvelle Afrique du Sud. La première demande de restitution des restes anatomiques a été faite en 1995 par le représentant de la communauté des Griqua considérés comme « gardiens et conservateurs de l’héritage continu, ininterrompu et intact des Aborigènes Khoikhoi du Cap »311. La réapparition du moulage, une année auparavant, au Musée d’Orsay dans l’exposition « La sculpture ethnographique — de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin » a vraisemblablement dynamisé cette requête : « Le choc qu’elle fût toujours exposée, l’horreur crue de sa souffrance, l’indicible de sa tristesse et de sa honte, et savoir que tout ceci était une partie de ma propre histoire, furent totalement accablants. Aux yeux de la conservatrice, le moulage était une sculpture ethnographique, un artefact »312. Le retour des restes anatomiques de Saartjie Baartman est annoncé comme une mesure éthique répondant à la dignité et au respect envers les morts. Seul un traitement funéraire adéquat peut permettre au défunt d’accéder au statut d’ancêtre, d’aïeul essentiel au travail de deuil des descendants. Se posent alors autant de questions concernant la construction de la filiation, biologique ou politique, sa représentativité, ses enjeux et sa légitimité313. À la fin des années 1990, plusieurs familles du nom de Baartman revendiquent leur filiation. Cependant dans le rôle fondateur que la nation lui avait attribué, le corps de l’Hottentote ne pouvait être privatisé. D’importants différends relatifs à l’opportunité d’études génétiques sur les restes osseux surgirent au sein du groupe officiel chargé de l’organisation du retour et de la commémoration des restes de Saartjie Baartman en 2002, le « Reference Group ». Une partie du groupe guidée par Yvette Abrahams s’opposa aux scientifiques Philip Tobias et Trevor Jenkins, également membres. La thèse défendue s’ancra une fois encore dans le droit du libre consentement abordé dans la première partie de cette biographie. La question soulevée fut donc : « Est-ce que Saartjie Baartman aurait consenti à ce que son corps devienne à nouveau un objet de recherche ? » Cette suspicion, inspirée des droits de l’Homme, fut, dans une même logique, appliquée pour juger de la légitimité des études anatomiques réalisées par Georges Cuvier et autres naturalistes, mais aussi de celle d’études génétiques contemporaines visant à éclairer une filiation biologique. Dans un mémorandum de six pages, Yvette Abrahams conclut que Saartjie Baartman n’aurait pas consenti aux tests ADN par simple respect et considération314. En somme, sans aucune différenciation, l’étude scientifique, présente ou passée, est jugée invasive et symbole d’oppression. Elle porte atteinte à la dignité de la personne. À partir de ce postulat, il est facile d’éterniser et de figer les espaces moraux. Pourtant, cet argumentaire portait-il réellement sur la personne de Saartjie Baartman ou bien sur ce qu’elle représente, l’icône ? En spéculant sur le choix des morts, il est facile de gommer les espaces de choix et de décision qui caractérisent les véritables acteurs sociaux315. Car Saartjie Baartman n’aurait-elle pas préféré retourner vers ses véritables racines, aussi modestes soient-elles ? Ces débats mettent en évidence une importante tension entre les dialectiques portant sur la conception de la filiation — ce qu’elle doit être, biologique ou culturelle, par qui et dans quel temps — et une instrumentalisation possible de celles-ci.

  • 316 Bredekamp (Jatti), « The politics of Human remains : The case of Sarah Bartmann », in Lohman (J.) (...)

145Au regard des débats législatifs de 2002, la démarche de restitution visait donc à redonner une dignité à la personne de Saartjie Baartman par l’inhumation de ses restes et, par là-même, à reconnaître les peuples khoisan comme minorité politique de droit, à participer à l’émancipation et l’unification de l’Afrique du Sud post-apartheid. Le discours du président Mbeki lors des funérailles nationales du 9 Août 2002, coïncidant avec le jour international des peuples indigènes et le jour des femmes en Afrique du Sud, révèle le rôle exemplaire et fondateur dévolu à l’Hottentote : « La mission de la restauration de la dignité humaine de Saartjie Baartman est de nous transformer dans une vérité non raciale, non sexiste et en un pays prospère, prodiguant une vie meilleure pour tous »316. La famille imposée à Saartjie Baartman est donc celle de la Nation entière, aussitôt élargie à celle de l’espèce humaine dans sa valeur universelle.

Du respect de la dignité humaine : vers une véritable réflexion politique

146Si les Khoisan montrent leurs moulages ethnographiques, non pour rappeler « leur condition de victime » mais leur primauté sur le territoire sud-africain, les photographies de la « Vénus hottentote » en France restent invisibles. L’historien François-Xavier Fauvelle-Aymar mentionnait déjà, en 1999, lors des pourparlers diplomatiques, l’impossibilité d’accéder aux artefacts, restes anatomiques et photographies. Près de dix ans après la restitution des restes anatomiques, les vingt-cinq photographies mises en lignes sur le site de l’iconothèque du Musée du Quai Branly ne livrent que des notices sans images. En cachant les icônes pense-t-on les jeter dans l’oubli ou au contraire, à l’instar des reliques, entretenir leur sacralité ? S’agit-il de précautions à l’égard d’éventuels regards déviants ?

  • 317 Lilian Thuram était le commissaire général de cette exposition présentée au Musée du Quai Branly de (...)

147D’un excès de prudence politique ? En février 2010, une demande fut faite de filmer le moulage de la « Vénus hottentote » dans le cadre d’un reportage télévisé portant sur le fessier et la bipédie. Le Muséum s’y opposa. Ce fut aussi la réponse de Lilian Thuram lorsque, au même moment, la question de sa présentation fut à nouveau posée pour l’exposition temporaire « L’invention du sauvage, Exhibitions »317. Finalement, le choix se porta sur la peinture de Berré la représentant nue dans un décor africain imaginaire et sur un jeu d’ombres évoquant sa silhouette. Il s’ensuit que la seule représentation qui semble être acceptée dans l’espace public contemporain est sa forme artistique ou dématérialisée. Toutes les productions relatives au domaine scientifique, moulage et photographies, en sont évacuées. Cette occultation se fait également sentir dans la difficulté à rencontrer les principaux acteurs de sa mise en exposition dans les années les plus contestées, soit de 1960 à 1976, à recueillir des informations qui en livreraient plus clairement les décors, les enjeux et tensions.

  • 318 Jankélévitch (Vladimir), L’imprescriptible pardon, Pardonner ? Dans l’honneur et la dignité, Paris  (...)

148Sous couvert du respect de la dignité humaine, la restitution des restes anatomiques de Saartjie Baartman et leur inhumation visaient un acte mémoriel de reconnaissance de la violence de notre passé colonial et du droit des peuples khoisan à construire leur souveraineté ; cette double dimension symbolique et politique constituait une nécessité et devait aider à tourner la page. Or, la catharsis reste en suspens. La mémoire se crispe sur les injustices du passé, sur l’impossible legs, sur l’imprescriptibilité d’un pardon318 de la part de la victime Saartjie Baartman, des victimes khoisan et de toutes celles des exhibitions racistes et scientifiques, du colonialisme, de la domination masculine, du racisme contemporain… Rendre ces mémoires éternellement vives, c’est tenter de rester fidèle aux morts, se souvenir, « ressentir ». La structuration de l’espace moral est remplie de dignité humaine déclinée dans toutes ses dimensions émotionnelles, lesquelles oblitèrent l’indispensable fondement politique de cette construction. Or, l’empathie n’est viable que si mon sentiment d’humanité, ma propre souffrance réflexive peut mener à une action d’aide libératrice. Sans réel pouvoir politique ou mise en forme de l’action, cette construction entretient une impuissance funèbre, un ressentiment qui paralysent les échanges culturels et sociaux. À l’image de la démolition du grand escalier, faudra-t-il attendre la disparition des acteurs pour que puisse s’installer un nouvel espace moral ? Ne peut-on apposer aux icônes un discours qui neutraliserait ces effets ? Ne peut-on démystifier moulages et photographies ? Pour ceci, il faudrait comprendre ces blocages et ouvrir des alternatives innovantes.

  • 319 Intervention d’Alain Froment, responsable de la valorisation scientifique des collections, sur la v (...)
  • 320 La relation qu’entretiennent les individus et notamment les jeunes avec leur téléphone portable, co (...)
  • 321 Intervention de Michel Van-Praët, « Restes humains dans les collections universitaires et les muséu (...)
  • 322 Cf. Dufourcq (Élisabeth), Lalande (Françoise), Delahaye Guillocheau (Valérie) & Olivier (Marc), Con (...)
  • 323 Fassin (Didier) & Bourdelais (Patrice), Les constructions de l’intolérable. Études anthropologiques (...)

149La première tâche consisterait à identifier ce que sont les collections regroupées sous le terme générique de « restes humains ». Deux voies interprétatives données par les acteurs des collections anthropologiques du Musée de l’Homme tentent de mieux cerner leurs spécificités. La première serait de prendre la dénomination de « restes humains » au sens littéral, c’est-à-dire désignant tout ce qui persiste d’un humain défini dans son essence de personne. Ainsi, elle regrouperait tout autant la photographie en tant qu’élément survivant d’une personne, le moulage sur le vivant, que les ossements, cheveux, restes organiques et tous les supports biologiques pouvant servir à des études cellulaires et moléculaires, notamment d’ADN, tels que l’ensemble des sécrétions, le sérum et les coupes histologiques319. En comparaison avec l’époque actuelle, cette dénomination apparaît très peu dans les textes anthropologiques du xixe siècle et désigne généralement des restes anatomiques issus d’un contexte funéraire. Sa récente généralisation provient-elle de la diffusion plus ancienne des termes Human remains dans les textes anglophones ? L’étude de son histoire reste à faire et aiderait à la compréhension générale. L’époque contemporaine marque donc un élargissement de cette catégorie à l’ensemble des matérialités pouvant représenter et incarner l’individu. Or les supports de l’ego s’étendant320, la fétichisation de tous ces éléments de collection tendrait à l’inflation. Pourtant, comme le fait remarquer Michel Van-Praët, il est important de ne pas céder au relativisme des valeurs321 : « Tout ne se vaut pas ». La seconde voie, qui a sa préférence, consiste donc à se référer à une autre catégorie, celle « d’éléments du corps humain » empruntée aux réflexions et législations contemporaines sur le devenir des collections anatomiques médicales universitaires322. « Je préfère éléments du corps humain que restes humains, c’est un débat que l’on pourrait avoir », ouverture qui ne trouva pas d’écho au sein des professionnels de musées présents en décembre 2010, lors du stage de l’Institut national du Patrimoine relatif à ce sujet sensible. Même si le but principalement visé semble d’unifier le statut juridique des collections, cette nouvelle sémiologie qui exclut les artefacts n’est pas neutre. Elle tend à avoir un double effet : d’une part, en soulignant la corporéité fragmentaire de ces collections comparables à des pièces détachées, elle introduit une distance entre les restes et la personne. D’autre part, elle atténue la référence à la finitude humaine, à ce qui persiste de ce qui n’est plus. La volonté est de rapprocher ces pièces de l’ici et du maintenant : « Pour parler d’éléments du corps moderne, pour détailler les questions, nul n’est besoin de se focaliser sur les corps exotiques ou ceux du passé. Plus précisément, les corps d’aujourd’hui posent pleinement les questions de la collecte, la patrimonialisation et l’exposition des restes humains ». Le statut du corps humain et du cadavre est, comme nous l’avons vu dans la première partie, interrogé aujourd’hui par les lois de bioéthique ou les lois funéraires, contrôlé par l’État et interfère avec la perpétuelle re-lecture du statut patrimonial de ces collections. Revisiter les catégories des choses ou des personnes et leur dénomination est un moyen classique pour faire évoluer les frontières de l’espace moral323.

  • 324 Je renvoie au chapitre de Michel Van-Präet qui aborde notamment la réglementation du NAGPRA act aux (...)
  • 325 Moor (Pierre), « Entre Antigone et Créon : la médiation juridique », in Gilbert (Muriel) (sous la d (...)

150En inscrivant les débats dans le temps présent, comme le suggère Michel Van-Praët, la seconde tâche serait de redéfinir le rôle patrimonial de ces collections dans la société d’aujourd’hui. Les lois de restitution de la « Vénus hottentote » de 2002 et des « Têtes maories » de 2010 répondent à des préoccupations mémorielles. Elles resteront des lois de circonstances tant qu’elles ne négocieront pas davantage leurs spécificités. Quels sens et quels rôles veut-on donner aujourd’hui à cet héritage ? Quels enseignements, quels éléments de réflexion veut-on communiquer à la société ? Comment ? À l’exemple des pays anglo-saxons324, quel guide de conduite construire et suivre en cas de demande de restitution ? Comment dépasser les conflits de valeurs pour construire un espace de sens et d’usage commun ? Toutes ces questions doivent être prises à bras le corps par un travail politique coordonné par le dépositaire de ces collections, soit l’État français. Cependant pour préserver un espace de médiation, une herméneutique entre l’universalité de la règle et la singularité des cas, il est nécessaire que celui qui pose la règle et celui qui l’applique soient deux instances distinctes325. Afin de garantir la neutralité, cette réflexion nécessite une prise en compte de la dimension plurielle et complexe de ces éléments, et pour ce faire, la convocation de divers acteurs : scientifiques, juristes, ethnologues, historiens et philosophes, élus politiques. Comprendre plus précisément le statut social de ces pièces implique une meilleure connaissance de leur passé, des conditions de leur récolte, préparation, étude et exposition. Seule une biographie culturelle clairement sériée permettrait de dissoudre les clichés a-historiques, la distance immense qui semble nous séparer de l’économie morale des acteurs passés, voire aussi des communautés d’origine actuelles. L’État se doit de prendre en considération tous ces enjeux et s’en donner les moyens pour éviter que ce patrimoine ne soit davantage menacé car non reconnu. L’inertie actuelle semble, effectivement, très loin de l’émulation savante d’il y a cent trente ans marquée par des idéologies qui ont, certes, montré leurs limites, mais qui étaient « anthropopoïétiques ».

  • 326 Fassin (Didier) & Bourdelais (Patrice), Les constructions de l’intolérable, op. cit., p. 46.
  • 327 Voir la tribune libre d’un collectif d’ethnologues, « M.M. Guéant et Ferry, attention au détourneme (...)

151Car ce qui semble manquer à l’Homme est une capacité à se projeter en lui-même. L’homme contemporain serait-il en panne d’idéaux ? Ne se définirait-il plus qu’en tant que victime ou oppresseur, mots convenus pouvant masquer de multiples enjeux politiques sous couvert de respect de la dignité humaine ? En somme, la tâche qui semble aujourd’hui la plus grande et qui conditionne à la fois la question du statut et du devenir politique de ces collections est celle de la construction de l’humain. Comment l’homme se conçoit-il dans sa diversité et son unité ? Comment se conçoit-il en tant que cadavre, de mort ? L’invention axiologique de l’humanité peut-elle combiner sa double construction, celle d’une espèce unique et singulière au sein de la nature réunissant l’ensemble des êtres vivants aussi différents soient-ils et celle d’un sentiment défini par des droits naturels assortis de devoirs réciproques d’êtres différents mais fondamentalement liés par un destin partagé326 ? L’ensemble des énergies semble se focaliser sur cette dernière avec la difficulté à fonder des bases politiques suffisamment solides pour instaurer une éthique égalitaire, dans une optique de bien partagé. La valeur accordée à la nature de l’homme, son évolution en tant qu’espèce apparaît bien faible dans les débats. Pourra-t-on redonner à la science une place de choix dans la construction de l’humain, reconnaître et valoriser l’utilité publique des archives de notre humanité bio-culturelle en réprimant toutefois l’assignation d’une dimension sotériologique, pseudo-rédemptrice, que nous avons soulevée à plusieurs reprises au cours de ce long cheminement ? L’ombre d’une culture hégémonique occidentale et d’un racisme dit « scientifique », réactivée par les convocations de la « Vénus hottentote » et par certains discours de hiérarchisation des civilisations rappelant l’époque coloniale327, persiste et instaure une méfiance diffuse à l’égard de connaissances pouvant être utilisées comme outil politique de discrimination. Elle doit mobiliser les scientifiques sur la répercussion sociale de leurs travaux et de leur diffusion. Les nombreuses vies de Saartjie Baartman nous incitent à poursuivre cette quête de notre propre humanité et de son horizon d’attente, gage de nos capacités de créativité et de persévérance.

Notes

1 Mes sincères remerciements à Alban Bensa et Thierry Bonnot pour leurs réflexions anthropologiques, à Philippe Mennecier et Alain Froment pour leur disponibilité, à Michel Van-Praët pour son soutien durable et enfin à Claude Blanckaert pour m’avoir offert l’opportunité de diffuser ce travail de recherche et sa précieuse relecture.

2 « Vénus hottentote : une “rue Cuvier” à Paris est-elle opportune ? », question posée sur le blog de M. Alberganti, science publique, France culture, octobre 2010.

3 Sotinel (Thomas), « “Vénus noire” : la Vénus dérangeante et bouleversante de Kechiche », Le Monde, 26 octobre 2010.

4 Cuvier (Georges), Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pfaff sur l’histoire naturelle, la politique et la littérature 1788-1792 [trad. par Marchant Louis], Paris : Victor Masson, 1858, lettre du 31 décembre 1790, pp. 201-202.

5 En voici divers extraits relevés à la suite du film « Vénus noire » : « Son cerveau et ses organes génitaux sont restés exposés jusqu’en 1976 au Musée de l’Homme » (TV Arte du 8 septembre 2010) ; « Son corps en morceaux fut exposé au musée de l’Homme jusqu’en 1976 » (L’express, 27 octobre 2010) ; « Le moulage de son cadavre fut exposé au Musée de l’Homme jusqu’en 1974 » (Le Monde, 26 octobre 2010).

6 Son exposition publique fut continue entre 1817 et 1974 puis le moulage fut ponctuellement exposé en 1994 au musée d’Orsay et au musée de l’Homme en 2006.

7 Silva (Joséane) & Cabrol (Pierre), « La restitution des restes de la “Vénus hottentote” à l’Afrique du Sud : d’un drame humain à une fausse bonne initiative du Parlement », Politeia, no 9, 2006, pp. 29-42.

8 Fassin (Didier), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire et Sciences sociales, no 6, 2009, pp. 1237-1266.

9 Badiou (Alain), L’éthique, essai sur la conscience du mal, Paris : Nous, 2003, 124 p.

10 Kopytoff (Igor), « The cultural biography of things : Commoditization as process », in Appadurai (Arjun) (sous la dir.), The Social Life of Things, Cambridge : Cambridge University Press, 1986, pp. 64-94.

11 Bensa (Alban), La fin de l’exotisme, essais d’Anthropologie critique, Toulouse : Anacharsis, 2006, 368 p. Critique de l’image politique du Grand partage structuré selon trois dénis majeurs : du réel, de l’histoire et de l’acteur. Voir aussi Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Paris : Textuel, 2010, 128 p.

12 Bazin (Jean), « Interpréter ou décrire, notes critiques sur la connaissance anthropologique », Des clous dans la Joconde, l’Anthropologie autrement, Toulouse : Anacharsis, 2008, p. 418.

13 Bonnot (Thierry), « Prendre simplement les choses au sérieux de ce qu’elles sont… », L’Homme, no 191, 2009, pp. 219-248. Pour une démarche ethnologique de biographie d’objets, voir La vie des objets, Paris : Éditions de la MSH, 2002, 246 p. ; et « Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre », L’Homme, no 170, 2004, pp. 139-163.

14 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus : A ghost story and a biography, Princeton-Oxford : Princeton University Press, 2011, p. 162.

15 Réponse à la question initiale : « En quoi ce sujet faisait-il écho à vos préoccupations d’alors, vous qui n’aviez filmé que des histoires contemporaines ? », Entretien d’Abdellatif Kechiche : « Vénus Noire ne devait pas être un film agréable », L’Express, publié le 26/10/2010 – site internet.

16 Par ailleurs, le Droit civil encadre notamment les prélèvements d’organes qui ne peuvent être réalisés qu’à des fins thérapeutiques ou scientifiques, l’autopsie à des fins de diagnostic et l’identification génétique post-mortem. « La liberté ainsi reconnue permet à l’homme, non seulement de décider du caractère religieux ou civil de ses funérailles, mais encore de choisir entre la crémation et l’inhumation, et aussi, de faire don de son corps, soit à la recherche médicale, soit aux centres hospitaliers en vue de prélèvements d’organes destinés à être greffés sur des malades selon des techniques chirurgicales qui ne cessent de progresser », Rivero (Jean), Le régime des principales libertés, 5e éd., Paris : Presses Universitaires de France, 1996, pp. 115-116. Il est à noter que le choix de don d’organes est basé sur un principe de consentement présumé (voir la loi Caillavet du 22 décembre 1976).

17 Esquerre (Arnaud), « Le bon vouloir des restes humains à être exhibés », Politix, vol. 23, no 90, 2010, pp. 71-89.

18 Solidarité Chine informe et sensibilise la communauté internationale sur la situation politique et sociale chinoise ; Ensemble contre la peine de mort se mobilise pour le progrès de la démocratie, des libertés et de la justice dans le monde.

19 Voir le jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris du 21 avril 2009 (no 09/53100).

20 Voir l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 30 avril 2009 (no 09/09315).

21 C. Cass. Ière C. civ., 16 sept. 2010, no de pourvoi : 09-67456. Référence citée dans l’article de Cornu (Marie), « La condition juridique des restes humains, l’évolution récente du contexte légal », Musées et collections publiques de France, Les « restes » humains dans les musées, no 259, 2010, pp. 44-45.

22 Selon le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, « Les médecins eux-mêmes ont de moins en moins recours à l’étude de cadavres, étant donné que leur formation (notamment celle des chirurgiens) fait plus fréquemment appel à des apprentissages par simulateurs qui sont beaucoup plus efficaces [...] Il est faux de croire que l’exposition ou la dissection sont indispensables pour connaître l’intérieur du corps humain », Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, Avis no 111, « Avis sur les problèmes éthiques posés par l’utilisation des cadavres à des fins de conservation ou d’exposition muséale », 7 janvier 2010, pp. 5-6.

23 Ibid., p. 13.

24 Lhuilier (Gilles), « L’Homme-masque. Sur la dimension anthropologique du droit », Methodos, Penser le corps, no 4, 2004.

25 Edelman (Bernard), Ni chose, ni personne, le corps humain en question, Paris : Hermann, 2009, pp. 64-68. Cette dimension ne semble pas poser de problèmes dans les pays anglo-saxons qui ont un rapport plus libéral au corps comme l’illustre le don rémunéré de sang.

26 Cornu (Marie), « La condition juridique des restes humains… », op. cit. p. 45. Lire aussi Cornu (Marie), « Le corps humain au musée, de la personne à la chose ? », Recueil Dalloz, no 28, 2008, pp. 1907-1914.

27 « Le critère déterminant du consentement préalable, avancé par la cour d’appel pour autoriser ou interdire l’exhibition des corps morts, n’est pourtant aucunement satisfait dans les musées où sont exposés des restes humains », Esquerre (Arnaud), « Le bon vouloir [...] », op. cit., p. 89. Nous pouvons faire remarquer qu’en 2008 la Cour d’Appel ne différenciait pas clairement l’utilisation générale du corps et celle à des fins d’exposition.

28 Stage « Exposer le corps humain : Déontologie et questions juridiques », 14 et 15 décembre 2010, Institut national du patrimoine.

29 Il s’agit de la loi du 15 novembre 1887 : « Tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner et le mode de sa sépulture ». Elle prévoit implicitement, par la liberté pour chacun de régler le sort de sa dépouille mortelle, de pouvoir effectuer une donation à la science.

30 Fassin (Didier), « Et la souffrance devint sociale. De l’anthropologie médicale à une anthropologie des afflictions », Critique, no 680-681, 2004, pp. 16-29.

31 « Vénus noire est un film impressionnant, aussi romanesque que radical, aussi émouvant qu’éprouvant, qui affirme la dignité humaine comme valeur du monde. Le dire, le dire, le dire, jusqu’à épuisement », La chronique d’Éric Libiot, « Quand Abdellatif Kechiche regarde la femme tomber », L’Express, 27/10/2010.

32 Corbin (Alain), « Préface », in Poutrin (Isabelle) (sous la dir.), Le xixe siècle, Science, politique et tradition, Paris : Berger-Levrault, 1995, pp. IX-XIX.

33 Propos tenus le 6 novembre 2001 au Sénat en réponse à une interpellation de Nicolas About, dépositaire du projet de loi sur la restitution de la « Vénus hottentote ». http:///www.senat.fr, séance du 6 novembre 2001, propos relatés dans l’article de Silva (Joséane) & Cabrol (Pierre), « La restitution des restes de la “Vénus hottentote” [...] », op. cit., pp. 29-42. Il est par ailleurs surprenant de constater que ces premiers débats ne figurent pas dans le dossier constitué sur le site du Sénat au sujet de la restitution.

34 Rapport no 177 (2001-2002) de M. Philippe Richert, fait au nom de la commission des affaires culturelles, déposé le 23 janvier 2002.

35 « Au mépris d’ailleurs de la réglementation en vigueur », rapport Le Garrec du 30 janvier 2002. http://www.assemblée-nationale.fr / rapports.

36 « Il viole ainsi une ordonnance impériale », propos issus de la chronique de M. Alberganti, « Vénus hottentote : une “rue Cuvier” à Paris est-elle opportune ? », France culture, 01-11-10.

37 « Les autorités scientifiques du Muséum, empressées auprès de son cadavre, ne semblent pas avoir envisagé d’observer de rite funéraire, par exemple en faisant inhumer ses restes à la suite des prélèvements effectués par Georges Cuvier », rapport Le Garrec, du 30 janvier 2002, op. cit.

38 Voir Archives de la Préfecture de police de Paris – DB 440.

39 Je souligne.

40 Ordonnance concernant les Amphithéâtres d’Anatomie et de Chirurgie, 15 octobre 1813, p. 2, Archives de la Préfecture de police de Paris – DB 440.

41 Arrêté no 16461 – dans l’inventaire analytique des délibérations, XXXVII – Séance du 1er février 1815 – Conseil général d’administration des hospices civils de Paris-Archives de l’AP-HP.

42 « Art 1er – Conformément aux actes de son institution, le Conseil Général d’Administration des hospices continuera de régler sous l’approbation du Ministre de l’intérieur tout ce qui est relatif à l’instruction pratique des élèves en médecine et en chirurgie attachés aux hôpitaux et hospices et de disposer des corps des personnes décédées dans ses établissements », ibid.

43 Voir Archives nationales, fond « Anatomistes » du Jardin du Roi : AJ/15/09 ; le bel article d’Hamy (Ernest-Théodore), « Recherches sur les origines de l’enseignement de l’Anatomie humaine et de l’Anthropologie au jardin des plantes », Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, t. VII, 1895, pp. 1-22 ; et du même auteur, « Documents biographiques inédits sur Marin et François Cureau de la Chambre », Nouvelles Archives du Muséum, 3e série, t. VII, 1895, pp. 23-30.

44 Déclaration du Roi pour faire continuer les exercices au Jardin Royal des Plantes, registrée au Parlement et Chambre des comptes, le 23 mars 1673, Paris : R. Léonard, 1673, br.in-8° de 4 p. cité par Hamy (Ernest-Théodore), « Recherches sur les origines de l’enseignement de l’Anatomie humaine… », op. cit., p. 15.

45 Lettre du 15 octobre 1816, Archives nationales, AJ/15/746.

46 Lettre du 28 octobre 1816, Archives nationales, AJ/15/746.

47 Je me réfère à l’Ordonnance de 1813 précédemment évoquée. Il faut sûrement aussi prendre en compte dans ce refus les démêlés qu’Antoine Portal eut avec Jean-Nicolas Corvisart, alors premier médecin de l’empereur, et l’impact des diverses coalitions. Voir les éléments biographiques dans Dupont (Michel), Dictionnaire historique des Médecins dans et hors de la Médecine, Paris : Larousse, 1999, pp. 158-159, 481-482.

48 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 2 janvier 1816, p. 3.

49 Lettre du 30 décembre 1815, Archives nationales, AJ/15/746.

50 Lettre du 30 décembre 1815 au maire (je souligne), Archives nationales, AJ/15/746. « Cette occasion d’acquérir de nouveaux renseignements sur cette race singulière de l’espèce humaine nous porte à vous prier de permettre que le cadavre de cette femme soit transporté au laboratoire d’anatomie du Muséum d’histoire naturelle », Lettre du 30 décembre 1815 du directeur du Muséum au Préfet de police (je souligne), Archives nationales, AJ/15/746 : « Autorisons MM. Thouin [1747-1824] et Geoffroy-St-Hilaire à faire procéder à l’enlèvement, transport et dépôt [… du] corps de la femme sus désignée pour être remis à leur disposition à l’effet de servir à l’instruction de l’Anatomie comparée » ; Lettre du Préfet de police, le comte Jules Anglès, du 30 décembre 1815 (je souligne), Archives nationales, AJ/15/612, PV de la séance du 3 janvier 1816 de l’assemblée des professeurs.

51 « Le corps d’une femme du Pays des Caffres née femme sarjee dite la Vénus hottentote décédée ce jourd’hui », Lettre du Préfet de police, le comte Jules Anglès, du 30 décembre 1815, op. cit.

52 « On s’occupe en ce moment, dans une salle du Muséum d’histoire naturelle, à mouler la Vénus hottentote, morte avant-hier d’une maladie qui n’a duré que trois jours. [...] La dissection de cette femme va fournir à M. Cuvier un chapitre extrêmement curieux pour l’histoire des variétés de l’espèce humaine », Journal de Paris, 1er janvier 1816.

53 « M. Réaux, faisant voir au public une femme hottentote connue sous le nom de la Vénus hottentote », Lettre du 30 décembre 1815 au maire, Archives nationales, AJ/15/746. « Une femme du pays des Caffres montrée par S. Réaux sous le nom de Vénus hottentote, vient de mourir cour des fontaines », Lettre du 30 décembre 1815 du directeur du Muséum au Préfet de police, Archives nationales, AJ/15/746.

54 Lettre du 16 février 1815 au chef de la première division de la police de Paris, Archives nationales, AJ/15/746.

55 Il faut rappeler que l’esclavage aboli en France pendant la Révolution française fut rétabli par Napoléon Ier (1769-1821) le 20 mai 1802. Il fallut attendre la IIe République pour sa totale abolition.

56 Weber (Florence), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, no 41, 2000, pp. 98-99.

57 Archives nationales, AJ/15/609.

58 « Nous nous sommes pour cela adressés au maître de cette femme présentée au public sous le nom de Vénus hottentote ; mais il a opposé à notre désir les obligations qu’il avoit contractées à l’égard de votre administration. M. Réaux ayant besoin de votre autorisation pour conduire son hottentote au jardin du Roi, nous vous prions d’avoir la bonté de la donner », Paris, le 16 février 1815, Lettre des professeurs administrateurs au chef de la première division de la police de Paris, Archives nationales, AJ/15/746.

59 Note de gestion des galeries, 1815, Archives nationales, AJ/15/904.

60 Archives nationales, AJ/15/285.

61 Archives nationales, AJ/15/904.

62 « Je vous prie également de vouloir bien lui demander de donner son approbation à la cession faite à Réaux du Buffle et d’un jeune Morvan, comme une valeur de deux cent dix francs qui seront acquittés en animaux à notre choix d’une valeur semblable », Lettre de Cuvier (Frédéric), Archives nationales, Minutes et pièces annexes de la séance du 3 avril 1816, AJ/15/612.

63 « Sur la réquisition à moi faite, par le S. Réaux propriétaire à Paris, de lui délivrer procès-verbal des séances tenues au Muséum d’histoire naturelle ou jardin des plantes à Paris par les professeurs de zoologie et de physiologie qui se sont réunis pour observer une femme hottentote. Les professeurs du Muséum d’histoire naturelle assistés de plusieurs autres naturalistes ont désiré profiter de l’occasion que leur offrait le passage à Paris d’une femme hottentote pour constater par tous les moyens de l’art et de la science les caractères de cette race de l’espèce humaine », copie de la lettre de Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne) à Réaux, avril 1815, Musée du quai Branly, PP0101015-01. Il est difficile de connaître le nombre de personnes alors présentes et leur identité.

64 Testard (Alain), « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, vol. 42, no 4, 2004, p. 732.

65 Archives nationales, AJ/15/613, PV de l’assemblée des professeurs du 18 décembre 1816 ; AJ/15/614, PV de l’assemblée des professeurs du 12 mars1817 ; AJ/15/258, Livre de compte général de 1818.

66 Archives nationales, AJ/15/614, PV de l’assemblée des professeurs du 23 avril 1817 et documents annexes.

67 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), Crania ethnica, les crânes des races humaines, Paris : J.-B. Baillière, 1882, pl. XXXVII de l’Atlas.

68 Archive photographique conservée au Musée du Quai Branly, PP01010-16-01. Le document date du xixe siècle.

69 Je reprends ici l’analyse d’Alain Testart sur l’assimilation illusoire de l’échange non marchand au don, op. cit, pp. 739-741.

70 Bancel (Nicolas), Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles), Deroo (Éric) & Lemaire (Sandrine) (sous la dir.), Zoos humains, au temps des exhibitions humaines, Paris : La découverte, 2004, 486 p.

71 « Elle mourut le 29 décembre 1815 ; et M. le Préfet de police, ayant permis que son corps fut apporté au jardin du Roi, l’on procéda à un examen plus détaillé » [notons l’euphémisation minimisant l’acte de dissection], Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, Paris, t. 3, 1817, p. 265.

72 « On dit que les professeurs du Muséum d’histoire naturelle ont demandé que son corps fût mis à leur disposition », Le Journal des Débats politiques et littéraires, 2 janvier 1816, p. 3.

73 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme… », op. cit., p. 264.

74 Note de la gestion des galeries de l’année 1815, Archives nationales, AJ/15/904.

75 « Frais indemnités de 2131 – 1954 Fr. », Journal des recettes et des dépenses du Muséum, 1815, Archives nationales, AJ/15/904.

76 Lettre du Préfet de police du 30 décembre 1815, op. cit.

77 Lettre du 30 décembre 1815 du directeur du Muséum au Préfet de police, op. cit.

78 « Cette occasion d’acquérir de nouveaux renseignements sur cette race singulière de l’espèce humaine », ibid., « À l’effet de servir à l’instruction de l’anatomie comparée », Lettre du Préfet de police du 30 décembre 1815, op. cit.

79 Journal des recettes et des dépenses du Muséum, 1815, op. cit.

80 Archives nationales, AJ/15/668, minutes et annexes PV du 12 novembre 1844.

81 Étienne Serres fut professeur à la chaire d’histoire naturelle de l’Homme, à la suite de Pierre Flourens en 1838 jusqu’en 1855, date à laquelle il obtiendra la chaire d’anatomie comparée au Muséum.

82 Registre sommier des recettes et dépenses, Archives nationales, AJ/15/285.

83 Extraits de correspondances du préfet de Police au doyen de la faculté de médecine : « Le 29 novembre on a encore trouvé, rue Serpente, au coin d’une borne près de la maison no 5, une tête de corps humain, qu’on a reconnu avoir été soumise à des travaux anatomiques.[...] les inconvénients auxquels donnent lieu ces sortes de dépôts contraires d’ailleurs au respect dû aux dépouilles humaines », lettre du 4 décembre 1817, Archives Nationales, AJ/16/6360.

84 Un important rapport du chef des travaux anatomiques au préfet soumet le raisonnement suivant : il est nécessaire de respecter « les préjugés » profondément ancrés relatifs au traitement des morts car le cas contraire générerait de trop nombreuses plaintes, sources de conflits sociaux. Rapport au préfet « Question : Convient-il de centraliser les dissections ? » non signé. Émanant sans doute du doyen ou du chef des travaux anatomiques, 1812, Archives Nationales, AJ/16/6360.

85 Le moulage en cire des organes génitaux n’apparaît pas dans les dépenses, il a sûrement été fabriqué plus tardivement.

86 En détail : « Frais relatifs à la Vénus hottentote, peinte pour le Muséum : 36 Fr. », « pour port accusé des vélins : 64 Fr. », « Indemnité à la Vénus hottentote : 100 Fr. », « Frais de transport de la Vénus hottentote au jardin du roi : 20 Fr. », « Moulure de la Vénus hottentote : 115 Fr. », « pour le gardien de la Vénus hottentote : 200 Fr », Notes de gestion et Journal des recettes et des dépenses du Muséum, 1815, op. cit.

87 Orthographe conservée, Archives nationales, AJ/15/613, Minutes et pièces annexes des PV de l’assemblée des professeurs administrateurs.

88 Cours d’anatomie humaine de Portal, programme en 1815, Archives nationales, AJ/15/287.

89 Chronique de M. Alberganti, « Vénus hottentote : une “rue Cuvier” à Paris est-elle opportune ? », France culture, 01-11-10 ; voir aussi les débats du Sénat.

90 Le Monde, 26-10-2010.

91 La présentation qui va suivre se base principalement sur l’ouvrage de Deleuze rédigé d’après les directives de l’administration du Muséum et paru en 1823, Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, Paris : Chez M. A. Royer, au jardin du Roi, 1823, 720 p. ; ainsi que sur l’ouvrage de 1828, Guide des étrangers au Muséum d’histoire naturelle et au jardin du Roi, Paris : F. G Levrault, librairie, 137 p. Quelques variations apparaissent dans le guide de Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, Paris : Curmer, 1841-1842, 664 p.

92 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., pp. 294-295.

93 Guide des étrangers..., op. cit., 1828, p. 84.

94 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, op. cit., p. 661.

95 Guide des étrangers..., op. cit., 1828, p. 84.

96 « Il est à désirer que cette tête soit replacée, et c’est ce qui va être fait, lorsque tous les objets de la collection anatomique auront été mis à l’abri de la cupidité de ces visiteurs auxquels Gall aurait trouvé la bosse du vol ou du désir de l’appropriation », Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 295.

97 Ibid., p. 291.

98 Deleuze (Joseph-Philippe-François), Histoire et description du Muséum d’histoire naturelle, op. cit., p. 127.

99 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855) », in Blanckaert (Claude), Cohen (Claudine), Corsi (Pietro) & Fischer (Jean-Louis) (sous la dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1997, p. 113 (Archives ; 3).

100 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 291.

101 Le guide au jardin des plantes ou description de tout ce que les galeries, serres, etc. du Museum d’histoire naturelle de Paris renferment de curieux, Paris : Imprimerie de Glisau, 1803, pp. 11-20.

102 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 289.

103 « Et quoique les ouvrages du créateur soient tous parfaits, l’animal semble l’ouvrage le plus complet de la Nature, et l’homme en est le chef-d’œuvre. L’HOMME […] De-là sa puissance secondant celle de la nature et son empire légitime sur tous les êtres », Le guide au jardin des plantes..., 1803, op. cit., p. 11.

104 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 288.

105 Ibid., p. 289 : « Daubenton, Cuvier, De Blainville vous répondront qu’en anatomie comparée il faut d’abord placer l’Homme moral en dehors et au-dessus du règne animal [...] » ; ou encore : « Le roi du monde créé, [...] l’homme, qui porte sur son front le signe d’une origine céleste, tient par tant de liens à l’ensemble du règne animal, qu’il ne peut en être séparé qu’en vertu d’une abstraction psychologique », Janin (Jules), « Le jardin des plantes », préface in Boitard (Pierre), Le jardin des plantes, description et mœurs des mammifères de la ménagerie et du Muséum d’histoire naturelle, Paris : J. J. Dubochet & Cie éditeurs, 1842, p. XL.

106 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 290.

107 Boëtsch (Gilles) & Blanchard (Pascal), « The Hottentot Venus : Birth of a “freak” (1815) », in Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas), Boëtsch (Gilles), Deroo (Eric), Lemaire (Sandrine) & Forsdick (Charles) (sous la dir.), Human Zoos : Science and Spectacle in the Age of Colonial Empires, Liverpool : University Press, 2008, pp. 62-72 ; Qureshi (Sadiah), « Displaying Sara Baartman, the “Hottentot Venus” », History of science, no 136, 2004, pp. 233-257 ; Badou (Gérard), « Sur les traces de la Vénus Hottentote », Gradhiva, no 27, 2000, pp. 83-87.

108 Le guide au jardin des plantes..., 1803, op. cit., pp. 1-2.

109 Pomian (Krzysztof), « La culture de la curiosité », in Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris : Gallimard, 1987, pp. 64-80.

110 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Quel passé pour les Khoisan ? Représentations, mémoire », Héritages, Cahiers d’études africaines, vol. 39, no 155-156, 1999, pp. 979-985 ; Gordon (Robert), The Bushman myth, The making of Namibian underclass, Boulder : Westview Press, 1992, 304 p.

111 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme… sous le nom de Vénus Hottentotte », op. cit.

112 Ibid., pp. 268-269. Voir aussi la note d’archives mentionnée en 1954 par Percival Kirby, écrite en 1815 par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et conservée au laboratoire d’anthropologie du Musée de l’Homme, Kirby (Percival), « The hottentote Venus of the Musée de l’Homme de Paris », South african Journal of science, vol. L, no 12, pp. 319-322.

113 Cuvier (Georges), Extrait d’observations..., op. cit. ; voir aussi Péron (François) & Lesueur (Charles), « Observations sur le tablier des femmes hottentotes », mémoire lu par Péron en 1805 à la séance de la Classe des sciences physiques et naturelles de l’Institut de France, édité postérieurement dans le Bulletin de la société zoologique de France, vol. 8, 1883, p. 15 : « Si l’existence du tablier des femmes hottentotes est un des phénomènes les plus curieux de la physiologie de l’espèce humaine, l’opposition des voyageurs à cet égard en est un autre non moins singulier peut-être. [...] Comment asseoir un jugement sur un objet aussi délicat [...] ? ».

114 Ainsi écrit-il lors de la visite de la « Vénus hottentote » au Muséum au printemps 1815 où elle posa nue devant les dessinateurs naturalistes : « Mais à cette première inspection l’on ne s’aperçut point de la particularité la plus remarquable de son organisation ; elle tint son tablier soigneusement caché, soit entre ses cuisses, soit plus profondément, et ce n’est qu’après sa mort qu’on a su qu’elle le possédoit », Cuvier (Georges), Extrait d’observations..., op. cit., p. 265.

115 Ibid., p. 268.

116 À titre d’exemple, dans le guide de 1842, deux pages narratives portent sur le nain Bébé, nain du roi Stanislas de Pologne, une dizaine de lignes sur l’assassin de Kléber ou sur Me Supiot contre seulement une à trois lignes dans les guides de 1823 et 1828. Ceci se reproduit dans le guide de Boitard édité aussi en 1842 qui réserve quinze lignes aux siamoises Ritta et Christina.

117 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », L’Illustration, journal universel, 17 avril 1847, pp. 107-109.

118 Chevalier (Louis), Splendeurs et misères du fait divers, Paris : Perrin, 2004, pp. 137-147.

119 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 292.

120 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », op. cit.

121 Je me réfère notamment à la répartition des pièces humaines entre la chaire d’anatomie comparée et celle de l’histoire naturelle de l’homme votée en 1835 par l’assemblée des professeurs et appliquée par la suite : « M. le professeur d’Anatomie humaine [Pierre Flourens] annonce à l’assemblée que les galeries destinées à recevoir les pièces d’Anatomie humaine ou relatives à l’Histoire naturelle de l’homme qu’il se propose de faire dans le sein du Muséum sont terminées, et qu’elles lui sont livrées. D’après les explications qu’il donne sur la nature et le but de ces collections et après avoir entendu M. le professeur d’Anatomie comparée, l’assemblée décide, pour ne pas déranger la collection d’Anatomie comparée, que les doubles seuls des préparations seront placés dans les collections projetées par M. le professeur d’Anatomie humaine. Et qu’à l’avenir, les pièces d’Anatomie humaine qui arriveront au Muséum seront déposées dans les galeries d’Anatomie humaine et que les doubles seuls de ces préparations seront placés dans la collection d’Anatomie comparée », Extrait du PV de la séance du 10 novembre 1835, Archives nationales, AJ/15/650, Minutes des PV et pièces annexes.

122 « Une semblable étude, qui se fait en quelque sorte à nos propres dépens, qui nous assimile aux espèces animales si rigoureusement classées, est un acte de haute raison, d’humilité glorieuse. C’est une autopsie qui n’est permise qu’à nous, qu’à notre siècle », Janin (Jules), « Le jardin des plantes », op. cit., p. XLI.

123 Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 295.

124 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle, Paris : L. Curmer, 1854, 418 p.

125 Archives nationales, AJ/15/677, Minutes des PV et pièces annexes.

126 Archives nationales, AJ/15/644, PV des assemblées des professeurs du Muséum d’histoire naturelle, séance du 6 août 1832.

127 « Lettre de M. Flourens à MM. Les professeurs du Muséum d’histoire naturelle, au sujet de sa candidature à la chaire d’anatomie humaine vacante dans cet établissement », Annales des sciences naturelles, t. XXVII, 1832, pp. 79-85.

128 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum », op. cit., pp. 91-100.

129 Archives nationales, AJ/15/135 et AJ/15/656, PV des assemblées des professeurs du Muséum d’histoire naturelle, séances des 13 et 20 novembre 1838.

130 « Ordonnance qui modifie le titre de la chaire d’anatomie humaine du Muséum d’histoire naturelle, 3 décembre 1838 », in Beauchamp (A. de), Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur..., t. I, pp. 809-810.

131 Blanckaert (Claude), « La création de la chaire d’anthropologie du Muséum », op. cit., pp. 102-105.

132 Serres (Étienne-Renault-Augustin), Anatomie comparée transcendante, principe d’embryogénie, de zoogénie et de tératogénie, Paris : Firmin Didot Frères, Fils & Cie, 1859, p. 495.

133 Serres (Étienne-Renault-Augustin), « Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publique pour une expédition scientifique qui va se faire dans l’Amérique du Sud sous la direction de M. E. Deville. Partie anthropologique », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXXV, 1852, p. 82.

134 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire générale des règnes organiques étudiées chez l’homme et les animaux, Paris : Victor Masson, 1859, t. II, p. 44.

135 Dossier « Règne humain-classification », Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, Archives Serres, Ms 165. Sources mentionnées par Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum : savoirs naturalistes et principe des nationalités à l’époque romantique », Revue d’histoire des sciences, 1998, t. 51, no 4, pp. 478-481.

136 Dossier « Races humaines/Anthropoclassie », ibid.

137 En particulier, le fait que « les races humaines dans le Règne humain ne sont que des inégalités de développement [...] des temps d’arrêt du type supérieur de la race caucasique ». Les races dites « incomplètes » sont donc marquées par un arrêt d’évolution embryonnaire mais perfectibles, in Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum », op. cit.

138 Serres (Étienne), « Rapport sur les races nègres de l’Afrique orientale au sud de l’équateur, observées par M. de Froberville », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 30, 1850, pp. 685-686.

139 Ibid., p. 687.

140 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie à l’étude des races humaines », Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, série 5, t. 3, 1845, p. 118.

141 À ce propos, É. Serres propose de constituer un musée photographique des races humaines pour les progrès et l’enseignement de l’anthropologie, ibid, pp. 116-121.

142 Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, série 5, t. 4, 1845, p. 105. L’anthropologue Henri Vallois (1889-1981) décrit de la sorte le travail d’É. Serres lors de sa leçon inaugurale à la chaire d’Ethnologie, le 27 mai 1943 : « Serres s’y adonna avec beaucoup d’énergie. Il fit reproduire sur vélins différents types de races humaines ; il réunit la première série connue de daguerréotypes de races. Il fit préparer de nombreux moulages [...] », Vallois (Henri Victor), « L’évolution de la chaire d’Ethnologie du Muséum national d’Histoire naturelle », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, no 16, 1944, p. 42.

143 « Ces distinctions, si difficiles à saisir dans les descriptions, ressortent avec évidence de l’examen des bustes. […] En effet, le moulage […] saisit la physionomie au repos. Ces figures, quoique obtenues par empreinte, en sortent toutes avec des caractères d’expression qui leur sont propres, sans déguisement et sans art, telles enfin que les réclament les besoins de l’anthropologie », Serres (Étienne), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée – première partie – Anthropologie », Compte rendu des séances de l’Académie des Sciences, séance du lundi 27 septembre 1841, t. 13, 1841, p. 655.

144 Ibid., p. 658.

145 Ibid., p. 650.

146 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie… », op. cit., p. 118.

147 Serres (Étienne), « Anthropologie comparée-Étude de la race américaine », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXI, 1845, p. 11 ; cité par Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum », op. cit., p. 494.

148 Étienne Serres est très impressionné par la qualité des cinquante-et-un moulages effectués par Dumoutier. Ils lui permettent d’appliquer une méthode analogique dans une perspective monogéniste : « Quand on compare ces individus les uns aux autres, quand on rapproche et que l’on analyse un à un chacun de ces caractères, on voit les analogies ressortir de ces différences ; de sorte que tandis que nous sommes portés à diviser dans notre pensée, on trouve que la nature réunit dans son action », « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée », op. cit., p. 654.

149 « Cabinet d’anthropologie du Muséum d’histoire naturelle », Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, nelle série, t. XXXVI, no 4, 1853, pp. 358-360.

150 Archives nationales, AJ/15/141-43 ; Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM 54 et AM 11.

151 Serres (Étienne), « Observations sur l’application de la photographie… », op. cit., p. 119.

152 Serres (Étienne), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée », op. cit., p. 649.

153 « L’insuffisance des bâtiments dépendant du Muséum est telle que ce n’est qu’au prix d’une multitude de changement qu’il deviendrait possible de donner au corps de logis de l’administration cette destination nouvelle sans nuire d’une manière grave à plusieurs branches du service », extrait du rapport de la commission interne chargée « des travaux à exécuter pour l’installation du cabinet d’anthropologie dans le bâtiment de l’administration » et composée des professeurs de physique, d’anatomie comparée et humaine, de mammalogie et d’entomologie. Séance de l’Assemblée des professeurs du 4 juillet 1848, Archives nationales, AJ/15/676, PV et annexes.

154 Archives nationales, AJ/15/141-143, PV de l’Assemblée des professeurs du 30 mai 1848 (microfilm).

155 Lettre du sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique, Jean-Ernest Reynaud, datée du 6 juin 1848, Archives nationales, A/15/675, PV et annexes. Il est à noter que Jean-Ernest Reynaud, ex-saint-simonien et philosophe, fut nommé secrétaire d’État à l’Instruction publique par son ami ministre Hippolyte Carnot, également ex-saint-simonien. Il occupa cette responsabilité durant une période très courte : de mars 1848 au 10 décembre 1848, date de l’élection présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte et de la nomination de M. Falloux (Alfred de) au ministère de l’Instruction publique. Voir « Bibliographie de Jean Reynaud », Cheysson (Émile), Le livre du centenaire (École Polytechnique), Paris : Gauthier-Villars & fils, 1897, t. III, pp. 446-477.

156 « Serre fonda au Muséum une galerie anthropologique. Il y avait eu jusqu’alors des collections particulières en Allemagne, en Hollande, en Angleterre, aux États-Unis, mais la première galerie publique a été celle du Muséum. Il y en a aujourd’hui à Florence, à Berlin, à Moscou, à Saint-Pétersbourg, à Philadelphie, à Bruxelles, etc. », Thulié (Henri), « Rapport sur les sociétés d’anthropologie et l’enseignement de l’anthropologie », in Congrès international des sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878, Exposition universelle, Paris : Imprimerie nationale, 1880, p. 26.

157 Lettre de Jean-Ernest Reynaud, datée du 6 juin 1848, Archives nationales, A/15/675, PV et annexes.

158 Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum », op. cit., p. 499.

159 « La race celtique, s’écrie M. Serres dans ses leçons, est à la tête de toutes les autres races humaines, la plus fixe, la plus tenace, la plus persévérante. Lorsque les Gaulois se trouvèrent en présence de César, ils voulaient la liberté pour eux et pour le reste du monde [...] », Esquiros (Alphonse), « Du mouvement des races humaines : Cours de M. Serres », Revue des deux mondes, 1er avril 1845, p. 185. Au sujet de la possible réécriture des propos d’É. Serres par A. Esquiros, voir Blanckaert (Claude), « Les Gaulois au Muséum », op. cit., p. 498.

160 Reynaud (Jean), Lettre du 26 août1847, in Correspondance familière, Paris : Imp. Motteroz, 1886, pp. 222-224.

161 « M. Serres croit [...] à l’existence d’une force inhérente au sol qui détermine la forme générale des habitants. La terre de France, selon lui, fait des Gaulois », ibid., p. 179.

162 « Dépositaire des symboles providentiels de l’humanité n’est ce pas un phénomène unique dans le règne humain que le dévouement de cette race [gauloise] à leur propagation et leur conservation ? Ce n’est ni une fatalité aveugle ni le destin qui la poussent dans ces voies mystérieuses, elle obéit à son instinct, aux impulsions de son organisation physique et morale. Son histoire approfondie nous dévoile chaque jour dans sa marche à travers le temps, l’action lente mais inflexible d’une loi de la nature. La race gauloise accomplit une mission providentielle. » Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, Ms 165.

163 Ibid.

164 « La science […] doit servir celui [l’esprit] de la liberté et de la fraternité et procéder à la rénovation du christianisme », ibid.

165 Serres (Étienne), « Rapport sur les races nègres de l’Afrique orientale… », op. cit., p. 679.

166 Serres (Étienne), « Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée », op. cit., p. 648.

167 Rapport de la commission du Muséum sur les travaux à exécuter pour l’installation du laboratoire d’anthropologie dans le bâtiment de l’administration, Archives nationales, AJ/15/676, PV et annexes du 4 juillet 1848.

168 Lettre du 10 janvier 1855 de l’architecte au directeur, projet pour la construction de la galerie d’anthropologie et d’anatomie comparée, Archives nationales, AJ/15/842.

169 « Chronique : le Muséum d’histoire naturelle », L’ami des sciences [publié par Victor Meunier], 1855.

170 « L’anthropologiste doit faire de la structure du corps humain une étude approfondie et cette étude, qu’il doit étendre à toutes les périodes de la vie et poursuivre chez l’embryon à peine ébauché et aussi bien que chez l’adulte, constituait tout à la fois la base et le couronnement des connaissances du zootomiste. Il doit éclairer l’histoire naturelle de l’homme par l’étude anatomique des animaux et montrer les relations qui peuvent exister entre le mode de constitution de ces êtres et les formes soit transitoires, soit permanentes de notre organisme », Rapport de l’assemblée des professeurs sur la chaire d’anatomie et d’histoire naturelle de l’homme constitué à la mort de Louis George Duvernoy (1777-1855), professeur d’anatomie comparée, Archives nationales, F/17/13566 et Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM 11, PV du 24 avril 1855.

171 Note de Serres du 14 mai 1850, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM1, Annexes et pièces PV.

172 Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, AM54, PV de l’Assemblée des professeurs du 27 mai 1851 et AM 55, PV du 9 mars 1852.

173 Note sur l’Anthropologie, « De l’Anthropologie et de ses bases », Manuscrits de Serres, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, Ms 165.

174 Mémoire des professeurs-administrateurs du Muséum d’histoire naturelle en réponse au rapport fait en 1858 par une commission chargée d’étudier l’organisation de cet établissement, Paris, 1863, Archives nationales, AJ/15/515.

175 Lettre du 10 janvier 1855 de l’architecte au directeur, projet pour la construction des galeries d’anthropologie et d’anatomie comparée, Archives nationales, AJ/15/842.

176 Guide des étrangers dans le muséum d’histoire naturelle, Paris : Imp. P. Dupont, 1855, pp. 70-71.

177 Le vestibule était projeté entre les deux pavillons du côté du jardin pour servir de vestibule commun à l’anatomie comparée et à l’anthropologie. « À droite il conduirait à une porte à ouvrir sur la façade ouest du pavillon dont le rez-de-chaussée occupé actuellement par des squelettes humains servirait d’entrée toute naturelle pour l’anthropologie. Au lieu du petit escalier assez mesquin qui existe dans ce pavillon, je propose d’en disposer un très large dans le genre de celui qui existe dans le pavillon opposé et qui conduirait au 1er étage d’une part à la galerie d’Anatomie comparée et de l’autre à une grande salle de 10 m de large sur 20 m de longueur [...]. Cette salle aurait dans d’infiniment meilleures conditions autant de surface que la galerie que nous avions projetée au dehors sur le jardin. Elle serait de plain pied avec la galerie d’Anatomie comparée – à son extrémité on trouverait quelques degrés qui conduiraient à la galerie actuelle d’anthropologie disposée dans l’ancien logement de Serres », Lettre du 10 janvier 1855 de l’architecte au directeur, op. cit.

178 « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », op. cit., pp. 107-109.

179 « L’examen des formes extérieures [...] ne suffit pas à votre curiosité toujours croissante et vous éprouvez le désir de connaître les rouages cachés qui font mouvoir tous ces corps animés [...] », Bernard (Pierre) & Couailhac (Louis), Le jardin des plantes, op. cit., p. 287.

180 Nous pouvons nous demander si les usages décrits furent réels ou s’ils ont été utilisés à des fins de prescriptions morales : Boitard (Pierre), Le jardin des plantes…, op. cit., p. 39 et « Les promenades de Paris, le jardin des plantes », op. cit.

181 Cité par Bourdier (Franck), « Origines et transformations du cabinet royal des plantes, 1635-1935 », Sciences, no 18, 1962, p. 47.

182 Cette requête fut l’objet de la première question du rapport de la commission d’étude nommée par le ministre de l’instruction publique en 1849, Archives nationales, AJ/15/677, Minutes PV et pièces annexes.

183 « Le professeur d’anatomie comparée présente des observations relatives aux inconvénients résultants de l’affluence des visiteurs dans les galeries d’anatomie comparée et du défaut d’une surveillance suffisante. L’assemblée décide qu’à l’avenir les galeries d’anatomie comparée ne seront plus ouvertes que les lundis et jeudis. M. le directeur est invité à prendre les mesures nécessaires pour que les vétérans prennent une plus grande part à la surveillance les jours d’ouverture », Archives nationales, AJ/15/141-143 (microfilm), PV du 3 novembre 1846.

184 En prolongement d’une demande initiée en 1845, Archives nationales, AJ/15/136-140, PV du 13 mai 1845.

185 « Les professeurs administrateurs s’étaient aussi préoccupés de la bonne conservation des collections, qui devront souffrir beaucoup de la poussière soulevée par une affluence aussi considérable de visiteurs et qui pénètrent dans les armoires malgré les précautions les plus minutieuses mais d’ailleurs beaucoup d’animaux ne sont pas renfermés dans les armoires soit à cause de leur grande taille soit faute de place », Archives nationales, AJ/15/677, Minutes, PV et pièces annexes.

186 « Le professeur d’Anatomie comparée demande qu’on examine les moyens de soustraire les parties des collections de la galerie d’anatomie qui sont découvertes aux dégradations causées par les visiteurs », Archives nationales, AJ/15/136-140, PV du 18 janvier 1842.

187 Archives nationales, AJ/15/677, Séance du 19 juin 1849, Minutes, PV et pièces annexes.

188 Pomian (Krzysztof), « La culture de la curiosité », op. cit.

189 Rapport au nom de la commission spéciale instituée par M. le ministre de l’Instruction publique pour étudier les questions qui se rattachent à l’administration et à l’enseignement du Muséum d’histoire naturelle par M. Corne, membre de l’Assemblée nationale. Ce rapport, qui nourrit de vives critiques contre le Muséum, est suivi d’un projet de nouvelle organisation de l’institution, Archives nationales, AJ/15/515.

190 Chevalier (Louis), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris : Librairie académique Perrin, 2002, 565 p.

191 Schnitter (Claude), « Le développement du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris au cours de la seconde moitié du xixe siècle : “se transformer ou périr” », Revue d’histoire des sciences, 1996, t. 49, no 1, pp. 53-98.

192 La loi Corne du 5 août 1850 sur « l’éducation et le patronage des jeunes détenus » généralise les colonies pénitentiaires agricoles pour les enfants délinquants. Voir le Rapport et projet de loi sur le patronage des jeunes détenus, présentés au nom de la Commission de l’Assistance publique, Paris, Impr. de l’Assemblée nationale, 1849, 37 p. Pour plus d’informations sur Hyacinthe Corne, voir le Dictionnaire des parlementaires français écrit par Robert et Cougny, 1889. Député de 1837 à 1846, représentant aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, sénateur inamovible de 1878 à 1887, Corne appartenait à la gauche modérée, voire au centre gauche. Il fut procureur général à la cour de Paris avant l’arrivée de Louis Napoléon en décembre 1848.

193 Archives nationales, F/17/13566.

194 Étienne Serres obtint la chaire d’anatomie comparée en 1855. Il l’occupera jusqu’à sa mort en 1868. Armand de Quatrefages le remplace de 1855 à 1892 — la chaire s’intitule désormais « anthropologie » —, puis Ernest Hamy de 1892 à 1908.

195 Vallois (Henri Victor), « L’évolution de la chaire d’Ethnologie du Muséum national d’Histoire naturelle », Bulletin du Muséum, t. XVI, no 1, 1944, pp. 42-43.

196 Guide des étrangers dans le muséum…, op. cit., pp. 70-73.

197 Archives nationales, AJ/15/551 A, dossier Quatrefages (Armand de).

198 Je vous renvoie à la partie déjà abordée : le Musée d’Anthropologie à l’image de la nouvelle dignité de l’Homme.

199 Archives nationales, PV du 7 mars 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

200 Paul Gervais (1816-1879) est nommé professeur de la chaire d’anatomie comparée en 1868 suite au décès d’Étienne Serres. Il le sera jusqu’à sa mort en 1879, alors remplacé par Georges Pouchet (1833-1894).

201 Archives nationales, PV des 17 janvier et 7 mars 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

202 « Il [le professeur d’Anthropologie] demande entre autres la transformation de la cage du grand escalier conduisant à ses galeries en une salle qui lui permettrait de céder la pièce du rez-de-chaussée occupée par les squelettes humains de la collection Cuvier. Jusqu’à ce qu’il ait été statué sur sa demande, il croit inutile de déballer et de faire remonter la collection cranéologique actuellement remisée dans les caves, ce travail devant coïncider avec la nouvelle distribution », ibid.

203 Lettre de Quatrefages (Armand de) : « Suite à la mort de Flourens, il exprime le désir du transfert à son laboratoire d’anthropologie des objets qui sont relatifs à l’histoire de l’homme et que M. Bert a trouvés dans le laboratoire de physiologie comparée-accordé », Archives nationales, PV du 14 janvier 1868, F/17/3884, copies PV et annexes.

204 « Le professeur d’Anthropologie demande que les collections relatives à l’histoire des races humaines qui jusqu’ici ont fait partie des collections d’anatomie comparée soient remises à sa chaire en accord avec le nouveau règlement », Archives nationales, PV du 30 juin 1868.

205 « Le professeur d’Anthropologie annonce que la transformation de la cage du grand escalier situé dans la cour de la baleine en une pièce destinée aux collections est sur le point d’être terminée et qu’il a commencé à remettre en place les objets déplacés et mis en cave en prévision du bombardement », Archives nationales, PV du 14 novembre 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

206 Étienne-Renault-Augustin Serres décède le 3 mars 1868 ; l’architecte Charles Rohault De Fleury a pris sa retraite le 16 juillet 1867. Il se consacrera ensuite à des études archéologiques et religieuses avec son fils Georges qui assurera la publication de leur travaux. Quant à Jean-Ernest Reynaud, il ne fera qu’un bref passage au secrétariat à l’Instruction publique, de mars 1848 au 10 décembre 1848 et décédera en 1863.

207 Archives nationales, PV du 5 septembre 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

208 « Visite de la galerie d’Anthropologie par les visiteurs de différents points de l’Europe et délégués officiels de divers gouvernements. Aide de Prüner-Bey », Archives nationales, PV du 20 août 1867, F/17/3884, copies PV et annexes.

209 Archives nationales, PV du 5 septembre 1871, F/17/3885, copies PV et annexes.

210 Xert (G.), « Les nouvelles galeries du Muséum », La Nature, 1898, p. 295.

211 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum. La galerie d’Anthropologie », L’Anthropologie, t. IX, 1898, p. 328.

212 Pour plus d’informations sur la classification adoptée dans la galerie d’Anthropologie, voir les écrits de Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle. Leçon d’ouverture du cours d’anthropologie faite le 11 avril 1907 », L’Anthropologie, vol. XVIII, 1907, pp. 257-276 ; Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., pp. 327-336 ; et Dias (Nélia), « Séries de crânes et armées de squesquelettes : les collections anthropologiques en France dans la seconde moitié du xixe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nelle série, t. 1, no 3-4, 1989, pp. 203-229.

213 « Malheureusement l’éclairage est si défectueux que pour distinguer nettement les objets qui se trouvent d’un côté il faut se placer sur le balcon opposé », Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., p. 332.

214 Dias (Nélia), « The visibility of difference, Nineteenth-century French anthropological collections », in Mac Donald (Sharon) (sous la dir.), The politics of display : Museums, science, culture, Londres-New York : Routledge, 1998, pp. 44-47.

215 Hamy (Ernest-Théodore), Les origines du musée d’Ethnographie, Histoire et documents, Paris : E. Leroux éditeur, 1890, p. 279. Le musée d’Ethnographie du Trocadéro fut fondé par Hamy en 1880.

216 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., p. 334.

217 Archives nationales, AJ/15/728, PV du 17 décembre 1901.

218 Archives nationales, AJ/15/545.

219 Ackerknecht (Erwin) & Vallois (Henri Victor), « François-Joseph Gall et sa collection », Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, série A, zoologie, t. X, fasc. 1, 1955, p. 37.

220 Vovelle (Michel), La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, rééd., Paris : Gallimard « Histoires », 2000, pp. 625-630.

221 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye & Lecrosnier, 1885, p. 78.

222 « Les sauvages [...] s’ils se montrent réfractaires [...] à l’intelligence des œuvres d’art des hommes civilisés, cela tient uniquement, semble-t-il, à ce que l’éducation de leur œil n’est pas faite et qu’ils n’ont acquis que des notions insuffisantes de tout ce qui constitue essentiellement un dessin, une peinture, etc. », Hamy (Ernest-Théodore), « La figure humaine chez le sauvage et chez l’enfant », L’Anthropologie, t. XIX, 1908, pp. 385-407.

223 Ibid., p. 396.

224 Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », op. cit., pp. 332-334 ; Dias (Nélia), « Séries de crânes et armées de squelettes… », op. cit., pp. 217-218.

225 L’anecdote de Toukou, le Haoussa, narrée par Hamy montre que ce dernier se veut garant de ces valeurs. Originaire de la capitale de l’État d’Haoussa, Toukou fut réduit à l’esclavage jusqu’à l’âge de 8 ans. « Nègre de race supérieure d’une plastique assez remarquable », il servit de modèle pour des œuvres artistiques notamment pour le Muséum. Son buste fut moulé en bronze par Stahl. Changeant son nom et son origine, Toukou se présente à la fin de sa vie comme « Saïd de Tombouctou, modèle de premier choix dans les genres algérien et oriental ». Or nous précise Hamy : « Saïd ou Toukou, le prince a sa statue dans notre palais municipal [il est représenté sur une toile de l’Hôtel de ville de Paris “Entrée de Mohamed II à Constantinople”] mais cette gloire anonyme ne suffit pas à sa naïve vanité. Je grave donc sur le socle de bronze son nom désormais impérissable, à côté du grand artiste qui a immortalisé les traits de l’esclave de bronze, de Toukou, le Haoussa ». La conclusion de l’anthropologue sonne comme une sentence morale, Saïd ne saurait échapper à la seule identité qu’on lui impose, celle de son état de nature, Hamy (Ernest-Théodore), « Toukou, le Haoussa. Souvenir de laboratoire », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 1906, pp. 491-496.

226 En référence à ce renvoi de note de bas de page : « Nos enfants livrés à eux-mêmes sont peintres, eux aussi, à la manière des primitifs et des sauvages. (1) Je ne parle pas des petits bourgeois munis de leur boîte de couleurs », (il est peu probable qu’il s’agisse d’humour), Hamy (Ernest-Théodore), « La figure humaine… », op. cit., p. 406.

227 Boutry (Philippe), Fabre (Pierre-Antoine) & Julia (Dominique) (sous la dir.), Reliques modernes, cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformés aux révolutions, vol. I, Paris : EHESS, 2009, p. 13.

228 Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum… », op. cit., p. 276.

229 Blanckaert (Claude), « L’ethnographie de la décadence. Culture morale et mort des races (xviie-xixe siècle) », Gradhiva, no 11, 1992, pp. 47-65.

230 Hamy (Ernest-Théodore), « Introduction », Revue d’ethnographie, t. I, 1882, p. II.

231 Hamy (Ernest-Théodore), « La figure humaine… », op. cit., p. 395.

232 Voir notamment Foucault (Michel), Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Paris : Presses Universitaires de France, 1963, 212 p.

233 « Le visiteur éprouve une réelle impression lorsque de la salle de Vibraye il passe sur le balcon et peut contempler [...] cette armée de squelettes méthodiquement alignés », Hamy (Ernest-Théodore), « La collection anthropologique du Muséum… », op. cit., pp. 275-276.

234 Davallon (Jean), « La mise en exposition », in L’exposition à l’œuvre, Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris : L’Harmattan, 1999, pp. 171-174.

235 Langages artistique, funéraire via le développement de la crémation, par l’exaltation macabre du pathologique, etc.

236 Vovelle (Michel), La mort et l’Occident…, op. cit., pp. 651-670 ; Pick (Daniel), Faces of degeneration, A European disorder, 1848-1918, part I. France, Cambridge : Cambridge University Press, 1989, pp. 37-106.

237 Haidt (Jonathan) & Joseph (Craig), « De l’unité des intuitions morales à la diversité des vertus », Terrain, no 48 [La morale], 2007, pp. 90-100.

238 Douglas (Mary), De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris : La découverte/Poche, 2001, pp. 144-153.

239 « Compte rendu des séances tenues lors de la visite de la “Vénus hottentote” au Muséum en mars 1815 » par Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), 1er avril 1815, Musée du quai Branly, photothèque, PP0101015-01.

240 Voir notamment Benedict (Anderson), L’imaginaire national : réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris : La Découverte, 2006, 212 p.

241 Dorlin (Elsa), La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris : La Découverte Poche, 2009, pp. 193-209.

242 Bahuchet (Serge), « L’Homme indigeste ? Mort et transfiguration d’un musée de l’Homme », in Gonseth (Marc-Olivier), Hainard (Jacques) & Kaehr (Roland) (sous la dir.), Le Musée cannibale, Neuchâtel : Musée d’ethnographie, 2002, pp. 72-75.

243 Vallois (Henri Victor), « Le Musée de l’Homme », Médecine de France, no 57, 1956, pp. 17-32. Henri Vallois (1889-1981) fut le directeur du musée de l’Homme de 1950 à 1960 où lui succéda Jacques Millot (1897-1980).

244 Guide du Musée de l’Homme, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 1952, p. 5.

245 « Le Musée de l’Homme », La documentation française illustrée, no 196, avril 1964, p. 9.

246 Cette déclaration porte les marques d’architectes de la théorie synthétique de l’évolution tels Julian S. Huxley (1887-1975) et Theodosius Dobzhansky (1900-1975). Huxley fut le premier secrétaire général de l’Unesco entre 1946 et 1948 et, bien que partisan de l’eugénisme, il fut un farouche opposant à l’utilisation de la race comme concept scientifique [Huxley (Julian), We Europeans, Survey of racial problems, 1937].

247 Items 5 et 6 du rapport de l’Unesco, « A Statement by experts on Race problems », Unesco International Social Science Bulletin, 1950. La Déclaration a été élaborée et signée par huit experts internationaux dont Claude Lévi-Strauss pour la France.

248 Ibid., p. 9.

249 Stoczkowski (Wiktor), « La pensée de l’exclusion et la pensée de la différence : quelle cause pour quel effet ? », L’Homme, no 150, 1999, pp. 43-50.

250 La revue était notamment animée par Jacques Millot, Paul Rivet et Julius Brutzkus. Voir Bocquet-Appel (Jean-Pierre), « L’anthropologie physique en France et ses origines institutionnelles », Gradhiva, no 6, 1989, pp. 30-32.

251 Ibid., pp. 23-34.

252 Propos de Vallois (Henri) en 1960 : « On sait que certains biologistes, qui ont acquis une réputation justifiée dans leur domaine propre, puis se sont, sur le tard, intéressés à l’anthropologie, ont, avec toute l’ardeur des néophytes, déclaré que cette science devait être radicalement transformée : toute l’œuvre accomplie depuis plus d’un siècle par des centaines d’anthropologistes, qui ont étudié les caractères dont on ignore la génétique et qui ont tenté d’établir d’après eux des classifications, doit être mise au rebut. Seuls doivent être considérés les caractères de génétique connue. Quelques anthropologistes ont cru devoir faire écho à cette solennelle excommunication », in Verschuer (O. V.), « Genetik des Menschen : Lehrbuch der Humangenetik », L’Anthropologie, 1960, p. 344.

253 « Quand je suis arrivé, en 1967, j’ai été scandalisé par cet amas morbide dans la salle d’anthropologie. Sans compter l’état des locaux. Nous avions entre 100 000 et 150 000 visiteurs par an, dont beaucoup de groupes scolaires. Je ne trouvais pas très malin de montrer ça à des petits-enfants d’immigrés ». André Langaney a fini par obtenir un petit budget, 15 000 francs à l’époque [2 280 euros], et s’est empressé de mettre en réserve les objets litigieux. Voir « Musées, arrière-boutiques et horreurs », Libération, 29 janvier 2011.

254 Voir la critique du racisme dans l’ouvrage raciologique de Lester (Paul) & Millot (Jacques), Les races humaines, Paris : A. Colin, 1936, 223 p. ; et celle des lois de Nuremberg par le polygéniste Hooton (Earnest A.), « Plain Statement about Race », Science, 1936, no 83, pp. 511-513. Inversement, la pensée antisémite de Paul de Lagarde se développe sans aucune référence à la race, comme le montre Katz (Jacob), « Lectures défectueuses de l’antisémitisme », Sens, 1984, no 5-6, pp. 203-214 ; référence mentionnée par Stoczkowski (Victor), « La pensée de l’exclusion et la pensée de la différence », op. cit., p. 48.

255 Noiriel (Gérard), « Nations, nationalités, nationalismes. Pour une socio-histoire comparée », in Noiriel (Gérard), État, Nation et Immigration : vers une histoire du pouvoir, Paris : Belin, 2001, pp. 87-144.

256 Voir l’article d’Emmanuelle Saada qui interroge les postulats de cette continuité : « Un racisme de l’expansion. Les discriminations raciales au regard des situations coloniales », in Fassin (Didier) & Fassin (Éric) (sous la dir.), De la question sociale à la question raciale, Paris : La découverte, 2006, pp. 63-79.

257 Fassin (Didier) & Fassin (Éric), « Éloge de la complexité », in Fassin (Didier) & Fassin (Éric) (sous la dir.), De la question sociale à la question raciale, op. cit., p. 266.

258 Symposium international « Des collections anatomiques aux objets de culte. Conservation et exposition des restes humains dans les musées », Musée du Quai Branly, 22 et 23 février 2008. Site internet-Propos reformulés par l’auteur.

259 Stoczkowski (Victor), « La pensée de l’exclusion et la pensée de la différence », op. cit., p. 52.

260 Gould (Stephen Jay), Le Sourire du flamant rose, Paris : Seuil, 2000, p. 320 (Points Sciences).

261 Cette indignation apparaît à de nombreuses reprises dans la séance du Sénat du 21 février 2002. Elle fut notamment portée par les revendications de courants féministes, voir Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus hottentote, Paris : Payot, 2002, p. 170. La littérature anglo-saxonne comporte de très nombreux ouvrages traitant de cet aspect des revendications : Sharpley-Whiting (T. Denean), Black Venus : sexualized savages, primal fears and primitive narratives in french, Durham : Duke University Press, 1999, 190 p. ; Gilman (Sander), « Black Bodies, White Bodies : Toward an Iconography of Female Sexuality in Late Nineteenth-Century Art, Medicine, and Literature », Critical Inquiry, vol. 12, no 1 [« Race », Writing, and Difference ], 1985, pp. 204-242 ; Matus (Jill), « Blonde, Black and Hottentot Venus : Context and Critique in Angela Carter’s “Black Venus” », Studies in Short Fiction, vol. 28, no 4, 1991, pp. 467-477 ; Hobson (Janell), Venus in the Dark : Blackness and Beauty in Popular Culture, Londres : Routledge, 2005, 180 p.

262 « Il fallait tout le talent d’Abdellatif Kechiche pour exhumer ce passé, pas si lointain puisque le cerveau et les organes génitaux de Saartjie Baartman ont été exposés au Musée de l’Homme à Paris jusqu’en 1976 », Élisabeth Lequere, RFI, 29 octobre 2010.

263 Mondiere (Alfred-Théophile), « Note sur quelques moulages d’organes génitaux des deux sexes pris par le Dr Hyades sur des Fuégiens », L’Homme, no 4, 1885, p. 111.

264 « Item 3. Les restes d’une pièce en cire ayant représenté autrefois des organes génitaux femelles, Item 4 – une autre pièce un peu moins altérée, au catalogue no 1043 (pouvant encore avec quelques réparations servir à l’enseignement en faculté), item 6 – une pièce sèche (nerf de la verge et artères pubiennes) no 1040 de l’ancien catalogue (pouvant recevoir la même destination) », Lettre du 22 février 1872 d’Armand de Quatrefages, Archives du Muséum, AM 11, PV et annexes du 27 février 1872.

265 Je remercie le conservateur pour cette information.

266 Py (Christiane) & Vidart (Cécile), « Les musées d’anatomie sur les champs de foire », Actes de la recherche en sciences sociales, no 60, 1985, pp. 3-10.

267 La littérature reliait volontiers mort et sensualité. La plupart des sources émanent d’hommes décrivant la nudité féminine, comme Zola par exemple. Cf. Corbin (Alain), « Douleurs, souffrances et misères du corps », in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Histoire du corps, vol. 2, Paris : Seuil, 2005, pp. 215-273. Néanmoins, la romancière anglaise Edith Cooper porta aussi un regard féminin connoté sur un cadavre masculin, Veyriras (Paul), « Visiteurs britanniques à la Morgue de Paris au dix-neuvième siècle », Cahiers victoriens et édouardiens, no 15, avril 1982, p. 51.

268 Bertherat (Bruno), « Les visiteurs de la morgue », L’Histoire, no 180, 1994, pp. 16-21 ; et La morgue de Paris au xixe (1804-1907). Les origines de l’institut médico-légal ou les métamorphoses de la machine, thèse d’histoire, Université de Paris I, 2002, 911 f°.

269 Ariès (Philippe), L’homme devant la mort, Paris : Seuil, 1977, 642 p.

270 Le « Grand Musée anatomique, anthropologique et ethnologique » du docteur Spitzner était situé en 1856 sur le boulevard Saint-Martin (affiche publicitaire) puis en 1898 place du Château d’eau à Paris. Il fut, par la suite, itinérant, sillonnant le nord de l’Europe, et s’installa en Belgique au début du xxe siècle.

271 Le champ médical est progressivement marqué par des discours macabres de morale hygiéniste, qu’ils concernent le péril vénérien, l’alcoolisme ou la tuberculose ; le musée anatomique les fait siens. Corbin (Alain), « La rencontre des corps », in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Histoire du corps, op. cit., pp. 210-214. Voir aussi du même auteur, notamment sur « l’amplification du discours vénérologique », Les filles de noce, Paris : Flammarion, 1982, 494 p.

272 Spitzner (Pierre) & Dekaesmaeker (L.), Catalogue du Grand Musée anatomique, anthropologique et ethnographique du docteur P. Spitzner, Paris : P. Spitzner, p. 21. Catalogue vendu au public 20 centimes.

273 Ibid., p. 364.

274 Quatrefages (Armand de) & Hamy (Ernest-Théodore), « Planche XXXVII – Crâne de Sarah ou Saartjie Baartmann… », op. cit. ; Anne Carol mentionne une copie du moulage sans toutefois en citer la source, « Le corps dénudé », Rives méditerranéennes, no 30, 2008, p. 8.

275 Carol (Anne), « Le corps dénudé », op. cit., p. 9.

276 À titre d’exemples, le catalogue du musée Spitzner mentionne la « Galerie de pathologie réservée, composée de 80 pièces d’après le musée Dupuytren. Pathologie syphilitique. Phénomènes de la syphilis » ; celui du Grand musée d’anatomie, d’anthropologie et d’histoire naturelle de Jaillet de Groningue (1875) attire pareillement le public masculin : galerie de pathologie spéciale selon le musée Dupuytren.

277 « Morale puisqu’elle [la visite] fait naître des pensées graves, salutaires puisque, ne fût-ce que par crainte, elle nous fait éviter le danger », Programme du Musée pathologique Gross, 1879.

278 Dr Rochard (Jules), Rapport sur les fêtes foraines à Paris et sur les dangers qu’elles peuvent présenter pour la santé publique, Archives de la Préfecture de Police et Conseil d’hygiène publique et de salubrité, département de la Seine, 14 janvier 1887.

279 Courrier du préfet de police aux commissaires, au sujet de la foire aux pains d’épices, 28 mars 1887, Archives de la Préfecture de police de Paris.

280 « Les musées d’anatomie ne pourront être placés qu’aux conditions suivantes 1) Des pièces anatomiques seront seules exposées 2) Ces pièces n’offriront aucun caractère répugnant ou de nature à provoquer de la part des visiteurs des réflexions obscènes ou contraires aux bonnes mœurs 3) Il n’y aura pas de musée secret ; accessible à une catégorie spéciale de visiteurs 4) Aucun sujet lascif ne sera exposé », Archives de la Préfecture de police de Paris, circulaire no 13, préfecture de Police, bureau du cabinet, Paris, 1896.

281 Archives de la Préfecture de police de Paris, circulaire no 13, ibid. Au sujet de l’application de l’ordonnance de 1906, Archives de la Préfecture de police de Paris, 9 avril 1914.

282 Rochard (Jules), Rapport sur les fêtes foraines à Paris …, op. cit.

283 Succédant au Traité d’hygiène publique et privée écrit par Michel Lévy (1809-1872) en 1844, L’encyclopédie d’hygiène et de médecine publique en huit volumes de Jules Rochard, publiée en 1892, subordonne l’hygiène privée à l’hygiène publique. La partie « Hygiène générale » débute par une « introduction anthropologique » rédigée par A. de Quatrefages ; Jacques Bertillon (1851-1922) signe une entrée sur la « Démographie » et Jules Rochard sur la « Climatologie » et la « Pathologie ». Cf. Dias (Nélia), La mesure des sens. Les anthropologues et le corps humain au xixe siècle, Paris : Aubier, 2004, pp. 265-269.

284 Corbin (Alain), in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Histoire du corps, op. cit., pp. 176-181.

285 Dias (Nélia), La mesure des sens…, op. cit., pp. 263-265.

286 Broca (Paul), « Anatomie comparée des circonvolutions cérébrales. Le grand lobe limbique et la scissure limbique dans la série des mammifères », Revue d’anthropologie, 2e série, t. I, 1878, p. 393.

287 Corbin (Alain), in Corbin (Alain), Courtine (Jean-Jacques) & Vigarello (Georges) (sous la dir.), Histoire du corps, op. cit., pp. 206-207.

288 Au sujet de la syphilis et de l’inflammation de l’iris, voir Corbin (Alain), Le Temps, le Désir et l’Horreur. Essais sur le xixe siècle, Paris : Flammarion, 1991, p. 152. En ce qui concerne l’onanisme, source de maladie visuelle, Foucault (Michel), Les Anormaux. Cours au collège de France, 1974-1975, Paris : Hautes Études-Gallimard-Seuil, 1999, p. 224.

289 « Musées, arrière-boutiques et horreurs », Libération, 29 janvier 2011.

290 Zeev Gourarier fut directeur du Musée de l’Homme de 2003 à 2007 et responsable du projet de rénovation du Musée de l’Homme.

291 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus hottentote, op. cit., p. 166.

292 En témoigne ce fait divers au musée Madame Tussauds de Berlin datant du 7 juillet 2008 relatif à la décapitation de la statue de cire d’Hitler par un visiteur : « Trois minutes après l’ouverture du musée samedi, en plein cœur de la capitale allemande, un Berlinois s’était précipité sur la figure du dictateur nazi, bousculant dans son action deux membres du personnel. Il avait réussi à arracher la tête de la statue en criant « plus jamais la guerre ! », AFP.

293 Fontenay (Élisabeth de), Diderot ou le matérialisme enchanté, Paris : Grasset & Fasquelle, 1981, p. 100.

294 La photo d’identité limitée au visage qui a longtemps suffi pour établir les cartes d’identité en est un exemple.

295 Levinas (Emmanuel), Éthique et infini, Paris : Fayard, 1981, 144 p.

296 « Pour comprendre le visage, il faut étudier le crâne et négliger ces chairs qui ne sont en quelque sorte que “le coloris qui relève le dessin” ». Lavater étudie « l’expressivité » des boîtes crâniennes, révélatrice du caractère psychique de l’individu, une sorte de physiognomonie osseuse proche, par cet aspect, de la phrénologie de Gall. Courtine (Jean-Jacques) & Haroche (Claudine), Histoire du visage, Exprimer et taire ses émotions (xvie-début xixe siècle), Paris : Payot & Rivages, 1994, pp. 126-133.

297 Extrait d’une correspondance avec Philippe Mennecier, chargé des collections anthropologiques du Musée de l’Homme, vendredi 27 novembre 2009. Je le remercie pour ce témoignage.

298 Si ce crâne porte des marques d’événement humain, comme une trépanation, « alors cela change, il devient un objet, je peux sentir par empathie la souffrance de la personne trépanée », février 2010, Témoignage de Philippe Mennecier.

299 Lhuilier (Gilles), « L’Homme-masque… », op. cit.

300 À cet égard le mot corps, écrit-il en 2004, n’est jamais utilisé pour désigner un embryon ou un fœtus, qui n’a pas de personnalité. Au sujet des statuts juridiques du fœtus et de l’embryon parfois ambigus entre les droits pénal et civil, voir Edelman (Bernard), Ni chose, ni personne…, op. cit., pp. 71-81.

301 « Le Je pense donc je suis est le germe puissant qui enfante la déclaration des droits de l’Homme et tout le code Napoléon », in Duguit (Léon), Traité de droit constitutionnel, ch. I, § 2, p. 20.

302 Leca (Antoine), « Corpus id est persona ? Réflexions à propos de la situation juridique du corps humain », Les cahiers de droit de la santé du sud-est, no 2, pp. 37 et suiv.

303 Voir la thèse de Bayer (Élodie), Les choses humaines, Université de Toulouse I, 2003, 455 p.

304 Loi no 2008-1350 du 19 décembre 2008, voir la première partie sur l’exposition « Our Body ».

305 Extrait d’une correspondance avec P. Mennecier, chargé des collections anthropologiques du Musée de l’Homme, 27 novembre 2009.

306 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Quel passé pour les Khoisan ? », op. cit., pp. 979-985.

307 Davison (Patricia), « Museums and the reshaping memory », in Nuttal (Sarah) & Coetzee (Carli) (sous la dir.), Negotiating the past : The making of Memory in South Africa, Oxford ; New York : Oxford University Press, 1998, p. 159.

308 Martin (Marilyn), « The Miscast exhibition at the South African National Gallery », in Lohman (J.) & Goodnow (K.) (sous la dir.), Human Remains and Museum Practice, Paris : UNESCO ; Londres : The Museum of London, 2006, pp. 33-41.

309 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Des murs d’Augsbourg aux vitrines du Cap. Cinq siècles d’histoire du regard sur le corps des Khoisan », Cahiers d’Études africaines, vol. 39, no 155, 1999, pp. 553-555.

310 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus…, op. cit., pp. 142-169.

311 Skotnes (Pippa), Miscast. Negotiating the Presence of the Busmen, Cape Town : University of Cape Town Press, 1996, p. 9.

312 Martin (Marilyn), « The Miscast exhibition at the South African National Gallery », op. cit., p. 37. Témoignage de Marilyn Martin alors directrice du South African National Gallery du Cap, puis en 2001 des collections artistiques d’Iziko Museums du Cap.

313 Au sujet du problème de la représentativité et légitimité des instances demandant la restitution, de l’inflation de ces demandes, voir notamment l’article de synthèse de Berger (Laurent), « Des restes humains, trop humains ? », in La vie des idées, septembre 2008, http://www.laviedesidees.fr/Des-restes-humains-trop-humains.html.

314 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman..., op. cit., pp. 160-161.

315 Bensa (Alban), Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Paris : Textuel, 2010, pp. 54-90.

316 Bredekamp (Jatti), « The politics of Human remains : The case of Sarah Bartmann », in Lohman (J.) & Goodnow (K.) (sous la dir.), Human Remains and Museum Practice, op. cit., pp. 25-32.

317 Lilian Thuram était le commissaire général de cette exposition présentée au Musée du Quai Branly de novembre 2011 à Juin 2012.

318 Jankélévitch (Vladimir), L’imprescriptible pardon, Pardonner ? Dans l’honneur et la dignité, Paris : Seuil, 1986, 103 p.

319 Intervention d’Alain Froment, responsable de la valorisation scientifique des collections, sur la valeur scientifique des collections d’anthropologie biologique du musée de l’Homme, Institut national du Patrimoine, « Exposer le corps humain, déontologie et questions juridiques », 15 décembre 2010.

320 La relation qu’entretiennent les individus et notamment les jeunes avec leur téléphone portable, comme prolongement de soi, en est un exemple.

321 Intervention de Michel Van-Praët, « Restes humains dans les collections universitaires et les muséums : réflexions sur les éléments des “corps humains modernes” », Institut national du Patrimoine, « Exposer le corps humain, déontologie et questions juridiques », 14 décembre 2010.

322 Cf. Dufourcq (Élisabeth), Lalande (Françoise), Delahaye Guillocheau (Valérie) & Olivier (Marc), Conservation d’éléments du corps humain en milieu hospitalier. France, Paris : La Documentation française ; Inspection générale des affaires sociales ; Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, 2002, 88 p.

323 Fassin (Didier) & Bourdelais (Patrice), Les constructions de l’intolérable. Études anthropologiques et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris : La Découverte, 2005, p. 15.

324 Je renvoie au chapitre de Michel Van-Präet qui aborde notamment la réglementation du NAGPRA act aux États-Unis réalisée en 1990 et The guidance for the care of human remains in museum au Royaume-Uni en 2005.

325 Moor (Pierre), « Entre Antigone et Créon : la médiation juridique », in Gilbert (Muriel) (sous la dir.), Antigone et le devoir de sépulture, Genève : Labor et Fides, 2005, pp. 112-114.

326 Fassin (Didier) & Bourdelais (Patrice), Les constructions de l’intolérable, op. cit., p. 46.

327 Voir la tribune libre d’un collectif d’ethnologues, « M.M. Guéant et Ferry, attention au détournement de l’ethnologie », Rue 89, http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/02/10/mm-gueant-et-ferry-attention-au-detournement-de-lethnologie-229286 ; Fassin (Éric), Démocratie précaire, chroniques de la déraison d’État, Paris : La Découverte, 2012, 309 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Le Musée de l’HommeSous les projecteurs lors de son inauguration en juin 1938. Une nouvelle ère muséographique dont le projet est d’éclairer « l’Homme total ». La Vénus hottentote est présentée au premier étage, à gauche de la photographie. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Ordonnance du 15 octobre 1813Introduction contextuelle à l’Ordonnance faisant état d’exceptions à l’interdiction de disséquer. Archives de la Préfecture de Police, cote DB-440, pp. 1-2. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Ordonnance du 11 janvier 1815L’Ordonnance de 1815 laisse sous silence le préambule contextuel. Peut-on, pour autant, conclure à l’invalidation de ces exceptions ? Archives de la Préfecture de Police, cote DB-440, p. 1. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Avis mortuaire Le décès de Saartjie Baartman évoqué en page 3 du Journal des débats politiques et littéraires du 2 janvier 1816.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Note de gestion de 1815indiquant le versement d’une indemnité de 100 francs à la Vénus hottentote lors de sa venue au Muséum en mars 1815. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Somme de 200 francsCe montant fut versé à Réaux pour le corps de Saartjie Baartman. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/285. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Coût du transport du cadavrede la « Vénus hottentote » au jardin du Roi. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Lettre d’Emmanuel Rousseauaide de laboratoire, à Étienne Serres, vraisemblablement, donnant les modalités de traitements des restes de dissection, suivie d’une note de contestation de Blainville (professeur d’anatomie comparée) au sujet de la modification du lieu de retrait des cadavres. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/668 - minutes et annexes PV du 12 novembre 1844. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Extrait du journal des recettes et des dépensesdu Muséum d’histoire naturelle du Jardin du Roi de 1815 : « Frais relatifs à la Vénus hottentote, peinte pour le Muséum : 36 Fr. ; Vénus hottentote - pour port accusé des vélins : 64 Fr. » Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/904. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Cours d’anatomie humaine Programme de 1815. Document conservé aux Archives nationales, Paris, AJ/15/287. Cliché Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Galerie d’anatomie comparéeGravure de Marville extraite de Pierre Boitard, Le Jardin des plantes… (1842). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Étienne SerresPhotographie d’Adam Salomon.© Bibliothèque106 centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Jean ReynaudLithographie sur papier noir et blanc, dessin de Bonhomme gravé par Péronard (1848). © Musées de Mâcon.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Le Muséum en 1855Les galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie sont localisées au nord-ouest du Jardin des plantes et sont entourées du parc zoologique au sud et de l’entrepôt des vins au nord. Plan figurant en frontispice du Guide des étrangers dans le Muséum d’histoire naturelle, Paris : Impr. P. Dupont, 1855, 88 p.© Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende « Science macabre »Illustration allégorique de la dimension macabre de la galerie d’anatomie comparée présente dans les guides du Muséum de 1842 et de 1854. Gravure extraite de Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’histoire naturelle…, Paris : L. Curmer, 1854.© Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Bombardement prussien sur le MuséumImpacts d’obus tombés sur le Muséum entre le dimanche 8 et le mercredi 25 Janvier 1871. Détail du relevé extrait de Quatrefages (Armand de), La race prussienne, Paris : Librairie Hachette, 1871, p. 110.© Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Élévation des nouvelles galeriesLa galerie d’anthropologie est située au sommet (étage D) du nouveau musée de la rue Buffon, sur un balcon surplombant la galerie de paléontologie. Gravure de Morieu extraite de Verneau (René), « Les nouvelles galeries du Muséum », L’Anthropologie, 1898, t. IX, p. 321. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Interférence des discours mis en scène« Un acte en langue hollandaise (…) il doit, à l’expiration du contrat, prendre à sa charge les frais de rapatriement si la femme désire retourner dans son pays ». Extrait de l’article de Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann », L’Anthropologie, t. XXVII, 1916, p. 178. © Bibliothèque centrale, MNHN.Le texte de l’anthropologue Verneau en souvenir du « centième anniversaire de la mort de Sarah Bartmann » montre toute l’ambiguïté des discours mis en scène dans ce balcon de l’humanité. En effet, si un premier discours scientifique apparaît à travers l’organisation linéaire et raciologique de la galerie, le visiteur attentif peut néanmoins accéder à un autre niveau d’information. Ainsi, dans sa commémoration à l’usage des « personnages célèbres », Verneau nous apprend que le contrat en langue hollandaise qui fait état de l’exhibition de la « Vénus hottentote », de « son engagement à se laisser voir ‘telle qu’elle est’ », est exposé dans la galerie à côté des moulages et du squelette. Ce document côtoie l’acte de baptême effectué le 1er décembre 1811. Même s’il est peu probable que ce document ait pu être compris par les visiteurs, l’intention du scientifique demeure de diffuser, voire d’entretenir une mémoire collective à son sujet, alors que « la génération actuelle ne connaît guère » son histoire. Interfèrent le discours raciologique et celui porté sur la personne, extraordinaire, de « Sarah Bartmann ». N’est-elle pas d’ailleurs, pour reprendre les termes de l’anthropologue, « une célébrité qui, cent ans après sa mort, jouit auprès du public d’une plus grande vogue que beaucoup de savants, de philosophes ou d’hommes politiques disparus au cours du XIXe siècle» ?
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende La « Vénus hottentote » dans la galerie d’ HamyGalerie d’anthropologie entre 1900 et 1913, cliché du photographe Sénicourt (1890-1917). © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sénicourt.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Sara femme de race hottentote« agée de 25 ans, observée dessinée et peinte au Muséum d’histoire naturelle en Mars 1815 ». Gravure réalisée par Allais d’après un tableau de Berré peint en 1815. Elle présente la « Vénus hottentote » vêtue d’un velarium alors que le tableau original la présente nue. Cependant, le cache de couleur vive semble davantage appeler le regard que lui faire obstacle. Cliché Philippe Mennecier, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Galerie d’AnthropologieDe l’entrée de la galerie d’anthropologie, visible au dernier plan, le visiteur ne pouvait effectuer qu’un parcours linéaire en boucle. Photographie de Pierre Petit entre 1900 et 1909. © Bibliothèque136 centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Exposition de la Vénus hottentote au Musée de l’HommeVitrine du Musée de l’Homme en 1937. La Vénus a retrouvé sa nudité et livre, seule, les particularismes anatomiques de sa race. Contrairement à la galerie anthropologique d’Hamy, la visibilité du moulage est accrue par une muséographie très dépouillée. © Musée du Quai Branly, Scala.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Curiosité du Dr Spitzner Extrait du catalogue du musée anatomique, anthropologique et ethnographique (1896). © BIU Santé (Paris).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Avertissement au publicLors de sa visite au musée Spitzner, le visiteur doit vivre une expérience émotionnelle intense articulée par l’alternance et l’intrication du terrible et du sublime. Avant-propos extrait de Spitzner (Pierre), Catalogue du musée anatomique, anthropologique et ethnographique du Dr P. Spitzner, Paris : Dr P. Spitzner, c. 1896, p. 5. © BIU Santé (Paris).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Cires anatomiquesSavants drapés masquant la nudité de ces cires anatomiques exposées dans la galerie d’anatomie comparée du Muséum (vers 1880). Photographie de Pierre Petit. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Ultime exhibitionPrésentation du moulage de Saartjie Baartman au Musée de l’Homme où compassion et réciprocité sont sollicitées. © Christelle Patin.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3936/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Professeure agrégée de Sciences naturelles & anthropologue doctorante EHESS, IRIS - Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux
patin.christelle@orange.fr

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540