Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Corps / objet : monstration & démonstrations

De la Vénus hottentote aux formes abouties de l’exhibition ethnographique et coloniale

Les étapes d’un long processus (1810-1940)

Pascal Blanchard

Texte intégral

Les races humaines Couverture (détail) de l’ouvrage de Victor Huen (1921).
© Collection Groupe de recherche Achac.

  • 1 Cet article reprend et synthétise de nombreux travaux publiés dans le catalogue de l’exposition Ex (...)

1Entre l’exhibition de la « Vénus hottentote » (1810) et les dernières grandes exhibitions d’« exotiques » en Occident (Cologne et Hambourg en 1933, Bruxelles en 1935, Glasgow en 1938, Paris en 1937, New York en 1939 ou Porto en 1940), vont s’écouler cent trente années. Le temps nécessaire pour fixer définitivement une ligne invisible entre « Nous » et les « Autres », mais aussi le temps nécessaire pour voir vaciller les empires coloniaux qui, au lendemain du conflit mondial, s’engageront sur la voie des indépendances. En définitive, l’histoire des empires coloniaux va rythmer, sans faillir, celle des « zoos humains » qui vont accompagner, par leur déclin, la fin de ces mêmes empires. C’est le récit de ce long processus que propose de présenter cette brève étude en s’inspirant de plusieurs travaux majeurs et études récentes1, dix ans après la loi qui a décidé du retour depuis la France de ses « restes » à destination de l’Afrique du sud (mars 2002).

2L’arrivée de la « Vénus hottentote » en Europe au début du xixe siècle (à Londres, puis à Paris) marque à notre avis une nouvelle forme dans la manière d’appréhender l’Autre et une sorte de point nodal de l’étude du rapport à l’autre en Occident. Si elle ne fut pas la première à être exhibée en Europe — de nombreux « sauvages » et « exotiques » l’avaient été auparavant et les plus célèbres furent les Indiens Arawaks ramenés des Amériques à la cour de la reine Isabelle de Castille (la Catholique) par Christophe Colomb en 1492 —, la « Vénus hottentote » possède l’originalité d’avoir été tour à tour objet de divertissement, objet médiatique, objet « sexualisé », objet monstrueux et objet de science. Au-delà, elle sera ensuite un objet de mémoire, objet d’histoire et enfin objet de commémoration. Elle marque donc un tournant majeur, conjuguant à l’époque intérêt scientifique et passion de la « race » alors dominante, intérêt colonial (celui de l’Empire britannique) et intérêt du monde du spectacle en quête de nouvelles formes pour répondre aux attentes du public.

3Il y a un avant et un après « Vénus hottentote ». Bien entendu, ce n’est pas une frontière qui est alors perçue de cette manière, mais c’est a posteriori que nous pouvons fixer au cours de cette époque charnière (1800-1830) une rupture nette entre les exhibitions de la période 1492-1789, marquée par leur faible nombre, leur présence dans les seuls espaces aristocratiques ou face à un public très restreint, le faible intérêt des savants pour ces « spécimens », et la période suivante (1840-1940). Par la suite, au cours de ce long siècle, le processus va toucher de plus en plus de publics, va concerner de plus en plus d’exhibés et de visiteurs, en touchant tous les pays occidentaux (coloniaux ou non), mais aussi le Japon et bien entendu les États-Unis, et va se professionnaliser de façon croissante, intégrant de manière visible le monde des grandes expositions, celui du spectacle, l’univers du cirque et celui du théâtre.

LES MUTATIONS D’UN GENRE EN UN DEMI-SIÈCLE

4Pourtant, avec la « Vénus hottentote » le monde de l’exhibition n’invente rien de véritablement nouveau. Les Égyptiens exhibaient déjà des « nains-noirs ». Dans l’Empire romain, on faisait défiler sous un arc de triomphe éphémère les « Barbares » vaincus. Au Moyen Âge, les « monstres » de foires et les « êtres difformes » fascinent autant l’aristocratie que le peuple, et les monstres à long poil et autres êtres grotesques sont à la mode. Dès la découverte du Nouveau Monde et au gré des explorations et conquêtes, des explorateurs vont rapporter des « spécimens » vivants pour les cours européennes : tout d’abord au Portugal (dès 1440) et en Espagne, puis en Italie et bientôt dans toute l’Europe. Très vite, le premier Indien que découvrent les Français, un dénommé Essomericq originaire du Brésil, arrive en France un peu plus d’une décennie après les Indiens de Christophe Colomb, en 1505.

5De même, Hernán Cortés ramène des Indiens du Mexique et présente en 1528 à la cour de Charles V cette troupe composée de musiciens, danseurs et acrobates. Enfin, en 1550, sera présenté sous forme de « tableaux-vivants » un groupe de cinquante Indiens Tupinamba enrichi de cent cinquante marins normands déguisés « en Tupinamba » dans une procession royale à Rouen devant Henri II. La mode est lancée…

  • 2 Bambridge (Tamatoa), « Les premiers Polynésiens en Europe et l’imaginaire occidental », in Blancha (...)
  • 3 Baratay (Eric), « Le frisson sauvage : les zoos comme mise en scène de la curiosité », in Blanchar (...)
  • 4 Fauvelle-Aymar (Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Blanchard (Pascal) et al (...)
  • 5 Dans le prolongement de la pratique plus ancienne d’exhiber des corps monstrueux, dont la Bartholo (...)
  • 6 Fauvelle-Aymar (Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Blanchard (Pascal) et al (...)
  • 7 Cette tournée a fasciné Charles Dickens au point qu’il écrit, par la suite, un texte contre le myt (...)

6Mais tous ces « sauvages » sont encore rares, exceptionnels et réservés avant tout à un public d’initiés dans les cours royales. Avec le siècle des Lumières, la découverte de l’Océanie et de nouveaux territoires en Afrique et dans les Amériques, le processus ira s’accélérant, comme le révèle l’arrivée du Tahitien Aotourou ramené par Bougainville en 17692 ou l’exhibition d’Omai présenté en Grande-Bretagne au roi George III. En France, la Révolution française initie la Société des Observateurs de l’Homme, en 1800, donnant corps à une première forme d’anthropologie qui conduit à l’observation de Victor, « jeune sauvage de l’Aveyron », et du Chinois Tchong-A-Sam, moment précurseur de la venue et de l’étude de la « Vénus hottentote », et signe aussi que la science et le spectacle se rencontrent désormais autour de ces premiers spécimens vivants présents en Occident. Cette volonté de rassembler — et d’étudier — les « peuples de la terre » va croître au début du xixe siècle, comme le rappelle Éric Baratay, puisqu’un premier projet de parc ethnographique « où “chaque homme serait costumé à la manière de son pays, placé dans un local convenable à son genre de vie”, avait été proposé à Paris en l’an XI […] »3. C’est donc dans ce cadre spécifique et dans ce mouvement que s’inscrit l’arrivée de la « Vénus hottentote » (1810-1815) à Londres et Paris, dont le corps devient à la fois un objet de science et de spectacle4. Par la suite et très naturellement, Londres5 va s’imposer comme la capitale européenne des premiers « spectacles exotiques »6, avec les exhibitions d’Indiens en 1817, de Lapons en 1822, d’Esquimaux en 1824, de Fuégiens à partir de 1829, de Guyanais en 1839, de Bushmen à partir de 1847. Dans la même période, la France connaît aussi quelques exhibitions majeures, dont les présentations des Osages en 1827 et du musée indien de George Catlin (1796-1872) au public parisien et au roi Louis-Philippe (en 1845-1846) constituent un moment charnière. Enfin, l’importante exhibition de Zoulous en 1853, qui inaugure une « grande tournée » dans toute l’Europe7, marque très clairement l’entrée dans une nouvelle dimension du processus d’exhibition, introduisant la modernisation du genre quatre décennies après l’exhibition de la « Vénus hottentote ». Ce processus est extrêmement rapide, et accompagne dans le temps les mutations du monde du spectacle et la quête par la science d’une construction du monde.

7De fait, c’est au milieu du xixe siècle que s’élaborent progressivement, sur le vieux et sur le nouveau continent mais pas encore au Japon, les paradigmes d’une mise en norme du monde dont la partie visible devient à la fois un spectacle populaire, une leçon scientifique et une démonstration explicite du bien-fondé des hiérarchies et distinctions raciales, au moment même où se fixent les identités nationales. Alors que l’on sort progressivement du temps de l’esclavage (1848 pour la France) pour entrer dans le temps des empires coloniaux (en 1830 la France se lance dans la conquête de l’Algérie), l’ordre du monde s’organise entre ceux qui seront exhibés et ceux qui en seront les spectateurs.

  • 8 Aimone (Linda) & Olmo (Carlo), Li esposizioni universali, 1851-1900 : il progresso in scena, Turin (...)

8On peut le constater lors de l’Exposition universelle de Londres, en 1851 — la première d’une longue série, deux ans avant la tournée des Zoulous et une décennie après l’ouverture du musée de Phineas Taylor Barnum aux États-Unis —, les pavillons consacrés au Moyen et à l’Extrême-Orient, notamment à l’Inde ou à l’Égypte, surprirent les visiteurs par la qualité des productions artistiques et annoncent une nouvelle étape dans la dynamique de l’exhibition. Par la suite, à Paris, Chicago, San Francisco, Berlin ou Milan, des reconstitutions à l’échelle de la mythique « Rue du Caire » seront proposées, dont l’exotisme de carton-pâte attirera des millions de visiteurs8. En parallèle de ces reconstitutions éphémères vont être imaginées les troupes exotiques, qui sous l’égide d’imprésarios d’un nouveau genre, vont investir le monde. C’est avec des entreprises comme celle d’Hagenbeck que va commencer, dès 1874, l’exhibition de troupes de ce type qui sont recrutées et pensées comme telles. Cette nouvelle façon de penser va bouleverser les exhibitions coloniales et sera à l’origine de la mutation des exhibitions humaines en Europe.

  • 9 Aimone (Linda) & Olmo (Carlo), Li esposizioni universali, op. cit. ; et les deux articles de Pasca (...)

9Ce phénomène d’exhibitions s’impose ainsi graduellement dans différents espaces et univers, du fait de la conjonction de plusieurs facteurs politiques, sociaux, économiques, et trouve tout naturellement sa place (omniprésente) par la suite dans les grandes expositions universelles (1855 à 1958)9, ainsi que dans les expositions coloniales (à partir de 1883) et les expositions nationales ou spécialisées qui, pendant plus d’un siècle, vont toucher plus d’une quarantaine de pays, principalement le Japon, les États-Unis, la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l’Australie, l’Italie et l’Allemagne.

  • 10 Brown (Richard D.), Modernization, The Transformation of American Life, 1600-1865, New York : Hill (...)
  • 11 Harris (Neil), Humbug : The Art of P.T. Barnum, Boston, Little Brown, 1973 ; Lindfors (Berth), « C (...)
  • 12 Boëtsch (Gilles) & Gagnepain (Jean) (sous la dir.), Du Big foot au Yéti, anthropologie de l’imagin (...)
  • 13 Bogdan (Robert), « When the Exotic Becomes a Show », in Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas), Boët (...)

10Aux États-Unis, dès le second quart du xixe siècle, le spectacle de l’Ailleurs est alors véhiculé par les cirques qui poursuivent la tradition européenne de l’exhibition d’animaux dans les foires, mais sans en posséder les finalités scientifiques ou pédagogiques. C’est dans ces spectacles grandioses de la culture américaine que vont fusionner les ethnic shows et les freaks shows. La référence en la matière — qui a donné au modèle son nom — reste Phineas Taylor Barnum (1810-1891), avant que ne s’impose le Wild West Show de William Cody dit Buffalo Bill (1846-1917)10. À New York, le Musée américain de Barnum11 devient l’attraction la plus populaire du pays. Ce qu’il invente alors, c’est la mise en scène de l’étrange dans un espace dédié aux loisirs12, en programmant simultanément des conférences « scientifiques », des danses ou des reconstitutions théâtrales13. Dans un second temps, Barnum va créer le Grand Congress of Nations, sorte d’aboutissement idéologique de ces premières productions à caractère mercantile. Nés en Amérique, ces « professionnels de l’étrange » organiseront des tournées à travers le monde et fusionneront progressivement avec le monde des grandes expositions inventé en Europe. En un demi-siècle le genre s’est transformé, s’est modernisé et a trouvé son public. Il va s’épanouir et croître en popularité jusqu’à disparaître graduellement puis rapidement au cours des années 30 (au moment où la France voit naître le Musée de l’Homme, en 1936, par exemple).

Souvenir de Barnum & Bailey
« Les rigolos de Barnum & Bailey », carte postale no 9 (détail) éditée par Courmont frères, Paris : Imp. Courmont frères, 1905. © Collection Groupe de recherche Achac.

Jeune hottentote Betty, âgée de neuf ans, photographiée par Fernand Delisle vers 1890 (d’après tirage sur papier albuminé).

REVENIR À LA « VÉNUS HOTTENTOTE » AU DÉBUT DU XIXE SIÈCLE

  • 14 Ces paragraphes développent l’article de Boëtsch (Gilles) & Blanchard (Pascal), in Blanchard (Pasc (...)

11La figure mythique des « Hottentots » a précédé la Vénus et explique en partie son succès médiatique à Londres en 1810, puis à Paris. Loin d’être inattendue, elle symbolisait depuis quelques décennies l’archétype d’une « race intermédiaire » entre l’homme et l’animal qui avait imprégné, par le biais des récits de voyageurs, l’anthropologie naissante. Presque prévisible, la venue de la « Vénus hottentote » en Europe n’était donc pas improbable. Elle s’inscrivait dans un monde historique et sociologique préparé à son arrivée, sans oublier le contexte politique correspondant à la colonisation britannique dans le sud du continent africain alors en quête de légitimation (officielle ou via des intercesseurs privés). En outre, ces « Hottentots » fascinaient, et ils étaient tout désignés pour remplir la fonction de « chaînon manquant » et s’imposer comme preuves d’une dégénérescence au sein de l’espèce humaine. Exotiques et monstres à la fois14.

12L’histoire de Saartjie Baartman (nom européanisé qui lui fut imposé), qui a été achetée (car esclave-domestique) en Afrique du Sud par un « forain » anglais, reste pourtant un mystère pour les chercheurs sur bien des points précis de sa biographie. Elle n’est sans doute pas née l’année symbolique de la Révolution française (1789), comme l’ont repris divers journaux français, et ses origines précises sont bien souvent romanesques ; tout autant que sa prétendue « pureté ethnique » et son ascendance « Hottentote ». Marquée dès le départ par une double identité, celle de la féminité et de la sauvagerie, la « Vénus hottentote » fut embarquée sous « contrat » en Afrique du Sud le 24 mai 1810 à bord d’un navire britannique par un chirurgien de la Royal Navy. Elle arrive à Londres, début septembre 1810, après une traversée en mer de plusieurs mois.

13À partir de 1811 et jusqu’en 1814, on perd la trace de Saartjie Baartman sur le sol britannique. Aucun article, aucune chronique ne parle d’elle durant cette période de sa vie. Après Londres, elle fit peut-être des tournées dans les ports d’Angleterre ou de Hollande. Ce que l’on sait, c’est qu’elle voyagea avec Hendrick Caezar pour se rendre, à l’issue de ce périple, à Paris au cours de l’été 1814. Passant alors sous contrat avec un certain Henry Taylor, elle sera présentée au public rue Neuve-des-petits-champs à partir du 18 septembre 1814, de « onze heures du matin jusqu’à neuf heures du soir », ainsi que le signale une publicité parue dans Le Journal de Paris daté du 18 septembre 1814. Son nouvel imprésario Henry Taylor semble disparaître à son tour et laisse Saartjie Baartman avec un nouveau contrat la liant avec un certain Réaux, « montreur d’animaux ». Elle est alors exhibée rue Saint-Honoré, lieu étrange ressemblant à une véritable « cour des miracles », au milieu d’autres « bêtes de foire ».

14Le terme de « Vénus hottentote » commence alors à être associé à ces spectacles dans l’opinion publique et devient une référence absolue pour le genre. Une mercerie de luxe s’ouvre alors à Saint-Germain et prend pour nom « La Vénus Hottentote ». Le 24 octobre 1814, se joue même un vaudeville un peu ridicule, La Vénus hottentote, pièce écrite par Marie-Emmanuel-Guillaume-Marguerite Théaulon de Lambert, Armand Dartois et Brasier, soulignant par là même la popularité croissante de Saartjie Baartman. Elle sera même la vedette des salons bourgeois ainsi que le relate le Journal des dames et des modes en date du 12 février 1815.

  • 15 Buffon (Georges Louis Leclerc de), De l’Homme, Duchet Michèle (éd.), Paris : L’Harmattan, 2006, p. (...)

15Enfin, peu avant le décès de Saartjie Baartman qui surviendra en décembre 1815, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), alors administrateur du Muséum d’histoire naturelle et titulaire de la chaire de zoologie, demande l’autorisation officielle de l’étudier. Elle sera conduite au Jardin du Roi pour être examinée. Étienne Geoffroy Saint-Hilaire connaissait le jugement porté par Buffon (1707-1788) dans son célèbre ouvrage l’Histoire naturelle de l’Homme (1749) sur la population hottentote : « Ces Hottentots sont, au reste, des espèces de sauvages fort extraordinaires ; les femmes surtout, qui ont une espèce d’excroissance ou de peau dure et large qui leur croît au-dessus de l’os pubis, et qui descend jusqu’au milieu des cuisses en forme de tablier. »15 Il avait pour objectif, à travers cette description, de définir les caractéristiques de cette « variété » si particulière et sa place dans l’histoire des espèces.

  • 16 Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., p. 59

16Après ce long voyage, Saartjie Baartman termine son périple parisien au laboratoire d’anatomie du Muséum dans la nuit du 30 décembre 1815. Son corps, notamment son sexe, est précieusement examiné par Georges Cuvier (1769-1832), zoologiste de renom, puis reproduit sous forme d’un moulage en cire. Puis c’est le tour de son postérieur — partie de son corps qui la rendit célèbre —, de sa peau — dont on ne sait pas ce qu’elle est devenue —, de son cerveau — lui aussi conservé dans un bocal. Le moulage en plâtre de son corps (comme son squelette) conclura ce sinistre parcours dans le hall du Musée de l’Homme jusqu’au milieu des années 1970, tel un trophée de chasse des sciences de l’homme16. C’est d’ailleurs ce corps qui lui vaudra son nom de « scène ». Elle possédait en effet deux spécificités : une stéatopygie prononcée (tissus graisseux au niveau des fesses) et une macronymphie (taille importante des lèvres inférieures). En 1824, dans L’Histoire naturelle des mammifères, qu’illustrent des dessins « d’animaux vivants », figure en tête de cortège une jeune « femme Boschimane » qui n’est autre que la « Vénus hottentote ».

La Vénus hottentote Exhibée sur carte à jouer en 1811, en ornementation du cinq de trèfle. © Guildhall library, Londres.

Ordre méthodique
Tableau extrait de l’Histoire naturelle des mammifères d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier (1824).
© Bibliothèque centrale, MNHN.

LE DÉBUT D’UNE PASSION SAVANTE

17Saartjie Baartman a été plusieurs fois soumise aux regards de savants (Georges Cuvier, Henri de Blainville, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire) et aussi d’artistes (Nicolas Huet et Léon de Wailly) pour bien rendre compte des moindres détails de ses particularités anatomiques. Dès le 1er avril 1815, Geoffroy Saint-Hilaire rédige un rapport dans lequel il compare son visage à celui d’un orang-outan et son postérieur à celui des femelles de singe mandrill. Pour sa part, Blainville (1777-1850) la présente comme « la dernière race de l’espèce humaine », entre humanité et monde simiesque. Georges Cuvier valide un tel portrait, puisqu’il affirme qu’il n’a jamais « vu de tête humaine plus semblable aux singes que la sienne ».

18Avec Saartjie Baartman, on va définitivement classer les Khoisan comme un élément d’humanité particulier. Décrire une « race » à partir d’un seul individu sera par la suite exemplaire de la contribution « faussée » que les « zoos humains » vont apporter à la science, en particulier dans la connaissance de l’autre. De plus, dans le cas de Saartjie Baartman, ce rapport ne peut d’ailleurs être complètement compris que s’il est mis en perspective avec les demandes pressantes du monde du spectacle aux anthropologues de fournir les plus « étonnantes » descriptions possibles. Au lendemain de cette passion scientifique, les organisateurs de spectacles seront avides de « nouveaux » Khoisan pour répondre à l’attente des publics européens et américains qui fait suite à l’impact populaire des exhibitions de Saartjie Baartman. En 1829, une soi-disant « Vénus » sera exhibée à Paris, puis une Bochimane de Port-Natal sera présentée à Londres en 1852, laquelle sera, après sa mort survenue en 1864, disséquée au collège royal de chirurgie de Londres. De 1847 à 1853, une « troupe de Buschmen » sera exhibée à Londres et en France. Outre-Atlantique, le phénomène est identique. À Philadelphie en 1848 puis à Boston en 1862, des spécimens sont montrés et étudiés. À Ulm, en Allemagne, en 1866, une « jeune exhibée » sera disséquée après son décès brusque et fera l’objet de nombreuses études.

19Très vite, et au-delà des seuls Hottentots, on assiste à un double croisement où le monde du spectacle « fournit » des « phénomènes » au monde des savants, et en retour celui-ci « valide » ces exhibitions dites « savantes » qui serviront à mieux tromper le public. Mais on peut aussi penser que personne n’est dupe du jeu qui se trame alors. Chacun se rassure ou ne veut voir que ce qu’il veut bien voir. Le sauvage fait vendre, y compris lorsqu’il est pris en charge par le « travail savant », captive l’opinion et les autorités, ces dernières recherchant des justifications « scientifiques » à leur désir de conquêtes coloniales. Ainsi, tout le monde semble y trouver son intérêt, et les uns ont besoin des autres : le public se divertit dans des mises en scène de plus en plus incroyables, les organisateurs d’exhibitions gagnent de l’argent, les savants trouvent à bon compte des objets d’étude et pensent faire, ce faisant, progresser le savoir par leurs publications scientifiques (sans oublier de bénéficier de l’effet médiatique de telles manifestations pour leurs propres travaux).

  • 17 Après des exhibitions en Allemagne (tournées du célèbre Guillermo Farini), ils furent présentés à (...)
  • 18 Paul Topinard reprendra ses conclusions en mars 1889 dans la Revue d’Anthropologie, 3e série, t. 4 (...)
  • 19 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Baartman », L’Anthropologie, t. 27, (...)

20Au moment où le processus des exhibitions ethnographiques connaît une nette accélération, les Hottentots vont encore être à la mode. En France par exemple, en 188617, puis en 1888, Paul Topinard (1830-1911) se montrera interdit face à des Hottentots exhibés au Jardin d’Acclimatation de Paris : six hommes, cinq femmes et deux enfants, ainsi que le précise un article du mois d’août 188818 paru sous sa plume dans la revue La Nature. D’autres savants avaient été tout autant intrigués, cinq ans plus tôt, par la stéatopygie de « femmes hottentotes » amenées à Paris. Quelques années plus tard, en 1916, la mémoire de la Vénus est toujours présente dans les esprits puisqu’un article paru dans la revue L’Anthropologie commémore le centenaire de sa mort19.

  • 20 Lors de la séance du 29 janvier 2002 au Sénat on peut lire ce commentaire au sujet de la restituti (...)

21L’histoire de la Vénus aurait pu s’arrêter là… Mais le moulage en plâtre de Saartjie Baartman va être exposé au Muséum national d’histoire naturelle, avant d’être présenté (après plusieurs va-et-vient) au nouveau Musée de l’Homme, place du Trocadéro, jusqu’au milieu des années 7020. Ce corps moulé devint alors, d’un siècle à l’autre, le « symbole » de cette fascination pour ces « races », certes humaines, mais néanmoins étranges à nous-mêmes. On la range alors dans les « tiroirs de l’histoire » et du Musée de l’Homme (avant de retrouver ceux du Muséum récemment) en constatant que son destin n’est pas à la plus grande gloire des sciences de l’homme…

La Vénus hottentote du jardin d’Acclimatation Couverture de partition musicale (1888). © Groupe de recherche Achac / Coll. Gilles Boëtsch.

22À travers ce long cheminement, l’histoire de la « Vénus hottentote » est un point nodal de la naissance du processus des « zoos humains », et c’est sans aucun doute ce qui explique son omniprésence dans le socius occidental. Elle nous renseigne sur notre manière de faire de la science comme sur notre manière de construire l’identité d’autrui. Que la « Vénus hottentote » fût une femme facilite déjà (pour l’époque) une mise à distance assez radicale ; « Hottentote » de surcroît, elle se situe dans un ailleurs irréductible ; jugée difforme, elle fait le lien avec le monde des freaks. La sauvagerie s’exprime dans ce corps catalogué dans la rubrique des « monstruosités », tout du moins des corps extraordinaires ; mais, en réalité, c’est surtout un corps noir, féminin et nu, issu de la « sauvagerie » et « déformé » que l’on a montré en l’opposant aux corps blancs et vêtus des femmes européennes.

L’AFFIRMATION DES « ZOOS HUMAINS »

  • 21 Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., p. 28.

23Si le nombre des exhibitions va croissant jusqu’au milieu du xixe siècle, le phénomène reste parcellaire et ne constitue pas encore une « industrie », avec ses codes, ses professionnels ou son insertion dans les grandes manifestations coloniales. On trouve néanmoins des signes avant-coureurs d’un nouveau type de spectacle ethnique dès l’Exposition universelle de Londres de 1851 et la tournée des Zoulous de 1853. Passé ce moment, on assiste à l’éclosion progressive du modèle des « zoos humains »21, exhibition humaine d’« exotiques » plus ou moins racialisée — des « exhibitions ethniques » aux « villages nègres » —, exhibitions autonomes ou inscrites dans des dispositifs plus vastes, tels les expositions universelles ou coloniales.

  • 22 Notamment des Fidjiens présentés comme de véritables « mangeurs d’hommes ».

24La première troupe de ce type en Europe, pour marquer ces étapes à gros traits, est présentée par l’entreprise Hagenbeck en 1874 à Hambourg, l’année même où Barnum arrive en Europe, constituant pour toute l’Europe de l’Ouest et centrale une date-charnière dans la mutation des exhibitions humaines. Il s’agit d’une famille de six Lapons accompagnée d’une trentaine de rennes. En raison de son succès, l’Allemand Carl Hagenbeck (1844-1913) exporte ses exhibitions, notamment à Paris en 1877 au Jardin d’Acclimatation de Paris, et les professionnalise sous le nom d’expositions anthropozoologiques. De manière quasi simultanée, Charles Rau (1826-1887), de la Smithsonian Institution, propose en 1876 plusieurs exhibitions du même type dans le cadre de la Philadelphia Centennial Exhibition afin de montrer le « niveau extrêmement bas de nos lointains ancêtres »22 et a contrario le degré d’évolution des sociétés occidentales par rapport aux « sociétés primitives ».

  • 23 Lors de l’exposition de Chicago de 1894, le Japon était considéré à parité avec les autres puissan (...)

25C’est là une transformation décisive du statut de l’altérité, celle-ci devenant rationalisée et rationalisable sous l’angle d’une typologie raciale scientifiquement établie (ou en cours d’élaboration), dont l’étalon reste l’Occidental, et en particulier le Caucasien si cher à Cuvier pour son harmonie corporelle. Mais la « science des races » est rattrapée par le Progrès et les enjeux géostratégiques internationaux ; ainsi, le Japon, puissance moderne émergente, embrasse le modèle dominant à partir de l’Exposition universelle de Chicago de 189423. Exhiber l’autre devient un signe, visible et simple, de modernité et de grandeur, et certains pays, comme la Russie et le Japon, refuseront que certains de leurs concitoyens figurent dans les spectacles car cela les discréditerait.

26L’essor très rapide des « zoos humains » au cours de ces décennies est également inséparable de la quête d’identité qui affecte les sociétés du « vieux continent » dans le cadre de la construction des États-nations, comme de l’affirmation d’une « spécificité américaine » outre-Atlantique depuis la fin de la guerre de Sécession ou de la « modernité Meiji » au Japon depuis 1878. Ces visions ethnocentriques se construisent sur de multiples angoisses, produites par l’association des fulgurantes avancées de la science et de brusques mutations sociétales. Cette nouvelle configuration bouleverse tous les repères : spatiaux — la rupture ville-campagne, le maillage des transports —, temporels — vitesse de circulation totalement inédite, conquête des espaces coloniaux, accélération des rythmes de travail urbain —, sociaux — émergence du prolétariat industriel, déliquescence des solidarités communautaires et parfois familiales —, et culturels — rupture avec les traditions campagnardes au profit de la création d’une transcendance politique au cœur de la création des États-Nations. Ces transformations, s’accomplissant en seulement deux générations, sont d’une brutalité inouïe.

  • 24 L’exposition d’Ôsaka a accueilli plus de quatre millions de visiteurs.

27Dans le cas de l’Amérique, nation impériale et coloniale à la fois, et dont la forte minorité afro-américaine et la présence indienne constituent ses propres « sauvages », il convient de définir les lignes de forces de l’identité du pays et de ses populations, tout en affirmant un modèle racial qui trouve dans l’eugénisme nombre de ses référents. Au Japon, l’approche est double : convaincre qu’il existe un modèle racial du Japonais (par essence « supérieur ») en opposition aux « populations arriérées » qui l’entourent et mettre en scène les populations « potentiellement » colonisables par les nouvelles élites qui viennent d’accéder au pouvoir en les recrutant dans une périphérie géographiquement proche (Coréens, Taiwanais, Okinawaïens, Chinois…) La première « Exposition industrielle nationale » du Japon moderne s’organise d’ailleurs en 1877 à Tôkyô, mais c’est après la première guerre sino-japonaise de 1894-1895, que le rythme des expositions s’accentue et que les présences « coloniales » apparaissent. Ainsi, l’exposition de 1895 à Okazaki (Kyôto), propose un Pavillon de « spécimens coloniaux étrangers », mais aussi pour la première fois un « Pavillon Taiwan », tout juste un an après l’exposition de Chicago où le Japon a marqué l’opinion internationale et les visiteurs. Cette tendance s’affirme ensuite à Ôsaka en 190324 où le public découvre pour la première fois au Japon l’exhibition d’indigènes coloniaux ou de populations « exotiques » au sein d’un « Pavillon anthropologique », placé sous la tutelle des responsables de la Société d’anthropologie de Tôkyô.

Musée du Trocadéro En 1878, la France se dote d’un véritable musée ethnographique. © Library of Congress.

28En Europe, les grandes puissances confortent leurs choix coloniaux à travers leurs exhibitions, à partir notamment de la grande exposition d’Amsterdam en 1883 ou de l’exposition universelle parisienne de 1878 (alors que la France se dote au Trocadéro d’un véritable musée ethnographique) : la Grande-Bretagne avec l’Inde, la France avec l’Algérie, l’Indochine et l’Afrique noire, les Pays-Bas avec les Indes hollandaises ou le Surinam et, plus tard, la Belgique avec le Congo, l’Allemagne avec son installation au Togo et au Cameroun, l’Italie en Afrique du Nord-Est ou le Portugal en Afrique orientale. En même temps, l’Europe cherche à renforcer son hégémonie mondiale en affirmant sa maîtrise des autres « races » dont le destin est inexorablement dual : être placé sous sa conduite ou disparaître. Chacun des grands pôles de l’impérialisme occidental a puisé dans cette capacité à « exposer la différence » des arguments d’auto-légitimation des politiques réalisées dans les espaces ultramarins.

  • 25 C’est d’ailleurs une photographie de Guillermo Farini et de sa « troupe », commanditée pour la pro (...)

29Le xixe siècle est aussi l’époque de la rationalisation et de la « marchandisation » de toute monstration de la différence. Cirques, foires, expositions, carnavals se mettent à prospérer dans l’ensemble du monde occidental — avec une acuité particulière en Amérique — pour le plus grand plaisir des foules… et le plus grand profit des organisateurs. Cet engouement populaire pour la monstruosité est inséparable de la relégation des formes de l’altérité, dont Guillermo Farini (1838-1929) fut sans conteste l’un des maîtres du genre. Celui qui fut à l’origine un funambule et l’inventeur de « l’homme-canon », se recycla dans l’exhibition de monstres-exotiques — notamment en 1879 à Londres avec une troupe de « guerriers zoulous » —, avant de se spécialiser dans les Bushmen qu’il alla lui-même chercher dans le désert du Kalahari25.

  • 26 La mythologie des « frères-siamois » (ou « sœurs siamoises ») a été des mieux entretenues dans l’u (...)
  • 27 Ces « Aztecs » n’étaient pas, en l’occurrence, cannibales mais retardés mentaux.
  • 28 En réalité, ceux-ci venaient de l’Ohio, il s’agissait de deux frères exhibés dans différents spect (...)
  • 29 Un Afro-américain du nom de Henry Moss qui s’exhibait à Philadelphie avec une peau tachetée.
  • 30 Barnum exhibait un certain Vitiligo dans son spectacle, un Afro-américain atteint d’albinisme et d (...)

30Processus dialectique, la mise à distance de l’« anormal » s’accompagne de sa plus grande visibilité comme « monstre » à la fin du xviiie siècle. Les frères-siamois26, les derniers Aztecs27, les deux « sauvages » de Bornéo28, le « guerrier cannibale du Dahomey »29 ou les troupes d’Africaines albinos sont des passeurs entre le monde des « Freaks » et celui des « Ethnics ». Ces attractions ont été présentées par Barnum30 ou par d’autres imprésarios dans des mises en scène généralement inspirées des « mondes sauvages » avec vêtements et décors appropriés, ouvrant de nouveaux espaces à la mise en ordre du monde.

Indiens Galibis Affiche du Jardin zoologique d’Acclimatation de Paris, 1882. © Collection Groupe de recherche Achac.

  • 31 Bogdan (Robert), « Du spécimen à la scène : la naissance d’un genre », in Blanchard (Pascal) et al (...)

31Au cours de ces années, dans les nouvelles formes anthropologiques de désignation de l’altérité, l’« exotique-colonisé » prend peu à peu une place prépondérante et accompagne la croissance des exhibitions ethnographiques. L’Outre-mer, comme étrangeté, offre alors en effet une matière quasiment infinie où des « chercheurs de phénomènes chargés d’écumer le monde » se rendaient afin de « ramener des curiosités culturelles » pour les directeurs de cirques ou de troupes, ainsi que l’écrit Robert Bogdan31. Le contexte du temps, avec les récits des explorateurs ou des conquérants coloniaux relayés par la presse et les livres des romanciers, aidera à construire, autour de chaque individu exotique présenté, les mystères de continents lointains et de « civilisations étranges ».

  • 32 Mortillet (Gabriel de), « Exposition universelle de 1878. Palais du Trocadéro », La Nature, t. 6, (...)
  • 33 Voir à cet égard les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris de 1895 et sur ce développem (...)

32Le rôle des scientifiques est, dans ce dernier tiers du siècle, essentiel dans la légitimation des spectacles ethnographiques. En France, par exemple, l’organisation de l’Exposition universelle de 1878 leur offre une plus grande visibilité internationale, un relais médiatique : « Ce sera un honneur pour notre pays que de montrer en France le foyer central de la “science de l’homme” » écrit Henri Martin (1810-1883) en 1878 dans les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris. Ils exposent dans des vitrines des objets de l’âge de la pierre taillée, de la période des dolmens, de l’âge du bronze… Mais parallèlement à cette présentation essentiellement tournée vers le passé de l’homme et son évolution, on peut aussi rencontrer « Des étrangers de distinctions, un prince indigène javanais, des spahis, turcos, etc. Y figuraient les échantillons vivants des races éloignées », écrit Gabriel de Mortillet (1821-1898) en 1878 dans La Nature32. Les exhibitions deviennent ensuite de véritables laboratoires pour les savants. La pratique devient commune, notamment au Jardin d’Acclimatation et, en 1883, Ernest Chantre (1843-1924) étend la démarche à la province en profitant de la venue à Lyon de cinq Zoulous pour effectuer des mesures anthropométriques. En 1895, lors de l’exposition soudanaise du champ de Mars, le directeur invite directement les membres de la Société d’anthropologie de Paris à venir voir les centaines de « Nègres »33.

  • 34 Topinard (Paul), « Les races humaines », La Nature, t. 16, 1888, no 2 pp. 341-343.

33Paul Topinard, secrétaire général de la Société d’anthropologie de Paris, dans un article consacré aux « Races humaines » et publié dans La Nature en 1888, constatait d’ailleurs que depuis « une quinzaine d’années, le grand public prend goût aux exhibitions de races sauvages » surtout à celles des « derniers témoins d’un âge en voie de disparition et qu’il ne sera plus donné à nos petits-fils de contempler »34. Il fait référence aux aborigènes d’Australie que le directeur du Jardin d’Acclimatation de Paris, Albert Geoffroy Saint-Hilaire (1835-1919) a fait venir à la suite de Lapons, Fuégiens, Nubiens et autres « populations exotiques ». Paul Topinard voit dans ces démonstrations non seulement la possibilité de réaliser l’étude de spécimens de « races » citées dans les ouvrages scientifiques, mais surtout une opportunité pour récolter de précieuses données sur des « races » vouées à l’extinction, se plaçant ainsi dans une perspective zoologique, voire paléontologique. La science semble unanime.

  • 35 En Allemagne, par exemple, la volonté de croiser spectacle et science atteint son apogée en 1889. (...)
  • 36 Au Japon, la Société d’anthropologie de Tokyo n’est créée qu’en 1884, mais devient un acteur majeu (...)
  • 37 Le point de départ aux États-Unis, de façon explicite, reste l’exposition de Chicago en 1893.
  • 38 Très tôt, les membres de la Société d’anthropologie de Paris font la différence entre les « bonnes (...)
  • 39 André Langaney rappelle que si les anthropologues « de l’époque se donnèrent souvent beaucoup de m (...)

34Mais, assez rapidement — entre 1885 et 1890 en Europe occidentale35, plus tardivement au Japon36 et aux États-Unis37 — la plupart des anthropologues prend ses distances avec ces spectacles, en soulignant leurs aspects mercantiles38 ou en considérant que les « spécimens » présentés manquent « d’authenticité »39, critique émise notamment par Paul Nicole au sujet des Fuégiens et par l’anthropologue français Léonce Manouvrier (1850-1927) en 1882. C’est donc principalement sur la « qualité » des spécimens proposés que portent ces premières réserves.

  • 40 Varigny (Henri de), « La Tunisie à l’Exposition universelle de 1889 », La Nature, t. 18, 1890, no  (...)

35De fait, en 1886, les membres de la Société refusent de se rendre à l’exhibition de Ceylanais, non pour des raisons « morales », mais au motif que celle-ci ressemble plus à du cirque qu’à une exhibition « ethnographique ». Néanmoins, la « mode » n’en disparaît pas totalement et comme le souligne Henry de Varigny (1855-1934) dans La Nature, à l’occasion du passage d’une troupe pour l’Exposition universelle de 1889 : « Jamais les naturels n’ont été plus palpés, manipulés, examinés de leur vie et je me rappellerai longtemps la curiosité intense avec laquelle l’un des plus éminents savants de Vienne faisait main basse sur chaque indigène qui passait à portée et lui palpait le crâne comme s’il eût voulu en enfoncer les parois »40. Le xxe siècle peut alors commencer, et même si les critiques des savants sont de plus en plus évidentes, il est trop tard pour que celles-ci aient la moindre portée sur l’essor du phénomène.

CROISSANCE, APOGÉE ET DISPARITION DU GENRE

36La mode des exhibitions ethnographiques et coloniales prend de multiples formes au tournant des deux siècles. Les cirques, les grandes tournées à la Buffalo Bill, les théâtres et cafés-théâtres, les villages itinérants et les troupes rassemblées dans les jardins d’acclimatation se multiplient en nombre et en formes spécifiques propres à chaque pays, mais c’est surtout dans les grandes expositions (universelles et coloniales) que le genre va trouver ses millions de visiteurs et s’inscrire de façon définitive dans un certain regard sur le monde.

  • 41 Voir les différentes contributions de l’auteur in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhib (...)
  • 42 Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas) & Vergès (Françoise), La République coloniale, Paris : Albin (...)
  • 43 Labanca (Nicola), L’Africa in vetrina. Storie di musei e di esposizini coloniali in Italia, Trévis (...)
  • 44 MacKenzie (John), Propaganda and Empire. The Manipulation of British Public Opinion, 1880-1960, Ma (...)
  • 45 De Moor (Françoise) & Jacquemin (Jean-Pierre), Notre Congo / Onze Kongo (la propagande coloniale b (...)
  • 46 En 1855, 1867, 1878, 1900, 1925 et 1937 [Demeulenaere-Douyère (Christiane) (sous la dir.), Exotiqu (...)
  • 47 En 1894, 1895, 1901-1902, 1906, 1907, 1909, 1911, 1914, 1922, 1923, 1924, 1927, 1930, 1931, 1935 e (...)
  • 48 Comme celles de 1851, 1874, 1884, 1887, 1888, 1899, 1901, 1907 et 1938 à Glasgow ou à Londres [Hof (...)
  • 49 En Nouvelle-Zélande (trois fois), en Jamaïque (1891), Tasmanie et Australie (1879, 1888, 1891, 189 (...)
  • 50 Breckenridge (Carol A.), « The Aesthetics and Politics of Colonial Collecting : India at World Fai (...)

37En Europe, les expositions sont alors conçues pour glorifier les réalisations et les projets des puissances impériales41, et en premier lieu ceux de la France42, de l’Italie43, de la Grande-Bretagne44 et de la Belgique45. Dans le cas du Japon (avec les Coréens ou les Formosans) ou des États-Unis (avec les Philippins) le processus est identique. C’est ainsi qu’au cours du xxe siècle, le « Sauvage » se transforme progressivement en « indigène », en « artisan-exotique » ou en « artiste exotique », sous les yeux des spectateurs. Alors que la France — qui se fait une « spécialité » des expositions universelles et internationales46, ainsi que des expositions coloniales de grande ampleur, ou salons coloniaux47, comme des « villages noirs » itinérants — et que l’Allemagne ou la Suisse se « spécialisent » dans le genre ethnique, la Grande-Bretagne développe un phénomène hybride entre ces deux tendances fortes. Outre les expositions organisées en métropole48, mais aussi celles de 1908 (Franco-British Exhibition), de 1909 (Imperial International), de 1911 (Coronation), de 1914 (Anglo-American) ou celle de 1924-1925 à Wembley, avec ses vingt-cinq millions de visiteurs, ce type de manifestations est organisé dans tout l’empire49. Mais le tournant majeur se situe entre l’exposition indienne de 1886 et la Greater Britain Exhibition de 189950. Pour cette dernière, le point d’orgue fut le Kafir Kraal mettant en scène l’Afrique du Sud « sauvage » maîtrisée par l’homme blanc. Le succès fut tel, que l’attraction sera programmée l’année suivante à Paris pour l’Exposition universelle, à la Porte Maillot, sous le titre « L’Afrique sauvage ».

Harrison et les pygmées du Congo Carte postale, Londres, 1905. © Collection Groupe de recherche Achac.

Peaux-Rouges & caravane indienne
Cartes postales du Jardin zoologique d’Acclimatation de Paris, 1906 (bas) et 1911 (haut). © Collection Groupe de recherche Achac.

  • 51 Saunders (Matthew), « End of an Empire. Palace of Engineering, 1924 British Empire Exhibition, Wem (...)
  • 52 La Britain Can Make it Exhibition de 1946 ou le Festival of Britain de Londres en 1951 montreront (...)
  • 53 Çelik (Zeynep) & Kinney (Leila), « Ethnography and Exhibitionism at the Expositions universelles » (...)

38Après-guerre, c’est l’exposition de Wembley en 1924-192551 qui marque une première rupture dans le processus des exhibitions coloniales. À partir de cette date et jusqu’en 1938, la présence des « villages ethniques » se trouve progressivement reléguée au second plan, s’effaçant devant une démonstration impériale qui met en relief le développement économique et la puissance de l’empire britannique52. Quant à la France, on note une rupture dès l’Exposition nationale coloniale de 1922 à Marseille, au cours de laquelle la stigmatisation raciale est largement euphémisée au profit d’une ode à la « mission civilisatrice »53 et d’un spectacle de plus en plus mercantile.

  • 54 Benedict (Burton) (sous la dir.), The Anthropology of World’s Fairs, San Francisco’s Panama Pacifi (...)
  • 55 Sans doute l’exposition sur laquelle nous disposons du plus grand nombre de travaux et études [Gep (...)

39Pour les États-Unis, le phénomène est plus complexe, même si on peut situer ce changement d’exhibition de l’exotique — et encore avec beaucoup de réserves — lors de l’exposition de San Francisco en 191554. La mise en scène des « minorités », comme des peuples « exotiques », prend après la Première Guerre mondiale une dimension nouvelle puis s’efface devant la modernité affichée dans les grandes expositions américaines, dont les moments marquants furent Philadelphie (1876), New Orleans (1884-1885), Chicago (1893)55, San Francisco (1894), Atlanta (1895), Buffalo et Charleston (1901), St. Louis (1904), Portland (1905), Jamestown (1907) et Seattle (1909). C’est surtout dans le monde du spectacle et du cirque, puis dans l’univers cinématographique, que cette frontière invisible entre « Eux » et « Nous » perdure. Certes, on retrouve encore des « pavillons égyptiens » et des « spectacles de Peaux-Rouges », mais c’est beaucoup plus une « invitation au voyage » hollywoodienne qui est offerte au public et qui joue à merveille des registres du rêve et du spectacle. Après la Première Guerre mondiale, la modernité et la vision du futur l’emportent sur les « mondes archaïques », et les grandes expositions américaines construisent une autre dialectique du monde, notamment à Chicago (1933-1934), ainsi qu’à New York et San Francisco (1939-1940).

Kolonial Ausstellung Affiche de l’Exposition coloniale de Stuttgart (2 juin-5 août 1928). © Groupe de recherche Achac / Coll. part.

  • 56 Nanta (Arnaud), « Les expositions coloniales et la hiérarchie des peuples dans le Japon moderne »,(...)

40En ce qui concerne le Japon, des pavillons coloniaux et ethnographiques se généralisent dans les expositions à partir de 1914, et cela jusqu’à la Seconde Guerre mondiale56. Lors de l’exposition « Tôkyô-Taishô » de 1914, on dénombre un pavillon Taiwan, un pavillon Karafuto (Sakhaline), un pavillon Mandchourie, un pavillon « Mise en valeur » et un pavillon Corée, c’est-à-dire des exhibitions de l’ensemble des régions du futur empire colonial japonais. Lors de l’exposition de 1922, les nouveaux pavillons Nanyô (les Mers du Sud) et de Sibérie offrent également une dimension ethnographique. Les expositions de l’entre deux-guerres, de plus en plus militaires et impériales, vont dès lors intégrer régulièrement les populations « coloniales » dans ces grandes apothéoses de la puissance nippone qui s’étend sur l’Asie.

41En Europe, aux côtés des expositions populaires, le village itinérant (qui peut faire une halte dans une grande exposition) va très vite emblématiser le processus. Une touche d’exotisme, une pincée d’artisanat pour « touristes », quelques oripeaux sous-tendant la « mission civilisatrice » en marche offrent les éléments essentiels du programme avec, bien entendu, des attractions et des divertissements réguliers. Ces villages fonctionnent selon un modèle assez répétitif : la danse ou les processions accompagnées de musique ; les déguisements pittoresques et les « noms » de troupes interchangeables ; la proximité avec les animaux dans un décor exotique ; l’artisanat destiné aux visiteurs ou les reproductions d’« écoles » dans lesquelles les enfants « s’essayent » à l’alphabet ou la « mosquée » ; les attractions « distrayantes », allant des enfants plongeant dans un bassin pour récupérer des pièces de monnaie aux « naissances au village », en passant par la préparation du repas réalisé par les femmes…

  • 57 À titre d’exemple, l’histoire de Clicko, jeune « Khoisan » qui s’exhiba en Europe et à Cuba dans s (...)

42Avec le « village », le premier conflit mondial annonce, aussi bien aux États-Unis et au Japon qu’en Europe, un moment charnière dans l’évolution des exhibitions ethniques, où les visiteurs semblent prendre leur distance (tout en se rapprochant des exhibés) et où l’imagination des imprésarios ne semble plus répondre aux attentes du public. Les formes les plus triviales et caricaturales de l’exhibition se recentrent sur le monde du cirque, accentuant même l’image du sauvage-burlesque57, alors que l’univers colonial et scientifique (en premier lieu l’eugénisme) se détache progressivement des exhibitions ethnographiques.

Installation du Village Noir
Exposition coloniale de Lyon, carte postale, Paris : B. F., 1914. © Collection Groupe de recherche Achac.

  • 58 Avec l’Exposição colonial Portuguesa organisée en 1934.
  • 59 Avec l’Exposição do Mundo Português organisée en 1940 [Léonard (Yves), « L’exposition du monde por (...)

43Les années 1930 amorcent un arrêt progressif mais significatif des exhibitions de « sauvages », d’« exotiques » et de « monstres ». Le processus n’est pas uniforme dans tous les pays. Par exemple, le Portugal en 193458 et en 194059 organise tardivement la venue de plusieurs troupes « indigènes » pour soutenir son entreprise coloniale et le mouvement de sensibilisation de l’opinion publique. De même, l’Italie, engagée dans une vague de conquêtes en Éthiopie, maintient ponctuellement la présence de villages africains dans ses grandes expositions jusqu’au village indigène de l’Afrique orientale italienne présenté à Naples en 1940. Cette propagande est pourtant de plus en plus diffuse. En Allemagne sous la forme des Deutsche Afrikaschau et en Suisse, où ceux-ci trouvent encore un public sous des formes de présentations ethnographiques traditionnelles, les exhibitions sont encore d’actualité, même si le rythme a fortement baissé. Ces notables exceptions ne contredisent en rien la baisse de popularité irréversible du genre.

  • 60 Comme le précise Hilke Thode-Arora, les exhibitions d’Hagenbeck avaient repris « timidement dans l (...)
  • 61 Staehelin (Balthasar), Völkerschauen im Zoologischen Garten Basel, 1879-1935, Bâle : Basler Afrika (...)
  • 62 En 1931, les autorités françaises doivent faire face à des plaintes concernant l’exhibition, au Ja (...)

44Le « zoo humain » est maintenant en décalage avec la demande sociale. C’est évident à travers l’échec d’Hagenbeck60 dont les deux ultimes manifestations — la présentation d’une troupe de « canaques » venue de France en 1931 et d’une « troupe tcherkesse » en 1932 — marquent le déclin en Allemagne d’un processus jalonné par un peu plus de soixante-dix ethnics shows. Les dernières tournées ethnographiques semblent, alors, ne plus rencontrer les importants publics de la génération précédente et ce dans toute l’Europe : à Bâle61, à Stockholm, à Milan ou avec la troupe des « négresses à plateaux Sara-Kaba » à Cologne. En France, les autorités coloniales interdisent les recrutements privés dans les colonies après l’épisode tragique des Kanaks en 193162. Au lendemain du conflit, les expositions internationales vont se détacher du modèle (sauf en 1958 à Bruxelles), et même les foires régionales prennent de plus en plus de distance avec l’exhibition du « sauvage » qui n’est plus un « objet » en soi pour la dialectique sur la mission civilisatrice, la modernité ou même la construction d’un discours savant. Le style inauguré par la Vénus n’est plus… C’est sur les écrans de cinéma que la différence se construit désormais et qu’elle fascine.

UNE HISTOIRE… APRÈS L’HISTOIRE

  • 63 « C’est un jour historique, affirme le président sud-africain, C’est l’histoire de la perte de not (...)

45Pourtant, l’histoire de la « Vénus Hottentote » ne pouvait se terminer avec la fin des exhibitions, ni sur les étagères ou dans le hall du Musée de l’Homme (en 1976, quarante ans après les dernières grandes exhibitions) sans que cette histoire ne fasse retour par la suite au regard de sa place majeure dans ce récit. Elle va donc reprendre son fil interrompu au début du xxie siècle. En avril 2002, après de longs mois de négociations, dans les locaux de l’ambassade d’Afrique du Sud en France, en présence d’officiels sud-africains et du ministre français de la recherche, Roger-Gérard Schwartzenberg, les « restes » de Saartjie Baartman seront remis à l’ambassadrice d’Afrique du Sud à Paris. Le communiqué commun explique alors : « Par la loi du 6 mars 2002, la France a décidé de remettre à la République d’Afrique du Sud la dépouille de Saartjie Baartman, décédée à Paris en décembre 1815 et dont les restes ont été conservés jusqu’à ce jour au Muséum national d’histoire naturelle […] Cette restitution témoigne de la volonté de la France et de la République d’Afrique du Sud de rendre sa dignité à Saartjie Baartman et de faire en sorte que sa dépouille puisse reposer en paix en Afrique du Sud… » Le 9 août 2002, elle sera inhumée en présence du président sud-africain63, au cours d’une cérémonie nationale.

46De toute évidence, le regard morbide porté sur son corps déformé, sa bestialité supposée, la croyance en un appétit sexuel hors du commun, entretenaient le trouble chez les hommes. En même temps, par son étrangeté, ce corps féminin les rassurait sur leur supériorité et participait fortement à la construction d’un regard racial. À l’époque, les Hottentots, les Bochimans, les Pygmées, les « Caraïbes » et les aborigènes australiens détenaient les places les plus basses dans la hiérarchie des « races » proposée par le discours anthropologique, qui les situait à peine au-dessus des chimpanzés et des orangs-outans.

  • 64 Pour une bibliographie complète sur cette thématique nous renvoyons aux deux publications citées e (...)

47Cette vision raciale du monde s’est imposée dans les siècles à venir et va accompagner le processus des exhibitions ethnographiques. Deux siècles plus tard, son « image » fait encore débat. Je l’ai personnellement vécu en préparant l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage pour le Musée du quai Branly de 2011-2012 avec les deux autres commissaires de l’exposition : fallait-il ou non présenter au public le moulage de son corps ou son ombre projetée pour éviter tout sensationnalisme ? Le débat fut vif, les désaccords réels, les arguments se superposaient et, au final, aucune décision à l’unanimité ne s’est imposée. À la majorité relative, la décision fut prise de ne pas montrer (et de ne pas demander au muséum et à l’ambassade d’Afrique du sud une autorisation) le moulage de son corps qui avait été exposé pour la dernière fois au Musée de l’homme lors d’une exposition (en partie caché et en caisse) à la veille de sa fermeture pour rénovation. Décidément, la « Vénus hottentote » reste encore dans le présent un sujet majeur de débats dès lors que l’on souhaite appréhender la question des « zoos humains »64.

Notes

1 Cet article reprend et synthétise de nombreux travaux publiés dans le catalogue de l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage [Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles) & Snoep (Nanette) (sous la dir.), Arles : Actes Sud ; Paris : Musée du quai Branly, 382 p.] et dans l’ouvrage collectif Zoos humains et exhibitions coloniales : 150 ans d’inventions de l’Autre [Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas), Boëtsch (Gilles), Deroo (Eric) & Lemaire (Sandrine) (sous la dir.), Paris : La Découverte, 599 p.] parus tous les deux en 2011, afin de suivre le fil conducteur entre l’exhibition de la « Vénus hottentote » et l’évolution des exhibitions ethnographiques. Il convient de rendre à chacun un peu (ou beaucoup) de cet article, en particulier à Gilles Boëtsch pour les différents textes que nous avons rédigés ensemble (notamment sur la Vénus hottentote), à Nanette Snoep avec qui nous avons co-dirigé le catalogue de l’exposition du Musée du quai Branly et aussi à l’équipe fondatrice de tous nos travaux sur les « zoos humains », et notamment Nicolas Bancel, Sandrine Lemaire et Eric Deroo.

2 Bambridge (Tamatoa), « Les premiers Polynésiens en Europe et l’imaginaire occidental », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 257-264.

3 Baratay (Eric), « Le frisson sauvage : les zoos comme mise en scène de la curiosité », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., p. 83.

4 Fauvelle-Aymar (Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 214-220.

5 Dans le prolongement de la pratique plus ancienne d’exhiber des corps monstrueux, dont la Bartholomew Fair s’était faite la spécialité en Grande-Bretagne [Garland-Thomson (Rosemarie), « Du prodige à l’erreur : les monstres de l’Antiquité à nos jours », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 65-76].

6 Fauvelle-Aymar (Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 214-220.

7 Cette tournée a fasciné Charles Dickens au point qu’il écrit, par la suite, un texte contre le mythe du « bon sauvage » [Lindfors (Bernth) (sous la dir.), Africans on Stage, Studies in Ethnological Show Business, Indianapolis, Indiana University Press, 1999 et Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., p. 69].

8 Aimone (Linda) & Olmo (Carlo), Li esposizioni universali, 1851-1900 : il progresso in scena, Turin : Umberto Allemandi, 1990, 320 p.

9 Aimone (Linda) & Olmo (Carlo), Li esposizioni universali, op. cit. ; et les deux articles de Pascal Blanchard et Volker Barth dans le catalogue d’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit.

10 Brown (Richard D.), Modernization, The Transformation of American Life, 1600-1865, New York : Hill & Wang, 1976, 229 p.

11 Harris (Neil), Humbug : The Art of P.T. Barnum, Boston, Little Brown, 1973 ; Lindfors (Berth), « Circus Africans », Journal of American Culture, no 6/2, 1983, pp. 9-14.

12 Boëtsch (Gilles) & Gagnepain (Jean) (sous la dir.), Du Big foot au Yéti, anthropologie de l’imaginaire, Quinson : Musée de préhistoire des gorges du Verdon, 2008, 139 p. ; et la contribution de Gilles Boëtsch dans le catalogue Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., pp. 78-83.

13 Bogdan (Robert), « When the Exotic Becomes a Show », in Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas), Boëtsch (Gilles), Deroo (Eric), Lemaire (Sandrine) & Forsdick (Charles) (sous la dir.), Human Zoos. Science and Spectacle in the Age of Colonial Empires, Liverpool : Liverpool University Press, 2008, pp. 89-94.

14 Ces paragraphes développent l’article de Boëtsch (Gilles) & Blanchard (Pascal), in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 95-105.

15 Buffon (Georges Louis Leclerc de), De l’Homme, Duchet Michèle (éd.), Paris : L’Harmattan, 2006, p. 286.

16 Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., p. 59.

17 Après des exhibitions en Allemagne (tournées du célèbre Guillermo Farini), ils furent présentés à Paris sous le terme générique de « Pygmées de l’Afrique », notamment aux Folies-Bergère. En réalité, ce sont des « Bochimans » originaires d’Afrique du Sud. Voir les contributions et illustrations dans Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., pp. 264-265.

18 Paul Topinard reprendra ses conclusions en mars 1889 dans la Revue d’Anthropologie, 3e série, t. 4, sous le titre « La Stéatopygie des Hottentots du Jardin d’acclimatation », pp. 194-199.

19 Verneau (René), « Le centième anniversaire de la mort de Sarah Baartman », L’Anthropologie, t. 27, 1916, pp. 177-179. C’est d’ailleurs cet auteur qui va initier la légende que Sarah Baartman se prostituait, à Londres comme à Paris… et quelques autres délires de ce type.

20 Lors de la séance du 29 janvier 2002 au Sénat on peut lire ce commentaire au sujet de la restitution de son corps à l’Afrique du Sud : « Ainsi, pourquoi n’avoir retiré qu’en 1976 des galeries [du Musée de l’Homme] ouvertes au public le squelette et le moulage du corps de Saartjie Baartman ? Je préfère y voir la conséquence de négligences plutôt que la marque d’une certaine complaisance pour des théories scientifiques qui n’ont plus cours, fort heureusement, depuis longtemps. Enfin, qu’est-il advenu des bocaux contenant les pièces anatomiques prélevées lors de la dissection par Cuvier de Saartjie Baartman ? Il semblerait qu’ils aient purement et simplement disparu ; aucun inventaire n’en fait mention. À mes questions, lors de mon passage sur place, le Muséum a répondu par des explications assez vagues : ils auraient été détruits lorsque l’étagère sur laquelle ils étaient entreposés s’est effondrée. Quand ? On ne sait pas ; en 1983 ou 1984. Cette réponse est pour le moins préoccupante s’agissant de pièces figurant dans des collections nationales et, de surcroît, de restes humains. » [M. Philippe Richert, rapporteur au Sénat au nom de la commission des affaires culturelles no 177 sur la proposition de loi no 114 (2001-2002)].

21 Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., p. 28.

22 Notamment des Fidjiens présentés comme de véritables « mangeurs d’hommes ».

23 Lors de l’exposition de Chicago de 1894, le Japon était considéré à parité avec les autres puissances occidentales et se voit allouer la même surface que la France, l’Angleterre, la Belgique, l’Autriche et les États-Unis pour son pavillon, qui comporte, d’ailleurs, une section Anthropologie et un « village aïnou ».

24 L’exposition d’Ôsaka a accueilli plus de quatre millions de visiteurs.

25 C’est d’ailleurs une photographie de Guillermo Farini et de sa « troupe », commanditée pour la promotion de son spectacle, qui a servi de modèle pour l’affiche de l’exposition « Exhibitions. L’invention du sauvage » tenue au Musée du quai Branly en 2011-2012.

26 La mythologie des « frères-siamois » (ou « sœurs siamoises ») a été des mieux entretenues dans l’univers des exhibitions de monstres, depuis les siamois chinois exhibés à New York par Barnum. Par la suite, le destin des frères Chang et Heng, d’origine thaïlandaise, qui arrivent à Boston en 1829 est symbolique de la rencontre du monde du spectacle et de celui de la science. En effet, à cette occasion, le professeur John Waren, de l’université de Boston, cautionne cette exhibition et la tournée qui s’organise en Europe en 1830. En 1835, les frères siamois rejoignent Barnum puis, devenant leur propre imprésario, s’exhibent jusqu’en 1869 aux États-Unis.

27 Ces « Aztecs » n’étaient pas, en l’occurrence, cannibales mais retardés mentaux.

28 En réalité, ceux-ci venaient de l’Ohio, il s’agissait de deux frères exhibés dans différents spectacles à succès de 1852 à 1905.

29 Un Afro-américain du nom de Henry Moss qui s’exhibait à Philadelphie avec une peau tachetée.

30 Barnum exhibait un certain Vitiligo dans son spectacle, un Afro-américain atteint d’albinisme et de microcéphalie, en le présentant comme le « chaînon manquant » entre l’homme et le singe.

31 Bogdan (Robert), « Du spécimen à la scène : la naissance d’un genre », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit., pp. 56-73.

32 Mortillet (Gabriel de), « Exposition universelle de 1878. Palais du Trocadéro », La Nature, t. 6, 1878, no 2, pp. 273-274.

33 Voir à cet égard les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris de 1895 et sur ce développement, Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas), Boëtsch (Gilles), Deroo (Eric) & Lemaire (Sandrine), « La longue histoire du zoo humain », introduction in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 29 et suiv.

34 Topinard (Paul), « Les races humaines », La Nature, t. 16, 1888, no 2 pp. 341-343.

35 En Allemagne, par exemple, la volonté de croiser spectacle et science atteint son apogée en 1889. Cette année-là, est organisée l’Exposition ethnographique de Munich, sorte de « galerie humaine » à l’échelle du monde, dans laquelle on retrouvait le corps momifié de la « femme-gorille » Juliana Pastrana, née à Mexico en 1832 (dont certains pensaient qu’elle pouvait être le « chaînon manquant »), aux côtés d’autres « peuples exotiques ».

36 Au Japon, la Société d’anthropologie de Tokyo n’est créée qu’en 1884, mais devient un acteur majeur des exhibitions ethnographiques présentées, par la suite, dans les grandes expositions de l’archipel.

37 Le point de départ aux États-Unis, de façon explicite, reste l’exposition de Chicago en 1893.

38 Très tôt, les membres de la Société d’anthropologie de Paris font la différence entre les « bonnes attractions anthropologiques » et les autres.

39 André Langaney rappelle que si les anthropologues « de l’époque se donnèrent souvent beaucoup de mal pour collecter, ils furent souvent bien légers dans la documentation de leur source et de l’origine des spécimens, que ce soit par négligence ou parce que les conditions clandestines de collecte ne fournissaient pas l’information », « Collections humaines et sciences inhumaines : échantillons et reliques », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., p. 505.

40 Varigny (Henri de), « La Tunisie à l’Exposition universelle de 1889 », La Nature, t. 18, 1890, no 1, pp. 9-11.

41 Voir les différentes contributions de l’auteur in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit.

42 Blanchard (Pascal), Bancel (Nicolas) & Vergès (Françoise), La République coloniale, Paris : Albin Michel, 2003 [2005].

43 Labanca (Nicola), L’Africa in vetrina. Storie di musei e di esposizini coloniali in Italia, Trévise : Pagus Edizioni, 1992, 222 p. ; Palma (Silvana), L’Italia coloniale, Rome : Editori Riuniti, 1999, 191 p. ; Abbattista (Guido) & Labanca (Nicola), « Expositions ethnologiques et coloniales vivantes en Italie fasciste et libérale », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 414-425.

44 MacKenzie (John), Propaganda and Empire. The Manipulation of British Public Opinion, 1880-1960, Manchester : Manchester University Press, 1984, 277 p. ; Hoffenberg (Peter H.), An Empire on Display : English, Indian, and Australian Exhibitions from the Crystal Palace to the Great War, Los Angeles : University of California Press, 2001, 418 p.

45 De Moor (Françoise) & Jacquemin (Jean-Pierre), Notre Congo / Onze Kongo (la propagande coloniale belge : fragments pour une étude critique), Bruxelles : CEC, 2000, 85 p. ; Jacquemin (Jean-Pierre), Racisme, continent obscur. Clichés, stéréotypes, phantasmes à propos des Noirs dans le royaume de Belgique, Bruxelles : CEC/Le Noir du Blanc, 1991, 215 p. ; Jacquemin (Jean-Pierre) et alii, Zaïre 1885-1985, Cent ans de regards belges, Bruxelles : CEC, 1985, 191 p.

46 En 1855, 1867, 1878, 1900, 1925 et 1937 [Demeulenaere-Douyère (Christiane) (sous la dir.), Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extra-européennes. France, 1855-1937, Paris : Somogy ; Archives nationales, 2010, 215 p. ; Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Exhibitions. L’invention du sauvage, op. cit.]

47 En 1894, 1895, 1901-1902, 1906, 1907, 1909, 1911, 1914, 1922, 1923, 1924, 1927, 1930, 1931, 1935 et 1940 [Blanchard (Pascal), Lemaire (Sandrine) & Bancel (Nicolas) (sous la dir.), Culture coloniale en France. De la Révolution française à nos jours, Paris : CNRS Éditions ; Éditions Autrement, 2008, 761 p.]

48 Comme celles de 1851, 1874, 1884, 1887, 1888, 1899, 1901, 1907 et 1938 à Glasgow ou à Londres [Hoffenberg (Peter Henry), To Create a Commonwealth : Empire and Nation at English, Australian and Indian Exhibitions, 1851-1914, thèse de doctorat, Berkeley : University of California, 1993, 556 p.]

49 En Nouvelle-Zélande (trois fois), en Jamaïque (1891), Tasmanie et Australie (1879, 1888, 1891, 1894, 1897), Afrique du Sud (1877, 1936) ou Inde (1883, 1910).

50 Breckenridge (Carol A.), « The Aesthetics and Politics of Colonial Collecting : India at World Fairs », Comparative Studies in Society and History, no 31/2, avril 1989, p. 18.

51 Saunders (Matthew), « End of an Empire. Palace of Engineering, 1924 British Empire Exhibition, Wembley », Concrete Quarterly, avril 1978, p. 88.

52 La Britain Can Make it Exhibition de 1946 ou le Festival of Britain de Londres en 1951 montreront que le temps des grandes expositions impériales est terminé sous la forme connue avant Wembley.

53 Çelik (Zeynep) & Kinney (Leila), « Ethnography and Exhibitionism at the Expositions universelles », Assemblages, no 13, 1990, pp. 34-59.

54 Benedict (Burton) (sous la dir.), The Anthropology of World’s Fairs, San Francisco’s Panama Pacific International Exposition of 1915, Berkeley : Scholar Press, 1983, 175 p.

55 Sans doute l’exposition sur laquelle nous disposons du plus grand nombre de travaux et études [Geppert (Alexander), Coffey (Jean) & Lau (Tammy), International Exhibitions, Expositions universelles and World’s Fairs, 1851-1951, http://www.lib.csufresno.edu/SubjectRessources/SpecialCollections/WorldFairs/Secondarybiblio.pdf ; ainsi que Rydell (Robert W.), « The Literature of International Expositions », in The Books of the Fairs ; Materials about World’s Fairs, 1834-1916, Chicago : American Library Association, 1992, 268 p.]

56 Nanta (Arnaud), « Les expositions coloniales et la hiérarchie des peuples dans le Japon moderne », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., pp. 373-384.

57 À titre d’exemple, l’histoire de Clicko, jeune « Khoisan » qui s’exhiba en Europe et à Cuba dans son spectacle « wild dancing Bushman » à partir de 1913, avant de rejoindre la troupe de Barnum et Bailey, pour mourir alcoolique et à moitié fou à New York en 1940 ; ou celle de Joseph Lee, Afro-américain, qui joua au « sauvage africain » originaire du Dahomey et devint une véritable « star » aux États-Unis.

58 Avec l’Exposição colonial Portuguesa organisée en 1934.

59 Avec l’Exposição do Mundo Português organisée en 1940 [Léonard (Yves), « L’exposition du monde portugais 1940 », Vingtième Siècle, avril-juin, 1999, p. 27].

60 Comme le précise Hilke Thode-Arora, les exhibitions d’Hagenbeck avaient repris « timidement dans les années 1920, sans jamais toutefois renouer avec la splendeur et le succès d’antan » [Thode-Arora (Hilke), « Hagenbeck et les tournées européennes : l’élaboration du zoo humain », in Blanchard (Pascal) et alii (sous la dir.), Zoos humains et exhibitions coloniales, op. cit., p. 151 ; Thode-Arora (Hilke), Fur funfzig Pfennig um die Welt, Die Hagenbeckschen Völkerschauen, New York ; Francfort : Campus Verlag, 1989, 204 p.]

61 Staehelin (Balthasar), Völkerschauen im Zoologischen Garten Basel, 1879-1935, Bâle : Basler Afrika Bibliographien, 1993, 182 p. ; Ryhiner (Nicolas E.), Die afrikanische Nacht. Skandal im Basler Zoo, Bâle-Roman : GGS-Verlag, 1995, 230 p.

62 En 1931, les autorités françaises doivent faire face à des plaintes concernant l’exhibition, au Jardin d’Acclimatation de Paris et en Allemagne, de Kanaks que l’on présente comme « cannibales ». Ce type d’exhibition ne cadrant plus avec la « propagande coloniale moderne », les autorités s’empressent de renvoyer cette troupe en Nouvelle-Calédonie à la fin de l’année 1931.

63 « C’est un jour historique, affirme le président sud-africain, C’est l’histoire de la perte de notre ancienne liberté. C’est l’histoire de la perte de notre terre. C’est l’histoire de notre réduction au rang d’objet que l’on pouvait posséder, utiliser et manipuler à sa guise » (Président Thabo Mbeki, Funérailles nationales de la « Vénus hottentote », août 2002).

64 Pour une bibliographie complète sur cette thématique nous renvoyons aux deux publications citées en première note.

Table des illustrations

Légende Les races humaines Couverture (détail) de l’ouvrage de Victor Huen (1921).© Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Souvenir de Barnum & Bailey« Les rigolos de Barnum & Bailey », carte postale no 9 (détail) éditée par Courmont frères, Paris : Imp. Courmont frères, 1905. © Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Jeune hottentote Betty, âgée de neuf ans, photographiée par Fernand Delisle vers 1890 (d’après tirage sur papier albuminé).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Légende La Vénus hottentote Exhibée sur carte à jouer en 1811, en ornementation du cinq de trèfle. © Guildhall library, Londres.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Légende Ordre méthodiqueTableau extrait de l’Histoire naturelle des mammifères d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier (1824).© Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende La Vénus hottentote du jardin d’Acclimatation Couverture de partition musicale (1888). © Groupe de recherche Achac / Coll. Gilles Boëtsch.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Musée du Trocadéro En 1878, la France se dote d’un véritable musée ethnographique. © Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Indiens Galibis Affiche du Jardin zoologique d’Acclimatation de Paris, 1882. © Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Légende Harrison et les pygmées du Congo Carte postale, Londres, 1905. © Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Peaux-Rouges & caravane indienneCartes postales du Jardin zoologique d’Acclimatation de Paris, 1906 (bas) et 1911 (haut). © Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Kolonial Ausstellung Affiche de l’Exposition coloniale de Stuttgart (2 juin-5 août 1928). © Groupe de recherche Achac / Coll. part.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Installation du Village NoirExposition coloniale de Lyon, carte postale, Paris : B. F., 1914. © Collection Groupe de recherche Achac.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3930/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

Auteur

Chercheur associé au Laboratoire Communication et Politique (CNRS) & co-directeur du Groupe de recherche Achac (colonisation, immigration, post-colonialisme)
Blanchard@achac.com

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540