Version classiqueVersion mobile

La Vénus hottentote

 | 
Claude Blanckaert

Introduction

Figurée, défigurée les carrières de Sarah Baartman

Claude Blanckaert

Texte intégral

La ville du Cap Vue du Cap de Bonne Espérance publiée par François Levaillant (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.

1Show « ethnopornographique », « harcèlement sexuel », « simili-science »…

2Avec la cérémonie nationale d’inhumation des restes de Sarah Baartman le 9 août 2002, en présence du président d’Afrique du Sud Thabo Mbeki, s’achevait un épisode sordide de l’impérialisme européen, de l’histoire des sciences et des préjugés de genre. Le film d’Abdellatif Kechiche Vénus noire, daté de 2010, est venu rappeler la singulière trajectoire d’une « artiste » esclave d’un rôle, d’une morphologie et d’un environnement. Il témoigne aussi d’un tragique bicentenaire. Quittant la ville du Cap avec ses « agents », le chirurgien militaire écossais Alexander Dunlop et son associé Hendrik Cesars, lui-même issu d’une famille d’esclaves indonésiens affranchie, Sarah Baartman arriva en effet à Londres en juillet 1810. Dès septembre, les gravures et placards publicitaires révélaient son pseudonyme : « Sartjee, la Vénus hottentote ». Dérisoires ou prometteurs, c’est selon, ces mots firent sa célébrité. Ils précipitèrent aussi sa déréliction. Sans qu’on sache rien de la prestation espérée de ses barnums successifs, elle personnifiait désormais la femme sauvage des antipodes, dans un registre scénographique mêlant, dit-on, l’exotique, le grotesque et l’érotisme. Affublée d’un fessier hors de proportion que soulignait ostensiblement son vêtement ajusté, Sarah Baartman portait jusqu’aux limites de la bienséance le « fardeau » de sa « race ». Elle fut ainsi chosifiée de son vivant sous les regards ahuris ou goguenards des badauds londoniens. Elle emprunta, de là, le circuit des foires anglaises où, pour un shilling, chacun pouvait contempler « le plus merveilleux phénomène de la nature », un « parfait exemple de la plus extraordinaire tribu de la race humaine ».

Caricature de la Vénus Hottentote
Estampe couleur du lithographe anglais E. Walker (1810). © The British Museum, Londres, Dist. RMN-Grand8 Palais/The Trustees of the British Museum.

  • 1 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences par (...)
  • 2 Cf. Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, p. 207
  • 3 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze. Sarah Bartmann in the development of n (...)

3Précédée de cette réputation galopante, elle s’installa à Paris à partir de septembre 1814 pour y mourir l’année suivante. La norme se nourrissant du contraste, elle eut un succès éphémère, parada pour un soir dans les salons bourgeois et s’exhibait au quotidien, des heures durant, au Palais-Royal. Coupée de ses attaches natales après le décès de Dunlop à Portsmouth en juillet 1812, elle vit sa situation empirer au gré des exigences de ses nouveaux imprésarios, Henry Taylor puis S. Réaux, dont l’identité n’est pas percée mais dont on sait qu’il exposait des animaux. Réaux négocia auprès des naturalistes du Muséum national d’histoire naturelle une séance d’étude et de croquis sur le vif en mars 1815. À cette occasion, Sarah Baartman, qu’on donnait pour alcoolique et peut-être prostituée, refusa net de dévoiler son intimité et surtout ses lèvres vaginales allongées. Ornement jugé distinctif des femmes d’Afrique australe ou de certaines d’entre elles, « Houswaana » ou « Bossismanes » selon la nomenclature approximative du voyageur François Levaillant, ce « tablier » fascinant servait, pensait-on, « à cacher le signe de leur sexe ». Comme le relatèrent Henri de Blainville et Georges Cuvier, elle le déroba mieux encore à leur examen durant ces trois journées. Elle conçut même une « sorte de haine » pour le premier d’entre eux qui, selon ses mots, « la tourmentait davantage pour prendre les matériaux de sa description » et n’hésita guère, moyennant quelque argent et fort inutilement, à se la concilier1. La « cage cruelle et savante » du panoptisme anatomique2 se refermait sur la Vénus hottentote. L’outrage des professeurs ajoutait aux quolibets, attouchements et collier servile qui faisaient l’ordinaire de son « spectacle » et qu’elle endurait, depuis l’Angleterre, sous la menace — réelle ou feinte — de ses faire-valoir successifs. L’insistance des naturalistes, toujours notée en mauvaise part, illustre aujourd’hui la franche barbarie des mœurs académiques de l’époque. Elle met en valeur surtout certaine liaison dangereuse entre le monde du chapiteau et la vie des laboratoires. Selon Robin Mitchell, la métamorphose de Sarah Baartman en Vénus hottentote « souligne la manière qu’ont la science et la culture populaire d’imprégner et régir mutuellement les esprits, elle met à mal les catégories admises qui séparent le discours scientifique du divertissement populaire »3.

À son corps défendant

  • 4 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Lo (...)
  • 5 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze… », op. cit., p. 42.
  • 6 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus. A Ghost Story and a Biogr (...)

4La première carrière de Sarah Baartman s’interrompit brutalement. Elle mourut aux derniers jours de décembre 1815, le 29, le 30 ou le 31 selon les sources, peut-être de variole, de pneumonie ou d’excès de boisson, et la préfecture de police autorisa le transport de son cadavre au Jardin des plantes afin qu’y soient pratiqués le moulage puis l’ouverture du corps. Cuvier s’affaira. L’expectative des naturalistes y trouva satisfaction. Le fameux « tablier » qu’à sa première visite Sarah Baartman tint « soigneusement caché, soit entre ses cuisses, soit plus profondément »4, fut mis au jour, excisé et « préparé » pour l’édification des membres de l’Académie des sciences. Son corps démembré rejoignait les collections du Muséum. Pour les décennies suivantes, il semblera voué aux détails, à une mise en pièces dont les enjeux empiriques divergent selon les intérêts. La science du temps ne connaît apparemment nul scrupule ni déférence. Rétrospectivement, on parlera d’un geste sacrilège, prédateur et, en considération de la curiosité marquée de Cuvier pour des organes de la génération qu’on lui voulait masquer, de son « obsession » pour la sexualité de ladite Vénus5, de la science « comme viol »6.

  • 7 Magubane (Zine), « Which Bodies matter ? Feminism, post-structuralism, Race, and the curious theore (...)
  • 8 Gould (Stephen Jay), The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History, New York-Londres : W. W. (...)

5Depuis près de trente ans, les équivoques de cette dissection ont provoqué les plus vifs émois et nourri ce que Zine Magubane désigne comme une « véritable industrie théorique »7. Dans un genre postmoderne radicalisé, et non sans raccourcis réducteurs, nombre d’analyses ont relevé l’avilissement d’une personne devenue, sous l’affichage de ses employeurs comme des scientifiques, un « objet sexuel »8, un mixte d’animalité et de débauche, et la quintessence de la « femme noire » offerte aux fantasmes du colonisateur européen. Par sa conformation peu commune, ses « anomalies », Sarah Baartman cristallisa des mentalités. À lire ses interprètes récents, elle en viendrait à symboliser l’Afrique, la « différence », l’« invention » de la race, des hiérarchies ethniques et du « zoo humain ». À son corps défendant, si l’on peut dire, elle inaugurerait le grand partage du normal et du déviant dont Cuvier, en bon législateur de la nature, allait déjouer les maléfices.

  • 9 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze… », op. cit., p. 42.

Cuvier « prouva » l’altérité de Sarah Bartmann ; il la montra comme un être difforme en comparaison des Françaises blanches et réaffirma la domination du savant européen blanc et mâle tant sur les femmes blanches que noires. Mais il fit plus que cela. Il contribua à légitimer mieux encore le projet colonial français. De manière critique, la classe moyenne s’avéra complice et un important vecteur de cette définition modernisée de la citoyenneté française. Il était entendu que l’identité nationale de la France était « naturelle » quand l’identité noire ne l’était pas. Bartmann était l’icône que les Français utilisèrent pour recentrer leur regard ; pour les hommes et les femmes de la bourgeoisie française, mobiliser pareille icône permettait en fait de majorer leurs aspirations en matière de race, de genre, de classe et d’identité sexuelle. On projeta alors sur la Vénus hottentote tout ce qui menaçait l’identité nationale française, à savoir la perversion sexuelle [gender inappropriateness], les transgressions de classe et le métissage des races9.

  • 10 Magubane (Zine), « Which Bodies matter ? », op. cit., p. 48.

6En dehors de l’arrogance coloniale supposée par cette autopsie forcée d’un corps « sauvage », « domestiqué » à son tour par sa seule profanation, Sarah Baartman illustrerait encore le sexe dangereux, le vice contre nature. L’ambivalence des publics et des hommes de science consisterait donc à combiner à la fois la forclusion du désir coupable et… l’irrésistible attrait qu’exerce le plus vieux secret du monde. Les biographes récents ont beaucoup prêté à Sarah Baartman, dans le sillage des études féministes, postcoloniales ou antiracistes. Sans doute s’agissait-il de donner la parole aux sans voix. La perspective est louable. Cependant, comme le remarque Zine Magubane, cette littérature psychologisante, présentiste, décontextualisée, peut flatter nos sensibilités sans rencontrer l’histoire. Amplifiée par sa réitération, peinant à s’ancrer dans les réalités prosaïques d’une société occidentale segmentée par les conflits d’intérêts, elle raffine en définitive sur l’essentialisme biologique qu’elle prétend déconstruire10.

  • 11 Gilman (Sander), « The Hottentot and the Prostitute. Toward an iconography of female sexuality », i (...)
  • 12 Jordan (Winthrop D.), White over Black. American attitudes toward the Negro, 1550-1812, Chapel Hill (...)
  • 13 Herder (Johann Gottfried), Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791), [éd. (...)

7D’évidence, Sarah Baartman n’était pas ce corps qui vint à l’identifier. À force d’extrapolations, on a fini par admettre de confiance que ses attributs sexuels ont figé le canon médical « de la femme noire tout au long du xixe siècle » et fonctionné comme des signes univoques de l’appétit vénérien propre aux « primitifs11. Or, même si l’on imagine que des descriptions complaisantes fixent un message subliminal, les réactions d’un membre de la gentry ou de l’homme de la rue ne laissent pas d’archives. En France, telle assistance en goguette a pu chahuter ses rondeurs quand les abolitionnistes anglais, soupçonnant son esclavage, réclamaient la fin d’une exhibition scandaleuse et portaient en justice, dès novembre 1810, la question du libre consentement de Sarah Baartman à se montrer de la sorte, comme un ours dans son enclos. De plus, l’allégorie générique de la « femme noire » n’est pas confirmée dans les textes savants, non plus que dans les récits des visiteurs du cap de Bonne-Espérance à la charnière des deux siècles. Ceux-ci valorisaient au contraire la dissemblance de forme et de stature des « Hottentots », la disharmonie, voire la franche excentricité des Vénus australes. Sarah Baartman n’a jamais paru comme le parangon d’une hypothétique « race Nègre éthiopienne » dont le profil s’affinait pourtant, depuis 1780, dans les écrits anthropologiques de Johann Friedrich Blumenbach, Samuel Thomas Sœmmerring et Charles White. Piégée par ses proportions et un teint jaunâtre sans pareil en Afrique, elle ne représentait qu’elle-même. Ou, dans le meilleur des cas, qu’une nation atypique, isolée, sans passé assignable. C’est d’ailleurs ce caractère exceptionnel qui assura sa première fortune comme phénomène de foire. Sa plastique étonna, détonna. Pour la même raison, elle fit merveille auprès des naturalistes du Muséum qui pouvaient, à sa mort, s’enorgueillir d’offrir à la science le spécimen complet d’une race lointaine et, au sens propre, extraordinaire. Quant aux excès libidineux des Noirs annoncés, pensait-on, par l’hypertrophie des organes, nul n’est besoin d’évoquer l’examen clinique de la Vénus hottentote par Cuvier pour y voir la source des plus ignobles imputations. L’ardeur du soleil d’Afrique semblerait y pourvoir, faute de plus spirituelle félicité. Bien avant que Sarah Baartman n’apparût sur les scènes d’Europe, la trivialité d’un stéréotype séculaire s’exposait en toute clarté dans les écrits esclavagistes12. En 1785, l’humaniste Johann Gottfried Herder expliquait également que l’exagération des lèvres, des seins et des organes génitaux est une « compensation » accordée aux Nègres par mère Nature qui, « même lorsqu’elle dépouille, sait dédommager… »13.

Vénus jaune ? Estampe de Léon de Wailly (1815). © Bibliothèque centrale, MNHN.

La Vénus noire Pièce en cinq actes d’Adolphe Belot, mise en scène par Baugé. © Bibliothèque nationale de France.

  • 14 Atgier (Émile-Alexandre), « Genèse de la stéatopygie chez la femme Boschimane », Bulletins et Mémoi (...)
  • 15 Jones (Kellie), « A.K.A. Saartjie. The “Hottentot Venus” in context. (Some Recollections and a Dial (...)
  • 16 Atgier (Émile-Alexandre), « Genèse de la stéatopygie chez la femme Boschimane », op. cit., p. 40.
  • 17 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 183.
  • 18 Ford (Kianga K.), « Playing with Venus. Black women artists and the Venus trope in contemporary Vis (...)

8Sous ce rapport, la Vénus hottentote rentrait dans le rang, elle confirmait un préjugé répandu sans le fonder. Les commentateurs actuels peuvent ainsi abuser de la métonymie, en référence à l’expression aujourd’hui commune, mais aussi rare que fautive, de Vénus « noire » ou Black Venus. En effet, la littérature scientifique l’ignore encore après 1900 ou la rejette franchement. L’épithète paraît surgir sur le mode fantaisiste à la fin des années 1870 avec le succès d’un roman d’aventure puis d’une pièce de théâtre d’Adolphe Belot, La Vénus noire… « Reine des Amazones ». On ignore la popularité ultérieure de cette formule poétique dans le monde du spectacle. Mais la science « rigoureuse » ne s’y trompe pas : « La femme dite “Vénus Hottentote” ou “la Vénus noire” n’est ni hottentote, ni noire, elle est de race boschimane et jaune, on peut d’ailleurs s’en convaincre au Muséum où est admirablement conservé le corps entier de la dite Vénus »14. Si l’on se réfère à la brutalité des faits que vécut au quotidien Sarah Baartman pendant son séjour européen, on pensera que cette appellation tardive n’influe en rien sur le débat historique. On peut y voir d’ailleurs l’une des nombreuses transformations qu’elle subit dans son « identité » au fil de ses appropriations savantes, littéraires et politiques. Toutefois, le concept de Vénus noire n’est pas neutre. Il ajoute une charge symbolique spéciale, distinctive, à la célébration de sa mémoire. Il organise derechef une dichotomie objectivée entre corps noirs et corps blancs et, par un processus de rétorsion bien connu (Black is beautiful, Black and proud…), ce qui faisait signe pour sa « monstruosité » servira désormais de point de ralliement de la « solidarité noire ». Depuis la fin des années 1980, note ainsi Kellie Jones, les artistes afro-américaines en particulier ont élevé Sarah Baartman au rang de « sœur » et d’« héroïne »15. Une icône chasse l’autre. Entre défense et sublimation, elle reste au-devant de la scène par-delà ses obsèques. Qu’adviendrait-il si, par impossible, cette figure désormais emblématique de la négritude avouait une tout autre ascendance ? Au xixe siècle, justement, sa filiation restait indécidable. L’origine de la Vénus dite « hottentote » suscita la perplexité. Tous les savants ne parlant pas d’une même voix, on chercha hier sa patrie du côté de l’Égypte ou même de la « Tartarie », rarement sinon jamais du côté des nations noires environnantes. Paradoxe confondant. La plupart des auteurs s’égaraient dans le labyrinthe des origines et l’assimilèrent très vite et pour longtemps à ces Pygmées inclassables, « mongoloïdes jaunes à pommettes saillantes et yeux bridés que les noirs eux-mêmes nomment les authochtones [sic] de l’Afrique »16. Rapprochée des Noirs, elle parut toujours inassortie. Avant même que Cuvier n’eût livré ses conclusions accablantes, Henri de Blainville jugeait déjà « évident qu’elle n’a pas tout-à-fait l’aspect d’une tête de nègre, et qu’il y a plus de rapprochement à faire avec celle de l’orang-outang »17 ! On mesure de la sorte l’ironie de cette main tendue par-delà les siècles par les artistes états-uniennes. Leur reconnaissance voudrait-elle signifier que l’héritage de la « Vénus hottentote » excède le cas particulier de Sarah Baartman, alors le personnage prendrait le pas sur la dégradation et l’injure éprouvées jour après jour par une personne réelle, sans autre cohérence qu’un collage stratégique d’images frappantes : l’esclavage, la perception puritaine commune de la « déviance sexuelle de la femme noire », l’attirance et sa dénégation, la haine toute « eugénique » des relations interraciales. D’autre manière, s’il est devenu possible de « jouer avec [la] Vénus »18 à des fins d’émancipation culturelle ou d’auto-affirmation artistique, cela suggère que dans sa longue histoire, Sarah Baartman ne fut ni tout à fait sujet, ni tout à fait objet. C’est en quelque sorte une forme plutôt qu’un contenu, un signifiant à dénotations multiples.

  • 19 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 184, note 1.

9Les nombreuses biographies qui lui sont désormais consacrées épousent ainsi ce que Roland Barthes appelait, d’un mot péjoratif, « le cirque des idéologies ». Toutes vont narrer le récit d’une femme mortifiée, sans dissiper les zones d’ombre qui masquent obstinément sa véritable identité, ses apprentissages d’enfant et sa vision d’adulte du monde colonial et européen. La surenchère verbale dans un cas, la vraisemblance de l’autre en viennent à pallier le manque d’informations. Faut-il le rappeler, on ne connaît presque rien de la vie de Sarah Baartman. En 1815, Blainville lui donnait vingt-cinq ans. Mais la plus plausible et documentée des dernières biographies, recoupant des archives administratives de la colonie, la voit mourir à Paris dans sa trentaine, voire une petite quarantaine d’années19. Son patronyme l’apparenterait à un clan de pasteurs Gonaquois, dispersés ou réduits en servage après l’octroi de leurs terres à un fermier boer par le gouvernement hollandais du Cap. Le fermier endetté l’aurait vendue vers 1795 à Pieter Cesars, employé de commerce habitant au Cap et frère de son futur « entrepreneur » de spectacle, Hendrik Cesars. Elle passa, comme servante, d’un domicile à l’autre. À son départ en Angleterre, Sarah Baartman aurait donc vécu en ville depuis une dizaine d’années. Elle aurait eu un, deux ou trois enfants morts en bas âge, et déjà accompli sa mue en « Vénus hottentote », si l’on accepte de confiance qu’après la conquête britannique de la colonie en 1806, Hendrik Cesars, lui aussi désargenté, fit commerce sous ce nom de ses charmes visibles, et peut-être plus, auprès des soldats et marins soignés à l’hôpital militaire du Cap. Riche d’éclipses et d’à-peu-près, l’odyssée de Sarah Baartman en Europe, mis à part l’instruction ouverte en 1810 par les abolitionnistes anglais contre ses « exploiteurs » et son baptême avéré à Manchester le 1er décembre 1811 [où son nom fut enregistré phonétiquement comme « Sarah Bartmann »], n’est accessible qu’au travers des coupures de presse, des publicités et des caricatures. Aussi bien est-elle entrée dans notre imaginaire occidental comme un chaînon transitionnel entre homme et bête, un simulacre plutôt qu’une personne pleine d’émotions et de souvenirs, de désirs et, peut-être, de choix consentis.

La proximité du monstre
Illustration extraite de l’Histoire naturelle de l’homme et de la femme de Debay (1859). © Bibliothèque centrale, MNHN.

  • 20 Debay (Auguste), Histoire naturelle de l’homme et de la femme depuis leur apparition sur le globe t (...)

La branche hottentote occupe encore aujourd’hui le dernier gradin de l’échelle anthropologique ; elle est, sans aucun doute, le passage du genre quadrumane au genre bimane. […] Il existe une variété dont les femmes sont remarquables par le développement monstrueux de la région fessière. Cette difformité est due à une énorme loupe de graisse, peu concrète et tremblante comme de la gelée, contenue dans un tissu cellulaire à lames très-écartées. La Hottentote boschismane, amenée à Paris dans les premières années de notre siècle, et que l’on montrait au public sous le nom de Vénus hottentote, portait une loupe de cette nature ; les deux enfants qu’elle avait eus d’un homme de sa race, pouvaient grimper dessus et s’y asseoir comme sur une selle. Ce monstrueux fessier fit longtemps l’admiration des curieux de la capitale20.

  • 21 Ibid., p. 6.

10La fiction supplante la réalité et, comme le constatent avec beaucoup de retenue Clifton Crais et Pamela Scully, on en saura toujours plus sur son fantôme que sur sa condition, « un fantôme si bien matérialisé qu’il en deviendrait une personne vivante et respirante »21.

Le scalpel de Cuvier

  • 22 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote. Sarah Bartman, Paris : Perrin, 2010, p. 23.
  • 23 Yvette Abrahams, cit. in Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, (...)
  • 24 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 140.

11Il en est de la Vénus hottentote comme de ses « bourreaux » présumés du Muséum qui, par l’autopsie, lui infligèrent la dernière des humiliations. L’affront du scalpel exemplifie aujourd’hui le péché irrémissible d’une science « quelque peu libidineuse et improductive »22, raciste, misogyne, sadique et pour tout dire « néo-fasciste »23. L’antiscience contemporaine ignore le doute raisonnable. Puisqu’il y a outrage manifeste, l’historien se fait témoin, juge et thérapeute. Rares sont les auteurs qui résistent aux entraînements personnels. On croit, à les lire, percer l’impatience de Cuvier et entendre les crissements de la scie découpant la boîte crânienne24 :

  • 25 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., pp. 22-23.

Lorsque le cadavre de Sarah Bartman [sic] lui fut livré au Muséum d’histoire naturelle, Cuvier put avec délices donner cours à son inventivité scientifique. […] La dissection dura seize heures25.

  • 26 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, Paris : J.-C. Lattès, 2000, pp. 155-156.

Saisissant son scalpel, il prélèvera la vulve […] et l’anus, afin de les conserver dans un bocal. […] Enfin, Cuvier procédera à l’extraction du squelette entier qui, reconstitué os après os, escortera comme un spectre le moulage en plâtre dont la prodigieuse silhouette immortalisera la Vénus hottentote26.

  • 27 Shelley (Mary W.), Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818), in Les Évadés des ténèbres [trad. p (...)

12Comme on ne prête qu’aux puissants et que Cuvier fut le seul rédacteur du compte rendu publié par l’Académie des sciences en 1817, on imagine communément on ne sait quel noir dessein ourdi par un savant solitaire et obnubilé. La probabilité, ajoute-t-on parfois, veut qu’il eût œuvré de nuit à sa basse besogne. Prétendait-il, en l’occasion, rivaliser avec son double contemporain, le fameux Frankenstein ? « Je collectais des os dans les charniers, et je violais, de mes doigts profanes, les secrets extraordinaires de l’organisme humain »27

  • 28 Trouessart (Édouard-Louis), Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire d’après les naturalistes allemands, Pa (...)

13Il reste difficile, en l’absence de procès-verbal, d’estimer le nombre et l’identité des professeurs et aide-naturalistes présents durant l’ensemble des opérations. Les démarches administratives sont signées d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier délégua certainement aux préparateurs attachés à sa chaire les soins du gros ouvrage. On a répété sans autre preuve qu’il disséqua la Vénus hottentote. Dans d’autres circonstances, certes tardives mais non moins informées des mœurs du Jardin des Plantes, le professeur de zoologie Édouard-Louis Trouessart affirmera au contraire que Cuvier « avait peu de goût pour les dissections patientes et longues qu’exige la préparation des pièces anatomiques chez les grands Vertébrés. Ses biographes nous apprennent qu’il ne toucha jamais un cadavre humain »28. Réalisée ou seulement supervisée par Cuvier, l’« effraction » du corps de Sarah Baartman répondait aux règles techniques de l’anatomie comparative. Elle procédait donc, selon l’usage, de l’externe à l’interne, de la description générale à l’examen des parties, de leurs corrélations et particularités. Tant de fois dénoncée, la médiation intrusive du scalpel relevait du protocole clinique moderne où l’on inspecte et mesure les organes. L’anthropologie n’y dérogeait pas.

  • 29 Le texte de Moreau de la Sarthe (Louis-Jacques), « Mémoire sur l’établissement d’un Muséum anthropo (...)

14À la Société des observateurs de l’homme, créée sous le Consulat, Louis-Jacques Moreau de la Sarthe expliquait à ses confrères que sans l’analyse de l’anatomiste, l’homme ne livre au simple regard « qu’une draperie qu’il faut ensuite écarter et soulever pour arriver à de plus amples résultats ». Écrivant des instructions à l’usage des naturalistes de l’expédition aux terres Australes qui devait appareiller du Havre en octobre 1800 sous le commandement de Nicolas Baudin, Moreau de la Sarthe rappelait, parmi d’autres consignes, qu’il fallait étudier l’homme sous toutes ses différences d’âge, de sexe, de race et de physionomie. Il préconisait aussi de le comparer aux animaux, « afin de déterminer sa place dans l’échelle des êtres vivants et d’après les traits extérieurs qui le caractérisent ». Il demandait enfin qu’on rapportât pour le futur muséum des Observateurs de l’homme, des squelettes entiers et surtout des têtes osseuses dont, précisait-il, « on puisse apprécier les formes variées, le type primitif, la déformation, le rapport de leur forme avec l’intelligence, soit par l’angle facial, soit par la proportion entre les aires de la face et du crâne, observées, comme le conseille le citoyen Cuvier, à l’aide d’une coupe longitudinale de la tête »29.

  • 30 Buffon (Georges Louis Leclerc de), Œuvres philosophiques [éd. par Piveteau Jean], Paris : Presses u (...)

15L’approche classificatoire par contrastes, analogies et dissemblances des espèces ou des races a fait certainement la gloire de Cuvier. Louis Daubenton, Petrus Camper, Félix Vicq d’Azyr, Samuel Sœmmerring l’avaient précédé dans cette voie. Tous pouvaient se convaincre, avec Buffon, que « s’il n’existoit point d’animaux, la nature de l’homme seroit encore plus incompréhensible »30. Mais les Leçons d’anatomie comparée de Cuvier, dont les deux premiers volumes recueillis par Constant Duméril paraissent en 1800, portent cette conviction à son point de classicisme. Elles innovent également en adoptant l’ordre des organes et des appareils, dont le degré de complication corrobore autant de séries fonctionnelles interconnectées. Ainsi, l’ampliation des cavités sensorielles externes de la face dite en « museau », indice de l’énergie relative du goût ou de l’odorat, tant chez l’homme que chez l’animal, paraît s’accompagner d’un recul du front et, de là, d’une moindre extension du cerveau, de l’augmentation de volume des nerfs crâniens, de la moelle épinière et du trou occipital. Plus d’appétits brutaux, moins d’intelligence. Dans le second tome de ses Leçons, Cuvier a longuement circonstancié cette loi d’antagonisme physiologique entre face et crâne que mesurait déjà l’angle facial dit de Camper et qu’il proposait d’exprimer à son tour par la coupe sagittale de la tête osseuse. Pour Cuvier, les analogies entre hommes et bêtes sont partielles et ne dessinent pas de chaîne graduée, comme on l’a souvent écrit. Le parallèle abject avec le singe doit être repensé dans ses propres termes.

  • 31 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 184.
  • 32 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue… sous le nom de (...)
  • 33 Blanckaert (Claude), « Dottrine antropologiche e teorie del cervello e della mente nel XIX secolo i (...)
  • 34 Daniels (Yolande), « Exhibit A. Private life without a narrative », in Willis (Deborah) (sous la di (...)

16Cependant, appliquée au cas singulier de la Vénus hottentote, la logique propre au programme anatomique s’avéra désastreuse. À sa vue, Henri de Blainville signalait le « prolongement en avant de l’appareil masticatoire ». Il fut surtout frappé de la « position très-reculée du conduit auditif externe », signe indéniable à l’en croire de « la disproportion très-grande entre l’aire de la face et celle du crâne ». Comprenons bien : la partie « la plus évidemment animale » prenait le dessus31. De son côté, Cuvier la distinguait notamment du « Nègre » et de l’Européen par la configuration des fosses nasales, la surface du palais et un trou occipital plus évasé. « Ce seroit encore là un signe d’infériorité »…, réciproque du « rapetissement du cerveau à sa partie antérieure »32. Le lecteur contemporain peut ignorer la continuité de cette interrogation qui va courir le siècle33. La mainmise de Cuvier sur le champ de la zoologie nous semblera tout bonnement affligeante. La littérature postmoderne parlera d’escroquerie, de science nauséeuse et, pour ce qui regarde une microphysique du pouvoir blanc sur la femme noire, du « regard lubrique du rationalisme scientifique » ! Avant d’être démembrée par Cuvier et ses assistants, Sarah Baartman avait d’ores et déjà subi de son vivant une « dissection spirituelle sous le regard dévorant du colonisateur »34.

Un « monument » institutionnel

17Les pratiques anatomiques et les savoirs dispensés par l’École du Muséum brillent pourtant d’un éclat sans égal pour le siècle à venir. Leur succès s’avère incontestable, surprenant, et il importe de faire droit aux ressources comme aux exigences d’une histoire des sciences malmenée par les études de « genre ». Cette profondeur de champ est souvent négligée. À notre époque médiatique, le ressort de l’émotion a des avantages soulignés. Il ne rentre pas pour autant en conflit avec l’éthique propre de l’historien, de l’anthropologue ou du muséographe, laquelle se déploie d’abord dans la « démonstration ». Il s’agit donc de rebattre des cartes trop vite usées et de rendre au passé sa part d’imprévus. Telle est l’ambition du présent volume. Comprendre des événements, mettre à plat des raisons, bonnes ou mauvaises, n’est pas les justifier. Sur un temps déjà long et moins interrogé qu’il devrait, les usages de Sarah Baartman se révèlent divers, enchevêtrés et franchement contradictoires. On la voudrait monochrome, emphatique et zoomorphe. Elle réalise plutôt une synthèse improbable entre altérité et « mêmeté ». Selon les points de vue, elle sert de repoussoir ou de figure médiatrice d’un dialogue constructif de l’homme avec lui-même. Force est donc de composer avec la violence inerte — ici la caricature du « primitif » contemporain — et la dynamique d’intérêts (savants, populaires) qui constitue la Vénus hottentote comme foyer d’une perspective d’ensemble et, bientôt, comme « monument » institutionnel.

18Sarah Baartman est pour nous une personne et ses restes osseux, inhumés après leur restitution par la France, qualifient son identité. Compris au plus large, le xixe siècle ignore son destin ou n’en veut rien connaître. Côté savant, l’objectivité ne va pas sans refoulement d’affects, sans regard « détaché ». Pour les anthropologues, Sarah Baartman n’est qu’un type de race, dont le caractère ou les comportements viennent à l’appui de son étiquetage.

  • 35 Bourdon (Isidore), La physiognomonie et la phrénologie, ou connaissance de l’homme d’après les trai (...)

On a vu à Paris une femme de cette race, que l’on donnait en spectacle sous le nom de Vénus Hottentote ; quoiqu’elle eût quitté depuis longtemps ses forêts, et qu’elle vécût au milieu des peuples les plus civilisés de la terre, on a pu voir combien son intelligence était bornée, et à quel point cette face allongée et stupide différait de la physionomie intelligente des femmes de l’Europe35.

  • 36 Le Cat (Claude-Nicolas), Traité de la couleur de la peau humaine en général, de celle des Nègres en (...)
  • 37 Moreau de la Sarthe (Louis-Jacques), « Mémoire sur l’établissement d’un Muséum anthropologique », o (...)
  • 38 Cuvier (Georges), « Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatom (...)
  • 39 Blanckaert (Claude), « Les conditions d’émergence de la science des races au début du xixe siècle » (...)

19Côté public, l’effacement de la personne met en valeur l’effigie. Exposé dans les galeries du Muséum, son moulage mortuaire a fait attraction. Les guides le recommandaient à l’attention du visiteur. Mieux que ses formes pneumatiques qui, écrit-on toujours, aimantaient les regards, son pseudonyme même illustrait tous les paradoxes de l’exotisme, la nudité troublante — fût-elle voilée — de la femme « sauvage » et la force performative des nomenclatures mobilisées tantôt pour classer, tantôt pour intégrer ou exclure. Depuis le siècle des Lumières, les « Hottentots » incarnaient en effet les derniers des hommes, la lie des nations, mais aussi bien l’innocence, la liberté et la « concorde inaltérable » vantées par l’abbé Raynal. Accolé au concept mythologique de « Vénus », idéal de beauté, cet ethnonyme colonial suscitait le questionnement et la franche curiosité. Les entrepreneurs de spectacles ne s’y trompaient pas. Ils jouaient des deux registres, dans un cas le dérisoire et l’injure (« une parodie de la Vénus callipige [sic] », selon la presse parisienne), dans l’autre la relativité des critères esthétiques, en attestation des jugements de goût variables selon les lieux, les races, les époques. « Croyez-moi », insistait déjà Claude-Nicolas Le Cat en 1765, « ces peuples ont leur Venus, comme nous avons la nôtre ; et ce n’est point à nous à décider laquelle des deux Divinités Grecque ou Æthiopienne mérite d’obtenir la pomme »36. Les hiérarchies ethniques sont filles des empires européens. Il était dans la vocation des anthropologues que l’homme s’épie lui-même, selon le mot de Louis-François Jauffret, pour mieux se reconnaître dans son unité et dans sa variété. Dans cet ordre de représentations où « physique » et « moral » interfèrent, la dissection complète l’observation. Songeant aux précédents célèbres des deux Tahitiens Omai et Aotourou embarqués pour l’Europe par James Cook et Bougainville, Moreau de la Sarthe désirait ainsi que le capitaine Baudin ramenât lui aussi du Pacifique « quelques échantillons des variétés humaines ». Il espérait même, moyennant bon accueil, qu’ils adopteraient notre patrie. Dans ce cas, ajoutait-il, consentant à mettre une distance immense entre leur tombe et leur berceau, « leurs restes chéris et conservés dans la suite par le génie de la science et le besoin d’une douce sensibilité viendraient figurer dans notre Muséum, au milieu des attributs de leur patrie dont ils compléteraient le tableau »37. Dans une autre instruction rédigée en 1800 pour la circumnavigation de Baudin, Cuvier, notons-le, réprouvait le procédé et sa pseudo-leçon humanitaire. Il lui paraissait immoral de sacrifier le bonheur « de nos semblables pour satisfaire une simple curiosité philosophique »38. À quinze ans de là, le projet avorté des Observateurs trouve un semblant de concrétisation avec la préparation du corps et le moulage total de la Vénus hottentote. La délicatesse dont s’honorait Cuvier fait place nette aux impératifs de la connaissance. La parité des intentions est réelle. Il importe bien de documenter la « monographie humaine », d’en constituer le socle très matériel. Mais dans ce court espace, la variation de l’homme s’est convertie en racisation des différences39. L’une témoignait de la « flexibilité » de notre organisme, en référence à la thèse majorée de l’unité morale humaine. La seconde souligne, à l’inverse, la fixité presque intemporelle des aptitudes et prétend dorénavant déchiffrer par poids et mesures toute la destinée d’un homme ou d’une nation. Comme le montre Philippe Taquet, cette conversion rapide des consciences s’observe chez Cuvier, depuis sa correspondance humaniste à Christian Pfaff des années 1790-1791 jusqu’à son ralliement à la nouvelle orthodoxie « négrophobique » d’anatomistes réputés comme Samuel Thomas Sœmmerring.

Vénus aphrodite
Estampe publiée par Christopher Crupper Rumford en octobre 1811. © Library of Congress.

  • 40 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 95.

20L’expérience singulière de Cuvier est celle d’une génération. La doctrine des races domine les débats. Signe d’imprégnation, elle organise au même moment la scénographie des exhibitions de sujets coloniaux, les naturalistes fournissant au besoin, comme le fit Étienne Geoffroy Saint-Hilaire pour la femme hottentote, un certificat scientifique. En ce sens, rareté oblige, Sarah Baartman fut soumise à une véritable « dissection visuelle »40 de la part de ses spectateurs, avec la complicité tacite de professeurs qui nourrissaient pour elle la même exaltation. La circularité d’un raisonnement d’ensemble est manifeste :

  • 41 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Bancel (Nicolas) (...)

Les individus sur lesquels s’est fondé un siècle de littérature scientifique sont ceux-là mêmes qui avaient été sélectionnés et jugés comme les plus dignes d’intérêt par des professionnels du divertissement. Dès lors, les jugements scientifiques ne pouvaient qu’entériner et renforcer les critères d’authenticité en vigueur dans le monde du spectacle41.

21Par ce biais dialectique, l’opinion moyenne rejoint l’expectative des cénacles savants. Elle s’encadre spontanément dans le scientisme ambiant. Au point de départ d’un processus de « spectacularisation » des races « inférieures », la Vénus hottentote poursuit, après sa mort, d’autres carrières. Devenue « sculpture », elle offre encore le pendant d’un tableau animé. Son moulage saisissant fit la bonne fortune du Muséum. Lors de la visite au Jardin des plantes, chacun croyait arpenter le « vaste théâtre de l’univers » promis aux Observateurs de l’homme. Comme le rappelle Pascal Blanchard, la présentation de spécimens de « race » favorisait l’émergence d’une culture populaire surdéterminée par l’axiologie du progrès, la grandeur de la civilisation occidentale et l’abaissement, en symétrique, des sociétés « arriérées ». Ethnocentrisme et normativité identitaire se recentrent sur le théâtre anatomique où l’on scrute, évalue et capte « au naturel » la bizarrerie voire la monstruosité des corps. Barrière symbolique, la vitrine du Musée fait « cage », selon le mot prophétique de Moreau de la Sarthe. Ce monde transparent confère un « droit de regard » au public profane. Ce dernier, faute d’en détenir les codes, imite le geste savant. Pour peu que le label scientifique agisse plus comme prétexte qu’éducation, restent la propagande et la construction d’une vision segmentaire, atomisée, du monde des hommes.

Moulage de Sarah Baartman
Vitrine de la Galerie d’anatomie comparée vers 1880. Photographie de Pierre Petit. © Bibliothèque centrale, MNHN.

22Quoi qu’on dise, cependant, le formatage idéologique des foules anonymes ne résume pas le profit attendu de la présentation de Sarah Baartman dans les salles d’exposition du Muséum. Durant un siècle et demi, le savoir « hottentologique » s’approfondit, ses problématiques s’affrontent et se réforment. Toujours livrée aux investigations, la Vénus en arrive à illustrer les thèses les plus antinomiques, entre fixisme et évolution, mono ou polygénisme, primitivisme ou dégénération, raciologie ou Règne humain. Toutes ces théories tendent à se confondre vers la fin du xixe siècle. Elles n’acquièrent d’actualité qu’avec du temps. Leur densité variable dément toute perspective univoque qui assignerait Sarah Baartman à son sexe ou à un simple rapport de domination coloniale. De même ferait-on un contresens grossier, au plan historique, en imaginant on ne sait quel « chaînon manquant » sous le regard croisé de Cuvier et d’Henri de Blainville, auteurs signalés pour leur créationnisme. En fait, ce concept phylogénétique ne se rencontre pas dans les œuvres savantes avant 1860-1870 alors que les représentations de Sarah Baartman se transforment incessamment au gré des perspectives. Son pouvoir de métamorphoses dépend, certes, de la structure conflictuelle du champ anthropologique. Mais il reflète aussi un changement subtil dans l’« économie morale » de la muséographie elle-même. Avec un art consommé de la réflexivité, Christelle Patin dénoue l’intrication des facteurs doctrinaux, éthiques et politiques qui conditionnent les nombreuses pérégrinations de la Vénus hottentote dans l’enceinte et l’architecture du Jardin des plantes. Cette histoire est complexe, entremêlant, d’un professeur à l’autre et selon les époques, la rivalité des chaires « à collection » (anatomie vs anthropologie), les interdits ou la décence que réclame la « dignité de l’homme », les finalités peu conciliables d’un établissement partagé entre recherche, enseignement et vulgarisation scientifique. En définitive, le moulage de Sarah Baartman peut s’affranchir de son squelette ou de ses organes prélevés en bocaux, ce qui prouve que la valeur de la personne rentre en conflit potentiel avec sa légitimité instrumentale.

  • 42 Atgier (Émile-Alexandre), « Un cas de stéatopygie en France », Bulletins et Mémoires de la Société (...)

23Avant son retrait définitif des galeries d’exposition dans le dernier quart du xxe siècle et la procédure législative de restitution de ses restes à l’Afrique du Sud, étudiée ici dans tous ses attendus et son contexte international par Michel Van-Praët, la Vénus hottentote accomplit son ultime mutation en témoignant d’obscures filiations avec les aïeuls fondateurs de l’humanité. Après la découverte, s’échelonnant dès les années 1880, des étonnantes « Vénus aurignaciennes », statuettes d’os, d’ivoire ou de pierre aux courbes généreuses, et plus tard des squelettes réputés « négroïdes » des grottes de Grimaldi, ne semblait-il pas que l’Afrique lointaine est à nos portes et… sous nos pieds ? Soit survivance, soit atavisme, la « stéatopygie » et les grosses cuisses de Sarah Baartman avaient une valeur d’autant mieux appréciée qu’elle reliait les hommes par-delà les âges et les continents. Son statut d’étalon n’est pas surfait. Elle passait en 1912 pour « le seul modèle précis que nous possédions encore au Muséum »42 et méritait, par son menton désormais « néanderthaloïde » et ses tibias « néolithiques », toute l’attention des préhistoriens. Les spécialistes du paléolithique, nous avertit Arnaud Hurel en reparcourant bien des pages oubliées, n’ont pas accueilli sans réserve ni remontrances ces analogies forcées, aventureuses. C’est pourtant dans le département de préhistoire du Musée de l’homme au Palais de Chaillot, qu’après 1938 et pour une quarantaine d’années, le « corps modelé de grandeur nature » de la Vénus hottentote est resté exposé, et non sans exhibitionnisme au terme du parcours, afin de manifester le réalisme artistique de nos premiers parents et son allure de « fossile témoin ».

  • 43 Mandressi (Rafael), Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris (...)

24Le titre du présent livre, Entre Barnum et Muséum, ne prétend pas dissocier deux moments dans l’existence tourmentée de la Vénus hottentote. Nous parlons d’imaginaires, d’« entre-deux », et non de biographie. Les éclairages proposés acceptent de principe la pluralité des interprétations, la polyphonie et, mieux encore, la multi-contextualisation qui donne au « Cas Baartman » sa véritable résonance d’hier à aujourd’hui. On ne peut, en effet, distinguer le phénomène forain et la renommée acquise par la Vénus hottentote comme type de race étrange et étrangère. L’amphithéâtre anatomique l’a sans doute immortalisée, transie dans son plâtre coloré, à la manière des célèbres préparations d’Honoré Fragonard destinées au Cabinet de l’École vétérinaire d’Alfort. Cependant, depuis la nomination de Pierre Dionis au Jardin du Roi en 1672, puis de son successeur Guichard-Joseph Duverney huit ans plus tard, la dissection des cadavres était une cérémonie prisée des foules, un « objet de consommation sociale » et son « théâtre », un lieu où l’on montre et où l’on démontre. Au déclin de cette permissivité et de ces autopsies « à portes ouvertes », s’était instaurée une « culture visuelle marquée en même temps par la sensualité et le macabre », une véritable « civilisation de l’anatomie »43. Or le Muséum gardera de ses visées initiales la double dimension publicitaire de la pédagogie d’éveil et du spectacle « utile », partant vertueux. La mise en scène de la différence n’y manquait pas, les squelettes d’enfants siamois ou de pachydermes antédiluviens donnant la réplique aux shows ethniques — inaugurés en 1877 par Albert Geoffroy Saint-Hilaire — d’indigènes parqués derrière des grilles au Jardin d’acclimatation du bois de Boulogne.

  • 44 Cf. Gossiaux (Pol-Pierre), L’homme et la nature. Genèses de l’anthropologie à l’âge classique 1580- (...)

25Dans tous les actes et rétroactes qui firent sa notoriété, Sarah Baartman parut donc, indistinctement, un sujet d’enquête toujours révisable au fil des connaissances et la victime idéale, sollicitée, d’un exorcisme de masse. Doublon mimétique, elle symbolisait, en sorte, tout ce que l’homme moderne redoute le plus en lui, la matière, l’instinct, la mort44. Pour le reste, c’est-à-dire l’essentiel, on sait chez les poètes que l’éternelle Vénus « habite auprès de l’enfer » (Baudelaire).

Notes

1 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », Bulletin des sciences par la Société philomatique, 1816, p. 189.

2 Cf. Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975, p. 207.

3 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze. Sarah Bartmann in the development of nineteenth-century French national identity », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, p. 33.

4 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentotte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, t. III, 1817, p. 265.

5 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze… », op. cit., p. 42.

6 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus. A Ghost Story and a Biography, Princeton-Oxford : Princeton University Press, 2009 [paperback éd., 2011], p. 140.

7 Magubane (Zine), « Which Bodies matter ? Feminism, post-structuralism, Race, and the curious theoretical Odyssey of the “Hottentot Venus” », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, p. 47.

8 Gould (Stephen Jay), The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History, New York-Londres : W. W. Norton & Co, 1985, p. 296.

9 Mitchell (Robin), « Another means of understanding the Gaze… », op. cit., p. 42.

10 Magubane (Zine), « Which Bodies matter ? », op. cit., p. 48.

11 Gilman (Sander), « The Hottentot and the Prostitute. Toward an iconography of female sexuality », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, pp. 18-19.

12 Jordan (Winthrop D.), White over Black. American attitudes toward the Negro, 1550-1812, Chapel Hill : The University of North Carolina Press, 1968, pp. 32 et suiv., 150 et suiv.

13 Herder (Johann Gottfried), Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791), [éd. par Rouché Max], Paris : Éditions Montaigne, 1962, pp. 123, 125 (Aubier).

14 Atgier (Émile-Alexandre), « Genèse de la stéatopygie chez la femme Boschimane », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, série 6, t. III, 1912, p. 40, note 1.

15 Jones (Kellie), « A.K.A. Saartjie. The “Hottentot Venus” in context. (Some Recollections and a Dialogue), 1998-2004 », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, p. 126.

16 Atgier (Émile-Alexandre), « Genèse de la stéatopygie chez la femme Boschimane », op. cit., p. 40.

17 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 183.

18 Ford (Kianga K.), « Playing with Venus. Black women artists and the Venus trope in contemporary Visual Art », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, pp. 96-106.

19 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 184, note 1.

20 Debay (Auguste), Histoire naturelle de l’homme et de la femme depuis leur apparition sur le globe terrestre jusqu’à nos jours, 5e éd., Paris : E. Dentu, 1859, pp. 46-47.

21 Ibid., p. 6.

22 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote. Sarah Bartman, Paris : Perrin, 2010, p. 23.

23 Yvette Abrahams, cit. in Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 160.

24 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 140.

25 Sandrel (Carole), Vénus & Hottentote, op. cit., pp. 22-23.

26 Badou (Gérard), L’énigme de la Vénus Hottentote, Paris : J.-C. Lattès, 2000, pp. 155-156.

27 Shelley (Mary W.), Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818), in Les Évadés des ténèbres [trad. par Ceurvorst Joe], Paris : Robert Laffont, 1989, p. 336 (Bouquins).

28 Trouessart (Édouard-Louis), Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire d’après les naturalistes allemands, Paris : Mercure de France, 1909, p. 29.

29 Le texte de Moreau de la Sarthe (Louis-Jacques), « Mémoire sur l’établissement d’un Muséum anthropologique », est republié, sous le nom de Jauffret (Louis-François), in Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an viii [éd. par Copans Jean & Jamin Jean], Paris : Le Sycomore, 1978, pp. 187-194. Il est restitué à son véritable auteur par Chappey (Jean-Luc), La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris : Société des études robespierristes, 2002, p. 247.

30 Buffon (Georges Louis Leclerc de), Œuvres philosophiques [éd. par Piveteau Jean], Paris : Presses universitaires de France, 1954, p. 317.

31 Blainville (Henri Ducrotay de), « Sur une femme de la race hottentote », op. cit., p. 184.

32 Cuvier (Georges), « Extrait d’observations faites sur le cadavre d’une femme connue… sous le nom de Vénus Hottentotte », op. cit., p. 271.

33 Blanckaert (Claude), « Dottrine antropologiche e teorie del cervello e della mente nel XIX secolo in Francia (1800-1860) », in Quintili (Paolo) (sous la dir.), Anima, mente e cervello. Alle origini del problema mente-corpo, da Descartes all’Ottocento, Milan : Edizioni Unicopli, 2009, pp. 243-281.

34 Daniels (Yolande), « Exhibit A. Private life without a narrative », in Willis (Deborah) (sous la dir.), Black Venus 2010. They called her « Hottentot », Philadelphie : Temple University Press, 2010, p. 63.

35 Bourdon (Isidore), La physiognomonie et la phrénologie, ou connaissance de l’homme d’après les traits du visage et les reliefs du crâne, Paris : Librairie Charles Gosselin, 1842, p. 26.

36 Le Cat (Claude-Nicolas), Traité de la couleur de la peau humaine en général, de celle des Nègres en particulier, et de la métamorphose d’une de ces couleurs en l’autre, soit de naissance, soit accidentellement, Amsterdam : [s. n.], 1765, p. 7.

37 Moreau de la Sarthe (Louis-Jacques), « Mémoire sur l’établissement d’un Muséum anthropologique », op. cit., p. 191.

38 Cuvier (Georges), « Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’hommes » (1800), in Aux origines de l’Anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an viii, [éd. par Copans Jean & Jamin Jean], Paris : Le Sycomore, 1978, p. 174.

39 Blanckaert (Claude), « Les conditions d’émergence de la science des races au début du xixe siècle », in Moussa (Sarga) (sous la dir.), L’idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (xviiie-xixe siècles), Paris : L’Harmattan, 2003, pp. 133-149 ; Douglas (Bronwen), « Climate to crania : Science and the racialization of human difference », in Douglas (Bronwen) & Ballard (Chris) (sous la dir.), Foreign Bodies. Oceania and the Science of Race 1750-1940, Canberra : Australian National University E Press, 2008, pp. 33-96 ; Blanckaert (Claude), « La classification des races au xviiie siècle. L’anthropologie naturaliste entre méthode et anti-méthode », Lumières, no 14, 2010, pp. 13-41.

40 Crais (Clifton) & Scully (Pamela), Sara Baartman and the Hottentot Venus, op. cit., p. 95.

41 Fauvelle-Aymar (François-Xavier), « Les Khoisan : entre science et spectacle », in Bancel (Nicolas), Blanchard (Pascal), Boëtsch (Gilles), Deroo (Eric) & Lemaire (Sandrine) (sous la dir.), Zoos humains xixe et xxe siècles, Paris : La Découverte, 2002, p. 112.

42 Atgier (Émile-Alexandre), « Un cas de stéatopygie en France », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, série 6, t. III, 1912, p. 11.

43 Mandressi (Rafael), Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris : Seuil, 2003, chap. V et épilogue.

44 Cf. Gossiaux (Pol-Pierre), L’homme et la nature. Genèses de l’anthropologie à l’âge classique 1580-1750, Bruxelles : De Bœck Université, 1993, p. 365.

Table des illustrations

Légende La ville du Cap Vue du Cap de Bonne Espérance publiée par François Levaillant (1791). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Caricature de la Vénus HottentoteEstampe couleur du lithographe anglais E. Walker (1810). © The British Museum, Londres, Dist. RMN-Grand8 Palais/The Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Vénus jaune ? Estampe de Léon de Wailly (1815). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende La Vénus noire Pièce en cinq actes d’Adolphe Belot, mise en scène par Baugé. © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende La proximité du monstreIllustration extraite de l’Histoire naturelle de l’homme et de la femme de Debay (1859). © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Vénus aphroditeEstampe publiée par Christopher Crupper Rumford en octobre 1811. © Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Moulage de Sarah BaartmanVitrine de la Galerie d’anatomie comparée vers 1880. Photographie de Pierre Petit. © Bibliothèque centrale, MNHN.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3921/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 900k

© Publications scientifiques du Muséum, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search