Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

8. Summary / Résumé

24. L’Antiquité et le Moyen Âge : un résumé

Full text

ALLÉGORIE DES SCIENCES. « Allegorie op de Wetenschappen ». Huile sur toile du peintre Néerlandais Gérard de Lairesse (1641-1711).

ALLÉGORIE DES SCIENCES. « Allegorie op de Wetenschappen ». Huile sur toile du peintre Néerlandais Gérard de Lairesse (1641-1711).
  • 1 [Sur la discussion de Cuvier à propos de la Renaissance des lettres et des sciences, voir Cuvier ( (...)

1Avant de passer au temps de la renaissance des lettres et des sciences1, si bien préparée par les découvertes et les inventions des xive et xve siècles, je présenterai un résumé des travaux de l’antiquité et du Moyen Âge.

2La totalité des années consacrées aux sciences ne dépasse pas quatre mille ans ; et même elle n’est réellement que de deux mille ans, si l’on veut seulement considérer les temps dont il reste des monuments positifs.

  • 2 [La stéréotomie est la science ou l’art de découper des matières solides en différents volumes en (...)

3Nées dans l’Inde, les sciences se répandirent en Égypte, en Chaldée, en Perse, où elles paraissent avoir fait d’assez grands progrès, au moins quant à leur application pratique. Les anciens Égyptiens inventèrent l’arpentage ; ils surent transformer des minéraux en verre ; ils eurent quelques notions d’histoire naturelle et d’anatomie ; la mécanique était chez eux assez développée, ainsi que la stéréotomie2 ; ils fabriquaient nos émaux, notre faïence, nos porcelaines, et savaient composer toutes les couleurs les plus solides et les plus brillantes ; enfin la médecine passe pour être née en Égypte. Du reste, toutes leurs connaissances étaient liées par une théorie métaphysique et panthéistique que les prêtres ne communiquaient au peuple que sous des emblêmes inintelligibles pour lui. Cette partie du culte fut la seule que connaissaient les nombreuses colonies qui sortirent de l’Égypte environ quinze cents ans avant notre ère. Celles de ces colonies sur lesquelles nous avons quelques notions sont les colonies de Moïse, de Cécrops, de Danaüs et de Cadmus. Les emblêmes égyptiens, transportés dans la Grèce sans y être expliqués, donnèrent naissance dans ce pays à une religion qui n’avait plus rien d’emblématique, et la science, sortie des temples, put se développer librement. Cependant près de mille ans se passèrent avant que la Grèce eût des philosophes qui s’occupassent réellement des sciences. Mais vers l’an 600, deux révolutions importantes survenues en Égypte ouvrirent enfin ce pays aux étrangers, et les Grecs, chez qui le goût des sciences s’était développé, se portèrent avec empressement vers les lieux d’où étaient venus leurs premiers législateurs, et où ils espéraient recueillir des connaissances plus étendues. Thalès fut le premier qui fit connaître dans la Grèce la philosophie qu’il était allé puiser dans les temples de l’Égypte. Pythagore limita peu de temps après, et fonda sa doctrine philosophique sur des principes dont l’origine égyptienne est évidente. Les connaissances que les philosophes grecs puisèrent en Égypte étaient peu importantes ; mais, ayant été répandues chez une nation où aucune caste sacerdotale héréditaire ne pouvait s’en emparer exclusivement, elles se développèrent largement.

4La marche des sciences dans la Grèce fut d’abord lente et embarrassée ; aucune de leurs branches n’y fut l’objet d’études exclusives. Les philosophes embrassaient dans leurs travaux l’universalité des sciences. Or, des études aussi générales ne pouvaient donner lieu qu’à des systèmes erronés, appuyés seulement sur quelques vérités particulières généralisées par leurs auteurs. Chaque école de la Grèce avait son système, et les idées mystiques commençaient à dominer partout, lorsque Socrate fit sentir la vanité des subtilités, et ramena les esprits à ce qu’on pourrait appeler la philosophie du bon sens.

5Son disciple Platon fonda une école philosophique dans laquelle les rêveries de la secte pythagoricienne exercèrent une influence funeste. Mais bien que Platon ait méconnu la seule méthode qui puisse faire de véritables progrès aux sciences, c’est pourtant de son Timée qu’on doit partir pour établir la chronologie des travaux de l’esprit humain sur les sciences naturelles.

6L’impulsion intellectuelle donnée à la Grèce par Aristote fut bien autrement puissante que celle de Platon. Ce vaste génie a produit un système presque complet sur toutes les sciences : sur la physique, l’astronomie, la zoologie, la botanique. Il embrassa tout, il distingua toutes choses, et mérita le titre de fondateur des sciences, en créant et pratiquant la véritable méthode propre à leur faire des progrès rapides et soutenus. Cette méthode est la méthode d’observation, à laquelle Bacon ne fit que ramener les esprits dix-neuf siècles plus tard. Les immortels travaux d’Aristote furent exécutés 350 ans avant Jésus-Christ, et ils enrichirent la science d’une innombrable quantité de faits ; l’esprit humain fut ainsi placé dans la voie d’un perfectionnement illimité. Cependant, si l’on excepte Théophraste, qui appliqua la méthode d’Aristote à la botanique, ce dernier philosophe n’eut point de successeur digne de continuel ses travaux.

7Après lui s’éleva l’école d’Alexandrie ; des Ptolomées [cf. tableau pp. 258-259] y attirèrent l’élite des savants de la Grèce ; mais les travaux de cette école eurent principalement pour objet la littérature, l’histoire et la critique ; et, si l’on excepte l’anatomie, qui fit de véritables progrès par leurs soins, les sciences naturelles furent très-peu cultivées par les Alexandrins. Il en fut de même dans l’Asie-Mineure.

8Lorsque Rome eut conquis l’Égypte, les sciences commencèrent à y être cultivées ; mais, malgré la facilité qu’avaient les naturalistes de voyager dans un empire qui comprenait à peu près la totalité du monde civilisé, les deux premiers siècles de l’ère chrétienne ne fournirent que des compilateurs. L’influence funeste des règnes de Caligula et de Néron empêcha l’élan de l’esprit humain. Un seul homme, Galien, produisit des ouvrages originaux ; lui seul se plaça près d’Aristote, et recula les bornes de presque toutes les sciences naturelles ; il s’occupa plus spécialement de l’anatomie, de la zoologie et de la médecine.

9Le iiie siècle de notre ère fut rempli de troubles et d’anarchie. Bientôt après les efforts de tous les hommes de génie furent absorbés par la lutte qui s’engagea entre le christianisme et le paganisme, et quand l’ordre et le calme furent enfin rétablis, la chaîne des études se trouva trop complétement rompue pour pouvoir être renouée. La théologie avait tout envahi, et toute la finesse de l’esprit grec se perdit dans des arguties mystiques. Le peu de livres de cette époque dans lesquels il est question d’histoire naturelle, ne la considèrent que sous un point de vue théologique, ou bien ne citent des faits choisis sans critique que comme des allégories.

10Dans la totalité de l’empire romain les sciences présentèrent, pendant les ive, ve et vie siècles, le spectacle déplorable d’une décadence progressive. Dans le vie siècle eut lieu l’envahissement de l’empire d’Occident par les Barbares.

11Dans le Moyen Âge, qui commence à l’établissement définitif des nations germaniques dans l’empire d’Occident et finit au xve siècle de notre ère, nous avons suivi l’histoire des sciences dans sa triple direction : 1° dans l’empire de Byzance, dont le grec était la langue ; 2° parmi les nations européennes, qui, réunies par l’unité des croyances religieuses sous la domination spirituelle de l’évêque de Rome, conservèrent la langue latine ; 3° chez les Arabes.

12Les sciences continuèrent de languir en Orient, au milieu des querelles religieuses. Toutefois la chimie y prit naissance au milieu des rêveries de l’alchimie.

13Byzance, possédant seule le dépôt des manuscrits anciens, exerça la plus heureuse influence sur la renaissance des sciences après la prise de Constantinople.

14La conquête des Barbares plongea les peuples d’Occident dans l’ignorance la plus profonde. Un moment Charlemagne ralluma le flambeau des lumières ; mais ses indignes successeurs le laissèrent s’éteindre.

15Dans les xe, xie et xiie siècles, les ténèbres de l’ignorance s’épaissirent de plus en plus ; on en vint au point qu’il ne se trouvait pas en Europe un seul moine capable d’écrire une chronique d’une manière intelligible.

  • 3 [Arnauld de Villeneuve (né en 1238, mort en 1311 ou 1313), docteur, alchimiste, théologien, et ast (...)

16Au xiiie siècle un mouvement heureux ranima les esprits. Albert-le-Grand et son élève Arnauld de Villeneuve3 ramenèrent le goût des sciences par leur érudition extraordinaire et la publication de leurs volumineux travaux. Roger Bacon fit même, dans les sciences, des efforts prématurés ; il secoua le joug de l’autorité, et voulut faire triompher la méthode expérimentale ; mais son siècle n’était pas en état de le suivre, et les découvertes mêmes dont ce grand homme enrichit la science ne furent utilisées que quelques siècles après.

17L’établissement des ordres mendiants, celui des universités et les croisades imprimèrent en Europe un mouvement prodigieux à l’esprit humain, et lui firent faire en peu de temps des progrès qu’aucune autre cause peut-être n’aurait pu rendre aussi rapide.

18À la fin du xiiie siècle dont paraissait donc disposé pour une heureuse révolution dans les sciences. Mais le cours du xive siècle ayant été dans toute l’Europe rempli de troubles divers, le mouvement de l’esprit humain fut arrêté. Il ne reprit qu’au xvie siècle, plus rapide et mieux dirigé, grâce à l’esprit de liberté introduit par la réformation.

19Bien que les progrès des Arabes dans les sciences naturelles proprement dites eussent été assez peu marqués, ils exercèrent cependant une assez grande influence sur les peuples de l’Europe après l’établissement de leurs premières conquêtes. Ils s’appliquèrent aux sciences avec beaucoup d’ardeur. Ils reçurent l’instruction des parties de l’empire de Byzance qu’ils soumirent, et surtout des nestoriens et des autres sectateurs des opinions dissidentes que l’intolérance des Byzantins força de s’expatrier. Ils cultivèrent avec succès la chimie naissante ; ils inventèrent les procédés de la distillation et diverses opérations métallurgiques. La botanique leur fut redevable de quelques progrès, et ils enrichirent la matière médicale d’un grand nombre d’acquisitions tontes nouvelles.

20La zoologie et l’anatomie ne reçurent d’eux aucun perfectionnement ; leur religion s’opposait entièrement à ce qu’ils cultivassent ces sciences.

21Pendant trois siècles, les neuvième, dixième et onzième, les écoles arabes d’Espagne arrivèrent à leur plus haut degré de prospérité. Les juifs et même quelques chrétiens s’y rendaient de tous les points de l’Europe pour étudier la médecine. Mais vers la fin du xiie siècle, l’empire des califes étant démembré et affaibli de toutes parts, les sciences cessèrent d’y être cultivées.

22L’époque mémorable de la renaissance des lettres en Europe fut préparée par un heureux concours d’événements extérieurs et caractérisée par plusieurs inventions et découvertes qui aidèrent puissamment le développement de l’esprit humain. L’application de la boussole à la navigation produisit les découvertes des Portugais dans le Levant. L’invention de la gravure et celle de l’imprimerie, l’application du verre blanc à la construction des instruments d’optique, l’emploi de la même substance pour la clôture des armoires où sont déposés les objets d’histoire naturelle, l’usage de l’esprit de vin pour la conservation de ces mêmes objets, fournirent tous les moyens de progrès dont l’antiquité avait été privée.

23Les savants du xve siècle s’occupèrent d’abord de travaux d’érudition. Ils reproduisirent et commentèrent les ouvrages des anciens. Plus tard, des esprits plus hardis, plus indépendants, joignirent à leurs commentaires quelques observations nouvelles, et, le nombre en augmentant peu à peu, les sciences prirent enfin un développement que nous vous ferons connaître dans les prochaines séances.

  • 4 [René Descartes (né le 31 mars 1596, La Haye, aujourd’hui Descartes en France ; mort le 11 février (...)

24Notre but, dans cette histoire, a été surtout de démontrer cette vérité fondamentale qui domine toute la science, et qui, comme vous le verrez, jaillit de l’étude de toutes les époques, c’est que les systèmes, les spéculations les plus hardies et les plus ingénieuses passent sans utilité pour les sciences, tandis que les faits bien observés constituent des acquisitions durables et assurent à leurs auteurs un rang honorable parmi les bienfaiteurs de l’humanité. Aristote, Théophraste, Galien et quelques autres nous ont laissé des ouvrages qui entrent encore dans l’ensemble de nos connaissances après plus de vingt siècles, tandis que les tourbillons de Descartes4, nés presque dans nos temps, sont déjà complétement oubliés.

Acknowledgements

25Among the people who have generously given their help to this project we thank especially Professor Jane Gregory, Reader in Science and Technology Studies at University College London, for allowing us to quote directly from her unpublished manuscript Georges Cuvier : Science, the State, and the People, a copy of which has been placed in the Bibliothèque Centrale du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. Thanks are also extended to Philippe Taquet, Professor Emeritus at the Muséum national d’Histoire naturelle and Vice-President of the Académie des sciences, for his excellent foreword ; and to Beatrice Marx and Éric Andret for their expert translation of the English annotations into French. At the Service des Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, we express our sincere thanks to Christian Érard who first provided the encouragement to pursue this project ; to Laurence Bénichou and Jean-Marc Drouin, who recognized the importance of producing an English version of Cuvier’s work ; and finally to others among the publishing team : Denis Lamy, Albéric Girard and Bernadette Gottini-Charles.

Remerciements

26Parmi les personnes qui ont apporté leur aide généreuse à ce projet, nous tenons à remercier en particulier le professeur Jane Gregory, maître de conférence à l’University College de Londres, pour nous avoir autorisé à citer son manuscrit inédit Georges Cuvier : Science, the State, and the People, dont une copie a été déposé à la Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Nos remerciements s’adressent également à Philippe Taquet, Professeur émérite au Muséum national d’Histoire naturelle et vice-président de l’Académie des sciences, pour son excellente préface ; à Beatrice Marx et Éric Andret pour leur traduction française de l’appareil critique. Nous exprimons notre sincère reconnaissance au service des Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle. Tout particulièrement à Christian Érard qui le premier nous a encouragé à poursuivre ce projet ; à Laurence Bénichou et Jean-Marc Drouin qui reconnurent l’importance de publier une version bilingue des Leçons de Cuvier. Et pour finir, nous remercions les membres de la rédaction d’Archives : Denis Lamy, Albéric Girard et Bernadette Gottini-Charles.

Notes

1 [Sur la discussion de Cuvier à propos de la Renaissance des lettres et des sciences, voir Cuvier (Georges), Histoire des Sciences Naturelles, depuis leur Origine jusqu’à nos Jours, chez tous les Peuples connus [professée au Collège de France, par Georges Cuvier ; complétée, rédigée, annotée et publiée par M. Magdeleine de Saint-Agy], Paris : Fortin, Masson & Cie, 1841, vol. 2, 558 p.]

2 [La stéréotomie est la science ou l’art de découper des matières solides en différents volumes en vue de leur assemblage, que l’on utilise dans l’industrie et la construction.]

3 [Arnauld de Villeneuve (né en 1238, mort en 1311 ou 1313), docteur, alchimiste, théologien, et astrologue célèbre du xiiie siècle. Considéré comme le docteur le plus éminent de son siècle, particulièrement érudit en médecine, chimie, astrologie et en théologie, il parlait couramment le latin, l’hébreu et l’arabe. À Montpellier où il enseigna, l’Europe entière vint écouter ses leçons de médecine et de chirurgie.]

4 [René Descartes (né le 31 mars 1596, La Haye, aujourd’hui Descartes en France ; mort le 11 février 1650 à Stockholm) est connu comme le père de la philosophie moderne. Mathématicien, scientifique, et philosophe du xviie siècle, il fut l’un des premiers à s’opposer à l’idéologie aristotélicienne. Il commença par mettre en doute de façon méthodique toute connaissance basée sur l’autorité, les sens, et la raison, et en vint à la conclusion que lorsqu’il pensait, il existait, d’où la fameuse expression « je pense, donc je suis ». Il développa un système dualistique dans lequel il fit une distinction radicale entre l’esprit, dont l’essence est la pensée, et la matière, qui est une substance étendue en trois dimensions. Le système métaphysique de Descartes est basé sur l’intuition, issue par raisonnement d’idées innées, mais son mécanisme physiologique et physique, basée sur la connaissance sensorielle, est empirique.]

List of illustrations

Title ALLÉGORIE DES SCIENCES. « Allegorie op de Wetenschappen ». Huile sur toile du peintre Néerlandais Gérard de Lairesse (1641-1711).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3883/img-1.jpg
File image/jpeg, 982k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540