Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

7. The Middle Age and Early Renaissance / Le Moyen age et la Pré-Renaissance

23. Albert le Grand et Roger Bacon, inventions et découvertes

Texte intégral

PRESSE À IMPRIMER. Détail de la planche XIV extraite du chapitre « Imprimerie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 7 de 1769).

PRESSE À IMPRIMER. Détail de la planche XIV extraite du chapitre « Imprimerie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 7 de 1769).
  • 1 [Saint Albert le Grand, en latin Albertus Magnus, de son nom Albert de Cologne, ou « Docteur Unive (...)
  • 2 [Bolstein apparaît ici par erreur à la place d’Holstein. Les Comtes d’Holstein et de Schauenburg é (...)

1Tous les écrivains distingués du xiiie siècle ont appartenu aux ordres mendiants ; et on ne doit pas s’en étonner, car c’était seulement dans les monastères que les hommes qui avaient le goût de l’étude pouvaient s’y livrer tranquillement, et trouver toutes les facilités dont ils avaient besoin. Souvent le chef d’un couvent avait sous ses ordres plusieurs centaines de jeunes moines qui travaillaient pour lui. Ce fut ainsi qu’Albert-le-Grand1 parvint à composer vingt-deux volumes in-folio. Cet écrivain était, comme la plupart des moines qui se distinguèrent à cette époque, issu d’une famille noble et puissante, celle des comtes de Bolstein2. Il était né en 1193 dans la Souabe, et fit ses études à Padoue, qui possédait alors une école célèbre, érigée depuis en université. Il vint à Paris, où il enseigna, en 1218 et 1219, la philosophie d’Aristote, bien qu’elle y fût alors interdite. Ses cours eurent un succès prodigieux, plusieurs milliers d’élèves les suivaient ; car on venait alors étudier à l’université de Paris de toutes les parties de l’Europe. Chaque couvent recevait les écoliers qui lui étaient adressés par les communautés des pays étrangers. Comme aucune salle n’était assez vaste pour recevoir la foule qui se pressait autour d’Albert, il faisait ses leçons en plein air, sur la place qui a été nommée place Maubert, par contraction de maître Aubert, nom sous lequel on désignait le savant professeur.

2En 1221, Albert entra dans l’ordre des dominicains ou jacobins, et fut nommé provincial de l’ordre à Cologne. Plus tard il fut élevé, à Rome, à l’une des fonctions les plus éminentes de la cour du pape, au grade de maître du sacré palais. La censure des livres de toute la chrétienté entrait alors dans les attributions de ce fonctionnaire. Albert fut ensuite nommé évêque de Ratisbonne ; il assista au concile de Lyon, et rentra dans son couvent, où il mourut âgé de quatre-vingt-sept-ans, en 1280.

3Son esprit était très-subtil, et, sous ce rapport, on ne saurait guère lui comparer que les philosophes arabes.

  • 3 [Sur les Œuvres d’Albert le Grand et Albert le Petit, voir Petit (Albert), Secrets merveilleux de (...)

4Le souvenir de son vaste savoir s’est conservé dans la mémoire du peuple, mais défiguré par une foule de traditions superstitieuses. Il est inutile de dire que ses ouvrages n’ont aucun rapport avec les écrits ridicules qu’on a publiés depuis sous le titre d’Œuvres du grand et du petit Albert.3

  • 4 [Dîner du Douzième Jour ou du Douzième Soir, soirée précédant l’Épiphanie (du grec epiphaneia, « a (...)
  • 5 [Guillaume de Hollande, en allemand Wilhelm von Holland (né en 1228 ; mort le 28 janvier 1256, prè (...)

5Les fables qu’on a débitées sur son compte ne prouvent que sa célébrité populaire. On raconte, entre autres choses, qu’ayant invité à dîner un jour des Rois4 Guillaume comte de Hollande et roi des Romains5, il changea l’hiver en été pour le mieux recevoir, et fit servir sur la table des fleurs et des fruits qui disparurent aussitôt que le repas fut terminé. On a aussi écrit sérieusement qu’il avait construit une tête qui répondait à toutes les questions qu’on lui adressait, et qui parlait même toute seule, si bien que saint Thomas-d’Aquin, son élève, importuné du babil de cette tête, la brisa.

  • 6 Cette dernière opinion a été reproduite par M. Arago, mais appuyée sur d’autres arguments que ceux (...)

6Presque tout ce qu’Albert a écrit sur la physique est tiré d’Aristote, du moins pour les généralités, et le peu qui lui est propre est de nulle valeur. Il parle cependant des pierres tombées du ciel, et n’élève aucun doute sur la réalité de ce phénomène. Il recherche quelles sont les causes auxquelles on peut l’attribuer, et passe en revue toutes les explications qui ont été reproduites depuis pour en rendre raison : il examine si on peut admettre que ces pierres ont été lancées par les volcans qui brûlent sur le globe, ou si elles ont été formées dans les hautes régions de l’atmosphère, ou bien encore si elles ne seraient pas tombées de la lune6.

7Ce qu’Albert a écrit sur les animaux est également, quant aux généralités, emprunté à Aristote. Il y joint les connaissances communiquées par les Arabes et celles que le commerce des pelleteries qui se faisait avec les peuples de la Russie et de la Tartarie, par l’intermédiaire de l’Allemagne, avait procurées aux Européens sur les animaux du Nord. Les Grecs et les Romains n’avaient pas eu occasion de se livrer à ce commerce, leurs climats étant trop chauds pour qu’ils eussent besoin de fourrures. Albert parle de la fauconnerie suivant l’ouvrage de Frédéric II, et il donne des détails alors nouveaux sur les poissons de la mer du Nord, particulièrement sur les baleines et les harengs. Il nous apprend que l’on salait de son temps les harengs, ce qui réfute l’opinion accréditée que la salaison ne date que du xive siècle.

  • 7 [De Mineralibus et Rebus Metallicis ou Des Minéraux et des Matériaux Métalliques, cf. Albert le Gr (...)

8Albert a aussi publié un livre intitulé : de Mineralibus et Rebus Metallicis7, en cinq parties. Il en a puisé la matière principalement dans les ouvrages des alchimistes qui l’avaient précédé.

  • 8 [Roger Bacon, surnommé Docteur Mirabilis (né c. 1220, Ilchester, Somerset, ou Bisley, Gloucester, (...)
  • 9 [Henry III (né le 1er octobre à Winchester, Hampshire, Angleterre ; mort le 16 novembre 1272 à Lon (...)
  • 10 [Edouard Ier, de son nom Edward Longshanks (né le 17 juin 1239 à Westminster, Middlesex, Angleterr (...)
  • 11 [Louis VIII, de son surnom Louis le Lion, ou Cœur de Lion (né le 5 septembre 1187 à Paris ; mort l (...)

9L’homme le plus remarquable du xiiie siècle est Roger Bacon8, qui naquit en 1214, d’une famille considérable. Il vivait en Angleterre sous Henri III9 et Édouard Ier10 ; et en France, où il suivit les leçons d’Albert-le-Grand, sous Louis VIII11 et Louis IX. En 1240 il se fit cordelier à Paris, et fut ensuite professeur à Oxford.

10Au milieu d’un siècle où personne avant lui n’avait pensé à secouer le joug de l’autorité, il s’éleva seul par la force de son génie à l’idée de fonder la science sur l’observation et d’interroger la nature par des expériences. Cette idée ne manqua pas de causer un grand scandale : il trouva pourtant moyen de la faire adopter par ses élèves, et il leur communiqua une telle conviction, qu’il obtint d’eux la valeur de plus de 2 000 livres sterlings qui représenteraient aujourd’hui plus de 100 000 fr. de notre monnaie, pour subvenir aux frais de ses expériences. Un esprit aussi original et aussi hardi ne pouvait manquer de s’attirer des persécutions : le général des cordeliers le condamna à une prison perpétuelle et au pain et à l’eau.

  • 12 [Pape Clément IV, de nom d’origine français Gui Foulques, en italien Guido Fulcodi (né à Saint-Gil (...)
  • 13 [L’« Œuvre Majeure » (Opus majus) fut écrite dans le but de persuader le pape de l’urgente nécessi (...)
  • 14 [Nicolas IV, de son nom d’origine Girolamo Masci, ou Jérôme d’Ascolie (né le 30 septembre 1227 prè (...)

11En 1266 le pape Clément IV12 le fit mettre en liberté, et lui demanda même ses ouvrages. Bacon écrivit pour ce pontife, qui mourut en 1278, son Opus majus13. La même année le général de son ordre le fit remettre en prison. Mais ce même général, étant lui-même devenu pape sous le nom de Nicolas IV14, rendit la liberté à Bacon.

12Ce grand homme mourut en 1292 ou 1294. Les mêmes moines qui l’avaient persécuté pendant sa vie lui donnèrent, après sa mort, le titre de docteur admirable, que certainement il avait bien mérité. Cependant ils ne le canonisèrent pas.

13Bacon laissa à sa mort cinquante ou soixante ouvrages. Les cordeliers évitèrent toujours de les publier ; ils craignaient même si fort qu’ils ne fussent entachés de magie ou de sorcellerie, qu’ils les tenaient cloués à la partie supérieure de leurs bibliothèques pour que personne ne pût les lire. Plusieurs de ces ouvrages n’existent encore qu’en manuscrits.

14L’Opus majus, qui ne fut imprimé que très-tard, est rempli de choses curieuses et nouvelles : mais il n’est cependant pas exempt des défauts du temps. Malgré le génie de son auteur, c’est encore un ouvrage de moine. Ainsi, s’il découvre la propriété des verres convexes, l’application qui le frappe c’est qu’on en pourra faire des lunettes qui faciliteront la lecture des vieux Pères. Dans ses découvertes astronomiques il ne voit qu’un moyen de connaître l’époque à laquelle il convient de célébrer les fêtes mobiles.

  • 15 [Pape Grégoire ou Grégoire XIII, voir Leçon 11, note 4.]

15Mais quelquefois son indépendance, son impatience du joug de l’autorité, l’emporte trop loin : il va jusqu’à dire que s’il était le maître, il brûlerait les ouvrages des anciens pour forcer les hommes de son temps à travailler eux-mêmes. Il faut croire que ce langage est hyperbolique et que Bacon était bien loin de l’entendre à la lettre. L’envoi qu’il fit de son livre au pape Clément IV était accompagné de celui des instruments qu’il avait imaginés. Il se livre à diverses théories pour expliquer les propriétés des verres convexes et des verres concaves. Il décrit d’une manière tout-à-fait neuve le microscope, loupe convexe destinée à observer les petits objets. Il est très-certain qu’il parle aussi du télescope, même du télescope à réflexion ; il assure qu’avec cet instrument on peut distinguer des objets placés à d’immenses distances, et il exagère même ces distances. L’application qu’il fit de cet instrument à l’observation du ciel le conduisit à demander la réforme du calendrier, qui fut faite sous Grégoire15, au xvie siècle. Ce seul fait suffît à faire connaître combien le génie de Bacon l’avait élevé au-dessus de son siècle. Ce savant parle aussi dans le même ouvrage de la possibilité de faire mouvoir des chariots ou des vaisseaux par un mécanisme intérieur auquel on pourrait appliquer la force du vent. Dans ce qu’il dit à ce sujet, on croit reconnaître qu’il avait eu un pressentiment de la grande découverte de notre siècle, l’application de la vapeur aux moyens de transport.

  • 16 [Bacon est l’auteur présumé du manuel d’alchimie intitulé Speculum Alchemiae, lequel fut publié po (...)
  • 17 [Gédéon, juge et héros libérateur d’Israël dont les actions sont décrites dans le Livre des Juges. (...)
  • 18 [Pétard, feu d’artifice qui explose bruyamment.]

16Dans son traité intitulé : Speculum Alchimiæ16, Bacon parle de la poudre à canon, dont il est très-certain qu’il a connu la composition et les propriétés. Il rapporte qu’en employant convenablement une composition de salpêtre, et l’enfermant et l’enflammant dans un espace étroit, on peut produire des effets énormes, soit pour les masses qu’il devient possible de soulever, soit pour le bruit qui en résulte. En employant cette composition on pourrait, dit-il, renverser des villes entières. Il cherche à expliquer par cette découverte l’histoire de Gédéon17 effrayant les Madianites avec des vases de terre que la poudre à canon faisait éclater. Ce qui pourra étonner, c’est que du temps de Bacon l’usage de la poudre était vulgaire ; les enfants s’amusaient à en enfermer dans du parchemin et y mettaient ensuite le feu. Ainsi on employa la poudre à faire des pétards18 un siècle avant le temps où l’on eut l’idée de l’appliquer à la guerre.

  • 19 [La théorie du phlogistique est une théorie chimique obsolète qui affirmait que tous les matériaux (...)

17Les opinions de Bacon sur l’alchimie sont celles des auteurs arabes. Il admet que tous les métaux sont formés d’un principe métallique et d’un principe sulfureux qui complique et altère le premier. L’art de préparer les métaux consiste à les débarrasser du principe sulfureux. Cette théorie est, comme on le voit, analogue à celle du phlogistique19. Le mercure est le véritable remède des métaux ; il les purge de leurs impuretés, comme les remèdes de la médecine guérissent le corps humain. Si on parvenait à purger les métaux complètement, on obtiendrait de l’or. Ainsi, Bacon partageait l’erreur de son siècle relativement à la chimère de la transformation des métaux. Cette illusion ne doit pas affaiblir l’admiration due à son génie, car il fut le véritable fondateur de la physique expérimentale, et si l’esprit humain n’entra pas sur-le-champ dans la voie qu’il lui traça, c’est qu’il avait trop devancé son siècle, et que d’ailleurs les troubles dont furent agités les différents États de l’Europe, dans le cours du xive siècle, arrêtèrent le développement des sciences.

  • 20 [De mirabili potestate artis et naturae ou Le Traité sur les Forces de la Nature et la Nullité de (...)

18Le plus volumineux des écrits de Bacon est le Traité sur les forces de la nature et la nullité de la magie20. Vivant dans un siècle où l’on expliquait une foule de phénomènes par la magie, il pensa avec raison qu’il serait utile de montrer que la plupart des effets qu’on attribuait à un pouvoir surnaturel, n’étaient que le résultat des lois de la nature, dont plusieurs n’étaient pas encore connues.

  • 21 [Berthold der Schwarze, également appelé Berthold Schwarz (fl. xive siècle), moine allemand et alc (...)

19La poudre à feu, dont parle Bacon, comme je l’ai dit il n’y a qu’un instant, et dont la découverte fut attribuée à un moine allemand nommé Berthold Swartz21, n’a contribué au renouvellement des sciences qu’en donnant à la puissance centrale le moyen de mettre un terme à l’anarchie féodale. D’autres inventions ont influé plus directement sur le développement de l’esprit humain. La première est celle du papier de chiffons : jusque là on s’était servi pour écrire de papyrus ou de parchemin : mais l’un avait cessé d’être importé en Europe depuis le commencement du Moyen Âge, et l’autre, le parchemin, était d’un prix excessif. Cette cherté donna même lieu à un abus déplorable ; dans plusieurs couvents, des moines imaginèrent de gratter d’anciens manuscrits pour y copier des missels. Beaucoup d’ouvrages précieux furent ainsi complètement détruits.

  • 22 [Abel-François Villemain (né le 9 juin 1790 à Paris ; mort le 8 mai 1870 à Paris), politicien et é (...)

20Dans ces derniers temps, on est parvenu à faire reparaître sur quelques manuscrits de l’antiquité les anciens caractères effacés par les moines, et on a pu relire tout le traité de la République de Cicéron, que M. Villemain22 a traduit.

21Le plus ancien manuscrit que nous possédions, écrit sur du papier de chiffons de chanvre, est de 1318. Mais avant cette époque on possédait du papier de coton, dont l’usage avait été introduit en Europe à la suite des voyages de Marco Paolo.

  • 23 [Jean Gutenberg, de son nom complet Johann Gensfleisch Zur Laden Zum Gutenberg (né pendant la dern (...)

22L’imprimerie ne date que du commencement du xve siècle ; cependant, dès le milieu du douzième, on savait tirer des gravures en bois, autour desquelles on imprimait même quelques lignes d’écriture. Il existe une gravure faite à Harlem en 1441, autour de laquelle on lit une légende assez étendue. C’est sur cette gravure que la ville de Harlem appuie ses prétentions à l’invention de l’imprimerie. Mais une simple gravure d’écriture, faite avec des lettres immobiles, ne constitue pas l’invention de l’imprimerie. Ce sont les caractères mobiles qui constituent cette invention, la plus importante de toutes pour le progrès des lettres et des sciences. Or, l’idée des caractères mobiles appartient à Jean Guttemberg23, né à Mayence en 1400, et se trouve consignée dans un traité conclu avec un marchand de Strasbourg exploiter ensemble plusieurs inventions. Dans ce traité est mentionnée l’imprimerie avec des caractères en bois et mobiles.

  • 24 [Jean Fust (né c. 1400 à Mayence en Allemagne ; mort le 30 octobre 1466 à Paris, France), imprimeu (...)
  • 25 [Pierre Scheffer (né en 1425 ? à Gernsheim, Hesse ; mort en 1502 à Mayence), imprimeur allemand qu (...)

23Le même Guttemberg s’associa en 1443 un riche orfèvre appelé Jean Fust24. Ils imprimèrent ensemble une bible, au moyen de caractères mobiles métalliques. Fust s’associa ensuite un nommé Scheffer25, qui inventa, en 1445 le poinçon avec lequel on forma la matrice pour couler les caractères métalliques. L’invention de l’imprimerie fut ainsi complète ; on sut le moyen de livrer au public un ouvrage pour la centième partie du prix auquel se vendaient les manuscrits. Fust avait été si enchanté de l’invention de Scheffer, son ouvrier, qu’il lui donna sa fille en mariage.

24L’imprimerie est l’invention qui arriva le plus vite à la perfection. Les éditions du xve siècle sont déjà très-satisfaisantes. Fust et Scheffer apportèrent à Paris en 1466 plusieurs exemplaires des ouvrages qu’ils avaient imprimés ; ils ne firent pas connaître leur découverte, et vendirent leurs livres comme s’ils avaient été faits à la main. Lorsqu’on eut marqué qu’ils se ressemblaient tous, le peuple s’imagina qu’ils étaient un produit de la sorcellerie. Mais la baisse que l’imprimerie occasionna dans le prix des livres, fit qu’ils se multiplièrent en peu de temps dans une proportion dont jamais on n’avait eu d’exemple.

25La prise de Constantinople par les Turcs répandit dans l’Occident les manuscrits qui restaient des auteurs anciens, au moment même où l’invention de l’imprimerie donnait la facilité d’en multiplier les copies à un prix très-modéré.

  • 26 [Pétrarque, en italien Francesco Petrarca (né le 20 juillet 1304, Arezzo, Toscane, Italie ; mort l (...)
  • 27 [Giovanni Boccace (né en 1313 à Paris ; mort le 21 décembre 1375, Certaldo, Toscane, Italie), poèt (...)

26L’empire grec, démembré par les conquêtes des califes, succomba aussi dans les mêmes temps, en 1452, aux attaques encore plus vigoureuses des Turcs. Ces peuples étaient bien différents de ce qu’avaient été les Sarrazins, lorsqu’ils envahirent une partie de l’empire d’Orient. Ils n’avaient point comme eux le goût des lettres, de la poésie, des sciences ; ils arrivaient avec toute la barbarie de l’ignorance la plus complète. Aussi tous les hommes qui cultivaient les sciences s’enfuirent-ils de Constantinople en Occident avec leurs livres, dont ils faisaient des copies et des traductions pour vivre. C’est à eux que l’Occident doit la connaissance des anciens ; car ce qui en était resté parmi nous se réduisait à peu de chose. Les efforts impuissants qu’avaient faits, au commencement du xive siècle, Pétrarque26 et Bocace27 pour s’en procurer, n’avaient servi qu’à en constater la rareté, qu’à faire mieux apprécier les débris de l’antiquité, et à faire conserver avec plus de soin ceux qui existaient encore. Cependant quelques ouvrages disparurent encore dans le court intervalle s’écoula jusqu’à la renaissance des lettres. Pétrarque possédait le traité de la République de Cicéron et celui de la Gloire : le premier de ces traités a été, comme nous l’avons dit, retrouvé sur un parchemin ; le deuxième est probablement perdu pour toujours.

27Ce fut donc de Constantinople que sortirent presque tous les manuscrits. Les Grecs exercèrent par eux-mêmes une heureuse influence sur l’esprit général de l’Occident ; car l’Orient, bien que livré aux discussions théologiques les plus puériles, avait pourtant conservé le goût de la bonne littérature. Il y subsista toujours, du moins dans les hautes classes de la société.

28La gravure en taille douce incisée sur cuivre, si indispensable aux progrès de l’histoire naturelle, date à peu près de la même époque que l’imprimerie ; elle ne la précéda guère que de quelques années.

29L’invention des planches en cuivre est due aux orfèvres. Ils gravaient sur les vases des figures en creux qu’ils rendaient visibles en les remplissant d’un mélange métallique noirâtre. Il paraît que plusieurs eurent en même temps l’idée de tirer des empreintes de ces figures, que l’on désignait sous le nom de nigella, en français nielle. Au moyen de la gravure en cuivre on posséda l’un des secours matériels nécessaires à la culture et à la propagation des sciences. Déjà l’alcool et le verre blanc étaient des moyens de conserver les objets d’histoire naturelle : le microscope permettait d’étendre le domaine de la science sur des êtres imperceptibles à l’œil nu ; la gravure pouvait reproduire avec fidélité les formes et les couleurs des objets : enfin l’imprimerie procurait une durée indéfinie à toutes les productions de l’intelligence.

  • 28 [Le Roman de la Rose est l’un des poèmes français les plus célèbres de la fin du Moyen Âge (voir L (...)

30Ce fut donc dans le xve siècle, si fécond en découvertes et en inventions, que l’on commença à faire usage de la boussole. Les Chinois connaissaient cet instrument plus de mille ans avant Jésus-Christ, et il paraît que la connaissance en fut introduite dans l’Occident du xiie au xiiie siècle : c’est du moins ce qui résulterait d’un passage du roman de la Rose28, s’il n’a pas été interpolé. Mais il est certain qu’on ne l’appliqua à la navigation que dans le xve siècle ; les voyages maritimes prirent alors un développement prodigieux dès qu’on eut ainsi un moyen assuré de reconnaître les points cardinaux de l’horizon.

31Ce furent les Portugais qui firent les premières découvertes géographiques ; ils longèrent la côte d’Afrique, et, continuant leurs explorations de 1400 jusqu’à 1500, ils s’avancèrent de plus en plus, firent une quantité considérable de découvertes géographiques, et trouvèrent le chemin des Indes par mer.

  • 29 [Christophe Colomb, marin et navigateur (né entre août et octobre 1451 à Gênes en Italie ; mort le (...)

32Mais dans cet espace de temps, une plus grande découverte avait été faite : Christophe Colomb29 avait atteint le sol de l’Amérique. Partant des données que fournissaient les connaissances de son temps sur la forme sphérique de la terre, et les combinant avec les idées que Marco Paolo avait exprimées sur l’étendue de l’Inde et de la Chine, qu’il supposait du reste beaucoup plus grandes qu’elles ne le sont réellement, ce grand homme résolut de se rendre directement dans ces contrées par l’Occident. D’après des calculs appuyés sur la relation de Marco Paolo, quelques jours de navigation heureuse devaient suffire pour ce grand voyage. Colomb était tellement préoccupé de cette idée que lorsqu’il aborda à l’île Saint-Domingue, il ne douta pas qu’il ne fût au Japon dont Marco Paolo avait fait mention.

33On sent quelle influence dut avoir sur le mouvement des esprits la communication établie avec l’Amérique au moment où les sciences venaient d’acquérir tant de nouveaux moyens d’observation.

34Tout était nouveau en Amérique : les plantes, les animaux, et même les couches du globe. Les spéculateurs, les savants se portèrent à l’envi sur ce nouveau théâtre. Les xvie et xviie siècles virent compléter la découverte de l’Amérique et créer un nouveau corps de science.

35Cette découverte date de 1492. Peut-être fut-il heureux pour les progrès de l’humanité qu’elle n’ait pas été faite plus tôt. En effet, si elle n’eût pas été précédée par un retour à 1a bonne littérature grecque et latine ; si les nouvelles connaissances qu’elle procura à l’Europe étaient arrivées dans un temps où tous les esprits étaient enchaînés sous le joug de l’autorité, peut-être eût-on abandonné la voix de l’observation pour celle de l’ergotage.

36Mais à la fin du xve siècle, l’esprit humain était en grande partie émancipé par la réforme. L’Angleterre, la Hollande, la moitié de l’Allemagne, la plus grande partie de la Suisse et de la Hongrie s’étaient déjà soustraites à l’autorité du pape ; la totalité de la Russie professait la religion grecque. Sans doute cette lutte de croyances religieuses produisit des guerres et des malheurs innombrables ; mais le genre humain y gagna la liberté de penser.

Notes

1 [Saint Albert le Grand, en latin Albertus Magnus, de son nom Albert de Cologne, ou « Docteur Universel » (né c. 1200, Lauingen an der Donau en Souabe, Allemagne ; mort le 15 novembre 1280 à Cologne ; canonisé le 16 décembre 1931 ; fêté le 15 novembre), évêque dominicain et philosophe, il fut le professeur de Saint Thomas d’Aquin et défenseur de l’aristotélicisme à l’Université de Paris. Il permit à l’étude de la nature de devenir une science légitime au sein de la tradition chrétienne. Par décret papal en 1941, il fut déclaré le saint patron des défenseurs des sciences naturelles. Il fut l’écrivain le plus prolifique de son siècle et il fut le seul savant de son époque à être surnommé « le Grand », ce surnom lui ayant été attribué de son vivant.]

2 [Bolstein apparaît ici par erreur à la place d’Holstein. Les Comtes d’Holstein et de Schauenburg étaient des titres du temps du Saint Empire. La dynastie venait de Schauenburg près de Rinteln (dans la région de Schaumburgsur la Weser en Allemagne. La famille des Schauenburg régnait sur leurs possessions ancestrales de Bückeburg et de Stadthagen ainsi que sur les Comtés de Schauenburg et d’Holstein (dans l’état fédéral allemand actuel de Schleswig-Holstein).]

3 [Sur les Œuvres d’Albert le Grand et Albert le Petit, voir Petit (Albert), Secrets merveilleux de la magie naturelle & cabalistique du Petit Albert, traduite exactement sur l’original Latin, intitulé Alberti Parvi Lucii Libellus de mirabilibus naturae arcanis ; enrichi de figures mistérieuses & de la manieÌre de les faire [nouvelle éd., corr. & augm.], Lyon : Héritiers de Beringos Fratres, 1743, 240 p. ; Le Grand et Le Petit Albert : Les Secrets de la Magie Naturelle et Cabalistique [préface de Husson Bernard], Paris : Éditions Pierre Belfond, 1970, 271 p.]

4 [Dîner du Douzième Jour ou du Douzième Soir, soirée précédant l’Épiphanie (du grec epiphaneia, « apparition »), fête célébrée le 6 janvier ; l’une des trois fêtes les plus anciennes et les plus importantes de l’église chrétienne (avec Pâques et Noël). Cette fête commémore la première apparition de Jésus-Christ aux rois mages, et la manifestation de sa divinité, telle qu’elle se produisit lors de son baptême dans le Jourdain, et lors de son premier miracle à Cana en Galilée.]

5 [Guillaume de Hollande, en allemand Wilhelm von Holland (né en 1228 ; mort le 28 janvier 1256, près de Hoogwoude, dans les Pays-Bas), roi allemand à partir du 3 octobre 1247, élu par le parti papal comme antiroi, en opposition à Conrad IV (né le 25 avril 1228, mort le 21 mai 1254), son titre fut par la suite pleinement reconnu. Comme Guillaume II, il fut également comte de Hollande, succédant à son père, le Comte Florent IV, en 1234].

6 Cette dernière opinion a été reproduite par M. Arago, mais appuyée sur d’autres arguments que ceux d’Albert. Elle est maintenant abandonnée [M. de St.-Agy.] [Arago est François Arago, de son nom complet, Dominique-François-Jean Arago (né le 26 février 1786 à Estagel, Roussillon, France ; mort le 2 octobre 1853 à Paris), physicien français qui découvrit le principe de production de magnétisme par rotation d’un conducteur non-magnétique. Il inventa également une expérience qui prouva la théorie ondulatoire de la lumière et il participa avec d’autres scientifiques à des travaux de recherche qui menèrent à la découverte des lois de polarisation de la lumière.]

7 [De Mineralibus et Rebus Metallicis ou Des Minéraux et des Matériaux Métalliques, cf. Albert le Grand, De Mineralibus et Rebus Metallicis, Coloniae : Apud I. Birckmannum & T. Baumium, 1569, 391 + [11] p. ; Le Monde minéral [présentation, traduction et commentaires par Angel Michel], Paris : Les Éditions du Cerf, 1995, 448 p.]

8 [Roger Bacon, surnommé Docteur Mirabilis (né c. 1220, Ilchester, Somerset, ou Bisley, Gloucester, Angleterre ; mort en 1292, Oxford ?), philosophe franciscain anglais et réformateur en éducation, il fut un partisan actif de la science expérimentale. Bacon étudia les mathématiques, l’astronomie, l’optique, l’alchimie, et les langues étrangères. Il fut le premier européen à décrire en détail le procédé de fabrication de la poudre à feu, et il suggéra des machines volantes, et des bateaux et chariots à moteur. Bacon (comme il le remarquait lui-même) faisait preuve d’une énergie et d’un zèle extraordinaires dans ses activités de science expérimentale ; ses études en effet lui valurent d’être connu de tous et lui permirent de devenir populaire comme un scientifique capable de faire des merveilles. Bacon est donc l’expression précoce de l’esprit de la méthode scientifique, même si dans la réalité il fit moins usage de cette méthode qu’on a pu le raconter.]

9 [Henry III (né le 1er octobre à Winchester, Hampshire, Angleterre ; mort le 16 novembre 1272 à Londres), roi d’Angleterre de 1216 à 1272. Durant les 24 ans (1234-1258) pendant lesquels il eut contrôle effectif du gouvernement, il démontra une telle indifférence à la tradition que les barons finirent par le forcer à accepter une série de réformes importantes, les Provisions d’Oxford (1258).]

10 [Edouard Ier, de son nom Edward Longshanks (né le 17 juin 1239 à Westminster, Middlesex, Angleterre ; mort le 7 juillet 1307, Burgh by Sands, près de Carlisle, Cumberland), fils d’Henry III et roi d’Angleterre de 1272 à 1307, période caractérisée par un développement de la conscience nationale. Il affirma le pouvoir de la couronne et du Parlement contre l’ancienne noblesse féodale. Il assujettit le Pays de Galles, détruisant son autonomie ; et il essaya (vainement) de conquérir l’Écosse. Son règne est réputé pour son efficacité administrative et ses réformes légales. Il introduisit une série de lois qui permirent de consolider la couronne dans la hiérarchie féodale. Sa définition du droit commun anglais et les corrections qu’il y apporta lui valurent le surnom de « Justinien Anglais ».]

11 [Louis VIII, de son surnom Louis le Lion, ou Cœur de Lion (né le 5 septembre 1187 à Paris ; mort le 8 novembre 1226, Montpensier, Auvergne, France), roi de France capétien à partir de 1223 qui passa la plupart de son court règne à établir le pouvoir royal en Poitou et dans le Languedoc.]

12 [Pape Clément IV, de nom d’origine français Gui Foulques, en italien Guido Fulcodi (né à Saint-Gilles, Languedoc ; mort le 29 novembre 1268, Viterbo, dans les États pontificaux) pape de 1265 à 1268. Eminent juriste au service du roi Saint Louis IX de France, Guido fut ordonné prêtre au décès de sa femme c. 1256. Il devint ensuite évêque du Puy en 1257, archevêque de Narbonne en 1259, et cardinal en 1261. Alors qu’il était en mission diplomatique en Angleterre, il fut élu pape in absentia le 5 février 1265, et consacré 10 jours plus tard.]

13 [L’« Œuvre Majeure » (Opus majus) fut écrite dans le but de persuader le pape de l’urgente nécessité et des nombreuses utilités des réformes qu’il proposait. Mais la mort de Clément en 1268 mit fin aux rêves de Bacon de donner aux sciences leur juste place dans l’enseignement universitaire.]

14 [Nicolas IV, de son nom d’origine Girolamo Masci, ou Jérôme d’Ascolie (né le 30 septembre 1227 près d’Ascoli Piceno dans les États pontificaux ; mort le 4 avril 1292 à Rome), pape de 1288 à 1292, il fut le premier pontife franciscain. Il joignit les Franciscains lorsqu’il était jeune et devint leur ministre en Dalmatie. En 1272, le pape Grégoire X l’envoya à Constantinople où il participa à une brève réunion avec les Grecs. De 1274 à 1279, il fut ministre général des Franciscains, et en 1281, le pape Martin IV le nomma cardinal évêque de Palestrina en Italie. Il fut élu pape le 22 février 1288, succédant au pape Honorius IV, après que la papauté soit restée sans pape pendant près de onze mois.]

15 [Pape Grégoire ou Grégoire XIII, voir Leçon 11, note 4.]

16 [Bacon est l’auteur présumé du manuel d’alchimie intitulé Speculum Alchemiae, lequel fut publié pour la première fois en latin en 1541 ; il fut traduit en français sous le titre Le Miroir d’Alchimie en 1557, et en anglais (The Mirror of Alchimy) en 1597 (cf. Bacon (Roger), Le miroir d’alquimie. Traduict de Latin en François, par un gentilhomme du D’aulphiné [i.e. Nicolas Barnaud], Lyon : Macé Bonhomme, 1557, 4 pts. en 1 vol. ; The mirror of alchimy, composed by the thrice-famous and learned fryer, Roger Bachon, sometimes fellow of Martin Colledge : and afterwards of Brasen-nose Colledge in Oxenforde. Also a most excellent and learned discourse of the admirable force and efficacie of art and nature, written by the same author. With certaine other treatises of the like argument, Londres : Impr. [par Thomas Creede] pour Richard Olive, 1597, 84 p. ; pour une édition contemporaine cf. Miroir d’alchimie [textes trad. du latin en français par Poisson Albert], Milan : Archè, 1974, 93 p.)]

17 [Gédéon, juge et héros libérateur d’Israël dont les actions sont décrites dans le Livre des Juges. Apparemment, l’auteur juxtaposa deux récits traditionnels afin de mettre en valeur le monothéisme d’Israël et son devoir de détruire l’idolâtrie. L’un des récits raconte que Gédéon incita les hommes de sa tribu Manassé à assassiner les Madianites, horde de pillards du désert, mais, influencé par le culte de ses adversaires, il fit fondre à partir de l’or du butin un objet qui devint une idole et conduisit Israël à l’immoralité. La deuxième version de l’histoire remplace l’idole et l’autel de la déité locale Baal avec le culte de Yaveh, Dieu d’Israël, lequel inspira Gédéon et son clan à détruire les Madianites et leurs chefs comme signe de la suprématie de Yaveh sur Baal. L’histoire est également importante pour l’information qu’elle apporte sur le développement de la monarchie en Israël sous le fils de Gédéon, Abimelech.]

18 [Pétard, feu d’artifice qui explose bruyamment.]

19 [La théorie du phlogistique est une théorie chimique obsolète qui affirmait que tous les matériaux inflammables contenaient une substance combustible, le phlogiston. Ainsi, le phénomène de combustion, que l’on appelle aujourd’hui oxydation, provenait du dégagement du phlogiston, laissant la substance « déphlogistifiée » sous forme de centre ou résidu. La théorie phlogistique fut discréditée par Antoine Lavoisier (né le 25 août 1743, mort guillotiné le 8 mai 1794) entre 1770 et 1790. Il étudia le gain ou la perte de poids lorsque l’étain, le plomb, le phosphore et le sulfure subissent une réaction d’oxydation ou de désoxydation ; il montra que l’oxygène, élément récemment découvert, était toujours impliqué dans la combustion. Bien qu’un certain nombre de chimistes –notamment Joseph Priestley (né le 13 mars 1733, mort le 6 février 1804), l’un des découvreurs de l’oxygène– essayèrent de conserver une certaine partie de la théorie phlogistique, pratiquement tous les chimistes de l’après 1800 reconnurent l’exactitude de la théorie de l’oxygène de Lavoisier.]

20 [De mirabili potestate artis et naturae ou Le Traité sur les Forces de la Nature et la Nullité de la Magie ; voir Bacon (Roger), De l’admirable pouuoir et puissance de l’art, & nature : ou est traicté de la pierre philosophale [trad. en ancien françois par Girard de Tournus Jacques], Lyon : Macé Bonhomme, 1557, 95 p.]

21 [Berthold der Schwarze, également appelé Berthold Schwarz (fl. xive siècle), moine allemand et alchimiste qui découvrit, probablement avec d’autres, la poudre à canon (c. 1313). La seule évidence que l’on a sont des références, bien que d’authenticité douteuse, annotées dans les registres de la ville de Gand (aujourd’hui en Belgique). On sait peu de choses de sa vie, bien qu’il semble qu’il ait été chanoine à la cathédrale de Constance en 1300 environ, et professeur à l’université de Paris dans les années 1330. On lui attribue parfois d’avoir été le premier européen à avoir coulé un canon en bronze.]

22 [Abel-François Villemain (né le 9 juin 1790 à Paris ; mort le 8 mai 1870 à Paris), politicien et écrivain français. Après avoir poursuivi ses études au Lycée Louis-le-Grand, il devint professeur suppléant au Lycée Charlemagne, et ensuite à l’École Normale. En 1812, il gagna un prix de l’Académie Française pour son essai sur Michel de Montaigne. Sous la Restauration, il fut nommé tout d’abord professeur assistant d’histoire moderne, et ensuite professeur de rhétorique française à la Sorbonne. Il y délivra une série de conférences littéraires qui eurent un effet extraordinaire sur ses jeunes contemporains. Son édition de La République de Cicéron fut publiée en 1823.]

23 [Jean Gutenberg, de son nom complet Johann Gensfleisch Zur Laden Zum Gutenberg (né pendant la dernière décennie du xive siècle à Mayence en Allemagne ; mort probablement le 3 février 1468 à Mayence), artisan allemand et inventeur de la presse à imprimer qui fut utilisée sans grand changement jusqu’au xxe siècle. Les éléments particuliers de son invention consistaient en un moule avec une matrice des caractères mobiles en métal, qui permettait une impression précise et en grande quantité ; un alliage métallique ; une nouvelle presse, basée sur la presse à vin, la presse à papier et la reliure ; et une encre à imprimer à huile. Aucun de ces éléments n’existait dans l’imprimerie chinoise ou coréenne, ou dans la technique européenne d’estampillage de lettres sur surfaces variées, ou dans l’impression sur bois.]

24 [Jean Fust (né c. 1400 à Mayence en Allemagne ; mort le 30 octobre 1466 à Paris, France), imprimeur allemand, financier associé de Gutenberg (l’inventeur de la presse à imprimer en Europe), et fondateur, avec Pierre Schöffer, de la première imprimerie commerciale à succès. Riche orfèvre, Fust prêta à Gutenberg 800 guildes en 1450 pour lui permettre de mettre au point sa presse à imprimer mobile. Il lui prêta 800 guildes supplémentaires deux ans plus tard. La Bible à 42 lignes de Gutenberg et son Psautier de 1457 étaient presque terminés lorsque Fust porta Gutenberg devant les tribunaux dans le but de récupérer son prêt avec intérêt. La cour trancha en faveur de Fust, et Gutenberg perdit son invention et son matériel.]

25 [Pierre Scheffer (né en 1425 ? à Gernsheim, Hesse ; mort en 1502 à Mayence), imprimeur allemand qui aida Jean Gutenberg et ouvrit plus tard sa propre imprimerie. Scheffer étudia à Paris, où il travailla comme copiste, avant de devenir apprenti de Gutenberg à Mayence. Il débuta dans l’activité commerciale de l’imprimerie comme associé de Jean Fust, créditeur de Gutenberg, dont il épousa plus tard la fille. Les plus beaux exemples qui nous soient parvenus de son artisanat sont le Psautier de Mayence de 1457 et la Bible à 48 lignes de 1462. Le Psautier fut le premier livre imprimé à indiquer la date et le lieu d’impression et le nom des imprimeurs. Scheffer moula les premiers caractères en matrices qu’il utilisa pour la seconde édition de la Bible. Il imprima ainsi plus de 300 livres.]

26 [Pétrarque, en italien Francesco Petrarca (né le 20 juillet 1304, Arezzo, Toscane, Italie ; mort le 18 ou 19 juillet 1374 à Arque, près de Padoue, Carrare, Italie), érudit italien, poète et humaniste dont les poèmes adressés à Laure, une bien-aimée idéalisée, contribuèrent à l’épanouissement de la poésie lyrique de la Renaissance. L’esprit curieux de Pétrarque et son amour des auteurs classiques le conduisirent à voyager à la rencontre d’hommes de savoir et à la recherche de manuscrits classiques dans les bibliothèques monastiques. Il fut considéré comme le plus grand érudit de son époque.]

27 [Giovanni Boccace (né en 1313 à Paris ; mort le 21 décembre 1375, Certaldo, Toscane, Italie), poète et homme de lettres italien, connu comme l’auteur du recueil de nouvelles le Décameron. Comme Pétrarque, il établit les fondations de l’humanisme de la Renaissance et éleva la littérature vernaculaire au niveau de prestige des classiques de l’antiquité (cf. Boccace (Jean), Le Décaméron [traduction nouvelle et postface de Clerico Giovanni ; préface de Laurens Pierre ; dossier de Laurens Claude & Laurens Pierre], Paris : Gallimard, 1995, 1056 p.)]

28 [Le Roman de la Rose est l’un des poèmes français les plus célèbres de la fin du Moyen Âge (voir Lorris (Guillaume de) & Meun (Jean de), Le Roman de la Rose [traduction en francais moderne par Lanly André], Paris : Honoré Champion, 1971-1976, 5 vol.) Basé sur le modèle d’Ovide Ars amatoria (c. 1 av. J.-C. ; L’Art de l’Amour ; voir Ovide, L’art d’aimer [traduction de Bornecque Henry revue par Heuzé Philippe ; texte annoté et questions par Alizon Aude (...) Tardiveau Christine], Paris : Les Belles Lettres ; Hatier, 2009, 222 p.), le poème est composé de plus de 21 000 lignes de couplets de huit syllabes et survécut dans plus de 300 manuscrits. On ne sait rien de l’auteur des 4 058 premiers vers si ce n’est son nom, Guillaume de Lorris (village près d’Orléans). Cette partie, écrite en 1230 environ, est une charmante allégorie à la cour faite à une jeune fille, symbolisée par un bouton de rose, dans l’enceinte d’un jardin, lequel représente la société chevaleresque.]

29 [Christophe Colomb, marin et navigateur (né entre août et octobre 1451 à Gênes en Italie ; mort le 20 mai 1506 à Valladolid en Espagne), fils aîné de Domenico Colombo, tisserand et commerçant originaire de Gênes, et de Susanna Fontanarossa, sa femme. On considère Christophe Colomb comme le premier Européen à avoir traversé l’Océan Atlantique et à avoir découvert le continent américain. Il traversa quatre fois l’Atlantique grâce au soutien financier de Ferdinand et Isabelle, les rois catholiques d’Aragon, de Castille et de León en Espagne. Lors de ses deux premiers voyages (3 août 1492 - 15mars 1493, et 25 septembre1493 - 11 juin 1496) Christophe Colomb découvrit la plupart des îles des Caraïbes et il établit une base à Hispaniola (aujourd’hui divisée entre Haïti et la République Dominicaine). Lors de son troisième voyage (30 mai 1498 - octobre 1500) il atteignit Trinidad, le Vénézuéla et le delta de la rivière Orinoco. Lors de son quatrième voyage (9 mai 1502 - 7 novembre1504) il retourna en Amérique du sud et navigua depuis le Cap Honduras jusqu’à la Côte Moustique du Nicaragua, le Costa Rica, Veragua, et Panama. Bien qu’à ses débuts il fut plein d’espoir et d’ambition, ambition satisfaite en partie par son titre d’« Amiral des Mers » qu’on lui attribua en avril 1492, ainsi que les prérogatives financières et gouvernementales qui lui furent octroyées et enregistrées dans le Livre des Privilèges (registre de ses titres et des prérogatives), Christophe Colomb mourut déçu. On lui retira les fonctions de gouverneur d’Hispaniola en 1499, sa bienfaitrice principale, la Reine Isabelle, mourut en 1504, et ses efforts pour récupérer le gouvernement des Antilles des mains du Roi Ferdinand furent en vain. Néanmoins, en 1542, les ossements de Christophe Colomb furent rapatriés d’Espagne vers la Cathédrale de Saint Domingue à Hispaniola (aujourd’hui en République Dominicaine) où il repose toujours à ce jour.]

Table des illustrations

Titre PRESSE À IMPRIMER. Détail de la planche XIV extraite du chapitre « Imprimerie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 7 de 1769).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 902k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540