Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

7. The Middle Age and Early Renaissance / Le Moyen age et la Pré-Renaissance

22. Les Croisades

Texte intégral

LA BATAILLE DE NICÉE (1096-1097 après J. C.). Illustration de Gustave Doré, gravée par Doms, extraite de Michaud (Joseph F.), History of the Crusades [illustré de cent dessins de Gustave Doré, gravés par Bellenger, Doms, Gusman, Jonnard, Pannemaker, Pisan, Quesnel], Philadelphie : G. Barrie, 1896, vol. 1, après p. 64. © University of Washington Libraries

LA BATAILLE DE NICÉE (1096-1097 après J. C.). Illustration de Gustave Doré, gravée par Doms, extraite de Michaud (Joseph F.), History of the Crusades [illustré de cent dessins de Gustave Doré, gravés par Bellenger, Doms, Gusman, Jonnard, Pannemaker, Pisan, Quesnel], Philadelphie : G. Barrie, 1896, vol. 1, après p. 64. © University of Washington Libraries
  • 1 [Sylvestre II, nom d’origine Gerbert d’Aurillac (né c. 945, près d’Aurillac en Auvergne, France ; (...)

1Au xie siècle l’Europe ne recevait guère de lumières que des Arabes d’Espagne. La plupart des chrétiens qui cherchaient à s’instruire, surtout en médecine, se rendaient dans leurs écoles. Gerbert, archevêque de Reims, l’un des grands hommes du siècle, et qui devint pape sous le nom de Sylvestre II1, avait fait ses études à Cordoue. C’est par lui que fut introduit chez les chrétiens l’usage des chiffres arabes, si commodes pour les calculs. Mais nous devons faire remarquer que les Arabes ne sont point les inventeurs de ces chiffres, comme l’indique le nom qu’on leur donne généralement ; l’invention de ces chiffres est due aux Indiens, chez qui on les trouve jusque dans l’antiquité la plus reculée. Gerbert, comme tous les hommes instruits, fut accusé de magie ; mais il parvint à triompher de ses ennemis, et son savoir, qui avait failli lui devenir funeste, le porta au souverain pontificat.

  • 2 [Constantin l’Africain, en latin Constantinus Africanus (né c. 1020, à Carthage ou en Sicile ; mor (...)
  • 3 [Regimen Sanitatis Salernitanum (« Manuel de Salerne sur la Santé »), d’une date incertaine et aux (...)

2Les écoles des Arabes avaient une supériorité trop remarquable, pour qu’elles ne devinssent pas le modèle de celles qui furent établies plus tard en France et ailleurs. Dès le xie siècle Paris eut des écoles tenues par des séculiers et même par des laïques. On établit surtout des écoles de médecine. Les Bénédictins en ouvrirent une au mont Cassin ; mais la plus célèbre et la plus ancienne des écoles médicales fut celle de Salerne, près Naples. Dès 984, un évêque de Verdun y fut exprès pour se faire traiter. Ce furent, dit-on, un Maure, un Juif et un Latin qui fondèrent cette école ; mais il ne faut pas prendre cette tradition à la lettre ; elle ne constate probablement que la triple influence sous laquelle l’école fut établie. La première université fut établie à Salerne, c’est-à-dire que c’est là qu’eut lieu la première réunion d’écoles dirigées par une seule autorité spéciale. En 1075, Constantin l’Africain2 y publia différentes traductions grecques et latines. Le fameux, Regimen Sanitatis,3 qui contient des règles d’hygiène, rédigées en vers, est de l’an 1100. Dans le cours du xiie siècle, les rois normands donnèrent à l’école de Salerne des règlements imités des écoles arabes, qui, elles-mêmes, avaient reçu les leurs des Nestoriens.

3L’école de médecine de Montpellier est, après celle de Salerne, la plus ancienne des écoles qui ont obtenu de la célébrité parmi les chrétiens. Le régime en était moitié français et moitié espagnol. Un grand nombre de médecins juifs y apportaient d’Espagne toutes les connaissances des Arabes. Au xiie siècle, presque tous les médecins des Princes étaient juifs ; le peuple, qui redoutait et admirait tout à la fois leur savoir, ne manquait guère de supposer que les princes qui avaient succombé entre leurs mains étaient victimes de quelques poisons. Les médecins juifs, presque tous voyageurs, rendaient de grands services à la science, en propageant les lumières qu’ils avaient recueillies dans divers pays. C’est à eux que remonte l’établissement des jurandes et des corporations.

4Les croisades procurèrent des rapports bien plus nombreux et bien plus instructifs encore avec l’Orient, et nous verrons que ces entreprises, qui eurent un résultat si funeste, à ne considérer que le but dans lequel elles furent tentées, contribuèrent diversement au progrès de la civilisation et au perfectionnement des sciences.

  • 4 [Charles Martel (né le 23 août 686, mort le 22 octobre 741) fut proclamé Maire du Palais, dirigean (...)

5Sous les premiers califes, les Sarrasins avaient menacé d’envahir toute l’Europe. Ils avaient conquis l’Espagne ; ils étaient même entrés sur le sol de la France, lorsque Charles-Martel4 sauva l’Europe à Saltz. Depuis lors la puissance des Arabes n’avait fait que décroître. Le califat avait été démembré, et les califes dégénérés étaient entourés d’ennemis puissants, des chrétiens en Espagne, et en Perse des Turcs, qui leur avaient enlevé plusieurs provinces. Tel était l’état des choses à l’époque de la première croisade. Ce grand mouvement de la chrétienté contre l’islamisme n’eut donc pas pour cause la nécessité de se soustraire au danger d’une invasion des infidèles. Depuis long-temps ce danger n’existait plus ; le désir de faciliter le pélerinage des chrétiens au Saint-Sépulcre fut le seul mobile qui fit entreprendre aux nations de l’Europe cette guerre lointaine et périlleuse nommée croisade. Toutefois il y faut joindre la nécessité où l’on se trouvait alors de se débarrasser d’une quantité considérable de malheureux dont le besoin était un véritable fléau, et qui, se rassemblant par troupes nombreuses, commençaient à inquiéter la noblesse.

  • 5 [Pierre l’Ermite, (né c. 1050, probablement à Amiens en France ; mort le 8 juillet 1115 à Neufmous (...)

6Aussi long-temps que Jérusalem était restée au pouvoir des Arabes, la tolérance de ces peuples avait laissé assez de facilité aux pieux voyages des chrétiens à la Terre-Sainte. Mais sous la domination des Turcs, ces voyages devinrent très-pénibles. Ce fut le tableau éloquent que firent les pélerins, et surtout Pierre l’Ermite5, des vexations et des cruautés exercées sur eux par les Turcs, qui souleva toute l’Europe contre ces derniers.

  • 6 [Louis VII, ou Louis le Jeune, (né c. 1120 ; mort le 18 septembre 1180 à Paris), roi de France de (...)
  • 7 [Coradin, mieux connu sous le nom de Conrad III (né en 1093 ; mort le 15 février 1152 à Bamberg, e (...)
  • 8 [Saladin, en arabe Salah Ad-Din Yusuf ibn Ayyub (« Rectitude de la Foi, Joseph, Fils de Job ») (né (...)
  • 9 [le 2 octobre 1187, conséquence du siège de Jérusalem entrepris par Saladin le 20 septembre 1187, (...)
  • 10 [Philip II, de son nom Philippe Auguste (né le 21 août 1165 à Paris ; mort le 14 juillet 1223 à Ma (...)
  • 11 [Saint Louis, voir note 32 ci-dessous.]
  • 12 [Guillaume de Tyr (né c. 1130 en Syrie, mort en 1185 à Rome), politicien franco-syrien, homme d’ég (...)

7La première croisade se fit en 1099. Ce fut la seule qui atteignit son but : la Palestine fut conquise, le royaume de Jérusalem fondé et le Saint-Sépulcre affranchi. Mais ce royaume de Jérusalem, petit, faible et éloigné de l’Occident, fut bientôt attaqué par les Turcs vaincus. Chaque fois qu’il fut en danger les princes chrétiens firent de nouveaux efforts pour le secourir, ce qui produisit les autres croisades. La seconde, qui eut lieu sous Louis VII6 et Coradin7, en 1147, à la suite de la prise d’Edesse par Coradin, n’eut aucun résultat. La troisième fut entreprise lorsque Saladin8 eut conquis Jérusalem, et envahi la totalité du royaume fondé par les premiers croisés, à l’exception de la ville d’Acre9. La quatrième eut lieu en 1204 sous Philippe-Auguste10. Les croisés, au lieu d’aller alors en Palestine, se dirigèrent sur Constantinople, s’en emparèrent et fondèrent l’empire latin de Constantinople, qui dura soixante ans. En 1248, saint Louis11 attaqua l’Égypte à la tête d’une nouvelle croisade (la cinquième). Il avait parfaitement compris que le seul moyen d’assurer l’existence du royaume de Jérusalem était de conquérir l’Égypte. Mais la guerre eut la fin la plus déplorable. Toutefois, elle procura à l’Europe une connaissance beaucoup plus exacte des pays parcourus et influa de la manière la plus heureuse sur le développement de la littérature de l’Occident. Il est difficile de lire un ouvrage où règnent des sentiments plus nobles, plus élevés que ceux qui sont exprimés dans Guillaume de Tyr12 : on ne saurait trop d’admirer surtout lorsqu’on le compare à ceux qui ont été écrits un siècle plus tôt.

8Les croisades eurent un autre résultat fort important ; ce fut l’affaiblissement de la puissance des grands vassaux ; le pouvoir central s’accrut en proportion de cet affaiblissement. D’un autre côté, les seigneurs, ruinés par ces guerres énormément dispendieuses, multiplièrent les affranchissements des communes pour se procurer de l’argent. Ce fut surtout sur les villes d’Italie que les croisades répandirent les plus grands bienfaits. Ces entreprises lointaines, nécessitant de grandes expéditions maritimes, donnèrent naissance à un commerce immense, auquel prirent part surtout Venise, Gênes, Pise, etc., et qui rétablit entre l’Orient et l’Occident des relations interrompues depuis la conquête des barbares. Les habitants des villes d’Italie, enrichis par leur commerce, prirent pour les sciences un goût qui se développa pendant toute la durée du xiie et du xiiie siècle.

9La superstition ne profita pas seule de l’accroissement de puissance que les croisades procurèrent au pape et au clergé : les gens de lettres obtinrent une position indépendante ; nous allons entrer à cet égard dans quelques développements.

10L’opinion s’était répandue dans toute la chrétienté que le monde devait finir juste mille ans après la naissance de Jésus-Christ ; et beaucoup de personnes avaient donné leurs biens à l’Église pour assurer le salut de leur âme. Si la fin du monde devait arriver, je ne sais trop ce que l’Église prétendait faire des dons qu’elle recevait ; mais la fin du monde n’arriva pas, et l’Église se trouva en possession de richesses immenses. Ses bénéfices furent dès lors un objet d’ambition générale : clercs et laïcs se les disputèrent, et souvent les seigneurs parvinrent à les faire accorder à leurs créatures. Déjà, sous les maires du palais, Charles-Martel avait donné ce dangereux exemple, et la possession des bénéfices fut depuis lors une cause permanente de querelles entre le clergé et la puissance séculière. Il aurait été extrêmement malheureux pour les sciences et les lettres que les nobles ignorants et barbares eussent réussi à s’emparer des biens du clergé. Or les croisades, en diminuant le pouvoir des seigneurs, et en augmentant celui des papes, donnèrent à ceux-ci la possibilité de protéger efficacement le clergé et avec lui les biens des lettrés. Ils ne tardèrent pas à être aussi assez puissants pour protéger utilement les peuples contre l’avarice de chaque nouvel empereur, qui, en venant se faire couronner à Rome, ne manquait pas de lever des impôts. L’affranchissement des chefs des nations germaniques était lié à celui des peuples d’Italie, qui profitaient de toutes les guerres que s’attiraient les empereurs pour se soustraire de plus en plus à leur domination.

  • 13 [Les Guelfes et les Gibelins étaient deux partis politiques opposés en Allemagne et en Italie pend (...)

11Sans doute une infinité de circonstances venaient croiser et compliquer les intérêts principaux débattus dans les guerres dont nous parlons ; mais, en définitive, l’accroissement de la puissance des papes fut directement lié avec l’émancipation des princes d’Allemagne, d’une part, et de l’autre avec l’établissement de la souveraineté des républiques d’Italie. En jugeant d’après cette vue les deux partis si célèbres des Guelfes et des Gibelins13, on reconnaît clairement que les Guelfes, qui tenaient pour les papes, combattaient réellement en faveur des vrais intérêts de l’Italie. L’établissement des souverainetés de l’Allemagne et surtout de l’Italie fut aussi très-utile, en multipliant les centres de gouvernement. Chaque capitale, surtout si elle possède quelque richesse, attire nécessairement une réunion de savants, d’hommes de lettres et d’artistes, et devient ainsi un foyer d’instruction qui répand les lumières dans les autres parties de l’État.

12Deux sortes d’établissements recueillirent les fruits du mouvement que les Croisades imprimèrent aux esprits en faveur des lettres et des sciences. Au xiiie siècle, les universités furent établies par les ordonnances qui assujettirent certaines réunions d’écoles à une juridiction spéciale et indépendante. Ces ordonnances furent très-utiles aux sciences, en ce qu’elles augmentèrent le pouvoir et la considération des personnes qui les cultivaient.

  • 14 [Frédéric Ier, ou Frédéric Barberousse (Barbarossa en Italien) (né c. 1123 ; mort le 10 juin 1190 (...)
  • 15 [Hirnerius, également appelé Guarnerius, ou Warnerius (né c. 1055 à Bologne ; mort en 1125 ou peu (...)
  • 16 [Alexandre III, de son nom d’origine Rolando Bandinelli (né c. 1105 à Sienne en Toscane ; mort le (...)

13En 1158, Frédéric Barberousse14 donna une constitution par laquelle les écoliers étaient rendus justiciables des tribunaux ecclésiastiques, à moins qu’ils ne préférassent se faire juger par leurs professeurs. Ce fut surtout cette ordonnance de 1158 qui constitua les universités à Bologne, où Hirnerius15 enseigna le droit, ainsi que dans plusieurs autres villes d’Italie. Dès lors, on vit se former des universités dans toutes les villes où existaient des écoles un peu célèbres de droit, de médecine, de théologie ou de littérature. Celle de Paris remonte à l’an 1200, temps où régnait Philippe-Auguste. Avec les universités s’introduisit l’usage des licences qui conféraient le droit d’enseignement à ceux qui les avaient obtenues. D’abord on fit payer ces licences ; mais Alexandre III16 en défendit cet abus, et ordonna que les licences fussent accordées sans rétribution à tous ceux qui les mériteraient.

14Les papes contribuèrent, en ce qui les regardait, à l’établissement des universités ; ils leur accordèrent partout les priviléges apostoliques, qui étaient indispensables pour que les gradués puissent prétendre aux bénéfices ecclésiastiques.

15Les écoliers des universités, chacun suivant le grade qu’il avait obtenu, pouvaient, comme on le disait alors, jeter leur dévolu dans telle ou telle sphère. Tous les bénéfices qui n’emportaient pas charge d’âmes pouvaient leur être concédés.

16En 1238, il y avait à Salerne une université de droit et de médecine ;

17En 1229, fut constituée celle d’Oxford ;

18En 1336, celle de Pise ;

19En 1347, celle de Prague ;

20En 1389, celle de Cologne.

21L’Europe latine formait, pour ainsi dire, alors une seule nation.

22Je ferai remarquer que l’on se tromperait sur l’étymologie du mot université, si l’on pensait qu’elle eût quelque rapport avec le grand nombre de connaissances qui étaient quelquefois enseignées dans les universités. Dans l’université de Montpellier on n’enseignait que la médecine ; université signifiait seulement corporation ; il y a eu des universités de cordonniers.

  • 17 [Les ordres mendiants sont des ordres religieux de l’église catholique qui ont fait vœu de pauvret (...)

23L’établissement des universités scientifiques et littéraires produisit celui des ordres mendiants17. Le clergé, remarquant que les anciens ordres monastiques, devenus excessivement riches, négligeaient l’étude, craignit que l’instruction ne lui échappât tout-à-fait, et il imagina l’établissement de nouveaux ordres destinés à maintenir la supériorité qu’il avait eu jusque là dans les lettres et dans les sciences. Pour éviter le renouvellement de l’inconvénient auquel il voulait remédier, il fonda les nouveaux ordres sur la pauvreté, en leur prescrivant de vivre de la charité publique.

  • 18 [Saint François d’Assise, en Italien San Francesco d’Assisi, baptisé Giovanni, puis Francesco, de (...)
  • 19 [Les Franciscains ou Cordeliers sont les membres de l’ordre religieux chrétien fondé au début du x (...)
  • 20 [Les Capucins sont les membres de l’ordre des Frères Mineurs Capucins, branche indépendante de l’o (...)
  • 21 [Saint Dominique, en espagnol Santo Domingo de Guzmán (né c. 1170 à Caleruega en Castille ; mort l (...)

24Ainsi, en 1208, François d’Assises18 établit l’ordre des Franciscains ou Cordeliers19 ; d’où sortit, au commencement du xvie siècle, l’ordre des Capucins20. Huit ans après, en 1216, saint Dominique21 fonda l’ordre des Dominicains ou Frères prêcheurs, destinés à parcourir les campagnes, où les prêtres séculiers étaient si ignorants qu’ils ne pouvaient communiquer au peuple aucune instruction. Ces Frères prêcheurs, qui se réunissaient à Paris dans l’église Saint-Jacques, reçurent le nom de Jacobins.

25Une foule d’hommes qui avaient le goût de la science s’empressèrent d’entrer dans les ordres mendiants, et les ordres riches furent presque négligés. Les Franciscains se distinguèrent les premiers ; plusieurs d’entre eux entreprirent des voyages qui eurent une très-heureuse influence sur le progrès des sciences.

  • 22 [Guerre des Albigeois, ou Croisade contre les Albigeois : Les Albigeois, appelés également les hér (...)

26Mais le mal est trop souvent à côté du bien. Les Dominicains, qui rendirent tant de services aux sciences, introduisirent en France l’infâme inquisition à l’occasion des Albigeois.22 Heureusement cette institution ne subsista pas long-temps dans notre pays, et fut développer toutes ses horreurs sur la malheureuse Espagne.

  • 23 [Le Mongol Temüjin ou Temudjin (né en 1155, en 1162, date préférée aujourd’hui en Mongolie, ou en  (...)
  • 24 [Le fils de Gengis, qui succéda à son père en 1229, était Ögödei, également appelé Ogadai, Ogdai, (...)
  • 25 [Möngke, appelé également Mangu (né en 1208 en Mongolie ; mort en 1259 à Sichuan en Chine), petit- (...)

27Les conquêtes que firent en Orient les Mongols et les Tartares donnèrent lieu aussi à des voyages fort instructifs. Gengis-Kan23 fit à la tête de ces peuples nomades des conquêtes qui valurent celles que Mahomet avait faites quelques siècles auparavant. Ses guerres avaient été commencées en 1212, et dès 1227 son fils24 régnait sur la Mongolie, la Tartarie et tout le nord de la Chine. Mengko25, l’un des successeurs de Gengis-Khan, acheva la conquête de la Chine. Avant la fin du xiiie siècle, ses successeurs étaient maîtres de la totalité de la Perse, de toute la Russie, dont ils réduisirent les princes à un assujettissement très-dur, et avaient pénétré jusque dans la Silésie.

  • 26 [Jean Duplan-Carpin est Giovanni da Pian del Carpini : dans l’espoir de convertir les Mongols au c (...)
  • 27 [Pape Innocent IV, de son nom d’origine Sinibaldo Fieschi (né à la fin du xiie siècle à Gênes ; mo (...)
  • 28 [Karakorum, ancienne capitale de l’Empire Mongol, dont les ruines reposent au bord de la rivière O (...)
  • 29 [Vincent de Beauvais (né c. 1190, Beauvais ? en France ; mort en 1264 à Paris), homme de lettres f (...)
  • 30 [Asselin est apparemment Pierre Ascelin, un Franciscain qui fut envoyé en Mongolie par le Pape en  (...)

28Ces événements, qui se passèrent dans le temps même où l’Europe était tout occupée des croisades, fixèrent naturellement l’attention des Chrétiens ; ils crurent pouvoir considérer comme des alliés les Tartares ennemis de leurs ennemis. Les papes surtout firent tous leurs efforts pour établir des relations avec eux et les convertir ensuite. Un grand nombre d’Européens profitèrent de cet état de choses pour faire des voyages dans des régions jusque là inconnues. Ce fut un cordelier, appelé Jean Duplan-Carpin26 qui, en 1246, fit le premier de ces voyages ; il était envoyé par le pape Innocent IV27 près de Kacouck.28 On trouve dans le trente-septième livre de l’ouvrage de Vincent de Beauvais29 la relation de ce voyage, qui contient les premières connaissances que les Européens aient eues sur les nations situées au-delà de la mer Caspienne. L’année suivante, Asselin30 fut envoyé vers le général tartare qui commandait en Perse ; nous possédons aussi sa relation.

  • 31 [Marco Polo (né c. 1254 à Venise (Italie) ou à Korcula (Croatie) ; mort le 8 janvier 1324 à Venise (...)

29De ces rapports établis avec les Tartares, il résulta une entreprise singulière. Venise était alors le point central du commerce de l’Occident avec l’Inde et l’Orient. Dans cette ville se distinguait une riche famille de négociants, du nom de Paolo. Plusieurs de ses membres imaginèrent d’aller visiter ces pays, dont on s’occupait beaucoup en Europe. Ils firent plusieurs voyages auprès du Kan des Tartares, et allèrent jusque dans la Chine septentrionale. Les premières relations que nous ayons eues de la Chine nous ont été laissées par un de ces Paolo, appelé Marco Paolo31. Ses récits, faits de mémoire, dans la prison de Gênes, mais avec bonne foi, étaient loin de mériter la défiance et l’incrédulité qui les accueillit. On appela à tort Marco Paolo le plus grand des menteurs ; on refusait absolument de croire à ce qu’il rapportait de l’état florissant des villes chinoises. Les voyages de Marco Paolo sont de 1252.

  • 32 [Saint Louis est Louis IX (né le 25 avril 1214 à Poissy en France ; mort le 25 août 1270 près de T (...)
  • 33 [Nous n’avons pu identifier Guillaume Picard.]

30En 1253, saint Louis32 voulut aussi avoir des rapports avec les Tartares et les convertir. Il envoya vers Mengko-Kan un cordelier appelé Guillaume Picard33, qui a écrit une relation très-exacte de toute la partie de la Tartarie qu’il avait traversée. Il rapporte avoir rencontré dans la Tartarie des chrétiens nestoriens qu’on y tolérait, et il se trouva à la cour de Mengko avec un orfèvre qu’il avait connu à Paris.

  • 34 [Nous n’avons pu retrouver aucune information sur cette relation sur l’Orient de 1300.]

31En 1300, une nouvelle relation sur l’Orient fut publiée34.

  • 35 [De Mandeville (fl. xive siècle) auquel on attribue l’écriture d’une série de récits de voyages au (...)

32En 1332, Jean de Mandeville35 écrivit un voyage fait dans les mêmes contrées.

33Il était impossible que les princes de l’Europe ne participassent pas au mouvement intellectuel qui caractérise le siècle que nous explorons. Aussi voyons-nous des princes protéger les sciences et même les cultiver ; nous devons citer surtout l’empereur Frédéric II et saint Louis, son contemporain.

  • 36 [Frédéric II (né le 26 décembre 1194 à Jesi près d’Ancône, États pontificaux ; mort le 13 décembre (...)

34Frédéric36 régna de 1210 à 1250, toujours en guerre contre les Papes, dont il limita la puissance alors excessive. Il fut calomnié et excommunié, mais son courage et ses talents ne se démentirent jamais. Il avait peut-être trouvé le seul moyen praticable d’acquérir la possession de la Terre-Sainte, à laquelle les chrétiens attachaient alors un si grand prix : c’était de l’obtenir par des traités ; or ce furent précisément les tentatives qu’il fit dans ce but qui lui attirèrent une partie des persécutions des Papes.

35Frédéric était très-lettré : il fit des vers en provençal, idiôme, comme l’on sait, dérivé du latin, usité alors dans le midi de la France, l’Italie et l’Espagne, et qui donna naissance, en se modifiant, aux diverses langues parlées aujourd’hui dans ces trois pays. Frédéric II fit traduire Aristote en latin, et ordonna qu’on l’enseignât dans tous ses États. Par une autre ordonnance, très-remarquable, ce prince permit que l’on disséquât un corps humain tous les cinq ans. De cette ordonnance date la renaissance de l’anatomie.

36Frédéric II fit venir plusieurs animaux en Europe, entre autres une girafe.

  • 37 [L’œuvre la plus importante de Frédéric est De arte venandi cum avibus (« De l’Art de Chasser au M (...)

37Il écrivit un traité sur la fauconnerie, intitulé : de arte Venandi cum Avibus37 ; le latin de cet ouvrage est assez mauvais, mais en définitive très-bon pour un empereur aussi accablé que lui d’affaires et de soucis. Il est surtout très-remarquable, en ce que c’est le premier du Moyen Âge dans lequel on soit revenu à l’observation de la nature. Frédéric décrit fort bien quelques oiseaux. Sa description du pélican est très exacte. Il est le premier qui ait bien fait connaître les oiseaux de chasse. L’art de la fauconnerie, peu connu des anciens, est originaire de l’Arabie et de la Syrie ; il naquit dans ces grandes plaines où l’on peut suivre à cheval le vol des oiseaux. Cette chasse fut pendant long-temps la plus noble de toutes.

38Saint Louis, comme Frédéric, ne fut pas auteur ; mais il protégea beaucoup les lettres et les sciences. Il fit des lois pleines de sagesse, qui préparèrent le retour à l’ordre indispensable au progrès des sciences ; il établit les bailliages royaux, qui furent le premier coup porté à la puissance turbulente des seigneurs. De ces diverses améliorations dans l’administration de la France, résultèrent l’établissement de la Sorbonne et celui du collège des chirurgiens de Paris. L’université comprenait dans sa juridiction l’instruction médicale, et les docteurs médecins sortaient de ses écoles ; mais ils étaient tous ecclésiastiques, et comme l’Église abhorre le sang, ils ne pouvaient pratiquer aucune opération, pas même les saignées. Il fallait donc que ces médecins eussent sous eux des hommes spécialement chargés des opérations ; ces derniers étaient nécessairement dans une position subalterne, dans une espèce de servitude à l’égard des médecins ; leur condition fut relevée par l’établissement du collége de chirurgie.

39À partir de cette création, les chirurgiens jouirent d’un peu plus de considération, et le progrès des lumières ramena enfin entre la profession de médecin et celle de chirurgien l’égalité qui existait dans l’antiquité, ou, pour parler plus exactement, fit de la médecine et de la chirurgie une seule et même science, comme cela avait lieu primitivement ; car les anciens n’ont jamais distingué les diverses branches de l’art de guérir : Hippocrate et Galien étaient à la fois médecins, chirurgiens et même pharmaciens.

  • 38 [Sur Albert le Grand, voir Leçon 23.]
  • 39 [Saint Thomas d’Aquin (né en 1224 ou 1225, à Roccasecca, près d’Aquino, entre Rome et Naples ; mor (...)

40Ainsi, dans le xiiie siècle les sciences obtinrent divers moyens de développement. C’est alors qu’existaient Albert-le-Grand38, saint Thomas-d’Aquin39. Il y eut cette époque comme une espèce de renaissance des lettres et des sciences, et l’esprit humain y suivit une marche toute semblable à celle que nous avons remarquée dans la Grèce. La philosophie spéculative fut d’abord appliquée à la solution de questions théologiques, car la philosophie scolastique, objet principal de l’établissement des universités, avait précédé de beaucoup leur institution. Dès le xie siècle et pendant toute la durée du douzième, les questions relatives à la nature et à l’origine des idées furent discutées dans les écoles avec une extrême chaleur, et on en donna deux solutions différentes, qui se rattachaient directement à celles qu’avaient proposées dans la Grèce, d’une part, Platon, de l’autre, Aristote.

  • 40 [En d’autres termes, le réalisme, comparé au nominalisme, considère que les universaux –appelés ic (...)

41On désigna sous le nom de réalistes ou réaux ceux des scolastiques qui croyaient, avec Platon, que les idées ont une existence propre ; qu’elles sont une réalité en dehors de l’esprit, en un mot de véritables entités. Ceux au contraire qui pensaient, avec Aristote, que les idées générales ne sont que des abstractions, qu’un résultat du travail de l’esprit qui les déduit à l’occasion des sensations, ceux enfin qui n’y voyaient qu’une dénomination, furent appelés nominaux.40

42Ces deux sectes de réalistes et de nominaux s’attaquèrent avec la plus grande vivacité ; et comme elles pouvaient appeler à leur secours l’autorité civile et l’autorité ecclésiastique, leurs discussions produisirent des troubles que n’avaient pu faire naître dans la Grèce les écoles rivales de Platon et d’Aristote. La secte qui avait la force pour elle persécuta la secte opposée. Le plus souvent ce furent les nominaux qui persécutèrent les réalistes. Le pape défendit par une bulle la lecture d’Aristote. Plusieurs ordonnances firent la même défense. Les nominaux eurent leur tour plus tard, et il fut prescrit d’enseigner exclusivement dans les écoles la doctrine d’Aristote. Cette contradiction dans les idées de l’autorité montre qu’il est dangereux et ridicule pour elle d’intervenir dans les querelles de la nature de celles des réalistes et des nominaux.

Notes

1 [Sylvestre II, nom d’origine Gerbert d’Aurillac (né c. 945, près d’Aurillac en Auvergne, France ; mort le 12 mai 1003 à Rome). Il dirigea l’Église Catholique Romaine de France de 999 à 1003. Il est connu pour son érudition, ses innovations en matière d’éducation, et son sens politique avisé. Gerbert reste le personnage dominant du la fin du xe siècle pour les hommes de lettres modernes, lesquels sont particulièrement intéressés par une connaissance plus précise des dates auxquelles il écrivit ses lettres, ainsi que par une connaissance plus détaillée de ses rôles politiques, de ses enseignements, particulièrement en logique, dialectique, mathématiques, et astronomie, ainsi que de la langue arabe, de ses relations avec Otto III, sa papauté, et son influence ultérieure.]

2 [Constantin l’Africain, en latin Constantinus Africanus (né c. 1020, à Carthage ou en Sicile ; mort en 1087 au monastère de mont Cassin, près de Cassin, dans la Principauté de Benevento, aujourd’hui en Italie), érudit en médicine du Moyen Âge qui entreprit la traduction d’œuvres médicales arabes en latin, ce qui influença profondément la pensée occidentale. L’œuvre la plus importante de Constantin fut son introduction auprès du monde occidental de l’énorme connaissance en médicine grecque en Islam, particulièrement grâce à son ouvrage Pantechne (« L’Art Total »), lequel était une version abrégée de Kitab al-maliki (« Le Livre Royal ») écrit par le médecin perse du xe siècle Ali ibn al-’Abbas, ou Haly Abbas (cf. Constantine the African & `Alī ibn al-`Abbās al-Mağūsī, the Pantegni and related texts [edited by Burnett Charles and Jacquart Danielle], Leiden ; New York : E. J. Brill, 1994, ix + 364 p.) Constantin traduisit également des éditions arabes d’œuvres écrites par les médecins grecs Hippocrate et Galien. Ces traductions furent les premiers ouvrages à donner à l’Occident une image de l’ensemble de la médecine grecque.]

3 [Regimen Sanitatis Salernitanum (« Manuel de Salerne sur la Santé »), d’une date incertaine et aux auteurs multiples, est l’ouvrage le plus célèbre de l’école de Salerne, laquelle fut la première école médicale organisée en Europe, établie à Salerne, dans le sud de l’Italie. Regimen Sanitatis, écrit en vers, apparut dans de nombreuses éditions et a été traduit dans de nombreuses langues (cf. Regimen sanitatis Salernitanum ; a poem on the preservation of health in rhyming Latin verse, Oxford : D. A. Talboys, 1830, xix + 199 p. ; The school of Salernum, Regimen sanitatis Salerni [version anglaise par Harington John], Salerno : Ente Provinciale per il Turismo, 1966, 92 p.]

4 [Charles Martel (né le 23 août 686, mort le 22 octobre 741) fut proclamé Maire du Palais, dirigeant les Francs au même titre qu’un roi, avant de se proclamer Duc des Francs, devenant ainsi souverain de facto du Royaume des Francs. Il étendit son pouvoir au trois royaumes des Francs : l’Austrasie, la Neustrie, et la Bourgogne. Charles Martel, fils illégitime de Pépin le Jeune et de sa concubine Alpaïde (ou Chalpaïde), naquit à Herstal, dans la Belgique d’aujourd’hui. On le connaît surtout pour avoir gagné la Bataille de Poitiers en 732, événement qui sauva l’Europe de l’expansion islamique qui avait déjà conquis la péninsule ibérique.]

5 [Pierre l’Ermite, (né c. 1050, probablement à Amiens en France ; mort le 8 juillet 1115 à Neufmoustier, près d’Huy dans les Flandres), ascète, fondateur monastique, considéré comme l’un des principaux acteurs dans la décision de lancer la Première Croisade.]

6 [Louis VII, ou Louis le Jeune, (né c. 1120 ; mort le 18 septembre 1180 à Paris), roi de France de la dynastie des Capétiens qui entretint une rivalité de longue durée avec le roi Henry II d’Angleterre, marquée par des guerres successives et des intrigues continuelles. Louis aurait pu battre Henry s’il avait organisé ses attaques plutôt que de lancer de faibles assauts sur la Normandie en 1152. Les disputes familiales anglo-normandes sauvèrent le royaume de Louis de graves incursions pendant les nombreux conflits qui se produisirent entre 1152 et 1174. Louis fut aidé par la querelle (1164-1170) entre Henry et Thomas Becket, archevêque de Canterbury, et la révolte (1173-1174) des fils d’Henry. Suger, moine de Saint-Denis et régent en 1147-1149 lors de l’absence de Louis pendant la Deuxième Croisade, est l’historien principal du règne de Louis.]

7 [Coradin, mieux connu sous le nom de Conrad III (né en 1093 ; mort le 15 février 1152 à Bamberg, en Allemagne, Saint Empire), roi allemand de 1138 à 1152, premier roi de la famille des Hohenstaufen.]

8 [Saladin, en arabe Salah Ad-Din Yusuf ibn Ayyub (« Rectitude de la Foi, Joseph, Fils de Job ») (né en 1137/1138 à Tikrit en Mésopotamie ; mort le 4 mars 1193 à Damas), sultan musulman d’Égypte, de Syrie, du Yémen et de Palestine, fondateur de la dynastie Ayyubide, et le plus célèbre des héros musulmans. Pendant les guerres contre les croisés chrétiens, il obtint la conquête finale grâce à la capture disciplinée de Jérusalem (2 octobre 1187), mettant ainsi fin à 88 ans d’occupation par les Francs. La grande contre-attaque chrétienne lancée par la Troisième Croisade fut bloquée grâce à son génie militaire.]

9 [le 2 octobre 1187, conséquence du siège de Jérusalem entrepris par Saladin le 20 septembre 1187, Balian d’Ibelin (c. 1140-1193) rendit les clés de la ville. Saladin permit alors aux citoyens de partir en s’acquittant d’une rançon, et ceux qui ne pouvaient payer furent soumis à l’esclavage. La chute de la ville sainte mit un terme au premier royaume de Jérusalem, et l’Europe répondit à cette défaite en lançant la troisième croisade en 1189.]

10 [Philip II, de son nom Philippe Auguste (né le 21 août 1165 à Paris ; mort le 14 juillet 1223 à Mantes), fut le premier des grands rois Capétiens de la France médiévale (il régna de 1179 à 1223). Petit à petit il réussit à reconquérir les territoires français occupés par les rois d’Angleterre, et il étendit le royaume vers le nord avec la Flandre, et le sud avec le Languedoc.]

11 [Saint Louis, voir note 32 ci-dessous.]

12 [Guillaume de Tyr (né c. 1130 en Syrie, mort en 1185 à Rome), politicien franco-syrien, homme d’église et historien qui produisit deux ouvrages importants. Le premier Gesta orientalium principum (« Actes des Royaumes d’Orient »), une histoire de l’Arabie Orientale, a été perdue, mais son second ouvrage, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum (« Histoire d’Outremer »), histoire des rois latins de Jérusalem, nous est parvenu. C’est un ouvrage de référence sur l’histoire des États Latins d’Orient de 614 à 1184 (cf. Guillaume de Tyre, Histoire des croisades, Paris : J.-L.-J. Brière, 1824, 3 tomes ; La continuation de Guillaume de Tyr [publié par Morgan Margaret Ruth], Paris : Librairie orientialiste P. Geuthner, 1982, 220 p. ; Chronique du royaume franc de Jérusalem de 1095 à 1184 [Historia rerum in partibus transmaris gestarum ; adapté au français moderne par Métais Geneviève & Métais René], Paris : L’intermédiaire des chercheurs et curieux, 1999, 2 vol.)]

13 [Les Guelfes et les Gibelins étaient deux partis politiques opposés en Allemagne et en Italie pendant le Moyen Âge. Le désaccord entre les Guelfes, partisans de la papauté, et les Gibelins, fidèles aux empereurs allemands du Saint-Empire, contribua aux conflits chroniques des villes du nord de l’Italie au xiiie et au xive siècle.]

14 [Frédéric Ier, ou Frédéric Barberousse (Barbarossa en Italien) (né c. 1123 ; mort le 10 juin 1190 dans le royaume d’Arménie), Duc de Souabe (comme Frédéric III, 1147-1190) et roi allemand et empereur du saint-empire (1152-1190), qui contesta l’autorité papale et chercha à établir la prédominance allemande en Europe de l’Ouest. Il engagea un long combat avec les villes du nord de l’Italie (1154-1183), où il lança six expéditions de grande envergure. Il mourut lors de la Troisième Croisade en Terre Sainte.]

15 [Hirnerius, également appelé Guarnerius, ou Warnerius (né c. 1055 à Bologne ; mort en 1125 ou peu après), fut l’un des hommes de lettres qui relança les études du droit romain en Italie, et le premier d’une longue série d’écrivains de glossaires de renom et d’enseignants de droit (fin du xie - moitié du xiiie siècle) à l’Université de Bologne.]

16 [Alexandre III, de son nom d’origine Rolando Bandinelli (né c. 1105 à Sienne en Toscane ; mort le 30 août 1181 à Rome), pape de 1159 à 1181, défenseur vigoureux de l’autorité papale, qu’il défendit contre les attaques de l’empereur du Saint-Empire Frédéric Barberousse et Henry II d’Angleterre.]

17 [Les ordres mendiants sont des ordres religieux de l’église catholique qui ont fait vœu de pauvreté et subviennent à leurs besoins par leur travail et la charité. Les ordres mendiants qui existent encore de nos jours sont les Dominicains, les Franciscains, les Augustins (Ermites), les Carmes, les Trinitaires, les Mercédaires, les Servites, les Minimes, les Hospitaliers de Saint Jean de Dieu, et l’Ordre Teutonique.]

18 [Saint François d’Assise, en Italien San Francesco d’Assisi, baptisé Giovanni, puis Francesco, de son nom d’origine Francesco di Pietro di Bernardone (né 1181/1182 à Assise, dans le Duché de Spoleto ; mort le 3 octobre 1226 à Assise ; canonisé le 15 juillet 1228 ; fêté le 4 octobre), fondateur de l’ordre des Franciscains et à l’origine des mouvements réformateurs de l’église du début du xiiie siècle. Sa charité fraternelle, son vœu de pauvreté, et ses qualités de dirigeant attirèrent des milliers de sympathisants et firent de lui l’un des personnages religieux les plus vénérés. Il est le saint le plus important d’Italie (avec Catherine de Sienne).]

19 [Les Franciscains ou Cordeliers sont les membres de l’ordre religieux chrétien fondé au début du xiiie siècle par Saint François d’Assise. Les membres de cet ordre s’efforcent de cultiver les idéaux du fondateur de l’ordre. Les Franciscains sont formés en fait de trois ordres. Le Premier Ordre comprend les prêtres et les frères laïques qui ont prêté le serment de vivre une vie de prière, d’évangélisation et de pénitence. Le Deuxième Ordre comprend les nonnes récluses de l’Ordre de Sainte Clarisse et connues également sous le nom de Filles de la Passion. Le Tiers-Ordre est composé d’hommes et de femmes religieux et laïques qui essaient d’imiter l’esprit de Saint François en effectuant des tâches d’enseignement, de charité, et de service social. Les congrégations de ces hommes et de ces femmes religieux sont nombreux dans le monde catholique. Les Franciscains sont l’ordre religieux le plus conséquent de l’Église Catholique. Ils ont apporté à l’église un total de 98 saints et six papes.]

20 [Les Capucins sont les membres de l’ordre des Frères Mineurs Capucins, branche indépendante de l’ordre des frères franciscains, issu d’un mouvement de réforme en 1525 lancé par Matteo da Bascio (né c. 1495 à Bascio, États pontificaux ; mort le 6 août 1552 à Venise), lequel voulait revenir à l’observance littérale des règles de Saint François d’Assise et introduire également des éléments de la vie solitaire des ermites. Les Capucins sont connus pour leur ministère héroïque lors des terribles épidémies qui ravagèrent l’Europe et d’autres régions du xvie au xviiie siècle. Ils participent activement à la mission évangélique et à l’aide sociale.]

21 [Saint Dominique, en espagnol Santo Domingo de Guzmán (né c. 1170 à Caleruega en Castille ; mort le 6 août 1221 à Bologne, Romagna ; canonisé le 3 juillet 1234 ; fêté le 8 août), fondateur de l’ordre des frères prêcheurs des Dominicains, ordre religieux mendiant dont la mission universelle est de prêcher, pourvu d’une organisation et d’un gouvernement centralisé, et attachant beaucoup d’importance à l’érudition.]

22 [Guerre des Albigeois, ou Croisade contre les Albigeois : Les Albigeois, appelés également les hérétiques –en particulier les hérétiques cathares– du xiie et du xiiie siècles dans le sud de la France. Il est difficile d’avoir une idée très précise des doctrines des Albigeois car la connaissance actuelle que nous en avons provient de leurs opposants ainsi que de très rares textes albigeois qui nous sont parvenus et qui ne nous fournissent que très peu d’information. Cependant, ce qui est certain est qu’ils formèrent un parti anti-sacerdotal en opposition permanente à l’Église Romaine, et qu’ils se battirent contre la corruption du clergé de leur époque. Les premiers hérétiques cathares apparurent dans le Limousin entre 1012 et 1020. Protégés par Guillaume IX, Duc d’Aquitaine, et par une grande partie de la noblesse du sud, le mouvement gagna de l’ampleur dans le sud, et en 1119, le Concile de Toulouse ordonna en vain aux pouvoirs séculiers d’aider les autorités religieuses dans leur lutte contre l’hérésie. Le mouvement maintint une activité vigoureuse pendant encore cent ans, jusqu’à ce qu’Innocent III (nom d’origine Lothaire de Sègne, né en 1160/61, mort le 16 juillet 1216 ; pape de 1198 à 1216, sous l’autorité duquel la papauté médiévale atteint l’apogée de son prestige et de son pouvoir) devint pape. Il essaya tout d’abord d’avoir recours à la conversion pacifique avant d’ordonner aux Cisterciens de partir en croisade contre les Albigeois (1209). Cette guerre implacable, appelée la Croisade des Albigeois, confronta la noblesse du nord de la France à celle du sud, et détruisit la brillante civilisation provençale. Elle se termina par le Traité de Paris en 1229, lequel mit fin à l’indépendance des princes du sud, mais ne réussit pas à mettre un terme à l’hérésie, malgré les massacres d’hérétiques qui eurent lieu pendant la guerre. L’Inquisition cependant, opérant sans relâche à Toulouse, Albi et dans d’autres villes du sud de la France, réussit à l’écraser.]

23 [Le Mongol Temüjin ou Temudjin (né en 1155, en 1162, date préférée aujourd’hui en Mongolie, ou en 1167 ; mort le 18 août 1227) connu en histoire comme Gengis Khan (Cinggis, ou Jenghiz, Khan), était un guerrier et souverain de génie qui, après avoir débuté dans l’obscurité, unit toutes les tribus nomades de Mongolie sous sa domination et celle de sa famille dans un état militaire à la discipline très stricte. Il tourna ensuite son attention vers les peuples sédentaires établis au delà de son domaine nomade, et il entreprit une vague de campagnes de pillage et de conquête qui emmena les armées mongoles jusqu’à la mer Adriatique d’un coté et la côte pacifique de Chine de l’autre, aboutissant à la création du grand Empire Mongol.]

24 [Le fils de Gengis, qui succéda à son père en 1229, était Ögödei, également appelé Ogadai, Ogdai, ou Ugedei (né en 1185 en Mongolie ; mort en 1241 à Karakorum en Mongolie). Premier souverain des Mongols à se désigner luimême comme khagan (« grand khan »), il étendit beaucoup l’Empire Mongol.]

25 [Möngke, appelé également Mangu (né en 1208 en Mongolie ; mort en 1259 à Sichuan en Chine), petit-fils de Gengis Khan et héritier du grand Empire Mongol. Élu grand khan en 1251, il fut le dernier homme à ce titre à baser sa capitale à Karakorum, dans le centre de la Mongolie. Sous sa domination, la ville atteignit une splendeur sans précédent, et l’Empire Mongol continua à s’étendre rapidement. Son territoire devint si grand et si varié que Möngke fut le dernier grand khan capable d’exercer une réelle autorité sur la totalité des territoires conquis Mongols.]

26 [Jean Duplan-Carpin est Giovanni da Pian del Carpini : dans l’espoir de convertir les Mongols au christianisme, le pape Innocent IV (voir note 27 ci-dessous) envoya des moines dans des régions lointaines pour « apprendre tout ce qu’il y avait à savoir sur les Tartares » et les convaincre d’« abandonner leur massacre de l’humanité et de recevoir la foi chrétienne ». En 1245, Carpin suivit ces instructions et s’en alla vers des terres lointaines. Voyageant le long des grandes routes des caravanes du sud de la Russie, du nord de la mer Caspienne et de la mer Aral, et au nord des montagnes Tien, Carpin atteignit finalement la cour de l’empereur à Karakorum. Carpin revint convaincu que l’empereur était sur le point de devenir chrétien.]

27 [Pape Innocent IV, de son nom d’origine Sinibaldo Fieschi (né à la fin du xiie siècle à Gênes ; mort le 7 décembre 1254 à Naples), l’un des grands papes du Moyen Âge (il régna de 1243 à 1254), dont les affrontements avec l’empereur du Saint Empire Frédéric II formèrent un important chapitre dans le conflit entre la papauté et l’empire. Sa croyance en la responsabilité universelle de la papauté le conduisit à lancer une campagne d’évangélisation dans l’Est, et d’unification des églises chrétiennes.]

28 [Karakorum, ancienne capitale de l’Empire Mongol, dont les ruines reposent au bord de la rivière Orhon, dans le centre nord de la Mongolie. Il semple que l’origine de Karakorum remonte à l’année 750. En 1220 Gengis Khan, le grand conquérant Mongol, y établit son quartier général et en fit sa base pour son invasion de la Chine.]

29 [Vincent de Beauvais (né c. 1190, Beauvais ? en France ; mort en 1264 à Paris), homme de lettres français et encyclopédiste dont l’œuvre Speculum majus (« le Grand Miroir ») fut probablement la plus grande encyclopédie qui exista en Europe jusqu’au xviiie siècle (cf. Lusignan (Charles), Préface au Speculum majus de Vincent de Beauvais : réfraction et diffraction, Montréal : Bellarmin ; Paris : J. Vrin, 1979, 146 p.) L’œuvre originale Speculum Majus se composait de trois traités, « le Miroir de l’Histoire », « le Miroir de la Nature », et « le Miroir de la Doctrine ». Une quatrième partie, « le Miroir de la Morale », fut ajoutée au xive siècle par un auteur inconnu. Ouvrage de grande envergure, cette encyclopédie couvrait l’histoire humaine depuis sa création jusqu’au temps de Louis IX, compilait la connaissance occidentale en histoire naturelle et en sciences, et fournissait un recueil sur la littérature, le droit, la politique, et l’économie d’Europe. Ce Speculum en trois parties comprenait 80 livres, un énorme projet pour un seul écrivain.]

30 [Asselin est apparemment Pierre Ascelin, un Franciscain qui fut envoyé en Mongolie par le Pape en 1260 environ.]

31 [Marco Polo (né c. 1254 à Venise (Italie) ou à Korcula (Croatie) ; mort le 8 janvier 1324 à Venise), marchant vénitien, aventurier, et explorateur extraordinaire qui voyagea d’Europe en Asie entre 1271 et 1295, séjournant en Chine pendant 17 ans, et dont le texte II Milione (« Le Livre des Merveilles »), connu sous le titre de « Le Livre de Marco Polo » devint un classique de la géographie (Marco Polo, Le Devisement du monde, Tome VI et dernier : Livre d’Ynde ; retour vers l’Occident [sous la direction de Ménard Philippe ; édité par Boutet Dominique, Delcourt Thierry & James-Raoul Danièle], Genève : Droz, 2009, cxxxviii + 404 p.)]

32 [Saint Louis est Louis IX (né le 25 avril 1214 à Poissy en France ; mort le 25 août 1270 près de Tunis ; canonisé le 11 août 1297, fêté le 25 août), roi de France de 1226 à 1270, il fut le plus populaire des rois capétiens. Il conduisit la Septième Croisade en Terre Saine entre 1248 et 1250 et mourut lors d’une autre croisade en Tunisie.]

33 [Nous n’avons pu identifier Guillaume Picard.]

34 [Nous n’avons pu retrouver aucune information sur cette relation sur l’Orient de 1300.]

35 [De Mandeville (fl. xive siècle) auquel on attribue l’écriture d’une série de récits de voyages autour du monde, intitulé Le Livre des Merveilles du Monde. Cet ouvrage est une compilation de récits de réels voyageurs, embellis par ses propres ajouts et décrits comme ses propres aventures (voir Mandeville (Jean de), Le livre des merveilles du monde [édition critique par Deluz Christiane], Paris : CNRS éditions, 2000, 528 p.)]

36 [Frédéric II (né le 26 décembre 1194 à Jesi près d’Ancône, États pontificaux ; mort le 13 décembre 1250 à Castel Fiorentino, Apulie, Royaume de Sicile), roi de Sicile (1197-1250), duc de Souabe (comme Frédéric VI, 1228-1235), roi allemand (1212-1250), et empereur du Saint Empire (1220-1250). Membre de la dynastie des Hohenstaufen et petit-fils de Frédéric Ier Barberousse, il poursuivit la politique impériale de sa dynastie contre la papauté et les cités-états de l’Italie ; il participa également à la Sixième Croisade (1228-1229), conquérant plusieurs régions de la Terre Sainte et se couronnant lui-même roi de Jérusalem (au pouvoir entre 1229 et 1243).]

37 [L’œuvre la plus importante de Frédéric est De arte venandi cum avibus (« De l’Art de Chasser au Moyen des Oiseaux »), manuel de fauconnerie reposant entièrement sur sa propre recherche expérimentale (Frederick II, De arte venandi cum avibus [traduction en vieux français ; édition critique du second livre, d’après tous les manuscrits, par Holmér Gustaf], Stockholm : Almqvist & Wiksell ; Paris : J. Thiebaud, 1960, 330 p.)]

38 [Sur Albert le Grand, voir Leçon 23.]

39 [Saint Thomas d’Aquin (né en 1224 ou 1225, à Roccasecca, près d’Aquino, entre Rome et Naples ; mort le 7 mars 1274, à l’Abbaye cistercienne de Fossanova en Italie), philosophe chrétien qui développa ses propres conclusions à partir de la pensée aristotélicienne, notament sur les sujets de la métaphysique de la personnalité, de la création et de la Providence. Auteur entre autres de deux chefs d’œuvres, Summa theologiae (« Somme Théologique ») et Summa contra gentiles (« Somme Contre les Gentils »), on lui doit également la systématisation classique de la théologie latine. Il fut également l’auteur des plus beaux hymnes eucharistiques de la liturgie chrétienne (voir Thomas d’Aquin, Somme théologique, 2a-2æ, questions 47-56, La prudence [traduction, notes et appendices par Deman Thomas], 3e éd., Paris : Éditions du Cerf, 2006, x + 554 p. ; Somme théologique, 1a-2æ, questions 1-5, La béatitude [traduction française, notes et appendices par Pinckaers S.], Nlle éd., Paris : Éditions du Cerf, 2001, 384 p. ; Somme contre les gentils : livre sur la vérité de la foi catholique contre les erreurs des infideÌles [traduction inédite par Aubin Vincent, Michon Cyrille & Moreau Denis], Paris : Flammarion, 1999, 4 vol.) Bien que de nombreux théologiens modernes de l’Église Catholique ne considèrent pas Saint Thomas d’Aquin comme un personnage sympathique, il est cependant reconnu par l’Église Catholique comme le plus important de ses philosophes théologiens occidentaux.]

40 [En d’autres termes, le réalisme, comparé au nominalisme, considère que les universaux –appelés ici idées par Cuvier– existent réellement, plus encore que l’expérience des sensations. Dans ce sens, Platon était un réaliste. Le « nominalisme » est la théorie qui veut que seul le particulier existe et que les universaux ne soient que des similitudes observables parmi les particuliers des sensations ; les « idées » ne sont pas du tout réelles, elles ne sont que les noms attribués à des similitudes partagées par certains particuliers.]

Table des illustrations

Titre LA BATAILLE DE NICÉE (1096-1097 après J. C.). Illustration de Gustave Doré, gravée par Doms, extraite de Michaud (Joseph F.), History of the Crusades [illustré de cent dessins de Gustave Doré, gravés par Bellenger, Doms, Gusman, Jonnard, Pannemaker, Pisan, Quesnel], Philadelphie : G. Barrie, 1896, vol. 1, après p. 64. © University of Washington Libraries
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540