Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

7. The Middle Age and Early Renaissance / Le Moyen age et la Pré-Renaissance

21. Les Arabes et les nations latines

Texte intégral

EMBLÈME DU TRAVAIL DE LA PIERRE PHILOSOPHALE. Planche XVIII extraite du chapitre « Chimie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 3 de 1763).

EMBLÈME DU TRAVAIL DE LA PIERRE PHILOSOPHALE. Planche XVIII extraite du chapitre « Chimie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 3 de 1763).
  • 1 [Ghebert-ibn-Moussa-Djaffa-al-Sufi, ou Jabir ibn Hayyan, Abu Musa (né c. 721 à Tous en Iran ; mort (...)

1Le premier des savants arabes qui ait acquis de la célébrité est Chebert-Aben-Moussa-Djuffa-al-Sophi1. Les alchimistes l’appellent le roi Ghebert. Il a écrit plusieurs traités intitulés : Recherches sur les Propriétés, des Métaux ; de l’Art de faire de l’Or et de l’Argent : de la Pierre philosophale. Comme on le pense bien, Ghebert n’a pas donné le moyen de faire de l’or ; mais il a fait connaître plusieurs expériences importantes et des moyens précieux : de faire agir diverses substances les unes sur les autres.

  • 2 [L’alambic est un appareil utilisé dans le processus de distillation.]

2C’est à lui que l’on doit l’art de la distillation, inconnu alors dans l’Occident, mais qui était probablement pratiqué depuis long-temps dans les Indes : c’est du moins ce qui semble résulter d’un passage de Strabon, où il parle d’une liqueur que les Indiens tiraient du riz. Le nom de l’alambic2, qui fut inventé par Ghebert, est arabe, ainsi que celui de l’alcool.

3On doit encore à Ghebert la connaissance du sublimé corrosif, composé de chlore et de mercure, et poison violent employé avec beaucoup de succès dans certaines maladies. Enfin il découvrit l’acide nitrique.

4Aucun des acides minéraux n’était connu des anciens. Les Arabes trouvèrent l’eau régale, mélange actif de deux acides, l’acide hydrochlorique et l’acide nitrique, qui a la propriété de dissoudre l’or ; la pierre infernale ou le nitrate d’argent, substance fort importante par elle-même et par ses propriétés chimiques, qui sont d’une grande utilité en chirurgie ; le précipité rouge de mercure et plusieurs autres composés chimiques d’une moindre valeur.

5On voit par ces diverses découvertes combien prit tout-à-coup d’importance la science que les Arabes nommaient alchimie, et qui offrait une nouvelle voie aux observateurs de la nature. Car les anciens n’avaient eu aucune idée des transformations produites par la combinaison des corps entre eux.

  • 3 [Le naphte est un liquide minéral volatile inflammable utilisé principalement comme solvant et comm (...)
  • 4 [Le bézoard, également appelé la pierre de bézoard, désigne les calculs que l’on trouve principalem (...)

6Les Arabes enrichirent la médecine d’un nombre considérable de préparations pharmaceutiques. Les sirops, les juleps, le naphte3, le bezoard4 sont encore désignés par les noms que leur donnèrent les Arabes lorsqu’ils les introduisirent dans la médecine. La connaissance de leurs préparations fut répandue en Europe par les écoles arabes de l’Espagne, d’où elles furent portées par les médecins juifs en France, en Allemagne, en Italie.

  • 5 [L’ellébore ou hellébore désigne l’un des deux genres de plantes herbacées vénimeuses, l’Helleborus(...)
  • 6 [La casse, arbuste du genre Ribes de la famille de la groseille à maquereau (Grossulariaceae), baie (...)
  • 7 [Le séné désigne les plantes, principalement du genre Cassia, de la famille des légumineuses (Fabac (...)
  • 8 [Le tamarin (Tamarindus indica), arbre à feuillage persistant de la famille des légumineuses (abace (...)
  • 9 [Le jujubier désigne l’une des deux espèces de petit arbre épineux du genre Ziziphus (de la famille (...)
  • 10 [Le myrobolan est le fruit séché astringent d’un arbre originaire d’Inde orientale (du genre Termin (...)

7En explorant des régions inconnues des anciens, les Arabes y firent en Botanique de précieuses découvertes. Avant eux on ne connaissait que des purgatifs violents, tels que l’ellébore5 et autres drastiques du même genre. Ils effectuèrent une révolution complète dans la médecine, en employant la casse6, le séné7, le tamarin8. C’est à eux aussi que la médecine est redevable des jujubes9 et des myrobolans10.

  • 11 [Mésué le Vieux est Yuhanna ibn Masawaih, également écrit Ibn Masawaih ou Masawaiyh (né en 777 ; mo (...)
  • 12 [Rhazès, voir note 15 ci-dessous.]

8Mésué (le vieux)11 est le plus ancien des auteurs arabes dont les œuvres médicales nous soient connues. Il était Syrien Nestorien, et fut médecin d’Haroun al-Raschild, qui lui confia l’éducation de son fils. C’est par Rhazès12 que nous ont été transmis les fragments de ceux de ses écrits que nous possédons.

  • 13 [Honain, fils d’Assac (mort en 873), médecin, philosophe, historien, grammairien, et lexicographe, (...)

9Honain13, fils d’Assac, élève aussi de l’école des Nestoriens, et qui vivait en 804, traduisit, par ordre d’Haroun-al-Raschild, du syriaque en arabe, les œuvres d’Hippocrate et celles de Galien. Ce qui a surtout rendu célèbre ce médecin arabe est le refus qu’il fît à un calife, d’un poison qu’il lui demandait.

  • 14 [Sérapion le Vieux est Yahya ibn-Sarafyun, médecin chrétien de la seconde moitié du ixe siècle qui (...)

10Sérapion (le vieux)14, originaire de Syrie et Nestorien, vivait aussi dans le même siècle que le médecin précédent, mais on ne sait pas précisément à quelle époque. Il n’a presque rien laissé concernant les sciences.

  • 15 [Rhazès ou Ar-Razi, de son nom complet Abu Bakr Muhammad ibn Zakariya’Ar-Razi (né c. 865 à Rayy en (...)

11Le premier des médecins arabes qui ait publié un ouvrage complet non traduit, est Rhazès-Abbeker-Mehamed-Rhazi15, qui fut inspecteur de l’hôpital de Bagdad et passe pour avoir été l’un des plus habiles médecins de sa nation. Il mourut en 923. L’ouvrage qui nous a été transmis sous son nom, paraît avoir été recueilli à ses leçons par un de ses élèves ; c’est du moins ce que fait penser le peu d’ordre qui y règne et les lacunes fréquentes qu’on y remarque. Il y est longuement parlé des végétaux utiles de l’Inde, de la Perse et de la Syrie, que n’avaient pas connus les anciens. On y rencontre la description de la petite-vérole, maladie terrible, communiquée à l’Occident par les Arabes, et qui est une triste compensation des avantages de la nouvelle médecine propagée par cette nation.

  • 16 [Sérapion le Jeune, surnommé Aggregator, fut l’un des botanistes les plus importants du Moyen Âge, (...)

12Vers 1002, Sérapion (le jeune), surnommé Aggregator16, écrivit un livre intitulé : de Simplicibus, dans lequel il traite, d’après Dioscoride, des plantes grecques et de la plupart de celles qui avaient été observées plus tard sur le sol indien.

  • 17 [Avicenne, en arabe Ibn Sina, nom complet Abu ‘Ali Al-Husayn Ibn ‘Abd Allah Ibn Sina (né en 980 à B (...)
  • 18 [Ispahan, ville de la région de Jabal en Perse, située sur la rivière Zendarud. On attribue la fond (...)

13Avicenne17, l’un des princes de la médecine arabe et philosophe très-distingué, naquit en 978 à Bouchor, au nord-est de la Perse. On rapporte que sa mémoire était si puissante qu’à l’âge de douze ans il savait tout le Coran par cœur. Ce fut à Bagdad, sous Mesué (le vieux), qu’il fit ses études. Il devint médecin et ministre du sultan et remplit le emplois les plus élevés. Ayant été exilé après être tombé en défaveur, il se cacha chez un apothicaire, où il resta quelque temps en qualité de garçon pharmacien. Il s’échappa de là, et se rendit à Ispahan18 auprès du calife, qui régnait dans cette ville. L’époque de sa mort est incertaine. On la fixe à 1036 et à 1050. On assure qu’il fut victime de son obstination à vouloir se traiter lui-même dans sa dernière maladie.

  • 19 [Sogdiane, ancienne région d’Asie Centrale située dans la vallée fertile de la rivière Zeravchan, d (...)
  • 20 [L’assa-fœtida, ou ase fétide, est une résine très appréciée comme condiment en Inde et en Iran, où (...)

14Avicenne étudia la botanique de la Bactriane, de la Sogdiane19, régions fertiles en plantes médicinales et où croît l’assa-fœtida20, qu’il a fait connaître le premier.

  • 21 [La Règle, ou le Canon de la Médecine (al-Qanun fiat-tibb) est le livre le plus connu dans l’histo (...)

15Son principal ouvrage, intitulé la Règle21, fut apporté en Espagne lorsque les Ommiades y eurent établi un califat indépendant ; il fut suivi dans les écoles de Cordoue, pendant les xe et xie siècles. L’Espagne, dominée par les Arabes, jouissait, alors d’une civilisation supérieure de beaucoup à celle du reste de l’Europe. Les écoles médicales de Cordoue avaient surtout une réputation colossale ; de toutes les parties de l’Orient, de Bagdad, du Caire, de la Perse, les savants y venaient chercher de l’instruction.

16Les livres d’Avicenne furent portés de Cordoue à Montpellier par les juifs qui fondèrent la célèbre école médicale de cette ville, à l’instar de celle des Arabes. De Montpellier ils furent répandus dans le reste de l’Europe, notamment en Italie et en France.

17Avicenne appartenait à la secte des Péripatéticiens, et a laissé une traduction arabe de son maître Aristote. Il est le philosophe le plus remarquable parmi les Arabes.

  • 22 [Mésué dit le Jeune, de son nom complet, Masawaih al-Mardini, compila une pharmacopée qui devint im (...)
  • 23 [Mondino dei Luzzi, également appelé Raimondino dei Liucci, ou Mundinus (né c. 1270 à Bologne en It (...)

18Nous terminerons l’examen des auteurs arabes orientaux par Mesué, dit le jeune, de Bagdad22. Il était chrétien, mais il ne fut aucunement persécuté pour ses croyances, car les Arabes étaient bien loin alors d’avoir l’intolérance qui s’est introduite dans le mahométisme après l’invasion des hordes turques. Mesué s’étant rendu au Caire, qui était devenu le siège d’un califat particulier, y fut médecin du calife Fatimite. Il mourut en 1015. Son ouvrage intitulé : de Re Medica, a été traduit d’abord par Mundinus23, ensuite par Sylvius, et a servi de manuel dans toutes les écoles de l’Europe, jusqu’à la renaissance des lettres. Aujourd’hui il est presque complétement oublié.

  • 24 [León était un royaume médiéval d’Espagne. Le Royaume de León comprenait les villes de León, Salama (...)

19L’école de Cordoue conserva pendant un temps assez long sa brillante renommée ; les princes chrétiens eux-mêmes s’y rendaient pour s’y faire traiter, et on cite surtout un roi de Léon24 qui s’y transporta pour suivre le traitement des médecins arabes.

  • 25 [Nous n’avons pu identifier Alboulc-Alza-Kaaris.]
  • 26 [Ibn Zuhr, de son nom complet Abu Marwan ‘ Abd Al-Malik Ibn Abi Al-’Ala`Zuhr, également appelé Aben (...)
  • 27 [Averroès, en latin médiéval Averrhoës, également appelé Ibn Rushd, de son nom complet en arabe Abu (...)
  • 28 [Ibn (ou Ebor) Taitor de Malaga, botaniste arabe qui voyagea en Asie pour étudier les plantes. Il d (...)
  • 29 [Abdalla-Tif, voir Leçon 20, note 48.]
  • 30 [Isaac-Louis Le Maistre de Sacy (1613-1684), personnage important du mouvement religieux janséniste (...)

20Parmi ces médecins, nous devons faire remarquer les suivants : Alboulc-Alza-Kaaris25, qui mourut en 1122 ; Abenzoar-Ebn-Ror26, né à Séville, et qui fut médecin du roi de Maroc après avoir été son gouverneur (à cette époque les rois de Maroc gouvernaient une partie de l’Espagne) ; Averroès27, élève d’Abenzoar, qui fut grand-juge à Cordoue et grand-check, c’est-à-dire chef de la religion : il possédait des connaissances très-variées, et enseignait à la fois la philosophie, la médecine, la chirurgie et le droit ; Ebn Taitor, de Malaga28, qui avait parcouru tout l’Orient et s’était fixé au Caire, où le calife l’avait fait son ministre : au jugement de Haller, il était le plus savant des botanistes arabes ; enfin Abdalla-Tif29, qui fleurissait à la fin du xiie siècle et au commencement du treizième, et dont l’ouvrage a été traduit en français par M. de Sacy30 : dans ce qu’il a écrit sur l’Égypte, on trouve des descriptions de plantes et d’animaux de ce pays plus exactes que celles qui avaient été faites par les anciens auteurs ; on peut citer surtout celle de l’hippopotame. Abdalla-Tif eut le mérite, après avoir examiné un squelette tiré par hasard d’un sépulcre éboulé, de redresser quelques erreurs échappées à Galien sur l’ostéologie de l’homme.

21Ce même médecin arabe a laissé encore plusieurs commentaires sur les anciens.

22Maintenant que nous avons terminé l’histoire des sciences naturelles dans l’antiquité, que nous les avons montrées se perpétuant dans l’empire de Byzance, où elles languirent, sans interruption brusque, jusqu’au xve siècle ; que nous avons fait voir aussi comment elles se sont introduites chez les Arabes, qui les conservèrent du viiie siècle au xiiie, et en cultivèrent plusieurs avec succès, nous allons suivre ces mêmes sciences dans les différents États qui furent formés des débris de l’empire d’Occident.

23Au viie siècle, les nations germaniques avaient définitivement établi leur domination sur toute l’Europe occidentale. Les Francs possédaient, non-seulement le territoire qui forme la France actuelle, mais encore presque toute l’Allemagne, de manière que ce qu’on nommait alors Francia comprenait toute la Gaule et la Germanie méridionale et moyenne. L’Italie était occupée par les Lombards, l’Angleterre par les Saxons.

24Ces divers peuples, réunis par la même croyance religieuse, sous la domination spirituelle de l’évêque de Rome, et chez lesquels tous les hommes doués de quelque instruction, comprenaient la langue latine, heureusement conservée par les papes dans la liturgie, peuvent être considérés comme une seule nation sous le rapport des sciences. Les hommes qui, au Moyen Âge, cultivaient les sciences dans l’Occident, communiquaient facilement entre eux : ils voyageaient, ils s’établissaient presque indifféremment dans l’une ou l’autre des parties de l’Europe.

25Les ordres religieux, qui se propagèrent alors en Europe, contribuèrent puissamment à cette facilité de communication qui produisit une sorte d’unité dans le monde savant.

26Ce fut, comme on se le rappelle sans doute, saint Benoît qui, en 543, fonda le premier ordre monastique de l’Occident. Depuis lors, un grand nombre de couvents s’élevèrent de toutes parts. Tous eurent des bibliothèques, des écoles, des copistes permanents ; tous, relevant d’un même chef, qui résidait au mont Cassin, travaillaient dans un même esprit. Pendant l’espace de deux siècles, on ne rencontre pas un seul auteur qui n’ait appartenu à quelqu’un de ces ordres monastiques.

  • 31 [Saint Isidore de Séville, en latin Isidorus Hispalensis (né c. 560 à Carthagène ou Séville en Espa (...)

27Le premier auteur du Moyen Âge est saint Isidore31, qu’on pourrait aussi regarder comme le dernier écrivain de l’antiquité. Nommé évêque de Séville en 601, il mourut en 636. Il écrivit donc sous la domination des Visigoths. Son ouvrage est intitulé : Étymologicon, sive de Originibus. C’est une espèce de dictionnaire raisonné, disposé ainsi par ordre de matières : anatomie, physiologie, zoologie, géographie, minéralogie, agriculture. Il y est un peu parlé de toutes ces choses, mais d’une manière très-superficielle et peu judicieuse. L’auteur n’est qu’un compilateur très-peu instruit. À vrai dire, on ne parle de son ouvrage dans l’histoire des sciences que comme d’un monument de l’ignorance des temps où il vivait. Toutefois, le livre relatif aux métaux contient quelques documents assez curieux : on y trouve la description des procédés employés, à l’époque où il fut écrit, pour fabriquer le verre. L’Étymologicon de saint Isidore, malgré son très-peu de valeur, servit cependant à l’enseignement des écoles jusqu’au xiie siècle.

28Au commencement du viiie siècle survinrent des dévastations générales ; les sciences n’obtinrent de la tyrannie aucune espèce de faveur : si quelques moines se livrèrent à l’étude, c’était uniquement dans des vues religion et de dévotion.

29L’Irlande, qui alors avait une existence particulière, est la seule région de l’Europe où dans ces temps l’ignorance n’augmenta pas. Elle n’avait pas été soumise à la domination romaine, elle fut aussi exempte, comme nous l’avons dit, des invasions des barbares, qui en furent d’ailleurs éloignés par sa position géographique. Des missionnaires y portèrent la religion chrétienne.

  • 32 [Dynastie de Clovis, la branche mérovingienne des rois Francs (486-751) qui domina la plus grande p (...)

30En France, pendant la durée de la dynastie de Clovis32, la couronne ne fut pas héréditaire par droit de primogéniture. À la mort de chaque roi, le pays était partagé entre ses enfants en autant de royaumes dont la réunion devait former pourtant une seule nation, une sorte d’État fédératif.

31Le même mode de succession fut maintenu pendant la durée de la race des Mérovingiens, qui se termina par la série des rois fainéants.

  • 33 [Saint Grégoire de Tours, nom d’origine Georgius Florentius (né le 30 novembre 538/539, Augustoneme (...)
  • 34 [Frédégaire, en latin Fredegarius (fl. viie siècle apr. J.-C.), auteur présumé d’une chronique de l (...)

32Les luttes fréquentes qui s’élevèrent entre les maires du palais et leurs maîtres n’étaient guère propres à la propagation des sciences. Déjà Grégoire de Tours33 (écrivain du vie siècle) est plus mauvais que les écrivains qui l’avaient précédé. Cependant on trouve encore dans ses récits quelque suite et des développements suffisants ; mais dans Frédégaire34 (du viiie siècle) et les écrivains postérieurs, on ne trouve plus qu’un latin effroyable et des idées insuffisantes au récit d’un événement. Aussi les successeurs d’Alexandre nous sont-ils mille fois mieux connus que ceux de Clovis.

  • 35 [Pépin III, de son surnom Pépin le Bref (né c. 714 ; mort le 24 septembre 768 à Saint-Denis, en Neu (...)

33Tout ce qui était resté de l’antiquité s’effaçait donc peu à peu sous la dynastie des Mérovingiens, et ce ne fut qu’après l’époque où l’usurpation de Pepin35 et de Charles-Martel plaça les maires du palais sur le trône que l’on vit renaître en France quelque émulation.

  • 36 [Charlemagne, également appelé Carolus Magnus ou Charles le Grand (né le 2 avril, probablement en 7 (...)

34L’heureuse impulsion produite par ces deux rois fut prodigieusement secondée par Charlemagne36, l’un des plus grands génies qui aient régné sur les Francs. Ce prince réunit sous son empire la Saxe et l’Italie, et sous son règne la monarchie des Francs surpassait en puissance et en étendue toutes celles qui depuis ont été établies en Europe.

  • 37 [Eginhart, s’écrit également Eginhard ou Einhard (né c. 770, Maingau, Franconie ; mort le 14 mars 8 (...)

35On a dit, d’après Eginhart37, que Charlemagne, ce protecteur des sciences, était si ignorant qu’il ne savait pas même lire ; le passage sur lequel on a appuyé cette assertion a évidemment été mal interprété. Le même Eginhart nous apprend que Charlemagne parlait très-bien le latin dans ses réponses aux ambassadeurs qui lui étaient envoyés. Du reste, il est certain qu’il s’efforça constamment de renouer le fil des connaissances humaines. L’Allemagne, sous ce rapport, lui dut beaucoup ; il y répandit les sciences dans des contrées où elles n’avaient jamais pénétré.

36Charlemagne fonda des écoles dans toute l’étendue de son vaste empire, et les établit où elles pouvaient l’être, c’est-à-dire dans les monastères et les cathédrales. Tout monastère riche dut entretenir à ses frais une école gratuite, et les chanoines étaient tenus de faire des cours dans les cathédrales. Après avoir conquis les Lombards, il fonda à Brême et à Hambourg des écoles qui portent son nom.

  • 38 [Alcuin (né c. 732, à York, ou près de York, Yorkshire, Angleterre ; mort le 19 mai 804 à Tours, Fr (...)
  • 39 [Saint Béde le Vénérable, Béda également appelé Baeda (né en 672/673, probablement à Monkton (Jarro (...)

37Charlemagne s’occupa particulièrement de la France : ayant reconnu la supériorité des Italiens pour la musique, il fit venir des maîtres de chant de l’Italie. Ce fut dans ce pays qu’il rencontra Alcuin38, ecclésiastique anglais, élève d’un moine irlandais appelé Beda39. Alcuin seconda Charlemagne dans l’établissement d’un grand nombre d’écoles et d’institutions utiles aux sciences et aux lettres, particulièrement dans la formation d’une académie qui se réunissait à Paris dans le palais même du roi, et dont ce prince était membre. Chacune des personnes de cette académie s’était choisi, en guise de devise, le nom d’un personnage de l’antiquité. Charlemagne avait pris celui de David. Ce fut aussi sous la direction d’Alcuin que le roi de France établit à Paris un grand nombre d’écoles publiques en dehors des couvents.

38La correspondance de Charlemagne avec Alcuin offre de nombreuses preuves de l’amour de ce prince pour les sciences. On possède une lettre de lui dans laquelle il se plaint de la négligence des copistes et des fautes qu’ils commettaient sur les manuscrits.

39Les efforts que fit Charlemagne pour opérer la conversion des Saxons devaient aussi favoriser la propagation des lumières.

  • 40 [Les Sept Arts Libéraux, voir Leçon 17, note 46.]

40Tous ces soins pour les sciences, l’établissement de tant d’écoles surtout ont fait regarder Charlemagne comme le fondateur des universités ; mais cette opinion, si généralement répandue, est complétement erronée : les nombreuses écoles ouvertes sous le règne de Charlemagne ne différaient pas de celles qui existaient avant lui ; c’étaient des écoles isolées, dans lesquelles on enseignait, suivant l’ancienne méthode, le triduum et le quadrivium, dont l’ensemble comprenait les sept arts libéraux40. Des écoles de cette nature, quelque nombreuses qu’elles soient, ne forment pas une université. Une pareille institution ne résulte que de l’établissement d’une discipline commune à toutes les écoles, de leur réunion sous une juridiction unique et spéciale, et de l’obtention de grades après des épreuves déterminées. Or, tout cet ensemble n’exista dans les écoles de l’Occident qu’au xiiie siècle. Le titre de maître ès-arts n’était pas même connu du temps de Charlemagne. Sous son règne et après lui, jusqu’au xiiie siècle, la juridiction des écoles fut accordée aux évêques et aux chefs des couvents, et on n’établit aucun moyen régulier de s’assurer du savoir des écoliers.

41Si les successeurs de Charlemagne avaient profité de l’impulsion qu’il avait donnée, ils auraient vraisemblablement rallumé le goût des sciences dans l’Occident ; l’interruption eût été moins longue, et le fil des traditions eût été repris à une époque où la totalité des ouvrages de l’antiquité devait encore exister.

  • 41 [Louis Ier, de son nom Louis le Pieux (né en 778 à Chasseneuil, près de Poitiers en Aquitaine ; mor (...)
  • 42 [Lothaire Ier (né en 795 ; mort le 29 septembre 855, Abbaye de Prüm en Allemagne), empereur des Fra (...)

42Il n’en fut pas ainsi, malheureusement pour l’humanité. Louis-le-Débonnaire41 fut victime de l’ambition de ses fils, qui se partagèrent ses États. Lothaire42, à qui l’Italie était échue, avoue que toute instruction était éteinte dans ce pays, où il fonda cependant lui-même quelques écoles. Le reste de l’Europe n’était pas dans un meilleur état : plusieurs conciles furent obligés de défendre qu’on ordonnât prêtre celui qui ne savait pas lire le catéchisme. Si le clergé était descendu à ce degré d’ignorance, qu’on juge de ce qu’était le reste de la population. Les capitulaires des rois, qui sont à peu près les seuls monuments que nous ayons de cette époque, montrent jusqu’où la barbarie était alors portée. Toutefois, on rencontre dans quelques-uns des notions intéressantes pour les sciences ; nous avons déjà parlé de celui qui prescrit le mode de culture des domaines de la couronne, et qui prouve qu’à cette époque les productions de notre sol différaient peu de ce qu’elles sont aujourd’hui.

43Charlemagne mourut en 814. Les invasions des Normands dans plusieurs contrées de l’Europe, et celles des Danois en Angleterre, contribuèrent puissamment, au ixe siècle, à replonger l’Europe dans la barbarie.

44Les luttes et les violences qui accompagnèrent la décadence des institutions féodales épaissirent progressivement les ténèbres qui couvraient l’Europe, et détruisirent presque entièrement la culture des sciences et des lettres.

Notes

1 [Ghebert-ibn-Moussa-Djaffa-al-Sufi, ou Jabir ibn Hayyan, Abu Musa (né c. 721 à Tous en Iran ; mort c. 815 à Koufa en Irak), alchimiste connu comme le « père de la chimie arabe ». Peu après la naissance de Jabir, son père fut décapité pour le rôle qu’il joua dans le complot organisé par les Abbassides destiné à mettre fin à la dynastie Umayyade. Jabir fut envoyé en Arabie où il devint membre de la secte chiite. Apparemment il étudia la plupart des disciplines du savoir, y compris la médecine. Après que les Abbassides aient renversé les Umayyades, Jabir devint médecin à la cour du calife Abbasside Haroun al-Rashid. Jabir était un ami intime du sixième imam chiite Jafar ibn Mohammed, à qui il doit beaucoup de ses idées scientifiques. On attribue à Jabir l’écriture de plus de deux mille ouvrages. La secte musulmane des Ismaéliens publia sous son nom un grand nombre d’œuvres alchimiques et mystiques. Au xive siècle, un alchimiste espagnol apposa le nom Geber (forme latine de Jabir) sur ses propres manuscrits, peut-être dans le but que ses œuvres soient attribuées a Jabir, obtenant ainsi une plus grande autorité en matière académique.]

2 [L’alambic est un appareil utilisé dans le processus de distillation.]

3 [Le naphte est un liquide minéral volatile inflammable utilisé principalement comme solvant et comme diluant, et comme matière première dans la fabrication de l’essence. Le naphte désignait à l’origine les affleurements de pétrole provenant du sous-sol de la région de Baku en Azerbaïdjan et en Iran. Le naphte est mentionné dès le ier siècle apr. J.-C. par l’écrivain grec Dioscoride et l’écrivain romain Pline l’Ancien. Les alchimistes utilisaient ce mot principalement pour distinguer différents liquides au point d’inflammation faible, comme certains éthers et esters.]

4 [Le bézoard, également appelé la pierre de bézoard, désigne les calculs que l’on trouve principalement dans les organes gastro-intestinaux, auxquels on attribuait autrefois des propriétés magiques, notamment celle d’être un antidote à certains poisons.]

5 [L’ellébore ou hellébore désigne l’un des deux genres de plantes herbacées vénimeuses, l’Helleborus et le Veratrum, dont certaines espèces sont cultivées comme plantes ornementales.]

6 [La casse, arbuste du genre Ribes de la famille de la groseille à maquereau (Grossulariaceae), baie fruitée et piquante utilisée dans les confitures et les gelées, dans la fabrication de pastilles, comme arôme, et parfois fermentée.]

7 [Le séné désigne les plantes, principalement du genre Cassia, de la famille des légumineuses (Fabaceae), que l’on trouve dans les régions sous-tropicales et tropicales. Il est utilisé comme plante médicinale ; certaines de ces plantes produisent une écorce riche en tanin utilisée dans la préparation des cuirs. Certains sénés sont parmi les arbres les plus fleurissants qu’il soit.]

8 [Le tamarin (Tamarindus indica), arbre à feuillage persistant de la famille des légumineuses (abaceae) originaire d’Afrique tropicale. Il est largement cultivé dans d’autres régions comme plante ornementale, et utilisé en Orient pour son fruit comestible dans des plats et boissons, et dans la médecine.]

9 [Le jujubier désigne l’une des deux espèces de petit arbre épineux du genre Ziziphus (de la famille des Rhamnacées) et leur fruit le jujube. La plupart de ces arbres sont des variétés du jujubier commun (Z. jujuba), originaire de chine, où on les cultive depuis plus de 4 000 ans.]

10 [Le myrobolan est le fruit séché astringent d’un arbre originaire d’Inde orientale (du genre Terminalia de la famille Combretacée) utilisé principalement comme tannin et dans les encres.]

11 [Mésué le Vieux est Yuhanna ibn Masawaih, également écrit Ibn Masawaih ou Masawaiyh (né en 777 ; mort en 857 à Samarra), médecin assyrien de l’Académie de Gundishapur. Fils d’un pharmacien et médecin originaire de Gundishapur, il se rendit à Bagdad où il étudia auprès de Jabril ibn Bukhtishu. Il devint plus tard directeur d’un hôpital à Bagdad où il écrivit de nombreux traités de médecine sur un certain nombre de sujets, notamment sur l’ophtalmologie, les fièvres, les maux de tête, la mélancolie, la diététique, la vérification de la compétence des médecins, et les aphorismes médicaux. On raconte qu’il organisait régulièrement des consultations, pendant lesquelles il examinait des patients et discutait de leurs cas avec ses élèves ; ce genre de consultations attirait une large audience.]

12 [Rhazès, voir note 15 ci-dessous.]

13 [Honain, fils d’Assac (mort en 873), médecin, philosophe, historien, grammairien, et lexicographe, qui comptait parmi les Nestoriens a jouir des faveurs des califes de Bagdad, également reconnus parmi les chrétiens et les musulmans pour leurs œuvres médicales et leurs traductions en syriaque et en arabe des œuvres de Dioscoride, d’Hippocrate, de Galien, et de Paul d’Agime.]

14 [Sérapion le Vieux est Yahya ibn-Sarafyun, médecin chrétien de la seconde moitié du ixe siècle qui écrivit deux compilations médicales en syriaque. L’une d’elles fut traduite en latin par Gérard de Crémone (né en 1113 ou en 1114, mort en 1187) sous le titre de Practica sive breviarium avant 1187. Cet ouvrage qui traitait des antidotes, fut très populaire de son vivant.]

15 [Rhazès ou Ar-Razi, de son nom complet Abu Bakr Muhammad ibn Zakariya’Ar-Razi (né c. 865 à Rayy en Perse, aujourd’hui en Iran ; mort en 923 à Rayy), alchimiste de renom et philosophe musulman considéré également comme le plus grand médecin du monde islamique. Les deux œuvres les plus importantes de Rhazès sont Kitab al-Mansuri, qu’il écrivit pour le dirigeant Rayy Mansur ibn Ishaq et qui fut rendu célèbre en occident grâce à la traduction latine du xiiie siècle de Gérard de Crémone ; et Kitab al-hawi, somme médicale couvrant les médecines grecque, syrienne et arabe, ainsi que certaines connaissances médicales indiennes.]

16 [Sérapion le Jeune, surnommé Aggregator, fut l’un des botanistes les plus importants du Moyen Âge, et un expert en plantes arabes. Dans ses écrits, il établit un lien entre le monde de la pensée grecque et celui du califat. Plusieurs éditions de son œuvre Liber Serapionis aggregatus in medicinissimplicibus parurent au xve siècle (voir Sérapion le Jeune, Liber Serapionis aggregatus in medicinis simplicibus, Milan : Antonius Zarotus, 1473, [373 p.])]

17 [Avicenne, en arabe Ibn Sina, nom complet Abu ‘Ali Al-Husayn Ibn ‘Abd Allah Ibn Sina (né en 980 à Bukhara en Iran ; mort en 1037, Hamadan), médecin iranien, considéré comme le plus célèbre et le plus reconnu des philosophes-scientifiques de l’Islam (voir Mazliak (Paul), Avicenne et Averroès. Médecine et Biologie dans la civilisation de l’Islam, Paris : Vuibert ; Adapt, 2004, 250 p. ; Siraisi (Nancy G.), Avicenna in Renaissance Italy : The Canon and Medical Teaching in Italian Universities after 1500, Princeton (New Jersey) : Princeton University Press, 1987, xii + 410 p.) Il fut particulièrement reconnu pour ses contributions dans les domaines de la philosophie aristotélicienne et de la médecine. Il composa Kitab ash-shifa’(« Livre des Guérisons »), encyclopédie philosophique et scientifique (Avicenne, La métaphysique du Shifâ [trad. de l’arabe par Anawati Georges C.], Paris : Vrin, 1978-1985, 2 vol.), et le Canon de la Médecine, qui est l’un des livres les plus connus dans l’histoire de la médecine (Avicenne, Canon medicinae ; De Viribus cordis [trad. de l’arabe par Crémone Gérard de & Villeneuve Arnaud de], Venise : Petrus Maufer et socii, 1486, 6 part. [500 f.], in-4).]

18 [Ispahan, ville de la région de Jabal en Perse, située sur la rivière Zendarud. On attribue la fondation de cette ville aux prisonniers juifs qui y furent envoyés par Nebuchadnezzar après sa prise de Jérusalem.]

19 [Sogdiane, ancienne région d’Asie Centrale située dans la vallée fertile de la rivière Zeravchan, dans l’Ouzbékistan moderne. Des excavations révèlent que Sogdiane fut probablement habitée entre 1000 et 500 av. J.-C. et qu’elle passa ensuite sous le pouvoir des Achéménides. Elle fut ensuite attaquée par Alexandre le Grand et il se peut qu’elle fit partie du royaume grec de Bactrie jusqu’aux invasions des peuples Shaka et Yüeh-chih au iie siècle av. J.-C. Sogdiane resta un centre prospère jusqu’aux invasions mongoles. Sous le règne des Samanides (ix-xe siècle apr. J.-C.) Sogdiane fut un point central de la civilisation islamique orientale.]

20 [L’assa-fœtida, ou ase fétide, est une résine très appréciée comme condiment en Inde et en Iran, où elle est utilisée pour aromatiser les currys, les boulettes de viande et les saumures. On l’utilise également en Europe et aux États-Unis dans les parfums et comme épice. De gout âcre, elle dégage une forte odeur d’oignon à cause de ses composés sulfuriques organiques qu’elle contient. Elle provient principalement de la plante Ferula foetida de la famille Apiaceae (Umbelliferae).]

21 [La Règle, ou le Canon de la Médecine (al-Qanun fiat-tibb) est le livre le plus connu dans l’histoire de la médecine, autant en Orient qu’en Occident (voir note 17 ci-dessus). C’est une encyclopédie systématique basée principalement sur les découvertes des médecins grecs de l’empire romain, et sur d’autres œuvres arabes, ainsi que dans une moindre mesure, sur l’expérience personnelle d’Avicenne (ses notes cliniques furent perdues pendant ses voyages).]

22 [Mésué dit le Jeune, de son nom complet, Masawaih al-Mardini, compila une pharmacopée qui devint immédiatement populaire dans l’Europe Médiévale et demeura pendant des siècles l’œuvre de référence sur le sujet.]

23 [Mondino dei Luzzi, également appelé Raimondino dei Liucci, ou Mundinus (né c. 1270 à Bologne en Italie ; mort c. 1326 à Bologne), médecin et anatomiste italien dont le texte Anathomia Mundini (écrit en 1316 ; première impression en 1478) fut le premier livre d’anatomie reposant sur la dissection des cadavres humains à avoir été écrit en Europe depuis l’Antiquité (voir Wickersheimer (Ernest) (sous la dir.), Anatomies de Mondino dei Luzzi et de Guido de Vigevano, Paris : Droz, 1926, 91 p. + 16 pls, in-4). Ce texte fut le texte de référence jusqu’au temps de l’anatomiste flamand Andreas Vesalius (1514-1564).]

24 [León était un royaume médiéval d’Espagne. Le Royaume de León comprenait les villes de León, Salamanque et Zamora – les régions avoisinantes de Valladolid et de Palence étant disputées par la Castille, frontière d’origine du côté est. Les rois de León régnaient sur la Galice, les Asturies, et une grande partie du Portugal avant que le Portugal ne gagne son indépendance en 1139 environ.]

25 [Nous n’avons pu identifier Alboulc-Alza-Kaaris.]

26 [Ibn Zuhr, de son nom complet Abu Marwan ‘ Abd Al-Malik Ibn Abi Al-’Ala`Zuhr, également appelé Abenzoar ou Abumeron (c. 1090-1162, Séville), l’un des plus grands penseurs de l’Islam médiéval, et le plus grand des médecins cliniques du califat occidental. Homme au sens extrêmement pratique, il détestait les hypothèses médicales, raison pour laquelle il s’opposa aux enseignements du maître de médecine perse Avicenne.]

27 [Averroès, en latin médiéval Averrhoës, également appelé Ibn Rushd, de son nom complet en arabe Abu Al-Walid Muhammad Ibn Ahmad Ibn Muhammad Ibn Rushd (né en 1126, à Cordoue ; mort en 1198 à Marrakech, Empire des Almohades), philosophe religieux islamique influent qui combina les traditions islamiques à la pensée grecque. À la demande du calife Ibn at-Tufayl, il produisit une série de résumés et de commentaires sur la plupart des œuvres d’Aristote et sur la République de Platon, lesquels exercèrent une influence considérable pendant les siècles qui suivirent (voir Averroès, Averroës’ commentary on Plato’s Republic [éd. anglaise avec introduction, traduction et notes par Rosenthal E. I. J.], Cambridge : Cambridge University press, 1956, xii + 337 p. ; Commentaire moyen à la « Rhétorique » d’Aristote [introd. générale, éd. critique du texte arabe, trad. française, commentaires et tables par Aouad Maroun], Paris : J. Vrin, 2002, 3 vol.)]

28 [Ibn (ou Ebor) Taitor de Malaga, botaniste arabe qui voyagea en Asie pour étudier les plantes. Il devint ensuite ministre du calife au Caire.]

29 [Abdalla-Tif, voir Leçon 20, note 48.]

30 [Isaac-Louis Le Maistre de Sacy (1613-1684), personnage important du mouvement religieux janséniste de France, membre de la famille Arnauld. Le Maistre de Sacy, également étudiant et disciple de Saint-Cyran, fut ordonné en 1649. Il devint confesseur des nonnes et des Solitaires de Port-Royal, et les Jansénistes avaient en lui la plus haute estime comme dirigeant spirituel. On le connait mieux cependant pour sa traduction du Nouveau Testament connue sous le nom du Nouveau Testament de Mons (cf. Le Maistre de Sacy (Isaac-Louis), Le Nouveau Testament de notre Seigneur Jésus-Christ, traduit en françois sur la Vulgate, par Monsieur Le Maistre de Saci..., à Paris : chez Guillaume Desprez & Jean Desessartz, 1717, xii + 706 + [2] p., in-12).]

31 [Saint Isidore de Séville, en latin Isidorus Hispalensis (né c. 560 à Carthagène ou Séville en Espagne ; mort le 4 avril 636 à Séville ; canonisé en 1598 ; fêté le 4 avril), théologien, le dernier des Pères Latins Occidentaux, archevêque, et encyclopédiste dont l’Étymologie, encyclopédie sur des sujets d’ordres humains et divins, fut l’un des piliers dans le domaine de la lexicologie, et resta pendant des siècles l’un des livres de référence les plus importants (Isidore de Séville, Étymologies, Livre II : Rhétorique et dialectique [trad. et notes de Marshall Peter K.], Paris : Les Belles Lettres, 1983, 186 p.)]

32 [Dynastie de Clovis, la branche mérovingienne des rois Francs (486-751) qui domina la plus grande partie de l’Europe Occidentale dans les débuts du Moyen Âge (voir Leçon 19, notes 18, 23, 24).]

33 [Saint Grégoire de Tours, nom d’origine Georgius Florentius (né le 30 novembre 538/539, Augustonemetum, Aquitaine ; mort 594/595, Tours, Neustrie ; fêté le 17 novembre), évêque et écrivain dont l’œuvre Historia Francorum (Histoire des Francs) est une source majeure d’information sur le royaume Franco-Romain du vie siècle (voir Grégoire de Tours, Histoire des Francs [tr. du latin par Latouche Robert], Paris : Les Belles Lettres, 1963, 2 vols). La situation politique compliquée de cette période mena Grégoire à s’impliquer activement dans de nombreux événements politiques et à s’opposer au roi. Il écrivit également Les Vies des Pères, sept livres de miracles, et un commentaire sur les Psaumes (cf. Grégoire de Tours, Les livres des miracles et autres opuscules de Georges Florent Grégoire, évêque de Tours, Paris : J. Renouard, 1857-1864, 4 vol. ; La vie des Pères ; La gloire des confesseurs [traduit du latin par Bordier Henri ; révisé par Sicard Pierre], Clermont-Ferrand : Paléo, 2006, 250 p.)]

34 [Frédégaire, en latin Fredegarius (fl. viie siècle apr. J.-C.), auteur présumé d’une chronique de l’histoire des Francs écrite entre 658 et 661. Tous les manuscrits qui nous restent de cette chronique sont anonymes, et la référence faite à « Fredegarius » comme auteur date de l’édition de Claude Fauchet (historien et antiquaire français, né le 3 juillet 1530, mort en janvier 1602) publiée en 1579 (cf. Fauchet (Claude), Les antiquitez gauloises et françoises, augmentées de trois livres, contenans les choses advenues en Gaule et en France, jusques en l’an 751..., Paris : J. Perier, 1599, 2 part. en 1 vol.,-in-8 ; Les Antiquitez et histoires gauloises et françoises, contenant l’origine des choses advenues en Gaule et es annales de France, depuis l’an du monde MMMCCCL jusques l’an IXCLXXXVII de Jésus Christ, Genève : P. Marceau, 1611, 125 p.) L’auteur présente une histoire assez détaillée de son époque sous la forme d’une chronique universelle, prenant comme base d’information pour décrire les temps mérovingiens l’Historia Francorum de Grégoire de Tours (voir note 33 ci-dessus), laquelle se termine en 591, trois ans avant la mort de Grégoire.]

35 [Pépin III, de son surnom Pépin le Bref (né c. 714 ; mort le 24 septembre 768 à Saint-Denis, en Neustrie, aujourd’hui en France), premier roi des Francs de la dynastie des Carolingiens et père de Charlemagne. Fils de Charles Martel, Pépin devint gouverneur des Francs en 747, et en 751, après l’éviction de Childéric III, il devint roi des Francs. Il fut le premier roi des Francs à recevoir le sacrement royal – tout d’abord par Saint Boniface, ensuite (en 754) par le Pape Stéphane II.]

36 [Charlemagne, également appelé Carolus Magnus ou Charles le Grand (né le 2 avril, probablement en 742 ; mort le 28 janvier 814 à Aachen, au nord-ouest de l’Allemagne), alors roi des Francs (768-814) conquis le royaume Lombard en Italie, soumit les Saxons, annexa la Bavière à son royaume, combattit des campagnes en Espagne et en Hongrie, et unifia toutes les terres chrétiennes de l’Europe de l’Ouest en un grand empire, à l’exception du Royaume des Asturies en Espagne, du sud de l’Italie, et des Îles Britanniques. En l’an 800, il reçut le titre d’empereur (Il est connu comme Charles Ier du Saint Empire, ainsi que comme Charles Ier de France). Outre l’expansion de son pouvoir politique, il apporta également à son empire une renaissance culturelle. Bien que son « empire » ne le survécut que le temps d’une génération, les royaumes médiévaux de France et d’Allemagne tirèrent toutes leurs traditions constitutionnelles de la monarchie de Charlemagne. Dans toute l’Europe médiévale, Charlemagne était considéré comme le modèle de roi et d’empereur chrétien.]

37 [Eginhart, s’écrit également Eginhard ou Einhard (né c. 770, Maingau, Franconie ; mort le 14 mars 840, Seligenstadt, Franconie), historien des Francs et homme de lettres à la cour dont les écrits sont une source d’information sur Charlemagne et sur l’Empire Carolingien d’une valeur inestimable.]

38 [Alcuin (né c. 732, à York, ou près de York, Yorkshire, Angleterre ; mort le 19 mai 804 à Tours, France), poète anglo-latin, éducateur et homme d’église qui, alors qu’il occupait le poste de directeur de l’école Palatine établie par Charlemagne à Aachen, introduisit les traditions humanistes anglo-saxonnes en Europe de l’Ouest. Il fut l’homme de lettres le plus engagé de la renaissance culturelle connue comme la Renaissance Carolingienne. Il apporta également d’importantes réformes dans la liturgie catholique de Rome et laissa plus de 300 lettres en latin, lesquelles se sont avérées être une source d’information de valeur sur l’histoire de son temps (voir Alcuin, Alcuin of York, c. A. D. 732 to 804 : his life and letters [trad. du latin en anglais ; éd. par Allott Stephen], York : William Sessions Ltd., 1974, x + 174 p.)]

39 [Saint Béde le Vénérable, Béda également appelé Baeda (né en 672/673, probablement à Monkton (Jarrow), en Northumbrie ; mort le 25 mai 735 à Jarrow ; canonisé en 1899 ; fêté le 25 mai), théologien anglo-saxon, historien, et chronologiste, connu aujourd’hui pour son Historia ecclesiastica gentis Anglorum (« Histoire Ecclésiastique du Peuple Anglais »), source d’information capitale dans l’histoire de la conversion des tribus anglo-saxonnes à la Chrétienté (cf. Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais [introduction et notes par Crépin André ; texte critique par Lapidge Michael ; traduction par Monat Pierre et Robin Philippe], Paris : Cerf, 2005, 3 vol.)]

40 [Les Sept Arts Libéraux, voir Leçon 17, note 46.]

41 [Louis Ier, de son nom Louis le Pieux (né en 778 à Chasseneuil, près de Poitiers en Aquitaine ; mort le 20 juin 840 à Petersaue en Allemagne), fils du roi des Francs Charlemagne ; il fut couronné coempereur en 813 et devint empereur unique à la mort de son père en 814. Dépossédé de son autorité à deux reprises par ses fils (Lothaire, Pépin, Louis, et Charles), il récupéra le pouvoir à chaque fois (830 et 834), mais à sa mort, l’Empire Carolingien était en déroute.]

42 [Lothaire Ier (né en 795 ; mort le 29 septembre 855, Abbaye de Prüm en Allemagne), empereur des Francs dont les efforts pour gagner le règne absolu sur les territoires Francs furent contrecarrés par ses frères. Gouverneur en Italie à partir de 822, Lothaire fut couronné empereur par le Pape Pascal Ier en 823. En 833, mécontent du règne de Louis le Pieux, Lothaire et ses frères mirent fin au règne de Louis, Lothaire prenant possession du trône. Néanmoins, Louis fut remis au pouvoir l’année suivante, et le pouvoir de Lothaire se limita alors à l’Italie.]

Table des illustrations

Titre EMBLÈME DU TRAVAIL DE LA PIERRE PHILOSOPHALE. Planche XVIII extraite du chapitre « Chimie » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 3 de 1763).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 924k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540