Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

7. The Middle Age and Early Renaissance / Le Moyen age et la Pré-Renaissance

20. L’Empire byzantin

Texte intégral

GRIFFON OU GRYPHON. Détail de la planche 49 extraite de Jonston (Jan), Historiæ naturalis de quadrupetibus [sic] libri..., Francfort : ad Moenum impensa Matthæi Meriani, 1650, 6 part. en 4 vol

GRIFFON OU GRYPHON. Détail de la planche 49 extraite de Jonston (Jan), Historiæ naturalis de quadrupetibus [sic] libri..., Francfort : ad Moenum impensa Matthæi Meriani, 1650, 6 part. en 4 vol
  • 1 [Saint Cyrille d’Alexandrie (né c. 375 ; mort le 27 juin 444 ; fête célébrée le 27 juin (église ca (...)

1Le premier des auteurs byzantins est saint Cyrille1, qui fut patriarche d’Alexandrie, de 412 à 443. Nous avons de lui un petit ouvrage sur les plantes et les animaux.

  • 2 [Cet Aëtius est probablement Aëtius Amidenus ou Aëtius d’Amida, médecin de la cour de Justinien Ie (...)

2Un médecin, nommé Aëtius2, a aussi écrit un petit livre sur l’histoire naturelle. Le sujet en est disposé conformément à l’ordre que la Genèse donne à la création. L’auteur a écrit dans le but théologique que nous avons remarqué dans Eustathius et saint Ambroise ; toutes ses réflexions se rapportent à la religion. Du reste, cet ouvrage est peu important et mérite à peine d’être cité.

  • 3 [Georges Pisides ou Georges le Pisidien, en grec Georgios Pisides (fl. au début du viie siècle, au (...)
  • 4 [Le griffon ou grype est une créature de la mythologie au corps de lion (avec ou sans ailes) et à (...)
  • 5 [Le Roc, oiseau légendaire gigantesque, dont on raconte qu’il pouvait attraper des éléphants et d’ (...)

3Vers le milieu du viie siècle, un diacre, appelé Georges Pisides, composa un poème dont nous ne possédons que dix-huit cents vers3. À cette époque tous les ouvrages finissaient presque comme un cours de théologie. Le poème de Pisides est basé aussi sur la création des six jours, et peut être considéré comme une parodie du livre de Job. À la description d’animaux réels, l’auteur, qui n’est qu’un compilateur, mêle une foule de fables. Après avoir parlé de l’éléphant, du chameau et d’autres espèces existantes, il décrit le fabuleux griffon4, monstre ailé, d’une force si prodigieuse qu’il enlevait un bœuf. Pour la première fois, il mentionne l’oiseau que les Arabes nomment roc5, et dont la tradition est restée parmi eux depuis cet ouvrage. Il parle enfin du ver à soie comme d’un objet de mépris. Il s’étonne que les hommes se servent de l’habillement d’un ver.

  • 6 [Saint Photius (né c. 820, à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie ; mort probablement l (...)
  • 7 [Sur la BibliotheÌque, voir Photius, BibliotheÌque [texte établi et traduit par Henry René], Paris (...)

4Photius6, qui fut nommé patriarche de Constantinople en 857 et mourut en 886, est un des hommes les plus remarquables qu’ait produits l’empire grec. Ce fut lui qui consomma le schisme de l’Église grecque et de l’Église latine, et rendit les patriarches de Constantinople rivaux des évêques de Rome. On ne saurait lui contester un grand savoir ; l’ouvrage qu’il a laissé, sous le titre de Bibliothèque7, en est une preuve éclatante. C’est un recueil de nombreux extraits de livres qu’il avait lus. Il commence chacun de ses extraits par ces mots : J’ai lu tel livre, et il donne de chaque ouvrage des morceaux fort détaillés et très-précieux pour la littérature ancienne. Le nombre des auteurs dont il rapporte les passages les plus remarquables est de cent soixante-sept. Cent de ces auteurs nous sont connus, et nous avons pu ainsi nous assurer de la fidélité des extraits de Photius.

  • 8 [Damatius désigne semble-t-il Marcus Damatius Urbanus, mais nous n’avons pu trouver aucune référen (...)

5Pour nous, naturalistes, nous avons eu peu à prendre dans l’ouvrage de ce célèbre patriarche. Nous lui devons seulement ce que nous possédons de Ctésias et d’Agatharchides, dont je vous ai entretenu antérieurement. C’est à Photius aussi que nous sommes redevables d’extraits des récits de Damatius8, philosophe platonicien. Ce philosophe nous intéresse, en ce qu’il parle de l’hippopotame et du crocodile.

  • 9 [Constantin VII Porphyrogénète, également appelé Constantin VII Flavius Porphyrogénète (né en sept (...)
  • 10 [L’Administration de l’Empire ou De administrando imperio de Constantin VII traitait des peuples s (...)

6Parmi les auteurs byzantins nous trouvons un empereur, c’est Constantin Porphyrogénète9, né dans la pourpre, et qui doit son surnom à cette circonstance si rare alors. Ce prince malheureux était fort savant ; il s’était occupé de tout ce qui avait trait aux connaissances utiles. Son Traité de l’Administration de l’Empire10 est très-intéressant ; on y trouve beaucoup de détails curieux sur les provinces qui faisaient partie de cet empire et sur les cérémonies qui étaient alors en usage. On y rencontre aussi des renseignements fort étendus sur les nations slaves qui occupèrent l’orient de l’Europe. Sans l’ouvrage de Constantin, nous n’aurions pas ces notions. Enfin le traité de Porphyrogénète renferme l’histoire de la conversion au christianisme de la première impératrice russe, ainsi que du baptême de son peuple et de la première visite qu’elle fit à Constantinople.

  • 11 [Cassianus Bassus, surnommé Scholasticus (homme de loi), était l’un des géoponiques, groupe d’aute (...)
  • 12 [Les Géoponiques de Cassianus Bassus sont une collection de textes sur l’agriculture, compilés à l (...)
  • 13 [Magon, également Mago (mort c. 203 av. J.-C.), éminent général carthaginois de la Deuxième Guerre (...)
  • 14 [Cassius Dionysus (fl. 88 av. J.-C., Utica, aujourd’hui en Tunisie), auteur de l’Antiquité, origin (...)
  • 15 [Diophane de Nicée ou Diophane de Bithynie, ancien auteur grec du ier siècle av. J.-C., originaire (...)

7Un autre ouvrage se rattache au nom de Constantin Porphyrogénète, c’est un Traité d’Agriculture qu’il fit composer par Cassianus Bassus11. Ce traité est intitulé Géoponiques12, et sa disposition est à peu près celle des ouvrages de Columelle et de Varron sur la même matière. C’est simplement une compilation ; mais elle est intéressante, en ce qu’elle fait connaître les noms et donne des extraits de plus de trente auteurs anciens qui ont aussi écrit sur l’agriculture. Le Carthaginois Magon13, par exemple, qui florissait vers 140 avant Jésus-Christ, et qui avait écrit vingt-huit livres sur l’agriculture, s’y trouve cité. Cet ouvrage était tout ce que Scipion avait conservé pour lui des dépouilles de Carthage. Le sénat le fit traduire en latin par Cassius Dionysius14, écrivain d’Utique ; il fut aussi traduit en grec et abrégé par Diophane de Nicée15, en Bythinie. Ces deux traductions sont perdues.

  • 16 [Juba II (né c. 50 av. J.-C., mort c. 24 apr. J.-C.), fils de Juba Ier et roi des états de Numidie (...)

8Le traité de Cassianus Bassus contient aussi un extrait de Juba16, ce roi de Mauritanie qui avait écrit sur différents sujets relatifs à l’histoire naturelle. Cassianus Bassus rapporte, entre autres choses, ce qu’il avait écrit sur les vins et les vendanges, sur les olives et les huiles, sur les arbres verts des forêts, et sur l’éducation des animaux. Il rapporte encore, à l’occasion de la préparation des aliments, ce qu’il a écrit sur le fameux garum, sauce qui se faisait avec des intestins de plusieurs poissons, et surtout avec ceux du maquereau que l’on plaçait entre des lits de sel, et que l’on comprimait après les avoir fait fermenter.

  • 17 [Dans la mythologie grecque, Phyleus était le fils du roi Augeas d’Élis et le père de Mégès, mais (...)
  • 18 [Michel IX Paléologue (né c. 1277 ; mort le 12 octobre 1320 à Thessalonique, Empire Byzantin), emp (...)
  • 19 [De la Nature des Animaux : nous n’avons pu identifier cet ouvrage ; voir note 17 ci-dessus.]

9Le dernier des auteurs byzantins qui appartienne au Moyen Âge proprement dit est Manuel Phylée17, d’Éphèse, qui vivait vers le xiiie siècle. Il a écrit un petit ouvrage, dédié à Michel Paléologue18, qui à pour titre : de la Nature des Animaux19. Ce livre se compose d’une suite de petites stances, dans chacune desquelles l’auteur traite d’un animal différent ; c’est une espèce d’abrégé d’Élien, mis en vers. Ce travail est à peu près insignifiant pour la science.

10De l’examen que nous venons de faire des auteurs byzantins, il résulte qu’ils n’ont rien ajouté aux connaissances que possédait l’antiquité.

11Toutefois ils ont eu un mérite, c’est celui d’avoir ouvert une nouvelle route à l’esprit humain, en posant les premiers fondements de la chimie, qui est aujourd’hui une des branches les plus développées de la science de la nature.

12Nous avons vu que les anciens Égyptiens possédaient des procédés pratiques, des recettes de compositions chimiques qu’ils employaient dans les arts. Mais tout nous porte à croire qu’ils n’avaient aucune théorie chimique, rien qui pût être considéré comme un corps de doctrine sur l’action réciproque des diverses substances qu’ils connaissaient. Si, au commencement du Moyen Âge, on crut que les Égyptiens avaient possédé une science profonde et mystérieuse en chimie, c’est, d’abord, qu’à cette époque les connaissances chimiques de l’ancienne Égypte étaient complétement oubliées ; et ensuite que ses monuments étant couverts de caractères singuliers, d’emblêmes bizarres, dont la signification paraissait devoir rester ignorée à tout jamais, on supposait que cette nation, impénétrable dans son langage monumental, avait dû posséder des connaissances très-profondes dans les diverses branches de la science humaine.

13Sous l’influence de ces idées, les premiers auteurs byzantins qui obtinrent des résultats nouveaux en étudiant l’action réciproque des corps, présentèrent ces résultats sous le nom d’Hermès, que les Égyptiens regardaient comme l’inventeur des sciences, et qui est le même que le Thot des Grecs et le Mercure des Latins ; ils prétendirent posséder la science secrète des anciens Égyptiens, et furent jusqu’à attribuer à Hermès lui-même les ouvrages qu’ils avaient composés.

14L’alchimie était en effet désignée anciennement sous le nom de Science hermétique, et nous avons vu que le mot chimie indique le pays où cette science fut d’abord cultivée, puisque Chem ou Chim est l’ancien nom de l’Égypte ; mais il ne paraît pas que l’on se soit occupé dans cette contrée de la transmutation des métaux en or. C’est dans les auteurs byzantins qu’il en est parlé pour la première fois ; il n’en est fait mention ni dans Pline ni dans les autres compilateurs dont je vous ai entretenus. Suidas, qui écrivait au xe siècle, est le premier auteur qui parle de l’art de transformer les métaux, art qu’il nomme chemia. Il prétend que cet art était connu des anciens Égyptiens, et qu’ils en avaient consigné la description dans des livres que Dioclétien aurait fait brûler ; mais il est le seul qui parle de ces faits fort douteux. Le même auteur, tout préoccupé de la perte du secret de la transmutation des métaux, prétend que la célèbre toison d’or de Jason était un livre qui contenait la révélation des moyens propres à faire de l’or. Cette assertion appartient à Suidas. Toutefois, il en est question ailleurs, mais pas sous le nom de chimie.

  • 20 [Johann Christoph Baron d’Aretin (né le 2 décembre 1773 à Ingolstadt ; mort le 24 décembre 1824 à (...)
  • 21 [Feu grégeois, mélange combustible constitué de bitume, de naphte et de souffre. Il pouvait brûler (...)
  • 22 [Les recueils hermétiques, également appelé Hermetica, sont un recueil de traités sur des sujets m (...)
  • 23 [Agathodémon, also Agathodaimon or Agathodaemon, bon génie à la forme de serpent et à la tête huma (...)
  • 24 [Porphyre de Tyr, nom d’origine Malchos (né c. 234 à Tyr [ville moderne de Sur au Liban] ou en Bat (...)
  • 25 [Jamblique (Iamblicos) (né c. 250 apr. J.-C. à Chalcis en Syrie, aujourd’hui au Liban ; mort c. 33 (...)

15Il paraît que dès le viie siècle, les Byzantins commencèrent à pratiquer des expériences chimiques. Une foule d’ouvrages, composés vers ce temps à Constantinople sur cette science nouvelle de la chimie, sont attribués à Hermès. Mais leur style indique clairement qu’ils ont été écrits par des moines des viiie, ixe et xe siècles. La plupart de ces ouvrages existent encore manuscrits dans diverses bibliothèques d’Europe ; celles de Paris, de Vienne, de Munich en possèdent un grand nombre. Le baron d’Arétin20 prétend avoir trouvé à Munich, dans quelques-uns de ces livres, le secret de la composition du feu grégeois21, ce feu redoutable qui produisait un incendie qu’on ne pouvait éteindre qu’avec du vinaigre et quelques autres substances qu’on n’a pas toujours à sa disposition. Le feu grégeois fut d’une grande utilité aux Byzantins : avec son aide, ils purent repousser les Arabes, qui portèrent leurs conquêtes jusqu’à Constantinople et assiégèrent cette ville. Les Byzantins attachaient une grande importance au secret de la composition du feu grégeois, et Constantin Porphyrogénète défendit à son fils de le jamais communiquer aux Turcs. Ce secret fut si bien gardé qu’il finit par être perdu. Nous l’ignorons encore aujourd’hui, car le baron d’Arétin ne nous a pas laissé, je crois, la recette qu’il dit avoir trouvée dans les livres hermétiques22. De tous, les manuscrits du même temps que nous possédons, il n’en est aucun qui contienne des connaissances dont nous puissions aujourd’hui tirer quelque avantage. Mais cela n’empêche que les expériences qui sont décrites dans ces livres n’aient été utiles au progrès d’une science qui ne venait que de naître, et qui, tout en s’égarant à la recherche d’un but impossible à atteindre, a pourtant fourni des résultats précieux dans leur temps. On doit conserver, comme des éléments intéressants pour l’histoire de la science, les manuscrits qui renferment le résultat des recherches des premiers auteurs byzantins ; mais il serait inutile de les publier, car il n’en résulterait maintenant aucun avantage. Il est même assez probable que le plus grand nombre des résultats consignés dans les manuscrits prétendus hermétiques sont erronés ; car les faussaires qui les publièrent sous des noms supposés en ont sans doute aussi imposé quant au fond de ces livres. La plupart de leurs titres sont bizarres, et font connaître ou les idées superstitieuses qu’avaient leurs auteurs, on l’intention de ceux-ci de tromper la multitude. Voici quelquesuns de ces titres : Table d’émeraude, Teinture physique, Teinture du soleil et de la lune, Teinture des pierres précieuses, etc. Tous ces livres n’ont pas été publiés sous le nom d’Hermès ; quelques-uns ont été attribués à Agathodémon23, à Moïse, qui est représenté comme un grand chimiste, parce qu’il a liquéfié le veau d’or pour le faire boire aux Israélites ; d’autres sont attribués à Démocrite, à Aristote, à Théophraste, à Cléopâtre, à Porphyre24, à Jamblique25. Mais toutes ces allégations sont entièrement fausses ; car on ne trouve aucun passage des ouvrages de ces auteurs ni même de citations de leurs livres dans les anciens écrivains.

16Aux Byzantins appartient bien la recherche de la transmutation des métaux, secret qui, quoique inutilement cherché, donna pourtant lieu à des résultats intéressants, car notre alchimie métallique doit sa naissance aux vains efforts des alchimistes ; mais les Arabes sont les premiers qui attribuèrent à la prétendue substance propre à changer les métaux en or, la vertu beaucoup plus précieuse d’être une panacée universelle, un remède contre toutes les maladies. Suivant les alchimistes, tous les métaux étaient des combinaisons d’une seule et même substance, considérée comme le métal proprement dit, avec divers corps étrangers qui en altéraient la pureté. Suivant que ces corps existaient, combinés en plus ou moins grande proportion, le métal était plus ou moins grossier. L’or était de tous les métaux, suivant eux, celui où le mélange hétérogène était le moins considérable. Peut-être même, pour quelques alchimistes, l’or était-il le métal élémentaire, le métal tout-à-fait pur.

17Cette doctrine, quoique assurément fort erronée, reposait pourtant, comme la plupart des erreurs qui ont été émises par des hommes cultivés, sur l’observation de faits réels. Les métaux, en effet, ne sont presque jamais trouvés dans la terre en cet état de pureté qui est nécessaire pour leur emploi dans les arts. C’est ordinairement sous forme de minerai qu’ils sont extraits de leur gîte, c’est-à-dire qu’alors ils sont combinés avec diverses substances étrangères, dont il faut les séparer, pour qu’ils puissent être employés. Or, les alchimistes pensant que tout minerai contenait un métal identique, et que, si l’on n’obtenait pas de tous des résultats semblables, cette différence provenait de ce que le métal pur y était combiné en plus ou moins grande proportion avec les matières étrangères qui altéraient sa nature primitive, l’idée avait dû venir à ces alchimistes de chercher un agent assez actif pour épurer complétement les divers métaux, quelle que fût la combinaison dans laquelle ils étaient engagés, et aussi pour séparer des métaux inférieurs les éléments qui les empêchaient d’être de l’or pur. L’idée leur vint ensuite qu’une substance capable d’isoler les matières qui altéraient la pureté des métaux, devrait également purger le corps humain de tous les principes morbifiques qui troublent l’action de ses organes, en un mot produire toujours dans l’homme des effets salutaires.

18C’est ainsi que raisonnèrent les médecins arabes, et leur erreur, qui ne repose que sur une espèce de jeu de mots, a pourtant infesté la médecine jusqu’à ces derniers temps.

  • 26 [Mahomet, de son nom complet, Abu al-Qasim Muhammad ibn ‘Abd Allah ibn ‘Abd al-Muttalib ibn Hashim (...)

19Les Arabes, originaires du pays qui porte leur nom, ont mené de tout temps une vie errante dans leurs immenses plaines de sable, parsemées de quelques oasis. Toutefois, le long de la côte, des vallées plus heureuses renfermaient des villes et des ports de mer. C’est dans une de ces villes, comme chacun sait, que naquit Mahomet26, esprit spéculateur qui avait quelque connaissance des religions, du christianisme, qui était alors fort répandu, du judaïsme, qui existe encore, et du sabéisme, ou culte des astres, qui était autrefois le plus répandu dans les villes de la côte. Le christianisme lui paraissait difficile à entendre, et le judaïsme difficile à observer. Vers le commencement du viie siècle, il établit une nouvelle religion, débarrassée de tout ce qui lui avait paru puéril dans les autres. D’abord il fut chassé ; mais il revint triomphant et fut bientôt à la tête d’une armée immense, levée avec une rapidité qui ne peut être comparée qu’à celle de la réunion des armées des chefs mogols. Rien, du reste, n’est plus facile que de composer une armée parmi ces peuples nomades, qui ont toutes les qualités nécessaires pour faire d’excellents soldats.

  • 27 [Rayas, bas statut social, par exemple un sujet de l’Empire Ottoman non-musulman.]

20Mahomet prêcha avec enthousiasme la religion qu’il disait lui avoir été révélée, et il eut bientôt conquis l’Arabie entière. Un des préceptes de sa religion impose à ceux qui l’ont adoptée l’obligation d’y soumettre par le fer toutes les nations. Cependant on peut permettre à celles qui persistent dans leurs anciennes croyances le libre exercice de leur culte et la possession de leurs biens, pourvu qu’elles se soumettent à payer tribut aux vrais croyants et qu’elles acceptent la condition de rajas27. Mais ceux-ci furent bientôt opprimés, malgré les garanties qui leur avaient été données. Les Arabes, convertis à l’islamisme, étendirent leur domination avec une rapidité effrayante, et s’emparèrent de plusieurs provinces de l’empire de Byzance. Leurs conquêtes présentent un caractère particulier qui les distingue essentiellement de celles des nations germaniques dans l’empire d’Occident. Ces nations étaient des voisins qui avaient été tantôt ennemis, tantôt auxiliaires, et l’empire qu’ils démembrèrent était affaibli de longue main. Les conquérants de l’empire d’Orient étaient des peuples sauvages, qui, sortis tout-à-coup de leurs déserts, se précipitèrent sur des nations civilisées et les envahirent avec la rapidité d’un torrent.

  • 28 [Abu Bakr, également appelé As-Siddiq (en arabe : « Le Droit ») (né c. 573, mort le 23 août 634), (...)
  • 29 [Charles Martel (né c. 688 ; mort le 22 octobre 741 à Quierzy-sur-Oise, France), maire du palace d (...)
  • 30 [Abul Abbas ou Abu al-’Abbas as-Saffah (né en 722 ; mort en 754 à Al-Anbar, Irak), calife islamiqu (...)
  • 31 [Ali, nom complet Ali Ibn Abu Talib (né c. 600 à La Mecque ; mort en janvier 661, Koufa en Irak), (...)

21Mahomet s’était retiré à Médine en 622, et il mourut en 632 ; dix ans lui suffirent par conséquent pour conquérir toute l’Arabie. Huit ans seulement après sa mort, c’est-à-dire dès le troisième califat, l’empire des Arabes était déjà immense. Ces peuples portèrent bientôt leurs armes jusque sous les murs de Constantinople, qui, comme nous l’avons dit, fut préservée par le feu grégeois. Sous Abu-Beker28, successeur de Mahomet, ils pénétrèrent en Syrie jusque dans les fertiles plaines de Damas. Le calife Omar, qui prit le titre d’empereur à la mort d’Abu-Beker, soumit la partie la plus riche de la Syrie, la Mésopotamie, la Judée et l’Égypte ; après des batailles sanglantes, il entra en Perse et commença à en ébranler le trône. En 713, les Arabes avaient conquis l’Espagne, en 714, la Géorgie ; enfin, en 732, ils avaient pénétré en France, et occupaient le Languedoc, où ils furent défaits par Charles-Martel29. La victoire mémorable que ce prince remporta sur eux préserva l’Europe de leurs invasions, et, depuis cette époque, les califes perdirent de leur puissance. Cet affaiblissement fut surtout produit par une révolution intérieure qui eut pour résultat de faire passer le califat de la dynastie des Ommiades à celle d’Abul-Abbas30, d’où on a tiré le nom d’Abassides. Cette dernière famille et ses partisans eurent à soutenir des luttes effroyables contre les défenseurs de la dynastie détrônée et les sectateurs d’Ali31.

22Le califat fut d’ailleurs démembré de tous côtés. Les Sarrasins d’Espagne formèrent un empire particulier, qui était gouverné par un calife résidant à Cordoue. Des califats indépendants se formèrent aussi en Égypte et en diverses autres parties de l’Afrique.

  • 32 [Les Musulmans sont ceux qui pratiquent la religion de l’Islam.]

23Dès l’an 832, les califes étaient entièrement dégénérés. Renfermés dans leurs sérails, ils avaient à leur service des Tartares qui s’étaient établis sur les bords de la mer Caspienne et qui ne tardèrent pas à les traiter comme les prétoriens avaient traité les empereurs romains, leur donnant le commandement ou le leur ôtant selon leur caprice. Quelques-uns des chefs de ces Tartares furent nommés gouverneurs de province et s’y rendirent indépendants. Ces faits politiques se produisirent, par exemple, en Syrie et en Égypte. Enfin, en 933, le dernier des califes, déposé par la milice turque, fut réduit, pour vivre, à mendier à la porte de la grande mosquée de Bagdad. Depuis lors la puissance des califes de Bagdad fut seulement religieuse, et elle subsista ainsi jusqu’en 1358. Les califes d’Égypte furent conservés jusqu’au xvie siècle. Mais, à cette époque, le califat fut entièrement détruit, et son pouvoir attribué au grand Turc, du moins par une partie des Musulmans32, car ils ne regardent pas tous ce prince comme chef de leur religion.

24Les sciences ne furent pas cultivées long-temps chez les Arabes ; les huit ou dix premiers califes abassides les protégèrent seuls ; les Ommiades, qui régnaient avant eux, étaient trop occupés de leurs conquêtes pour ne pas négliger les sciences, et lorsque plus tard ces conquêtes furent terminées, ils étaient trop faibles pour aider au développement de l’esprit humain.

  • 33 [Nestorius (né à la fin du ive siècle apr. J.-C. en Germanicie, en Asie Mineure, aujourd’hui Maras (...)

25Les Arabes avaient trouvé l’instruction répandue en Égypte et dans plusieurs parties de la Perse. Dès le iiie siècle de notre ère, une école de médecine, fondée par les Grecs, florissait en Perses ; mais ce fut surtout par suite de la persécution exercée contre les Nestoriens, que les sciences se répandirent dans ce dernier pays. Nestorius33 était évêque de Constantinople, vers l’an 428. Il admettait que Marie était mère du Christ ; mais il refusait de la considérer comme mère de Dieu. Ses partisans furent nombreux ; mais son opinion ayant été condamnée en 431, il fut persécuté, lui et ses sectateurs, et ils furent tous forcés de quitter leur patrie. Ce fut en Perse qu’ils se réfugièrent, car c’était le seul pays où ils pussent éviter la persécution. Les rigueurs dont ils furent l’objet ne réussirent pas, car un grand nombre de Nestoriens sont encore répandus dans l’Asie. Pendant leur exil en Perse les Nestoriens fondèrent de nombreuses écoles, qui eurent beaucoup de succès et que les Arabes trouvèrent florissantes lorsqu’ils firent la conquête de la Perse.

  • 34 [Hermias d’Atarnée, beau-père d’Aristote. Il est mentionné pour la première fois comme esclave d’E (...)
  • 35 [Eulalius (mort en 423), antipape de décembre 418 à avril 419. Archidiacre, il s’éleva contre le p (...)
  • 36 [Priscien, de son nom complet en latin Priscianus Caesariensis (fl. c. 500 apr. J.-C., né à Césaré (...)
  • 37 [Damascius (né c. 480 apr. J.-C., mort c. 550), philosophe néoplatonicien grec, il fut le dernier (...)
  • 38 [Isidore d’Alexandrie, philosophe grec, et l’un des derniers néoplatoniciens, il vécut à Athènes e (...)
  • 39 [Roi Chosroès or Khosrow Ier, de son nom complet Khosrow Anushirvan (en langue persane : « Âme Imm (...)

26En 529, une nouvelle irruption des sciences eut lieu en Orient. Justinien ayant supprimé les écoles philosophiques d’Athènes et d’Alexandrie et persécuté les païens, les philosophes platoniciens prirent le parti de sortir de l’empire, et ce fut encore en Perse qu’ils se retirèrent : sept philosophes unis d’amitié, Diogène, Hermias34, Eulalius35, Priscien36, Daumascius37, Isidore38 et Simplicius, partisans des anciennes croyances, furent demander protection au roi Chosroès39.

27Parmi les établissements scientifiques fondés en Perse par les Nestoriens, leurs écoles de médecine sont surtout remarquables, en ce qu’elles ont servi de modèle à toutes celles qui existent aujourd’hui en Europe. Jusqu’à la fondation de ces écoles, la profession de médecin avait été complétement libre, et tout homme se croyant capable de l’exercer, pouvait le faire sans que le gouvernement s’y opposât. Dans les écoles publiques établies par les Nestoriens, les élèves subissaient, après avoir suivi les cours, des examens qui étaient obligatoires. Ces écoles avaient seules le droit de délivrer un certificat sans lequel personne ne pouvait pratiquer la médecine.

  • 40 [Nous n’avons pu identifier Hareth-ebn Keldat.]

28Mahomet lui-même a vanté le savoir des Nestoriens ; son médecin et son ami, Hareth-ebn Keldat40, était nestorien. Ce furent aussi les Nestoriens qui séparèrent la médecine de la pharmacie ; dans l’antiquité, comme on sait, les médecins étaient tout à la fois pharmaciens, chirurgiens et médecins. Les Nestoriens, en créant des pharmaciens proprement dits, composèrent un code pour servir de règle à la préparation des médicaments ; de sorte que c’est entièrement à eux que nous devons les premiers germes de la police médicale en vigueur de notre temps.

29Les Nestoriens ne restèrent pas dans la Perse ; ils se répandirent dans tout l’Orient et pénétrèrent même en Chine. La certitude de leur séjour dans ce pays résulte d’une inscription que les jésuites y trouvèrent et dont on a eu tort de nier l’authenticité dans le dernier siècle.

  • 41 [Syriaque, système d’écriture utilisé par les chrétiens syriaques du ier siècle apr. J.-C. au xive(...)
  • 42 [Saint Albert le Grand, voir Leçon 23, note 1.]

30Les Nestoriens sont très-certainement les principaux instituteurs des Arabes. Ils traduisirent en syriaque41 les ouvrages les plus estimés de l’antiquité, notamment ceux d’Aristote et de Galien. Le syriaque était plus accessible aux Arabes que le grec, parce que le premier de ces idiômes est un dialecte de l’arabe. Plusieurs de ces versions syriaques furent ensuite traduites en arabe par ordre des premiers Abassides ; mais ces traductions de traductions ont dû nécessairement occasioner beaucoup d’erreurs, et en effet elles présentent un grand nombre d’inexactitudes. D’autres altérations furent produites plus tard par Albert-le-Grand42 et autres auteurs du xiiie siècle, lorsqu’ils retraduisirent pour les nations de l’Occident les versions arabes, déjà si éloignées des originaux. Au moyen de ces diverses traductions, l’Occident ne connut Aristote, Théophraste et Galien que de quatrième main, alors que le texte même de ces auteurs pourrissait dans les bibliothèques des abbayes.

  • 43 [Almanzor est Abu Ja’far Abdallah ibn Muhammad al-Mansur (né en 712, mort en 775), deuxième calife (...)
  • 44 [Nous n’avons pu identifier George Batiseka.]

31Almanzor43, qui régna de 753 à 775 et avait fondé Bagdad, y établit une université et en fit le centre des sciences. Il avait reçu, pour l’exécution de ses projets, les conseils de son médecin Georges Batiseka44, nestorien, de Syrie. Bagdad renfermait à cette époque plus de six mille savants.

  • 45 [Harun ar-Rashid, de son nom complet Harun ar-Rashid ibn Muhammad al-Mahdi ibn al-Mansur al-’Abbas (...)

32Le plus célèbre des successeurs de Mahomet, Haroun-al-Raschild45, qui fut calife de l’an 786 à l’an 809, avait à sa cour des artistes très-supérieurs à ceux que possédait Charlemagne, son contemporain, pour lequel il professait la plus grande estime. Il envoya des ambassadeurs à ce roi de France, et lui fit présent de la première horloge à roue qui ait été vue dans l’Occident ; il lui envoya aussi le premier éléphant qu’on ait eu en France. Les naturalistes, qui pendant long-temps se sont obstinés à nier l’existence des ossements fossiles, ont fait jouer un grand rôle à cet éléphant : toutes les fois que l’on découvrait en France des ossements d’éléphant, ils disaient que c’étaient ceux de l’animal de même espèce envoyé par Haroun ; pour que leur explication fût vraie, il eût fallu que l’éléphant de ce calife se fût multiplié comme les cinq pains.

  • 46 [Mamum ou al-Ma’mun, de son nom complet Abu al-’Abbas ‘Abd Allah al-Ma’Mun ibn ar-Rashid (né en 78 (...)

33De 813 à 833, Mamûm46, l’un des fils d’Haroun, porta l’amour des sciences jusqu’à faire la guerre à l’empereur de Constantinople pour le forcer à lui envoyer des professeurs et des ouvrages. Ce fut surtout sous le règne de ce calife que les Arabes s’instruisirent de toutes les sciences connues des Grecs.

  • 47 [Sur Motawakhel ou Mutawwakil (mort en 861), calife de Bagdad, voir Kennedy (Hugh), When Baghdad r (...)
  • 48 [Abdalla-Tif, Abdallatif, ou Abd-Ul-Latif (né en 1162 à Bagdad ; mort en 1231 à Bagdad), médecin e (...)

34Motawakhel47, qui établit une bibliothèque à Alexandrie, paraît avoir été le dernier chef des Arabes qui ait eu du goût pour les sciences et les ait favorisées. Elles auraient pu recevoir de très-grands développements ; mais deux choses essentielles leur ont manqué, la dissection et le dessin. Aux yeux des musulmans, c’est un crime de toucher un cadavre autrement que pour lui donner la sépulture ; ils croient que l’âme s’échappe du corps à mesure que celui-ci se détruit, et ils repoussent par conséquent avec horreur une action qui, comme la dissection, détacherait violemment l’âme du corps. Les plus zélés prétendent que c’est un péché de faire un portrait d’homme ou de femme, et même celui d’un animal : Que répondras-tu à ce poisson, disent-ils, au jour du jugement quand il te demandera son âme. Les Arabes ne surent donc d’anatomie que ce qu’ils en apprirent dans les traductions de Galien. Toutefois un de leurs auteurs, mais un seul, Abdalla-Tif48, qui avait vu par hasard un squelette sorti de son sépulcre par suite d’un éboulement de terre, eut l’idée de rectifier deux points erronés des opinions de Galien sur le nombre des os qui composent la mâchoire et sur le sternum.

35La chimie, que les préjugés religieux n’arrêtèrent pas comme l’anatomie et la zoologie, fit chez les Arabes des progrès assez remarquables. Ils enrichirent cette science d’un grand nombre de faits précieux. Ils firent faire aussi des progrès à la botanique, à la matière médicale et même à la géographie, car ils explorèrent des régions qui n’étaient pas connues des Grecs. Enfin, si l’astronomie n’était en dehors du plan de notre travail, nous aurions à parler de plusieurs découvertes faites en cette science par les Arabes.

Notes

1 [Saint Cyrille d’Alexandrie (né c. 375 ; mort le 27 juin 444 ; fête célébrée le 27 juin (église catholique), ou le 9 juin (église orthodoxe), théologien chrétien et évêque qui participa activement aux luttes doctrinales du ve siècle. Il est connu principalement pour sa campagne contre Nestorius, évêque de Constantinople, dont les idées sur la nature du Christ furent considérées hérétiques. Cyrille fut nommé Docteur de l’Église en 1882.]

2 [Cet Aëtius est probablement Aëtius Amidenus ou Aëtius d’Amida, médecin de la cour de Justinien Ier, lequel écrivit une encyclopédie médicale intitulée Les Six Livres de Médecine ou Tetrabibloi (voir Aëtius, Aetii medici graeci Contractae ex veteribus medicinae tetrabiblos, hoc est quaternio, id est libri universales quatuor, singuli quatuor sermones complecte[n] tes, ut sint in summa quatuor sermonum quaterniones, id est sermones XVI. per Janum Cornarium..., Basileae : [impensis Hier. Frobenii, et Nic. Episcopii], 1542, [6] + 932 + [30] f.), ouvrage qui documente la connaissance médicale de la fin de l’Antiquité, se basant sur des auteurs d’ouvrages de médecine antérieurs comme Galien (voir Leçon 16 cidessus) et l’encyclopédie d’Oribase (né c. 320, mort c. 400 ; auteur grec de médecine et médecin particulier de l’empereur romain Julien l’Apostat ; voir Œuvres d’Oribase [texte grec en grande partie inédit collationné sur les manuscrits, traduit pour la première fois en français par les Drs Bussemaker et Daremberg], Paris : Imprimerie nationale, 1851-1876, 6 vol.)]

3 [Georges Pisides ou Georges le Pisidien, en grec Georgios Pisides (fl. au début du viie siècle, auteur byzantin de poèmes épiques, historien et homme d’église dont les vers de structure classique furent acclamés comme modèle de poésie médiévale grecque, mais dont le ton emphatique et sec attestèrent du déclin culturel helléniste. L’œuvre principale de Georges, l’Hexaëmeron (« Des Six Jours »), rhapsodie sur la beauté de la création et la sagesse du Créateur, fut rendue populaire grâce aux traductions en arménien et en langue slave (voir Georges le Pisidien, Patrologiae cursus completus [édité par Migne Jacques Paul & Hamman Adalbert-Gautier], Paris : Garnier Frères, 1958, 5 vol. (Series Latina ; Supplementum)). D’autres œuvres qui lui sont attribuées incluent l’élégie moraliste De vanitate vitae (« De la Vanité de la Vie »), à la manière du Livre des Ecclésiastes de l’Ancien Testament ; un « Hymne à la Résurrection » célébrant le triomphe du Christ sur la vie et la mort ; et, en soutien à la politique religieuse d’Héraclius, une polémique métrique, « Contre Sévère le Diabolique », attaquant ainsi le patriarche d’Antioche et chef de l’église indépendante syrienne monophysite. Grâce à son style parfait et à sa fluidité d’expression, George fut comparé au tragédien grec du ve siècle av. J.-C. Euripide. Bien qu’il jouît de la réputation d’être peut-être le poète byzantin de style iambique d’exception, son imitation évidente des auteurs classiques grecs et son imagination prétentieuse lui valurent des réactions négatives de la part de critiques ultérieurs.]

4 [Le griffon ou grype est une créature de la mythologie au corps de lion (avec ou sans ailes) et à la tête d’oiseau, en général celle d’un aigle. Le griffon était un motif de décoration favori dans les territoires anciens du Moyen-Orient et de la Méditerranée. Probablement originaire de l’Orient du iie siècle av. J.-C., le griffon se répandit dans les territoires d’Asie Occidentale jusqu’en Grèce où on le retrouve au ive siècle av. J.-C. Le griffon d’Asie avait une crête sur le crâne, alors que le griffon minoen et grec avait en général une crinière bouclée. Il était représenté soit couché, soit assis, souvent apparié au sphinx ; il avait peut-être un rôle de protecteur.]

5 [Le Roc, oiseau légendaire gigantesque, dont on raconte qu’il pouvait attraper des éléphants et d’autres animaux de grande taille comme nourriture. On le retrouve dans le recueil de contes arabes Les Mille et Une Nuits, et dans les textes de l’explorateur vénitien Marco Polo, qui en parle dans ses descriptions de Madagascar et d’autres îles au large de la côte d’Afrique de l’Est. Selon Marco Polo, Kublai Khan s’enquit de l’existence du Roc dans ces régions et on lui apporta une plume soit disant de Roc, mais qui pouvait être une feuille de palmier du Raphia.]

6 [Saint Photius (né c. 820, à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie ; mort probablement le 6 février 891 à Bordi en Arménie ; canonisé au xe siècle ; fêté le 6 février), patriarche de Constantinople (858-867 et 877-886), défenseur des traditions autonomes de son église contre Rome et personnage éminent de la renaissance byzantine du ixe siècle.]

7 [Sur la BibliotheÌque, voir Photius, BibliotheÌque [texte établi et traduit par Henry René], Paris : Les Belles Lettres, 1959-1977, 8 vol. + 1 vol. d’index].

8 [Damatius désigne semble-t-il Marcus Damatius Urbanus, mais nous n’avons pu trouver aucune référence concernant l’hippopotame ou le crocodile que Photius lui attribue.]

9 [Constantin VII Porphyrogénète, également appelé Constantin VII Flavius Porphyrogénète (né en septembre 905 à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie ; mort le 9 novembre 959), empereur byzantin de 913 à 959. Ses écrits sont une des meilleures sources d’information sur l’empire byzantin et les régions avoisinantes.]

10 [L’Administration de l’Empire ou De administrando imperio de Constantin VII traitait des peuples slaves et turques (voir Constantine VII, De administrando imperio/Constantine Porphyregenitus [nouvelle édition ; texte grec édité par Moravcsik Gy ; trad. en anglais par Jenkins R. J. H.], Washington D.C. : Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies, 1985, ix + 341 p.) Constantin écrivit également De ceremoniis aulae Byzantinae, une description des cérémonies élaborées qui firent des empereurs byzantins des symboles religieux de l’État (Constantine VII, Le Livre des cérémonies/Constantin VII PorphyrogéneÌte [texte établi et traduit par Vogt Albert], Paris : Les Belles Lettres, 1967, 4 vol.)]

11 [Cassianus Bassus, surnommé Scholasticus (homme de loi), était l’un des géoponiques, groupe d’auteurs de la fin du vie et du début du viie siècle qui s’intéressèrent principalement aux sujets agricoles. Ses textes originaux en langue grecque furent perdus, mais un certain nombre de ses écrits survécut grâce au recueil intitulé Les Géoponiques, terminé en 950 et dédié à l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (voir note 9 ci-dessus). De plus, une traduction du viie siècle en perse et deux traductions en arabe datant respectivement du viiie et du ixe siècle ont également survécu.]

12 [Les Géoponiques de Cassianus Bassus sont une collection de textes sur l’agriculture, compilés à la fin du vie ou au début du viie siècle. Revisitée en l’an 950 par un auteur inconnu, elle fut ensuite traduite et publiée en 1805-1806.]

13 [Magon, également Mago (mort c. 203 av. J.-C.), éminent général carthaginois de la Deuxième Guerre Punique (218-201 av. J.-C.) contre Rome. Il était le plus jeune des trois fils de l’homme d’état et général Hamilcar Barca. Pendant la Deuxième Guerre Punique, Magon accompagna son frère Hannibal à la campagne d’Italie, et occupa des postes clés lors des grandes victoires des trois premières années de ce conflit. Après le triomphe de Carthage lors de la Bataille de Canne (216), il fut envoyé en Espagne pour se battre auprès de son frère Hasdrubal. Lors de la Bataille d’Ilipa en 206, Magon fut vaincu par le général romain Publicus Cornelius Scipio (connu plus tard sous le nom de Scipion l’Africain). Il séjourna plusieurs mois à Gades (Cadix d’aujourd’hui) avant de continuer la guerre en Ligurie en Italie. Il fut finalement vaincu en 203 en Gaule Cisalpine. Il mourut de ses blessures pendant son voyage de retour vers Carthage.]

14 [Cassius Dionysus (fl. 88 av. J.-C., Utica, aujourd’hui en Tunisie), auteur de l’Antiquité, originaire d’Afrique du Nord, qui écrivit sur la botanique et sur les substances médicinales, principalement connu pour sa traduction grecque du traité agronome en 28 volumes écrit par Magon le Carthaginois (Columelle, appelé Magon ; décrit parfois comme le père de l’agriculture). Son ouvrage fut tenu en haute estime et largement utilisé par les Romains dans une traduction en latin préparée après la destruction de Carthage en 146 av. J.-C. Cassius réduisit l’ouvrage à 20 volumes et ajouta d’autres textes issus de sources grecques. Les textes en punique et en latin du traité de Magon furent perdus, et le contenu de son œuvre est aujourd’hui connu grâce aux fragments de la traduction de Cassius qui ont survécu (voir Mahaffy (John Pentland), « The work of Mago on agriculture », Hermathena, vol. 7, 1890, pp. 29-35). Cassius écrivit également un traité original sur les racines, et on lui attribue également une pharmacopée illustrée.]

15 [Diophane de Nicée ou Diophane de Bithynie, ancien auteur grec du ier siècle av. J.-C., originaire de Nicée en Bithynie (au nord-ouest de l’Anatolie) qui écrivit un traité sur l’agriculture.]

16 [Juba II (né c. 50 av. J.-C., mort c. 24 apr. J.-C.), fils de Juba Ier et roi des états de Numidie (29-25 av. J.-C.) et de Mauritanie (25 av. J.-C.-24 apr. J.-C.) en Afrique du Nord. Juba fut également un auteur prolifique en langue grecque qui écrivit sur une variété de sujets, notamment l’histoire, la géographie, la grammaire et le théâtre.]

17 [Dans la mythologie grecque, Phyleus était le fils du roi Augeas d’Élis et le père de Mégès, mais nous n’avons pu identifier ce Manuel Phylée d’Éphèse du xiiie siècle.]

18 [Michel IX Paléologue (né c. 1277 ; mort le 12 octobre 1320 à Thessalonique, Empire Byzantin), empereur byzantin, cosouverain avec son père Andronic II à partir de 1295 qui, malgré ses efforts contre les Turques et les mercenaires catalans, fut incapable d’éviter le déclin de l’empire. En 1303, Byzance employa comme mercenaires la Compagnie catalane commandée par Roger de Flor, qui commença peu après à attaquer et à voler les Byzantins et les Turcs. Espérant se débarrasser d’eux, Michel organisa le meurtre de Roger de Flor dans le palace impérial en avril 1305. Les Catalans se rebellèrent alors et ravagèrent la campagne de Thrace pendant plusieurs années avant de partir pour Thessalie. Michel mourut avant son père, et de ce fait ne régna jamais comme empereur unique.]

19 [De la Nature des Animaux : nous n’avons pu identifier cet ouvrage ; voir note 17 ci-dessus.]

20 [Johann Christoph Baron d’Aretin (né le 2 décembre 1773 à Ingolstadt ; mort le 24 décembre 1824 à Munich), journaliste, historien, bibliothécaire, et juriste allemand. Il fut l’un des personnages les plus fascinants et controversés de la Bavière du xixe siècle. Membre des académies de Munich et de Göttingen, il fut l’auteur virulent de pamphlets contre l’Autriche et la Prusse. Célèbre coureur de jupons pendant ses années d’études à Wetzlar, il s’était déjà fait un nom comme provocateur et comme sympathisant à la fois de la Révolution Française et de l’organisation radicale Illuminati avant de rejoindre la Bibliothèque Juridique de Munich en 1802.]

21 [Feu grégeois, mélange combustible constitué de bitume, de naphte et de souffre. Il pouvait brûler sur l’eau ou sous l’eau, et fut utilisé par les Grecs de manière efficace lors des guerres contre l’Empire Oriental. Les Grecs en gardèrent la composition secrète pendant de nombreux siècles. Lors de la conquête de Constantinople, les arabes s’en emparèrent, et l’utilisèrent à leur avantage à maintes reprises.]

22 [Les recueils hermétiques, également appelé Hermetica, sont un recueil de traités sur des sujets mystiques, théologiques, et philosophiques, attribués à la divinité égyptienne Thot (en grec : Hermès Trismégiste ou Hermès Trois Fois Très Grand), que l’on considérait comme l’inventeur de l’écriture et le patron de tous les arts liés à l’écriture. Le recueil, écrit en grec et en latin, date probablement du milieu du ier siècle au iiie siècle apr. J.-C. Il fut écrit sous la forme de dialogues Platoniciens et se divise en deux catégories : l’hermétisme populaire, traitant d’astrologie et des sciences occultes ; et l’hermétisme cultivé, qui traite de théologie et de philosophie.]

23 [Agathodémon, also Agathodaimon or Agathodaemon, bon génie à la forme de serpent et à la tête humaine, vénéré par les anciens Égyptiens. Les serpents volants ou dragons qui étaient vénérés par les anciennes civilisations étaient également appelés Agathodémons, ou bon génies.]

24 [Porphyre de Tyr, nom d’origine Malchos (né c. 234 à Tyr [ville moderne de Sur au Liban] ou en Batanie [dans la Syrie moderne] ; mort c. 305, Rome ?), philosophe grec néoplatonicien, personnage important à la fois en tant que biographe du philosophe Plotin, et pour son commentaire sur les Catégories d’Aristote, qui servit de base pour les développements de la logique et le problème des universaux (voir Porphyre, Commentaire aux « Catégories » d’Aristote [édition critique, traduction française, introduction et notes par Bodéüs Richard], Paris : J. Vrin, 2008, 484 p. ; Vie de Plotin, tome 2 : Études d’introduction [texte grec et trad. française, commentaire, notes complémentaires, bibliogr. par Brisson Luc, Cherlonneix Jean-Louis, Goulet-Cazé Marie-Odile...], Paris : J. Vrin, 1992, 780 p.) La traduction en langue latine de l’introduction (Eisagoge) écrite par Boèce (Anicius Manlius Severinus Boethius, né en 470-475 apr. J.-C. ; mort en 524 ; érudit romain, philosophe chrétien, et homme public) devint un texte de référence du Moyen Âge (Porphyre, Porphyry introduction [trad. en anglais et commentaires de Barnes Jonathan], Oxford ; New York : Oxford University Press, 2003, xxvi + 415 p.)]

25 [Jamblique (Iamblicos) (né c. 250 apr. J.-C. à Chalcis en Syrie, aujourd’hui au Liban ; mort c. 330), philosophe syrien, personnage majeur de l’école philosophique néoplatonicienne, et fondateur de sa branche syrienne.]

26 [Mahomet, de son nom complet, Abu al-Qasim Muhammad ibn ‘Abd Allah ibn ‘Abd al-Muttalib ibn Hashim (né c. 570 à la Mecque ; mort le 8 juin 632 à Médine), fondateur de l’Islam et considéré par les musulmans comme le dernier messager et prophète de Dieu. Les musulmans ne croient pas qu’il fut le créateur d’une nouvelle religion, mais plutôt qu’il restaura la foi monothéiste originale d’Adam, d’Abraham, et d’autres prophètes. Ils le considèrent comme le dernier et le plus grand des prophètes.]

27 [Rayas, bas statut social, par exemple un sujet de l’Empire Ottoman non-musulman.]

28 [Abu Bakr, également appelé As-Siddiq (en arabe : « Le Droit ») (né c. 573, mort le 23 août 634), le compagnon le plus proche et conseiller de Mahomet, lequel succéda au prophète dans ses fonctions administratives et politiques, créant ainsi le poste de calife. À la mort de Mahomet (8 juin 632), les musulmans de Médine résolurent le problème de succession en acceptant Abu Bakr comme le premier khalifat rasul Allah (« successeur du prophète de Dieu » ou calife). Pendant son règne (632-634), il mit fin aux révoltes religieuses et politiques des tribus, connues sous le nom de riddah (« apostat »), amenant ainsi l’Arabie Centrale sous contrôle musulman. Il entreprit ensuite une expansion directe de l’Arabie vers l’Irak et la Syrie, commençant ainsi les conquêtes musulmanes.]

29 [Charles Martel (né c. 688 ; mort le 22 octobre 741 à Quierzy-sur-Oise, France), maire du palace d’Austrasie (région est du royaume des Francs) de 715 à 741. Il réunit et régna sur l’ensemble du royaume des Francs, et bloqua l’invasion arabe à Poitiers en 732. Son nom Martel signifie « marteau ».]

30 [Abul Abbas ou Abu al-’Abbas as-Saffah (né en 722 ; mort en 754 à Al-Anbar, Irak), calife islamique (il régna de 749 à 754), premier de la dynastie des Abbassides, laquelle régna sur l’Islam oriental pendant environ 500 ans. Les Abbasides descendaient d’un oncle de Mahomet et étaient cousins de la dynastie au pouvoir Umayyade. Les Umayyades furent affaiblis par la décadence et par leur ligne de succession floue ; ils ne jouirent que d’un faible soutien populaire, ce qui mena les Abbassides à la révolte en 747. Lorsqu’ Abu al-’Abbas assuma le califat en 749, il commença une campagne d’extermination contre les Umayyades, les Alides, et autres chefs Abbassides qui étaient devenus trop populaires, ainsi que tous les prétendants au pouvoir. Il se nomma as-Saffah, « le sanguinaire » à cause de ses attaques sauvages. Il établit une base légale et dynastique pour les Abbassides. Son successeur transféra le Califat à Bagdad.]

31 [Ali, nom complet Ali Ibn Abu Talib (né c. 600 à La Mecque ; mort en janvier 661, Koufa en Irak), gendre de Mahomet, le prophète de l’Islam, et quatrième calife (successeur de Mahomet), il régna de 656 à 661. La question de son droit légitime au califat conduisit à la seule séparation de l’Islam (entre les sunnites et les chiites). Il est reconnu par les chiites comme le seul vrai successeur du Prophète.]

32 [Les Musulmans sont ceux qui pratiquent la religion de l’Islam.]

33 [Nestorius (né à la fin du ive siècle apr. J.-C. en Germanicie, en Asie Mineure, aujourd’hui Maras en Turquie ; mort c. 451 à Panopolis (Akhmim, en Haute-Égypte), patriarche de Constantinople dont les idées sur la nature et la personne du Christ conduisirent à la convocation du Concile d’Éphèse en 431, et au Nestorianisme, une des principales hérésies chrétiennes.]

34 [Hermias d’Atarnée, beau-père d’Aristote. Il est mentionné pour la première fois comme esclave d’Eubulus, un banquier de Bythinie, gouverneur d’Atarnée (ancienne ville de la région d’Eolis en Asie Mineure). Hermias gagna plus tard sa liberté et hérita du règne d’Atarnée. Il étendit ensuite son pouvoir aux villes avoisinantes telles qu’Assos en Asie Mineure. Dans sa jeunesse, Hermias étudia la philosophie à l’Académie de Platon. C’est là qu’il rencontra Aristote pour la première fois. À la mort de Platon en 347 av. J.-C., Xénocrate et Aristote voyagèrent vers Assos sous le patronage d’Hermias. Aristote y fonda sa première école philosophique et épousa ensuite Pythias, la fille ou la nièce d’Hermias. Après la mort d’Hermias, Aristote lui dédia une statue à Delphes et composa un hymne en son honneur.]

35 [Eulalius (mort en 423), antipape de décembre 418 à avril 419. Archidiacre, il s’éleva contre le pape Saint Boniface Ier au sein d’une faction cléricale. La rivalité qui s’ensuivit mena à la première ingérence des autorités de l’époque dans les élections papales. L’empereur Honorius demanda au pape et à l’antipape de quitter Rome dans l’attente d’une décision du concile, mais Eulalius (le favori impérial) revint imprudemment à Rome pour célébrer la messe de la Semaine Sainte à l’église du Latran. Pour avoir transgressé aux ordres de l’empereur, il fut renvoyé et exilé en Campanie, où il mourut dans l’obscurité.]

36 [Priscien, de son nom complet en latin Priscianus Caesariensis (fl. c. 500 apr. J.-C., né à Césarée, aujourd’hui Cherchell en Algérie), le plus connu des grammairiens de langue latine, auteur d’une grammaire, Institutiones grammaticae, qui eut une profonde influence sur l’enseignement du latin et de la grammaire en général en Europe (voir Luhtala (Anneli), Grammar and Philosophy in Late Antiquity, a study of Priscian’s sources, Amsterdam ; Philadelphie : John Benjamins, 2005, x + 171 p.)]

37 [Damascius (né c. 480 apr. J.-C., mort c. 550), philosophe néoplatonicien grec, il fut le dernier du groupe d’érudits platoniciens de l’Académie Grecque à Athènes, laquelle fut fondée par Platon en 387 av. J.-C. Élève et ami proche du philosophe grec Isidore d’Alexandrie, dont il écrivit la biographie, Damascius devint directeur de l’Académie en 520 environ et occupait toujours ce poste lorsque l’empereur chrétien Justinien la ferma, en même temps que d’autres écoles païennes, en 529. Damascius, en compagnie de six autres membres de l’Académie, partirent pour la Perse pour servir à la cour du roi Chosroès Ier. Cependant, grâce à une clause contenue dans le traité signé en 533 entre Justinien et Chosroès, les hommes de lettres furent autorisés à retourner à Athènes, où ils trouvèrent l’attitude envers la philosophie plus agréable qu’à la cour de Perse.]

38 [Isidore d’Alexandrie, philosophe grec, et l’un des derniers néoplatoniciens, il vécut à Athènes et à Alexandrie vers la fin du ve siècle apr. J.-C. Il succéda à Marinus, lui-même successeur de Proclus, à la direction de l’école d’Athènes. Ses idées différaient de celles des principaux membres de l’école et il fut forcé de démissionner de sa position en faveur d’Hégias. Il est connu principalement comme professeur de Damascius le Syrien (philosophe néoplatonicien, né c. 480, mort c. 550), dont le témoignage dans son texte « Vie d’un Isidore » présente Isidore d’une manière très positive, tant en temps que personne que comme penseur (voir Damascius, « La vie d’Isidore ou Histoire de la philosophie », in Proclus le Philosophe, Commentaire sur le Parménide, suivi d’une traduction de La Vie d’Isidore ou Histoire de la philosophie de Damascius [traduit par Chaignet Anthelme-Édouard], Paris : E. Leroux, 1900-1903, 3 vol.) On reconnait cependant qu’il fut plus un homme passionné qu’un penseur ; la raison pour lui était secondaire à l’inspiration, et il préférait les théories de Pythagore et de Platon à la logique plate et la moralité des Stoïciens et des Aristotéliciens. Il semble qu’il ait donné libre cours à la spéculation théosophique et qu’il ait attaché une grande importance aux rêves et aux visions en stage éveillé, qu’il utilisait pour élaborer ses discours publics.]

39 [Roi Chosroès or Khosrow Ier, de son nom complet Khosrow Anushirvan (en langue persane : « Âme Immortelle »), ou Khosrow le Juste (mort en 579 apr. J.-C.), roi de Perse qui gouverna l’empire sassanide de 531 à 579, connu comme un grand réformateur et protecteur des arts et de l’érudition.]

40 [Nous n’avons pu identifier Hareth-ebn Keldat.]

41 [Syriaque, système d’écriture utilisé par les chrétiens syriaques du ier siècle apr. J.-C. au xive siècle. Le syriaque était un dialecte d’araméen à l’alphabet sémitique. Il contenait 22 lettres, uniquement des consonnes, et s’écrivait en général de droite à gauche. Des signes diacritiques utilisés pour représenter les voyelles furent ajoutés dans la deuxième moitié du ier siècle apr. J.-C. ; plusieurs systèmes de vocalisation existaient, certains basés sur l’arabe, d’autres utilisant des petites lettres grecques au dessus et en dessous de la ligne.]

42 [Saint Albert le Grand, voir Leçon 23, note 1.]

43 [Almanzor est Abu Ja’far Abdallah ibn Muhammad al-Mansur (né en 712, mort en 775), deuxième calife Abbaside. Il naquit à al-Humaymah, résidence de la famille Abbasside après leur immigration de Hejaz en 687-688. En 762, il fonda la ville de Madinat as-Salam comme nouvelle résidence impériale, cité qui devint le centre de la capitale impériale Bagdad.]

44 [Nous n’avons pu identifier George Batiseka.]

45 [Harun ar-Rashid, de son nom complet Harun ar-Rashid ibn Muhammad al-Mahdi ibn al-Mansur al-’Abbasi (né en février 766/mars 763 à Rayy en Iran ; mort le 24 mars 809 à Tus), cinquième calife de la dynastie Abbasside (786-809) qui gouverna sur l’Islam depuis son palais luxueux de Bagdad immortalisé dans Les Contes des Mille et Une Nuits (recueil d’histoires écrites par différents auteurs, traducteurs, et érudits, compilées sur une période de plusieurs milliers d’années ; voir Les Mille et Une Nuits [contes arabes, tr. par Galland ; éd. illus. par les meilleurs artistes français et étrangers, rev. sur l’éd. princeps de 1704, augm. d’une dissertation sur les Mille et une nuits, par le baron Silvestre de Sacy], Paris : E. Bourdin & cie, 1839-1840, 3 vol.)]

46 [Mamum ou al-Ma’mun, de son nom complet Abu al-’Abbas ‘Abd Allah al-Ma’Mun ibn ar-Rashid (né en 786 à Bagdad ; mort en août 833 à Tarse en Cilicie), septième calife Abbasside (813-833), connu pour ses efforts à mettre fin aux rivalités sectaires en Islam et imposer sur ses sujets un credo rationaliste musulman.]

47 [Sur Motawakhel ou Mutawwakil (mort en 861), calife de Bagdad, voir Kennedy (Hugh), When Baghdad ruled the Muslim world : the rise and fall of Islam’s greatest dynasty, Cambridge (Massachusetts) : Da Capo, 2005, 376 p.]

48 [Abdalla-Tif, Abdallatif, ou Abd-Ul-Latif (né en 1162 à Bagdad ; mort en 1231 à Bagdad), médecin et explorateur reconnu, et l’un des écrivains orientaux les plus prolifiques. Un mémoire d’Abdalla-Tif, écrit par lui-même, et annoté par un contemporain, Ibn-Abu-Osaiba (Ibn abī Usaibia), a été conservé. Nous apprenons par cet ouvrage que l’éducation supérieure des jeunes de Bagdad consistait principalement en l’étude attentive et détaillée des règles et des principes de grammaire, dans la mémorisation de l’intégralité du Coran, d’un ou deux traités de philologie et de jurisprudence, et de pièces choisies de poésie arabe. Après avoir atteint une expertise approfondie dans ce genre d’études, Abdalla-Tif s’employa à étudier la philosophie et la médecine. Afin de jouir de la compagnie d’autres érudits, il partit à Mosul (1189), et ensuite à Damas. Muni de lettres de recommandation du vizir de Saladin, il visita l’Égypte, où son rêve de converser avec Maïmonide, « l’Aigle de la Synagogue » se concrétisa. Il forma ensuite un cercle d’érudits dont il s’entoura à Jérusalem. Il enseigna la médecine et la philosophie au Caire et à Damas pendant un certain nombre d’années, et ensuite, pendant une période plus courte, à Aleppo. Devenu âgé, son amour des voyages le conduisit en Arménie et en Asie Mineure. Il mourut à Bagdad en 1231, alors qu’il se préparait à partir en pèlerinage pour La Mecque. Abdalla-Tif était sans aucun doute un homme de grande érudition et un esprit curieux et perçant. Parmi les nombreuses œuvres (principalement de médecine) qui lui sont attribuées, une seulement nous est parvenue, son Récit d’Égypte (narration détaillée et imagée en deux parties). Le manuscrit, découvert par l’orientaliste Edward Pococke, et conservé à la Bibliothèque Bodléienne (Oxford) contient une description intense d’une famine causée par la sécheresse du Nil, alors que l’auteur vivait en Égypte. Le texte fut traduit du latin par Professeur White d’Oxford en 1800, et en français, accompagné de notes précieuses, par Silvestre de Sacy en 1810 (voir Abd al Latif, Relation de l’Égypte, par Abd-Allatif [suivie de divers extraits d’écrivains orientaux, (et d’un) État des provinces et des villages de l’Égypte dans le xive siècle : le tout traduit de l’arabe et enrichi de notes historiques et critiques, par M. Silvestre de Sacy], Paris : Imprimerie impériale, chez Treuttel et Würtz, 1810, xxiv + 752 p.)]

Table des illustrations

Titre GRIFFON OU GRYPHON. Détail de la planche 49 extraite de Jonston (Jan), Historiæ naturalis de quadrupetibus [sic] libri..., Francfort : ad Moenum impensa Matthæi Meriani, 1650, 6 part. en 4 vol
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 891k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540