Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

6. The waning of the Empire / Le déclin de l’Empire

19. La chute de Rome

Texte intégral

LE SAC DE ROME PAR LES WISIGOTHS. Huile sur toile réalisé en 1890 (197 x 130 cm) par le peintre académique français Joseph-Noël Sylvestre (1847-1926).

LE SAC DE ROME PAR LES WISIGOTHS. Huile sur toile réalisé en 1890 (197 x 130 cm) par le peintre académique français Joseph-Noël Sylvestre (1847-1926).
  • 1 [Les Goths faisaient partie des peuples germaniques et étaient divisés en deux branches, les Ostro (...)

1Un événement parfaitement connu avait occasionné les premières excursions des peuples germaniques dans l’empire romain. Vers l’an 375 de notre ère, un peuple, venu de la partie la plus orientale de l’Asie, avait attaqué les Goths1 de la Russie méridionale, les avait détruits, et s’était fixé sur leur territoire. On ignorait alors d’où venaient ces nouveaux barbares, désignés par le nom de Huns, et qui, plus tard, dévastèrent toutes les régions de l’Europe. La terreur qu’ils répandaient et leur extrême laideur donnèrent crédit à une fable qui les présentait comme issus du commerce des démons avec les femmes de certaines régions du nord de l’Asie. Mais l’histoire de la Chine nous a éclairés sur l’origine de ces peuples. Elle nous a fait connaître que c’étaient des Tartares, avec lesquels les Chinois étaient en relation deux cents ans avant Jésus-Christ, et qui, vaincus par ce dernier peuple ou par les Mogols. vers l’an 93 de notre ère, avaient erré de pays en pays pendant près de trois siècles. Après ce temps, ils s’étaient trouvés sur les bords du Volga, et avaient chassé les Goths des contrées qui forment aujourd’hui la Russie méridionale.

  • 2 [Valens (né c. 328, mort le 9 août 378), empereur byzantin de 364 à 378. Il était le frère cadet d (...)
  • 3 [Valens, lors de la guerre contre les Wisigoths (voir note 11 ci-dessous), lesquels menaçaient d’e (...)
  • 4 [La Bataille d’Andrinople (9 août 378 apr. J.-C.), qui eut lieu à l’emplacement de la ville modern (...)

2Ceux de ce dernier peuple qui échappèrent aux armes des Tartares, demandèrent à l’empereur Valons2, alors régnant en Orient, et en obtinrent la permission de passer le Rhin3, et de se fixer sur les terres de l’empire, ne furent reçus dans la Mœsie, aujourd’hui nommée Bulgarie ; mais bientôt ils se révoltèrent contre leur nouveau maître, et ils s’avancèrent jusqu’à Andrinople4, où Valens, qui combattait contre eux, fut vaincu et tué : les Goths le brûlèrent dans un village où il s’était retiré.

  • 5 [Valentinien Ier, en latin Flavius Valentinianus (né en 321 ; mort le 17 novembre 375, à Brigetio (...)

3Gratien, fils de Valentinien5, essaya de réduire ces barbares ; mais il ne put y parvenir. Théodose fut plus puissant, il les dompta ; et cependant il leur permit d’habiter la Mœsie, comme avant leur révolte. Ils y restèrent en paix pendant tout le règne de ce prince.

  • 6 [Honorius, de son nom complet en latin Flavius Honorius (né le 9 septembre 384 ; mort le 15 août 4 (...)
  • 7 [Flavius Stilicon, général et régent de l’empire occidental pendant la première moitié du règne d’ (...)
  • 8 [Arcadius (377-c. 408), empereur d’orient régnant avec son père Théodose Ier de 383 à 395, puis se (...)
  • 9 [Rufin, de son nom complet en latin Flavius Rufinus (mort le 27 novembre 395 à Constantinople), mi (...)

4À la mort de celui-ci, l’empire devint définitivement le partage de ses deux fils encore enfants. Honorius6, nommé empereur d’Occident, fut confié aux soins de Stilicon7 ; Arcadius8, empereur d’Orient, eut Rufin9 pour tuteur et pour maître.

5Ce dernier fit usage de criminelles intrigues pour se mettre à la tête des deux parties de l’empire ; mais Stilicon lui résista toujours en homme de génie et d’honneur.

  • 10 [Alaric (né c. 370, à Peuke (dans le delta du Danube), aujourd’hui en Roumaine ; mort en 410 à Cos (...)
  • 11 [Wisigoths, peuple germanique faisant partie des Goths (voir note 1, ci-dessus). Un des peuples ge (...)
  • 12 [Arcadie, région montagneuse du centre du Péloponnèse de la Grèce Antique. Le caractère bucolique (...)
  • 13 [Illyrie, territoire du nord-ouest de la péninsule des Balkans, habité par les Illyriens, peuple I (...)

6Alaric10, roi des Visigoths11, entra dans la Grèce, à l’instigation de Ruffin, et ravagea cette contrée célèbre. Il y fut combattu par Stilicon, qui le défit et le chassa jusqu’en Arcadie12 ; mais là il le laissa échapper et lui confia même le gouvernement de l’Illyrie13. Cet acte de Stilicon fut présenté comme une trahison.

7En 406, Alaric ayant recommencé les hostilités et attaqué Rome, Stilicon le repoussa de nouveau. Mais, malgré ce nouveau service, Honorius, auprès de qui on l’avait calomnié, le fit mettre à mort en 408. Honorius ne sut pas remplacer un si habile ministre ; Stilicon était le seul homme qui eût pu sauver l’empire.

  • 14 [Ataulphe (mort en 415 à Barcelone), chef des Wisigoths de 410 à 415 et successeur de son beau-frè (...)
  • 15 [Aelia Galla Placidia (né c. 390, morte le 27 novembre 450), impératrice romaine, fille de l’emper (...)
  • 16 [Les Gètes sont un peuple de l’Antiquité originaire de Thrace, qui habitaient les rives de la régi (...)

8L’année qui suivit sa mort, Alaric et les Visigoths s’emparèrent de Rome et la saccagèrent Ataulphe14, plus furieux qu’Alaric, pilla Rome de nouveau, en détruisit les monuments et songeait à abolir le nom romain, lorsqu’il prit Placidie15, sœur de l’empereur. Cette princesse captive, qu’il épousa, parvint à l’adoucir, et les Goths, autrefois appelés Gètes16, traitèrent avec les Romains.

  • 17 [Les Suèves, également appelés Suèbes, étaient un groupe de tribus germaniques comprenant les Marc (...)

9L’Espagne était alors possédée par les Visigoths et les Suèves17, qui y dominèrent jusqu’en 712, temps auquel elle tomba sous la puissance des Sarrasins.

10Vers 420, les Bourguignons, peuples germains, occupèrent le voisinage du Rhin, d’où peu à peu ils gagnèrent le pays qui porte encore leur nom.

11Les Francs, résolus à faire de nouveaux efforts pour s’ouvrir les Gaules, passent le Rhin en 418 et s’établissent en Belgique.

12Les Lombards possèdent le nord de l’Italie.

13Les Angles ou Anglais et les Saxons occupent la Grande-Bretagne, à laquelle ils ont donné leur nom, et où ils ont fondé plusieurs royaumes.

14Ainsi, au ve siècle, tous les peuples germains étaient sortis de leur demeure primitive.

  • 18 [Clovis Ier (né c. 466 ; mort le 27 novembre 511 à Paris), mérovingien fondateur du royaume des Fr (...)
  • 19 [Bataille de Tolbiac combattue entre les Francs sous Clovis Ier et les Allemands, que l’on situe l (...)
  • 20 [Allemands, peuple germanique mentionné pour la première fois lorsqu’ils furent victime d’une atta (...)

15En 495, les Romains achevèrent de perdre les Gaules par les victoires de Clovis18. Celui-ci gagna aussi sur les Allemands la bataille de Tolbiac19. Par celle où il tua de sa propre main Alaric20, roi des Visigoths, Toulouse et l’Aquitaine furent jointes à son royaume.

  • 21 [Bélisaire (né c. 505, en Germanie, Illyrie ? Mort en mars 565), général Byzantin, homme militaire (...)
  • 22 [Général Narsès (né c. 478 en Arménie ; mort en 573, probablement à Rome ou a Constantinople), gén (...)

16En 527, Bélisaire21 et Narsès22 réprimèrent les Perses, défirent les Ostrogoths et les Vandales, rendirent à leur maître l’Afrique, l’Italie et Rome ; mais l’empereur, jaloux de leur gloire, sans vouloir prendre part à leurs travaux, les embarrassait toujours plus qu’il ne leur donnait d’assistance.

  • 23 [Childebert Ier (né c. 498 ; mort le 23 décembre 558 à Paris), roi Mérovingien de Paris à partir d (...)
  • 24 [Clotaire Ier (né c. 500 ; mort à la fin de l’année 561 à Compiègne en France), roi Mérovingien de (...)

17Après une longue guerre, Childebert23 et Clotaire24, enfants de Clovis, conquirent le royaume de Bourgogne. Quelque temps après, et pendant que Bélisaire attaquait si vivement les Ostrogoths, ce qu’ils avaient dans les Gaules fut abandonné aux Français. La France s’étendait alors beaucoup au delà du Rhin. Ses principales parties étaient alors la Neustrie, c’est-à-dire la France occidentale, et l’Austrasie ou la France orientale ; mais les partages des princes, qui faisaient un royaume pour chacun d’eux, empêchaient qu’elle ne fût réunie sous une même domination.

  • 25 [Bucelin et son frère Leutharis, généraux allemands à la cour de Theudibald, roi des Francs, pénét (...)
  • 26 [Justin II (mort le 4 octobre 578), empereur byzantin (à partir de 565) dont les efforts pour main (...)
  • 27 [Alboin (mort le 28 juin 572 à Vérone en Lombardie), roi des Lombards Germaniques dont les excepti (...)

18En 555, Narsès, qui avait ôté l’Italie aux Goths, la défendit contre les Français, et remporta une pleine victoire sur Bucelin25, général des troupes d’Austrasie. Malgré tous ces avantages, l’Italie ne resta guère aux empereurs. Sous Justin II26, neveu de Justinien, et après la mort de Narsès, le royaume de Lombardie fut fondé par Alboin27. Il prit Milan et Pavie ; Rome et Ravenne se sauvèrent à peine de ses mains, et les Lombards firent souffrir aux Romains des maux extrêmes. Rome fut mal secourue par ses empereurs, que les Avares, nation scythique, les Sarrasins, peuples d’Arabie, et les Perses, plus que tous les autres, tourmentaient de tous côtés en Orient.

19Tel est succinctement le récit des courses guerrières que les ennemis de l’empire romain firent dans ses provinces jusque vers la fin du vie siècle.

20Les relations qui existèrent, à l’époque de l’invasion des barbares, entre les peuples vainqueurs et les peuples vaincus, immédiatement après la conquête, sont remarquables à plusieurs égards.

21Chaque tribu barbare n’aspirait pas à un empire absolu (comme il est arrivé ailleurs), même dans le pays qu’elle envahissait : elle se bornait ordinairement à se faire incorporer par la force à l’empire romain. Les chefs des diverses peuplades germaines reconnurent ainsi pendant long-temps l’empereur pour leur souverain, et l’on possède encore des actes des empereurs romains qui délèguent aux premiers rois francs l’autorité dans les Gaules.

22À la vérité les barbares étaient des sujets fort indociles, toujours prêts à se soulever contre leur maître, méprisant et opprimant ses sujets vaincus. Cependant on ne saurait douter que le reste de vénération qu’ils avaient encore pour l’empire, tout démembré qu’il eût été par eux, n’ait contribué, dans de certaines limites, à les empêcher de détruire ce qui surnageait encore de la civilisation antique. D’ailleurs, assez long-temps avant la conquête, les Francs, de même que plusieurs des nations germaniques, avaient été en relation directe avec les Romains, qui les appelaient à leur secours. Dès le ive siècle, les chefs des Francs jouaient un rôle important à l’armée et à la cour des empereurs d’Occident, comme les Goths à la cour de Constantinople.

23Fort heureusement les nations qui envahirent l’empire romain n’étaient animées d’aucun fanatisme religieux ; elles ne professaient aucun culte qu’elles voulussent faire admettre par les vaincus, ou même auquel elles fussent attachées. Elles acceptèrent par conséquent, sans difficulté, la religion chrétienne, qui était, à cette époque, admise dans la totalité de l’empire. Cette disposition à adopter un nouveau culte fut favorable à la conservation des livres où étaient déposées les connaissances déjà acquises ; car le clergé ayant placé les bibliothèques dans les églises, les barbares respectèrent partout ces dépôts précieux.

24Les premiers effets de l’invasion furent donc moins funestes aux sciences que la domination prolongée de princes barbares, qui ne leur accordaient aucune protection, et sous l’empire desquels les hommes adonnés aux lettres ou aux sciences ne pouvaient espérer aucune position heureuse.

25La conservation de la langue latine comme langue commune aux personnes instruites des diverses provinces de l’empire d’occident fut un autre fait très-utile aux sciences ; on peut dire qu’il les préserva d’une extinction totale. Il doit être considéré comme le résultat de la domination exercée sur l’Europe entière par les évêques de Rome, reconnus chefs de l’Église chrétienne. Ces évêques, qui, plus tard, reçurent le nom de papes, employaient le latin dans la liturgie, et il devint ainsi la langue de tous les ecclésiastiques, c’est-à-dire de presque tous les hommes qui possédaient alors quelques connaissances littéraires ou scientifiques. Sans ce moyen de correspondance entre les hommes instruits, il est indubitable que le développement des connaissances humaines aurait été interrompu d’une manière beaucoup plus subite et plus complète ; car la langue des peuples divers qui, vers la fin de la domination romaine, parlaient le latin, ne tarda pas, après l’invasion des barbares, à s’altérer partout et à se transformer en différents idiômes qui n’avaient plus entre eux que des rapports assez éloignés.

  • 28 [Armorique, région du nord-ouest de la Gaule, aujourd’hui la Bretagne. Au temps des Celtes, des Ro (...)

26Un seul peuple avait conservé son langage primitif sous la domination romaine, et n’y laissa pénétrer aucune altération après l’invasion des barbares ; c’était le peuple des Armoricains28, dont une partie habite notre ancienne province de Bretagne, et qui parle encore aujourd’hui la langue celtique.

  • 29 [Essénien, membre d’une secte religieuse ou d’une fraternité qui prospéra en Palestine du iie sièc (...)

27À l’époque dont nous nous occupons se rattache l’établissement des monastères. De tout temps l’Inde avait eu de ces lieux destinés à recevoir les hommes qui voulaient se séparer du monde pour se livrer aux habitudes d’une vie contemplative, comme il arrive souvent dans les pays chauds. La Palestine avait eu aussi, de fort bonne heure, des solitaires religieux appartenant à la secte des Esséniens29. Les premiers solitaires chrétiens, imitateurs des Esséniens, parurent en Égypte au ive siècle, et donnèrent même assez vite naissance à des sociétés qui troublèrent l’église d’Alexandrie.

  • 30 [Saint Benoît de Nursie (né c. 480 à Nursie, dans le royaume des Lombards ; mort c. 547 ; fête cél (...)

28Dans le vie siècle seulement, l’usage de la vie solitaire s’introduisit en Occident. Saint Benoît fonda, sur le mont Cassin, l’an 543 de notre ère, le premier monastère de nos contrées ; c’est de cet établissement religieux qu’est sorti l’ordre des Bénédictins30.

29Depuis lors les communautés religieuses se sont multipliées avec une rapidité et dans une progression qui ne surprendra pas, si l’on remarque que ces établissements étaient les seuls lieux où l’on pût espérer de trouver quelque repos au milieu des troubles de l’époque. Les idées religieuses n’étaient pas les seuls motifs qui déterminassent à habiter ces asiles. Les hommes qui avaient le goût de l’étude s’y réunissaient surtout, et les livres y furent ainsi conservés, dans les premiers temps, beaucoup plus sûrement encore que dans les églises. Mais on aurait tort de croire qu’ils y furent conservés jusqu’à la renaissance des lettres et des sciences. Après quelques siècles, les moines étant devenus riches, d’autres goûts remplacèrent celui de l’étude, et ils négligèrent tellement de conserver les divers manuscrits dont ils étaient possesseurs, qu’à la fin du Moyen Âge, il n’en existait presque plus ; si la découverte de l’imprimerie avait été faite seulement deux siècles plus tard, il est probable que presque tous les ouvrages anciens auraient été détruits.

  • 31 [Charlemagne, voir Leçon 21, note 36.]

30Dans quelques pays, des circonstances particulières contribuèrent à retarder de plusieurs siècles la destruction des sciences. La situation isolée de l’Irlande, par exemple, la préservant des invasions des barbares plus que n’en étaient défendues la plupart des autres contrées de l’Europe, cette île continua la culture des lettres plusieurs siècles après les autres pays. Aussi, lorsqu’au ixe siècle. Charlemagne31 essaya de rallumer dans l’Occident le flambeau des sciences, ce fut à l’Irlande qu’il emprunta des ecclésiastiques pour professer dans les écoles de son empire. Malheureusement les efforts de ce grand homme ne produisirent pas le résultat qu’il en avait espéré ; les lettres dégénérèrent de nouveau sous ses indignes successeurs. Pendant les xe et xie siècles, l’ignorance était devenue si profonde et si générale qu’il n’y avait pas dans tout l’Occident un seul moine qui fût capable d’écrire d’une manière supportable le récit d’un événement.

31Nous ferons voir plus tard comment les sciences reprirent un peu de vie au xiiie siècle, époque remarquable par un grand mouvement intellectuel ; et comment ce mouvement, interrompu dans le xive siècle par les troubles politiques qui agitèrent alors toute l’Europe, recommença au xve siècle, sous l’influence de circonstances plus favorables, pour ne plus éprouver d’interruption.

32Dans l’empire d’Orient, la décadence des sciences ne fut pas si rapide et si complète que dans l’empire d’Occident. La raison en est que le premier de ces empires souffrit beaucoup moins que l’autre de l’invasion des peuples germaniques. À la vérité, il eut à supporter, au viie siècle, une violente attaque qui lui enleva une partie de ses provinces ; mais Constantinople, quoique assiégée, ne fut pas atteinte par cette conquête.

33Constantinople ne souffrit d’horribles ravages qu’au xiiie siècle, lorsqu’elle fut prise par les croisés. Ces fanatiques y détruisirent un grand nombre de bibliothèques. Mais on y rapporta des livres, et lorsque les Turcs s’emparèrent définitivement de cette capitale, elle en possédait encore un grand nombre qui fut apporté par les Grecs aux peuples de l’Occident, à l’époque (le xve siècle) où ils vinrent très à propos contribuer à la renaissance des lettres et des sciences, que plusieurs autres circonstances tendaient aussi à développer. Ce fut donc à Constantinople que se maintinrent et l’empire romain et les restes de la civilisation ancienne. Comme en Occident, les sciences et les lettres n’y furent pas détruites ; elles continuèrent d’y subsister, bien que languissantes et décroissant toujours depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne.

34Cet empire d’Orient, ainsi que nous l’avons fait voir, avait cependant été attaqué de bonne heure par les Slaves, par les Arabes, par des peuples d’origine chinoise et d’origine turque, qui de siècle en siècle l’avaient démembré. Mais il leur fallut continuer une lutte de mille années pour arriver à le détruire complétement. Les Slaves, qui s’étaient rués sur l’Orient comme les nations germaniques sur l’Occident, s’emparèrent de plusieurs provinces et s’y fixèrent ; ils fondèrent à l’Orient de l’Europe des établissements dont nous ne nous occuperons pas maintenant, parce que ces peuples n’ont concouru que très-tard à l’avancement des sciences. Mais nous aurons à nous entretenir de l’empire fondé par les Sarrasins. Ces peuples cultivèrent les sciences et les lettres, et leur firent faire des progrès qui méritent notre attention.

35En conséquence, nous suivrons dans le Moyen Âge le développement des sciences : 1° dans l’empire de Byzance ou de Constantinople, où la langue grecque était employée, et où les sciences, languissantes à la vérité, n’éprouvèrent pourtant pas d’interruption brusque et totale comme en Occident ; 2° dans l’empire fondé par les Arabes, ou Sarrasins, dans lequel la langue arabe était usitée ; 3° chez les nations qui sortirent du démembrement de l’empire d’Occident, et qui avaient le latin pour langue savante.

Notes

1 [Les Goths faisaient partie des peuples germaniques et étaient divisés en deux branches, les Ostrogoths et les Wisigoths, lesquels harassèrent pendant des siècles l’Empire Romain. Selon leur propre légende, rapportée par l’historien gothique de la moitié du vie siècle Jordanès, les Goths étaient originaires du sud de la Scandinavie, et à bord de trois bateaux, ils traversèrent la mer du Nord sous la commande de leur roi Berig jusqu’à la côte sud de la mer Baltique, là où ils s’établirent après avoir vaincu les Vandales et d’autres peuples germaniques de la région. Tacite raconte que les Goths en ce temps là se distinguaient par leurs boucliers de forme ronde, leurs épées courtes, et leur obéissance envers leurs rois. Jordanès raconte également qu’ils émigrèrent vers le sud dans la région de la Vistule sous Filimer, cinquième roi après Berig, et qu’après de nombreuses aventures, ils arrivèrent finalement à la mer Noire.]

2 [Valens (né c. 328, mort le 9 août 378), empereur byzantin de 364 à 378. Il était le frère cadet de Valentinien I, qui assuma le trône jusqu’à la mort de l’empereur Jovien (17 février 364). Le 28 mars 364, Valentinien le nomma coempereur et lui confia le gouvernement de la partie orientale de l’empire, Valentinien gardant la partie occidentale de l’empire. Peu après, Valens fut défié par le païen Procope, lequel s’était proclamé empereur à Constantinople (septembre 365). Lorsque Valens marcha sur Antioche pour confronter l’usurpateur, Procope fut abandonné par ses troupes ; le 27 mai 366 il fut trahi et mis à mort.]

3 [Valens, lors de la guerre contre les Wisigoths (voir note 11 ci-dessous), lesquels menaçaient d’envahir Thrace, traversa non pas le Rhin mais le Danube en mai 367, détruisant les territoires wisigoths (Roumanie d’aujourd’hui).]

4 [La Bataille d’Andrinople (9 août 378 apr. J.-C.), qui eut lieu à l’emplacement de la ville moderne d’Edime en Turquie Occidentale, se termina par la défaite de l’armée romaine, commandée par l’empereur Valens, devant les Wisigoths conduits par Fritigern, et renforcés par les Ostrogoths et autres troupes. Ce fut une victoire écrasante des cavaliers barbares sur l’infanterie romaine, qui marqua le début d’une série de sérieuses intrusions germaniques en territoire romain.]

5 [Valentinien Ier, en latin Flavius Valentinianus (né en 321 ; mort le 17 novembre 375, à Brigetio en Pannonie Inférieure), empereur romain de 364 à 375 qui réussit avec beaucoup d’habileté à défendre les frontières de l’empire occidental contre les invasions germaniques.]

6 [Honorius, de son nom complet en latin Flavius Honorius (né le 9 septembre 384 ; mort le 15 août 423), empereur romain d’Occident de 393 à 423, période pendant laquelle une grande partie de l’empire occidental fut renversé par les tribus envahissantes, et Rome fut capturée et mise à sac par les Wisigoths. Fils cadet de Théodose Ier (empereur 379-395) et d’Aelia Flacilla, Honorius fut élevé au rang d’Auguste par Théodose le 23 janvier 393, et devint gouverneur unique de l’empire occidental à l’âge de 10 ans, à la mort de son père le 17 janvier 395. Son frère Arcadius (voir note 8 ci-dessous) était gouverneur de l’empire d’orient.]

7 [Flavius Stilicon, général et régent de l’empire occidental pendant la première moitié du règne d’Honorius. En 398, l’empereur épousa Marie, la fille de Stilicon. Lorsque Marie mourut, il épousa sa jeune sœur, Thermantia, mais il mit fin à cette union après l’exécution de Stilicon, accusé de trahison en août 408.]

8 [Arcadius (377-c. 408), empereur d’orient régnant avec son père Théodose Ier de 383 à 395, puis seul jusqu’en 402. Il associa ensuite son fils Théodose II à son gouvernement. D’allure chétive et de caractère inefficace, il fut dominé par ses ministres Rufin, Eutrope, et Anthemius. Son empire fut la proie des Goths, et son épouse Eudoxie encouragea la persécution du patriarche de Constantinople, Saint Jean Chrysostome.]

9 [Rufin, de son nom complet en latin Flavius Rufinus (mort le 27 novembre 395 à Constantinople), ministre de l’empereur d’orient Arcadius (qui régna de 383 à 408) et rival de Stilicon, général qui fut le véritable gouverneur de l’empire occidental. Le conflit entre Rufin et Stilicon fut l’un des facteurs qui contribua à la scission de l’empire entre l’orient et l’occident.]

10 [Alaric (né c. 370, à Peuke (dans le delta du Danube), aujourd’hui en Roumaine ; mort en 410 à Cosenza, Bruttium, aujourd’hui Cosenza en Italie), chef des Wisigoths à partir de 395 et chef de l’armée qui mis Rome à sac en août 410, événement qui symbolisa la chute de l’empire occidental romain.]

11 [Wisigoths, peuple germanique faisant partie des Goths (voir note 1, ci-dessus). Un des peuples germaniques les plus importants, les Wisigoths se séparèrent des Ostrogoths au ive siècle apr. J.-C., attaquant sans cesse les territoires romains, et établissant des royaumes puissants en Gaule et en Espagne.]

12 [Arcadie, région montagneuse du centre du Péloponnèse de la Grèce Antique. Le caractère bucolique de la vie arcadienne et son isolation explique en partie pourquoi Arcadie fut représentée comme un paradis dans la poésie bucolique grecque et romaine et dans la littérature de la Renaissance.]

13 [Illyrie, territoire du nord-ouest de la péninsule des Balkans, habité par les Illyriens, peuple Indo-Européen, depuis le xe siècle av. J.-C. À l’apogée de son pouvoir, les frontières de l’Illyrie s’étendaient du Danube vers le sud jusqu’à la mer Adriatique, et vers l’est jusqu’au massif montagneux Sar.]

14 [Ataulphe (mort en 415 à Barcelone), chef des Wisigoths de 410 à 415 et successeur de son beau-frère Alaric. En 412, Ataulphe conduisit les Wisigoths, lesquels avaient récemment pillé Rome (410), vers le sud de la gaule pour qu’ils s’y établissent. Deux ans plus tard, il épousa la princesse romaine Galla Placidia (sœur de l’empereur Honorius) laquelle avait été enlevée à Rome. Chassé de Gaule, il se retira en Espagne au début de l’année 415, année où il fut assassiné à Barcelone. L’historien du ve siècle Paul Orose raconte qu’Ataulphe voulait renverser l’Empire Romain, mais que plus tard, reconnaissant l’incapacité de son peuple à gouverner un empire, il voulut soutenir le pouvoir romain par une alliance avec les Goths. Sa vision d’un empire revitalisé grâce à une alliance barbare ne vit jamais le jour.]

15 [Aelia Galla Placidia (né c. 390, morte le 27 novembre 450), impératrice romaine, fille de l’empereur Théodose Ier (au pouvoir de 379 à 395), sœur de l’empereur d’Occident Flavius Honorius (au pouvoir de 393 à 423), épouse de l’empereur d’Occident Constance III (au pouvoir en 421), et mère de l’empereur de l’Occident Valentinien III (au pouvoir de 425 à 455). Capturée à Rome lorsque la ville tomba devant les Goths en 410, elle fut capturée et enlevée en Gaule, et mariée au chef Wisigoth Ataulphe, lequel fut assassiné en 415. En 416, Galla Placidia fut rendue aux Romains, et l’année suivante, elle épousa Constance. Elle fit construire plusieurs églises à Ravenne ; la petite chapelle connue en général, bien qu’à tort, comme le Mausolée de Galla Placidia, contient quelques uns des exemplaires les plus remarquables de mosaïques byzantines.]

16 [Les Gètes sont un peuple de l’Antiquité originaire de Thrace, qui habitaient les rives de la région du Bas-Danube et des plaines avoisinantes. Apparaissant pour la première fois au vie siècle avant J.-C., les Gètes subirent l’influence des Scythes et étaient connus pour leur cavalerie montée et pour leur vénération de Zalmoxis. Bien que la fille de leur roi devint la femme de Philippe II de Macédoine en 342 av. J.-C., les Macédoniens, sous le règne du fils de Philippe II, Alexandre, traversèrent le Danube et brûlèrent la capitale des Gètes sept ans plus tard. La technologie des Gètes fut influencée par celle des Celtes, lesquels les envahirent au ive et iiie siècle av. J.-C. Sous Burebistas (fl. ier siècle av. J.-C.), les Gètes et leurs voisins les Daces formèrent un état puissant, mais de courte durée. Au milieu du siècle suivant, lorsque les Romains gagnèrent le contrôle de la région du Bas-Danube, des milliers de Gètes furent déplacés, et peu de temps après, les Gètes disparurent de l’histoire. Les écrivains ultérieurs donnèrent à tort le nom de Gètes aux Goths.]

17 [Les Suèves, également appelés Suèbes, étaient un groupe de tribus germaniques comprenant les Marcomans, les Quades, les Hermundures, les Semnones, et les Lombards. Les Allemands faisaient également partie de la tribu des Suèves, lesquels donnèrent son nom à la principauté germaine de Suève. À la fin du ier siècle apr. J.-C., les Suèves vivaient aux alentours de la rivière Elbe. Chassés par les Huns, un certain nombre de Suèves traversèrent le Rhin, et en 409, pénétrèrent en Espagne, s’installant principalement au nord-ouest (en Galicie). En 447, sous le règne de leur roi Rechila, les Suèves s’étaient établis sur les provinces romaines de Lusitanie et de Bétique. Bien que les Suèves fussent païens lorsqu’ils arrivèrent en Espagne, leur roi Rechila était chrétien lorsqu’il devint roi en 448. Il fut vaincu plus tard par les Wisigoths sous Théodore II en 456. Le royaume des Suèves survécut sous Maldras (au pouvoir de 456 à 460) et sous le règne d’autres rois rivaux jusqu’en 585 environ, période à laquelle le royaume fut finalement annexé à l’état wisigoth.]

18 [Clovis Ier (né c. 466 ; mort le 27 novembre 511 à Paris), mérovingien fondateur du royaume des Francs, lequel domina la plus grande partie de l’Europe Occidentale au début du Moyen Âge.]

19 [Bataille de Tolbiac combattue entre les Francs sous Clovis Ier et les Allemands, que l’on situe le plus souvent en 496 apr. J.-C. à Zülpich, dans la région nord du Rhin-Westphalie, à 60 kms environ à l’est de la frontière actuelle entre l’Allemagne et la Belgique, ce qui n’est pas impossible. Les Francs gagnèrent la Bataille de Tolbiac et établirent leur hégémonie devant les Allemands (voir note 20 ci-dessous).]

20 [Allemands, peuple germanique mentionné pour la première fois lorsqu’ils furent victime d’une attaque romaine en 213 apr. J.-C. Dans les années qui suivirent, ils firent de plus en plus pression sur les provinces romaines ; ils occupèrent les Champs Décumates (sud-ouest de la Germanie) en 260 environ, et à la fin du ve siècle, ils s’étendirent sur l’Alsace et le nord de la Suisse, établissant ainsi la langue allemande dans ces territoires. En 496, ils furent conquis par Clovis et incorporés dans les territoires francs.]

21 [Bélisaire (né c. 505, en Germanie, Illyrie ? Mort en mars 565), général Byzantin, homme militaire de valeur sous le règne de l’empereur byzantin Justinien Ier (527-565). L’un des derniers personnages importants à suivre la tradition militaire romaine, il conduisit ses armées contre l’empire sassanide (en Perse), le royaume vandale d’Afrique du Nord, le régime ostrogoth d’Italie, et les tribus barbares menaçant Constantinople.]

22 [Général Narsès (né c. 478 en Arménie ; mort en 573, probablement à Rome ou a Constantinople), général sous l’empereur Justinien Ier ; sa plus grande réussite fut la conquête du royaume ostrogoth en Italie pour l’empire byzantin en 553 apr. J.-C.]

23 [Childebert Ier (né c. 498 ; mort le 23 décembre 558 à Paris), roi Mérovingien de Paris à partir de 511, il aida à incorporer la Bourgogne dans le royaume franc. Childebert était le fils de Clovis Ier et de Clotilde. Lors du partage du royaume de son père en 511, il reçut des territoires dans le nord-ouest de la France, de la Somme à la Bretagne ; il y ajouta le royaume d’Orléans dans les années 520 (grâce à l’assassinat des héritiers de son frère Clodomir), une partie du royaume de Bourgogne en 534 (par conquête, avec son frère Clotaire Ier), et la Provence en 537 (par traité). Après une campagne en 531 contre les Wisigoths, lesquels occupaient toujours la bordure côtière entre le Rhône et les Pyrénées, il envahit l’Espagne en 542 en alliance avec Clotaire ; bien que l’expédition ne fût pas un grand succès, il ramena cependant avec lui la tunique du martyr Saint Vincent, qu’il déposa dans une église qu’il fit édifier à Paris connue plus tard sous le nom de Saint-Germain-des-Prés. Childebert ne laissa aucun fils et à sa mort, Clotaire s’appropria ses terres.]

24 [Clotaire Ier (né c. 500 ; mort à la fin de l’année 561 à Compiègne en France), roi Mérovingien de Soissons à partir de 511 et de la totalité du royaume des Francs à partir de 558, il joua un rôle important dans l’extension de l’hégémonie française. Fils cadet de Clovis Ier, Clotaire reçut en partage une partie du royaume de son père en 511, les territoires lui revenant couvrant les terres anciennes des Francs Saliens, dans la région nord de la France d’aujourd’hui et la Belgique. Après la mort de son frère Clodomir en 521, il assassina ses neveux et partagea le royaume d’Orléans avec ses deux frères Childebert Ier et Théodore Ier. La mort sans héritier de ses petits-fils Théodebald en 555 et Childebert en 558 permit de réunir tous les territoires francs sous la domination de Clotaire.]

25 [Bucelin et son frère Leutharis, généraux allemands à la cour de Theudibald, roi des Francs, pénétrèrent en Italie avec 75 000 hommes pour combattre l’armée de Narsès. De nombreux Goths en Italie les considérèrent comme leurs sauveurs, mais d’autres préféraient les Romains aux Francs, notamment Aligem, commandeur de la forteresse de Cumée, laquelle n’avait pas encore été capturée. Aligem remit les clés de la ville fortifiée à Narsès. Leutharis et son armée furent détruits par la maladie, empirée par le mauvais temps, et Bucelin fut complètement vaincu par Narsès près de Capoue.]

26 [Justin II (mort le 4 octobre 578), empereur byzantin (à partir de 565) dont les efforts pour maintenir l’intégrité de l’empire byzantin face aux attaques des Avars, des Perses et des Lombards, furent compromis par des revers militaires désastreux. Neveu et conseiller proche de l’empereur byzantin Justinien Ier, Justin II devint empereur en novembre 565 à la mort de son oncle.]

27 [Alboin (mort le 28 juin 572 à Vérone en Lombardie), roi des Lombards Germaniques dont les exceptionnels talents en matières militaire et politique lui permirent de conquérir l’Italie du nord. Après avoir balayé Venise, Milan, la Toscane et Benevento, Alboin établit Pavie, sur la rivière Ticino, comme la capitale du nouveau royaume de Lombardie, récemment créé en 572. On raconte qu’il fut assassiné sous les ordres de sa femme Rosemonde, après qu’il l’ait forcée à suivre la coutume lombarde de boire dans le crâne de son défunt père.]

28 [Armorique, région du nord-ouest de la Gaule, aujourd’hui la Bretagne. Au temps des Celtes, des Romains et des Francs, l’Armorique incluait également la partie ouest de ce qui devint plus tard la Normandie. Au temps de Jules César y vivaient cinq tribus, la plus importante étant les Vénètes. Sous l’Empire Romain, l’Armorique appartenait à la province de Gallia Lugdunensis, mais elle ne devint jamais vraiment romaine. La région accueillit de nombreux immigrants celtes provenant des Îles britanniques au ve siècle pendant l’invasion saxonne.]

29 [Essénien, membre d’une secte religieuse ou d’une fraternité qui prospéra en Palestine du iie siècle avant J.-C. jusqu’à la fin du ier siècle apr. J.-C. Aucune mention les concernant n’apparait dans le Nouveau Testament, et les récits de Josèphe, Philon d’Alexandrie et Pline l’Ancien diffèrent largement, ce qui pourrait indiquer une diversité tribale parmi les Essènes.]

30 [Saint Benoît de Nursie (né c. 480 à Nursie, dans le royaume des Lombards ; mort c. 547 ; fête célébrée le 11 juillet, auparavant fêtée le 21 mars), fondateur du monastère bénédictin du mont Cassin et du monachisme occidental ; les règles qu’il établit devinrent la norme de la vie monastique en Europe. En 1964, en reconnaissance de l’œuvre d’évangélisation et de civilisation de tant de pays européens pendant le Moyen Âge, le Pape Paul VI le proclama saint patron de toute l’Europe.]

31 [Charlemagne, voir Leçon 21, note 36.]

Table des illustrations

Titre LE SAC DE ROME PAR LES WISIGOTHS. Huile sur toile réalisé en 1890 (197 x 130 cm) par le peintre académique français Joseph-Noël Sylvestre (1847-1926).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540