Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

6. The waning of the Empire / Le déclin de l’Empire

18. Contributions des Anciens de l’Antiquité : bref résumé

Texte intégral

LA GALERIE DE SCULPTURE. Gravure de l’artiste français Auguste Blanchard (1819-1898) d’après le peintre hollandais Lawrence Alma-Tadema (1836-1912). Illustration publiée pour la première fois par Pilgeram & Lefevre en 1877.

1Arrivés à la fin de l’histoire des sciences chez les anciens, nous allons jeter, sur les connaissances qu’ils avaient acquises, un coup d’œil général et rapide.

2Les travaux des anciens sur les sciences naturelles n’embrassent pas plus de cinq siècles et demi. Après Aristote et Théophraste ces sciences ne firent presque aucun progrès. Il n’y eut que les sciences médicales qui éprouvèrent un perfectionnement continu, parce que les hommes ont toujours besoin de la médecine. Nous avons fait connaître les causes extérieures qui s’opposèrent si promptement au développement des sciences naturelles : ce fut d’abord la dégradation des Ptolomées d’où résulta celle de l’école d’Alexandrie. Plus tard ce furent l’étendue démesurée de l’empire romain, l’éloignement des vainqueurs du monde pour les sciences, les troubles continuels que produisit parmi eux le développement excessif de la puissance militaire, enfin la lutte occasionnée par l’établissement du christianisme qui dirigea toute l’activité intellectuelle vers les études spéculatives.

3Nous ferons connaître d’autres causes qui furent nuisibles aux progrès scientifiques. Nous nommerons ces causes intérieures, mais nous ne les exposerons qu’après avoir fait l’inventaire approximatif de ce que savaient les anciens.

4En physique générale les anciens n’eurent guère que les idées grossières apportées d’Égypte par Thalès. Aristote avait bien imaginé un système de physique fondé sur ce qu’on nomme des causes occultes ; mais ce système était extrêmement défectueux, et on peut voir dans les questions de Sénèque les explications ridicules auxquelles il a donné lieu.

  • 1 [Archimède (né c. 290-280 av. J.-C. ; mort en 212 ou 211 av. J.-C., Syracuse, Sicile), est le plus (...)

5La géométrie avait fait de grands progrès chez les anciens. La statique et l’hydrostatique y avaient été fort développées dans les parties auxquelles Archimède1 avait appliqué la géométrie. Mais les anciens n’avaient fait aucune application de cette dernière science à la physique proprement dite. L’art d’expérimenter leur était d’ailleurs inconnu. Ils ne savaient pas réduire un phénomène à ses plus simples éléments, et déduire la cause de l’effet.

6La chimie leur était complètement inconnue ; car bien que les Égyptiens sussent teindre les étoffes, et fussent très-habiles dans l’art de travailler les métaux, ils n’avaient aucun ensemble théorique et aucune connaissance des substances simples. Ils ne possédaient que des procédés d’ouvriers. Cependant c’est à l’Égypte, comme vous le savez, qu’on attribue la découverte de la chimie ; cette science, originairement, était nommée science d’Égypte.

7Les notions des anciens, en minéralogie, étaient assez étendues ; mais, si l’on peut s’exprimer ainsi, elles n’étaient qu’extérieures. Ils connaissaient beaucoup de pierres, de terres, de minerais, et ils en faisaient un grand emploi ; mais toutes ces substances n’avaient reçu d’eux aucun classement, et ils n’en connaissaient pas même les principes constituants.

8En botanique ils ont indiqué environ six cents espèces de plantes : toutes nos potagères et nos arbres fruitiers leur étaient connus. Leur médecine employait beaucoup plus de plantes que la nôtre ; mais on ne peut en faire un sujet d’éloges pour les anciens ; car ils attribuaient à un grand nombre de végétaux des vertus qui n’étaient que fabuleuses.

  • 2 [Les cryptogames sont les végétaux à spores également connus sous le nom de ptéridophytes. Le nom (...)

9Les anciens avaient quelque pressentiment de la physiologie végétale ; ils savaient que certaines plantes ne pouvaient se reproduire qu’avec le concours d’une autre plante ; mais ils étaient loin de la théorie des sexes que nous appliquons maintenant à tous les végétaux, les cryptogames exceptés2 ; ils n’avaient aucune idée nette du vrai mode de fécondation des plantes. Ils ont classé les végétaux d’après les propriétés qu’ils leur attribuaient, et ils n’ont jamais eu de nomenclature fixe. Ils se bornaient à donner le nom que les plantes avaient de leur temps ; et comme ce nom a varié avec les siècles et les pays, il en est résulté beaucoup de confusion dans les plantes citées par les anciens botanistes.

10En zoologie le même désordre existe. Les anciens n’ont jamais eu de nomenclature fixe. Aristote avait fait de grandes divisions auxquelles on ne changera rien probablement ; mais ses successeurs ne subdivisèrent point ses classes en genres ni en espèces.

11La seule science que les anciens aient portée plus loin que les modernes, est l’agriculture ; ils connaissaient un grand nombre de pratiques qu’il serait utile de leur emprunter.

12En anatomie ils avaient aussi des connaissances assez étendues : ils ont bien décrit les os, assez bien les muscles et les viscères. Les artères et les veines leur étaient moins connues, et les vaisseaux lymphatiques étaient ignorés d’Aristote.

13En physiologie ils étaient fort peu avancés ; ils n’eurent aucune idée exacte ni de la circulation du sang, ni de la respiration. Quelques philosophes avaient seulement entrevu, d’une manière vague, l’analogie qui existe entre cette dernière fonction et la combustion. Ils ne connaissaient pas exactement la nature des organes des sens, ni les moyens extérieurs d’agir sur eux. Ils n’avaient pas de notions sur les parties délicates des organes ; mais ils connaissaient les usages du larynx, du foie et de l’estomac.

14En médecine ils connaissaient assez bien la marche des maladies, et plusieurs d’entre eux ont décrit avec exactitude les principaux symptômes qu’elles présentent.

15Telles sont les connaissances que possédaient les anciens sur les sciences naturelles. Nous allons maintenant indiquer les causes intérieures que nous avons dit avoir été des obstacles au développement de ces sciences.

16Au premier rang de ces causes nous devons placer l’absence de méthode, de classification, de nomenclature fixe. Les anciens désignaient seulement les espèces par les noms usités de leur temps, et ne fixaient jamais la signification de ces noms par l’indication de caractères pris dans la nature des objets. Comme d’ailleurs la ressource de la gravure leur manquait, il a été souvent impossible de reconnaître l’espèce désignée par son nom seulement.

17Le défaut de collections, et même l’impossibilité d’en former, est une cause intérieure de la lenteur du progrès des sciences chez les anciens. Ne connaissant pas les procédés de la distillation, ils n’avaient ni eau-de-vie ni alcool. Ils n’avaient par conséquent aucun moyen de conserver longtemps des objets d’histoire naturelle.

  • 3 [Les Égyptiens possédaient une connaissance extraordinaire de la métallurgie. Ils utilisaient l’ox (...)
  • 4 [Vienne ? Cuvier ou son éditeur parlait sûrement de Venise.]

18Ils manquaient aussi de la connaissance des procédés au moyen desquels on fabrique le verre blanc, et le verre ordinaire était même fort rare chez eux3. Cette substance ne fut généralement connue que fort tard ; car à la fin du xve siècle on citait la ville de Vienne4 comme remarquable par ses vitrages.

  • 5 [Calydon est une ancienne cité d’Étolie, en Grèce, située sur la rivière Evinos, à 9,5 kilomètres (...)
  • 6 [Massinissa, s’écrit également Masinissa (c. 240 av. J.-C.-148), gouverneur du royaume nord-africa (...)

19Les anciens ne savaient pas non plus empailler les animaux morts ; ils se bornaient à suspendre dans les temples, et sans leur avoir fait subir de préparation, les objets curieux qu’ils voulaient conserver. Ce fut dans un temple que Pausanias vit le sanglier qu’on disait être celui de Calydon5. Ce fut aussi dans un temple que Hannon suspendit les peaux des singes qu’il avait pris sur la côte d’Afrique, et qu’il croyait être des femmes sauvages. Enfin la peau du serpent boa de Régulus et les défenses d’éléphants du roi Massinissa6 furent conservées de la même manière.

20Toutefois on remarque que les anciens employèrent quelquefois le miel et la saumure pour empêcher la décomposition de certains objets. Ainsi on employa du miel pour conserver le corps d’Alexandre-le-Grand, et de la saumure pour conserver celui de Mithridate. Mais ces procédés étaient tout à fait insuffisants.

21Dans l’antiquité il était donc fort difficile d’acquérir de l’instruction ; on n’y pouvait parvenir qu’avec beaucoup de temps et de dépenses. Les naturalistes anciens ont tous fait des voyages fort longs et fort dispendieux. Hérodote fut jusqu’aux confins de l’Arabie pour examiner des squelettes de dragons dévorés par des ibis, ou plutôt des serpents dont le Nil avait rejeté les ossements. Après Pythagore, Apollonius de Thyanes fit le voyage des Indes. On conçoit que de tels voyages n’étaient à la portée que d’un très-petit nombre d’hommes. Aussi les sciences, comme nous l’avons dit, marchèrent-elles fort lentement.

22Le premier qui eut l’idée ou les moyens de former une collection d’objets d’histoire naturelle, est Apulée. Cette innovation parut si étrange de son temps qu’on en fit un des chefs de l’accusation de magie qui fut portée contre lui. Dans sa défense sur ce point, il déclara qu’il avait voulu apprécier par lui-même les merveilles de la Providence, au lieu de s’en rapporter à cet égard aux récits de son père ou de sa nourrice.

23Aujourd’hui nous pouvons consulter des collections de gravures très-exactes dans les bibliothèques et dans les cabinets publics. Les anciens n’avaient pas cet avantage. Aristote avait bien joint à ses ouvrages quelques figures faites à la main ; mais nous avons vu qu’elles ne purent être conservées. Il existe quelques exemplaires de Dioscoride, dans lesquels se trouvent des figures faites à la plume ; mais elles sont toutes fort grossières, et le plus grand nombre ne pourrait servir à déterminer avec exactitude les plantes qu’elles sont censées représenter. D’ailleurs ces figures manuscrites, outre qu’elles occasionnaient une grande dépense, s’altéraient nécessairement d’une copie à une autre par suite de la négligence ou de l’inhabileté des dessinateurs. L’art de la gravure, qui a remédié à ces inconvénients, ne date, en Europe que de la fin du moyen âge. Le génie des arts, qui présidait chez les anciens à la peinture, à la sculpture et à l’architecture, n’a été évidemment d’aucune utilité aux sciences naturelles.

24Les dernières causes qui retardèrent, dans l’antiquité, le développement de ces sciences, furent l’absence de plusieurs moyens d’observation. Le microscope et la loupe n’étaient point encore inventés, et sans ces instruments, qui datent, comme la gravure, des dernières années du Moyen Âge, nous serions encore, comme les anciens, dans l’ignorance d’un monde nouveau et presque infini, et il nous aurait été impossible de connaître beaucoup de structures délicates qui échappent à nos yeux.

25Nous ajouterons que l’antiquité ne savait pas injecter les cadavres ; qu’on y paraît avoir seulement insufflé les viscères, quelquefois les vaisseaux, pour en examiner la forme. Les anciens enfin manquaient de la ressource des réactifs chimiques pour connaître la composition intime des corps.

26Loin de nous étonner de la lenteur du progrès des sciences dans l’antiquité, nous lui devons plutôt des louanges pour les travaux remarquables qu’elle a accomplis en si peu de temps et avec si peu de moyens, puisqu’elle n’avait ni nomenclature fixe, ni collections, ni figures, ni instruments d’optique, ni connaissance des procédés d’injection des cadavres. Ce sont deux ou trois hommes seulement qui ont créé et presque perfectionné les diverses sciences que connaissaient les anciens. Aristote, Hippocrate et Théophraste ont seuls suffi à ces étonnants travaux. Après eux, les sciences restèrent stationnaires jusqu’à la fin du iie siècle de notre ère. Mais alors Galien parut, et ce grand homme fit faire à plusieurs sciences de nouveaux progrès. Après sa mort, la décadence des connaissances positives commença et se prolongea jusqu’à l’époque où les invasions des barbares détruisirent, en même temps que l’empire romain, les lettres, les sciences et toute la civilisation de l’antiquité.

27Nous allons aujourd’hui vous donner une idée de ces peuples barbares. L’espèce humaine est composée de plusieurs races principales, qu’on a subdivisées en familles ou races secondaires.

28Le nom de race caucasique a été donné à celle qui habite l’Europe et une partie du continent indien, située en deçà du Gange. Dès l’origine, cette race primitive fut subdivisée en plusieurs familles :

  1. La famille sémitique, à laquelle appartiennent les nations qui parlent des langues analogues à l’hébreu, comme l’arabe, le syriaque, l’éthiopien, etc. ;
  2. La famille indienne, dont la langue originaire est le sanscrit, et d’où proviennent la plupart des nations de l’Europe ; les peuples qu’elle comprend pourraient être divisés en Pélagiens et en Latins ;
  3. La famille esclavonne, distribuée à l’orient de l’Europe, et répartie en Bohême, en Pologne et en Russie ;
  4. Enfin, la famille teutonique qui occupe les régions septentrionales de l’Europe, telles que la Suède, le Danemarck, l’Allemagne, l’Angleterre, etc.

29Les Grecs avaient commencé, sous Alexandre, la conquête des familles indienne et sémitique.

30L’empire romain les réunit presque entièrement sous sa domination. Mais sa puissance échoua toujours devant les peuples teutoniques, qui occupaient l’Allemagne et les pays situés au nord et à l’est de cette région. Ces peuples se maintiennent indépendants jusqu’au temps où ils parvinrent à envahir l’empire romain qui les avait souvent attaqués.

31César avait essayé deux fois de porter les armes romaines chez eux, deux fois il avait passé le Rhin ; mais son génie et ses talents militaires échouèrent toujours contre la valeur des Germains.

  • 7 [Publius Quintilius Varus (mort en 9 apr. J.-C.), général romain dont la perte de trois légions ro (...)

32Les tentatives d’Auguste et de Tibère contre ces peuples ne furent pas moins inutiles. Sous le premier de ces empereurs, l’armée de Varus7 fut exterminée dans la Germanie.

  • 8 [La Dacie, dans l’Antiquité, était un territoire de la région des montagnes des Carpates et de la (...)

33Trajan, plus heureux, passa le Bas-Danube et établit dans la Dacie8 la domination romaine ; mais les Germains, sentant toute l’importance de cet événement, changèrent leurs habitudes sociales. Au lieu de rester divisés en petites tribus comme ils l’avaient été jusque là, ils se réunirent en grandes confédérations, afin de repousser l’invasion romaine. Dès l’an 200 de notre ère, existait sur le Haut-Rhin la confédération des Allemands ; en 237, celle des Francs sur le Bas-Rhin ; en 286, celle des Saxons sur les côtes de la Baltique. En 220, s’était formée, dans la Pologne et la Russie méridionale, la confédération des Goths qui constituaient un vaste empire, séparé en deux royaumes par le Dnieper ; à l’orient, était celui des Ostrogoths ; à l’occident, celui des Visigoths ; plus au nord et à l’orient, se trouvaient les Suèves et les Vandales.

34Ces peuples puissants menaçaient, dès le milieu du iiie siècle, l’empire romain. Il résista, à force d’auxiliaires, pendant un siècle et demi ; mais, pendant ce long espace de temps, ses ennemis s’instruisirent dans l’art de la guerre, et ils parvinrent bientôt à pénétrer et à s’établir dans toutes ses provinces.

35Nous continuerons, dans la prochaine séance, cet examen de l’empire romain et des peuples qui l’attaquèrent.

Notes

1 [Archimède (né c. 290-280 av. J.-C. ; mort en 212 ou 211 av. J.-C., Syracuse, Sicile), est le plus célèbre des mathématiciens et des inventeurs grecs de l’Antiquité. Il séjourna probablement en Égypte pendant sa carrière, mais il vécut la plupart de sa vie à Syracuse, où il était très proche du roi Hiéron II. Archimède publia ses ouvrages sous la forme de lettres avec les mathématiciens les plus importants de son temps, y compris les érudits Alexandre Conon de Samos et Ératosthène de Cyrène. Il joua un rôle important dans la défense de Syracuse lors du siège infligé par les Romains en 213 av. J.-C. en construisant des machines de guerre si efficaces qu’elles permirent de retarder la prise de Syracuse pendant une longue période. Mais Syracuse fut finalement conquise par le général romain Marcus Claudius Marcellus en automne 212 ou au printemps de l’année 211 av. J.-C., et Archimède fut tué lors de l’attaque de la ville.]

2 [Les cryptogames sont les végétaux à spores également connus sous le nom de ptéridophytes. Le nom ptéridophyte, tombé en désuétude en taxonomie systématique, provient des mots grecs signifiant plante à plume. Dans les classifications anciennes, la division des ptéridophytes incluait la mousse, la prêle, la fougère, et d’autres groupes fossiles différents. Dans les classifications plus récentes, les ptéridophytes et les spermatophytes (plantes à graines) sont placés dans la division, ou phylum, des Tracheophyta.]

3 [Les Égyptiens possédaient une connaissance extraordinaire de la métallurgie. Ils utilisaient l’oxyde ferrique pour fabriquer du verre blanc opaque ; le bleu turquoise provenait du cuivre, et le même métal était utilisé pour le verre rouge et vert. Le verre transparent était rare à cette époque, non seulement parce qu’il aurait été difficile de le fabriquer sans la connaissance des agents de décoloration, mais aussi parce que la transparence n’était pas nécessaire. Le verre était presque exclusivement utilisé pour la décoration personnelle, et, à cause de la difficulté et du coût de fabrication, on lui attribuait une valeur égale à celle des pierres précieuses, avec lesquelles il était souvent combiné.]

4 [Vienne ? Cuvier ou son éditeur parlait sûrement de Venise.]

5 [Calydon est une ancienne cité d’Étolie, en Grèce, située sur la rivière Evinos, à 9,5 kilomètres à l’est de la ville moderne de Missolonghi. On raconte que la ville fut fondée par Calydon, fils d’Étole ; Méléagre et d’autres héros y chassaient le sanglier de Calydon ; ses habitants participèrent à la Guerre de Troie.]

6 [Massinissa, s’écrit également Masinissa (c. 240 av. J.-C.-148), gouverneur du royaume nord-africain de Numidie, allié de Rome dans les dernières années de la Deuxième Guerre Punique (218-201). Son influence perdura car le développement économique et politique qui se produisit en Numidie sous son règne servit de base au développement futur de la région par les Romains.]

7 [Publius Quintilius Varus (mort en 9 apr. J.-C.), général romain dont la perte de trois légions romaines par les Germains lors de la Bataille de Teutoburg causa un immense choc à Rome et bloqua l’expansion romaine au-delà du Rhin.]

8 [La Dacie, dans l’Antiquité, était un territoire de la région des montagnes des Carpates et de la Transylvanie, dans l’actuelle Roumanie de l’ouest et du centre-nord.]

Table des illustrations

Légende LA GALERIE DE SCULPTURE. Gravure de l’artiste français Auguste Blanchard (1819-1898) d’après le peintre hollandais Lawrence Alma-Tadema (1836-1912). Illustration publiée pour la première fois par Pilgeram & Lefevre en 1877.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540