Version classiqueVersion mobile

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

6. The waning of the Empire / Le déclin de l’Empire

17. Les derniers siècles de l’Empire

Texte intégral

ARC DE CONSTANTIN. Planche III extraite du chapitre « Antiquités » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 1 de 1762).

ARC DE CONSTANTIN. Planche III extraite du chapitre « Antiquités » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 1 de 1762).

1Nous n’avons trouvé dans le iie siècle presque aucun auteur original. Athénée, Élien, Oppien, quoique intéressants, ne sont que des compilateurs. Galien seul fut observateur, et enrichit les sciences naturelles de plusieurs découvertes. Mais après sa mort tout progrès cessa, et nous aurons à traverser bien des siècles stériles avant de découvrir quelque richesse scientifique.

2Le iiie siècle ne possède aucun auteur de quelque importance. Ceux que je vais citer n’ont pas écrit sur les sciences naturelles proprement dites ; c’est dans des ouvrages d’un autre genre qu’ils nous donnent quelques détails relatifs à ces sciences, encore sont-ils mêlés de beaucoup de fables.

3Cette absence d’auteurs remarquables doit être attribuée aux trois causes que nous allons indiquer.

4Trajan, Adrien, Antonin, Marc-Aurèle avaient bien donné la paix au monde ; mais malheureusement ils n’avaient pris aucune mesure propre à rendre durable la prospérité de l’État romain ; ils n’avaient établi ni ordre régulier de successibilité à l’empire, ni institutions protectrices des peuples.

5Après la mort de Marc-Aurèle, après le règne désastreux de Commode, on ne voit dans l’histoire de l’Empire romain, pendant tout un siècle, qu’une succession de troubles et de révolutions sanglantes. À peine les empereurs sont-ils montés sur le trône qu’ils sont massacrés par leurs soldats ; puis ceux-ci vendent l’empire à un nouvel élu pour lui faire bientôt éprouver le sort de son prédécesseur.

6Dans l’espace d’un siècle, vingt-sept ou vingt-huit empereurs passèrent ainsi sur le trône ; c’est-à-dire que chaque prince, terme moyen, ne régna pas plus de trois ou quatre ans. Dans ce grand nombre de souverains, trois seulement moururent de maladie, tous les autres furent massacrés par les soldats, ou périrent à la guerre.

  • 1 [Dioclétien, de son nom complet Gaius Aurelius Valerius Diocletianus, nom d’origine Dioclès (né en (...)
  • 2 [Code Justinien, en latin Codex Justinianeus, officiellement appelé Corpus Juris Civilis (« Loi Ci (...)

7À la fin du iiie siècle, Dioclétien1 parvint enfin à contenir ces légions turbulentes, qui défaisaient leurs empereurs avec autant de facilité qu’elles les faisaient. L’empire reprit bientôt sous lui sa première splendeur. Les Gaulois, les Africains, les Égyptiens, les Anglais, soulevés en divers temps, furent tous remis sous l’obéissance de l’Empire : les Perses même furent vaincus. Tant de succès au dehors, une administration encore plus heureuse au dedans ; des lois aussi humaines que sages, et que l’on voit encore dans le Code Justinien2 ; Rome, Milan, Autun, Nicomédie, Carthage, embellies par sa munificence ; tout lui concilia le respect et l’amour de l’Orient et de l’Occident, au point que deux cent quarante ans après sa mort on comptait encore et l’on datait de la première année de son règne, comme on comptait auparavant depuis la fondation de Rome.

  • 3 [Maximien, nom complet en latin Marcus Aurelius Valerius Maximianus (né à Sirmium, en Pannonie Inf (...)

8Il n’avait pas craint de se donner un collègue à l’Empire dans la personne d’un soldat de fortune comme lui ; c’était Maximien Hercule3, son ami.

  • 4 [Galère, de son nom complet Gaius Galerius Valerius Maximianus (né près de Serdica, Thrace, aujour (...)
  • 5 [Constance Ier, dit Constance Chlore (le pâle), de son nom d’origine Flavius Valerius Constantius (...)
  • 6 [Claude II le Gothique, de son nom d’origine Marcus Aurelius Valerius Claudius (né en mai 214 à Da (...)

9Il avait encore créé deux Césars ; le premier était un autre Maximien, surnommé Galerius4, qui avait d’abord gardé des troupeaux. Le second César était d’une naissance distinguée ; c’était Constance Chlore5, petit neveu par sa mère de l’empereur Claude II6. Mais Dioclétien avait su être tellement le maître de ses associés, qu’il les avait toujours obligés à le respecter, et même à vivre unis entre eux. Ces princes, avec le nom de Césars, n’étaient au fond que ses premiers sujets : on voit qu’il les traitait en maître absolu ; car, lorsque le César Galerius, ayant été vaincu par les Perses, vint en Mésopotamie lui rendre compte de sa défaite, il le laissa marcher l’espace d’un mille auprès de son char, et ne le reçut en grâce que quand il eut réparé sa faute et son malheur.

  • 7 [Salona ou Solin, ville de la côte dalmatienne, près de la ville moderne de Split, en Croatie, fon (...)

10Dioclétien, étant tombé malade après un règne de vingt années, et se sentant affaibli, donna au monde, pour la première fois, l’exemple de l’abdication de l’Empire. Après avoir recouvré la santé, il vécut encore neuf ans aussi honoré que paisible dans sa retraite de Salone7, le lieu de sa naissance. Pressé de remonter sur le trône après son abdication, il avait préféré la tranquillité de sa vie à l’Empire de la terre.

11Après son règne, les révolutions politiques furent moins fréquentes ; mais d’autres causes empêchèrent les sciences de progresser. C’est surtout dans la fermentation intellectuelle produite par la lutte engagée pour l’établissement du christianisme que nous devons chercher ces causes.

12Pendant le ier siècle les idées chrétiennes s’étaient surtout répandues dans la classe ouvrière, à laquelle elles offraient des consolations. Les apôtres, de même que les premiers pères de l’Église, ceux qu’on a désignés par le nom d’apostoliques, ne prenaient alors pour sujets de leurs indications que des principes de morale énoncés dans un langage à la fois simple et clair, afin d’être parfaitement compris des hommes auxquels ils s’adressaient.

13Mais dans le iie siècle, et surtout dans le troisième, cet état de choses changea. Le christianisme commença de pénétrer dans les classes supérieures de la société. Ses défenseurs doivent en conséquence modifier leur langage et employer les armes de la philosophie elle-même pour combattre les idées philosophiques qui leur faisaient encore obstacle dans une partie des classes qu’ils voulaient convaincre. Une lutte très-active s’engagea dès lors entre les partisans du christianisme et les nouveaux platoniciens, qui allégorisaient pour se défendre contre les nouvelles idées religieuses. L’ardeur des discussions spéculatives fut telle, qu’elle détourna les esprits de l’étude des sciences naturelles, qui exigent des voyages, des recherches minutieuses et un certain appareil. Dans les deux partis, toutes les intelligences cultivées furent absorbées par la querelle importante qui devait décider des croyances d’une partie du globe, et faire disparaître peu à peu le paganisme vaincu.

14Le christianisme étant enfin constitué, il n’était pas dans la nature des choses que ses propagateurs abandonnassent immédiatement les idées abstraites et philosophiques auxquelles ils devaient leur triomphe, pour revenir aussitôt à des études d’un autre genre. Ils continuèrent donc de marcher dans la même direction. L’aversion qu’ils avaient pour tout ce qui se rattachait aux anciennes croyances, s’étendit jusqu’aux écrits qui traitaient des sciences profanes, et il en résulta nécessairement de grandes pertes pour ces sciences.

15Les trois causes principales qui nous paraissent avoir contribué à la décadence des sciences dans les derniers siècles de l’Empire sont donc 1° les troubles civils ; 2° la lutte qui s’engagea entre le paganisme et le christianisme ; 3° l’aversion des chrétiens pour tout ce qui venait du paganisme.

16À ces trois causes se joignit ensuite l’invasion des barbares, qui acheva de rendre toute étude sérieuse absolument impossible.

17Toutefois quelques ouvrages où se rencontrent des passages relatifs aux sciences naturelles, furent écrits pendant cette longue agonie de l’esprit humain. Nous allons essayer de vous en donner une idée.

  • 8 [Bien que Cuvier mentionne « natif de Lemnos », il fait référence non pas à Philostrate de Lemnos (...)
  • 9 [Julia Domna, voir Leçon 15, note 28.]
  • 10 [Damis fut un (prétendu) étudiant et ami de longue date d’Apollonius de Tyane (voir Leçon 12, note (...)

18Le principal de ces ouvrages du iiie siècle est la Vie d’Apollonius de Thyanes, écrite par Philostrate8, pythagoricien, natif de Lemuos. Ce philosophe jouissait à Rome d’un grand crédit auprès de l’empereur Sévère, et particulièrement de sa femme, l’impératrice Julie9, qui aimait beaucoup la rhétorique, et par ordre de laquelle il composa son histoire. Il se servit surtout pour ce travail de notes écrites par un nommé Damis10, disciple d’Apollonius et compagnon de ses voyages.

19Apollonius fut du petit nombre des philosophes qui firent par terre le voyage de l’Inde. Philostrate a consigné dans la vie de ce thaumaturge célèbre qu’on opposait à Jésus-Christ, un assez grand nombre d’observations nouvelles, particulièrement sur les éléphants, qu’il dit varier à certains égards, selon qu’ils sont originaires des montagnes, des marais ou de la plaine. L’ivoire des éléphants de marais est, suivant Apollonius, livide et plein de nœuds qui le rendent difficile à travailler. L’ivoire des éléphants de montagnes est fort blanc et propre à être travaillé ; mais il est d’un petit volume. Le meilleur est celui des éléphants de plaine ; il est fort blanc, de grandes dimensions et très-facile à tourner. Les Indiens disent que les éléphants de marais sont stupides ; que ceux de montagnes sont méchants ; mais que ceux de la plaine sont doux et dociles, qu’ils dansent et sautent au son de la flûte.

  • 11 [Porus (fl. ive siècle av. J.-C.), prince indien qui gouverna la région située entre les rivières (...)
  • 12 [Taxila est une ville de l’Antiquité du nord-ouest de l’Inde, dont les ruines se situent à 35 kilo (...)

20Il est peu probable qu’Apollonius ait vu dans l’Inde, encore vivant, un des éléphants qui avaient servi Porus11 contre Alexandre quatre siècles auparavant. Cependant Philostrate rapporte que ses voyageurs ont vu près de la ville de Taxilla12 un éléphant que les habitants parfumaient et ornaient de bandelettes, parce qu’il avait été pris à Porus par Alexandre, et consacré par celui-ci au soleil, à cause de sa valeur dans les combats. Cet animal avait autour des défenses des anneaux d’or sur lesquels était gravée en grec cette inscription : Alexandre, fils de Jupiter, a consacré Ajax au soleil. Ajax était le nom qu’Alexandre avait donné à l’éléphant.

21Du reste, tout ce que Philostrate raconte des mœurs, de la docilité des éléphants, et des soins qu’ils prennent de leurs petits, est parfaitement exact.

22Ce qu’il dit de la similitude des productions de l’Indus et du Nil est également vrai. On trouve dans ces deux fleuves des crocodiles et le lotus. Toutefois il n’est pas certain que l’hippopotame ait jamais existé dans l’Indus.

23Philostrate désigne avec exactitude divers poissons que l’on trouve dans les affluents de l’Indus. Mais il y mêle la description d’un poisson fabuleux nommé paon, parce qu’il a, dit-il, comme l’oiseau de ce nom, une crête bleue, des écailles de plusieurs couleurs et la queue couleur d’or.

24Il parle aussi de chameaux blancs et du rhinocéros de l’Inde, dont la corne servait à faire des vases auxquels les habitants du pays attribuaient la propriété de neutraliser les poisons et de préserver de maladie le jour où on y avait bu. Ces vases étaient réservés pour les rois, et cependant ils n’étaient pas immortels.

25Philostrate rapporte encore qu’Apollonius trouva une femme qui était blanche depuis les pieds jusqu’au sein, et noire sur le reste du corps. Il fait observer que cette femme était consacrée à la Vénus des Indes.

  • 13 Voici l’explication de cette fable : Sur des points du Caucase inaccessibles aux hommes, et où se (...)

26Enfin il entremêle d’autres fables des détails curieux sur les mœurs des singes, auxquels il attribue le soin de cultiver le poivre pour les hommes13.

  • 14 [Marcus Aurelius Olympius Nemesianus (Némésien) (fl. c. 280 apr. J.-C.), poète romain originaire d (...)

27Après Philostrate, les seuls auteurs du iiie siècle qui méritent d’être cités, sont deux poètes : Nemesianus14, de Carthage, et Titus Calpurnius, son élève.

  • 15 [Numérien, en latin Marcus Aurelius Numerius Numerianus (mort en 284), empereur romain de 283 à 28 (...)
  • 16 [Molosse, race disparue de chien de grande stature, utilisé comme chien de garde et comme chien de (...)

28Nemesianus était très-estimé à la cour de Numérien15, qui s’occupa aussi de poésie. Sous le règne de ce prince, de 282 à 284, il publia un poème sur la chasse, dont trois cent vingt-cinq vers seulement nous sont parvenus. On y trouve quelques détails sur divers variétés de chiens, entre autres, sur les chiens de Sparte nommés mollosses16, et sur les chiens de Bretagne, semblables à ceux qu’on désigne aujourd’hui sous le nom de bassets. Nous avons vu dans Oppien que cette race était déjà très-connue de son temps.

  • 17 [Andaloux représente la race de chevaux d’origine espagnole à la démarche hautaine.]

29Nemesianus cite aussi avec distinction les chevaux d’Ibérie, ou andaloux17, dont la race remarquable s’est également maintenue jusqu’à présent.

30Nemesianus avait écrit un autre poème sur la chasse au vol ; mais il ne nous en reste que vingt-huit vers, où sont mentionnés la bécasse et le coq de bruyère.

  • 18 [Titus Calpurnius Siculus (fl. c. A. D. 60), poète de langue latine, auteur de sept églogues bucol (...)
  • 19 [Carin, de son nom complet Marcus Aurelius Carinus (mort en 285 sur la rivière Margus, en Mésie Su (...)
  • 20 [Babiroussa (Babirousa babyrussa), cochon sauvage d’Indonésie, de la famille des Suidés (de l’ordr (...)

31Titus Calpurnius18 a composé des élégies, qui furent publiées sous le règne de Carin19. La septième seule intéresse les naturalistes. L’auteur y décrit des jeux publics où avaient paru des lièvres blancs, et le babyroussa20 que dans ces derniers temps on regardait encore comme un animal fabuleux. Il y parle aussi d’un bœuf à bosse et crinière, qui est évidemment le bison. Enfin il rapporte avoir vu dans les mêmes jeux, des ours combattant contre des phoques.

32Vous voyez que les sciences naturelles n’ont presque rien à glaner dans les ouvrages du iiie siècle. De trois auteurs que nous avons cités, deux étaient poètes. Nous ferons remarquer qu’à cette époque, où la décadence de la littérature n’est pas moins évidente que celle des sciences, le style des poètes se soutient pourtant beaucoup mieux que celui des prosateurs. Cette singularité se remarque à toutes les époques de décadence du même genre.

33Le ive siècle, que nous allons maintenant explorer, est encore plus pauvre que le troisième en productions scientifiques.

  • 21 [Constantin Ier (né le 27 février, probablement à la fin des années 280 apr. J.-C., à Naissus, auj (...)

34Le christianisme, à cette époque, avait déjà fait d’importantes et de nombreuses conquêtes dans l’empire romain : Constantin21 lui-même s’était rangé sous la loi du Christ ; mais en adoptant la nouvelle religion, il n’avait pas détruit complétement le paganisme. Toutes les intelligences actives étaient occupées soit à développer, soit à combattre les croyances chrétiennes. Aussi parmi les ouvrages peu nombreux qui ont trait aux sciences, n’en trouve-t-on pas un qui ne soit écrit dans un but théologique. Tels sont ceux d’Eustathius, archevêque d’Antioche, de saint Ambroise, archevêque de Milan, de Nemesius, évêque d’Émèse en Mésopotamie, et d’Épiphane, évêque de Chypre.

  • 22 [Saint Eustathe d’Antioche, aussi appelé Eustathe le Grand (né à Side en Pamphylie ; mort c. 337, (...)
  • 23 [Arianisme, voir note 22 ci-dessus.]
  • 24 [Sur les Commentaires de l’Hexahemeron ou Des Six Jours de la Création, voir Eustathe, Ancienne ve (...)

35Eustathius22, déposé à l’occasion des querelles de l’arianisme23, a publié sons le titre de Commentaire de l’Hexahemeron24, un ouvrage d’histoire naturelle, distribué selon l’ordre de la création, dans lequel il traite diverses questions de physique à l’occasion de la nature de la lumière produite par le soleil. Il donne quelques détails sur les oiseaux, les quadrupèdes et les poissons ; mais tous ces détails sont tirés d’Aristote, d’Élien ou d’Oppien. Le seul fait qui lui appartient, c’est qu’il désigne pour la première fois la gazelle sous le nom d’antholops.

  • 25 [Saint Ambroise, en latin Ambrosius (né c. 339 apr. J.-C., à Trèves, Gaule ; mort en 397 à Milan ; (...)

36Saint Ambroise25, qui naquit en 340 et mourut en 397, a aussi écrit un ouvrage sur l’Hexahemeron, ou la Création des six jours, divisé comme celui d’Eustathius, mais dans un esprit différent. Il ne s’occupe des animaux que pour y chercher des allégories et développer quelques principes de morale, qui ne sortent pas toujours directement de l’Évangile. Il nomme quelques poissons.

  • 26 [Némésius d’Émèse (fl. à la fin du ive siècle), philosophe chrétien, apologiste, et évêque d’Émèse (...)

37Nemesius26 a écrit un petit traité sur la physiologie humaine, qui est presque tout emprunté à Galien. Son but a été de faire admirer la Providence divine à propos de chaque partie du corps humain.

  • 27 [Saint Épiphane de Salamine (Epiphanus Constantiensis) (né c. 315 en Palestine ; mort en mer en ma (...)

38Épiphane27, le dernier auteur théologien du ive siècle que nous ayons à citer, est un naturaliste presque ridicule. Il a écrit un Commentaire sur le physiologue qui a parlé de chaque genre d’animaux et d’oiseaux, où se trouvent une foule de faits controuvés, et à propos desquels il se livre à des réflexions bizarres. Nous n’en citerons qu’une pour donner une idée des autres. Il assure (contre la vérité) que le lion efface avec sa queue les traces de ses pas, et Épiphane remarque dans ce prétendu fait un emblême du soin que prend Jésus-Christ de cacher ses voies !

  • 28 [Oribase (c. 320-c. 400), médecin et écrivain grec, était le médecin personnel de l’empereur Julie (...)
  • 29 [Julien, nom complet Julien l’Apostat, en latin Julianus Apostata, dont le nom de naissance est Fl (...)

39En l’absence de toute composition originale, et dans un siècle si stérile pour les sciences, on est heureux de rencontrer un recueil de quelque valeur. C’est à Oribase28 que nous le devons. Oribase était médecin de l’empereur Julien29, et il a réuni en un seul ouvrage un grand nombre de traités sur la médecine. Comme il a eu le soin d’indiquer les noms des auteurs auxquels il a fait des emprunts, on remarque qu’il connaissait beaucoup d’ouvrages dont la plupart ne sont pas parvenus jusqu’à nous ; nous n’en savons encore que ce qu’Oribase en a extrait.

40Dans un chapitre sur les aliments tirés des poissons, ce médecin donne des extraits d’un nommé Xénocrate, qu’on a prétendu être le second des philosophes platoniciens. Cette opinion est erronée, car il est question dans les extraits laissés par Oribase de poissons du Tibre, dont le philosophe grec n’aurait certainement pas fait mention. Le Xénocrate cité par le médecin de Julien était sans doute un autre médecin de Rome, qui ne nous est pas connu autrement.

41Le vingt-cinquième livre de l’ouvrage d’Oribase contient un abrégé de l’anatomie de Galien, que l’on a imprimé séparément, parce qu’il est commode pour l’étude.

  • 30 [Végèce est Publius Flavius Vegetius Renatus, auteur datant de l’Empire Romain tardif. On ne conna (...)
  • 31 [Gargilius est Gargilius Martialis qui écrivit un essai sur la chirurgie vétérinaire intitulé Cura (...)

42Végèce30 et Gargilius31 ont laissé deux traités sur l’art vétérinaire ; mais nous n’en parlerons pas autrement, à cause de leur médiocrité.

  • 32 [Rutilius Taurus Aemilianus Palladius, appelé habituellement Palladius, était un auteur romain du (...)

43Nous ferons de même à l’égard d’un traité d’agriculture de Palladius Rutilius Taurus Æmilianus32, qui est écrit d’un style barbare, et fut publié sous le même titre que celui de Columelle sur le même sujet : de Re Rusticâ. Ce serait perdre son temps que de chercher quelque chose d’intéressant dans ces trois ouvrages.

  • 33 [Decius Magnus Ausonius (né c. 310, à Burdigala, Gaule, aujourd’hui Bordeaux, France ; mort c. 395 (...)

44Mais dans le même siècle nous trouvons un ouvrage qui mérite notre attention ; c’est le poème de Decius Magnus Ausonins sur la Moselle33. L’auteur l’écrivit à Trêves.

  • 34 [Gratien, en latin Flavius Gratianus Augustus (né en 359, Sirmium, Pannonie, aujourd’hui Sremska M (...)

45Il avait été professeur de rhétorique d’abord à Bordeaux, ensuite à Rome ; il devint dans cette dernière ville précepteur de l’empereur Gratien34, et finit par être nommé consul.

46Il décrit dans son poème, comme l’indique le titre, les poissons qui habitent la Moselle. On y remarque quatorze espèces qui avaient été presque entièrement inconnues à Aristote.

47Ausonius est le premier auteur qui ait parlé, par exemple, de la truite commune, de la truite saumonée et du barbeau. Les descriptions qu’il fait d’ailleurs du silure et du brochet sont beaucoup plus exactes que celles qui avaient été données avant lui.

48Le style du poème sur la Moselle est supérieur à celui des ouvrages en prose de la même époque ; ce qui confirme encore la remarque que nous avons eu occasion de faire, qu’aux époques de décadence les poètes se soutiennent beaucoup mieux que les prosateurs.

  • 35 [Ammien Marcelllin (Ammianus Marcellinus) (né c. 330 à Antioche en Syrie, aujourd’hui Antakya, Tur (...)

49Ammien Marcellin35 est barbare de style ; mais son ouvrage se recommande par son énergie, par son grand amour de la vérité, et par quelques descriptions intéressantes relatives à l’Égypte.

  • 36 [Saint Augustin (en latin, Augustinus), évêque d’Hippone en Afrique romaine de 396 à 430, personna (...)
  • 37 [Hippone, ancien port de la côte d’Afrique du Nord, situé près de la ville moderne d’Annaba (ancie (...)

50Dans saint Augustin,36 le plus célèbre des pères de l’Église, et qui vécut de 354 à 430, on trouve aussi quelques détails intéressant les sciences naturelles. Cet écrivain parle de quelques poissons et d’ossements fossiles qu’il croyait être des os de géants. Il dit, particulièrement, avoir vu à Hippone37 une dent quarante fois grande comme une dent ordinaire. C’était probablement une dent de mastodonte. Il n’est pas sans intérêt de savoir que du temps de saint Augustin on trouvait en Afrique des débris de mastodontes fossilisés.

51Le traité du même auteur sur la génération contient quelques détails de physiologie qui ne sont pas sans mérite.

52Macrobe (Aur.-Ambroise-Théodose) a écrit deux ouvrages qui sont de quelque importance pour l’histoire des sciences.

  • 38 [Macrobe, ou Aurelius Ambrosius Theodosius Macrobius (fl. c. 400 apr. J.-C.), grammairien et philo (...)
  • 39 [Théodose II (né le 10 avril 401 à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie ; mort le 28 ju (...)
  • 40 [Les Saturnales (voir note 38 ci-dessus), dédiée au fils de Macrobe Eustache, prétend donner un co (...)

53Macrobe38 était grec et vivait à la cour de Théodose le jeune39, où il remplissait des fonctions analogues à celles de grand-chambellan. Il était platonicien et n’avait pas abandonné les croyances du paganisme. Ses deux ouvrages sont : un Commentaire du songe de Scipion et un écrit intitulé : Saturnales40. Le premier contient une exposition des opinions des anciens sur l’astronomie. Le second ressemble à celui d’Athénée. L’auteur y suppose aussi que divers philosophes sont réunis dans un banquet et s’y entretiennent de divers sujets. Cet ouvrage fournit, sur les opinions scientifiques des anciens, des renseignements qu’on n’a pas trouvés ailleurs.

54Le style de Macrobe est mauvais, l’auteur n’écrivant pas dans sa langue ; mais la composition de son livre est supérieure à celle d’Athénée, et les personnages qu’il fait parler sont aussi moins pédants que ceux de ce dernier auteur.

55Nous approchons d’une époque de confusion où s’effectuèrent presque de tous côtés les invasions des barbares dans l’empire romain. Les mœurs, les sciences, les lettres antiques disparurent alors dans un naufrage commun. Aussi n’avons-nous plus que trois auteurs à citer pour terminer l’examen de ceux qui appartiennent à l’antiquité proprement dite.

  • 41 [Sidonius Apollinaris, Gaius (ou Caius) Sollius Modestus Apollinaris Sidonius ou Saint Sidoine Apo (...)

56Le premier est Sidoine Apollinaire41, né à Lyon, et évêque de Clermont en Auvergne.

57Il a écrit des lettres d’un style plus élégant que celui de son époque, et dans lesquelles il décrit la campagne possédait en Auvergne. Il y parle d’un petit lac qui y était compris et des montagnes qui s’élevaient près de ses bords. Les divers détails qu’il donne sont des renseignements précieux sur la topographie du pays à l’époque où il a écrit.

  • 42 [Nous n’avons pu identifier Saint Mamers.]

58Une des lettres de Sidoine Apollinaire à saint Mamers42 a fait croire qu’il y avait en Auvergne, au ve siècle, des volcans en activité. Cet évêque parle dans cette lettre des secours qu’il prodigua aux habitants de son diocèse lorsque les flammes brillaient sur le sommet des montagnes et sur les toits des maisons. Mais malheureusement ce passage n’est pas assez clair pour qu’on puisse décider avec certitude si les flammes dont il y est parlé étaient le résultat d’éruptions volcaniques ou celui des incendies que les barbares allumaient alors trop souvent dans ces temps de désordre général.

  • 43 [Paul Orose (né probablement à Braga en Espagne ; fl. 414-417), défenseur de l’église orthodoxe ch (...)

59Le second auteur que nous ayons à examiner est Paul Orose43, prêtre de Tarragone en Catalogne, et élève de saint Augustin.

  • 44 [Omar ou Umar I, de son nom complet Umar ibn Al-Khattab (né c. 586 apr. J.-C. à La Mecque, Arabie (...)

60Il a écrit à l’instigation de celui-ci une Histoire générale, en sept livres, dans laquelle se trouvent quelques faits scientifiques écrits d’un style barbare. Mais ce qui la rend précieuse pour nous c’est qu’elle contient une justification positive du calife Omar44, que pendant long-temps on avait considéré comme le destructeur de la bibliothèque d’Alexandrie. Orose déclare avoir visité cette bibliothèque et en avoir vu les rayons absolument vides ; ils avaient été saccagés deux cents ans auparavant par les Sarrasins. Omar n’a pu brûler par conséquent que le bâtiment qui contenait les livres de la bibliothèque d’Alexandrie, et non ces livres eux-mêmes.

  • 45 [Martianus Minneus Felix Capella (fl. à la fin du ive et au début du ve siècle apr. J.-C.), origin (...)
  • 46 [Au Moyen Âge, les sept arts libéraux enseignés à l’université étaient le trivium romain, soit la (...)

61Le dernier des auteurs qui ait écrit sous la domination romaine et que nous ayons à examiner, est Martianus Capella45, africain, qui a écrit, vers l’an 490, un mauvais poème intitulé : Noces de la philologie avec Mercure. Il y traite des Sept arts libéraux, et c’est dans cet ouvrage qu’on trouve l’origine de la division des études, adoptée dans les universités. Le maître ès-arts d’autrefois, était celui qui connaissait les sept arts libéraux.46 Ce nombre de sept tenait aux idées des pythagoriciens, chez lesquels il a joué un grand rôle. Ils distinguaient partout des groupes de sept : sept planètes, sept métaux, etc.

62Si à partir de l’époque où nous voici arrivés les sciences restèrent long-temps sans culture, il ne faut pas accuser les barbares de leur extinction. Les sciences se sont détruites d’elles-mêmes par la tournure religieuse qu’elles ont prise. Les esprits cultives ont abandonné les sciences physiques pour des études spéculatives qui n’étaient pas appuyées sur les beaux siècles de la littérature, et l’humanité est ainsi retombée dans la barbarie.

63Nous allons traverser maintenant bien des siècles stériles avant que de nouveaux efforts de l’esprit humain ressuscitent les sciences et leur fassent faire quelques progrès. Car si les barbares n’ont pas détruit les sciences, ils ont du moins beaucoup retardé leur marche. Les chrétiens ont concouru à produire le même résultat en détruisant les livres des païens. Quelques monastères seulement en conservèrent une partie.

64Nous verrons comment l’humanité est enfin sortie de l’épaisseur de ces ténèbres. Dans la prochaine séance nous commencerons cette recherche.

Notes

1 [Dioclétien, de son nom complet Gaius Aurelius Valerius Diocletianus, nom d’origine Dioclès (né en 245 apr. J.-C. à Salone ? en Dalmatie, aujourd’hui Solin en Croatie ; mort en 316, Salone), fut un empereur romain (284-305) qui restaura un gouvernement efficient à l’empire après la période quasi-anarchique du iiie siècle. Sa réorganisation de l’administration générale, fiscale et militaire de l’empire servit de fondation à l’Empire Byzantin oriental, et étaya temporairement l’empire décadent de l’ouest. Son règne fut également connu pour la dernière grande persécution anti-chrétienne.]

2 [Code Justinien, en latin Codex Justinianeus, officiellement appelé Corpus Juris Civilis (« Loi Civile »), est le recueil des lois et des interprétations légales développées sous le règne de l’empereur byzantin Justinien Ier de 529 à 565 apr. J.-C. Ces textes ne constituèrent pas réellement un nouveau code légal, il s’agissait plus exactement de deux ouvrages de référence mis en page par un comité de juristes sous le règne de Justinien, lesquels ouvrages comprenaient un recueil de lois anciennes et d’extraits des opinions de grands juristes romains. Ces ouvrages incluaient également les grandes lignes de la loi romaine ainsi que les nouvelles lois de Justinien.]

3 [Maximien, nom complet en latin Marcus Aurelius Valerius Maximianus (né à Sirmium, en Pannonie Inférieure (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie) mort en 310), empereur romain avec Dioclétien de 286 à 305 apr. J.-C. D’origine modeste, Maximien s’éleva dans l’armée grâce à ses talents militaires, et devint un officier de confiance et ami de l’empereur Dioclétien, lequel fit de lui un César (empereur romain adjoint) en 285, et Auguste (empereur) l’année suivante.]

4 [Galère, de son nom complet Gaius Galerius Valerius Maximianus (né près de Serdica, Thrace, aujourd’hui Sofia en Bulgarie ; mort en 311), empereur romain de 305 à 311, connu pour sa persécution des chrétiens. D’origine modeste, Galère se fit remarquer par sa carrière militaire. Le 1er mars 293, il fut nommé César par l’empereur Dioclétien, gouverneur de l’empire oriental. Lorsque Dioclétien abdiqua le 1er mai 305, Galère devint Auguste (empereur) de l’Est, gouvernant les Balkans et l’Anatolie.]

5 [Constance Ier, dit Constance Chlore (le pâle), de son nom d’origine Flavius Valerius Constantius (mort l’été de l’année 306 à Eboracum en Grande-Bretagne, aujourd’hui York, Yorkshire, Angleterre), empereur romain et père de Constantin Ier le Grand. Membre de la tétrarchie composée de quatre gouverneurs et créée par l’empereur Dioclétien, Constance porta le titre de César de 293 à 305, et de César Auguste en 305-306.]

6 [Claude II le Gothique, de son nom d’origine Marcus Aurelius Valerius Claudius (né en mai 214 à Dardanie en Mésie Supérieure ; mort en 270 à Sirmium, en Pannonie Inférieure), empereur romain en 268-270 dont le couronnement de sa carrière fut sa victoire décisive contre les envahisseurs Gothiques (d’où le nom de Gothicus) originaires des Balkans en 269.]

7 [Salona ou Solin, ville de la côte dalmatienne, près de la ville moderne de Split, en Croatie, fondée par les grecs qui commencèrent à s’y établir dès le ive siècle.]

8 [Bien que Cuvier mentionne « natif de Lemnos », il fait référence non pas à Philostrate de Lemnos (né c. 190 apr. J.-C.) mais à Flavius Philostrate l’Athénien (né c. 170 apr. J.-C. ; mort c. 245), ancien écrivain grec qui étudia à Athènes et qui, après l’an 202, fit partie du cercle philosophique de l’impératrice syrienne de Rome, Julia Domna (voir Leçon 15, note 28). À sa mort, il s’établit à Tyre. Il écrivit « Sur la Gymnastique » Gymnasticus (traité sur les compétitions athlétiques) ; une vie du philosophe pythagoricien Apollonius de Tyane ; « Vie des Sophistes » (Bioi sophison) un essai à la fois sur les sophistes classiques du ve siècle av. J.-C. et sur les philosophes et rhétoriciens plus récents ; un discours sur la nature et la loi ; et les épîtres (« Lettres d’Amour »), dont l’un servit de base au poète anglais du xvie siècle Ben Jonson pour son poème « Bois à ma Santé, Seulement avec Tes Yeux » (voir Philostrate, Philostratus and Eunapius ; the lives of the Sophists, London : W. Heinemann ; New York : G. P. Putnam’s Sons, 1922, 595 p. ; Traité sur la gymnastique [texte grec accompagné d’une traduction en regard et de notes par Daremberg Charles], Paris : F. Didot frères, fils & Cie, 1858, xxiii + 99 p. ; Apollonius de Tyane : sa vie, ses voyages, ses prodiges [trad. du grec par Chassang A. ; présentation et notes de Rachet Guy], Paris : Sand, 1995, 348 p.]

9 [Julia Domna, voir Leçon 15, note 28.]

10 [Damis fut un (prétendu) étudiant et ami de longue date d’Apollonius de Tyane (voir Leçon 12, note 1), le célèbre philosophe et professeur pythagoricien qui vécut à la fin du ier et au début du iie siècle apr. J.-C.]

11 [Porus (fl. ive siècle av. J.-C.), prince indien qui gouverna la région située entre les rivières Jhelum et Chenab pendant l’invasion du Panjab par Alexandre III le Grand (327-326 B. C.) Contrairement à son voisin Ambhi, roi de Taxila (Taksashila), Porus résista à Alexandre. Mais avec ses éléphants et son infanterie avançant ensemble d’un rythme lent, Porus était battu d’avance devant la cavalerie mobile et les archers à cheval d’Alexandre lors de la bataille de l’Hydaspe. Impressionné par ses techniques et son courage, Alexandre lui permit de garder son royaume, et il se peut qu’il lui céda également quelques terres qu’il avait conquises. Devenu partisan d’Alexandre, Porus occupa ensuite la position de gouverneur adjoint de Macédoine jusqu’à son assassinat, commandité par Eudamus après la mort d’Alexandre entre 321 et 315 av. J.-C.]

12 [Taxila est une ville de l’Antiquité du nord-ouest de l’Inde, dont les ruines se situent à 35 kilomètres au nord-ouest de Rawalpindi au Pakistan. La prospérité dont elle jouit pendant l’Antiquité reposa sur sa position géographique, à la jonction de trois grandes routes du commerce : l’une venant de l’est de l’Inde, décrite par un auteur grec, Mégasthène, comme « la Voie Royale », la deuxième venant de l’Asie occidentale, et la troisième venant de Cachemire et d’Asie Centrale.]

13 Voici l’explication de cette fable : Sur des points du Caucase inaccessibles aux hommes, et où se trouvent des antres habités par des singes, naissent beaucoup de poivriers. Les Indiens cueillent les grappes de ceux de ces arbres qui sont à leur portée et les jettent comme une chose inutile sur de petites places qu’ils ont préparées. Les singes, de leurs antres, voient les mouvements des Indiens ; ils viennent la nuit les répéter ; ils détachent les grappes des poivriers et les jettent aussi sur les petites places où les Indiens en ont déjà jeté. Ceux-ci reviennent le lendemain matin et emportent une abondante récolte de poivre qui ne leur a coûté aucun travail. [M. de St.-Agy.]

14 [Marcus Aurelius Olympius Nemesianus (Némésien) (fl. c. 280 apr. J.-C.), poète romain originaire de Carthage, auteur de poésie bucolique et didactique. Parmi les œuvres qu’il nous reste de lui se trouvent quatre églogues et un poème inachevé sur la chasse (Les Cynégétiques). On lui attribue également deux petits fragments sur la chasse aux oiseaux (De aucupio) (voir Némésien (Marc-Aurèle), Les Cynégétiques de Némésien : édition critique, Antwerpen : De Sikkel, 1937, 9-65 + [1] p. + 3 pl. ; The Eclogues of Calpurnius Siculus and M. Aurelius Olympius Nemesianus [trad. en anglais avec introduction, commentaires et annexe de Keene Charles Haines], Hildesheim : G. Olms, 1969, 211 p. ; Œuvres de Némésien [texte établi et traduit par Volpilhac Pierre], Paris : Les Belles Lettres, 1975, 153 p. ; The Eclogues and Cynegetica of Nemesianus [trad. en anglais avec introduction et commentaires de Williams Heather J.], Leiden : E. J. Brill, 1986, 197 p.) Ses quatre églogues sont dans la tradition de Virgile et furent également influencées par Calpurnius (voir note 18 ci-dessous). Bien qu’elles soient imitatives et conventionnelles dans la forme et l’imagerie, elles sont agréables de par leur mouvement mélodieux et leur formulation régulière. Les Cynégétiques donne des informations sur les chiens, les chevaux, et l’équipement de chasse ; c’est un texte écrit avec beaucoup de grâce, dans le style littéraire des Géorgiques de Virgile et des Cynégétiques de Grattius (cf. Virgile, Géorgiques [texte traduit par Saint-Denis Eugène de ; introduction, notes et postface par Pigeaud Jackie], Paris : Les Belles Lettres, 1998, li + 172 p. ; Grattius, Cynegeticon quae supersunt ; cum prolegomenis, notis criticis, commentario exegetico [edidit Enk Petrus Johannes], Hildesheim ; New York : G. Olms, 1976, 153 p.)]

15 [Numérien, en latin Marcus Aurelius Numerius Numerianus (mort en 284), empereur romain de 283 à 284. Il succéda à son père Carus l’été de l’année 283, au milieu d’une guerre avec les Sassanides. Numérien était empereur à l’est, et son frère Carin gouvernait l’ouest. Numérien ramena son armée au pays, mais il contracta une maladie oculaire débilitante. Vers la fin de l’année 284, après que l’armée ait atteint le Bosphore, Numérien fut retrouvé mort. Son beau-père, Aper, qui assurait la commande de l’armée, fut accusé de son meurtre et executé. Le trône revint à Dioclétien, commandant de la garde impériale.]

16 [Molosse, race disparue de chien de grande stature, utilisé comme chien de garde et comme chien de combat en Angleterre pendant 2 000 ans. Les chiens de ce genre sont mentionnés dans les archives européennes et asiatiques depuis plus de 3 000 ans. Les envahisseurs romains en Angleterre envoyaient le mastiff dans les arènes de Rome où le chien était jeté en combat contre les ours, les lions, les tigres, les taureaux, d’autres chiens et des gladiateurs. Cette race combattit également dans les arènes de combat d’Angleterre contre les taureaux et les ours.]

17 [Andaloux représente la race de chevaux d’origine espagnole à la démarche hautaine.]

18 [Titus Calpurnius Siculus (fl. c. A. D. 60), poète de langue latine, auteur de sept églogues bucoliques (Calpurnius Siculus, Les Églogues choisies de Calpurnius [traduites librement en vers français avec le texte et des remarques], Bordeaux : impr. de G. Gounouilhou, 1868, 139 p.) Les Églogues sont dans la tradition de Virgile, dont l’influence sur Calpurnius est omniprésente. Bien qu’ils contiennent certaines références contemporaines, ils n’apportent rien de nouveau au développement de la littérature latine.]

19 [Carin, de son nom complet Marcus Aurelius Carinus (mort en 285 sur la rivière Margus, en Mésie Supérieure, aujourd’hui la rivière Morava en Serbie), empereur romain de 283 à 285 apr. J.-C.]

20 [Babiroussa (Babirousa babyrussa), cochon sauvage d’Indonésie, de la famille des Suidés (de l’ordre Artiodactyla), des îles des Célèbes et de Malacca. Le babiroussa au corps trapu et à la queue courte mesure de 65 à 80 cm au collet. Sa peau est dure et grise, et dépourvue de poil. Il se caractérise principalement par ses canines ou défenses largement développées chez le mâle. La paire supérieure est plus développé, recourbée vers l’arrière et perçant la peau du museau, allant presque jusqu’à toucher son front.]

21 [Constantin Ier (né le 27 février, probablement à la fin des années 280 apr. J.-C., à Naissus, aujourd’hui Nis en Serbie ; mort le 22 mai 337 à Nicomédie), fut le premier empereur à se convertir au christianisme (vers 312 apr. J.-C.). Il amorça l’introduction du christianisme dans l’empire et lança le mouvement de la culture chrétienne qui ouvrit le chemin de l’expansion des cultures médiévales byzantine et occidentale.]

22 [Saint Eustathe d’Antioche, aussi appelé Eustathe le Grand (né à Side en Pamphylie ; mort c. 337, probablement à Thrace ; saint fêté le 16 juillet ; dans l’église orthodoxe, le 21 février), évêque d’Antioche qui s’opposa aux partisans de la doctrine interdite d’Arius lors du Concile de Nicée. Eustathe fut évêque de Bérée (c. 320) et devint évêque d’Antioche peu avant le Concile de Nicée (325). Les intrigues de l’évêque pro-arien Eusèbe de Césarée (voir Leçon 2, note 24) menèrent à la déposition d’Eustathe par le synode d’Antioche (327/330) et à son bannissement de Thrace par l’empereur romain Constantin le Grand. La résistance de ses partisans à Antioche qui créèrent une faction Eustathienne (laquelle survécut jusqu’en 485 environ), se termina par le Schisme de Mélitios, scission au sein de l’église orthodoxe sur la doctrine de la Trinité.]

23 [Arianisme, voir note 22 ci-dessus.]

24 [Sur les Commentaires de l’Hexahemeron ou Des Six Jours de la Création, voir Eustathe, Ancienne version latine des neuf homélies sur l’Hexaéméron de Basile de Césarée [éd. critique avec prolégomènes et tables par Mendieta Émmanuel Amand de et Rudberg Stig Y.], Berlin : Akademie-Verlag, 1958, lxiv + 132 p.]

25 [Saint Ambroise, en latin Ambrosius (né c. 339 apr. J.-C., à Trèves, Gaule ; mort en 397 à Milan ; fête célébrée le 7 décembre), évêque de Milan, critique biblique, il fut l’initiateur des idées qui servirent de base à l’établissement des relations église-état au Moyen Âge. Ses ouvrages littéraires furent acclamés comme chefs d’œuvre d’éloquence en langue latine, et ses talents en matière de musique se remarquent dans les hymnes qu’il créa. On lui attribue également la conversion et le baptême de Saint Augustin d’Hippone, le grand théologien chrétien, et il est considéré comme un évêque exemplaire qui vit l’Église s’élever des ruines de l’Empire Romain.]

26 [Némésius d’Émèse (fl. à la fin du ive siècle), philosophe chrétien, apologiste, et évêque d’Émèse (aujourd’hui Homs en Syrie), il fut l’auteur de Peri physeos anthropou (« De la Nature de l’Homme »), premier recueil connu d’anthropologie théologique présentant une orientation chrétienne. Son traité eut une grande influence sur la théologie philosophique latine byzantine et médiévale (voir Némésius, De la nature de l’homme [traduit pour la première fois du grec en français / par Thibault J. B.], Paris : Hachette, 1844, xv + 276 p. ; Telfer (William) (sous la dir), Cyril of Jerusalem and Nemesius of Emesa, Philadelphia : Westminster Press, 1955, 466 p.)]

27 [Saint Épiphane de Salamine (Epiphanus Constantiensis) (né c. 315 en Palestine ; mort en mer en mai 403 ; fête célébrée le 12 mai), évêque connu dans l’histoire des débuts de l’Église Chrétienne pour sa lutte contre les croyances qu’il considérait hérétiques. Il cibla principalement les enseignements d’Origène, théologien influent de l’Église d’Orient. Les attaques d’Épiphane, lequel considérait Origène plus comme un philosophe grec qu’un chrétien, contribuèrent à discréditer les principes d’Épiphane.]

28 [Oribase (c. 320-c. 400), médecin et écrivain grec, était le médecin personnel de l’empereur Julien l’Apostat (voir note 29 ci-dessous). Il étudia à Alexandrie sous Zénon de Chypre avant de rejoindre l’escorte de Julien. Il participa au couronnement de Julien en 361, et resta près de l’empereur jusqu’à la mort de Julien en 363. À la suite de cet événement, Oribase fut exilé pendant un certain temps, avant d’être rappelé plus tard par l’empereur Valens.]

29 [Julien, nom complet Julien l’Apostat, en latin Julianus Apostata, dont le nom de naissance est Flavius Claudius Julianus (né en 331/332 apr. J.-C. à Constantinople ; mort le 26/27 juin 363 à Ctésiphon en Mésopotamie), empereur romain (361-363 apr. J.-C.), neveu de Constantin le Grand, érudit et chef militaire de renom qui fut proclamé empereur par ses troupes. Ennemi obstiné de la chrétienté, il annonça publiquement sa conversion au paganisme (361), obtenant ainsi son nom de « l’Apostat ».]

30 [Végèce est Publius Flavius Vegetius Renatus, auteur datant de l’Empire Romain tardif. On ne connait rien de sa vie ou de son statut, si ce n’est ce qu’il nous dit dans ses deux ouvrages : Epitoma rei militaris (également appelé De Re Militari ; voir Végèce, Les institutions militaires [présentation et notes de François Reyniers ; introduction par Nachin L.], Paris : Berger-Levrault, 1948, lxviii + 176 p.), et le texte moins connu Digesta Artis Mulomedicinae, guide de médecine vétérinaire datant de c. 430-435 (Végèce, Digestorum artis mulomedicine libri [trad. par Lommatzsch E.], Leipzig : B. G. Teubner, 1903, xiii + 342 + [2] p.), œuvres qui sont parvenues jusqu’à nous.]

31 [Gargilius est Gargilius Martialis qui écrivit un essai sur la chirurgie vétérinaire intitulé Curae Bourn ex Corpore Gargilii Martialis dont seulement un court fragment abîmé a survécu. Il fut publié par Johan Matthias Gesner (érudit classique allemand et maître d’école, 1691-1761 ; à ne pas confondre avec Conrad Gessner, 1516-1565 ; voir Leçon 13, note 18) dans son œuvre Scriptores Rei Rusticae Veteres Latini of 1735.]

32 [Rutilius Taurus Aemilianus Palladius, appelé habituellement Palladius, était un auteur romain du ive siècle apr. J.-C. Il est connu pour son livre sur l’agriculture Opus agriculturae (parfois connu sous le nom de De Re Rustica), traité en quatorze parties sur la vie à la ferme, présentant en détail les instructions, mois par mois, des activités typiques d’une année dans une ferme à Rome (voir Palladius, Traité d’agriculture [texte établi, traduit et commenté par Martin René], Paris : Les Belles Lettres, 1976, lxvii + 209 p.) La plus grande partie du livre est en prose, mais la dernière partie, intitulée « De Insitione » (Des Arbres Fruitiers), est écrite en vers élégiaques.]

33 [Decius Magnus Ausonius (né c. 310, à Burdigala, Gaule, aujourd’hui Bordeaux, France ; mort c. 395, à Burdigala), poète et rhétoricien de langue latine digne d’intérêt principalement pour sa passion de la scène provinciale de sa Gaule native. Ausonius ne nous a laissé aucune œuvre de qualité remarquable. Son plus long poème, sur le fleuve de la Moselle, présente presque la nature à la manière du poète romantique anglais William Wordsworth (1770-1880), avec des descriptions du paysage changeant au fil du fleuve à travers la campagne (Ausone, uvres compleÌtes [traduit du latin par Pomier Charles ; révision du texte par Germain Yves], Clermont-Ferrand : Paleo, 2006, 263 p.)]

34 [Gratien, en latin Flavius Gratianus Augustus (né en 359, Sirmium, Pannonie, aujourd’hui Sremska Mitrovica en Serbie ; mort le 25 août 383 à Lugdunum, aujourd’hui Lyon, France), empereur romain de 367 à 383.]

35 [Ammien Marcelllin (Ammianus Marcellinus) (né c. 330 à Antioche en Syrie, aujourd’hui Antakya, Turquie ; mort en 395 à Rome), dernier historien de premier plan romain, dont le travail couvrit l’histoire de l’Empire Romain tardif jusqu’en 378.]

36 [Saint Augustin (en latin, Augustinus), évêque d’Hippone en Afrique romaine de 396 à 430, personnalité majeure de l’Église Occidentale de l’époque ; il est en général reconnu comme l’un des plus grands penseurs de l’Antiquité chrétienne. Il fut le creuset de la pensée qui fusionna le christianisme à la tradition philosophique platonique. Il fut ainsi à l’origine du système de pensée (augustinisme) qui fut transmis à la chrétienté du catholicisme médiéval romain et au protestantisme de la Renaissance.]

37 [Hippone, ancien port de la côte d’Afrique du Nord, situé près de la ville moderne d’Annaba (ancienne Bône) en Algérie, fut probablement établi par les Carthaginois au ive siècle av. J.-C. Sous le contrôle des Romains, la ville fut d’abord une municipalité (municipium) (communauté qui jouissait de certains droits accordés aux citoyens de l’Empire Romain) et ensuite une colonie (colonia) (territoire romain jouissant de tous les droits de citoyenneté). Le personnage le plus important de la ville, lequel devint plus tard un Père de l’Eglise, fut Saint Augustin (voir note 36 ci-dessus), il y fut évêque de 395 à 430.]

38 [Macrobe, ou Aurelius Ambrosius Theodosius Macrobius (fl. c. 400 apr. J.-C.), grammairien et philosophe de langue latine dont l’œuvre principale est Saturnales, dernier exemple connu d’une longue série d’ouvrages sous forme de réunions dans la lignée du Banquet de Platon (cf. Macrobe, Les Saturnales [trad. nouvelle avec introd. et notes par Bornecque Henri et Richard François], Paris : Garnier frères, 1938, 2 vol. ; Platon, Le Banquet [texte établi et traduit par Vicaire Paul ; préface de Steiner Georges ; notes de L’Yvonnet François], Paris : Les Belles Lettres, 2010, xxxii + 176 p.)]

39 [Théodose II (né le 10 avril 401 à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie ; mort le 28 juillet 450), empereur romain d’Orient de 408 à 450. Ce fut un homme érudit, gentil, et facilement influençable, qui laissa son gouvernement être dirigé par une succession de membres de sa famille et de ministres.]

40 [Les Saturnales (voir note 38 ci-dessus), dédiée au fils de Macrobe Eustache, prétend donner un compte-rendu des discussions qui eurent lieu dans des maisons privées la veille des Saturnales, et pendant les trois jours du festival. Le commentaire de Macrobe sur Le Rêve de Scipion de Cicéron dans De la République, est une œuvre néo-platonique en deux tomes (voir Macrobius, Commentaire au Songe de Scipion [texte établi, traduit et commenté par Armisen-Marchetti Mireille], Paris : Les Belles Lettres, 2001-2003, 2 vol.) Il ne reste que des fragments d’un troisième texte écrit par Macrobe, intitulé De differentiis et societatibus Graeci Latinique verbi (« Des Différences et Similitudes entre les Mots Grecs et Latins ») (Macrobius, Macrobii Theodosii, de verborum Graeci et Latini differentiis vel societatibus excerpta, a cura di Paolo De Paolis, Urbino : QuattroVenti, 1990, lxv + 198 p.)]

41 [Sidonius Apollinaris, Gaius (ou Caius) Sollius Modestus Apollinaris Sidonius ou Saint Sidoine Apollinaire (né le 5 novembre c. 430, mort c. août 489), poète, diplomate, et évêque, il est considéré comme l’auteur le plus important de la Gaule du ve siècle (voir Goldberg (Eric J.), « The Fall of the Roman Empire Revisited : Sidonius Apollinaris and His Crisis of Identity », Essays in History, vol. 37, 1995, pp. 1-15).]

42 [Nous n’avons pu identifier Saint Mamers.]

43 [Paul Orose (né probablement à Braga en Espagne ; fl. 414-417), défenseur de l’église orthodoxe chrétienne, théologien, et auteur de la première histoire du monde à être écrite par un chrétien. En 416, Augustin lui demanda d’écrire une apologie historique du christianisme, Historiarum adversus paganos libri VII (voir Orose (Paul), Histoires : contre les païens. Tome III, Livre VII [texte établi et traduit par Arnaud-Lindet Marie-Pierre], Paris : Les Belles Lettres, 1991, 217 p.) Ce livre raconte l’histoire du monde depuis sa création jusqu’à la fondation et l’histoire de Rome jusqu’en 417 apr. J.-C. Orose y décrit les catastrophes qui échurent à l’humanité avant le christianisme, essayant de prouver ainsi que les calamités du Bas-Empire Romain n’étaient pas dues à la conversion chrétienne. Le livre d’Orose jouit d’une grande popularité au début du Moyen Âge en Europe, mais seul son récit couvrant les années postérieures à 378 apr. J.-C. présente un intérêt aux érudits modernes.]

44 [Omar ou Umar I, de son nom complet Umar ibn Al-Khattab (né c. 586 apr. J.-C. à La Mecque, Arabie Saoudite d’aujourd’hui ; mort le 3 novembre 644 à Medina, en Arabie Saoudite), successeur d’Abu Bakr et deuxième calife musulman (634-644), sous lequel les armées arabes conquirent la Mésopotamie et la Syrie, et commencèrent la conquête de l’Iran et de l’Égypte.]

45 [Martianus Minneus Felix Capella (fl. à la fin du ive et au début du ve siècle apr. J.-C.), originaire d’Afrique du Nord et défenseur à Carthage, dont la prose et la poésie furent d’une grande influence culturelle jusqu’au Moyen Âge. L’œuvre principale de Capella fut écrite peut-être vers 400 mais certainement avant 439 apr. J.-C. (Capella (Martianus), Les noces de Philologie et de Mercure, tome VII, livre VII : L’arithmétique [texte établi et traduit par Guillaumin Jean-Yves], Paris : Les Belles Lettres, 2003, cvi + 151 p.) Le titre de son œuvre complète est inconnue, mais les manuscrits indiquent comme titre des deux premiers tomes De la Philologie et Mercure, et des sept autres De l’Art Grammatical, De l’Art de la Dialectique, De l’Art de la Rhétorique, De la Géométrie, De l’Arithmétique, De l’Astrologie, et De l’Harmonie.]

46 [Au Moyen Âge, les sept arts libéraux enseignés à l’université étaient le trivium romain, soit la grammaire, la rhétorique, et la logique ; et le quatrivium de Pythagore, l’arithmétique, la musique, la géométrie, et l’astronomie.]

Table des illustrations

Titre ARC DE CONSTANTIN. Planche III extraite du chapitre « Antiquités » de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 1 de 1762).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search