Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Pliny, his Contemporaries & Followers / Pline, ses contemporaines & ses partisans

16. Galien de Pergame

Texte intégral

DISSECTION DE L’ORANG-OUTANG. Détail d’une planche anatomique extraite de Camper (Pierre), Natuurkundige verhandelingen van Petrus Camper over den orang outang..., Amsterdam : P. Meijer & G. Warnars, 1782, planche 2, p. 120.

1Galien naquit en 131, sous le règne d’Adrien, dans la ville de Pergame, fameuse par son temple d’Esculape, et autrefois le siège d’un royaume où il existait de riches bibliothèques et où les sciences avaient conservé quelque faveur. Le père de Galien, qui se nommait Nicon, jouissait d’une fortune considérable et possédait des connaissances étendues en philosophie, en astronomie, en géométrie et surtout en architecture, dont il faisait sa principale occupation. Il fut le premier précepteur de son fils, qu’il nomma Galien à cause de sa douceur ; ensuite il le confia aux maîtres les plus distingués de son temps pour qu’ils lui enseignassent la philosophie et les belles-lettres.

2De l’école des stoïciens dans laquelle Galien étudia d’abord, il passa successivement dans celles des académiciens, des épicuriens et des péripatéticiens. Il combattit quelquefois dans ses ouvrages l’épicuréisme et le stoïcisme. Mais il s’attacha spécialement à la secte péripatéticienne, sans cependant en suivre aveuglément les principes. On peut le considérer comme le dernier des sectateurs célèbres de la doctrine d’Aristote. C’est dans cette école surtout qu’il puisa cette force de dialectique qui dans la suite le rendit si redoutable à ses antagonistes.

  • 1 [Pélops, étudiant de Numisianus, et plus tard professeur d’anatomie à Smyrne au temps de Galien ; (...)
  • 2 [Numisianus, étudiant de Quintus et professeur de Pélops qui enseigna l’anatomie à Corinthe. On di (...)
  • 3 [Quintus, professeur de Numisianus, que Galien –bien que prônant rarement l’éloge des médecins aut (...)
  • 4 [Le jayet, ou jais, est une pierre semi-précieuse d’origine organique. Son nom provient du grec Li (...)
  • 5 [L’asphalte est une forme de bitume solide ou très dense, fortement visqueux dérivé du pétrole liq (...)

3Galien n’avait que dix-sept ans lorsque son père, qui croyait aux songes, en eut un par suite duquel il se décida à faire étudier la médecine à son fils. À vingt-un ans Galien écrivit quelques livres sur l’art médical. À vingt-deux ans, ayant perdu son père, il se rendit à Smyrne, où il entendit les leçons de Pélops1. Il alla ensuite à Corinthe pour suivre l’enseignement d’un médecin, nommé Numisianus2, qui développait alors la doctrine de Quintus3, anatomiste fameux qui était mort sans avoir rien écrit. Ardent dans ses études, Galien questionnait tous les élèves de Quintus, et notait tout ce qu’il apprenait des découvertes de ce médecin. Il a même consigné dans ses ouvrages toutes les notions qu’il avait ainsi recueillies, et il en indique la source. Toujours sollicité par la passion de la science, Galien visita les lieux d’où provenaient les médicamens les plus renommés. Il vit en Lycie des mines de jayet4, et observa l’asphalte en Palestine5. En Égypte, et principalement à Alexandrie, il étudia l’anatomie ; mais il n’y acquit pas de grandes notions sur cette branche importante de la médecine. Les personnes qui étaient alors chargées de la fonction des embaumemens négligeaient beaucoup l’étude de l’anatomie, et il ne vit qu’un ou deux squelettes humains.

4Galien voyageait souvent à pied, afin de mieux voir et de multiplier ses observations. La diversité des langues n’était pas un obstacle à ce qu’il s’instruisît en voyageant ; car il connaissait tous les dialectes de la langue grecque, la langue latine, l’éthiopienne et la persane.

  • 6 [Le sulfate de zinc ou vitriol blanc, est utilisé en médicine comme astringent et tonique, et à do (...)
  • 7 [Lemnos, en grec moderne Limnos, est une île isolée grecque de la mer Égée, à mi-chemin entre le m (...)
  • 8 [La terre sigillée est une argile fine utilisée pour faire des estampilles dans la production de s (...)

5À vingt-huit ans il retourna à Pergame, et fut nommé par le pontife au singulier emploi de médecin des gladiateurs. Une sédition survenue dans la ville, le fit partir pour Rome, où il ouvrit des cours d’anatomie qui lui donnèrent beaucoup de célébrité ; mais bientôt persécuté par les médecins envieux de son talent, il fut obligé de quitter Rome au moment où une épidémie venait d’y éclater : son départ dans cette circonstance l’a fait taxer de lâcheté fort injustement. Il voyagea de nouveau pour s’instruire, visita les mines qui donnaient les sulfates de zinc et de cuivre employés de son temps en médecine6. En Judée il étudia le baumier, et vit à Lemnos7 les carrières d’où l’on tirait la terre sigillée8. Il reconnut que cette substance, fort inexactement décrite, n’était qu’une argile ordinaire.

  • 9 [Aquilée est une ville de la région du Frioul-Vénétie au nord-est de l’Italie, bordant la Suisse e (...)
  • 10 [Lucius Verus, nom complet Lucius Aurelius Verus (né le 15 décembre 130, mort en 169), co-empereur (...)

6À trente-huit ans. Galien fut appelé à Aquilée9 par les empereurs Lucius Verus10 et Marc-Aurèle, pour combattre une épidémie qui avait éclaté parmi les troupes romaines. Verus s’étant mis en route pour Rome, d’après le conseil de Galien, mourut avant d’être arrivé à sa destination.

  • 11 [Traité de la Thériaque ou De antidotis libri duo, voir Galien (Claude), De antidotis libri duo, a (...)

7Dans ses guerres contre les Germains, Marc-Aurèle n’emmena pas Galien avec lui ; il le laissa auprès de son fils Commode, qui n’avait qu’une santé très-délicate. On a prétendu que Galien n’était pas resté au près du prince qui lui avait été confié, parce qu’il avait reconnu son mauvais naturel ; suivant les mêmes auteurs, il serait retourné dans sa patrie, et il y serait mort l’an 200, âgé de soixante-neuf ans. Cependant il paraît qu’il fut encore à Rome avant sa mort, car on lit dans son Traité de la Thériaque11, qu’il composa ce remède pour l’empereur Sévère.

8Galien eut le rare bonheur de jouir de toute la gloire que son génie méritait ; de son vivant il fut regardé comme l’idéal du grand médecin. Durant tout le Moyen Âge, il régna aussi sans contradiction. Il fut copié et recopié pendant les xive, xve et xvie siècles par tous les auteurs qui écrivirent sur la médecine, comme Dioscoride et Pline le furent par ceux qui s’occupèrent de matière médicale ou d’histoire naturelle.

9Les Arabes n’ont pas eu de médecin grec autre que Galien, qu’ils ont traduit en arabe. Il a été leur seul guide en anatomie, et ils n’ont jamais rien su de plus que lui dans cette science, parce que les préjugés de leur nation ne leur permettaient pas de se livrer aux dissections du corps humain.

10Lorsque l’on considère combien les circonstances au milieu desquelles Galien était placé furent peu favorables au développement des sciences naturelles, on ne peut que s’étonner des progrès qu’il a fait faire à l’anatomie et à la physiologie. Il a enrichi ces deux sciences d’une foule de vérités dont on n’aperçoit aucun germe dans les écrits de ses prédécesseurs, ou si ces auteurs les avaient aussi découvertes, ils les avaient exposées dans des ouvrages qui ne sont pas arrivés jusqu’à nous.

11Galien nous apprend que, de son temps, Erasistrate était l’auteur le plus suivi pour l’anatomie : aussi est-ce de lui qu’il s’occupe le plus souvent, soit pour rectifier ses erreurs, soit pour confirmer ses opinions.

  • 12 [Temple de la Paix : Pax, en religion romaine, était la personnification de la paix, probablement (...)
  • 13 [Commode, empereur romain de 177 à 192 ; voir Leçon 11, note 78.]

12Au milieu de sa vie extrêmement active, Galien trouva le moyen d’écrire près de cinq cents rouleaux qui auraient pu fournir la matière de quatre-vingts volumes in-8°. Ces écrits étaient si estimés qu’on les déposa dans le Temple de la Paix12 ; mais cette précaution même leur fut fatale : le Temple de la Paix ayant été incendié sous le règne de Commode13, une partie des écrits de Galien fut détruite. Heureusement le nombre de ceux qui nous restent est encore considérable.

  • 14 [Dans l’histoire de la médecine grecque, trois écoles ou sectes furent importantes, les empiriques (...)

13Dans le catalogue que Galien a fait lui-même pour indiquer l’ordre de la lecture de ses livres, il les divise en quatre classes. Il conseille de lire d’abord son traité des Sectes14, afin de connaître tous les systèmes ; car autrement il pourrait arriver qu’on admît comme vérités, certaines propositions d’un système dont la fausseté serait démontrée par un système différent.

14Ensuite il veut qu’on passe à l’étude de l’anatomie et de la physiologie ; puis à celles de l’hygiène, de la pathologie, de la séméiotique ou des pronostics et de la thérapeutique ; enfin qu’on lise ses divers ouvrages sur Hippocrate.

15La totalité des écrits de Galien s’élève à cent quatre-vingt-deux. Mais comme nous n’avons pas pour objet de faire un cours de médecine, nous ne nous occuperons que de ceux qui sont relatifs aux sciences naturelles proprement dites.

  • 15 [cf. Administrations anatomiques de Clavde Galien. Traduictes fidelement du Grec en François, par (...)

16En anatomie, Galien a écrit plusieurs traités sur les os, sur les muscles, les nerfs, les veines, les artères, l’organe de la vue, l’utérus, l’odorat, et d’autres traités particuliers qui sont renfermés dans son grand ouvrage intitulé : Des Administrations anatomiques15. Neuf seulement des quinze livres qui composaient cet ouvrage sont arrivés jusqu’à nous. On y admire la sagacité des détails et les preuves nombreuses des observations physiologiques qu’a dû faire l’auteur.

17On y voit aussi que l’étude de l’anatomie éprouvait au temps de Galien des difficultés extrêmes. La dissection des sujets adultes était alors presque impossible. Quelques médecins seulement trouvaient le moyen de disséquer des enfants qu’on avait laissé expirer dans les lieux où ils avaient été exposés. Les chirurgiens de l’armée de Germanie ouvraient quelquefois le corps d’ennemis trouvés sur le champ de bataille ; mais c’était toujours sans résultat important pour la science de l’anatomie.

18Il ne paraît pas que Galien ait pratiqué personnellement la dissection des cadavres humains, car il ne le dit nulle part. Mais il avait vu quelques ossements d’hommes, sortis de leur sépulture par suite de l’éboulement des terres qui les couvraient ; il avait même eu l’avantage de posséder le corps d’un malfaiteur qu’on avait laissé exposé aux vautours. Mais il ne paraît pas qu’il ait pu conserver son squelette.

  • 16 [Pierre Camper (né en 1722 à Leiden ; mort en 1789 à La Haye), brillant anatomiste, et peut-être l (...)
  • 17 [Le magot, ou macaque berbère (Macaca sylvana), est un macaque sans queue vivant en groupes en Alg (...)

19Galien conseille de se livrer à la dissection des animaux dont l’organisation se rapproche le plus de celle de l’homme, afin de suppléer autant que possible aux observations qu’il n’est pas possible de faire sur l’homme même. Il indique particulièrement comme utile à disséquer une espèce d’animal à tête ronde et à canines peu saillantes, que Camper16 avait cru être l’orang-outang, mais que nous pensons être le magot17, espèce commune d’Afrique, qui, dans sa jeunesse, a en effet la tête ronde et les canines peu saillantes.

20Galien n’avait pour disséquer d’autres instruments que le scalpel et les pinces. Du reste on ignorait de son temps l’art des injections, ainsi que celui de la conservation des corps dans des liquides. La distillation du vin pour en retirer l’eau-de-vie n’était pas encore pratiquée. Le dessin était le seul moyen qu’on eût pour faire connaître avec exactitude les objets dont l’anatomie avait découvert ou la structure ou la fonction.

21Dans les cinq premiers livres des Administrations anatomiques, Galien traite des muscles. Les descriptions qu’il en donne sont un peu courtes, mais elles sont fort claires. On reconnaît bien qu’elles ont été faites d’après le singe, et non sur l’homme. Toutes les fois qu’il décrit des muscles qui diffèrent chez l’homme et chez le singe, on voit que sa description s’applique aux muscles du singe. La même remarque se fait en ostéologie. Galien enseigne que la mâchoire supérieure est composée de quatre os. Ce nombre est en effet exact, quant au singe ; mais il ne l’est pas pour l’homme, dont la mâchoire n’est composée que de deux os. Dans sa description du sacrum, Galien énumère aussi moins d’os qu’il n’y en a dans le sacrum de l’homme ; mais sa description s’applique au singe fort exactement.

22Toutefois le carpe présente une exception : Galien le décrit tel qu’il existe chez l’homme.

23Dans le sixième livre des Administrations, l’auteur traite des organes de la digestion. On y remarque des observations parfaitement justes d’anatomie comparée. Il donne une description des organes de la digestion chez les singes, les ours, les chevaux, les ruminans, et classe ces organes d’après l’analogie qu’ils lui ont présentée avec ceux de l’homme. Il décrit surtout les dents avec beaucoup d’exactitude, et confirme cette observation d’Aristote, que tous les animaux qui n’ont pas d’incisives à la mâchoire supérieure, ont plusieurs estomacs.

24Galien admet dans l’éléphant une vésicule biliaire. Les naturalistes en avaient contesté pendant long-temps l’existence ; mais on a reconnu que Galien avait raison. Seulement il aurait dû faire observer que chez les éléphans la vésicule est placée autrement que chez les autres quadrupèdes.

25Dans son septième livre, où il insiste beaucoup pour prouver que le cœur n’est pas un muscle et que sa chair est différente de celle des autres muscles, il combat vivement l’opinion des médecins qui étaient d’un avis contraire, et pourtant ils avaient raison. Galien, dans le même livre, fait l’historique de la dissection d’un éléphant à laquelle il avait assisté à Rome. Il dit qu’avant l’ouverture du corps il avait assuré que l’on y trouverait un cœur double semblable à celui de tous les animaux qui respirent l’air, tandis que d’autres médecins avaient pensé que le cœur serait triple, conformément à une opinion exprimée par Aristote.

  • 18 [Albrecht von Haller (16 octobre 1708-12 décembre 1777, Berne), biologiste Suisse, père de la phys (...)
  • 19 [Balthasar Anthelme Richerand (4 février 1779, Belley ; 23 janvier 1840, Villenesnes), chirurgien (...)

26Dans le huitième livre, où il continue de traiter des organes de la respiration ou plutôt de ceux qui sont renfermés dans le thorax, Galien se montre expérimentateur fort exercé. Haller18 admirait l’adresse avec laquelle il savait couper les nerfs récurrens lorsqu’il voulait prouver l’influence qu’ils exercent sur la voix. Ses expériences avaient été faites sur le verrat, et il avait remarqué que la voix de cet animal diminuait beaucoup quand un des nerfs récurrens avait été coupé, et qu’elle s’éteignait entièrement lorsqu’ils avaient été coupés tous les deux. Galien avait fait beaucoup d’expériences sur la perforation du thorax, et son adresse était parvenue jusqu’à enlever des côtes à un animal sans léser sa plèvre. Dans ces derniers temps M. Richerand19 est parvenu à faire la même opération sur un homme affecté d’un cancer. Des expériences analogues ont été faites aussi de nos jours dans l’intérêt de la physiologie.

  • 20 [Septum lucidum (également appelé le septum pellucidum) est une fine membrane triangulaire dans le (...)
  • 21 [Franciscus Sylvius (né le 15 mars 1614 à Hanau en Allemagne ; mort le 15 novembre 1672 à Leiden, (...)

27Galien, dans le neuvième livre de ses Administrations anatomiques, où il traite du cerveau et de la moelle épinière, décrit très-exactement le cerveau, particulièrement le septum lucidum20, et l’aqueduc faussement nommé de Sylvius21, puisqu’il a été décrit pour la première fois par Galien.

28Comme nous l’avons dit, les six derniers livres des Administrations anatomiques sont perdus. On ne peut s’en faire une idée approximative qu’en consultant quelques traités particuliers dans lesquels l’auteur a eu occasion de reparler des descriptions qu’il avait faites dans les six livres que nous regrettons.

  • 22 [De Usu Partium, cf. Galien (Claude), De l’Usage des Parties du Corps Humain, Livres XVII [traduic (...)

29Nous allons maintenant examiner un écrit de Galien, intitulé de l’Usage des parties du corps humain22. L’auteur le composa à Rome, à l’âge de trente-six ans, pendant qu’il était à la cour de Marc-Aurèle, en qualité de médecin de son fils Commode. Cet ouvrage, qui se compose de dix-sept livres, est l’un des plus parfaits de l’antiquité, et peut être considéré comme une longue et excellente application du principe des causes finales. Il fut écrit sous une influence religieuse ; car, l’auteur y dit : « Je compose une hymne en l’honneur du Créateur ». Il cherche, en effet, à prouver surtout que chaque partie du corps humain est formée sur un plan conçu par une intelligence supérieure, et qu’elle est parfaitement appropriée à son usage. Il en donne pour première preuve la conformation de la main de l’homme, et il serait difficile, en effet, d’imaginer un organe qui paraîtrait plus évidemment destiné à son usage. Galien fait voir l’énorme différence qui existe entre la main de l’homme et celle du singe. Il montre que celle-ci est incapable de faire les mouvemens délicats que la main de l’homme exécute. Les doigts et le pouce du singe sont mal proportionnés, les premiers sont trop longs ou l’autre est trop court. La seule supériorité de ces instruments donne à l’homme la prééminence sur tous les animaux.

30Galien examine ensuite la conformation du pied. Il remarque que celui de l’homme diffère beaucoup du pied de tous les autres animaux ; le pied de l’homme ne lui permet pas, comme celui du singe, qui est un pied-main, de grimper aisément sur les arbres ; mais il pose à plat sur le sol et fournit à l’homme une base suffisamment solide pour se tenir debout. L’homme ainsi n’a pas besoin de se servir, comme le singe, de ses membres antérieurs pour soutenir son corps ; il emploie ses bras à un autre usage.

  • 23 [Le foramen ovale, autrefois appelé trou de Botal, est un orifice entre les deux oreillettes du cœ (...)

31Dans le sixième livre, Gallien donne du cœur une description parfaitement exacte. Il connaît très-bien ses valvules, ainsi que les veines coronaires ; il décrit avec exactitude la partie du cœur qu’on nomme trou de Botal23, et à laquelle on aurait dû donner le nom de Galien, puisque c’est lui qui le premier l’a fait connaître d’une manière certaine. C’est aussi lui qui a le premier formulé cette vérité, sans exception ; que le cœur est double chez tous les animaux à sang chaud, et simple, au contraire, c’est-à-dire composé d’une seule oreillette et d’un seul ventricule, chez tous les animaux à sang froid.

32Néanmoins ce que Galien dit du cœur n’est pas toujours également exact. Ainsi il se trompe lorsqu’il place le cœur au milieu de la poitrine, comme il l’avait toujours vu chez les animaux ; et il se trompe encore lorsqu’il énonce, comme véritables, ces propositions, que l’artère pulmonaire porte au cœur un suc nourricier, et que la veine y fait pénétrer de l’air. Ces erreurs viennent de ce qu’il n’avait aucune idée de la circulation du sang.

33Sa théorie de la respiration, exposée dans le septième livre, ne diffère pas de celle d’Aristote, de celle de toute l’antiquité ; il croit l’introduction de l’air dans les poumons destinée à rafraîchir le sang, ce qui est précisément le contraire des conséquences auxquelles nous conduisent nos connaissances chimiques.

34Le huitième et le neuvième livre traitent du cerveau et des nerfs. On voit par la description que Galien donne du cerveau qu’il avait fait sur cet organe plusieurs découvertes. Ainsi, il connaissait très-bien ses mouvemens alternatifs d’élévation et d’abaissement, et savait qu’ils étaient subordonnés à la respiration. Il se trompait seulement sur leur cause ; il les attribuait à l’introduction d’une certaine quantité d’air dans les ventricules ; tandis qu’ils ne sont produits que par l’afflux du sang dans la cavité cérébrale, et par la sortie du sang de cette même cavité.

35C’est encore à Galien que nous devons la première description exacte qui ait été faite des couches optiques, et la connaissance des enveloppes de cerveau. À la vérité il place dans le cerveau de l’homme le rete mirabile, qui ne se trouve que dans les animaux ; mais c’est encore là une suite de l’impossibilité où il fut de disséquer des cadavres humains. Cette erreur, comme beaucoup d’autres, est excusable, parce que Galien ne l’aurait pas commise s’il avait eu les facilités que nous avons maintenant pour disséquer toutes espèces de corps.

36Galien décrit exactement les sinus du cerveau et les paires de nerfs qui sortent de cet organe ; seulement il fait quelque confusion en parlant du trajet des nerfs. Du reste, il savait parfaitement que ces cordons aboutissent tous, soit au cerveau, soit à la moelle épinière. Il pensait que les nerfs qui se rendent au cerveau servaient aux sensations, et que ceux qui aboutissent à la moelle épinière servaient à la locomotion.

  • 24 [Conaoïde (ou conoïde) décrit une forme en entonnoir, appliquée en particulier au muscle creux att (...)

37Dans le dixième livre, où il traite des yeux, Galien fait de nouveau une excellente application du grand principe des causes finales. Il fait voir que l’organe de la vue est évidemment construit pour diriger la lumière sur un nerf déterminé, et que la rétine est ce nerf épanoui. Il donne une anatomie exacte des points et des conduits lacrymaux. Mais évidemment c’est encore sur les animaux, sur le mouton, cette fois, que Galien a étudié l’œil, car il met au nombre des muscles de cet organe, le conaoïde24 qui n’existe pas dans l’homme.

38Le onzième livre de l’usage des parties est consacré aux parties extérieures de la tête. L’auteur y fait remarquer avec justesse que les muscles temporaux destinés à mouvoir la mâchoire inférieure, sont toujours proportionnés à la ténacité des substances dont chaque animal est obligé de se nourrir, et que c’est chez l’homme que ces mêmes muscles ont le moins de développement comparativement à sa taille.

39La forme des dents fait faire à Galien des remarques analogues. Il observe que cette forme varie comme les espèces, et qu’elle se trouve toujours en harmonie avec les autres parties des organes de la nutrition, et avec l’ensemble de l’organisation animale.

40Dans son douzième livre, Galien trouve encore matière à des réflexions favorables au principe des causes finales. Il lui paraît évident que l’articulation de la tête sur le tronc est le résultat d’un plan préconçu et réalisé pour arriver à un but déterminé ; car aucun autre mode d’articulation n’aurait pu s’harmoniser aussi parfaitement avec la conformation des pieds et des mains de l’homme, et aucun autre animal non plus ne pourrait avoir la tête placée comme l’est celle de l’homme, sans qu’il en résultât une gêne plus ou moins fatigante.

41Le treizième livre de l’usage des parties, traite de la moelle épinière et des nerfs qui en sortent.

42Le quatorzième livre est consacré aux organes de la reproduction.

43Le quinzième montre les différences qui existent entre l’adulte et le fœtus.

44Dans le seizième, l’auteur traite de la distribution générale des nerfs, des artères et des veines, et il décrit ces vaisseaux aussi bien qu’il était possible de le faire à une époque où l’art des injections était encore ignoré.

45Nous savons maintenant que durant la vie les artères sont pleines de sang, et qu’après la mort seulement elles sont vides. Du temps de Galien les médecins qui, dans leurs dissections, avaient toujours trouvé les artères vides, croyaient que durant la vie elles contenaient de l’air. Galien, contrairement à cette opinion, soutient que la fonction des artères est de contenir du sang et non pas de l’air. Au moyen de deux ligatures faites à une artère, il avait démontré cette vérité importante ; car l’artère, ouverte au milieu de ces deux ligatures, avait laissé jaillir du sang immédiatement. Il devenait ainsi certain que le sang était contenu dans le vaisseau avant son ouverture, et qu’il n’y était pas attiré par la lésion de l’artère, comme le prétendaient les médecins de son temps.

46Galien démontre d’ailleurs que le cœur contient aussi du sang et non pas de l’air.

  • 25 [Hieronymus Fabricius ab Aquapendente, voir Leçon 9, note 38.]
  • 26 [William Harvey (né le 1er avril 1578 à Folkestone, Kent ; mort le 3 juin 1657 à Roehampton, Essex (...)

47Ainsi éclairé sur plusieurs points de la grande question de la circulation du sang ; sachant que les artères sont, comme les veines, naturellement pleines de sang, que les battements du cœur sont isochrones avec ceux des artères ; connaissant suffisamment la structure du cœur, on s’étonne que Galien, doué d’un esprit très-philosophique, très-généralisateur, et remontant aux causes beaucoup mieux qu’Hippocrate, n’ait pas fait la découverte qui a immortalisé Fabricius d’Aquapendente25 et Harvey26. Peut-être son opinion erronée sur l’origine des veines, qu’il croyait venir toutes du foie, est-elle la cause de l’ignorance où il est resté sur la circulation du sang.

48Galien a décrit encore, dans le seizième livre de son ouvrage sur l’usage des parties, l’origine des nerfs optiques, et c’est à lui que la découverte en est due.

49Son dix-septième livre contient des réflexions générales destinées à faire voir l’utilité de tout l’ouvrage et l’existence d’une intelligence suprême et créatrice.

50Comme nous l’avons dit déjà, cet ouvrage est sans contredit l’un des plus beaux de l’antiquité par la perfection de son ensemble et de ses détails ; il place son auteur à côté d’Aristote.

51Galien a composé plusieurs autres traités de peu d’étendue. Bien qu’ils contiennent tous quelques vérités nouvelles et intéressantes, nous ne pensons pas devoir en donner une liste.

  • 27 [Sur Galien et Hippocrate, voir Coxe (John Redman), The Writings of Hippocrates and Galen [version (...)

52Dans son écrit sur les Opinions d’Hippocrate27, Galien soutient pour la première fois, que les facultés intellectuelles ont leur siége dans la tête, et il combat à cette occasion l’opinion des stoïciens, qui plaçaient ces facultés dans le cœur.

  • 28 [voir Galien (Claude), Œuvres médicales choisies, volume 2 : Des facultés naturelles, des lieux af (...)

53Le traité des Facultés naturelles28 fait connaître l’usage des reins, que Galien avait découvert d’une manière ingénieuse et tout-à-fait concluante, en faisant la ligature des uretères.

54Le même traité contient des opinions erronées sur la structure des muscles. L’auteur y énonce que la contraction de ces organes s’effectue principalement à leur extrémité. Il pense que le tendon est un mélange de parties nerveuses et tendineuses, dans lequel réside exclusivement la faculté contractile. Nous savons, aujourd’hui, que c’est précisément le contraire qui est la vérité.

  • 29 [De Locis Affectis, voir Galien (Claude), Œuvres médicales choisies, volume 2 : Des facultés natur (...)
  • 30 [La plus ancienne des classification des tempéraments que l’on connait a plus de 2 000 ans, et les (...)

55Ceux qui veulent avoir une idée complète des connaissances physiologiques de Galien, ne peuvent se dispenser d’étudier son traité de Locis affectis29 (des lieux affectés dans chaque maladie). On y remarque que ce grand médecin savait que la moelle épinière est le siège de certaines paralysies. Il rapporte une observation dans laquelle il appliqua sur le dos des remèdes qu’il destinait à guérir une paralysie de la main, survenue à la suite d’une chute. Mais, en général, Galien accorde beaucoup trop d’importance à la division des tempéraments fondée sur ses quatre humeurs principales : le sang, la bile, l’atrabile et la lymphe30.

56Les ouvrages de Galien sur l’hygiène et la matière médicale intéressent les naturalistes, parce qu’ils contiennent des détails sur diverses substances naturelles. Du reste, les principes de sa thérapeutique sont fort simples. Si une maladie lui paraît produite par un excès d’humidité, il y oppose des remèdes qu’il nomme secs ; et réciproquement il applique des remèdes humides contre les maladies qui sont attribuées à un excès de sécheresse. Il oppose aussi le froid aux affections résultant de l’excès du chaud et réciproquement.

57Chacun connaît la bizarre pharmacie de Galien : on sait qu’il faisait entrer dans ses médicaments une multitude de simples rassemblés pour ainsi dire au hasard, ou d’après des théories fautives, et qui se détruisent mutuellement. Ce singulier mélange n’empêche pas qu’on n’y trouve quelques détails intéressants pour les naturalistes.

  • 31 [Traité sur les Facultés des Aliments ou De alimentorum facultatibus, cf. l’édition ancienne Galie (...)

58Il en est de même de son Traité sur les Facultés des Aliments31. Dans cet écrit, divisé en trois livres, Galien indique les substances nutritives qui sont de facile digestion, et celles qui se digèrent difficilement. Le premier livre est consacré aux aliments tirés du blé, des autres graminées et de quelques légumes. Ces indications sont intéressantes, en ce qu’elles nous font connaître les graminées qui étaient connues des anciens.

59Dans son deuxième livre, Galien traite des fruits, des champignons et des herbes, telles que les épinards, par exemple. On voit par ce livre que les anciens avaient des connaissances fort étendues sur les soins qu’il fallait donner aux arbres.

60Dans le troisième livre, Galien indique les propriétés des aliments qui sont tirés du règne animal. Ses indications ont permis de déterminer surtout plusieurs espèces de poissons.

61En résumé, Galien mérite notre admiration comme naturaliste et comme médecin. Il a fait tout ce qu’il était possible de faire au temps où il vivait.

62Aristote est sans aucun doute un génie supérieur à Galien dans les sciences spéculatives, parce qu’Aristote s’était livré surtout à l’étude de la philosophie, et que Galien ne s’était adonné qu’à celle de la médecine.

63Mais Galien surpasse de beaucoup Aristote comme anatomiste, comme physiologiste et comme médecin. Il est le dernier anatomiste véritable que l’antiquité ait produit, comme Oppien en est le dernier naturaliste.

64Comment se fait-il qu’après le développement donné aux sciences par Galien cinq cents ans après Aristote, ces sciences aient été presque abandonnées par toutes les intelligences actives des siècles suivants ? Nous rechercherons les causes de ce phénomène moral dans la prochaine séance.

Notes

1 [Pélops, étudiant de Numisianus, et plus tard professeur d’anatomie à Smyrne au temps de Galien ; à ne pas confondre avec Pélops de la mythologie grecque, fils de Tantale et petit-fils de Zeus qui, alors qu’il était enfant, fut découpé en morceaux par son père, et servi aux dieux comme festin.]

2 [Numisianus, étudiant de Quintus et professeur de Pélops qui enseigna l’anatomie à Corinthe. On dit de lui qu’il écrivit des livres de valeur sur l’anatomie et qu’il commenta certains ouvrages d’Hippocrate, mais aucune de ses œuvres ne nous est parvenue (voir Grmek (Mirko D.) & Gourevitch (Danielle), « L’École médicale de Quintus et de Numisianus », in Sabbah (Guy) (sous la dir.), Études de médecine romaine, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1989, pp. 43-60 (Mémoires ; VIII)).]

3 [Quintus, professeur de Numisianus, que Galien –bien que prônant rarement l’éloge des médecins autres que lui-même– considérait comme le « meilleur médecin de son temps » (cf. De praenotione ad Posthumum, in Galien (Claude), uvres compleÌtes [selon le plan de Jouanna Jacques & Boudon Véronique ; trad. par Garofalo Ivan & Debru Armelle], Paris : Les Belles Lettres, 2000-2008, 8 vol.) Quintus ne pratiqua pas de dissections de cadavres humains, mais selon la pratique de l’époque, il effectua des dissections (la plupart du temps des vivisections) d’animaux considérés proches de l’homme, tels que les singes, les cochons, et les chèvres.]

4 [Le jayet, ou jais, est une pierre semi-précieuse d’origine organique. Son nom provient du grec Lithos Gagates, qui signifie « Pierre de Gagas ». Gagas était une ville d’Asie Mineure (Turquie). Ce nom devint en français jayet et en anglais jet. Le jayet se forme à partir de bois tombé dans l’eau stagnante qui s’est fossilisé, de la même manière que la lignite. Le bois provenait à l’origine d’arbres semblables au pin du Chili d’aujourd’hui (Araucaria). La structure d’origine du jais, semblable au bois, peut s’observer au microscope ; s’ils sont présents, on peut même parfois y voir les anneaux de croissance de l’arbre.]

5 [L’asphalte est une forme de bitume solide ou très dense, fortement visqueux dérivé du pétrole liquide, soit par évaporation de son composant le plus léger et le plus volatile se produisant sous certaines conditions atmosphériques, soit par métamorphose créée profondément dans les couches de la Terre.]

6 [Le sulfate de zinc ou vitriol blanc, est utilisé en médicine comme astringent et tonique, et à dose plus élevée, comme vomitif. Pris en overdose, il agit comme un poison irritant. Le sulfate de cuivre, ou vitriol bleu (parfois appelé vitriol romain) est fabriqué à grande échelle et est utilisé en médecine, principalement comme substance corrosive pour éliminer les granulations excessives, et aussi comme stimulant local.]

7 [Lemnos, en grec moderne Limnos, est une île isolée grecque de la mer Égée, à mi-chemin entre le mont Athos (au nord-est de la Grèce) et la côte turque, dans le département de Lesbos.]

8 [La terre sigillée est une argile fine utilisée pour faire des estampilles dans la production de sceaux.]

9 [Aquilée est une ville de la région du Frioul-Vénétie au nord-est de l’Italie, bordant la Suisse et la Croatie, non loin de la côte Adriatique, connue pour ses ruines romaines.]

10 [Lucius Verus, nom complet Lucius Aurelius Verus (né le 15 décembre 130, mort en 169), co-empereur romain avec Marc Aurèle (161-169). Bien qu’il jouisse du même statut et des mêmes pouvoirs constitutionnels, il n’eut pas la même autorité et il ne sembla pas capable d’assumer sa part de responsabilités.]

11 [Traité de la Thériaque ou De antidotis libri duo, voir Galien (Claude), De antidotis libri duo, a Ioanne Gvinterio Andernaco nvnc primum latinitate donati. Eiusdem Galeni de remedijs paratu facilibus liber vnus, eodem Ioanne Guinterio Andernaco interprete, Parisiis : Apud Simonem Colinaeum, 1533, [14] + 94 p.]

12 [Temple de la Paix : Pax, en religion romaine, était la personnification de la paix, probablement reconnue pour la première fois comme déesse par l’empereur Auguste, pendant le règne duquel beaucoup fut fait pour l’établissement du calme politique. Un autel en honneur à Pax Augusta (l’Autel de la Paix ou Ara Pacis) fut édifié en 9 av. J.-C. et un grand Temple de la Paix fut construit par l’empereur Vespasien en 75 apr. J.-C.]

13 [Commode, empereur romain de 177 à 192 ; voir Leçon 11, note 78.]

14 [Dans l’histoire de la médecine grecque, trois écoles ou sectes furent importantes, les empiriques, les dogmatiques, et les méthodiques. On peut comparer les différentes opinions et points de vue de chacune de ses sectes dans deux des ouvrages de Galien, Des Sectes aux Étudiants et De la Méthode Thérapeutique (voir Galien (Claude), uvres compleÌtes [selon le plan de Jouanna Jacques & Boudon Véronique ; trad. par Garofalo Ivan & Debru Armelle], Paris : Les Belles Lettres, 2000-2008, 8 vol.)]

15 [cf. Administrations anatomiques de Clavde Galien. Traduictes fidelement du Grec en François, par M. Iaques Dalechamps, docteur en Medicine, & lecteur ordinaire de chirurgie à Lyon, Lyon : Benoist Rigaud Libraire imprimeur, 1572, [8] + 224 p.]

16 [Pierre Camper (né en 1722 à Leiden ; mort en 1789 à La Haye), brillant anatomiste, et peut-être l’homme à qui l’on doit de rendre l’étude de l’anatomie comparative intéressante. Grâce à ses découvertes provocatrices, il devint professeur à Franeker en 1749, à Amsterdam en 1755, et à Groninguen en 1763 ; il fut également membre du conseil d’état des provinces unies des Pays-Bas en 1787. Il ne publia aucune œuvre de grande valeur, mais il nous reste de nombreux essais qu’il écrivit, lesquels font partie des principales académies. Après sa mort, son fils Adriaan Gilles Camper (1759-1820), publia ses descriptions anatomiques de l’éléphant (1802 ; voir Bruggen (Adolph Cornelis van) & Pieters (Florence F. J. M.), « Notes on a drawing of Indian elephants in red crayon by Petrus Camper (1786) in the archives of the Rijksmuseum van Natuurlijke Histoire », Zoologische Mededelingen, Leiden, vol. 63, no 19, 1990, pp. 255-266.) et de la baleine (1820), lesquelles reposent sur ses notes et illustrations.]

17 [Le magot, ou macaque berbère (Macaca sylvana), est un macaque sans queue vivant en groupes en Algérie, au Maroc, et sur le Rocher de Gibraltar. Le macaque berbère mesure environ 60 centimètres de long, son long pelage est de couleur ocre-fauve et son visage est sans poil, de couleur rose pale. C’est le seul singe sauvage d’Europe et il se peut qu’il ait été apporté vers l’ouest lors de l’expansion territoriale musulmane arabe du Moyen Âge. La légende raconte que le dominion britannique se terminera lorsque le magot disparaitra de Gibraltar.]

18 [Albrecht von Haller (16 octobre 1708-12 décembre 1777, Berne), biologiste Suisse, père de la physiologie expérimentale ; il apporta d’importantes contributions à la physiologie, l’anatomie, la botanique, l’embryologie, la poésie et la science (voir Siegrist (Christoph), Albrecht von Haller, Stuttgart : J. B. Metzlersche, 1967, 70 p.)]

19 [Balthasar Anthelme Richerand (4 février 1779, Belley ; 23 janvier 1840, Villenesnes), chirurgien et physiologiste français, auteur de l’ouvrage Les Nouveaux Éléments de Physiologie, dont une édition anglaise fut publiée en 1803 (voir Emlen (Samuel), « History of the excision of a portion of the ribs and pleura ; by M. Richerand, Principal Surgeon of the Hospital St. Louis », The Journal of foreign medical science and literature, vol. 9, no 33, 1819, pp. 44-47 [extrait du London Medical and Physical Journal d’octobre 1818]).]

20 [Septum lucidum (également appelé le septum pellucidum) est une fine membrane triangulaire dans le cerveau qui sépare le corps calleux du corps du fornix.]

21 [Franciscus Sylvius (né le 15 mars 1614 à Hanau en Allemagne ; mort le 15 novembre 1672 à Leiden, aux Pays-Bas), médecin, physiologiste, anatomiste, et chimiste considéré comme le fondateur de la pensée iatrochimique en médicine au xviie siècle, laquelle considérait que les processus chimiques jouaient un rôle important dans les phénomènes du corps humain et des maladies. Ses études permirent à la médecine d’évoluer depuis des spéculations mystiques vers une application rationnelle des lois universelles de la physique et de la chimie. On doit à Sylvius la découverte, en 1641, de la fissure (fissure de Sylvius) séparant le lobe ventral, le lobe frontal et le lobe pariétal du cerveau.]

22 [De Usu Partium, cf. Galien (Claude), De l’Usage des Parties du Corps Humain, Livres XVII [traduicts fidellement du Grec en François par Dalechamps Jacques], Lyon : Guillaume Rouillé, 1566, 1007 p.]

23 [Le foramen ovale, autrefois appelé trou de Botal, est un orifice entre les deux oreillettes du cœur durant la vie fœtale, qui se referme normalement au moment de la naissance, ou peu après.]

24 [Conaoïde (ou conoïde) décrit une forme en entonnoir, appliquée en particulier au muscle creux attaché au globe oculaire chez de nombreux reptiles et mammifères.]

25 [Hieronymus Fabricius ab Aquapendente, voir Leçon 9, note 38.]

26 [William Harvey (né le 1er avril 1578 à Folkestone, Kent ; mort le 3 juin 1657 à Roehampton, Essex), médecin anglais de renom de la première moitié du xviie siècle qui atteint la célébrité par la démonstration de sa théorie sur la vraie nature de la circulation du sang et sur la fonction de pompage du cœur. La connaissance fonctionnelle du cœur et de la circulation sanguine n’avait pas évoluée depuis le temps du médecin gréco-romain Galien, 1 400 ans plus tôt. Le courage, l’intelligence, et la précision des méthodes d’Harvey devinrent un modèle de référence pour la recherche en biologie et autres sciences des générations qui suivirent. On lui doit, ainsi qu’à William Gilbert, chercheur de l’aimant, le début de la recherche expérimentale dans le monde.]

27 [Sur Galien et Hippocrate, voir Coxe (John Redman), The Writings of Hippocrates and Galen [version latine abrégée traduite par Redman John], Philadelphie : Lindsay & Blakiston, 1846, 681 p.]

28 [voir Galien (Claude), Œuvres médicales choisies, volume 2 : Des facultés naturelles, des lieux affectés, de la méthode thérapeutique, à glaucon [édition de Pichot André], Paris : Gallimard, 1997, 350 p. (Tel ; 236).]

29 [De Locis Affectis, voir Galien (Claude), Œuvres médicales choisies, volume 2 : Des facultés naturelles, des lieux affectés, de la méthode thérapeutique, à glaucon [édition de Pichot André], Paris : Gallimard, 1997, 350 p. (Tel ; 236).]

30 [La plus ancienne des classification des tempéraments que l’on connait a plus de 2 000 ans, et les noms que l’on trouve dans cette classification sont encore utilisés aujourd’hui. Cette classification date de l’école de médecine grecque connue sous le nom de l’École d’Hippocrate, et reposait sur une théorie concernant les proportions variantes des quatre humeurs du corps : le sang, la bile, l’atrabile et la lymphe. Les tempéraments variaient selon la prépondérance de l’une ou l’autre humeur ; le tempérament sanguin (sang), cholérique (bile jaune) ; mélancolique (bile noire), ou phlegme (lymphe). Le tempérament sanguin est vif, prédisposé aux émotions agréables, mais faible et enclin à changer rapidement d’un intérêt à un autre. Le tempérament cholérique est prédisposé à la colère, vif et solide du point de vue émotionnel. Le caractère mélancolique est lent, manquant de vivacité, mais calme et solide. La terminologie concernant les caractères fut présentée par un médecin arabe au temps du Moyen Âge. Dans l’Antiquité, on pensait que les quatre humeurs du corps étaient similaires aux quatre éléments de la terre trouvés en philosophie, la terre, l’air, le feu, et l’eau.]

31 [Traité sur les Facultés des Aliments ou De alimentorum facultatibus, cf. l’édition ancienne Galien (Claude), Des choses nutritives [contenant trois livres, trad. en françois par... Jehan Masse], Paris : Michel Fezandat pour Vivant Gaultherot, 1552, [8-] + 260 + [-4] ff., in-16.]

Table des illustrations

Légende DISSECTION DE L’ORANG-OUTANG. Détail d’une planche anatomique extraite de Camper (Pierre), Natuurkundige verhandelingen van Petrus Camper over den orang outang..., Amsterdam : P. Meijer & G. Warnars, 1782, planche 2, p. 120.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540