Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Pliny, his Contemporaries & Followers / Pline, ses contemporaines & ses partisans

15. Élien de Préneste et Oppien d’Anazarbe

Texte intégral

CROCODILE ET GAVIAL. Illustration de De Sève (gravée par Hubert) extraite de Bufon (Georges-Louis Leclerc de) & Daudin ( François-Marie), Histoire naturelle, générale et particulière, t. 79 : Reptiles [nlle éd.], Paris : Imprimerie de F. Dufart, 1802, pl. 27, p. 327.

CROCODILE ET GAVIAL. Illustration de De Sève (gravée par Hubert) extraite de Bufon (Georges-Louis Leclerc de) & Daudin ( François-Marie), Histoire naturelle, générale et particulière, t. 79 : Reptiles [nlle éd.], Paris : Imprimerie de F. Dufart, 1802, pl. 27, p. 327.
  • 1 [Élien, en latin Claudius Aelianus (né c. 170 à Préneste près de Rome ; mort c. 235), auteur romai (...)

1Élien (Claudius-Prenestinus) était originaire de la Grande-Palestrée, en Italie1. On ignore l’époque de sa naissance et les particularités de sa vie. Les fragmens de ses écrits, qui sont cités par Oppien, prouvent seulement qu’il était antérieur à ce naturaliste. Il a été quelquefois confondu avec un professeur de rhétorique du même nom, qui vivait sous Commode.

  • 2 [De la Nature des Animaux, écrit par Élien, contient des histoires moralistes curieuses sur les oi (...)
  • 3 [Nicias ou Nikias (470-413 av. J.-C.) était un général et homme politique athénien qui hérita de s (...)

2L’ouvrage d’Élien intitulé : De la Nature des Animaux, est précieux au même titre que celui d’Athénée, c’est-à-dire comme recueil de faits et d’extraits d’auteurs perdus2. Élien annonce, en commençant, qu’il ne s’astreindra à aucun ordre bien rigoureux, afin de jeter plus de variété dans son livre ; mais il a beaucoup trop usé de son goût pour la variété car, même en tenant compte de sa déclaration, il est impossible de se faire une idée de l’absence de méthode, du désordre extrême que présente sa composition : aucun ouvrage connu n’offre un pareil pêle-mêle. Ainsi, dans le premier chapitre du livre premier, il parle des hérons ; dans le deuxième chapitre du même livre, il s’occupe du scare ; dans le troisième, du muge ; dans le quatrième, il reparle du scare ; dans le sixième, il rapporte des exemples de l’amitié des animaux pour l’homme ; dans un autre, il parle des chiens du chasseur Nicias3, puis du bourdon, du bœuf marin, du chant des cigales, etc.

3Élien a puisé plusieurs des détails qu’il donne dans des récits de voyageurs qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Les auteurs qu’il cite sont au nombre de cent trente-trois, presque tous perdus, et plusieurs n’auraient pas été connus sans lui, car ils ne sont mentionnés nulle part. Élien ajoute beaucoup à nos connaissances sur les animaux de l’Asie et de l’Afrique. Il parle de quelques animaux des vallées de Thèbes ; il cite une espèce de gallinacée à plumage brillant, à huppe semblable à celle du paon, qui a été déterminée presque de nos jours. Il nomme le bœuf à queue de cheval et originaire du Thibet, qui fournit aux Turcs les étendards, insignes honorifiques des pachas. De son temps les Indiens faisaient de ces queues des chasse-mouches.

4Parmi les animaux rares qu’il mentionne, je citerai le lièvre marin, ce mollusque dont l’observation fit mettre Apulée en accusation ; la brebis indienne à longue queue et l’éléphant blanc.

5Élien, en parlant de la tortue, rapporte que sa tête vit long-temps après avoir été détachée du tronc ; que si on approche la main de ses yeux, elle les ferme ; que si on approche la main très-près de sa bouche, elle mord la main.

  • 4 [Le bœuf désigne le mâle du bétail bovin (Bos taurus), mais au sens zoologique, le terme bovin (Bo (...)
  • 5 [Catoblépas, voir Leçon 13, note 20.]
  • 6 [La souris épineuse (du genre Acomys), désigne les 18 espèces de rongeurs à longues oreilles de la (...)
  • 7 [Expédition Égyptienne, voir Leçon 12, note 41.]

6En total, Élien a connu soixante-dix espèces de quadrupèdes, parmi lesquels on remarque le bœuf sans cornes4 ; la gazelle, qu’il décrit très-bien ; le catoblépas5, auquel les anciens attribuaient des propriétés fabuleuses dont je vous ai entretenus ; la souris épineuse6, dont a parlé Aristote et qu’il plaçait en Égypte ; mais Élien la place en Lybie. Jusque vers la fin du xviiie siècle, cet animal n’avait été trouvé ni en Égypte ni en Lybie ; mais les naturalistes attachés à l’expédition des Français dans le premier de ces deux pays7, l’y ont retrouvée conformément aux indications d’Aristote.

  • 8 [Babirusa, genre de cochon (Babyrousa babirussa).]

7Élien nomme aussi le sanglier à cornes, qui n’a été retrouvé que depuis la renaissance des lettres. Cet animal habite les contrées les plus éloignées des Indes : nous le nommons babyroussa8. Il n’a pas réellement de cornes, mais ses défenses sont tellement développées et recourbées qu’elles en offrent toute l’apparence.

  • 9 [Onocentaure : variation du centaure, datant du Moyen Âge. Au lieu d’être moitié homme, moitié che (...)

8Enfin Élien parle d’un monstre qu’il appelle onocentaure9, et qui devait présenter une combinaison des formes de l’homme et de celles de l’âne. Élien ne dit pas avoir vu ce monstre, mais il est moins rare qu’il paraît le croire. On l’observe dans la classe des quadrupèdes toutes les fois que la mâchoire inférieure de l’un de ces animaux a été atrophiée par une cause quelconque, avant la naissance du fœtus. L’absence de mâchoire inférieure donne à la figure de l’animal une ressemblance plus ou moins frappante avec le visage de l’homme. J’ai moi-même vu un veau qui présentait cette ressemblance. Il paraît que du temps de Claude on en apporta un à Rome, et qu’il fut conservé dans du miel. Ces jeux ou plutôt cette perturbation de la nature, reproduite dans le Moyen Âge, a fait supposer des unions grossières, et a motivé des condamnations cruelles que la science ne permettrait plus aujourd’hui qu’elle explique ces anomalies.

  • 10 [En mythologie grecque, Memnon est le fils de Tithon (fils de Laomédon, roi légendaire de Troie) e (...)
  • 11 [Le chevalier combattant (Philomachus pugnax) est un échassier de taille moyenne, considéré en gén (...)

9Élien nomme un peu plus d’oiseaux que de quadrupèdes. On en compte cent neuf espèces dans son histoire ; mais soixante-treize seulement nous sont connues parfaitement et depuis longtemps ; d’autres sont le sujet de doutes ; d’autres enfin n’ont été reconnues que dernièrement. Parmi celles-ci nous citerons les paons de mer, grands vautours barbus que la fable dit être les compagnons de Memnon10 changés en oiseaux11, et qui, suivant la fable encore, revenaient chaque année, au commencement de l’automne, se livrer des combats sur la tombe du héros que nous venons de nommer. Les paons de mer sont en effet bien connus sous le nom d’oiseaux de combat, et tous les ans ils se battent à outrance pour la possession de leurs femelles.

  • 12 [La huppe fasciée (Upupa epops), est un oiseau pourvu d’une huppe remarquable sur la crête de son (...)

10Nous citerons encore la huppe12, oiseau des Indes, facile à apprivoiser, et qui faisait, dès le temps d’Homère, l’amusement et les délices des princes. Les rois des Indes, suivant Élien, se plaisaient beaucoup à porter une huppe sur la main, et les bracmanes en ont fait le sujet d’une histoire extraordinaire analogue à celle qu’Aristophane rapporte sur les alouettes. Ces deux fables sont probablement la même fable transportée de l’Inde dans la Grèce.

  • 13 [Diard et Duvaucel, voir Leçon 7, notes 42-43. Le gavial du Ganges au long museau (Gavialis ganget (...)

11Élien décrit cinquante espèces de reptiles, au nombre desquels plusieurs sont très-remarquables. Il fait connaître que le Gange produit deux espèces de crocodiles, et que l’une d’elles porte une corne sur le museau. Jusque dans nos temps on avait refusé de croire à l’existence de cette espèce de crocodile. On avait bien découvert, il y a trente ans, un crocodile à long museau ressemblant beaucoup à celui désigné par Élien ; mais on n’y avait pas trouvé cette partie cornée, caractéristique de son espèce. Ce n’est que depuis quelques années que MM. Diard et Duvaucel ont enfin retrouvé un crocodile à proéminence charnue et cornée, dont s’étaient trouvés privés, par quelque accident, les premiers individus de la même espèce découverts il y a trente ans par les naturalistes13.

12Élien rapporte sur les serpens plusieurs choses qui probablement se vérifieront. Cependant il ne faudrait pas prendre à la lettre ce qu’il dit, car il écrit souvent d’après des Grecs qui n’étaient pas naturalistes et qui s’exprimaient d’une manière très-vague.

  • 14 [Le poisson porc-épic désigne tous les poissons épineux de la famille des Diodontidae vivant dans (...)
  • 15 [Citharaedus, nom utilisé par Élien (Livre 11, Chapitre 23) pour désigner l’ange de mer impérial ((...)

13Élien est très-riche en poissons. Il en nomme environ cent trente, dont soixante-dix sont déterminés avec assez d’exactitude. Plusieurs sont décrits par lui pour la première fois : tels sont le diodoné, ou l’archer, qui est armé de longues épines et que nous nommons orbe épineux14 ; le citharœdus15, qui a la forme d’une lyre ; l’anchois, petit poisson qui a la bouche fendue au-delà des yeux. Élien donne sur les poissons beaucoup de détails de mœurs très-intéressants et très-précieux pour nous qui sommes peu avancés dans ce genre de connaissances. La position des Grecs leur avait singulièrement facilité cette sorte d’étude.

14Élien nomme soixante espèces d’insectes, parmi lesquelles vingt appartiennent aux crustacés. Vingt-cinq ou vingt-six insectes seulement sont bien déterminés. Il nomme trente mollusques ou coquillages, dont vingt nous sont connus.

  • 16 Nous devons faire remarquer que Pline parle des perles de Bretagne dans son Histoire naturelle [M. (...)
  • 17 [Linné (voir Leçon 7, note 34) fut le premier à découvrir une façon de cultiver une perle parfaite (...)

15Élien est le premier qui parle des perles de Bretagne. Avant lui on ne connaissait que celles de la mer des Indes16. Aujourd’hui on trouve encore dans les mers d’Écosse des perles du genre de celles mentionnées par Élien pour la première fois. On trouve aussi des perles dans une espèce de moule qui habite la mer du Nord. Linnée a proposé de piquer ce mollusque pour le forcer à produire des perles17 ; et en effet ces objets sont le résultat d’une blessure faite aux coquillages qui sont susceptibles de leur donner naissance.

  • 18 [Ajasson de Grandsagne, voir Leçon 13, note 44.]
  • 19 [L’édition d’Élien par Ajasson de Grandsagne annotée par Cuvier, fut publiée en 20 volumes par Pan (...)

16M. Ajasson de Grandsagne18 et moi avons préparé une nouvelle édition de l’ouvrage d’Élien19. Les chapitres y seront replacés dans un ordre meilleur, et la méthode qui caractérise la science moderne essaiera de remplacer le chaos du compilateur grec.

  • 20 [Pierre d’Albi, ou Pierre Gilles ou Gyllius, né à Albi en 1490, voyagea en Italie et fut envoyé en (...)
  • 21 [François Ier, aussi appelé (jusqu’en 1515) François d’Angoulême (né le 12 septembre 1494 à Cognac (...)

17Le premier critique d’Élien, Pierre Alby20, qui fut envoyé dans le Levant par François Ier21, avait essayé ce que nous venons d’entreprendre, M. de Grandsagne et moi ; mais il ne donna pas le texte grec, ce qui était nécessaire.

  • 22 [Selon l’interprétation moderne, Oppien est le nom officiellement authentifié des auteurs de deux (...)

18Nous allons maintenant examiner les ouvrages d’Oppien22.

  • 23 [Septime Sévère (Lucius Septimius Severus Pertinax) (né en 146, à Leptis Magna, Tripolitaine, aujo (...)
  • 24 [Meleda (Mljet) est l’une des sept îles principales qui bordent la côte dalmatienne de Croatie.]
  • 25 [Caracalla, également appelé Caracallos (Marcus Aurelius Severus Antoninus Augustus), nom de naiss (...)
  • 26 [La Souda (ou Suidas) est un dictionnaire encyclopédique imposant du xe ou xie siècle, qui fut le (...)

19Ce poète naturaliste naquit vers la fin du règne de Marc-Aurèle, à Anazarbe, capitale de la Cilicie. Son père se nommait Agésilas et sa mère Zénodote. Agésilas était un des membres les plus distingués du sénat d’Anazarbe, moins encore par sa naissance que par son amour pour les lettres et la philosophie. Le jeune Oppien avait déjà parcouru le cercle des sciences que les Grecs appelaient encyclopédie, lorsque son père perdit subitement sa fortune et fut précipité dans l’indigence. L’empereur Septime Sévère23, monté depuis peu de temps sur le trône qu’il avait conquis, était venu à Anazarbe ; tous les sénateurs s’étaient empressés d’aller au-devant de lui pour lui présenter leurs hommages. Le seul Agésilas avait négligé ce devoir que les circonstances semblaient lui prescrire. L’empereur, irrité de cette indifférence qui lui parut peut-être un reproche secret à son usurpation, dépouilla Agésilas de tous ses biens, et l’exila dans l’île de Mélite (aujourd’hui Mélédé24) formée par la mer Adriatique. Oppien suivit son père dans cette île, et ce fut là qu’il écrivit ses deux poèmes sur la chasse et son poëme sur la pêche. Il fut à Rome les présenter à Sévère et à son fils Antonin Caracalla25 qui aimaient beaucoup la chasse et la pêche. Cet hommage du poète fut si bien reçu que l’empereur lui permit de demander tout ce qui lui plairait. Oppien ne pensa qu’à son père ; mais, outre la grâce de celui-ci, l’empereur fit donner au poète une statère d’or pour chacun de ses vers, lesquels, suivant Suidas26, s’élevaient à vingt mille. Mais il ne jouit pas long-temps de sa gloire et de sa prospérité : à peine était-il revenu dans sa patrie, qu’une peste terrible ravagea la ville d’Anazarbe et emporta notre poète naturaliste à la fleur de son âge : il n’avait guère alors plus de trente ans. Ses concitoyens lui élevèrent un tombeau magnifique sur lequel ils placèrent sa statue avec une inscription extrêmement flatteuse.

20Les ouvrages d’Oppien étaient au nombre de trois, comme nous l’avons dit : l’un est intitulé : Alieutiques, et traite de la pêche ; le second a pour titre : Cynégétiques, et est relatif à la chasse des quadrupèdes ; le troisième était intitulé : Ixeutiques, et avait pour objet la chasse des oiseaux. La poésie de ces ouvrages passe pour être fort belle, surtout celle des Alieutiques.

21Il ne nous reste que les Alieutiques et les Cynégétiques ; encore le quatrième chant de ce dernier poème est-il incomplet, et le cinquième totalement perdu. Depuis long-temps les Ixeutiques n’existent plus.

  • 27 [Les trois anciens essais intitulés Les Cynégétiques sont attribués à Oppien (voir Oppien, Oppiani (...)
  • 28 [Julia Domna (morte en 217), fut la seconde femme de l’empereur romain Septime Sévère (au pouvoir (...)

22Les Cynégétiques sont le troisième traité de chasse que l’antiquité nous ait laissé sous ce titre27. Oppien commence le premier chant de son poëme par une dédicace à Sévère, à Antonin Caracalla et à sa mère Domna28, qu’il appelle poétiquement la Vénus d’Assyrie. Il invoque ensuite Diane, et, dans un dialogue avec elle, celle-ci lui indique le sujet de ses chants.

  • 29 [Orynge (du genre Oryx) désigne une des quatre antilopes de grande taille (de la famille des Bovid (...)

23Oppien décrit les différentes espèces de chevaux qui étaient connues de son temps, et il place au premier rang, pour la vitesse et pour l’élégance des formes, les chevaux de l’Ibérie, l’Espagne actuelle. On voit au reste, par ses descriptions, que les espèces de son temps ne différaient pas de celles que nous possédons aujourd’hui. Toutefois il signale une variété de chevaux que nous devons faire remarquer à cause de la singulière manière dont l’auteur prétend qu’ils étaient obtenus. On les nommait orynges29 ; ils ressemblaient au zèbre par les raies de couleurs opposées dont ils avaient le corps couvert, et s’obtenaient en plaçant un cheval blanc sous les yeux d’une jument, au moment où on lui procurait un étalon noir. L’imagination de la mère était ainsi une des deux causes qui produisaient le mélange des couleurs noire et blanche.

  • 30 Il ne parle que de chiens courants et qui prennent leur proie. On ne voit pas que de son temps on (...)

24Oppien décrit, après les chevaux, les diverses races de chiens connues de son temps et leurs qualités diverses30.

  • 31 [L’oryx à quatre cornes ou l’antilope tétracère (Tetracerus quadricornis), aussi connue sous le no (...)

25Dans son deuxième chant, où il désigne les animaux que l’on peut chasser, il nomme le bison, ainsi que le mouflon ou mouton sauvage. Ce dernier animal, qui ne se trouve plus que dans la Sardaigne et dans la Corse, vivait alors en Italie. Oppien décrit aussi l’oryx de manière à faire croire qu’il s’agit de la gazelle. Il dit que ses cornes sont pointues comme des dards, et il n’adopte point l’erreur de certains auteurs qui ont prétendu que l’oryx n’avait qu’une corne31.

26Il signale encore un oryx à quatre cornes. Ces caractères singuliers ont été regardés comme fabuleux pendant long-temps ; mais l’animal qui les porte a été retrouvé il y a trois ou quatre ans et décrit par un général étranger.

  • 32 [Acmon, petit mammifère carnivore, espèce de mangouste, l’un des nombreux petits carnivores de la (...)

27Dans le troisième chant de son poëme, Oppien dit qu’il a vu à Rome un lion noir d’une grosseur prodigieuse, qui était passé de l’Éthiopie dans la Lybie, et qui fut présenté à l’empereur. Il distingue deux espèces de panthères et deux espèces d’acmons32 ; ceux-ci sont peut-être l’isatis. Il décrit l’ichneumon et la manière dont il attaque le crocodile ; la girafe, qu’il regarde comme le résultat du mélange de deux espèces différentes, la panthère et le chameau. Enfin il décrit l’autruche, qu’il considère aussi comme provenant du mélange de deux espèces fort différentes, le passereau et le chameau. Le fabuleux, chez les anciens, est ainsi toujours mêlé au vrai.

  • 33 Comme Buffon [voir Leçon 7, note 39], [Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de] Montesq (...)

28Dans le quatrième chant, Oppien donne des détails sur les diverses chasses pratiquées de son temps ; il décrit tous les objets qu’exige chacune d’elles, tels que filets, engins, armes, etc. Quoique en vers33, tous ces détails sont fort utiles pour nous faire connaître les moyens de chasse qu’employaient les anciens.

  • 34 [Pour une traduction française des Halieutiques d’Oppien, voir l’édition suivante : Les Halieutiqu (...)

29Nous allons maintenant examiner les Alieutiques34. Cet ouvrage n’a pas été traduit en vers ; nous n’en avons que des versions en prose.

30Dans le premier chant, l’auteur annonce qu’il va faire connaître les amours, les mœurs, les antipathies, les moyens de défense des poissons, et les procédés que les hommes mettent en usage pour les prendre. Il invoque ensuite Neptune, la mer elle-même et les dieux inférieurs qui l’habitent. Puis il commence le développement de son sujet par l’indication des lieux où l’on peut trouver chaque espèce de poissons : il indique celle qui ne se trouve que sur les bancs de sable, celle qui vit dans la vase, celle qui recherche les algues, celle qui se tient en pleine mer, celle qui vit près des fleuves ; enfin celles qui ne vivent que sur les rochers ou dans des trous où il faut les aller prendre.

31En nommant le scare comme l’une des espèces qui vivent sur les roches couvertes de plantes, Oppien fait remarquer que ce poisson est le seul qui ait une voix. On sait que les poissons ne peuvent pas avoir de voix proprement dite. Cependant des observateurs prétendent avoir entendu quelques poissons produire un son qui y ressemble.

32Oppien en traitant des cétacées comme tous les grands animaux qui habitent la mer, tels que les lions marins, les baleines, etc. Maintenant nous ne donnons le nom de cétacées qu’aux mammifères à sang chaud qui vivent dans la mer.

33Lorsqu’il parle du mode de reproduction des poissons, Oppien rapporte sérieusement une fable de l’antiquité sur la murène et la vipère. Il prétend que la vipère va à une certaine époque sur les bords de la mer, dépose son venin sur une pierre et appelle la murène ; celle-ci, dit-il, ne tarde pas à sortir des eaux, et lorsque leurs amours sont finis, la vipère reprend son venin, et retourne dans sa demeure habituelle. Mais il y a très-peu de fables de cette espèce dans Oppien.

  • 35 [Sur les soins parentaux des dauphins, Oppien écrivit : Tous les animaux des mers, qui sont vivipa (...)

34Il indique vers la fin de son premier chant, les poissons dont les petits naissent vivants, et il donne des détails sur les soins dont ceux-ci sont l’objet. Quelques espèces, comme celle des dauphins, vont jusqu’à mettre leurs petits dans leur bouche35.

  • 36 [Torpille, voir Leçon 8, note 13.]

35Dans son deuxième chant, Oppien décrit les mœurs des poissons, et les moyens qu’ils emploient soit pour s’attaquer, soit pour se défendre. Il décrit très-bien le pouvoir engourdissant de la torpille, et dit formellement que les effets de ce pouvoir atteignent le pêcheur par l’intermédiaire de sa ligne. Celle-ci est en effet un très-bon conducteur de l’électricité dégagée par la torpille36.

  • 37 [Baudroie, voir Leçon 8, note 12.]

36Oppien décrit très-bien la ruse qu’emploie la baudroie pour atteindre des poissons. Il dit qu’elle laisse sortir de sa bouche de petits filamens qui ressemblent à des vers, et qu’elle agite fréquemment. Lorsque les poissons, trompés par l’apparence, s’approchent pour saisir les filamens de la baudroie, celle-ci les retire peu à peu vers sa bouche, jusqu’à ce que les poissons, qui suivent leur proie dans son mouvement, soient assez rapprochés d’elle pour qu’elle puisse les saisir37. Oppien nomme la baudroie grenouille pêcheresse.

  • 38 [Le bard : Cuvier parle probablement ici du bar, ou loup marin, Dicentrarchus labrax.]

37Dans un morceau fort poétique cet auteur explique comment certaines crevettes ou écrevisses de mer se vengent du bard38 qui les dévore. Lorsqu’elles sont saisies par cet animal vorace, elles dressent une espèce de scie qu’elles portent sur la tête, et déchirent le palais de leur ennemi en passant dans sa bouche. Celui-ci, emporté par son avidité, continue de manger ; mais il finit par succomber aux tourmens que lui font éprouver les déchirures produites par la scie de chaque crevette.

  • 39 [Le boeuf marin est la raie manta de la mer Méditerranée, Mobula mobular.]
  • 40 [Joseph Antoine Risso (1777-1845, Nice), pharmacien et professeur à Nice. Il devint professeur de (...)

38Oppien représente le bœuf marin39 comme un poisson de très-grande taille, et fort redoutable aux pêcheurs, qui souvent sont victimes de sa ruse. Celle-ci consiste à jeter tout-à-coup dans l’obscurité le plongeur dont le poisson veut faire sa proie en se précipitant sur son visage de manière à lui dérober la lumière. Ce bœuf marin est une grande espèce de raie très-bien décrite par Risso40 et qui a jusqu’à 12 et même 15 pieds de longueur. Tout ce qu’en rapporte Oppien est parfaitement exact.

  • 41 [La pastinaque désigne une des raies au corps plats remarquables par leur longues épines pointues (...)

39Oppien décrit encore exactement l’aiguillon venimeux qu’un poisson, nommé pastinaque41, porte sur la queue, et dont les anciens armaient la pointe de leurs flèches.

  • 42 [Le muge désigne les poissons abondants et à haute valeur commerciale de la famille des Mugilidae (...)

40Enfin, il termine son deuxième chant par un éloge du muge42, qu’il représente comme l’emblême de la vertu et de l’innocence, parce qu’il n’attaque jamais les autres poissons, et ne vit que d’algues et de limon. Cette innocence et cette vertu viennent de ce que le muge n’a pas de dents.

41Le troisième chant du poëme d’Oppien est consacré à la description de quatre différens genres de pêche, et à celle des procédés mis en usage de son temps. Plusieurs de ces procédés ayant été employés ont procuré les résultats indiqués par l’auteur.

  • 43 [Le loup marin est probablement le Dicentrarchus labrax (voir note 38 ci-dessus).]
  • 44 [La seiche est un céphalopode marin de l’ordre des Sepiodiés, apparentée à la pieuvre et à l’encor (...)

42Oppien connaissait sur les poissons une foule de particularités aussi très-exactes. Il dit que le muge saute par dessus les filets, ce qui oblige à faire des filets latéraux. Il rapporte que le loup marin43 creuse le sable et passe par dessous le filet. D’autres poissons coupent la ligne du pêcheur. La torpille donne une décharge électrique si violente que souvent la ligne échappe à celui qui la tient. La sèche44, lorsqu’elle s’aperçoit qu’on veut la prendre, répand autour d’elle une liqueur si noire qu’on la perd de vue aussitôt.

  • 45 [Anthias anthias, ou barbier commun, est un petit poisson aux nageoires développées que l’on trouv (...)
  • 46 [Le bard, voir note 38 ci-dessus.]

43Oppien en décrivant les amorces dont il faut se servir, et qui sont presque toujours des poissons, nous a mis à portée de déterminer plusieurs espèces sur lesquelles il existait beaucoup de doute. Ainsi par exemple quelques naturalistes avaient supposé que l’anthias45 était un poisson rouge doré de la Méditerranée, à dimensions considérables ; mais Oppien indiquant que ce poisson sert d’amorce pour prendre le bard46, rend à peu près évident qu’il est de petite étendue. Toutefois, comme parmi les poissons qui peuvent servir d’appât, Oppien place des animaux très-grands, il reste encore quelques doutes sur la détermination de l’anthias.

44L’auteur décrit la pêche assez curieuse de ce poisson. Il fallait commencer par l’apprivoiser, en lui jetant à manger pendant plusieurs jours, et c’était seulement après que le pêcheur l’avait ainsi habitué à venir vers lui, qu’il pouvait jeter utilement ses filets.

45La pêche du xiphias, poisson à longue épée, présente aussi des particularités curieuses. Pour s’approcher de ce poisson, les pêcheurs construisaient avec des parties d’autres individus de la même espèce, telles que l’épée, ou le museau de l’animal, de petites barques ayant l’apparence du xiphias. Celui-ci, croyant voir des animaux de son espèce, se laissait approcher, et lorsque les pêcheurs l’avaient ainsi environné de toutes parts, ils le frappaient à coups de trident, jusqu’à ce qu’ils l’eussent mis hors d’état de fuir. Aujourd’hui on se sert encore de tridents pour la pêche de ce poisson ; mais on l’attire avec des flambeaux. Ce moyen est employé en Sicile.

46Après ces détails de pêche, Oppien traite des migrations des poissons. Les anciens croyaient que le thon venait de l’Océan dans la Méditerranée par le détroit de Gibraltar. On sait aujourd’hui qu’il se retire au fond des eaux, et reparaît au printemps ; mais il est également certain qu’il vient quelquefois des thons de la mer Noire, par les Dardanelles.

  • 47 [Thynnoscopes, ou tours à thon, utilisés depuis l’Antiquité pour repérer les bancs de thon de haut (...)

47Comme la pêche de ces poissons était l’objet d’une industrie considérable, on employait du temps d’Oppien, des hommes à vue très-exercée pour découvrir de loin les troupes de thons, et avertir de leur arrivée. Ces hommes, nommés thynnoscopes47, montaient pour remplir leur mission sur les collines ou les rochers les plus élevés, et aussitôt qu’ils avaient donné le signal convenu, on tendait des filets dans lesquels on prenait un nombre considérable de thons.

48Dans son quatrième chant, Oppien indique des moyens à attirer les poissons autres que ceux dont il a déjà parlé, et fait connaître comment les poissons essaient de se soustraire aux piéges qui leur ont été tendus. Il parle fort en détail de l’amitié que les scares portent aux individus de leur espèce. Il assure que quand l’un d’eux est pris à la ligne, les autres tournent autour et s’efforcent de le dégager en rongeant la ligne ; s’il est pris dans un filet ils le saisissent par la queue, et le tirent de toutes leurs forces. Les pêcheurs se servaient d’une femelle pour prendre les scares, les céphalées, les seiches.

49Suivant Oppien, le poulpe quitte la mer et vient jusque sur le rivage, lorsqu’on y dépose des branches d’olivier. Cette particularité mériterait qu’on cherchât à s’assurer de sa réalité.

50Les sarges, espèce de muge, sont aussi, suivant Oppien, attirés par les chèvres.

51Les enfans du temps de notre poète employaient un moyen singulier pour pêcher l’anguille : ils jetaient dans l’eau un long boyau, et attendaient qu’une anguille en eût avalé une grande partie ; alors ils gonflaient cet intestin en soufflant dans l’extrémité qu’ils tenaient, et tiraient à eux l’animal qui ne pouvait plus se dégager du boyau gonflé.

  • 48 [La scieÌne, ou le maigre, également appelé « grogneur », du genre Sciaena, est un poisson percifo (...)

52Pour prendre la sciène48, on commençait par l’effrayer ; elle se jetait alors dans les rochers, où les pêcheurs la saisissaient à la main.

  • 49 [Cyclamen, genre regroupant 15 espèces environ de plantes vivaces florissantes de la famille des P (...)

53On employait souvent du temps d’Oppien des drogues propres à engourdir les poissons. Le plus souvent on se servait pour cet objet d’argile imprégnée de suc de racine de cyclame49. On parvenait avec cette substance à produire chez les poissons un état de torpeur qui permettait aux pêcheurs de les prendre fort aisément.

54Oppien décrit dans son cinquième chant les pêches qui présentent des dangers, en ce qu’elles exigent que les hommes se battent souvent corps à corps avec les poissons.

55Il fait remarquer fort exactement que quand la tortue de mer est à terre, elle ne peut plus se mouvoir si on la place sur le dos, et que l’on peut la laisser dans cette position aussi longtemps que l’on veut, sans craindre qu’elle s’échappe.

  • 50 [Le squale désigne l’un des petits requins des familles Squalidae, Scyliorhinidae, et Triakidae. L (...)

56Oppien décrit les combats qu’on livrait aux squales50 nommés panthères à cause des taches qu’ils ont sur le corps, et il parle à cette occasion d’énormes cétacées capables de mettre en danger les petits bâtimens.

57Il termine son poëme par la description de la pêche des coquillages que l’on va chercher au fond des eaux. Cette pêche expose les plongeurs au danger d’être dévorés par les gros poissons ; mais les anciens connaissaient très-bien les localités dangereuses et celles qui ne l’étaient pas. Oppien fait remarquer que l’on peut plonger sans crainte dans tous les lieux où vivent les poissons qu’il nomme sacrés, ceux-ci ayant, suivant l’opinion de son temps, la vertu de faire fuir les poissons dangereux. La remarque d’Oppien est exacte ; son explication seule est fausse et toute superstitieuse. Si l’on peut pénétrer avec sécurité dans les eaux où vivent les poissons prétendus sacrés, ce n’est pas parce qu’ils ont réellement la vertu de chasser ceux qui sont nuisibles ; c’est tout simplement parce que ces poissons sacrés étant très-faibles, comme les plies et les soles, par exemple, ils ne pourraient subsister dans des lieux qui seraient habités par les animaux méchants et robustes dont l’homme doit éviter la rencontre.

58Le nombre des poissons nommés par Oppien dans le cours de son poème, s’élève à près de cent soixante. Il fait sur plusieurs des remarques qu’il serait bon de vérifier.

59Oppien est le dernier écrivain de l’antiquité qui mérite le titre de naturaliste. Après lui se trouve close la liste des auteurs originaux ; on ne trouve plus que quelques fragmens de peu de valeur ou des copies d’ouvrages déjà publiés. Les médecins sont les seuls auteurs qui nous offriront encore des travaux d’une importance remarquable, parce que la médecine n’étant pas une science de luxe, n’est jamais interrompue dans sa marche. Pour terminer l’histoire des sciences naturelles pendant le iie siècle de l’ère chrétienne, nous examinerons les travaux du plus grand médecin de l’empire romain, de Galien, l’un des hommes les plus remarquables de l’antiquité, sous le rapport scientifique. Galien était grand anatomiste, grand pathologiste et grand physiologiste ; il avait cultivé la science médicale dans toutes ses branches, et beaucoup de découvertes lui appartiennent. Il ne s’était pas borné, comme Hippocrate, à rassembler ou à tenir des notes sur les maladies ; très-versé dans la philosophie, il connaissait parfaitement les différens systèmes professés de son temps. Pour l’étendue et a profondeur des vues, pour les généralisations, c’est le seul homme de l’antiquité romaine qui puisse être placé à côté d’Aristote.

60Dans la prochaine séance, nous examinerons les travaux de Galien.

Notes

1 [Élien, en latin Claudius Aelianus (né c. 170 à Préneste près de Rome ; mort c. 235), auteur romain et professeur de rhétorique dont le talent d’orateur et d’écrivain en langue grecque était si exceptionnel –langage dans lequel ses ouvrages furent écrits– qu’on le surnomma Meligottos (« à la langue de miel »). Élien était un admirateur et étudiant des écrits de Platon, Aristote, Isocrate, Plutarque, Homère, et d’autres auteurs, et ses œuvres préservent de nombreux extraits provenant d’anciens auteurs. Élien est connu principalement pour son œuvre De la Nature des Animaux (voir note 2 ci-dessous).]

2 [De la Nature des Animaux, écrit par Élien, contient des histoires moralistes curieuses sur les oiseaux et autres animaux, souvent sous la forme d’anecdote, de folklore, ou de fable (cf. précisément La Personnalité des animaux [traduit et commenté par Zucker Arnaud ; postface de Bailly Jean-Christophe], Paris : Les Belles Lettres, 2001-2002, 2 vol.) Son œuvre servit de modèle utilisé dans les bestiaires et les traités médicaux jusqu’au début du Moyen Âge. Son œuvre Histoire Variée raconte des anecdotes sur les hommes, les coutumes, et les événements miraculeux (pour une traduction contemporaine, cf. Élien, Histoire Variée [traduction de Lukinovich Alessandra & Morand Anne-France], Paris : Les Belles Lettres, 1991, xxvi + 268 p.) Il nous reste également des fragments d’autres textes qu’il écrivit.]

3 [Nicias ou Nikias (470-413 av. J.-C.) était un général et homme politique athénien qui hérita de son père une large fortune, laquelle il investit dans les mines d’argent du mont Laurium en Attique. De par sa richesse, Nicias était membre du parti aristocratique au sein duquel il exerça sa carrière politique. Après la mort de Périclès en 429 av. J.-C., Nicias devint le chef de ce parti, rivalisant ainsi avec le parti populaire de Cléon. En 421 av. J.-C., on doit à Nicias la fin de la Guerre du Péloponnèse après dix ans de conflit féroce avec les belligérants spartiates (Paix de Nicias). Pendant un certain temps à la suite de la paix, tous les Athéniens considérèrent Nicias comme leur sauveur, jusqu’à ce qu’Alcibiade, aristocrate controversé, imposa ses propres plans et décida de relancer la guerre (voir Plutarque, Vies, tome VII : Cimon-Lucullus, Nicias-Crassus [texte établi et traduit par Flacelière Robert & Chambry Émile], Paris : Les Belles Lettres, 2003, 508 p.)]

4 [Le bœuf désigne le mâle du bétail bovin (Bos taurus), mais au sens zoologique, le terme bovin (Bos taurus) inclut non seulement le taureau sauvage d’Europe, mais aussi tout bovin aux caractéristiques différentes tel que le taureau, le bison ou le buffle. Chez le taureau, que ce soit chez les races domestiques existantes ou chez les aurochs aujourd’hui disparus, les cornes sont longues et proéminentes, situées sur une crête élevée au sommet du crâne. Les races à cornes courtes ou sans cornes sont des dérivées modernes du bétail du même genre. Ces races sans cornes sont intéressantes car elles montrent qu’il est facile d’éliminer les cornes, prouvant peut-être ainsi une ascendance sans cornes.]

5 [Catoblépas, voir Leçon 13, note 20.]

6 [La souris épineuse (du genre Acomys), désigne les 18 espèces de rongeurs à longues oreilles de la famille des Muridés (de l’ordre Rodentia) caractérisés par les poils courts et épineux de leur dos. Les souris épineuses sont de couleur beige, brune, rousse, ou grise, et mesurent environ dix centimètres de long, sans compter la longue queue dépourvue de poil. On trouve la souris épineuse dans les zones rocheuses ou sableuses d’Afrique et d’Asie du Sud-Ouest. Ce sont des herbivores, se nourrissant principalement de graines et de plantes, et dans certaines régions, elles vivent dans l’environnement des humains.]

7 [Expédition Égyptienne, voir Leçon 12, note 41.]

8 [Babirusa, genre de cochon (Babyrousa babirussa).]

9 [Onocentaure : variation du centaure, datant du Moyen Âge. Au lieu d’être moitié homme, moitié cheval, l’onocentaure est moitié âne, moitié homme.]

10 [En mythologie grecque, Memnon est le fils de Tithon (fils de Laomédon, roi légendaire de Troie) et d’Eos (l’Aurore), et il fut roi des Éthiopiens. Il fut un héros post-homérique qui, après la mort du guerrier troyen Hector, partit aider son oncle Priam, le dernier roi de Troie, contre les grecs. Il combattit courageusement, mais fut tué par le héros grec Achille. Selon la tradition, Zeus, le roi des dieux, attendri par les larmes d’Eos, concéda l’immortalité à Memnon. Ses compagnons furent changés en oiseaux que l’on appelle les Memnonides, lesquels venaient chaque année combattre et se lamenter sur sa tombe. Le combat entre Achilles et Memnon a souvent été représenté par les artistes grecs, et l’histoire de Memnon fut le sujet de l’Éthiopide, œuvre aujourd’hui perdue d’Arctinos de Milet (fl. c. 650 av. J.-C.)]

11 [Le chevalier combattant (Philomachus pugnax) est un échassier de taille moyenne, considéré en général comme le seul membre de son genre. Oiseau migrateur, il passe l’hiver en Europe du Sud et de l’Ouest, en Afrique et en Inde. Ces oiseaux sont très grégaires, mais pendant la saison de reproduction, qui a lieu dans les marais, marécages et prairies humides, les mâles courtisent activement les femelles et sont agressifs envers les autres mâles.]

12 [La huppe fasciée (Upupa epops), est un oiseau pourvu d’une huppe remarquable sur la crête de son crâne que l’on trouve du Sud de l’Europe et de l’Afrique jusqu’en Asie du Sud-Est. C’est le seul membre de la famille Upupidae de l’ordre des Coraciiformes. Long d’environ 18 centimètres, il est de couleur brun-rosé sur la tête et les épaules, avec une longue huppe érectile à la pointe noire sur le crâne, et les ailes et la queue rayées noir et blanc La huppe fasciée se nourrit d’insectes et d’autres petits animaux invertébrés en forant le sol avec son long bec courbé. Certains systèmes de classification reconnaissent une autre espèce, la huppe africaine, que l’on trouve de l’Éthiopie à l’Afrique du Sud.]

13 [Diard et Duvaucel, voir Leçon 7, notes 42-43. Le gavial du Ganges au long museau (Gavialis gangeticus) est une espèce semblable au crocodile que l’on trouve dans certains grands fleuves comme le Gange, le Brahmapoutre, et leurs affluents.]

14 [Le poisson porc-épic désigne tous les poissons épineux de la famille des Diodontidae vivant dans les eaux peu profondes du monde, en particulier l’espèce Diodon hystrix (porc-épic boubou). Ils sont de la même famille que les diodons, lesquels gonflent leur corps lorsqu’ils se sentent en danger. Les poissons porc-épic sont petits et massifs, avec de grands yeux, des dents en forme de bec, et la peau couverte d’épines, d’où son nom. Ces épines sont courtes et permanentes chez certaines espèces telles que le porc-épic rayé du genre Chilomycterus. Chez d’autres espèces, comme celles du genre Diodon, les épines s’aplatissent le long du corps sauf lorsque le poisson se gonfle.]

15 [Citharaedus, nom utilisé par Élien (Livre 11, Chapitre 23) pour désigner l’ange de mer impérial (Pomacanthus imperator), poisson coloré de longue taille habitant dans les coraux du Pacifique et de l’Océan Indien (voir Günther (Albert Charles Lewis), Catalogue of the acanthopterygian fishes in the collection of the British Museum, volume 2, Londres : British Museum, 1860, xxi + 548 p.)]

16 Nous devons faire remarquer que Pline parle des perles de Bretagne dans son Histoire naturelle [M. de St.-Agy.]

17 [Linné (voir Leçon 7, note 34) fut le premier à découvrir une façon de cultiver une perle parfaitement ronde (Blunt (Wilfrid), Linné, 1707-1778 : le prince des botanistes [traduit de l’anglais par Robert Françoise ; préface et notes de Aymonin Gérard Guy], Paris : Belin, 1986, 349 p.) En insérant un fil d’argent en forme de T dans une moule d’eau fraiche, une minuscule granule se crée, autour de laquelle se développe la nacre, sans toucher la coquille. En 1762, il vendit son invention à un marchand local pour l’équivalent de la somme de 3 000 $, mais l’homme ne fit aucun effort pour établir une industrie perlière en Suède.]

18 [Ajasson de Grandsagne, voir Leçon 13, note 44.]

19 [L’édition d’Élien par Ajasson de Grandsagne annotée par Cuvier, fut publiée en 20 volumes par Panckoucke à Paris entre 1829 et 1833.]

20 [Pierre d’Albi, ou Pierre Gilles ou Gyllius, né à Albi en 1490, voyagea en Italie et fut envoyé en Orient par François Ier. Faute de soutien, il fut obligé de joindre l’armée de Soliman II avant de pouvoir rentrer en Europe par la Hongrie et l’Allemagne. Il mourut à Rome chez le Cardinal d’Armagnac en 1555. Son traité De gallicis et latinis nominibus piscium massiliensium fut écrit avant ses voyages en Orient et fut imprimé pour la première fois en 1533 comme chapitre supplémentaire à ses extraits tirés d’Élien (voir Ex Aeliani historia per Petrum Gyllium latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, tum eodem Gyllio luculentis accessionibus aucti libri XVI de vi et natura animalium : eiusdem Gyllii liber unus de Gallicis et Latinis nominibus piscium, Lugduni : Gryphius, 1533, [14] + 598 p. + [5] ; Ex Aeliani historia per Petrum Gyllium Latini facti, itemque ex Porphyrio, Heliodoro, Oppiano, tum eodem Gyllio luculentis accessionibus aucti libri 16. De ui & natura animalium. Eiusdem Gyllij liber unus, De Gallicis & Latinis nominibus piscium, Lugduni : apud Seb. Gryphium, 1535, 599 p., in 4°).]

21 [François Ier, aussi appelé (jusqu’en 1515) François d’Angoulême (né le 12 septembre 1494 à Cognac, France ; mort le 31 mars 1547, à Rambouillet), roi de France (1515-1547), fut le premier de cinq monarques de la dynastie d’Angoulême de la maison des Valois. Humaniste et mécène des arts et de l’érudition de l’époque de la Renaissance, il fut aussi un roi chevaleresque, mena des campagnes en Italie (1515-1516), et combattit une série de guerres avec l’Empire Romain (1521-1544).]

22 [Selon l’interprétation moderne, Oppien est le nom officiellement authentifié des auteurs de deux (ou trois) poèmes grecs didactiques en héxamètres que l’on attribue aujourd’hui à deux personnes différentes : Oppien de Corycos (ou Oppien d’Anazarbe) en Cilicie (fl. sous le règne de Marc Aurèle, empereur de 161 à 180 apr. J.-C., lequel écrivit un poème sur la pêche, Les Halieutiques, dédié à Aurèle et son fils Commode (voir Oppien, Les Halieutiques [trad. du grec par Limes J.-M. du poëme d’Oppien, où il traite de la pêche et des mœurs des habitans des eaux], à Paris : chez Lebégue, imprimeur-libraire, 1817, 396 p. ; et Oppien d’Apamée (ou Oppien de Syrie, qui écrivit un poème consacré à la chasse, Les Cynégétiques, dédié à l’empereur Caracalla (il fut donc écrit après 211 ; voir Oppien, Oppiani poemata de venationes et piscatione cum interpretatione Latina et Scholiis, Tomus I : « Cynegetica » [éd. latine de Belin de Ballu Jacques-Nicolas], Argentorati [à Strasbourg] : Bibliopolii Academici, 1786, xliv + 366 + [2] p. + 2 pl.) Un troisième poème sur la chasse aux oiseaux, aujourd’hui perdu, est également attribué à l’un des Oppien.]

23 [Septime Sévère (Lucius Septimius Severus Pertinax) (né en 146, à Leptis Magna, Tripolitaine, aujourd’hui la Libye ; mort en février 211 à Eboracum, Grande-Bretagne, aujourd’hui York, en Angleterre), empereur romain de 193 à 211. Il fonda une dynastie personnelle et convertit le gouvernement en une monarchie militaire. Son règne marque une étape décisive dans le développement du despotisme absolu qui caractérisa l’Antiquité Tardive.]

24 [Meleda (Mljet) est l’une des sept îles principales qui bordent la côte dalmatienne de Croatie.]

25 [Caracalla, également appelé Caracallos (Marcus Aurelius Severus Antoninus Augustus), nom de naissance (jusqu’en 196 apr. J.-C.) Septimius Bassianus, également appelé entre 196 et 198 apr. J.-C. Marc Aurèle Antoine César (né le 4 avril 188 apr. J.-C. à Lugdunum (aujourd’hui Lyon), Gaule ; mort le 8 avril 217 près de Carrhes en Mésopotamie), empereur romain qui régna conjointement avec son père Septime Sévère (voir note 23 ci-dessus), puis seul entre 211 et 217, lorsqu’il fut assassiné. Ses principaux accomplissements furent les bains de Rome, et son édit de 212 donnant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’empire. Caracalla, dont le règne contribua à la chute de l’empire, fut longtemps considéré comme l’un des règnes les plus sanglants de l’histoire de Rome.]

26 [La Souda (ou Suidas) est un dictionnaire encyclopédique imposant du xe ou xie siècle, qui fut le premier ouvrage d’une telle envergure à être organisé entièrement de manière alphabétique. Il n’eut aucun effet sur l’organisation des futures encyclopédies, mais son contenu incluait un tel nombre d’informations utiles qu’il a toujours été considéré comme un ouvrage de référence au fil des siècles qui suivirent (voir Suidae Lexicon [pars I-II-III-IV-V ; trad. en latin ; éd. par Adler Ada], Stuttgart : Teubner, 1967-1971, 5 vol.)]

27 [Les trois anciens essais intitulés Les Cynégétiques sont attribués à Oppien (voir Oppien, Oppiani poemata de venationes et piscatione cum interpretatione Latina et Scholiis, Tomus I : « Cynegetica » [éd. latine de Belin de Ballu Jacques-Nicolas], Argentorati [à Strasbourg] : Bibliopolii Academici, 1786, xliv + 366 + [2] p. + 2 pl.), à Faliscus Grattius (poète romain du temps d’Auguste ; voir Grattius (Faliscus), Cynegeticon libri I quae supersunt [texte bilingue latin et français ; éd. par Verdière Raoul], Wetteren (Belgique) : Universa, 1964, 2 vol.) et à Marcus Aurelius Olympius Nemesianus, dit Némésien (poète romain originaire de Carthage, fl. c. 283 apr. J.-C. ; voir Les Cynégétiques de Némésien : édition critique, Antwerpen : De Sikkel, 1937, 9-65 + [1] p. + 3 pl.]

28 [Julia Domna (morte en 217), fut la seconde femme de l’empereur romain Septime Sévère (au pouvoir de 193 à 211) et une personnalité puissante pendant le régime de son successeur, l’empereur Caracalla. Julia était Syrienne (Domna étant son nom syrien) et était la fille du haut prêtre Bassianus à Émèse (aujourd’hui Homs) en Syrie, et la sœur aînée de Julia Maesa. Domna rassembla autour d’elle un groupe de philosophes et autres intellectuels dont les activités sont connues par les écrits de Philostrate. Après la mort de Sévère, la rancœur meurtrière de ses deux fils, les empereurs Caracalla et Geta, se termina par l’assassinat de Geta par Caracalla en la présence de Domna (212). Lorsque Caracalla (au pouvoir entre 211 et 217) partit en campagne, il la laissa en charge de la plupart de l’administration civile. Lorsqu’elle apprit le meurtre de son fils Caracalla, on raconte qu’elle se laissa mourir de faim, soit volontairement, soit sous les ordres du nouvel empereur Macrinus.]

29 [Orynge (du genre Oryx) désigne une des quatre antilopes de grande taille (de la famille des Bovidés, de l’ordre des Artiodactyles) qui vivent en troupeaux dans les déserts et les plaines arides d’Afrique et d’Arabie. Les orynges sont des animaux massifs, de 102 à 120 centimètres de hauteur à l’épaule. Ils ont une crinière et une queue touffue, et des taches sombres sur la face et le front, une mèche sombre de chaque coté de l’œil, et des marques sombres (différentes selon les espèces) sur le corps et les pattes.]

30 Il ne parle que de chiens courants et qui prennent leur proie. On ne voit pas que de son temps on eût dressé des chiens à arrêter le gibier jusqu’à ce que leurs maîtres vinssent le tuer au gîte ou le faire partir pour le tirer à la course ou au vol. Cette chasse, qui est la plus usitée et la plus agréable de toutes maintenant, ne paraît pas avoir été connue d’Oppien. [M. de St.-Agy.]

31 [L’oryx à quatre cornes ou l’antilope tétracère (Tetracerus quadricornis), aussi connue sous le nom de choushinga, que l’on trouve principalement en Inde, est la seule antilope à avoir des cornes – deux sur le haut du crane, et deux plus petites juste au dessus des yeux. L’espèce fut officiellement décrite dans la littérature scientifique en 1816 par le zoologiste français Henri Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850), mais l’identité du « général étranger » est inconuue.]

32 [Acmon, petit mammifère carnivore, espèce de mangouste, l’un des nombreux petits carnivores de la famille de la civette (Viverridae) que l’on trouve en Afrique, en Asie, et an Europe du Sud. Il en existe plus de 40 espèces appartenant à environ 15 genres. La mangouste la plus typique, la plus courante, et probablement la mieux connue appartient au genre Herpestes. Ce genre contient environ dix espèces de mangoustes, parmi lesquelles l’acmon (Herpestes ichneumon) d’Afrique et d’Europe du Sud.]

33 Comme Buffon [voir Leçon 7, note 39], [Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de] Montesquieu [philosophe politique français, né le 18 janvier 1689 à Château La Brède, près de Bordeaux, France ; mort le 10 février 1755 à Paris], et plusieurs autres hommes célèbres, Cuvier ne paraît pas estimer la poésie. Ce sentiment se laisse aussi entrevoir dans sa réponse à M. [Alphonse] de Lamartine [poète et homme d’état français, né le 21 octobre 1790 à Mâcon, France ; mort le 28 février 1869 à Paris], lors de sa réception [en 1830] à l’Académie française. [M. de St.-Agy.]

34 [Pour une traduction française des Halieutiques d’Oppien, voir l’édition suivante : Les Halieutiques [trad. du grec par Limes J.-M. du poëme d’Oppien, où il traite de la pêche et des mœurs des habitans des eaux], à Paris : chez Lebégue, imprimeur-libraire, 1817, 396 p.]

35 [Sur les soins parentaux des dauphins, Oppien écrivit : Tous les animaux des mers, qui sont vivipares, ont un amour extrême pour leur progéniture, et la défendent avec courage.
Rien ne tient plus du prodige que l’histoire des dauphins, soit qu’ils aient fait autrefois partie de l’espeÌce humaine, soit qu’ils aient habité dans des villes avec des hommes ; que cédant ensuite aux conseils de Bacchus, ils aient changé leur élément pour celui des mers en revêtant la forme des poissons. Ils en ont conservé cette douce urbanité dans leurs mœurs, dont toutes leurs actions portent l’empreinte. Lorsque deux dauphins jumeaux, fruit ordinaire de leur hymen, sont venus au jour, ils ne se quittent pas ; ils sont toujours sautant et nageant autour de leur meÌre : ils passent à travers ses dents dans sa bouche et y restent sous l’abri protecteur de son palais. Cette meÌre leur prodigue de son côté ses douces caresses, s’agite sans cesse autour d’eux, ivre d’orgueil et de joie...
(in Oppien, Les Halieutiques [trad. du grec par Limes J.-M. du poëme d’Oppien, où il traite de la pêche et des mœurs des habitans des eaux], à Paris : chez Lebégue, imprimeur-libraire, 1817, p. 76).]

36 [Torpille, voir Leçon 8, note 13.]

37 [Baudroie, voir Leçon 8, note 12.]

38 [Le bard : Cuvier parle probablement ici du bar, ou loup marin, Dicentrarchus labrax.]

39 [Le boeuf marin est la raie manta de la mer Méditerranée, Mobula mobular.]

40 [Joseph Antoine Risso (1777-1845, Nice), pharmacien et professeur à Nice. Il devint professeur de physique et d’histoire naturelle au Lycée Impérial en 1813, professeur de botanique à l’école de médecine et de chirurgie de Nice en 1814, et professeur de chimie des minéraux et de botanique à l’école préparatoire de médicine et de pharmacie qu’il créa à Nice en 1832. En ichthyologie, son ouvrage principal fut l’Ichthyologie de Nice, ou histoire naturelle des poissons du Département des Alpes Maritimes, Paris : F. Schoell, 1810, xxxvi + 388 p. Pour plus d’information sur la vie et l’œuvre de Risso, voir Monod (Théodore) & Hureau (Jean-Claude), « Essai de bibliographie de Risso », in Monod (Théodore) & Hureau (Jean-Claude), Antoine Risso (1777-1845), volume publié à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, no spécial des Annales du Muséum d’histoire naturelle, Nice, vol. 5, 1977 [1978], pp. 159-163 ; Vayrolatti (François Edmond), Gasiglia (Roger), Hureau (Jean-Claude) & Monod (Théodore), « Biographie. Un pharmacien nicois. Antoine Risso (1777-1845) : sa vie, son œuvre », in Monod (Théodore) & Hureau (Jean-Claude), Antoine Risso..., op. cit., pp. 7-26.]

41 [La pastinaque désigne une des raies au corps plats remarquables par leur longues épines pointues situées sur leur queue. Elles sont parfois classées dans une famille unique, les Dasyatidés, mais elles sont souvent séparées en deux familles distinctes, les Dasyatidés et les Urolophidae. La raie pastinaque a un corps circulaire et des queues flexibles armées, pour la plupart des espèces, d’un ou de plusieurs aiguillons venimeux au bord en dents de scie.]

42 [Le muge désigne les poissons abondants et à haute valeur commerciale de la famille des Mugilidae (de l’ordre Perciformes). On compte un peu moins de cent espèces de muges, lesquelles vivent dans les régions tropicales et tempérées du monde. Ils vivent en général dans les eaux salées ou saumâtres, et fréquentent les zones côtières peu profondes où ils forent le sable ou la vase à la recherche de plantes microscopiques, de petits animaux, et autre nourriture. Ce sont des poissons argentés de 30 à 90 centimètres de long, couverts de larges écailles ; leur corps est massif, en forme de cigare, à la queue fourchue, et pourvu de deux nageoires dorsales distinctes, dont la première contient quatre arêtes raides. Beaucoup ont un estomac solide, comme un gésier, et de longs intestins capables de supporter un régime principalement végétarien. Le muge rayé (Mugil cephalus), élevé dans certaines régions à cause de son taux de croissance rapide, est une espèce connue que l’on trouve dans le monde entier.]

43 [Le loup marin est probablement le Dicentrarchus labrax (voir note 38 ci-dessus).]

44 [La seiche est un céphalopode marin de l’ordre des Sepiodiés, apparentée à la pieuvre et à l’encornet, et caractérisée par une coquille calcifiée épaisse interne appelée l’os de seiche. Les cent espèces de seiche mesurent entre 2,5 et 90 centimètres et leur corps aplati est bordé de chaque côté par une paire de nageoires étroites. Toutes les espèces ont dix tentacules, huit courts et deux longs, qui servent à capturer leurs proies et qui peuvent se rétracter dans deux sacs. Des ventouses se trouvent le long et à l’extrémité des tentacules.]

45 [Anthias anthias, ou barbier commun, est un petit poisson aux nageoires développées que l’on trouve dans les eaux tropicales de l’Atlantique et de la Méditerranée, connu pour sa couleur rouge-orangée très vive.]

46 [Le bard, voir note 38 ci-dessus.]

47 [Thynnoscopes, ou tours à thon, utilisés depuis l’Antiquité pour repérer les bancs de thon de haut, et pour donner des instructions aux pêcheurs situés plus bas.]

48 [La scieÌne, ou le maigre, également appelé « grogneur », du genre Sciaena, est un poisson perciforme carnassier de la famille des Sciaenidae qui vit généralement au fond de la mer. La plupart vivent dans les eaux marines chaudes et tropicales. Comparativement, peu habitent les eaux tempérées ou les eaux fraiches. La plupart sont capables de faire du bruit et peuvent « vocaliser » en remuant leurs muscles puissants attachés à la vessie natatoire qui agit comme chambre de résonnance, amplifiant ainsi les sons.]

49 [Cyclamen, genre regroupant 15 espèces environ de plantes vivaces florissantes de la famille des Primulaceae, natives du Moyen-Orient, d’Europe Centrale et d’Europe du Sud. Le cyclamen du fleuriste (Cyclamen persicum), l’espèce la mieux connue, est remarquable comme plante d’intérieur cultivée pour ses fleurs charmantes de couleur blanche, rose et rouge profond.]

50 [Le squale désigne l’un des petits requins des familles Squalidae, Scyliorhinidae, et Triakidae. Le nom panthère désigne probablement le squale à tâches de la famille Scyliorhinidae, laquelle comprend la grande roussette (Scyliorhinus stellarius), qui peut atteindre une longueur de 1,50 mètre de long, et la petite roussette (Scyliorhinus cuniculus), longue de 90 centimètres environ. Ces deux types de requins bruns à tâches sont pêchés et vendus comme ressource alimentaire.]

Table des illustrations

Titre CROCODILE ET GAVIAL. Illustration de De Sève (gravée par Hubert) extraite de Bufon (Georges-Louis Leclerc de) & Daudin ( François-Marie), Histoire naturelle, générale et particulière, t. 79 : Reptiles [nlle éd.], Paris : Imprimerie de F. Dufart, 1802, pl. 27, p. 327.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 922k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540