Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

5. Pliny, his Contemporaries & Followers / Pline, ses contemporaines & ses partisans

14. Les poètes romains

Texte intégral

LE POÈTE ROMAIN JUVENAL. Gravure de Wenceslas Hollar. Frontispice extrait de Juvenal, Mores hominum [The manners of men described in sixteen satyrs by Juvenal; trad. en anglais par Sir Robert Stapylton], Londres : [s. n.], 1660, 522 p.

  • 1 [Les seize poèmes satiriques de Juvénal traitent principalement de la vie à Rome sous le règne de (...)
  • 2 [Le scomber est le genre qui désigne le maquereau, poisson au corps fuselé que l’on pêche dans les (...)

1Les naturalistes ne sont pas les seuls auteurs qui renferment des notions relatives aux sciences naturelles. Les poètes, comme nous l’avons déjà vu, en contiennent souvent de fort précieuses, et on en rencontre jusque dans leurs pièces les plus légères, telles que les satires et les épigrammes. Ainsi la fameuse satire de Juvénal contre les Égyptiens renferme des détails importans sur le luxe des vêtements et des repas1. Une seule plaisanterie du même poète conduit à une induction importante : les écrits des naturalistes anciens n’indiquent aucun caractère qui permette de déterminer avec précision l’espèce de poisson nommée scomber ; quelques auteurs avaient pensé que ce poisson était très-grand ; Juvénal, en plaisantant les mauvais poètes, dont il représente les écrits comme destinés à servir d’enveloppe au scomber, au poivre et à la canelle, fait voir que le scomber est au contraire un poisson peu volumineux2.

  • 3 [Sur Martial, voir Leçon 11, note 69. Le système consistant à appliquer de la colle sur les branch (...)

2Le poète Martial a consacré deux livres de ses épigrammes à parler des animaux qui parurent aux spectacles du cirque sous Domitien. On trouve dans ces livres des détails qu’on n’a pas rencontrés ailleurs. Ils nous apprennent que la glu avec laquelle on ne prend maintenant que de petits oiseaux servait alors à prendre des ours3 ; ils donnent des détails sur un rhinocéros à deux cornes qui lançait dans le cirque des taureaux par dessus sa tête aussi facilement que les taureaux eux-mêmes lançaient des ballons en l’air ; ils font connaître qu’un tigre rayé fut vainqueur d’un lion, et donnent des indications intéressantes sur des bisons amenés de la Germanie, qui furent attelés à des chars.

  • 4 [Scenia, utilisé ici par l’éditeur de Cuvier (et peut-être par Cuvier lui-même) est une erreur d’o (...)
  • 5 [Porphyrion, espèce de gallinule ou poule d’eau appartenant à la famille des Rallidae, de l’ordre (...)

3Dans une pièce intitulée Scenia4, Martial donne des préceptes pour recevoir ses hôtes convenablement. Ces préceptes envers, analogues au petit traité qu’Apicius écrivit en prose, procurèrent à leur auteur le surnom de Coquus. On y remarque que les Romains faisaient servir sur leurs tables des quadrupèdes fort rares, tels que l’oryx et l’onagre ou âne sauvage, et des oiseaux aussi fort difficiles à avoir dans nos climats, tels que le flamant et le porphyrion5. En somme, Martial présente des détails intéressans sur plus de soixante espèces d’animaux.

4Martial et Juvénal sont les deux derniers écrivains du ier siècle qui se termine par le règne de Domitien, signalé dans l’histoire par une suite de cruautés et d’assassinats.

  • 6 [Nerva, dont le nom complet est Nerva Caesar Augustus, nom de naissance Marcus Cocceius Nerva (né (...)
  • 7 [Cuvier n’est pas clair ici quand il parle de philosophie. De manière succincte, les panthéistes c (...)

5Sous les empereurs qui lui succédèrent, sous Nerva6, Trajan, Adrien, Antonio, Marc-Aurèle, Rome et le reste du monde civilisé jouirent d’une longue paix ; car il n’y eut que quelques légères guerres à la frontière. Cependant, malgré cette tranquillité prospère, les sciences ne prirent pas l’essor qui aurait dû résulter de circonstances si favorables. Cette absence de progrès scientifiques doit être attribuée à l’influence funeste que les règnes précédens avaient exercée sur les mœurs des Romains. Sous ces règnes les sciences et les richesses avaient été obligées de se cacher ; on ne rencontre aucun grand nom parmi les généraux. Lorsque les hommes possédant une grande fortune ne peuvent se montrer en public, ils contractent des habitudes de débauche intérieure, de vaine curiosité ou de superstition. Des communications nouvelles avaient apporté des Indes de nouvelles idées, surtout à Alexandrie. Plusieurs philosophes se crurent inspirés et le persuadèrent à d’autres. Un très-grand nombre adoptèrent le panthéisme et regardèrent le monde, les uns comme une expansion, les autres comme une production de la Divinité7. Les nouveaux platoniciens cherchèrent de nouvelles formes et essayèrent d’allégoriser la religion païenne en considérant tous les dieux du paganisme comme des démons. Ces divers philosophes étaient d’accord sur l’existence des êtres intermédiaires nommés génies ou démons, et ils leur faisaient jouer un grand rôle dans les choses de ce monde. En effet, puisque ces êtres émanaient directement de la divinité, pourquoi n’auraient-ils pas communiqué avec elle ? On était, comme on le voit, à la porte du mysticisme. On admit que les génies ou démons ne pouvaient pas être insensibles aux prières, et de ces idées, combinées avec le judaïsme, résultèrent parmi les juifs la magie, les pratiques superstitieuses, en un mot cette espèce de philosophie nommée cabale platonique qui eut pour résultat la prétendue découverte de moyens plus on moins mystérieux ou bizarres, pour communiquer avec les démons et se les rendre favorables.

6L’histoire du iie siècle de l’ère chrétienne nous représente les intelligences actives de cette époque presque toutes occupées à rechercher ces différens moyens de communication. Il eût été difficile de découvrir un philosophe qui eût consenti à suivre les voies naturelles de l’observation et de l’expérience : le surnaturel avait seul alors quelque prix. Les sectes rivales disputaient entre elles de miracles, mettaient en usage toutes les ruses, tout le charlatanisme avec lesquels on gagne le peuple et même les grands ; c’était à qui débiterait le plus de fables, si l’on en juge par les merveilles que les philosophe racontaient de ceux qu’ils reconnaissaient pour chefs.

7C’était alors que florissait le célèbre thaumaturge Apollonius de Thyanes, dont la vie fut si fertile en miracles. On peut au surplus se faire une idée exacte de l’état étonnant des esprits à cette époque, en lisant les écrits de Lucien.

  • 8 [Phlégon, originaire de Tralles en Lydie, affranchi de l’empereur Hadrien. On ne connait rien de s (...)

8Mais au milieu de toutes ces folies religieuses, les mœurs n’étaient pas devenues meilleures. Les recherches mystiques étaient accompagnées de crimes et d’empoisonnements nombreux. Des accusations furent portées contre des écrivains distingués de cette époque. Une lettre d’Adrien, conservée dans un livre de Phlégon8, l’un de ses affranchis, peint avec une parfaite vérité l’état des esprits à Alexandrie, au temps dont je parle, l’anarchie et le désordre qui y existaient dans les croyances religieuses et philosophiques ; enfin, la fermentation extraordinaire qui agitait les esprits au milieu de cette confusion singulière d’idées. Alexandrie, dit Adrien, est une ville fort riche, remplie d’une population nombreuse et active, et le centre d’un immense commerce. À chaque instant on y rencontre des ateliers et des manufactures de toutes espèces. La réunion dans cette ville des anciennes croyances de l’Égypte, de celles du polythéisme grec et romain, interprétées diversement par les différentes écoles philosophiques, enfin de la religion juive et de la religion chrétienne, y produisent des discussions interminables et une confusion de croyances et de principes dont il est difficile de donner une idée.

  • 9 [Plutarque (né c. 46 apr. J.-C. à Chéronée en Béotie (Grèce) ; mort après 119), biographe et auteu (...)

9Tous les écrivains de ce temps ne sont pourtant pas indignes de notre examen. Il en est quelques-uns qui échappèrent aux influences funestes alors prédominantes. De ce nombre est Plutarque, l’auteur justement célèbre de la Vie des Hommes illustres9. Né en Béotie, à Chéronée, il vécut près de cent ans, et mourut sous Antonin, cent quarante ans après Jésus-Christ.

10Le titre seul de plusieurs des pièces qui entrent dans les œuvres morales de Plutarque annonce que l’auteur a eu l’intention d’y traiter des questions relatives à l’histoire naturelle. D’autres compositions, où il semble devoir s’occuper de sujets tout différens, n’en contiennent pas moins des détails intéressans pour les naturalistes.

  • 10 [Sur Le Livre des Propos de Table (Quaestiones convivales) de Plutarque, voir Œuvres morales, tome (...)

11Dans le Livre des propos de table10, par exemple, sont agitées plusieurs questions relatives à la botanique. L’auteur se demande pourquoi les arbres résineux, sur lesquels l’opération de la greffe paraît devoir être si facile, ne peuvent pas être greffés utilement ; et pourquoi le figuier, dont le suc est âcre, porte des fruits d’une extrême douceur.

  • 11 [Les Bêtes Même Lisent de Raison, voir Plutarque, Œuvres morales, Paris : Les Belles Lettres, 1972 (...)

12Dans un autre livre, ayant pour titre que les Bêtes mêmes lisent de raison11, Plutarque s’occupe encore d’histoire naturelle. Il recherche quels sont les animaux qui ont le plus d’instinct, qui sont le plus rusés, si ce sont ceux de la terre ou ceux de l’eau, et il cite, dans le cours de sa discussion, divers faits curieux ; plusieurs sont inexacts ou tout-à-fait fabuleux, mais ils ont du moins cet avantage de nous faire connaître les opinions du temps de l’auteur, et de nous mettre à portée de juger des progrès que la science a faits depuis lors.

  • 12 [Opinions des Philosophes, ou « De Placitis philosophorum », voir Plutarque, Œuvres morales, tome  (...)
  • 13 [ProbleÌmes, voir Plutarque, dans ses Œuvres morales, tome IX : Propos de table, op. cit.]
  • 14 [Sur Isis et Osiris, voir Plutarque, œuvres morales, tome V : Isis et Osiris [texte établi et trad (...)

13Nous citerons encore parmi les traités de Plutarque, ceux des Opinions des philosophes12, des Problèmes13, et enfin celui d’Isis et d’Osiris14.

  • 15 [Dans la mythologie grecque, Typhon est le plus jeune fils de Gaïa (la Terre) et de Tartare. Il es (...)

14Dans le traité d’Isis et d’Osiris, l’auteur fait connaître la doctrine, les croyances des anciens Égyptiens. Mais la diversité des explications qu’il donne des images consacrées par la religion égyptienne, prouve évidemment que les prêtres d’Égypte étaient alors tombés dans la plus grossière ignorance, et qu’ils avaient totalement perdu le sens de leurs allégories. C’est la seule conclusion qu’il nous paraisse possible de tirer des différentes explications proposées par Plutarque sur Osiris, Isis ou Typhon15.

15Les œuvres morales de Plutarque ont besoin d’un nouveau traducteur qui appuie sa version de commentaires, principalement dans les morceaux relatifs aux sciences naturelles.

  • 16 [Flavius Arrianus ou Arrien (né à Nicomédie, en Bithynie, aujourd’hui Izmit en Turquie ; mort c. 1 (...)
  • 17 [Cuvier, ou son éditeur, donnent le nom d’Indications, mais le titre de l’œuvre d’Arrien est Indic (...)
  • 18 [Sur Néarque et son voyage, voir Leçon 8, note 22.]

16Flavius Arrianus16, principal historien d’Alexandre, gouverneur de Cappadoce, consul et général romain, enfin grand prêtre de Cérès et de Proserpine, a fait suivre son histoire d’un ouvrage nommé en français Indiques17, lui contient une description des Indes, tirée des relations écrites par les lieutenans d’Alexandre, et un récit du voyage maritime de Néarque18.

  • 19 [Appien d’Alexandrie (fl. iie siècle apr. J.-C.), historien grec qui raconta les conquêtes de Rome (...)

17Appien d’Alexandrie19 contient aussi quelques faits qui se rattachent à l’histoire naturelle ; il donne divers détails sur les éléphans qui étaient employés dans les batailles.

  • 20 [Pausanias (fl. 143-176 apr. J.-C. ; né à Lydie, aujourd’hui en Turquie), voyageur et géographe gr (...)

18Pausanias20, auteur d’un Voyage dans la Grèce, si précieux pour les antiquaires, est aussi fort intéressant pour les naturalistes. Il renferme plusieurs faits d’histoire naturelle qu’on ne trouve pas ailleurs. Il parle, comme Appien, des éléphans avec détail.

  • 21 [Apulée, ou Lucius Apuleius en latin (né c. 124 à Madaure en Numidie, près de la ville moderne de (...)

19Enfin Apulée21, l’auteur de l’Âne d’Or, présente des détails relatifs à l’histoire naturelle, qui sont remarquables par leur exactitude.

  • 22 [Un lièvre marin désigne tout gastéropode marin de la famille des Aplysiidae (de la sous-classe Op (...)
  • 23 [« Même chez les anciens philosophes, je ne trouve aucun détail concernant la nature unique de ce (...)

20Apulée était un platonicien d’une curiosité insatiable ; il s’était affilié à toutes les sociétés secrètes, et s’était fait initier à tous les mystères. Pour connaître ceux d’Osiris, il avait fini par vendre ses habits. Marié à une riche veuve, il fut accusé d’avoir employé des procédés de magie pour la séduire. Cette ridicule accusation était basée sur ce fait, qu’on l’avait vu observer des lièvres marins, gros mollusques qui jouaient un grand rôle dans les opérations magiques22. Dans sa défense, Apulée répondit qu’en effet il avait observé des lièvres marins, mais seulement dans le but de satisfaire une curiosité qui n’offrait rien de condamnable. La description qu’il donne de petits osselets existant dans l’estomac de ces animaux, prouve qu’il les avait observés en naturaliste, car cette description est exacte23.

  • 24 [De Herbis sive de Nominibus et virtutibus herbarum (« Sur les Herbes, les Noms, et les Vertus des (...)

21C’est à tort que l’on a attribué à Apulée un ouvrage intitulé : De Nominibus et virtutibus her’barum24, contenant la description de cent vingt plantes, et une synonymie barbare. Cet ouvrage est d’un pseudonyme du Moyen Âge.

  • 25 [Plinius de Re medica ou Plinius Medicus est un ancien traité sur les plantes parfois attribué à E (...)
  • 26 [Emilius (ou Aemilius) Macer, poète et philosophe originaire de Vérone, contemporain d’Ovide et am (...)

22Un traité intitulé : Plinius de Re medicâ, qu’on désigne ordinairement sous le titre de Plinius Medicus25, et un autre traité en mauvais vers, sur la vertu des plantes, sont aussi attribués à tort à un poète contemporain d’Ovide, Emilius Macer26. Ces deux ouvrages appartiennent également au Moyen Âge, et sont sans valeur.

23Ici se termine la littérature latine. Les ouvrages que nous aurons désormais à examiner ont été écrits en grec. La langue latine paraît avoir été abandonnée à cette époque comme langue savante, et remplacée par celle des Grecs.

24Il est remarquable que les savans ne furent pas les seuls qui abandonnèrent alors la langue latine. Les écrivains religieux et les philosophes ne la conservèrent pas davantage, et les Pères de l’église grecque fleurirent long-temps après l’époque où ceux de l’Église latine étaient tombés dans la barbarie. Il est intéressant de connaître les causes auxquelles doivent être attribuées la décadence prématurée d’une littérature aussi jeune que l’était alors la littérature latine et le retour à la langue grecque, qui, en ne remontant pas au-delà d’Homère, comptait déjà près de mille ans d’existence. Nous pensons que ce phénomène littéraire peut s’expliquer par l’agitation à laquelle Rome était presque toujours livrée. Les parties les plus éloignées du siége de l’empire romain, où la langue grecque était usitée, étaient beaucoup moins tourmentées par les diverses causes qui troublaient Rome et ses dépendances italiques ; les lettres et les sciences pouvaient donc s’y développer avec plus de facilité.

25Aussi les trois auteurs principaux du second siècle de l’ère chrétienne, qui méritent une étude approfondie pour leurs travaux sur les sciences naturelles, employèrent-ils la langue grecque. Ces auteurs sont Athénée, Élien et Oppien.

  • 27 [Athénée (fl. c. 200 apr. J.-C. ; né à Naucratis en Égypte), grammairien grec et auteur de Deipnos (...)
  • 28 [Le Banquet des Savants ou Les Gastronomes, également connu sous le nom de Deipnosophistai (voir n (...)

26Athénée27 paraît avoir vécu sous Marc-Aurèle. On l’a cru postérieur à cette époque, parce que Oppien se trouve mentionné dans les deux premiers livres de son ouvrage. Mais il paraît certain que ces deux livres ne sont pas de lui. L’ouvrage d’Athénée a pour titre : Banquet des Savans28. L’auteur y suppose des philosophes réunis à dîner chez un nommé Larensius. Chacun des convives rapporte, à mesure qu’un mets nouveau paraît sur la table, ce qu’il sait de ce mets. Sous le rapport de l’art, l’ouvrage d’Athénée est détestable ; mais pour les naturalistes il est d’une importance réelle : c’est même, comme compilation, ce que l’antiquité nous a laissé de plus précieux. Nous y trouvons un très-grand nombre d’extraits fort étendus, d’auteurs dont les neuf dixièmes sont aujourd’hui perdus ; et la fidélité avec laquelle sont transcrits les passages des écrivains qui nous restent, nous permet de croire que l’auteur est généralement dans ses autres citations.

  • 29 [Nicomède IV (mort en 74 av. J.-C.), dernier roi de Bithynie (ancienne région du nord-ouest de l’A (...)
  • 30 [Nonnat, nom usuel du gobie transparent (Aphia minuta), petit poisson aux nageoires lumineuses de (...)

27L’ouvrage d’Athénée commence par une dissertation sur les gastronomes les plus célèbres. Une anecdote qu’il rapporte prouve que, de son temps, l’art de déguiser les mets était déjà fort connu. Il raconte qu’un roi gourmet, Nicomède, roi de Bithynie29, ayant demandé à son cuisinier Sotéride de lui apprêter de ce frai de poisson, connu dès le temps d’Aristote, sous le nom de nonnat30, le cuisinier, qui n’avait pu s’en procurer (c’était au milieu de l’hiver), trouva le moyen d’en faire, sans que le roi s’en aperçût, avec des raves coupées par morceaux, imitant les nonnats, et préparées de la même manière que ces petits poissons.

28Athénée parle ensuite des vins, de leurs propriétés, et des pays d’où ils provenaient.

  • 31 [Démosthène (né en 384 av. J.-C. à Athènes ; mort le 12 octobre 322 à Calaurie, Argolis), homme d’ (...)

29Il cite aussi les différentes eaux thermales connues de son temps, et leurs propriétés ; il parle des buveurs d’eau, parmi lesquels il place Démosthènes31, et il leur donne le don de l’invention, en s’appuyant sur divers auteurs.

30On voit, par les détails très-circonstanciés qu’il donne sur les repas des anciens, que l’ordre de ces repas était l’inverse de celui que nous suivons.

31Au propoma, c’est-à-dire avant que les convives fussent à table, on leur servait des fruits de différentes espèces.

32À table, le service commençait par des champignons, des truffes, des oignons, des asperges, des figues, en un mot par des végétaux de toutes espèces.

  • 32 [Hérodote de Lycie, originaire d’Halicarnasse, dans sa Géographie (Leçon 7 ; voir également Hérodo (...)
  • 33 [Polybe (né c. 200 av. J.-C., à Megalopolis en Arcadie, Grèce ; mort c. 118), homme d’état et hist (...)
  • 34 [Philippe, le père de Persée, était Philippe V (né en 238 av. J.-C. ; mort en 179 à Amphipolis, Ma (...)
  • 35 [Magnésie du Sipyle, ville de l’ancienne Lydie (dans la Turquie d’aujourd’hui), au sud de la riviè (...)
  • 36 [Myonte, ancienne ville grecque d’Ionie, sur le Méandre, une des douze cités de la Confédération I (...)

33À l’occasion des figues, Athénée raconte que Hérodote de Lycie32 fait voir que de tous les fruits, les figues sont les plus utiles aux hommes ; il rapporte un passage du douzième livre de Polybe33, où il est dit que Philippe, père de Persée34, manquant de vivres lorsqu’il faisait des excursions dans l’Asie, reçut des Magnésiens35, des figues pour nourrir son armée. Ayant pris Myonte36, il donna cette place et son territoire aux Magnésiens en récompense de leurs figues.

  • 37 [Dans la mythologie grecque, les Hespérides sont les Nymphes du Couchant, jeunes filles à la voie (...)
  • 38 [L’assertion de Cuvier qu’Athénée connaissait bien le citron (Citronnier, petit arbre ou buisson d (...)

34Athénée contient une dissertation spéciale sur les citrons ; il rapporte qu’on les faisait cuire dans du miel et qu’on en préparait ainsi une sorte de limonade. Il les considère aussi comme un antidote universel. Autrefois ces fruits étaient nommés pommes de Médie, pommes des Hespérides37 : c’est dans Athénée qu’on les trouve désignés pour la première fois par le nom qu’ils ont maintenant38.

35Aux fruits succédaient, sur une table romaine, des coquillages, parmi lesquels il y avait beaucoup d’univalves. Les patelles et les oursins qui se mangent encore aujourd’hui n’étaient pas non plus dédaignés des Romains.

  • 39 [Lacédémone, ou Sparte, est l’ancienne capitale de la région de Laconie dans le sud-est du Pélopon (...)

36Un des convives du banquet d’Athénée rapporte, à l’occasion des oursins, que suivant Démétrius de Scepse, un Lacédémonien39 mit un oursin tout entier dans sa bouche et le croqua en disant : « Détestable poisson, puisque je te tiens je ne te lâcherai pas, mais de ma vie je ne toucherai à tes semblables. »

37Les convives d’Athénée parlent de la beauté de certains coquillages de la mer des Indes, notamment de celui de l’Argonaute. Ils passent en revue les homards et plusieurs autres crustacés.

  • 40 [Dans la mythologie grecque, les Gorgones sont des créatures malfaisantes. Homère ne mentionne qu’ (...)

38Ils nous apprennent que le gnon, poisson à figure très-sinistre, a donné naissance à la fable des Gorgones40. Enfin, sans leurs indications, il n’aurait pas été possible de reconnaître la langouste.

39À l’époque où écrivait Athénée, le poisson était encore fort recherché pour les tables romaines ; car il rapporte qu’on imagina, pour empêcher qu’il ne fût vendu à un prix trop élevé, d’ordonner que les marchands seraient obligés de se tenir debout. Cette singulière loi gastronomique forçait les marchands, par la lassitude, à céder leur poisson pour un prix modéré.

  • 41 [Aristophane de Byzance (né c. 257 av. J.-C. ; mort en 180 av. J.-C. à Alexandrie), critique litté (...)

40Athénée parle en total de quatre-vingt-dix espèces de poissons tous rangés par ordre alphabétique. Les oiseaux indiqués dans Athénée sont beaucoup moins nombreux que les poissons ; mais ses citations paraissent fort exactes. L’une d’elles, entre autres, extraite d’Aristophane41, a seule fait reconnaître une espèce d’oiseau (l’attagane) sur laquelle Buffon avait conservé des doutes. Un maître dit à son esclave : « Prends garde, je te frapperai ; je te rendrai le dos semblable à celui d’un attagane, d’un tétras. »

  • 42 [L’attagane, ou tétras (ou gelinotte), fait partie des seize espèces d’oiseaux des déserts asiatiq (...)

41Cette comparaison indique suffisamment que l’oiseau nommé attagane est le ganga42 ; car il est le seul oiseau, appartenant aux gallinacés, qui ait le dos couvert de raies alternativement jaunes et bleues, c’est-à-dire à peu près semblable à celui d’un homme contus par des coups violens.

42Outre ces détails relatifs à l’histoire naturelle, l’ouvrage d’Athénée contient des renseignemens intéressans sur la philosophie, l’éloquence, la poésie, la physique, la médecine, la botanique, les armes, la marine et l’architecture des anciens. On y trouve la description des vases dont ils se servaient dans leurs banquets, et celle des procédés employés pour fabriquer ces vases. On y rencontre encore des détails relatifs au luxe des vêtemens et aux mœurs de ceux qui les portaient. On voit que dans les banquets des anciens grecs, les courtisanes, les joueuses de flûte, les danseuses étaient un accessoire presque indispensable.

43Athénée est, comme on l’a dit, le Varron et le Pline des Grecs ; mais Varron était plus savant et présente moins de désordre qu’Athénée. Cet écrivain est le dernier type des fameux commentateurs de l’école d’Alexandrie. Après lui nous examinerons les ouvrages d’Élien et d’Oppien, qui sont plus exclusivement naturalistes.

Notes

1 [Les seize poèmes satiriques de Juvénal traitent principalement de la vie à Rome sous le règne de Domitien, empereur craint de tous, et sous le règne de ses successeurs de caractère plus humain, Nerva (96-98), Trajan (98-117), et Hadrien (117-138). Ces satires furent publiées en cinq livres échelonnés sur les années (voir Juvenal, Satires [texte établi par Labriolle Pierre de & Villeneuve François ; émendé, présenté et traduit par Sers Olivier], Paris : Les Belles Lettres, 2002, xxvii + 341 p.) Les satires I à V du Livre Un, étudient rétrospectivement les horreurs du règne tyrannique de Domitien et parurent entre 100 et 110. Le Livre Deux contient uniquement la volumineuse satire VI, laquelle traite de certains sujets concernant l’an 115. Le Livre Trois contient les satires VII, VIII, et IX, et débute avec un hommage à l’empereur –probablement Hadrien, lequel aida à la création d’un institut littéraire pour aider les auteurs méritants– dont la générosité fait de lui la seule source d’espoir pour la littérature. Nous ne pouvons dater la parution du Livre Quatre, lequel comprend les satires X à XII. Le Livre Cinq, composé des satires XIII à XVI, fait référence à deux reprises à l’année 127.]

2 [Le scomber est le genre qui désigne le maquereau, poisson au corps fuselé que l’on pêche dans les eaux tempérées et tropicales du monde entier, appartenant à la même famille des Scombridae (de l’ordre des Perciformes) que le thon. Le maquereau commun (Scomber scombrus) de l’océan Atlantique est une espèce abondante et une ressource économique importante que l’on trouve parfois en bancs de grande taille. Le maquereau mesure environ trente centimètres de long.]

3 [Sur Martial, voir Leçon 11, note 69. Le système consistant à appliquer de la colle sur les branches des arbres pour capturer des oiseaux était souvent utilisé dans l’Antiquité et s’utilise toujours de nos jours. Les Romains produisaient la colle pour piéger les oiseaux dans tout l’Empire, à partir de la plante parasite appelée le gui (Viscum album). Dionisios Priants, qui vécut à Alexandrie dans la première moitié du iie siècle apr. J.-C., raconte qu’il chassait les oiseaux de cette façon. En Europe, au milieu du xxe siècle, la pratique était toujours de coutume, avec de la colle provenant soit du gui, soit du sorbier. Un autre exemple prouve un usage encore plus récent : « Des oiseaux piégés par de la colle. Un homme utilisa de la colle pour piéger des oiseaux, ceci afin qu’il puisse les garder dans sa maison, selon la cour. Des inspecteurs du RSPCA ont trouvé de pauvres moineaux au domicile de Peter Luke Smith, à Edgely Drain Road, Peterborough. Smith fut condamné par la cour de Peterborough à 100 heures de travaux d’utilité publique et à une amende de £ 500 (BBC News, 15 avril 2003) ».]

4 [Scenia, utilisé ici par l’éditeur de Cuvier (et peut-être par Cuvier lui-même) est une erreur d’orthographe. Il s’agit en fait de Xenia, titre du treizième livre des épigrammes de Martial, lequel traite des cadeaux et autres présents que l’on offrait en général aux invités. (voir Martial, Épigrammes [éd. bilingue ; traduction nouvelle, trad. du latin et préfacé par Malaplate Jean], Paris : Gallimard, 1992, 243 p.)]

5 [Porphyrion, espèce de gallinule ou poule d’eau appartenant à la famille des Rallidae, de l’ordre des Gruiformes. Les gallinules vivent dans les régions tempérées, tropicales et sous-tropicales du monde entier, et sont de la taille de la poule naine (ou poule Bantam) mais au corps plus compact, comme la foulque. Elles mesurent entre 20 et 45 centimètres de long et sont munies de longs doigts fins qui leur permettent de courir sur la végétation flottante. Elles sont également pourvues d’une large plaque frontale, et certaines portent un plumage, ou certaines parties de leur plumage, de couleur vive.]

6 [Nerva, dont le nom complet est Nerva Caesar Augustus, nom de naissance Marcus Cocceius Nerva (né en 30 apr. J.-C., mort à la fin de janvier 98), empereur romain du 18 septembre 96 à janvier 98. Il fut le premier de la série de gouverneurs connue sous le nom des Cinq Bons Empereurs.]

7 [Cuvier n’est pas clair ici quand il parle de philosophie. De manière succincte, les panthéistes croient que Dieu est la seule entité existante, dont l’univers matériel et l’homme en sont seulement les manifestations, et que Dieu et l’univers sont identiques.]

8 [Phlégon, originaire de Tralles en Lydie, affranchi de l’empereur Hadrien. On ne connait rien de sa vie et les dates sont incertaines, bien qu’il soit probable qu’il ait vécu au milieu du iie siècle apr. J.-C. Il ne nous reste que des fragments de ses œuvres, dont le plus long est un traité intitulé De Mirabilibus (« Le livre des merveilles »), un ouvrage curieux, divisé en trente-cinq chapitres et contenant de nombreuses fables (voir Phlegon, Phlegon of Tralles’ Book of Marvels [trad. anglaise avec introduction et commentaires de Hansen William], Exeter : University of Exeter Press, 1996, xvi + 215 p. ; Brisson (Luc), Le sexe incertain, androgynie et hermaphrodisme dans l’antiquité greco-romaine, 2e éd., Paris : Les Belles Lettres, 2008, 192 p.)]

9 [Plutarque (né c. 46 apr. J.-C. à Chéronée en Béotie (Grèce) ; mort après 119), biographe et auteur dont les œuvres exercèrent une forte influence sur l’évolution de l’essai, de la biographie et des récits historiques en Europe entre le xvie et le xixe siècle. Parmi ses 227 ouvrages, les plus importants sont Bioi paralleloi (« Les Vies Parallèles »), dans lequel il raconte les bonnes actions et les personnalités des soldats, législateurs, orateurs, et hommes d’état grecs et romains (voir Plutarque, Les vies [texte établi et traduit par Flacelière Robert, Chambry Émile & Juneaux Marcel], Paris : Les Belles Lettres, 1964-1983, XV tomes + tome XVI (index) ; et La Morale ou L’Ethique, une série de plus de 60 essais sur des sujets tels que l’éthique, la religion, la physique, la politique et la littérature (voir Plutarque, Œuvres morales, Paris : Les Belles Lettres, 1972-1993, 15 vol.)]

10 [Sur Le Livre des Propos de Table (Quaestiones convivales) de Plutarque, voir Œuvres morales, tome IX : Propos de table [texte établi et traduit par Fuhrmann François], Paris : Les Belles Lettres, 1972-1979, 2 vol.]

11 [Les Bêtes Même Lisent de Raison, voir Plutarque, Œuvres morales, Paris : Les Belles Lettres, 1972-1993, 15 vol.]

12 [Opinions des Philosophes, ou « De Placitis philosophorum », voir Plutarque, Œuvres morales, tome XII, deuxieÌme partie : Opinions des Philosophes [texte établi et traduit par Lachenaud Guy], Paris : Les Belles Lettres, 1993, 352 p.]

13 [ProbleÌmes, voir Plutarque, dans ses Œuvres morales, tome IX : Propos de table, op. cit.]

14 [Sur Isis et Osiris, voir Plutarque, œuvres morales, tome V : Isis et Osiris [texte établi et traduit par Froidefond C.], Paris : Les Belles Lettres, 2003, 437 p.]

15 [Dans la mythologie grecque, Typhon est le plus jeune fils de Gaïa (la Terre) et de Tartare. Il est décrit comme un monstre horrible aux cent têtes de dragons qui fut capturé et envoyé aux enfers par Zeus.]

16 [Flavius Arrianus ou Arrien (né à Nicomédie, en Bithynie, aujourd’hui Izmit en Turquie ; mort c. 180 apr. J.-C.), historien et philosophe grec, auteur d’un ouvrage relatant les campagnes d’Alexandre le Grand (Arrien, Histoire d’Alexandre, l’anabase d’Alexandre le grand ; et l’Inde [traduit du grec par Savinel Pierre], Paris : éd. de Minuit, 1984, 394 p.) Intitulé Anabase, probablement en mémoire de l’œuvre de Xénophon du même titre (voir Leçon 6, note 25), il décrit les exploits militaires d’Alexandre en sept livres ; un huitième livre, l’Indica, parle des coutumes indiennes et du voyage de Néarque dans le Golfe Persique.]

17 [Cuvier, ou son éditeur, donnent le nom d’Indications, mais le titre de l’œuvre d’Arrien est Indica (voir note 16 ci-dessus).]

18 [Sur Néarque et son voyage, voir Leçon 8, note 22.]

19 [Appien d’Alexandrie (fl. iie siècle apr. J.-C.), historien grec qui raconta les conquêtes de Rome à partir de l’ère de la République jusqu’au iie siècle apr. J.-C. Appien écrivit également une autobiographie qui fut perdue, et l’histoire de Rome en grec, Romaica, en 24 livres organisés par nation et décrivant les peuples (et leurs gouverneurs) conquis par les Romains (Appien, Histoire romaine, Paris : Les Belles Lettres, 1993-2010, 10 tomes). Les livres qui nous sont parvenus dans leur totalité couvrent l’Espagne, Carthage, l’Illyrie, la Syrie, Hannibal, Mithridate, et les guerres civiles à Rome à partir de l’ère des Gracques. Des extraits des autres livres ont survécu dans des compilations byzantines et dans d’autres ouvrages.]

20 [Pausanias (fl. 143-176 apr. J.-C. ; né à Lydie, aujourd’hui en Turquie), voyageur et géographe grec dont l’œuvre Periegesis Hellados (« Description de la Grèce ») est un guide d’une valeur inestimable sur les ruines anciennes (Pausanias, Description de la GreÌce. Tome VII. Livre VII : L’Achaïe [texte établi par Casevitz Michel ; traduit et commenté par Lafond Yves], Paris : Les Belles Lettres, 1999, LXXXVI + 261 p. ; Description de la GreÌce : Tome I. Livre I, L’Attique [texte établi par Casevitz Michel ; introduit et traduit par Pouilloux Jean ; commenté par Chamoux François], Paris : Les Belles Lettres, 2002, XLVI + 311 p.) Son œuvre Description est construite à la manière d’un guide de voyages autour de la Grèce au départ d’Attique. L’ouvrage est divisé en dix livres ; le premier semble avoir été terminé après 143, mais avant 161. Aucun événement après l’an 176 n’est mentionné dans l’ouvrage. La présentation de chaque cité importante commence avec un portrait de son histoire ; la narration descriptive suit un ordre topographique. Il donne quelques aperçus de la vie quotidienne, des rites cérémoniaux, et des habitudes superstitieuses des habitants, et il présente fréquemment des légendes et folklores locaux. Les œuvres d’art sont une de ses principales préoccupations : inspiré par les anciennes gloires de Grèce, Pausanias est en terrain connu lorsqu’il décrit les œuvres d’art religieux et l’architecture d’Olympe et de Delphes. À Athènes, il est intrigué par les portraits et inscriptions relatant les lois de Solon ; à l’Acropole, par la grande statue d’or et d’ivoire d’Athéna ; et hors de la cité, par les monuments d’hommes célèbres et d’Athéniens morts au combat. Les fouilles archéologiques effectuées dans de nombreux sites historiques grecs ont prouvé la véracité de ses descriptions. La partie topographique de son ouvrage montre son goût pour les merveilles de la nature : les signes annonçant un tremblement de terre ; les marées ; les mers glacées du nord ; et le soleil de midi, lequel, lors du solstice d’été, ne porte aucune ombre à Syène (Assouan) en Égypte).]

21 [Apulée, ou Lucius Apuleius en latin (né c. 124 à Madaure en Numidie, près de la ville moderne de M’daourouch en Algérie ; mort probablement après 170), philosophe platonique, rhétoricien, et auteur connu pour son œuvre L’Âne d’Or, roman en prose qui resta influent bien après sa mort. L’Âne d’Or, également appelé Les Métamorphoses par son auteur, raconte les aventures d’un jeune homme transformé en âne par la magie (voir Apulée, L’Âne d’or, Les métamorphoses [trad. par Puccini-Delbey Géraldine], Paris : Arléa, 2008, 342 p.) ; voir aussi Singer (Charles), « The Herbal in Antiquity and Its Transmission to Later Ages », The Journal of Hellenic Studies, vol. 47, no 1, 1927, pp. 1-52).]

22 [Un lièvre marin désigne tout gastéropode marin de la famille des Aplysiidae (de la sous-classe Opisthobranchia) sans coquille, pourvu de tentacules proéminentes (ressemblant à des oreilles de lapin), et un corps lisse ou verruqueux. Les lièvres marins mangent des algues marines. Un exemple en est le lièvre marin tacheté, d’une longueur de dix centimètres, espèce de couleur verte à taches que l’on trouve sur les fonds peu profonds des Caraïbes.]

23 [« Même chez les anciens philosophes, je ne trouve aucun détail concernant la nature unique de ce poisson [le lièvre marin], bien qu’il soit extrêmement rare et très remarquable. Car il est, à ma connaissance, le seul poisson dont le corps soit presque entièrement dépourvu d’ossature, à part douze petites arêtes situées dans son estomac, liées les unes aux autres et ressemblant aux articulations d’un cochon » (Apulée, Apuleius : Rhetorical works [trad. en anglais et annoté par Harrison Stephen, Hilton John & Hunink Vincent ; édité par Harrison Stephen], Oxford ; New York : Oxford University Press, 2001, vi + 225 p.) Ces soi-disant arêtes faites de chitine se trouvent chez de nombreux mollusques (aussi appelé gésier), et permettent le broyage de la nourriture, participant ainsi au processus de digestion.]

24 [De Herbis sive de Nominibus et virtutibus herbarum (« Sur les Herbes, les Noms, et les Vertus des Plantes »), un ouvrage ancien sur la botanique dont une copie en latin, qui semblerait avoir été écrite au xe siècle, se trouve à la Bibliothèque Nationale de Paris (voir Thompson (Charles John Samuel), Mystery and Art of the Apothecary, Kila (Montana) : Kessinger Publishing, 2003, 316 p.)]

25 [Plinius de Re medica ou Plinius Medicus est un ancien traité sur les plantes parfois attribué à Emilius Macer (voir note 26 ci-dessous ; Singer (Charles), « The Herbal in Antiquity and Its Transmission to Later Ages », op. cit.)]

26 [Emilius (ou Aemilius) Macer, poète et philosophe originaire de Vérone, contemporain d’Ovide et ami de Virgile, on dit de lui qu’il écrivit un poème sur les oiseaux, les serpents, et les vertus des plantes, copié sur Nicandre (voir Leçon 10, note 16).]

27 [Athénée (fl. c. 200 apr. J.-C. ; né à Naucratis en Égypte), grammairien grec et auteur de Deipnosophistai (« Les Gastronomes »), ouvrage mettant en scène une rencontre aristocratique entre hommes érudits, dont certains portent le nom d’hommes connus tels que Galien, autour d’un banquet pendant lequel ils discutent de nourriture et d’autres sujets (voir Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes. Livres I et II [texte établi et traduit par Desrousseaux Alexandre-Marie ; avec le concours de Astruc Charles], Paris : Les Belles Lettres, 1956, LXXIII + 206 p.) Il est composé de 15 livres dont 10 nous sont parvenus dans leur totalité, et les autres sous forme de résumés. La valeur de cet ouvrage réside principalement dans le nombre élevé de citations d’œuvres perdues de l’antiquité qu’il permet ainsi de conserver, avec 800 auteurs ainsi cités. Il est également remarquable pour la diversité des informations inhabituelles qu’il fournit sur tous les aspects de la vie du monde de l’Antiquité Gréco-romaine.]

28 [Le Banquet des Savants ou Les Gastronomes, également connu sous le nom de Deipnosophistai (voir note 27 ci-dessus).]

29 [Nicomède IV (mort en 74 av. J.-C.), dernier roi de Bithynie (ancienne région du nord-ouest de l’Anatolie, attenant la mer de Marmara, le Bosphore, et la mer Noire), qui, comme un pantin au service de Rome, céda son royaume aux Romains en 74 av. J.-C.]

30 [Nonnat, nom usuel du gobie transparent (Aphia minuta), petit poisson aux nageoires lumineuses de la famille des Gobiidae que l’on trouve dans les eaux côtières européennes de la Norvège au Maroc, et dans la mer Méditerranée et la mer Noire. Il vit dans les eaux côtières et les estuaires, sur le sable, la vase, et la zostère marine, et se nourrit de plancton, en particulier de copépodes, de larves de cirripèdes, et de mysidés. La frai a lieu en été, à l’intérieur de coquilles vides de bivalves.]

31 [Démosthène (né en 384 av. J.-C. à Athènes ; mort le 12 octobre 322 à Calaurie, Argolis), homme d’état athénien, reconnu comme le plus grand des orateurs grecs de l’Antiquité, qui provoqua Athènes à s’opposer à Philippe de Macédoine, et plus tard, son fils Alexandre le Grand. Ses discours sont une source d’information remarquable sur la vie politique, sociale, et économique d’Athènes au ive siècle av. J.-C.]

32 [Hérodote de Lycie, originaire d’Halicarnasse, dans sa Géographie (Leçon 7 ; voir également Hérodote, uvres compleÌtes [introduction de Romilly Jacqueline de ; texte présenté, traduit et annoté par Barguet Andrée], Paris : Gallimard, 1964, 1904 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 176)).]

33 [Polybe (né c. 200 av. J.-C., à Megalopolis en Arcadie, Grèce ; mort c. 118), homme d’état et historien grec, auteur d’ouvrages sur la montée au pouvoir de Rome jusqu’à sa domination des pays civilisés du monde. Les Histoires, sur lequel repose sa réputation, comportait 40 livres, dont le dernier était l’index. Les Livres I à V nous sont parvenus dans leur totalité. Les autres livres nous sont parvenus sous forme d’extraits, y compris ceux qui firent partie du recueil d’extraits provenant d’historiens grecs et assemblés au xe siècle, lesquels furent redécouverts et publiés par divers éditeurs entre le xvie et le xixe siècle (cf. l’édition française de Polybe, Histoires : Livres I-XVI [texte établi et traduit par Pédech Paul (Livres I-II, V, XII) ; texte établi par Foucault Jules de, revue et traduit par Éric Foulon et commenté par Molin Michel (Livres III-IV, X) ; texte établi et traduit par Weil R. avec la collaboration de Nicolet C. (Livres VI-IX, XI) ; texte établi par Foulon Eric et trad. par Weil Raymond avec la collab. de Cauderlier Patrice (Livres XIII-XVI)], Paris : Les Belles Lettres, 2003-2004, 10 t.)]

34 [Philippe, le père de Persée, était Philippe V (né en 238 av. J.-C. ; mort en 179 à Amphipolis, Macédoine), roi de Macédoine de 221 à 179, dont les tentatives d’expansion de l’influence macédonienne en Grèce le conduisit à sa défaite par Rome. Persée (né c. 212 av. J.-C. ; mort c. 165 à Alba Fucens près de Rome), fils ainé de Philippe, fut le dernier roi de Macédoine (179-168). Il essaya vainement de dominer la Grèce mais fut vaincu par les Romains, ce qui conduisit à l’annexion de la Macédoine par les Romains.]

35 [Magnésie du Sipyle, ville de l’ancienne Lydie (dans la Turquie d’aujourd’hui), au sud de la rivière d’Hermus (Gediz). Bien que cette ville se situe dans une région riche proche de sites préhistoriques que l’on associe à Niobe et Tantalus, et qu’elle date du ve siècle av. J.-C., Magnésie du Sipyle n’a pas une grande importance historique, excepté pour la bataille de l’hiver 190/189 av. J.-C., pendant laquelle les Romains sous le règne de Lucius Scipion rencontrèrent une victoire décisive contre Antioche III, le renvoyant définitivement de l’autre côté de la chaîne du Taurus.]

36 [Myonte, ancienne ville grecque d’Ionie, sur le Méandre, une des douze cités de la Confédération Ionienne, couvrant le centre de la côte ouest de l’Asie Mineure (la Turquie d’aujourd’hui) ainsi que les îles avoisinantes.]

37 [Dans la mythologie grecque, les Hespérides sont les Nymphes du Couchant, jeunes filles à la voie douce, gardiennes du pommier aux pommes d’or que Gaïa offrit à Héra lorsqu’elle épousa Zeus. Selon Hésiode, elles étaient les filles d’Erébus et de la Nuit ; d’autres légendes racontent que leurs parents étaient Atlas et Hespéris, ou Phorcys et Céto. On en compte traditionellement trois, Aéglé, Erythie, et Hespérie, bien que certaines légendes en mentionnent jusqu’à sept. Les pommes d’or étaient également gardées par le dragon Ladon, progéniture de Phorcys et Céto. Ladon étant le nom d’une rivière arcadienne, il se peut qu’Arcadia soit le nom original du jardin. Plus tard, Héraclès vola les pommes, ou il demanda à Atlas de les voler pour lui. Les pommes d’or qu’Aphrodite donna à Hippomène avant sa course contre Atalante provenaient du jardin des Hespérides.]

38 [L’assertion de Cuvier qu’Athénée connaissait bien le citron (Citronnier, petit arbre ou buisson de la famille des Rutacées) contredit l’interprétation moderne qui veut que le citron n’était probablement pas connu des Grecs et des Romains, mais qu’il fut introduit en Espagne et en Afrique du Nord quelque part entre les années 1 000 et 1 200 apr. J.-C. Il fut distribué à travers l’Europe par les Croisés, lesquels découvrirent le fruit en Palestine. En 1494, le citron était cultivé dans les Açores et exporté en grande quantité vers l’Angleterre. Le botaniste suédois Linné du xviiie siècle pensait que le cédrat (Citrus medica) était une variété de citron, bien que l’on sache aujourd’hui qu’il s’agit de deux espèces différentes.]

39 [Lacédémone, ou Sparte, est l’ancienne capitale de la région de Laconie dans le sud-est du Péloponnèse en Grèce, et capitale du département moderne de Laconie sur la rive droite de l’Eurotas (rivière).]

40 [Dans la mythologie grecque, les Gorgones sont des créatures malfaisantes. Homère ne mentionne qu’une seule Gorgone, un monstre de l’enfer. Le poète grec Hésiode augmenta le nombre des Gorgones à trois –Sthéno (« la puissante »), Euryale (« grand domaine »), et la Méduse (« la reine »)– et fit d’elles les filles des divinités marines Phorcys et sa femme-sœur Céto. La tradition Attique considérait la Gorgone comme un monstre créé par Gaïa, la terre personnifiée, afin d’aider ses fils à lutter contre les dieux.]

41 [Aristophane de Byzance (né c. 257 av. J.-C. ; mort en 180 av. J.-C. à Alexandrie), critique littéraire et grammairien grec qui, après avoir étudié sous la direction de maîtres érudits à Alexandrie, fut mis en charge de la bibliothèque c. 195 av. J.-C.]

42 [L’attagane, ou tétras (ou gelinotte), fait partie des seize espèces d’oiseaux des déserts asiatiques et africains de la famille des Pteroclidae (ou Pterocletidae), et est en général considérée comme un sous-ordre, le Pterocletes, de l’ordre du pigeon, Columbiformes. Cependant, selon certains systèmes de classification, l’attagane appartient, au même rang que le pluvier, à l’ordre des Charadriiformes.]

Table des illustrations

Légende LE POÈTE ROMAIN JUVENAL. Gravure de Wenceslas Hollar. Frontispice extrait de Juvenal, Mores hominum [The manners of men described in sixteen satyrs by Juvenal; trad. en anglais par Sir Robert Stapylton], Londres : [s. n.], 1660, 522 p.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540