Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

4. The Roman World / Le monde romain

12. L’Empire romain

Full text

RIVES DU TIBRE À ROME. Romaines assistant au débarquement d’Agrippine et des cendres de Germanicus. Détail de l’œuvre du peintre Anglais William Turner (1775-1851). Huile sur toile de 1839.

1Lorsque Auguste devint maître absolu de l’empire romain, cet État s’étendait de la chaîne de l’Atlas au Danube, et du détroit de Gadès à l’Euphrate, enveloppant ainsi, de toutes parts, le bassin de la Méditerranée.

  • 1 [Apollonius de Tyane (fl. ier siècle apr. J.-C. à Tyane en Cappadoce), était un philosophe néopyth (...)

2Mais alors la rapidité de son accroissement commença à diminuer. Du côté de l’Orient, cette extension fut même entièrement empêchée par l’empire des Parthes, qui était devenu rival de la puissance romaine, et qui rendait ainsi fort difficile toute communication par terre avec les Indes. On ne connaît guère qu’Apollonius de Thyane1 qui ait alors entrepris ce voyage avec succès.

3Au Midi, la progression des Romains fut également arrêtée ; ils se retirèrent même de la Nubie, et ne dépassèrent plus Syène.

4Vers le Nord, à la vérité, ils continuèrent de s’accroître, mais ce fut à travers beaucoup d’obstacles, et ces conquêtes mêmes contribuèrent plus tard à hâter leur ruine.

5Les centres principaux des sciences et des lettres étaient, au temps d’Auguste, Rome et Alexandrie : l’une, la capitale de l’empire, le siége du gouvernement ; l’autre, célèbre par son école et les splendides dotations des Ptolomées. Quelques autres villes, comme Athènes et Pergame, avaient bien encore quelques fondations créées en faveur de l’enseignement ; mais depuis la perte de leur importance politique, le goût de l’étude y avait subi une altération sensible.

6Les premiers empereurs ne réunirent pas les conditions nécessaires à la prospérité des sciences et des lettres. Auguste encouragea seulement quelques littérateurs, et sous son règne les sciences ne reçurent aucun accroissement.

7Tibère, son successeur, bien qu’ayant de l’esprit et des connaissances, fut d’un caractère sombre et tellement jaloux, que ceux qui l’entouraient évitaient de se distinguer, même par la culture de l’esprit.

8Caligula fut un insensé atroce.

9Claude avait quelque connaissance des arts et des sciences ; mais il était tellement faible de caractère, si facile à effrayer, qu’il ne résulta rien d’utile de la bonté dé ses intentions.

  • 2 [Néron, ou Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus, également appelé Nero Claudius Caesar Drusus (...)
  • 3 [Lucain, voir Leçon 10, note 5.]
  • 4 [Gaius Petronius Arbiter, de nom d’origine Titus Petronius Niger (mort en 66 apr. J.-C.), auteur c (...)

10Néron2, voulant être le premier poète de son temps, envoyait au supplice ceux qu’il jugeait ses rivaux. Ainsi périrent Lucain3 et Pétrone4.

  • 5 [Galba, en latin Servius Galba Caesar Augustus, de nom d’origine Servius Sulpicius Galba (né le 24 (...)
  • 6 [Otho, en latin Marcus Otho Caesar Augustus, de nom d’origine Marcus Salvius Otho (né en 32 apr. J (...)
  • 7 [Aulus Vitellius (15-69 apr. J.-C., Rome), empereur romain trois ; il fut le dernier des successeu (...)

11Galba5, Othon6, Vitellius7, ne régnèrent que fort peu de temps.

  • 8 [Vespasien, en latin Caesar Vespasianus Augustus, de son nom d’origine Titus Flavius Vespasianus ( (...)

12Vespasien8 fut le premier empereur qui réellement favorisa les sciences et les lettres. À son avènement au trône, les fondations scientifiques étaient tellement abandonnées, les études tellement négligées, qu’il n’eut d’autre moyen de relever ces dernières, que de fonder des chaires et de rétribuer des professeurs, expédient qu’avant lui on n’avait pas employé. Le calme reparut sous son règne ; il se maintint sous celui de Titus, et ce fut pendant ce repos que fut publiée la grande compilation de Pline.

13Mais bientôt parut Domitien, et le monde fut de nouveau plongé dans de sanglantes horreurs.

14Les sciences, en réalité, ne se ranimèrent donc que dans le second siècle de notre ère, où tout alors prit une direction différente.

  • 9 [Cuvier fait ici référence à un socialiste contemporain français, Henri de Saint-Simon, dont le no (...)

15Pendant qu’en Italie, sous les empereurs tyrans, l’absence de sécurité personnelle, la crainte des délations faisait cacher sa fortune, ses connaissances, et empêchait surtout de se livrer à l’étude de l’histoire naturelle qui, par l’appareil qu’elle exige, attire beaucoup plus l’attention que les sciences seulement spéculatives, l’état des études en Égypte n’était guère plus satisfaisant : l’émulation avait singulièrement perdu de son ardeur dans les établissements créés par les Lagides, depuis que la protection de ces princes ne l’excitait plus. Les prêtres, autrefois dépositaires et interprètes de la science, n’offraient alors que la plus honteuse ignorance. Ils exerçaient encore leur culte ; mais ils en avaient perdu la signification symbolique : toute métaphysique en avait disparu. En les comparant aux bonzes des Japonais, on a une idée assez exacte de la dégradation à laquelle ils étaient arrivés. Strabon rapporte que la plupart d’entre eux se livraient au métier de charlatan, et qu’un de ces prêtres, qui l’accompagnait dans ses voyages, était bafoué comme un saint-simonien9, lorsqu’il exposait les principes fondamentaux de l’ancienne religion égyptienne.

16Les Juifs placés à Alexandrie par Alexandre lui-même, et ceux que les premiers Ptolomées y amenèrent en plus grand nombre, avaient introduit dans ce pays, comme nous l’avons dit, des idées mystiques sur la divinité et sur le mode de lui rendre hommage. Mêlées à celles des chrétiens, qui furent bientôt nombreux en Égypte, ces idées nouvelles dirigèrent les esprits vers l’étude de la métaphysique et de la théologie naturelle ; et ensuite combinées avec la doctrine de Platon, elles donnèrent naissance au néoplatonisme, plus sublime, suivant quelques-uns, que la philosophie des beaux temps de la Grèce, mais assurément moins favorable au développement des sciences d’observation.

  • 10 [Lucien de Samosate, en grec Lucianos, en latin Lucianus ou Lucinus (né c. 120 apr. J.-C. à Samosa (...)

17La plupart des Péripatéticiens s’étaient d’ailleurs livrés eux-mêmes à des travaux spéculatifs, et ceux qui avaient continué la culture des sciences naturelles étaient l’objet du ridicule. Lucien10, dans son dialogue satirique, intitulé les Philosophes à l’encan, raille ces hommes qui savent tout, qui connaissent la longévité d’une mouche, la longueur du saut d’une puce, et la nature de l’âme des huîtres. On ne se borna pas même à des railleries : au iiie siècle, Caracalla chassa de Rome les Péripatéticiens, sous prétexte qu’Aristote, le chef de leur secte, avait contribué à l’empoisonnement d’Alexandre.

18Les diverses causes que nous venons d’exposer, et peut-être quelques autres qu’un éloignement de dix-huit siècles ne nous permet pas de distinguer, s’opposèrent au progrès des sciences dans l’empire romain, pendant les deux premiers tiers du siècle où parut le christianisme. Tout ce temps ne nous offre aucun naturaliste proprement dit. On n’y rencontre que des historiens, des géographes presque entièrement compilateurs, des poètes, des agronomes et des médecins. Nous allons parcourir les ouvrages de chacun de ces auteurs, pour en extraire ce qui se rapporte à notre sujet.

  • 11 [Suétone, en latin Gaius Suetonius Tranquillus (né c. 69 ap. J.-C., probablement à Rome ; mort apr (...)

19Sous le règne d’Auguste, on pourrait citer ce prince lui-même comme s’étant occupé des sciences naturelles ; car il paraît qu’il eut le projet de former des collections d’histoire naturelle. Suétone11 nous apprend qu’il avait commencé à faire rassembler les prétendus os de géants qui avaient été découverts dans l’île de Caprée, et qui n’étaient très certainement que des débris fossiles d’éléphants, semblables à ceux que l’on rencontre encore abondamment dans plusieurs contrées de l’Italie.

  • 12 [Antonius Musa, botaniste et médecin d’Auguste qui, en l’an 23 av. J.-C., alors qu’Auguste était g (...)
  • 13 [La famille des plantes de la banane, appelée Musaceae, de l’ordre des Zingiberales, comprend deux (...)

20Musa, le médecin d’Auguste12, fut un botaniste assez remarquable et le nom de Musa Sapientium, donné au bananier, est tiré du sien13.

  • 14 [Euphorbes, frère de Musa (voir note 12 ci-dessus) et médecin du roi Juba II de Numidie (voir Leço (...)
  • 15 [Euphorbia désigne le genre vaste et varié des buissons, arbres, et plantes herbacées de la famill (...)
  • 16 [Claude Saumaise, en latin Claudius Salmasius (né le 15 avril 1588 à Sémur-en-Auxois, France ; mor (...)
  • 17 [Méléagre de Gadara, (fl. ier siècle av. J.-C.), poète grec né à Gadara en Syrie, qui compila la p (...)

21Euphorbe14, son frère, passe pour avoir aussi donné son nom à la plante que nous désignons encore aujourd’hui par ce nom propre15. Mais il paraîtrait que cette opinion n’est pas parfaitement exacte ; car Saumaise16 a remarqué que l’euphorbe est nommée dans un ouvrage du poète Méléagre17, qui est antérieur de près d’un siècle au frère de Musa.

  • 18 [Virgile, en latin Publius Vergilius Maro (né le 15 octobre 70 av. J.-C. à Andes, près de Mantua e (...)
  • 19 [Les Géorgiques, œuvre de Virgile composée entre 37 et 80 av. J.-C. (à la fin des guerres civiles) (...)
  • 20 [Livre des Juges, Chapitre 14.]
  • 21 [Voir Paulet (Jean-Jacques), Flore et faune de Virgile ; ou, Histoire naturelle des plantes et des (...)

22Le rival d’Homère, le plus grand poète de l’empire romain, Virgile18, présente dans ses ouvrages plusieurs faits relatifs à l’histoire naturelle. On voit, par le quatrième livre des Géorgiques19, où il traite des abeilles, qu’il admet la production spontanée de ces animaux. C’était, comme nous l’avons dit, l’opinion de toute l’antiquité ; et le Livre des Juges nous en offre un autre exemple, lorsqu’il rapporte que Samson trouva des abeilles dans la bouche du lion qu’il avait tué20. Au moyen de l’épithète pittoresque que Virgile donne souvent aux différentes plantes qu’il nomme, il est possible de les reconnaître ; on n’a aucun doute sur le glayeul, sur le delphinium, espèce de lys, où on lit jusqu’à un certain point le nom d’Ajax ; mais ses ouvrages n’intéressent pas autrement les sciences naturelles : il n’y parle de rien qui ajoute à ce qu’on savait déjà. Au reste on peut consulter sur la partie scientifique de ce poète illustre, l’ouvrage de M. Paulet, ayant pour titre : Flore et Faune de Virgile21.

  • 22 [Ovide, dont le nom complet en latin est Publius Ovidius Naso (né le 20 mars 43 av. J.-C. à Sulmo, (...)

23Ovide22, peu connu comme naturaliste, mérite cependant plus notre attention à ce titre que l’auteur des Géorgiques. Il avait vingt-sept ans de moins que ce dernier ; il était né quarante-trois ans avant Jésus-Christ. Il mourut l’an 17 de notre ère.

  • 23 [Pour la traduction française des Halieutiques d’Ovide, voir le texte établi, traduit et commenté (...)
  • 24 [Channe fait référence aux poissons du genre hermaphrodite des Serrans (Serranus). Parmi les nombr (...)
  • 25 [Phycis est une espèce de poisson de la Méditerranée faisant partie du genre Gobius (peut-être le (...)

24Dans son poème intitulé Halieuticon il parle de faits complètement neufs et fort intéressans23. Nous n’avons que cent trente-quatre des cinq cent cinquante vers qui composaient ce poème ; mais ce seul fragment contient les noms de cinquante-trois poissons presque tous faciles à reconnaître d’après les indications de l’auteur. Ovide décrit les divers moyens que ces animaux emploient pour se soustraire à la poursuite d’autres poissons, ou échapper aux filets des pêcheurs. Il parle, par exemple, de l’encre que la seiche répand derrière elle pour se dérober à la vue de ses ennemis, et de la manière dont les larves se secourent entre eux. Nous avons remarqué parmi les poissons qu’il désigne le Channe, qui se féconde lui-même24, et le phycis, qui se construit un nid à l’instar des oiseaux25. Plusieurs passages de Pline auraient été inexplicables sans les vers qui nous sont restés du petit poème d’Ovide.

25Les historiens et géographes du siècle d’Auguste, qui ont parlé d’histoire naturelle, sont Diodore de Sicile et Strabon.

  • 26 [Diodore de Sicile ou Diodorus Siculus en latin (fl. ier siècle av. J.-C. à Agyrium (Agirone) en S (...)
  • 27 [Taprobane, ancien nom grec pour l’Île de Sri Lanka. Le monde arabe l’appelait Serendib et plus ta (...)
  • 28 [La méduse (medusa), en zoologie, désigne l’une des deux morphologies que l’on trouve chez les mem (...)

26Diodore était né à Argyrium, en Sicile, comme l’indique son surnom. Il parcourut plusieurs États de l’Europe et de l’Asie, et se fixa à Rome, où il écrivit une Bibliothèque lui est une espèce d’histoire universelle26. Cet ouvrage, écrit en grec et continué jusqu’à l’an 60 avant notre ère, était divisé en quarante livres, dont quinze seulement nous ont été conservés. L’ordre qui y est suivi cet à peu près celui qu’on adopterait encore maintenant en parlant des divers pays que l’auteur a visités. Les premiers livres de cette Bibliothèque traitent de l’Orient, et ils sont à peu près les seuls qui rapportent des faits d’histoire naturelle. Nous avons remarqué dans la description de l’Inde, les éléphants de cette contrée, et le riz, dont il n’avait encore été question dans aucun auteur. En Arabie Diodore a observé les palmiers, le baume, la myrrhe ; divers animaux, comme le lion, la girafe, la panthère, l’autruche ; et plusieurs minéraux, tels que l’or natif, le cristal de roche et quelques autres pierres précieuses. La description de la presqu’île de Taprobane27, qui succède à celle des productions de l’Arabie, fait naître beaucoup de doute dans l’esprit. La manière dont l’auteur raconte que cette contrée a été découverte paraît assez romanesque, et il entre tout-à-fait sur le terrain de la fable lorsqu’il attribue à la presqu’île de Taprobane la production d’hommes dont les membres sont flexibles en tous sens, parce que leurs os sont cartilagineux. Ces mêmes hommes, suivant Diodore, ont la bouche pourvue de deux langues et peuvent s’exprimer en même temps en deux idiômes. Il est probable que cette absurdité est le résultat d’un malentendu : l’auteur aura pris à la lettre le récit métaphorique de quelque voyageur. Un autre fait singulier rapporté par Diodore pourrait peut-être recevoir une explication raisonnable. Il dit qu’il existe dans la même presqu’île un animal fait comme une roue, ayant quatre bouches, quatre pieds et un grand nombre de bras. Nous supposons qu’il a voulu parler dans cette description de l’animal connu sous le nom de méduse, qui a presque la forme d’un champignon soutenu par de longs pieds28.

27Dans sa relation des productions de l’Éthiopie, Diodore ne donne de renseignements nouveaux que sur les mines de topaze. Le reste est complètement tiré d’Agatharchide.

  • 29 [Strabon (né en 64/63 av. J.-C. à Amasée, dans la région du Pont (Turquie actuelle) ; mort après 2 (...)
  • 30 [Gaius Cornelius Gallus (né c. 70 av. J.-C., Forum Julii en Gaule ; mort en 26 av. J.-C. en Égypte (...)
  • 31 [Lathyrus est Ptolémée IX Soter II, roi d’Égypte (il régna de 116 à 110, 109 à 107, et de 88 à 81 (...)

28Strabon29 a écrit ses ouvrages à Rome ; mais il appartient cependant à la littérature grecque : il était né à Amasée ville de Cappadoce, cinquante ans avant notre ère, et il vécut jusque sous les premières années de Tibère ; car il cite des événements de l’an 17 après Jésus-Christ. Plusieurs de ses maîtres suivaient la philosophie péripatéticienne, et c’est sans doute à cette circonstance de sa jeunesse qu’il faut attribuer le goût pour les choses positives qu’on remarque dans ses ouvrages. Après être venu à Rome, il voyagea en Asie, dans l’Afrique occidentale, et accompagna en Égypte Cornélius Gallus30, avec lequel il était lié intimement. Ses écrits témoignent de l’état misérable où étaient de son temps les monuments de l’ancienne Égypte : c’est à peine s’ils étaient moins délâbrés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Cette destruction avait commencé lors des conquêtes des Perses, comme nous l’avons vu, et s’était continuée pendant les guerres intestines, et surtout sous le règne de Latyre31. Les temples étaient presque entièrement renversés, et ce qui restait de prêtres, arrivé au dernier degré de la dégradation, ne vivait plus que de superstitions.

  • 32 [Les deux premiers tomes de l’encyclopédie Géographica (voir note 29 ci-dessus) nous donnent en ef (...)
  • 33 [Pomponius Mela, voir note 42 ci-dessous.]
  • 34 [Tacite, en latin Publius, or Gaius, Cornelius Tacitus (né c. 56 apr. J.-C. ; mort c. 120), orateu (...)

29L’ouvrage de Strabon, qui porte le titre de Géographie, et qui se compose de dix-sept livres, est très intéressant pour les naturalistes, et singulièrement remarquable par la méthode qui a présidé à sa rédaction32. Cependant il paraît avoir été ignoré de tous les auteurs d’ouvrages latins qui ont paru immédiatement après lui. Pline, Pomponius Mela33, et même Tacite34, n’en parlent aucunement ; ce qu’il faut sans doute attribuer à l’absence de l’imprimerie, sans laquelle les connaissances ne se répandent qu’avec une extrême lenteur. Cet ouvrage de Strabon nous est parvenu dans la plus grande intégrité ; car les petites lacunes qu’on y remarque semblent être le fait de l’auteur lui-même.

  • 35 [La Crau est une étendue plate couverte de cailloux située à l’est du delta du Rhône et s’étirant (...)

30Il commence par un examen des systèmes astronomiques et géographiques qui avaient été exposés jusqu’à son temps ; et par cette courte analyse on connaît jusqu’à un certain point plusieurs ouvrages anciens qui ont été perdus. Il entame ensuite des descriptions particulières, en partant de Gibraltar et suivant jusqu’à la Lybie (la Barbarie) le contour de la Méditerranée. Chacune de ses descriptions renferme des traits d’histoire politique et d’histoire naturelle. En parlant de la Gaule narbonnaise, le Languedoc actuel, il décrit les muges qu’on trouve enfouis dans la vase, où ils ont la faculté de vivre assez long-temps, et que, pour cette raison, on a nommés fossiles. Il parle aussi de la plaine couverte de cailloux, qui est située près d’Arles, et qu’on nomme aujourd’hui la Crau35. Déjà Aristote en avait fait mention dans sa Météorologie, et puis anciennement encore on avait rendu compte de ce phénomène par de prétendus faits empruntés à la mythologie. Eschyle, par exemple, avait dit que sans doute Jupiter fit tomber dans cette plaine une pluie de pierres pour secourir Hercule combattant les Liguriens. Au reste, la connaissance très positive que les anciens avaient de la Crau et de plusieurs autres particularités de pays lointains pour eux, prouve qu’ils faisaient des voyages dont l’histoire ne parle pas, et qui avaient sans doute le commerce pour objet.

31Dans la description de la Provence, Strabon mentionne le mistral, ce vent si redouté encore dans le même pays, à cause de sa froideur.

32Arrivé aux Alpes, il en décrit plusieurs animaux, et parmi eux on reconnaît positivement l’élan, qui aujourd’hui n’existe plus que dans le fond de la Lithuanie, dans le nord de la Russie et dans la Suède.

  • 36 [Les îles Lipari ou îles Éoliennes sont un archipel volcanique dans la mer Thyrénienne, au large d (...)

33Il parle ensuite des îles de l’Italie, décrit celle de Lipari et ses volcans36.

  • 37 [Le Taygète est une chaîne de montagnes grecque, au sud du Péloponnèse. Le Cap Ténare, ou Cap Mata (...)

34Traitant de la Grèce, il donne plusieurs indications qui pourraient faire retrouver les carrières d’où les anciens extrayaient leurs marbres. Il nous apprend qu’il existait des carrières très-renommées aux environs des monts Taygètes, et près du cap Ténare37.

  • 38 [Le saïga (Saiga tatarica) est un mammifère à sabots de taille moyenne de la famille des Bovidés ( (...)

35Dans la description de la Scythie, qui succède à celle de la Grèce, Strabon parle d’un quadrupède qu’il nomme colos, et qui, suivant lui, fait de ses narines un réservoir d’eau. Cet animal est sans doute la gazelle saïga38, dont les narines sont en effet renflées d’une manière extraordinaire.

36Revenu vers la mer Noire, Strabon visita Bysance, et il a décrit les pêches célèbres qu’on y faisait, particulièrement celles du thon et du maquereau. Il indique aussi la route que parcouraient chaque année les troupes de poissons qui alimentaient les pêches de Bysance : en sortant du Palus-Méotide, par le Bosphore Cimmérien, elles se dirigeaient vers Synope, s’approchaient de la Chalcédoine, puis, rencontrant à cette hauteur un gros rocher blanc, dont elles avaient peur, elles traversaient le détroit et arrivaient dans le port de Bysance.

  • 39 [Aristobule I, également appelé Judas Aristobule (mort en 103 av. J.-C.), fut roi de Judée descend (...)

37Après cette description, l’auteur traite des pays qu’il avait laissés à l’Orient, tels que la Médie et les Indes, et comme ces contrées sont plus éloignées de sa patrie que celles dont il a déjà parlé, il suppose que leurs productions sont moins connues, ou plus intéressantes, et il entre en conséquence à leur égard dans des détails plus étendus. Il reproduit tout ce que renferment de plus important les ouvrages de Néarque, d’Onésicrite, de Mégasthènes, d’Aristobule39. Il donne la première description que nous présentent les anciens, de la canne à sucre, roseau, dit-il, qui donne du miel. Il parle du coton, de la soie, et pense que cette dernière substance est, comme l’autre, produite par l’arbre sur lequel on la recueille. Cette erreur subsista jusqu’au iie siècle de l’ère chrétienne, et c’est Pausanias qui, le premier, a fait connaître par ses ouvrages que la soie est le produit d’une chenille.

  • 40 [Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (né en 1772, à Étampes ; mort en 1844 à Paris), travailla au Jardi (...)
  • 41 [L’expédition d’Égypte par Napoléon (né le 15 août 1769 à Ajaccio en Corse ; mort en mai 1821 sur (...)

38Les relations de Strabon sur la Babylonie, le golfe Arabique, la partie d’Afrique située au midi de l’Égypte, ne sont, comme ses descriptions de l’Inde, que des extraits d’auteurs antérieurs ; il emprunte beaucoup, entre autres, à Diodore de Sicile, qui lui-même a puisé dans Agatharchides. Ce qu’il dit de l’Égypte est le résultat de ses observations personnelles. Il ne rapporte rien qui soit bien remarquable sur la girafe, le bubale, l’éléphant, les singes, l’ichneumon ; mais ses détails sur les oiseaux, et principalement sur les poissons du Nil, sont nouveaux et très intéressans. Il a désigné quinze ou seize de ces derniers assez clairement pour que M. Geoffroi Saint-Hilaire40, au temps de l’expédition d’Égypte41, ait pu retrouver dans le Nil presque tous leurs pareils.

  • 42 [Pomponius Mela (né à Tingentera dans la province de Bétique, en Espagne romaine ; fl. en 43 apr. (...)

39À peu près à la même époque que Strabon, on rencontre un autre géographe, Pomponius Mela42, qui a écrit un petit traité en style élégant ; mais cet ouvrage est tellement abrégé, que les naturalistes n’en peuvent retirer aucune utilité.

  • 43 [Marcus Gavius Apicius, gastronome célèbre de l’Antiquité et riche marchand romain du temps de Tib (...)
  • 44 [De obsoniis et condimentis et de arte coquinaria (« Victuailles, Condiments, et l’Art de la Cuisi (...)

40Un gastronome fort célèbre, Apicius43, a produit un livre qui est beaucoup plus précieux pour l’histoire naturelle. C’est une espèce de Cuisinier Royal ou de Cuisinière Bourgeoise, intitulée de Obsoniis et Condimentis et de Arte coquinariâ44. Il y eut à Rome trois hommes du nom d’Apicius et tous trois d’une gourmandise extraordinaire : le premier vivait sous Sylla, le second sous Auguste et Tibère, le troisième sous Trajan. Le second est le plus fameux, c’était le prince des gourmands, celui qui portait à Rome le sceptre de la gastronomie, et qui est cité dans les écrits de Pline, de Juvénal, de Sénèque. L’ouvrage dont nous avons énoncé le titre il n’y a qu’un instant, a été composé par lui, et il est probable qu’il a employé toute sa vie à le rendre tel que nous le connaissons. On n’a pas gardé le souvenir d’un homme plus dévoué que lui à la gastronomie. On rapporte qu’ayant ouï dire qu’on trouvait en Afrique des crevettes plus grosses que celles qu’il mangeait à Rome, il frêta tout exprès un navire pour aller en goûter. Lorsqu’il fut arrivé à la côte, un grand nombre de pêcheurs vinrent lui offrir les fameuses crevettes qu’il venait pour savourer ; mais ne les ayant pas trouvées plus belles que celles d’Italie, il revira de bord sur-le-champ et revint à Rome. Après avoir dépensé en prodigalités de table deux millions et demi de notre monnaie, il se trouvait n’avoir plus qu’environ un demi million ; ce délabrement de finances l’aurait obligé à quelque dérogation gastronomique ; il ne put envisager de sang-froid un pareil avenir ; il se tua avant d’avoir perdu sa suprématie.

41Son écrit est divisé en dix livres ; il renferme beaucoup de détails sur les mœurs et les usages domestiques des Romains, et il intéresse les naturalistes en ce qu’il contient le nom des plantes et des animaux qu’alors on employait au service des tables. La description de la manière d’apprêter ces substances aide beaucoup à nous les faire reconnaître. L’ouvrage d’Apicius ne serait pas indigne d’être commenté par un naturaliste.

42Le premier livre, où il est traité des conserves, nous apprend que les Romains y employaient beaucoup de miel. Ils faisaient aussi un fréquent usage de vin, de vinaigre, d’assaisonnemens très actifs, tels que le cumin, la coriandre et même absinthe. Ils employaient encore les pignons dans beaucoup de mets ; on les faisait entrer par exemple dans certaines saucisses ; et aujourd’hui, dans plusieurs parties de l’Italie, on en mange de la même manière.

43Le deuxième livre traite des sauces et des fritures. La fameuse sauce aux homards s’y trouve déjà décrite.

44Le troisième livre a pour objet les légumes et la manière de les faire cuire. Pour conserver leur couleur verte, on répandait dans l’eau un peu de nitre.

45Le quatrième livre est consacré aux hachis, aux andouilles, à quelques autres préparations composées des issues des animaux, et en particulier au fameux garum que l’on faisait avec des intestins de poissons macérés dans de la saumure.

46Dans le cinquième livre, il est question des fruits et légumes qui ne se mangent que cuits, comme par exemple les châtaignes, les fèves, les pois, les lentilles.

47Le sixième livre traite des oiseaux. Il décrit la manière dont on fait bouillir l’autruche, celle dont on apprête les phénicoptères ou flamants, les grues, les perroquets, enfin le canard aux navets.

  • 45 [Les Abattis sont les abats : viscères et chutes de viande restant après l’abattage et le découpag (...)

48Le septième livre enseigne la préparation des mets qui se composent des issues des animaux, telles que le foie, les reins, le cœur, les pattes, le cou, etc., et qu’on nomme communément abattis45.

49Le huitième livre traite de la manière d’apprêter les quadrupèdes, le sanglier, le cerf, la chèvre, le mouflon, le lièvre, le loir. Il renferme jusqu’à dix-sept recettes pour la préparation du cochon de lait.

50Dans le neuvième livre sont désignés divers produits de la mer, le calmar, la langouste, les oursins, les huîtres, la torpille, le thon, etc.

51Le dixième et dernier livre est consacré aux autres poissons qu’on servait sur la table des Romains.

52Columelle a écrit un ouvrage qui renferme aussi des détails intéressans sur les mœurs des anciens et sur leur économie domestique, mais qui du reste est complètement différent, de celui d’Apicius. Il est intitulé De re rusticâ, comme les ouvrages de Varron et de Caton, et est principalement consacré à l’agriculture. L’auteur y parle des animaux domestiques. À la fin du huitième livre, où il s’occupe des viviers artificiels, on trouve sur les poissons rares qu’on y élevait des indications plus complètes que celles de Varron. Les jardins sont le sujet du dixième livre.

  • 46 [Lucius Junius Moderatus Columella (né au ier siècle apr. J.-C. à Gades en Hispanie Bétique), étai (...)

53Columelle46, qui était Espagnol, vint à Rome pendant le règne de Claude. On pouvait alors voyager facilement dans les différentes parties de l’empire romain ; les provinces affluaient vers la capitale ; beaucoup d’affaires se traitaient entre elles, et les hommes éclairés venaient aussi s’établir au centre de l’empire : Strabon était venu de Cappadoce ; Diodore, de la Sicile, et Columelle, d’Espagne, comme nous venons de le dire.

  • 47 [Lucien Sénèque (en latin Lucius Annaeus Seneca), de surnom Sénèque le Jeune (né c. 4 av. J.-C. à (...)
  • 48 [Caligula, dont le nom complet est Gaius Caesar Germanicus (né le 31 août 12 apr. J.-C. à Antium, (...)
  • 49 [Agrippine la Jeune (née en 15 apr. J.-C., morte en 59), était la mère de l’empereur Néron sur leq (...)

54L’auteur dont nous allons vous entretenir maintenant était aussi d’Espagne. Sénèque47 naquit à Cordoue, vers l’an 13 de l’ère chrétienne. Il étudia la philosophie sous différens maîtres, et finit par s’attacher à la secte des stoïciens. Au temps de Caligula48 il fut exilé en Corse, et en fut rappelé par Agrippine49, qui lui confia l’éducation de son fils Néron. Il profita de la faveur dont il jouissait pour accumuler des richesses énormes. À cinquante-deux ans il périt par ordre de son fameux élève. Il a laissé beaucoup d’écrits sur la philosophie, sur la morale, sur la littérature et sur quelques parties des sciences naturelles. Quoique grand écrivain, on lui reproche avec raison d’avoir abusé de son imagination pour altérer le style latin. Il était considéré dans son temps comme un physicien distingué ; mais nous allons voir que c’était sans fondement. Il se perd ordinairement dans des explications absurdes, et souvent il élude les difficultés par des jeux de mots.

  • 50 [cf. Sénèque, Questions naturelles. Tome I, Livres I-III [texte établi et traduit par Oltramare Pa (...)

55Ses Questions naturelles sont le seul ouvrage qui nous intéresse ; il y traite de physique et de quelques objets d’histoire naturelle50.

56Le premier livre est relatif aux météores ignés qui paraissent dans l’atmosphère, aux halos ou couronnes irisées qui entourent les astres, à l’arc-en-ciel ; et tous ces phénomènes sont mal expliqués.

57Dans le deuxième livre il adopte l’opinion d’Anaximandre sur le tonnerre ; il le regarde comme un résultat de la rencontre des nuages de leur frottement proviennent, suivant lui, l’éclair qui nous éblouit, le son que nous entendons, enfin la foudre, si la collision est assez puissante. Il conclut de cette application, que la foudre ne doit point être regardée comme un présage, et c’est ce qu’il y a de meilleur dans sa météorologie.

  • 51 [Ce gobie trouvé enfoui dans la vase est probablement le poisson-chien européen, Umbra krameri, le (...)
  • 52 [Le rouget barbet (Mullus barbatus) de Méditerranée est l’espèce la plus connue parmi les 50 espèc (...)

58Les eaux, les sources en général, les fontaines intermittentes, sont le sujet du troisième livre. Sénèque croit avoir expliqué ce dernier phénomène en le comparant à la fièvre intermittente qui affecte les hommes. En parlant de ces gobius que l’on trouve enfouis dans la vase51, il résout la difficulté d’une manière plus singulière encore ; il dit fort sérieusement que puisque les hommes vont sous l’eau, les poissons peuvent bien aller sous la terre. À l’occasion de ces poissons il parle de ceux que les gastronomes de Rome fesaient venir jusque dans les salles de repas, et il décrit avec complaisance et beaucoup d’imagination, les variations admirables de couleur que subit le rouget en expirant52. Afin de mieux jouir de ce spectacle on plaçait le poisson dans un vase de verre. Sénèque reproche aux Romains ce barbare plaisir ; mais à la peinture qu’il se plaît à en faire, on voit que lui-même se l’était donné plusieurs fois. Il continue dans le même livre de parler des eaux, des inondations, enfin d’un dernier déluge qui anéantira tous les êtres.

  • 53 [La géogonie est l’étude de la conception de l’origine de la terre, en particulier dans les premiè (...)

59Dans le quatrième livre, Sénèque traite du Nil, de ses débordements périodiques, et en indique la cause. Il répète cette idée que je vous ai fait connaître au commencement de cette histoire, que l’Égypte est le produit des alluvions du Nil ; et à cette occasion il passe en revue plusieurs géogonies anciennes53.

60Le sixième livre traite des mouvements de l’atmosphère, ou des vents.

61Enfin le dernier parle des comètes, et l’auteur les considère comme des planètes dont la course est moins bien connue, parce que leur révolution est plus longue, idée que les Chaldéens avaient eue avant lui.

  • 54 [Dans la mythologie grecque, Médée était une magicienne qui aida Jason, le commandant des Argonaut (...)
  • 55 [Connu sous le nom de la « Prophétie de Sénèque sur Christophe Colomb », aucun texte classique n’i (...)

62Si Sénèque le naturaliste est aussi l’auteur des tragédies connues sous ce nom, on peut lui faire honneur d’avoir prédit long-temps à l’avance la découverte de l’Amérique, car il a dit dans la tragédie de Médée54 : Un temps viendra ou Thulé ne sera plus la dernière des terres connues et où l’océan nous découvrira un nouveau monde55.

  • 56 [Aulus Cornelius Celsus (fl. ier siècle apr. J.-C., Rome), fut l’un des plus grands auteurs d’ouvr (...)

63Quelques médecins se distinguèrent à Rome dans l’étude des sciences naturelles, pendant le ier siècle de notre ère, et ce sont leurs écrits qui fournissent le plus de documents sur ces sciences. Il y avait alors à Rome beaucoup plus de médecins grecs que de médecins latins, et ceux-là y étaient aussi plus estimés que les seconds. Les empereurs eurent presque toujours des médecins grecs. Aussi Celse56 est-il le seul médecin latin que nous puissions citer. Son traité De re medicâ, où il décrit avec un grand talent une foule de maladies et les médicamens connus alors, présente quelques notions d’histoire naturelle.

64Du temps de Cicéron vivait à Rome un Asclépiade qui cherchait à y introduire les principes de l’école atomistique.

  • 57 [Thémison de Laodicée (fl. ier siècle av. J.-C.), élève d’Asclépiade de Bithynie, ne fut peut-être (...)

65Thémison57, son élève, y fonda la secte des Méthodistes, qui avait pour objet d’expliquer par les lois de la physique tous les phénomènes de la vie.

  • 58 [Andromaque, médecin de Néron, essaya, comme plusieurs autres médecins grecs avant lui, de concoct (...)
  • 59 [La thériaque est un antidote contre les morsures de serpents ; c’est également un contrepoison co (...)

66Andromaque58, médecin de Néron, écrivit un poëme sur la thériaque59.

  • 60 [Arétée de Cappadoce (fl. iie siècle apr. J.-C.) fut un médecin grec qui pratiqua la médicine à Ro (...)

67Mais le principal des médecins de l’époque que nous examinons est Arétée, de Cappadoce60, qui vivait sous Néron, et dut être contemporain de Pline ; c’est le plus grand médecin de l’antiquité, après Hippocrate ; il égale même ce grand homme dans la description des maladies. Il est étonnant que Pline, qui écrivit peu de temps après lui et qui fut, comme nous l’avons dit, son contemporain, ne le cite aucunement. Il est encore plus étonnant que Galien n’en parle pas. Ces omissions singulières prouvent la rareté des bibliothèques à cette époque et combien d’hommes illustres pouvaient rester privés pendant des siècles de la réputation due à leur génie.

  • 61 [D’après Aristote (voir Histoire des Animaux [texte établi et traduit par Louis Pierre], Paris : L (...)

68Arétée appartenait à la secte Pneumatique, qui admet l’existence d’un souffle passant des poumons dans le cœur, et produisant tous les phénomènes de la vie. Il était bon anatomiste et nous a laissé une description exacte de la veine cave et de la veine porte. Toutefois il a erré à quelques égards ; car il fait sortir toutes les veines du foie ; cette inexactitude est étonnante puisque Aristote savait et a écrit que ces veines partent toutes du cœur61.

  • 62 [Pedanius Dioscoride (né en 40 apr. J.-C. à Anazarbe en Cilicie (Turquie actuelle ; mort c. 90), f (...)
  • 63 [Nous n’avons pas réussi à identifier une édition de Dioscoride de 1495 ; peut-être Cuvier se réfè (...)
  • 64 [Voir Dioscoride, De materia medica, Venise : Aldus Manuce, 1499, [380] p. non numérotées.]

69De tous les médecins du même temps, le plus grand naturaliste est sans aucun doute Dioscoride62, qui vivait sous le règne de Néron et fut médecin dans les armées romaines. C’est le botaniste le plus complet de l’antiquité ; il a décrit environ six cents plantes ; mais de ce nombre il n’y en a pas cent cinquante dont on puisse reconnaître l’espèce. Si ses connaissances ont dépassé celles de Théophraste, il lui est fort inférieur pour les descriptions, et on doit renoncer absolument à déterminer plus de la moitié des plantes qu’il mentionne. Il attribue d’ailleurs à ces plantes une multitude de propriétés exagérées et souvent imaginaires. Cependant Pline l’a copié textuellement dans un grand nombre de passages, et Galien lui donne les plus grands éloges. Jusqu’à la renaissance des lettres, c’est-à-dire pendant environ quinze siècles, son ouvrage a été classique dans les écoles de médecine. Il eut les honneurs de l’impression en 149563, et les Turcs et les Maures qui l’ont traduit n’ont pas, aujourd’hui encore, d’autres livres de médecine. On peut même dire avec vérité que c’est aussi l’ouvrage qui est le plus répandu dans les bibliothèques de l’Occident. Ce succès étonnant vient peut-être beaucoup des belles gravures en bois dont l’édition de Venise est ornée64 ; car ces gravures permettent de reconnaître un grand nombre de plantes sans qu’on soit obligé d’étudier la botanique méthodiquement.

70Pour commenter convenablement les travaux botaniques de Dioscoride il faudrait se transporter sur le sol même où naissent les plantes décrites par cet auteur ; il faudrait aussi que la tranquillité fût rétablie en Grèce. Mais le résultat de ce travail ne serait guère qu’un objet de curiosité ; car il est plus que douteux que les écrits de Dioscoride puissent jamais Dans la prochaine séance nous examinerons les ouvrages de Pline.

Notes

1 [Apollonius de Tyane (fl. ier siècle apr. J.-C. à Tyane en Cappadoce), était un philosophe néopythagoricien qui devint un héros mythique pendant l’Empire Romain. L’impératrice Julia Domna commanda à l’écrivain Philostrate l’Athénien (iie ou iiie siècle apr. J.-C.) une biographie d’Apollonius. On raconte qu’elle fit cette demande poussée par le désir de contrecarrer l’influence du Christianisme sur la civilisation romaine (voir Philostrate, Apollonius de Tyane : sa vie, ses voyages, ses prodiges [trad. du grec par Chassang A. ; présentation et notes de Rachet Guy], Paris : Sand, 1995, 348 p.) La biographie le présente comme un personnage comparable au Christ, et affirme qu’Apollonius fit des miracles. Il semble que la majeure partie de cette biographie soit fictive. Mais au temps de l’Empire Romain, de nombreux païens crurent ce que cet ouvrage disait, ce qui raviva le sentiment religieux chez beaucoup d’entre eux. Ils édifièrent des sanctuaires et élevèrent des monuments pour l’honorer et le vénérer.]

2 [Néron, ou Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus, également appelé Nero Claudius Caesar Drusus Germanicus (50-54 apr. J.-C.), de nom de naissance Lucius Domitius Ahenobarbus (né le 15 décembre 37 apr. J.-C. à Antium, Latium (Anzio, Italie d’aujourd’hui) ; mort le 9 juin 68 à Rome) fut le cinquième empereur romain (54-56 apr. J.-C., beau-fils et dauphin de l’empereur Claudius. Il se créa une mauvaise réputation en raison de ses débauches et de ses extravagances, de l’incendie de Rome qu’on lui attribua bien, que les preuves fussent incertaines, et des persécutions des Romains.]

3 [Lucain, voir Leçon 10, note 5.]

4 [Gaius Petronius Arbiter, de nom d’origine Titus Petronius Niger (mort en 66 apr. J.-C.), auteur célèbre du Satyricon, portrait littéraire de la société romaine du ier siècle apr. J.- C. (voir Pétrone, Satyricon [traduction de Tailhade Laurent ; édition établie par Desbordes Françoise], Paris : Flammarion, 2007, 275 p.)]

5 [Galba, en latin Servius Galba Caesar Augustus, de nom d’origine Servius Sulpicius Galba (né le 24 décembre 3 av. J.-C. ; mort le 15 janvier 69 apr. J.-C. à Rome), empereur romain pendant sept mois (68-69 apr. J.-C.). Son administration était très stricte, bien que ses conseillers fussent corrompus.]

6 [Otho, en latin Marcus Otho Caesar Augustus, de nom d’origine Marcus Salvius Otho (né en 32 apr. J.-C. ; mort le 16 avril 69 près de Crémone, Venise, Italie), empereur romain de janvier à avril 69.]

7 [Aulus Vitellius (15-69 apr. J.-C., Rome), empereur romain trois ; il fut le dernier des successeurs de courte durée de Néron. Aulus était le fils de Lucius Vitellius, censeur sous l’empereur Claudius, qui fut également consul à trois reprises. Aulus devint également consul en 48 apr. J.-C. et proconsul en Afrique (c. 61). Il fut nommé commandant des légions de Germanie Inférieure en 68. Au beau milieu des troubles qui suivirent la mort de Néron, il fut proclamé empereur par ses troupes (2 janvier 69). Il marcha sur l’Italie, et le 16 avril, son rival l’empereur Otho se suicida vainqueur. Vitellius marcha sur Rome en en juillet, mais le 1er juillet, un commandant des légions de l’est, Vespasien, était également proclamé empereur. Après son échec devant les troupes de Vespasien, Vitellius pensa à abdiquer, mais sa garde prétorienne l’en dissuada, et lorsque les troupes de Vespasien marchèrent sur Rome le 20 décembre, Vitellius fut assassiné avec une grande brutalité par ses propres soldats.]

8 [Vespasien, en latin Caesar Vespasianus Augustus, de son nom d’origine Titus Flavius Vespasianus (né le 17 ? Novembre 9 apr. J.-C. à Réate [Rieti], Latium ; mort le 24 juin 79), empereur romain qui, bien que d’origine modeste, devint le fondateur de la dynastie des Flaviens après les guerres civiles qui suivirent la mort de Néron en 68. Ses réformes fiscales et sa consolidation de l’empire apportèrent la stabilité politique et produisirent un vaste programme de construction.]

9 [Cuvier fait ici référence à un socialiste contemporain français, Henri de Saint-Simon, dont le nom complet est Claude-Henri de Rouvroy, Comte de Saint-Simon (né le 17 octobre 1760 à Paris ; mort le 19 mai 1825 à Paris). Théoricien social français, il fut l’un des fondateurs du socialisme chrétien. Dans son œuvre inachevée Nouveau christianisme : dialogues entre un conservateur et un novateur (publié pour la première fois chez Bossange à Paris en 1825), il clamait que l’organisation scientifique de l’industrie et de la société devait mener à l’établissement d’une vraie fraternité entre les hommes (voir Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, Paris : Éditions Anthropos, 1966, 6 vol.)]

10 [Lucien de Samosate, en grec Lucianos, en latin Lucianus ou Lucinus (né c. 120 apr. J.-C. à Samosate, Commagène en Syrie [de nos jours Samsat en Turquie] ; mort après 180 à Athènes), était un rhéteur grec, auteur de pamphlets, et satiriste, connu pour ses œuvres Dialogues des Dieux et Dialogues des Morts (voir Lucien de Samosate, uvres compleÌtes [traduction avec notices et notes par Chambry Émile], Paris : Garnier frères, 1934, 2 vol.)]

11 [Suétone, en latin Gaius Suetonius Tranquillus (né c. 69 ap. J.-C., probablement à Rome ; mort après 122), historien biographe romain et antiquaire principalement connu pour ses œuvres De viris illustribus (« Des Hommes Illustres » dont seule subsiste la majeure partie de la dernière division consacrée aux grammairiens et aux rhéteurs, voir Suétone, Grammairiens et rhéteurs [texte établi et traduit par Vacher M.-C.], Paris : Les Belles Lettres, 2003, XCVIII + 282 p.), une collection de courtes biographies d’hommes littéraires illustres romains, et De vita Caesarum (Vies des douze Césars [texte établi et traduit par Ailloud Henri ; 3e éd., rev. et corr.], Paris : Les Belles Lettres, 1961-64, 3 vol.) Cet ouvrage, épicé de ragots et de scandales concernant la vie des onze premiers empereurs, lui assura la célébrité.]

12 [Antonius Musa, botaniste et médecin d’Auguste qui, en l’an 23 av. J.-C., alors qu’Auguste était gravement malade, le guérit de sa maladie avec des compresses froides, et devint immédiatement célèbre. Le genre de plantes Musa, lequel inclue la banane, le plantain, et de nombreuses autres espèces, fut apparemment nommé ainsi en son honneur (voir note 13 ci-dessous).]

13 [La famille des plantes de la banane, appelée Musaceae, de l’ordre des Zingiberales, comprend deux genres, le Musa et l’Ensete, et environ 50 espèces natives d’Afrique, d’Asie, et d’Australie. La banane commune (Musa sapientum) est une sous-espèce du plantain (Musa paradisiaca). Les deux espèces sont des plantes alimentaires substantielles.]

14 [Euphorbes, frère de Musa (voir note 12 ci-dessus) et médecin du roi Juba II de Numidie (voir Leçon 8, note 23), en l’honneur duquel la plante Euphorbes fut nommée a l’origine (voir note 15 ci-dessous).]

15 [Euphorbia désigne le genre vaste et varié des buissons, arbres, et plantes herbacées de la famille des épurges (ou Euphorbiacées), caractérisés par un suc laiteux. Le genre, qui contient environ 1 500 à 1 600 espèces, est aussi communément appelé épurge.]

16 [Claude Saumaise, en latin Claudius Salmasius (né le 15 avril 1588 à Sémur-en-Auxois, France ; mort le 3 septembre 1653 à Spa, aujourd’hui en Belgique), homme de lettres français dont la sagesse et l’imposante érudition exercèrent une forte influence chez ses contemporains.]

17 [Méléagre de Gadara, (fl. ier siècle av. J.-C.), poète grec né à Gadara en Syrie, qui compila la première anthologie d’épigrammes, laquelle devint la première des collections qui devinrent ce qui est connu aujourd’hui comme l’Anthologie Grecque. La collection de Méléagre contenait un certain nombre de ses poèmes ainsi que ceux de cinquante autres auteurs. Un poème d’introduction comparait chaque poète à une fleur, et l’ensemble était intitulé « La Couronne » (Stephanos) (voir la libre traduction qu’en donne Louÿs (Pierre), uvres compleÌtes : Poésies de Méléagre, Genève : Slatkine, 1929, tome I, pp. 123-126). Il vécut à Tyre et passa la dernière partie de sa vie sur l’île de Cos dans la mer Égée.]

18 [Virgile, en latin Publius Vergilius Maro (né le 15 octobre 70 av. J.-C. à Andes, près de Mantua en Italie ; mort en 19 av. J.-C. à Brindisi, en Italie) fut considéré par les Romains comme leur plus grand poète, opinion qui fut maintenue au fil des siècles. Sa célébrité est principalement due à son épopée L’Enéide, qui raconte l’histoire légendaire du fondateur de Rome et proclame que la mission de Rome est de civiliser le monde sous les auspices divins (Virgile, L’Énéide [éd. revue ; traduction de Rat Maurice ; présentation, notes, chronologie, lexique et dossier par Garcia Christine], Paris : Flammarion, 2008, 178 p.) Sa réputation de grand poète perdure non seulement grâce au rythme, à l’élaboration de ses vers et à son habileté à créer une œuvre de grande envergure, mais également parce qu’il incarna dans sa poésie des aspects de la vie réelle intemporels.]

19 [Les Géorgiques, œuvre de Virgile composée entre 37 et 80 av. J.-C. (à la fin des guerres civiles), est une plaidoirie pour le retour à la vie traditionnelle agricole en Italie (cf. l’édition récente des Géorgiques [texte traduit par Saint-Denis Eugène de ; introduction, notes et postface par Pigeaud Jackie], Paris : Les Belles Lettres, 1998, LI + 172 p.) La forme est didactique, mais, comme Sénèque le confia plus tard, cette œuvre fut écrite « non pas pour instruire les fermiers mais pour séduire les lecteurs ». L’instruction pratique (sur l’art de l’agriculture, de l’arboriculture, de l’élevage de bétail, et de l’apiculture) démontre une connaissance profonde de la nature, et est entrecoupée de digressions poétiques et bucoliques sur des sujets tels que la beauté de la campagne italienne et la joie du fermier au moment de la récolte.]

20 [Livre des Juges, Chapitre 14.]

21 [Voir Paulet (Jean-Jacques), Flore et faune de Virgile ; ou, Histoire naturelle des plantes et des animaux (reptiles, insectes) les plus intéressans à connaître, et dont ce poeÌte a fait mention, Paris : Chez Madame Huzard, 1824, xxiv + 159 p.]

22 [Ovide, dont le nom complet en latin est Publius Ovidius Naso (né le 20 mars 43 av. J.-C. à Sulmo, aujourd’hui Sulmona, en Italie ; mort en 17 apr. J.-C. à Tomis, l’actuelle Constanta en Roumanie), fut un poète romain particulièrement connu pour ses œuvres L’Art d’Aimer et Les Métamorphoses (cf. les éditions suivantes : L’art d’aimer [traduction de Bornecque Henry revue par Heuzé Philippe ; texte annoté et questions par Alizon Aude,... Tardiveau Christine], Paris : Les Belles Lettres ; Hatier, 2009, 222 p. ; Les métamorphoses [texte établi par Lafaye Georges ; émendé, présenté et traduit par Sers Olivier], Paris : Les Belles Lettres, 2009, XXVII + 782 p.) Sa poésie eut beaucoup d’influence, tant par ses interprétations imaginaires des mythes classiques, que comme exemple de virtuosité.]

23 [Pour la traduction française des Halieutiques d’Ovide, voir le texte établi, traduit et commenté par Eugène de Saint-Denis, Paris : Les Belles Lettres, 1975, 78 p.]

24 [Channe fait référence aux poissons du genre hermaphrodite des Serrans (Serranus). Parmi les nombreux poissons hermaphrodites de Méditerranée (dont la plupart appartient aux familles des Serranidae, Sparidae, et Centracanthidae, il est probable que celui auquel se réfère Ovide est le Serran Commun (ou serran cabrille ; voir Lejeune (P. J.), Boveroux (M.) & Voss (J.), « Observation du comportement reproducteur de Serranus scriba Linné (Pisces, Serranidae), poisson hermaphrodite synchrone », Cybium, série 3, vol. 10, 1980, pp. 73-80).]

25 [Phycis est une espèce de poisson de la Méditerranée faisant partie du genre Gobius (peut-être le gobie noir) décrit par Aristote (Histoire des Animaux, Livre 8, chapitre 30) comme étant le seul poisson marin à construire un nid et y déposer sa frai. Longtemps considéré comme fable, le comportement de ce poisson fut confirmé par le naturaliste vénitien Giuseppe Olivi (1792). Celui-ci ajouta que le mâle creuse un trou dans la boue, le couvre de différentes algues, protège la femelle pendant qu’elle dépose ses œufs, et continue à protéger les larves lorsque les œufs éclosent (voir Magnhagen (Carin), « Conflicting demands in gobies : When to eat, reproduce, and avoid predators », in Huntingford (Felicity A.) & Torricelli (Patrizia) (sous la dir.), Behavioural Ecology of Fishes, vol. 11, Philadelphie : Harwood Academic Publishers, 1993, pp. 79-104).]

26 [Diodore de Sicile ou Diodorus Siculus en latin (fl. ier siècle av. J.-C. à Agyrium (Agirone) en Sicile), historien grec et auteur d’une histoire universelle intitulée BibliotheÌque Historique, vécut sous Jules César et Auguste (Sacks (Kenneth S.), Diodorus Siculus and the First Century, Princeton (New Jersey) : Princeton University Press, 1990, xi + 242 p.) Ses écrits nous apprennent qu’il voyagea en Égypte entre 60 et 57 av. J.-C. et qu’il passa plusieurs années à Rome. Le dernier événement qu’il relata date de l’an 21 av. J.-C. Son ouvrage historique comprenait 40 livres et était divisé en trois parties (voir Diodore de Sicile, BibliotheÌque historique. Fragments. Tome II. Livres XXI-XXVI [texte établi, traduit et commenté par Goukowsky Paul], Paris : Les Belles Lettres, 2006, XXXIV + 296 p. ; BibliotheÌque historique. Tome II. Livres II [texte établi et traduit par Eck B.], Paris : Les Belles Lettres, 2003, LXXVI + 316 p.) La première partie traite de l’histoire mythique des tribus hellénistes et non-hellénistes jusqu’à la destruction de Troie, la seconde se termine à la mort d’Alexandre, et la troisième partie continue jusqu’au début de la Guerre des Gaules par Jules César. La BibliotheÌque Historique de Diodore de Sicile est une source historique précieuse, compensant en partie la perte de textes d’auteurs anciens à partir desquels l’ouvrage fut préparé. Diodore ne cite pas toujours ses sources, mais dans les livres qui survécurent, il semble que ses sources les plus importantes concernant l’histoire grecque furent Éphore (pour la période de 480 à 340 av. J.-C.) et Hiéronyme de Cardie (pour la période entre 323 et 302).]

27 [Taprobane, ancien nom grec pour l’Île de Sri Lanka. Le monde arabe l’appelait Serendib et plus tard, les cartographes européens l’appelèrent Ceylan, nom que l’on utilise toujours dans le monde du commerce. L’île prit officiellement le nom de Sri Lanka en 1972.]

28 [La méduse (medusa), en zoologie, désigne l’une des deux morphologies que l’on trouve chez les membres du phylum animal invertébré des Cnidaires. C’est la forme typique que l’on trouve chez la méduse. Son corps a la forme d’une ombrelle ; du centre inférieur de cette ombrelle pend une structure ressemblant à une tige appelée le manubrium, à l’extrémité de laquelle se trouve la bouche. La bouche donne sur la cavité gastrale qui est reliée aux tentacules, lesquelles se prolongent vers le bas à l’extérieur de l’ombrelle. La méduse est la forme libre du phylum. Elle avance par contractions musculaires rythmiques de l’ombrelle, créant ainsi une lente action de propulsion dans l’eau. L’autre forme de cnidaire adulte est la forme fixe dite polype.]

29 [Strabon (né en 64/63 av. J.-C. à Amasée, dans la région du Pont (Turquie actuelle) ; mort après 23 apr. J.-C. ?), géographe et historien grec dont l’œuvre Geographica est le seul ouvrage couvrant la totalité des peuples et des pays connus par les Grecs et les Romains sous le règne d’Auguste (27 av. J.-C.- 14 apr. J.-C.) qui nous est parvenu. Ses nombreuses citations provenant d’ouvrages didactiques nous fournissent une remarquable description de la science de la géographie grecque de l’époque, ainsi que de l’histoire des pays qu’il étudie (voir note 32 ci-dessous ; Strabon, Géographie. Tome IV, Livre VII [texte établi et traduit par Baladié Raoul], Paris : Les Belles Lettres, 2003, VIII + 335 p.)]

30 [Gaius Cornelius Gallus (né c. 70 av. J.-C., Forum Julii en Gaule ; mort en 26 av. J.-C. en Égypte), était un soldat et poète romain, connu pour quatre livres de poèmes qu’il composa pour sa maitresse « Lycoris » (l’actrice Volumnia, nom de scène Cytheris), lesquels firent de lui, selon l’opinion publique de l’époque, le premier des quatre plus grands poètes lyriques romains (voir Becker (Wilhelm Adolf), Gallus ; or, Roman scenes of the time of Augustus [avec notes et excursus illustrant les us et coutumes des Romains, par le prof. Becker Wilhelm Adolf ; trad. de l’allemand en anglais par le révérend Metcalfe Frederick], 3e éd., New York : D. Appleton, 1866, xxi + 535 p.)]

31 [Lathyrus est Ptolémée IX Soter II, roi d’Égypte (il régna de 116 à 110, 109 à 107, et de 88 à 81 av. J.-C.) ; voir Leçon 9, note 59.]

32 [Les deux premiers tomes de l’encyclopédie Géographica (voir note 29 ci-dessus) nous donnent en effet une définition des objectifs et des méthodes de la géographie ainsi qu’une révision critique des livres d’auteurs antérieurs (pour une édition critique des livres disponibles de Strabon, cf. les 9 tomes publiés aux Belles Lettres). Dans les tomes III à VI, Strabon décrivit successivement la péninsule Ibérique, la Gaule, et l’Italie à partir des sources de Polybe et Posidonius, lesquels avaient visité ces pays ; de plus, Artémidore, géographe grec né vers 140 av. J.-C. et auteur d’un livre décrivant un voyage autour de la Terre habitée, lui fournit une description des côtes et de la forme et la taille de ces pays. Le tome VII fut écrit à partir des mêmes sources, et décrit le Bassin du Danube et les côtes européennes de la mer Noire. Strabon se basa également sur le travail d’Artémidore pour les tomes VIII à X sur la Grèce, mais sa source principale d’information vint de deux commentateurs d’Homer –Apollodore d’Athènes (iie siècle av. J.-C.) et Démétrius de Scepsis (né vers 205 av. J.-C.)– car Strabon attachait beaucoup d’importance à la localisation des villes citées dans l’épopée grecque l’Iliade. Les tomes XI à XIV décrivent les côtes asiatiques de la mer Noire, le Caucase, le nord de l’Iran, et l’Asie Mineure. Pour ces volumes, Strabon utilisa beaucoup de ses propres observations. L’Inde et la Perse (Tome XV) furent décrits d’après les informations obtenues des historiens des campagnes d’Alexandre le Grand (356 à 323 av. J.-C.), et ses descriptions de la Mésopotamie, de la Syrie, de la Palestine, et de la mer Rouge (Tome XVI) furent écrits à partir des récits des expéditions lancées par Marc Antoine (environ 83 à 30 av. J. C) et par l’empereur Auguste, ainsi qu’à partir des chapitres écrits par Posidonius sur l’ethnographie, et d’un récit de voyage à la mer Rouge entrepris par l’historien et géographe grec Agatharchides (iie siècle av. J.-C.). Les souvenirs d’Égypte de Strabon, ainsi que les écrits de Posidonius et Artémidore, fournirent les sources du Tome XVII, lequel traite des côtes africaines de la Méditerranée et de la Mauritanie.]

33 [Pomponius Mela, voir note 42 ci-dessous.]

34 [Tacite, en latin Publius, or Gaius, Cornelius Tacitus (né c. 56 apr. J.-C. ; mort c. 120), orateur et fonctionnaire romain, fut probablement le plus grand historien et l’un des plus grands écrivains de prose en langue latine. Parmi ses œuvres figurent La Germanie, ouvrage décrivant les tribus germaniques, Histoire, un traité sur l’Empire Romain de 69 à 96 apr. J.-C., et Les Annales, œuvre historique sur l’Empire Romain de 14 à 68 apr. J.-C. (cf. Tacite, Les œuvres de Tacite, de la traduction [latine] de Nicolas Perrot d’Ablancourt [éd. établie par Pietri Jean & Pesty Eric], Paris : Édition Ivrea, 2004, IX + 776 p.)]

35 [La Crau est une étendue plate couverte de cailloux située à l’est du delta du Rhône et s’étirant au nord jusqu’aux Alpilles, massif montagneux à l’ouest des Alpes.]

36 [Les îles Lipari ou îles Éoliennes sont un archipel volcanique dans la mer Thyrénienne, au large de la côte nord de la Sicile en Italie. L’archipel, qui fait partie de la province de Messine, est composé de sept îles principales et plusieurs îles plus petites, et couvre une superficie de 88 km2. Les îles sont disposées en forme de « Y », la base du « Y » étant là où se situe Alicudi, l’île la plus occidentale, la pointe du nord, Stromboli, et celle du sud, Vulcano. Les autres îles principales sont Lipari, Salina, Filicudi, et Panarea.]

37 [Le Taygète est une chaîne de montagnes grecque, au sud du Péloponnèse. Le Cap Ténare, ou Cap Matapan est situé à l’extrème sud du Péloponnèse, entre le Golfe de Laconie et la Messénie.]

38 [Le saïga (Saiga tatarica) est un mammifère à sabots de taille moyenne de la famille des Bovidés (de l’ordre Artiodactyle) qui vit en troupeaux dans les steppes désertiques. Autrefois largement distribué de la Pologne à la Mongolie occidentale, le saïga (qui veut dire antilope en russe) fut victime de la chasse et est aujourd’hui une race disparue de l’Europe de l’Est. Le gouvernement russe lui attribua le statut d’espèce protégée en 1919 grâce auquel la population a pu augmenter en Sibérie. La particularité unique du saïga est son museau gonflé et ses narines pendantes. Il se peut que son museau serve à réchauffer et humidifier l’air qu’il respire, ou qu’il soit lié au sens aigu de l’odorat de cet animal.]

39 [Aristobule I, également appelé Judas Aristobule (mort en 103 av. J.-C.), fut roi de Judée descendant de la dynastie Hasmonéenne (des Machabées) de 104 à 103 av. J.-C.). Fils d’Hyrcan Ier, il ignora les dernières volontés de son père, évinça sa mère, s’empara du trône, et emprisonna ou tua ses frères. D’après l’historien Flavius Josèphe, Aristobule conquit les Ituréens du Liban et les força à se convertir au judaïsme. Il fut le premier de sa dynastie à adopter le titre de roi (basileus en ancien grec).]

40 [Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (né en 1772, à Étampes ; mort en 1844 à Paris), travailla au Jardin des plantes à Paris comme sous-garde et assistant démonstrateur. En 1793, il fut nommé professeur de zoologie au Musée, et après la nomination de Lacepède à la chaire des reptiles et poissons, il fut en charge des mammifères et des oiseaux. De 1798 à 1799, il participa à l’expédition scientifique en Égypte avec l’armée de Napoléon Bonaparte (voir note 41 ci-dessous), et rapporta en France d’importantes collections de spécimens, dont des poissons provenant de la mer Rouge et du Nil. Un des spécimens qu’il rapporta fut le polyptère bichir, dont la découverte suffit à justifier à elle-seule cette expédition (Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Histoire naturelle et description anatomique d’un nouveau genre de poisson du Nil, nommé polyptère », Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris, vol. 1, 1802, pp. 57-68). En 1808, il fut chargé d’une mission au Portugal, dont il rapporta de nouvelles collections en France, la plupart provenant du musée d’Ajuda à Lisbonne (Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « L’ichtyologie en France au début du xixe siècle. L’Histoire Naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4ème série, section A, Zoologie, Biologie et Écologie animales, Paris, suppl. no 1, 1990, 142 p.)]

41 [L’expédition d’Égypte par Napoléon (né le 15 août 1769 à Ajaccio en Corse ; mort en mai 1821 sur l’île de Sainte-Hélène) en 1798, et sa conquête du pays, bien que de courte durée, furent le point culminant de l’intérêt que l’on portait à l’Orient au xviiie siècle. De nombreux scientifiques se joignirent à l’expédition et en ramenèrent de nombreux rapports sur l’Égypte ancienne et contemporaine, lesquels leur permirent de publier en 1809-1828 la Description de l’Égypte, l’étude la plus complète à avoir jamais été faite avant le déchiffrement des hiéroglyphes. La pierre de Rosette, qui porte l’inscription d’un décret de Ptolémée V Épiphane (voir Leçon 9, note 47) en hiéroglyphe, démotique, et grec, fut découverte au cours de l’expédition et donnée aux anglais après la capitulation des Français ; cette stèle devint alors la propriété du British Museum de Londres. Ce décret fut une pièce-clef dans le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens par Jean-François Champollion (né le 23 décembre 1790 à Figeac en France ; mort le 4 mars 1832 à Paris ; historien et linguiste français qui fonda l’égyptologie scientifique en 1822 ; voir Leçon 2, note 27).]

42 [Pomponius Mela (né à Tingentera dans la province de Bétique, en Espagne romaine ; fl. en 43 apr. J.-C.) fut l’auteur du plus ancien traité de géographie en latin intitulé, De situ orbis (« Une Description du Monde »), également connu sous le nom de De chorographia (voir Mela (Pomponius), Chorographie [texte établi, traduit et annoté par Silberman A.], Paris : Les Belles Lettres, 1988, lxxiii + 346 p.) Écrit en 43 ou 44 apr. J.-C., cette œuvre resta l’ouvrage de référence jusqu’à l’âge de l’exploration, soit treize siècles plus tard. Bien que cette œuvre fut très certainement destinée au grand public, la géographie de Mela fut présentée par Pline l’Ancien dans son encyclopédie de sciences naturelles comme une source académique éminente (Pline l’ancien, Histoire naturelle, Paris : Les Belles Lettres, 1947-1985, 28 + 7 vol.)]

43 [Marcus Gavius Apicius, gastronome célèbre de l’Antiquité et riche marchand romain du temps de Tibère (14-37 apr. J.-C.) Ses banquets fastueux le menèrent à la faillite et au suicide, mais on lui attribue d’avoir écrit un livre de recettes tant apprécié qu’il fut conservé jusqu’au xxe siècle dans de nombreuses éditions (voir note 44 ci-dessous ; Apicius, L’Art culinaire [texte établi, traduit et annoté par André J.], Paris : Les Belles Lettres, 1988, lxxii + 353 p.)]

44 [De obsoniis et condimentis et de arte coquinaria (« Victuailles, Condiments, et l’Art de la Cuisine ») est une collection de recettes de cuisine de l’Antiquité, qui semble avoir été compilée à la fin du ive et au début du ve siècle apr. J.-C. et écrite dans un latin plus souvent populaire que classique. Les premières éditions portaient le titre De re coquinaria (« De l’Art Culinaire »), et sont attribuées à un certain « Caelius Apicius », ceci reposant sur le fait que l’un des deux manuscrits portrait les mots « API CAE ». Le nom Apicius fut longtemps synonyme d’amoureux de la bonne chère, certainement en souvenir des habitudes d’un des premiers porteurs de ce nom. Le plus célèbre d’entre eux à porter ce surnom en honneur à sa gourmandise fut Marcus Gavius Apicius, à qui l’on attribue parfois, bien qu’à tort, l’écriture de ce livre (voir Apicius, L’Art culinaire, op. cit.)]

45 [Les Abattis sont les abats : viscères et chutes de viande restant après l’abattage et le découpage d’un animal.]

46 [Lucius Junius Moderatus Columella (né au ier siècle apr. J.-C. à Gades en Hispanie Bétique), était un soldat et fermier romain qui écrivit de nombreux ouvrages sur l’agriculture et autres sujets semblables dans l’espoir de raviver l’amour de l’agriculture et de la vie simple de la campagne. Dans les premières années de sa vie, il fut tribun d’une légion stationnée en Syrie, mais il était intéressé ni par une carrière militaire, ni par le droit ; il devint donc agriculteur en Italie. Son ouvrage en douze volumes, De re rustica, lequel est le deuxième et le plus complet de ses traités sur l’agriculture et la vie bucolique, ainsi que son traité De arboribus (« Des Arbres ») qui faisait partie d’un ouvrage précédent (voir Columelle, L’économie rurale [traduction nouvelle par M. Du Bois Louis], Paris : C. L. F. Panckoucke, 1844-1845, 3 vol.), sont tous deux parvenus jusqu’à nous. Ces textes furent écrits dans un style réaliste et pratique.]

47 [Lucien Sénèque (en latin Lucius Annaeus Seneca), de surnom Sénèque le Jeune (né c. 4 av. J.-C. à Cordoue en Espagne ; mort en 65 apr. J.-C. à Rome), était à la fois un philosophe, un homme d’état, un orateur, et un dramaturge romain. Il fut le personage le plus important du monde intellectuel de Rome du milieu du ier siècle apr. J.-C., et fut un homme politique très influent entre 54 et 62 pendant les premières années du règne de l’empereur Néron, sous lequel lui et ses amis gouvernèrent quasiment le monde romain.]

48 [Caligula, dont le nom complet est Gaius Caesar Germanicus (né le 31 août 12 apr. J.-C. à Antium, Latium ; mort le 24 janvier 41 à Rome), succéda à Tibère comme empereur romain de 37 à 41, et fut celui qui transféra la dernière légion à être sous autorité sénatoriale (en Afrique) au légat impérial, donnant ainsi à l’empereur le monopole du commandement des armées. Les récits des historiens de l’Antiquité écrits sur son règne reflètent un tel parti-pris qu’il est presque impossible d’en discerner la vérité.]

49 [Agrippine la Jeune (née en 15 apr. J.-C., morte en 59), était la mère de l’empereur Néron sur lequel elle exerça une forte influence pendant les premières années de son règne (54-68).]

50 [cf. Sénèque, Questions naturelles. Tome I, Livres I-III [texte établi et traduit par Oltramare Paul ; 4e tirage revu et corrigé], Paris : Les Belles Lettres, 2003, xxxvi + 184 p. ; Motto (Anna Lydia), Guide to the thought of Lucius Annaeus Seneca, in the extant prose works : Epistulae morales, the Dialogi, De Beneficiis, De Clementia, and Quaestiones naturales, Amsterdam : A. M. Hakkert, 1970, xxiv + 237 p.]

51 [Ce gobie trouvé enfoui dans la vase est probablement le poisson-chien européen, Umbra krameri, lequel habite les marais, étangs et petits cours d’eau d’Europe de l’Est où il prospère dans les eaux sans oxygène, alors que bon nombre d’autres poissons y mourraient (voir Valenciennes (Achille), « Du genre Ombre (Umbra) », in Cuvier (Georges) & Valenciennes (Achille), Histoire Naturelle des Poissons, Paris ; Strasbourg : F. G. Levrault, vol. 19, 1847, pp. 538-544, pl. 590 ; Wheeler (Alwyne C.), Key to the Fishes of Northern Europe. A Guide to the Identification of More Than 350 Species [illustré par Stebbing Peter, cartes dessinées par Fraser Rodney F.], Londres : Frederick Warne, 1978, xix + 380 p.]

52 [Le rouget barbet (Mullus barbatus) de Méditerranée est l’espèce la plus connue parmi les 50 espèces de rougets (poissons d’eau de mer de forme allongée de la famille des Mullidae, de l’ordre des Perciformes), et l’un des mets les plus prisés des Romains de l’Antiquité. Le Mullus surmuletus est une autre espèce européenne semblable au Mullus barbatus également appelée rouget barbet.]

53 [La géogonie est l’étude de la conception de l’origine de la terre, en particulier dans les premières phases de son développement, et de son rôle dans le système solaire.]

54 [Dans la mythologie grecque, Médée était une magicienne qui aida Jason, le commandant des Argonautes, à récupérer la Toison d’Or qui se trouvait en possession de son père, le roi Éétès de Colchide. Il se peut qu’elle fut une déesse et qu’elle ait eut le don de prophétie. Elle épousa Jason et utilisa ses pouvoirs magiques pour l’aider. Lorsque Sénèque écrivit son œuvre Médée, deux versions célèbres de la légende de Médée et Jason avaient déjà été écrites, la première étant la tragédie d’Euripide, la seconde étant Les Argonautiques d’Apollonius de Rhodes (né au début du iiie siècle av. J.-C., mort après 246 av. J.-C., poète, homme de lettres et directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie (voir Sénèque, Tragédies Tome I : Hercule furieux - Les Troyennes - Les Phéniciennes - Médée - PheÌdre [texte établi et traduit par Chaumartin François-Régis], Paris : Les Belles Lettres, 2008, xviii + 266 p.)]

55 [Connu sous le nom de la « Prophétie de Sénèque sur Christophe Colomb », aucun texte classique n’inspira autant les navigateurs de l’âge de la découverte que celui-ci :
Un temps viendra au cours des sieÌcles
Ou l’océan élargira la ceinture du globe
Pour découvrir à l’homme une terre immense et inconnue,
La mer nous réveÌlera de nouveaux mondes,
Et Thulé ne sera plus la borne de l’univers.
(Sénèque, Médée [trad. par Grelou E.], Paris : Panckoucke, 1834, vers 375-379.]

56 [Aulus Cornelius Celsus (fl. ier siècle apr. J.-C., Rome), fut l’un des plus grands auteurs d’ouvrages de médecine. Il écrivit également une encyclopédie traitant des domaines de l’agriculture, de l’art militaire, de la rhétorique, de la philosophie, du droit, et de la médicine. Seule la partie concernant la médicine nous est parvenue. Son ouvrage De re medica ou De medicina, aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs classiques sur la médicine, fut largement ignoré par ses contemporains (Celse (Aulus Cornelius), Traité de la médecine [De medicina en huit livres ; traduction nouvelle par M. Des Etangs], Paris : Didot, 1859. [3] + viii + 294 p.) Il fut découvert par le Pape Nicolas V (1397-1455) et fut l’un des premiers ouvrages de médecine à être publiés (Celse (Aulus Cornelius), Cornelii Celsi De medicina liber incipit, Florentiae : Nicolao [Laurentii] impressus, 1478, [392] p. non numérotées) après l’invention de la presse.]

57 [Thémison de Laodicée (fl. ier siècle av. J.-C.), élève d’Asclépiade de Bithynie, ne fut peut-être pas le fondateur de la secte des Méthodistes, mais il en fit activement partie. En médicine, les Méthodistes ne tenaient compte que de la maladie, indépendamment du patient, de son passé médical et de sa situation personnelle (contrairement aux Dogmatiques et aux Empiriques). De ce fait, le traitement était déterminé uniquement par la maladie (voir Neuburger (Max), « An Historical Survey of the Concept of Nature from a Medical Viewpoint », Isis, vol. 35, no 1, 1944, pp. 16-28).]

58 [Andromaque, médecin de Néron, essaya, comme plusieurs autres médecins grecs avant lui, de concocter des contrepoisons en mélangeant de faibles doses de différents ingrédients toxiques, lesquels étaient sensés apporter l’immunisation contre les effets mortels des poisons. Appelée « thériaque », sa potion fut décrite dans les pharmacopées au fil des siècles jusqu’à la Renaissance.]

59 [La thériaque est un antidote contre les morsures de serpents ; c’est également un contrepoison composé de nombreux ingrédients et de miel (voir note 58 ci-dessus).]

60 [Arétée de Cappadoce (fl. iie siècle apr. J.-C.) fut un médecin grec qui pratiqua la médicine à Rome et à Alexandrie. Il fut à l’origine de la résurgence des enseignements d’Hippocrate, et il se distingua, comme le fit le fondateur même de la médecine, par son attention à l’observation détaillée et par son éthique qu’il appliqua à la pratique médicale. Il suivit les principes de l’école de médecine « pneumatique » selon laquelle la santé provenait de « l’air vital » ou pneuma. Les pneumatiques pensaient qu’un déséquilibre entre les quatre humeurs corporelles –le sang, le phlegme, la bile jaune, et la bile noire– perturbait le pneuma, condition que l’on pouvait vérifier par un pouls anormal. Dans la pratique néanmoins, Arétée fut un médecin éclectique, utilisant les théories et pratiques médicales de plusieurs écoles différente.]

61 [D’après Aristote (voir Histoire des Animaux [texte établi et traduit par Louis Pierre], Paris : Les Belles Lettres, 1964-1969, 3 vol. ; Parties des Animaux [texte établi et traduit par Louis Pierre], Paris : Les Belles Lettres, 1956, xl + 193 p.), le cœur est composé de trois ventricules où deux vaisseaux importants s’y connectent : la veine cave et l’aorte ; il ne mentionne pas les valves. Le ventricule droit a le sang le plus chaud et le plus abondant ; le ventricule gauche a le sang le plus froid et le moins abondant ; enfin, le ventricule du milieu a le sang le plus pur et le plus clair du corps, en quantité moyenne. Il pensait que le cœur était le point d’origine des veines (voir Cole (Francis Joseph), A History of Comparative Anatomy, from Aristotle to the Eighteenth Century, Londres : Macmillan & Co Ltd, 1949, viii + 524 p ; Lonie (Iain Malcolm), « The paradoxical text ‘ On the heart,’Part I », Medical History, vol. 17, 1973, pp. 1-15 ; French (Roger Kenneth), « The thorax in history, 1. From ancient times to Aristotle, Thorax, vol. 33, 1978, pp. 10-18).]

62 [Pedanius Dioscoride (né en 40 apr. J.-C. à Anazarbe en Cilicie (Turquie actuelle ; mort c. 90), fut un médecin et pharmacologiste grec dont l’œuvre De materia medica (« Sur les Plantes Médicinales ») fut la source classique la plus avancée de la terminologie botanique moderne, et l’œuvre de référence en matière pharmacologique pendant seize siècles. Ses voyages comme chirurgien des armées de l’empereur romain Néron lui permirent d’étudier les caractéristiques, la distribution et les propriétés médicales de nombreux minéraux et plantes. Son ouvrage en cinq tomes écrit en l’an 77 traite d’environ 1 000 remèdes. Bien que son texte puisse être considéré aujourd’hui comme un simple recueil de remèdes, le manuscrit original grec, qui fut copié au moins en sept autres langues, décrit la plupart des médicaments utilisés dans la pratique médicale jusqu’aux temps modernes, et servit de texte de base en pharmacologie jusqu’à la fin du xve siècle(voir Dioscorides, The Greek Herbal of Dioscorides [illustrated by a Byzantine, A.D. 512 ; englished by John Goodyer, A.D. 1655 ; edited and first printed, A.D. 1933, by Gunther Robert T. ; with three hundred and ninetysix illustrations], Oxford : Printed by J. Johnson for the author at the University Press, 1934, ix + 701 p.)]

63 [Nous n’avons pas réussi à identifier une édition de Dioscoride de 1495 ; peut-être Cuvier se réfère-t-il à la première édition de ce livre en 1478, publiée et commentée par Petrus de Abano chez Johannes de Medemblick à Colle (Toscane).]

64 [Voir Dioscoride, De materia medica, Venise : Aldus Manuce, 1499, [380] p. non numérotées.]

List of illustrations

Caption RIVES DU TIBRE À ROME. Romaines assistant au débarquement d’Agrippine et des cendres de Germanicus. Détail de l’œuvre du peintre Anglais William Turner (1775-1851). Huile sur toile de 1839.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3778/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540