Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

4. The Roman World / Le monde romain

11. L’âge d’or de Rome

Texte intégral

AUROCHS DANS L’ARÈNE. Détail d’une gravure extraite de Riedinger (Johann Elias), Entwurf einiger Thiere : nach dem Leben gezeichnet, samt beygefügten Anmerkungen, Augsbourg : J. E. Riedinger, 1738-1755, 7 part. in 1 vol., pl. 38. (© Bibliothèque centrale, MNHN).

AUROCHS DANS L’ARÈNE. Détail d’une gravure extraite de Riedinger (Johann Elias), Entwurf einiger Thiere : nach dem Leben gezeichnet, samt beygefügten Anmerkungen, Augsbourg : J. E. Riedinger, 1738-1755, 7 part. in 1 vol., pl. 38. (© Bibliothèque centrale, MNHN).

1Nous avons vu que l’esprit scientifique des Romains commença à germer pendant le séjour que firent parmi eux les philosophes grecs Carnéades, Diogènes et Critolaüs ; qu’un instant, comprimé par l’âpreté de Caton, il surmonta cet empêchement, et parvint promptement à un degré de perfection assez remarquable dans les ouvrages de Varron et de Cicéron.

2Deux contemporains de ces hommes illustres ont aussi écrit des ouvrages qui méritent notre examen : ce sont César et Lucrèce.

  • 1 [Apollonius Molon, rhétoricien Grec, c. 70 av. J.-C. Natif d’Alabanda et élève de Ménéclès.]
  • 2 [Voir Commentaires sur la Guerre des Gaules et sur les Guerres civiles écrit par César, tome 6, ch (...)

3Jules César naquit quatre-vingt-dix-huit ans avant Jésus-Christ. Dans sa jeunesse il visita la Grèce, comme c’était alors la mode parmi les Romains de distinction, et ensuite il se fixa à Rhodes, pour étudier sous Apollonius Molon1. Plus jeune que Cicéron, de six années, il mourut cependant quatre ans avant lui. Ses ouvrages sont connus de tout homme un peu lettré ; mais ce qui l’est moins, c’est que ses Commentaires2 renferment les premières notions que l’on ait eues sur les animaux qui, de son temps, habitaient les forêts de la Germanie. César avait fait une incursion dans cette contrée, après sa conquête des Gaules. Il avait été repoussé vigoureusement, et après quelques batailles, avait repassé le Rhin. C’est le résultat des observations qu’il fit pendant cette courte expédition, qu’il a consigné dans ses Commentaires. Il y fait connaître la constitution physique de la Germanie, les mœurs de ses habitans, et les espèces d’animaux qui vivaient alors dans ce pays. Parmi les animaux on remarque l’élan, le renne et l’aurochs, qui tous trois ont disparu, depuis long-temps, des contrées où César les avait observés. L’aurochs n’existe plus que dans la Lithuanie, et le renne et l’élan ne se trouvent maintenant que dans le nord de la Russie et de la Suède. La connaissance de cette émigration est très-intéressante pour l’histoire naturelle.

  • 3 [Numa Pompilius (c. 700 av. J.-C.), second des sept rois qui, selon la tradition romaine, régna su (...)
  • 4 [Grégoire XIII, de son vrai nom Ugo Boncompagni, ou Buoncompagni (7 juin 1502, Bologne, Romagna (I (...)

4César était doué de facultés très-puissantes. Malgré l’activité de sa vie guerrière, il avait acquis des connaissances très-variées. Chacun sait que par ses propres travaux en astronomie, autant que par ceux qui furent faits sous sa direction, il réforma le calendrier barbare de Numa3, réforme qui subsista jusqu’au xvie siècle, c’est-à-dire plus de quinze cents ans, après lequel temps elle fut perfectionnée par le pape Grégoire4.

  • 5 [Lucrèce, ou Titus Lucretius Carus (ier siècle av. J.-C.), poète latin et philosophe connu pour so (...)
  • 6 Quelques auteurs rapportent que ce philtre [potion, drogue ou philtre aux pouvoirs magiques] lui [ (...)

5Lucrèce5, qui était le contemporain de Cicéron et de César, et seulement de quatre années plus jeune que ce dernier, est, des écrivains de la république, celui qui s’est le plus livré à l’étude de la philosophie naturelle. Il était né quatre-vingt-treize ans avant notre ère, et mourut prématurément à l’âge de quarante-trois ans. On rapporte que sa raison était souvent altérée par l’effet d’un philtre6 qu’on lui avait fait prendre lorsqu’il était jeune, et qu’il consacrait ses momens de lucidité à la composition de son poëme intitulé de Rerum naturâ.

6Cet ouvrage, qui présente une exposition dogmatique du système d’Épicure, est surtout remarquable par la vigueur et l’élégance du style. Abstraction faite de la répétition de vers un peu durs et d’un archaïsme trop fréquent, le poème de la Nature des choses est très-certainement un des plus beaux monumens de la poésie latine : l’invocation, au premier chant, au cinquième, le développement de la société, sont des morceaux à jamais admirables.

7Lucrèce n’a pas seulement traité le même sujet qu’Épicure, et adopté ses principes ; il a encore suivi le même ordre que lui. Toutefois il est plus complet à quelques égards que son modèle : ce qui n’a rien d’étonnant, puisqu’il est le dernier des atomistes, et qu’il a pu, par conséquent, profiter de tous les travaux de son école.

8Suivant lui, il n’existe dans la nature que des atomes et du vide. Les atomes, rapprochés par le mouvement oblique qu’ils ont de toute éternité, ont formé notre monde et tous les êtres susceptibles de destruction.

9L’âme humaine est composée des atomes les plus subtils que le corps renferme. Au moment de la mort, ces atomes vont se réunir à la masse commune, pour entrer dans de nouvelles combinaisons. Nos sensations sont produites par des corpuscules émanant des objets extérieurs ; et nos idées elles-mêmes sont le résultat de l’impression de ces corpuscules sur nos sens.

  • 7 Le monde tel qu’il est, bien entendu, car ses élémens sont indestructibles [M. de St.-Agy].

10Le monde a eu un commencement et aura une fin7. Le soleil, la terre et les autres astres ne sont point des dieux ; ce ne sont que des composés d’atomes soumis à la destruction comme tous les autres corps.

11Plusieurs des agrégations formées par le rapprochement des atomes n’ont eu qu’une durée éphémère, parce qu’elles ne réunissaient pas les conditions d’existence indispensables au maintien de la vie. Les corps animés qui possédaient au contraire toutes ces conditions, en y comprenant la faculté de reproduction, ont été la source des espèces qui existent aujourd’hui.

12Lucrèce parle des météores dans le dernier livre de son poème ; mais il n’en dit rien d’exact ; sa physique est aussi défectueuse que sa philosophie.

13Vous voyez, messieurs, que sous la république, les Romains s’occupèrent peu d’histoire naturelle.

14Sous les empereurs on écrivit davantage sur cette science ; mais les ouvrages n’y furent guère que des compilations grecques ; ils offrent fort peu d’observations originales. On pourrait à juste titre s’en étonner, car jamais aucun peuple n’avait eu plus que les Romains de moyens d’observer : vous allez vous en convaincre par l’exposition que je vais faire du luxe de leurs tables, de celui de leurs vêtemens, de leurs constructions, de leurs ameublemens, et par l’énumération de l’immense quantité d’animaux qui figurèrent dans leurs spectacles et servirent aux pompes triomphales de leurs généraux.

  • 8 [Paul Émile le Macédonien, ou Lucius Aemilius Paullus, s’écrit également Paulus (229-160 av. J.-C. (...)

15À l’origine de la république, et même plusieurs siècles après son établissement, les institutions étaient généralement peu favorables à tous les genres d’étude. La simplicité des mœurs s’opposait surtout à la culture de l’histoire naturelle, qui est une science fort dispendieuse, parce qu’elle exige des voyages lointains et nombreux, des moyens de transport pour la plupart des animaux, enfin de grands établissemens propres à les recevoir. Le commerce aurait pu procurer à cette science des développemens, en ce qu’il donne des moyens de concentrer dans un même lieu les diverses productions du globe. Mais pendant fort long-temps les Romains négligèrent le commerce. Ils s’étaient engagés par un premier traité, conclu avec les Carthaginois, à ne point naviguer au-delà du détroit qui sépare la Sicile des côtes d’Afrique. L’an 405 de la fondation de Rome, ils renoncèrent à toute espèce de commerce avec l’Afrique et la Sardaigne. Ce n’était point l’ignorance qui faisait renoncer leur gouvernement à ces avantages ; mais une politique particulière, qui avait pour objet d’empêcher toute introduction de luxe. Le premier argent monnayé ne parut à Rome qu’en l’an 472 de sa fondation, deux cent soixante-huit ans avant Jésus-Christ. Auparavant on ne se servait que de monnaie de cuivre. Au temps de la dernière guerre de Macédoine, on destitua un sénateur parce qu’il possédait dix livres de vaisselle d’argent. Ce ne fut qu’à la fin de cette même guerre, dans le triomphe de Paul-Émile8, qu’on employa pour la première fois de la vaisselle et des vases d’or.

16Mais les conquêtes des Romains qui procurèrent à l’État des moissons de richesses, ne tardèrent pas d’introduire le luxe parmi les particuliers, et celui de quelques-unes d’entre eux atteignit un développement gigantesque. Nous n’en rapporterons que ce qui a trait à notre sujet, c’est-à-dire à l’histoire naturelle. Nous parlerons du luxe des tables, parce qu’il occasionna le transport à Rome d’une foule d’animaux et de quelques fruits étrangers, souvent fort rares, et d’un prix excessivement élevé. Nous nous occuperons ensuite du luxe des vêtemens, pour lequel on rechercha des matières colorantes et des pierres précieuses. Puis nous dirons un mot de celui des constructions, qui était alimenté par divers marbres de l’Italie, de la Grèce et même des Gaules. Nous terminerons par le luxe des ameublemens qui faisait rechercher les bois les plus rares et les plus agréables à la vue.

  • 9 [Deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.) également appelée Deuxième Guerre de Carthage, la sec (...)
  • 10 [Ce fut Fulvius Hirpinus qui, selon les dires de Pline l’Ancien, inventa les premières conserves d (...)
  • 11 [Leporaria, en référence aux différentes espèces de petits animaux rongeurs de la famille des Lépo (...)

17Au temps de la seconde guerre punique9, Fulvius Hirpinus10 inventa, pour le luxe des tables, la formation de parcs renfermant des quadrupèdes. On nommait ces enclos le poraria11, parce qu’on y élevait surtout trois espèces de lièvres, le lièvre ordinaire, le lapin originaire d’Espagne, et le lièvre des Alpes, que je vous ai déjà nommé, et dont l’espèce est aujourd’hui extrêmement rare. On élevait encore dans ces parcs presque toutes les bêtes fauves de nos forêts, telles que le chevreuil, le cerf, etc., et de plus le moufflon ou la brebis sauvage.

  • 12 [Quintus Hortensius Hortalus (114-50 av. J.-C.), orateur et politicien Romain, opposant de Cicéron (...)

18Ces divers animaux avaient presque entièrement perdu leurs mœurs farouches ; on les avait habitués à venir à un certain signal. Un jour qu’Hortensius12 donnait à dîner dans un de ses parcs, il fît sonner de la trompette, et les convives ne virent pas sans étonnement les chevreuils, les cerfs, les sangliers se rassembler autour du pavillon où le dîner était servi.

  • 13 [Il s’agit ici du même tribun Servius Rullus (ou Publius Servilius Rullus) qui, en 65 après J.-C., (...)

19Servius Rullus13 est le premier qui fit servir sur sa table un sanglier entier.

20On en vit huit à la fois sur la table d’Antoine, à l’époque de son triumvirat.

21Le loir gris, petit animal qui vit dans les bois et se retire dans les trous de chênes, était regardé par les Romains comme un mets très-délicat. Ils en engraissaient dans leurs parcs avec des châtaignes et du gland, et leur donnaient pour lieu de retraite des tonneaux d’une forme particulière, construits en terre cuite.

  • 14 [Marcus Laenius Strabon, riche et opulent Romain. Connu pour être le premier à avoir introduit les (...)

22Les volières furent inventées par Lemnius Strabo14, de Brindes, pour loger ceux des oiseaux destinés à servir d’aliment, qui n’auraient pu être retenus par les murs d’une bassecour. Il semble que Pline ait voulu lui reprocher son invention, en disant que c’est lui qui nous a enseigné à emprisonner les animaux qui avaient le ciel pour demeure.

  • 15 [Marcus Aufidius Lurco (ou Lucro] était un sénateur romain qui vivait au premier siècle av. J.-C.]
  • 16 [Hirtius Pansa, fait référence apparemment non pas à un, mais à deux individus : Aulus Hirtius (c.(...)

23Alexandre, comme vous le savez, avait apporté les paons en Grèce, où ils n’étaient regardés que comme des objets curieux. Hortensius, le rival de Cicéron, est le premier qui en ait fait servir un dans un banquet donné à l’occasion de sa nomination à la place d’Augure. On regarda alors ce luxe comme une extravagance. Mais les paons se multiplièrent très-rapidement, car vous savez que Ptolomée Physcon fut étonné de la grande quantité qu’il en vit à Rome pendant son séjour dans cette ville. L’industrie s’en était mêlée ; un certain Aufidius Lucro15 retirait treize ou quatorze mille livres du métier d’engraisseur de paons. On en servait dans tous les repas un peu distingués : c’était la dinde aux truffes des Romains de cette époque. Hirtius Pansa16 qui commit la faute de donner un festin où ce mets obligé n’avait pas été servi, passa pour un ladre, pour un homme sans goût, et perdit toute considération parmi les gastronomes distingués.

24Les Romains élevaient comme nous des pigeons, et donnaient aussi la préférence à de certaines variétés. Varron raconte qu’un couple de ces oiseaux fut payé, de son temps, deux mille sesterces, c’est-à-dire environ quatre cent cinquante francs.

25On élevait aussi à Rome des grives que l’on tenait renfermées dans des volières.

  • 17 [Sempronius Lucus est mentionné dans le deuxième tome des Satires d’Horace (in œuvres [texte établ (...)

26Le premier qui fit servir des petits de cigogne sur sa table, est Sempronius Lucus17.

  • 18 [Phrygie, ancienne région d’Anatolie Centrale et Occidentale, ainsi nommée d’après un peuple que l (...)
  • 19 [Melos, île grecque connue aujourd’hui sous le nom de Milos, située au sud-ouest des Iles des Cycl (...)

27Les Romains élevaient des oies comme nous, et employaient les mêmes moyens pour faire engraisser le foie de ces oiseaux ; mais bientôt il fut trop aisé de s’en procurer, et ceux qui voulaient se distinguer faisaient servir sur leurs tables des cervelles d’autruche et des langues de flamant. On faisait aussi venir des faisans de la Colchide, des gangas de Phrygie18, des grues de Melos19.

  • 20 [Pour Gallonius, voir le deuxième tome des Satires d’Horace (in Œuvres [texte établi et trad. par (...)

28Ce luxe extrême en oiseaux, fut pourtant dépassé par celui qu’on eut en poissons. À une certaine époque de la république, un Romain qui aurait mangé du poisson, aurait été taxé d’une friandise indigne d’un homme grave. Mais l’accroissement des richesses fit bientôt disparaître cette sévérité de mœurs, et Caton se plaint de ce que de son temps on donnait plus d’argent pour avoir un poisson que pour acheter un bœuf. Toutefois à cette même époque le sénateur Gallonius20 fut traité d’infâme au milieu du sénat, et sur le point de perdre son rang, à cause du luxe effréné de sa table, où il faisait servit des esturgeons.

  • 21 [Consul en 151 av. J.-C., Pline attribua à Lucius Licinius Murena, consul en 151 av. J.-C., l’inve (...)
  • 22 [Genre Muraeninae, couvrant les quatre-vingt espèces ou plus d’anguilles de la famille des Muraeni (...)

29Ce fut Lucinius Murena21 qui inventa les viviers d’eau douce ; et comme il y conservait surtout des murènes, c’est de là que lui vint le surnom de Murena, qui depuis resta à sa famille22. Hortensius l’imita en le dépassant de beaucoup, et plusieurs autres personnages distingués suivirent aussi son exemple.

  • 23 [Lucius Licinius Lucullus (c. 117 av. J.-C.-58/56), général Romain qui combattit Mithridate VI Eup (...)
  • 24 [Xerxes togatus, Xerxès en toge, barbare sous couvert d’homme civilisé (Pour Xerxès, voir Leçon 4, (...)
  • 25 [Caton d’Utique (Marcus Porcius Cato Uticencis) ou Caton le Jeune (95-46 av. J.-C.), Utique (Tunis (...)
  • 26 [Marius Irrius ou Gaius Hirrius, la première personne à avoir construit des bassins dans le seul b (...)
  • 27 [Lucius Licinius Crassus (né en 140 av. J.-C., mort en 91), avocat et politicien, considéré comme (...)
  • 28 [Domitius ou Gnaeus Domitius Calvinus, général romain, sénateur et consul (respectivement en 53 av (...)
  • 29 [Antonia, une des femmes les plus importantes de Rome, célébrée pour sa vertu et sa beauté, était (...)
  • 30 [Publius Vedius Pollio (mort en 15 av. J.-C.) était un cavalier romain du ier siècle av. J.-C. et (...)
  • 31 [Auguste est Gaius Octavius (23 septembre 63 av. J.-C.-19 août 14 apr. J.-C.), connu plus tard sou (...)

30Il arriva bientôt qu’on ne se borna plus aux viviers d’eau douce, et qu’on en eut d’eau salée où l’on nourrissait des soles, des dorades, des truites et diverses espèces de coquillages. Lucullus23, pour introduire l’eau de la mer dans un bassin de ses parcs, n’hésita pas à faire trancher une montagne : cette extravagance lui valut de la part de Pompée le surnom de Xerxes togatus24. À sa mort on trouva ses viviers si riches en poisson, que Caton d’Utique25, en qualité de gérant de sa succession, ayant prescrit de le vendre, on en retira une somme de neuf cent mille francs. La vente du poisson contenu dans les viviers de Marius Irrius26 produisit la même somme. Pline rapporte que César, voulant donner un festin au peuple de Rome, s’était adressé à cet Irrius pour avoir des murènes, et que ce dernier ne voulut pas lui en vendre, mais consentit à lui en prêter six mille. Varron dit qu’il lui en prêta seulement deux mille. Mais dans ce cas il y aurait encore sujet d’étonnement. Les murènes étaient alors l’objet d’une sorte d’émulation folle et puérile, et c’était à qui en posséderait le plus et les soignerait le mieux. Hortensius traitait les siennes mieux que ses esclaves, et jamais il n’en fesait prendre pour sa table ; toutes celles qui lui étaient servies avaient été achetées au marché ; ce qui ne laissa pas de lui attirer quelques railleries. On dit qu’il pleura la mort d’un de ses poissons. L’orateur Crassus27 témoigna plus de douleur dans un cas pareil, car on rapporte qu’il prit le deuil. Son collègue Domitius28 lui en fit reproche dans le sénat. Il paraît qu’on fesait aussi quelquefois une sorte de toilette à ces poissons, car on prétend qu’Antonia29 avait une murène à laquelle elle avait attaché des pendans d’oreilles. Mais toutes ces tendresses sont effacées par celle de Vedius Pollion30 qui régala quelquefois ses murènes d’hommes vivans. Un jour qu’Auguste31 dînait chez ce Romain, il gracia un jeune esclave qui avait été condamné à être jeté vivant dans le réservoir, parce qu’il avait eu la maladresse de briser un vase précieux pendant le repas.

  • 32 [Sterlet (Acipenser ruthenus), poisson comestible de valeur, qui habite la mer Noire et la mer Cas (...)

31Les murènes ne furent pas seules recherchées à Rome : on y vendait ordinairement l’accipenser plus de mille drachmes ; il n’était porté sur la table que précédé de trompettes. Mais cet accipenser n’était pas l’esturgeon ordinaire ; c’était le sterlet32, petite espèce à museau pointu habitant les fleuves qui se perdent dans la mer Noire.

  • 33 [Surmullet ou poisson benthique couvre environ 50 espèces de poissons marins de la famille des Mul (...)
  • 34 [Tibère, ou Tibère César Auguste, ou encore Tibère Jules César Auguste, de nom de naissance Tibère (...)

32Le mule, ou rouget de Provence, qu’à Paris on nomme surmulet33, était aussi d’un prix excessivement élevé. Un de ces poissons, pesant quatre livres, fut vendu neuf cents francs ; un autre, quinze cents francs ; et sous le règne de Tibère34, trois ensemble furent payés six mille francs.

  • 35 [Lucius Annaeus Seneca, voir Leçon 12, note 47.]

33La recherche était devenue à Rome si excessive à l’égard des poissons, que pour les avoir parfaitement frais on les fesait venir vivans jusque dans la salle à manger, au moyen de courans d’eau salée qui partaient du vivier et passaient sous la table. On prenait ainsi les poissons sous les yeux des convives et seulement au moment de les faire cuire. Cet usage dispendieux est attesté par un grand nombre d’auteurs dignes de foi, et particulièrement par Sénèque35 qui en a fait le sujet de déclamations contre le luxe des Romains.

34Les escargots engraissés furent aussi très-estimés à Rome. Ce fut le même Fulvius Hirpinus qui avait fait faire, le premier, des parcs pour les quadrupèdes, qui en inventa aussi pour les escargots. Comme ces animaux n’auraient pu être retenus par des murs, il eut l’idée de faire entourer d’eau les lieux où on voulait les élever. Ils se retiraient dans des vases de terre cuite qu’on plaçait sur le sol, et ou les engraissait avec de la farine mêlée à du vin bouilli. Pline rapporte qu’ils arrivaient ainsi à un développement prodigieux, et qu’on en eut qui pesèrent jusqu’à vingt-cinq livres. Il est probable que ce n’étaient point les escargots d’Italie qui atteignaient à ce poids, mais ceux qu’on fesait venir des pays éloignés, de l’Afrique, de l’Illyrie et autres contrées.

  • 36 [L’huître, largement disponible à travers le monde, fut considérée comme aliment comestible il y a (...)
  • 37 [Dorado (mot espagnol pour « doré ») est parfois utilisé pour désigner plusieurs espèces du genre (...)
  • 38 [Lucrine, dans la géographie ancienne, est un petit lac d’eau salée situé dans la province de Camp (...)

35Les huîtres furent parquées pour la première fois par Sergius Aurata36, dont le surnom est, comme celui de Licinius, tiré du nom d’un poisson, la dorade37. Les huîtres les plus estimées furent d’abord celles des réservoirs du lac Lucrin38 ; ensuite on leur préféra celles de Brindes ; mais on en obtint encore de meilleures en faisant parquer ces dernières dans le lac Lucrin.

36Il paraît qu’à l’époque dont nous rapportons les usages domestiques, les fruits n’étaient pas aussi recherchés qu’ils l’ont été depuis lors : la cerise, que Lucullus apporta de Cérasonte, ville de l’Asie mineure, en 69 avant Jésus-Christ, est le seul fruit nouveau qui ait été introduit à Rome dans ce temps.

37Les Romains estimaient beaucoup les parfums rares, et ce goût, développé à l’excès, faisait affluer chez eux les aromates les plus précieux de l’Orient.

38Leur luxe en vêtemens fut aussi excessif ; ils employaient la pourpre en teinture, et tiraient des pays étrangers les tissus les plus rares, les perles et les pierres précieuses. L’opale, à une certaine époque, jouissait d’une estime qui allait jusqu’au délire. Un citoyen aima mieux se laisser proscrire que d’en céder une fort belle au dictateur Sylla.

  • 39 [L’arbre de Thuya (prononcé touilla), arbre aromatique à branchage épais de la famille des conifèr (...)
  • 40 [Cyrénaïque, région historique d’Afrique du Nord, et depuis 1963, province de la Libye.]
  • 41 [Cethegus, fait référence à Gaius Cornelius Cethegus, politicien de la République Romaine qui devi (...)
  • 42 À peu près trois cent mille francs. [M. de St.-Agy.]

39Le luxe des ameublemens n’était pas moins raffiné que les autres genres de luxe. Pendant un temps, le bois de citrus fut de mode, et on le payait des prix exorbitans ; mais ce citrus n’était point celui de Théophraste, le pommier de Médie, et notre citronnier d’aujourd’hui ; c’était, à ce qu’il paraît, une espèce de thuya39, originaire de la Cyrénaïque40. Les loupes, ou protubérances de ce conifère, surtout lorsqu’elles s’étaient formées près des racines, et avaient atteint un diamètre de plusieurs pieds, étaient singulièrement recherchées. Elles représentaient les yeux de la queue du paon, les taches du tigre ou de la panthère, et portaient ces différens noms. Cethegus41 paya quatorze cent mille sesterces42 une table ainsi nuancée, et qui n’avait pas une seule pièce de quatre pieds de longueur. Sénèque avait aussi de ces tables qui avaient coûté des sommes énormes, et sur lesquelles peut-être il écrivait ses déclamations contre le luxe.

40Pompée, après ses victoires sur les pirates, ayant apporté l’ébène à Rome, on employa aussi ce bois à construire divers meubles.

41Plusieurs espèces de marbre servirent à l’ornement des édifices. Quelques-unes venaient de carrières qu’on n’a pas encore retrouvées. Tels sont le vert et le rouge antiques, ainsi qualifiés parce qu’on ne les rencontre que dans les constructions des anciens. Leur recherche a eu de bien importans résultats, puisque c’est elle qui a fait découvrir Pompeï.

  • 43 [Voir Beckmann (Johann), A History of Inventions, Discoveries, and Origins [traduit de l’Allemand (...)
  • 44 [Mongez (Antoine), « Les animaux promenés ou tués dans le cirque », Mémoires de l’Académie des Ins (...)

42La magnificence déployée à Rome dans les fêtes publiques, étonne encore plus que le luxe des particuliers. C’était une sorte de point d’honneur de faire paraître et tuer dans les cirques plus d’animaux que ses prédécesseurs. C’est à peine si j’ose reproduire les récits que renferment, à cet égard, les auteurs anciens. Pourtant il est impossible de les soupçonner d’exagération ; car leur témoignage est unanime ; presque toujours, ils ont été témoins oculaires des faits qu’ils rapportent, et on ne saurait admettre qu’ils eussent commis l’inutile faute de mentir à leurs contemporains. Les recherches de MM. Beckmann43 et Mongèz44, auxquelles j’ajouterai les miennes, font connaître les espèces et la quantité d’animaux qui furent promenés ou tués dans le cirque ; ces recherches n’ont pas été dirigées par la curiosité seule ; elles avaient un but d’utilité réelle pour plusieurs des sciences dont nous parlons dans ce cours. Il importait en effet aux naturalistes de connaître l’époque de la première apparition de chaque animal, le pays dont il est originaire, et le nombre qui en a été pris ; car, sans cette connaissance, il aurait pu arriver, par exemple, qu’on eût considéré comme habitation ordinaire de certains animaux, dans des temps plus éloignés, les pays où se serait rencontrée une grande quantité de leurs ossemens.

  • 45 [Manius Curius Dentatus (mort en 270 av. J.-C.), général romain, vainqueur sur les Samnites et sur (...)
  • 46 [Démétrius Ier Poliorcète (né en 336 av. J.-C. en Macédoine, mort en 283 av. J.-C., en Cilicie, au (...)
  • 47 [Pyrrhus (né en 319 av. J.-C. ; mort en 272, Argos, Argolis), roi d’Épire de la période hellénisti (...)

43Le premier qui, dans une fête publique, fit tuer à Rome des animaux étrangers, est Curtius Dentatus45. Vous vous souvenez que les premiers éléphans ne parurent en Grèce que pendant l’expédition d’Alexandre. Aristote les examina, et en traita dans son histoire beaucoup mieux que Buffon ne le fit, plus de deux mille ans après lui. Ces animaux, et quelques autres amenés plus tard, furent pris à Démétrius Poliorcète46 par Pyrrhus, roi de Macédoine47 ; mais ce dernier ayant lui-même été vaincu par les Romains, quatre de ses éléphans de guerre passèrent en leur pouvoir. Ils furent promenés à Rome dans la pompe triomphale de Curlius, deux cent soixante-treize ans avant Jésus-Christ, et ensuite tués devant le peuple.

44On avait alors en vue de diminuer la crainte que ces animaux avaient inspirée, et de faire voir qu’ils pouvaient être tués malgré leur force extraordinaire. D’un autre côté, les Romains ne voulaient sans doute pas joindre d’éléphans à leurs autres moyens d’attaque, parce qu’il aurait fallu changer des usages stratégiques qui leur avaient procuré beaucoup de victoires, et ils ne voulaient pas non plus les donner à leurs alliés, de peur d’accroître leur puissance. Ils étaient donc obligés de les détruire.

  • 48 [Lucius Caecilius Metellus (mort en 221 av. J.-C.), général romain de la première guerre punique ( (...)
  • 49 La raison de ce fait, c’est qu’à Rome on ne savait sans doute pas encore travailler l’ivoire. On l (...)

45Mais il paraît que le peuple romain prit goût à ce spectacle sanglant. Vingt-quatre ans après, Métellus48 fit tuer à coups de flèches, dans le cirque de Rome, cent quarante-deux éléphans d’Afrique, qu’il avait pris dans une grande bataille gagnée sur les Carthaginois. Ce qu’il y a de singulier, c’est qu’on n’utilisa pas leur ivoire, bien qu’on sût à Rome l’usage qu’on en pouvait faire, et que cette production y fût très-estimée49.

  • 50 [Marcus Fulvius Nobilior, général romain qui, alors qu’il était prêteur (193 av. J.-C.) servit ave (...)
  • 51 [La guerre contre les Étoliens (191 – 189 av. J.-C.) fut une guerre entre les Romains et leurs all (...)

46Soixante et quelques années après le triomphe de Métellus, en 186 avant Jésus-Christ, Marcus Fulvius50 pour s’acquitter d’un vœux qu’il avait fait pendant la guerre d’Étolie51, fit paraître dans le cirque des panthères et des lions. Ces animaux avaient peut-être été pris en Afrique ; mais ils pouvaient aussi avoir été tirés de la Macédoine ou de l’Asie mineure, où il en existait encore à cette époque.

  • 52 [Publius Cornelius Scipio Nasica (227-fl. 171 av. J.-C.) (Nasica signifie « nez pointu ») était un (...)
  • 53 [Publius Cornelius Lentulus, de surnom Sura (en latin : « mollet ») (mort le 5 décembre 63 av. J.- (...)
  • 54 [Il n’est pas clair si Cuvier fait ici référence à Quintus Mucius Scaevola, aussi appelé Augur (mo (...)

47Le peuple romain prenant goût de plus en plus aux massacres d’animaux, Scipion Nasica52 et Publius Lentulus53 firent voir dans le cirque quarante ours, cinquante-trois panthères et plusieurs éléphans. Quintus Scevola donna54, pour la première fois, le spectacle de quarante lions combattant contre des hommes. Sylla fit voir cent lions à crinière, c’est-à-dire tous mâles adultes.

  • 55 [Marcus Aemilius Scaurus (mort après 52 ap. J.-C.), questeur et proquesteur du consul Gnaeus Pompe (...)
  • 56 [Édile, Latin aedilis (du latin aedes, « temple »), magistrat de l’ancienne Rome qui, à l’origine, (...)
  • 57 [Andromède, dans la mythologie grecque, était la fille ravissante du roi Céphée et de la reine Cas (...)

48Un spectacle plus célèbre est celui que donna Emilius Scaurus55 pendant son édilité56, cinquante-huit ans avant Jésus-Christ. Il était non-seulement remarquable par la quantité des animaux qui y figuraient, mais encore par la nouveauté de plusieurs d’entre eux. C’est dans ces fêtes qu’il parut à Rome, pour la première fois, un hippopotame. On y vit aussi cinq crocodiles vivans, cent cinquante panthères, et, chose qui étonna beaucoup plus, les os de l’animal auquel on disait qu’Andromède avait été exposée, et dont elle avait été préservée par le courage de Persée57. On était allé les prendre sur les côtes de la Palestine, à Jappé, maintenant Jaffa. Un de ces os avait jusqu’à trente-six pieds de longueur : c’était vraisemblablement une mâchoire de baleine. D’autres os étaient des vertèbres d’un pied et demi d’étendue.

49En 55 avant notre ère, Pompée fit voir dans le cirque, pour l’inauguration de son théâtre, un céphus d’Éthiopie (espèce de guenon), un lynx, un rhinocéros inconnu alors, vingt éléphans combattant contre des hommes, quatre cent six panthères et six cents lions, dont trois cent quinze étaient à crinière. Assurément tous les rois de l’Europe réunis ne pourraient pas parvenir à rassembler maintenant un nombre égal de ces animaux. Cicéron, qui avait assisté à ces jeux, en parle avec assez de dédain, et rapporte que le peuple finit par avoir pitié des éléphans.

50Quarante-huit ans avant Jésus-Christ, Antoine montra des lions attelés à un char. On en avait apprivoisé antérieurement ; mais on ne s’en était pas encore servi pour cet usage. Celui qui passe pour avoir le premier complètement asservi un lion, est un Carthaginois nommé Hannon ; il avait un animal de cette espèce qui le suivait en ville comme un chien. Sa patience et son habileté furent mal récompensées, car elles motivèrent son exil. Les Carthaginois craignirent qu’un homme qui avait su dompter un animal féroce, ne fût doué de quelque puissance extraordinaire, dont il se servirait peut-être un jour pour les asservir eux-mêmes.

51En 46, avant notre ère, César donna des fêtes par lesquelles il sembla vouloir surpasser celles de Pompée. On y vit, dans un amphithéâtre qu’il avait fait couvrir de voiles de pourpre, quatre cents lions à crinière, vingt éléphans, qui furent attaqués par cinq cents fantassins, vingt autres qui le furent par cinq cents cavaliers, et, pour la première fois, plusieurs taureaux sauvages combattant contre des hommes. Le soir de la fête, César s’en fut chez lui, précédé par des éléphans qui portaient des lumières.

52Nous savons l’immense fortune que possédaient les hommes qui donnaient ces spectacles, l’empressement que les rois leurs alliés mettaient à leur complaire, le grand nombre d’hommes singulièrement habiles qu’ils employaient à prendre des animaux ou à les apprivoiser, et, malgré cela, nous ne pouvons ne pas nous étonner de l’immense quantité de bêtes sauvages qui furent sacrifiées dans les fêtes romaines Il est évident qu’à cette époque les lions, les panthères étaient beaucoup plus nombreux qu’ils ne le sont aujourd’hui, même dans les contrées où ils se trouvent le plus.

53Sous les empereurs, la profusion des animaux tués dans les fêtes s’augmenta encore, et atteignit des proportions vraiment effrayantes.

  • 58 [Ancyra, aujourd’hui Ankara, Turquie.]

54Une inscription en l’honneur d’Auguste, trouvée à Ancyre58, nous fait connaître qu’il avait fait périr devant le peuple trois mille cinq cents bêtes fauves.

  • 59 [Gaius Flaminius (mort en 217 av. J.-C.), chef politique romain qui ne cessa de défier l’autorité (...)

55Pour une fête, il avait fait conduire de l’eau dans le cirque de Flaminius59, et il y avait fait voir trente-six crocodiles vivans, que d’autres bêtes féroces avaient ensuite déchirés. Dans cette même fête on tua deux cent soixante-huit lions, trois cent dix panthères, et l’on vit, pour la première fois, un tigre royal renfermé dans une cage. On eut encore le spectacle d’un serpent de cinquante coudées ; c’était un python venu d’Afrique.

56Auguste, avant d’être empereur, avait fait tuer dans son triomphe sur Cléopâtre, un rhinocéros et un hippopotame.

  • 60 [Germanicus César (15-19 av. J.-C. à Antioche en Syrie, aujourd’hui Antakya, Turquie), neveu et fi (...)

57L’art d’apprivoiser les animaux était alors aussi perfectionné que celui de les prendre. Dans le triomphe de Germanicus60 sur les Germains, on vit des éléphans qui avaient été dressés à danser sur la corde.

58Caligula fit tuer, dans une seule fête, quatre cents ours et quatre cents panthères.

  • 61 [Claude, ou Tibère Claude César Auguste, vainqueur des Germains, initialement (jusqu’en 41 apr. J. (...)
  • 62 [Ostie, aujourd’hui Ostia Antica, Italie, ancienne ville romaine située à l’embouchure du Tibère ; (...)
  • 63 [L’orque ou baleine tueuse, aussi appelée Grampus (Orcinus orca), baleine largement répandue de la (...)

59À la dédicace du Panthéon, Claude61 fit montrer vivans quatre tigres royaux. Ces animaux sont représentés avec leurs proportions naturelles sur un pavé en mosaïque qui a été conservé jusqu’à nos temps. Le même empereur ayant appris qu’un énorme animal avait échoué dans le port d’Ostie62, le fit combattre par ses galères. Il est probable que cet animal était un orca, grande espèce de dauphin63.

  • 64 [Galba, ou Servius Galba Caesar Augustus en latin, nom de naissance Servius Sulpicius Galba (24 dé (...)
  • 65 [Voir Corse (John), « Observations on the Manners, Habits, and Natural History, of the Elephant. B (...)

60Comme Germanicus, Galba64 fit voir un éléphant funambule ; cet animal monta, par une corde tendue, et chargé d’un chevalier romain, jusqu’au sommet du théâtre. Les éléphans ainsi dressés avaient été exercés fort jeunes, car ils étaient nés dans Rome même : Élien le dit positivement en parlant de ceux de Germanicus, Buffon avait donc tort de prétendre que cet animal n’était pas susceptible de se reproduire en captivité. M. Corse65 a d’ailleurs fort bien établi que le contraire était possible, en tenant les éléphans dans une température chaude et en leur procurant une nourriture succulente. Mais, ce fait était déjà connu en Italie du temps de Columelle.

61Le goût des spectacles d’animaux se maintint à Rome pendant les quatre premiers siècles de l’Empire.

  • 66 [Titus, ou Titus Vespasianus Augustus (latin), nom d’origine Titus Flavius Vespasianus (30 décembr (...)

62Titus66, malgré le peu de goût qu’il avait pour les spectacles de ce genre, fit paraître à la dédicace des Thermes, conformément aux usages de ses prédécesseurs, neuf mille animaux dans le cirque. Il y montra des grues combattant les unes contre les autres.

  • 67 [Domitien, ou Caesar Domitianus Augustus en latin, nom d’origine (jusqu’en 81 ap. J.-C.) Titus Fla (...)
  • 68 [Sparmann (André), Voyage au Cap de Bon Espérance et autour du monde, avec le capitaine Cook, et p (...)

63Domitien67 donna le spectacle d’une chasse aux flambeaux. On y vit une femme attaquer un lion, qu’elle terrassa ; un éléphant qui, après avoir combattu contre un bœuf et l’avoir tué, vint ployer les genoux devant l’empereur. On y vit aussi un tigre royal qui tua un lion ; des aurochs traînant des chars ; enfin un rhinocéros bicorne, animal dont on nia long-temps l’existence, bien qu’il soit gravé sur les médailles de Domitien, et que Sparmann nous a fait connaître d’une manière indubitable, il y a environ soixante ans68. Domitien combattit lui-même ce rhinocéros.

  • 69 [Martial, ou Marcus Valerius Martialis en latin, (1er mars 38-41 ap. J.-C., Bilbilis, Hispania – c (...)

64Martial69 a consacré un livre entier à la description des jeux de Domitien. Ses épigrammes présentent plusieurs renseignemens curieux pour les naturalistes.

  • 70 [Trajan, ou Caesar Divi Nervae Filius Nerva Traianus Optimus Augustus en latin, aussi appelé (97-9 (...)
  • 71 [Cassius Dion, s’écrit aussi Dio Cassius, Cassius Dio Cocceianus en latin, (né c. 150, Nicée, Bith (...)

65Trajan70, après sa rapide victoire sur les Parthes, donna des jeux qui durèrent vingt-trois jours, et dans lesquels on mit à mort, suivant Dion Cassius71, onze mille animaux domestiques, ou qui avaient été tenus renfermés.

  • 72 [Hadrien, ou Adrien, dont le nom complet en latin est Caesar Traianus Hadrianus Augustus. Son nom (...)

66Adrien72 fit périr aussi un grand nombre d’animaux. Mais ce que les historiens rapportent de ses fêtes, nous intéresse beaucoup moins que ce que nous présente une mosaïque construite par ses ordres. Ce monument célèbre, qui a été découvert à Palestrine, l’ancienne Préneste, représente les animaux de l’Égypte et ceux de l’Éthiopie, accompagnés de leur nom écrit sous chacun d’eux.

67Dans la partie inférieure, où l’inondation du Nil est figurée, on distingue le crocodile, l’ibis, l’hippopotame très-exactement dessiné et dont, malgré ce secours, les naturalistes romains n’ont jamais donné d’autre description que celle fort imparfaite d’Hérodote. Cette même partie de mosaïque a aussi fait connaître le véritable ibis des Égyptiens, à l’égard duquel les naturalistes s’étaient trompés.

  • 73 [Camelo-pardalis, voir Leçon 9, note 62.]

68La partie supérieure représente, au milieu des montagnes de l’Éthiopie, la girafe sons le nom de nabis, nom que Pline a donné quelquefois à cet animal, qu’ordinairement il nomme camelo-pardalis73. Cette partie représente encore des singes, des reptiles, en totalité une trentaine d’animaux qui sont fort reconnaissables et dont la nomenclature ancienne nous est ainsi clairement acquise.

  • 74 [Antonin le Pieux, en latin Caesar Titus Aelius Hadrianus Antoninus Augustus Pius, nom d’origine T (...)
  • 75 Espèce de ruminant. [M. de St.-Agy.] [Strepsiceros ou grand koudou, groupe d’antilopes appartenant (...)
  • 76 [Crocotta ou Crocuta, voir Leçon 9, note 63.]

69Antonin-le-Pieux74 donna aussi des jeux, pour se conformer à l’usage établi. Il y parut des hippopotames, des crocodiles, des strepsicéros75, des éléphans, des lions, et des cracottes (hyènes)76, différentes de celles décrites par Agatharchides.

  • 77 [Marc Aurèle, ou Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus ; nom d’origine (jusqu’en 161 ap. J.-C. (...)

70Marc-Aurèle77 eut en horreur les combats du cirque.

  • 78 [Commode, ou Caesar Marcus Aurelius Commodus Antoninus Augustus, nom d’origine (jusqu’en 180 ap. J (...)
  • 79 [Hérodien ou Herodianus de Syrie (c. 170-240 ap. J.-C.) était un fonctionnaire romain qui écrivit (...)
  • 80 J’ai vu un coq courir aussi après avoir eu la tête tranchée sur un billot. Ce qu’il y a de plus si (...)

71Mais Commode78, son fils, les aima avec une fureur sans exemple. Il tua lui-même un éléphant, un tigre, un hippopotame. Il s’amusait surtout dans le cirque à couper avec des flèches ; dont le fer avait la forme d’un croissant, la tête d’autruches qui couraient vers un appât préparé à dessein. Hérodien79 qui rapporte ce fait, dit que les autruches continuaient de courir pendant quelques temps après avoir été décapitées. J’ai répété cette expérience sur des oies, et elle a en effet donné un résultat analogue à celui qui est consigné dans Hérodien80.

  • 81 [Septime Sévère, ou Lucius Septimius Severus Pertinax (né en 146 à Leptis Magna, en Tripolitaine, (...)

72Septime-Sévère81, lors du mariage de Caracalla, fit sortir tout d’un coup d’une machine, quatre cents animaux, parmi lesquels on remarquait des bisons et des ânes sauvages.

  • 82 [Élagabale ou Héliogabale, ou Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus, nom d’origine Varius Avit (...)

73Au mariage d’Héliogabale82, on eut le spectacle d’animaux de toutes espèces traînant des chars.

74Les rassemblemens des Gordiens surpassèrent tous ceux dont nous venons de parler.

  • 83 [Gordien I, ou Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus (c. 157-Avril 238), empere (...)

75Le premier empereur de ce nom83 montra jusqu’à mille panthères en un seul jour, cent dromadaires, mille ours.

  • 84 [Gordien III, ou Marcus Antonius Gordianus (225-244 à Zaitha en Mésopotamie), petit-fils de Gordie (...)

76Gordien III84 montra des hippopotames, soixante lions, dix tigres, trente éléphans, dix girafes, dix élans, trente léopards.

  • 85 [Aurélien, ou Lucius Domitius Aurelianus (né c. 215-mort en 275, près de Byzance, aujourd’hui Ista (...)

77Aurélien85 combattit et tua des éléphans.

  • 86 [Marcus Aurelius Probus (mort en 282), empereur romain de 276 à 282. Certains auteurs du ive siècl (...)

78Probus86 fit planter des arbres dans le cirque, et on lâcha dans cette forêt artificielle plus de mille autruches qui se mirent à courir en tous sens, et une quantité considérable d’animaux de différentes espèces.

  • 87 [Constantin I, voir Leçon 17, note 21.]
  • 88 [Théodore, fait apparemment référence à Theodorus Lector, lecteur ou employé attaché à l’Église de (...)
  • 89 [Claudien (c. 340 - 410 ap. J.-C.), le dernier des grands poètes latins, né à Alexandrie en Égypte (...)
  • 90 [Justinien I, ou Flavius Justinianus, nom d’origine Petrus Sabbatius (né en 483 à Tauresium en Dar (...)

79Ces jeux et ces exhibitions se continuèrent jusqu’à la destruction de l’empire d’occident ; et, malgré les défenses de Constantin87, on en vit sous les empereurs chrétiens. Théodore88 et Claudien89 donnèrent des spectacles d’animaux dans le cirque. Justinien90 même, dans le vie siècle, fit encore paraître dans l’amphithéâtre trente panthères et vingt lions.

80Il est impossible de ne pas s’étonner que le pays où tant d’animaux furent rassemblés et détruits pendant plus de quatre siècles consécutifs, n’ait produit aucun homme qui ait observé ces animaux, et en ait laissé des descriptions exactes. Les écrivains qui se sont occupés de la zoologie, du premier au ive siècle de notre ère, ont tous copié servilement, sans en excepter Pline, ce que les auteurs grecs avaient écrit avant la conquête romaine.

81Dans la prochaine séance, nous examinerons les causes qui empêchèrent les sciences de faire des progrès dans l’empire romain.

Notes

1 [Apollonius Molon, rhétoricien Grec, c. 70 av. J.-C. Natif d’Alabanda et élève de Ménéclès.]

2 [Voir Commentaires sur la Guerre des Gaules et sur les Guerres civiles écrit par César, tome 6, chapitres 25 à 28.]

3 [Numa Pompilius (c. 700 av. J.-C.), second des sept rois qui, selon la tradition romaine, régna sur Rome avant la fondation de la République (c. 509 av. J.-C.). Il semblerait que Numa ait régné de 715 à 673. On lui attribue la formulation du calendrier religieux ainsi que la fondation des premières institutions religieuses de Rome, y compris l’ordre des Vestales, les cultes de Mars, Jupiter, et Romulus déifié (Quirimus), ainsi que la prérogative religieuse de Pontifex Maximus.]

4 [Grégoire XIII, de son vrai nom Ugo Boncompagni, ou Buoncompagni (7 juin 1502, Bologne, Romagna (Italie)-10 avril 1585, Papauté de Rome), pape de 1572 à 1585, il promulgua le calendrier Grégorien et fonda un système de séminaires pour les prêtres de l’église catholique romaine.]

5 [Lucrèce, ou Titus Lucretius Carus (ier siècle av. J.-C.), poète latin et philosophe connu pour son long et unique poème De rerum natura (« Sur la Nature des Choses »). Ce poème est l’exposition la plus complète de la doctrine du philosophe Grec Épicure (341 av. J.-C., Samos, Grèce-270 av. J.-C., Athènes – philosophe grec, auteur de la doctrine éthique du bonheur basée sur les plaisirs simples et l’amitié) ; il y parle également de ses doctrines de l’éthique et de la logique (voir Nichols (James H.), Epicurean political philosophy : the De rerum natura of Lucretius, Ithaca ; London : Cornell university press, 1976, 216 p. ; Godwin (John), Lucretius, London : Bristol Classical Press ; Duckworth Press, 2004, 141 p. ; Lucrèce, De la nature [texte établi, traduit et annoté par Ernout Alfred ; introduction et notes par Fontenay Elisabeth de], Paris : Les Belles Lettres, 2009, XXXV + 572 p.)]

6 Quelques auteurs rapportent que ce philtre [potion, drogue ou philtre aux pouvoirs magiques] lui [Lucrèce] fut donné par une maîtresse jalouse. C’est une fable ridicule ; mais il est vrai qu’il se tua, à quarante-trois ans, dans un accès de folie [M. de St.-Agy].

7 Le monde tel qu’il est, bien entendu, car ses élémens sont indestructibles [M. de St.-Agy].

8 [Paul Émile le Macédonien, ou Lucius Aemilius Paullus, s’écrit également Paulus (229-160 av. J.-C.), général romain dont la victoire à Pydna contre les Macédoniens mit fin à la troisième guerre macédonienne (171-168 av. J.-C.)]

9 [Deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.) également appelée Deuxième Guerre de Carthage, la seconde d’une série de guerres entre la République Romaine et l’Empire Carthaginois (Empire Punique) qui s’achevèrent par l’hégémonie Romaine sur la Méditerranée Occidentale.]

10 [Ce fut Fulvius Hirpinus qui, selon les dires de Pline l’Ancien, inventa les premières conserves d’escargots à Tarquin, ville toscane proche de Rome, aux environs de 50 av. J.-C. Les escargots y étaient gardés en enclos et nourris au grain et au vin chaud jusqu’à ce qu’ils atteignent maturité. Grace à un élevage sélectif de qualité et à une bonne alimentation, d’excellents résultats étaient obtenus. Lors de l’expansion de l’Empire Romain, l’élevage d’escargots fut introduit dans les pays conquis.]

11 [Leporaria, en référence aux différentes espèces de petits animaux rongeurs de la famille des Léporidés (lapins et lièvres), de l’ordre des Lagomorphes.]

12 [Quintus Hortensius Hortalus (114-50 av. J.-C.), orateur et politicien Romain, opposant de Cicéron dans le jugement de Verrès. Hortensius, qui délivra son premier discours à l’age de 19 ans, devint un avocat réputé. Il fut le maître des plaidoiries à Rome jusqu’à son désaccord avec Cicéron alors que sa défense de Verrès, gouverneur corrompu (70) lui coûta sa suprématie. Il devint consul en 69 et collabora alors en toute harmonie avec Cicéron sur un certain nombre d’affaires. Ses talents s’avérèrent utiles pour l’aristocratie conservatrice sénatoriale.]

13 [Il s’agit ici du même tribun Servius Rullus (ou Publius Servilius Rullus) qui, en 65 après J.-C., proposa une nouvelle loi agraire, dont l’objectif était de reconstituer le domaine public sans avoir recours à la confiscation. À cet effet, il proposa de vendre les terres conquises en Asie, en Afrique et en Grèce, et avec les gains ainsi obtenus, d’acheter de nouvelles terres en Italie et les distribuer parmi les citoyens. Cicéron attaqua ce plan dans ses discours, lesquels sont de purs chefs d’œuvres d’éloquence parvenus jusqu’à nous.]

14 [Marcus Laenius Strabon, riche et opulent Romain. Connu pour être le premier à avoir introduit les volières à grande échelle. Il en construisit une magnifique dans sa villa près de Brindisi (ville de l’Adriatique, dans le royaume de Naples). Lucullus suivit son exemple et en construisit une a Tusculanam, qui surpassa de beaucoup celle de Strabon, tant en taille qu’en beauté. Varon, cependant, les surpassa tous deux avec la construction de ses bâtiments ornithologiques, notamment avec la construction d’une grande volière dans sa maison de campagne près de Casinum, qu’il décrit dans son ouvrage De re rustica, tome 3, chapitre 5 (voir Leçon 10, notes 50, 52 ; voir également Varron (Marcus Terentius), Économie rurale [texte établi, traduit et commenté par Heurgon Jacques & Guiraud Charles], Paris : Les Belles Lettres, 1978-1997, 3 vol. ; Buren (Albert William van) & Kennedy (R. M.), « Varro’s Aviary at Casinum », The Journal of Roman Studies, vol. 9, 1919, pp. 59-66 ; Lutwack (Leonard), Birds in Literature, Gainesville (Florida) : University Press of Florida, 1994, xiv + 286 p.)]

15 [Marcus Aufidius Lurco (ou Lucro] était un sénateur romain qui vivait au premier siècle av. J.-C.]

16 [Hirtius Pansa, fait référence apparemment non pas à un, mais à deux individus : Aulus Hirtius (c. 90-c. 43 av. J.-C.) et Gaius Vibius Pansa Caetronianus (mort en 43 av. J.-C.), tous deux proposés en même temps par César pour le poste consulaire de 43. Bien qu’à l’origine il fut partisan de Marc Antoine, Hirtius, sous la pression de son ami Cicéron, transféra son allégeance au parti sénatorial et lança une attaque armée contre Antoine, lequel était en plein siège à Mutina. Avec l’aide d’Octavien, Hirtius força Antoine à se retirer, mais dans la bataille, Hirtius fut tué. Hirtius et Gaius Vibius Pansa Caetronianus, tué quelques jours auparavant, eurent droit aux honneurs de funérailles publiques communes.]

17 [Sempronius Lucus est mentionné dans le deuxième tome des Satires d’Horace (in œuvres [texte établi et trad. par. Villeneuve F.], Paris : Les Belles Lettres, 1959-1970, 3 vol. ; voir également Texier (abbé), Dictionnaire d’orfeÌvrerie, de gravure et de ciselure chrétiennes : ou de la mise en uvre artistique des métaux, des émaux et des pierreries, Paris : J. P. Migne, 1857, p. 882 ; Jennison (George), Animals for Show and Pleasure in Ancient Rome, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2005, xiv + 209 p.)]

18 [Phrygie, ancienne région d’Anatolie Centrale et Occidentale, ainsi nommée d’après un peuple que les Grecs appelaient Phrygiens et qui dominèrent l’Asie Mineure entre la chute Hittite (xiie siècle av. J.-C.) et l’accession au pouvoir des Lydiens (viie siècle av. J.-C.) Les Phrygiens, peut-être d’origine Thracienne, s’établirent dans le nord-ouest de l’Anatolie à la fin du deuxième millénaire. À la chute du royaume Hittite, ils partirent s’établir dans les hautes terres centrales, et fondèrent leur capital à Gordium ainsi qu’un centre religieux important à « Midas » (nom moderne Yazilikaya, Turquie).]

19 [Melos, île grecque connue aujourd’hui sous le nom de Milos, située au sud-ouest des Iles des Cyclades Grecques dans la mer Égée.]

20 [Pour Gallonius, voir le deuxième tome des Satires d’Horace (in Œuvres [texte établi et trad. par Villeneuve F.], Paris : Les Belles Lettres, 1959-1970, 3 vol.)]

21 [Consul en 151 av. J.-C., Pline attribua à Lucius Licinius Murena, consul en 151 av. J.-C., l’invention des viviers, et son nom dériverait de la murenae ou anguille qu’il y élevait (voir Pline l’ancien, Histoire naturelle, Paris : Les Belles Lettres, 1947-1985, 28 + 7 vol. ; Natural History [ed. by Rackman H. with an English Translation in Ten Volumes], Cambridge (Mass.) : Harvard University Press ; London : W. Heinemann, 1940, vol. 3, p. 279 ; voir également note 22 ci-dessous).]

22 [Genre Muraeninae, couvrant les quatre-vingt espèces ou plus d’anguilles de la famille des Muraenidae. Les murènes se rencontrent dans les eaux tropicales et sous-tropicales, où elles vivent dans des eaux peu profondes parmi les récifs et les fonds rocheux, et se cachent dans les anfractuosités. Elles se diffèrent des autres anguilles de par leurs petites branchies de forme ronde, et de par l’absence de nageoires pectorales. Leur peau, dépourvue d’écailles, est lisse et épaisse, et leur large bouche est garnie de dents puissantes et pointues, ce qui leur permet de saisir et de tenir leur proie (principalement d’autres poissons) mais également d’infliger de sérieuses blessures à leurs ennemis, y compris aux humains. En général, elles n’attaquent les humains que lorsqu’on les dérange. Elles peuvent alors devenir très agressives. Une des espèces de murène, la Muraena Helena, que l’on trouve en Méditerranée, était un mets raffiné chez les anciens Romains, lesquels en faisaient l’élevage dans des bassins en bord de mer (Jennison (George), Animals for Show and Pleasure in Ancient Rome, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2005, xiv + 209 p.)]

23 [Lucius Licinius Lucullus (c. 117 av. J.-C.-58/56), général Romain qui combattit Mithridate VI Eupator du Pont de 74 à 66 av. J.-C. Après qu’il eut pris sa retraite en 63, il jouit d’une vie de grand faste. L’adjectif lucullan, qui signifie en anglais « faste » est dérivé de son nom.]

24 [Xerxes togatus, Xerxès en toge, barbare sous couvert d’homme civilisé (Pour Xerxès, voir Leçon 4, note 2.]

25 [Caton d’Utique (Marcus Porcius Cato Uticencis) ou Caton le Jeune (95-46 av. J.-C.), Utique (Tunisie actuelle), arrière petit-fils de Caton l’Ancien et chef des Optimates (aristocratie conservatrice sénatoriale) qui essaya de protéger la République Romaine contre les hommes en quête de pouvoir, en particulier Jules César.]

26 [Marius Irrius ou Gaius Hirrius, la première personne à avoir construit des bassins dans le seul but d’élever des anguilles (voir notes 21 et 22 ci-dessus) ; il fournit à César six mille anguilles pour ses banquets triomphaux. Plus tard, il vendit son patrimoine pour la somme de quatre millions de sesterces. Après la mort de Lucullus (voir note 23 ci-dessus), la même somme fût payée en paiement du poisson provenant de son bassin. On raconte que l’orateur Quintus Hortensius, qui prenait grand soin de ses poissons, sanglota lorsque son anguille favorite mourut. Une autre anguille, qui était l’animal familier d’Antonia, nièce d’Auguste (voir note 29 ci-dessous) portait des boucles d’oreilles, ce qui suscitait la visite de certains, curieux d’assister à ce spectacle (Élien, La Personnalité des animaux [traduit et commenté par Zucker Arnaud ; postface de Bailly Jean-Christophe], Paris : Les Belles Lettres, 2001-2002, 2 vol.)]

27 [Lucius Licinius Crassus (né en 140 av. J.-C., mort en 91), avocat et politicien, considéré comme l’un des deux grands orateurs Romains avant Cicéron, l’autre étant Marc Antoine (143-87). Les deux hommes sont décrits de façon très réaliste dans l’ouvrage de Cicéron De oratore (55 av. J.-C.) (voir Ciceron (Marcus Tullius), Discours. Tome I : Pour P. Quinctius, Pour Sex. Roscius d’Amérie, Pour Q. Roscius le comédien [texte établi et traduit par Mirmont H. de la Ville de ; avec notices juridiques de Cuq Édouard ; 2e éd. rev. et corr. par Humbert Jules], Paris : Les Belles Lettres, 2002, XIII + 188 p. ; Discours. Tome XIV : Pour Sestius. Contre Vatinius [texte établi et traduit par Cousin Jean ; 3e tirage corr. et augmenté], Paris : Les Belles Lettres, 2002, 299 p. ; Discours. Tome XV : Pour Caelius. Sur les provinces consulaires. Pour Balbus [texte établi et traduit par Cousin Jean], Paris : Les Belles Lettres, 2002, 282 p.)]

28 [Domitius ou Gnaeus Domitius Calvinus, général romain, sénateur et consul (respectivement en 53 av. J.-C. et 40 av. J.-C.), partisan loyal de César et d’Octavien.]

29 [Antonia, une des femmes les plus importantes de Rome, célébrée pour sa vertu et sa beauté, était la sœur cadette de Marc Antoine (82/81-30 av. J.-C.) et d’Octave (c. 69-11 av. J.-C.), et la nièce préférée du frère cadet de sa mère, Auguste, premier empereur de Rome. Elle épousa Néron Claudius Drusus Germanicus (38-9 av. J.-C.), le frère cadet de Tibère (qui devint plus tard empereur), commandeur des forces romaines qui occupèrent les territoires germains entre le Rhin et l’Elbe entre 12 et 9 av. J.-C.]

30 [Publius Vedius Pollio (mort en 15 av. J.-C.) était un cavalier romain du ier siècle av. J.-C. et ami de l’empereur Romain Auguste, lequel le nomma à une position d’autorité dans la province d’Asie (Syme (Ronald), « Who was Vedius Pollio ? », Journal of Roman Studies, 1961, vol. 51, pp. 23-30). Dans les dernières années de sa vie, il fut connu pour ses goûts luxueux et sa cruauté envers ses esclaves. Lorsqu’il en était mécontent, il les jetait comme nourriture aux anguilles qu’il élevait dans ce seul but. Cette coutume était inacceptable, même pour les Romains. Lorsque Vedius essaya d’employer sa méthode d’exécution contre un esclave qui avait cassé un verre, Auguste, qui était son invité à ce moment là, non seulement l’en empêcha mais demanda également que tous ses verres de valeurs soient brisés. Cet incident, ainsi que la démolition de la villa dont Auguste avait hérité après la mort de Vedius en 15 av. J.-C., furent souvent relatés pendant l’antiquité lors de discussions sur l’éthique et le rôle public d’Auguste. (voir Sénèque, uvres compleÌtes [avec la traduction en français ; publiées sous la direction de Nisard Désiré], Paris : Firmin Didot, 1885, IX + 874 p.)]

31 [Auguste est Gaius Octavius (23 septembre 63 av. J.-C.-19 août 14 apr. J.-C.), connu plus tard sous le nom de Gaius Julius Caesar Octavianus ainsi que sous le nom de Auguste ou César Auguste, premier empereur Romain après la chute de la République, laquelle fut finalement détruite par la dictature de Jules César, son grand-oncle et père adoptif.]

32 [Sterlet (Acipenser ruthenus), poisson comestible de valeur, qui habite la mer Noire et la mer Caspienne, fait partie d’un groupe d’environ une vingtaine d’espèces de poisson de la famille Acipenseridae (sous-classe Chondrostei), natif des eaux tempérées de l’hémisphère nord. La plupart de ces espèces vivent en mer et remontent les cours d’eau au printemps ou en été pour frayer (il semble que le frai ne se produise pas chaque année, mais seulement certaines années) ; d’autres vivent en eaux froides. Les œufs de plusieurs de ces espèces produisent du caviar.]

33 [Surmullet ou poisson benthique couvre environ 50 espèces de poissons marins de la famille des Mullidés (de l’ordre des Perciformes). Les plus grands de ces poissons mesurent environ 60 cm de long, mais la plupart sont beaucoup plus petits. Beaucoup de ces espèces sont comestibles et très appréciées. Une de ces espèces la plus connue est le rouget-barbet, ou mulet rouge (Mullus barbatus), de Méditerranée, qui était un des plats de la mer les plus appréciés des anciens Romains.]

34 [Tibère, ou Tibère César Auguste, ou encore Tibère Jules César Auguste, de nom de naissance Tibère Claude Néron (16 novembre 42 av. J.-C.-16 mars 37 apr. J.-C., Capri, près de Naples), second empereur romain (14-37 av. J.-C.), fils adoptif d’Auguste. Il s’employa à protéger les institutions et les frontières de l’empire. Pendant les dernières années de sa vie, il devint un tyran reclus, infligeant un règne de terreur sur les personnages principaux de Rome.]

35 [Lucius Annaeus Seneca, voir Leçon 12, note 47.]

36 [L’huître, largement disponible à travers le monde, fut considérée comme aliment comestible il y a bien longtemps. Elle était très appréciée des Romains qui la pêchaient dans leurs eaux territoriales, à l’embouchure du Hellespont et sur les côtes de Bretagne, où les huitres y étaient abondantes et de qualité supérieure. En hiver, elles étaient exportées, conservées dans la neige. Selon Pline, la reproduction des huîtres dans des bacs artificiels fut introduite pour la première fois par le riche patricien Sergius Aurata, lequel fit fortune grâce à ses bacs à huîtres de Baise, dans la baie de Naples. Il fut également le premier à prouver la supériorité du coquillage provenant du lac de Lucrine par rapport à l’huître de Bretagne, laquelle était considérée par ses concitoyens comme la plus raffinée (voir Radcliffe (William), Fishing From the Earliest Times, London : John Murray, 1921, xvii + 478 p.)]

37 [Dorado (mot espagnol pour « doré ») est parfois utilisé pour désigner plusieurs espèces du genre Salminus, poissons d’eau douce robustes de la famille des Characidae, que l’on trouve dans les rivières d’Amérique du Sud. C’est également l’autre nom utilisé pour designer les poissons dauphins océaniques de la famille des Coryphaenidae, mais dans le cas présent, Cuvier fait référence à la daurade, qui fait partie de la famille des Sparidae (de l’ordre des Perciformes).]

38 [Lucrine, dans la géographie ancienne, est un petit lac d’eau salée situé dans la province de Campagne en Italie, à 13 kilomètres au nord-ouest de Naples ; Lacus Lucrinus au temps de la Rome ancienne, aujourd’hui appelé lac Lucrine. Il était renommé pour ses huîtres.]

39 [L’arbre de Thuya (prononcé touilla), arbre aromatique à branchage épais de la famille des conifères proche du cèdre, qui pousse uniquement dans la province montagneuse de l’Atlas au Maroc.]

40 [Cyrénaïque, région historique d’Afrique du Nord, et depuis 1963, province de la Libye.]

41 [Cethegus, fait référence à Gaius Cornelius Cethegus, politicien de la République Romaine qui devint proconsul d’Espagne en 200 av. J.-C. et fut élu édile pendant son absence. Il exerça sa fonction avec succès. Pendant son consulat en 197 av. J.-C., il vaincu les Insubres et les Cénomans en Gaulle Cisalpine et reçut un triomphe pour ce succès. Il fut élu censeur en 194 av. J.-C. Avec Scipion l’Africain et Marcus Minucius Rufus, il participa aux efforts de négociation en vue de mettre fin à la guerre entre Massina et Carthage.]

42 À peu près trois cent mille francs. [M. de St.-Agy.]

43 [Voir Beckmann (Johann), A History of Inventions, Discoveries, and Origins [traduit de l’Allemand en Anglais par Johnston William ; 4e éd. revue et enrichie par Francis William et Griffith F. W.], Londres : H. G. Bohn, 1846, 2 vol.]

44 [Mongez (Antoine), « Les animaux promenés ou tués dans le cirque », Mémoires de l’Académie des Inscritions et Belles-lettres, tome X, 1833, pp. 360-460 ; voir également Lecky (William Edward Hartpole), History of European Morals from Augustus to Charlemagne [3e éd. révisée], New York : D. Appleton, 1921, 2 vol.]

45 [Manius Curius Dentatus (mort en 270 av. J.-C.), général romain, vainqueur sur les Samnites et sur Pyrrhus, roi d’Épire (voir note 47 ci-dessous). Dentatus naquit dans une famille plébéienne probablement d’origine Sabine. Devenu consul en 290 av. J.-C., il remporta une victoire décisive sur les Samnites, mettant ainsi fin à une guerre de cinquante ans. La même année, il vaincu également les Sabins insurgés et reçut leur soumission. Il leur octroya alors « la citoyenneté sans le droit de vote » (civitas sine suffragio). En 284, il vaincu l’invasion des Sénones. Après que Pyrrhus soit revenu en Italie de Sicile (275), Dentatus, de nouveau consul, le battit enfin à Beneventum (appelé aujourd’hui Benevento). Dentatus fut consul pour la quatrième et dernière fois en 274, l’année où il conquit les Lucans. Lors de son mandat de censeur en 272, il commença à construire un aqueduc pour transporter les eaux de la rivière Anio vers la ville, mais il mourut avant la fin de son projet. Plus tard, les écrivains idéalisèrent Dentatus, le présentant comme modèle de simplicité et de frugalité de l’ancienne Rome.]

46 [Démétrius Ier Poliorcète (né en 336 av. J.-C. en Macédoine, mort en 283 av. J.-C., en Cilicie, aujourd’hui située en Turquie), roi de Macédoine de 294 à 288 av. J.-C. Démétrius était le fils du général d’Alexandre le Grand, Antigone I Monophtalme. Il commanda avec distinction les campagnes d’Alexandre le Grand et essaya de reconstruire son empire en Asie. Après son échec contre Ptolémée I Soter, il libéra Athènes contre Cassandre de Macédoine en 307 av. J.-C. et en 306, il infligea une défaite décisive à Ptolémée Salamis (Chypre). Son surnom de Poliorcète (« assiégeur de villes ») lui vint de son siège de Rhodes (305). Rappelé par son père en Grèce il combattit à la Bataille d’Ipsos lors de laquelle il perdit son père et une grande partie de son empire (301). Démétrius s’imposa en Grèce et en 294, il occupa de nouveau Athènes et se déclara roi de Macédoine, mais en 288, il fut évincé par ses rivaux Lysimaque et Pyrrhus. Finalement il se rendit à Séleucos I Nicator en Cilicie (285) où il y mourut en 283.]

47 [Pyrrhus (né en 319 av. J.-C. ; mort en 272, Argos, Argolis), roi d’Épire de la période hellénistique, dont les succès militaires lourds de conséquence contre la Macédoine et Rome donnèrent naissance à l’expression « une victoire à la Pyrrhus ». Ses Mémoires et ses livres sur l’art de la guerre, maintenant tous perdus, furent cités avec beaucoup d’éloge par de nombreux auteurs anciens, y compris par Cicéron.]

48 [Lucius Caecilius Metellus (mort en 221 av. J.-C.), général romain de la première guerre punique (264-241 av. J.-C.). Pendant son mandat de consul, en 251, Metellus vainquit le général Hasdrubal de l’armée de Carthagène à Panormus (aujourd’hui Palerme (Sicile) en déclenchant un mouvement de panique parmi les éléphants de l’ennemi. À la suite de cet événement, l’image d’un éléphant apparut fréquemment sur les pièces émises par la famille Metelli. Metellus eut la charge d’un deuxième mandat de consul en 247. On raconte qu’il devint aveugle en 241 alors qu’il essayait de sauver du feu la statue de Minerve dans le temple de Vesta.]

49 La raison de ce fait, c’est qu’à Rome on ne savait sans doute pas encore travailler l’ivoire. On le recevait de l’étranger tout sculpté [M. de St.-Agy].

50 [Marcus Fulvius Nobilior, général romain qui, alors qu’il était prêteur (193 av. J.-C.) servit avec distinction en Espagne. Consul, en 159, il vainquit la ligue Étolienne. À son retour à Rome, Nobilior reçut un triomphe remarquable pour la magnificence du butin qu’il rapporta. Lors de sa campagne contre les Étoliens, il était accompagné du poète Ennius, qui utilisa la capture d’Ambracie, à laquelle il participa, comme le sujet d’une de ces pièces de théâtre. Caton le Censeur y fut fortement opposé, estimant que Nobilior y compromit sa dignité de général romain. Nobilior restaura le temple d’Hercule et les Muses du Cirque de Flaminius, et essaya de promouvoir la connaissance du calendrier romain. Passionné par l’art et la culture Grec, il fit découvrir nombre de ses chefs d’œuvre à Rome, parmi lesquels Les Muses de Zeuxis en provenance d’Ambracie.]

51 [La guerre contre les Étoliens (191 – 189 av. J.-C.) fut une guerre entre les Romains et leurs alliés Achéens et Macédoniens d’un coté, et la ligue Étolienne et leurs alliés du Royaume d’Athamanie de l’autre. Les Étoliens avaient invité Antioche le Grand à se rendre en Grèce, alors qu’après sa défaite contre les Romains, il était reparti pour l’Asie. Ce départ laissa les Étoliens et les Athamaniens sans alliés. Avec Antioche hors d’Europe, les Romains et leurs alliés attaquèrent les Étoliens. Après une année de combat, les Étoliens furent vaincus et forcés de payer 1 000 talents d’argent aux Romains.]

52 [Publius Cornelius Scipio Nasica (227-fl. 171 av. J.-C.) (Nasica signifie « nez pointu ») était un consul de l’ancienne Rome en 191 av. J.-C. Il était le fils de Gnaeus Cornelius Scipio Calvus. Parfois appelé Scipio Nasica le Premier, pour le différencier de son fils et de son petit-fils, il était le cousin de Scipion l’Africain.]

53 [Publius Cornelius Lentulus, de surnom Sura (en latin : « mollet ») (mort le 5 décembre 63 av. J.-C. à Rome), personnage capital dans la conspiration de Catilina (63 av. J.-C.) vouée à prendre le contrôle du gouvernement romain.]

54 [Il n’est pas clair si Cuvier fait ici référence à Quintus Mucius Scaevola, aussi appelé Augur (mort en 88 av. J.-C.), juriste romain éminent, ou au cousin de ce dernier, Quintus Mucius Scaevola, également appelé Pontifex (mort en 82 av. J.-C.), qui fonda l’étude scientifique de la loi romaine.]

55 [Marcus Aemilius Scaurus (mort après 52 ap. J.-C.), questeur et proquesteur du consul Gnaeus Pompeius pendant la troisième guerre (74-63) entre Rome et le roi Mithridate du Pont (en Anatolie du nord-est) ; à ne pas confondre avec son père du même nom (c. 162 - c. 89 av. J.-C.) chef des Optimates (aristocrates conservateurs sénatoriaux) et l’un des hommes les plus influents du gouvernement romain en 100 av. J.-C.]

56 [Édile, Latin aedilis (du latin aedes, « temple »), magistrat de l’ancienne Rome qui, à l’origine, avait la charge du temple et du culte de Cérès.]

57 [Andromède, dans la mythologie grecque, était la fille ravissante du roi Céphée et de la reine Cassiopée de Joppa en Palestine (appelé Éthiopie), et épouse de Persée. Cassiopée offensa les Néréides en vantant la beauté supérieure d’Andromède ; Poseïdon se vengea alors en envoyant un monstre des mers pour détruire le royaume de Céphée. Mais seul le sacrifice d’Andromède pouvant satisfaire les dieux, elle fut enchaînée à un rocher pour y être dévorée par le monstre. Persée chevauchant Pégase, son cheval ailé, tomba amoureux d’Andromède et demanda sa main à Céphée. Céphée accepta, et Persée tua le monstre. Cependant, lors de la cérémonie du mariage, Phinée, oncle d’Andromède à qui elle avait été promise, essaya de la réclamer. Persée le transforma en statue de pierre avec la tête de la Méduse. Andromède donna à Persée six fils et une fille.]

58 [Ancyra, aujourd’hui Ankara, Turquie.]

59 [Gaius Flaminius (mort en 217 av. J.-C.), chef politique romain qui ne cessa de défier l’autorité du Sénat. Plébéien, il fut tribun de la plèbe en 232. Malgré l’opposition du Sénat et (selon la légende) de son propre père, il réussit à faire passer une loi permettant la distribution de terres parmi les Plébéiens. Consul en 223, il vainquit les Insubres après avoir désobéi un ordre sénatorial ; malgré l’opposition du Sénat, le vote populaire lui fit un triomphe. Flaminius fut le premier gouverneur de la province romaine de Sicile. Pendant son mandat de censeur (220), il construisit le Cirque Flaminius sur le Champ de Mars à Rome et construisit la Voie Flaminia jusqu’à Ariminum. En 218, il fut l’un des fidèles partisans de la Loi Claudia, qui interdisait aux sénateurs de conduire des activités commerciales. Son élection à un deuxième mandat de consul en 217 fut le reflet de la critique populaire envers la façon dont le Sénat menait la guerre contre les Carthaginois envahisseurs sous le règne d’Hannibal.]

60 [Germanicus César (15-19 av. J.-C. à Antioche en Syrie, aujourd’hui Antakya, Turquie), neveu et fils adoptif de l’empereur romain Tibère (14-37 apr. J.-C.). Ce fut un général brillant et immensément populaire qui, s’il n’avait été emporté si prématurément, serait devenu empereur.]

61 [Claude, ou Tibère Claude César Auguste, vainqueur des Germains, initialement (jusqu’en 41 apr. J.-C.) Tibère Claude Néron Germanicus (né le 1er août 10 av. J.-C., à Lugdunum, Gaule ; mort le 13 octobre 54 ap. J.-C.), empereur romain (41-54 ap. J.-C.), qui étendit l’empire romain jusqu’en Afrique du Nord et fit de la Grande-Bretagne une province romaine.]

62 [Ostie, aujourd’hui Ostia Antica, Italie, ancienne ville romaine située à l’embouchure du Tibère ; elle se situe maintenant à six kilomètres en amont ; aujourd’hui, la cité touristique de bord de mer se trouve à environ cinq kilomètres au sud-ouest de l’ancienne ville. Ostie était le centre portuaire de Rome et un centre d’activité économique sous l’empire (après 27 av. J.-C.)]

63 [L’orque ou baleine tueuse, aussi appelée Grampus (Orcinus orca), baleine largement répandue de la famille des Delphinidés, que l’on trouve dans toutes les mers de l’Arctique à l’Antarctique. Le plus grand des dauphins océaniques, le mâle peut atteindre une longueur maximum de 9,5 mètres et un poids d’environ cinq tonnes.]

64 [Galba, ou Servius Galba Caesar Augustus en latin, nom de naissance Servius Sulpicius Galba (24 décembre 3 av. J.-C. – 15 janvier ap. J.-C., Rome), empereur romain pendant sept mois (68-69 ap. J.-C.). Son administration était impartiale, bien que ses conseillers fussent corrompus.]

65 [Voir Corse (John), « Observations on the Manners, Habits, and Natural History, of the Elephant. By John Corse, Esq. Communicated by the Right Hon. Sir Joseph Banks, Bart. K.B.P.R.S. », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 89, 1799, pp. 31-55.]

66 [Titus, ou Titus Vespasianus Augustus (latin), nom d’origine Titus Flavius Vespasianus (30 décembre 39 ap. J.-C. – 13 septembre 81 ap. J.-C.), empereur romain (79-81) et conquérant de Jérusalem en 70.]

67 [Domitien, ou Caesar Domitianus Augustus en latin, nom d’origine (jusqu’en 81 ap. J.-C.) Titus Flavius Domitianus (24 octobre 51 ap. J.-C. – 18 septembre 96 apr. J.-C., Rome), empereur romain (81-96 ap. J.-C.) connu particulièrement pour le règne de terreur sous lequel d’éminents membres du Sénat vécurent pendant les dernières années de sa vie.]

68 [Sparmann (André), Voyage au Cap de Bon Espérance et autour du monde, avec le capitaine Cook, et principalement dans le pays des Hottentots et des Cafres [tr. du Suédois par M. Letourneur, avec cartes, figure et planches en taille-douce], Paris : Buisson, 1787, 2 vol. in-4° ; voir aussi Timbs (John), Eccentricities of the Animal Creation [avec huit gravures], Londres : Seeley, Jackson & Halliday, 1869, 352 p.]

69 [Martial, ou Marcus Valerius Martialis en latin, (1er mars 38-41 ap. J.-C., Bilbilis, Hispania – c. 103), poète romain réputé pour ses épigrammes qu’il amena à la perfection, et pour ses portraits de la société romaine du début de l’empire, remarquables pour leur complétude et la véracité des descriptions des manières humaines (Martial, Épigrammes [éd. bilingue ; traduction nouvelle, trad. du latin et préfacé par Malaplate Jean], Paris : Gallimard, 1992, 243 p. (Poésie Gallimard ; 255)).]

70 [Trajan, ou Caesar Divi Nervae Filius Nerva Traianus Optimus Augustus en latin, aussi appelé (97-98 ap. J.-C.) Caesar Nerva Traianus Germanicus, nom de naissance Marcus Ulpius Traianus (né probablement le 15 septembre 53 ap. J.-C. à Italica en Bétique, Espagne actuelle ; mort le 8 ou 9 août 117 à Seliki en Cilicie, aujourd’hui en Turquie) empereur romain (98-117 ap. J.-C.), le premier à être né hors d’Italie. Il essaya d’étendre les frontières de l’empire à l’est (notamment en Dacie, Arabie, Arménie, et en Mésopotamie), il entreprit un vaste programme de construction, et augmenta l’aide sociale.]

71 [Cassius Dion, s’écrit aussi Dio Cassius, Cassius Dio Cocceianus en latin, (né c. 150, Nicée, Bithynie, aujourd’hui Iznik en Turquie ; mort en 235), gouverneur et historien romain, auteur de Romaika, Histoire Romaine, écrit en grec, considéré comme un ouvrage de référence sur les dernières années de la république et le début de l’empire (voir Cassius, Histoire romaine de Dion Cassius [traduite en français avec des notes critiques, historiques, etc., et le texte en regard, par Gros E. et Boisse V.], Paris : Firmin Didot, 1845-1870, 10 vol.)]

72 [Hadrien, ou Adrien, dont le nom complet en latin est Caesar Traianus Hadrianus Augustus. Son nom de naissance (jusqu’à l’année 117) était Publius Aelius Hadrianus (24 janvier 76 ap. J.-C., Rome - 10 juillet 138, Baïes, près de Naples). Empereur de Rome de 117 à 138), le neveu et successeur de l’empereur Trajan était un admirateur érudit de la civilisation grecque. Il unifia et consolida l’immense empire romain.]

73 [Camelo-pardalis, voir Leçon 9, note 62.]

74 [Antonin le Pieux, en latin Caesar Titus Aelius Hadrianus Antoninus Augustus Pius, nom d’origine Titus Aurelius Fulvius Boionius Arrius Antoninus (19 septembre 86, Lanuvium, Latium ; 7 mars 161, Lorium, Etrurie), empereur romain de 138 à 161 ap. J.-C. De tempérament doux et capable, il était le quatrième des « cinq bons empereurs » qui guidèrent l’empire dans une période de paix interne et de prospérité qui dura 84 ans (96-180). Sa famille était originaire de Gaule, et son père et son grand-père furent tous deux consuls.]

75 Espèce de ruminant. [M. de St.-Agy.] [Strepsiceros ou grand koudou, groupe d’antilopes appartenant au genre Tragelaphus, de la famille des Bovidés (de l’ordre des Artiodactyles). Le grand koudou (Tragelaphus strepsiceros) vit en petit groupe dans les terrains accidentés et les zones boisées d’Afrique de l’Est et du Sud.]

76 [Crocotta ou Crocuta, voir Leçon 9, note 63.]

77 [Marc Aurèle, ou Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus ; nom d’origine (jusqu’en 161 ap. J.-C.) Marcus Annius Verus (26 Avril 121 ap. J.-C., Rome ; 17 Mars 180, Vindobona [Vienne], or Sirmium, Pannonia), empereur romain (161-180 ap. J.-C.), connu pour ses Méditations sur la philosophie stoïque (voir Marc Aurèle, Pensées pour moi-même [notes et commentaires de Pellegrin Pierre], Paris : Nathan, 2005, 190 p.) Pour de nombreuses générations occidentales, Marc Aurèle représenta le symbole de l’Âge d’Or de l’Empire Romain.]

78 [Commode, ou Caesar Marcus Aurelius Commodus Antoninus Augustus, nom d’origine (jusqu’en 180 ap. J.-C.) Lucius Aelius Aurelius Commodus (né le 31 août 161 à Lanuvium, Latium, aujourd’hui Lanuvio en Italie ; mort le 31 décembre 192), empereur romain de 177 à 192 (empereur plénipotentiaire après 180). Son règne brutal précipita les conflits sociaux et mit fin aux 84 ans de stabilité et de prospérité de l’empire.]

79 [Hérodien ou Herodianus de Syrie (c. 170-240 ap. J.-C.) était un fonctionnaire romain qui écrivit une Histoire Romaine pittoresque en huit tomes couvrant les années 180 à 238 (voir Hérodien, Histoire des empereurs romains de Marc-AureÌle à Gordien III [traduit et commenté par Roques Denis ; postface de Canfora Luciano], Paris : Les Belles Lettres, 1990, 313 p.) Son œuvre n’est pas entièrement fiable, bien que son exposé relativement objectif d’Elagabale (voir note 82 ci-dessous) est plus utile que celle de Cassius Dion (voir note 71 ci-dessus). Il était d’origine grecque, bien qu’il semble avoir vécu une longue période de sa vie à Rome, mais sans y avoir eu des responsabilités officielles. De ses écrits qui nous sont parvenus, il semble qu’il aurait vécu jusqu’à un âge avancé, sous le règne de Gordien III, lequel accéda au trône en 238. Rien d’autre n’est connu de sa vie.]

80 J’ai vu un coq courir aussi après avoir eu la tête tranchée sur un billot. Ce qu’il y a de plus singulier, c’est que cet animal, ainsi mutilé, se dirigea vers la cuisine d’où on l’avait apporté dans une cour, et y revint, après en avoir été repoussé à quelques pas. Un magnétiseur [C’est curieux que Magdeleine de Saint-Agy n’ait pas utilisé le mot « mesmériseur », car la méthode thérapeutique connue sous le nom de mesmérisme, inventé par le médecin allemand Franz Anton Mesmer (1734-1815), et ancêtre de l’utilisation moderne de l’hypnotisme, devait lui être familier en 1840 ; voir Mesmer (Franz Anton), Mémoire sur la découverte du magnétisme animal, Genève ; Paris : Didot le jeune, 1779, VI + 85 p. + [1] f. de pl. in-8 ; Mémoire de F. A. Mesmer, docteur en médecine, sur ses découvertes, Paris : chez Fuchs, an VII [1799], [2 f.] + xij + 110 + [2] p. in-8] de Paris, le docteur D*** de S***, disait il y a quelque temps à un Américain de mes amis, le docteur B***, et à moi, qu’en irritant fortement une partie du corps, on voyait quelquefois par cette partie. Si M. D*** avait vu mon coq, il est probable qu’il aurait expliqué sa direction renouvelée vers la cuisine, au moyen de la forte irritation que le couperet avait causée à son col [M. de St.-Agy].

81 [Septime Sévère, ou Lucius Septimius Severus Pertinax (né en 146 à Leptis Magna, en Tripolitaine, aujourd’hui la Libye ; mort en février 211 à Eboracum en Grande-Bretagne, aujourd’hui York en Angleterre), empereur romain de 193 à 211. Il fonda une dynastie personnelle et convertit le gouvernement en une monarchie militaire. Son règne représenta une étape importante dans le développement du despotisme absolu qui caractérisa les derniers temps de l’Empire Romain.]

82 [Élagabale ou Héliogabale, ou Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus, nom d’origine Varius Avitus Bassianus (né en 204 à Emèse en Syrie ; mort en 222), empereur romain de 218 à 222, principalement connu pour son comportement excentrique.]

83 [Gordien I, ou Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus (c. 157-Avril 238), empereur romain pendant trois semaines en mars-avril 238.]

84 [Gordien III, ou Marcus Antonius Gordianus (225-244 à Zaitha en Mésopotamie), petit-fils de Gordien I et neveu de Gordien II, il fut empereur romain de 238 à 244.]

85 [Aurélien, ou Lucius Domitius Aurelianus (né c. 215-mort en 275, près de Byzance, aujourd’hui Istanbul en Turquie), empereur romain de 270 à 275. En réunifiant son empire, lequel s’était désagrégé sous la pression d’invasions et de révoltes internes, il obtint son titre, qu’il se choisit lui-même, de restitutor orbis (« restaurateur du monde »).]

86 [Marcus Aurelius Probus (mort en 282), empereur romain de 276 à 282. Certains auteurs du ive siècle témoignent de son intérêt particulier pour l’agriculture. Il encouragea la plantation de vignobles en Gaule, en Espagne, et en Grande-Bretagne, et il fut tué par des soldats en représailles pour sa discipline et ses réprimandes sévères lors d’un projet de restauration agricole dans les Balkans.]

87 [Constantin I, voir Leçon 17, note 21.]

88 [Théodore, fait apparemment référence à Theodorus Lector, lecteur ou employé attaché à l’Église de Sainte Sophie de Constantinople dans la première partie du vie siècle ap. J.-C. (à ne pas confondre avec Théodore de Cyrène, mathématicien grec du ve siècle av. J.-C.) À la demande d’un ami, il compila en quatre volumes son Historia Tripartita, épitome des historiens Socrate, Sozomen, et Theodoret, composé d’extraits de leurs œuvres. Il existe une copie incomplète du manuscrit, lequel n’a jamais été publié.]

89 [Claudien (c. 340 - 410 ap. J.-C.), le dernier des grands poètes latins, né à Alexandrie en Égypte. Il se rendit à Rome en 395 ap. J.-C., et il fut élevé au rang de patricien par Stilicon. Il écrivit tout d’abord en grec, et ensuite en latin. Plusieurs de ses œuvres survécurent, notamment son poème épique De raptu Proserpinae (« Le rapt de Proserpine »), œuvre qui lui valut la célébrité au Moyen Âge (voir Claudien, Œuvres. Tome I : Le rapt de Proserpine [texte établi et traduit par Charlet Jean-Louis], Paris : Les Belles Lettres, 1991, XC + 188 p.)]

90 [Justinien I, ou Flavius Justinianus, nom d’origine Petrus Sabbatius (né en 483 à Tauresium en Dardanie, probablement au sud de la ville moderne de Nis en Serbie, Yougoslavie ; mort le 14 novembre 565 à Constantinople, aujourd’hui Istanbul en Turquie), empereur byzantin (527-565), reconnu pour la réorganisation administrative du gouvernement impérial et pour son sponsorat du code de droit connu sous le nom de Code Justinien (534) (voir Kunkel (Wolfgang), An Introduction to Roman Legal and Constitutional History [trad. de l’Allemand en Anglais par Kelly J. M.], Oxford : Clarendon Press, 1966, X + 218 p.)]

Table des illustrations

Titre AUROCHS DANS L’ARÈNE. Détail d’une gravure extraite de Riedinger (Johann Elias), Entwurf einiger Thiere : nach dem Leben gezeichnet, samt beygefügten Anmerkungen, Augsbourg : J. E. Riedinger, 1738-1755, 7 part. in 1 vol., pl. 38. (© Bibliothèque centrale, MNHN).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540