Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

4. The Roman World / Le monde romain

10. La montée en puissance de Rome

Texte intégral

LA FONDATION LÉGENDAIRE DE ROME. Représentation de Romulus et Rémus de 1652 par Wenceslas Hollar, d’après l’œuvre de Giulio Romano. Format original : 12 x 16 cm.

LA FONDATION LÉGENDAIRE DE ROME. Représentation de Romulus et Rémus de 1652 par Wenceslas Hollar, d’après l’œuvre de Giulio Romano. Format original : 12 x 16 cm.

1Nous avons vu que par suite des guerres que se firent les successeurs d’Alexandre, l’étude des sciences fut presque abandonnée dans la Grèce, dans l’Asie et les îles de l’Archipel ; que les savans se réfugièrent à Alexandrie, où une riche bibliothèque leur était ouverte, et où les premiers Ptolomées leur procuraient toutes sortes de faveurs ; mais que les derniers Lagides occasionnèrent, par leur tyrannie, la dispersion d’une partie de ces savans, et qu’enfin les invasions romaines achevèrent de détruire, en Égypte, la culture des sciences naturelles qui exigent de grandes dépenses.

2À ces deux causes de décadence nous en ajouterons une autre qui donna aux esprits une direction toute différente.

  • 1 [Le néoplatonisme est la dernière école de philosophie grecque, fondée au iiie siècle apr. J.-C. p (...)

3Dès le temps de la fondation d’Alexandrie, Alexandre avait placé dans cette ville plusieurs Juifs qui s’y fixèrent. Physcon en fit venir postérieurement un nombre beaucoup plus considérable. Les croyances religieuses de ces étrangers influèrent sur les Alexandrins, dirigèrent tous les esprits vers les études spéculatives, d’où naquit le néoplatonisme1, et on abandonna ainsi l’observation des phénomènes naturels.

  • 2 [Pompée le Grand, dont le nom complet en latin était Gnaeus Pompeius Magnus (né le 29 septembre 10 (...)
  • 3 [Jules César, voir Leçon 11.]
  • 4 [Plutarque, voir Leçon 14, note 9.]
  • 5 [Lucain, en latin Marcus Annaeus Lucanus (né en 39 apr. J.-C. à Cordoue, en Espagne, mort en 65 à (...)
  • 6 [Pharsale est le seul poème qui subsiste de Lucain. Ce récit retrace la guerre entre Jules César e (...)

4La bibliothèque d’Alexandrie elle-même ne resta pas long-temps intacte. Pour éviter de subir le sort de Pompée2, lâchement assassiné par ordre de ceux qui dirigeaient son pupille Ptolomée, César3 fut obligé de brûler la flotte des Alexandrins. L’incendie se communiqua aux bâtimens du port, et finit par atteindre l’édifice où les livres étaient déposés. Telle est du moins la relation que l’on trouve dans Plutarque4, qui le premier a parlé de la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, deux cents ans après l’entrée de César dans cette ville. On pourrait admettre quelques doutes sur l’exactitude de cette relation, car le vainqueur de Pompée, qui a laissé des détails sur ses dangers à Alexandrie et sur l’incendie de la flotte égyptienne, ne dit pas un mot de la destruction des édifices voisins du port, ni de celle de la bibliothèque. Le poète Lucain5, qui dans sa Pharsale6 raconte avec la pompe qui le caractérise, les dangers de César, et l’incendie de 1a flotte égyptienne, est aussi complètement muet sur la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, qui assurément pouvait être le sujet magnifique morceau de poésie.

  • 7 [Marc Antoine, (82/81 av. J.-C.-août 30 av. J.-C., Alexandrie), général romain sous Jules César, e (...)
  • 8 [Cléopâtre VII Théa Philopator (en grec : déesse qui aime son père) (69 av. J.-C.-30 août 30 av. J (...)
  • 9 . [Claudius, ou Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus, nom de naissance (jusqu’en 41 apr. J. (...)
  • 10 [Calife Omar de Damascus. Si l’on en croit la légende, les Musulmans envahirent l’Égypte au viie s (...)
  • 11 [Paul Orose (en latin Paulus Orosius) (né probablement à Braga en Espagne ; fl. 414-417), théologi (...)
  • 12 Un des scientifiques les plus renommés d’Allemagne [Johann Gottlieb Gerhard] Buhle [homme de lettr (...)

5Pour concilier ces preuves négatives avec le récit de Plutarque, on a supposé que la bibliothèque était distribuée dans deux édifices séparés, et qu’un seul de ces édifices avait été brûlé. À l’appui de cette supposition, on rapporte que quelques années après le désastre attesté par Plutarque, Antoine7, dans la vue d’y remédier, fit présent à Cléopâtre8 des livres rassemblés par les rois de Pergame. Claude9 aurait aussi enrichi cet établissement, et les sciences auraient brillé d’un nouvel éclat. Ce serait la bibliothèque, ainsi recomposée par les empereurs romains qui, selon les historiens, aurait été brûlée par Omar10 ; on donne même sur cet acte de vandalisme des détails qui, s’ils étaient seuls, pourraient faire croire à sa réalité : on dit, par exemple, que le nombre de livres dont se composait la bibliothèques était si considérable qu’il suffit à chauffer les bains de la ville pendant un mois entier. Mais ces détails, et l’incendie lui-même attribué à Omar, sont évidemment une fable, car long-temps avant Omar la bibliothèque d’Alexandrie n’existait plus. Orose11, qui vivait au ive siècle de notre ère, c’est-à-dire deux cents ans avant Omar, rapporte que lorsqu’il fut pour la visiter, il ne trouva plus que des armoires vides12.

  • 13 [Mithridate VI Eupator, dont le surnom était Mithridate le Grand (mort en 63 av. J.-C. à Panticapé (...)

6Parmi les hommes qui, au milieu des troubles politiques, contribuèrent le plus à retarder la décadence des sciences, nous citerons Attale III, roi de Pergame, qui s’adonna beaucoup à la botanique ; Mithridate Eupator13, roi de Pont, et Nicandre, médecin du dernier roi de Pergame.

  • 14 [Crateuas, ou Cratevas (fl. ier siècle av. J.-C.), pharmacologue, artiste, et médecin de Mithridat (...)
  • 15 [Eupatoire (Eupatorium), genre de plantes appartenant à la famille des Composées ou Astéracées et (...)

7Mithridate Eupator, outre qu’il connaissait vingt-deux langues étrangères, était fort savant en botanique ; ce fut en son honneur qu’on imagina de donner aux plantes des noms d’hommes. Le Rhizotome Cratéras14 lui dédia l’eupatorium et le mithridatea15. Le roi de Pont s’était particulièrement appliqué à l’étude des poisons et des antidotes à cette époque l’usage des poisons était si fréquent qu’on ne doit pas s’étonner que Mithridate se soit beaucoup occupé de ces substances. Il s’occupa aussi de pharmacie, ce qui était un autre moyen d’atteindre son but, et composa une drogue désignée par son nom, dans laquelle il entre plus de cinquante plantes.

8Pompée, qui s’empara des papiers de ce roi droguiste et botaniste, après sa défaite, a prétendu que dans ses recherches scientifiques il s’était permis des expériences criminelles, qu’il avait essayé ses poisons sur des hommes qui en étaient morts, et qu’il se livrait à la magie.

  • 16 [Nicandre (iie siècle av. J.-C.), était un grammairien, poète, et médecin grec, né à Claros près d (...)
  • 17 [Theriaca et Alexipharmaca de Nicandre, voir note 16 ci-dessus.]

9Nicandre, poète et médecin tout à la fois16, fit aussi des poisons l’objet de ses études, déterminé à cet égard, comme l’avait été Mithridate, par l’extrême dépravation des mœurs de son temps, qui portait à en faire fréquemment usage contre ses ennemis. Nicandre était de Colophon, et vivait environ cent ans avant l’ère chrétienne. Il a laissé deux poèmes, dont l’un, intitulé Theriaca, est relatif aux venins qui s’introduisent par l’extérieur ; et l’autre, intitulé Alexipharmaca, se rapporte aux poisons qui s’ingèrent dans l’estomac17.

  • 18 [Aspic, nom utilisé dans l’Antiquité pour désigner un serpent venimeux, probablement le cobra égyp (...)
  • 19 [L’Ichneumon est une espèce de mangouste, petit mammifère carnivore du genre Herpestes. Rapide et (...)

10Le Theriaca est le premier poème descriptif qui nous soit resté des anciens. L’auteur y traite des animaux dont la morsure est venimeuse ; il parle de douze espèces de serpents, et les caractérise assez pour qu’on puisse en reconnaître plusieurs, tel est, par exemple, l’aspic18 ; c’est le serpent que portaient les bateleurs de l’Égypte, celui qu’on adorait dans ce pays et dont les prêtres se ceignaient la tête, enfin c’est le serpent dont Cléopâtre se servit pour se donner la mort. Cet animal est encore remarquable par la faculté que possède son cou de se gonfler considérablement. Nicandre raconte ses combats avec l’ichneumon19.

  • 20 [Cerastes est le genre de serpent venimeux de la famille des vipères, Viperidae, qui se rencontre (...)

11On reconnaît aussi dans le Theriaca le céraste20, la vipère à deux petites cornes des anciens, qui habite les plaines de sable.

12Les dix autres espèces sont moins faciles à reconnaître.

  • 21 [Gekko, ou gecko désigne les lézards de la famille inoffensive mais bruyante des Gekkonidae, qui c (...)

13Après les serpens, Nicandre parle des geckos21, puis des araignées venimeuses, et enfin de neuf espèces de scorpions décrites assez bien pour que probablement elles pussent être reconnues, si on faisait des recherches sur les lieux ; ce qu’en dit Nicandre serait une fort bonne indication pour les voyageurs.

  • 22 [Le colchique, ou safran des prés, est un genre de plantes à fleurs de la famille des Liliacées qu (...)

14Dans l’Alexipharmaca Nicandre traite plus spécialement des plantes vénéneuses et des effets de leurs sucs dans l’estomac. On remarque dans cet ouvrage beaucoup de fables populaires ; mais on y voit aussi que la botanique avait fait quelques progrès. Des plantes dont Théophraste n’avait point parlé y sont désignées pour la première fois ; tels sont, par exemple, le colchique et l’aconit22. L’auteur dit que les rats lèchent les racines de cette dernière plante. Long-temps cette assertion avait été tenue pour fabuleuse ; mais depuis peu on en a reconnu l’exactitude.

15Les ouvrages de Nicandre et d’Agatarchides, dont nous avons parlé antérieurement, sont les dernières lueurs de la période grecque : ils sont écrits sans méthode et sans but scientifique.

16Les sciences reprirent plus tard un peu d’éclat, lorsque l’Égypte et le royaume de Pergame furent complètement soumis à la domination romaine. Ce sera donc désormais dans l’empire romain que nous examinerons le développement des sciences naturelles. Avant d’entrer dans cet examen nous allons considérer un instant ce peuple fameux, dont la puissance dominait déjà toute la partie civilisée de l’occident.

  • 23 [Cyrus II, aussi appelé Cyrus le Grand, fondateur de l’Empire Achéménide, naquit entre 590 et 580 (...)

17Rome fut fondée sept cent cinquante ans avant Jésus-Christ, c’est-à-dire plus de sept cents ans après que Danaüs et Cécrops eurent apporté d’Égypte en Grèce quelques lueurs de civilisation, trois siècles après que les Grecs eurent fondé leurs colonies de l’Asie mineure, cent ans après leur émigration vers l’Italie, et un siècle aussi après la fondation de Carthage. Ce fut quatre-vingts ans après la création de Rome que les relations de la Grèce et de l’Égypte furent rétablies, deux cents ans après cette même création que parut Cyrus, roi de Perse, et enfin deux cents ans plus tard que vécut Alexandre23.

  • 24 [Marcus Junius Brutus, également appelé Quintus Caepio Brutus (né en 85 av. J.-C.-mort en 42 près (...)
  • 25 [Les rois Tarquins, dont Tarquin l’Ancien, Lucius Tarquinius Priscus, nom d’origine Lucomo, (fl. À (...)

18D’abord soumise à des rois, Rome les chassa vers l’an 504 avant Jésus-Christ, et adopta le gouvernement républicain. Les Grecs, déjà fort civilisés, occupaient alors principalement le pays de Naples. Mais l’intérieur de l’Italie était habité par les aborigènes. La nouvelle république fondée par Brutus24 eut bientôt soumis ses voisins. Les Étrusques, les Latins, les Volsques, qui s’étaient armés contre elle pour soutenir les Tarquins25, furent successivement vaincus ; et lorsqu’Alexandre eut perdu la vie par suite de ses dérèglemens, presque toute l’Italie était subjuguée. Deux siècles plus tard, c’est-à-dire environ trente ans avant notre ère, Rome étendant de proche en proche ses conquêtes, était devenue maîtresse de tout le pourtour de la Méditerranée, et possédait de vastes territoires dans l’intérieur de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe.

19Nous allons rechercher quelles étaient les connaissances du peuple romain, avant toutes ces conquêtes sur le monde civilisé, et par quelle voix il avait pu les recevoir.

20Les Phéniciens, sans aucun doute, furent les premiers qui portèrent dans l’Occident quelques notions des sciences et du commerce. À une époque assez rapprochée de la guerre de Troie, ils fondèrent la ville d’Utique ; plus tard en 883, ils élevèrent Carthage ; et plus à l’ouest encore, mais de l’autre côté de la Méditerranée, ils établirent plusieurs centres de commerce sur la côte d’Espagne. Leurs sciences, leurs mœurs, leur religion se répandirent dans tous ces pays ; mais les Carthaginois paraissent avoir été plus particulièrement dépositaires de leurs connaissances et de leurs usages.

  • 26 [Hannon (fl. ve siècle av. J.-C.), explorateur carthaginois qui mena un voyage de colonisation sur (...)
  • 27 On n’est pas d’accord sur l’époque précise du voyage d’Hannon. Quelques auteurs lui donnent une da (...)
  • 28 [Aristote mentionne Le Périple d’Hannon dans son œuvre, Des Choses Merveilleuses, chapitre 37 (voi (...)
  • 29 [Pour une traduction en français du Périple d’Hannon, voir Chateaubriand (François-René de), uvres (...)
  • 30 [James Bruce (né le 14 décembre 1730 à Larbert, Stirling en Ecosse ; mort le 27 Avril 1794, Larber (...)

21Ce qu’on sait de ce dernier peuple nous le représente comme fort peu avancé dans les sciences spéculatives, livré à des superstitions barbares, et tout adonné aux connaissances pratiques et surtout au commerce. Nos sources de lumière à cet égard sont bien rares, car nous ne possédons qu’un seul ouvrage carthaginois, c’est le Périple d’Hannon26, qui fut fait au temps de Socrate un peu avant celui de Néarque27, et qu’on trouve cité dans Aristote28. La traduction grecque qui nous en est parvenue29 nous apprend que Hannon dépassa les colonnes d’Hercule, et que, naviguant vers le midi, il explora les côtes d’Afrique jusqu’à la Sénégambie. Plusieurs des récits que contient ce voyage semblent d’abord fabuleux ; mais il n’est pas impossible, suivant nous, d’en donner une explication satisfaisante. Ainsi Hannon dit avoir vu des fleuves de feu descendre des montagnes de l’Afrique. Probablement cette illusion fut produite par l’embrasement des ravins remplis d’herbes sèches, auxquelles, suivant Bruce30, les pâtres africains ont coutume de mettre le feu à l’époque des pluies, afin de procurer à leur bétail un pâturage plus tendre.

22Hannon dit aussi qu’il rencontra des hommes et des femmes dont le corps était couvert de poils, et que les matelots, ayant pris quelques-unes de ces dernières pour les emmener à Carthage, on les trouva intraitables : lorsqu’on voulait les caresser, elles pinçaient, elles égratignaient, mordaient, et finirent par mourir, faute de prendre des alimens : leurs peaux seules furent emportées à Carthage par les marins, et suspendues dans le temple de Junon. Il est très-probable que ces prétendus femmes et hommes velus n’étaient que de grands singes, tels qu’on en voit assez souvent sur les côtes d’Afrique.

  • 31 [Magon Barca ou Mago (mort c. 203 av. J.-C.), fut un général carthaginois d’importance majeure lor (...)
  • 32 [Scipion l’Africain le Jeune (185/184-129 av. J.-C., Rome), général romain connu pour ses exploits (...)
  • 33 [Lucius Junius Moderatus Columella, voir Leçon 12, note 46.]

23Un auteur carthaginois, autre que Hannon, est parvenu à notre connaissance d’une manière indirecte. À une époque qu’il n’est pas possible de déterminer avec exactitude, Magon31 écrivit vingt-huit livres sur l’agriculture. Après la destruction de Carthage, Scipion le jeune32 les emporta à Rome, où ils furent traduits en latin par ordre du sénat. On en fit plus tard une traduction grecque. Mais ces deux traductions ont été perdues, et nous n’en connaissons que quelques fragmens conservés par Columelle33.

24Les Romains ne purent donc recevoir que de faibles lumières scientifiques des Carthaginois. D’ailleurs les guerres acharnées que ces deux peuples se firent auraient bientôt détruit l’influence intellectuelle de l’un sur l’autre.

25Mais les Romains ont pu s’instruire par des communications avec les Étrusques, qui avaient un système religieux et philosophique très-remarquable, et chez qui les sciences et les arts avaient atteint un assez grand développement.

  • 34 [Lydie, ancienne région occidentale d’Asie Mineure, située au bord de la mer Égée à l’est jusqu’au (...)
  • 35 [L’origine des étrusques a été un sujet de débat depuis l’Antiquité. Hérodotus (voir Leçon 7) par (...)

26L’origine de ce dernier peuple n’est pas bien connue ; quelques auteurs pensent qu’il était sorti de la Lydie34 ; d’autres, qu’il était descendu des monts Thyrréniens, et que depuis son établissement il avait eu des relations avec les Grecs35. Mais ce qu’il y a de certain et de remarquable, c’est que son existence remonte à l’époque des grandes émigrations égyptiennes, dont nous avons parlé au commencement de cette histoire. D’abord il s’était étendu jusqu’aux Alpes ; mais attaqué par les Gaulois, il se replia vers la Toscane, arriva jusqu’au Tibre, et devenu ainsi proche voisin des Romains, il eut à soutenir contre eux de fréquentes guerres, qui amenèrent sa soumission vers l’an 282 avant Jésus-Christ.

  • 36 [Lars Porsenna (fl. à la fin du vie siècle av. J. C.), roi étrusque de Clusium (ancienne ville étr (...)
  • 37 [Volterra, ville et siège épiscopal, dans la province de Pise en Toscane, au centre de l’Italie, a (...)
  • 38 [Les égoûts de Tarquin ou Cloaca Maxima. Le terme Cloaque (égoût) est utilisé en général pour dési (...)

27Les monumens et les connaissances de ce peuple, célèbre pour son goût, présentent des rapports frappans avec ceux des Indiens, des Égyptiens et des Babyloniens. Comme les Égyptiens, les Étrusques étaient fort habiles dans l’art de creuser des canaux ; leurs monumens étaient aussi de forme pyramidale, ainsi que l’atteste le tombeau de Porsenna36, et on voit, par les restes de murs gigantesques conservés à Volterra37, qu’ils connaissaient parfaitement l’art de construire. Il paraît même que les étonnans travaux connus sous le nom de cloaques de Tarquin38 ont été bâtis par eux ; ce qui constitue un véritable progrès architectural, puisque les Égyptiens n’ont jamais su former de voûtes.

  • 39 [Augure, divination prophétique du futur par l’observation de phénomènes naturels, particulièremen (...)

28La religion, ou le système mythologique des Étrusques présente également de grandes ressemblances avec celui des Indiens et des Égyptiens. Les Étrusques étaient aussi, comme ces peuples, dominés par des castes qui possédaient seules le secret des sciences et des arts, et se le transmettaient d’une manière héréditaire. Ce fut des nobles Étrusques que les Romains reçurent la prétendue science des augures39.

29L’alphabet étrusque, comme tous les nôtres, dérivait de celui des Phéniciens ; mais ils ne le tenaient pas des Grecs, car ils s’en servaient en écrivant de droite à gauche, et supprimaient les voyelles brèves, remplacées depuis par des points, à la manière des Hébreux et des autres peuples orientaux. Cette différence prouve qu’ils avaient eu des relations directes avec l’Orient à des époques fort éloignées.

30Mais leurs plus beaux ouvrages sont postérieurs à leurs communications avec les Grecs, car leurs dessins représentent les emblèmes mythologiques de la Grèce.

31Si les Étrusques furent, comme il le paraît, les premiers instituteurs des Romains qui, à leur exemple, adoptèrent la division en patrons et en cliens, différente de celle des patriciens et des plébéiens, il est certain aussi qu’ils ne purent leur communiquer que de bien faibles notions d’histoire naturelle. Les connaissances ornithologiques étaient celles qu’ils devaient être le plus en état de leur transmettre, car l’usage de la divination au moyen du vol des oiseaux avait probablement conduit les prêtres à observer les mœurs de ces animaux. Pline rapporte plusieurs noms étrusques d’oiseaux, mais il éprouve de la difficulté à en faire l’application, ce qui prouve que de son temps les prêtres auguraux avaient perdu, comme partout ailleurs, l’intelligence des traditions religieuses.

  • 40 [Quintus Ennius, (né en 239 av. J.-C. à Rudiae, dans le sud de l’Italie ; mort en 169 av. J.-C.), (...)
  • 41 [La Calabre est une région du sud de l’Italie composée des provinces de Catanzaro, Cosenza, Croton (...)

32Les véritables instituteurs des Romains dans les sciences ont été les Grecs, mais ils ne les ont instruits que fort tard, et incomplètement, bien qu’ils fussent établis sept cents ans avant Jésus-Christ sur les côtes d’Italie, et qu’ils entretinssent des relations très-fréquentes avec la mère patrie, qui leur envoyait ses savans et qui recevait les siens. Cette lenteur de civilisation chez les Romains, qui d’ailleurs envoyaient des ambassadeurs aux Grecs, fut le résultat de leur politique, qui repoussait les arts et les sciences comme des choses capables d’amollir les hommes, et par conséquent de détruire les mœurs guerrières de la république. Pendant plusieurs siècles Rome n’eut aucun écrivain. Ce fut plus de cinq cents ans après sa fondation que parut le poète Ennius40, le premier qui mérite d’être cité ; encore n’était-il pas né à Rome ; il était originaire de la ville de Rudes, située dans la Calabre41, et se retira en Sardaigne. Ce poète a écrit des annales en vers héroïques et des tragédies.

  • 42 [Quintus Fabius Pictor (fl. c. 200 av. J.-C.), fut l’un des premiers historiens romain à écrire en (...)

33Fabius Pictor42, son contemporain, et à peu près du même âge que lui, est le premier écrivain en prose dont l’ouvrage ait été conservé.

34Cette rareté, et l’on pourrait dire cette absence d’annalistes chez les premiers Romains, est la cause de l’obscurité qui enveloppe le berceau de ce peuple, dont l’histoire n’est guère qu’une fable convenue.

  • 43 [Marcus Porcius Cato, de surnom Caton le Censeur, ou Caton le Vieux (né en 234 av. J.-C. à Tusculu (...)
  • 44 [Cicéron, en latin Marcus Tullius Cicero (né en 106 av. J.-C. à Arpinum, Latium, aujourd’hui Arpin (...)
  • 45 [Carnéade (214 ? – 129 ? av. J.-C.), philosophe grec qui dirigea la Nouvelle Académie à Athènes à (...)
  • 46 [Diogène de Babylone (natif de Séleucie en Mésopotamie ; fl. iie siècle av. J.-C.), philosophe gre (...)
  • 47 [Critolaos (fl. iie siècle av. J.-C.), philosophe grec, natif de Phasélis en Lycie et successeur d (...)

35Le premier écrivain de Rome qui ait écrit sur les sciences naturelles est Caton le censeur43. Il est aussi le premier dont on ait conservé un ouvrage complet ; et ce qui prouve le peu de valeur des écrits antérieurs, c’est que Cicéron44 le cite comme le plus ancien des ouvrages latins qui méritent d’être lus. Il écrivit sur l’agriculture, sur la religion, sur la morale et sur l’histoire. Dans une de ses expéditions, ayant séjourné chez un pythagoricien, il avait acquis quelque connaissance des lettres grecques ; mais ses idées politiques n’en furent nullement affectées, car de retour à Rome il donna une nouvelle preuve de son aversion pour la science. Un différend s’étant élevé entre Athènes et Sycione, ces deux villes convinrent de s’en rapporter à l’arbitrage des Romains, et leur envoyèrent, pour leur exposer l’affaire, trois philosophes distingués, Carnéades45, chef de la deuxième académie, Diogènes du Portique46, et Critolaüs47, chef du lycée. Pendant que leur affaire s’examinait, ces savans prononcèrent en public quelques discours, et donnèrent des leçons auxquelles toute la jeunesse de Rome se portait avec empressement. Caton fut tellement effrayé de cette innovation, qu’il obtint du sénat romain que le différend des Grecs serait promptement décidé, afin que leurs ambassadeurs n’eussent plus de prétexte pour rester dans la ville. Mais lorsque de nouvelles idées germent dans les intelligences, il n’est guère possible de les détruire ; aussi, malgré les empêchemens de Caton, les Romains se livrèrent-ils bientôt à l’étude des lettres grecques, et Caton lui-même, après avoir élevé de vaines digues contre le torrent, finit par s’y abandonner, et cultiva, comme on sait, beaucoup le grec dans sa vieillesse.

  • 48 [La seule œuvre de Caton qui nous soit parvenue s’intitule en fait De agri cultura (« De l’Agricul (...)

36L’ouvrage que nous possédons de lui a pour titre de Re rusticâ48. Il n’est pas très-volumineux et pourrait tout au plus former un de nos in-12. On n’y trouve pas exposé de système régulier d’agriculture ; il contient seulement une description de tout ce qui se rapporte à l’exploitation d’une propriété rurale. L’auteur y dit comment on doit choisir une ferme ; il donne des règles de conduite à l’égard de son régisseur, et à l’égard de ses esclaves. Les dernières sont d’une âpreté qui va jusqu’à l’atroce, car, non-seulement il veut qu’on enferme ses esclaves toutes les nuits, mais encore qu’on les enchaîne, pour peu qu’il y ait sujet de méfiance contre eux.

37Caton donne ensuite plusieurs détails d’économie domestique et des formules bizarres ou superstitieuses de médecine vétérinaire. Il désigne les maladies des animaux domestiques, et indique comme moyen de guérir les bœufs, des assemblages de mots qui ne sont ni grecs ni latins, et dont la répétition fréquente a, suivant lui, un pouvoir magique. Il décrit la manière de faire les jambons, les saucisses, etc.

38Tel est l’ouvrage d’un grand homme qui avait eu des relations assez longues avec un pythagoricien. Mais nous devons faire observer que les philosophes de cette école, surtout depuis son renouvellement, avaient eux-mêmes une tendance à admettre l’influence mystérieuse des mots presque aussi bien que celle des nombres.

  • 49 [Lucius Mummius (fl. moitié du iie siècle av. J.-C.), était un homme d’état et général romain qui (...)

39Quelques années après le départ de Rome des députés Carnéades, Diogènes, et Critolaüs, les Romains étendirent leurs conquêtes dans la Grèce. Mais ils étaient encore tout-à-fait ignorans dans les arts, car le général romain Mummius49, ayant fait porter à bord de ses vaisseaux des statues d’airain et des tableaux qu’il avait pris dans la ville de Corinthe pour servir à son triomphe, menaça très-sérieusement les propriétaires des navires, si quelques uns de ces objets étaient altérés ou perdus, de les obliger à en fournir de pareils, et de même poids, si c’étaient des statues de métal qui fussent détruites. Lorsque les Romains furent complètement et définitivement maîtres de la Grèce, cette ignorance grossière disparut bien vite : Athènes surtout contribua beaucoup à leur donner le goût et la connaissance des arts. La rapidité de leurs progrès à cet égard nous est attestée par la supériorité très-remarquable des ouvrages de Varron sur ceux de Caton.

  • 50 [Marcus Terentius Varron (né en 116 av. J.-C., probablement à Réate, en Italie ; mort en 27 av. J. (...)
  • 51 [Dédié à Cicéron, l’œuvre de Varron De lingua Latina présente un intérêt non seulement comme ouvra (...)

40Marcus Terentius Varron50 était né cent seize ans avant Jésus-Christ. Il avait étudié à Athènes avec Cicéron, son ami, et il lui dédia son Traité de la Langue Latine51. Comme Cicéron, il fut proscrit par Antoine ; mais plus heureux que son ami, il parvint à éviter la mort et vécut jusqu’à un âge très-avancé. On le considère comme le plus instruit des Romains : il était poète, savant, général et même médecin, car il passe pour avoir fait disparaître une épidémie très-violente qui ravageait son armée et l’île de Corcyre.

  • 52 [Varron écrivit environ 74 textes dans plus de 600 livres sur une grande variété de sujets : la ju (...)

41Il a composé, sous forme de dialogue, un ouvrage intitulé, comme celui de Caton, de Rerusticâ, qui est très-remarquable pour sa méthode et son élégance52.

42Le premier livre de cet ouvrage traite de l’agriculture en général, et de la nature des terres ; le second, des animaux domestiques, de leur produit et des maladies qui les affectent ; le troisième, des oiseaux de basse-cour.

43On voit par ce dernier livre que les paons étaient alors servis sur les tables des Romains. Ils avaient d’ailleurs tous nos autres oiseaux domestiques, et ils y avaient joint les grives, qui chez nous sont toutes à l’état sauvage.

44Parmi les quadrupèdes qu’ils élevaient dans des enclos étaient aussi des animaux que nos bois seuls nous fournissent maintenant : le cerf, le chevreuil, le sanglier, et trois espèces de lièvres, le commun, le lièvre d’Espagne ou lapin, et le lièvre variable des Alpes dont le poil est blanc durant l’hiver.

45Les Romains engraissaient encore pour leurs tables des loirs et même des limaçons qui parvenaient à un volume prodigieux.

46Enfin Varron rapporte que ses compatriotes élevaient dans des viviers différentes espèces de poissons, qui y avaient été rassemblées au moyen de dépenses énormes, et qu’il nous serait impossible de renouveler aujourd’hui.

47Ce luxe augmenta un peu les notions d’histoire naturelle.

  • 53 [De naturâ deorum (Sur la Nature des Dieux) 45 av. J.-C. (cf. les traductions suivantes : Cicéron (...)

48Cicéron, le contemporain et l’ami de Varron, aussi grand philosophe qu’admirable orateur, n’a guère traité dans ses ouvrages que les parties spéculatives de la philosophie. Toutefois on rencontre dans son traité de Naturâ deorum quelques passages qui ont trait aux sciences naturelles53. Dans son dialogue il a introduit un platonicien qui, pour établir l’existence d’une providence, allègue plusieurs faits d’histoire naturelle considérés sous le point de vue des causes finales.

49Dans la prochaine séance nous verrons encore quelques auteurs qui ont écrit sur les sciences naturelles, au temps de la république romaine, et ensuite nous passerons à ceux qui se sont occupés du même sujet sous les empereurs.

Notes

1 [Le néoplatonisme est la dernière école de philosophie grecque, fondée au iiie siècle apr. J.-C. par le grand génie philosophe et religieux de l’école, Plotin (né en 205 apr. J.-C., probablement à Lycopolis, en Égypte – mort en 270, en Campanie. Les anciens philosophes que l’on classifie en général de néoplatonistes s’appelaient eux-mêmes « Platonistes », tout comme les philosophes de la Renaissance et du xviie siècle dont les idées dérivaient de l’ancien Néoplatonisme.]

2 [Pompée le Grand, dont le nom complet en latin était Gnaeus Pompeius Magnus (né le 29 septembre 106 av. J.-C. à Rome ; mort le 28 septembre 48 av. J.-C. à Péluse près d’Alexandrie en Égypte), fut l’un des grands généraux et hommes d’état de la dernière période de l’empire romain ; il participa au premier triumvirat (61-54 av. J.-C.), et fut l’allié, et plus tard l’opposant, de Jules César. Ses troupes en Afrique lui donnèrent le surnom de Magnus (qui signifie Le Grand) (82-81 av. J.-C.)]

3 [Jules César, voir Leçon 11.]

4 [Plutarque, voir Leçon 14, note 9.]

5 [Lucain, en latin Marcus Annaeus Lucanus (né en 39 apr. J.-C. à Cordoue, en Espagne, mort en 65 à Rome), fut un poète romain et patriote républicain dont l’œuvre historique épique, Bellum civile, mieux connue sous le nom de Pharsale à cause de son récit réaliste de cette bataille, est exceptionnelle comme étant le seul poème épique latin où les dieux n’interviennent pas (Lucain, La guerre civile : La Pharsale [texte établi et traduit par Bourgery Abel], Paris : Les Belles Lettres, 1993-1997, 2 vol. ; voir note 6 ci-dessous).]

6 [Pharsale est le seul poème qui subsiste de Lucain. Ce récit retrace la guerre entre Jules César et Pompée jusqu’à l’arrivée de César en Égypte après la mort de Pompée, et s’arrête brutalement au milieu du livre X. Lucain ne fut pas un grand poète, mais il était un rhétoricien d’une grande perspicacité historique et politique, bien qu’il écrivit ce poème alors qu’il était encore un jeune homme.]

7 [Marc Antoine, (82/81 av. J.-C.-août 30 av. J.-C., Alexandrie), général romain sous Jules César, et triumvir après la mort de Jules César (43-30 av. J.-C.), qui avec Cléopâtre, reine d’Égypte, fut vaincu par Octave (le futur empereur Auguste) pendant la dernière des guerres civiles qui détruisirent la République Romaine. Marc Antoine fut l’un des alliés les plus éminents de Jules César. Après s’être distingué comme soldat, il devint le consul de César en 44 av. J.-C. Dans l’œuvre de Shakespeare, Jules César, Antoine déclame l’oraison funèbre à la mort de César. Grâce à son célèbre discours insidieux qui commence par « Amis, Romains, citoyens, écoutez-moi », Marc Antoine réussit à retourner le peuple romain contre Brutus et ses acolytes. Plus tard, avec l’aide d’Octave, il vainquit Brutus et Cassius à la bataille de Philippes en Macédoine.]

8 [Cléopâtre VII Théa Philopator (en grec : déesse qui aime son père) (69 av. J.-C.-30 août 30 av. J.-C., Alexandrie), reine égyptienne célèbre pour son rôle historique et pour l’aspect mélodramatique de sa vie, maîtresse de Jules César, et plus tard, épouse de Marc Antoine. Elle devint reine à la mort de son père (51 av. J.-C.) et gouverna successivement avec ses deux frères Ptolémée XIII (51-47) et Ptolémée XIV (47-44), ainsi qu’avec son fils Ptolémée XV César (44-30). Après la victoire romaine d’Octave (futur empereur Auguste) contre les forces unies d’Antoine et de Cléopâtre, tous deux se suicidèrent, et l’Égypte tomba sous la domination romaine. Son ambition autant que son charme influencèrent la politique romaine à un moment crucial, et elle devint l’emblème de la femme fatale romantique, comme aucune autre femme de l’antiquité ne sut le faire.]

9 . [Claudius, ou Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus, nom de naissance (jusqu’en 41 apr. J.-C.) Tiberius Claudius Nero Germanicus (né le 1er août 10 av. J.-C. à Lugdunum, Gaule – mort le 13 octobre 54 apr. J.-C.), empereur romain (41-54 apr. J.-C.) qui étendit le pouvoir romain sur l’Afrique du Nord et fit de l’Angleterre une province.]

10 [Calife Omar de Damascus. Si l’on en croit la légende, les Musulmans envahirent l’Égypte au viie siècle alors que leur fanatisme les emporta vers des conquêtes qui leur permirent de former un empire s’étalant de l’Espagne à l’Inde. L’Égypte ne se rebella que très peu, et le peuple préférait le mode de gouvernement du calife à celui des Byzantins qui les avaient envahis avant eux. Mais lorsqu’un chrétien appelé Jean informa le général arabe local de l’existence d’une grande bibliothèque à Alexandrie qui contenait tout le savoir du monde, ce général fut perturbé par la nouvelle. Il dépêcha l’information à Damascus où le calife Omar donna l’ordre de brûler tous les livres de la bibliothèque car, comme il l’expliqua, « soient ils contrediront le Coran, auquel cas ils sont un blasphème, soient ils seront en accord avec le Coran, auquel cas ils sont superflus. » C’est ainsi que tous les livres et les parchemins furent retirés de la bibliothèque et distribués aux nombreux bains de la ville pour y être utilisés comme combustible.]

11 [Paul Orose (en latin Paulus Orosius) (né probablement à Braga en Espagne ; fl. 414-417), théologien, fut le défenseur de la première église orthodoxe chrétienne et l’auteur de la première histoire universelle chrétienne : Historiarum adversus paganos libri VII (Histoires : contre les païens. Tome III, Livre VII [texte établi et traduit par Arnaud-Lindet Marie-Pierre], Paris : Les Belles Lettres, 1991, 217 p.) Ce livre raconte l’histoire universelle depuis sa création jusqu’à la fondation et l’histoire de Rome en 417 apr. J.-C. Dans ce livre, Orose décrit les catastrophes qui touchèrent l’humanité avant l’ère chrétienne, arguant que les calamités de la fin de l’Empire Romain n’étaient pas dues à la conversion chrétienne de Rome. Le livre d’Orose connut un grand succès pendant le Moyen Âge, mais seul le récit concernant la période post-378 apr. J.-C. présente un intérêt pour les hommes de lettres modernes.]

12 Un des scientifiques les plus renommés d’Allemagne [Johann Gottlieb Gerhard] Buhle [homme de lettres et philosophe allemand, né en 1763 à Brunswick, éduqué à Göttingen, mort en 1821], fut le premier à démentir avec succès la théorie communément établie concernant l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie [Buhle (Johann Gottlieb Gerhard), Geschichte der neueren Philosophie, Göttingen : J. G. Rosenbusch, 1800-1805, 6 vol.] [M. de St.-Agy.]

13 [Mithridate VI Eupator, dont le surnom était Mithridate le Grand (mort en 63 av. J.-C. à Panticapée, aujourd’hui en Ukraine), fut roi du Pont au nord de l’Anatolie entre 120 et 63 av. J.-C. Sous son règne, le Royaume du Pont annexa plusieurs de ses états voisins et représenta une brève menace à l’hégémonie romaine en Asie Mineure.]

14 [Crateuas, ou Cratevas (fl. ier siècle av. J.-C.), pharmacologue, artiste, et médecin de Mithridate VI, roi du Pont (120-63 av. J.-C.) Les dessins de Crateuas sont les plus anciennes illustrations botaniques connues à ce jour. Il fut le premier à illustrer les plantes dans ses travaux de pharmacologie. Il classifia également les plantes et expliqua leur utilisation médicale. Les illustrations qui subsistent aujourd’hui et portent son nom sont des copies, faites aux alentours de l’an 500. Il ne reste de ses textes que les citations faites par Pedanius Dioscorides, médecin grec (c. 40-90 apr. J.-C. ; voir Leçon 12, note 62 (voir Dioscorides, The Greek Herbal of Dioscorides [illustrated by a Byzantine, A. D. 512 ; englished by John Goodyer, A. D. 1655 ; edited and first printed, A. D. 1933, by Gunther Robert T. ; with three hundred and ninety-six illustrations], Oxford : Printed by J. Johnson for the author at the University Press, 1934, ix + 701 p.) La médecine et la pharmacologie bénéficièrent des travaux de Crateuas.]

15 [Eupatoire (Eupatorium), genre de plantes appartenant à la famille des Composées ou Astéracées et contenant environ 600 espèces, presque toutes américaines, que l’on trouve principalement en Amérique du Sud, dans les Antilles et au Mexique. Ce sont principalement des plantes herbacées vivaces, bien que quelques unes soient annuelles. Beaucoup de ces plantes que l’on trouve sous les tropiques sont de type buissonneux ou arbustif. Les plantes du genre Eupatorium portent en général de larges fleurons de couleur mauve, rose, bleue ou blanche. Mithradatea s’écrit correctement Mithridatea, ou Mithridate, ancien synonyme du genre Tambourissa (de la famille des Monimiacées). Cette plante se trouvant principalement sur l’Île de Madagascar, il est peu probable qu’elle ait été connue des hommes de l’Antiquité. Il se peut que Cuvier face ici référence au Mithridatium, synonyme de l’Erythronium (de la famille des Liliaceae), qui comprend une vingtaine d’espèces largement distribuées en Amérique du Nord et en Eurasie.]

16 [Nicandre (iie siècle av. J.-C.), était un grammairien, poète, et médecin grec, né à Claros près de Colophon, où sa famille possédait la prêtrise héréditaire d’Apollon. Il vécut au temps d’Attale III de Pergame. Il fut l’auteur de nombreuses œuvres, tant en prose qu’en vers, dont deux nous sont parvenus (Nicandre, Icandri Theriaca et Alexipharmaca [Ioannes Gorrhaeus latinis versibus reddidit ; italicis vero qui nunc primum in lucem prodeunt Ant. Mar. Salvinius. Accedunt variantes codicum lectiones, selectae adnotationes, et graeca eutecni Sophistae metaphrasis..., curante Ang. Mar. Bandinio], Florentiae : Ex Officina Moückiana, 1764, [8] + 376 p.) La première, Theriaca, est un long poème de 958 vers héxamètres sur la nature des animaux vénimeux et les blessures qu’ils infligent. La seconde, Alexipharmaca, est un poème de 630 vers héxamètres sur les poisons et leurs antidotes. Les faits que Nicandre relate dans ses poèmes suivent le travail d’Apollodore. Parmi ses œuvres qui furent perdues, il convient de mentionner : A etolica, une histoire en prose de l’Étolie ; Heteroeumena, une épopée mythologique utilisée par Ovide dans les Métamorphoses et personnifiée par Antoninus Liberalis ; Georgica et Melissourgica, dont de nombreux fragments furent conservés, et que Virgile imita (Nicandre, Poems and poetical fragments [édition en langue Anglaise traduite et annotée par Gow Andrew Sydenham Farrar et Scholfield Alwyn Faber], Cambridge : Cambridge University Press, 1953, xi + 247 p.) Les œuvres de Nicandre furent glorifiées par Cicéron, imitées par Ovide, et souvent citées par Pline et d’autres auteurs. Sa réputation ne semble pas être justifiée ; ses œuvres, selon Plutarque, n’ont rien de poétique si ce n’est le mètre, et le style est lourd et obscure ; cependant elles contiennent des informations intéressantes sur les anciennes croyances concernant les sujets traités.]

17 [Theriaca et Alexipharmaca de Nicandre, voir note 16 ci-dessus.]

18 [Aspic, nom utilisé dans l’Antiquité pour désigner un serpent venimeux, probablement le cobra égyptien, Naja haje. C’était le symbole de la royauté en Égypte, et sa morsure était utilisée comme moyen d’exécution des criminels à l’époque gréco-romaine. On dit de Cléopâtre qu’elle utilisa un aspic pour se donner la mort.]

19 [L’Ichneumon est une espèce de mangouste, petit mammifère carnivore du genre Herpestes. Rapide et agile, il est connu pour sa capacité à attaquer et tuer les serpents venimeux. Pour cela, il se jette à leur tête et leur brise le crâne avec une morsure puissance. Contrairement à la croyance populaire, l’ichneumon n’est pas protégé contre le venin et lorsqu’il est mordu, il ne part pas à la recherche de plantes pour se soigner.]

20 [Cerastes est le genre de serpent venimeux de la famille des vipères, Viperidae, qui se rencontre dans le désert. Il en existe deux espèces, la vipère à cornes (Cerastes cerastes), qui en général a une écaille en forme de petite corne au dessus de chaque œil, et la vipère des sables ou du Sahara (Cerastes vipera), qui n’a pas ces écailles particulières. Ces deux espèces sont petites (rarement plus longues que 60 cm, trapues, à la tête large, et on les trouve en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.]

21 [Gekko, ou gecko désigne les lézards de la famille inoffensive mais bruyante des Gekkonidae, qui contient environ 80 genres et 750 espèces. Les geckos sont de petits reptiles, en général nocturnes, à la peau douce, au corps petit et trapu, et à la tête assez grosse. Leurs pattes sont souvent dotées de doigts munis de ventouses. La plupart des espèces mesurent entre 3 et 15 centimètres de long, queue incluse (laquelle représente la moitié de la longueur totale). Les geckos se sont adaptés à un habitat diversifié, des déserts à la jungle. Beaucoup d’espèces fréquentent les habitations humaines, et la plupart se nourrissent d’insectes.]

22 [Le colchique, ou safran des prés, est un genre de plantes à fleurs de la famille des Liliacées qui comprend environ trente espèces de plantes herbacées natives d’Eurasie ; la racine gonflée du Colchicum autumnale contient de la colchicine, substance utilisée pour soulager la crise de goutte. L’aconit décrit les membres de deux genres de plantes herbacées de la famille des Renonculacées : l’Aconitum, plante toxique qui fleurit l’été (aussi appelée tue-loup) et l’Eranthis, plante ornementale fleurissant au printemps (l’aconit d’hiver).]

23 [Cyrus II, aussi appelé Cyrus le Grand, fondateur de l’Empire Achéménide, naquit entre 590 et 580 av. J.-C., soit à Média, ou plus probablement en Perse, aujourd’hui l’Iran ; il mourut vers 529, quelque part en Asie (pour les notes sur Cyrus I, qui vécut à la fin du viie siècle av. J.-C., voir Leçon 1, note 25 ; pour Cyrus le Jeune, né après 423 av. J.-C., mort en 401, voir Leçon 6, note 26). Alexandre le Grand naquit en 356 av. J.-C. ; il mourut en 323.]

24 [Marcus Junius Brutus, également appelé Quintus Caepio Brutus (né en 85 av. J.-C.-mort en 42 près de Philippes en Macédoine, aujourd’hui en Grèce) fut à la tête des conjurés qui, avec Gaius Cassius Longinus, assassinèrent le dictateur romain Jules César en mars 44 av. J.-C. Cinq mois après l’assassinat, Brutus et Cassius furent forcés par Marc Antoine à quitter Rome pour la Macédoine, où ils levèrent une armée contre lui. En février 43, le Sénat lui conféra la commande suprême en Asie Mineure. Brutus vainquit l’armée de César sous Octavien (qui devint plus tard l’empereur Auguste) dans le premier engagement de la Bataille de Philippes, mais son armée fut écrasée par Marc Antoine et Octavien dans un deuxième engagement qui eut lieu trois semaines plus tard (23 octobre 42). Reconnaissant que la cause de la république était perdue, il se suicida.]

25 [Les rois Tarquins, dont Tarquin l’Ancien, Lucius Tarquinius Priscus, nom d’origine Lucomo, (fl. À la fin du viie siècle et au début du vie siècle av. J.-C.) fut l’un des derniers roi de Rome, soit le cinquième. Certains hommes de lettres le considèrent comme une figure historique et on dit de lui qu’il régna de 616 à 578. Tarquin le Superbe, en latin Lucius Tarquinius Superbus (fl. deuxième moitié du vie siècle av. J.-C.) fils ou petit-fils de Tarquinius Priscus, fut le septième et dernier roi de Rome. Il régna de 534 à 509.]

26 [Hannon (fl. ve siècle av. J.-C.), explorateur carthaginois qui mena un voyage de colonisation sur la côte ouest africaine pendant le ve siècle av. J.-C. Avec une flotte de soixante navires et 30 000 hommes et femmes à bord, Hannon s’en fut fonder la cité de Thymatérion (aujourd’hui Kénitra au Maroc) et construisit un temple à Soloent (Cap Cantin, soit le Cap Beddouza actuel). Il fonda ensuite cinq autres colonies dans le Maroc d’aujourd’hui et ses alentours. Ces colonies incluent le Mur de Carien (en grec : Karikon Teichos) et Acra (Agadir). Il se peut que le Mur de Carien soit en fait la forteresse d’Essaouira sur la côte marocaine ; des vestiges d’occupation punique y ont été découverts. Plus au sud, il fonda le comptoir de commerce de Cerné, au bord du fleuve qui semble être le Río de Oro. On sait qu’il atteignit la côte de Gambie ou de Sierra Leone d’aujourd’hui, et il se peut qu’il soit allé jusqu’au Cameroun. Un récit de son voyage fut transcrit sur une stèle dans le temple de Baal à Carthage et subsiste dans un manuscrit grec du xe siècle apr. J.-C. connu sous le nom de Le Périple d’Hannon, probablement une ancienne traduction grecque à partir de la version punique (voir Hannon, Le périple d’Hannon [texte en Français avec la trad. anglaise par Ramin Jacques], Oxford : British Archeological Reports, 1976, 121 p.)]

27 On n’est pas d’accord sur l’époque précise du voyage d’Hannon. Quelques auteurs lui donnent une date beaucoup plus rapprochée de la naissance de J.-C. [M. de St.-Agy.]

28 [Aristote mentionne Le Périple d’Hannon dans son œuvre, Des Choses Merveilleuses, chapitre 37 (voir l’édition anglaise d’Aristote : The Complete Works of Aristotle [traduction d’Oxford ; revue et éditée par Barnes Jonathan], Princeton (New Jersey) : Princeton University Press, 1984, 2 vol.)]

29 [Pour une traduction en français du Périple d’Hannon, voir Chateaubriand (François-René de), uvres compleÌtes de M. le Vicomte de Chateaubriand, tomes 1-2 : Essai sur les révolutions, Paris : Ladvocat, 1826, chapitre 35.]

30 [James Bruce (né le 14 décembre 1730 à Larbert, Stirling en Ecosse ; mort le 27 Avril 1794, Larbert), fut un explorateur qui, lors de voyages audacieux en Éthiopie, atteignit la source du Nil Bleu (alors considéré comme la source principale du Nil). La crédibilité de ses observations (publiées dans Voyage aux sources du Nil, en Nubie et en Abyssynie : pendant les années 1768, 1769, 1770, 1771 & 1772 [traduit de l’anglais par Castera J. H.], Paris : Hotel de Thou, 1790-1792, 5 vol. + atlas) fut remise en cause par la Grande-Bretagne, principalement parce qu’il avait fait part de ses découvertes à la Cour de France avant d’en informer la Grande-Bretagne. Cependant, des rapports fournis par des voyageurs ultérieurs confirmèrent la véracité de ses observations.]

31 [Magon Barca ou Mago (mort c. 203 av. J.-C.), fut un général carthaginois d’importance majeure lors de la deuxième guerre Punique contre Rome (218-201 av. J.-C.). Il était le plus jeune des trois fils de l’homme d’état et général carthaginois, Hamilcar Barca. Lors de la seconde guerre punique, Magon accompagna son frère Hannibal dans la campagne d’Italie où il y occupa un poste de commandement important pendant les trois premières années de ce conflit. Après le triomphe carthaginois à la bataille de Canne (216), il fut envoyé en Espagne pour se battre auprès de son frère Hasdrubal. Magon fut vaincu à la bataille d’Ilipa (206) par le général romain Publius Cornelius Scipio (connu plus tard sous le nom de Scipion l’Africain). Il resta plusieurs mois à Gades (aujourd’hui Cadix) avant de poursuivre la guerre jusqu’à Liguria en Italie. En 203, il fut finalement battu en Gaule Cisalpine. Il mourut de ses blessures pendant son voyage de retour à Carthage.]

32 [Scipion l’Africain le Jeune (185/184-129 av. J.-C., Rome), général romain connu pour ses exploits lors de la troisième guerre Punique (143-149 av. J.-C.) et pour son envoûtement pour l’Espagne (134-133 B. C.). Il reçu le nom de « l’Africain » et un triomphe à Rome après sa destruction de Carthage (146 av. J.-C.)]

33 [Lucius Junius Moderatus Columella, voir Leçon 12, note 46.]

34 [Lydie, ancienne région occidentale d’Asie Mineure, située au bord de la mer Égée à l’est jusqu’aux vallées de l’Hermos et du Caÿstre. On dit des Lydiens qu’ils furent les inventeurs des pièces d’or et d’argent. Pendant leur brève période d’hégémonie sur l’Asie Mineure du milieu du viie au milieu du vie siècle av. J.-C., les Lydiens exercèrent une profonde influence sur la Grèce Ionienne de l’ouest.]

35 [L’origine des étrusques a été un sujet de débat depuis l’Antiquité. Hérodotus (voir Leçon 7) par exemple, maintenait que les Étrusques descendaient d’un peuple d’Anatolie qui envahit l’étrurie avant 800 av. J.-C. et s’y établit, s’imposant sur les autochtones de la région pendant l’âge de Fer. Denys d’Halicarnasse (fl. c. 20 av. J.-C. ; historien grec et professeur de rhétorique dont l’Histoire de Rome, de ses origines à la première guerre Punique, écrit d’un point de vue pro-romain mais basé sur des recherches approfondies, est la source la plus précieuse d’information concernant les origines de l’histoire de Rome ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines [texte établi et traduit par Fromentin Valérie], Paris : Les Belles Lettres, 1998, XCIX + [1] + 291 + [9] p.) quant à lui, pensait que les étrusques étaient d’origine locale italienne. Ces deux théories, ainsi qu’une troisième théorie émanant du xixe siècle, se sont avérées problématiques et la discussion des chercheurs se centre sur la formation du peuple étrusque, plutôt que sur sa provenance.]

36 [Lars Porsenna (fl. à la fin du vie siècle av. J. C.), roi étrusque de Clusium (ancienne ville étrusque située sur la ville moderne de Chiusi, en Toscanie, au centre-nord de l’Italie). Selon la tradition, il aurait battu les romains, saisi la ville, et renvoyé son dernier roi (le tyran Tarquin le Superbe qui régna de 534 to 509 ; voir note 25 ci-dessus), mais avant que Porsenna puisse s’établir comme monarque, il fut forcé de se retirer, laissant Rome sans roi.]

37 [Volterra, ville et siège épiscopal, dans la province de Pise en Toscane, au centre de l’Italie, au nord-ouest de Sienne. Appelée dans l’Antiquité Velhathri, Volterra était l’une des douze citées de la confédération étrusque. La ville soutint Rome lors de la seconde guerre punique en 205 av. J.-C., obtint la citoyenneté romaine après la guerre civile entre Gaius Marius et Sylla (81-80 av. J.-C.) et pris le nom de Volaterrae. Elle devint une commune libre au xiie siècle et tomba sous la domination de la famille des Medici à Florence en 1361.]

38 [Les égoûts de Tarquin ou Cloaca Maxima. Le terme Cloaque (égoût) est utilisé en général pour désigner les longues voûtes souterraines, construites en pierres ou en briques pour évacuer les eaux sales de Rome et les eaux de pluie apportées à la ville par les aqueducs, et les déverser dans le Tibre. Le terme décrit également toute canalisation d’évacuation, qu’il s’agisse de conduite en bois ou de tube en argile, que l’on trouvait dans presque chaque maison de la ville afin d’évacuer les eaux sales vers la canalisation principale. La cité entière était ainsi entrecoupée de passages souterrains. La plus célèbre de ces canalisations fut la cloaca maxima, dont la construction est attribuée à Tarquin l’Ancien, et qui fut construite afin d’évacuer l’eau provenant des collines adjacentes du Vélabre et de la vallée du Forum.] [Tarquin l’Ancien (en latin Lucius Priscus Tarquinius), fut le cinquième roi de Rome qui, selon la légende, succéda à Ancus Marcius en 616 et mourut en 578 av. J.-C. Il était le grand-père de Tarquin le Superbe. Tarquin avait épousé une des filles de Servius Tullius, mais sa sœur, dont l’ambition était à l’égal de la sienne, réussit par une série de crimes épouvantables à faire de lui son mari, et le convainquit d’assassiner son père afin d’obtenir le trône en 534 av. J.-C. Tarquin régna en tyran, et ce fut le viol de Lucrèce par son fils Sextus qui finalement le mena à sa chute et qui mis fin à la monarchie de Rome. L’expulsion des Tarquins est traditionellement datée de 510 av. J.-C.]

39 [Augure, divination prophétique du futur par l’observation de phénomènes naturels, particulièrement le comportement des oiseaux et des animaux, et l’observation de leurs viscères et autres parties corporelles, ainsi que par l’examen approfondi d’objets et de conjonctures. Le terme vient du nom « augurs » attribué aux ministres dont la fonction officielle n’était pas de prédire le futur mais de découvrir si les dieux approuvaient les plans d’action proposés, particulièrement en matière politique ou militaire. Deux genres de signes divinatoires, ou présages, étaient reconnus : le plus important était celui auquel on prêtait attention délibérément, comme les éclairs, le tonnerre, le vol et le cri des oiseaux, ou le picorage des poules sacrées ; de moindre importance était ce qui pouvait se produire de façon occasionnelle, tel que l’apparition inattendue d’animaux sacrés des dieux – l’ours (Artémis), le loup (Apollo), l’aigle (Zeus), le serpent (Asclépius), et le hibou (Minerve) – ou autres signes plus triviaux comme renverser du sel accidentellement, éternuer ; trébucher, ou le bruit de craquement d’un meuble.]

40 [Quintus Ennius, (né en 239 av. J.-C. à Rudiae, dans le sud de l’Italie ; mort en 169 av. J.-C.), poète épique, dramaturge et satiriste, il fut le plus influent des premiers poètes latins, appelé à juste raison le fondateur de la littérature latine. Son épopée intitulée Les Annales de la République Romaine, raconte l’histoire de Rome depuis l’errance d’Ennius jusqu’à l’époque de l’auteur (voir Ennius (Quintus), The Annals of Quintus Ennius [édition en langue Anglaise de Skutsch Otto avec introduction et commentaires], Oxford (Oxfordshire) : Clarendon Press ; New York : Oxford University Press, 1985, xviii + 848 p.) Ce fut l’épopée nationale jusqu’à ce qu’elle soit éclipsée par l’Enéide de Virgile (pour une édition récente cf. L’Énéide [éd. revue ; traduction de Rat Maurice ; présentation, notes, chronologie, lexique et dossier par Garcia Christine], Paris : Flammarion, 2008, 178 p.)]

41 [La Calabre est une région du sud de l’Italie composée des provinces de Catanzaro, Cosenza, Crotone, Reggio de Calabre, and Vibo Valentia. Située à la pointe de la botte de l’Italie, la Calabre est une péninsule de forme irrégulière, faisant saillie vers le nord-est et le sud-ouest et séparant les mers Tyrrhénienne et Ionienne]

42 [Quintus Fabius Pictor (fl. c. 200 av. J.-C.), fut l’un des premiers historiens romain à écrire en prose. Membre du Sénat, il combattit les Carthaginois lors de la deuxième guerre punique (218-201) et fut envoyé en mission à l’Oracle de Delphes après la défaite désastreuse de Cannes (216). Son œuvre, l’Histoire de Rome, aujourd’hui perdue, était un récit du développement de Rome depuis ses origines. Fabius l’écrivit en grec, en partie parce qu’il cherchait à justifier la politique romaine aux grecs. Les historiens Polybe, Dionysius et Livy qui lui succédèrent utilisèrent son texte comme source primaire. Des fragments de l’Histoire apparaissent dans l’œuvre de Jacoby (Felix), Fragmente der griechischen Historiker, Leiden ; New York : Brill, 1993, 3 vol.]

43 [Marcus Porcius Cato, de surnom Caton le Censeur, ou Caton le Vieux (né en 234 av. J.-C. à Tusculum, Latium ; mort en 149), homme d’état romain et orateur, il fut le premier auteur latin à écrire en prose (voir note 48, ci-dessous). Il était connu pour ses opinions conservatrices et anti-hellénistes, en opposition aux idéaux philhelléniques de la famille Scipion.]

44 [Cicéron, en latin Marcus Tullius Cicero (né en 106 av. J.-C. à Arpinum, Latium, aujourd’hui Arpino en Italie ; mort le 7 décembre 43 av. J.-C. à Formia, Latium), fut un homme d’état romain, juriste, érudit et écrivain qui essaya vainement de soutenir les principes républicains lors des dernières guerres civiles qui détruisirent la République de Rome. Il écrivit des livres de rhétorique, d’oraisons, de traités philosophiques et politiques, et des lettres (Cicéron (Marcus Tullius), uvres compleÌtes de Cicéron [avec la trad. en Français ; publié sous la direction de Nisard Désiré], Paris : Firmin-Didot, 1881-1882, 6 vol.) Il est reconnu aujourd’hui comme le plus grand orateur romain et le créateur de ce qui vint à être connu comme la rhétorique cicéronienne.]

45 [Carnéade (214 ? – 129 ? av. J.-C.), philosophe grec qui dirigea la Nouvelle Académie à Athènes à l’époque où le scepticisme antidogmatique était à son apogée.]

46 [Diogène de Babylone (natif de Séleucie en Mésopotamie ; fl. iie siècle av. J.-C.), philosophe grec de l’école stoïcienne connu principalement pour sa visite à Rome en 156-155 av. J.-C., pendant laquelle il suscita l’intérêt des Romains pour la philosophie stoïcienne. Diogène étudia à Athènes sous Chrysippe, a qui l’on doit l’organisation des idées de la philosophie stoïcienne, et succéda à Zénon de Tarse comme recteur de l’école stoïcienne de Tarse. Panétius, qui fonda le stoïcisme romain, fut l’un de ses élèves.]

47 [Critolaos (fl. iie siècle av. J.-C.), philosophe grec, natif de Phasélis en Lycie et successeur d’Ariston de Ceos comme recteur de l’école de philosophie péripatétique (disciples d’Aristote). À ce poste, il essaya de rediriger les activités de l’école vers des études scientifiques et philosophiques, et de s’éloigner des préoccupations mondaines de ses prédécesseurs. Bien que son enseignement ait été principalement basé sur la philosophie péripatétique, il fut également influencé par l’école stoïcienne. Ainsi sa définition du bien considérait le plaisir comme un mal. Selon sa théorie, les biens de l’esprit étaient, sans aucune exception, plus importants que les biens du corps. Ses écrits ne nous restent que sous forme de fragments.]

48 [La seule œuvre de Caton qui nous soit parvenue s’intitule en fait De agri cultura (« De l’Agriculture »), traité sur l’agriculture écrit aux alentours de 160 av. J.-C. De agri cultura est l’œuvre latine en prose complète la plus ancienne qui nous soit parvenue (Caton, De l’agriculture [éd. par Goujard Raoul], Paris : Les Belles Lettres, 2002, LVI + 342 p.) C’est un manuel pratique traitant de la culture des vignes et des olives, ainsi que du pâturage des animaux. Il contient aussi de nombreux détails sur les anciennes coutumes et superstitions de l’époque. Plus important encore, cet ouvrage est une source d’information incomparable sur la transition entre les petites propriétés et les exploitations agricoles de type capitaliste dans les régions du Latium et de Campanie.]

49 [Lucius Mummius (fl. moitié du iie siècle av. J.-C.), était un homme d’état et général romain qui écrasa la rébellion de la Ligue achéenne contre la domination romaine en Grèce. En 153, alors prêteur, Mummius évinça la rébellion lusitanienne dans le sud-ouest de l’Espagne. L’année suivante, il célébra un triomphe à Rome. Consul en 146, il fut nommé commandeur de la guerre contre la Ligue achéenne. Il vainquit les forces grecques à Leucopètre dans l’isthme de Corinthe, et captura et détruisit Corinthe. Le Sénat romain dissout alors la Ligue achéenne. On peut reconnaitre l’indifférence de Mummius pour les œuvres d’art et leur valeur dans sa remarque bien connue qu’il fit à ceux chargés du transport des trésors de Corinthe vers Rome, « S’ils les perdent ou les abîment, ils devront les remplacer. »]

50 [Marcus Terentius Varron (né en 116 av. J.-C., probablement à Réate, en Italie ; mort en 27 av. J.-C.), fut le plus grand érudit romain, auteur prolifique et satiriste de renom, connu pour son œuvre Saturae Menippeae (« Les Satires de Ménippe ») (cf. Varron (Marcus Terentius), M. Terentii Varronis Saturarum Menippearum Fragmenta / edidit Raymond Astbury, Leipzig : B. G. Teubner, 1985, XLII + 154 p.) Inspiré par son profond patriotisme, il souhaitait que son œuvre, de par ses qualités morales et éducatives, serve la grandeur de Rome. Cherchant à lier le futur de Rome à son passé glorieux, ses œuvres exercèrent une forte influence avant et après la fondation de l’Empire Romain (27 av. J.-C.)]

51 [Dédié à Cicéron, l’œuvre de Varron De lingua Latina présente un intérêt non seulement comme ouvrage linguistique, mais également comme source d’information sur une grande variété de sujets (Varron (Marcus Terentius), La Langue latine. T. II : livre VI [trad. de Flobert P.], Paris : Les Belles Lettres, 1985, XLI + 228 p.) Des 25 livres d’origine, seuls nous sont parvenus les livres 5 à 10, cependant incomplets, ainsi que quelques fragments épars des autres livres.]

52 [Varron écrivit environ 74 textes dans plus de 600 livres sur une grande variété de sujets : la jurisprudence, l’astronomie, la géographie, l’éducation, l’histoire de la littérature, ainsi que des satires, poèmes, oraisons et lettres. La seule œuvre complète qui nous est parvenue est De re rustica (« De l’Agriculture »), un ouvrage en trois parties d’instruction pratique sur l’agriculture et sur l’élevage des animaux, qu’il écrivit pour promouvoir l’amour de la vie rurale (dans sa dernière traduction, voir Varron (Marcus Terentius), Économie rurale [texte établi, traduit et commenté par Heurgon Jacques & Guiraud Charles], Paris : Les Belles Lettres, 1978-1997, 3 vol.)]

53 [De naturâ deorum (Sur la Nature des Dieux) 45 av. J.-C. (cf. les traductions suivantes : Cicéron (Marcus Tullius), La nature des dieux [introduction, traduction et notes par Auvray-Assaya Clara], Paris : Les Belles Lettres, 2009, XXIV + 262 p. ; uvres compleÌtes de Cicéron [avec la trad. en français ; publié sous la direction de Nisard Désiré], Paris : Firmin-Didot, 1881-1882, 6 vol.)]

Table des illustrations

Titre LA FONDATION LÉGENDAIRE DE ROME. Représentation de Romulus et Rémus de 1652 par Wenceslas Hollar, d’après l’œuvre de Giulio Romano. Format original : 12 x 16 cm.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540