Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Aristotle and his disciples / Aristote et ses disciples

8. Aristote et l’Histoire des animaux, suite

Testo integrale

MÉTAMORPHOSE. Les phases de la vie d’un papillon : mâle et femelle présentés sur leur plante hôte. Détail d’une gravure extraite de Merian (Maria Sibylla), Metamorphosis Insectorum Surinamensium, Leiden : Gerald Valck, 1714, pl. 11.

  • 1 [L’anatomie comparée est l’étude comparative de la structure morphologique de différentes espèces a (...)

1Nous avons parlé d’une manière générale de l’Histoire des animaux d’Aristote, qui fut jusqu’au xviie siècle le seul traité d’anatomie comparée1. Nous allons maintenant faire connaître ce que chacune des parties de cet admirable ouvrage contient de plus remarquable, et l’étonnante perfection à laquelle Aristote a porté plusieurs branches de la science zoologique.

  • 2 Cette vérification a été faite, il y a trois ans, by Monsieur [Étienne] Geoffroy-Saint-Hilaire [« O (...)

2Dans le Traité des sensations, il désigne les animaux qui ont le plus d’organes des sens, et ceux qui manquent de quelques-uns de ces organes. Parmi les animaux qui ont des yeux il place la taupe, que de son temps on croyait en être privée. Il décrit cet œil rudimentaire avec exactitude, indique le nerf qui s’y rend, et dans sa description on reconnaît clairement le nerf de la cinquième paire. Jusqu’à nos jours on avait douté, malgré l’assertion d’Aristote, que la taupe eût des yeux. Mais tout récemment son observation a été complètement vérifiée2.

3Aristote a également très-bien connu les organes des sens des poissons. À propos du goût, il décrit le palais charnu de la carpe. Il fait ensuite observer que les poissons ne sont pas sourds, comme le croyaient ses contemporains, qu’ils ont un organe de l’ouïe, et qu’ils se laissent appeler. Il avait reconnu aussi que les insectes jouissent de la faculté d’entendre, et qu’ils ont même le sens de l’odorat, puisqu’ils sont éloignés par certaines odeurs, et que d’autres les attirent.

4Dans le Traité de la voix, Aristote distingue fort bien la voix réelle, qui est produite par l’expulsion de l’air répandu dans les poumons, du bruit imitant la voix, que font entendre certains animaux. Il décrit à cette occasion, avec beaucoup d’exactitude, l’appareil musical des sauterelles et des cigales, qui n’agit que par percussion et par frottement. Il parle de la voix du perroquet, et de la disposition de la langue des grenouilles, qui, au lieu d’être, comme dans la plupart des animaux, fixe en arrière et libre à l’extrémité antérieure, a sa base attachée en avant et la pointe libre dirigée vers le gosier.

5Le Traité de la veille et du sommeil présente des notions fort intéressantes sur l’hivernation de plusieurs animaux, et sur le sommeil des poissons. Il nous serait très-difficile de porter un jugement sur ce dernier point, attendu que nous sommes fort éloignés de posséder les moyens d’observation qu’Aristote a sans doute eus à sa disposition. Il était, comme nous l’avons déjà fait observer, dans des circonstances naturelles, singulièrement favorables.

  • 3 [Les premiers microscopes rudimentaires utilisaient des gouttes d’eau déposées dans un petit trou, (...)

6Le Traité de la génération renferme des détails étonnans par leur exactitude et leur étendue. On y trouve mentionnées les membranes dans lesquelles plusieurs mollusques enveloppent leurs œufs, et décrites particulièrement celles de la sèche et du poulpe. Aristote explique les métamorphoses des insectes, qui consistent à passer par l’état de larve et de chrysalide pour arriver à leur forme définitive. Il connaît les métamorphoses incomplètes, dans lesquelles la larve, qui ne diffère de l’insecte que par les ailes, acquiert cet appareil de locomotion, et ne subit ainsi qu’une seule métamorphose. Il parle d’insectes qui se développent dans la neige. Mais il admet le système de la génération spontanée, soutenu encore aujourd’hui par quelques naturalistes retardataires. Il pense que lorsque les élémens constitutifs se rencontrent dans les proportions et dans les circonstances nécessaires, il en résulte des êtres vivans. Au temps d’Aristote, cette erreur était presque inévitable ; car nous n’avons été détrompés à cet égard que par le microscope qui n’a été inventé que dans des temps fort postérieurs, comme nous aurons occasion de le voir3.

  • 4 [Le frigane est une variété de mouche caddis, trichoptère de la famille des phryganidés, dont les l (...)
  • 5 [Non nati, littéralement « non né ».]
  • 6 [Le poisson auquel Cuvier fait allusion se nomme Aphia minuta, communément appelé gobie transparent (...)
  • 7 [Pour expliquer l’absence d’anguilles d’eau fraîche (du genre Anguilla) en état de reproduction, Ar (...)

7L’histoire de l’économie des abeilles, qui est si intéressante et si compliquée, n’était point inconnue à Aristote. Il fait remarquer que celle des mouches qu’on appelle le roi, pourrait bien être une femelle, ou la reine, comme le prétendaient de son temps quelques personnes. Il avait fort bien observé que la cellule de la reine était plus grande que les autres, que cet être privilégié prenait une nourriture plus succulente et plus abondante. Cette connaissance témoigne d’un examen singulièrement attentif de toutes les constructions des abeilles ; elle est d’autant plus étonnante, qu’au temps d’Aristote le verre était trop peu en usage pour qu’il ait pu le faire servir à recouvrir des ruches, procédé au moyen duquel on facilite beaucoup un examen de la nature de celui qu’il fit. Il traite aussi de l’économie des guêpes, des frêlons, des abeilles maçonnes et des bourdons. Il décrit l’étui singulier dans lequel s’enveloppe la larve de frigane4, et mentionne les araignées qui portent sous le ventre un paquet contenant leurs œufs. Au sujet d’animaux supérieurs aux insectes, il établit une distinction fort juste entre les œufs à enveloppe dure, comme ceux des crocodiles et des tortues, et ceux à enveloppe flexible, comme les œufs des serpens. Il remarque que bien que ces derniers animaux mettent au monde des petits vivans, ils ont pourtant des œufs ; mais que ces œufs, au lieu d’éclore extérieurement, s’ouvrent dans l’intérieur des serpens. Les phases de l’évolution du poulet pendant l’incubation étaient parfaitement connues d’Aristote ; il les décrit jour par jour. Il nomme le cœur comme le premier point qui apparaisse, puis les veines, qui vont s’étendant vers les parties supérieures et inférieures de l’animal, enfin la vésicule allantoide, qui bientôt enveloppe tout le fœtus. Il ne faut pas oublier que ces observations ont été faites à l’œil nud, et que les légères erreurs qu’on y pourrait noter, proviennent de ce qu’Aristote n’avait pas comme nous l’avons maintenant, le puissant secours des verres amplifians. Aristote remarque, au sujet des œufs des poissons, qu’ils n’ont pas de membrane allantoïde, ainsi que ceux de tous les animaux dont la respiration s’effectue par des branchies. Du reste, il admet pour les poissons, de même qu’il l’avait admis pour les insectes, l’opinion de la génération spontanée, et il l’appuie sur des faits expliqués différemment aujourd’hui. Il cite, par exemple, cette multitude de petits poissons qu’on voit apparaître subitement sur certains rivages, et qui semblent être nés dans la vase sous les seules influences de la chaleur et de l’humidité. Les Grecs donnaient à ces poissons le nom d’aphia qui exprime l’idée qu’ils avaient de leur mode de formation. En France, sur les côtes de Provence, le phénomène mentionné par Aristote se reproduit souvent, et les habitants désignent par un nom analogue à celui des Grecs, les petits poissons qui ont apparu subitement ; ce nom est nonnats, formé du latin non nati5. Maintenant nous savons que ces générations presque instantanées sont dues au frai de certains poissons, déposé antérieurement sur la vase, et que des circonstances atmosphériques favorables ont fait éclore simultanément6. Ce qu’Aristote rapporte des anguilles n’est certainement pas exact ; mais nous-mêmes, malgré les recherches de Spallanzani, nous avons beaucoup à apprendre sur la reproduction de cet animal7.

  • 8 [Aristote connaissait et nomma pas moins de 117 espèces de poissons, mais « ce que l’on doit le plu (...)

8Aristote expose les changemens qui résultent de l’âge chez les animaux et chez l’homme, et à cette occasion il donne aux mères d’excellens conseils. Il s’occupe ensuite des mœurs des animaux, de leurs manières de vivre, de leurs instincts, fait ressortir l’influence de leur genre de vie, celle des circonstances extérieures, du climat, des saisons, du milieu dans lequel existent les différentes espèces, et désigne les alimens qui conviennent à chacune d’elles. Ce qu’il rapporte des poissons est surtout fort intéressant, et pourrait nous être d’une grande utilité, si sa nomenclature nous était mieux connue8.

  • 9 [Que veut dire Cuvier ici (ou son éditeur M. de St.-Agy) ? La mer Noire et le Pont-Euxin sont une s (...)
  • 10 [Propontis est l’ancien nom de la mer de Marmara qui partage en partie les zones européenne et asia (...)
  • 11 [Boback ou rat Pontus ; le mus Ponticus mentionné par Pline pour désigner un animal à fourrure sera (...)

9À propos des saisons, il traite de leur influence sur les migrations des oiseaux, parle de ceux de ces animaux qui voyagent, de l’époque à laquelle ils partent, et de l’ordre qu’ils observent dans leur vol. Il s’occupe aussi des migrations des poissons, de celles du maquereau, du thon, de la sardine. Il rapporte qu’il sort de la mer Noire des légions de poissons qui entrent dans le Pont-Euxin9. Il indique leur route à travers la Propontide10 et jusqu’à l’Archipel. Il paraît qu’il les avait observées sur les côtes de la Thrace, et principalement à Byzance. Il fait remarquer que le même poisson reçoit à diverses époques, et selon son degré de développement, des noms différens, que par exemple, celui que l’on nomme cordyle dans le Pont-Euxin, reçoit au printemps le nom de pelamide, et enfin celui de thon lorsqu’il est arrivé dans l’Archipel. À cette occasion il parle des poissons qui ne se montrent point pendant l’hiver, et aussi d’autres animaux, comme, par exemple, le boback ou rat du Pont, qui apparaissent à certaines époques de l’année11.

  • 12 [Poisson pêcheur, qui désigne environ 323 espèces vivantes de poissons marins de l’ordre des Lophii (...)

10Aristote connaît jusqu’aux maladies des poissons, et à cet égard ses connaissances sont de beaucoup plus étendues que les nôtres12.

  • 13 [Torpedo, également appelée raie électrique, ou torpille, décrit toutes les raies des familles Torp (...)
  • 14 [Coucou désigne les nombreux oiseaux de la famille des Cuculidae (de l’ordre des Cuculiformes). Le (...)

11Dans la description des divers genres d’industrie des animaux, il indique la ruse employée par la baudroie pour attirer les petits poissons nécessaires à son existence ; il dit qu’à cet effet elle déploie ses longues tentacules de manière à figurer des vers. Il indique aussi la ruse de la sèche, qui, pour se soustraire aux poursuites d’un ennemi, répand autour d’elle une liqueur noire, qui la fait perdre de vue. Il mentionne encore les commotions violentes que produit la torpille lorsqu’on veut la saisir13. Arrivé aux insectes, il s’arrête sur quelques-uns et particulièrement sur les araignées, qui fabriquent et tendent avec beaucoup d’habileté des toiles propres à enlacer les mouches, dont elles aiment à sucer le sang. Les oiseaux sont ensuite le sujet de son examen. Il expose les différentes manières dont ces êtres font leur nid, désigne les espèces qui n’en font point, et donne l’histoire du coucou qui va pondre dans un nid étranger14.

12Aristote enfin considère les animaux sous le rapport de leur docilité, de leur plus ou moins de susceptibilité d’être apprivoisés. Il entre, à cet égard, dans beaucoup de détails sur le lion, le chameau, et même sur les dauphins.

13Vous voyez, messieurs, par cet exposé, quelle est la richesse et l’abondance des matières traitées dans l’Histoire des animaux. C’est assurément un des plus admirables ouvrages que l’antiquité nous ait laissés, et un des plus grands monumens que le génie de l’homme ait élevés aux sciences naturelles. Toutefois il présente un défaut qui en diminue beaucoup l’utilité pour nous. Comme tous les naturalistes anciens, Aristote semble avoir cru que les noms, par lesquels on désignait de son temps les animaux, ne changeraient jamais, et il se borne presque toujours à nommer les espèces, sans en faire la description. Il en résulte qu’il est extrêmement difficile, dans beaucoup de cas, de reconnaître les animaux qu’Aristote dénomme. Il n’a guère donné de description proprement dite que pour le chameau, l’éléphant, le crocodile et le caméléon. Quelques autres animaux sont à la vérité désignés par des traits caractéristiques et peuvent être reconnus, mais le plus ordinairement on n’a pour indications que quelques circonstances de la vie de l’animal, ou les propriétés qui lui sont attribuées ; pour le reconnaître il faut rapprocher les divers passages où il est mentionné, les comparer entre eux et avec ceux que renferment les auteurs contemporains ; on est même obligé de les rapprocher de passages extraits d’écrivains d’une époque postérieure, mais alors on a besoin d’une grande circonspection, car la signification des termes varie beaucoup avec le temps. Depuis celui d’Aristote, jusqu’au temps d’Athénée, les noms ont éprouvé des changemens ; à plus forte raison ont-ils dû changer depuis Aristote jusqu’à nos jours. Cependant le nom de quelques animaux s’est conservé avec de légères modifications, jusque chez les Grecs modernes, et de l’étude des appellations encore usitées dans la Grèce actuelle, on peut par conséquent tirer des indications qui ne sont pas sans valeur.

  • 15 [Theodore de Gaza (c. 1400-1478), citoyen grec de Thessalonique qui se rendit en Italie en 1429, et (...)

14Nous possédons un grand nombre de traductions de l’Histoire des animaux. La première, celle que l’on cite à tort le plus souvent, est de Théodore Gaza15, Grec qui passa en Italie après la prise de Constantinople par les Turcs, et qui n’était versé suffisamment, ni dans la connaissance du latin, ni dans celle de l’histoire naturelle. Cette double ignorance lui fit insérer littéralement dans sa traduction divers passages de Pline, que celui-ci avait empruntés à Aristote, et qui étaient inexactement rendus. Il paraît d’ailleurs que Gaza n’avait qu’une mauvaise copie du texte grec.

  • 16 [Julius-Caesar Scaliger, également appelé Scaligeri (Giulio Cesare della Scala, né le 23 avril 1484 (...)
  • 17 [Johann Gottlob Schneider (né en 1750 à Kollmen, près d’Oscharz, au sud-est de Leipzig ; mort à Bre (...)

15La traduction latine donnée par Jules-César Scaliger, en 1619, est de beaucoup préférable à celle de l’auteur grec16. Mais la meilleure de toutes est celle que M. Schneider a publiée en 1811, en grec et en latin17. Cette traduction a coûté trente années d’études à son auteur, et elle réunit à l’avantage d’une parfaite correction de texte, de savantes et judicieuses critiques.

  • 18 [Armand Gaston Camus (1740-804) publia une édition française en 1783 à Paris, de deux volumes en qu (...)

16La France possède une traduction, en langue vulgaire, de l’Histoire des animaux ; elle est de M. Camus18. Le texte placé en regard est à peu près le même que celui de Scaliger, et la version française est aussi bonne qu’on pouvait l’attendre d’un homme qui n’était pas naturaliste. Mais les notes, où l’auteur se propose d’éclaircir le texte, ne sont propres qu’à l’embrouiller et à en donner de fausses idées. Camus avait emprunté ces notes à des auteurs modernes qui n’avaient pas une connaissance suffisante de l’histoire naturelle et des écrits d’Aristote.

17Les autres ouvrages de ce grand philosophe, relatifs à l’histoire naturelle, sont beaucoup moins parfaits et surtout beaucoup moins clairs. Ils sont remplis de discussions sur le sens des termes techniques. La langue grecque prêtait, comme l’allemand le fait encore de nos jours, à ces sortes de discussions. En effet chaque mot scientifique y est une définition abrégée de l’objet exprimé ; or cette définition ne peut rappeler que les idées conçues par son inventeur sur l’objet observé ; lors donc que les connaissances viennent à se perfectionner, ou seulement à changer, le mot scientifique donne lieu à des discussions interminables sur sa véritable signification. Aussi les écrivains grecs expliquent-ils sans cesse leurs termes au moyen de distinctions et de sous distinctions infinies. Aristote est, je le répète, quelquefois reprochable à cet égard ; mais ceux de ses ouvrages qui présentent ce défaut paraissent être de beaucoup antérieurs à l’Histoire des animaux, et ne sont vraisemblablement qu’un travail préparatoire.

  • 19 [Récits merveilleux inclus dans le corpus traditionnel d’Aristote fait partie d’un certain nombre d (...)

18Nous appliquons surtout cette remarque à ses Récits merveilleux, qui ne sont presque qu’un recueil de notes dépourvues d’ordre, mais qui cependant sont précieux en ce qu’ils nous font connaître divers extraits d’ouvrages égarés ou détruits. Beckmann en a donné une bonne édition en 178619.

  • 20 [Des Plantes fait partie de la même catégorie que Récits merveilleux ; son inauthenticité ne fut ja (...)

19On attribue à Aristote un livre sur les plantes, qui ne paraît pas être de lui ; c’est vraisemblablement un ouvrage apocryphe20.

20Aristote ne servit pas les sciences par ses ouvrages seulement ; il contribua encore à leur développement et à leur propagation, par l’usage qu’il fit de sa haute position sociale. Précepteur d’Alexandre, il inspira à ce jeune prince le goût des sciences naturelles, et ce fut sans doute par suite de ses conseils, que ce conquérant se fit accompagner dans son expédition, de savans aux travaux desquels il participait. Sans cette précaution, la nouvelle invasion des Grecs n’eût guère plus contribué aux progrès de l’histoire naturelle, que ne l’avait fait l’expédition des dix mille, et l’on n’aurait pu substituer aux récits fabuleux de Ctésias, des relations véritables, écrites par des hommes instruits et placés dans les circonstances nécessaires pour tout étudier. Parmi les savans qui accompagnaient Alexandre, on doit surtout distinguer Callisthènes, qui, déjà avant son départ, avait composé un ouvrage sur les plantes, et un autre sur l’anatomie, dans lequel l’intérieur de l’œil était beaucoup mieux décrit que ne l’avaient fait ses prédécesseurs. La mort tragique de ce naturaliste a empêché que le résultat de ses observations en Orient parvînt jusqu’à nous ; mais il est vraisemblable que jusqu’au moment de sa disgrâce il entretint une correspondance suivie avec Aristote, qui était son parent et son maître, et qu’ainsi ses recherches n’ont pas été entièrement perdues pour les sciences.

  • 21 [Psittacus alexandri, ou Perruche à Moustache, fait partie du genre Psittacula, et comprend huit so (...)

21Du reste, les conquêtes des Grecs sous Alexandre ont un caractère presque singulier. La plupart des grandes invasions, dont le souvenir est conservé par l’histoire, furent le fait de hordes demi-sauvages qui s’étant précipitées sur les nations policées, y répandirent l’ignorance et la barbarie. L’expédition d’Alexandre nous présente au contraire un peuple déjà fort avancé en civilisation, qui porte la lumière dans les contrées où il pénètre, et s’enrichit en retour de ce que les vaincus possèdent de beau et d’utile. C’est pendant cette expédition que les Grecs découvrirent les éléphans, qui bientôt furent employés avec beaucoup de succès dans les armées de divers princes d’Occident. C’est aussi pendant cette conquête qu’ils prirent des paons, dont l’éclatant plumage excita tellement l’admiration des Grecs, qu’ils leur furent montrés moyennant une rétribution. Enfin cette même conquête procura des perroquets dont la première espèce découverte porte, parmi les naturalistes, un nom qui rappelle l’époque de son introduction ; on la nomme Psittacus Alexandri : c’est une perruche verte à collier écarlate, à queue longue d’une jaune verdâtre, et nuancée sous le ventre d’un vert si tendre qu’il en paraît jaunâtre21.

  • 22 [Néarque (mort probablement en 312 av. J.-C.) était un officier de l’armée Macédonienne sous Alexan (...)
  • 23 [Onésicrite, ou Onésicrate, d’Égine ou d’Astypale, l’un des écrivains d’Alexandre le Grand (voir Br (...)
  • 24 [Harmozie, probablement Ormuz ; est un détroit, non pas un port, qui relie le golfe Persique (à l’o (...)

22L’empire d’Alexandre s’étendait depuis la mer Adriatique jusqu’au-delà de l’Indus ; et cependant les explorations scientifiques qui furent faites sous son règne, embrassèrent un espace beaucoup plus considérable. Lorsqu’il eut descendu l’Indus, il ordonna à son amiral Néarque22 de continuer d’avancer sur la mer, et il lui adjoignit le philosophe Onésicrite23. La flotte parcourant une mer nouvelle pour les Grecs, arriva, en cinglant toujours vers l’ouest, au port d’Harmozie24, situé près de l’embouchure du Sinus Persique. Dans son voyage elle eut de nombreuses communications avec les peuplades établies sur la côte, et dans la relation de ce voyage, il existe plusieurs descriptions de plantes et d’animaux terrestres et aquatiques qui avaient été observés dans les lieux de descente. On remarque dans cette relation la description de l’arbre qui produit le coton, et la mention de l’usage que les Indiens font de ce duvet pour leurs vêtemens. On y remarque aussi la description du tigre royal, ou rayé ; et celle de la baleine dont les mâchoires étaient employées à la construction des maisons par quelques habitants du littoral.

  • 25 [Antigone I Monophthalme (qui signifie « un œil »), aussi appelé Antigone I le Cyclope (382 av. J.- (...)
  • 26 [Démétrius Ier Poliorcète (né en 336 av. J.-C. en Macédoine, mort en 283 av. J.-C., en Cilicie, auj (...)
  • 27 [Bataille d’Ipsos, engagement militaire qui eut lieu à Ipsos, Phrygie, en 301 av. J.-C. entre deux (...)
  • 28 [Cassandre (c. 358 av. J.-C.- 297 av. J.-C.), fils du régent Macédonien Antipater et roi de Macédoi (...)
  • 29 [Arsinoé, apparentée à la dynastie argéade, était la mère de Ptolémée Soter (367/366 ou 364 av. J.- (...)
  • 30 [Arrien, voir Leçon 14, note 16.]

23Après la mort prématurée d’Alexandre, qui eut lieu en 324 avant Jésus-Christ, son vaste empire fut démembré par ses lieutenans qui s’en disputèrent les lambeaux, et il en résulta pendant quelque temps une confusion extrême. Mais bientôt Perdiccas ayant été tué par ses soldats, et plus tard Antigone25 et son fils Démétrius Poliorcète26 ayant été défaits en Phrygie, à la bataille d’Ipsus27, il se forma trois royaumes qui paraissaient devoir subsister long-temps. Cassandre28 régna en Macédoine, Séleucus en Syrie et dans les contrées voisines, Ptolomée en Égypte. Le premier de ces gouvernans paraît être le seul qui n’ait pas aimé les sciences et les lettres. Il domina militairement la Grèce, tyrannisa Athènes et y diminua le goût de l’étude. La conduite des deux autres rois fut fort différente : ils protégèrent les lettres et les cultivèrent eux-mêmes avec quelque succès. Ptolomée, fils d’Arsinoé29 maîtresse de Philippe, par conséquent frère naturel d’Alexandre, avait été capitaine de ce dernier ; il écrivit la relation de ses conquêtes, et c’est d’après cette relation qu’Arrien30 a composé son histoire.

24Ptolomée et Séleucus fondèrent chacun une bibliothèque à l’instar de celle d’Aristote, leur maître, et peut-être d’après les conseils qu’ils en avaient reçus antérieurement. Avant Aristote quelques particuliers avaient bien rassemblé des livres comme moyen de distraction ; mais personne n’avait eu l’idée du puissant secours que fournirait pour l’étude des sciences, et par conséquent pour leurs progrès, l’établissement d’une bibliothèque. Ce fut Aristote qui le premier recueillit des ouvrages pour s’y reporter au besoin. Sa bibliothèque qui paraît avoir été très-considérable, fut réunie à celle d’Alexandrie par Ptolomée qui l’avait achetée de Néléus.

25L’empire de Séleucus était plus étendu que les deux autres ; mais il fut bientôt divisé, et ses fragmens composèrent les royaumes de Pont, de Cappadoce, de Pergame, de Bactriane et de Bythinie.

26Le royaume de Ptolomée était le plus circonscrit, mais en compensation il fut le plus tranquille, et il ne tarda pas à atteindre un grand degré de prospérité sous l’influence des causes qui avaient rendu l’Égypte florissante pendant le règne des anciennes dynasties. Des conquêtes l’étendirent un peu au midi, et il fut le pays le plus riche, le plus industrieux et pendant long-temps le mieux administré de tous ceux qui avaient fait partie du vaste empire d’Alexandre. Ptolomée, dont le règne dura trente ans, avait formé sa bibliothèque à Alexandrie, ville qui annonçait déjà sa grandeur future, bien qu’elle ne fît que de naître. Il y attira des savans de diverses contrées, et leur assura une existence honorable, près de la bibliothèque, afin qu’ils pussent cultiver sans entraves les sciences et la philosophie. Cette institution, qui reçut le nom de Musée, fut dès son origine favorisée par les circonstances les plus rares, car, outre la protection éclairée de son fondateur, et les secours de son immense bibliothèque, elle reçut de nombreux avantages de la position géographique du lieu où elle était établie. En peu de temps Alexandrie devint le centre du commerce de tous les peuples qui bordent la Méditerrannée, de l’Arabie, de l’Afrique centrale, de la Perse et de l’Inde ; il y affluait des productions naturelles de toutes espèces et des voyageurs de tous les pays. Les savans du Musée purent ainsi procurer un accroissement rapide au domaine des sciences. Mais nous devons remarquer que ces progrès furent une continuation de la science grecque et non point de la science égyptienne, car les philosophes attirés par Ptolomée venaient de la Grèce, et ils apportèrent en Égypte des connaissances supérieures de beaucoup à celles que possédait ce pays, où l’oppression étrangère et les troubles intérieurs avaient depuis long-temps presque anéanti les lumières.

  • 31 [Straton de Lampsaque, aussi appelé Straton, nom Latin Strato Physicus (mort c. 270 av. J.-C.), phi (...)
  • 32 [(Wilhelm Peter) Eduard (Simon) Rüppell (né le 20 novembre 1794 à Francfort sur le Maine ; mort le (...)

27Le fils et le successeur de Ptolomée Lagus, Ptolomée Philadelphe, qui commença, en 285 avant Jésus-Christ, un règne de quarante ans, protégea aussi les sciences avec une munificence éclairée. Il avait eu pour précepteur Straton31, disciple d’Aristote, et surnommé le physicien, à cause de sa grande application à l’histoire naturelle. Philadelphe, comme son maître, se livra à cette science avec beaucoup d’ardeur : doué d’un caractère paisible et n’ayant qu’une faible santé, il cherchait dans l’étude une compensation aux plaisirs que la nature de sa constitution lui interdisait. Straton avait composé un ouvrage, que nous ne possédons plus, sur les animaux vrais et les animaux fabuleux. Ptolomée Philadelphe s’occupa aussi de zoologie, et c’est à lui qu’on doit la première ménagerie qui exista, et sans doute aussi la plus riche qu’on ait jamais connue. Outre les immenses richesses dont il pouvait disposer, il était placé de manière à se procurer facilement les divers animaux du globe : le commerce de l’Égypte avec l’intérieur de l’Afrique lui donnait la facilité d’obtenir les animaux de ce pays, qui venaient par terre ou descendaient le Nil ; ceux de l’Asie mineure et de l’Europe lui arrivaient par la Méditerrannée, et enfin ceux de l’Inde par la mer Rouge. Les détails, conservés par l’histoire, d’une fête qu’il donna en l’honneur de son père, peuvent nous faire connaître la richesse de sa ménagerie. Ptolomée Soter avait parcouru l’Inde à la suite d’Alexandre, et on voulait faire allusion à son voyage, en représentant dans la solennité le triomphe de Bacchus. Le cortège du dieu présentait une si rare variété d’animaux, que tous les souverains de l’Europe ne parviendraient certainement pas à en réunir une semblable aujourd’hui. Il y avait des éléphans, des cerfs blancs de l’Inde, des bubales, des autruches, des oryx attelés à des chars. On y voyait des chameaux chargés d’aromates et d’autres produits précieux de l’Orient ; on y remarquait des brebis d’Éthiopie, des panthères, des onces, des léopards, des rhinocéros, vingt-quatre lions de la plus grande taille, et enfin des ours blancs. Long-temps on a été étonné de la présence de ces derniers animaux dans la fête de Ptolomée ; ne connaissant que ceux des mers glaciales, on cherchait à expliquer comment le roi d’Égypte avait pu les faire venir de ces contrées. M. Rüppell32 a éclairci depuis quelque temps cette difficulté ; il nous a appris qu’on trouve des ours blancs dans le Liban, et c’est sans doute de ces montagnes que venaient ceux de Ptolomée.

28On conçoit que la ménagerie de ce prince fut d’un grand prix pour les hommes qui se livraient à l’étude de l’histoire naturelle. Elle leur fut d’autant plus utile que depuis longtemps l’usage était en Égypte d’élever dans l’intérieur des temples diverses espèces d’animaux, dont on pouvait observer les mœurs, et qu’on embaumait après leur mort. La science, déjà un peu développée, put donc faire de nouveaux progrès. Aussi Alexandrie posséda-t-elle des anatomistes et des zoologistes remarquables pendant le règne de la philosophie péripatéticienne.

  • 33 [Démosthène (mort en 413 av. J.-C.), général Athénien qui fut un stratégiste ingénieux lors de la G (...)
  • 34 [Sur le modèle de l’Académie de Platon, les écoles philosophiques athéniennes –le Lycée d’Aristote, (...)

29Mais nous devons maintenant revenir sur nos pas pour retourner à Athènes, et y suivre le développement de la philosophie après la mort d’Aristote, qui survint, comme nous l’avons dit, en 322 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire la même année que Démosthène33 termina sa vie pour échapper aux recherches d’Antipater. Avant cette époque, le joug des Macédoniens pesait déjà sur la Grèce ; mais après la mort d’Aristote et de Démosthène, Athènes fut soumise de fait au roi de Macédoine. Cependant comme elle conserva son autonomie et son administration intérieure, ce qui la plaçait à peu près dans la même situation que certaines villes impériales d’Allemagne, il continua d’y avoir des écoles florissantes, autant que les troubles le permettaient. Ces écoles étaient l’Académie où règnaient les idées de Platon, le Lycée où on continuait de suivre la méthode d’Aristote, et enfin le Portique34 qui provenait de la secte cynique.

  • 35 [Théophraste (né c. 372 av. J.-C. à Erésus, Lesbos ; mort c. 287), philosophe péripatéticien grec e (...)
  • 36 [Ménédème d’Érétrie (c. 339 av. J.-C. – c. 265), philosophe grec qui fonda l’école d’Erétrie de phi (...)

30Le plus célèbre des philosophes du Lycée était Théophraste35, qui avait quatorze ans de moins qu’Aristote. Il était né à Erèse dans l’île de Lesbos, et on croit qu’il avait été élève de Platon, avant d’entrer à l’école d’Aristote, son ami et son maître. Il s’appelait originairement Tyrtame. Le nom de Théophraste, qui signifie parleur divin, lui avait été donné par le fondateur du Lycée à cause de son éloquence, qui en effet devait être fort remarquable, puisqu’il passe pour avoir eu plus de deux mille disciples. On rapporte que lorsqu’Aristote fut questionné sur le successeur qu’il préférerait avoir dans la direction de son école, il fit entendre que son choix se portait sur Théophraste, en demandant du vin de Rhodes et du vin de Lesbos, et en disant que le premier avait de la force, mais que le second avait plus de douceur et lui semblait meilleur. Or Théophraste était de Lesbos, comme nous l’avons dit, et son concurrent, qui s’appelait Ménédème36, était de Rhodes.

  • 37 [Un autre Sophocle, à ne pas confondre avec Sophocle (né c. 496 av. J.-C. à Colone, village près d’ (...)

31Comme son maître, Théophraste fut persécuté ; un nommé Sophocle37, qui était alors préteur, l’accusa d’impiété, et il fut exilé avec d’autres philosophes, l’an 306 avant notre ère. Mais il fut bientôt rappelé, et son accusateur subit à son tour la peine du bannissement.

32Théophraste, pressé par Ptolomée Lagus de se fixer à Alexandrie, préféra rester à Athènes pour y diriger le Lycée. Doué d’une éloquence remarquable, doux de caractère, pur dans sa conduite, bienfaisant et soigneux de sa personne, il était l’objet de l’affection et du respect de tous ses compatriotes. Aussi, lorsqu’il mourut, à 85 ans suivant quelques auteurs, à 107 suivant d’autres, le peuple entier d’Athènes suivit-il son convoi. Il légua sa maison à ses amis, à condition qu’ils ne la vendraient jamais et s’y réuniraient pour cultiver les lettres et la philosophie. C’est le premier don qui ait été fait aux sciences par un particulier, et il imita ainsi, autant qu’il le put, l’exemple donné par Ptolomée Lagus pendant le cours même de sa vie. Théophraste laissa aussi à ses amis un jardin, dans lequel il avait rassemblé un nombre assez considérable de plantes exotiques et indigènes ; mais le verre n’étant pas assez connu pour qu’on eût l’idée de l’appliquer à la construction des serres, les végétaux des régions équatoriales y étaient dans une infériorité sensible. Les descriptions de Théophraste présentent des lacunes qui ne sont dues qu’à l’absence du même moyen d’observation. Cependant le jardin botanique de Théophraste fut sans aucun doute d’une grande utilité pour la science, et nous remarquerons que c’est encore à l’école d’Aristote qu’appartient cet établissement, le premier de tous ceux du même genre qui ont été formés depuis.

  • 38 [Jean de La Bruyère (né en 1645 à Paris ; mort le 10/11 Mai 1696 à Versailles), satiriste moraliste (...)

33Théophraste, outre son livre des Caractères, qui a été imité par La Bruyère38, a écrit une foule de Traités sur les plantes, sur les animaux, sur les minéraux, etc. Suivant Diogène Laërce, qui nous a conservé une partie de leurs titres, ces traités s’élèvent à plus de deux cents. Nous possédons les plus considérables et quelques-uns des moins important. Ils sont tous remarquables par une excellente méthode, beaucoup d’esprit, de justesse et d’élégance dans l’expression. Nous en traiterons dans la prochaine séance.

Note

1 [L’anatomie comparée est l’étude comparative de la structure morphologique de différentes espèces animales, afin de comprendre les modifications qu’elles ont dû subir pour s’adapter, au fil de leur évolution à partir d’ancêtres communs (Cole (Francis Joseph), A History of Comparative Anatomy, from Aristotle to the Eighteenth Century, Londres : Macmillan & Co Ltd, 1949, viii + 524 p.) Son champ se limite principalement à l’étude des vertébrés. L’anatomie comparée moderne remonte aux travaux de Pierre Belon (né en 1517 près du Mans, mort en avril 1564 à Paris ; naturaliste français dont la réflexion sur les embryons de dauphin et ses comparaisons systématiques avec des squelettes d’oiseaux et d’humains marquent les débuts de l’embryologie moderne et de l’anatomie comparée), qui montra en 1555 que les squelettes d’humains et d’oiseaux étaient composés d’éléments similaires disposés de manière identique. Sur la base de ces modestes prémices, la connaissance de l’anatomie comparée se développa rapidement au xviiie siècle grâce aux travaux du comte de Buffon et de Louis-Jean-Marie Daubenton (voir Leçon 7, note 39), qui comparèrent les formes anatomiques d’animaux nombreux et variés. Au début du xixe siècle, le baron Georges Cuvier déplaça le débat sur un axe plus scientifique ; il affirma que les caractéristiques structurelles et fonctionnelles des animaux résultaient de leur interaction avec l’environnement. Cuvier rejetait aussi l’idée, issue du xviiie siècle, selon laquelle les membres du règne animal étaient organisés suivant une série linéaire et unique allant du plus primitif aux humains. Cuvier classa, lui, tous les animaux en quatre groupes principaux (vertébrés, mollusques, articulés et rayonnés), d’après leur « plan d’organisation » morphologique (voir Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : Baudouin, 1800-1805, 5 vol. (vol 1 : Organes du mouvement, XXXII + 522 p. et 4 tabl. en dépl. ; vol. 2 : Organes des sensations, XVI + 699 p. ; vol. 3 : Première partie des organes de la digestion, XXVIII + 560 p. ; vol. 4 : Suite des organes de la digestion, ceux de la circulation, de la respiration et de la voix, XII + 542 p. ; vol. 5 : Organes de la génération et des secrétions excrémentielles ou des excrétions, VIII + 368 p. et 52 pls) ; Le règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée [nouvelle édition, revue et augmentée], Paris : Déterville, 1829, 5 vol.) Sir Richard Owen (20 juillet 1804, Lancaster – 18 décembre 1892, Londres) est une autre figure importante de l’anatomie comparée. Au milieu du xixe siècle, le Britannique, grand connaisseur des vertébrés, ne redouta pas de s’opposer à la théorie de Charles Darwin sur l’évolution (l’œuvre monumentale de Richard Owen est son Descriptive and Illustrated Catalogue of the Physiological Series of Comparative Anatomy, publié en cinq volumes entre 1833 et 1840 ; voir Owen (Richard S.), The Life of Richard Owen, by his grandson Richard Owen [with the scientific portions revised by Sherborn C. Davies and an essay on Owen’s position in anatomical science by Huxley T. H.], Londres : J. Murray, 1894-1895, 2 vol. ; Rupke (Nicolaas A.), Richard Owen, Victorian Naturalist, New Haven (Connecticut) : Yale University Press, 1994, xvii + 462 p.) Darwin (12 février 1809, Shrewsbury – 19 avril 1882, Down House, Kent) fit un usage extensif de l’anatomie comparée pour développer sa théorie, et à son tour en bouleversa le paysage en expliquant les différences de structure séparant les espèces par leur évolution, selon une sélection naturelle, à partir d’un ancêtre commun (Darwin (Charles), L’origine des espèces au moyen de la selection naturelle, ou La lutte pour l’existence dans la nature [traduit sur l’édition anglaise définitive par Barbier Edmond], Paris : Librairie C. Reinwald ; Schleicher Frères, [186 ?], xxi + [1] + 604 p.) Depuis Darwin, l’étude de l’anatomie comparée s’est surtout centrée sur les structures morphologiques homologues – c’est-à-dire les structures de différentes espèces ayant évolué à partir de la même origine, indépendamment de leur fonction contemporaine. Deux structures anatomiques peuvent paraître très dissemblables et remplir des fonctions différentes, mais on constate qu’elles remontent à une même structure, chez un animal dont elles descendent l’une et l’autre. Ainsi les membres antérieurs des humains, des oiseaux, des crocodiles, des chauve-souris, des dauphins et des rongeurs ont été modifiés par l’évolution pour pouvoir assumer des fonctions différentes, mais on peut tous les faire remonter, à rebours de leur évolution, aux nageoires des poissons crossoptérygiens, où le même type d’ossature fut pour la première fois observé. Les structures analogues, à l’inverse, peuvent se ressembler étroitement car elles remplissent les mêmes fonctions, mais la source de leur évolution est différente – comme l’est souvent leur structure anatomique : les ailes des insectes et celles des oiseaux illustrent parfaitement cette distinction. Pour une histoire détaillée de l’anatomie comparée, voir Cole (Francis Joseph), A History of Comparative Anatomy, op. cit.]

2 Cette vérification a été faite, il y a trois ans, by Monsieur [Étienne] Geoffroy-Saint-Hilaire [« On the vision of the mole », Edinburgh New Philosophical Journal, 1829, pp. 340-341 ; voir Leçon 6, note 24]. [M. de St.-Agy.]

3 [Les premiers microscopes rudimentaires utilisaient des gouttes d’eau déposées dans un petit trou, qui servaient de lentille grossissante. On connaît mal la date d’utilisation des premières lentilles en verre brut, mais on sait qu’au xviie siècle, Antonie van Leeuwenhoek (24 octobre 1632, Delft, Pays-Bas-26 août 1723, Delft), un savant hollandais, était parvenu à élaborer une technique pour réaliser des lentilles de bonne qualité à base de terre (voir Leeuwenhoek (Antoni van), Antoni van Leeuwenhoek 1632-1723 : studies on the life and work of the Delft scientist commemorating the 350th anniversary of his birthday [édité en Anglais par Palm Lodewijk C. & Snelders Henricus Adrianus Marie], Amsterdam : Rodopi, 1982, 209 p.) Leur capacité de grossissement était limitée, aussi ne s’en servait-on à l’origine que dans le cadre d’observations botaniques. Le microscope composé, pourvu d’un objectif et d’un oculaire, a été décrit pour la première fois au xvie siècle, toutefois les dessins datant de cette période révèlent une disposition très hasardeuse des lentilles. Le premier microscope composé efficace a été conçu aux Pays-Bas entre 1590 et 1608. L’invention a été attribuée à trois opticiens – Hans Janssen, son fils Zacharias (c. 1588 – c. 1631) et Hans Lippershey (1570, Wesel, Allemagne – septembre 1619, Middelbourg, Pays-Bas). Ce microscope précoce était limité par ses lentilles très grossières, et sa résolution affaiblie par le flou imputable à des défauts d’aberration sphérique et chromatique. Pour en savoir plus sur l’histoire des premiers microscopes, voir Dobell (Clifford), Antony van Leeuwenhoek and his « Little animals » [being some account of the father of protozoology and bacteriology and his multifarious discoveries in these disciplines ; collected, translated, and edited from his printed works, unpublished manuscripts, and contemporary records, by Dobell Clifford... published on the 300th anniversary of his birth], New York : Harcourt ; Brace & company, 1932, vii + 435 p. ; Ford (Brian J.), Single Lens : The Story of the Simple Microscope, New York : Harper & Row, 1985, x + 182 p.]

4 [Le frigane est une variété de mouche caddis, trichoptère de la famille des phryganidés, dont les larves, comme les autres membres de cet ordre, se construisent une sorte de fourreau (une coque) à partir de feuilles, de brindilles, de grains de sable, de petits cailloux et autres matières légères ; elles vivent principalement dans les marais et des lacs.]

5 [Non nati, littéralement « non né ».]

6 [Le poisson auquel Cuvier fait allusion se nomme Aphia minuta, communément appelé gobie transparent en anglais, mais appelé « nonnat » en français (Wheeler (Alwyne C.), Key to the Fishes of Northern Europe. A Guide to the Identification of More Than 350 Species [illustrated by Stebbing Peter, maps drawn by Fraser Rodney F.], Londres : Frederick Warne, 1978, xix + 380 p.) Ce poisson est largement distribué dans l’océan Atlantique, de la Norvège au Maroc, et dans toute la Méditerranée et la mer Noire. Incolore et filiforme, le gobie peut atteindre une longueur maximum de 5,1 cm et vit en large groupes, dans un habitat maritime varié, des estuaires maritimes aux côtes, entre la surface et une profondeur de 70 à 80 mètres. La période de ponte du gobie s’étale de mai à août, les femelles frayant jusqu’à 2000 œufs dans des coquilles de bivalves vides et autres débris du fond des mers. Poisson que l’on qualifie d’« annuel », le gobie ne vit qu’une année et meurt peu après la ponte.]

7 [Pour expliquer l’absence d’anguilles d’eau fraîche (du genre Anguilla) en état de reproduction, Aristote était convaincu que « leur reproduction ne s’effectue ni par copulation [de male et femelle] ni par ovulation… leur existence et subsistance viennent de l’eau de pluie » (Historia Animalium, Livre 6, chapitre 16). Spallanzani, parmi tant d’autres, essaya de résoudre ce problème sans succès dans l’édition française de son œuvre Voyages dans les Deux Siciles et dans Quelques Parties des Apennins [traduits de l’italien par Toscan G ; avec des notes du cit. Faujas-de-St.-Fond], Paris : Maradan, 1800, 6 t. en 3 vols, publié d’abord en italien [Viaggi alle due Sicilie e in alcune parti dell’appennino dell’abbate Lazzaro Spallanzani, Pavia : Nella stamperia di Baldassare comini, 1792-1797, 6 vol.] Il existe également une traduction en anglais [Travels in the two Sicilies, and some parts of the Apennines, Londres : G. C. & J. Robinson, 1798, 4 vol.] Lazzaro Spallanzani (né le 12 janvier 1729 à Modène, Duché de Modène, mort en 1799 à Pavie, République Cisalpine), physiologiste italien qui apporta d’importantes contributions à l’étude expérimentale des fonctions corporelles et de la reproduction animale (voir Spallanzani (Lazare), Mémoires sur la respiration, par Lazare Spallanzani [traduits en Français, d’après son manuscrit inédit, par Senebier Jean], Genève : J. J. Paschoud, 1803, viii + 873 p. ; Rapports de l’air avec les êtres organisés ou traité de l’action du poumon et de la peau des animaux sur l’air, comme de celle des plantes sur ce fluide, Genève : J. J. Paschoud, 1807, 3 vol.) Ses recherches sur le développement de la vie microscopique dans les solutions de culture des substances nutritives ouvra la voie pour la recherche de Louis Pasteur (né le 27 décembre 1822 à Dole, dans l’Est de la France ; mort le 28 septembre 1895 à Paris).]

8 [Aristote connaissait et nomma pas moins de 117 espèces de poissons, mais « ce que l’on doit le plus regretter dans cette masse d’instructions si précieuses, c’est que l’auteur ne se soit pas douté que la nomenclature usitée de son temps pût venir à s’obscurcir, et qu’il n’ait pris aucune précaution pour faire reconnaître les espèces dont il parle. C’est le défaut général des naturalistes anciens ; on est presque obligé de deviner le sens des noms dont ils se sont servis ; la tradition même a changé, et nous induit souvent en erreur : ce n’est que par des combinaisons très-pénibles, et le rapprochement des traits épars dans les auteurs, qu’on parvient sur quelques espèces à des résultats un peu positifs ; mais nous sommes condamnés à en ignorer toujours le plus grand nombre. » (Cuvier (Georges), « Tableau historique des progrès de l’ichtyologie, depuis son origine jusqu’à nos jours », in Cuvier (Georges) & Valenciennes (Achille), Histoire Naturelle des Poissons, Paris : Levrault, 1828, vol. 1, p. 23).]

9 [Que veut dire Cuvier ici (ou son éditeur M. de St.-Agy) ? La mer Noire et le Pont-Euxin sont une seule et même mer.]

10 [Propontis est l’ancien nom de la mer de Marmara qui partage en partie les zones européenne et asiatique de la Turquie. Elle communique au nord-est avec la mer Noire par le Bosphore, et au sud-ouest avec la mer Égée par le détroit des Dardanelles.]

11 [Boback ou rat Pontus ; le mus Ponticus mentionné par Pline pour désigner un animal à fourrure serait, bien que sans preuve formelle, l’hermine, Mustela erminea.]

12 [Poisson pêcheur, qui désigne environ 323 espèces vivantes de poissons marins de l’ordre des Lophiiformes (mais ici Cuvier fait référence en particulier à la lotte de Méditerranée, Lophius piscatorius ; voir Cuvier (Georges), « Sur le genre Chironectes Cuv. (Antennarius. Commers.) », Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, Paris, vol. 3, 1817, pp. 418-435 ; Caruso (John H.), « The systematics and distribution of the lophiid anglerfishes : II. Revisions of the genera Lophiomus and Lophius », Copeia, 1983, vol. 1, pp. 11-30). Le poisson pêcheur est ainsi nommé en raison de sa façon de « pêcher » sa proie. Il possède une épine érectile en avant sur la tête qui se transforme en « canne à pêche » pourvue d’un appât ressemblant souvent à un ver de consistance charnelle. Les proies qui sont attirées par cet appât s’approchent de près, ce qui permet au poisson-pêcheur de les avaler (Pietsch (Theodore W.) & Grobecker (David B.), Frogfishes of the world : systematics, zoogeography, and behavioral ecology, Stanford (Californie) : Stanford University Press, 1987, xxii + 420 p.) Souvent de forme bizarre, les poissons pêcheurs se caractérisent également par de petites branchies et par des nageoires pectorales comme de petites mains, et (pour certaines espèces) de nageoires pelviennes.]

13 [Torpedo, également appelée raie électrique, ou torpille, décrit toutes les raies des familles Torpedinidae, Narkidae, et Temeridae, ainsi nommées en raison de leur capacité à produire des chocs électriques (Hunter (John), « Anatomical observations on the torpedo », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 63, 1774, pp. 481-489 ; Walsh (John), « Of the electric property of the torpedo. In a letter from John Walsh, Esq ; F.R. S. to Benjamin Franklin, Esq ; LL.D., F.R.S. Ac. R. Par. Soc. Ext., andc. », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 63, 1774, pp. 461-480). On les trouve dans les eaux chaudes et tempérées de toutes les régions du monde. Les organes électriques, composés de tissu musculaire modifié, se situent dans le disque, de chaque côté de la tête. Le choc produit par ces organes est utilisé comme défense, comme outil sensoriel de localisation, et pour capturer les proies. Le choc électrique atteint 220 volts et est suffisamment puissant pour assommer un humain. Dans la Grèce et la Rome Antiques, les chocs du Torpedo nobiliana étaient utilisés comme remède contre la goute, le mal de tête et autres maladies.]

14 [Coucou désigne les nombreux oiseaux de la famille des Cuculidae (de l’ordre des Cuculiformes). Le nom « coucou » désigne environ 60 membres arboricoles des sous-familles Cuculinae et Phaenicophaeinae. En Europe de l’Ouest, le nom « coucou » utilisé sans autre modificateur, se réfère à la forme la plus commune de l’espèce, appelée coucou gris ou coucou Européen (Cuculus canorus). Les coucous sont le plus connus pour leur pratique de parasitisme que l’on retrouve chez tous les Cuculinae et chez trois espèces de l’ordre des Phaenicophaeinae. Cette pratique consiste à pondre les œufs individuellement dans les nids d’autres d’oiseaux d’espèces différentes, lesquels deviennent parents adoptifs qui incuberont et élèveront le jeune coucou.] Monsieur [Franz Joseph] Gall [né le 9 mars 1758, à Tiefenbronn, Baden, Allemagne ; mort le 22 août 1828, à Paris ; anatomiste et physiologiste allemand] prétend que cet oiseau ne couve pas ses œufs, parce qu’il manque de la protubérance de l’amour maternel (voir Gall (Franz Josef), On the Functions of the Brain and of Each of its Parts, with Observations on the Possibility of Determining the Instincts, Propensities, and Talents, or the Moral and Intellectual Dispositions of Men and Animals, by the Configuration of the Brain and Head, Boston : Marsh, Capen & Lyon, 1835, vol. 5, pp. 307-308). D’autres naturalistes pensent que la forme de l’estomac du coucou est la cause de cette singularité. [M. de St.-Agy.]

15 [Theodore de Gaza (c. 1400-1478), citoyen grec de Thessalonique qui se rendit en Italie en 1429, et produisit une traduction des livres d’Aristote sur les animaux, qui apparurent pour la première fois à Venise en 1476.]

16 [Julius-Caesar Scaliger, également appelé Scaligeri (Giulio Cesare della Scala, né le 23 avril 1484 à Riva, République de Venise ; mort le 21 octobre 1558 à Agen, France), savant classique français de descendance italienne ; il étudia la botanique, la zoologie, la grammaire et la critique littéraire (voir Hall (Vernon), Life of Julius Caesar Scaliger (1484-1558), Philadelphie : American Philosophical Society, 1950, 170 p.) Il prétend descendre de la famille Della Scala dont le nom en latin était Scaligerus, laquelle régna sur la ville italienne de Vérone pendant les deux siècles précédents. Son commentaire inachevé sur Aristote fut publié à Toulouse en 1619, et celui sur Théophraste en 1566.]

17 [Johann Gottlob Schneider (né en 1750 à Kollmen, près d’Oscharz, au sud-est de Leipzig ; mort à Breslau en 1822), philologiste et naturaliste allemand. Il étudia la philologie, particulièrement les classiques grecs, et l’histoire naturelle à l’université de Leipzig (1769), Göttingen (1772), et finalement à Strasbourg, où il reçut son doctorat (1774). En 1776, il fut nommé professeur de philologie à l’université de Francfort (sur l’Oder) où il produisit un grand nombre de traductions et commentaires sur des ouvrages classiques (voir Élien, Aeliani de natura Animalium libri XVII [édité par Johann Gottlob Schneider], Leipzig : E. B. Schwickerti, 1784 ; Aristote, Aristotelis de animalibus historiae libri X : Graece et Latine ; textum recensuit Ivl. caes. Scaligeri versionem ; diligenter recognovit commentarium amplissimum indecesque locupletissimos adiecit Io. Gottlob Schneider, saxo [édité par Johann Gottlob Schneider], Leipzig : Bibliopolio Hahniano, 1811, 4 vol.) Les études de Schneider en histoire naturelle furent secondaires à son travail littéraire, mais il apporta plusieurs contributions importantes à la zoologie, dont la plus importante fut en ichtyologie, avec son édition de l’œuvre de Bloch, Système d’ichtyologie, en 1801. Pour plus d’information sur Schneider, voir Adler (Kraig), « Contributions to the history of herpetology », in Contributions to herpetology, vol. 5, Oxford (Ohio) : Society for the Study of Amphibians and Reptiles, 1989, p. 13).]

18 [Armand Gaston Camus (1740-804) publia une édition française en 1783 à Paris, de deux volumes en quarto (Histoire des animaux d’Aristote, avec la traduction françoise, par M. Camus.)]

19 [Récits merveilleux inclus dans le corpus traditionnel d’Aristote fait partie d’un certain nombre d’ouvrages qui ne furent probablement pas écrits par Aristote ; cependant, son inauthenticité ne fut jamais vraiment contestée (voir Histoire des animaux d’Aristote [trad. Françoise de Camus Armand Gaston], Paris : Chez la Veuve Dessaint, 1783, p. xi). Beckmann, pour Johann Beckmann (né le 4 juin 1739, à Hoya (Hanovre) ; mort le 3 février 1811), auteur scientifique allemand, qui publia Aristotelis liber De Mirabilibus Auscultationibus explicatus a Joanne Beckmann, Göttingen : Abrahami Vandenhoek, 1786, XVI + 450 p.]

20 [Des Plantes fait partie de la même catégorie que Récits merveilleux ; son inauthenticité ne fut jamais vraiment contestée (voir note 19, ci-dessus).]

21 [Psittacus alexandri, ou Perruche à Moustache, fait partie du genre Psittacula, et comprend huit sous-espèces que l’on retrouve du Pakistan à l’Indonésie.]

22 [Néarque (mort probablement en 312 av. J.-C.) était un officier de l’armée Macédonienne sous Alexandre le Grand. Sous les ordres d’Alexandre le Grand, il navigua depuis la rivière Hydaspe à l’ouest de l’Inde jusqu’au golfe Persique et il remonta l’Euphrate jusqu’à Babylone. Auparavant, en 333, Alexandre nomma Néarque satrape (gouverneur) des nouvelles provinces récemment conquises de Lycie et Pamphylie en Anatolie. Néarque embarqua pour son expédition en 325, alors qu’Alexandre descendait la rivière Indus vers la mer. Il décrivit son voyage dans un récit détaillé, dont on peut en retrouver un résumé complet dans l’œuvre d’Arrien, Indica (iie siècle après J.-C., un des principaux anciens historiens d’Alexandre le Grand ; voir Arrien, Histoire d’Alexandre, l’anabase d’Alexandre le grand ; et l’Inde [traduit du grec par Savinel Pierre], Paris : éd. de Minuit, 1984, 394 p.) Néarque ne joua aucun rôle significatif dans les batailles qui suivirent la mort d’Alexandre en 323.]

23 [Onésicrite, ou Onésicrate, d’Égine ou d’Astypale, l’un des écrivains d’Alexandre le Grand (voir Brown (Truesdell S.), Onesicritus : A Study in Hellenistic Historiography, Berkeley ; Los Angeles : University of California Press, 1949, vii + 196 p. (University of California Publications in History ; 39)). À un âge avancé, il devint l’élève de Diogène le Cynique, et atteint une telle réputation en tant qu’étudiant en philosophie qu’Alexandre le choisit pour organiser une conférence avec les Gymnosophistes Hindoux. Alors que la flotte était en construction sur l’Hydaspe, Onésicrite fut nommé premier pilote (mais par vantardise il s’appelait commandant). À ce titre, il accompagna Néarque lors de son voyage depuis l’embouchure de l’Indus jusqu’au golfe Persique. Il écrivit une biographie approfondie d’Alexandre (dont la plus grande partie ne nous est pas parvenue ; voir Pearson (Lionel Ignacius Cusack), The Lost Histories of Alexander the Great, New York : American Philological Association, 1960, xv + 275 p.), laquelle donnait, en plus des détails historiques, la description des pays qu’ils visitèrent, notamment de l’Inde. Après la mort du roi, il semblerait qu’Onésicrite finit son ouvrage à la cour du roi de Thrace, Lysimaque. Sa valeur historique fut considérée faible de par son caractère panégyrique, et ses contemporains (y compris Alexandre le Grand) le considérèrent de peu de fiabilité. Strabon (voir Leçon 12, note 29) critiqua sévèrement Onésicrite pour son exagération et son amour du merveilleux. Son « para plus » (description des côtes de l’Inde) fit certainement partie de son ouvrage et fut incorporé par Juba II de Mauritanie (Juba II de Numidie, 52 av. J.-C.-23 apr. J.-C.), roi de Numidie qui s’établit plus tard en Mauritanie. Sa première femme était Cléopâtre Sélène II, dernière reine Ptolémaïque, fille de Cléopâtre VII, reine d’Égypte de la dynastie Ptolémaïque, et de Marc Antoine, triumvir romain. Les récits de voyages de Néarque et autres géographes furent circulés sous le nom d’Onésicrite et mentionnés très souvent par Pline.]

24 [Harmozie, probablement Ormuz ; est un détroit, non pas un port, qui relie le golfe Persique (à l’ouest) au golfe d’Oman et à l’océan Indien (au sud-est), et sépare l’Iran (au nord) de la péninsule d’Arabie (au sud).]

25 [Antigone I Monophthalme (qui signifie « un œil »), aussi appelé Antigone I le Cyclope (382 av. J.-C. ; 301, Ipsos, Phrygie, Asie Mineure, maintenant en Turquie), général (306-168 av. J.-C.), il devint roi en 306. Stratégiste exceptionnel et chef de combat, il était aussi un dirigeant astucieux qui cultiva l’amitié d’Athènes et d’autres cités grecques.]

26 [Démétrius Ier Poliorcète (né en 336 av. J.-C. en Macédoine, mort en 283 av. J.-C., en Cilicie, aujourd’hui située en Turquie), roi de Macédoine de 294 à 288 av. J.-C. Démétrius était le fils du général d’Alexandre le Grand, Antigone I Monophtalme. Il commanda avec distinction les campagnes d’Alexandre le Grand et essaya de reconstruire son empire en Asie. Après son échec contre Ptolémée I Soter, satrape d’Égypte, et contre les Nabatéens, il libéra Athènes contre Cassandre de Macédoine en 307 av. J.-C. et en 306, il infligea une défaite décisive à Ptolémée Salamis (Chypre). Son surnom de Poliorcète (« assiégeur de villes ») lui vint de son siège de Rhodes (305). Rappelé par son père en Grèce il combattit à la Bataille d’Ipsos où il y perdit son père et une grande partie de son empire (301). Démétrius s’imposa en Grèce et en 294, il occupa de nouveau Athènes et se déclara roi de Macédoine, mais en 288, il fut évincé par ses rivaux Lysimaque et Pyrrhus. Finalement il se rendit à Séleucus I Nicator en Cilicie (285) où il y mourut en 283.]

27 [Bataille d’Ipsos, engagement militaire qui eut lieu à Ipsos, Phrygie, en 301 av. J.-C. entre deux camps des « successeurs » d’Alexandre le Grand, bataille qui accéléra le démembrement de l’empire d’Alexandre commencé après sa mort. En 302, Lysimaque, roi de Thrace, Séleucos I Nicator de Babylone, Ptolémée I Soter d’Égypte, et Cassandre de Macédoine s’allièrent contre Antigone I Monophtalme, roi d’Asie Mineure, et son fils Démétrius Poliorcète. Bien que les forces armées réunies de Séleucos et Lysimaque ne furent que légèrement inférieures aux troupes d’Antigone, avec 70 000 soldats et 10 000 chevaux, ce fut la présence des éléphants de leurs alliés qui leur permit d’obtenir la victoire. Les éléphants empêchèrent Démétrius, parti au loin après avoir vaincu la cavalerie de l’ennemi, de retourner sauver son père. Antigone fut tué, Démétrius s’enfuit, et l’Asie Mineure fut attachée aux dominions de Lysimaque.]

28 [Cassandre (c. 358 av. J.-C.- 297 av. J.-C.), fils du régent Macédonien Antipater et roi de Macédoine de 305 à 297. Cassandre fut l’un des généraux qui combattit pour l’empire d’Alexandre le Grand après sa mort en 323. Après la mort d’Antipater en 319, Cassandre refusa de reconnaître le nouveau régent Polyperchon. Avec l’aide d’Antigone I Monophtalme, roi de Phrygie, Cassandre s’empara de la Macédoine et de la plus grande partie de la Grèce, y compris d’Athènes (319-317). Lorsqu’Antigone revint des provinces de l’Est dans l’espoir de réunifier l’empire d’Alexandre sous sa propre souveraineté, Cassandre s’allia avec Ptolémée I, Séleucos, et Lysimaque (dirigeants respectifs d’Égypte, de Babylone, et de Thrace) pour s’y opposer. Entre 315 et 303, les deux groupes se confrontèrent fréquemment. Cassandre perdit Athènes en 307, et ses autres possessions au sud de Thessalonique en 303-302, mais la défaite d’Antigone à la bataille d’Ipsos en Phrygie (301) donna le contrôle de la Macédoine à Cassandre.]

29 [Arsinoé, apparentée à la dynastie argéade, était la mère de Ptolémée Soter (367/366 ou 364 av. J.-C. ; 283/282). La petite-fille d’Arsinoé, fille de Ptolémée I Soter et Bérénice I, devint Arsinoé II (c. 316 av. J.-C.- juillet 270) lorsqu’elle épousa (c. 277 av. J.-C.) son frère Ptolémée II Philadelphe (308 av. J.-C.-246) après qu’Arsinoé I (fl. début du iiie siècle av. J.-C.) la première femme de Ptolémée II Philadelphe, fut bannie à la suite des dissensions dynastiques qui suivirent la mort du premier Ptolémée.]

30 [Arrien, voir Leçon 14, note 16.]

31 [Straton de Lampsaque, aussi appelé Straton, nom Latin Strato Physicus (mort c. 270 av. J.-C.), philosophe grec et successeur de Théophraste à la tête de l’école péripatéticienne de philosophie (fondée sur les enseignements d’Aristote). Straton était connu pour sa doctrine du vide (il affirmait que toutes substances contiennent du vide et que les différences en poids des substances proviennent des différences de quantité du vide), ce qui servit de base théorique pour la construction helléniste des machineries fonctionnant à la vapeur et à l’air comprimé décrits par Héron d’Alexandrie. Aristotélicien orthodoxe, Straton tempéra l’interprétation de son maître sur la nature en insistant sur la causalité et le matérialisme, et en refusant d’admettre toute influence théologique dans l’œuvre de la nature. L’ensemble des écrits de Straton sont aujourd’hui perdus.]

32 [(Wilhelm Peter) Eduard (Simon) Rüppell (né le 20 novembre 1794 à Francfort sur le Maine ; mort le 10 décembre 1884 à Francfort sur le Main), naturaliste allemand et explorateur de l’Afrique du nord-est qui est reconnu autant pour ses collections zoologiques et ethnographiques qu’il rapporta d’Europe que pour ses explorations (Mearns (Barbara) & Mearns (Richard), Biographies for birdwatchers, the lives of those commemorated in western Palearctic bird names [illustré par Rees Darren], London ; San Diego : Academic Press, 1988, xx + 490 p.) Il se rendit tout d’abord en Afrique en 1817 et remonta le Nil jusqu’à la première série de cataractes (à Assouan en Égypte). De retour en Allemagne, il termina ses études scientifiques et partit pour sa première expédition (1822-1827), traversant le Soudan depuis le Désert de Nubie vers le sud jusqu’à Kordofan au centre du Soudan. Lors de sa deuxième expédition (1830-1834), il traversa l’Éthiopie d’est en ouest, en passant par les ruines d’Adowa, jusqu’au lac Tana, qu’il fut le premier à placer sur une carte (voir Rüppell (Eduard), Neue wirbelthiere zu der fauna von Abyssinien gehörig, entdeckt und beschrieben von dr. Eduard Rüppell, Frankfurt am Main : In commission bei S. Schmerber, 1835-1840, 4 vol.) À son retour, il resta à Gonder, alors capitale de l’Éthiopie, où il organisa ses collections et amassa une collection d’anciens manuscrits éthiopiens.]

33 [Démosthène (mort en 413 av. J.-C.), général Athénien qui fut un stratégiste ingénieux lors de la Guerre du Péloponnèse (Athènes contre Sparte, 431-404).]

34 [Sur le modèle de l’Académie de Platon, les écoles philosophiques athéniennes –le Lycée d’Aristote, le Jardin d’Épicure, et le Porche (Stoa), lequel donna son nom aux Stoïques– étaient des fraternités où les postes tant de l’enseignement que de l’administration se transmettaient de génération en génération, comme une sorte d’héritage.]

35 [Théophraste (né c. 372 av. J.-C. à Erésus, Lesbos ; mort c. 287), philosophe péripatéticien grec et élève d’Aristote (voir Sharples (Robert W.), Theophrastus of Eresus. Sources for His Life, Writings, Thought, and Influence : Commentary. Volume 5, Sources on biology (human physiology, living creatures, botany : texts 328-435, Leiden ; New York : E. J. Brill, 1995, XVI-273 p.). Il étudia à Athènes sous Aristote, et lorsqu’Aristote fut forcé de se retirer en 323, il prit la direction du Lycée, l’académie d’Athènes fondée par Aristote. Sous Théophraste, le taux d’inscription des élèves et des auditeurs atteint son plus haut niveau. Il faisait partie des quelques péripatéticiens qui embrassait l’ensemble de la philosophie d’Aristote, dans tous les domaines, que ce soit de la métaphysique, de la physique, de la physiologie, de la zoologie, de la botanique, de l’éthique, de la politique, ou de l’histoire de la culture. Sa méthode consistait à renforcer l’unité systématique de ces sujets et d’atténuer les éléments transcendantaux ou Platoniques de l’Aristotélisme. Parmi les quelques œuvres qui nous restent, les plus importantes sont Peri phyton historia (« Recherche sur les Plantes ») et Peri phyton aition (« La Cause des Plantes »), composées respectivement de neuf et six livres (connus sous le nom de Historia plantarum ; voir Theophrastus, De historia plantarum libri decem, græce and latine. In quibus textum græcum variis lectionibus, emendationibus, hiulcorum, supplementis : latinam gazæ versionem nova interpretatione ad margines : totum opus absolutissimis cum notis, tum, Amsterdam : apud Henricum Laurentium, 1644, in-folio ; Recherches sur les plantes. Tome I : Livres I et II [texte établi et traduit par Amigues Suzanne], Paris : Les Belles Lettres, 1988, LVIII + 143 p. ; Recherches sur les plantes. Tome V : Livre IX [texte établi et traduit par Amigues Suzanne], Paris : Les Belles Lettres, 2006, LXX-397 p.) D’origine douteuse sont les traités de moindre envergure qui lui sont attribués sur le feu, les vents, les signes du temps, les odeurs, les sensations, et autres sujets. Son œuvre célèbre Charakteres (de nombreuses traductions existent en français) consiste en un recueil de trente descriptions courtes et dynamiques définissant les genres moraux basés sur les études qu’Aristote fit dans un but éthique et rhétoricien. Cet ouvrage servit plus tard de base pour Les Caractères de La Bruyère (Jean de), Les Caractères de Théophraste traduits du grec avec les caractères ou les mœurs de ce siècle, Paris : Chez Estienne Michallet, 1688, 360 p. ; Les caractères de Théophraste, traduits du grec, avec Les caractères ; ou Les mœurs de ce siècle [texte établi, avec introduction, notes, relevé de variantes, glossaire et index par Garapon Robert], Paris : Garnier Frères, 1962, XLV + 622 p. ; voir note 38 ci-dessous). Dans son enseignement sur l’éthique, célèbre pour l’attaque qu’il provoqua chez les Stoïques, Théophraste réitéra l’idée d’Aristote sur la pluralité des vertus et de leurs contraires, les vices, et il reconnut l’importance des biens extérieurs, lesquels étaient considérés par les Stoïques comme de simples luxes pour la vie humaine.]

36 [Ménédème d’Érétrie (c. 339 av. J.-C. – c. 265), philosophe grec qui fonda l’école d’Erétrie de philosophie. Lors d’une expédition militaire à Mégare, il commença à assister aux conférences de Stilpon et plus tard, il rejoignit l’école fondée par Phédon à Élis. Il devint le dirigeant de l’école et la transféra à Érétrie, où elle fut alors connue comme l’école d’Érétrie. Participant actif aux affaires politiques, il fut forcé à l’exil par ses opposants, et plusieurs années plus tard, il mit fin à sa vie. À ne pas confondre avec Ménédème de Pyrrhe, membre de l’Académie, contemporain de Platon.]

37 [Un autre Sophocle, à ne pas confondre avec Sophocle (né c. 496 av. J.-C. à Colone, village près d’Athènes ; mort en 406 à Athènes), le second des trois grands tragédiens classiques d’Athènes, le plus jeune contemporain d’Eschyle et le plus ancien contemporain d’Euripide (voir Leçon 4, note 19).]

38 [Jean de La Bruyère (né en 1645 à Paris ; mort le 10/11 Mai 1696 à Versailles), satiriste moraliste français connu pour son œuvre, Les Caractères de Théophraste traduits du grec avec les caractères ou les mœurs de ce siècle (1688), considéré comme l’un des chefs d’œuvre de la littérature française (pour une édition moderne, voir celle de Robert Garapon dans la note 35 ci-dessus.]

Indice delle illustrazioni

Legenda MÉTAMORPHOSE. Les phases de la vie d’un papillon : mâle et femelle présentés sur leur plante hôte. Détail d’une gravure extraite de Merian (Maria Sibylla), Metamorphosis Insectorum Surinamensium, Leiden : Gerald Valck, 1714, pl. 11.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3748/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540