Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

3. Aristotle and his disciples / Aristote et ses disciples

7. Aristote et son Histoire des animaux

Texte intégral

ARISTOTE CONTEMPLANT LE BUSTE D’HOMÈRE. Huile sur toile réalisé en 1653 par le peintre Hollandais Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669).

ARISTOTE CONTEMPLANT LE BUSTE D’HOMÈRE. Huile sur toile réalisé en 1653 par le peintre Hollandais Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669).

1Avant Aristote, la philosophie, entièrement spéculative, se perdait dans des abstractions dépourvues de fondemens ; la science n’existait pas. Il semble qu’elle soit sortie toute faite du cerveau d’Aristote comme Minerve, toute armée, du cerveau de Jupiter. Seul, en effet, sans antécédens, sans rien emprunter aux siècles qui l’avaient précédé, puisqu’ils n’avaient rien produit de solide, le disciple de Platon découvrit et démontra plus de vérités, exécuta plus de travaux scientifiques, en une vie de soixante-deux ans, qu’après lui vingt siècles n’en ont pu faire, aidés de ses propres idées, favorisés par l’expansion du genre humain sur la surface habitable du globe, par l’imprimerie, par la gravure, la boussole, la poudre à canon, l’alcool, et le concours de tant d’hommes de génie qui ont à peine pu glaner sur ses traces dans le vaste champ de la science.

2Le premier, après Socrate, Aristote enseigna et suivit, mais sur une échelle bien autrement étendue, la méthode d’observation, et il plaça ainsi les sciences sur leur vrai terrain. Cette méthode, malgré les admirables résultats qu’elle produisit entre ses mains, fut longtemps méconnue ; mais enfin le xviie siècle la réhabilita, et en fit à tout jamais l’instrument le plus fécond et le plus certain des progrès des sciences naturelles.

3Toutes les connaissances humaines, avant Aristote, étaient confondues en une seule science nommée philosophie, et les objets de ces connaissances composaient un seul grand tout nommé la nature. Aristote soumit ce grand tout à plusieurs divisions d’une haute importance, et avec lui commença ainsi l’analyse. Les sciences connues de son temps, la physique, la métaphysique, l’histoire naturelle, la chimie, la politique, la poétique, la théorie des arts, furent classées à part et devinrent des spécialités. Chacune de ces spécialités fut subdivisée d’après des analogies naturelles que celles qui avaient servi de bases aux premières divisions, et ainsi Aristote put se livrer avec netteté aux études les plus détaillées et les plus profondes. Il réunit ensuite les diverses parties de son travail, et en forma le plus grand corps de doctrine, le système le plus vaste qui ait jamais été produit. C’est un résultat unique de la toute-puissance de la patience qui recueille les détails, et du génie généralisateur qui fait sortir de leur rapprochement et de leur comparaison, les méthodes et les théories les plus élevées.

4Tout étonne, tout est prodigieux, tout est colossal dans Aristote. Il ne vit que soixante-deux ans, et il peut faire des milliers d’observations d’une minutie extrême, et dont la critique la plus sévère n’a pu infirmer l’exactitude. Professeur public pendant le tiers de sa vie, chargé d’une éducation de prince qui dura sept ans, vivant le plus ordinairement au milieu du tumulte des cours, il écrit des centaines d’ouvrages sur les matières les plus variées, et tous sont d’une richesse de faits et d’une fécondité d’idées qui surpassent l’imagination.

5Aristote était doué d’une invention inépuisable ; son génie se révèle de toutes manières.

6La quantité innombrable de ses notes et de ses documens scientifiques lui permettait à peine de s’y reconnaître ; il imagine de les classer dans un ordre correspondant à celui des lettres de l’alphabet, et il invente ainsi la méthode des Dictionnaires.

7Concevant que de simples descriptions anatomiques seraient obscures, il y ajoute des figures, et, le premier encore, il a l’idée de représenter aux yeux, par le secours du dessin, des détails d’organisation animale qui ne peuvent guère en effet être parfaitement compris autrement.

  • 1 [Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (18 janvier 1689, Château La Brède (...)

8Toutes les fois que cet homme unique s’ouvre une nouvelle route, elle est scientifique, féconde en résultats importans, et elle fait éclater la justesse de son incomparable esprit. Ainsi, veut-il étudier la science des rapports des citoyens avec leur gouvernement, et établir une théorie politique, il abandonne la spéculation et consulte l’expérience. Il recueille et compare les constitutions de 158 états qui existaient de son temps. C’est cette excellente méthode qui nous a procuré l’Esprit des Lois de Montesquieu1.

9En résumé, on doit considérer Aristote comme un des plus grands observateurs qui ait jamais existé ; mais, sans nul doute, il est le génie classificateur le plus extraordinaire que la nature ait produit.

10Les circonstances favorables dans lesquelles il s’est trouvé placé peuvent seules expliquer comment il a pu suffire aux immenses ouvrages dont on lui est redevable. Nous allons, en conséquence, entrer dans quelques détails sur sa vie.

  • 2 [Amyntas III (mort en 370/369 av. J.-C.), roi de Macédoine de c. 393 à 370/369. Sa virtuosité diplo (...)
  • 3 [Philippe II, ou Philippe de Macédoine (382-336 av. J.-C., Asie Mineure), 18ème roi de Macédoine (3 (...)

11Aristote était né à Stagyre, petite ville de la Macédoine, en 384, avant Jésus Christ. Son père, Nicomaque, étant médecin d’Amyntas III, roi de Macédoine2, il fut élevé à la cour de ce prince avec les plus grands soins, et il y devint en quelque sorte le compagnon de Philippe3, fils d’Amyntas et père d’Alexandre. La mère de Philippe avait surtout une très-grande affection pour Aristote.

12À seize ans, il quitta la Macédoine, et fut à Athène étudier la philosophie sous Platon. Celui-ci, qui reconnut sur le champ son génie, disait qu’il avait plutôt besoin de rênes que d’éperons.

  • 4 [Épicure (341 av. J.-C., Samos, Grèce-270, Athènes), philosophe grec, auteur d’une éthique du plais (...)

13On prétend, sur la foi d’une lettre d’Épicure4, qu’Aristote, ayant dissipé sa fortune à Athènes, fut obligé d’y exercer la médecine, et de vendre des médicamens pour subsister. Le fait d’avoir vendu des drogues serait possible, car, comme alors les diverses parties de l’art de guérir n’étaient point séparées, les médecins préparaient eux-mêmes et vendaient les remèdes qu’ils avaient prescrits à leurs malades ; mais la lettre d’Épicure n’est rien moins que authentique, et elle le serait, qu’on ne voit pas ce qu’en pourrait perdre la gloire d’Aristote.

14Pendant son séjour à Athènes, Aristote reçut de Philippe, en 356, avant Jésus-Christ, une lettre conçue en ces termes : « Il m’est né un fils. Je remercie les dieux moins de me l’avoir donné, que de l’avoir fait naître du temps d’Aristote ; car j’espère que vous en ferez un roi digne de me succéder et de commander aux Macédoniens. »

15Aristote n’avait alors, que vingt-huit ans ; il était simple disciple de Platon, et bien loin d’avoir la célébrité qu’il acquit plus tard ; mais il faut se souvenir qu’il avait passé une partie de sa jeunesse dans l’intimité de Philippe, et qu’ainsi ce prince avait pu apprécier la puissance de son esprit.

16Platon passe pour avoir été jaloux de la lettre de Philippe. Quelques auteurs rapportent aussi que Aristote éleva à Athènes une école contre celle de son maître, et que de ces diverses circonstances, il résulta entre eux du refroidissement. Le fait est vraisemblable ; mais il n’est pas bien prouvé.

  • 5 [Hermias d’Atarnée, mercenaire grec, fut le premier, au titre de vassal des suzerains perses, à pre (...)
  • 6 [Artaxerxès ou Artaxerce II, voir Leçon 6, note 27.]
  • 7 [Aristote était en bons termes avec son protecteur, Hermias, et épousa sa nièce Pythias. Elle lui d (...)

17Aristote suivit les leçons de Platon pendant vingt ans, et ne sortit d’Athènes qu’en 346, lorsque la guerre éclata entre la Macédoine et les Athéniens. Il se retira près de son ami Hermias5, souverain d’Atarné en Mysie, dans l’Asie mineure. Ce prince étant mort victime d’une trahison de Mentor Rhodien, frère de Memnon, général des troupes grecques, à la solde d’Artaxerce, roi de Perse6, Aristote recueillit Pythias, la sœur de son ami, et l’épousa ensuite7. À sa mort il lui rendit de grands honneurs ; on l’accusa même d’en avoir fait une divinité, et de lui avoir voué un culte analogue à celui dont Céres était l’objet chez les Athéniens. Cette histoire paraît controuvée.

  • 8 [Mytilène, l’actuelle Mitilíni, capitale de l’île et du nomós (département) de Lesbos, Grèce.]

18Aristote était allé à Mytilène8 après le meurtre d’Hermias ; et ce fut de là qu’en 343, Philippe le fit venir à sa cour pour commencer l’éducation d’Alexandre, alors âgé de treize ans.

  • 9 Aristote était Grec, et haïssait par conséquent les Perses, surtout depuis le meurtre de son ami He (...)

19Cette éducation l’occupa durant sept années, et l’on peut dire que jamais un prince si puissant ne reçut les leçons d’un si beau génie. Mais ces leçons ne profitèrent pas entièrement à Alexandre, elles ne le garantirent point des écarts funestes dans lesquels la prospérité entraîne la plupart des hommes9.

  • 10 [Callisthène d’Olynthe (c. 360-327 av. J.-C.), historien grec. Il fut choisi, à ce titre, pour acco (...)
  • 11 [Antipater (c. 397-319 av. J.-C.), général macédonien, régent de Macédoine (334-323) et de l’empire (...)

20Lorsqu’Alexandre était parti pour sa grande expédition, Aristote lui avait donné pour compagnon et pour guide, son parent et son disciple Callisthènes10, qui était digne d’un si beau rôle. Mais ses représentations et sa franchise importunèrent Alexandre ; il tomba dans sa disgrâce. Les ennemis de Callisthènes profitèrent de cette circonstance pour l’accuser de trahison, de complots, et Alexandre le fit périr dans un moment de fureur. On prétend qu’il avait envoyé des ordres en Macédoine pour qu’on fît subir le même sort à Aristote ; mais que Antipater11, qui gouvernait alors le pays, n’exécuta pas sa volonté. Antipater, l’ami d’Aristote, n’eût jamais en effet contribué à sa mort. Mais rien ne prouve au reste qu’elle lui ait été réellement prescrite.

21Suivant quelques auteurs, Aristote aurait accompagné Alexandre jusqu’en Égypte ; rien ne prouve non plus cette assertion ; les prétendues preuves qu’on en donne attestent même le contraire, car les descriptions d’animaux égyptiens, sur lesquelles on s’appuie, n’ont point été faites d’après nature, et ont évidemment été extraites d’Hérodote, avec toute leur inexactitude.

  • 12 [Le Lycée, école athénienne fondée par Aristote en 335 av. J.-C. dans un gymnase entouré de jardins (...)
  • 13 [Xénocrate (c. 396, Chalcédoine (actuelle Turquie) – 314 av. J.-C., Athènes), philosophe grec, élèv (...)
  • 14 [L’Académie, du grec Academeia, en latin Academia. L’école philosophique fondée dans les faubourgs (...)
  • 15 [Caracalla, surnom de Marcus Aurelius Severus Antoninus Augustus, appelé à l’origine Septimius Bass (...)
  • 16 [Péripatéticiens, voir note 12, ci-dessus.]

22Peu de temps après l’assassinat de Philippe, qui fut commis en 336, Aristote retourna à Athènes, et y ouvrit dans une promenade plantée d’arbres, nommée le Lycée12, où l’on exerçait les jeunes soldats, une école qui ne tarda pas à devenir célèbre. Il y professait deux fois par jour ; le matin il développait les parties les plus élevées de sa doctrine ; le soir il exposait les élémens de la philosophie, et traitait des sujets qui n’exigeaient pas d’études antérieures. Il enseigna ainsi durant une douzaine d’années, et pendant ce temps, il ne cessa point de correspondre avec Alexandre. Cependant il y eut entre lui et ce prince un refroidissement marqué, au sujet du meurtre de Callisthènes, et on voit qu’Alexandre, dans quelques-unes de ses lettres, cherche à le blesser, en exaltant le mérite de Xénocrate13, qui présidait l’école académique14, rivale du Lycée. Cette haine qu’eut le fils de Philippe pour son maître, dans les dernières années de sa vie, était si connue, que quatre ou cinq cents ans plus tard, Caracalla15, qui se piquait d’imiter Alexandre-le-Grand, poussa la folie jusqu’à chasser de Rome les péripatéticiens16, parce qu’ils avaient été odieux à ce conquérant.

23Pendant son expédition, Alexandre, qui avait reçu d’Aristote le goût des sciences naturelles, envoyait à son maître toutes les productions remarquables des pays qu’il soumettait, et chacune de ses victoires était ainsi une source de richesses pour la science. On voit en effet par l’exactitude avec laquelle Aristote décrit plusieurs animaux de l’Inde et de la Perse, qu’il a eu sous les yeux les objets eux-mêmes.

  • 17 [Pline l’Ancien, voir Leçon 13, note 1.]

24Aristote ne fut pas seulement aidé par les conquêtes de son élève ; il reçut encore de celui-ci des sommes considérables : il employa plus de trois millions de notre monnaie à recueillir les matériaux de l’Histoire qui l’a rendu immortel. Pline17 rapporte qu’il occupait constamment, aux frais d’Alexandre, plusieurs milliers d’hommes pour chasser, pêcher et recueillir les observations dont il avait besoin.

25Sans doute de pareilles ressources sont immenses, mais le parti qu’en a tiré Aristote dépasse infiniment le résultat qu’on pouvait en espérer.

26Cet étonnant génie n’a pas seulement servi la science par ses observations et ses classifications ; il leur a encore rendu un service éminent, en formant, toujours au moyen de la munificence d’Alexandre, la première bibliothèque qui ait été établie dans l’antiquité.

  • 18 [Ptolémée Ier Soter (367/366 ou 364 av. J.-C., Macédoine – 283/282, Égypte), fils du noble Lagus, g (...)
  • 19 [La bibliothèque d’Alexandrie, la plus célèbre bibliothèque de l’Antiquité. Elle faisait partie d’u (...)

27À son imitation Ptolomée Lagus18, qui avait été son élève, fonda la bibliothèque d’Alexandrie19, et plus tard fut établie celle de Pergame.

  • 20 [Eurymède, à ne pas confondre avec l’Eurymède du siècle précédent, l’un des généraux de la Guerre d (...)
  • 21 [Chalcis, en grec moderne Khalkís, capitale du nomós (département) d’Eubée, sur l’île d’Eubée, Grèc (...)
  • 22 [Wilhelm Gottlieb] Tennemann [[(1761, Erfurt – 1819, Marburg), philologue allemand dont le grand œu (...)

28Aussi long-temps qu’Alexandre vécut, l’apparente protection qu’Aristote en recevait, assura sa tranquillité ; mais dès que le vainqueur de l’Asie fut mort, les Athéniens donnèrent carrière aux ressentimens que la peur avait contenus. Les démagogues qui confondaient dans leur aversion le roi de Macédoine et son précepteur, les sophistes dont il avait pulvérisé les arguties, les platonistes dont il avait abandonné, puis attaqué la doctrine, tous ensemble se liguèrent pour le persécuter ; ils inventèrent des fables absurdes pour le déprimer, celle, par exemple, d’avoir été complice des assassins d’Alexandre. Ils suscitèrent aussi contre lui l’hiérophante Eurymédon20, pour l’accuser d’impiété. Mais lorsqu’il vit que l’orage ne se dissipait pas, averti qu’il était par l’exemple de Socrate, il se retira à Chalcis en Eubée21, avec la plus grande partie, de ses disciples, pour éviter aux Athéniens, disait-il, un nouvel attentat contre la philosophie. Il mourut dans cette retraite, peu de temps après avoir quitté Athènes. On a prétendu qu’il s’était jeté dans l’Euripe, désespéré de n’avoir pu comprendre la cause du flux et reflux qu’il y remarquait, et on lui attribue d’avoir prononcé dans cette occasion ce calembourg : Puisque je ne puis te comprendre, tu me comprendras. C’est une fable comme celle qu’on débite sur Empédocle, qui se serait jeté dans l’Etna, en prononçant les mêmes paroles qu’Aristote22.

  • 23 [Pour Théophraste, voir Leçon 8, note 36.]

29Aristote avait réglé par son testament le sort de ses enfans, de ses amis, et donné la liberté à ses esclaves. Il avait nommé pour exécuteurs de ses dernières volontés Antipater, roi de Macédoine, et Théophraste23, son successeur dans la chaire du Lycée.

30Parmi les contemporains d’Aristote, on remarque Démocrite-d’Abdère, Hippocrate, Xénophon et Platon son maître.

31Démocrite avait quatre-vingt-six ans, lorsque naquit le fondateur du Lycée ; mais comme sa vie se prolongea jusqu’à cent dix ans, il vécut encore vingt-quatre ans avec Aristote.

32Hippocrate avait soixante-seize ans à la naissance d’Aristote, et il put le voir encore longtemps puisqu’il vécut jusqu’à cent quatre ans.

33Xénophon était âgé de soixante-un ans, lorsque le précepteur d’Alexandre vint au monde, et par conséquent il fut son contemporain pendant vingt-neuf ans.

34Enfin Platon, d’abord le maître d’Aristote, et depuis plus de deux mille ans son antagoniste, avait quarante-cinq ans lorsque son disciple naquit, et il vécut encore trente-six ans.

35Il était utile de noter toutes ces coïncidences, parce que les communications directes ou indirectes qu’Aristote dut avoir avec les divers savans que nous venons de nommer, influèrent, sans aucun doute, sur le développement de son génie.

  • 24 [Strabon, voir Leçon 12, note 29.]
  • 25 [La vieille légende selon laquelle les traités d’Aristote auraient été perdus pendant des années pa (...)
  • 26 [Attale Ier Soter (« Sauveur ») (269-197 av. J.-C.), souverain de Pergame de 241 à 197 av. J.-C., p (...)
  • 27 [Johann Jakob] Brucker [1696-1770] dit 130 ans [dans son Historia Critica Philosophiae, a mundi inc (...)
  • 28 [Apellicon de Théos (mort c. 84 av. J.-C.), riche bibliophile grec qui prit la citoyenneté athénien (...)

36Nous n’avons qu’une idée incomplète de l’étendue des connaissances d’Aristote, car une partie de ses ouvrages est entièrement perdue, et l’autre ne nous est parvenue qu’altérée. C’est Strabon24, dans le treizième livre de sa Géographie, qui nous apprend les fortunes diverses des livres d’Aristote. Il avait légué sa bibliothèque à Théophraste, son élève de prédilection, et son successeur au Lycée ; celui-ci la confia à Néléus25 qui la transporta à Scepsis, ville de Mysie, soumise à Attale, roi de Pergame26. Les héritiers de Néléus cachèrent dans un souterrain les ouvrages dont cette bibliothèque était composée, parce qu’alors Attale formait une bibliothèque que sur le modèle de celle d’Alexandrie, et qu’une rivalité si passionnée s’était élevée à ce sujet entre lui et Ptolémée, roi d’Égypte, qu’il allait jusqu’à employer la violence pour obtenir les ouvrages qu’il désirait. Les livres d’Aristote restèrent durant soixante ans27 ensevelis dans leur souterrain, où l’humidité en détruisit une partie. Apellicon de Théos28, qui en devint propriétaire moyennant une somme considérable, les apporta à Athènes, sa patrie, et fit remplir les lacunes qu’ils présentaient, par diverses interpolations plus nuisibles qu’utiles, car j’ai pu en distinguer quelques-unes.

  • 29 [Lucius Cornelius Sulla (Felix), (né en 138, mort en 78 av. J.-C. à Cumes, près de Naples), vainque (...)
  • 30 [Andronique de Rhodes, également appelé Andronicus Rhodius (fl. premier siècle av. J.-C.), philosop (...)

37Lorsque Sylla29 s’empara d’Athènes il y trouva les livres d’Aristote, et les fit transporter à Rome avec le plus grand soin. Un grammairien, appelé Tyrannion, partisan de la doctrine d’Aristote, fut chargé d’en faire plusieurs copies. Andronic-le-Rhodien30, qui en surveillait la publication, les divisa en chapitres. Cette division est fort imparfaite ; les titres particuliers indiquent rarement avec exactitude les sujets dont traitent les chapitres. Il y aurait nécessité d’ailleurs de distribuer autrement qu’on ne l’a fait le corps des ouvrages d’Aristote.

  • 31 [Diogène Laërce (fl. iiie siècle), auteur grec célèbre pour son histoire de la philosophie grecque, (...)

38Diogène Laërce31 nous a conservé lés titres de près de trois cents livres d’Aristote ; mais plusieurs de ces ouvrages fort importans ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Nous regrettons huit livres de descriptions anatomiques, accompagnées de figures coloriées qui correspondaient au texte par des renvois. Le second ouvrage dont nous soyons privés est un recueil de divers objets appartenant aux sciences naturelles, et distribué par ordre alphabétique. C’était un véritable dictionnaire histoire naturelle ; qui vraisemblablement contenait toutes les observations particulières qu’Aristote a résumées dans ses autres ouvrages. Il était composé de trente-huit rouleaux, et aurait pu former un fort volume in-quarto. La troisième perte que nous ayons faite, bien qu’étrangère à notre sujet, n’en est pas moins fort grande. Elle consiste en une collection des constitutions de cent cinquante-huit états indépendans, qu’Aristote avait recueillies pour la composition de sa Politique. Ces constitutions auraient été fort précieuses à consulter pour l’histoire dés républiques grecques.

39Il serait excentrique à notre sujet d’examiner ceux des ouvrages d’Aristote qui ne sont pas relatifs aux sciences naturelles. Toutefois nous ne pouvons nous dispenser de vous les indiquer, pour vous faire connaître la prodigieuse étendue des connaissances de leur auteur.

40Les premiers livres d’Aristote traitent de la logique ou de la psychologie, et il était naturel en effet que l’étude de l’entendement humain marchât avant toute autre étude, puisqu’elle sert de fondement à nos connaissances. Ces ouvrages renferment la première exposition qui ait été faite des règles du syllogisme, procédé au moyen duquel il est possible de découvrir si la conclusion d’un raisonnement est juste ou fausse, Platon, il est vrai, avait déjà employé le syllogisme dans ses Dialogues, mais c’était sans en exposer le mécanisme, et en quelque sorte instinctivement ; Aristote au contraire en a traité didactiquement.

41À sa Logique succèdent sa Rhétorique et sa Poétique. Les règles qu’il y donne sont encore excellentes, parce qu’elles reposent sur l’observation. Celles que depuis on a voulu leur substituer d’une manière arbitraire ont été successivement abandonnées comme fausses ou incomplètes.

42La Morale d’Aristote, sa Politique, son Économie sont également fondées sur l’observation ; la première sur l’étude de l’homme, et les autres sur des législations et des faits comparés. Toutefois on remarque dans sa Politique quelques idées que nous ne partageons plus aujourd’hui ; telles sont, par exemple, celles qui se rapportent à l’esclavage. Mais ces idées étaient alors si universellement admises, qu’il a fallu tous les efforts du christianisme, prolongés pendant plusieurs siècles, pour faire dominer des sentimens moins barbares.

43Dans sa Métaphysique, où il traite de l’être comme existant essentiellement, Aristote ne présente plus dans l’expression la clarté qui distingue ses autres écrits. La cause en est double ; d’abord le sujet est plus abstrait, plus profond ; ensuite les idées de l’auteur sont moins nettes, moins précises. Cependant nous ne voyons pas que, même en métaphysique, Aristote ait été surpassé par ses successeurs ; il est au contraire à remarquer que ce sont ses travaux sur cette science qui ont le plus contribué à étendre son influence, et à le faire dominer dans les écoles du Moyen Âge.

44Nous voici arrivés aux ouvrages d’Aristote qui doivent fixer plus spécialement notre attention, à ceux de ses travaux qui traitent des sciences physiques. Ils se composent de huit livres sur la physique proprement dite, quatre sur le ciel, un sur la météorologie, où il est aussi parlé de minéralogie, un sur les couleurs, deux sur la génération et la corruption des corps, c’est-à-dire sur le mouvement de dissolution et de recomposition des êtres organisés, dix sur l’histoire des animaux, quatre sur leurs parties, un sur leurs moyens de progression, deux sur leur génération et de plus divers traités sur la veille et le sommeil.

45Dans ces différens ouvrages, Aristote emploie la même méthode que dans sa Poétique, sa Morale et sa Politique ; toutes les propositions générales qu’il exprime sont des inductions, résultant de l’observation et de la comparaison de faits particuliers ; jamais il ne pose une règle à priori. Cette marche, du reste, est une conséquence de sa théorie sur l’origine des idées générales auxquelles il donne une source toute humaine. Platon, comme nous l’avons fait voir en analysant le Timée, admet que les idées générales ont une existence propre, et qu’elles sont innées dans l’homme, parce que son âme les a possédées lorsqu’elle était unie à la divinité, de telle manière que toutes les vérités générales qu’elle croit découvrir ne sont que des réminiscences de ses notions antérieures. De ce principe il suit que les sens sont complètement inutiles à l’acquisition de nos connaissances, et qu’il faut les tenir dans l’inaction, pour favoriser ainsi le rappel des idées, que nous avions reçues de la divinité. Aristote professe une doctrine tout opposée. Il pose en principe qu’il n’y a point d’idées innées ; sans doute la divinité possède essentiellement toutes les idées générales, mais pour l’homme, il ne peut les acquérir que par voie d’abstraction, c’est-à-dire par la comparaison des faits particuliers, pour distinguer ce qu’ils ont de commun ou de différent ; et, comme les faits ne peuvent arriver à notre intelligence que par l’intermédiaire des sens, il en conclut avec raison que l’action des sens, ou l’observation, est la véritable source de toute connaissance. Ce principe essentiel, posé par Aristote dans sa Logique, et appliqué dans ses différens travaux, est ce qui a donné à sa philosophie un caractère particulier.

46De tous les ouvrages d’Aristote que nous avons énumérés, le premier, qui traite de physique générale, est le plus imparfait, et il n’en pouvait être autrement, car en physique les progrès sont difficiles et excessivement lents, lorsque les faits qui se présentent naturellement sont les seuls que l’on puisse étudier. Il est nécessaire d’en faire naître à volonté, d’en répéter souvent la manifestation, en un mot d’expérimenter, pour que la science marche rapidement et avec sûreté. Or au temps d’Aristote l’expérimentation était à peu près impossible ; les arts industriels étaient si peu développés qu’ils n’offraient au savant que des secours à peu près nuls. On ne possédait d’ailleurs qu’un nombre très-faible d’observations ; il était ainsi impossible de s’élever à des abstractions d’une très grande généralité. Plusieurs principes posés par Aristote ont donc été reconnus faux ou incomplets ; mais de son temps du moins ils étaient basés sur l’observation, et résumaient tous les faits connus. Ainsi, par exemple, il avait vu que les corps solides et les corps liquides tombaient à terre lorsqu’ils perdaient leur appui, que les corps aériformes ou gazeux s’élevaient du fond de l’eau à sa surface, enfin que la flamme se dirigeait vers le ciel ; il en avait inséré que la terre et l’eau tendaient à descendre, et l’air et le feu à monter. Aujourd’hui nous savons que ces mouvemens en sens opposés sont le résultat d’une même force ; mais ce n’est qu’à l’observation de faits nouveaux que nous devons cette découverte, qui a démontré l’inexactitude des explications d’Aristote. Toutefois les physiciens ne se sont pas encore accordés sur la question de savoir si le feu est, ou non, soumis à la loi de la gravitation universelle.

  • 32 [Evangelista Torricelli (15 octobre 1608, Faenza, Romagne-25 octobre 1647, Florence), physicien et (...)
  • 33 [Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont-Ferrand – 19 août 1662, Paris), mathématicien, physicien, ph (...)

47La remarque que nous venons de faire, à l’égard de la chute ou de l’ascension des corps, est applicable au principe de l’horreur du vide qu’on a tant reproché à Aristote. Il est clair que ce principe n’a pas plus que le précédent été conçu à priori, et qu’il est le résultat de la généralisation d’un fait dont tous les détails n’étaient pas encore connus. Si Aristote eût vu l’eau ne pas dépasser dans les pompes une hauteur de trente-deux pieds, le mercure se soutenir à vingt-huit pouces dans le tube de Toricelli, sans doute, en comparant les pesanteurs spécifiques des deux liquides et les hauteurs de leurs colonnes, il aurait découvert, comme Torricelli32, et Pascal auparavant33, la véritable cause du phénomène qu’il attribuait à l’horreur du vide, c’est-à-dire la pesanteur de l’air. Au reste, avant que l’expérience eût démontré la fausseté du principe d’Aristote, il était tout aussi logique de supposer aux corps une tendance à se porter dans le vide, que d’admettre, comme nous le faisons aujourd’hui, qu’ils s’attirent mutuellement. L’induction d’Aristote n’a en elle-même rien d’irrationnel ; cela n’a pu sembler qu’à des personnes qui ont bien voulu entendre littéralement une expression figurée, comme le sont une foule d’autres dont nous nous servons sans difficulté, parce que le langage ne nous en fournit point de rigoureuses.

48Quoi qu’il en soit, Aristote a donné des synthèses beaucoup plus exactes dans les diverses branches de l’histoire naturelle proprement dite, qu’il ne l’a fait en physique. Aussi ses écrits sur cette science sont-ils ceux qui offrent le plus de vérités à notre admiration. Le principal de ces écrits est son Histoire des animaux, que je ne puis lire sans être ravi d’étonnement. On ne saurait concevoir en effet comment un seul homme a pu recueillir et comparer la multitude de faits particuliers que supposent les nombreuses règles générales, la grande quantité d’aphorismes, renfermée dans cet ouvrage, et dont ses prédécesseurs n’avaient jamais eu l’idée.

49L’Histoire des animaux n’est pas une zoologie proprement dite, c’est-à-dire une suite de descriptions des divers animaux, c’est plutôt une sorte d’anatomie générale, où l’auteur traite des généralités d’organisation que présentent les divers animaux, où il exprime leurs différences et leurs ressemblances, appuyé sur l’examen comparatif de leurs organes, et où il pose les bases de grandes classifications de la plus parfaite justesse.

50Le premier livre décrit les parties qui composent le corps des animaux, non par espèces, mais par groupes naturels. Il est évident qu’un travail de cette nature n’a pu être que le résultat d’une connaissance approfondie des détails de l’organisation animale. Cependant comme Aristote n’a pas jugé nécessaire de former un cadre zoologique, quelques personnes ont prétendu que son ouvrage manquait de méthode. Assurément ces personnes n’avaient qu’un esprit très-superficiel.

51Le commencement du livre dont nous parlons est en quelque sorte séparé du reste, et sert d’introduction. Il est composé presque tout entier de règles générales, présentées sans aucun développement, sous forme d’aphorismes ; mais d’une manière assez claire pour qu’il soit possible à chacun de les comprendre et d’en faire l’application aux objets qui lui sont connus. L’intention d’Aristote a été, comme il le dit lui-même, d’inspirer ainsi, par l’exposition d’un grand nombre de résultats remarquables, de l’intérêt pour l’étude de la nature. Voici quelques-uns de ces aphorismes, qui supposent, comme nous l’avons dit, l’observation et la comparaison d’une immense quantité de faits particuliers.

521. Aucun animal terrestre n’est fixé au sol.

53Cet aphorisme est parfaitement vrai. Les zoophytes, qui sont fixés au lieu où ils se développent, ne sont pas des animaux terrestres, mais des êtres aquatiques.

542. Aucun animal manquant de pieds n’a des ailes.

55Cette juste observation est en opposition avec l’existence des dragons volans, dont on a tant parlé avant et depuis Aristote, et qui en réalité ne sont que des animaux fabuleux.

563. Tous les animaux, sans exception, ont une bouche et le sens du tact. Ces deux attributs sont essentiellement constitutifs de l’animalité.

57Rien de plus vrai que ce principe, malgré l’extrême variété de forme et de constitution que présente l’ensemble des animaux.

584. Tous les insectes ailés, qui ont leur aiguillon à la partie antérieure du corps, n’ont que deux ailes, ainsi sont le taon, le cousin ; ceux dont l’aiguillon est placé à la partie postérieure en ont quatre, comme par exemple, la fourmi.

59Que d’observations n’a-t-il pas fallu faire pour énoncer des propositions si générales et si exactes ! Elles supposent un examen presque universel de toutes les espèces. Comment surtout trouver à priori le dernier des aphorismes que nous venons de rapporter, puisque personne ne sait encore la raison de la loi naturelle qu’il exprime ?

60Aristote, dès son introduction, expose aussi une classification zoologique qui n’a laissé que bien peu de choses à faire aux siècles qui sont venus après lui. Ses grandes divisions et subdivisions du règne animal sont étonnantes de précision, et ont presque toutes résisté aux acquisitions postérieures de la science.

61Il divise les animaux en deux grandes classes, celle des animaux qui ont du sang, et celle des animaux qui n’en ont pas ; en d’autres termes, il distingue, comme nous, les animaux à sang rouge des animaux à sang blanc. Les premiers sont les quadrupèdes, les oiseaux, les serpens, les poissons et les cétacés. Bien que ces deux dernières classes vivent également dans l’eau, et présentent quelque ressemblance dans leur forme extérieure, Aristote est cependant loin de les confondre, comme le font encore de nos jours les voyageurs qui ne connaissent pas l’histoire naturelle. Il n’ignore pas plus que nous la nature des cétacés ; il sait que ces animaux sont à sang chaud, qu’ils mettent au monde des petits vivans et les nourrissent du lait de leurs mamelles. Il établit aussi parmi les quadrupèdes une distinction bien tranchée, résultant de ce qu’ils sont vivipares ou ovipares. Ceux-ci, fait-il remarquer, ont une grande analogie avec les serpens par leur organisation interne et leur système tégumentaire.

62On voit que les groupes d’Aristote sont formés d’une manière très-naturelle, et que leur disposition seule pourrait donner prise à la critique.

63Les animaux privés de sang, ou à sang blanc d’après nos connaissances actuelles, sont divisés en quatre classes : les mollusques, les crustacés, les testacés et les insectes.

  • 34 [Carolus Linnaeus, ou Carl Linnaeus, Carl von Linné à la suite de son anoblissement (23 mai 1707, R (...)

64Cette distribution, qui n’est pas irréprochable, s’est cependant maintenue jusqu’à Linnée34, dont la classification du reste est au fond la même, puisqu’il subdivise ses deux coupes de testacés et d’insectes, la première en mollusques et en testacés, la seconde en insectes et en crustacés.

65Parmi les mollusques, Aristote désigne particulièrement la seiche, le calmar, le poulpe, l’argonaute, et fait remarquer, ce que l’on niait encore il y a peu de temps, que ce dernier animal n’est pas attaché á sa coquille comme les autres testacés. Il décrit sommairement tous les organes des mollusques, et mentionne même leur cerveau.

  • 35 [L’onagre ou hémione (Equus hemionus onager), une sous-espèce de l’âne sauvage d’Asie alors répandu (...)

66Les subdivisions établies par Aristote, parmi les animaux à sang blanc, sont supérieures à ses divisons principales, bien que celles-ci aient déjà excité notre étonnement. Pour les insectes, par exemple, sa classification est celle que présentent les travaux de Linnée. Il divise les insectes suivant qu’ils ont des ailes ou qu’ils en sont privés, et forme des premiers trois sous-ordres suivant qu’ils ont deux ou quatre ailes nues ou des ailes recouvertes d’étuis cornés. Il explique ensuite ce que c’est qu’un genre, ou la réunion de plusieurs espèces en un même groupe, et il donne pour exemple le genre des solipèdes qui se compose du cheval, de l’âne et du mulet sauvage de Syrie (hemionos)35. Ce genre est en effet un des plus distincts, et celui que nous pourrions citer encore de préférence.

  • 36 Monsieur Cuvier prétend comme Aristote, que les mollusques ont un cerveau. Monsieur [Antoine Étienn (...)
  • 37 [Hérophile (né vers 335 av. J.-C. à Chalcédoine, Bithynie ; mort vers 280). Médecin grec d’Alexandr (...)
  • 38 [Erasistrate de Céos (ou de Julis) (fl. c. 250 av. J.-C.), médecin et anatomiste grec d’Alexandrie, (...)

67Après ces généralités, Aristote entre dans les détails de l’organisation animale. Il prend pour point de départ et pour terme de comparaison, dans ses descriptions des divers organismes, et dans sa nomenclature, l’économie du corps humain. Les grandes régions et tout ce qui peut se voir à l’extérieur sont d’abord l’objet de son examen. Il s’occupe ensuite des parties internes. Mais à cet égard ses idées n’ont plus la même exactitude. Néanmoins il connaît assez bien les grands traits de l’organisation, et on voit même que sur quelques points de détail, il a mieux observé que la plupart de ses successeurs. Il est probable qu’il a connu l’usage de la trompe d’Eustache, car, réfutant l’opinion d’Alcméon qui soutenait, comme nous l’avons dit, que les chèvres respiraient par les oreilles, il dit qu’en effet il existe une communication entre l’oreille et la gorge, mais qu’elle ne sert point à la respiration. Sa première description est celle du cerveau ; il affirme que cet organe existe chez tous les animaux à sang rouge, mais que parmi les animaux à sang blanc, il ne se rencontre que chez les mollusques. Cette dernière proposition est remarquable, car ce n’est que de nos temps qu’elle a été vérifiée36. L’homme, suivant Aristote, est l’animal dont le cerveau est proportionnellement le plus volumineux. L’illustre naturaliste décrit assez bien les membranes qui enveloppent cet organe. Il connaît aussi plusieurs des nerfs qui se rendent à l’œil, et indique assez exactement l’origine et le trajet de ces nerfs, qu’il nomme pores du cerveau. Mais ses connaissances névrologiques ne vont pas plus loin : il ignore la distribution et les fonctions des nerfs ; pour lui, comme pour ses prédécesseurs, ces élémens essentiels de l’organisation ne sont que des tendons, des ligamens, en un mot des parties blanches. La connaissance de la véritable nature des nerfs n’a été acquise que postérieurement. C’est à Hérophile37 et à Érasistrate38, son petit-fils et son élève, qu’elle est due.

68Aristote décrit les veines et fait connaître qu’elles viennent toutes du cœur, auquel aboutissent leurs troncs principaux. Il est à cet égard bien supérieur à Hippocrate, dont la description semble être une œuvre d’imagination. Aristote distingue très bien la veine cave, de la veine pulmonaire. Il décrit, aussi l’aorte depuis le cœur jusqu’à sa division à la partie inférieure du tronc ; il la nomme une veine nerveuse, cartilagineuse. Mais il ne connaît pas l’usage de cette veine, que le premier il distingue des autres vaisseaux. Il ignore qu’elle contient du sang durant la vie, et cette ignorance s’étend à toutes les autres artères. Néanmoins il connaissait le pouls, dont Hippocrate, long-temps avant lui, tirait des inductions pour le traitement des maladies.

69Aristote suppose que la trachée-artère se prolonge jusqu’au cœur, et semble croire, en conséquence, que l’air y pénètre. Du reste il n’attribue à cet organe que trois cavités, erreur qui prouve au moins qu’il en avait regardé la structure. Il traite ensuite sommairement des poumons, du diaphragme, de l’estomac, de l’épiploon, du foie, de la rate, de la vessie, des reins et de leurs dépendances. Il fait remarquer que le rein droit est placé plus haut que le gauche. Enfin il ne suppose pas aux poumons d’autre fonction que celle de recevoir de l’air pour rafraîchir le sang.

70Ces descriptions d’Aristote sont incomplètes et même fausses à plusieurs égards, mais toujours est-il qu’elles ont été faites à posteriori, c’est-à-dire après avoir vu les objets.

71L’auteur passe ensuite aux animaux proprement dits. Il décrit d’abord leurs membres, et fait remarquer, lorsqu’il s’occupe de ceux de l’éléphant, que l’existence de l’organe de préhension, nommé trompe, était nécessitée par la longueur des jambes antérieures de cet animal, et la disposition de leurs articulations, qui lui auraient rendu extrêmement pénible l’action de boire et de prendre à terre ses alimens.

  • 39 [Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (7 septembre 1707, Montbard-16 avril 1788, Paris), naturali (...)

72Il pense comme nous, que cette trompe est un véritable nez. Il donne du reste des détails très-intéressans sur le mode de reproduction de d’éléphant, sur ses mœurs, ses habitudes, etc. Ctésias en avait déjà parlé ; mais il était loin de les connaître aussi exactement qu’Aristote, qui n’a pas même été dépassé à cet égard par les modernes, car Buffon39 s’est presque toujours trompé en le contredisant, ainsi qu’il résulte des observations récentes faites dans les Indes.

  • 40 [L’auroch ou aurochs (Bos primigenius), variété éteinte de bœuf sauvage européen, de la famille des (...)
  • 41 [Hippelaphus est le cerf élaphe d’Europe ou cerf rouge des Carpates, Cervus elaphus hippelaphus, le (...)
  • 42 [Pierre-Médard Diard, élève de Cuvier, né à Saint-Laurent en 1794. En 1817, en compagnie d’Alfred D (...)
  • 43 [Alfred Duvaucel, fils d’un premier mariage de Madame Cuvier, naturaliste et voyageur pour le compt (...)

73Aristote, considérant les animaux sous le rapport de la distribution de leurs poils, cite, parmi ceux qui portent une crinière, le bonasus ou aurochs40, qui vivait de son temps dans la Macédoine, et aujourd’hui ne se trouve plus que dans les forêts de la Pologne. Puis il mentionne trois autres animaux des Indes, dont il paraît qu’aucun naturaliste n’avait eu connaissance avant lui. Ces animaux sont l’hippelaphe, l’hippardium et le buffle. L’hippelaphe, ou cerf-cheval, cerf à crinière41, a été retrouvé il y a peu de temps par MM. Diard42 et Duvaucel43 ; l’hippardium, ou tigre chasseur, ne nous est aussi connu que depuis un faible nombre d’années, car Buffon ne l’a pas vu à la ménagerie royale où il a existé. Enfin on sait que le buffle n’a été introduit en Europe qu’au temps des croisades. Aristote décrit cet animal avec beaucoup d’exactitude : il désigne sa couleur et la direction de ses cornes, et remarque qu’il diffère autant du taureau domestique que le sanglier diffère du cochon.

74Aristote connaît également et décrit avec beaucoup de précision les deux espèces de chameaux propres l’une à l’Arabie, l’autre à la Bactriane. La connaissance de celle-ci n’a pu évidemment lui venir que d’Alexandre, car ce conquérant est le premier de tous les Grecs qui ait pénétré dans la Bactriane. La même remarque s’applique à l’éléphant et aux trois autres animaux dont nous avons parlé il n’y a qu’un instant ; c’est à Alexandre, qui les lui avait envoyés de l’Inde, qu’Aristote en doit la connaissance.

75Après avoir terminé ce qui se rapporte aux poils, l’auteur de l’Histoire des animaux traite des cornes, et il exprime à ce sujet des propositions générales que les observations postérieures ont entièrement confirmées. Nous en citerons quelques-unes.

76Tout animal qui a deux cornes a le pied fourchu ; mais la réciproque n’est pas vraie, et ainsi le chameau ne porte pas de cornes, bien qu’il ait le pied fourchu.

77Tous les animaux à deux cornes, qui ont le pied fourchu, et sont privés de dents à la machoire supérieure, appartiennent à l’ordre des ruminans, et réciproquement ces trois caractères sont réunis dans tous les ruminans.

78Les cornes sont creuses ou solides. Les premières ne tombent pas ; les autres sont caduques et se renouvellent chaque année.

79Aristote n’a pas observé les dents avec moins d’exactitude que les cornes. Il décrit très-bien leur mode de renouvellement dans l’homme et dans les animaux, et les différentes formes qu’elles présentent suivant le genre de nourriture des espèces : dans les carnivores elles sont tranchantes et pointues, dans les herbivores, plates et taillées en meule. Dans quelques animaux, deux de leurs dents se prolongent au-dehors de leur bouche et constituent des défenses ; mais ces dents ne coexistent jamais à cet état avec des cornes.

80Les défenses de la femelle, chez l’éléphant, sont petites et dirigées vers la terre, dit Aristote, tandis que celles des mâles sont plus grandes et redressées à leur extrémité. Cette remarque est vraie quant aux éléphans d’Asie ; mais elle ne l’est pas pour ceux d’Afrique. Chez ces derniers, les défenses de la femelle ont une conformation qui ne diffère pas de celle des défenses du mâle. L’ignorance de ce dernier fait pourrait être alléguée pour repousser l’opinion des écrivains qui prétendent qu’Aristote a accompagné Alexandre en Égypte ; car si en effet Aristote avait visité cette contrée, il n’est pas vraisemblable qu’il eût commis l’inadvertance de ne pas remarquer la différence qui existe entre les défenses des éléphans d’Afrique et celles des éléphans d’Asie. Il aurait aussi, sans aucun doute, étudié l’hippopotame, dont une mauvaise description succède à celle des dents de l’éléphant, sans qu’on voie de raison à ce rapprochement. Je pense qu’il n’a point été fait par Aristote. Cette description de l’hippopotame, empruntée d’ailleurs à Hérodote, aura été écrite sur la marge de l’ouvrage d’Aristote par un de ses premiers possesseurs, et ensuite confondue avec le texte par quelque copiste peu intelligent. Nous avons beaucoup d’exemples d’interpolations semblables.

81Aristote termine sa description des quadrupèdes vivipares par celle des singes, qu’il regarde comme des êtres intermédiaires à ces quadrupèdes et à l’homme. Il montre fort bien les principaux traits de leur organisation, la structure de leurs mains, et désigne plusieurs de leurs espèces, les unes ayant une queue, les autres en manquant. Il arrive enfin aux quadrupèdes ovipares, fait connaître les caractères qui leur sont communs et la nature de leurs tégumens. À cette occasion il décrit le crocodile d’Égypte ; il fait remarquer la dureté de ses écailles, la forme et la longueur de ses dents, la disposition de son organe de l’ouïe, et enfin fait connaître ses principales habitudes.

  • 44 [Mathurin-Jacques Brisson, né à Fontenay-le-Comte le 30 avril 1723, aida René-Antoine Ferchault de (...)

82Les observations d’Aristote sur les oiseaux ont servi de base aux classifications modernes, et on pourrait presque dire que rien a cet égard n’a été changé depuis ses travaux, car Brisson44 ne classe pas les oiseaux d’après d’autres principes que les siens. Il montre que leurs ailes sont les analogues des membres antérieurs des quadrupèdes. Il détaille ensuite la forme de leurs pieds, et note les différences qu’on y remarque. Il fait observer que leurs yeux sont pourvus d’une troisième paupière, et que plusieurs de ces animaux, principalement ceux dont la langue est charnue, ont la faculté de prononcer les mots des langues. Ses aphorismes prouvent qu’il a vu tous les objets dont il parle, car il serait impossible d’établir à priori des règles générales telles que celles-ci, par exemple : « Les oiseaux pourvus d’éperons n’ont jamais d’ongles crochus, et réciproquement. » C’est à son excellente méthode qu’Aristote doit des résultats aussi étonnans, presque à la naissance de la science.

83Il est encore plus admirable en ichtyologie, et il paraît même qu’il avait dans cette science des connaissances plus étendues que les nôtres à quelques égards.

  • 45 [Gobius niger Linnaeus, 1758, le gobie noir, abonde dans l’Atlantique-Est, au large de la Norvège, (...)
  • 46 [Giuseppe Olivi (naturaliste italien, 1769-1795) dans sa Zoologia adriatica, ossia catalogo ragiona (...)
  • 47 [Fucus, également appelé goémon noir ou rockweed, variété d’algue brune commune sur les littoraux r (...)

84Bien que son but ne fût pas de décrire des espèces, mais seulement d’énoncer des résultats généraux, il nous fait cependant connaître, en divers endroits de son livre, cent dix-sept espèces de poissons. Plusieurs des particularités qu’il rapporte sur ces animaux sont encore regardées comme douteuses ; mais de temps à autre on reconnaît l’exactitude de celles même qui avaient paru le plus incroyables. Par exemple, Aristote rapporte qu’un poisson nommé Phycis (le gobius niger de Linné) fait son nid comme les oiseaux45. On avait toujours douté de l’exactitude de cette assertion ; tout récemment un naturaliste italien, M. Olivi, a eu occasion de la vérifier de la manière la plus positive46. Il a vu le mâle, au temps des amours, creuser un trou dans la vase ; entourer ce trou de fucus47, former en un mot, un vrai nid, et y attendre la femelle qui y dépose ses œufs, et près desquels il reste jusqu’à ce qu’ils soient éclos. Il est remarquable que M. Olivi ne paraît pas avoir su que ce fait était attesté par Aristote, et qu’ainsi son observation n’était qu’une confirmation d’une observation fort ancienne.

  • 48 [« Aucun homme, au temps d’Homère, ne mangeait du poisson s’il avait de la viande à sa disposition  (...)

85Du reste, la Grèce est un pays extrêmement favorable à la pêche ; il y existe une multitude de golfes et de détroits qui sont remplis d’une quantité considérable de poissons. De tous temps cette circonstance a déterminé les Grecs à se livrer à la recherche des poissons, et malgré le mépris jeté par Homère sur cette industrie48, on la voit en honneur peu d’années après sa mort. Le préjugé disparut rapidement, de grandes pêcheries s’établirent, et le poisson salé devint un objet de commerce très-lucratif. C’est pour cette raison que le port de Byzance, d’où on expédiait une quantité considérable de poissons salés, reçut le nom de Corne dorée.

86La durée ordinaire de notre séance étant dépassée, nous terminerons dans la prochaine leçon, l’examen de l’Histoire des animaux d’Aristote.

Annexes

CHRONOLOGIE DES ROIS DE LA DYNASTIE PTOLÉMAÏQUE, AVEC DATES ET COMMENTAIRES.

NOM

TRADUCTION DU GREC

NAISSANCE/MORT

RÈGNE

COMMENTAIRES

Ptolémée Ier Sôter

Le Sauveur

Né en 367/366 ou 364 av. J. C. en Macédoine ; mort en 283/282 en Égypte

323-285 av. J. C.

Général Macédonien d’Alexandre le Grand qui devint souverain d’Égypte et fondateur de la dynastie ptolémaïque et dont le règne fut le plus long de toutes les autres dynasties établies sur le sol de l’empire d’Alexandre, ne tombant aux mains des Romains qu’en 30 av. J. C.

Ptolémée II
Philadelphe

Époux de sa sœur

Né en 308 av. J. C. à Cos ; mort en 246

285-246 av. J. C.

Fils de Ptolémée Ier Sôter, roi d’Égypte, deuxième roi de la dynastie ptolémaïque ; il étendit son pouvoir grâce à une habile diplomatie, développa l’agriculture et le commerce, et fit d’Alexandrie un centre éminent des arts et des sciences.

Ptolémée III
Evergètes

Le Bienfaiteur

fl. 246-221 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte, fils de Ptolémée II ; il réunifia l’Égypte et le Royaume de Cyrène et mena avec succès la Troisième Guerre de Syrie contre le Royaume des Séleucides.

Ptolémée IV
Philopator

Aimant son Père

c. 238 av. J. C. ; mort en 205 av. J. C.

221-205 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte dont le règne médiocre et largement influencé par ses ministres conduisit à la perte de la Syrie Ptolémaïque et à des soulèvements populaires qui troublèrent la stabilité interne de l’Égypte.

Ptolémée V
Épiphane

Illustre

c. 210 ; mort en 180 av. J. C.

205-180 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte, fils de Ptolémée IV, sous le règne duquel la Cœlé-Syrie et la plupart des possessions étrangères d’Egypte furent perdues.

Ptolémée VI
Philometor

Aimant sa Mère

fl. c. 180-145 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte, fils de Ptolémée V et de Cléopâtre Ière, sous le règne duquel une tentative d’invasion de la Cœlé-Syrie aboutit à l’occupation de l’Égypte par les Séleucides. Après une intervention romaine, et plusieurs périodes de gouvernement partagé avec son frère, Ptolémée réussit à réunir son royaume.

Ptolémée VII
Neos Philopator

Philopator le Jeune

Mort en 144 av. J. C.

Entre juillet et fin août 145 av. J. C.

Jeune fils et cosouverain avec Ptolémée VI, roi d’Égypte, auquel il succéda en 145 av. J. C. Encore mineur, il était sous la tutelle de sa mère, qui partagea également le gouvernement avec elle. Il fut rapidement détrôné par son oncle Ptolémée VIII qui l’exécuta l’année suivante.

Ptolémée VIII
Evergètes II, également appelé Physcon

Le Bienfaiteur II

Mort en 116 av. J. C.

170-164, 145-131, et 129-116 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte qui joua un rôle dissident dans son effort à gagner le pouvoir, se mettant au service de Rome et encourageant l’ingérence romaine en Égypte. Il régna conjointement avec son frère Ptolémée VI entre 170 et 164 av. J. C. et seul l’année suivante ; il fut roi de Cyrène (Lybie moderne) en 163-145, et souverain unique de l’Égypte de 145 à sa mort en 116, mis à part un bref exil entre 131 et 129.

Ptolémée IX
Soter II, de surnom Lathyrus

Le Sauveur II

fl. iième-ier siècle av. J. C.

116-110, 109-107, et 88-81 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte qui, après avoir gouverné Chypre et l’Égypte avec son frère Ptolémée X et sa mère Cléopâtre III, veuve de Ptolémée VIII, obtint le pouvoir unique du pays en 88 et essaya de protéger l’Égypte de l’influence romaine, tout en essayant de développer le commerce avec l’Orient.

Ptolémée X
Alexandre Ier

Mort en 88 av. J. C.

107-88 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte qui, sous la direction de sa mère Cléopâtre III, gouverna l’Égypte en alternance avec son frère Ptolémée IV et, vers 105, fut impliqué dans une guerre civile avec le Royaume des Séleucides en Syrie.

Ptolémée XI
Alexandre II

c. 115 ; mort en 80 av. J. C.

80 av. J. C.

Fils de Ptolémée X Alexandre Ier, dernier roi d’Égypte descendant légitime de la dynastie ptolémaïque, il épousa Bérénice III, la veuve de Ptolémée IX Sôter II, en 80 av. J. C. et partagea le pouvoir avec elle. Incapable de coexister avec la reine, laquelle voulait gouverner seule, Ptolémée l’assassina après 19 jours environ de règne partagé. Le peuple d’Alexandrie, qui aimait beaucoup la reine, se vengea en l’assassinant.

Ptolémée XII
Aulète, ou Ptolémée XII Theos Philopater Philadelphus Neos Dionysos Aulète

Joueur de Flûte

c. 112 ; mort en 51 av. J. C.

80-51 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte dont le statut royal quasi-légitime l’incita à se reposer largement sur Rome pour la défense de son trône (bien qu’il soit le fils de Ptolémée IX Soter II, l’identité de sa mère est incertaine). Pendant son règne, l’Égypte devint pratiquement un royaume à la solde de la République Romaine.

Ptolémée XIII
Theos Philopator

Dieu Aimant son Père

Né en 63 ; mort en 47 av. J. C. près d’Alexandrie

51-47 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte, fils de Ptolémée XII Aulète, et cosouverain avec sa célèbre sœur Cléopâtre VII. Il fut tué alors qu’il menait l’armée ptolémaïque contre les forces de Jules César vers la fin de la Guerre d’Alexandrie.

Ptolémée XIV
Theos Philopator II

Dieu Aimant son Père

c. 59 ; mort en juillet 44 av. J. C.

47-44 av. J. C.

Roi macédonien d’Égypte, cosouverain avec sa sœur aînée la célèbre Cléopâtre VII, laquelle l’assassina en 44 pour faire place à Ptolémée XV César (Césarion), le fils qu’elle eut avec Jules César.

Ptolémé XV César, ou Ptolémée Philopator Philometor César, au surnom de Césarion

Né en juin 47 ; mort en 30 av. J. C.

44-30 av. J. C.

Roi d’Égypte, fils de Jules César et de Cléopâtre VII. Cosouverain avec sa mère, il fut tué par Octavien, futur empereur Auguste, après la mort de Cléopâtre en 30.

Notes

1 [Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (18 janvier 1689, Château La Brède près de Bordeaux – 10 février 1755, Paris), philosophe politique français dont l’œuvre principale, L’Esprit des Lois, publiée en 1748, représenta une contribution majeure à la théorie politique. cf. Montesquieu (Charles-Louis de Secondat), De l’esprit des lois [éd. établie par Versini Laurent], Paris : Gallimard, 1995, 2 vol., 1627 p. (Folio Essais ; 275-276).]

2 [Amyntas III (mort en 370/369 av. J.-C.), roi de Macédoine de c. 393 à 370/369. Sa virtuosité diplomatique valut à la Macédoine un rôle influent dans les affaires grecques, préparant son émergence en tant que superpuissance sous le règne de son fils Philippe II (entre 359 et 336). Amyntas monta sur le trône alors que la Macédoine était en proie aux désordres qui suivirent la mort du puissant roi Archélaos (au pouvoir de 413 à 399). Il dut bientôt repousser les attaques des Illyriens (de l’Albanie actuelle) et de la Ligue des Chalcidiens, une confédération de villes de la péninsule de Chalcidice, à l’est de la Macédoine. La menace représentée par ces derniers fut écartée lorsque l’intervention de Sparte provoqua la dissolution de la Ligue en 379. Amyntas conforta son indépendance en s’alliant avec les puissances montantes de la Grèce, Athènes comprise, pour commencer, puis la Thessalie, alors sous la tyrannie de Jason de Phères (au pouvoir de c. 385 à 370).]

3 [Philippe II, ou Philippe de Macédoine (382-336 av. J.-C., Asie Mineure), 18ème roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.), il restaura la paix à l’intérieur de son pays et par la suite, en 339, acheva la conquête de toute la Grèce par des moyens militaires et diplomatiques. Il posa ainsi les jalons de l’expansion future de la Macédoine sous le règne de son fils Alexandre III le Grand.]

4 [Épicure (341 av. J.-C., Samos, Grèce-270, Athènes), philosophe grec, auteur d’une éthique du plaisir simple, de l’amitié et du détachement (voir Épicure, Lettres et maximes [texte établi et traduit avec une introduction et des notes par Conche Marcel ; 3e éd.], Paris : Presses Universitaires de France, 1992, 327 p.) Il fonda des écoles philosophiques qui subsistèrent du ive siècle av. J.-C. au ive siècle de notre ère.]

5 [Hermias d’Atarnée, mercenaire grec, fut le premier, au titre de vassal des suzerains perses, à prendre le contrôle d’abord financier – par l’impôt – puis politique du nord-ouest de l’Asie mineure. Après une visite à l’Académie athénienne, il invita deux des meilleurs élèves de Platon à en établir une petite « annexe » à Assus, au bord de la mer Égée, afin de contribuer à la diffusion de la loi et de la philosophie grecques en terre d’Asie. Ainsi Aristote rejoignit-il ce nouveau centre intellectuel. C’est de cette période que datent peut-être les douze premiers chapitres du livre 7 de la Politique d’Aristote (voir Aristote, Politique. Tome III, 1ère partie : Livre VII [texte établi et traduit par Aubonnet Jean], Paris : Les Belles Lettres, 2002, XXII + 390 p.) Il y esquisse le lien entre philosophie et politique ; à savoir que la plus noble mission d’une cité-État est d’assurer les conditions permettant à ceux qui en sont capables de mener une existence philosophique. Une telle existence, cependant, est uniquement accessible aux Grecs, que leur supériorité autorise à employer les peuples non-grecs comme serviteurs ou esclaves pour l’exécution de toutes les tâches contingentes. Ainsi la citoyenneté et le service militaire sont-ils considérés comme les droits et devoirs exclusifs des Grecs. Ce soutien d’Aristote à une oligarchie éclairée n’en constituait pas moins un progrès par rapport aux idées politiques qui florissaient à l’époque. Il faut le considérer, dans son contexte, comme une étape positive du développement d’une civilisation avancée, telle que les Grecs entendaient la créer.]

6 [Artaxerxès ou Artaxerce II, voir Leçon 6, note 27.]

7 [Aristote était en bons termes avec son protecteur, Hermias, et épousa sa nièce Pythias. Elle lui donna une fille qu’il nomma du même nom de Pythias. Dans sa Politique, Aristote prescrit l’âge idéal du mariage – 37 ans pour l’époux, 18 pour sa femme. Dans la mesure où il était alors lui-même dans sa trente-septième année, il est tentant d’imaginer que Pythias avait 18 ans. Il est aussi plausible de voir un reflet de leur propre relation conjugale dans cette observation ultérieure, quelque peu énigmatique : « Quant à l’adultère, qu’il soit tenu pour honteux, de la part de tout homme ou femme, de se trouver en quelque façon infidèle une fois mariés et nommés l’un pour l’autre mari et femme. » Dans son testament, Aristote ordonna : « Où que je sois enterré, les os de Pythias seront déposés, en accord avec ses propres instructions. » Pythias, toutefois, ne vécut pas longtemps. Après sa mort, Aristote choisit une autre compagne, Herpyllis (épouse ou concubine, nous l’ignorons), qui lui donnera un fils, Nicomaque. Elle survécut à Aristote qui avait pris, par testament, les mesures les plus généreuses à son égard, « en reconnaissance de l’affection constante qu’elle m’a témoignée ».]

8 [Mytilène, l’actuelle Mitilíni, capitale de l’île et du nomós (département) de Lesbos, Grèce.]

9 Aristote était Grec, et haïssait par conséquent les Perses, surtout depuis le meurtre de son ami Hermias, Il ne détourna donc point Alexandre de ses projets de conquêtes ; mais il les fit servir à la civilisation [M. de St.-Agy].

10 [Callisthène d’Olynthe (c. 360-327 av. J.-C.), historien grec. Il fut choisi, à ce titre, pour accompagner Alexandre le Grand dans sa campagne d’Asie, sur la recommandation de son oncle et ancien tuteur, Aristote. Callisthène offensa Alexandre en lui reprochant de vouloir adopter certaines coutumes orientales. Il fut dès lors accusé d’être mêlé à un complot contre Alexandre. Jeté en prison, il y mourut. Hommage lui fut rendu par son ami Théophraste dans Callisthène ou Traité du Deuil. Callisthène rédigea une histoire de la Grèce, depuis la paix d’Antalcide (386) jusqu’à la Troisième Guerre sacrée (355), une histoire de la Guerre sacrée, un récit de la campagne d’Asie et d’autres travaux dont aucun n’a survécu. On sait qu’il fit allusion à la thèse de la naissance divine d’Alexandre et fut peut-être le premier à le faire.]

11 [Antipater (c. 397-319 av. J.-C.), général macédonien, régent de Macédoine (334-323) et de l’empire macédonien (321-319). Sa mort signa la fin d’une autorité impériale centralisée. Figure importante du régime, après la mort de Philippe II en 336 il aida Alexandre le Grand à succéder à son père sur le trône macédonien. Avant de partir à la conquête de l’Asie (334), Alexandre nomma Antipater régent de Macédoine et stratège d’Europe.]

12 [Le Lycée, école athénienne fondée par Aristote en 335 av. J.-C. dans un gymnase entouré de jardins et d’un bois consacré à Apollon Lycien. Aristote avait coutume d’enseigner à ses élèves en se promenant dans les allées (peripatos) couvertes du gymnase, aussi l’école philosophique et ses membres furent-ils nommés Péripatéticiens (du grec peri, « autour » et patein, « marcher »). La plupart des textes connus d’Aristote sont formés des notes préparées en vue de cet enseignement au Lycée, telles que ses successeurs les ont retranscrites.]

13 [Xénocrate (c. 396, Chalcédoine (actuelle Turquie) – 314 av. J.-C., Athènes), philosophe grec, élève de Platon et successeur de Speusippe à la tête de l’Académie fondée par Platon autour de 387 av. J.-C. Il avait quitté Athènes en compagnie d’Aristote après la mort de Platon en 348/347, pour y revenir en 339 et être élu recteur de l’Académie, où il demeura jusqu’à sa mort.]

14 [L’Académie, du grec Academeia, en latin Academia. L’école philosophique fondée dans les faubourgs du nord-ouest d’Athènes par Platon, sur un lieu dont il devint propriétaire vers 387 av. J.-C. et où il avait l’habitude d’enseigner. Le site était notamment constitué d’une oliveraie, d’un parc et d’un gymnase consacré au légendaire héros Académos (ou Hécadémos). D’une façon générale le terme d’Académie, pour désigner une école de philosophie, sera moins employé à propos de Platon et de ses premiers disciples que pour évoquer ses successeurs jusqu’à l’époque romaine et Cicéron (106-43 av. J.-C.). Sur le plan juridique, l’école se présentait comme une organisation dédiée à la vénération des Muses, dont le scolarque (ou recteur) était élu à vie par la majorité de ses membres. L’identité de la plupart des maîtres laisse à penser, si l’on en croit surtout les écrits de Platon, que l’instruction dispensée à l’Académie, dans les premiers temps, comprenait les mathématiques, la dialectique, les sciences naturelles et la préparation aux carrières d’État. L’Académie se perpétua jusqu’en 529 de notre ère, lorsque l’empereur Justinien la fera fermer en même temps que les autres écoles païennes.]

15 [Caracalla, surnom de Marcus Aurelius Severus Antoninus Augustus, appelé à l’origine Septimius Bassianus (jusqu’à 196 de notre ère), également nommé entre 196 et 198 Marcus Aurelius Antoninus Caesar (4 avril 188, Lugdunum [Lyon], Gaule-8 avril 217, Carrhes, Mésopotamie), empereur romain qui régna avec son père Septime Sévère de 198 à 211 puis seul de 211 jusqu’à son assassinat en 217. Son principal accomplissement, hors les immenses bains de Rome, reste l’édit de 212 qui accordait la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’empire. Caracalla, dont le règne contribua à la décadence de l’empire, a souvent été considéré comme l’un des tyrans les plus sanguinaires de l’histoire romaine.]

16 [Péripatéticiens, voir note 12, ci-dessus.]

17 [Pline l’Ancien, voir Leçon 13, note 1.]

18 [Ptolémée Ier Soter (367/366 ou 364 av. J.-C., Macédoine – 283/282, Égypte), fils du noble Lagus, général macédonien d’Alexandre le Grand. Il dirigea l’Égypte (323-285 av. J.-C.) et fonda la dynastie ptolémaïque, qui régna plus longtemps que toute autre dynastie établie sur le sol de l’empire d’Alexandre et ne succomba que face aux Romains en 30 av. J.-C.]

19 [La bibliothèque d’Alexandrie, la plus célèbre bibliothèque de l’Antiquité. Elle faisait partie d’un important centre de recherches situé à Alexandrie, en Égypte, connu comme le Palais des Muses (Musée), ou Musée d’Alexandrie. Le musée et la bibliothèque d’Alexandrie furent fondés et entretenus par la longue lignée des Ptolémées d’Égypte, à partir du iiie siècle av. J.-C. (voir tableau double page suivante). Le fonctionnement de la bibliothèque était l’œuvre de Démétrius de Phalère, familier des réalisations de la bibliothèque d’Athènes. Le musée et la bibliothèque étaient l’un et l’autre organisés en départements, dirigés par un président des études –et prêtre des Muses. Ses employés étaient payés par le souverain égyptien. Une seconde bibliothèque, le Sérapéion, parfois appelé « la bibliothèque fille », fut créée vers 235 av. J.-C. par Ptolémée III sur le site du temple de Sarapis. Le musée principal et la bibliothèque se trouvaient à proximité du palais, dans le quartier dit du Brucheion. On ignore jusqu’à quel point put être réalisé le rêve d’une bibliothèque internationale –accueillant non seulement l’ensemble des textes grecs mais aussi les traductions en grec d’ouvrages rédigés dans d’autres langues– méditerranéennes, moyen-orientales, indiennes. Il est certain que le contenu de la bibliothèque était principalement composé d’écrits grecs. La Septante était l’unique traduction recensée. Au programme « éditorial » de la bibliothèque figuraient l’établissement du canon alexandrin des poètes grecs, la répartition des œuvres en « livres » tels que nous les connaissons aujourd’hui (probablement pour épouser la longueur habituelle des rouleaux) et l’introduction progressive des systèmes de ponctuation et d’accentuation. La compilation d’un catalogue bibliographique national fut confiée à Callimaque : il est aujourd’hui perdu mais il traversa l’époque byzantine comme l’ouvrage de référence consacré à la littérature grecque. Le musée et la bibliothèque ont survécu jusqu’à leur destruction, plus particulièrement au cours de la guerre civile qui éclata sous le règne de l’empereur romain Aurélien, à la fin du iiie siècle de notre ère (entre autres hypothèses couramment débattues pour expliquer l’anéantissement de cet ensemble unique). La « bibliothèque fille » fut détruite par les Chrétiens en 391.]

20 [Eurymède, à ne pas confondre avec l’Eurymède du siècle précédent, l’un des généraux de la Guerre du Péloponnèse, envoyé par Athènes, en 428 av. J.-C. pour intercepter la flotte ennemie qui se dirigeait vers Corcyre (l’actuelle Corfou).]

21 [Chalcis, en grec moderne Khalkís, capitale du nomós (département) d’Eubée, sur l’île d’Eubée, Grèce, située au point le plus étroit (seulement mesurable en mètres) du détroit de l’Euripe (Evrípos). L’Euripe sépare Eubée du continent grec et le golfe d’Eubée en deux zones, nord et sud.]

22 [Wilhelm Gottlieb] Tennemann [[(1761, Erfurt – 1819, Marburg), philologue allemand dont le grand œuvre est une histoire de la philosophie en onze volumes, qu’il entama à Iéna et acheva à l’Université de Marbourg où il enseigna la philosophie de 1804 jusqu’à sa mort. Voir Tennemann (Willem Gottlieb), Geschichte der Philosophie von Wilhelm Gottlieb Tennemann, Leipzig : Johann Ambrosius Barth, 1798-1819, 11 vol. ; Manuel de l’histoire de la philosophie [traduit de l’Allemand de Tennemann par Cousin Victor ; 2nde éd. corrigée et augmentée sur la cinquième et dernière éd. allemande], Paris : Ladrange, 1839, 2 vol. : XXIII + 392 ; 432 p.] dit que probablement Aristote s’empoisonna. Tennemann se trompe, et je dois dire, puisque l’occasion s’en présente, que j’ai remarqué d’autres erreurs dans ce savant et laborieux Allemand. Il faut donc ne le consulter qu’avec précaution [M. de St.-Agy].

23 [Pour Théophraste, voir Leçon 8, note 36.]

24 [Strabon, voir Leçon 12, note 29.]

25 [La vieille légende selon laquelle les traités d’Aristote auraient été perdus pendant des années parce qu’ils étaient détenus et cachés par les héritiers de Néléus de Scepsis a été efficacement contestée par Hans Gottschalk (voir Gottschalk (Hans), « Aristotelian Philosophy in the Roman World from the Time of Cicero to the End of the Second Century AD », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, vol. 36, n ° 2, 1987, pp. 1079-1174).]

26 [Attale Ier Soter (« Sauveur ») (269-197 av. J.-C.), souverain de Pergame de 241 à 197 av. J.-C., porta le titre de roi à partir de c. 230. Il succédait à son oncle Eumène Ier (qui régna de 263 à 241). Son talent militaire et diplomatique assura la puissance du royaume pergaménien.]

27 [Johann Jakob] Brucker [1696-1770] dit 130 ans [dans son Historia Critica Philosophiae, a mundi incunabulis ad nostrum usque aetatem deducta, Leipzig : Breithopf, 1742-1744, 6 vol.] [M. de St.-Agy].

28 [Apellicon de Théos (mort c. 84 av. J.-C.), riche bibliophile grec qui prit la citoyenneté athénienne. Il avait acquis auprès des descendants de Néléus de Scepsis, en Troade, les bibliothèques d’Aristote et de Théophraste, alors en mauvais état, mais susceptibles d’avoir abrité les seules copies préservées des traités d’Aristote. Apellicon les aurait fait publier, accompagnées de corrections et d’annexes. Après sa mort, lorsque Sylla s’empara d’Athènes, les livres furent emportés à Rome où ils finirent par servir de socle à l’édition célèbre réalisée par Andronique de Rhodes (voir note 30, ci-dessous ; Andronique de Rhodes, The paraphrase of an anonymous Greek writer (hitherto published under the name of Andronicus Rhodius) on the Nicomachean ethics of Aristotle [trad. du Grec en Anglais par Bridgman William], Londres : C. Whittingham, 1807, v-xviii + 478 p.)]

29 [Lucius Cornelius Sulla (Felix), (né en 138, mort en 78 av. J.-C. à Cumes, près de Naples), vainqueur de la première guerre civile de grande envergure de l’histoire romaine (88-82 av. J.-C.), au terme de laquelle il fut nommé dictateur (82-79). Sylla réalisa plusieurs réformes constitutionnelles notables afin de renforcer la République, alors dans son dernier siècle d’existence. À la fin de 82, il se fit appeler Felix (l’aimé des dieux), par conviction envers sa bonne fortune. En 88 il partit en Grèce mener la guerre à Mithridate ; au printemps suivant il avait déjà soumis la plus grande partie de la Grèce. Il prit Athènes après un long siège en 86 et poursuivra l’armée de Mithridate jusqu’en Béotie, en triomphant lors de deux batailles successives (en 86).]

30 [Andronique de Rhodes, également appelé Andronicus Rhodius (fl. premier siècle av. J.-C.), philosophe grec passé à la postérité pour sa publication minutieuse et ses commentaires des œuvres d’Aristote, dont le voyage à travers les générations laissait imaginer que la qualité originelle des premiers textes s’était quelque peu perdue en route et qu’un matériau superflu avait été ajouté à plusieurs traités majeurs. Andronique étudia les textes originaux pour en examiner la substance extrinsèque et les organisa selon un ordre reflétant à ses yeux le processus intellectuel suivi par Aristote. Quand il eut achevé cette édition, il rédigea un traité consacré à quatre thèmes : une défense de la procédure qu’il avait adoptée, une biographie d’Aristote, une réflexion sur la question de l’authenticité et une étude du système de pensée aristotélicien (voir note 28, ci-dessus).]

31 [Diogène Laërce (fl. iiie siècle), auteur grec célèbre pour son histoire de la philosophie grecque, la source de connaissance secondaire la plus importante qui nous soit parvenue dans cette discipline (Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes. Livres I et II [texte établi et traduit par Desrousseaux Alexandre-Marie ; avec le concours de Astruc Charles], Paris : Les Belles Lettres, 1956, LXXIII + 206 p.) L’un de ses ouvrages les mieux connus, Peri bion dogmaton kai apophthegmaton ton en philosophia eudokimesanton (« Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres »), témoigne de sa large vision. Ce travail est une compilation qui mêle commérages insignifiants, précieuses informations biographiques et bibliographiques, synthèses expertes des doctrines et reproductions de documents révélateurs – testaments ou écrits philosophiques. Il cita des centaines de grands auteurs mais ne les connaissait pour la plupart qu’indirectement. Sauf en de rares cas, ses véritables sources n’ont pas été certifiées. L’œuvre elle-même est constituée d’un livre introductif et de neuf autres livres présentant la philosophie grecque, divisée en branches ionienne et italique (Livres 2-7, 8), « successions » ou écoles comprises ; le Livre 9 est consacrés aux philosophes « isolés et sceptiques », le Livre 10 –particulièrement admiratif– à Épicure. Dans tous les manuscrits disponibles, dont le plus ancien remonte au xiie siècle, il manque une partie du Livre 7.]

32 [Evangelista Torricelli (15 octobre 1608, Faenza, Romagne-25 octobre 1647, Florence), physicien et mathématicien italien qui inventa le baromètre. En géométrie, son travail contribua au développement ultérieur du calcul intégral. Inspiré par les écrits de Galilée, il rédigea un traité de mécanique, De Motu Gravium (« Sur le mouvement des fluides »). Galilée en fut impressionné (voir « De Motu gravium », in Torricelli (Evangelista), Opera geometrica, Florentiae : typis Amatoris Masse & Laurentii de Landis, 1644 ; Berkeley (George), L’Analyste [préf. et trad. de l’Anglais par Leroy André], Vendôme ; Paris : Presses Universitaires de France, 1937, XLIV + 80 p. ; Berkeley (George), œuvres [éd. publ. sous la dir. de Brykman Geneviève ; trad. de l’Anglais], Paris : Presses Universitaires de France, 1985-1987, 2 vol.) En 1641, Torricelli fut invité à Florence où il servit le vieil astronome à titre de secrétaire et d’assistant, pendant les trois derniers mois de la vie de Galilée. À sa mort Torricelli fut nommé mathématicien du Grand-duc de Toscane et choisi pour lui succéder à l’Académie de Florence.]

33 [Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont-Ferrand – 19 août 1662, Paris), mathématicien, physicien, philosophe, théologien et homme de lettres français. Il posa les fondations de la théorie moderne des probabilités, formula le théorème portant son nom sur la pression et soutint contre l’Eglise et les jésuites la diffusion du jansénisme, courant religieux qui, en substance, reliait l’expérience de Dieu (la grâce) au cœur de l’homme plus qu’à la seule raison. Sa réflexion sur l’intuition influencera plus tard des philosophes comme Jean-Jacques Rousseau et Henri Bergson, ainsi que la pensée existentialiste (voir Pascal (Blaise), œuvres complètes [édition présentée, établie et annotée par Le Guern Michel], Paris : Gallimard, 2004, 764 p.)]

34 [Carolus Linnaeus, ou Carl Linnaeus, Carl von Linné à la suite de son anoblissement (23 mai 1707, Råshult, Suède-10 janvier 1778, Uppsala, Suède), naturaliste et explorateur suédois. Il fut le premier à élaborer un cadre permettant de classifier les organismes vivants par règne, ordre, genre, espèces… et à créer à leur propos un système de nomenclature unique (voir Blunt (Wilfrid), Linné, 1707-1778 : le prince des botanistes [traduit de l’Anglais par Robert Françoise ; préface et notes de Aymonin Gérard Guy], Paris : Belin, 1986, 349 p.)]

35 [L’onagre ou hémione (Equus hemionus onager), une sous-espèce de l’âne sauvage d’Asie alors répandue du nord-ouest iranien jusqu’au Turkménistan. Il est de petite taille, avec une robe gris-pâle, une courte crinière dressée et d’assez grandes oreilles. Un temps domestiqué, il fut remplacé par le cheval et l’âne domestiques. Sa population est aujourd’hui limitée et pourrait approcher de l’extinction.]

36 Monsieur Cuvier prétend comme Aristote, que les mollusques ont un cerveau. Monsieur [Antoine Étienne Renaud Augustin] Serres [1786-1868] soutient le contraire dans son Anatomie comparée du cerveau [dans les quatre classes des animaux vertébres, appliquée a la physiologie et à la pathologie du système nerveux, Paris : Chez Gabon & Compagnie, 1824-1827, 2 vol. + atlas]. [M. de St.-Agy.]

37 [Hérophile (né vers 335 av. J.-C. à Chalcédoine, Bithynie ; mort vers 280). Médecin grec d’Alexandrie qui fut l’un des premiers à pratiquer en public des autopsies de cadavres humain. On fait souvent de lui le père de l’anatomie.]

38 [Erasistrate de Céos (ou de Julis) (fl. c. 250 av. J.-C.), médecin et anatomiste grec d’Alexandrie, considéré parfois comme le fondateur de la physiologie. Particulièrement réputé pour ses travaux sur les systèmes circulatoire et nerveux, Erasistrate remarqua la différence entre nerfs sensitifs et moteurs, mais pensait que les nerfs étaient des tubes à travers lesquels circulaient des fluides. Il pensait que l’air pénétrait dans les poumons et le cœur et circulait à travers le corps grâce aux artères, et que les veines, à partir du cœur, distribuaient le sang aux différentes parties de l’organisme. Il décrivit avec exactitude le fonctionnement de l’épiglotte et des valves cardiaques, y compris la valvule tricuspide, qu’il baptisa ainsi (Cole (Francis Joseph), A History of Comparative Anatomy, from Aristotle to the Eighteenth Century, Londres : Macmillan & Co Ltd, 1949, viii + 524 p. ; Wright (John P.) & Potter (Paul), Psyche and Soma : Physicians and Metaphysicians on the Mind-Body Problem from Antiquity to Enlightenment, Oxford : Clarendon Press ; New York : Oxford University Press, 2000, XII + 298 p.]

39 [Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (7 septembre 1707, Montbard-16 avril 1788, Paris), naturaliste et philosophe français, sociétaire de l’Académie française, trésorier perpétuel de l’Académie des Sciences, fellow de la Royal Society of London et membre de la plupart des cénacles savants européens (Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au jardin du roi, Paris : Fayard, 1989, 645 p.) À l’âge de 25 ans il hérita par sa mère d’une colossale fortune et put se consacrer dès lors à la recherche scientifique. Nommé intendant du Jardin du Roi (l’actuel Jardin des plantes) en 1739, il commença à y rassembler le matériau nécessaire à sa grande Histoire naturelle, générale et particulière, le premier ouvrage à présenter sous une forme populaire et généralement accessible les éléments jusqu’alors isolés et disparates composant l’histoire naturelle. Après plusieurs éditions et des traductions dans de nombreuses langues, l’Histoire naturelle fut publiée à Paris en 44 volumes in-quarto entre 1749 et 1804. La préparation des quinze premiers volumes de cette édition (1749-1767) bénéficia de l’aide de Louis Jean Marie Daubenton (naturaliste français, pionnier de l’anatomie comparée et de la paléontologie (29 mai 1716, Montbard, Côte d’Or – 1er janvier 1800, Paris) puis de celle de Philibert Guéneau de Montbeillard (1720-1785), de l’abbé Gabriel Léopold Charles Aimé Bexon (1748-1784) et de Charles Nicolas Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812). Les sept volumes suivants (1774-1789) composaient un supplément aux précédents. Ils furent suivis plus tard par neuf volumes consacrés aux oiseaux (1770-1783) et cinq volumes aux minéraux (1783-1788). Les huit derniers volumes, qui complètent cette édition, parurent après la mort de Buffon ; intégrant les reptiles, les poissons et les cétacés, ils furent achevés par Bernard Germain Étienne de la Ville-sur-Illon, comte de Lacepède (1756, Agen – 1826, Épinay-sur-Seine) et publiés l’un après l’autre entre 1788 et 1804. Une seconde édition fut lancée en 1774 et terminée en 1804, composée de 36 volumes in-quarto.]

40 [L’auroch ou aurochs (Bos primigenius), variété éteinte de bœuf sauvage européen, de la famille des bovidés (ordre des Artiodactyles), probablement à l’origine des bovins contemporains. Certains aurochs ont survécu jusqu’en 1627 au centre de la Pologne. Noir, haut de quelque 1,80 m à l’épaule, l’auroch possédait de grandes cornes incurvées. Certains éleveurs allemands, depuis 1945, affirment avoir ressuscité l’espèce en croisant des taureaux de combat espagnols à longues cornes avec d’autres races de bovins. Leurs bêtes, toutefois, sont plus petites que l’auroch original, et même si elles lui ressemblent, elles n’ont probablement pas le même code génétique. Le nom d’auroch a parfois été attribué à tort au bison d’Europe, ou wisent (Bison bonasus).]

41 [Hippelaphus est le cerf élaphe d’Europe ou cerf rouge des Carpates, Cervus elaphus hippelaphus, le plus grand des cerfs rouges. Il s’agit également de la plus grande et de la plus importante espèce herbivore européenne. Il pèse plus de 300 kg, et atteint 1,40 m à l’épaule.]

42 [Pierre-Médard Diard, élève de Cuvier, né à Saint-Laurent en 1794. En 1817, en compagnie d’Alfred Duvaucel, beau-fils de Cuvier (voir note 43, ci-dessous), il part vers l’Inde rassembler des collections à l’intention du Muséum. En 1819 il se rend en Cochinchine pour y collecter des spécimens de végétaux, remonte le Mékong, visite les ruines d’Angkor puis rejoint Melaka en Malaisie. Fin 1824 il s’installe à Batavia où il collecte des spécimens pour le musée hollandais de Leyde. Il meurt à Java en 1863, accidentellement empoisonné par l’arsenic dont il usait à des fins scientifiques (voir Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « L’ichtyologie en France au début du xixe siècle. L’Histoire Naturelle des Poissons de Cuvier et Valenciennes », Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 4ème série, section A, Zoologie, Biologie et Écologie animales, Paris, suppl. no 1, 1990, 142 p.)]

43 [Alfred Duvaucel, fils d’un premier mariage de Madame Cuvier, naturaliste et voyageur pour le compte du Muséum, né en 1793. Chargé d’une mission scientifique en Inde en 1817, il quitte la France en compagnie de Diard (voir note 42, ci-dessus). Après un court séjour à Calcutta et Chandernagor (Chandannagar), où il crée un jardin botanique, il se rend en 1818 à Sumatra et à Java où il réunit des collections que saisira la Compagnie anglaise des Indes orientales sur ordre de Sir Stanford Raffles, avec qui les deux Français viennent de se brouiller. Très contrarié par cet incident, Duvaucel repart à Calcutta puis à Sumatra où il réussit à collecter de nouvelles collections pour Cuvier. De retour en Inde, il rassemble des poissons du Gange et de ses affluents, puis d’Assam et du Népal. Il meurt en 1825, à Madras, d’une fièvre contractée pendant son voyage (voir Bauchot (Marie-Louise), Daget (Jacques) & Bauchot (Roland), « L’ichtyologie en France au début du xixe siècle... », op. cit.)]

44 [Mathurin-Jacques Brisson, né à Fontenay-le-Comte le 30 avril 1723, aida René-Antoine Ferchault de Réaumur à organiser son cabinet ; devenu membre de l’Académie des Sciences et professeur de physique au collège de Navarre, il meurt à Croissy le 23 juin 1806. Il avait réalisé l’ébauche d’une zoologie universelle intitulée Le règne animal, divisé en neuf classes, publiée à Paris en 1756 sous la forme d’un volume in-quarto. Ce premier volume, composé des quadrupèdes et des cétacés, sera suivi en 1760 d’une Ornithologie en six volumes in-quarto. Pour en savoir plus sur Brisson, voir Allen (Elsa G.), « The history of American ornithology before Audubon », Transactions of the American Philosophical Society, nouvelle serie, vol. 41, no 3, 1951, pp. 386-591 (pp. 498-499).]

45 [Gobius niger Linnaeus, 1758, le gobie noir, abonde dans l’Atlantique-Est, au large de la Norvège, en mer Baltique et jusqu’en Mauritanie, mais aussi en Méditerranée et dans la mer Noire, la mer d’Azov, le canal de Suez et le nord du golfe de Suez, sans oublier les Açores, Madère et les Canaries. Capable d’atteindre 17 cm en longueur, il fraie de mai à août et dépose ses œufs dans une cavité, par exemple sous un morceau de rocher ou la coquille d’un mollusque plus gros. À l’instar des autres gobies, ses œufs sont pondus en une seule fois dans un paquet dense, et gardés par le mâle.]

46 [Giuseppe Olivi (naturaliste italien, 1769-1795) dans sa Zoologia adriatica, ossia catalogo ragionato degli animali del golfo e delle lagune di Venezia, publiée par l’éditeur Bassano à Venise en 1792.]

47 [Fucus, également appelé goémon noir ou rockweed, variété d’algue brune commune sur les littoraux rocheux et dans les marais salants des régions tempérées du nord. Elle s’adapte à son environnement grâce à ses flotteurs en forme de vessie, à son disque basal qui lui permet de s’accrocher aux rochers et aux vésicules riches en mucilages qui l’aident à résister à la dessiccation et aux changements de température. La plante mesure entre 25 et 30 centimètres (longueur totale) ; la croissance du thalle est localisée et se produit à l’extrémité des ramifications fourchues qui prennent naissance sur sa base. On peut retrouver les organes reproducteurs mâle et femelle sur des organismes identiques ou distincts. Certaines espèces produisent des œufs et du sperme tout au long de l’année. Le Fucus est une algue vivace qui peut vivre jusqu’à quatre ans. À l’époque romaine, elle était utilisée pour fabriquer un cosmétique facial brunissant. Aujourd’hui les différentes espèces de Fucus, avec le varech, représentent une source importante d’alginates, des colloïdes (gélifiants) aux nombreux usages industriels, semblables à ceux des agars (extraits des algues rouges).]

48 [« Aucun homme, au temps d’Homère, ne mangeait du poisson s’il avait de la viande à sa disposition » (Chant 4, ligne 369 ; voir Homère, L’Odyssée [publié sous la direction de Flobert Annette ; traduction et édition proposées par Jouanna Danielle], Paris : Bordas, 2003, 167 p.)]

Table des illustrations

Titre ARISTOTE CONTEMPLANT LE BUSTE D’HOMÈRE. Huile sur toile réalisé en 1653 par le peintre Hollandais Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540