Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

2. The greek world / Le monde grec

6. Socrate et ses disciples

Texte intégral

RUINES DE PERSÉPOLIS. Détail d’une gravure de 1663 réalisée par Wenceslas Hollar (1607-1667), dessinateur et graveur originaire de Bohême. Format original : 26 x 33 cm.

1Nous avons vu que, peu de temps après sa naissance dans les colonies grecques de l’Asie Mineure, 1’esprit philosophique produisit quatre grandes sectes ou écoles plus ou moins opposées. La première, c’est-à-dire celle de Thalès, n’avait pour base de ses spéculations que de vagues et obscures idées de physique générale. La seconde, ou l’école italique, s’éleva au-dessus d’elle en cherchant quelque chose au-delà de la matière ; elle entrevit quelques-unes des lois qui lui sont essentielles, en assimilant le système des corps à celui des nombres, et en considérant l’univers comme un tout harmonique. L’école éléatique s’opposa tout à fait à celle de Thalès ; elle fit abstraction de la matière, en nia l’existence, et ne considéra les corps que comme des manifestations diverses de l’intelligence, seul principe qu’elle admît dans le monde. La dernière école, par une réaction naturelle contre la doctrine éléatique, rejeta tout principe métaphysique, et n’admit, dans l’univers, que de la matière et du mouvement. Mais Anaxagore ouvrit une nouvelle ère en s’élevant à l’idée d’une intelligence ordonnatrice de l’univers, et il fut ainsi le premier théiste de la Grèce.

  • 1 [Socrate d’Athènes (c. 470 av. J.-C.-399 ?) fut le premier des trois grands penseurs de l’Antiquit (...)
  • 2 [Alcibiade (c. 460 av. J.-C., Athènes-404, Phrygie, dans l’actuelle Turquie). Athénien brillant ma (...)
  • 3 [Platon, voir note 14, ci-dessous.]
  • 4 [La Ligue du Péloponnèse, qu’on appelle aussi Alliance de Sparte, coalition militaire formée au vi(...)
  • 5 [Les Trente ou Trente Tyrans, groupe de magistrats qui usurpa le gouvernement d’Athènes après le r (...)
  • 6 [Critias était avec Charmide l’un des meneurs les plus extrémistes de la terreur oligarchique de 4 (...)

2Des disciples de ce philosophe, le plus célèbre est Socrate1, fils d’un sculpteur, et sculpteur lui-même. Sa mère était sage-femme. Il naquit, à Athènes, l’an 470 avant Jésus-Christ. Les hommes les plus célèbres de la Grèce furent ses contemporains. Anaxagore et Périclès avaient trente ans de plus que lui ; Hippocrate était son aîné de dix ans ; Alcibiade2, son disciple, avait seize ans de moins que lui ; Xénophon qui suivait aussi ses leçons, avait seulement une année de plus qu’Alcibiade ; Platon3, le plus jeune des disciples de Socrate, et qui voulut le défendre contre l’accusation à laquelle il succomba, était de quarante ans moins âgé que son maître. Les circonstances politiques influèrent puissamment sur la condamnation de Socrate. Athènes avait succombé sous les attaques de la ligue du Péloponèse4 ; trente tyrans l’avaient gouvernée avec cruauté ; on accusa Socrate d’avoir été leur partisan et de ne pas révérer les dieux5. L’accusation était fausse, Socrate avait seulement été l’ami, de Critias6, l’un des trente tyrans d’Athènes, avant qu’il abusât de son pouvoir, et il avait cessé d’entretenir avec lui des relations, que l’amour seul des sciences avait occasionnées, dès le commencement de sa tyrannie à laquelle il ne voulait pas participer. Personne d’ailleurs, avant Socrate, n’avait mieux compris que lui la divinité.

3Condamné injustement, il était donc en droit de se soustraire à la mort, comme l’avait fait son maître Anaxagore ; toute facilité lui avait même été offerte à cet égard. Mais, après avoir été un modèle de vertu, il voulut encore enseigner, par sa mort, le respect que l’on doit aux lois de son pays, même lorsqu’elles sont injustement appliquées. Il but la ciguë avec le calme d’un sage.

  • 7 [René Descartes est né le 31 mars 1596 à La Haye en Touraine (aujourd’hui La Haye-Descartes) ; il (...)

4Socrate ne cultiva point les sciences physiques. Ses doctrines avaient exclusivement pour objet les idées de l’ordre moral et religieux. Toutefois, il contribua beaucoup à l’établissement de la méthode mieux entendue que les sciences ne tardèrent pas à suivre après lui. L’école éléatique, introduite à Athènes, y avait produit, par sa dégénération, de nombreux sophistes, entre autres Zénon et Parménide, qui occupaient toutes les chaires de philosophie. Ils sapaient tous les principes admis jusqu’à eux, et, à force de subtilités, ils étaient parvenus à rendre douteuses les notions les plus claires. Tout allait être entraîné dans le vague de leur doctrine. Socrate s’efforça de les combattre, et, pour le faire utilement, il les obligea à définir les termes dont ils se servaient. Il fixa ainsi le langage, rendit impossible tout sophisme fondé sur le double sens des expressions, et procura aux sciences leur instrument le plus indispensable. À peu près comme Descartes7 l’a fait au xviie siècle, pour la scholastique, il rejeta tous les à priori, toutes les spéculations qu’on avait admises, chercha à ramener la métaphysique au bon sens et la morale au sentiment intime, à la conscience. Cette réforme peut être considérée comme le germe de la méthode expérimentale. Elle eut d’abord peu d’influence ; mais elle procura, plus tard, des résultats immenses, lorsque Aristote en fit l’application en la développant.

5Les sciences sont redevables à Socrate d’un autre avantage. C’est lui qui y a introduit le principe des causes finales, ou comme nous disons maintenant, des conditions d’existence.

6Socrate reconnaissait que c’était dans les écrits d’Anaxagore qu’il avait puisé l’idée de ce principe fécond en utiles résultats. Si l’univers, s’était-il dit, est, comme le pense Anaxagore, l’œuvre d’un être intelligent, toutes ses parties doivent être en rapport, et concourent à un but commun. Chaque être organisé doit, par conséquent, être lié aux autres êtres, former un des anneaux de la vaste chaîne qui, de la divinité, descend jusqu’à l’être le plus simple ; en outre, chaque être doit renfermer en soi les moyens de remplir le rôle qui est son partage.

7Socrate attachait tant d’importance au principe des causes finales, qui lui rendait raison de la forme des êtres, qu’on le voit, dans Platon, exprimant le regret de ne pas posséder des connaissances physiques assez étendues pour pouvoir en faire des applications détaillées.

8Le principe des causes finales a quelquefois fait errer des esprits spéculatifs qui s’étaient imaginés qu’il dispensait d’observer directement ; mais on doit reconnaître aussi que, plus souvent, il a conduit à des découvertes remarquables. D’ailleurs, il a déterminé et soutenu des recherches qu’autrement leur aridité aurait peut-être fait abandonner.

  • 8 [Le Prytanée, du grec prytanéion, présidence. Bâtiments publics des cités-états grecques, les pryt (...)
  • 9 [Mégare, Mégara en grec moderne, est une colonie à la fois ancienne et moderne située sur le golfe (...)

9Après la mort de Socrate, ses élèves quittèrent Athènes où la philosophie était persécutée, et des devins entretenus, avec distinction, dans le Prytanée8. Ils se retirèrent à Mégare9 et dans plusieurs autres villes, où ils fondèrent diverses écoles philosophiques. Les plus importantes et les plus connues sont : l’école mégarique, l’école cynique, l’école cyrénaïque, et enfin l’école académique, fondée par Platon.

  • 10 Il [Euclide] florissait vers 400 avant Jésus-Christ. [M. de St.-Agy.] [Euclide ou Euclide de Mégar (...)

10La première, qui remonte à Euclide de Mégare10, s’occupa principalement à perfectionner une dialectique modifiée d’après les idées des Éléates et celles de Socrate. Ses subtilités semblent avoir eu pour but de mettre en relief les difficultés que renferment le rationalisme et l’empirisme.

  • 11 Il [Antisthène] florissait vers 380 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy] [Antisthène (c. 445 av. J.- (...)

11L’école cynique, fondée par Antisthène11, professait que le souverain bien était la vertu ; elle faisait consister celle-ci dans les privations qui assurent, suivant elle, notre liberté en nous plaçant hors de la dépendance des choses extérieures, et qui nous font ainsi atteindre la plus hante perfection, la félicité la plus parfaite.

  • 12 [Le cyrénaïsme était une école de philosophie grecque du début du iiie siècle avant J. C. qui cons (...)
  • 13 Il [Aristippe] florissait vers 380 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy] [Aristippe (né vers 435 av. (...)

12L’école cyrénaïque12, qui remonte à Aristippe de Cyrène13, ville coloniale d’Afrique, s’occupa, comme la précédente de la recherche du vrai bonheur ; mais elle le faisait consister dans l’exercice de nos penchants naturels, avec modération et liberté d’esprit.

  • 14 Il [Platon] était né en 429 ou 430 avant Jésus-Christ [à Athènes, ou peut-être à Egine ; il est mo (...)
  • 15 [Timée de Locres, voir Leçon 5, note 19.]
  • 16 [Archytas de Tarente (fl. 400-350 av. J.-C. à Tarente, Grande Grèce, aujourd’hui en Italie), scien (...)

13Platon, fondateur de l’école académique, était le plus jeune des disciples de Socrate. Il n’avait que vingt-neuf ans14 lorsque son maître fut accusé. Il se précipita à la tribune pour le défendre ; mais il en fut empêché. Après la mort de Socrate, il se retira à Mégare où il s’exerça à la dialectique sous Euclide, élève de Socrate ; puis il fut à Cyrène, et employa sa fortune, qui était considérable, à voyager dans diverses contrées. Il alla d’abord en Égypte où il visita les débris des anciennes castes sacerdotales opprimées et dégradées par les Perses. Il se fit. leur élève pour connaître les vestiges de leurs sciences sacrées. D’Égypte il vint dans la Grande Grèce, où il s’instruisit des doctrines pythagoriciennes sous Timée de Locres15, et Archytas de Tarente16. Ainsi, lorsqu’il revint à Athènes pour ouvrir une nouvelle école, il connaissait toutes les idées, tous les systèmes qui pouvaient appuyer sa propre doctrine.

14La nature n’avait pas destiné Platon aux sciences d’observation et de calcul. Son génie l’entraînait à la fiction et à la poésie. Cependant, depuis ses relations avec les Pythagoriciens, il conserva toujours un grand respect pour la géométrie, et il pensait qu’elle devait être enseignée comme une introduction à la philosophie. C’était conséquemment à cette opinion qu’il avait fait inscrire sur la porte de son école : Que personne n’entre ici sans savoir la géométrie.

15Ses principes sont quelquefois difficiles à déterminer, et nous ne connaissons que par conjecture la totalité de son système, parce qu’il avait une philosophie secrète. Ordinairement il introduit dans ses ouvrages plusieurs interlocuteurs, des sophistes, des hommes d’état, des philosophes, et, parmi les opinions diverses qu’ils expriment, on ne sait pas précisément laquelle est la sienne. Cependant comme Socrate est communément l’un des interlocuteurs de ses écrits, on pense, avec assez de vraisemblance, que son opinion personnelle est celle qu’il fait soutenir à son maître.

16La métaphysique de Platon, bien qu’elle soit le résultat de ses propres travaux, présente plusieurs rapports avec celles des Eléates, des Pythagoriciens et d’Anaxagore.

17Dans quelques-uns de ses dialogues, Platon se livre à l’étude des facultés de notre intelligence, et c’est cette étude qui a servi de base à la logique de ses élèves. Dans d’autres dialogues, il traite de la nature de l’âme et de l’origine des idées. Suivant lui, notre âme est une émanation de la divinité ; cette émanation se souvient des idées générales qu’elle avait avant sa séparation, et ainsi les principes abstraits que nous considérons comme le résultat d’opérations de notre intelligence sur les données fournies par l’expérience, ne sont que de simples réminiscences. Ce fut lorsque les idées divines, qui sont des êtres réels, pénétrèrent la matière, que naquirent les âmes particulières et l’âme du monde.

  • 17 [Le Timée de Platon est un exposé consacré à la cosmologie, la physique et la biologie, qui établi (...)

18Cette métaphysique ne pouvait que faire négliger l’observation, et conduire dans la voie fausse ou obscure des déductions à priori. Ses résultats, relativement aux sciences naturelles, sont consignés dans celui des écrits de Platon qui porte le titre de Timée17. Cet ouvrage est assez obscur, mais il est intéressant à examiner, parce qu’il est le plus ancien de ceux que les philosophes grecs aient composés sur les sciences qui nous occupent. De plus, il est écrit par Platon lui-même, tandis que, jusqu’à présent, nous n’avons pu vous entretenir des opinions des anciens que sur la fois de leurs disciples ou de leurs successeurs.

  • 18 [Hermocrate (mort en 408/407 av. J.-C.), stratège et chef des démocrates modérés de Syracuse, en S (...)
  • 19 [Solon (c. 630 av. J.-C.-c. 560), homme d’État athénien connu comme l’un des Sept Sages de la Grèc (...)

19Les interlocuteurs du Timée sont le pythagoricien Timée, Socrate, Critias et Hermocrate18. Le dialogue commence par un récit que Critias suppose avoir été fait à Solon19 par un prêtre de Saïs, ville de la Basse-Égypte. Suivant ce prêtre, Athènes a été fondée par une colonie partie de Saïs sous la conduite de Cécrops, ce qui est conforme à l’opinion généralement adoptée ; mais il ajoute que dix mille ans auparavant, Saïs elle-même avait été élevée par une colonie venue de la Grèce. Ce prêtre explique ainsi son opinion : Il est survenu, dit-il, depuis l’établissement de Saïs, de nombreux déluges qui ont détruit tous les monuments des hommes et la plus grande partie de leur espèce. L’Égypte seule a échappé à ces désastres, et le collège sacerdotal de Saïs possède ainsi dans ses archives les annales du monde depuis plus de dis mille ans. Cette explication est absurde, car chacun sait que s’il existe un pays susceptible d’être inondé, c’est à coup sûr la Basse-Égypte, dont le sol est à peine supérieur au niveau de la mer, et qui, plus de deux mille ans avant Jésus-Christ, était encore un marais. Mais cette fable prouve du moins qu’on n’avait pas entièrement perdu au temps où elle a été faite, le souvenir des grandes révolutions qui ont bouleversé le globe. La même preuve résulte dans la fabuleuse histoire de l’Atlantide submergée par les eaux, et que, dans ces derniers temps on a recherché sérieusement et cru reconnaître dans l’île de Malte, dans les Canaries, etc. Nous posséderions, sans aucun doute, beaucoup d’autres indications des révolutions du globe, si Platon, en se livrant à son penchant pour la fiction, n’eût travesti l’histoire originelle par des ornements de pure invention. Lors, par exemple, qu’il raconte les combats que se sont livrés les habitants de l’île dont il parle, il est évident qu’il n’écrit point en historien ou en savant, mais qu’il suit l’impulsion de sa poétique imagination.

20Timée prend la parole après que Critias a terminé son récit, et expose un système de cosmogonie suivant lequel la divinité a formé la matière, éternelle comme elle, sur le modèle des idées, types incréés de toutes choses. Le monde est ainsi la représentation de Dieu, Dans cette doctrine d’une intelligence qui dirige ou donne le modèle, d’une autre qui exécute conformément à ce modèle, et du produit, c’est-à-dire du monde, quelques hommes ont cru reconnaître la trinité chrétienne.

21Platon, en supposant l’éternité de la matière, est du reste d’accord avec tous les philosophes anciens, même avec ceux qui admettaient une divinité distincte du monde physique. Selon lui, lorsque les idées-types pénétrèrent la matière pour lui donner la forme qu’elle n’avait point, il en résulta l’âme du monde, lequel contient ainsi le principe de son mouvement. De la saturation de la matière par la divinité, résultèrent toutes les autres créatures particulières. Le monde possède comme elles toutes les conditions d’existence, et constitue un grand animal, de même que dans la doctrine pythagorique.

  • 20 [Empédocle, voir Leçon 5, note 21.]

22Timée expose ensuite sa physique et, si l’on veut, sa minéralogie. Il admet les quatre éléments d’Empédocle20 : l’air, la terre, le feu et l’eau, et il explique la forme des corps par le mélange et la forme des molécules de ces éléments. Les molécules de l’eau sont octaèdres ; celles du feu, pyramidales, celles de la terre, cubiques, et celles de l’air, icosaèdres. Comme l’interlocuteur remarque que toutes ces formes sont susceptibles de se résoudre en tétraèdres, il en conclut que l’univers est composé de molécules triangulaires.

23On pourrait voir, dans cette doctrine, le germe de la cristallographie ; mais, si on voulait s’arrêter à des analogies si subtiles, il n’y aurait presque aucune de nos sciences qu’on ne trouvât confusément mentionnée dans les philosophes de l’antiquité. De vagues et obscures idées, comme le sont presque toujours celles de ces philosophes, sont sans valeur et ne peuvent rien produire tant qu’elles ne sont pas appuyées d’observations et d’expériences multipliées.

24Dans la doctrine de Timée, la psychologie et la physiologie, qui nous semblent aujourd’hui si parfaitement distinctes, sont entièrement confondues. Cet état de choses a subsisté jusqu’à Aristote qui, le premier, a donné des préceptes pour le classement des connaissances humaines et a fait voir, dans ses ouvrages, un exemple de leur application.

25L’âme du monde, suivant Timée, étant le résultat de sa pénétration de la matière informe par les idées, les âmes particulières naquirent du reste du mélange. Ces âmes sont, relativement à l’âme cosmique, ce que des gouttelettes suspendues aux parois d’un vase sont par rapport à la masse liquide que ce vase renferme.

26Les âmes humaines furent distribuées entre les diverses planètes ; celles qui eurent la terre pour partage sont dans un état d’épreuve. Des génies, espèces de dieux d’un ordre inférieur, furent chargés de les entourer de matières, de leur composer des corps, qui, auparavant, ne leur étaient point nécessaires.

27Timée admet trois âmes dans le corps humain l’âme raisonnable, l’âme sensitive et l’âme végétative. Ces trois âmes occupent, dans l’homme, des régions diverses. La tète est le siège de l’âme raisonnable. Cette âme est ainsi placée pour être moins éloignée du ciel, son origine ; et la tête est ronde, parce que le cercle est la figure la plus parfaite : aussi le monde et Dieu sont-ils ronds.

28L’âme sensitive occupe la poitrine, et le cœur est son principal siège. Pour prévenir une action trop impétueuse de sa part sur l’âme raisonnable qui, il faut l’imaginer, est naturellement plus faible qu’elle, les communications entre les deux âmes ont été rendues difficiles par le rétrécissement du cou.

29L’âme végétative, ou la plus grossière de toutes, réside dans le ventre.

30Cette dernière âme et celle qui préside aux passions, c’est-à-dire l’âme sensitive, ont chacune un modérateur. Celui de l’âme sensitive est le poumon qui reçoit l’air destiné à rafraîchir le cœur, où elle siége. Le foie remplit la même fonction à l’égard de l’âme végétative ; c’est dans ce but qu’il a été placé près de l’estomac, principale résidence de l’âme grossière. La rate est placée près du foie pour recevoir les impuretés qui viendraient troubler ses fonctions.

  • 21 M. de Montlosier a reproduit à peu près ce système dans ses MysteÌres de la vie humaine [voir Mont (...)

31Ces idées sont si ridicules qu’il est permis de supposer qu’elles avaient un sens allégorique, et qu’elles cachaient des vérités qui, exprimées plus clairement, auraient exposé Platon à des persécutions21.

32Après ce système singulier, Timée développe une zoologie qui ne l’est pas moins, et que quelques philosophes modernes semblent avoir retournée. Cette zoologie repose sur la métempsychose empruntée à l’Égypte et à Pythagore.

33D’abord, il n’existait que des hommes ; à la première transformation, les hommes faibles et injustes furent changés en femmes ; à la seconde, les hommes légers et orgueilleux furent métamorphosés en oiseaux, les hommes grossièrement passionnés en quadrupèdes, et les stupides et les plus souillés, ceux qui, ayant fait abnégation de leur nature divine, étaient indignes de respirer l’air pur, devinrent des poissons.

34Au moyen de cette migration des âmes, Timée explique la ressemblance que l’on remarque entre les diverses classes d’animaux ; car chaque âme, en changeant d’enveloppe matérielle, conservait toujours quelque chose de sa dépouille antérieure. Cette vue si ridicule sur l’organisation générale des animaux, peut, cependant, être considérée comme le résultat d’un premier essai de zoologie comparée.

35Les animaux, bien qu’ils ne soient que des hommes transformés, n’ont que deux âmes, l’âme sensitive ou passionnée, et l’âme végétative. Celle-ci existe seule dans les plantes. Le mot âme signifiant, pour les philosophes de l’antiquité, tout principe interne de mouvement, il n’est pas étonnant qu’ils l’aient employé pour exprimer la cause de phénomènes fort différens.

36Du reste, les trois âmes ou les trois principes de mouvement exprimés dans le Timée, correspondent parfaitement à ce que, depuis, nous avons nommé vie organique, vie animale et vie intellectuelle.

37Toute la physique de Platon a le défaut d’avoir été faite à priori, et par conséquent, elle n’est point de la science ; mais sa métaphysique ne pouvait pas le conduire à un autre résultat. Si les notions de l’esprit humain ne sont, comme il le dit, que des souvenirs, le meilleur moyen de rappeler ces réminiscences est de s’isoler du monde extérieur et de se livrer à la méditation de préférence à l’observation. Cette méthode a singulièrement nui au développement des sciences naturelles en s’opposant à la prompte adoption des excellentes doctrines d’Aristote.

38Les grands principes généraux de Platon, analogues à celui des causes finales de Socrate, peuvent se réduire à trois :

  1. Tout est formé dans un but particulier et pour une destination spéciale ;
  2. Tout est lié dans l’univers depuis l’être le plus imparfait jusqu’à la divinité ;
  3. Il n’y a pas d’effet sans cause.
  • 22 [Le baron Gottfried Wilhelm Leibniz (21 juin 1646, Leipzig-14 novembre 1716, Hanovre) est l’un des (...)

39Nous verrons, plus tard, ces principes de l’école platonicienne profondément appliqués par Leibnitz22.

40On reconnaît, à la forme du dialogue, que Platon a exposé dans le Timée ses opinions personnelles. S’il s’enveloppe quelquefois d’allégorie dans ses divers traités, c’est afin d’échapper aux dangers de son maître. Cependant il fut comme lui, malgré cette précaution, accusé d’impiété. Mais il parvint à se justifier, et enseigna, à Athènes, jusqu’à un âge avancé, puisqu’il ne mourut qu’en l’an 348 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire âgé de quatre-vingt-un ou quatre-vingt-deux ans.

  • 23 [Pour Ctésias, voir note 34, ci-dessous.]

41Le successeur et l’élève le plus célèbre de Platon est Aristote. Mais avant d’exposer les travaux de ce géant de la science grecque, nous allons examiner ceux de quelques auteurs dont nous n’avons pas encore eu occasion de vous entretenir, et dans lesquels il a pu puiser des lumières. Les uns, comme Hérodote et Xénophon, se rattachaient à l’école de Socrate ; les autres, Hippocrate et Ctésias23, appartenaient à l’école médicale ou des Asclépiades qui, comme nous l’avons dit, ne cultivait les sciences que dans un but d’application.

  • 24 Il ne faudrait pas que les personnes qui ne sont point naturalistes conclussent de cette expressio (...)

42Hérodote, le plus ancien des prosateurs dont les ouvrages soient parvenus jusqu’à nous, était né en l’an 484, à Halycarnasse, dans l’Asie Mineure. Il voyagea beaucoup ; il visita l’Égypte, la Grèce et une partie de l’Orient. Ses écrits sont ceux où l’on trouve consignés les premiers faits positifs d’histoire naturelle. La science des Égyptiens n’est connue que par tradition, et on ne doit y ajouter que peu de foi. Mais Hérodote inspire beaucoup plus de confiance, parce qu’il déclare avoir vu de ses propres yeux plusieurs des choses qu’il raconte. Ainsi il décrit, avec assez d’exactitude, le crocodile d’Égypte24 et plusieurs autres productions du même pays et de la Babylonie. Il décrit aussi l’hippopotame, mais d’une manière beaucoup moins parfaite. Aristote s’est aidé de ces diverses descriptions, et quelquefois même les a copiées textuellement sans citer leur auteur.

  • 25 [Xénophon (né en 431 av. J.-C., en Attique, Grèce ; mort peu avant 350, en Attique), est un histor (...)
  • 26 [Cyrus le Jeune (né après 423 av. J.-C., mort en 401 à Counaxa, aujourd’hui en Irak) est le fils c (...)
  • 27 [Artaxerxès II (né vers la fin du ve, mort au début du ive siècle av. J.-C.), roi achéménide de Pe (...)
  • 28 [La bataille de Counaxa ou Cunaxa (401 av. J.-C.) opposa Cyrus le Jeune, satrape d’Anatolie, à son (...)
  • 29 [La retraite des Dix Mille, figure dans l’Anabase de Xénophon (voir notes 25 et 28, ci-dessus).]
  • 30 [Le Cynégétique (Sur la chasse) de Xénophon est un court traité dont l’authenticité est parfois mi (...)

43Xénophon25, qui s’est occupé d’histoire naturelle plus spécialement qu’Hérodote, était né vers 450 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire environ quinze ans après Socrate dont il fut l’élève et dont il publia l’apologie. Il ne consacra pas tout son temps à l’étude des sciences naturelles et ne professa point la philosophie ; il fut, une partie de sa vie, militaire et homme d’état. Il était un des dix mille auxiliaires que la Grèce envoya au jeune Cyrus26 pour se défendre contre son frère Artaxerce27 dans une guerre civile. À la bataille de Cunaxa28 Cyrus ayant été vaincu, les Grecs furent forcés de reprendre la route de leur patrie. Successivement privés de leurs chefs, le commandement fut conféré à Xénophon qui, en remontant l’Euphrate et en traversant les montagnes de l’Arménie, parvint à ramener ses compatriotes dans la Grèce. Il a écrit l’histoire de cette retraite périlleuse, qui est si connue sous le nom de Retraite des Dix mille29, et, de plus, il a composé divers ouvrages de morale et d’histoire, ainsi qu’un traité sur la chasse qui porte le titre de Cynégétiques30. De toutes ses compositions celle-ci est la plus intéressante pour les naturalistes. Le but de Xénophon, dans cet ouvrage, est d’exciter les Grecs à l’exercice de la chasse qui a beaucoup de rapports avec la guerre et y tient préparé pendant la paix. L’auteur énumère les diverses races de chiens et les armes qui, de son temps, étaient employées à la chasse. Parmi les espèces de gibier que l’on trouvait en Grèce, il fait remarquer deux sortes de lièvres, habitant le Péloponèse. Il indique les repaires habituels des bêtes fauves, leurs moyens de défense et les ruses qu’elles emploient pour échapper aux poursuites. Enfin il mentionne, comme existant dans la Macédoine et dans les parties septentrionales de la Grèce, le lion, la panthère, le chacal et quelques autres animaux qui, aujourd’hui, n’existent plus qu’en Afrique. Sans le livre de Xénophon, nous ignorerions l’extinction de ces espèces en Europe. Cette notion est la plus importante de celles que les auteurs anciens nous ont fournies directement sur l’histoire naturelle.

44Nous allons maintenant parcourir les travaux des deux Asclépiades, Hippocrate et Ctésias.

  • 31 [Bien qu’on sache très peu de choses de la vie d’Hippocrate –ni s’il était bien le seul praticien (...)

45Les notions qu’Aristote avait recueillies dans l’école des Asclépiades sont bien autrement importantes que celles qu’il puisa dans Hérodote et Xénophon, car toute l’expérience acquise par les Asclépiades pendant plusieurs siècles se trouve résumée dans l’admirable collection connue sous le nom d’œuvres d’Hippocrate31.

46Nous avons déjà fait observer que ces écrits ne sont pas le travail d’un seul homme, et que plusieurs médecins du même nom ont participé à leur rédaction.

  • 32 [Perdiccas (c. 365 av. J.-C.-c. 321), général d’Alexandre le Grand. Il exerça la régence de l’empi (...)
  • 33 [Thucydide (né en 460 av. J.-C. ou avant, mort après 404) est le plus grand des historiens de l’An (...)

47Le plus célèbre de ces médecins est le second Hippocrate, dix-septième descendant d’Esculape, suivant sa généalogie mythologique. Il naquit à Cos, dix ans après Socrate, et mourut en Thessalie âgé de cent quatre ans. Sa longue existence lui permit de connaître Socrate, Platon et sans doute Aristote, qui n’en parle point, mais qui vivait à la cour du roi de Macédoine lorsque lui-même y fut appelé pour donner ses soins à Perdiccas32. Du reste, la biographie de ce médecin célèbre est mêlée de beaucoup de fables. On sait, par ses ouvrages, que, après avoir étudié sous son père, il avait beaucoup voyagé, mais il ne paraît pas qu’il soit allé en Égypte. Il séjourna long-temps à Athènes, où il étudia la philosophie ; il y exerça la médecine avec courage lors d’une peste meurtrière, qui, probablement, n’était pas celle de 430, car Thucydide33 ne parle aucunement d’Hippocrate dans sa relation des ravages de cette maladie. Cependant c’est à la même époque qu’Hippocrate passe pour avoir refusé les présens qu’Artaxerce lui faisait offrir pour le déterminer à se rendre en Perse, où sévissait la même peste.

48Hippocrate est, après Hérodote, le premier écrivain qui ait employé la prose, car il est vraisemblable que Platon n’a écrit qu’à une époque plus reculée. Ses écrits personnels sont difficiles à distinguer, mais tous ceux qui sont connus sous le nom d’Hippocrate sont remarquables par une connaissance très-avancée des maladies, de leur détermination, ou du diagnostic, et des médicamens convenables pour chaque affection ; sous ce rapport, ils sont encore classiques. On rencontre, dans les œuvres d’Hippocrate, un autre trait de ressemblance qu’on eût mieux aimé n’y pas voir, c’est une ignorance étonnante dans presque tout ce qui se rapporte à l’anatomie et à la physiologie. La faiblesse, à cet égard, y égale presque celle de Platon, et elle est beaucoup plus frappante, parce que Hippocrate ne pouvait pas, comme l’auteur du Timée, se renfermer dans des généralités. Ce qu’il savait d’anatomie ne sortait pas du domaine de l’ostéologie ; la pratique des amputations et le traitement des maladies des os lui avaient donné occasion d’acquérir quelques connaissances sur leur conformation.

49Il paraît qu’il avait aussi opéré sur quelques crânes, car il considérait le cerveau, ou plus exactement l’encéphale, comme un organe spongieux destiné à absorber l’humidité du corps. Il ne connaissait point les nerfs ou prolongements du cerveau ; lorsqu’il emploie cette expression, c’est pour désigner les tendons, les ligaments et tous les autres tissus analogues. L’idée d’organes particuliers pour la sensibilité et pour la contraction des muscles, qui avaient été observés par les peintres et les statuaires, lui était absolument étrangère. De son temps, du reste il était presque impossible d’acquérir une connaissance un peu exacte de chacun des systèmes du corps humain. Le respect religieux que les Grecs avaient pour les cadavres était tel qu’un homme qui eût osé y toucher autrement que pour leur rendre les derniers devoirs aurait encouru la peine de la proscription. En Égypte, l’anatomie, par suite de la pratique des embaumements, était beaucoup plus avancée qu’en Grèce ; mais nous avons dit qu’Hippocrate ne visita point ce pays, et son ignorance le prouve.

50Toutefois, l’impossibilité d’observer suffisamment n’est pas la seule cause des erreurs que présente le médecin de Cos ; on en remarque quelques-unes dans ses écrits qui n’ont d’autre source que son imagination. Sa description des veines en est un exemple irréfragable. Ainsi, suivant lui, huit veines partent de la tête ; l’une va du front à la face antérieure du bras, une autre se dirige des parties latérales de la tête vers la partie postérieure du même bras, une troisième descend dans les reins, etc., etc. ; toute cette description n’est, du commencement à la fin, qu’un roman anatomique, et pourtant c’était d’après ce trajet imaginaire des veines qu’il pratiquait ses saignées, car, pour lui, leur point d’élection variait suivant les symptômes qu’offraient les maladies.

51Sa physiologie est basée sur la théorie des quatre éléments d’Empédocle, et sur leurs propriétés, le chaud, le froid, le sec et l’humide ; elle est, comme sa description des veines, une œuvre d’imagination, un système construit tout a priori.

52On retrouve la supériorité d’Hippocrate lorsqu’on arrive à l’hygiène ; dans cette partie de la science, il se montre observateur excellent, et exprime des réflexions aussi justes que profondes sur l’influence des alimens, des saisons et des climats.

  • 34 [Ctésias (né vers 416 av. J.-C., Cnide, Carie), médecin grec, historien de la Perse et de l’Inde. (...)
  • 35 [Ecbatane, ou Hangmatana, ancienne cité où se dresse aujourd’hui – sur son site –la ville iranienn (...)
  • 36 [Photius, voir Leçon 20, note 6.]

53Ctésias34 était, comme Hippocrate, de la famille des Asclépiades, mais il appartenait à la branche établie à Gnide. Il suivit, en qualité de médecin, les dix mille Grecs qui furent envoyés au secours du jeune Cyrus, et que Xénophon ramena dans leur patrie. Moins heureux qu’eux, Ctésias ne put revenir en Grèce ; fait prisonnier à la bataille de Cunaxa, il fut retenu dix-sept ans à la cour d’Artaxercès, dont il devint le médecin. Ayant enfin pu revenir à Athènes, il y publia une histoire de Perse et d’Assyrie, dont il disait avoir puisé les documens dans les archives conservées à Ecbatane35. Il fit paraître aussi une relation de voyages dans l’Inde, dont il ne nous reste que quelques fragments contenus dans la bibliothèque de Vossius36, et qui sont très curieux et fort intéressans pour les naturalistes. Ctésias y donne, pour la première fois, une description assez exacte les éléphants. Les Grecs employaient bien alors l’ivoire de ces animaux ; mais ils ignoraient son origine, et ne la connurent que lors des conquêtes d’Alexandre.

54Ctésias est aussi le premier qui ait assez bien décrit le perroquet. Il ajoute à sa description, que cet animal parle facilement toutes les langues qu’on lui fait entendre, même le grec. Il mentionne encore un roseau indien qui s’élève à la hauteur d’un mât de vaisseau, et qui est si gros que deux hommes ne peuvent l’embrasser. On reconnaît le bambou dans cette description exagérée.

  • 37 [La martichore, ou manticore, une sorte de tigre avec un visage d’homme et trois rangées de dents, (...)
  • 38 [Persépolis, ancienne capitale du royaume achéménide (Perse), située à 51 km au nord-est de Chiraz (...)

55Mais Ctésias, parmi des vérités, raconte beaucoup de fables plus ou moins éloignées de la réalité. Quelques-unes sont des traditions altérées, d’autres, des faits mal observés, ou des figures mal interprétées. Du nombre de celles-ci est l’histoire de la martichore37, animal à tête de lion, à triple rang de dents et à queue de scorpion, dont l’image allégorique est sculptée sur les monuments de Persépolis38. Parmi les fables du même ordre, il faut placer celle de la licorne, animal qui est aussi souvent représenté dans les sculptures de Persépolis, et n’est autre chose qu’une mauvaise appréciation du rhinocéros.

  • 39 [La gomme-laque tombée des arbres, ou laque, sécrétion résineuse collante d’un insecte minuscule, (...)

56Ce qu’il rapporte d’une huile nageant sur la surface de certains lacs, et de l’ambre jaune que quelques fleuves charrient périodiquement, sont des faits naturels mal appréciés ; dans l’huile qui surnage on reconnaît le naphte dont est recouverte la surface de plusieurs lacs, et dans l’ambre jaune, on ne doit voir que la gomme laque39 tombée des arbres par parcelles. Il est possible d’expliquer d’une manière analogue l’histoire des insectes et des fleurs qui teignent en pourpre, et celle des ânes sauvages, blancs, et porteurs de cornes.

57Mais Ctésias rapporte des fables qu’on ne peut rattacher à rien que ce soit dans la nature. Telles sont celles d’hommes à tête de chien, rendant leurs excréments par la bouche, de femmes qui n’enfantent qu’une fois, d’enfans qui naissent avec toutes leurs dents, d’hommes dont les cheveux, contrairement à ce qui arrive toujours, sont d’abord blancs et ne noircissent que dans la vieillesse, de griffons qui gardent l’or, etc.

58Toutes les fables de ce genre que l’on rencontre dans les auteurs postérieurs, ont été crédulement puisées dans le médecin compagnon des Dix mille.

59Parmi les écrivains dont Aristote a tiré quelques lumières, on pourrait encore citer les pythagoriciens Alcméon, Démocrite, Empédocle, Anaxagore, et quelques auteurs qui ne nous sont connus que par les citations du précepteur d’Alexandre.

60Dans la prochaine séance nous entamerons l’histoire de la vie et des immenses travaux de ce grand philosophe.

Notes

1 [Socrate d’Athènes (c. 470 av. J.-C.-399 ?) fut le premier des trois grands penseurs de l’Antiquité grecque –avant Platon et Aristote– à poser les fondements philosophiques de la civilisation occidentale. Comme le disait Cicéron, Socrate « a fait descendre la philosophie du ciel pour l’amener sur la terre » ; autrement dit, de la spéculation sur la nature menée par la cosmologie ionienne et italienne, Socrate est passé à l’analyse des caractéristiques et des conduites de la vie humaine, évaluées suivant une théorie originale de l’âme. Socrate vécut pendant la Guerre du Péloponnèse, qui s’accompagna d’une érosion des valeurs morales. Il se sentit dès lors appelé à affermir la dimension éthique de l’existence en poussant l’homme à se « connaître lui-même » et en explorant toutes les nuances de la morale et de l’humanisme.]

2 [Alcibiade (c. 460 av. J.-C., Athènes-404, Phrygie, dans l’actuelle Turquie). Athénien brillant mais sans scrupules, homme public et chef militaire, Alcibiade provoqua les violents antagonismes politiques auxquels Athènes doit sa défaite face à Sparte lors de la Guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.)]

3 [Platon, voir note 14, ci-dessous.]

4 [La Ligue du Péloponnèse, qu’on appelle aussi Alliance de Sparte, coalition militaire formée au vie siècle av. J.-C. par plusieurs cités-états grecques et conduite par Sparte. La politique de la Ligue, consacrée le plus souvent à des décisions d’ordre martial –guerre, paix, alliances–, était déterminée par les congrès fédéraux convoqués à leur guise par les Spartiates. La Ligue joua un rôle majeur dans les affaires grecques ; elle forma le noyau de résistance face aux invasions perses (480-479) et s’opposa à Athènes dans la Guerre du Péloponnèse (431-404). La puissance spartiate déclina après la défaite de Leuctres (371), puis la Ligue se désintégra en 366-365 av. J.-C.]

5 [Les Trente ou Trente Tyrans, groupe de magistrats qui usurpa le gouvernement d’Athènes après le renversement de la démocratie en 404 av. J.-C. et ordonna de nombreuses d’exécutions arbitraires. Lorsque l’oligarchie des Trente Tyrans, qui souhaitait impliquer d’honorables citoyens dans sa politique répressive, exigea de Socrate et de quatre autres Athéniens qu’ils lui livrent Léon de Salamine, Socrate désobéit : dans l’Apologie de Platon, il raconte que ce refus aurait pu lui coûter la vie si n’avait éclaté, l’année suivante, la contre-révolution (Platon, œuvres CompleÌtes, Tome 1 [éd. et trad. par Croiset Alfred), Paris : Les Belles Lettres, 2002, 398 p.)]

6 [Critias était avec Charmide l’un des meneurs les plus extrémistes de la terreur oligarchique de 404 av. J.-C. L’un était le cousin, l’autre le frère de Perictione (la mère de Platon). Tous deux étaient des amis de Socrate. Platon a sans doute fait la connaissance du philosophe par leur intermédiaire, pendant son enfance.]

7 [René Descartes est né le 31 mars 1596 à La Haye en Touraine (aujourd’hui La Haye-Descartes) ; il est mort le 11 février 1650 à Stockholm (Suède). Descartes est connu comme le père de la philosophie moderne. Mathématicien, homme de science et philosophe du xviie, il fut l’un des premiers à s’opposer à la scolastique aristotélicienne. Il commença par mettre en doute, de façon méthodique, toute connaissance fondée sur l’autorité, les sens et la raison. Il forgea ensuite sa conviction sur une intuition simple : au moment où il pense, il existe. Certitude exprimée dans sa célèbre formule, « Je pense, donc je suis ». Il développa un système dualiste au sein duquel il établit une distinction radicale entre l’esprit, dont l’essence est la pensée, et la matière, dont l’essence est son étendue en trois dimensions. Le système métaphysique de Descartes est intuitionniste – la raison le construit à partir de connaissances innées– mais sa physique et sa physiologie, basées sur l’expérience des sens, sont en revanche mécanistes et empiriques.]

8 [Le Prytanée, du grec prytanéion, présidence. Bâtiments publics des cités-états grecques, les prytanées en abritaient les premiers magistrats, ainsi que l’autel ou foyer de la communauté.]

9 [Mégare, Mégara en grec moderne, est une colonie à la fois ancienne et moderne située sur le golfe Saronique (ou golfe de Salamine, ou golfe d’Egine) dans le nomós (département) d’Attique. La Mégare de la Grèce moderne est installée sur les flancs sud des deux collines qui servaient d’acropoles (citadelles) dans la ville antique.]

10 Il [Euclide] florissait vers 400 avant Jésus-Christ. [M. de St.-Agy.] [Euclide ou Euclide de Mégare, philosophe grec, à ne pas confondre avec Euclide (fl. c. 300 av. J.-C., Alexandrie), le plus grand mathématicien de l’Antiquité gréco-romaine.]

11 Il [Antisthène] florissait vers 380 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy] [Antisthène (c. 445 av. J.-C.-c. 365), philosophe grec, athénien, disciple de Socrate, considéré comme le fondateur de l’école philosophique cynique, titre dont on crédite plus souvent Diogène de Sinope (mort vers 320 av. J.-C., probablement à Corinthe, Grèce).].

12 [Le cyrénaïsme était une école de philosophie grecque du début du iiie siècle avant J. C. qui considérait que le plaisir du moment présent était une fin en soi et un bien, et que la recherche du plaisir individuel dans toutes les situations que la vie offrait était l’objectif d’une vie heureuse. Ses adeptes s’appelaient les cyrénaïques.]

13 Il [Aristippe] florissait vers 380 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy] [Aristippe (né vers 435 av. J.-C. à Cyrène, en Libye ; mort en 366 à Athènes), philosophe, disciple de Socrate et fondateur de l’école cyrénaïque de l’hédonisme, ou éthique du plaisir. Premier parmi les disciples de Socrate à exiger un salaire pour son enseignement de la philosophie, Aristippe est convaincu que toute vie réussie exige que l’on place le plaisir au sommet de l’échelle des valeurs humaines, et la douleur au plus bas (à éviter absolument). Il met en garde ses étudiants et les enjoint d’éviter le mal, infligé ou enduré. Comme Socrate, Aristippe s’intéresse beaucoup à l’éthique appliquée. Il pense certes que les hommes devraient consacrer leur vie à poursuivre et à goûter les plaisirs qu’elle procure, mais en faisant preuve de jugement et en pratiquant le contrôle d’eux-mêmes afin de tempérer les puissants désirs humains. « Je possède, je ne suis pas possédé », telle est sa devise. Aucun des écrits d’Aristippe n’a survécu.]

14 Il [Platon] était né en 429 ou 430 avant Jésus-Christ [à Athènes, ou peut-être à Egine ; il est mort en 348/347]. [M. de St.-Agy] [Platon vient en second parmi les trois grands penseurs grecs –Socrate, Platon, Aristote– qui ont posé les fondements philosophiques de la civilisation occidentale. À partir de la vie et de la pensée de Socrate, Platon élabora un système philosophique à la fois ample et profond. Sa pensée comporte des aspects logiques, épistémologiques et métaphysiques ; mais la motivation sous-jacente en est éthique. Platon s’appuie parfois sur des conjectures ou des mythes, et adopte occasionnellement un ton mystique ; cependant il reste fondamentalement rationaliste, fidèle à la proposition selon laquelle il convient de suivre la raison où qu’elle nous mène. L’éthique rationaliste est donc au cœur de la philosophie de Platon].

15 [Timée de Locres, voir Leçon 5, note 19.]

16 [Archytas de Tarente (fl. 400-350 av. J.-C. à Tarente, Grande Grèce, aujourd’hui en Italie), scientifique grec, philosophe, il est également l’un des grands mathématiciens pythagoriciens, parfois désigné comme le fondateur des mathématiques mécaniques. Platon, son ami intime, se servit de son travail mathématique, et il a été prouvé qu’Euclide lui est également redevable de quelques emprunts pour le livre 8 de ses Éléments (voir Euclide, Les Éléments. Volume IV, Livres XI-XIII : Géométrie des solides [traduits du texte de Heiberg ; traduction et commentaires par Vitrac Bernard], Paris : Presses universitaires de France, 2001, 482 p.) Archytas était par ailleurs un personnage influent dans les affaires publiques, qui exerça sept ans durant le commandement en chef de sa cité.]

17 [Le Timée de Platon est un exposé consacré à la cosmologie, la physique et la biologie, qui établit d’abord la distinction entre l’être éternel et le devenir temporel : du premier, seulement, il est possible d’avoir une connaissance exacte et ultime (Platon, uvres CompleÌtes, Tome X : Timée, Critias [éd. et trad. par Rivaud Albert), Paris : Les Belles Lettres, 1925, 430 p.) Le monde visible et changeant a un début ; c’est l’œuvre du démiurge, ou dieu-ouvrier : ses formes étaient devant lui comme d’éternels modèles à partir desquels il façonna le monde, à leur imitation. Le démiurge forma d’abord son âme à partir de trois constituants : l’identité, la différence et l’être. L’âme du monde fut placée dans les cercles des corps célestes, et les cercles entraînés par son mouvement. Par la suite Il créa les différentes divinités subalternes ainsi que l’élément rationnel et immortel de l’âme humaine. Le corps humain et les composants les moins nobles de son âme furent conçus par l’intermédiaire des « dieux engendrés » (c’est-à-dire les étoiles).]

18 [Hermocrate (mort en 408/407 av. J.-C.), stratège et chef des démocrates modérés de Syracuse, en Sicile ; il joua un rôle important en sauvant la cité des Athéniens qui tentaient de la conquérir entre 415 et 413 av. J.-C.]

19 [Solon (c. 630 av. J.-C.-c. 560), homme d’État athénien connu comme l’un des Sept Sages de la Grèce. Il mit fin au contrôle exclusif du gouvernement par l’aristocratie, qu’il remplaça par un système de contrôle par les riches, et introduisit un nouveau code légal plus humain. Il fut également un poète remarqué.]

20 [Empédocle, voir Leçon 5, note 21.]

21 M. de Montlosier a reproduit à peu près ce système dans ses MysteÌres de la vie humaine [voir Montlosier (François Dominique Raynaud de), Des mysteÌres de la vie humaine [précédés d’une notice sur la vie de l’auteur par M. F. de Montrol.], Paris : Pichon & Didier, 1829, 238 p.] [M. de St.-Agy] [François Dominique de Reynaud, comte de Montlosier, homme politique et espion français, né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 16 avril 1755. Il est le dernier d’une famille nombreuse appartenant à la petite noblesse. Mémoires sur la Révolution française est son œuvre la plus célèbre (voir Montlosier (François Dominique Raynaud de), Mémoires sur la Révolution française, le Consulat, l’Empire, la Restoration, et les principaux éveÌnements qui l’ont suivie, Paris : Dufay, 1830, 2 vol., 420 p. + 426 p.) Il est mort à Blois le 9 décembre 1838.]

22 [Le baron Gottfried Wilhelm Leibniz (21 juin 1646, Leipzig-14 novembre 1716, Hanovre) est l’un des savants-philosophes les plus inspirés des temps modernes, mais il est probablement mieux connu comme l’adversaire d’Isaac Newton dans la querelle de paternité tristement célèbre qui les opposa à propos de l’invention du calcul différentiel. Philosophe des Lumières, il insista sur l’importance de la raison pure, considérant que l’homme pouvait, grâce à elle, transcender l’univers matériel

23 [Pour Ctésias, voir note 34, ci-dessous.]

24 Il ne faudrait pas que les personnes qui ne sont point naturalistes conclussent de cette expression qu’il n’existe en Égypte qu’une espèce de crocodile. M. [Étienne] Geoffroy-Saint-Hilaire [15 avril 1772, Étampes-19 juin 1844, Paris), naturaliste français dont la loi d’« unité de composition » postulait, comme dogme majeur de l’anatomie comparée, une base structurelle unique et cohérente, commune à tous les animaux. Il fonda la tératologie, l’étude des malformations animales] a écrit un mémoire dans lequel il prouve que l’Égypte produit plusieurs espèces de crocodiles, et que le crocodile sacré, par exemple, constitue une espèce particulière [Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), « Description de deux crocodiles qui existent dans le Nil, comparés au crocodile de Saint-Domingue », Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris, vol. 10, 1807, pp. 67-86 ; « Détermination des pièces qui composent le crane des crocodiles », Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris, vol. 10, 1807, pp. 249-264 ; « Recherches sur l’Organisation des Gavials », Mémoires du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris, vol. 12, 1825, pp. 97-155 ; « De l’état de l’histoire naturelle chez les Égyptiens avant Hérodote, principalement en ce qui concerne le crocodile », Séance générale des Académies de l’Institut, 1828, pp. 21-38 ; voir aussi Le Guyader (Hervé), Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, 1772-1844 : un naturaliste visionnaire, Paris : Belin, 1998, 351 p.] [M. de St.-Agy].

25 [Xénophon (né en 431 av. J.-C., en Attique, Grèce ; mort peu avant 350, en Attique), est un historien grec, auteur d’Anabase (voir Xénophon, Anabase [texte établi et traduit par Masqueray Paul], Paris : Les Belles Lettres, 2009, 2 tomes, xx + 292 p. ; 374 p. + index), un récit en sept livres sur la campagne de Cyrus le Jeune contre son frère Artaxerxès II (voir note 27, ci-dessous). Sa prose était tenue en grande estime par les critiques littéraires de l’antiquité et eut une grande influence sur la littérature latine.]

26 [Cyrus le Jeune (né après 423 av. J.-C., mort en 401 à Counaxa, aujourd’hui en Irak) est le fils cadet du roi achéménide Darius II et de son épouse Parysatis (voir notes 27 et 28, ci-dessous).]

27 [Artaxerxès II (né vers la fin du ve, mort au début du ive siècle av. J.-C.), roi achéménide de Perse (404-359/358). Fils et successeur de Darius II. On le surnomma Mnemon, en grec « qui a de la mémoire ». Lorsqu’Artaxerxès accéda au trône perse, la puissance d’Athènes avait été brisée par la guerre du Péloponnèse (431-404), et les villes grecques de l’autre côté de la mer Égée, en Ionie, étaient de nouveau assujetties à l’Empire achéménide. Artaxerxès perdit toutefois l’Égypte en 404, et l’année suivante son frère Cyrus le Jeune commença à fomenter sa révolte. Bien que Cyrus ait été vaincu et tué à Counaxa (401), la rébellion eut de redoutables répercussions, car non seulement elle démontra la supériorité des hoplites grecs qu’avait recrutés Cyrus, mais elle révéla par ailleurs, aux yeux des Grecs, la vulnérabilité perse.]

28 [La bataille de Counaxa ou Cunaxa (401 av. J.-C.) opposa Cyrus le Jeune, satrape d’Anatolie, à son frère Artaxerxès II pour le trône achéménide. Dans le but de renverser son aîné, Cyrus rassembla ses forces et marcha vers lui en partant de Sardes. Les deux armées se rencontrèrent de manière inopinée à Counaxa, sur la rive gauche de la rivière Euphrate, au nord de Babylone. Les quelque 13000 mercenaires grecs, que commandait Cléarque, étaient parmi les mieux entraînés et les mieux équipés de l’armée de Cyrus ; ils mirent l’aile gauche perse en déroute sans subir trop de pertes, tandis que Cyrus donnait lui-même l’assaut au centre avec 600 cavaliers. Cyrus parvint à blesser son frère mais fut tué. Lorsque les Grecs se replièrent, ils découvrirent que le reste des troupes de Cyrus avait été mis en déroute et son camp pillé. Ils reformèrent alors leurs rangs, dissuadant ainsi Artaxerxès de les attaquer. Sous le commandement de Xénophon, ils réussirent à regagner les rives de la mer Noire à travers une contrée hostile dans leur célèbre « retraite des Dix Mille ».]

29 [La retraite des Dix Mille, figure dans l’Anabase de Xénophon (voir notes 25 et 28, ci-dessus).]

30 [Le Cynégétique (Sur la chasse) de Xénophon est un court traité dont l’authenticité est parfois mise en doute ; il contient une mine d’informations techniques et s’efforce de justifier la chasse comme forme d’entraînement, tant pour la guerre que pour tout ce qui requiert réflexion rapide et prompte réaction (voir Xénophon, L’art de la chasse [édité et traduit par Delebecque Édouard], Paris : Les Belles Lettres, 2003, 207 p.)]

31 [Bien qu’on sache très peu de choses de la vie d’Hippocrate –ni s’il était bien le seul praticien de cette époque à porter ce nom–, un corpus de manuscrits nommé canon ou collection hippocratique (Corpus Hippocraticum), a survécu jusqu’à l’époque moderne (Hippocrate, Œuvres compleÌtes [introduction de Duhamel Georges ; édition revue et corrigée sur la traduction de Littré, reclassée selon un plan logique et suivie d’un glossaire], Paris : Union Littéraire & Artistique, 1955, 5 vol. in-8). Outre les informations qu’il recèle sur les questions médicales, le canon se pose en code de conduite à destination des professeurs de médecine et de leurs étudiants. Ce code, ou l’un de ses fragments, s’est transmis sous différentes versions à travers des générations de médecins en tant que serment d’Hippocrate (Hippocrate, uvres compleÌtes : l’ancienne médecine [éd. et trad. par Jouanna Jacques], Paris : Les Belles Lettres, 2003, 272 p.) Le texte même du serment est divisé en deux grandes sections. La première énonce les devoirs réciproques du maître et de ses élèves. Dans la seconde section, le médecin s’engage à ne prescrire que des traitements bénéfiques, suivant ses compétences et son jugement, à s’abstenir de causer du mal ou de la douleur et à mener une vie personnelle et professionnelle exemplaire.]

32 [Perdiccas (c. 365 av. J.-C.-c. 321), général d’Alexandre le Grand. Il exerça la régence de l’empire macédonien après la mort d’Alexandre (323).]

33 [Thucydide (né en 460 av. J.-C. ou avant, mort après 404) est le plus grand des historiens de l’Antiquité grecque, auteur de l’Histoire de la Guerre du PéloponneÌse, qui retrace le conflit entre Athènes et Sparte au ve siècle av. J.-C. L’œuvre de Thucydide est la première analyse politique et morale des choix militaires d’une nation à nous être parvenue (voir Thucydide, La guerre du PéloponneÌse [texte établi et traduit par Romilly Jacqueline de ; introduction et notes par Mossé Claude], Paris : Les Belles Lettres, 2009, 3 vol., XXVIII + 404 ; XXVIII + 532 ; XXVII + 553 p.)]

34 [Ctésias (né vers 416 av. J.-C., Cnide, Carie), médecin grec, historien de la Perse et de l’Inde. Ses travaux sont les seuls écrits historiques de l’époque reponsant sur des sources officielles perses. Ctésias voyagea jusqu’à la cour de Perse où il exerça une activité de médecin pendant dix-sept ans sous l’autorité de Darius II et d’Artaxerxès Mnemon. Il accompagna vraisemblablement celui-ci à la bataille de Counaxa en 401. De retour en Grèce en 398, Ctésias entama la rédaction de ses Persica, une histoire de Perse en 23 livres qui couvre la période de l’ancienne monarchie assyrienne, la naissance du royaume perse et l’évolution de la Perse jusqu’en 398 av. J.-C. Bien que la matière en soit extraite des archives perses et des registres de l’État, la crédibilité de l’ouvrage reste douteuse en raison de sa dimension légendaire, et aussi parce que Ctésias écrit expressément dans le dessein de contredire la chronologie de l’historien Hérodote. L’œuvre n’existe plus que dans un résumé compilé par le patriarche Photius de Constantinople (c. 860 ; voir Photius, BibliotheÌque [texte établi et traduit par Henry René], Paris : Les Belles Lettres, 1959-1977, 8 vol. + 1 vol. d’index). Ctésias rédigea également une histoire de l’Inde à partir des récits de voyageurs perses, de marchands indiens ou de visiteurs reçus à la cour de Perse (Ctesias, La Perse ; L’Inde ; Autres fragments, Ctésias de Cnide [texte établi, traduit et commenté par Lenfant Dominique], Paris : Les Belles Lettres, 2004, CCVII + 399 p.) Quoique légendaire et fabuleuse, cette histoire demeura l’unique récit consacré à l’Inde jusqu’à l’invasion du pays par Alexandre le Grand.]

35 [Ecbatane, ou Hangmatana, ancienne cité où se dresse aujourd’hui – sur son site –la ville iranienne d’Hamadan. Ecbatane fut la capitale de Médie puis la résidence d’été des souverains achéménides et l’une des résidences des rois parthes.]

36 [Photius, voir Leçon 20, note 6.]

37 [La martichore, ou manticore, une sorte de tigre avec un visage d’homme et trois rangées de dents, n’est l’objet que de l’une des fables auxquelles Ctésias donna naissance. Les autres présentent notamment les Cynocéphales, une tribu montagnarde d’hommes à tête de chien, probablement inspirée par une traduction du mot indien svapâka qui signifie « peuple qui vit et mange avec les chiens » et désigne de la sorte une caste très basse. On retrouve également dans ces fables un peuple pourvu d’un pied de grande taille : il s’agit probablement d’un malentendu lié aux pratiques de certains sages qui peuvent tenir en équilibre dans des pauses peu communes pendant de longs moments. Il y est également question de Pygmées qui mesurent 90 centimètres de haut, arborent de grands sexes et de très longues barbes dont ils se servent comme manteaux ; tous êtres féériques que les bestiaires, jusqu’au Moyen Âge compris, vont populariser.]

38 [Persépolis, ancienne capitale du royaume achéménide (Perse), située à 51 km au nord-est de Chiraz (Shirâz) dans la province du Fars (sud-ouest de l’Iran actuel). Le site est proche du confluent des rivières Pulwar et Rud-e Kor.]

39 [La gomme-laque tombée des arbres, ou laque, sécrétion résineuse collante d’un insecte minuscule, Laccifer lacca, une espèce d’insecte à écailles. Il dépose la laque sur les brindilles et les jeunes pousses de certaines variétés d’arbres savonniers et d’acacias, en particulier le figuier sacré, Ficus religiosa, en Inde, Thaïlande, Myanmar (Birmanie) et ailleurs dans le sud-ouest asiatique. La laque est principalement récoltée pour la production de vernis, de gomme-laque (shellac) et de teinture rouge fréquemment utilisée en Inde et dans les autres pays d’Asie. Les différents dérivés de la laque, y compris le shellac, sont les seules résines d’origine animale à être commercialisées.]

Table des illustrations

Légende RUINES DE PERSÉPOLIS. Détail d’une gravure de 1663 réalisée par Wenceslas Hollar (1607-1667), dessinateur et graveur originaire de Bohême. Format original : 26 x 33 cm.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540