Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

2. The greek world / Le monde grec

5. Les écoles grecques

Texte intégral

PYTHAGORE. Étude pour L’École d’Athènes, fresque de 1511 ornant la Chambre de la Signature au Vatican. Dessin à l’encre brune (vers 1509-1510) de Sanzio Rafaello dit Raphaël (1483- 1520) conservé à la pinacothèque Ambrosienne de Milan.

1Nous avons vu que la marche de l’esprit humain commença dans l’Inde et dans l’Égypte ; que, par suite des communications qui s’établirent avec ce dernier pays, la pensée prit un nouvel essor sur les côtes de l’Asie Mineure, et qu’il en résulta quatre grandes écoles philosophiques que des événemens politiques concentrèrent à Athènes.

  • 1 [Socrate, voir Leçon 6.]

2Il s’établit entre ces écoles une émulation qui hâta leurs progrès, et leurs travaux, résumés ensuite par Socrate1, produisirent une nouvelle secte de philosophes, qui, par la méthode judicieuse qu’elle suivit, procura aux sciences de nombreux élémens de développement. Mais, avant de vous faire connaître cette époque remarquable, nous devons vous exposer, avec quelques détails, les travaux des grandes écoles primitives que nous n’avons fait qu’indiquer.

3L’école ionienne, la première de toutes, est celle qui a donné naissance au plus grand nombre de vues exactes sur les sciences naturelles, quoique ses membres les plus distingués fussent peu avancés dans l’art d’étudier la nature. Elle admit d’abord que le principe de l’univers était tout matériel, ce qui prouve, pour le dire en passant, que les prêtres égyptiens, visités par Thalès, ignoraient déjà presque entièrement le sens des doctrines métaphysiques qu’ils conservaient dans leurs colléges. Cette école s’attacha à découvrir le principe physique qu’elle admettait. Suivant Thalès, son fondateur, ce principe était l’eau. Il est vraisemblable qu’il avait puisé cette idée en Égypte ; mais il lui fit subir des modifications telles qu’il en résulta une doctrine particulière. L’eau, qu’il considérait comme la matière première dont le monde avait été formé, était, selon lui, susceptible de différens degrés de densité, et, à chacun de ces degrés, elle constituait un élément ou principe secondaire. La combinaison des élémens, dans des proportions diverses, produisait tous les corps de la nature. Ces corps, les animaux, les plantes, avaient une âme, ainsi que le monde, pris dans son ensemble ; mais Thalès n’attachait pas au mot âme le sens qu’il a pour nous ; cette expression, dans sa pensée, signifiait seulement cause interne de mouvement.

  • 2 [Anaximandre (610 av. J.-C., Milet, actuelle Turquie-546/545 av. J.-C.), philosophe grec souvent c (...)
  • 3 Suivant quelques auteurs, Anaximandre [voir note 2, ci-dessus] aurait considéré l’infini comme que (...)

4Anaximandre2, de Milet comme Thalès, et ami de ce philosophe, admettait pour premier principe l’infini. L’eau n’était qu’un principe secondaire, Mais il est difficile de démêler, d’une manière précise, ce qu’il entendait par l’infini. On ne comprend pas comment l’infini a pu donner naissance à l’eau. On ne saurait penser qu’il ait voulu exprimer, par ce terme, l’idée que l’espace illimité avait préexisté à la matière, car les philosophes anciens ont tous admis l’éternité de la matière3.

5Quoi qu’il en soit, Anaximandre, ayant admis l’eau comme le second principe de la nature, prétendait que les hommes avaient primitivement été poissons, puis reptiles, puis mammifères, et, enfin, ce qu’ils sont maintenant. Nous retrouverons ce système dans des temps très-rapprochés des nôtres, et même dans le xixe siècle.

  • 4 [Anaximène de Milet (545 av. J.-C.), philosophe grec de la nature et l’un des trois penseurs de Mi (...)
  • 5 Plus tard, Diogène d’Apollonie renouvela ce système sous une forme plus complète. [M. de St.-Agy.] (...)

6Anaximènes de Milet4, qui passe pour avoir été l’ami et le disciple d’Anaximandre, modifia ou plutôt précisa la doctrine de son maître, en substituant l’air à l’infini. Ce principe aériforme, susceptible de condensations différentes et de combinaisons variées, était, selon lui, la source de tous les êtres et même des dieux. Ce système est peut-être le germe de l’idée des gaz5.

  • 6 [Héraclite (540 av. J.-C. Éphèse, Anatolie - 480 av. J.-C.), philosophe grec connu pour sa cosmolo (...)
  • 7 Suivant Héraclite [voir note 6, ci-dessus], le monde n’est l’ouvrage ni des dieux, ni des hommes, (...)

7Héraclite6, célèbre par sa misanthropie, et qui peut aussi être considéré comme appartenant à l’école ionienne, admettait le feu pour principe universel ; mais peut-être le considérait-il plutôt comme la source de l’existence des êtres et du mouvement, que comme la matière même des corps. Son système semble offrir quelques rapports avec celui des physiologistes qui ont placé le principe de la vie animale dans la chaleur développée par la respiration. Mais ces rapports sont si éloignés qu’ils existent moins dans les choses elles-mêmes que dans notre esprit7.

8Du reste, aucun des premiers philosophes de l’école ionienne n’éleva ses idées au-dessus de l’existence des corps matériels : chez eux, on n’aperçoit pas la moindre distinction entre la matière et l’esprit. C’est en vain qu’on y cherche aussi l’idée de création. Ils avaient seulement entrevu les idées d’unité et d’infini.

  • 8 [Anaxagore, voir Leçon 4, note 44.]

9Anaxagore8, le restaurateur de l’école ionienne, eut des notions beaucoup plus saines que ses prédécesseurs sur presque toutes les parties des sciences physiques. On pourrait considérer ses écrits comme le dépôt des premiers germes scientifiques. Il distingua nettement, pour la première fois, l’esprit de la matière. On pourrait aussi considérer ce philosophe comme l’auteur de la deuxième époque philosophique de la Grèce ; car il fut le maître de Socrate, qui adopta ses opinions, et ce sont elles qu’on retrouve ornées de tous les charmes du style de Platon, dans les ouvrages qui, propagés dans la Grèce, donnèrent naissance à la seconde ère philosophique.

  • 9 [Pythagore, voir Leçon 3, note 5.]
  • 10 [Magna Graecia, qui signifie en latin « la Grande Grèce », un groupe d’anciennes cités grecques lo (...)
  • 11 [Polycrate (fl. vie siècle av. J.-C.), tyran (535-522 av. J.-C.) de l’Île de Samos, en mer Égée, q (...)
  • 12 [Achéens, peuple de l’Antiquité grecque. Ils sont, d’après Homère, les Grecs qui assiégèrent Troie (...)

10Le fondateur de l’école italique, Pythagore9 était contemporain du conquérant Cambyse, d’Anaximandre, d’Anaximènes et d’Héraclite ; on rapporte même qu’il avait été, comme eux, disciple de Thalès. Mais ce fait n’est rien moins que prouvé. Après de longs voyages dans l’Égypte, dans la grande Grèce10 et peut-être dans l’Inde, il revint à Samos, sa patrie. Mécontent des changemens que le tyran Polycrate11 y avait introduits, Il alla en Italie et se fixa à Crotone, ville qui avait été construite cent vingt ans auparavant par une colonie d’Achéens12. Il fonda dans ce pays une société secrète modelée sur la caste sacerdotale de l’Égypte. Pour en être membre, il fallait se soumettre à un long noviciat, subir des jeûnes, des abstinences de diverses natures et observer des pratiques singulières, dont le but n’est pas bien connu. Cette société fut un foyer de superstitions, et la source d’une foule de fables sur la vie et les opinions de Pythagore. Elle ne tarda pas à être taxée de vues ambitieuses, et, à ce titre, elle fut entièrement dissoute. Ce ne fut que long-temps après la mort de son auteur qu’elle put être renouvelée.

  • 13 Aristote, Métaph., I, 3 ; Jamblich [philosophe néoplatonicien, 250 à Chalcis, Coelé –Syrie– 330], (...)

11On ignore si Pythagore a jamais rien écrit : aucun ouvrage, qui lui soit attribué, n’est parvenu jusqu’à nous. C’est en Égypte qu’il avait recueilli ses connaissances géométriques et arithmétiques. Il essaya, rapporte-t-on, de les faire servir à l’explication de tous les phénomènes naturels. Suivant lui, les nombres étaient les principes des choses13 ; mais cette partie de sa doctrine est très-imparfaitement connue ; nous ne faisons qu’en conjecturer la nature. D’ailleurs, ses idées ont tellement été altérées par les hommes qui ont renouvelé son école, qu’il est difficile de les démêler de celles de ses continuateurs ; on peut seulement supposer que sa théorie mystérieuse consistait à évaluer en nombres toutes les forces, toutes les grandeurs, afin de les rendre ainsi comparables et susceptibles d’être soumises au calcul. Dans ce cas, il aurait eu l’idée qui, de nos jours, sert de base à la physique mathématique.

12Suivant lui, tous les êtres sont comme les nombres pairs ou impairs. Ceux-ci sont composés de monades ou unités, les autres de diades ou dualités. On a cru reconnaître, dans cette opinion, quelque ressemblance avec les idées qui servent de base à la théorie des proportions définies ; c’est assurément une erreur.

  • 14 Suivant Pythagore, l’âme était une émanation du feu central et un composé d’éther chaud et froid, (...)

13Pythagore concevait l’univers comme un tout harmonique, et il en prenait pour exemple le nombre des planètes qui, de son temps, correspondait exactement à celui des tons de la gamme. Au centre de ce tout harmonique, qu’il comparait à un grand animal, était le soleil, qui était l’âme du monde et le principe du mouvement. Toutes les autres âmes, celles des hommes, des animaux et même des dieux, émanaient et participaient de la nature de cette âme cosmique. Les dieux n’étaient, dans ce système, que des animaux d’un ordre supérieur14.

  • 15 [Autrement dit, « à chacun son dû ».]

14Pythagore portait le langage mathématique jusque dans la morale. Il disait que la justice était un nombre divisible par deux. Il est évident que c’est là une expression figurée, par laquelle il se proposait d’indiquer l’égalité de partage résultant de la justice distributive15. On peut croire, qu’à beaucoup d’autres égards, on a attribué à Pythagore des idées qu’il n’avait point professées, en entendant à la lettre ce qu’il n’avait dit que dans un sens figuré. Au reste, malgré toutes ses singularités, on ne peut refuser à l’école italique le mérite d’avoir fait faire un progrès important à la philosophie : l’école ionienne était toute matérialiste ; elle n’avait vu dans l’univers aucune intelligence régulatrice ; les premiers Pythagoriciens s’élevèrent au-dessus d’elle, en cherchant et en indiquant une cause supérieure à la matière.

  • 16 [Alcméon de Crotone, également écrit Alcmaeon (vie siècle av. J.-C.), philosophe et physiologiste (...)
  • 17 [Bien qu’Aristote ait mentionné un conduit reliant l’oreille à la bouche –sans doute la trompe d’E (...)

15Cette école, d’ailleurs, fondée sur les mathématiques, ne pouvait pas rester long-temps dans le vague ; elle devait bientôt, par un résultat inévitable de son procédé fondamental, s’appliquer à l’observation et à l’expérience. En effet, plusieurs observateurs ne tardèrent pas à sortir de son sein. Dès l’an 520 avant Jésus-Christ, Alcméon de Crotone16, disciple immédiat de Pythagore, se livra à des recherches anatomiques sur les animaux. Comme il prétendait que les chèvres respiraient par les oreilles, on a pensé qu’il avait découvert les trompes d’Eustachi, par lesquelles l’air pénètre de l’arrière-bouche dans l’oreille interne. Ces trompes n’auraient ainsi été que retrouvées au xvie siècle17.

16Alcméon avait sur l’embryologie des idées assez exactes ; il assurait que la tète des animaux se formait la première, ce qui est conforme à ce fait parfaitement connu que, pendant la première période de la vie fœtale, la tête est proportionnellement plus volumineuse que les autres parties du corps.

17Il affirmait un fait moins exact, lorsqu’il disait que le fœtus se nourrit par la peau.

18Il pensait que le siége de l’odorat était dans le cerveau, et il comparait l’époque de la puberté, chez l’homme, à celle de la floraison chez les plantes.

  • 18 [Chalcidius ou Calcidius, exégète chrétien du ive siècle qui commenta le Timée de Platon (voir Boe (...)

19Nous ne connaissons les opinions de ce philosophe que par Chalcidius18, commentateur de Platon. En général, il est bon de se tenir en garde contre tout ce que l’on rapporte de ces anciens philosophes, qui n’ont laissé aucun écrit ; car ce que la tradition en a conservé est si peu précis qu’on peut presque également leur attribuer les plus importantes découvertes ou les rêveries les plus extravagantes.

  • 19 [Timée de Locres (356 av J.-C., Taormina, Sicile-260 av. J.-C.), historien grec dont les écrits on (...)

20Timée de Locres19, élève de Pythagore, passe pour avoir écrit un ouvrage sur l’âme du monde ; mais il est moins connu comme auteur de cet ouvrage que comme interlocuteur du dialogue auquel Platon a donné son nom pour titre.

  • 20 [Ocellus de Lucanie (ve siècle av. J.-C., Lucanie) philosophe pythagoricien, peut-être un élève de (...)

21Ocellus Lucanus20, qui était probablement plus jeune que les précédens pythagoriciens, est auteur présumé d’un Traité de l’Univers, dans lequel il soutient l’unité du monde, son éternité, et celle des espèces. Il admet, pour la première fois, que le monde est composé de quatre élémens combinés de diverses manières, doctrine qui régna dans toutes les écoles, jusqu’à la fin du siècle dernier. Ocellus ne considérait les dieux, ainsi que l’avait fait Pythagore, que comme des animaux d’une classe supérieure, et plaçait entre eux et les hommes des êtres intermédiaires appelés démons. Mais il professait que l’ensemble de l’univers était une divinité suprême.

  • 21 [Empédocle, philosophe grec, homme d’État, poète, maître spirituel et physiologiste qui affirme qu (...)
  • 22 [Agrigente/Agrigentum, terme latin pour Agrigente (Girgenti avant 1927, Acragas en grec), capitale (...)

22Ce système est attribué par d’autres auteurs à Empédocle21, né à Agrigente22, vers la 444e année antérieure à la naissance de Jésus-Christ, et qui composa un poëme didactique sur la nature, dont il ne nous reste que des fragmens. À cette époque, on s’occupait peu des détails ; toutes les doctrines tendaient à une explication universelle.

  • 23 Il va sans dire que le chaos est un état de choses impossible ; car les affinités électives et les (...)

23Aucun des quatre élémens, en particulier, suivant Empédocle, n’est un principe, comme l’avaient déjà pensé tous les autres pythagoriciens. Selon lui, la substance préexistante était le mélange confus de tous les élémens, en un mot, le chaos23.

  • 24 [Le limaçon de l’oreille, ou cochlée, du moins celui des mammifères, était connu par Empédocle (vo (...)

24Mais ce philosophe fit mieux que de se livrer à des spéculations ; il observa la nature dans ses détails, comme Alcméon l’avait fait avant lui. Il reconnut de l’analogie entre l’œuf des animaux et la semence des plantes ; il découvrit l’amnios ; et on pourrait admettre, d’après un vers de son poëme qui est arrivé jusqu’à nous, qu’il avait aussi découvert le limaçon de l’oreille, découverte qui n’est due incontestablement qu’à des observations très-délicates faites dans le xvie siècle24.

25Empédocle fit des applications utiles des connaissances qu’il avait recueillies : il assainit son pays en empêchant que les eaux n’y séjournassent ; il fit aussi, rapporte-t-on, disparaître des influences épidémiques, en fermant une ouverture de rocher par laquelle se répandaient dans l’atmosphère des vapeurs nuisibles.

  • 25 [Epicharme de Kos (530 av. J.-C., 440 av. J.-C.) poète grec qui, selon l’encyclopédie de la Souda (...)

26Épicharme de Cos25, qui paraît avoir été fort estimé des anciens, avait écrit, sur la médecine, la morale et la physique, des ouvrages qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Mais ses comédies ont fourni quelques détails sur diverses plantes et divers poissons, et sur les autres substances alimentaires qui étaient employées de son temps. On ne sait, du reste, avec certitude, ni le lieu, ni la date de sa naissance.

27Tels sont, messieurs, les philosophes de l’école italique qui appliquèrent aux sciences l’activité de leur esprit. Cette école eut une existence fort tourmentée ; les associations secrètes qu’elle forma suscitèrent des troubles graves dans plusieurs villes ; le peuple se souleva contre elle, et ses membres périrent presque tous. Cependant, les doctrines pythagoriciennes survécurent jusqu’au temps de Platon, qui en adopta une partie pour la composition de son système de philosophie.

  • 26 [Xénophane (c. 560 av. J.-C., Colophon, Ionie-478 av. J.-C.), poète grec, penseur religieux et pré (...)
  • 27 Un philosophe éloquent, M. V. Cousin, les a rassemblés [les poèmes de Xénophane] et traduits en fr (...)

28Parallèlement à l’école de Pythagore s’était élevée l’école éléatique, ainsi nommée parce que son fondateur, Xénophane26, venu de Colophon, ville de l’Asie Mineure, s’était fixé, vers l’an 536, à Elea ou Velia, dépendant de la Sicile. Xénophane a exposé sa doctrine dans un poëme sur la nature, dont il ne nous est resté que quelques fragmens27. Son système est plus métaphysique que physique ; il a pour base l’unité absolue : c’est un panthéisme idéalistique qui offre quelques rapports avec la doctrine allemande, connue sous le nom de Philosophie de la nature. Xénophane est le premier qui ait attaqué, en Grèce, l’antropomorphisme populaire ; il absorba la divinité elle-même dans son unité absolue, et expliqua la multiplicité des choses variables en prenant, à ce qu’il paraît, pour élémens primitifs, l’eau et la terre.

  • 28 [Parménide d’Élée (c. 515 av. J.-C.), philosophe grec d’Elée, en Italie du Sud. Il fonda l’éléatis (...)
  • 29 Sextus, Adv. Mathém., VII, 3. Aristote, Métaph., I, 5. Diog. Laert, IX, 22 [M. de St.-Agy]. [Sextu (...)
  • 30 [Dans son poème sur la nature (voir note 28, ci-dessus), Parménide soutient que la multiplicité de (...)

29Parménide d’Élée28, son disciple immédiat, développa le même système avec plus de précision. Suivant lui, la raison seule reconnaît la réalité et la vérité ; les sens, au contraire, ne témoignent que d’une apparence trompeuse. Il résulte de là un double système de connaissance, celui de la notion véritable et celui de la connaissance apparente ; le premier fondé sur la raison, l’autre sur les sens29. Le poëme de Parménide30, sur la nature, où ces deux systèmes étaient exposés, ne nous est pas parvenu complet ; d’après les fragmens qui ont été conservés, nous connaissons mieux le premier système que le second. Dans le premier, l’auteur part de l’idée de l’être pur, qu’il identifie avec la pensée et la connaissance, et il conclut que le non-être ne saurait être possible ; que toute chose existante est une et identique ; qu’ainsi, ce qui existe n’a point eu de commencement ; qu’il est invariable, indivisible ; qu’il remplit l’espace tout entier et n’est limité que par lui-même ; que, par conséquent, tout changement, tout mouvement est une simple apparence.

30Cette doctrine a le plus grand rapport avec quelques opinions professées de nos jours par les prêtres de l’Inde, qui désignent par un nom particulier la prétendue illusion de notre esprit à l’égard du monde extérieur.

31Mais Parménide admettait que cette illusion était soumise à des lois fixes, de sorte qu’il était possible de prendre les variétés de cette illusion pour bases de raisonnemens, tout aussi bien que si elles eussent été des réalités. L’école éléatique aurait pu ainsi entrer dans la méthode d’observation, et étendre beaucoup le domaine des sciences ; mais, livrée à de vagues spéculations, elle ne sut pas suivre cette route parsemée de richesses. Elle admettait deux principes du monde, le feu ou la clarté, et le froid ou la terre. Le feu était le principe de la vie et du mouvement ; la terre, le principe inerte contre lequel le feu luttait sans cesse. Du combat de ces deux principes résultaient tous les êtres vivans.

  • 31 [Zénon d’Élée (c. 495 av. J.-C.- c. 430 av. J.-C.), philosophe et mathématicien grec qu’Aristote c (...)

32Parménide avait pour ami et pour disciple le sophiste Zénon31.

33C’était en effet dans l’école des Éléates que devait naître la dialectique : leur doctrine n’étant point fondée sur l’observation, ils avaient besoin, pour la soutenir, de raisonnemens très-subtils et d’une grande habileté dans l’art d’enchaîner les idées. Mais cet art dégénéra bientôt entre leurs mains ; sa destination fut singulièrement altérée ; on s’en servit également pour prouver le vrai et pour soutenir le faux. Des hommes très-ingénieux arrivèrent ainsi, après de nombreux efforts, à obscurcir ce qui était clair et à rendre douteux ce qui était certain. On en vint même jusqu’à nier le mouvement et sa possibilité, au moyen d’argumens qui, du reste, étaient souvent assez difficiles à réfuter.

34Vers 460 avant Jésus-Christ, Parménide et Zénon firent un voyage à Athènes ; ils s’y appliquèrent à démontrer, par le raisonnement, l’absurdité du système du réalisme empyrique. L’ionien Anaxagore arriva à Athènes à peu près à la même époque ; par conséquent, Socrate, qui alors était âgé de dix ans, et dont nous parlerons bientôt, put recevoir des leçons de ces trois philosophes.

  • 32 [Leucippe (fl. ve siècle av. J.-C., probablement né à Milet, sur la côte occidentale d’Asie Mineur (...)

35Leucippe32, fondateur de l’école atomistique, fut leur contemporain, et, peut-être aussi, le disciple de Parménide. Mais il professa une doctrine diamétralement opposée à la leur. Frappé de la fausseté des spéculations éléatiques, il se jeta dans l’excès contraire, et tomba dans un pur matérialisme. Il repoussa tout à la fois l’unité intelligente de Xénophane et de Parménide, ce tout qui n’est ni matériel ni immatériel, et la théorie des nombres de l’école italique. Des atômes ou molécules indivisibles, et le vide, furent seuls admis dans son système ; encore dépouilla-t-il les atômes des propriétés qui leur avaient été reconnues antérieurement, et ne leur accorda-t-il que le mouvement et la figure.

36La couleur des corps, leur consistance, leur température spécifique, en un mot, toutes leurs propriétés étaient, selon lui, le résultat de la forme et de la disposition relative des atômes. Le cercle éternel de la destruction et de la reproduction des êtres n’avait aussi d’autre cause que le mouvement des atômes ; l’âme, elle-même, n’était qu’une agrégation d’atômes particulièrement combinés.

  • 33 [Démocrite d’Abdère (c. 460 av. J.-C.- c. 370 av. J.-C.), philosophe grec, figure centrale dans le (...)

37Le plus célèbre continuateur de Leucippe est Démocrite d’Abdère33, auquel on attribue un caractère moqueur, en opposition à celui d’Héraclite. Selon les uns, il est né en 494 ou 490 ; selon les autres, en 470 ou 460. Il mourut fort âgé, en 399, la même année que Socrate. Il développa le système des atômes. Pour prouver leur existence, il invoqua l’impossibilité d’une division de la matière à l’infini. Leucippe n’avait reconnu aux atômes qu’une différence de forme ; Démocrite leur attribua aussi un mouvement spécifiquement varié. Il distingua le mouvement direct ou primitif, le mouvement oblique ou dérivé de la réaction, et le mouvement en tourbillon. De ces divers mouvemens des différens atômes, il fit résulter tous les mondes. L’âme, suivant lui, est composée d’atômes de feu ronds. En atomiste conséquent, il soutint que les objets font impression sur nos sens au moyen de corpuscules émanés de ces objets et ayant la même forme qu’eux. De cette impression résultent la sensation et l’idée.

38Alcméon avait bien déjà disséqué, comme je l’ai dit, quelques animaux ; mais Démocrite est réellement le premier qu’on puisse appeler anatomiste comparateur. Il étudia avec persévérance l’organisation d’un grand nombre d’animaux, et expliqua, par la diversité de cette organisation, la variété de leurs mœurs et de leurs habitudes.

39Démocrite connut les voies de la bile et le rôle qu’elle joue dans la digestion. Il chercha la source de la manie, et crut l’avoir découverte dans l’altération des viscères de l’abdomen, opinion qui a été soutenue jusqu’à nos jours.

40Démocrite ne fut pas convenablement apprécié par ses compatriotes. Errant souvent parmi les tombeaux, probablement pour y chercher quelques pièces ostéologiques, les Abdéritains imaginèrent qu’il avait l’esprit aliéné, et firent venir Hippocrate pour lui donner ses soins ; mais ce grand homme ne vit rien moins qu’un fou dans Démocrite, et le déclara le plus sage et le plus savant des hommes.

41Les sectes italique et éléatique n’étant que des dérivations de celle de Thalès, ces trois sectes se ressemblent à plusieurs égards. Mais la secte atomistique a un caractère propre et nettement tranché.

42Les quatre grandes sectes philosophiques dont je viens de vous entretenir, contribuèrent fort inégalement aux progrès des sciences naturelles. L’idéalisme et le panthéisme des Eléates leur furent beaucoup moins favorables que la méthode mathématique des pythagoriciens, et bien moins encore que le matérialisme et l’observation des atomistes.

  • 34 [Esculape, voir Leçon 4, note 19.]
  • 35 [Cnide, ancienne cité grecque d’Asie Mineure située sur les côtes de Carie, au sud-ouest de l’Anat (...)

43La secte médicale qui subsistait à côté de ces écoles philosophiques, et qui emprunta à toutes, à cause de son esprit pratique, était beaucoup plus ancienne qu’elles. Depuis un temps immémorial, elle se perpétuait dans la famille des Asclépiades, dont l’origine remonte par une série mythologique jusqu’à Esculape34. Dès le temps du siège de Troie, on voit la médecine exercée par les fils d’Esculape. Homère, qui peut-être était lui-même un Asclépiade, montre des connaissances médicales assez exactes dans le jugement qu’il exprime sur les blessures des héros de l’Iliade. Les Asclépiades desservaient la plupart des temples consacrés à Esculape. Les plus célèbres de ces temples étaient ceux de Cos et de Gnide35. Les malades y étaient reçus de toutes parts ; ils y étaient soumis à certaines pratiques religieuses ; on tenait note des symptômes qu’ils avaient présentés à leur arrivée, et de l’effet des médicamens qui leur avaient été administrés. Les malades qui avaient été guéris loin de ces temples y envoyaient souvent, comme ex-voto, le récit de leurs souffrances et de leur rétablissement, et il en résulta des nosographies parfaitement complètes qui contribuèrent singulièrement au perfectionnement de la médecine.

  • 36 [Hippocrate (c. 460 av. J.-C. île de Kos, Grèce - c. 377 av. J.-C. Larissa, Thessalie), physicien (...)

44C’est dans une de ces énormes collections, continuées pendant près de huit cents ans, que puisa Hippocrate36, lorsqu’environ quatre cents ans avant Jésus-Christ, il écrivit ses ouvrages : ils sont le résumé de toutes les observations antérieures ; et c’est pour cela qu’ils présentent tant de vérités médicales.

  • 37 [Des Fractures par Hippocrate (c. 400 av. J.-C.), traité sur la nature et le traitement des fractu (...)
  • 38 [Miltiade le Jeune (c. 554 av. J.-C., Athènes-c. 489 av. J.-C., Athènes), général athénien qui men (...)

45Mais il faut remarquer que tous les ouvrages portant le nom d’Hippocrate n’ont pas été composés par un seul homme. On pense généralement que trois médecins, du nom d’Hippocrate, et de la même famille, y ont travaillé successivement. On fonde cette opinion sur les différences de style et sur quelques contradictions que présentent les divers traités connus sous le nom d’Hippocrate. Le livre des Fractures37 est attribué au premier Hippocrate, qui vivait du temps de Miltiade38, 500 ans avant Jésus-Christ, et qui, par conséquent, serait antérieur à Hérodote, et le premier écrivain en prose. Le plus célèbre des trois Hippocrate était contemporain de Socrate et de Platon, qui le cite souvent avec éloge, et vécut cent dix ans. Il est, avec Démocrite, qui fut aussi plus que centenaire, celui de tous les hommes célèbres de son temps qui parcourut la plus longue carrière. Je ne parlerai pas de ses écrits maintenant, attendu qu’ils appartiennent à la seconde ère philosophique. J’en traiterai en même temps que de ceux de Platon.

46Mais, avant d’entrer dans la seconde époque philosophique, nous allons exposer les travaux d’Anaxagore, qui lient l’école de Thalès à celle de Socrate, dont Anaxagore fut le maître.

  • 39 [Clazomènes, cité grecque d’Ionie, située à 32 km à l’ouest d’Izmir (golfe de Smyrne), aujourd’hui (...)
  • 40 [Périclès (c. 495 av. J.-C., Athènes - c. 429 av. J.-C., Athènes), homme d’État athénien à l’origi (...)
  • 41 [Lampsaque, ancienne cité grecque d’Asie Mineure, située sur la rive sud de l’Hellespont (détroit (...)

47Anaxagore, né 500 ans avant Jésus-Christ, était venu de Clazomènes39 à Athènes, lors de la conquête des colonies grecques de l’Asie Mineure par les Perses. Il se lia intimement avec Périclès40, qui était à peu près de son âge, et partagea les haines qui s’élevèrent contre cet habile gouvernant. Accusé lui-même d’hostilité à la religion par les persécuteurs de Périclès, il fut obligé de se retirer à Lampsaque41, où il mourut âgé de 72 ans, la 428e année antérieure à la naissance de Jésus-Christ.

48Anaxagore distingua le premier, d’une manière nette, l’esprit de la matière, la divinité du monde, et l’âme du corps. Avant lui, les philosophes avaient considéré le mouvement comme inhérent à la matière, ou bien, comme les Eléates, ils n’avaient vu, dans les corps, que de pures illusions. Anaxagore admit la réalité de la matière et celle de l’esprit, auquel il attribua la puissance d’ordonner et de diriger la première. Ces principes sont ceux de la théologie naturelle, qui sert de base à toutes les religions d’Europe ; ils constituent un théisme nettement prononcé. Rien n’était donc moins fondé que l’accusation d’athéisme qui fut dirigée contre Anaxagore, et par suite de laquelle il fut condamné au dernier supplice.

  • 42 [Lucrèce, voir Leçon 11, note 5.]

49Ce philosophe n’admettait, pour premier principe de toutes choses, ni l’eau, ni le feu, ni même la réunion des quatre élémens, tels que les concevaient Empédocle, Ocellus de Lucanie, et que les ont conçus, après eux, tous les physiciens et chimistes modernes jusqu’à la fin du xviiie siècle. Selon lui, il existait diverses espèces de matière ; chacune de ces espèces était composée de particules semblables entre elles et au tout qu’elles formaient. Ainsi, l’or était composé de particules d’or, le fer de particules de fer. Il paraît, d’après les singulières objections que les anciens ont exprimées contre le système des homœoméries ou particules composantes, qu’il n’a pas été bien entendu : Lucrèce42, par exemple, demande s’il est raisonnable d’admettre qu’un homme soit composé de petits hommes, un arbre de petits arbres. Ces questions sont niaisement ridicules, car Anaxagore ne prétendait pas étendre sa doctrine aux corps composés ; et, appliquée aux corps simples, elle est parfaitement rationnelle.

50Aucun des ouvrages du premier théiste de la Grèce n’est parvenu jusqu’à nous.

51On a seulement retenu quelques apophtegmes, qui sont le résumé de ses opinions. Par exemple : Rien ne naît de rien, tout est dans tout, et tout peut tout produire. Par ces propositions générales, il entendait sans doute que la matière était éternelle, et que tous les corps étaient composés des mêmes élémens, combinés dans des proportions différentes.

52Anaxagore observait souvent fort mal, mais c’était toujours à l’observation qu’il demandait la raison des faits. Ainsi, de son temps, un bélier était né à Athènes avec une seule corne ; le peuple regardait cette singularité comme un prodige, et il y voyait même, suivant les préjugés de toute l’antiquité, le présage d’événemens funestes. Anaxagore disséqua l’animal, et fit voir que la conformation singulière des os de son crâne était la seule cause du prétendu prodige qui avait effrayé le peuple athénien.

53Il fut moins heureux à d’autres égards, car on rapporte qu’il croyait que les belettes faisaient leurs petits par la bouche, et les ibis et les corneilles par le bec.

  • 43 [Mont Athos, péninsule montagneuse au nord de la Grèce (qui culmine à 2033 m d’altitude), emplacem (...)
  • 44 [Bataille d’Aigos-Potamos/Aegospotami (405 av. J.-C.), victoire navale de Sparte sur Athènes, ulti (...)
  • 45 Pourquoi non ? Je pense à cet égard comme Anaxagore. Beaucoup de savans partagent aussi cette opin (...)

54Il n’avait aussi que des idées fort inexactes sur le ciel. Une aérolithe très-volumineuse étant tombée sur le mont Athos43, avant la bataille d’œgos-Potamos44, il en conclut que la voûte apparente que nous présente le ciel, était formée de pierres de la nature de celle qui avait été recueillie. Il pensait que la lune et les planètes étaient habitées45, et considérait le soleil comme une masse métallique enflammée. Le soleil étant alors un dieu populaire, ce fut cette dernière opinion qui détermina sa condamnation pour athéisme.

55Anaxagore fut le maître et le précurseur de Socrate qui donna une direction plus rationnelle à la philosophie, et exerça par sa méthode ironique une grande influence sur la marche des sciences naturelles, bien qu’il ne les eût pas cultivées d’une manière spéciale.

56Au commencement de la prochaine séance je traiterai de Socrate. Nous verrons ensuite les travaux des diverses sectes qui sortirent de son école.

Notes

1 [Socrate, voir Leçon 6.]

2 [Anaximandre (610 av. J.-C., Milet, actuelle Turquie-546/545 av. J.-C.), philosophe grec souvent considéré comme le fondateur de l’astronomie, premier penseur à avoir élaboré une cosmologie – une vision philosophique systématique du monde. Anaximandre aurait été l’un des disciples de Thalès de Milet.]

3 Suivant quelques auteurs, Anaximandre [voir note 2, ci-dessus] aurait considéré l’infini comme quelque chose d’intermédiaire à l’eau et à l’air. Les changemens perpétuels des choses ne peuvent, selon lui, se produire que dans l’infini ; les contraires s’en détachent par un continuel mouvement, et retournent sans cesse en lui. Ainsi subsistent le ciel et la terre, à l’égard desquels Anaximandre fit des recherches très-étendues. Dans l’infini, tout est sujet à changement ; mais l’infini est immuable. Cette doctrine fut aussi à peu près celle de son contemporain Phérécyde de Syros [ fl. c. 550 av. J.-C., philosophe et mythographe grec habituellement associé aux Sept Sages de Grèce, plus particulièrement à Thalès)]. Anaximandre et Phérécyde sont les deux premiers philosophes qui aient écrit. (Aristote, Physic., et Simplicius, Comment [voir Leçon 1, note 36 ; Simplicius, Commentaire sur le Manuel d’ÉpicteÌte [texte établi & trad. par Hadot Ilsetraut], Paris : Les Belles Lettres, 2001, CLXXII + 184 p.]) [M. de St.-Agy].

4 [Anaximène de Milet (545 av. J.-C.), philosophe grec de la nature et l’un des trois penseurs de Milet traditionnellement considérés comme fondateurs de la philosophie occidentale. Les deux autres sont Thalès, qui considère l’eau comme l’élément essentiel de toute matière, et Anaximandre qui nomme la substance essentielle « l’infini ».]

5 Plus tard, Diogène d’Apollonie renouvela ce système sous une forme plus complète. [M. de St.-Agy.] [Diogène d’Apollonie (fl. ve siècle av. J.-C.), philosophe grec remarqué pour sa cosmologie et ses efforts de synthèse entre visions anciennes et nouvelles découvertes].

6 [Héraclite (540 av. J.-C. Éphèse, Anatolie - 480 av. J.-C.), philosophe grec connu pour sa cosmologie, dans laquelle le feu est la matière de base du principe d’univers ordonné. On sait peu de choses sur sa vie, et on a perdu le seul livre qu’il ait jamais écrit. Ses idées subsistent dans les courts extraits et citations qui lui sont attribués par des auteurs qui lui ont succédé.]

7 Suivant Héraclite [voir note 6, ci-dessus], le monde n’est l’ouvrage ni des dieux, ni des hommes, c’est un feu toujours vivant qui s’allume et s’éteint suivant un certain ordre. Il paraît avoir déduit de ces idées fondamentales les opinions suivantes : 1° la variation ou l’écoulement perpétuel des choses, ce qui constitue aussi la vie ; 2° la formation et la dissolution de toutes choses par le feu, le mouvement ascendant et descendant, l’évaporation et l’incendie du monde ; 3° la cause de tous changemens par la discorde et la concorde, et par leur opposition d’après des lois fixes immuables ; 4° que le principe de toute force est aussi celui de la pensée ou la force pensante primitive. Le monde entier est rempli d’âmes et de démons qui participent du feu. L’âme sèche est la meilleure. Dans la veille, l’âme reconnaît, par son rapport avec la raison divine, l’universel et le vrai ; par les sens, elle connaît le variable et l’individuel. Dans ce système, qui ne nous est connu que fort imparfaitement, et dont Platon, les stoïciens et Ænésidême [né au ie siècle av. J.-C. à Cnossos, Crète ; philosophe et dialecticien de l’Académie grecque qui ranima le principe pyrrhonien de « suspension du jugement », en tant que solution pratique au problème contrariant et « insoluble » de la connaissance] tirèrent un grand nombre de conséquences, Héraclite rassembla plusieurs idées supérieures et nouvelles pour son temps, qu’il appliqua même à des objets politiques et moraux [M. de St.-Agy].

8 [Anaxagore, voir Leçon 4, note 44.]

9 [Pythagore, voir Leçon 3, note 5.]

10 [Magna Graecia, qui signifie en latin « la Grande Grèce », un groupe d’anciennes cités grecques longeant la côte sud de la péninsule italienne ; les habitants de cette région étaient connus sous le nom d’Italiotes pour les Grecs et de Graecis pour les Romains. Théâtre d’échanges et de commerce, la Grande Grèce accueillit les écoles philosophiques pythagoricienne et éléatique.]

11 [Polycrate (fl. vie siècle av. J.-C.), tyran (535-522 av. J.-C.) de l’Île de Samos, en mer Égée, qui instaura la suprématie navale samienne en Égée orientale et lutta pour le contrôle de l’archipel et des principales cités d’Ionie.]

12 [Achéens, peuple de l’Antiquité grecque. Ils sont, d’après Homère, les Grecs qui assiégèrent Troie aux côtés des Danéens et des Argiens. Leur région, telle que la décrit Homère –le continent et les îles occidentales de la Grèce, la Crète, Rhodes, ainsi que les îles adjacentes, hors Cyclades– abrita précisément les activités des Mycéniens aux xive et xiiie siècles av. J.-C., comme le révèle l’archéologie. C’est pourquoi certains auteurs ont identifié les Achéens aux Mycéniens.]

13 Aristote, Métaph., I, 3 ; Jamblich [philosophe néoplatonicien, 250 à Chalcis, Coelé –Syrie– 330], Vit. Pythag. [voir Jamblique, Vie de Pythagore [Introduction, traduction et notes par Brisson Luc et Segonds Alain Philippe], Paris : Les Belles Lettres, 2011, LXXVII + 247 p.] [M. de St.-Agy].

14 Suivant Pythagore, l’âme était une émanation du feu central et un composé d’éther chaud et froid, susceptible de s’unir à quelque corps que ce soit, mais obligé par le destin de traverser une certaine série de corps. Cette doctrine de la migration des âmes, qui avait été empruntée aux Égyptiens, n’était point encore ennoblie par des idées morales [M. de St.-Agy].

15 [Autrement dit, « à chacun son dû ».]

16 [Alcméon de Crotone, également écrit Alcmaeon (vie siècle av. J.-C.), philosophe et physiologiste grec de l’académie de Croton (aujourd’hui Crotona, en Italie méridionale). Le premier, autant qu’on puisse le savoir, à avoir pratiqué la dissection de corps humains à des fins scientifiques. Peut-être aussi le premier chercheur à avoir pratiqué la vivisection. Alcméon a conclu de ses recherches que le cerveau était le centre de l’intelligence et l’âme la source de la vie. Appliquant le principe pythagoricien de l’harmonie cosmique entre les contraires, il a posé en principe que la santé consistait en isonomie (équilibre) des composants opposés du corps (par exemple sec-humide, chaud-froid, doux-amer), anticipant ainsi l’enseignement similaire d’Hippocrate.]

17 [Bien qu’Aristote ait mentionné un conduit reliant l’oreille à la bouche –sans doute la trompe d’Eustache–, cette découverte, attribuée à tort à Alcméon, n’a été confirmée qu’au xvie siècle par Giovanni Filippo Ingrassias (1510, Palerme-6 novembre 1580, Palerme), Andreas Vesalius (1514, Bruxelles-1564, île grecque de Zante), et Bartholomaeus Eustachius (1524, San Severino Marche, Italie-1574, Rome). Voir Cole (Francis Joseph), A History of Comparative Anatomy, from Aristotle to the Eighteenth Century, London : Macmillan and Co Ltd, 1949, viii + 524 p.]

18 [Chalcidius ou Calcidius, exégète chrétien du ive siècle qui commenta le Timée de Platon (voir Boeft (Jan den), Calcidius on demons, Leiden : E. J. Brill, 1977, ix + 70 p.) et exerça ainsi une influence importante sur l’interprétation médiévale de ce texte.]

19 [Timée de Locres (356 av J.-C., Taormina, Sicile-260 av. J.-C.), historien grec dont les écrits ont forgé la tradition de l’histoire méditerranéenne occidentale (Timée de Locres, De natura mundi et animae. Überlieferung, Testimonia, Text, und Übersetzung [uit het Grieks] von Walter Marg [trad. en Allemand de Marg Walter], Leiden : Brill, 1972, IX + 151 p.)]

20 [Ocellus de Lucanie (ve siècle av. J.-C., Lucanie) philosophe pythagoricien, peut-être un élève de Pythagore lui-même. On lui attribue l’écriture d’un court traité en quatre chapitres, écrit dans le dialecte ionique, généralement connu sous le nom de Sur la nature de l’univers (voir Ocellus de Lucanie, Sur la nature de l’univers [avec la traduction françoise & des remarques / par M. l’abbé Batteux], Paris : Chez Saillant, 1768, VIII + 118 p.) Il soutient la doctrine selon laquelle l’univers, qui n’a pas été créé, est éternel ; qu’à ses trois grandes divisions correspondent les trois genres d’êtres - dieux, hommes et démons ; et, en conclusion, que la race humaine avec toutes ses institutions (la famille, le mariage et ce qui en découle) doit être éternelle. Il préconise un mode de vie ascétique en vue de la reproduction parfaite de la race et d’une éducation reponsant sur tout ce qui est noble et beau.]

21 [Empédocle, philosophe grec, homme d’État, poète, maître spirituel et physiologiste qui affirme que toute matière est composée de quatre éléments essentiels ; le feu, l’air, l’eau, et la terre, et que rien ne naît ou n’est détruit mais que les choses sont simplement transformées, en fonction des proportions respectives des substances premières. Il ne reste rien des divers écrits qui lui sont attribués, hormis quatre cents lignes de son poème Physeos de Peri (« Sur la nature ») et moins de cent vers de son poème Katharmoi (« Purifications ») (voir Empédocle, Légende et œuvre [Texte grec et trad. Française, présentation et notes par Battistini Yves], Paris : Imprimerie Nationale ; Arles : Actes Sud, 1997, 174 p. (La salamandre)). Selon des sources modernes, Empédocle est né en 490 av. J.-C., et mort en 430 av. J.-C. dans le Péloponnèse, en Grèce.]

22 [Agrigente/Agrigentum, terme latin pour Agrigente (Girgenti avant 1927, Acragas en grec), capitale de la province d’Agrigente, proche de la côte méridionale de la Sicile.]

23 Il va sans dire que le chaos est un état de choses impossible ; car les affinités électives et les différences de pesanteur n’ont jamais abandonné la matière [M. de St.-Agy].

24 [Le limaçon de l’oreille, ou cochlée, du moins celui des mammifères, était connu par Empédocle (voir note 21, ci-dessus) et Gabriele Fallope (anatomiste italien, 1523, Modène-9 octobre 1562, Padoue), mais Eustache (voir note 17, ci-dessus) est le premier à l’avoir découvert en 1552, bien que ses schémas n’aient pas été publiés avant 1714 (voir Eustachi (Bartolommeo), Tabulæ anatomicæ. Bartholomæi Eustachii quas eÌtenebris tandem vindicatas et Sanctissimi Domini Clermentis XI. Pont. Max. munificentiâ dono acceptas praefatione, notisque illustravit, ac ipso saae bibliothecae dedicationis dic publici juris fecit Jo. Maria Lancisius, Genève : Coloniae Allobrogum sumptibus Cramer & Perachon, 1717, XVI + 34 p.)]

25 [Epicharme de Kos (530 av. J.-C., 440 av. J.-C.) poète grec qui, selon l’encyclopédie de la Soudaxe siècle av. J.-C.–, créa la comédie sicilienne (ou dorienne). Il est né dans une colonie dorienne, soit celle de Megara Hyblaea soit celle de Syracuse, toutes deux en Sicile, ou bien à Kos, une des îles du Dodécanèse. On lui attribue plus de 50 pièces écrites dans le dialecte sicilien ; 35 de ses ouvrages ont survécu, mais ils ont été très abîmés (voir Ridgeway (William), « Epicharmus », in The dramas and dramatic dances of non-European races in special reference to the origin of Greek tragedy, with an appendix on the origin of Greek comedy, Cambridge : The University press, 1915, pp. 406-407).]

26 [Xénophane (c. 560 av. J.-C., Colophon, Ionie-478 av. J.-C.), poète grec, penseur religieux et précurseur supposé de l’école philosophique éléatique, qui prônait l’unité plus que la diversité et considérait l’existence distincte des choses de la matière comme apparente plutôt que réelle.]

27 Un philosophe éloquent, M. V. Cousin, les a rassemblés [les poèmes de Xénophane] et traduits en français, il y a quelques années [M. de St.-Agy] [Victor Cousin (28 novembre 1792, Paris-13 janvier 1867, Cannes), philosophe français, réformateur de l’éducation, historien, dont l’éclectisme parfait fit l’un des penseurs français les plus réputés de son temps (voir Fairbanks (Arthur), The first philosophers of Greece [an edition and translation of the remaining fragments of the pre-Sokratic philosophers, together with a translation of the more important accounts of their opinions contained in the early epitomes of their works by Fairbanks Arthur], London : K. Paul, Trench, Trübner & Co ltd, 1898, vii, [2], 300 p.)]

28 [Parménide d’Élée (c. 515 av. J.-C.), philosophe grec d’Elée, en Italie du Sud. Il fonda l’éléatisme, une des principales écoles de pensée présocratiques. Son enseignement général a été minutieusement reconstruit a partir des quelques fragments retrouvés de son œuvre principale, un exposé en trois parties en vers intitulé Sur la nature (voir Parménide, Le poeÌme : fragments [texte grec, traduction, présentation et commentaire par Conche Marcel], 3e éd., Paris : Presses universitaires de France, 2009, 288 p. ; Dusapin (Pascal), Semino : chant à six voix (1984-1985) : XVIIIe fragment du poeÌme de Parménide [partition], Paris : Salabert, 1997, 21 p. ; et note 30, ci-dessous).]

29 Sextus, Adv. Mathém., VII, 3. Aristote, Métaph., I, 5. Diog. Laert, IX, 22 [M. de St.-Agy]. [Sextus Empiricus (début du iiie siècle), philosophe et grec qui rédigea l’unique récit complet existant sur le scepticisme grec dans Esquisses pyrrhoniennes et Contre les Professeurs (voir Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes [introduction, traduction et commentaires par Pellegrin Pierre], Paris : Éditions du Seuil, 1997, 570 p. ; Les Sceptiques : Pyrrhon, Sextus Empiricus ; Les Cyniques : DiogeÌne de Sinope, TéleÌs, Dion Chrysostome... ; Les Stoïciens : Zénon de Citium, Sénéque, ÉpicteÌte... [textes trad. du grec et du latin, choisis et préf. par Chouraqui Pierre], Paris : Éditions France Loisirs, 2000, 489 p. ; Contre les professeurs [introduction, glossaire et index par Pellegrin Pierre ; traduction par Dalimier Catherine, Delattre Daniel, Delattre Joëlle & Pérez B. ; sous la direction de Pellegrin Pierre], Paris : Éditions du Seuil, 2002, 486 p. ; Gegen die Wissenschaftler, Buch 1-6 [aus dem Griechischen übersetzt, eingeleitet und kommentiert von Jürss Fritz], Würzburg : Königshausen & Neumann, 2001, 164 p.) ; pour Diogène Laërce, voir Leçon 7, note 31].

30 [Dans son poème sur la nature (voir note 28, ci-dessus), Parménide soutient que la multiplicité des choses existantes, leurs formes changeantes ainsi que leurs mouvements ne sont qu’un aspect d’une réalité éternelle unique (« Être »), aboutissant ainsi au principe parménidéen selon lequel « tout est un ». Partant de ce concept d’Être, il déduit que toutes affirmations de changement ou de non-être sont illogiques. Pour avoir introduit la méthode d’après laquelle toute affirmation sur les apparences repose sur un concept logique d’Être, il est considéré comme l’un des fondateurs de la métaphysique.]

31 [Zénon d’Élée (c. 495 av. J.-C.- c. 430 av. J.-C.), philosophe et mathématicien grec qu’Aristote considérait comme l’inventeur de la dialectique. Il est particulièrement connu pour ses paradoxes qui ont contribué au développement de la rigueur mathématique et logique – et demeurèrent insolubles jusqu’au développement des concepts précis de continuité et d’infini (voir Grünbaum (Adolf), Modern science and Zeno’s paradoxes [1ère éd.], Middletown (Connecticut) : Wesleyan University Press, 1967, x + 148 p. ; Salmon (Wesley C.), Zeno’s paradoxes [éd. par Salmon Wesley C.], Indianapolis : Bobbs-Merrill, 1970, x + 309 p.)]

32 [Leucippe (fl. ve siècle av. J.-C., probablement né à Milet, sur la côte occidentale d’Asie Mineure), philosophe grec reconnu par Aristote et Théophraste pour avoir fondé la théorie de l’atomisme. Il est difficile de distinguer sa contribution de celle de son élève le plus célèbre, Démocrite. Il ne reste que des fragments des écrits de Leucippe, mais deux des œuvres qu’on lui attribue sont La Grande Cosmologie et Sur l’Intellect (voir Leucippe, The atomists : Leucippus and Democritus. Fragments [commentaires et trad. en Anglais par Taylor Christopher Charles Whiston], Toronto : University of Toronto Press, 1999, 308 p.) D’après sa théorie, la matière est homogène mais consiste en une infinité de petites particules indivisibles. Ces atomes sont constamment en mouvement, et de par leurs collisions et regroupements, forment divers composants. Un cosmos est constitué par la collision des atomes qui se rassemblent en une spirale et la Terre en forme de tambour est située au centre du cosmos de l’homme.]

33 [Démocrite d’Abdère (c. 460 av. J.-C.- c. 370 av. J.-C.), philosophe grec, figure centrale dans le développement de la théorie atomique de l’univers. Le peu d’informations qu’on ait sur la vie de Démocrite émane de la tradition orale : il semble qu’il ait été un citoyen riche d’Abdère, ville de Thrace, qu’il ait beaucoup voyagé en Occident et vécu âgé. Selon Diogène Laërce [voir Leçon 7, note 31], il a écrit 37 ouvrages (voir Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres [traduction française sous la direction de Goulet-Cazé Marie-Odile ; introduction, traduction et notes de Balaudé Jean-François, Brisson Luc, Brunschwig Jacques et al. ; avec la collab. de Patillon Michel ; 2e éd., revue et corrigée], Paris : Librairie générale française, 1999, 1398 p.) dont quelques fragments seulement ont survécu, surtout parmi ses traités d’éthique (Cole (Thomas), Democritus and the Sources of Greek Anthropology, Cleveland (Ohio) : Press of Western Reserve University, 1967, xii + 225 p.)]

34 [Esculape, voir Leçon 4, note 19.]

35 [Cnide, ancienne cité grecque d’Asie Mineure située sur les côtes de Carie, au sud-ouest de l’Anatolie. La ville était un centre commercial important, foyer d’une école de médecine célèbre, et l’emplacement de l’observatoire de l’astronome Eudoxe. L’une des six villes de l’hexapole dorienne, Cnide accueillait à ce titre les jeux Doriens, tous les quatre ans. Les Cnidiens se disaient d’origine spartiate.]

36 [Hippocrate (c. 460 av. J.-C. île de Kos, Grèce - c. 377 av. J.-C. Larissa, Thessalie), physicien grec traditionnellement considéré comme le père de la médecine. Son nom a été longtemps associé au célèbre Serment d’Hippocrate –qu’il n’a probablement pas rédigé– que prêtent aujourd’hui encore les étudiants en médecine avant qu’ils ne commencent à exercer.]

37 [Des Fractures par Hippocrate (c. 400 av. J.-C.), traité sur la nature et le traitement des fractures et dislocations osseuses. Ce texte est l’un de ceux qui renferment ce qu’on désigne désormais sous le nom de canon d’Hippocrate (voir Hippocrate, Œuvres. 4 [éd. de Grmek Mirko & Jouanna Jacques], Paris : Les Belles Lettres, 2000, CXLVIII + 349 p.)]

38 [Miltiade le Jeune (c. 554 av. J.-C., Athènes-c. 489 av. J.-C., Athènes), général athénien qui mena sa ville à la victoire sur les Perses lors de la bataille de Marathon en 490.]

39 [Clazomènes, cité grecque d’Ionie, située à 32 km à l’ouest d’Izmir (golfe de Smyrne), aujourd’hui en Turquie.]

40 [Périclès (c. 495 av. J.-C., Athènes - c. 429 av. J.-C., Athènes), homme d’État athénien à l’origine de l’essor démocratique et impérial d’Athènes, au ve siècle av. J.-C. Il fit ainsi d’Athènes le foyer politique et culturel de la Grèce. Parmi ses accomplissements figure la construction de l’Acropole, initiée en 447.]

41 [Lampsaque, ancienne cité grecque d’Asie Mineure, située sur la rive sud de l’Hellespont (détroit des Dardanelles), renommée pour ses vins, et berceau du culte de Priape, dieu de la procréation et de la fertilité.]

42 [Lucrèce, voir Leçon 11, note 5.]

43 [Mont Athos, péninsule montagneuse au nord de la Grèce (qui culmine à 2033 m d’altitude), emplacement d’une république semi-autonome de moines orthodoxes grecs résidant dans vingt monastères et autres dépendances parfois plus vastes encore que l’établissement auquel elles sont rattachées. L’accès à toute créature femelle y est interdit.]

44 [Bataille d’Aigos-Potamos/Aegospotami (405 av. J.-C.), victoire navale de Sparte sur Athènes, ultime bataille de la guerre du Péloponnèse. Les flottes des deux puissances rivales grecques se firent face dans le détroit des Dardanelles, sans s’affronter, pendant quatre jours ; au cinquième jour, la flotte spartiate, placée sous le commandement du navarque Lysandre (mort en 395 av. J.-C. à Haliarte, en Béotie), surprit les Athéniens ancrés au large d’Aigos-Potamos. Le général athénien, Conon (mort vers 390 av. J.-C.), réussit à s’échapper avec seulement 20 de ses 180 navires. Les 3000 à 4000 Athéniens capturés furent mis à mort. La victoire d’Aigos-Potamos permit à Lysandre de continuer sa marche vers Athènes, qui capitula en avril 404.]

45 Pourquoi non ? Je pense à cet égard comme Anaxagore. Beaucoup de savans partagent aussi cette opinion. Je dirai même avec M. [Dominique-François-Jean] Arago [26 février 1786, Estagel, Pyrénées Orientales - 2 octobre 1853, Paris], que je ne vois pas d’impossibilité à ce que le centre du soleil soit habité ; mais, comme les animaux et les plantes varient sur notre globe d’un climat à l’autre, il est vraisemblable qu’ils offrent encore plus de différence d’une planète à l’autre [M. de St.-Agy]. [Physicien français, Arago découvrit le principe de la production de magnétisme induite par rotation d’un corps conducteur non magnétique. Il imagina aussi une expérience qui permit d’appliquer la théorie ondulatoire à la lumière et participa aux recherches qui menèrent aux lois de la polarisation de la lumière.]

Table des illustrations

Légende PYTHAGORE. Étude pour L’École d’Athènes, fresque de 1511 ornant la Chambre de la Signature au Vatican. Dessin à l’encre brune (vers 1509-1510) de Sanzio Rafaello dit Raphaël (1483- 1520) conservé à la pinacothèque Ambrosienne de Milan.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540