Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

2. The greek world / Le monde grec

4. Les Grecs

Texte intégral

Image

BASE DES CINQ ORDRES EN ARCHITECTURE Planche VI extraite de l’Encyclopédie de Diderot & d’Alembert (volume 1 de 1762).

  • 1 [Cadmos, dans la mythologie grecque fils de Phoenix ou Agénor (roi de Phénicie) et frère d’Europe. (...)

1Les Grecs n’ont pas puisé leurs lumières et leur science en Égypte seulement : ils passent pour avoir eu des communications avec les Phéniciens et les Chaldéens ; ils en ont eu par le Caucase avec quelques peuples du nord de l’Europe et de l’Asie ; et c’est de ces peuples, originaires de l’Inde, qu’ils ont reçu des rites et des emblêmes religieux différens de ceux de l’Égypte. Mais, à vrai dire, ce que nous savons à cet égard n’est guère que le résultat de conjectures et d’interprétations. Nos renseignemens positifs sur la Grèce ne remontent pas au-delà de l’époque où Cadmus1 y fit connaître l’alphabet phénicien. C’est alors seulement que commence, pour ne plus s’interrompre, la chaîne de nos connaissances, et que l’histoire des sciences, au lieu d’être fondée, comme pour l’Inde et l’Égypte, sur des vraisemblances et des suppositions, reçoit, pour bases, des monumens et une série continue de documens écrits.

2Dès que les sciences furent introduites en Grèce, elles s’y développèrent avec beaucoup plus de rapidité que chez les peuples où nous avons essayé jusqu’à présent de les apprécier. Deux causes concoururent à ce développement accéléré : 1° La position géographique et la disposition physique du pays ; 2° l’absence d’une caste sacerdotale dominatrice.

3L’Inde, l’Égypte, la Babylonie, sont formées de plaines ou de longues vallées où les accidens du sol ne présentent aucun moyen de défense naturel ; aussi avons-nous vu que ces contrées furent souvent envahies, ravagées, et entièrement subjuguées par des peuples nomades. La disposition physique de la Grèce est, au contraire, parfaitement favorable à la défense de son territoire : la partie centrale est presque toute montagneuse ; chaque peuplade y était séparée des autres par de profondes gorges, dont les parois, formées de rochers, lui servaient de remparts. Un conquérant ne pouvait franchir ces obstacles que sur des-monceaux de cadavres, et encore à peine y était-il parvenu sur quelques points très-circonscrits, que les vaincus jetaient le joug de sa victoire. Les petites îles étaient également défendues par leur position géographique. Cette topographie si variée, si coupée d’îles, de montagnes et de mers, entretenait d’ailleurs l’esprit d’indépendance dans les diverses parties de la Grèce, et s’opposa toujours à ce qu’elles restassent long-temps unies sous la même législation. Peut-être cette disposition physique empêchera-t-elle encore qu’on y établisse de nos jours un gouvernement central.

4Les établissemens que les Grecs avaient fondés dans l’Asie Mineure et en Italie, n’étaient pas, sous le rapport de leur défense contre des invasions étrangères, aussi favorablement placés que la Grèce centrale : il était assez facile d’en faire la conquête. Mais lorsqu’ils furent envahis, la civilisation de la Grèce n’en reçut aucune atteinte : loin de là, cet envahissement fut pour elles une nouvelle cause de progrès, car alors, les savans qui étaient nés ou qui s’étaient fixés dans les colonies, se réfugièrent dans la mère-patrie, qu’ils enrichirent de leur lumières.

  • 2 Les chefs de ces colonies n’étaient point des prêtres égyptiens. Ceux-ci nourrissaient contre la m (...)
  • 3 Il y eut quelques exceptions : plusieurs noms furent tirés de la langue pélagique [voir note 4, ci (...)

5Dans l’Orient, les formes mythologiques étaient l’expression emblématique d’un système de philosophie générale, et ainsi, les prêtres avaient tout à la fois le monopole de la religion et celui des sciences. Les chefs des colonies qui s’établirent en Grèce ignoraient la signification des emblêmes qu’il s’employaient : ils étaient à cet égard aussi ignorans que le vulgaire2. Ils manquèrent donc de l’ascendant que procure la supériorité des lumières, et furent ainsi dans l’impossibilité de former une caste religieuse qui disposât du pouvoir politique, ailleurs que dans les limites de leur colonie. Ils exercèrent seulement leur culte à côté de celui du pays, et les Grecs admirent même, après quelque temps, plusieurs de leurs divinités ; mais ils n’en conservèrent point la forme ; ils n’en retinrent que les noms3 et le mode d’adoration. Les dieux égyptiens ou indiens perdirent leurs attributs difformes, et ils devinrent pour les Grecs de simples mortels supérieurs aux autres hommes en puissance et en beauté.

6Les sciences, lors de leur renaissance dans la Grèce, furent donc complètement isolées de la religion, et purent s’étendre sans obstacle, tandis que, chez les peuples où elles étaient unies à la religion, où on les croyait d’origine divine, elles ne pouvaient faire aucun progrès, puisqu’il est de l’essence des notions divines d’être immuables.

7En considérant l’ensemble de l’histoire des sciences dans l’ancienne Grèce, on y remarque quatre époques distinctes.

  • 4 [Les Pélages, également nommés Pélagiens, ont occupé la Grèce jusqu’au xiie siècle av. J.-C. Cette (...)

8La première commence à l’établissement des Pelages sur le sol de la Grèce4, et finit à l’arrivée des émigrans égyptiens, qui eut lieu quatorze ou quinze cents ans avant notre ère.

9La seconde s’étend depuis cette arrivée des émigrans égyptiens, jusque vers l’an 1100 avant Jésus-Christ, temps où se formèrent les colonies grecques sur les côtes de l’Asie Mineure.

  • 5 [Psammétique, voir Leçon 3, note 3.]

10La troisième embrasse le temps qui s’écoula depuis l’établissement de ces colonies et de celles d’Italie, formées plus tard, jusqu’au renouvellement des communications de la Grèce avec l’Égypte, sous Psammitichus5, vers l’an 600 avant l’ère chrétienne.

  • 6 [Thalès de Milet, voir Leçon 1, note 6.]

11La dernière époque, commence au voyage de Thalès en Égypte6, et est la plus brillante de toutes ; elle se fait surtout remarquer par le grand nombre des écoles philosophiques qui se succédèrent jusqu’à Socrate et Aristote.

  • 7 [Les mythes de la Grèce antique nommaient la mer Noire – alors aux confins du monde méditerranéen (...)

12Si l’on admettait comme véritables les récits des écrivains de l’école d’Alexandrie, l’histoire de la Grèce, pendant la première des quatre époques que je viens de déterminer, nous serait parfaitement connue. Ces écrivains exposent la généalogie des rois qui, suivant eux, ont régné au temps des Pélages, avec toute l’étendue et tous les détails que nous présente l’histoire moderne sur les familles royales de l’Europe dont l’origine et la filiation sont le mieux établies. Mais il est impossible d’avoir une foi explicite à ces successions de princes ; il est évident que des généalogies qui commencent par des êtres mythologiques, tels que Jupiter ou Neptune, ont été fabriquées long-temps après leur prétendu point de départ. L’histoire de la Grèce, avant le temps où Cadmus y apporta l’écriture alphabétique, ne repose guère que sur des conjectures. Nous savons seulement que les Pélages étaient originaires de l’Inde ; les racines sanscrites que leur langue présente en abondance ne permettent pas d’en douter. Il est vraisemblable que ces hommes pénétrèrent à travers la Perse, jusqu’au Caucase, et qu’au lieu de continuer leur route par terre, ils s’embarquèrent sur le Pont-Euxin ou la mer Noire7, et allèrent descendre sur les plages de la Grèce.

  • 8 [Mycènes et Tirynthe, cités préhistoriques du Péloponnèse : Mycènes, célébrée par Homère et, d’apr (...)
  • 9 [Maçonnerie cyclopéenne, mur construit sans mortier à l’aide d’énormes blocs de pierre non taillée (...)
  • 10 [Pausanias (probablement mort entre 470 et 465 av. J.-C. à Sparte, en Grèce), général spartiate ac (...)
  • 11 [Les trésors de Minias font peut-être référence au Trésor d’Atrée, également appelé Tombeau d’Agam (...)
  • 12 [Le mont Ptoüs, montagne de Béotie (voir note 14).]
  • 13 [Le lac Copaïs, aujourd’hui dans le département de Béotie. Jadis le plus grand lac de Grèce, drain (...)
  • 14 . M. [Louis Charles François] Petit-Radel [22 juillet 1740, Paris - 7 novembre 1818, Paris ; archit (...)

13Leur civilisation était peu avancée ; cependant, ils connaissaient déjà quelques arts, et ils élevèrent plusieurs villes dans leur nouvelle patrie. L’on a découvert à Mycènes, à Thyrinthe, etc.8, des ruines de leurs constructions, qui sont connues sous le nom de murs cyclopéens9. Pausanias fait mention de ces murs10, qui, de son temps, étaient déjà considérés comme appartenant à une haute antiquité. La tradition enseignait qu’ils avaient été élevés par les Pélages, antérieurement à l’établissement des colonies égyptiennes, et que c’était aussi à ces émigrés indiens que devaient être rapportés quelques ouvrages gigantesques, tels, par exemple, que les trésors de Minias11, et les canaux creusés à travers le mont Ptoüs12, pour donner issue aux eaux du lac Copaïs13 qui faisaient craindre l’inondation de la Béotie14.

14La religion des Pélages devait être beaucoup plus simple, beaucoup plus grossière que le fut postérieurement celle de la Grèce. Ses divinités étaient vraisemblablement les forces de la nature personnifiées, comme aux Indes, comme en Égypte.

15Vers le xive ou le xve siècle antérieur à la naissance de Jésus-Christ, il survint en Égypte des troubles qui occasionnèrent plusieurs émigrations successives. Le plus grand nombre d’entr’elles se dirigea vers la Grèce.

16Les plus remarquables sont celles de Cécrops, de Danaüs et de Cadmus.

  • 15 Suivant l’abbé [Jean-Jacques] Barthélemy [20 janvier 1716, Cassis, France-30 avril 1795, Paris ; a (...)

17Cécrops apporta dans l’Attique, 1556 ans avant notre ère15, les mystères d’Isis ou Cérès.

  • 16 Suivant Barthélemy [voir note 15, ci-dessus], en 1586 [M. de St.-Agy]. [Pour Danaos, voir Leçon 2, (...)
  • 17 [L’Argolide est une région administrative (nomos) du nord-est du Péloponnèse, au sud de la Grèce ; (...)

18Danaüs, en 148516, apporta dans l’Argolide, les thesmophories17.

  • 18 Suivant le même auteur [Barthélemy, voir note 15, ci-dessus], en 1594 [M. de St.-Agy].
  • 19 On diffère beaucoup sur cette question. Hérodote attribue à Cadmus l’écriture alphabétique [voir n (...)

19En 149318, c’est-à-dire, dans l’intervalle qui sépare les deux émigrations précédentes, Cadmus fit connaître l’alphabet des Phéniciens19, dont l’origine sanscrite est clairement indiquée par la forme des lettres et le nom qui leur a été conservé ; de sorte que par là encore, nous sommes reportés vers l’Inde, que déjà, quelques autres indications nous ont fait considérer comme le berceau de l’espèce humaine et de la civilisation.

  • 20 [Asclépios or Esculape, divinité gréco-romaine de la médecine, fils d’Apollon (dieu de la guérison (...)
  • 21 [Eleusis, ancienne cité grecque célèbre pour avoir été le théâtre des Mystères d’Eleusis. Située d (...)

20Les chefs de ces colonies égyptiennes exercèrent beaucoup d’influence sur les Pélages, qu’ils surpassaient en industrie ; mais, comme ils ignoraient, ainsi que nous l’avons dit d’une manière générale, la signification métaphysique des rites et des emblèmes égyptiens, ils ne formèrent point une caste, si l’on excepte la famille des Asclépiades20, où la charge de grand-prêtre d’Éleusis21 était héréditaire, et la Grèce ne reçut ainsi d’eux que les formes sensibles de leurs divinités. Les moins repoussantes de ces formes purent être exclusivement adoptées, et, dès lors, les divinités commencèrent à n’apparaître qu’avec l’extérieur de l’humanité. De cet anthropomorphisme il résulta, dans les arts graphiques, un perfectionnement singulièrement remarquable. On ne saurait trop reconnaître le service que les Grecs ont ainsi rendu aux arts, car que fussent devenues la sculpture et la peinture si elles avaient été réduites à reproduire les formes hideuses des êtres emblématiques par lesquels les prêtres égyptiens représentaient les attributs de la divinité ; s’il avait fallu, par exemple, qu’elles reproduisissent éternellement un dieu à quatre têtes et à cent bras, comme dans l’Inde, ou une divinité à tête de loup ou d’épervier, comme dans l’antique Égypte ?

  • 22 [Hellen, dans la mythologie grecque, roi de Phthie (à l’extrémité nord du Golf d’Eubée) et petit-f (...)
  • 23 [Deucalion, fils de Prométhée (le créateur du genre humain), roi de Phthie en Thessalie et époux d (...)
  • 24 [Prométhée, un des Titans de la mythologie grecque, le plus grand joueur de tours, et dieu du feu. (...)
  • 25 [La Colchide ou Colchis, ancienne région située à l’extrémité est de la mer Noire, au sud du Cauca (...)
  • 26 L’identité d’Apollon avec Crischna est évidente (cf. Asiatic Researches, vol. 8, p. 65) [M. de St. (...)

21Le goût des arts et des sciences est surtout remarquable dans la tribu des Hellènes22, qui domina les Pélages et les colonies égyptiennes, et qui finit par donner son nom à la patrie d’Homère. Cette tribu, conduite par Deucalion23, se fixa aux environs du Parnasse, et y établit le culte d’Apollon. Elle venait probablement du Caucase, car c’est sur cette montagne que les poètes ont représenté enchaîné Prométhée24, le père de Deucalion. Or, les peuples du Caucase connaissaient, sans aucun doute, les doctrines indiennes, puisqu’ils avaient de fréquentes relations avec la Colchide25, qui, pendant long-temps, fut comme un comptoir du grand commerce que les Indiens faisaient dans les mers de l’Europe26.

  • 27 [Orphée, héros de la légende grecque doué de talents musicaux surhumains. Il devint le chef de fil (...)
  • 28 [Chiron, un des Centaures de la mythologie grecque, fils du dieu Cronos et de Philyra, une Océanid (...)

22La religion grecque avait subi l’influence de celle de l’Égypte ; elle fut aussi modifiée par celle de l’Inde. Orphée27, par exemple, institua, dans l’île de Samothrace, des formes religieuses qui différaient peu de celles de l’Orient. Mais, comme je l’ai dit, l’anthropomorphisme prévalut et s’établit généralement. On attribue à Orphée, qui était tout à la fois prêtre et poète, un recueil d’hymnes et quelques autres ouvrages où les plantes et des objets d’un autre règne, sont considérés dans leurs rapports avec théurgie. Chiron28 passe pour avoir connu, à peu près dans le même temps, l’utilité des végétaux en médecine.

  • 29 [Asclépios ou Esculape, voir note 20, ci-dessus.]
  • 30 [Hippocrate, voir Leçon 5, note 36.]

23Ces deux hommes, Orphée et Chiron, sont placés parmi les héros qui allèrent en Colchide à la conquête de la Toison-d’Or. Mais cette expédition me paraît complètement fabuleuse. Suivant moi, on ne doit la considérer que comme l’expression poétique du commerce qui s’établit alors, par la mer Noire, entre la Grèce, les peuplades du Caucase et les tribus venues de l’intérieur de l’Asie. Chiron pourrait bien n’être aussi que la personnification des premiers succès obtenus en médecine par la famille d’Esculape ou les Asclépiades29, qui remonte environ à 1300 ans avant Jésus-Christ, et dont les travaux fournirent, 900 ans plus tard, la matière des admirables écrits d’Hippocrate30.

  • 31 [Ajax, fils d’Oïlée, roi de Locride. Malgré sa petite stature il sut tenir son rang parmi les autr (...)
  • 32 Il paraît même qu’alors l’anatomie n’était pas tout à fait inconnue, car Homère indique avec assez (...)

24Vers le xiie siècle antérieur à notre ère, éclata la fameuse guerre de Troie où l’Europe et l’Asie étaient en présence, et que, deux cents ans après Homère chanta dans des vers immortels. Nous voyons, par les poèmes de ce modèle de l’Occident, que, de son temps, les arts et les sciences avaient déjà fait de grands progrès. Le commerce de la Colchide avait procuré aux Grecs des richesses diverses, des métaux, des matières tinctoriales, des procédés de différens genres : ils savaient forger et tremper les métaux, ciseler et dorer les armes, fabriquer des tissus et les teindre de brillantes couleurs. La sculpture, l’architecture et la peinture avaient aussi été inventées. L’histoire naturelle n’était point totalement ignorée, et ce qu’on en savait était apparemment assez répandu, car on rencontre, dans les poèmes d’Homère, un assez grand nombre de notions sur les propriétés médicinales des plantes, et d’observations fort justes sur les mœurs et les habitudes des animaux. Par exemple, la comparaison que fait Homère, d’Ajax31 poursuivi par des guerriers vulgaires, avec un lion harcelé par des chacals, est parfaitement conforme à ce que nous savons maintenant du naturel de ces animaux32.

  • 33 Dans les poëmes d’Homère, on ne remarque aucun système religieux positif, aucune règle fixe ; null (...)
  • 34 à beaucoup d’égards, les dieux homériques sont inférieurs aux hommes. Comparez, par exemple, la vi (...)

25L’Iliade et l’Odyssée contiennent quelques maximes morales ; mais on n’y remarque aucune trace d’une doctrine philosophique, ni même d’une doctrine religieuse proprementdite33. Les dieux n’y sont que des hommes plus beaux et doués de facultés plus puissantes que les autres mortels ; car, bien qu’ils puissent se dérober à la vue et parcourir les airs, ils sont comme eux vulnérables34.

  • 35 Peut-être est-il [Hésiode] postérieur à Homère, car il présente beaucoup plus de notions morales q (...)
  • 36 Les Œuvres et les Jours, sont un ouvrage agronomique qui embrasse l’état social tout entier, et où (...)

26Hésiode peut être considéré comme contemporain d’Homère35. Dans sa Théogonie, on reconnaît l’anthropomorphisme mythologique avec tous ses caractères : à peine distingue-ton, dans l’histoire des Géants et des Titans, quelques traits du panthéisme. Dans son poème des Œuvres et des Jours36 qui est une espèce de géorgiques, Hésiode traite des travaux de l’agriculture, et il enseigne à reconnaître le temps convenable pour chacun d’eux, par le lever héliaque des étoiles, ce qui prouve que si l’année lunaire était établie en Grèce, on s’en servait peu dans l’usage domestique, à raison de l’incommodité de son mode de division. Hésiode nomme d’ailleurs dans son livre un certain nombre de plantes dont il fait connaître les propriétés.

27Tel était, au ixe siècle avant l’ère chrétienne, l’état des sciences et des arts dans la Grèce. Mais dans l’intervalle qui sépare la guerre de Troie de la naissance d’Homère et de celle d’Hésiode, il était survenu des événemens qui, plus tard, favorisèrent singulièrement les progrès de la civilisation.

  • 37 [Les Héraclides, famille qui naît avec Hercule ou Héraclès, le plus célèbre des héros de la légend (...)

28Les princes de la famille d’Hercule, les Héraclides37, prétendaient avoir des droits exclusifs au gouvernement du Péloponèse ; ils en firent la conquête, et il en résulta l’émigration des Ioniens, des Doriens et des Eoliens sur les côtes de l’Asie Mineure. Ces peuples y élevèrent un grand nombre de villes dont plusieurs, telles que Milet, Smyrne, Éphèse, acquirent une importance remarquable.

29L’existence de ces villes sur les plages asiatiques de la mer Égée, les fréquentes communications qui s’établirent d’un côté de cette mer à l’autre, imprimèrent au commerce grec une nouvelle impulsion qui fit affluer avec abondance toutes les richesses de l’Orient. Les villes de l’Asie Mineure devinrent en état de fonder à leur tour des colonies, et plusieurs peuplades, sorties de leur sein, allèrent s’établir aux bords de la mer Noire.

30Un peu plus de deux siècles après la conquête du Péloponèse par les Héraclides, la Grèce devint le théâtre de nouveaux troubles. Presque partout il en résulta la substitution du gouvernement républicain à la royauté. Ces changemens violens occasionnèrent encore des émigrations ; mais elles eurent lieu sur des points opposés à ceux que les premiers fugitifs grecs avaient choisis ou acceptés ; ce fut dans l’Italie, où elles élevèrent Syracuse, Crotone, Locres, etc., que ces nouvelles colonies s’établirent. Le pays dont elles s’emparèrent a porté, pour cette raison, le nom de Grande-Grèce. Les colonies italiques égalèrent bientôt leurs sœurs de l’Asie ; elles devinrent extrêmement riches et policées ; et la mère-patrie y trouva encore de puissans moyens de civilisation et de richesse.

31Nous voici arrivés à la dernière et à la plus importante des quatre époques de l’histoire des sciences en Grèce. Plusieurs événemens concoururent alors à concentrer dans ce pays les connaissances éparses dans les différentes parties du monde civilisé.

  • 38 [Cambyse II, voir Leçon 2, note 6.]

32Six cents ans à peu près avant notre ère, Cyrus conquit la Médie. Son fils Cambyse38 porta ses armes vers l’Égypte, soumit tout ce pays, et en opprima et persécuta les prêtres avec tant de violence, que plusieurs d’entre eux se réfugièrent dans les colonies grecques de l’Asie Mineure, qu’ils enrichirent de leurs connaissances. Ordinairement l’effet des conquêtes est moins rigoureux ; les vainqueurs, soit pour obtenir plus facilement la soumission morale de leurs ennemis désarmés, soit parce qu’ils sont moins avancés que ceux-ci en civilisation, adoptent une partie de leurs mœurs et de leurs coutumes, ou du moins les en laissent jouir tranquillement.

33En Égypte, cette conciliation n’était pas praticable. La religion des Perses, qui avait pour base la doctrine des deux principes, était très supérieure à celle des Égyptiens. Les Perses avaient d’ailleurs en horreur le culte des images, qui existait dans cette dernière religion, et comme les usages et les institutions d’un peuple sont toujours subordonnés à ses principes religieux, les Perses durent repousser toutes les coutumes égyptiennes.

  • 39 [Darius Ier, appelé Darius le Grand (né en 550 av. J.-C. ; mort en 486), roi de Perse de 522 à 486 (...)
  • 40 [Pythagore, voir Leçon 3, note 5.]
  • 41 [Psammétique II, voir Leçon 3, note 3.]

34Les mêmes idées réglèrent leur conduite lorsque, sous Darius39, successeur de Cambyse, ils firent la conquête des colonies grecques de l’Asie Mineure. Leur oppression y arrêta l’essor des arts et de la poésie, comme en Égypte elle avait anéanti les doctrines religieuses et philosophiques. Mais une foule d’émigrans, distingués par leurs connaissances, se dirigèrent vers la Grèce centrale, et l’enrichirent des lumières qu’ils avaient recueillies en Égypte ; car Thalès, Pythagore40, et beaucoup d’autres sages ou philosophes s’étaient empressés de visiter les colléges sacerdotaux de ce pays, aussitôt que Psammitichus41 en avait permis l’entrée aux étrangers. Ainsi, si les succès des Perses en Asie, inquiétèrent les Grecs et nuisirent pour quelque temps à leurs intérêts matériels, du moins n’arrêtèrent-ils pas leurs progrès intellectuels ; peut-être même, au contraire, hâtèrent-ils le développement de leurs arts et de leurs connaissances de toutes natures.

  • 42 [Xerxès Ier, appelé Xerxès le Grand (né vers 519 av. J.-C. ; mort en 465, à Persépolis), roi de Pe (...)

35Après Darius, son successeur Xerxès42 essaya de s’emparer de la Grèce centrale ; mais, vaincu successivement à Salamine, à Platée, et même aux Thermopyles, où le courage des Spartiates avait intimidé ses soldats, il finit par être repoussé entièrement du sol de la Grèce, et c’est alors que les facultés humaines se développèrent avec le plus d’éclat. La philosophie avait été dispersée, jusques-là, dans les colonies de l’Asie Mineure et de l’Italie ; elle se concentra bientôt dans Athènes, et y atteignit rapidement un haut degré de perfection.

  • 43 Les prêtres égyptiens donnaient d’ailleurs, aux initiés et aux étrangers, des explications variées (...)

36Cette philosophie grecque, qui est la mère de nos sciences, n’est pas née simultanément et n’a point eu d’uniformité. Cependant elle dérive toute de la philosophie égyptienne ; mais les emprunts faits à cette source commune ont été modifiés par chaque philosophe, suivant ses opinions et ses études personnelles43, et il en est résulté des écoles diverses et même tout à fait opposées.

  • 44 [Anaxagore (né vers 500 av. J.-C., à Clazomènes, Anatolie [aujourd’hui en Turquie] ; mort vers 428 (...)

37La plus ancienne est l’école ionienne, qui fut fondée en Ionie par Thalès, vers l’an 600 avant Jésus-Christ. Thalès avait un grand nombre de sectateurs qui habitaient les villes importantes de l’Asie Mineure, telles que Milet, Ephèse, etc. Anaxagore44, le plus célèbre de ces sectateurs, fut forcé par les conquêtes des Perses d’abandonner sa patrie ; il se réfugia à Athènes vers l’an 500, et y enseigna, après les avoir modifiés, les principes de son maître.

Il existe sur la philosophie de ce dernier un débat qui remonte à une époque très ancienne. On lui attribue la sentence : ννImageθι σδαυτοΥ

38La seconde école est celle de Pythagore, qui florissait vers l’an 550 avant l’ère chrétienne. Pythagore s’était d’abord fixé à Samos ; il se transporta ensuite à Crotone, en Italie, d’où est venu le nom d’italique donné à son école. Il resta plus fidèle que Thalès aux doctrines de l’Égypte ; il essaya même de rétablir sa constitution, et dans cette vue il avait formé à Crotone des sociétés secrètes qui causèrent des troubles dont le plus grand nombre de ses partisans fut victime.

  • 45 [Xénophane, voir Leçon 5, note 26.]
  • 46 [Benedict (Baruch) Spinoza ou Benedictus de Spinoza (24 novembre 1632, Amsterdam - 21 février 1677 (...)
  • 47 [Johann Gottlieb Fichte (19 mai 1762, Rammenau, Saxe [Allemagne actuelle] - 27 janvier 1814, Berli (...)

39La troisième secte, ou école, est celle des Éléens ou Éléates, qui tire son nom de la ville d’Éléa, située dans la grande Grèce, où elle fut d’abord établie. Elle eut pour fondateur Xénophane de Colophon45, qui était contemporain de Pythagore. Xénophane ne paraît pas avoir tiré de l’Égypte sa philosophie. Elle ressemble beaucoup aux doctrines indiennes, et constitue un idéalisme pur. Dans nos temps, Spinosa46 et Fichte47 ont en quelque sorte ressuscité son système.

  • 48 [Leucippe (né au ve siècle av. J.-C., probablement à Milet, sur la côte ouest de l’Asie Mineure), (...)

40La quatrième école a reçu la dénomination d’atomistique, et a été fondée par Leucippe48 dont la patrie est inconnue. Son système est totalement opposé à celui des Eléates. L’école atomistique ne reconnaissait dans l’univers que des objets corporels. Malgré la fausseté de son principe, ramenée sans cesse qu’elle était à l’observation de la nature, elle a fait faire des progrès aux sciences qui sont l’objet de nos recherches.

41À côté de ces quatre écoles, purement spéculatives, sans en excepter la dernière, subsistait la famille d’Esculape, ou les Asclépiades, qui ne se fondit jamais avec elles. Elle cultivait les sciences uniquement dans un but pratique, et s’attachait surtout aux faits. Sa méthode, employée plus tard, a procuré aux sciences beaucoup de progrès.

42Jusqu’au temps de Socrate, les quatre écoles ionienne, pythagoricienne, éléatique et atomistique subsistèrent séparées. Socrate les réunit éclectiquement, et forma de leur fusion une école nouvelle, qui propagée par Platon, et bientôt divisée en plusieurs branches, donna naissance à toutes les sciences qui depuis ont été cultivées dans l’Occident.

43Avant d’exposer l’histoire de l’école, ou plutôt de la méthode de Socrate, nous reverrons avec détail dans la prochaine séance, les travaux des quatre écoles que je viens de caractériser d’une manière générale.

Notes

1 [Cadmos, dans la mythologie grecque fils de Phoenix ou Agénor (roi de Phénicie) et frère d’Europe. Europe fut enlevée par Zeus, le plus puissant des Dieux, et Cadmos envoyé à sa recherché. Il consulta sans succès l’oracle de Delphes qui lui conseilla d’abandonner sa quête, de suivre une génisse et de fonder une ville à l’endroit même où celle-ci se coucherait. La génisse conduisit Cadmos jusqu’en Béotie (« Pays du bœuf ») où il fonda Thèbes (en Grèce). Plus tard, Cadmos sema les dents d’un dragon qu’il avait tué ; à cet endroit jaillit une race d’hommes armés et redoutables appelés les Spartes (ce qui signifie « sortis du sol »). Cinq d’entre eux l’aidèrent à construire la Cadmée, ou citadelle, de Thèbes ; ils sont en l’espèce les ancêtres de la plus haute noblesse de cette cité. Plus tard Cadmos prit pour femme Harmonie, fille de deux divinités, Arès et Aphrodite. Elle lui donna un fils, Polydore, et quatre filles, Ino, Antinoé, Agavé et Sémélé. Cadmos et Harmonie finirent par se retirer en Illyrie ; mais lorsque les Illyriens encoururent un châtiment pour avoir suscité la colère des dieux, Cadmos et Harmonie furent épargnés. Zeus les expédia, changés en serpents noirs, dans l’Elysée – le paradis. On dit que Cadmos apporta l’alphabet aux Grecs.]

2 Les chefs de ces colonies n’étaient point des prêtres égyptiens. Ceux-ci nourrissaient contre la mer une grande horreur ; elle était pour eux le mauvais principe (Plutarque, de Is. et Osir [Traité d’Isis et d’Osiris [présentation et notes de Rachet Guy], Paris : Sand, 1995, 94 p.]) Aucun membre des castes supérieures ne se livrait à la navigation. Tout voyage maritime était formellement interdit aux prêtres. Il en est encore de même dans l’Inde. Des traces de cette interdiction se trouvent dans Diodore [voir Leçon 12, note 26], et nous voyons deux bramines dégradés pour avoir traversé l’Indus. (Asiatic Researches, vol. 6, pp. 535-539) [M. de St.-Agy].

3 Il y eut quelques exceptions : plusieurs noms furent tirés de la langue pélagique [voir note 4, ci-dessous], par exemple les charides, les néréides. (Voyez [Christian Gottlob] Heyne, [de] Theog[onia] Hes[iodea. Textu subinde reficto in usum praelectionum seorsum edita a Frid. Aug. Wolf. Halle : J. J. Gebauer, 1783, 166 p.]) [M. de St.-Agy].

4 [Les Pélages, également nommés Pélagiens, ont occupé la Grèce jusqu’au xiie siècle av. J.-C. Cette appellation ne fut utilisée que dans l’Antiquité grecque. Les Pélages sont mentionnés comme peuple à part entière par plusieurs auteurs grecs, y compris Homère, Hérodote et Thucydide. On dit qu’ils ont vécu dans différentes régions telles la Thrace, Argos, la Crète, et en Chalcidice. Au ve siècle av. J.-C., certains villages avaient apparemment préservé une langue commune autre que le grec. Il n’est pas certain qu’un peuple ait vraiment porté ce nom de « pélage ». L’usage grec plus tardif désigna par ce terme toutes les populations « aborigènes » d’Égée.]

5 [Psammétique, voir Leçon 3, note 3.]

6 [Thalès de Milet, voir Leçon 1, note 6.]

7 [Les mythes de la Grèce antique nommaient la mer Noire – alors aux confins du monde méditerranéen – Pontus Axeinus, « mer inhospitalière ». Les explorations permirent par la suite de mieux connaître cette région. Une fois leurs colonies établies sur ses côtes, les Grecs découvrirent que cette mer était plus accueillante qu’ils ne l’avaient cru. Son nom fut donc remplacé par Pontus Euxinus, l’exact antonyme de la première appellation. La légende dit que Jason et les Argonautes se seraient embarqués sur ses eaux à la recherche de la Toison d’Or, dans le pays de Colchide, un royaume situé sur la pointe Est de la mer (aujourd’hui la Géorgie).]

8 [Mycènes et Tirynthe, cités préhistoriques du Péloponnèse : Mycènes, célébrée par Homère et, d’après la légende, ville d’Agamemnon, le roi achéen qui saccagea la ville de Troie ; Tirynthe sur l’île de Crète, remarquable pour ses vestiges datant de l’époque homérique. L’expression « maçonnerie cyclopéenne » provient de ces gigantesques pierres qu’on trouve sur les murs de sa citadelle, supposée avoir été construite par les Cyclopes pour le légendaire roi Portos (voir note 9, ci-dessous).]

9 [Maçonnerie cyclopéenne, mur construit sans mortier à l’aide d’énormes blocs de pierre non taillée. Cette technique était employée pour les fortifications sur lesquelles l’utilisation de grosses pierres permettait de réduire le nombre de joints et de réduire ainsi les faiblesses potentielles du mur. On trouve de tels murailles en Crète, en Italie et en Grèce. La légende attribue leur construction à la race des géants de Thrace, les Cyclopes, qui tirent leur nom de leur père, Cyclope, le roi qui n’avait qu’un œil au milieu du front. Des murs similaires, bien que ne portant pas le nom de cyclopéens, se trouvent à Machu Picchu, au Pérou, et sur plusieurs autres sites précolombiens du Nouveau Monde. La citadelle de Tirynthe (1300 av. J.-C.) en Crète comporte de tels murs. Leur épaisseur est variable ; elle peut aller de 7 à 17 mètres, permettant l’aménagement de cavités à l’intérieur des pierres. Bien que ces murs soient construits sans mortier, il est possible qu’on ait utilisé de l’argile pour en caler les pierres.]

10 [Pausanias (probablement mort entre 470 et 465 av. J.-C. à Sparte, en Grèce), général spartiate accusé, au cours des guerres médiques, d’avoir pactisé avec l’ennemi. Les murs cyclopéens sont mentionnés dans sa Description de la Grèce. Tome VII. Livre VII : L’Achaïe [texte établi par Casevitz Michel ; traduit et commenté par Lafond Yves], Paris : Les Belles Lettres, 1999, LXXXVI + 261 p. Sur la vie et l’œuvre de Pausanias, voir Description de la Grèce : Tome I. Livre I, L’Attique [texte établi par Casevitz Michel ; introduit et traduit par Pouilloux Jean ; commenté par Chamoux François], Paris : Les Belles Lettres, 2002, XLVI + 311 p.]

11 [Les trésors de Minias font peut-être référence au Trésor d’Atrée, également appelé Tombeau d’Agamemnon, une tombe à tholos construite entre 1300 et 1250 av. J.-C. à Mycènes, en Grèce. Cette structure architecturale, vestige de la civilisation mycénienne, est en forme de dôme. La pièce principale est construite à l’aide de pierres taillées et poncées posées en encorbellement les unes au-dessus des autres afin de donner l’impression d’une vraie voûte. Cette pièce circulaire mesure un peu moins de quinze mètres de diamètre et presque autant de hauteur. Une petite chambre adjacente taillée dans la roche renfermait les dépouilles ; la chambre principale était sans doute réservée aux services rituels. La porte d’entrée du tombeau est surmontée d’une dalle sculptée dont l’énorme linteau monolithique pèse 120 tonnes, mesure 9 mètres de long, 5 mètres de large et un peu plus de 90 cm de haut. Ce triangle formé de plaques ornementales soutient l’édifice. Deux demi-colonnes de style minoen (aujourd’hui au British Museum à Londres) précédaient les pilastres qui encadraient la porte à laquelle on accédait par un dromos, ou passage cérémoniel, construit à ciel ouvert à l’aide de blocs de pierre cyclopéens.]

12 [Le mont Ptoüs, montagne de Béotie (voir note 14).]

13 [Le lac Copaïs, aujourd’hui dans le département de Béotie. Jadis le plus grand lac de Grèce, drainé à la fin du xixe siècle. C’est aujourd’hui une plaine fertile où poussent des céréales, du coton et paissent des bœufs de pure race.]

14 . M. [Louis Charles François] Petit-Radel [22 juillet 1740, Paris - 7 novembre 1818, Paris ; architecte français] a récemment découvert en Italie des constructions cyclopéennes qui pourraient prouver que ce pays fut habité primitivement par des peuples qui avaient la même origine que les Pélages [voir Petit-Radel (Louis-Charles François), Recherches sur les monuments Cyclopéens et description de la collection des modeÌles en relief composant la galerie pélasgique de la bibliotheÌque Mazarine [publiées d’après les manuscrits de l’auteur], Paris : Imprimerie Royale, 1841, xxxviii + 352 p. ; voir également la note 4 ci-dessus] [M. de St.-Agy]. [La Béotie, en grec moderne Viotía, est un district de la Grèce antique à l’histoire militaire, artistique et politique particulière. La Ligue béotienne réorganisée joua un rôle majeur dans la rivalité entre Athènes et Sparte et mena une insurrection contre les Spartiates lors de la Guerre de Corinthe (395-387 av. J.-C.). Elle fut décimée à la bataille de Chéronée (338) alors qu’Athènes tentait de préserver son indépendance à l’égard de la Macédoine. Lorsque les Béotiens se soulevèrent à nouveau contre Alexandre III le Grand (335), ils furent écrasés et perdirent pour de bon leur influence.]

15 Suivant l’abbé [Jean-Jacques] Barthélemy [20 janvier 1716, Cassis, France-30 avril 1795, Paris ; archéologue et auteur dont le roman situé dans la Grèce antique fut l’un des grands succès de lecture français au xixe siècle (voir Barthélemy (Jean-Jacques), Les amours de Carité et Polydore, roman traduit du grec par l’abbé J.-J. Barthélemy, Lausanne ; Paris : Chez les marchands de nouveautés, 1796, XXIII + 154 p.)], en 1657 [M. de St.-Agy]. [Pour Cécrops, voir Leçon 1, note 49].

16 Suivant Barthélemy [voir note 15, ci-dessus], en 1586 [M. de St.-Agy]. [Pour Danaos, voir Leçon 2, note 34].

17 [L’Argolide est une région administrative (nomos) du nord-est du Péloponnèse, au sud de la Grèce ; c’est une étroite péninsule montagneuse s’avançant à l’est dans la mer Égée entre le golfe Saronique – ou golfe de Salamine, ou golfe d’Egine (au nord-est) – et le golfe d’Argolide (au sud-ouest). Les Thesmophories viennent du grec thesmophoria, « qui établit les lois ». Ces fêtes accompagnées de mystères étaient célébrées par les femmes mariées en l’honneur de Déméter (Cérès), la « mère de magnifiques enfants ». Les thesmophories étaient surtout observées à Athènes et à Eleusis.]

18 Suivant le même auteur [Barthélemy, voir note 15, ci-dessus], en 1594 [M. de St.-Agy].

19 On diffère beaucoup sur cette question. Hérodote attribue à Cadmus l’écriture alphabétique [voir note 1] ; mais on sait qu’Hérodote adoptait sans examen tout ce qui lui était raconté [Hérodote, uvres compleÌtes [introduction de Romilly Jacqueline de ; texte présenté, traduit et annoté par Barguet Andrée], Paris : Gallimard, 1964, 1904 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 176)] ; d’ailleurs, il ne rapporte ce fait que comme un bruit qu’il ne garantit en aucune manière, ως εµοί δοχειυ. Eschyle [né en 525 av. J.-C., premier des trois grands tragédiens d’Athènes] indique Prométhée [dans la religion grecque, l’un des Titans, joueur de tours par excellence et dieu du feu] comme ayant inventé l’écriture ; d’autres remontent jusqu’à Orphée [héros légendaire de l’Antiquité grecque à qui étaient attribués des dons musicaux surhumains ; il fonda un mouvement religieux (l’orphisme) basé sur des textes sacrés dont il aurait été l’auteur], à Cécrops ou à Linus [qui personnifie la lamentation dans la mythologie grecque]. Les Grecs aimaient à placer dans les siècles les plus reculés l’origine des arts, et ne distinguaient point leurs progrès successifs. Euripide [probablement né en 484 av. J.-C., le plus jeune des trois grands tragédiens athéniens], dans un fragment qui nous a été conservé par Stobée [compilateur grec du ve siècle de notre ère], appelle Palamède [dans la mythologie grecque, fils de Nauplius ou Nauplios, roi d’Eubée et figure éminente des légendes post-homériques consacrées au siège de Troie] l’auteur de l’alphabet, ce qui rendrait cette découverte contemporaine de la guerre de Troie. Il n’est pas vraisemblable qu’Euripide eût, en plein théâtre, substitué Palamède à Cadmus, si cette Hypothèse eût été contraire à l’opinion généralement reçue. Les Grecs étaient si peu avancés du temps de Cadmus, que la fable d’Amphion, bâtissant les murs de Thèbes au son de la lyre, lui est postérieure d’un siècle [Amphion et son frère Zéthos ou Zéthus, selon la mythologie grecque, étaient les fils jumeaux qu’Antiope avait donnés à Zeus. Enfants, ils furent abandonnés sur le mont Cythère pour y mourir mais un berger les y recueillit. Amphion devint un grand poète et musicien, Zéthos un chasseur et un berger. Après avoir retrouvé leur mère, ils édifièrent et fortifièrent la ville de Thèbes : d’énormes blocs de pierre se transformèrent spontanément en murailles au son de la lyre d’Amphion.] Or, cette fable est évidemment l’emblème des premiers efforts du génie social pour rassembler des sauvages. On remarque dans Homère plusieurs détails qui semblent annoncer que l’écriture n’existait pas de son temps : tous les traités sont conclus verbalement ; on n’en conserve le souvenir et les conditions que par des signes ; et, s’il existe deux passages d’où l’on a prétendu inférer l’usage des lettres, le premier peut s’entendre des caractères hiéroglyphiques gravés sur le bois, et le second servirait au besoin de preuve contraire [Mais il l’envoya en Lykiè avec des tablettes où il avait tracé des signes de mort, afin qu’il les remît à son beau-père et que celui-ci le tuât. Et Bellérophontès alla en Lykiè sous les heureux auspices des dieux. Et quand il y fut arrivé, sur les bords du rapide Xanthos, le roi de la grande Lykiè le reçut avec honneur, lui fut hospitalier pendant neuf jours et sacrifia neuf bœufs. Mais quand Eôs aux doigts rosés reparut pour la dixième fois, alors il l’interrogea et demanda à voir les signes envoyés par son gendre Proitos. Et, quand il les eut vus, il lui ordonna d’abord de tuer l’indomptable Khimaira. Celle-ci était née des dieux et non des hommes, lion par devant, dragon par l’arrière, et chèvre par le milieu du corps. Et elle soufflait des flammes violentes. Mais il la tua, s’étant fié aux prodiges des dieux.]. (Iliade VI, 167, 168.) Voyez sur ce passage les notes [De antiquis Virgilii interpretibus. Publius Virgilius Mario varietate lectionis et perpetua adnotatione illustratus a Christ. Gottl. Heyne [édité par Heyne Christian Gotlob, 4e éd. revue par Wagner Georg P. E.], Leipzig : Libraria Hahniana ; London : Black, Young and Young, 1830-1841, 5 vol.] de [Christian Gottlob] Heyne [25 septembre 1729-14 Juillet 1812] et les Prolégomènes [ad Homerum sive de operum Homericorum prisca et genuina forma variisque mutationibus et probabili ratione emendandi, 1ère éd., Halis Saxonum : Orphanotr, 1795, vol. 1] de [Friedrich August] Wolff [15 février 1759-8 août 1824], page 76. Apollodore [d’Athènes (fl. 140 av. J.-C.), érudit grec éclectique, surtout connu pour sa Chronique de l’histoire grecque écrite en vers (Hornblower (Simon) & Spawforth (Antony) (sous la dir.), « Apollodorus of Athens », The Oxford Classical Dictionary, 3ème éd., Oxford ; New York : Oxford University Press, 1996, p. 124)], en parlant de l’anecdote de Bellérophon [l’un des plus grands héros grecs (Iliade, VI : 144-221)], en parlant de l’anecdote de Bellérophon [l’un des plus grands héros grecs (Iliade, VI : 144-221)], se sert du mot επιςολη, mandatum [charge ou mandat, en latin], et επιγνωγαι, qui ne se prend jamais en grec pour le verbe lire. Le mot επιγραφας, qui se trouve dans ce passage, ne prouve absolument rien. La signification des mots change avec le progrès des arts. Le mot γραφειν [écrire en grec], du temps d’Homère, signifiait sculpter : rien de plus naturel. Les guerriers qui ont mis un signe dans le casque d’Agamemnon, pour que le sort décide de celui qui combattra contre Hector, ne reconnaissant pas le signe que le héraut leur présente, il est clair que ce n’était pas un nom écrit, car chacun aurait pu lire le nom de son compétiteur aussi bien que le sien, mais un signe arbitraire que celui-là seul qui l’avait déposé pouvait reconnaître. Eustathe [de Thessalonique (né au début du xiie siècle à Constantinople, mort autour de 1194 à Thessalonique, Grèce), métropolite (archevêque) de Thessalonique (c. 1175-1194), érudit humaniste, grammairien et réformateur de l’orthodoxie grecque dont les commentaires, les oraisons et la pédagogie firent l’un des hommes de savoir les plus en vue dans la Byzance médiévale] dit formellement que, du temps d’Homère, la découverte des lettres était très-récente. Au reste, il y a chez tous les peuples, comme le remarque un érudit célèbre ([Friedrich August] Wolff [1759-1824], Prolégomènes [ad Homerum ], p. 69 [voir Wolf (Friedrich August), Prolegomena ad Homerum sive De operum Homericorum prisca et genuina forma variisque mutationibus et probabili ratione emandandi [scripsit Frid. Aug. Wolfius ; ed. noca cum notis ineditis Immanuelle Bekkeri], Berlin : S. Calvary & soc, 1872, in-8 [non paginé] ; Wolf (Friedrich August), Prolegomena to Homer [trad. en Anglais avec introduction et notes par Grafton Anthony, Most Glenn W. & Zetzel James E. G.], Princeton, New Jersey : Princeton University Press, 1985, XIV + 265 p.]), un fait qui constate l’époque à laquelle l’usage de l’écriture devint général : c’est la composition d’ouvrages en prose ; aussi longtemps qu’il n’en existe point, c’est une preuve que l’écriture est encore peu usitée. Dans le dénuement de matériaux pour écrire, les vers sont plus faciles à retenir que la prose, et ils sont aussi plus faciles à graver. La prose naît immédiatement de la possibilité que les hommes se procurent de se confier, pour la durée de leurs compositions, à un autre instrument que leur mémoire ; or, les premiers auteurs en prose, Phérécyde [de Syros (fl. vie siècle av. J.-C.), philosophe grec, parfois placé parmi les Sept Sages de l’Antiquité ; des fragments de ses travaux de cosmogonie et de théogonie ont été conservés], Cadmus de Milet, Hellanicus [éminent logographe (chroniqueur) et historien grec, né à Mytilène, Lesbos, qui vivait autour de 450 av. J.-C. ; auteur prolifique, tenu en haute estime par les anciens], sont bien postérieurs à Homère, puisqu’ils sont du siècle de Pisistrate [M. de St.-Agy].

20 [Asclépios or Esculape, divinité gréco-romaine de la médecine, fils d’Apollon (dieu de la guérison, de la vérité et des prophéties) et de la nymphe Coronis. Le centaure Chiron lui enseigna l’art de guérir. À la longue, Zeus (le plus puissant des dieux), craignit qu’Asclépios ne rendît tous les hommes immortels et il le foudroya. Dans son Iliade, Homère le mentionne seulement comme un habile docteur ; il fut cependant honoré par la suite en vrai héros et finalement vénéré comme un dieu. Le culte commença en Thessalie mais s’étendit à bien d’autres parties de la Grèce. Esculape était censé faire agir ses remèdes pendant les rêves des malades, aussi vit-on se répandre la pratique consistant à dormir dans ses temples.]

21 [Eleusis, ancienne cité grecque célèbre pour avoir été le théâtre des Mystères d’Eleusis. Située dans la plaine fertile de Thria, à 23 km à l’ouest d’Athènes et face à l’île de Salamine, Eleusis est restée indépendante jusqu’au viie siècle av. J.-C., lorsque la ville fut annexée par Athènes et que les Mystères d’Eleusis devinrent l’une des principales fêtes religieuses athéniennes.]

22 [Hellen, dans la mythologie grecque, roi de Phthie (à l’extrémité nord du Golf d’Eubée) et petit-fils du dieu Prométhée ; il est l’ancêtre éponyme de tous les Grecs véritables, appelés Hellènes en son honneur. Les Hellènes comprenaient les Éoliens, les Doriens, les Ioniens et les Achéens, que la tradition désigne comme les descendants des deux fils d’Hellen, Éole et Doros, et de ses deux petits-fils, Ion and Achaïos, à qui ils doivent leur nom.]

23 [Deucalion, fils de Prométhée (le créateur du genre humain), roi de Phthie en Thessalie et époux de Pyrrha ; il est également le père d’Hellen, fondateur de la race hellénique (voir note 22, ci-dessus).]

24 [Prométhée, un des Titans de la mythologie grecque, le plus grand joueur de tours, et dieu du feu. Sa dimension intellectuelle est accentuée par la signification vraisemblable de son nom, « celui qui pense avant ». La légende veut qu’il ait été un artisan génial et l’associa en conséquence au feu et à la création de l’homme.]

25 [La Colchide ou Colchis, ancienne région située à l’extrémité est de la mer Noire, au sud du Caucase et à l’ouest de l’actuelle Géorgie. Elle comprenait la vallée de la rivière Phase (actuelle Rioni). Dans la mythologie grecque, Colchis était le royaume de Médée et la destination des Argonautes, région d’une fabuleuse richesse et terre de prédilection de la sorcellerie. Historiquement, Colchis fut colonisée par les Grecs de Milet à qui les Colches natifs procuraient de l’or, des esclaves, des peaux, de la toile de lin, des produits agricoles et du matériel pour la construction des navires (bois, lin, poix et cire). On ne connaît pas précisément la composition ethnique des Colches ; ils sont décrits par Hérodote comme des Égyptiens noirs. Après le vie siècle av. J.-C. ils vécurent sous la suzeraineté nominale de la Perse achéménide puis furent rattachés au royaume de Mithridate vi (ier siècle av. J.-C.) avant de se retrouver sous l’autorité de Rome.]

26 L’identité d’Apollon avec Crischna est évidente (cf. Asiatic Researches, vol. 8, p. 65) [M. de St.-Agy].

27 [Orphée, héros de la légende grecque doué de talents musicaux surhumains. Il devint le chef de file d’un mouvement religieux reposant sur des écrits sacrés qui, dit-on, seraient les siens. Orphée se joignit à l’expédition des Argonautes ; il les sauva du chant des sirènes en jouant sa propre musique, plus puissante encore.]

28 [Chiron, un des Centaures de la mythologie grecque, fils du dieu Cronos et de Philyra, une Océanide (fille d’Océan). Chiron résidait au pied du mont Pélion en Thessalie ; il était célèbre pour sa sagesse et sa connaissance de la médecine. Un grand nombre de héros grecs, y compris Héraclès, Achille, Jason et Esculape, reçurent son instruction. Accidentellement transpercé par une flèche empoisonnée envoyée par Héraclès, il renonça à son immortalité qu’il céda à Prométhée et trouva sa place parmi les étoiles en tant que constellation du Sagittaire.]

29 [Asclépios ou Esculape, voir note 20, ci-dessus.]

30 [Hippocrate, voir Leçon 5, note 36.]

31 [Ajax, fils d’Oïlée, roi de Locride. Malgré sa petite stature il sut tenir son rang parmi les autres héros face à Troie ; mais il était également vantard, arrogant et querelleur. Il échappa de justesse à la lapidation à mort par ses alliés grecs pour avoir arraché Cassandre, la fille du roi Priam, à la statue de la déesse Athéna, et pour l’avoir ensuite violée. Durant le voyage du retour son navire fut englouti mais Ajax fut sauvé. Se vantant alors d’avoir échappé au naufrage, il se vit jeter dans la mer par Poséidon et s’y noya.]

32 Il paraît même qu’alors l’anatomie n’était pas tout à fait inconnue, car Homère indique avec assez de précision l’effet des blessures reçues par les héros de son poëme [M. de St.-Agy].

33 Dans les poëmes d’Homère, on ne remarque aucun système religieux positif, aucune règle fixe ; nulle liaison ne s’étend de ce monde à l’autre. En général, la protection céleste s’acquiert par des sacrifices, indépendamment des vices et des vertus. Si les dieux punissent le parjure, c’est comme un outrage envers eux, non comme un crime contre les hommes. Ceux-ci, abandonnés à eux-mêmes, tirent de leur propre cœur tous les motifs des actions qui ne regardent que leurs semblables. Les dieux persécutent quelquefois les mortels sans autres motifs que leurs passions, et ces mêmes passions les tiennent divisés entre eux : ils se trompent mutuellement ; ils passent leurs jours dans les rivalités, et les querelles. Dans les poésies d’Homère, les prêtres n’occupent aussi qu’un rang très-subalterne ; les chefs des nations, les généraux des armées y président aux rites de la religion ; et, dans l’intérieur des familles, les mêmes fonctions s’exercent, et le même privilège est réclamé par les pères et les vieillards. Agamemnon porte constamment à côté de son épée le glaive destiné aux sacrifices (Iliade, III, 271-272 ; XIX, 251-252). Il immole les victimes de sa propre main (Iliade, II, 293), Nestor et Pélée en agissent de même, et le poète ajoute que tout se passe suivant l’usage (Odyssée, III, 436-463 ; Iliade, XI, 771-774). Alcinoüs préside aux cérémonies religieuses chez les Phéniciens (Odyssée, XII, 24-25). Dans toutes les descriptions de ces cérémonies, le nom de prêtre n’est pas même prononcé, mais bien celui de chef des peuples. Ce sont les hérauts qui, avant les prières, répandent l’eau sacrée sur les mains des suppliants (Iliade, IX, 174). Aucun prêtre n’intervient dans la purification de l’armée des Grecs (Iliade, I, 314-317). Après la victoire, l’armée délibère pour savoir si l’on offrira des sacrifices. L’avis des chefs est partagé. Les uns s’acquittent de ce devoir religieux, d’autres s’en dispensent. Chacun ne consulte que son sentiment et sa volonté. Trois vers de l’Odyssée indiquent, d’une manière très-remarquable, le rang inférieur que les prêtres occupaient. Ils sont représentés comme des hommes au service du public, et mis de pair avec les médecins, les architectes et les chanteurs, auxquels on accorde l’hospitalité, et qui subsistent de la charité de ceux qui les emploient. Le poète ajoute les cuisiniers (Odyssée, XVII, 384-386). Les hommes éminens, dans le peuple et dans l’armée, lisent fréquemment dans l’avenir. Les dieux apparaissent à ces mortels entourés de gloire. (Iliade, II, XII, XVI, XVII, XVIII.) Chaque individu peut se déclarer, de son autorité propre, en commerce avec le ciel. À la vérité, il existait en Grèce, de nombreuses familles sacerdotales et les idées des Grecs sur le don de prophétie paraissent avoir eu quelque analogie avec les absurdes préjugés des peuples modernes sur la noblesse ; ils pensaient que la faveur des dieux ne pouvait se transmettre que du père au fils. Calchas [dans la mythologie grecque, fils de Thestor (prêtre d’Apollon) et plus célèbre devin grec au temps de la Guerre de Troie] descendait d’une famille qui avait joui de cette faveur depuis trois générations (Apollonius de Rhodes, Scholia in Apollonium Rhodium vetera. Recensuit Carolus Wendel [editio altera ex editione anni MCMXXXV lucis ope expressa], Berlin : apud Weidmannos, 1958, p. 139 ; voir également Scholies à Apollonios de Rhodes [trad. en Français et commentées par Lachenaud Guy], Paris : Les Belles Lettres, 2010, XLV + 578 p.) Mopsus [selon la légende grecque, émigrant de Ionie et fondateur de la ville de Mopsueste (Cilicie), l’actuelle Misis] devait le jour à Manto, fille de Tirésias [devin aveugle de Thébès ; dans l’Odyssée il conserve ses dons prophétiques jusque dans les Enfers où Ulysse est envoyé pour le consulter] (Strabon, lib. XIV [voir Géographie. Tome IV, Livre VII/Strabon [texte établi et traduit par Baladié Raoul], Paris : Les Belles Lettres, 2003, VIII + 335 p.]). Amphiloque [célèbre devin, selon la légende grecque, fils d’Amphiaraos et d’Eriphyle, et frère d’Alcméon qu’Apollon aurait tué] était prophète comme son père Amphiaraüs [devin célèbre et prince d’Argos, fils d’Oïcles (ou d’Apollon) et d’Hypermnestre, et descendant par son père du prophète Mélampe]. Mais toutes ces familles étaient d’origine étrangère, et jamais elles ne formèrent une institution légale ; la religion publique ne leur appartenait point ; leur monopole était dans les mystères, et les mystères étaient séparés de la religion publique. (Voyez Creutzer [i. e. Creuzer (Georg Friedrich), Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, von Dr. Friedrich Creuzer, 2nde éd., Leipzig und Darmstadt : Heyer & Leske, 1819-1828, 6 vol.]) Si les prêtres ont eu une influence exclusive en Grèce, s’ils ont gouverné ce pays, comme ceux de l’Inde, de l’Égypte et de la Perse ont dominé dans leurs contrées respectives, ç’a été avant les brillantes fictions d’Homère. On retrouve, en effet, dans les traditions qui nous sont parvenues sur les coutumes des premiers Pélages, des dogmes et des rites qui caractérisent les cultes sacerdotaux, Hérodote parle d’un Hermès à phallus, non pas égyptien, mais pélagique. Plusieurs auteurs attestent qu’on voyait des phallus sur les bas-reliefs des murs de Mycènes, de Tirinthe et d’autres villes grecques, comme à Bubastis, en Égypte. (Hérodote, II [voir Hérodote, uvres compleÌtes, op. cit.]) Les Pélages avaient offert des sacrifices humains. (Sainte-Croix, des Mystères [Mémoires pour servir à l’histoire de la religion secreÌte des anciens peuples, ou recherches historiques et critiques sur les mysteÌres du paganisme, Paris : Nyon l’aîné, 1784, XVI + 584 p. ; Sainte-Croix (1746-1809), alias le baron Guilherm de Clermont-Lodève]). Des vestiges du culte des élémens et des astres s’aperçoivent dans quelques temples anciens de la Grèce : le feu sacré brûlait perpétuellement au prytanée [en Grèce, bâtiment de la cité-État, abritant en principe le premier magistrat de la ville et l’autel ou foyer commun] d’Athènes ; dans la même ville s’élevait un autel dédié jadis à la Terre. (Thucydide, II, 16 [voir Thucydide, Œuvres compleÌtes [introduction de Romilly Jacqueline de ; texte présenté, traduit et annoté par Roussel Denis], Paris : Gallimard, 1964, 1904 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 176)]) Ailleurs, la mer était adorée comme une divinité distincte de Neptune ; Cléomène [roi de Sparte, mort vers 489 av. J.-C.] lui sacrifia un taureau en le faisant jeter dans les ondes. (Hérodote, VI, 76.) Les Argiens précipitaient des chevaux dans un lac de l’Argolide, en l’honneur des Heures [déesses des saisons et par voie de conséquence de la continuité] (Pausanias, Arcad. [Description de la GreÌce, op. cit., Livre 8]) ; et Titane, adoratrice des vents, fut long-temps célèbre par ses quadruples holocaustes et par des invocations magiques qui remontaient jusqu’à Médée. (Pausanias, Corinth., 55 [Description de la GreÌce, op. cit., Livre 2]). Le culte des Arcadiens nommément était empreint de notions astronomiques. (Creutzer, IV, 90-91 [ i. e., Creuzer (Georg Friedrich), Symbolik und Mythologie der alten Völker, op. cit.]). Les formes hideuses de quelques divinités de temps fort reculés différaient de l’élégance de celles qui ornaient les temples et que célébraient les poètes de la Grèce. Mais, comment, autrefois esclaves des prêtres, les Grecs en sont-ils devenus indépendants ? Comment cette révolution, devenue si favorable aux sciences et aux arts, s’est-elle opérée ? Comment, triomphans dans tous les autres pays, les prêtres ont-ils complètement succombé en Grèce ? On l’ignore. Jusqu’ici, l’érudition et la critique la plus subtile n’ont pu offrir, sur cette question, que des conjectures. Quelques écrivains pensent que la caste des prêtres fut massacrée ou chassée par celle des guerriers ; d’autres, qu’elle fut, anéantie par le peuple en masse, fatigué de son oppression accablante ; d’autres encore, qu’elle fut détruite par ses propres divisions. Une tradition assez vraisemblable, malgré son obscurité, raconte des combats livrés à Argos entre les prêtres d’Apollon et de Bacchus. Or, c’est le plus souvent par les dissensions qui se déclarent entre les possesseurs du pouvoir que le pouvoir succombe. Cette hypothèse de la destruction de la caste sacerdotale de la Grèce expliquerait la disproportion qui sépare la langue d’Homère de l’état social dont l’Iliade nous offre le tableau. On s’étonnerait moins de voir un idiôme, qu’on peut regarder comme le chef-d’œuvre de la civilisation, employé à peindre des mœurs à demi-barbares. On remonterait à l’origine de ces portions bizarres de mythologie, qui contrastent avec la mythologie habituelle des premiers poètes grecs, et dans lesquelles on ne peut méconnaître de l’analogie avec les dogmes et les fables de tous les pays où le sacerdoce a régné. Ces portions éparses paraîtraient alors des fragmens d’un ensemble détruit, fragmens sans liaison, conservés par des hommes qui auraient survécu à cet ensemble. Des singularités qui nous frappent dans quelques instituts sacerdotaux de la Grèce, et précisément dans les plus anciens, les plus étrangers à la religion populaire, deviendraient faciles à expliquer. Enfin, l’état sauvage des Grecs, constaté par les renseignemens historiques, serait expliqué par la même hypothèse de la destruction de la caste sacerdotale ; car la tendance de cette caste ayant toujours été de tenir le peuple dans l’ignorance, l’anéantissement du sacerdoce, dans un pays où il avait régné sans rivaux, dut occasionner la perte de toute la civilisation antérieure. Ce résultat se remarque chez tous les peuples soumis aux prêtres, chez les Hébreux, en Égypte, en Phénicie. Les sciences y ont toujours suivi le sort de l’ordre sacerdotal. Les Grecs, libres et ignorans, après la destruction de leurs prêtres, retombèrent dans le fétichisme, la doctrine secrète de la religion leur étant inconnue. Mais les résultats prouvent qu’il ne faut pas déplorer ce mouvement rétrograde, et que la libre pauvreté vaut mieux, mille fois mieux, que le monopole [M. de St.-Agy].

34 à beaucoup d’égards, les dieux homériques sont inférieurs aux hommes. Comparez, par exemple, la vie domestique de Jupiter et de Junon au ménage mortel de Pénélope et d’Ulysse ; rapprochez les querelles conjugales de Vénus et de Vulcain, et l’affection si touchante et si pure d’Hector et d’Andromaque. Les mortels surpassent leurs idoles en perfectionnement ; mais bientôt, grâce aux mortels, les idoles prirent leur revanche, et, gagnant de vitesse leurs adorateurs, elles les laissèrent loin derrière elles [M. de St.-Agy].

35 Peut-être est-il [Hésiode] postérieur à Homère, car il présente beaucoup plus de notions morales que celui-ci. La philosophie ou la raison commençaient de son temps à entrer dans la religion [Hésiode (fl. c. 700 B. C.) fut l’un des premiers poètes grecs, souvent appelé le « père de la poésie didactique ». Deux de ses œuvres complètes ont survécu, Théogonie, récit sur l’origine mythologique des dieux, et Les Œuvres et les Jours, une description de la vie paysanne (cf. Hésiode, Théogonie - Les Travaux et les Jours - Bouclier [texte établi et traduit par Mazon Paul], Paris : Les Belles Lettres, 2002, XXX + 242 p.)]

36 Les Œuvres et les Jours, sont un ouvrage agronomique qui embrasse l’état social tout entier, et où la religion est bien plus appliquée à la vie humaine que dans la Théogonie du même auteur [cf. Hésiode, Théogonie..., op. cit.] Cet ouvrage était composé, ainsi que ce dernier poème, de rhapsodies plus ou moins longues, dont chacune formait un tout. C’est un monument précieux de la plus ancienne civilisation. On y voit, pour ainsi dire, l’esprit humain dans son enfance, se développer, avec une activité paisible et croissante, dans les bornes étroites que lui assignent ses travaux encore récens et sa propriété précaire, auprès de ses foyers tout nouvellement construits [M. de St.-Agy].

37 [Les Héraclides, famille qui naît avec Hercule ou Héraclès, le plus célèbre des héros de la légende gréco-romaine. Derrière son mythe extrêmement complexe, il y a probablement un homme, peut-être un chef parmi les vassaux du royaume d’Argos. La tradition le désigne toutefois comme le fils de Zeus et d’Alcmène, la petite-fille de Persée. Zeus avait juré que le prochain fils qui naîtrait dans la famille de Persée deviendrait le plus puissant des Grecs, mais sa femme Héra, jalouse, le mystifia et un autre enfant, le chétif Eurysthée, vit le jour le premier et devint roi. Devenu adulte, Héraclès fut obligé de le servir et de subir les persécutions vengeresses d’Héra.]

38 [Cambyse II, voir Leçon 2, note 6.]

39 [Darius Ier, appelé Darius le Grand (né en 550 av. J.-C. ; mort en 486), roi de Perse de 522 à 486 av. J.-C., il fut l’un des plus grands dirigeants de la dynastie achéménide et marqua l’histoire par son génie administratif et ses grands projets de constructions. Darius tenta plusieurs fois de conquérir la Grèce : sa flotte fut détruite par une tempête en 492, et les Athéniens écrasèrent son armée à Marathon en 490.]

40 [Pythagore, voir Leçon 3, note 5.]

41 [Psammétique II, voir Leçon 3, note 3.]

42 [Xerxès Ier, appelé Xerxès le Grand (né vers 519 av. J.-C. ; mort en 465, à Persépolis), roi de Perse (486-465 av. J.-C.), fils et successeur de Darius Ier (voir note 39, ci-dessus). Il est surtout célèbre pour son invasion massive de la Grèce depuis la rive opposée du Hellespont (480 av. J.-C.), et sa campagne marquée par les batailles des Thermopyles, de Salamine et de Platée. Cette ultime défaite sonne le début du déclin de l’empire achéménide.]

43 Les prêtres égyptiens donnaient d’ailleurs, aux initiés et aux étrangers, des explications variées suivant leurs connaissances ou leurs dispositions. Ainsi, ils satisfaisaient le crédule Hérodote en lui montrant l’analogie de leurs fables avec celles de la Grèce ; ils séduisaient le penchant de Platon en lui présentant comme leur pensée intime les notions de la plus subtile métaphysique ; ils descendaient, avec Diodore [voir Leçon 12, note 26], à des interprétations purement humaines, et, suivant eux, les événemens de l’histoire, retracés sous, les formes symboliques, avaient servi de base à la religion que le peuple révérait sans la comprendre. Ils caressaient ainsi dans chacun ses idées favorites, suivant sa ténacité dans ces idées on sa facilité à les modifier. Les hypothèses les plus opposées co-existaient donc sous le même voile, et désignées par le même nom, dans les corporations sacerdotales. Tout à côté des systèmes athées ou panthéistiques, le théisme, le dualisme, l’émanation, peut-être même le scepticisme, avaient leur place, et chacun de ces systèmes se partageait encore en plusieurs branches. Il en était de même dans l’Inde. Les prêtres de ces pays, en effet, quoique monopoleurs ombrageux et privilégiés impitoyables, n’en étaient pas moins des hommes, et la nature se faisait jour à travers les entraves qu’ils imposaient à la classe déshéritée, et qu’ils tâchaient de s’imposer à eux-mêmes. Ils se demandaient donc quels êtres avaient présidé à la création, à l’ordonnance de l’univers ; pourquoi ces êtres ont eu la volonté, comment ils ont été investis de la force créatrice ; de quelle substance sont ces êtres ? D’où ont-ils tiré la vie ? Sont-ils un ou plusieurs ? Dépendans ou indépendans les uns des autres ? Moteurs spontanés, ou agens forcés de lois nécessaires ? Les prêtres, sans quitter le caractère sacerdotal, prenaient ainsi celui de métaphysiciens et de philosophes ; et, bien que maintenant, d’une part, la religion publique immuable, de l’autre, ils ne s’en livraient pas moins, pour leur satisfaction personnelle, aux spéculations les plus abstraites et les plus hardies. En France, dans les congrégations religieuses, les mêmes phénomènes se sont manifestés : des membres de ces congrégations, ont créé des systèmes philosophiques, et même religieux, différens de ceux qui étaient professés par leur ordre. Tant il est vrai que la pensée ne peut être asservie, et qu’elle réagit partout contre l’agent qui la déprime [M. de St.-Agy].

44 [Anaxagore (né vers 500 av. J.-C., à Clazomènes, Anatolie [aujourd’hui en Turquie] ; mort vers 428, à Lampsaque), philosophe grec de la nature. Il a marqué l’histoire par sa cosmologie et sa découverte des véritables causes des éclipses. Il était en relation avec l’homme d’État athénien Périclès.]

45 [Xénophane, voir Leçon 5, note 26.]

46 [Benedict (Baruch) Spinoza ou Benedictus de Spinoza (24 novembre 1632, Amsterdam - 21 février 1677, La Haye), philosophe néerlandais surtout connu pour son Éthique (Ethica ordine geometrico demonstrata) dont la publication posthume date de 1677 ; cf. Spinoza (Baruch de), Éthique [introduction, traduction, notes et commentaires, index de Misrahi Robert], Paris ; Tel-Aviv : Éditions de l’Éclat, 2005, 502 p.]

47 [Johann Gottlieb Fichte (19 mai 1762, Rammenau, Saxe [Allemagne actuelle] - 27 janvier 1814, Berlin), philosophe et patriote allemand, l’un des grands noms de l’idéalisme transcendantal.]

48 [Leucippe (né au ve siècle av. J.-C., probablement à Milet, sur la côte ouest de l’Asie Mineure), philosophe grec qui d’après Aristote et Théophraste aurait été le fondateur de la théorie atomique. Il est difficile de distinguer sa contribution de celle de son célèbre élève, Démocrite. Il ne nous reste que des fragments des travaux de Leucippe, mais on lui attribue deux œuvres majeures, Le Grand Système du Monde et un traité Sur l’Esprit (voir Leucippe, The atomists : Leucippus and Democritus. Fragments [commentaires et trad. en Anglais par Taylor Christopher Charles Whiston], Toronto : University of Toronto Press, 1999, 308 p.) Sa théorie établit que la matière est homogène mais qu’elle se compose d’une infinité de minuscules particules indivisibles. Ces atomes sont constamment en mouvement, et de leurs collisions et regroupements naissent les différentes compositions (molécules). Un cosmos est selon sa théorie formé par la collision des atomes qui forment un « tourbillon » en se rapprochant les uns des autres, et la Terre en forme de tambour est située au centre du cosmos des hommes.]

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540