Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cuvier’s History of the Natural Sciences

 | 
Georges Cuvier

1. The Earliest Beginning / Les origines

3. Les Égyptiens, suite

Texte intégral

PAYSAGES ÉGYPTIENS. Détail de la gravure de Girardet et Sellier placée en frontispice du tome premier de la Description de l’Égypte : ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française publié sous les ordres de Napoléon Bonaparte. Paris : Imprimerie impériale, 1809.

PAYSAGES ÉGYPTIENS. Détail de la gravure de Girardet et Sellier placée en frontispice du tome premier de la Description de l’Égypte : ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française publié sous les ordres de Napoléon Bonaparte. Paris : Imprimerie impériale, 1809.

1Nous avons vu à la fin de la précédente séance, qu’aucun des grands monumens égyptiens n’est antérieur à la dix-septième ou dix-huitième dynastie ; que les livres de Moïse sont muets sur les merveilles architecturales de l’Égypte, et qu’il est constaté, par les plaintes des Juifs, qu’avant leur départ de ce pays tous les grands édifices, au lieu d’être composés de granit ou de siénite, étaient construits en briques durcies par l’action d’un feu de chaume.

  • 1 D’autres auteurs placent cette invasion à 350 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy].

2De ces divers faits nous concluons que les principaux monumens égyptiens ont été élevés depuis l’an 1000 ou 1200 avant Jésus-Christ, jusqu’à l’an 600 ou 550, temps vers lequel eut lieu l’invasion des Perses1.

3Après cette invasion, on continua de bâtir dans le goût égyptien, et il en résulta une profusion d’édifices qui fait encore l’étonnement du monde.

4Cependant, lorsqu’on réfléchit à la position de l’Égypte, et que l’on considère que des monumens construits en granit, sous un ciel toujours pur ont une durée presque illimitée, on n’a pas besoin de supposer aux lois de ce pays une puissance extraordinaire pour s’expliquer l’espèce de féerie architecturale dont cette contrée nous offre des témoignages nombreux.

5L’Égypte servait de moyen de communication aux diverses parties du monde civilisé ; elle était le centre de tout le commerce qui se faisait alors. Sa prospérité se développa par conséquent avec rapidité. La vallée étroite et entourée de sables arides, qui forme son territoire, ne permettait pas que ses richesses fussent employées en jardins et en parcs spacieux ; elle les appliqua à des travaux d’architecture, et il semble qu’une sorte d’émulation s’y soit maintenue pendant 600 ans pour créer, en ce genre, le luxe prodigieux qui l’a rendue célèbre.

6Ce qui appuie notre opinion à cet égard, c’est que des circonstances semblables à celles que réunissait l’Égypte, ont produit ailleurs le même phénomène.

  • 2 [Palmyre, ancienne cité syrienne, encore aujourd’hui appelée Tadmor et située au centre du territo (...)

7Ainsi, sur les plans lointains du grand panorama de l’histoire, nous voyons Palmyre2, oasis de verdure, devoir à quelques sources qu’elle possédait au milieu du désert, le passage des caravanes qui se rendaient de l’Euphrate à la Méditerranée ; ces caravanes firent sa richesse, et, comme l’Égypte, elle ne l’employa qu’en temples et en palais. Sa magnificence architecturale était même plus étonnante que celle de ce pays parce que, plus circonscrite dans son territoire, les merveilles des arts y étaient plus accumulées.

8À une distance moins éloignée de nous, la côte de Gênes, resserrée par les Apennins, et enrichie également par le commerce, nous offre la même profusion de monumens d’architecture que l’Égypte et Palmyre. Sous ce rapport, on pourrait presque dire qu’elle est l’Égypte des temps modernes.

9Mais les constructions égyptiennes sont plus solides que celles de l’Italie : composées de granit ou de grès, celles-là subsisteraient encore dans toute leur intégrité, si des guerres et des troubles civils ne les avaient détruites ou altérées.

  • 3 [Psammétique II, ou Psammetikus II, pharaon d’Égypte (il régna entre 595 et 589 av. J.-C.). Il fin (...)
  • 4 [Thalès de Milet, cf. Leçon 1, note 6.]
  • 5 [Pythagore (c. 580 av. J.-C., Samos, Ionie-c. 500, Métaponte, Lucanie), philosophe et mathématicie (...)

10Ce fut surtout environ 600 ans avant Jésus-Christ, que la tranquillité de l’Égypte fut troublée, au sujet d’un oracle qui parut s’accomplir dans la personne de Psammitichus3. Obligé de fuir, ce gouvernant eut recours à des étrangers pour se défendre. Depuis la conquête des rois scéniques ou nomades, c’était la première fois que des étrangers avaient pu pénétrer sur le sol égyptien. Les auxiliaires que Psammitichus employa, venaient de l’Asie mineure ; et comme ils lui procurèrent la défaite de ses ennemis, il permit, à partir de cette époque, que les étrangers qui étaient frappés de prohibition en Égypte, comme ils le sont encore en Chine, pussent y entrer librement. Les intelligences les plus cultivées de la Grèce profitèrent de cette faculté : Thalès4, Pythagore5, et d’autres philosophes grecs, furent successivement s’instruire dans les collèges des prêtres égyptiens, et ils en rapportèrent une partie des connaissances qui, jusqu’alors, y avaient été tenues secrètes.

11Pour apprécier l’étendue de l’instruction que les Grecs purent ainsi ajouter à la leur, il est nécessaire de s’assurer des progrès que les sciences avaient alors faits en Égypte.

12Nous savons que les connaissances hydrauliques y étaient déjà assez avancées, puisque les Égyptiens pratiquaient l’art de creuser des canaux avec une certaine habileté. Ils avaient aussi des notions de mécanique assez étendues, car, sans de très puissantes machines, il leur eût été impossible d’élever leurs obélisques, et de soulever les énormes monolithes qui concourent à la composition de quelques-uns de leurs monumens. Ils avaient encore des procédés graphiques et de stéréotomie assez parfaits ; la précision qu’on remarque dans la coupe des pierres employées à la construction de leurs édifices en est une preuve évidente. Nous savons, enfin, qu’ils étaient arpenteurs exacts, puisque après la retraite du Nil, ils rétablissaient la délimitation des propriétés telle qu’elle existait avant l’inondation.

13De tout ces faits on pourrait conclure que les théories mathématiques étaient assez avancées chez les Égyptiens.

  • 6 [Une hécatombe, en Grèce antique, consistait en un sacrifice religieux de cent bœufs. En Mésopotam (...)

14Cependant quelques documents historiques contredisent ce résultat. On rapporte que ce fut de Thalès que les prêtres égyptiens apprirent à mesurer la hauteur des pyramides d’après la longueur de l’ombre qu’elles projetaient. L’histoire nous fait connaître aussi que Pythagore immola un hécatombé6 lorsqu’il eut découvert le théorême du carré de l’hypoténuse. Il n’en avait donc pas reçu la démonstration dans les colléges des prêtres égyptiens, et par conséquent ces gens si vantés étaient bien ignorans en géométrie puisqu’ils n’en savaient pas même les premiers élémens. On serait fondé à croire que leur géométrie était toute pratique, à peu près comme celle de nos arpenteurs de campagne.

15Au temps des premières émigrations qui se firent de l’Égypte vers la Grèce, l’astronomie n’avait atteint qu’un faible développement dans le premier de ces pays, puisque l’année lunaire était la seule qu’on y connût. Mais le besoin de prévoir avec sûreté le retour du débordement du Nil porta les Égyptiens à étudier l’astronomie d’une manière suivie. Ils y firent des progrès assez rapide pour que les Grecs trouvassent en usage chez eux l’année solaire de trois cent soixante-cinq jours, lorsque, sous le règne de Psammitichus, il leur fut permis de voyager en Égypte. Peu de temps après, ils ajoutèrent même un quart de jour à leur année, et ils se rapprochèrent ainsi beaucoup de la véritable durée de la révolution de la terre autour du soleil. Mais cette dernière année solaire ne fut suivie que pour les usages civils, et reçut pour cette raison le nom d’année civile. L’autre année fut nommée religieuse parce qu’on continua de l’employer pour la fixation des fêtes, bien qu’on eût observé que ces fêtes, ainsi fixées, s’éloignaient de plus en plus des époques sidérales de leur institution. Ce n’était qu’après une période de plus de 1 900 ans que les deux années devaient se rencontrer, et que les fêtes religieuses se seraient célébrées dans la même saison qu’à leur origine. Les Égyptiens nommaient cette période de 1 900 ans la grande année ou l’année de Syrius. Le respect qu’ils avaient pour tout ce qui se rattachait à la religion, les empêcha d’abandonner l’année religieuse pour l’année civile, c’est-à-dire pour l’année de trois cent soixante-cinq jours et un quart. C’est le même respect pour le rit qui, plus tard, détermina les Grecs à continuer de se servir de l’année julienne malgré les avantages que présente l’année grégorienne.

  • 7 [Héliaque : proche du soleil ; se dit plus particulièrement du dernier coucher précédant et du der (...)
  • 8 [Legnomon (équerre, en grec) est probablement l’instrument le plus ancien qui ait indiqué l’heure, (...)

16Il est présumable que les Égyptiens n’avaient aucun instrument astronomique un peu compliqué, aucun moyen précis d’observation, et que ce fut seulement d’après le lever et le coucher héliaque7 des principales étoiles qu’ils parvinrent à découvrir approximativement la longueur de l’année. Nous ne sachions pas non plus qu’ils aient eu d’autre instrument que le gnomon8 pour mesurer la hauteur du soleil.

  • 9 [Hérodote est né autour de 484 av. J.-C. et mort entre 430 et 420 ; cf. Leçon 7.]

17Les Égyptiens avaient sur quelques-unes des parties de la géologie des notions beaucoup plus exactes que leurs observations astronomiques. Habitant un pays formé d’alluvions, ils étaient arrivés promptement à s’expliquer la superposition des couches terrestres ; au temps d’Hérodote9, on se rendait raison de la stratification du Delta comme nous le faisons maintenant. Les Égyptiens avaient aussi reconnu l’existence des fossiles dans les terrains meubles et dans les roches dont les éléments sont fortement agrégés. Il paraîtrait donc que Thalès ne faisait que généraliser l’opinion des prêtres égyptiens, qui prétendaient que la terre était sortie de l’eau, lorsqu’il enseignait aux Grecs que cette même substance était le premier principe de toutes choses.

  • 10 [Syène, ou aujourd’hui Assouan, en Égypte.]

18Les Égyptiens ne connaissaient pas moins bien les minéraux que les lois des attérissemens. La disposition du sol facilitait aussi singulièrement ce genre d’étude. Les parois de la vallée du Nil présentaient, à nu et rapprochées, les masses minérales qui, ailleurs, sont dispersées dans les montagnes : à la base de ces parois existait le calcaire dont on s’est servi pour la construction des pyramides ; plus haut paraissait le grès ; enfin, vers Syène10 se trouvaient le granit et le porphyre. La vallée du Nil formait ainsi une sorte de galerie minéralogique instituée par la nature en faveur des Égyptiens, déjà privilégiés à tant d’autres égards.

  • 11 [Frédéric Cailliaud, explorateur français, est né à Nantes en 1787. En 1815, il fut envoyé explore (...)

19Le besoin qu’ils avaient eu de parcourir les petites vallées qui aboutissent à la mer Rouge, leur avait fait découvrir, entre cette mer et le côté opposé de la Haute-Égypte, d’autres minéraux dont les groupes sont toujours beaucoup moins considérables que ceux du granit : c’étaient principalement les émeraudes qui ont alimenté le luxe de l’antiquité, et dont M. Caillaud11 a retrouvé les mines tout récemment. L’exploitation de ces mines ne permet pas de douter que la métallurgie ne fût déjà parvenue à un assez grand développement chez les Égyptiens. En effet, il fallait qu’ils connussent parfaitement l’art de fabriquer et de tremper les instrumens tranchans, pour tailler les pierres fines et la grande quantité de granit et de porphyre qu’ils ont laissées. De nos jours, ce n’est qu’au moyen de l’émeril et avec beaucoup de temps, que nous donnons à ce dernier minéral une forme appropriée à nos usages. De ce que les villes et les tombeaux égyptiens n’ont présenté à nos recherches que peu d’objets de fer, il ne faudrait pas conclure que ce dernier métal était rare en Égypte : ce fait s’explique d’une manière satisfaisante par la rapide oxydation du fer. Du reste, on a découvert dans les villes et les tombeaux égyptiens beaucoup d’objets de bronze, et quelques autres en or d’une extrême pureté.

20Les Égyptiens connaissaient aussi la plupart des applications que nous faisons de la chimie aux arts. Ils fabriquaient nos émaux, notre faïence, nos porcelaines, et savaient composer toutes les couleurs les plus solides et les plus brillantes : on a reconnu jusqu’à l’outremer sur leurs tombeaux les plus anciens. Les Grecs et les Romains sont bien loin d’avoir jamais été aussi avancés qu’eux dans les arts chimiques. Malgré ce développement scientifique assez remarquable, il paraît qu’ils ne s’élevèrent pas jusqu’à abstraire une théorie de tous les faits chimiques qu’ils connaissaient. Le défaut de livres et de communications fréquentes fut sans doute ce qui limita leurs progrès à cet égard.

  • 12 Voyez la Description de l’Égypte faite sous les auspices de Napoléon [Description de l’Égypte : ou (...)
  • 13 [La Nubie, ancienne région du Nord-Est de l’Afrique, s’étendait approximativement de la vallée du (...)
  • 14 [Cailliaud (cf. note 11, ci-dessus), Voyage à Méroé (1823), vol. 2, pl. 75, peintures provenant de (...)

21Nous avons vu qu’en Égypte la zoologie devait son développement à l’usage d’élever dans les temples les animaux sacrés, et de les peindre ou de les sculpter sur quelques parties de ces temples, ou sur d’autres monumens. J’ai examiné plus de cinquante de ces représentations qui sera portaient aux diverses classes des vertébrés, aux mammifères, aux oiseaux, aux reptiles, etc., et il m’a toujours été très-facile de reconnaître à quelles espèces et les appartenaient, même lorsque les figures étaient de petite proportion et consistaient seulement dans la ligne extérieure qui limite l’animal ainsi j’ai parfaitement distingué la grande antilope, la giraffe, le grand lièvre d’Égypte, l’épervier, le vautour, l’oie d’Égypte, le vanneau, la caille, l’ibis, etc.12 M. Gau, dans son ouvrage sur la Nubie13, a donné une copie d’un bas-relief représentant le triomphe d’un roi d’Égypte ; on y voit les peuples vaincus faisant hommage au monarque des divers animaux que leur sol produit ; il est aisé de reconnaître que ces animaux sont la giraffe, le tigre chasseur, l’aspic, le crocodile, etc. Il est vrai que dans ces représentations les caractères zoologiques ne sont pas exprimés ; mais l’habitude générale, l’ensemble de l’animal est si bien reproduit qu’il est impossible à un naturaliste de se tromper, même lorsqu’il s’agit d’insectes et de poissons ; car M. Caillaud rapporte également dans son ouvrage un tableau, représentant des pêches de poissons du Nil, où l’on distingue, du premier regard, plus de vingt espèces de ces poissons, tels par exemple que des silures, des cyprins et autres individus de forme singulière14.

  • 15 [Galien de Pergame, cf. Leçon 16.]

22L’anatomie était mieux connue en Égypte que partout ailleurs, puisque, comme nous l’avons vu, Galien15 y fit un voyage exprès pour voir le squelette humain qu’on y avait formé en bronze.

  • 16 En Égypte, la médecine ne pouvait faire de progrès. Un médecin ne devait s’occuper que d’un genre (...)

23La médecine, qui ne peut exister sans l’anatomie, était aussi pratiquée en Égypte, et passe même pour y avoir pris naissance16.

  • 17 Puisque cette opinion était générale en Égypte, il est vraisemblable que, pendant quelque temps, d (...)

24La physique générale paraît être la science qui se soit développée avec le moins de succès dans ce pays : le feu y était considéré comme un animal qui dévorait tout. Peut-être cette opinion n’était-elle que celle du vulgaire, et n’était-elle point admise par la caste savante ; mais nous n’avons aucune preuve de cette supposition bienveillante17.

  • 18 La religion voulait ainsi se faire honneur de toutes les découvertes scientifiques, et les interpr (...)

25Nous ignorons également le nom des auteurs des diverses découvertes qui furent faites en Égypte. L’usage de ce pays était de mettre sous le nom d’Hermès tous les ouvrages que les savants publiaient18.

  • 19 [Cambyse II, cf. Leçon 2, note 6.]

26En résumé, vous voyez, Messieurs, que les Égyptiens possédaient, malgré beaucoup d’erreurs, une assez grande masse de connaissances ; et il est difficile de croire qu’un peuple qui avait si souvent observé la nature avec succès, n’ait pas comparé les faits de divers ordres qu’il avait recueillis, pour en déduire des lois générales. Il est vraisemblable qu’il existait dans les colléges des prêtres égyptiens, non-seulement des théories philosophiques et religieuses, mais aussi des théories physiques particulières. Les guerres intestines et l’oppression que la caste sacerdotale eut à subir au temps de la désastreuse conquête de Cambyse19, furent sans doute les causes de la perte de ces théories. Depuis ces événemens, la science des prêtres égyptiens alla sans cesse en rétrogradant, de telle sorte que, sous la domination romaine, ces prêtres étaient descendus à l’état le plus abject.

27Pour terminer cet examen de l’état des sciences en Égypte, nous allons voir ce que savaient les émigrés égyptiens et quelques autres peuples de la Méditerranée.

  • 20 Moïse était gendre d’un prêtre égyptien [M. de St.-Agy].
  • 21 Quelques auteurs attribuent aux Juifs ce résultat de notre faculté de comparer et d’abstraire ; d’ (...)

28Les chefs des émigrans égyptiens ne possédaient, en général, qu’une connaissance superficielle des sciences dont la caste sacerdotale était dépositaire : ils n’avaient emporté avec eux que les résultats pratiques de ces sciences, c’est-à-dire, les arts. Moïse seul était plus instruit. Élevé par les prêtres20, il connaissait non-seulement leurs arts, mais aussi le sens caché de leurs doctrines philosophiques. Témoin des inconvéniens qui étaient résultés de l’usage des emblêmes, il avait prescrit dans sa colonie le culte des images, pour détruire l’odieuse idolâtrie qu’il avait produite. Cette sage prescription entrava parmi les Juifs le développement des arts graphiques ; car leur culture est la condition indispensable de leur perfectionnement et même de leur maintien ; mais les Juifs en retirèrent l’avantage de conserver dans toute sa pureté abstraite le dogme de l’unité de Dieu21.

29La législation de Moïse était de nature à produire beaucoup d’autres résultats utiles ; mais les circonstances défavorables dans lesquelles le peuple juif se trouva successivement placé, empêchèrent que cette législation n’eût ses effets naturels.

  • 22 [Jean-André Deluc (8 février 1727, Genève, Suisse-7 novembre 1817, Windsor, Berkshire, Angleterre) (...)

30Ce qu’il y a de plus remarquable pour nous, naturalistes, dans les livres de Moïse, c’est sa cosmogonie qui est de beaucoup supérieure à celle des Égyptiens, et que Deluc22 trouvait si parfaite qu’il y fondait sa croyance à la réalité d’une révélation reçue par Moïse. Suivant la Genèse, comme tout le monde sait, après que le ciel et la terre eurent été créés et qu’ils eurent été manifestés par la lumière, les plantes reçurent l’existence, après elles les animaux et enfin l’homme.

  • 23 Il est incontestable que quelques passages de la Genèse s’accordent jusqu’à un certain point avec (...)

31Or, cet ordre biblique des diverses créations est précisément celui que leur assigne la géologie23. Dans les roches le plus anciennement formées et par conséquent situées le plus profondément, on ne remarque aucun débris d’êtres organiques. La terre était alors sans habitans, du moins, sans habitans visibles. Mais à mesure qu’on remonte des terrains primitifs à la superficie du globe, on rencontre des vestiges ou des fragmens d’animaux et de végétaux, dont l’organisation va se compliquant depuis les mollusques et les acotylédones les plus simples jusqu’aux quadrupèdes et aux plantes les plus composées.

32Jamais, à notre connaissance du moins, on n’a trouvé d’ossemens humains dans les couches régulières du globe, comme on en a rencontré qui avaient appartenu à des quadrupèdes. Les débris d’homme, qui ont été découverts, gisaient soit dans des terrains meubles, soit dans des cavernes, où ils avaient pu être portés par des animaux carnassiers, soit enfin dans des brèches osseuses, dans des fentes de rochers où sans doute ils avaient été entraînés par des éboulemens de terrains ou d’autres causes accidentelles. Il est donc rationnel de penser que l’homme n’a paru sur la terre qu’après les autres espèces de mammifères, ainsi que l’exprime le livre de Moïse.

  • 24 [Tyr, Sour en arabe, ville côtière du Sud-Liban, fut un port phénicien important de c. 2 000 av. J (...)

33Les Phéniciens, qui sortaient de la Méditerranée, devaient posséder, comme les Égyptiens, des connaissances assez étendues. Navigateurs et commerçans, ils avaient sans doute des notions de mécanique, de géométrie, d’arithmétique, d’astronomie. La découverte qu’ils firent de la pourpre témoigne qu’ils avaient fait des observations sur les productions animales. Le grand commerce qu’ils faisaient de poissons salés, et que Carthage continua après eux, autorise encore à croire qu’ils avaient fait quelques observations sur les diverses espèces de poissons. Or, ces remarques avaient été généralisées, elles avaient fait naître quelques principes généraux, quelques théories, car les faits ne s’apprennent pas isolés dans la nature ; leurs circonstances occasionnelles, leurs causes apparaissent plus ou moins, et servent de bases à des doctrines. Ces doctrines furent en partie communiquées aux Grecs qui nous en ont conservé la mémoire ; mais nous n’avons rien de plus, car il ne reste des Phéniciens et des Carthaginois ni livres ni monumens. La destruction de Tyr24 anéantit les connaissances des Phéniciens, comme la destruction de Jérusalem mit fin au développement scientifique des Hébreux.

  • 25 [Chaldéens, cf. Leçon 1, note 35.]

34Il ne nous est resté aussi que fort peu de choses des Chaldéens25 ; leur astronomie est tout ce que nous possédons : encore est-elle extrêmement peu avancée.

  • 26 Dans une note de la page 19 de la première leçon, j’ai [l’éditeur, M. de St.-Agy] remarqué que M. (...)

35Dans la prochaine séance, nous nous occuperons de l’état des sciences dans la Grèce et ses colonies26.

Notes

1 D’autres auteurs placent cette invasion à 350 avant Jésus-Christ [M. de St.-Agy].

2 [Palmyre, ancienne cité syrienne, encore aujourd’hui appelée Tadmor et située au centre du territoire de la Syrie moderne : le mot Palmyre est la forme gréco-latine de Tadmur, Tadmor ou Tudmur, dénominations présémitiques du site. La ville eut une certaine importance au iiie siècle avant notre ère, probablement parce qu’elle se trouvait sur l’une des routes choisies par les Séleucides pour le commerce est-ouest. Située approximativement à mi-chemin de la mer Méditerranée (à l’ouest) et de l’Euphrate (à l’est), Palmyre favorisa les échanges du monde romain avec la Mésopotamie et l’Orient.]

3 [Psammétique II, ou Psammetikus II, pharaon d’Égypte (il régna entre 595 et 589 av. J.-C.). Il finança une expédition vers le royaume de Koush (Nubie), dont les rois avaient conquis l’Égypte avant d’en être chassés par les Assyriens en 660. Cette fois les mercenaires grecs et cariens de Psammétique II gravèrent leurs noms sur les jambes de l’un des colosses d’Abou Simbel. Au même moment les noms des anciens souverains nubiens étaient effacés des monuments qui en gardaient encore la trace en Égypte. Psammétique organisa une autre expédition en Phénicie, accompagné de prêtres, dont on ignore si elle fut militaire ou pacifique.]

4 [Thalès de Milet, cf. Leçon 1, note 6.]

5 [Pythagore (c. 580 av. J.-C., Samos, Ionie-c. 500, Métaponte, Lucanie), philosophe et mathématicien grec, fondateur de l’école pythagoricienne qui, bien que d’essence religieuse, formula des principes qui influencèrent les pensées de Platon et Aristote, contribuèrent au développement des mathématiques et du rationalisme philosophique occidental.]

6 [Une hécatombe, en Grèce antique, consistait en un sacrifice religieux de cent bœufs. En Mésopotamie, il impliquait souvent des serviteurs qui suivaient leur roi ou leur reine dans la tombe.]

7 [Héliaque : proche du soleil ; se dit plus particulièrement du dernier coucher précédant et du dernier lever suivant l’invisibilité d’une étoile provoquée par sa conjonction avec le soleil.]

8 [Legnomon (équerre, en grec) est probablement l’instrument le plus ancien qui ait indiqué l’heure, autour de 3 500 av. J.-C. Il est composé d’une tige verticale ou style. La longueur de l’ombre portée donne une indication de l’heure du jour. À partir du viiie siècle av. J.-C., l’usage se répandit d’instruments plus précis. Le plus vieux cadran solaire connu et conservé est une horloge à ombre égyptienne en schiste vert remontant au moins à cette époque. Elle était constituée d’une barre transversale en T et sur sa base d’une échelle graduée qui divisait le jour en six périodes ; la base était positionnée est-ouest, le T tourné vers l’est le matin, et vers l’ouest l’après-midi. L’ombre du T sur la base indiquait l’heure. Des horloges de ce type sont toujours en usage dans certaines régions reculées d’Égypte.]

9 [Hérodote est né autour de 484 av. J.-C. et mort entre 430 et 420 ; cf. Leçon 7.]

10 [Syène, ou aujourd’hui Assouan, en Égypte.]

11 [Frédéric Cailliaud, explorateur français, est né à Nantes en 1787. En 1815, il fut envoyé explorer les déserts situés à l’est et à l’ouest du Nil. Parti d’Edfou, il se dirigea vers la mer Rouge et découvrit en plein désert les mines d’émeraude du Djebel Zabarah (ou mont des Émeraudes). Il repartit en Égypte par l’ancienne route de Coptos à Bérénice. En juin 1818, il visita la Grande Oasis, où il fit d’importantes découvertes archéologiques. Il explora ensuite toutes les oasis connues vers l’ouest du pays et remonta le Nil jusqu’au dixième degré de latitude nord. Il retourna peu après en France habiter sa ville natale où il occupa les fonctions de conservateur du musée jusqu’à sa mort en 1869 (cf. Cailliaud (Frédéric), Voyage à Méroé, au fleuve blanc, au delà de Fâzoql dans le midi du Royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, Paris : Imprimerie de Rignoux, 1823, 2 vol. de pl. ; Voyage à Méroé, au fleuve blanc, au delà de Fâzoql dans le midi du Royaume de Sennâr, à Syouah et dans cinq autres oasis ; fait dans les années 1819, 1820, 1821 et 1822, [Paris] : Par autorisation du Roi, Imprimerie royale, 1826-1827, 4 vol. de texte]).]

12 Voyez la Description de l’Égypte faite sous les auspices de Napoléon [Description de l’Égypte : ou, Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française - publié par les ordres de Sa Majesté l’empereur Napoléon le Grand [édité sous la direction de Jomard Edme François ; préface de Fourier Jean-Baptiste-Joseph], Paris : Imprimerie Impériale, 1809-1822, 9 vol. (texte) + 11 vol. (planches)]. [M. de St.-Agy].

13 [La Nubie, ancienne région du Nord-Est de l’Afrique, s’étendait approximativement de la vallée du Nil (à proximité de la première cataracte en Haute Égypte), à l’est des bords de la mer Rouge, au sud de la zone de Khartoum (dans ce qui est aujourd’hui le Soudan) et à l’ouest du désert de Libye. François Chrétien Gau (15 juin 1790, Cologne-janvier 1854, Paris), architecte et archéologue, fut reçu à l’Académie des Beaux-Arts de Paris en 1809. En 1815 il visita l’Italie et la Sicile. Il voyagea en Nubie en 1817 où il réalisa croquis et mesures de tous les monuments importants de la région, dans le dessein de produire un travail susceptible d’enrichir le grand œuvre de l’expédition française en Égypte. Le fruit de ses efforts parut dans un in-folio intitulé Antiquités de la Nubie, ou, Monumens inédits des bords du Nil, situés entre la premieÌre et la seconde cataracte, dessinés et mesurés, en 1819 - par F. C. Gau..., Stuttgart : J. G. Cotta, 1822, composé de soixante-huit planches, de plans, de coupes et de vues. Il publia ensuite l’achèvement du travail de Charles-François Mazois (1783-1826) sur les ruines de Pompéi (Mazois (Charles-François), Les ruines de Pompéi, Paris : F. Didot, 1824-1838, 4 vol.) Gau fut naturalisé français en 1825 et devint par la suite architecte de la Ville de Paris. Il dirigea la restauration des églises de Saint-Julien-le-Pauvre et Saint-Séverin et construisit entre autres la grande prison de La Roquette. Son nom est également associé à la renaissance de l’architecture gothique à Paris : il dessina et entama, en 1846, l’édification de l’église Sainte-Clotilde, la première église moderne du genre à Paris. La maladie l’obligea à renoncer à superviser l’ouvrage. Il mourut avant son achèvement.]

14 [Cailliaud (cf. note 11, ci-dessus), Voyage à Méroé (1823), vol. 2, pl. 75, peintures provenant de la nécropole de Gourna à Thèbes, et montrant des scènes de chasse, de pêche, de moissons, de musique… Pour plus de détails à propos de la planche, cf. Cailliaud (Frédéric), op. cit., vol. 3, p. 292.]

15 [Galien de Pergame, cf. Leçon 16.]

16 En Égypte, la médecine ne pouvait faire de progrès. Un médecin ne devait s’occuper que d’un genre de maladie, est y appliquer constamment le même remède. S’il changeait le traitement légal, et que le malade mourût, il était puni de mort. Les médecins d’ailleurs étaient, comme les prêtres chez nous, payés par le trésor public, ce qui était une nouvelle raison pour qu’ils ne cherchassent pas à innover. Enfin, suivant Diodore [de Sicile, dans sa Bibliotheca historica ; cf. Leçon 12, note 2] (t. 1, p. 81.), toute découverte était interdite en Égypte comme sacrilége [cf. Diodore de Sicile, BibliotheÌque historique. Fragments. Tome II. Livres XXI-XXVI [texte établi, traduit et commenté par Goukowsky Paul], Paris : Les Belles Lettres, 2006, XXXIV + 296 p.] Dégradés par cette servitude, les médecins de l’Égypte étaient descendus au rang des jongleurs. Leur science se composait d’évocations, de conjurations et de prières. Prédisant les maladies, les attribuant à l’influence des astres, à la malfaisance des démons (Orig. contr. Celse, t. VIII. [Origène, Contre Celse [Intro., texte critique, trad. et notes par Borret Marcel], Paris : Éditions du Cerf, 1967-1976, 5 vol.]), ils imploraient les cures miraculeuses d’Isis, qui se montrait, disaient-ils, aux malades pendant leur sommeil. Les médecins de Darius ne purent délivrer ce prince, en sept jours, d’un mal que le Grec Démocède [médecin grec, né à Crotone, Grande Grèce (Italie), il vécut dans la seconde moitié du vie siècle av. J.-C.] fit disparaître en une heure. (Hérodote, t. III, p. 129 ; [Hérodote, uvres compleÌtes [introduction de Romilly Jacqueline de ; texte présenté, traduit et annoté par Barguet Andrée], Paris : Gallimard, 1964, 1904 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 176)]).
Eh bien ! lorsqu’on a le courage de lire l’Histoire des Égyptiens [dans le Discours sur l’histoire universelle de 1681 ; voir Bossuet (Jacques-Bénigne), Discours sur l’histoire universelle [avec une préface, un essai sur la philosophie de l’histoire et des notes par Nettement Alfred], Paris : V. Lecoffre, 1880, XXXVI + 456 p.] par [Jacques-Bénigne] Bossuet [25 septembre 1627, Dijon - 12 avril 1704, Paris], on y trouve toute la constitution de l’Égypte vantée comme un modèle de perfection. C’est que Bossuet était prêtre, et qu’un prêtre aime ordinairement Ammonium et Héliopolis [villes de l’Égypte antique], comme les militaires préfèrent généralement le gouvernement d’un guerrier à tout autre [M. de St.-Agy].

17 Puisque cette opinion était générale en Égypte, il est vraisemblable que, pendant quelque temps, du moins, elle avait été celle des prêtres égyptiens, car, presque toutes les erreurs populaires sont consignées dans les écrits de quelques savants, c’est-à-dire d’hommes moins ignorans que leurs contemporains [M. de St.-Agy].

18 La religion voulait ainsi se faire honneur de toutes les découvertes scientifiques, et les interpréter à sa manière (Voyez Jamblique [Vie de Pythagore [Introduction, traduction et notes par Brisson Luc et Segonds Alain Philippe], Paris : Les Belles Lettres, 2011,-LXXVII + 247 p.]) [M. de St.-Agy].

19 [Cambyse II, cf. Leçon 2, note 6.]

20 Moïse était gendre d’un prêtre égyptien [M. de St.-Agy].

21 Quelques auteurs attribuent aux Juifs ce résultat de notre faculté de comparer et d’abstraire ; d’autres le leur refusent ; [Charles François] Dupuis [1742-1809 ; cf. Leçon 2, note 19], par exemple, dans son grand ouvrage sur l’origine de tous les cultes [Origines de tous les cultes ; ou Religion universelle, Paris : H. Agasse, An III [1795], 3 vol.] [M. de St.-Agy].

22 [Jean-André Deluc (8 février 1727, Genève, Suisse-7 novembre 1817, Windsor, Berkshire, Angleterre). Géologue et climatologue britannique né en Suisse dont l’œuvre théorique eut une grande influence sur l’évolution de la météorologie au xixe siècle (cf. Deluc (Jean-André), Idées sur la métérologie, Paris : chez la veuve Duchesne, 1787, 2 vol.) Deluc était surtout motivé par l’ambition de réconcilier le récit de la Création tel que l’a transmis la Genèse avec les réalités manifestes de la géologie. À cette fin il considéra que chaque jour de la Création correspondait à une époque précise.]

23 Il est incontestable que quelques passages de la Genèse s’accordent jusqu’à un certain point avec nos sciences profanes. Mais on ne saurait nier que quelques autres passages sont, jusqu’à présent, dépourvus de preuves scientifiques. Ainsi, par exemple, suivant le livre de Moïse, la lumieÌre fut d’abord créée : (Fiat lux, dit la Vulgate [la Bible en latin utilisée par l’Église catholique romaine, traduite à l’origine par Saint Jérôme]), puis le ciel et la terre, puis la mer, les planètes, le soleil, la lune, etc. ; or, la science n’est point encore en état de prouver que la lumière naturelle ait pu exister sans le soleil, ce qui serait pourtant, si l’on adoptait la cosmogonie de Moïse, puisque le soleil, d’après cette cosmogonie, n’a été créé que quatre jours après la lumière.
Au surplus, nous ne pouvons critiquer Moïse qu’avec beaucoup de précaution, parce que ses livres ayant été détruits plusieurs fois, nommément lors de la prise de Jérusalem et de la captivité de Babylone et ayant été recomposés de mémoire par des prêtres, entre autres par Esdras, nous n’avons pas la certitude que des erreurs ne s’y soient pas glissées : « Esdras, Dei sacerdos, combustam a Chaldæis in archivis templi restituit legem. » (August. de Mirabilibus, livre II. Rois, IV, 25 : 9. [Citation de la Bible de Douai-Reims, une traduction Anglaise de la vulgate latine réalisée au Collège Anglais de Douai par les clercs catholiques romains exilés d’Angleterre. La traduction du Nouveau Testament fut publiée en 1582 à Reims, où le Collège Anglais avait été provisoirement déplacé. L’Ancien Testament fut traduit peu après mais publié seulement en 1609-1610 à Douai] [M. de St.-Agy].)

24 [Tyr, Sour en arabe, ville côtière du Sud-Liban, fut un port phénicien important de c. 2 000 av. J.-C. jusqu’à la période romaine. L’épisode probablement le plus célèbre de l’histoire de Tyr reste sa résistance à l’armée macédonienne d’Alexandre le Grand, qui l’enleva après un siège de sept mois en 332 av. J.-C., non sans avoir dû user de béliers flottants et construire avec les débris de la ville continentale une digue pour rallier l’île abritant la ville neuve. Tyr tombera, 10 000 de ses habitants seront exécutés et 30000 autres vendus comme esclaves.]

25 [Chaldéens, cf. Leçon 1, note 35.]

26 Dans une note de la page 19 de la première leçon, j’ai [l’éditeur, M. de St.-Agy] remarqué que M. Cuvier, dans son discours sur les révolutions de la surface du globe [Cuvier (Georges), Discours sur les révolutions de la surface du globe, et sur les changemens qu’elles ont produits dans le reÌgne animal, 3e éd., Paris : Chez G. Dufour & Ed. d’Ocagne, 1825, 400 p. + 6 pl. + tabl.], avait donné, en parlant des observations astronomiques envoyées par Callisthènes, de Babylone en Grèce, le nombre de 2 200 au lieu de celui de 1,903. Depuis lors, j’ai lu [à nouveau] la phrase qui renferme le chiffre de M. Cuvier, et j’ai reconnu que ce profond naturaliste avait exprimé l’époque antérieure à Jésus-Christ, à laquelle remontaient les prétendues observations des Chaldéens, tandis que moi j’ai énoncé le nombre d’années qu’embrassaient ces mêmes observations. Il s’ensuit que nous avons raison tous deux [M. de St.-Agy].

Table des illustrations

Titre PAYSAGES ÉGYPTIENS. Détail de la gravure de Girardet et Sellier placée en frontispice du tome premier de la Description de l’Égypte : ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française publié sous les ordres de Napoléon Bonaparte. Paris : Imprimerie impériale, 1809.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/3703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k

© Publications scientifiques du Muséum, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540